Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Maîtresse Bleue] Persée-Morian Drak

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Persée Garaldhorf

avatar

Messages : 7
RPs : 15
Date d'inscription : 31/08/2013
Age : 24
Localisation : Màr Menel

MessageSujet: [Maîtresse Bleue] Persée-Morian Drak   Dim 1 Sep 2013 - 17:19

Persée-Morian Drak
Thème Musical 

Nom : Persée-Morian (se prononce Moriane), elle le nom de Drak étant celui de sa mère mais porte également celui de son père Garaldhorf (autrement dit les enfants du Roi de fer), un nom évoquant une très ancienne famille aristocratique descendante du Valheru Dye-Weren dit le Garald (signifiant le Roi de fer) et jadis très attachée au Màr Dìnen.

Surnom : Sa mère aimait l’appeler Petite Tempête, son père ne l’appelait pas du tout, sa Liée l’appelle parfois ma chérie et tous ceux qu’il la connaisse depuis longue date la nomme tout simplement Persée.

Age : 15 ans lorsqu’elle quitta son foyer pour le Màr Menel ; 18 ans à ce jour.

Race : Sang-mêlé : père Elfe et mère Fëalocë.

Liée : Vraël la Bleue

Physique, Caractère : Physiquement, Persée a hérité des yeux de sa mère et des traits de son père. Mentalement, Persée a hérité du caractère enflammé de sa mère et de la froideur naturelle de son père. De ce fait, elle est le portrait craché de la Fëalocë maternelle sur le plan moral mais ressemble de façon frappante, presque en étant son double en version féminine, de l’Elfe paternel.

De haute taille, mince et élancée, elle n’est guère remarquable. Ses membres longs et déliés, son maintien droit et fier, sa souplesse et son agilité naturelles font que Persée est taillée pour la rapidité. Son visage étroit, au menton volontaire, aux pommettes hautes et saillantes, aux lèvres pleines, au nez droit, au front haut, aux traits fins et anguleux lui donnent une certaine douceur. Mais il suffit d’un froncement de sourcils pour montrer un masque dur et froid comme le marbre. Sa peau très pâle, presque blanche comme la neige, est rehaussée par de grands yeux légèrement étirés vers les tempes, aux prunelles sombres d’une couleur indéfinissable, oscillantes entre les ténèbres et la cendre. Une longue chevelure coule dans son dos et sur ses épaules, battant comme une oriflamme qui descend jusqu’à ses reins, couleur d’épis de blé mûr assez clairs, parsemée parfois de mèches argentées. De cela dépassent deux oreilles effilées qui s’orientent en fonction des sons pour mieux les percevoir, comme les animaux. D’une beauté discrète mais fascinante, son corps montre des formes fuselées et élégamment musclées, lui conférant le pas d’une guerrière-née avec une once de noblesse. Si son apparence frêle la fait souvent passée au premier abord pour une jeune fille fragile et peut-être faible, il n’en est rien. Elle sait parfaitement se défendre, surtout en escrime et déborde d’énergie, tel un volcan caché sous la neige. Une grande cicatrice irrégulière barre son dos, allant de son épaule gauche à sa hanche droite. Tout son corps est parcourut de tatouages insolites, en forme de runes symboliques, de couleur caramel, brun clair : c’est généralement ce qui fait qu’elle ne passe pas inaperçue.

Impulsive, colérique, farouchement indépendante, Persée ne se laisse pas marcher sur le bout des bottes. Dotée d’une volonté de fer et d’une détermination sans faille, elle n’hésite pas à passer à l’action lorsque les choses s’enveniment autour d’elle. Ce qui ne fait pas d’elle une tête brûlée pour autant. Sa loyauté ne va qu’au Kaerl Céleste et à Dame Amlug, qu’elle adulait dans ses jeunes années et qu’elle est désormais prête à tout pour qu’elle reste sur le trône, pour la stabilité du Màr. Rusée, pleine d’audace, d’une curiosité insatiable, elle possède un talent inné pour s’attirer des ennuis. Assoiffée de connaissances, vive d’esprit, elle aime étudier et rêve d’aventures et de grands voyages de part le monde de Rhaëg. Capable de faire preuve d’un sang-froid exceptionnel, il n’en demeure pas moins qu’elle ne sait pas tenir en place. Malicieuse et taquine à ses heures, elle peut demeurer très taciturne, aux prises avec ses pensées tourbillonnantes et ses questionnements existentiels. De ce fait, elle est très imprévisible et passe pour être instable émotionnellement. Habituée à dire ce qu’elle pense, avec souvent une langue acérée, elle aime la franchise et n’hésite pas à en faire usage, quitte à recevoir des gifles ou des remontrances. Par contre, elle n’est pas très douée pour démêler ses sentiments et sombre dans la panique la plus totale lorsque son cœur est mis en jeu. Il y a tout de même une chose qui la terrifie et la paralyse : la peur viscérale d’être un jour rejetée, abandonnée, qu’on ne veuille plus d’elle nulle part. Elle a du mal à faire confiance et à baisser sa garde. Mais lorsque c’est chose faite, elle ne retira pas son amitié.

Elle aime à se vêtir comme pour partir à la chasse, dans des vêtements qui lui donnent une grande liberté de mouvement et une aisance pas tout à fait féminine selon certains car ne mettant pas forcément son corps en valeur : tunique à jabot blanche, pantalon moulant vert sombre, bottes de cavalier en cuir, gant de cuir et de mailles d’acier, ceinture d’où pend le fourreau contenant son épée. Elle coiffe parfois ses cheveux en catogan guerrier ou en une longue tresse.

Alignement : Chaotique Bon

Clan choisi : Ordre Draconique de Lumière

Histoire : En cours de réécriture !

Eléderkan Garaldhorf & Thémos ~ Ktyra El'éwyhn

" Persée est née dans le Kaerl Ardent, lors d'une des rares visites autorisées à sa mère. Son père, le Maître Dragon Elfe Eléderkan Garaldhorf ne l’a jamais vraiment aimée. Il avait toujours désiré un fils et son épouse, une herboriste/guérisseuse Fëalocë du nom d’Ismira Drak ne lui avait donné qu’une fille unique. C’est pour cela que la jeune hybride porte un premier prénom masculin. Ismira avait eu beau protester là dessus, l’Elfe lui avait rétorqué qu’elle devait s’en estimer heureuse car son enfant n’aurait pas dû vivre s’il n’avait été un Maître Dragon, les couples de races différentes ayant rarement des enfants et chez les Elfes encore moins. Persée passa ses dix premières années sans incident dans le village de Lòmëanor avec sa mère chez la sœur de celle-ci, Saralina. Les deux sœurs Fëalocës élevèrent l’enfant, l’instruisirent et développèrent son intelligence. Son oncle Barald, époux de Saralina, lui apprit à jouer de la guitare entre autre. Persée se trouva même une amie en la personne de Ktyra, fille elle aussi d'un Maître Dragon mais Céleste. Tout aurait été parfait si Eléderkan ne passait régulièrement les voir pour évaluer le comportement de sa fille. Il repartait toujours dépité, ne trouvant qu’une fillette qu’il jugeait faible, sotte et pitoyable. Pour sa part, Persée redoutait ses visites. Son père exerçait une véritable terreur sur elle mais elle n’en restait pas moins fascinée par les Maîtres Dragons. Eléderkan passait son temps à la toiser de haut, à lui poser toutes sortes de questions qui la laissaient muette de crainte et d’adoration. Ismira en souffrait. Elle tentait vainement de montrer à son époux ses bons côtés. Tous ses efforts n’aboutissaient qu’à le faire enrager.

Un soir où l’Elfe et son dragon découvrirent le Don chez la jeune hybride de dix ans, ce fut la rupture brutale. Il voulut emmener Persée avec lui pour commencer son apprentissage. Ismira lui rétorqua que la décision n’appartenait qu’à sa fille et à elle seule. Curieusement, Persée refusa de partir avec son père. La vérité lui avait dessillé les yeux. Certes elle désirait ardemment devenir Maîtresse Dragon mais pas sous l’égide d’un tyran tel que son père. C’est pourquoi elle se dressa en tremblant devant Eléderkan. Chose étonnante, il ne cria pas, ne la gifla pas comme il l’avait fait parfois et resta impassible. Un peu plus tard dans la soirée, alors que Persée était couchée, des gémissements déchirant résonnèrent dans la maison. Persée s’éveilla, apeurée et descendit l’escalier menant à la cuisine. La porte était entrebâillée. Les gémissements se firent plus douloureux. Persée sentit que quelque chose n’allait pas. Elle jeta un coup d’œil dans la cuisine et se figea.

Ismira était prostrée au sol et demandait grâce à un homme que l’hybride ne voyait que de dos. Le visage de sa mère était tuméfié ; du sang coulait sur sa joue ; des bleus meurtrissaient ses bras. Pire que tout, ses yeux semblaient ne pas pouvoir s’immobiliser sur l’homme. Ils erraient dans la cuisine, des larmes de sang noir coulaient jusque dans son cou. Ce démon lui avait crevé les yeux !

« C’est de ta faute si elle a refusé, grinçait l’inconnu d’une voix basse et hargneuse. C’est toi qui es allé lui mettre dans le crâne de rejeter mon offre. Tu n’es pas digne d’être la mère d’une future Maîtresse Dragon.


Persée étouffa un cri d’horreur. Comprenant son erreur, elle se plaqua une main sur la bouche mais le mal était fait.
L’homme se retourna tout à coup pour lui faire face. Son visage pâle était déformé par la rage. Sa main gantée serrait convulsivement la garde de son épée noire sertie au pommeau d’une améthyste. Son père !
Cette fois, Persée hurla. Une barrière venait de se briser dans son cœur. Son père était un monstre et l’avait toujours été ! Devinant sa présence, Ismira cria :

- Va-t-en, Persée !

Trop tard. Persée ne réfléchit pas. Elle se jeta sur Eléderkan, tenta maladroitement de lui arracher l’épée des mains. Mais elle n’était qu’une gamine de dix ans. Elle fut jetée à l’écart et heurta la table. Un peu sonnée, la fillette cligna des yeux et se rétracta en voyant son père s’approcher. Elle empoigna le barreau d’une chaise et poussa cette dernière vers son géniteur. Celui-ci évita la chaise en riant et enserra douloureusement le poignet de sa fille. Il la releva d’un coup sec, manquant lui déboîter l’épaule. Persée se redressa en gémissant. Elle essaya en vain de desserrer les doigts de son père tandis qu’il déclarait :

- Personne ne sait jamais dresser devant moi et certainement pas ma propre fille !


- Il y a un début à tout, assena faiblement Persée.

Où avait-elle trouvé la force de répondre ? Elle-même ne le savait pas. Eléderkan la dévisagea comme si elle n’était qu’un vulgaire petit rat qui aurait osé le défier.

Une cavalcade. Des cris retentirent aux alentours de la maison. Saralina, talonnée par son époux Barald dévalèrent l’escalier pour faire irruption dans la cuisine. Ismira rampant sur le sol poisseux de sang, Eléderkan furieux tenant d’une main son épée et de l’autre la jeune Persée qui se débattait : tout cela formait un spectacle révoltant. La scène se figea un court instant. Puis tous semblèrent revenir à la vie en entendant des coups sourds frappés à la porte d’entrée.

- Ouvrez ! Que se passe-t-il ?

Barald se précipita sur la porte pour l’ouvrir en trombe, tel un ouragan. Saralina empoigna un couteau de cuisine et le brandit, menaçante. Eléderkan jeta un regard méprisant vers les villageois qui accouraient. D’un geste dédaigneux, il envoya valser Persée à travers la pièce. Elle s’étala de tout son long sur le sol. Les villageois encerclèrent l’Elfe. Alors qu’ils se préparaient tous à se battre, Persée se traîna jusqu’à sa mère battue à mort. Des larmes inondèrent son visage.

- Maman !

Sa voix s’étrangla. Ismira tenta de se redresser et serra mollement les doigts de sa fille. Ses lèvres écorchées formèrent des mots mais aucun son n’en sortit. Enfin, après avoir inspiré de l’air en sifflant de douleur, sa voix se fit murmure. Sa main humide effleura la joue de Persée.

- Ma chérie… Ma Petite Tempête…

De son côté, Eléderkan se battait férocement contre les villageois. Trois d’entre eux gisaient déjà à terre. Saralina hurla qu’ils arrêtent. Soudain, détendant son bras à la vitesse d’un éclair, Barald embrocha de sa fourche la main droite de l’Elfe. Celui-ci laissa échapper un cri, lâcha son épée et plaqua sa main valide sur celle blessée et suintante de sang. Persée redressa la tête et rencontra le regard de son père. Pendant un instant, les deux paires d’yeux sombres furent rivées l’une à l’autre. Ensuite le toit se déchira, explosant la charpente et la moitié de la maison, créant la panique parmi les combattants. Les villageois se dispersèrent en hurlant. Persée se recroquevilla en étreignant désespérément sa mère contre un mur, à peine protégée des débris du toit qui s’effondrait pareil à un château de cartes. Des pattes massives pourvues de griffes semblables à des serres et puissamment musclées se posèrent lourdement sur le sol dévasté. Un terrible rugissement emplit ses oreilles. Là, sous ses yeux embués de larmes, se tenait un gigantesque dragon bronze : le Lié Thémos. Ses écailles éblouissantes irradiaient d’éclairs la maison sous l’éclat de la lune. La stupeur pétrifia tout le monde. Seul Eléderkan réagit.

Il enfourcha promptement son dragon en lançant un dernier regard indéchiffrable à sa fille renégate. Le dragon s’accroupit, mettant tout son poids dans ses pattes postérieures puis s’élança vers la ciel étoilé. Ses immenses ailes translucides provoquèrent de violentes bourrasques de vent qui soufflèrent sur le village de Lòmëanor. Bientôt il ne fut plus qu’un point minuscule dans le firmament puis disparut à leurs yeux ébahis.

On fit venir au petit matin un guérisseur. Celui-ci ne put rien faire. Ismira mourut quelques heures plus tard, succombant à ses blessures, dans les bras de sa fille. Saralina et Barald étaient hébergé chez leur voisin, ainsi que la petite, le temps qu’on reconstruise une maison convenable pour eux. Dans la maison ravagée, Persée trouva l’épée de son père qu’elle décida de garder pour elle. Peu à peu, une pensée faisait son chemin dans son esprit engourdi par la mort de sa mère. Il faillait qu’elle retrouve Eléderkan. Pas pour lui pardonner, non. Pour se venger, pour le tuer. Persée passa encore cinq ans sous la tutelle de son oncle et sa tante, poursuivie par deux idées fixes : venger sa mère et devenir Maîtresse Dragon. Peu à peu, elle se détachait de Ktyra, sa seule véritable amie, dévorée qu'elle était par sa haine vengeresse. Enfin, elle décida de partir pour essayer de rencontrer un Maître Dragon du Kaerl Céleste qui veuille bien d’elle. Elle prit un sac de voyage, le remplit de quelques vêtements, de provisions et de l’héritage de sa mère consistant en de maigres économies. Pour passer le temps en attendant près des chutes de Nightfall, elle emmena avec elle sa guitare. Patienter pendant des semaines en espérant rencontrer un Maître Dragon ne lui faisait pas peur. Persée changea aussi de nom de famille et opta pour celui de sa mère : Drak. Histoire de chasser les démons de son passé de bien faire comprendre au monde qu'elle raillait les Garaldhorf de son sang.

Alors qu'elle avait déjà dit au revoir à sa famille, Ktyra apparut sur le pas de la porte, campée comme une lance devant elle. Persée, étrangement, en éprouva de l'irritation. Voulait-elle l'empêcher de partir?

- Qu'est-ce que tu fais ici?

- Je viens d'empêcher de faire une grosse erreur, Persée.

Elle argua, agressive:

- Vraiment? Tu en es bien sûre?

Ktyra s'avança vers elle et plongea ses yeux dans ceux de son amie, sa petite soeur adoptive.

- Tu sais ce qu'y est arrivé à mon père, n'est-ce pas ? Et pourtant, j'attends toujours que tu me  présentes tes condoléances. Pourquoi en cinq ans ne m'as-tu plus parlée comme avant? Pourquoi ce silence, ce fossé qui se creuse entre nous? Mon père est mort, Persée-Morian Garaldhorf et tu n'as même pas eut la décence de me réconforter par ta présence alors que je pleurais toutes les larmes de mon corps dans ma chambre!

- Laisse-moi passer, Ktyra!

Persée la repoussa durement et fit volte-face, ses yeux d'ombres brûlants de rage. Pourquoi ne comprenait-elle pas ? Des larmes semblables à des perles roulèrent sur ses joues d'albâtre. Le nom de son fieffé de géniteur résonna à ses oreilles effilées. Un nom qu'elle avait banni de sa mémoire et qui était synonyme de l'infâme depuis.

- Je me fiche de tout cela! Toi, tu n'as pas été engendrée par un assassin, un monstre! Tu as toujours été aimée, chérie. Tu ne sais rien du désespoire, de la solitude, de la haine, de la peur constante dans laquelle j'ai vécue! Tu ne sais rien de tout cela alors ferme-là!

En criant et en sanglotant, Persée reculait vers la porte. La cœur battant, elle acheva de poignarder par les mots sa meilleure amie. Le destin avait scellé ce départ précipité. Mais pas pour la jeune hybride.

- Je me fiche de ce qu'y est arrivé à ton père, Ktyra. Lui au moins, n'a pas tué ta mère sous tes yeux d'enfant.

Elle franchit le seuil sans se retourner, consciente que son oncle et sa tante l'appelaient désespérément et que Ktyra la maudissait. Elle avait les yeux si brouillés par les larmes qu'elle ne distinguait pratiquement plus le chemin. Elle courait à en perdre haleine, voulant fuir, partir très loin. Elle hoquetait comme un poisson hors de l'eau, noyée par ses pleurs. Une boule dans sa gorge l'empêchait de respirer et son cœur se serrait jusqu'à l'étouffer de chagrin et de colère.

° Par Flarmya! Qu'ai-je fais? °

Et c'est ainsi qu'elle partit pour les Chutes de Nightfall. Ce furent sur ces entrefaites que notre jeune héroïne débarqua dans votre vie... "

Équipement posséder : Une guitare, un sac de voyage usé par le temps et les intempéries, une maigre bourse et l’épée de son père : un chef d’œuvre elfique, une lame argentée effilée et droite à double tranchant, une garde d’obsidienne et un pommeau orné d’une améthyste grosse comme un œuf de caille, un fourreau de cuir très ancien et mal en point. La lame porte l’inscription suivante « Veritas vos liberabit » signifiant la vérité vous rendra libres. Ceci est la devise de la famille Garaldhorf. Depuis son passage au rang de Maître, elle possède également la cotte de mailles en écailles turquoises provenant de la dernière mue de sa Liée.
     
Magie : Persée possède un Don d’une puissance normale quoique appréciable, étant une descendante des Seigneurs Dragons. Mais depuis sa naissance, elle possède également un autre pouvoir. C’est un don d’empathie si puissant qu’elle peut ressentir les émotions de tous les gens autour d’elle à moins de dix mètres, qu’ils soient animaux, humanoïdes ou dragons. Chaque créature vivante possède une forme d’expression de ces émotions qui lui permet de les différencier si toutefois elle les a déjà perçues auparavant. De plus, chacune d’elle, plus particulièrement les êtres humanoïdes et les dragons, est dotée d’une senteur émotionnelle propre, ce qui lui permet d’identifier certaines d’entre elles, si elle les a déjà rencontrées auparavant. Mais tout cela reste très périlleux : elle risque à tout moment de confondre ses propres émotions avec celles qu’elle sent, de sombrer même dans la folie… C’est pourquoi elle se protège en permanence avec un système dite d’armure émotionnelle qu’elle a appris étant enfant, ce qui lui permet de mettre une certaine distance entre les autres êtres vivants et elle.
Avec le Regard de Flarmya, Persée renforce sa maîtrise de son don d'empathie et peut l'utiliser à sa guise, ou presque. Grâce à la force mentale de Vraël, son armure émotionnelle est plus résistante et mieux maîtrisée. Elle peut décider de ressentir les émotions d'une personne ou non et même communiquer ses propres émotions dans un but précis. Toutefois, si l'exercice l'épuise peu, elle risque en gardant ses défenses ouvertes trop longtemps, de perdre la notion de ce qu'elle est : identité, souvenirs, ne plus reconnaître ses propres émotions etc... Pour plus de détails, voir son Carnet de Route.

Divers : Mon nom vient du héros grec Persée. J'ai toujours adoré ce mythe. Alors j'ai féminisé le nom. Puis-je combattre cent Méduse. 
Leçon primordiale pour ses Aspirants : " Dame Persée ou faîtes ce que je dis et pas ce que je fais. " (merci Anaviel 8D)
Signature par Heryn Amlug !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://telmarien.xooit.com/index.php
 
[Maîtresse Bleue] Persée-Morian Drak
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Persée ('Aime bien les prénoms des héros)
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» Jeune Maîtresse du Savoir cherche .....
» Perséphone Dupré|Terminer ^^
» Loria [Grande Prêtresse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: Le Registre :: Joueurs Validés-
Sauter vers: