Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:35

Posté par Dinjelai

Din essuya d’un revers de manche la sueur glacée qui perlait sur son front. Le combat avait été laborieux, et sans l’intervention surprise de Lordan au moment adéquat, elle aurait sans doute eu beaucoup de mal à se débarrasser de deux adversaires, dont l’allonge était nettement supérieure à la sienne… Un petit sourire passa comme une ombre sur ses lèvres quand elle se remémora le terrible cri de troll affamé qu’avait poussé le Céleste. Sur quelques phrases, quelques attitudes, Din avait été un peu trop prompte à voir en lui le preux Chevalier des légendes, le bellâtre qui portait son armure comme une coquille de beaux sentiments creux… Elle savait qu’elle avait tendance à cataloguer les hommes du Màr Menel dans cette catégorie un peu vaniteuse, très belle à regarder mais difficile à supporter au quotidien. Mais ce cri… De rage, de force, d’une bestialité qu’elle n’aurait jamais pu imaginer. Ce hurlement dévastateur, ce tourbillon de sentiments assumés, venait remplir la coquille vide et coiffait d’une couronne souveraine son armure plaquée d’argent.
Pour autant, malgré l’admiration nouvelle qu’elle ressentait à l’encontre de son compagnon d’équipée, Din n’était pas dupe. Il n’avait pas porté le coup mortel quand son adversaire criait grâce, ni même quand il sanglotait en tenant un bras couvert de sang. Son ouïe elfique n'avait pas pu ne pas entendre les gémissements du blessé, mais ne le voyant pas de ses propres yeux, puisqu'il s'était retiré dans un coin d'ombre, Dinjelaï décida de n'en rien dire. Lordan avait été suffisamment éprouvé par une mort accidentelle, la mise à mort délibérée, fusse celle d'un Vertueux, risquait de faire beaucoup pour aujourd'hui.
Trop fatiguée pour reprendre le geste de Lordan où il s'était fini, trop épuisée pour le sermonner sur les conséquences de ses actes, Din s'approcha de l'échelle de corde. Ses bras tremblaient de fatigue, et elle avait conscience d'être dans un état second, celui dans lequel nous plonge le combat ou bien une veille trop prolongée. Elle estima rapidement le temps passé dans les souterrains à une huitaine d'heures, additionnées aux trois heures passées dans les bois, et surtout partant du fait qu'elle s'était éclipsée en pleine nuit, après une longue journée de voyage... Elle n'avait pas été très raisonnable. Elle aurait dû profiter du camps de base que leur offrait l'auberge pour dormir de tout son soul et régénérer les batteries. En fait, son dernier moment de confort avait été ce bain pris dans sa chambre...
La proposition de Lordan venait à pique, mais toute l'expérience de Din l'aurait poussé à la refuser...

Lordan, j'ai peur que si nous nous installions ici, toute la troupe partie dans les bois ne revienne, si ce n'est déjà fait... Et alors, ce n'est pas deux gardes qu'ils nous enverrons, mais bien toute une armée... Nous devrions filer discrètement... Avant qu'il ne soit trop tard...

Mais son corps, maintenant que le mirage d'une sieste se dessinait, refusa tout net d'aller plus loin. Alors Din baissa les bras et dû se forcer à s'écouter.

Ok, ok, mais pas longtemps, une pause de deux heures, tout au plus.

Ils redescendirent de l'échelle pour ne pas rester au milieu de l'étroit boyau, et se cachèrent aux pieds des statues de dragons. Din ne refusa pas que Lordan prenne la première garde, déjà parce qu'il aurait peut-être le bon sens de terminer sa tâche et de tuer le blessé dont les gémissements à peine perceptibles parvenaient toujours à l'oreille de l'elfe, et surtout parce qu'elle ne se sentait absolument pas de le regarder dormir sans piquer aussitôt du nez. En fermant les yeux, sa conscience s'accrocha juste suffisamment de temps pour entendre "l'interrogatoire musclé" de Lordan à son prisonnier. Un petit sourire étira ses lèvres, mais une seconde, avant qu'elle ne plonge dans un profond sommeil...

Lordan?

Les yeux encore gonflés de sommeil, Din tourna la tête de gauche à droite, non pas pour se rappeler où elle était, mais pour tenter désespérément de calculer le temps passé. Elle aurait juré avoir aperçu une sphère bleutée qui les regardait. Paniquée d'être face à une fenêtre à travers laquelle un Vertueux aurait pu la regarder dormir, elle se leva et inspecta rapidement la pièce. Le seul indice un peu étrange fut la lueur qui irradiait des cornes de cristal, qui semblaient inertes et vidées de leur magie tout à l'heure. A côté d'elle, Lordan s'était lui aussi réveillé en sursaut et mis sur pieds plus vite qu'un cabris.

Lordan, combien de temps avons nous dormi? Pourquoi t'es-tu assoupi? ... Lordan... Où est le blessé?

Cette dernière question s'était faite d'un ton un peu plus dure, comme si elle attendait des explications. Ce qui était d'ailleurs tout à fait le cas. Que le Céleste choisisse de le laisser pourrir dans un souterrain où il ne recevrait probablement nulle aide et où il finirait par mourir de fièvre, elle trouvait cela cruel et un peu lâche, mais qu'il l'aide à s'échapper, c'était tout bonnement suicidaire. Et s'il voulait faire preuve de bravoure en offrant sa vie pour la cause, ce n'était certainement pas le cas de Dinjelaï!
Les sourcils froncés, l'elfe fit le tour de toutes les parois, bien décidée à le retrouver et à lui épargner ses souffrances. Quand elle revint bredouille à son point de départ, elle pointa sur Lordan un index de mise en garde:

Ecoute bien mon cher: la prochaine fois que tu as sous ton couteau le cou d'un ennemi, abat-le sans tarder, car je peux te garantir que ce Vertueux que tu as épargné ne te rendra pas la pareille en retour. Ces gars là sont des fanatiques, la seule chose que tu as gagnée, c'est un ennemi à vie, qui a une dette personnelle envers toi. Une dette de mort. Et tant qu'il ne t'aura pas retrouvé et envoyé dans la tombe, ce gars-là saura. Il saura que tu l'as vu faible, et pour cela il t'en voudra...

Din marqua une pause et secoua la tête tristement.

Qu'est-ce que tu espérais en retenant ton geste? Qu'il parle? Ces gars-là sont assermentés, ils se battent suivant leur conviction et leur doctrine, tu ne peux pas changer leur asservissement en quelques mots. Tu voulais peut-être qu'il survive? Avec pour seule issue une échelle de corde qu'il n'aurait jamais pu monter seul? Tu l'aurais laissé pourrir ici? C'est tout à fait digne d'un Ardent!

Din éleva un peu la voix, mais tenta aussitôt de se calmer en résumant la situation, telle qu'elle la voyait:

Bon, alors, nos deux amis envolés, cela signifie que quelqu'un est venu ici, mais qu'il ne nous a pas vu, sinon nous serions déjà morts, ou pire, prisonniers. Cela veut dire aussi que celui que tu as épargné c'est empressé de révéler tout ce qu'il savait: une méchante magicienne et un gentil combattant au katana. Avec un peu de chance ils connaissent même l'allonge de ta lame et le sort que j'ai utilisé, et derrière la porte se trouvent leurs meilleurs mages, revenus de Qahra et leurs plus grands guerriers, non, vraiment, nous sommes dans une confortable posture...

Le ton amer de l'elfe prouvait plus encore que ces mots qu'elle se laissait un peu aller au désespoir, voyant ses chances d'en sortir vivante se réduire comme peau de chagrin. Lorsque Lordan brandit le disque gravé qu'il avait trouvé, elle garda le silence, pensant:

Super, allons nous faire découper le plus vite possible...

Elle tenta l'effort de se débarrasser de ses appréhensions et monta l'échelle de corde pour manifester une once de bonne volonté. Le disque de Lordan trouva parfaitement sa place dans la porte, et Ô surprise, il n'y avait personne pour les attendre juste derrière. Non, l'endroit n'était guère favorable aux attaques massives, il leur fallait un terrain plus dégagé, où ils pourraient anéantir les deux visiteurs draconniques sans risquer de perdre à nouveau l'un des leurs. Arrivés à un embranchement, Lordan montra de l'index la voie ascendante et Din hocha immédiatement la tête. Surtout, ne pas continuer à s'enfoncer dans les profondeurs. Après un bon quart d'heure de marche, puisqu'il semblait certain qu'ils étaient seuls dans le souterrain, Din s'ouvrit à Lordan:

Je ne comprends pas... Où est notre comité d'accueil? N'est-ce pas bizarre qu'ils soient passés récupérer le cadavre et le blessé sans nous voir? Sans nous chercher?

Din se frotta le menton, comme caressant une barbe inexistante

Si ça se trouve, ils ont cru que l'on était déjà partis et ils se sont mis aussitôt à notre poursuite?

Elle étouffa un petit rire, le premier depuis longtemps. Plus que cette idée farfelue, qui serait peut-être leur seule chance de salut, le motif de réjouissement de l'elfe était l'air pur et frais qui s'approchait à grands pas, elle le sentait.

* Anareinth? * Tous les dix mètres, elle faisait une nouvelle tentative vers son Lié. Jusqu'au moment, où:

** Din!!! Din, où es-tu?! Ils sont partout, je ne peux pas m'approcher du Temple!! **
* Calme toi mon beau, calme toi. Pour l'instant, nous ne sommes pas en danger. Nous marchons vers la surface avec Lordan, nous avons trouvé Aarkan *
** Attendez! Ne sortez pas du souterrain pour le moment, les Vertueux ont engagé une gigantesque battue dans les bois à votre recherche, tous ceux qui étaient dans les bois pour la cérémonie sont revenus au petit matin. Il y a parmi eux de grands mages, dès que je survole la zone, même au plus haut, des boules de feu partent dans tous les sens, ils ne me voient pas, mais ils me sentent, je ne peux pas me poser pour vous prendre! **
* Ne t'inquiète pas, on va trouver une solution avec Lordan... *


Maintenant qu'elle pouvait communiquer de nouveau avec son Lié, un poids énorme s'était enlevé de ses épaules. De nouveau, elle se sentait forte et invincible, puisqu'avec Anareinth non loin d'elle, rien ne pouvait lui arriver! Elle expliqua rapidement la situation à Lordan:

Les Vertueux nous cherchent à la surface, ils pensent qu'on les a devancé! Bon, ça c'est la bonne nouvelle. La mauvaise c'est qu'ils se sont réunis: guerriers et mages sont côte à côte avec deux missions: nous tuer, et récupérer l'Aarkan...

En prononçant le nom de l'artefact, Din le leva pour leur permettre de mieux de contempler. Il était froid et opaque dans la grotte, il brillait à présent comme une lanterne, irradiant ses lueurs sanglantes de rubis. Avant même qu'ils n'aient pu réfléchir à un plan, un grondement sourd retentit et la terre se mis à trembler. Incapables de bouger, Lordan et Din subirent, impuissant, la colère de la terre, le processus de destruction du Temple, qu'ils ignoraient encore. Cela dura dix, peut-être vingt secondes. Un long silence suivit, avant que Din n'ose reprendre la parole...

Tu y crois toi, à un phénomène naturel? Moi pas. Soit les Vertueux qui marchent au-dessus de notre tête perçoivent notre présence et tirent leur magie dans tous les sens, soit les Gardiennes ont décidé de boucher les portes qui mènent jusqu'à elles... Dans tous les cas, nous risquons de finir coincé dans la galerie!

Ils ne discutèrent pas plus longtemps et s'élancèrent au galop vers la sortie. Durant le quart d'heure de course qui les séparait de l'issue, la terre trembla à nouveau, cinq fois, avec des secousses de plus en plus longues, parsemant le couloir d'éclats de roches plus ou moins gros. Enfin, le coeur battant à faire exploser sa poitrine, Din aperçu:

Là! La sortie, nous y sommes Lordan!

Din allait pousser le panneau de bois qui masquait l'entrée du souterrain, mais arrêta son geste au dernier moment:

Une fois dehors, quel est le plan? Nous ne devons pas nous séparer, car Anareinth aura toutes les peines à se poser pour nous récupérer... Tu as une idée de comment on va procéder?

A travers les planches de bois disjointes, la lumière du jour éclairait désormais autant que l'Aarkan !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:35

Lordan avait presque prié envers l'Héroïne du passé. Bienveillante, elle ne tenait pas à voir son artefact tomber dans les maisn de ces êtres qu'elle avait toujours haïs. Et même si de son vivant, elle avait eu un coeur plus dur, elle n'allait pas se permettre de laisser des deux jeunes gens se faire prendre. Pas après tout le parcours qu'ils avaient mené depuis le début de leur quête... Et même s'ils étaient loin d'en avoir terminé, ils avaient eux au moins un des trois artefacts. Elle n'avait pas besoin d'ninterroger leurs esprits pour savoir que d'autres menaient eux aussi la quête des autres objets perdus... Et pour les aider, même si elle ne le devait pas, comme le demandait le Destin, elle les fit passer dans un autre plan d'existence, pour qu'ils puissent se reposer de la rudesse des combats... Les Vertueux qui osèrent passé dans les environs ne virent que le corps de leur camarade, qu'ils remontèrent avec eux à la surface.... Au moins, les ennemis ne semblaient pas s'être échappés... Dommage pour eux, ils étaien loin de se douter que Lordan et Dinjelaï étaient sous la protection d'une antique maîtresse Incarnate.

Pas une seule fois elle ne les quitta, regardant leur courage et leur volonté d'aller jusqu'au bout. Cela eut le don de regonfler son coeur. Car elle avait depuis sa mort suivit les trames de ce monde, qui n'était plus le sien... Et l'espoir de la survie des dragons résidait dans le coeur de ces deux là. Peut-être qu'ils ne seraient jamais aussi puissants qu'elle, mais il avait quelque chose qu'elle n'avait connu : l'union pour faire la force contre une seule et même cause, qui les concernaient alors qu'ils étaient différents. Ils arrivaientà aller au delà... Peut-être que cet exemple résolverait bein des problèmes dans le futur... Mais elle n'en était pas à la projection de l'avenir... Elle les suivait encore et jusqu'à ce qu'ils arrivent à une des sorties du Temple, alors que le grondement de l'effrontement se poursuivait toujours et grandissait de minute en minute. Le Céleste et la Neutre n'étaient pas encore sorti d'affaire. Les Vertueux les attendaient dans les bois.... Même si Kyara courait le risque que le Destin la punisse, elle tenait à leur faire un dernier cadeau... Même si cela lui prendrait toutes ses forces... même si les esprits ne devaient pas intervenir de cette façon. Elle se préserva déjà de faire une apparition.

°Acceptez mon aide comme un dernier cadeau. Vaillamment vous avez accompli cette quête, et jusqu'au bout vous avez combattu pour que vous puissiez ramener cet Artefact à la surface du monde. Pour éviter que les Vertueux ne le prennent et vous prennent, je vais vous accorder un court instant... Pour que votre ami saurien vous récupére... Dès que vous sentirez ma magie à l'oeuvre, faites au plus vite... Je ne pourrai le faire qu'une seule fois et après ce sera fini. Je vous dis déjà adieu preux guerriers !°

La voix paraissait s'"éteindre dans le lointain... Et les deux représentants des deux Kaerls pourront sentir une intense vibration de magie. Kyara venait de passer à l'action pour que les Vertueux ne les empêchent pas de s'enfuir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:36

Posté par Lordan

Les reproches de l'Elfe furent adressés à un aspirant silencieux et confus.
Lordan avait laissé retomber sa main qui tenait le disque. Bien qu'il soupçonnât une intervention magique en se souvenant de cette lumière bleue, il se sentait en faute de s'être endormi et il ne chercha pas à se justifier pour le reste. Il était normal que la Maîtresse Blanche lui fasse observer combien ses actions précédentes augmentaient les risques encourus. Mais cependant, sur le plan personnel, il se refusait à achever un blessé impuissant et n'en avait ni honte ni même regrets. Cette impossibilité de tuer un être à sa merci ne lui paraissait pas une faute mais l'attitude attendue d'un homme d'honneur. Ou plus simplement, car cette notion d'honneur lui paraissait un peu trop noble pour s'appliquer à lui, d'un homme qui cherchait à agir selon sa conscience.
Un blessé inoffensif doit être soigné et il ne pensait pas que ce Vertueux-là le haïrait davantage parce qu'il l'avait contraint, en le soignant, à s'enfoncer encore plus dans sa honte de vaincu. Peut-être au contraire l'homme serait-il ébranlé dans cette haine, en trouvant de l'aide justement chez celui qui pouvait le mettre à mort. C'était une recrue assez peu exaltée et totalement affolée par la blessure reçue. Si ce malheureux avait eu la foi de son collègue, celui qui avait été expédié dans les tourbillons de la caverne, il aurait, soit craché sa rage au nez de son vainqueur, tentant d'utiliser ses pieds, sa main valide, pour continuer à se battre, soit il se serait donné la mort, en sautant dans le lac par exemple, ou en utilisant un des moyens auxquels a recours ce genre de fanatiques. Le suicide , comme action ultime du combat, avait été expérimenté par les premiers chevaliers mis sur l'affaire des Vertueux. Ce médiocre disciple avait seulement pensé à moins souffrir - quel idiot, avec son garrot trop serré et mal placé !- à saisir une petite chance de rester vivant. Et finalement, il leur avait indiqué le moyen de sortir, malgré sa peur à l'idée de devenir traître aux yeux de ses chefs...Lordan avait bien compris son manège. Quand ses collègues le récupéreraient, il pourrait jurer qu'il n'avait rien dit...Certains magiciens pouvaient par hypnose le contraindre à restituer la scène telle qu'elle avait eu lieu ; mais en l'absence du cadavre de l'autre garde, ses mouvements de tête ne paraîtraient que l'agitation fébrile d'un blessé, tandis qu'il répéterait ses « je ne dirai rien « et « Mort aux dragons. »apparemment convaincus.L'aspirant avait commencé par baisser les yeux devant l'air sévère et le ton sans appel de la jeune femme, mais après ces réflexions, il secoua la tête. Elle avait raison sur le plan de l'efficacité immédiate, mais lui n'avait pas tort sur le plan moral. Il pensait avec obstination :


°Le Vertueux n'était plus dangereux. Achever un blessé sans armes, c'est le traiter comme un animal et se conduire soi-même comme une bête cruelle, pour qui la vie d'autrui n'a aucune importance. La fin ne justifie pas tous les moyens. Il faut des règles et des limites pour tous nos actes. C'est en cela que nous sommes différents des animaux, qui ne suivent que leur propre instinct de survie, et que nous ne sommes pas une simple machine à raisonner, calculant à l'aune de notre seul intérêt. Certainement, le tuer supprimait le problème. Mais...mais...c'est rejeter l'ennemi hors de l'humanité. Si c'est un homme, il a droit à un minimum de considération. Ce n'est pas un cafard qu'on écrase d'un coup de talon.°


Il redressa la tête et tendit de nouveau le disque sans rien dire. Dinjelaï ne poursuivit d'ailleurs pas ses reproches, sans doute davantage préoccupée par l'urgence de la situation que par une discussion sur l'éthique du combat et la nature de l'homme.
La sortie fut atteinte, le tunnel pris pendant qu'il continuait à débattre avec lui-même tout en allongeant le pas. Il commençait à percevoir une des différences de mentalité entre Célestes et Neutres. Cependant, il avait un petit doute sur l'attitude qu'auraient adoptée son Maître Maëvann Kerr'wan ou les autres guerriers reconnus du Màr Menel. Il aurait voulu être absolument sûr de l'identité de leur point de vue avec le sien. Maëvann était de nouveau très absorbée et Lordan se voyait mal lui demander une entrevue pour lui dire : faut-il achever un ennemi blessé ? Mais quelle qu'eût été sa réponse, (sans doute : ça dépend...), il n'aurait pas changé pour autant sa propre façon de voir. C'était une question de conscience et non de discipline. Avec une pointe d'auto-dérision, il se dit que ce serait plus simple d'apprendre à tuer ses adversaires du premier coup, ce qui éviterait d'avoir ensuite à décider quoi en faire. Pourquoi avait-il par deux fois atteint le bras au lieu d'un endroit vital ? C'était là sa véritable faute. Avait-il voulu seulement désarmer l'ennemi et non le tuer ? Ou bien, il ne savait simplement pas diriger ses coups.Il ferait aussi bien de rendre son katana ou de le poser définitivement sur son support d'apparat. Il pouvait toujours se l'accrocher au dos comme les guerriers banzaï des anciens temps. Il n'était qu'un matelot mal dégrossi, juste bon à donner des coups de pied.
Quand Dinjelaï l'avertit qu'elle avait repris contact avec Anareinth et que l'extérieur fourmillait de Vertueux, Lordan en était donc arrivé à la conclusion que s'il avait eu raison en tant que Céleste, 'il n'en était pas moins mauvais en tant que combattant. Il aurait mieux fait, en arrivant sur Tol Orëa, de s'en tenir à la cueillette des pissenlits et à la fabrication de sirop pour la toux. Aucun chef d'expédition ne voudrait plus de lui. Jamais il ne deviendrait chevalier.
La nouvelle qu'on les attendait au dehors avec sorts de flamme et arbalètes ne fit qu'accroître en lui le sentiment que tout s'enchaînait au plus mal dans le pire des mondes possibles. Et presqu'aussitôt les manifestations sismiques qui se mirent à secouer le souterrain accentuèrent encore sa démoralisation.
Ils devaient cependant avoir quitté les parties souterraines des anciens Tombeaux draconiens et être arrivés dans le temple lui- même car les parois avaient une structure lisse et uniforme, à la fois utilitaire et insolite.Les secousses s'y propageaient en ondes qui semblaient venir de partout et non seulement des profondeurs.
La région n'étant absolument pas sujette aux tremblements de terre, il ne pouvait que s'agir d'un effondrement du sous-sol, rongé par les eaux, et qui devait supporter en plus tout un temple transplanté sur d'énormes cavernes érodées. Toute la magie déployée tant à l'intérieur qu'à l'extérieur avait dû déclencher le processus d'ébranlement. Lordan se souvenait qu'un des Vertueux avait ironisé sur la prétendue réussite de l'opération" Transfert de Virtutem" en signalant que le Portail s'était ouvert assez loin à l'extérieur du temple, alors qu'il était prévu à l'intérieur. Si le temple s'écroulait, le portail, qui aurait dû y être inclus, avait toute les chances de disparaître en même temps . Tout cela était très intéressant. Il avait lu que, pour les Ultraphysiciens d'Undomë, l'espace-temps distendu se rétracte brutalement au moindre changement du continuum. Ce qui expliquait toutes les bizarreries liées aux lieux où l'on dérangeait par magie l'ordre naturel et le flux orienté du temps.On avait deux solutions possibles. Ou bien le portail serait ramené brutalement à l'endroit où il aurait dû être, ou bien le temple serait aspiré vers le portail. Dans les deux cas, ce serait la panique chez les Vertueux. Du moins ceux qui ne tenaient pas absolument à mourir pour la Cause. Il y avait peut-être là-haut un commencement de débandade qui pourrait les servir. Mais des vibrations de plus en plus fortes lui rappelèrent que Dinjelaï et lui-même se trouvaient dans le même continuum que le temple et que peu importait finalement dans quel sens allait se produire la contraction. La nécessité d'agir vite s'imposait une fois encore. Il lui sembla que les murs commençaient à devenir moins denses, comme perdant insidieusement leur substantialité.
Ils parvinrent enfin devant une issue : une porte laissant filtrer ce qui semblait un faible éclairage naturel. Le panneau de bois céda facilement. Ce n'était qu'un habillage isolant : la véritable sortie était derrière. Il comprit la raison pour laquelle ils n'avaient pu voir cette entrée en arrivant ; le mur était découpé et fermé par une dalle coulissant à l'intérieur, munie de fentes étroite qui laissaient passer le jour ; le tout devait, au dehors, se fondre dans les détails de l'architecture. Dinjelaï ayant exposé le rubis à cette lumière naturelle, le joyau se mit à briller d'un éclat extraordinaire tandis que Lordan sentit un étrange picotement le saisir aux tempes..Il retrouva son énergie et son optimisme devant cette manifestation magique qu'il perçut immédiatement comme bénéfique et même familière :


-C'est Kyara, l'Incarnate !


Ils n'étaient plus seuls, et en plus, il était réceptif à la magie et pas seulement pour s'endormir quand il ne le fallait pas ! Lui qui se croyait aussi peu sensible à l'immatériel qu'un billot de bois, il venait de vivre une véritable quête d'initiation aux forces occultes. Il trouva merveilleux d'entendre à nouveau la voix de Kyara, venant de très loin, qui les avertissait de sa bienveillance et de son ultime protection. Tout cela était excitant au possible et le fait que Lordan soit un sabreur de seconde zone et un coupeur de cheveux en quatre n'avait plus d'importance. Il fallait décider de la conduite à prendre. Il demanda très excité :


-Tu as entendu ?


Dinjelaî hocha la tête et leva un doigt attentif pour montrer qu'elle continuait à discuter intérieurement, sans aucun doute avec son dragon. Sa partie à lui était donc d'aplanir les difficultés qui pouvaient les ralentir et pour commencer, de trouver comment s'ouvrait la pierre. Il repéra immédiatement, sur le côté du panneau, le système très simple : celui de la chevillette, qu'il suffit de tirer pour déclencher, au sens propre, la porte . Enfantin ..Dinjelaï fit signe qu'il fallait y aller, Lordan tira ce qu'il fallait et fit choir la bobinette. En grinçant à peine, la dalle glissa et le tableau qui s'encadra dans l'ouverture parut d'une beauté sans pareille à l'aspirant. Après des heures de corridors suintants remplis de lueurs étranges, de conduits vertigineux où dévalaient des eaux bruyantes, de cavernes se renvoyant des échos menaçants, de tombeaux hanté et d'issues incertaines, comment ne pas être saisi par le spectacle de majestueuses futaies remuées par le vent, devant un horizon d'altiers sommets découpés sur un ciel bleu de souvenir d'enfance ? Mais le frémissement sur ses tempes s'intensifiait et il sortit de sa transe pour constater d'abord que les montagnes, signe de leur future liberté, étaient vraiment très loin ; ensuite, qu'entre les troncs se tenaient plusieurs Vertueux, arbalètes prêtes au tir, assistés d'entogés armés des wandars magiques, crépitants d'étincelles vertes.
Seule note en accord avec le bleu innocent du ciel : l'envergure étincelante d'un dragon nacré qui fonçait vers eux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:36

Posté par Dinjelai

Depuis le souterrain à peine éclairé par la fente du dispositif Din était en train de lier solidement son esprit à celui d'Anareinth. A mesure que leur proximité augmentait l'elfe sentait glisser sous ses ailes l'air frais de début de soirée tandis que le dragon Blanc percevait le froid glacial qui gelait ses doigts de pieds dans ses bottes mouillées. Après une longue absence et un trop long silence, les deux liés n'aspiraient plus qu'à unir leurs corps et à ne faire qu'un pour soulager le manque qui les avait étreint ces dernières heures.
Sur le décors tremblant du couloir aux parois moisies, Dinjelaï voyait se dessiner les contours d'une forêt illuminée par des jets de flammes et fendue par moment de carreaux d'arbalète.

Rassemblant ses esprits pour rester en partie présente à côté de Lordan, Dinjelaï lui saisit la main et le dévisagea d'un regard étrange, l'iris fendu par une pupille reptilienne.

Tient toi prêt, Anareinth arrive... Le sacrifice de Kyara ne doit pas être vain.

La main tremblante mais fermement resserrée sur celle de l'Aspirant Céleste, Din patienta encore quelques instants. Le décors qui s'imposait à ses yeux, celui qu'observait Anareinth depuis les cieux se précisait. Elle vit exactement sa position, depuis les nuages, et Anareinth se sachant arrivé à destination se laissa couler comme une pierre, en chute libre, au-dessus de la trappe encore fermée:

Maintenant!

Là! Maudit dragon!

Au moment où Anareinth étendit largement ses ailes, dans un claquement de navire laissant battre sa grand voile, un Vertueux pointa l'index en l'air, sur la masse Blanche, juste avant de la perdre de vue. Din, sans lâcher la main de Lordan, s'élança au dehors vers son lié, sauta sur l'encolure d'un bond - chose facilité par la faible carrure du Blanc donc l'encolure était bien moindre que celle des grands Bronzes et même des Bruns - et tira vers elle Lordan...
Au contact des écailles immaculées, la double vision de Dinjelaï s'effaça et alors qu'Anareinth se propulsait de nouveau vers les cieux, elle s'aperçut que le Vertueux qui les avait pointé du doigt les cherchait à présent du regard, alors qu'ils se trouvait à moins de cinq mètres!

Merci grande Kyara, tes pouvoirs sont immenses par-delà la mort...

Elle n'eut pas le temps d'en penser d'avantage. Alors qu'Anareinth se trouvait à moins de trois mètres du sol, il se précipita dans l'Interstice, chose risquée pour un dragon que de se réfugier dans la dimension vide aussi proche de la terre ferme... Mais s'il était plus petit et moins endurant que ses frères d'autres couleurs, il restait particulièrement habile dans ses manoeuvres et le trio réapparu au-dessus de la petit clairière qui avait vu leur arrivée le premier jour.

Anareinth se posa, éreinté par sa course folle et l'angoisse qui le rongeait depuis la disparition de Din. L'adrénaline était retombée et ce fut avec les précautions d'une vieille femme que l'elfe descendit de l'encolure de son lié. Elle marcha jusqu'à la rivière en silence et aspergea à plusieurs reprises son visage cerné et salit, comme pour se convaincre qu'elle n'avait pas eu un cauchemar... Après s'être abreuvée, rafraichie, elle revint auprès de Lordan et sortit de son corsage le magnifique rubis qui semblait pulser comme un coeur vivant.

L'Aarkan semble sain et sauf... Je pense qu'il est temps de rentrer, je ne crois pas qu'il faille prolonger notre séjour dans la région...

Elle eut un petit sourire, posa sa main sur le museau écailleux d'Anareinth pour s'assurer mentalement qu'il serait capable de les ramener sur Tol Orëa

** Nous serions dans une mauvaise passe si je ne pouvais pas vous ramener, hein? Allez, je vais essayer de faire ça pour vos beaux yeux mademoiselle... **

Malgré son ton moqueur, Din ne fut pas dupe sur le teint jaunâtre qui éclairait ses prunelles opalescentes. Puisqu'ils n'avaient pas le choix, elle reprit sa place sur son dos, et tendit la main à Lordan pour l'aider à grimper. Ils n'étaient pas frais... Ils sentaient le sang et la sueur... Din était épuisée par ses nuits sans sommeil, elle qui supportait particulièrement mal les nuits blanches aurait besoin d'une semaine complète pour se remettre de ses émotions... Et ce n'était peut-être même pas fini, puisqu'une fois les différents talisman en main, il faudrait les remettre sur un socle, réunir les artefacts... Et cela pouvait s'avérer également fatiguant.
Un peu égoïstement, elle pria Flarmya pour que les autres binômes mettent un peu plus de temps à trouver les leurs pour qu'elle puisse se retaper un peu...


Juste avant qu'Anareinth ne disparaisse dans l'Interstice, une explosion se fit entendre, et ils purent distinguer le plus haut clocher du temple s'affaisser sur lui-même, comme absorbé par la terre... Din interrogea du regard Lordan, lui qui semblait savoir tant de chose avait peut-être une explication, mais elle était trop fatiguée pour articuler sa question, elle se contenta de quatre mots:

On a eu chaud...



[HRP] J'espère que ce n'est pas trop court et que cette fin te conviens! A toi de nous faire rentrer au bercail, je ne connais pas la suite du programme ;)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:36

Posté par Lordan

En voyant le vol argenté du dragon se diriger vers eux, Lordan avait pensé qu'Anareinth allait, d'un jet de feu plus ou moins meurtrier, désorganiser la ligne des Vertueux, pour ensuite se poser en hâte et tenter l'embarquement. Bizarrement, les ennemis ne semblaient pas les avoir encore aperçus. Il comprit alors que le sortilège de Kyara opérait et qu'il fallait faire vite pour profiter de ce répit. Ce qui comptait, c'était que l'artefact soit emporté en sûreté. L'aspirant était déjà décidé à rester au sol pour couvrir le départ de Dinjelaï.. Il pourrait toujours retourner dans le Temple si le temps lui manquait. Tout l'édifice allait sans doute être rétracté dans la faille spatio-temporelle mais il avait une petite chance de parvenir à se cacher dans un tunnel des anciennes grottes draconiques. Si les théories de Nïet'Snië sur le cloisonnement des espaces étaient exactes, ces cavernes devraient demeurer dans leur propre réalité. Certes les grondements assourdissants qui montaient du sol n'avaient rien d'encourageant. Les vibrations secouaient en tempête toutes les frondaisons qui les entouraient et Lordan eut le temps de voir, à une secousse plus forte, s'enfuir quelques arbalétriers.
Mais le dragon amorçait un plongeon droit sur eux et il descendait beaucoup trop vite pour se poser. Anareinth allait sans doute cueillir sa liée au vol et la déposer en sécurité plus loin. Peut-être reviendrait-il aussitôt , pour le sortir de là. Cependant Lordan n'aurait aucune chance s'il restait à découvert alors que la protection de Kyara prendrait fin. Il serait transpercé par les carreaux des arbalétrier et les projectiles magiques. Mais fallait-il retourner dans le Temple, fermer l'issue et foncer vers le bas ? Tout devait s'écrouler là-dessous et il risquait d'être coincé dans Virtutem, avec le risque de se retrouver en Qahra, si l'édifice en provenait et y était rappelé. Il eut à peine le temps de s'imaginer en héros hérissé de flèches : Je meurs pour la lumière ! ou hardi pionnier de la téléportation : Où suis-je ? Ciel ! Qahra ! Une seconde de perplexité intense, puis il ne vit plus qu'Anareinth qui virait sur l'aile juste devant eux, dans un grand souffle d'air . A côté de lui, Dinjelaï lui parut s'envoler d'un bond.


La façon dont Lordan se retrouva monté sur le dragon derrière l'Elfe lui parut tenir de l'exploit improbable, propre à être rangé sur l'étagère aux Souvenirs de Jeunesse, histoire à raconter à ses petits-enfants, s'il en avait un jour. Il gommerait peut-être quelques détails secondaires, inutiles au caractère exceptionnel de l'épisode et au besoin d'admiration des jeunes esprits.
Dinjelaï l'agrippa d'une main de fer comme elle s'élançait dans ce bond d'une légèreté d'oiseau. Il se sentit soulevé de terre, réagit heureusement d'instinct et se propulsa derrière l'Elfe, sentit les écailles de l'épaule du dragon lui érafler la joue, s'accrocha comme il put à l'encolure, et se rétablit derrière Dinjelaï au moment même où l'interstice se refermait sur eux. Un bruit de tonnerre l'engloutit : Rhaëg explosait avec lui et disparaissait dans le noir.


Il revint à lui, à genoux dans l'herbe et le nez contre l'humide fraîcheur d'un sol herbu ; des sensations se firent jour avec un début de conscience..ça sentait le champignon ; mousserons ou chanterelles ? Sa joue le brûlait et il avait froid et mal au cœur et on lui avait tapé sur la tête et... Ce devait être un rêve. Il était cependant dans une position bizarre pour dormir et puis son lit ne sentait pas ordinairement le champignon. Il ouvrit les yeux, avec comme première pensée claire :


°Je suis tombé du dragon ! La honte !°


Il apercevait d'ailleurs très bien la masse d'Anareinthe à quelques pas et derrière son encolure, les longues jambes fines de Dinjelaï qui se laissait glisser à terre. Un, deux, trois...l'équipe était au complet. Soulagement. Il ne sut que toussoter pour montrer qu'il n'était pas mort, à peine un peu secoué par l'interstice, de nouveau bon pour le service. Il se releva et voyant tout l'entourage chavirer, attendit, bras ballants, tête baissée, que le vertige passe.
Dinjelaî s'était éloignée, marchant vers un cours d'eau, le pas mal assuré, et Lordan reconnut l'endroit où Anareinth s'était posé. Ils avaient réussi ! Du moins, Anareinth et sa liée avaient réussi. Lui se souvenait vaguement d'avoir été saisi et emporté, comme les cavaliers nomades ramassent en plein galop un mouton qu'ils se disputent. Il se tâta la laine, rencontra sa joue qui le brûlait, sa barbe de deux jours, redevint lui-même et se mit à marcher. Quand il fut à la hauteur d'Anareinth qui soufflait doucement, il parvint à murmurer un merci, messire Dragon. L'Elfe se rafraîchissait le visage au bord de la rivière et l' idée lui parut bonne. Il voyait des brindilles osciller sur une mèche qui lui balayait le front, il avait de la terre plein les mains, quelque chose rampait sur ses lèvres. Il pensa avec amertume à la splendide roulade qu'il effectuait à l'entraînement, hop là , rétablissement sans appui, redressement immédiat, bras en V, dans un triomphe modeste et convivial. Pouah !.. Au gymnase, il n'y avait pas de vermine sur le tapis de sol ; il cracha la chenille velue qui commençait à lui explorer la bouche.

-On a eu chaud !

Lordan, qui se sentait encore glacé par l'interstice, répondit faiblement :


-Vous trouvez ?


Avant de se mettre à rire de sa méprise et d'avouer :


-Je n'arrive pas à savoir comment j'ai fait pour suivre ..j'ai complètement manqué la fin.


Dinjelaï lui expliqua l'exploit d'Anareinth, la disparition du temple et il se sentit fier d'y avoir participé, même à l'état de colis hissé à bord puis éjecté sans ménagement. Il ne regretta pas de n'avoir pu vérifier la théorie de Niet'Sïe sur le cloisonnement des espaces d'autant qu'il n'était pas sûr du mot . N'était-ce pas plutôt le foisonnement des espaces ? la vision de dizaines de petits Lordan projetés dans l'infini atemporel le fit frissonner. La science avait de ces imprécisions...Il se lava les mains, le visage et s'apprêtait à entendre la Maîtresse Blanche donner l'ordre du départ quand l'espace se remplit d' un bourdonnement étrange.


Un ronronnement, régulier comme celui d'un essaim de frelons, se mêlait à des crachotements et éternuements un peu grinçants tout à fait déroutants. Ils échangèrent des regards surpris mais le bruit semblait se rapprocher en altitude. Anareinth dressa le cou, narines ouvertes, visiblement en alerte. Sans se concerter, les deux kaerliens bondirent vers le dragon qui se dirigeait déjà vers le couvert des hauts arbres bordant la clairière. Il se dissimula entre des troncs qui lui laissaient la largeur pour éventuellement se retourner vers l'espace libre. Sa relative petitesse lui permit ainsi de s'immobiliser à l'abri et ses écailles irisées se fondirent parfaitement dans les éclats de lumière qui filtraient à travers les feuillages. Lordan supposa qu'il communiquait avec sa liée et se tut. Il entendait le vrombissement augmenter et se diriger vers eux en venant au dessus de la forêt. Il pensa à une nuée d'insectes géants ou d'oiseaux inconnus, bien qu'on n'entendit aucun clip-clap d'ailes et que les bruits parasites n'évoquaient en rien des cris de volatiles. Se tournant vers la clairière, il s'accroupit derrière un buisson bas, un peu effrayé par le caractère tout à fait insolite de l'événement. Dinjelaï devait être aussi intriguée et prudente que lui, car il la vit disparaître entre des arbustes voisins et y demeurer tapie.
Le ronflement passa au-dessus d 'eux. Les feuillages frémirent mais sans excès ; de même le bruit restait très supportable. Il suivit des yeux le déplacement supposé de ce qui vrombissait ainsi et au moment où son regard atteignait l'espace libre de la clairière, un engin extraordinaire se présenta, suspendu dans les airs à quelques pieds au dessus du sommet des plus hauts arbres.
Une sorte d'estrade volante passa en tressautant, s'immobilisa , piqua de l'avant puis se redressa, un assemblage baroque de bois doré, de plaques métalliques polies, de draperies rouge et or formant un dais à franges surmontè par une sphère translucide remplie d'un gaz luminescent parcouru d'étincelles. L'étrange structure était fixée sur quatre longs tubes parallèles, comme de gros coussins, également remplis du même gaz que la sphère supérieure. Aux quatre coins de la plate-forme, de longues volutes cuivrées portaient des globes de verre taillés, peut-être des lanternes. En vis à vis, sur les grands côtés, deux structures tarabiscotées, en métal, bois et verreries scintillantes, rassemblaient deux petits groupes d'hommes dont on ne voyait en contre-bas que les têtes. Une rambarde sculptée courait autour de ce quadrilatère oblong sauf à l'arrière fermé seulement par une lourde ganse tressée d'or. Lordan en demeura bouche bée. Il avait lu d'innombrables histoires d'engins se déplaçant dans les airs, depuis les tapis, les fauteuils, les malles, les lits, et les balais volants. Il vivait dans une cité aérienne, ce qui rendait plausible, sinon avérée, l'existence de tous ces objets mus par d'anciennes magies. Mais il n'avait jamais imaginé un tel assemblage, où des signes d'apparat, ordinaires et clinquants, contrastaient de façon saugrenue avec la simplicité d'éléments par ailleurs totalement mystérieux. On entendait parler les passagers de l'estrade volante mais ils étaient trop haut et leur voix se perdaient dans le bruit de l'engin.
Celui-ci semblait connaître des difficultés et tressautait, montant brutalement de quelques pieds puis retombant d'autant, tanguant, roulant. A chaque mouvement on entendait des cris de surprise et de mécontentement.

Voilà ce que Lordan et Dinjelaï aurait pu comprendre, s'ils avaient bénéficié des pouvoirs enviables du narrateur omniscient :


-Tu avais dit que tu savais conduire ce maudit truc !


-Pas du tout. J'ai dit que je l'avais vu fonctionner.


-Jamais on ne va s'en sortir..descends-nous, Stargut, et on s'en va à pied.


-Jusqu'en Qahra ? Tu es fou. Et on a pris l'Estrade Vertueuse. Si le Grand Maître nous voit arriver avec le symbole de son autorité, il va nous pulvériser..


-Bah, il a filé par le portail en le laissant tomber, son symbole .


-On pourra toujours dire qu'on a risqué notre peau pour le lui ramener. D'ailleurs, c'est vrai. Alors, Stargut, tu t'y retrouves, oui ou non ? En dehors de la marche avant, enfin ce que tu appelles la marche avant, qu'est-ce que tu sais faire ? Tu ne peux pas stabiliser ce fichu tape-cul ?


-Si j'avais su..


-Je vous l'ai déjà dit : les boutons bleus,c'est la magie ; les verts, ;l 'énergie ; les violets, je ne sais pas et les rouges, pour les armes. On est bien venu jusqu'ici, non ? Faudrait trouver le manuel. J'ai vu le Superdiacre s'en servir.


-Ouais, mais on a déjà cherché. En plus , si c'est en écriture sacrée, même Photilus ne pourra rien en lire ; on aurait dû embarquer un prêtre, pas des novices.


-Du calme, laissez les prêtres tranquilles. L'Oeil Vertueux est partout !.


Silence glacé.sur fond de ronronnement crachotant. Reprise timide :


-Hem..Pour la Vertu !


Mince unisson, sans enthousiasme : Mort aux dragons ! Puis une voix reprend :


-De ce côté, y a pas de boutons rouges mais toute une flopée de violets. On essaie au hasard ?


-Pour nous crasher en bas , ou nous expédier dans un portail temporel astral ? Ou faire tout exploser...tu es fou. Ne touche à rien.


-Surtout pas aux bleus ! La magie, faut savoir..et pas aux violets, si tu sais pas non plus.


-Si j'avais su..


Moi, je crois q u'il faut essayer tous les boutons les uns après les autres. Ou tous ensemble, prudememnt quand même...mais il faut avancer.


-Tiens, j'ai trouvé un rouge, sur le côté . Ce doit être le bouclier répulseur d'abordage. j'essaie. S'ils reviennent avec leur dragon, faut être prêt..


-C'était un petit. Il a même pas craché. Quand même, un bouclier comme tu dis, c'est valable .


-Oooh ! y a un truc qui clignote ! c'est quoi, dis, c'est quoi ?


-Phopho, tu en as un avec un signe en forme de croix ?


-Ouaip, j'ai . J'appuie ?


-Oui, mais ensemble. L'appareil est construit sur la symétrie, comme j'ai dit . Ils appellent ça, la pulsion biosynchrotique.


-Si j'avais su..


-Ah ? Je croyais que c'était bichrosynthérétique .


-Pas du tout ! tu confonds avec..


-Fermez-la. Je compte. Un, deux .Trois .


Silence navré. La machine poursuit son bourdon et ses hoquets.


-Et si on essayait celui qui est marqué UP ; ça doit bien vouloir dire quelque chose ?


-Si j'av ...aaaah !


L'engin tombe comme une masse au milieu des cris de terreur tandis que les têtes disparaissent. Au passage, il accroche une branche morte qui crève l'un des cylindres. Petit bruit d'explosion. L'enveloppe se ratatine tandis que l'estrade volante remonte brutalement, pour redescendre et hésiter mollement à six ou sept pieds du sol. Les têtes réapparaissent et, maintenant on voit leurs bustes. Lordan compte cinq hommes : des arbalétriers et deux toges gris clair.


D'en bas, il n'est pas difficile d'imaginer, même sans ce dialogue édifiant, que l'engin est hors de contrôle. Derrière son écran de feuillage, Lordan se dit que, eux aussi, ont leur engin volant et qui ne se contente pas de faire le yoyo en éructant des bruits horripilants. Anareinth pourrait leur montrer ce que peut faire un petit dragon quand il a du tempérament...on peut aussi attendre que les Vertueux finissent par s'éloigner. Mais ils ont l'air bloqués dans cette clairière. Et le dragon ne peut sortir que par là. Lordan s'imagine aller en rampant sous l'appareil, se relever, et avec son katana, en sautant au besoin, percer les autres tubes. Ce ne sont finalement que des baudruches. Si Din peut atteindre le globe du haut avec ses flèches ... Oui, et alors ? il n'a aucune idée de comment fonctionne l'engin et ils sont cinq à bord et sans doute tous armés .


°Mais nous, on a Anareinth ..pendant qu'on leur démolit leurs ballons de foire, le dragon les grille un peu sur leur estrade. Ils sautent et se rendent ou se sauvent..Et nous, on s'envole, sans grincer de partout.°


Whoosh ! Un cercle lumineux suspendu se développe autour de la base. Lordan n'en est pas trop ému : il peut certainement passer en dessous. Le futur Rôdeur va passer à l'action ..mais il lui faut demander l'accord de la Maîtresse Blanche. Il ouvre le plus possible son esprit . Anareinth peut l'entendre et prévenir sa liée du plan de l'aspirant. Il sait où s'est cachée Dinjelaï et elle pourra lui faire signe sans attirer l'attention.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:36

Posté par Dinjelai

Epuisée, les genoux tremblants, Din prit le temps de s'asperger le visage à plusieurs reprises, autant pour se nettoyer de la crasse et de la poussière glanée dans les tunnels que pour essayer de reprendre ses esprits. Chose peu aisée lorsque l'on vient de passer presque quarante huit heures sans sommeil... D'ailleurs tout ce qui venait de se passer dans le Temple lui semblait lointain, vague... Tellement héroïque et chronologiquement désordonné, comme dans un rêve.
Din voulu interroger du regard le cour d'eau. Certes elle était aventurière, mais elle tenait néanmoins à apparaître encore féminine aux yeux de son partenaire. Elle ne cherchait pas à le séduire, mais savait d'expérience qu'on force d'avantage le respect en ressortant à peine transpirant d'une épreuve herculéenne.

En cherchant à renouer le contact avec un Lordan qui avait lui aussi besoin de refaire surface, Dinjelaï remarqua, presque désespérée, que malgré toutes les épreuves qu'ils venaient de remporter ensemble, il continuait naturellement de la vouvoyer. Elle se fendit d'un long soupir amusé, soupir qui se transforma en rire lorsque son compagnon d'aventure lui avoua avoir légèrement dérapé sur la sortie de scène.

Il me semble que c'était pour le moins spectaculaire! Dommage que Wirenth n'ait pas été là pour voir toute la scène, nous aurions pu nous replonger à l'infini dans ce moment!

Elle rit de nouveau, mais plus nerveusement.

Bon, c'est pas tout cela... J'adore me baigner à jeun dans les rivières froides mais je crois que nous avons tous les deux besoin d'un petit remontant...

Elle fronça les sourcils, coupée dans son envie de plaisanter par un bruit qui n'émanait pas naturellement de la forêt... Les deux compagnons d'aventure restèrent un long moment, les yeux fouillant le ciel, car c'était certainement la source du son étrange, l'oreille tendue pour deviner de quoi il émanait.
Puisque de toutes façons très peu d'êtres vivants leurs étaient favorables dans la région, l'idée de se mettre à couvert leur vint très spontanément. Anareinth les imita sans qu'aucun contact mental ne soit nécessaire, et le trio, sur ses gardes, rejoignit l'abri des feuillus qui formaient l'orée la plus proche.

Les vibrations s'amplifièrent légèrement, accompagnée d'un désagréable bourdonnement qui déclenchait chez Dinjelaï l'envie de se ventiler le visage de la main droite, pour chasser un moustique imaginaire. Lorsque la source sonore dépassa la cime de leur cachette, ils virent passer un objet flottant que l'elfe ne parvint pas à identifier. Tout en dorures et en apparat, la machine, puisque s'en était une et non pas un frelon géant comme le bruit pouvait le laisser croire, se mouvait lentement et s'en aucune grâce dans les cieux calmes de la fin d'après-midi.

** Bigre, nous sommes tout de même bien plus beaux et plus agiles à nous mouvoir dans les airs, quelles drôle d'idée de faire confiance à tous ses ballons! **

Din opina du chef, encore trop ébahie pour formuler une pensée concrète à propos de cet appareil. Elle quitta son poste, un peu trop exposé désormais, et s'enfonça d'avantage dans le sous-bois, tout en gardant une vision constante de la machine.

* On dirait un navire, mais soutenu dans l'air par la magie... Comment les Vertueux ont-ils pu l'apprivoiser à ce point? *
** Magie peut-être, mais ils ont oublié l'option "silencieux"... Pas tellement discret! **
Le Blanc fut coupé par un nouveau tressautement du véhicule céleste et étouffa un petit rire en forme de grognement de satisfaction. ** Et pas tellement maniable non plus! **

Din ne lui répondit pas, bien trop occupée à ouvrir grand les écoutilles pour attraper des bribes de la conversation animée qui se déroulait sur l'engin.

* Ils ont l'air de se disputer... Sur le cap ou sur la manoeuvre, je ne sais pas, mais ils n'ont pas l'air à notre recherche. *

L'elfe allait demander à son dragon de faire circuler le rassurant message à leur compagnon de virée, quand une pétarade particulièrement bruyante la rappela à l'ordre. L'engin volant chuta de plusieurs mètres d'altitude avec un bruit d'hélice qui flanche, ralentit sa descente, pour finalement se poser au beau milieu de la clairière, leur bouchant toute porte de sortie...

** Tiens, Lordan a un plan, pour le moins belliqueux! **

Amusé, il transmit l'idée du Céleste à sa Liée qui tourna immédiatement un regard écarquillé et des mains tendues paumes ouvertes en signe de paix, vers lui.

* Non, non! Il existe une troisième possibilité: qu'ils descendent et se battent! Non Lordan, tant qu'ils ne nous ont pas repérés, pas un geste, restons discrets, ils ne sont pas à notre recherche! Les ailes d'Anareinth sont très fragiles, des carreaux à bout portant, et il faudra nous enfuir par la forêt, jusqu'à Lomëanor! *

D'un geste apaisant et d'un clin d'oeil, Din parvint à adoucir la pulsion guerrière du doux jeune homme, ce qui n'est guère difficile vu son tempérament et pose son index sur ses lèvres pour lui intimer le plus grand silence...


Milles bastingages Stargut, t'as failli nous faire tous tuer !

- Mais non mais pas du tout! Je vous ai prévenu, je suis monté dessus une fois, c'était pour porter des rafraichissements au Grand Maître et au Superdiacre!

- N'empêche que t'aurai pu nous dire que tu savais pas piloter!

- Bon, les gars, maintenant qu'on est là de toutes façons, faudrait surtout voir comment on va repartir... Si le Grand Maître nous trouve sur l'Estrade Vertueuse, et qu'en plus on l'a plantée là...

- Ouais Phopho, bien dit!

- On peu pas descendre plus bas de toute façon, donc on n'a plus qu'à essayer tous les boutons.

- Ouais Photilus, bien dit!

- Alors, j'appuie sur le rouge avec un rond dessus.


Flaaash, un anneau de lumière apparaît autour de la navette. Les gars s'esbaudissent, Stargut, qui voit enfin un truc fonctionner comme on l'attends, frappe dans ses mains d'enthousiasme.

Après l'anneau de lumière, une autre chose apparaît. Mais celle-ci n'est attendue ni des cinq Vertueux ramant pour faire repartir leur radeau, ni du trio caché dans le sous-bois. Une petite chose, vaguement lumineuse, plutôt discrète au regard du bouclier protecteur mais au bruit bien caractéristique...

Une trille mélodieuse attire brusquement l'attention de tout le monde, sur un petit corps doré, pourvu d'ailes battants frénétiquement pour se maintenir à quelque deux mètres du sol, à la hauteur du regard des Vertueux...

Wirenth, maudite bestiole!

- Heu, les gars, qu'est-ce que c'est que ce truc?

- Stargut, tu as appuyé sur un bouton?

- Beuh, j'ai rien fait les gars, j'ai même pas bougé un orteil... C'est un dragon?

- Non non, une coccinelle! Allez pchiiiit va t'en!


Un Vertueux en toge grise gesticule dans l'objectif de faire fuir Wirenth, qui s'éloigne de quelques mètres du navire, en direction du sous-bois où étaient dissimulés, jusqu'à présent, nos trois compères...

- Photilus, si c'est un dragon, ne faut-il pas le détruire immédiatement?

- Pour la Vertu!


Le cri est lancé en coeur, faisant reculer encore la petite Reine. Le dénommé Stargut commence à appuyer sur tous les boutons rouges à sa portée, déclenchant fumées, pétarades et éclairs en tous sens.

* On dirait qu'on à plus le choix... *

Din adresse une grimace significative à son partenaire de mésaventure et décoche une flèche, puis tire vers le ballon central, celui plein d'étincelles rougissantes. Lordan n'a pas attendu son signal pour se précipiter sous l'anneau brillant et l'elfe le perd aussitôt de vue! Quand à Anareint, il pousse le grognement le plus terrifiant de tout son répertoire et se propulse dans les airs de ses puissantes pattes arrières, arrachant quelques branchages au passage.

Sur le navire, passé le premier flottement de surprise, la résistance s'organise. Deux Vertueux se saisissent de leurs arbalètes et chargent leurs carreaux, pendant que Stargut appuie frénétiquement sur tous les boutons rouges des cadrans. Il doit appuyer sans le vouloir sur une autre couleur, car le navire à un violent sursaut qui déstabilise ses passagers et redécolle de biais. Le plancher incliné désarçonne deux des arbalétriers qui plongent dans la rivière, avec arme et toge, ce qui n'aide pas pour nager.

Mais remets nous droit imbécile!

- Je peux pas, on a percé des ballons!

- Raaaaah!


Les trois occupants du navire flottant sont désormais occupés à s'accrocher de toutes leurs forces qui aux poutres d'or, qui aux draperies d'ocre brodée, dans un joyeux brouhaha d'insultes. La sortie finalement moins âpre que prévue, Anareinth s'amuse à faire quelques petits cercles autour de l'engin bruyant, pendant que Wirenth, de joie, crache de petites flammes sous les pieds des envolés.

A terre, Dinjelaï ne peut s'empêcher de rire avant de chercher Lordan du regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:37

Posté par Lordan

Sous le couvert de la ramée, Lordan s'était mis en position, katana au dos et prêt à bondir si Dinjelaï lui en donnait l'autorisation . Assez curieusement, il se sentait extrêmement excité par la perspective d'attaquer l'objet volant. Lui qui n'avait été jusqu'ici poussé à combattre que par le réflexe défensif, il éprouvait depuis l'apparition de cet engin à la fois fascinant et ridicule, une envie de destruction qui le remplissait de l'impatience d'agir, de laisser libre cours à une fureur vengeresse.
Des esprits maléfiques venus d'ailleurs, qui criaient Mort aux Dragons, avaient créé cette diabolique machine pour surpasser de splendides créatures dans l'une de leurs supériorités les plus essentielles : la maîtrise de l'air, l'élément divin par excellence. Les dragons étaient les seuls êtres intelligents, conscients de leur essence, à pouvoir se déplacer dans l'espace par leur simple volonté. Les Vertueux avaient pensé les détruire et dominer Rhaëg en tentant de réaliser ce vieux rêve des hommes : voler, rivaliser avec les dieux et leurs plus proches images : les dragons. Lordan haïssait, comme le symbole même de leur ignoble projet, ce monstre bancal, bruyant, sorti d'une science dévoyée, grotesque perversion de l'ordre naturel. Il allait punir ces prétentieux osant s'introduire dans l'espace de Rhaëg, où seuls les Dragons de Tol Orëa et leurs chevaliers avaient le droit de régner, portés par leurs ailes puissantes et leur nature divine. N'étaient-ils pas les enfants de Flarmya ?
Aussi, quand regardant vers Dinjelaï, la mimique expressive de l'Elfe lui fit comprendre qu'elle lui demandait de rester en position sans rien entreprendre, fut-il très déçu. Mais il obéit sans même tenter de montrer son désappointement, persuadé que la Maîtresse Blanche en savait plus que lui sur l'art du combat. La réputation des Engloutis était grande en tant que prompts à calculer les risques et et les chances tout en gardant leur calme face à l'imprévu et lui ne cherchait même pas à prévoir les suites possibles de l'action qu'il désirait entreprendre. Il avait seulement envie de casser pour casser, pour se venger des insultes reçues, des malheurs causés, des angoisses vécues. Il ne pensait même plus aux ennemis embarqués comme à des êtres vivants. Ils ne méritaient pas plus de considération que des marionnettes stupides asservies à la machine qui les cahotait et les secouait, semblant se comporter de sa propre initiative, poussée par une force démoniaque qui n'avait que faire de ces insectes pensant la contrôler.


Quand le petit être doré se manifesta près de l'engin, Lordan reconnut Wirenth avec effroi. L'inconsciente créature semblait narguer le monstre en virevoltant en pleine vue des ennemis qui s'agitèrent autour des structures.L'estrade s'était arrêté au ras du sol mais continuait à tressauter comme un couvercle sur une marmite d'eau bouillante. Accompagnés d'éclairs et de gerbes d'étincelles, des jets de vapeur verdâtres fusèrent brusquement en plusieurs endroits, envoyant des odeurs de métal surchauffé et de tissu brûlé.Les parois semblaient sur le point de se disjoindre tandis que les craquements et les bruits explosifs augmentaient. Lordan était debout, vibrant d'impatience. Il fallait faire quelque chose ..La petit Wirenth sembla prendre conscience du danger et s'éloigna tandis que les Vertueux braillaient ce qui semblait un cri de guerre, déformé par les hoquets de la machine. Les arbalétriers plaçaient leurs carreaux et bandaient les cordes de leurs armes avec des crémaillères qui paraissaient particulièremant puissantes. Lordan, sans plus se contrôler, dégaina au moment même où il jaillit du fourré, certain qu'il fallait agir, même si c'était trop tard. Mais l'arbalète est plus lente à armer que l'arc et celui de Dinjelaï venait de se détendre avec un tchak qui lui parut une approbation, comme si l'elfe l'avait propulsé en même temps que sa flèche. Et comme Anareinth s'envolait, son rugissement et le souffle de ses ailes semblèrent participer de cet élan irrésistible qui les précipitait tous, la flèche,l'homme et le dragon, vers l'anneau luminescent du bouclier magique. L'aspirant eut le temps de penser que c'était stupide, car que ferait son katana contre un sortilège ? Mais il était lancé et ne s'arrêta pas, on verrait bien. Il sauterait par dessus, s'agripperait au bord de la plate-forme. Il sautait bien, c'était faisable, il allait le faire ..La flèche de l'elfe avait percé le ballon supérieur qui se dégonflait avec un sifflement aigu accompagnant des crépitements et les cris des Vertueux. La chance fit qu'à ce moment l'estrade décolla de nouveau mais n'étant plus équilibrée par le ballon, elle pencha brutalement du côté où les passagers s'étaient rassemblés dans leur affolement. Lordan entendit l'un d'entre eux :


-Non, non, la symétrie, je vous ai dit, la SYMETRIE!


et une voix angoissée : Qu'est-ce que tu dis ? l'asymétrie ou la sy ...aaahh !


Hah ! Ils voulaient de la symétrie. On allait leur en donner, de la symétrie ; et aussi de l'asymétrie pendant qu'on y était, et que la dissymétrie les avale, ces bouffeurs de dragons ! Dans un état second, Lordan plongea sous le cercle lumineux sans même fermer les yeux. Une chance sur deux que le bouclier ne soit vraiment que l'anneau qu'il semblait être et ne s'étende pas sous le véhicule aérien. Oui ! Ce n'était qu'un anneau et le Céleste se releva prestement sous les tubes gonflés de gaz et vibrant d'énergie. L'engin regagnait en hauteur et Lordan, sautant comme un diable, sabra à droite, à gauche, suivant ce ventre boursouflé qui au dessus de lui dérivait lourdement vers la rivière. Il sentit les enveloppes céder sous sa lame comme une peau malsaine, se déchirer avec un crissement écoeurant, qu'il salua d'un cri de victoire vite étouffé. Un gaz sentant le naphte et le soufre le suffoquait, mais il l'avait plus ou moins prévu, étant formé à ce que les professeurs d'alchimie appelaient négligemment des incidents de laboratoire et il retint sa respiration autant qu'il le put. . ayant juste le temps de se jeter à plat ventre pendant que l'engin filait, de plus en plus incliné, toujours pétaradant et crépitant, les passagers hurlant des jurons qui n'avaient rien de vertueux et que l'on aurait même pu taxer de blasphématoires.


Lordan ne vit pas les deux hommes tomber à l'eau ni les jambes qui s'agitaient désespérément dans le vide, dépassant les draperies pendantes et noircies de fumée et de suie. Il était couché sur le dos, aperçut le vol du dragon qui fit en champion plusieurs fois le tour du théâtre de leurs exploits. Toussant et crachotant, respirant comme il pouvait l'air qui redevenait frais et pur, il entendit le rire joyeux de l'Elfe et sut que la partie était gagnée. Les bruits hystériques de l'engin s'éloignaient, remontant la rivière . L'aspirant s'assit, vit Dinjelaï qui le cherchait du regard. Il agita la main pour signaler qu'il était une fois de plus, toujours vivant et toujours par terre.

Quand l'Elfe fut près de lui, il avait ramassé son katana et il dit d'une voix enrouée mais remplie d'une nouvelle assurance:

-Tu ne crois pas qu'on a mérité de rentrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:37

Posté par Dinjelai

Toujours hilare, Din regarda le corps mince du Céleste, allongé dans l'herbe calcinée par endroit. On aurait dit qu'il profitait tranquillement du spectacle qu'offrait les nuages, comme le font ceux qui ont le temps devant eux, par une douce après-midi d'été. Elle était trop loin pour le dire, mais l'elfe imaginait sans peine un long brin d'herbe dans la bouche de son compagnon d'équipée. Elle porta son regard au loin, et suivi un moment la course folle et bancale de la monstruosité volante, qui avait grandement perdu de son apparat. Quelques cris fusaient encore, que seule son ouïe fine lui permettait encore de capter.
Un nouveau rire lui secoua les côtes. Ils étaient vivants, ils avaient menés à bien leur mission. Din était heureuse. Elle se dirigea, tranquille, vers Lordan qui le semblait tout autant. Arrivée auprès de lui, elle lui tendit la main pour l'aider à se relever.

Et bien... Finalement, ils n'ont pas eut tant besoin de nous pour se mettre en pièce!

Elle hocha la tête à sa proposition. Derrière l'euphorie que lui avait inspirée cette dernière scène, elle sentait la fatigue, qui n'allait pas tarder à reprendre le dessus. Anareinth descendit en planant sereinement, tandis qu'autour de son corps d'ivoire Wirenth tourbillonnait en pépiant gaiment.

** Le vent souffle vers le sud... En moins de deux ils seront au dessus de l'océan. J'espère pour eux que leur engin les portera jusqu'à une île complètement déserte. **

Le dragon eut un petit grognement que les Chevaliers savaient être un rire, et Din s'avança vers lui pour lui caresser l'encolure.

Si tu n'es pas trop fatigué, nous aimerions rentrer. Nous n'avons plus de raison de nous attarder ici.

Le Blanc fit onduler son cou fin en guise d'assentiment, et Dinjelaï n'attendit pas d'autre signe pour monter en selle. Elle tendit à nouveau le bras à Lordan pour l'aider à monter derrière elle, et savoura l'impulsion d'Anareinth sur l'herbe souple de la clairière. Première étape pour rentrer à la maison.
Une fois dans les airs, le dragon expliqua à ses passagers:

** Pas d'Interstice ce soir, nous sommes à deux ou trois heures de Lomëanor, profitez du coucher de soleil. **

Et Din fit comme le commandait son Lié. En chemin, elle avait tout de même besoin de commenter ce qu'ils venaient de vivre.

Riche en adrénaline ce petit séjour en Orën, hein? En tout cas, Lordan, j'ai été ravie de faire ta connaissance, et j'ai beaucoup apprécié notre... travail d'équipe!

L'elfe n'était guère à l'aise dans les remerciements, mais ses phrases étaient sincères.

Je t'avoue que quand Alauwyr a désigné les équipes... Elle rattrapa au dernier moment sa remarque sur les Célestes fiers à bras et tenta une chute plus douce Heu, enfin, le travail en binôme de deux Kaerls c'est pas toujours facile non?

Elle se remémorait la longue Quête de la prophétie, où elle avait du en continu temporiser les caractères irascibles, chacun dans leur catégorie, de Limna et Altays...

En discutant, Dinjelaï contempla toute la beauté d'un coucher de soleil vu du ciel, qui déclinait tous les camaïeux roses et orangés...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   Sam 7 Sep 2013 - 7:37

Posté par Lordan

Tout était donc terminé. Lordan éternua et s'appuyant sur les coudes, il redressa la tête, encore un peu court de respiration. Cependant, la rapidité avec laquelle il récupérait son souffle lui parut signifier que l'inhalation de ce gaz puant n'avait pas causé de dommages sérieux.
Il était quand même étrange que toutes les activités humaines visant à exploiter la nature dussent s'accompagner de manifestations désagréables, voire nocives. Il pensa à la fumée noire des fours à chaux, aux poussières des gypses recouvrant la campagne d'un suaire asphyxiant, à la pestilence des tanneries et des bassins où les teinturiers brassaient des produits certes efficaces, mais dont les rejets engendraient dégradation des hommes, des eaux et des sols.. Et le bruit ! Tintamarres des carrières, des mines, vacarme des quartiers d'artisans, cacophonie des marteaux, des scies, des pilons et des courroies, des roues, poulies et engrenages, des chaudières, crachant leur vapeur tout comme cet infect engin qui s'éloignait. Lordan rêva quelques secondes à un monde géré par une magie savante, élégante et discrète, transformant les richesses de la nature sans les épuiser, n'exigeant de l'homme que son goût du savoir, au lieu de l'épuiser physiquement d'efforts harassants, un monde de sages prodiges, voguant dans le silence astral où ne résonnent que les cristallins échos de l'harmonie des sphères.


-Ajoute les queues des comètes pour l'éclairage, les arcs en ciel pour la couleur et des anges qui passent pour l'atmosphère céleste...Tu délires ..ce gaz est peut-être hallucinogène et euphorisant .


La main de Dinjelaï vint le tirer de ses rêves et de sa position assise. Sa bonne humeur était communicative et Lordan renonçant à ses idées désabusées sur l'avenir de la Science, se mit à rire aussi en brossant sa veste où s'attardaient des traces de suie et des brins d'herbes brûlées. Avec précaution, il recueillit aussi sur sa veste une coccinelle à sept points, très agitée par sa rencontre avec le progrès technique. Chacun sait, même si on n'y croit pas, que si la coccinelle vole, il fera beau à la fin de la semaine. Lordan fit monter l'insecte le long de son index et le vit avec plaisir s'envoler aussitôt. Il songea au nombre fabuleux de coccinelles à qui il avait procuré ce petit terrain de décollage et se dit qu'il était certainement pour une part, même infime, dans tous les jours ensoleillés que Rhaëg avait connus depuis son enfance. Il ne chantait plus la petite ritournelle qui accompagnait d'abord la progression verticale de la bestiole, puis l'ouverture par le milieu du petit capot bien rond et rutilant qui abritait les fines ailes irisées. Mais il se sentait toujours promis à l'espérance de beaux jours parce qu'une jolie bestiole avait été, l'espace d'un instant, le lien fugitif entre son doigt dressé et le ciel immense.


L'annonce par Anareinth qu'il ne passerait pas par l'Interstice ne pouvait que réjouir l'aspirant, en partie parce que ce passage s'accompagnait chez lui d'une angoisse horrible, heureusement brève, mais surtout parce que le vol au dessus d'un monde dessiné soudain à sa mesure, le remplissait d'une exaltation joyeuse, une ivresse de l'altitude qui lui donnait la certitude que la vie devant lui ne pouvait que déborder de moments fantastiques et de rencontres inoubliables. Rien que de penser à ces instants le remplissait d'impatience.
Il alla ramasser son sac, abandonné quand il s'était élancé, katana haut levé, à l'assaut de la machine, laquelle lui avait alors paru incarner tout ce qu'il détestait . Avait-il été différent alors d'un Ardent ou d'un Neutre ou de n'importe quel être en colère, défendant ce qu'il pensait devoir défendre ? Non sans doute...et s'il avait quelques pensées de pitié pour les malheureux Vertueux accrochés à leur damné engin, cela n'allait pas jusqu'à demander à la Maîtresse blanche d'aller voir si on pouvait quelque chose pour eux.
Dinjelaï, déjà installée sur son dragon, lui tendit la main pour l'aider à monter. Il se sentait tout à fait mieux mais il apprécia l'intention, d'autant que le geste était direct, amical, celui d'un compagnon d'aventure. Il avait un peu oublié l'épisode "Jeunes mariés" dans la suite mouvementée de leur expédition. Cependant en regardant l'Elfe monter sur Anareinth, il reprit brièvement conscience de sa féminité, gracieuse et décidée, et il craignit un instant les émotions, qu'une fois assis derrière elle, la vision de sa nuque blonde et de son cou délicat pourrait éveiller, comme lorsqu'il avait joué le rôle du cher mari.. Mais le geste franc et sans arrière-pensée le rassura sur ses propres intentions. Elle était très jolie et bien, tant mieux . Il n'est pas interdit ni dangereux de trouver son chef joli . Mais Dinjelaï était surtout celle qui l'avait aidé... combien de fois ? deux ? trois , ?. à se remettre debout en lui prenant la main et c'était un lien qu'il n'allait pas gâcher pour des visions banales de bouclettes sur un cou joliment dessiné.
Il poursuivit donc sa réflexion tout en s'installant derrière elle.


-Ardents...engloutis...Ces étiquettes faussent la réalité du cœur humain . Pourquoi n'aurions-nous tous en commun que les seuls défauts et pourquoi les qualités du cœur ne seraient-elles pas aussi partagées ? Nous avons nos célestes ambitieux; nos criminels, nos dévoyés, nos envieux et nos aigris célestes, comme les autres. Je ne peux croire que le Seigneur Alauwyr passe son temps à haïr constamment tout le monde, à vouloir écraser tout être qui se présente devant lui, comme s'il s'agissait d'un cancrelat, finalement à n'être jamais content du monde comme il va. Et je ne crois pas qu'on ne puisse être satisfait que par des actes de destruction. Au Màr Taralöm, la plupart des parents doivent se réjouir de leurs enfants ; des fils, même parmi les plus cruels, doivent chérir leurs mères vouloir le bien de leurs frères, le bonheur d'une soeur aimée, pleurer la disparition d'un ami. Un ardent méprisera-t-il celui qui lui a sauvé la vie, grimacera-t-il systématiquement à une parole aimable ? Ce n'est pas possible d'être constamment hostile à tout ce qui n'est pas soi-même. Les nourrissons doivent avoir les mêmes fossettes et les mêmes sourires attendrissants dans tous les kaerls.
Je me suis parfaitement entendu avec Dinjelaï, même après qu'elle m'ait remonté sévèrement le baudrier à propos de ce Vertueux que j'ai laissé s'échapper. Peddyr et Crylith Avanaël forment un couple uni . Pourquoi un Ardent ne pourrait-il pas être ami d'un Céleste et un couple se former entre Màr Taralöm et Màr Luimë ? Un vrai couple, durable, solide, heureux..


Dinjelaï lui fit quelques remarques aimables auxquelles il répondit sur un ton qui reflétait son alacrité présente :


-Je suis aussi tout à fait content de cette mission . Nous avons réussi. Et en vous suivant, j'ai appris beaucoup sur moi et sur ce que nous devons affronter pour servir les objectifs des kaerls. Ces buts sont différents la plupart du temps et même peuvent nous opposer. Mais malgré nos différences, nous nous fédérons dès qu'il s'agit de défendre les Dragons. Peut-être d'autres buts pourraient-ils nous unir..des volontés de paix, de recherche de mieux-être pour tous..


Pris par son sujet, Lordan poursuivit sans penser que la vitesse du vol et l'air sifflant autour d'eux devaient emporter la moitié de ses paroles..:

-En plus, si sur certains points de tactique et d'interprétation des faits, je ne pense pas comme un aspirant du Mar Luimë, je ne vois pas trop de différence entre le comportement social d'un chevalier céleste et celui d'un englouti . Vous avez peut-être une manière de raisonner et des idéaux différents des nôtres. Mais les sentiments sont les mêmes. Un Céleste peut se mettre en colère, être jaloux, agressif, dire des choses méchantes, un Neutre peut être violent, ému, secourable. Je suppose qu'un Ardent peut avoir des mouvements généreux et des moments de douceur et de gentillesse . Il faudrait voir..


Lordan s'arrêta car il savait qu'on reprochait aux Célestes d'être des discoureurs impénitents . Mais il savait aussi que les Neutres fondaient justement sur l'art de discourir une part de leur éducation et il avait souri en lisant un vieux rapport de mission échoué aux Archives, où un chevalier Ardent écrivait trente pages pour vitupérer ces insupportables discoureurs de Célestes..


Sa réflexion commença à se dissoudre sitôt que le dragon établit sa trajectoire en altitude. Trop de spectacles splendides occupaient son regard. A l'occident, le soleil n'était déjà plus qu'un incendie de couleurs irradiant entre de minces bandes de nuages violet sombre, étirés sur un fond chatoyant de chaudes couleurs. A l'orient, la nuit montait comme une barre mystérieuse où s'allumaient les premières étoiles. L'océan reflétait ces teintes contrastées en longues houles qui, sous le vol du dragon, devenaient d'un vert profond, à peine ourlé de blanc ici et là. Il n'y avait même pas à s'exalter de projets d'avenir, d'ambitions, d'espérances, de désirs. Le monde entier était désir, promesse, passion et attente . Lordan se savait humble, rien de plus qu'une conscience venue par hasard au milieu de ces merveilles et qui disparaîtrait un jour sans qu'aucune d'entre elles en soit diminuée. Mais en ce moment, il se sentait joyeusement, totalement et démesurément vivant.


********

Les lumières de Lòmëanor les accueillirent à la nuit close . L'auberge qui les avait vus partir dans une atmosphère contrainte et sans chaleur, allait les recevoir de nouveau et Lordan était sûr que l'ambiance serait toute autre . D'ailleurs pour lui, une bonne ambiance, ce soir, signifiait un bain chaud, un repas rapide mais selon ses goûts, et surtout un lit, un bon lit, moelleux et bien bordé, où il pourrait commencer par étendre ses grandes pattes fatiguées, puis se rouler en boule et dormir jusqu'au matin .Arrivé devant l'auberge, Lordan respira l'air frais de la nuit et s'exclama fièrement :


-Tu sais, Dinjelaï, je crois bien que nous sommes les premiers..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....   

Revenir en haut Aller en bas
 
V1 - [RP-Quête] Les Vertueux au vert....
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Effondrement de l'école ''Grace Divine''Canapé Vert
» Au Dragon Vert
» Passage au thème vert!
» Armée du Rohan(vert et rouge mdr..)en 500pts pour le tournoi
» Un blason vert et des rires mesquins [PV Vas]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Orën - Continent Nord-Ouest-
Sauter vers: