Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:42

Posté par Limna

Derrière la porte elle entendait ses deux compagnons discutaient, il n’était donc pas mort… Elle sourit pour elle-même et poussa la porte. Altays recroquevillée venait de prendre une chemise pour se couvrir, l’elfe avait du le soigner. Elle se tenait un peu à l’écart de l’ondin, se rafraichissant… Elle avait l’air un peu fatiguée. Limna s’étonna de lire une pointe de faiblesse sur son minois délicat alors qu’elle était une force de la nature. L’ondine ferma la porte derrière elle et s’avança dans la grange tête haute, fière de ses nouveaux vêtements qui ne lui avait rien coûté.

Avant de prendre place sur une table, elle enleva sa nouvelle cape chaudement doublée, et tapota la belle chemise propre qui l'habillait. Sa grosse ceinture en cuir et algues marquait comme il fallait sa taille. Elle se tourna, monta sans difficulté sur la table et ne put s’empêcher de laisser balancer ses pieds dans le vide, témoignant de son humeur légère. Le dragon ne l’avait pas dévoré et Altays ne savait visiblement rien de ce qu’il lui était arrivé. Elle regarda d’abord Dinjelaï comme pour vérifier que tout allait bien pour elle et lui signifier qu’il en était de même pour elle puis posa ses yeux sur Altays. Afin de ne pas se trahir, elle décida de jouer la carte de la compassion… Elle pensait qu’il serait plus marqué, Limna ne connaissait pas l’étendue des pouvoirs elfiques.

Ils t’ont salement amoché… Je n’étais pas loin quand un homme à inviter les clients à venir voir une bagarre. J’ai suivi mon informateur et j’ai mis du temps à te reconnaitre… Elle fit une petite moue qui avait l’air d’un regret, comme si elle serait intervenue le cas échéant. Tes amis sont arrivés rapidement tu as eu de la chance… Elle souffla bruyamment comme s’ils avaient eu chaud et effaça d’un geste toute expression désolée.

Elle était de bonne humeur ça se voyait cruellement. Limna ouvrit sa besace pour sortir ce qu’elle avait trouvé et éparpilla son butin : plusieurs pains, un saucisson, d’autres morceaux de cochon et un pot de miel. Elle sortit sa dague et se coupa une tartine qu’elle couvra de miel. La jeune femme mordit dedans comme si rien n’allait de travers. Elle finit sa bouchée avant d’en proposer aux autres.

Vous voulez quelque chose ? J’ai trouvé ça, c’est super bon.

Elle finit une seconde bouchée avant de s’adresser à Dinjelaï.

Alors, tu as trouvé des choses intéressantes ? Ta connaissance ne t’a pas prise pour une folle ?

Elle jeta un bref coup d’œil sur Altays qui portait un visage particulièrement fermé, elle ne lui adresserait pas encore la parole… Ce spectacle était bien suffisant à ses yeux, peut être que lorsqu’elle s’en lasserait elle essaierait de l’entendre…

Qu’est-ce qu’il y avait d’humains là bas ! Je commence à m’y faire mais bon… je te cache pas Din, que c’était dure de se tenir face à des ivrognes…

Elle pinça légèrement les lèvres, aucun rapprochement possible avec les agresseurs, tous les marins étaient des buveurs invétérés. Elle ôta son voile pour prendre une nouvelle bouchée de sa tartine.

J’ai réussi à avoir une info sur notre affaire. Y’aurait une légende sur un dragon à quatre têtes. Bon le crétin qui m’en a parlé n’était plus très frais mais j’ai retenu, que ce dragon gardait un trésor divin. Que les astres eux même insufflaient de leur magie au gardien pour qu’il veille à ce qu’il ne lui arrive rien. Le dragon, création des Dieux, est un monstre aussi redoutable que magnifique. Il m’a raconté qu’il était une statue d’or et de pierres précieuses qui se réveillaient lorsque les voleurs du trésor s’approchaient de trop près.

Elle mordit une nouvelle fois dans son pain.

Il n’avait pas beaucoup d’éléments intéressants, il a détaillé la façon dont le monstre se chargeait des voleurs, il leur arracherait la tête sans pitié. Mais je lui ai demandé où il avait entendu parlé de ça et il aurait lu un livre en voyageant sur un bateau dont le capitaine était originaire de petites îles de l’Est. Il m’a souligné un fait qui lui semblait amusant, c’est que l’histoire évoquait plus d’une fois une caverne d’Oryono, comme un des berceaux de la magie des astres et qu’il y avait par là bas, dans l’Est, une caverne d’Orion. Alors il s’était imaginé y aller pour jeter un œil, mais il a eu trop peur d‘y trouver un dragon

Limna sourit presque franchement.

Ça n’a pas l’air commode faut l’avouer… Elle tourna les yeux vers Altays. Andúnë est venu me chercher tout à l’heure, si je ne savais pas ce que je sais… j’aurai presque juré qu’il voulait me tuer.

Elle laissa traverser dans ses yeux une pointe de mécontentement. Peut-être avait-il demandé à son dragon de l’effrayer ? Elle détourna les yeux de lui après avoir observé avec soin ses traces de blessures, il aurait même peut-être quelques cicatrices ! Elle descendit de la table et alla boire à son tour.

Vous avez du nouveau ? Enfin Altays n’a probablement pas grand-chose, mais il ne faut pas lui en tenir rigueur… Bien que nous avons certainement été remarqués maintenant.


[HRP: c'est pas très long... désolée..]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:42

Posté par Dinjelai

Dinjelaï fronça les sourcils aux explications d'Altays... Des hommes ivres, sans motif? Bizarre...

Et bien, je ne t'avais pas cru quand tu disais que quelques pères jaloux pourraient te reconnaître... Si j'avais su qu'ils étaient aussi attentifs et... disciplinés à te punir...

Ses paroles se voulaient légèrement humoristique, mais le ton n'y était pas... Il suffisait de regarder le visage et le torse tuméfié de l'ondin pour calmer toute envie de rire... Il la remercia en hâchant les mots, et c'est le moment que choisit Limna pour entrer. Rien qu'à la voir, Dinjelaï fronça les sourcils, intriguée. L'Ardente avait posé le regard sur Altays à terre, puis s'était avancée, d'une démarche étrange, comme paradant, habillée de frais, l'elfe remarqua qu'elle n'avait gardé aucun de ses habits du matin et haussa les sourcils, surprise.
Elle salua rapidement la jeune femme d’un signe de tête, sans prononcer un mot, trop étonnée de ce changement radical de comportement… Elle n’arrivait pas à définir le sentiment qui émanait de Limna…

Elle s’assit nonchalamment sur un table un peu branlante, en réalisant l’exploit de le pas l’écrouler, et adressa à Altays quelques phrases compatissantes qui rassura quelque peu Din, et compléta de quelques phrases ce qui s’était passé… Elle eut un petit sursaut lorsqu’elle comprit que Limna était présente mais qu’elle n’avait pas bougé un pouce, avant de réaliser que s’était peut-être le plus malin…

Limna étala à côté d’elle une foule de victuailles, saucissons, pains, miel… Surprenant une fois de plus Dinjelaï… Décidément, l’ondine n’avait pas ses mains dans ses poches. Elle espéra qu’elle n’ait pas fait preuve de violence injustifiée pour s’approvisionner ainsi, en nourriture et surtout en vêtements, mais quelque chose lui soufflait qu’elle n’avait pas un sou en poche, et son visage particulier ne pouvait permettre de proposer autre chose que quelques écus sonnants et trébuchants…

Alors que Din était toujours assise, à même le sol, en train de reprendre des forces, Limna se mis en tête de faire à elle seule la conversation… Encore une facette de cette personnalité que Dinjelaï n’avait pas deviné la veille au soir… Elle raconta brièvement sa journée, et surtout les informations, intéressantes, qu’elle avait pu dénicher… Les récits des marins étaient toujours fournis de détails plus horribles les uns que les autres, peut-être pour justifier leur trouille d’aller y voir par eux-mêmes ?

Dinjelaï releva les yeux sur une Limna décidément trop bavarde, et elle remarqua un discret coup d’œil, glissé vers l’ondin, suivit rapidement d’une ébauche de sourire qui lui mis à nouveau la puce à l’oreille… Bizarre décidément ce changement de comportement… Les sourcils toujours froncés, Din se releva lentement et s’étira. Puis elle se dirigea vers la table et arracha un morceau de pain. Elle mordit dedans, en dévisageant Limna d’un regard dur… Certes, elle avait bien fait de ne pas intervenir tout à l’heure, mais ce n’était pas une raison de se moquer d’un camarade qui avait subit une brutale déconvenue… Elle espéra que l’ondine comprendrait le message et ferait d’avantage d’efforts pour masquer ce sourire inconvenant.

Dinjelaï se saisit de sa gourde de cuir et l’empli d’eau fraîche puisée juste avant. Puis elle retourna à côté d’Altays et lui tendit l’outre pour qu’il se rafraîchisse… Limna s’était tue, il planait dans la grange un silence de mauvais augure…

Bien Limna, tes informations sont intéressantes. Un dragon de pierres précieuses hein ? Dans des îles à l’Est… Ys regorge de centaines d’îlots et je ne connais pas les cavernes d’Orion, mais ça me paraît un bon début !

Elle marqua une petite pause, et commença à raconter ce qu’elle avait fait de sa journée :

Pour ma part, non mon ami ne m’a pas prise pour une folle, merci de t’en soucier…

Elle regarda Limna pour s’assurer que le message était bien passé. Elle n’aimait guère le comportement de l’Ardente, que le sang et les blessures semblaient exciter comme un charognard…

Mon ami est libraire, et fait particulier nous intéressant, il collectionne tous les livres originaux évoquant l’existence de dragons… Je lui en ai emprunté deux qui me semblent particulièrement prometteurs, j’y passerai certainement une partie de la nuit, car ils sont en vieux Ysien…

Din marqua une petite pause et tira de sa besace deux épais volumes. Avant de les poser sur la table, elle poussa miel et autres provisions au plus loin qu’elle pu :

Je lui ai promis d’y faire très attention.

Elle mordit à nouveau dans son quignon de pain et s’éloigna pour prendre une couverture.

Peut-être qu’Altays aussi à découvert quelques petites choses qui pourraient nous intéresser ?

Elle l’interrogea du regard. L’ondin semblait toujours assez lointain… L’elfe revint vers lui et lui tendit la couverture…

Garde toi au chaud, sans ça tu fatigueras plus vite…

**********

Dehors, le dragon blanc planaît autour de la grange. Il rejoignit la masse d’ombre d’Andùnë, et déposa à côté de lui une biche à moitié dévorée…

** Comment s’est passée te journée mon ami ? Et celle de nos petits bipèdes ? **

Le dragon n’était pas au fait des pérégrinations des deux ondins. Pendant la journée, il avait gardé un œil sur sa Liée, mais le sort des autres ne le préoccupait pas outre mesure. A la nuit tombée, il s’était mis en chasse, le ventre gargouillant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:43

Posté par Altays

Il aurait pu se relever et faire en sorte de se montrer neutre sur sa journée mais c'était au-dessus de ses forces. Pour le moment il voulait surtout ne pas croiser le regard de ses deux compagnes. L'une il le savait afficherait un air rieur et moqueur voir même un air de pure bonheur. Ravie de ce qui lui était arrivé elle ne se priverait pas de montrer qu'il était surement un être faible. Mais à dire vrai ce n'était pas ce regard qu'il voulait éviter... c'était l'air compatissant que devait afficher Din. Cela il n'aurait pu l'affronter. Certes c'était chose normale. Mais il ne supportait pas vraiment de paraître aussi faible à ses yeux. Et bien que cela ne faisait à peine qu'un jour qu'il la connaissait cette idée le troublait plus qu'il ne l'aurait imaginé.

Contrairement à ce qu'il pensait Limna ne fit pas la moindre réflexion désobligeante à son égard. Elle parla d'un ton détaché et étrangement calme. Il aurait volontiers levé son visage impassible en sa direction mais le plancher demeurait plus intéressant pour l'instant. Ainsi il fit silence et demeura attentif aux paroles de l'ondine. Du moins ce devait être l'impression qu'il donnait car au sein de son esprit il cherchait toujours un moyen de ne pas sortir de la grange de monter sur Andúnë et de quitter les lieux sans se retourner. Mais il avait des obligations envers son Kaerl et envers tout le reste du monde. S'il n'accomplissait pas correctement ce qui était attendu de lui il n'aurait jamais la chance de pouvoir se racheter auprès des siens. Auprès de sa famille, de ses amis, et de celle qui commençait à faire battre son cœur un peu trop fort.

Cette simple idée le révulsa. Tendant son esprit vers Andúnë un court instant il ne parvint pas à l'atteindre. Son lié semblait soit atteint aussi par son expérience plutôt douloureuse d'aujourd'hui soit quelque chose le contrariait lui aussi. Mais tant qu'il ne s'ouvrait pas, Altays ne pourrait savoir quel été le problème. Enfin Limna cessa de raconter ses inepties au sujet des habitants du village. Elle en été arrivé au sujet principal à savoir la quête. Il écouta attentivement ce qu'elle avait découvert et nota ce qui semblait correspondre avec ce que lui-même avait entendu aujourd'hui. Enfin elle acheva son récit et son tour de parole par le fait qu'Andúnë ne s'était soit-disant pas très bien comporté.

Elle était si effrayée qu'elle en venait à raconter des bobards que l'ondin n'était en aucun cas susceptible de gober. Une telle erreur lui aurait de nouveau valut des remontrances en temps normal mais il n'était pas du tout en état de se prendre la tête avec elle. Il attendit donc patiemment que Din intervienne comme il s'y attendait afin de raconter elle-même sa propre journée.

Il regarda les déplacements qu'elle effectua à travers la pièce et releva les yeux sur une gourde qu'elle lui tendait. Il avait eu raison de ne pas la regarder. S'emparant de la gourde, il caressa doucement la main de l'elfe comme un remerciement silencieux et étancha la soif qui le tiraillait sans qu'il s'en rende vraiment compte. Puis il écouta ce que Din avait découvert. La jeune femme le surprit de nouveau avec ce qu'il entendit. Ainsi son informateur était un libraire. Elle ne donnait pas l'impression d'être une sotte loin de là mais il ne s'était pas attendu à ce qu'une telle femme s'intéresse à tant de chose. C'était stupide de sa part en fait. Elle n'avait jamais évoqué son passé avec précision et voila qu'il faisait ce qu'il avait promit de ne pas faire. La juger. Enfin, ça n'avait rien de mal puisqu'il n'éprouvait à son égard que de bons sentiments.

Mais l'image de sa sœur s'imposa de nouveau dans son esprit et il repartit alors dans une transe silencieuse et oublia de s'attarder sur le reste des paroles. Il ne savait trop quoi faire. Il n'arrivait pas à se rendre compte qu'il était passé à coté de tellement de chose depuis son arrivée au Kaerl. Mais sil ne se ressaisissait pas il n'aurait jamais l'occasion d'arranger les soucis qui le tracassait. Quand de nouveau elle s'approcha de lui en lui tendant une couverture, Altays comprit que s'en était assez. Il se leva péniblement ne cherchant pas à jouer aux héros au risque de se blesser de nouveau. Il regarda Din d'un air réfléchit et refusa la couverture en secouant lentement la tête.

- Merci Din... je n'ai pas froid. Et je me sens bien mieux.

Il regretta un court instant le ton plutôt neutre qu'il avait employé mais il ne tenait pas à ce que Limna s'aperçoive qu'il n'était pas si insensible à l'elfe. Gardant ses yeux posés sur Din, Altays rebut une petite gorgée d'eau.

- Malgré ma petite... altercation. Je suis tout de même parvenu à obtenir quelques informations. Du moins ce ne sont que des superstitions et autres légendes. Mais je crois que cela nous sera utile.

Jetant un regard froid à Limna il se rendit compte qu'elle portait des habits neufs. De plutôt bonne qualité et qui auraient probablement ruiné n'importe quel aspirant. Il regarda ensuite les victuailles et se demanda si elle n'avait pas plutôt usé d'un moyen détourné et non recommandé pour obtenir tout cela.

- Vous raconter la légende dans son ensemble serait long et je vais donc juste me contenter de retracer les passages important.

Cherchant ses mots un court instant il fixa ses yeux dans le vide en repensant aux paroles du vieil homme.

- Il semblerait que dans l'archipel. Dans un coin reculé et bien peu emprunté se trouverait un trésor. On parle d'un diamant ou d'une pierre précieuse. D'un joyaux qui serait tombé du ciel afin de sombrer dans les profondeurs marines. Seulement il est dit que pour protéger le bien qu'ils avaient perdu. Les êtres célestes auraient jeté sur la pierre une malédiction. Bon nombre de marins se sont risqués à s'en emparer mais aucun n'y est jamais parvenu. Ce mythe ne m'aurait pas convaincu en temps normal mais il est vrai que bien souvent les gens on fait référence à une partie de l'archipel qu'il fallait éviter. Certains racontent que la mer elle-même n'autorise personne à s'approcher des lieux. Que ça soit sous forme d'une tempête ou en envoyant des créatures marines plutôt surprenantes. Je n'aurais jamais prit la chose au sérieux. Mais quand on est lié à un Dragon je crois que l'on peut accorder du crédit aux paroles d'un vieux marin édenté. Il n'est pas fait mention d'une caverne ou autre. Juste du joyaux, de sa malédiction et du danger qui menace quiconque cherche à s'en emparer.

Altays s'arrêta là dans son récit. Le reste n'avait rien à voir avec la quête et il n'avait pas vraiment envie de raconter ce qu'il avait découvert que ça soit à son sujet ou au sujet de sa famille. Cherchant de nouveau à établir le contact avec son lié il fut heureux de sentir sa présence non loin de là. Mais le grand noir s'obstinait à demeurer silencieux ne laissant entrevoir qu'une rage dissimulée qui parvenait tout de même jusqu'à l'ondin. Un bref éclat glacial traversa les yeux d'Altays en sentant cette impression et il tourna bien rapidement son visage vers la fenêtre en attendant de savoir ce que les femmes avaient à dire au sujet de ses découvertes.

~~~~~~~~~~

Le ciel était dégagé et Andúnë regarda doucement descendre le lié de l'elfe. Il en était venu à oublier sa présence. Les nouvelles qu'il avait apprises grâce à Limna lui avait obstrué l'esprit et il ne désirait rien d'autre que trouver un moyen détourner de se venger sans que l'ondine et son propre maître ne l'apprennent un jour. Quand il sentit l'odeur la viande, le noir se calma et tourna vers le petit blanc une pupille qui déclinait doucement vers le rouge clair. Quelques secondes auparavant ses yeux avaient prit la couleur du sang montrant l'état d'énervement dans lequel il se trouvait mais à présent qu'Altays parvenait à regagner son calme, lui-même tachait d'en faire autant.

Sentant l'esprit calme et serein d'Anareinth toucher le sien, Andúnë s'ouvrit à lui.

* Mon lié a eu quelques problèmes. Rien de bien grave si e n'est que je n'ai pu intervenir et qu'il a du passer pour un homme banal se faisant brutaliser. Il n'a donc pas vraiment pu se défendre. Ta liée lui a prodigué des soins et je lui en suit très reconnaissant par ailleurs. *

Hésitant un court instant à en dire plus il pesa le pour et le contre et se maudit de ne pas pouvoir dire les choses clairement et directement à son propre lié.

* Mais me concernant je ne vais pas bien du tout. Car en rentrant ce soir j'ai apprit de part l'ardente que le responsable de cette dispute n'est autre qu'elle-même. Cette foutue bipède qui est allée jusqu'à inventer un mensonge pour jauger des talents de mon lié. Si je le pouvais je la jetterai du haut de mon dos lors d'un simple vol de routine. Regardant la peur que je lirais dans ses yeux lorsqu'elle verrait venir sa propre mort. Mais si je faisais une telle chose. Le malheur reviendrait sur Altays... et je ne peux m'y résoudre car il souffre déjà. *

Cherchant avec calme à sentir ce que le blanc éprouvait ou pensait à propos de tout cela, le noir garda son calme. Il regarda un instant la nourriture et détourna le regard ne pouvant avaler quoique se soit malgré la faim qui le tiraillait quelques instants plus tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:43

Posté par Limna

Le regard de Dinjelaï était de toute franchise, elle ne chercha pas à dissimuler l’once de méfiance qui s’y affichait. Cela ne déstabilisa pas Limna, au contraire, elle appréciait qu’on ne tourne pas autour du pot. Le ton de l’elfe se fit talentueusement orné et ne manqua pas de sous entendre que le souci de son prochain pouvait s’étendre jusqu'au céleste. L’ondine n’exprima rien en retour des conseils ou avertissements de la Maîtresse blanche. Elle écouta ses nouvelles et sortit deux gros ouvrages qui s’écrasèrent sur la table. Limna plissa les yeux pour observer leur titre, la langue lui était inconnue. Lorsqu’elle remarqua que l’elfe porta une couverture à Altays, elle se concentra un peu plus sur les quelques phrases des premières pages qu’elle parcourait du bout du doigt. Elle ne comprenait pas l’attention que Din portait à l’homme, mais elle ne voulait pas afficher la moindre réaction.

-Quelle est cette langue ? Celle que j’ai entendue en ville était tout à fait semblable à la nôtre.

Dinjelaï retrouva sa plaça après qu’Altays l’est éconduite et il prit alors la parole pour conter le bilan de ses recherches. Elle lâcha l’ouvrage des yeux et s’appuya contre le mur pour l’écouter. Les yeux perdus par la fenêtre, elle n’avait même pas besoin de faire semblant de l’éviter. Les témoignages étaient relativement différents mais ils portaient tous l’angoisse face à un danger des Dieux et le souvenir d’une pierre précieuse. Elle réfléchit à tout cela, des archipels dessinaient ce continent, l’Est avait été mentionné, pourquoi chercher plus loin ? L’elfe trouverait certainement un brin de vérité dans la poussière de ces pages.

L’ondine tourna la tête vers cette dernière et s’inquiéta furtivement de l’expression qu’elle y lut. Elle semblait fatiguée… Limna n’avait peut être pas remarqué à quel point elle avait aidé l’homme… Elle jeta un bref coup d’œil sur son visage, il avait drôlement cicatrisé, la magie d’elfe était donc une réalité ? Elle fit une moue dégoutée, ainsi les deux compagnons avaient partagé de l’intimité… Elle retrouva réconfort vers l’horizon.

-Personne ne verra d’inconvénient pour qu’on essaye de visiter les archipels orientaux… Plus vite ce sera fini… Elle ne finit pas sa phrase.

La compagnie lui pesait et un étrange malaise naissait en elle. Etait-ce dans la poitrine ? Sa respiration s’accéléra brusquement et la chaleur l’envahit. Elle évita de regarder ses comparses et se tourna vers la table pour enfourner dans sa besace un peu des mets qu’elle avait déposés peu avant. Ses gestes étaient pressés comme si une urgence s’annonçait. Elle se dirigea vers la porte et murmura.

-Demain.

Elle allait partir mais en oubliait ses nouveaux attributs. Elle fit un bref demi-tour s’équipa et ferma la porte derrière elle.
Dehors, Limna tenta de reprendre son air, mais cela semblait devenir impossible. Comme si son corps ne répondait plus aux plus élémentaires des gestes. Elle aperçut au loin les dragons et un frisson s’ajouta à l’angoisse. L’ondine se mit à courir dans la direction opposée.

La course serait-elle fatale ? Elle y pensa mais le vent sur son visage lui rappelait que c’était encore possible. Un petit rire tinta à ses oreilles et la jeune femme se figea. Sa respiration s’apaisa mais son esprit lui, resta en alerte. Limna attrapa la fiole a son cou et pour la première fois se demanda si elle avait bien fait de l’emporter. Mais une fine risée vint porter jusqu’à elle les chuchotements. Son nom, on l’appelait par son nom cela était-il déjà arrivé ? Elle n’avait pas le choix son corps entier entendait l’appel. Lentement, elle avança… Elle reconnut le timbre de sa défunte sœur, parmi une multitude de plaintes damnées.

Elle sursauta quand elle réalisa qu’elle se trouvait au bord d’une falaise et recula de quelques mètres. La nuit tombait, le soleil avait déjà fuit de ce côté de la mer et l’ombre grignotait la terre avec empressement. Le murmure la rappela pourtant et elle suivit un petit sentier qui descendait, malgré sa réticence. Au bout de quelques minutes seulement, elle se trouva sur une plage de galets dont elle n’apercevait pas vraiment les contours. La lune était timide et son éclat berçait les eaux en oubliant d’atteindre les rivages.

*Limna, approche, n’aie pas peur…*

Elle n’avait pas de direction vers laquelle tourner la tête puisque la voix dansait au fond d’elle même mais son regard se posa sur les reflets scintillants de l’eau. La mer était calme, pourtant elle tirait dans son rythme infernal sa masse colossale et brisait avec poésie ses vagues sur la rive. L’ondine s’approcha, ôta ses nouvelles bottes et remonta ses vêtements. L’eau froide vint lui glacer le sang mais elle ne se retira pas. Elle craignait pourtant d’ordinaire les caprices des climats mais lorsque c’était l’étreinte avec l’eau qui la saisissait, sa peau réagissait avec bonheur et une chaleur aphrodisiaque l’envahissait. Elle entendit un bruit de galets et tourna la tête avec un regard assassin.

A quelques mètres d’elle, une forme sombre essayait de se mouvoir péniblement. L’ondine garda ses chevilles dans l’eau pour rejoindre l’intrus et sortit une dague de sa manche. Elle entendit un petit gémissement suivi d’une toux régurgitant les restes d’un voyage aquatique forcé. L’ondine regarda la forme se dessiner avec de plus en plus de précision à mesure qu’elle approchait. C’était un humain, qui ne l’avait même pas encore entendu. L’homme réussit enfin à se rouler sur le dos comme s’il respirerait mieux ainsi ; il ouvrit lentement les yeux et aperçut l’ombre fantomatique de l’ondine. En une fraction de seconde il ouvrit la bouche pour hurler mais elle tomba avec son genou sur son torse pour étouffer son cri et plaqua sa main contre sa bouche tandis qu’elle menaçait sa gorge de sa lame.

-Il faut que tu te taises, sinon je vais te tuer.

Sa voix était fine, mélodieuse et pourtant implacable. L’homme secoua la tête comme pour assurer qu’il ne ferait rien. Il tremblait de froid et de peur comme si le corps ne faisait pas la différence entre les deux sentiments. L’ondine relâcha sa prise et alla retrouver le contact de l’eau pour se défendre de l’air extérieur. L’homme se redressa à l’aide de ses bras, il était épuisé.

-Je… aidez-moi…

Limna ne tourna même pas la tête vers lui. Elle remarqua une autre masse sombre un peu plus loin. Elle s’approcha d’elle, un autre humain, qui avait eu la bonne idée de succomber.

-Il est mort ?

Elle ne répondit pas et fouilla le corps. Elle observa l’épée qu’il portait à la ceinture. Une arme de corsaire… Ceci la fit sourire et elle n’hésita pas à lui ôter ses bottes pour y découvrir deux bourses d’or. Elle les fixa à sa ceinture et retourna vers le survivant.

-Donne-moi ce qu’il te reste en poche.

-Je n’ai rien, j’étais prisonnier sur le bateau. Des pirates, ils m’ont battu et les récifs auront rependu le jugement des Dieux.

Limna le frappa avec violence au visage et il tomba en arrière.

-Blasphème et je te tue. Ta vie, ton sort est indigne de L’attention divine. Donne-moi ce que tu as en poche…

L’homme se releva mais ne se fit pas conciliant, il refusa même qu’elle le fouille. Limna souffla d’abord comme exaspérée par ce trait idiot tellement humain puis, l’égorgea. Il n’avait même pas eu le temps de crier, le visage de la jeune femme toujours aussi hermétique d’ordinaire ne l’avait pas prévenu de l’attaque imminente, le tranchant de l’arme avait à peine sifflé. Alors, elle lui sortit ses bottes et trouva un cylindre pour parchemin quelle rangea là encore à sa ceinture. Comme les pirates manquaient d'imagination... cependant leur avidité avait toujours fait de leurs chausses la cachette idéale, mêmes les flots n'avaient pu les voler...

Comme plus rien ne l’intéressait, elle tourna les talons pour regagner le bord de l’eau. La douce énergie marine apaisait son cœur, ses tourments. Un rire tinta encore une fois avant de la laisser en paix. Lorsqu’elle fut suffisamment loin des corps, elle sortit de l’eau et se blottit contre un rocher pour passer la nuit. De temps à autre la marrée vint lui apporter, en une caresse furtive, la chaleur réservée au peuple de l’eau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:43

Posté par Dinjelai
Dinjelaï dévisagea Altays, un peu trop longtemps, absorbée qu’elle était par les informations qui venaient se recouper étrangement avec celles de Limna. Un archipel, bien à l’Est du continent insulaire. Certes aucun renseignement sur la distance précise avec les côtes, mais l’elfe ne demandait pas la latitude exacte d’une île légendaire. Elle était même surprise de la qualité des rumeurs entendues dans la journée… Après, il faudrait vérifier leur valeur, mais c’était un meilleur début que ce qu’elle avait imaginé… Hormis l’altercation de l’ondin…

L’Ardente, le regard perdu vers la seule ouverture de la grange, une fenêtre étroite, n’affichait aucune réaction, mais ne perdait pas une miette du récit. Cela concordait, mais Din n’aurait su dire si un quelconque enthousiasme l’occupait. Depuis son regard soupçonneux, l’ondine s’était retranchée derrière son voile et nul ne pouvait imaginer ses pensées.
L’elfe remarqua qu’elle tentait de déchiffrer les titres des deux livres qu’elle avait rapportés de chez Maître Friagrïn :

Effectivement, avec l’ouverture des voies commerciales et la pacification de bons nombres de ports Raëghiens, l’usage d’une unique langue s’est généralisée, et Ys en est pour ainsi dire, le berceau. Les dialectes sont toujours d’usage dans l’intérieur des continents, mais sur Ys, tout le monde parle ce nouveau langage. Il n’empêche que les anciens usent toujours de l’Ysien ancien… Il n’a donc pas tout à fait disparu, et bien que je ne parle pas couramment, certains mots sont facilement reconnaissables…

Je vais essayer d’en déchiffrer le plus possible cette nuit, avec les informations que vous avez récolté, je pense que ce sera plus simple…


Limna se remit sur pied et suggéra une visite des archipels, dès le lendemain. Din fronça les sourcils, mais sans méfiance cette fois, l’ardente avait pris un ton absent, détaché pour prononcer la fin de sa phrase… Tout à coup, elle cru se trouver face à une somnambule, l’ondine était debout et fit quelques pas vers la porte avant de se rétracter pour reprendre quelques affaires.

Limna, tu dis vrai, nous devons nous presser. Cependant, partir à l’aveuglette, à la rame, sans une carte pour nous guider, c’est de la folie, ou tout du mois une trop grande perte de temps. Nous connaissons le nom de ses archipels, ou tout du moins, un nom à l’air de se retrouver sur toutes les bouches… Ces cavernes d’Orion, avec une carte ça ne devrait pas être si dur à trouver…

Si l’ondine l’avait écoutée ? Surement pas. Il était même probable qu’elle ne l’ait même pas entendue ! Lorsque la porte claqua derrière la jeune femme, la phrase de Din plana quelques instants dans le vide, et l’elfe demeura interdite, une mimique de stupéfaction peinte sur le visage. Elle posa ses mains sur ses hanches et resta quelques secondes silencieuse, avant de murmurer pour elle…

Hé bien… Ca ne va pas être simple…

Dinjelaï soupira et agita la tête. Attendre encore un peu, pour voir… Elle se retourna et découvrit Altays, les yeux dans le vague, perdus dans les flammes qu’il venait d’attiser… Elle hésita, une part d’elle-même l’appelait à s’assoir à ses côtés, à tenter d’élucider ce qui lui donnait cet air désespéré, mais il ne fallait pas être devin pour voir que le Céleste n’avait aucune envie d’être questionné… Din réfléchit quelques instants à la scène qui venait de se dérouler, et réalisa que pas un instant pendant qu’elle le soignait il n’avait levé sur elle un regard comme la veille, encore moins un sourire. L’elfe fit une petite moue pour elle-même, et décida que le plus sage était peut-être de s’offrir à tous un peu de calme.

Je sors, si tu me cherches je suis juste à côté avec Anareinth.

Le ton de la jeune femme était neutre, une petite part d’elle-même, celle en quête d’un réconfort, était blessée par le manque d’attention du Céleste. Déçue peut-être de son silence. Mais sa part de raison, prépondérante dans ce genre de situation, l’appelait à la sérénité…
Elle poussa la porte de la grange et en fit le tour pour retrouver Anareinth… en tête à tête avec Andùnë…

Bonjour, j’espère que je n’interromps pas une grande conversation ?

Son ton et son sourire montraient qu’elle aspirait à une discussion plus apaisée que le silence tendu qui planait à l’intérieur, mais le grand noir se détourna sans un mot, le regard rougeoyant… Mauvais signe. Il n’était pas inquiet pour son lié, mais en fureur, pour un autre motif… Dinjelaï soupira et grinça des dents… Cela s’annonçait mal…

L’elfe posa sa main fine sur la gueule du dragon blanc et déposa un doux baiser au dessus de son museau écailleux…

* Que s’est-il passé Anareinth ? *
** Ma foi, jusqu’ici une excellente journée… Mais quelques évènements viennent paraît-il gacher la fête… **

Le Blanc posa sur Andùnë un regard interrogatif :
** Mon frère, puis-je partager avec ma Liée ce qui te tracasse… **

Le dragon Noir ne répondit pas mais acquiesça lentement, et ses yeux étincelèrent de sang. Anareinth déploya à demi ses ailes, rapidement, comme lorsqu’il était nerveux. Din fronça les sourcils pour la énième fois de la journée :

* Et bien ? Pas de cachotteries s’il te plaît, j’ai suffisamment de soucis, avec le Céleste qui gît littéralement à l’intérieur, et l’Ardente qui se fait la malle sans prévenir… *
** Ce n’est peut-être pas plus mal de ne pas les laisser ensemble trop longtemps… **

Dinjelaï posa à nouveau les poings sur ses hanches.

* Anareinth, qu’essaies-tu de me dire ? Je n’ai pas la force de jouer aux devinettes ce soir… *

Comme si le simple fait de l’avouer avivait sa faiblesse, l’elfe fit un pas en avant et enlaça le coup de son Lié. Elle se rendit compte qu’elle tremblait comme une feuille, alors qu’elle était amplement couverte pour la saison… Elle mit un genou à terre et se tint quelques instants ainsi, lovée contre le dragon Blanc. Celui-ci inquiet l’accueilli en déployant une aile au-dessus de sa tête et surtout en lui imposant toute sa force et son calme.

** Tu t’es servie du mana… **
Ce n’était pas un reproche, mais une simple constatation…

* Oui, Altays a été blessé dans une rixe de soulards… *

Le Blanc resta un moment silencieux… A son tour ses yeux se teintèrent d’ocre… Que l’Ardente face des malices de mauvais goût au Céleste, on pouvait s’y attendre, mais que son esprit tordu la pousse à un meurtre détourné… Et si en plus sa Liée se trouvait prise à partie dans cette joute, là non. Hors de question qu’elle y laisse l’énergie qu’elle devait consacrer à cette quête…

** Din, c’est justement de ce combat dont je voulais te parler… ** Le dragon marqua une pause pour regarder le Noir qui se trouvait toujours non loin d’eux. ** Andùnë craint que Limna soit la cause de cette altercation… Qu’elle l’ait volontairement suscitée pour le plaisir… Ou pour quelqu’autre mystérieuse raison propre aux esprits du Màr Taralöm… **
Quoi ?

L’elfe n’avait pu retenir cette exclamation à voix haute, mais déjà son esprit fatigué tentait de résoudre, dans un ordre plutôt anarchique, le pourquoi du comment…

* Est-ce qu’Altays est au courant ? *
** Je ne crois pas, Andùnë à l’air de dire qu’il est suffisamment préoccupé par des problèmes plus personnels… **

Dinjelaï soupira… Si le Céleste apprenait cela, son premier reflexe serait certainement de laver l’affront, ou a minima de se venger, mais cette version était moins fréquente chez les habitants du rocher flottant, en quoi Din ne pouvait lui donner tort… Mais dans ce cas, c’était signer la fin du groupe, et donc, de la quête…
Une migraine commençait à monter, et un profond désespoir envahie la jeune femme… Difficile, très difficile…

** Din, laisse Andùnë et Altays régler cela entre eux. Reste en dehors de cette mauvaise combine… Je crois que tu as du travail… **

Au contact de son Lié, l’elfe s’était arrêtée de trembler, et si elle se sentait toujours épuisée, elle savait que le dragon avait parfaitement raison. Elle se remit sur pied et caressa le cou lisse du Blanc.

** Courage **

Comme s’il lui envoyait en même temps que les paroles, Dinjelaï se sentit réchauffée de l’intérieur, et retourna vers la porte de la grange. Elle referma la porte doucement, et apprécia la douce chaleur qui occupait la pièce. Elle se saisit de quelques denrées sur la table et s’approcha d’Altays. Elle s’assit en tailleur devant les flammes et tendit à l’ondin la miche de pain. Pour sa part, elle avala en silence une lanière de viande fumée et but de longues gorgées d’eau à sa gourde.

Je crains qu’il n’y ait en toi des blessures que je ne suis pas capable de guérir…

C’était une simple constatation, elle s’était efforcée de ne laisser paraître aucun reproche dans le ton de sa voix et Din n’attendait aucune réponse.




[HRP] Je n’ai pas sous la main le poeme que j’ai préparé pour faire avancer le récit, alors 2 options :
- soit quelqu’un réponds après moi et je lance la suite au tour suivant.
- soit vous trouvez que ça n’avance pas assez vite et j’édite demain ou en début de semaine (plutôt début de semaine) pour qu’on speed plus… Perso je préfère cette option, à vous de voir. [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:44

Posté par Altays

[HRP: je suis ok pour la deuxieme proposition. si la quête traine trop en longueur ça va retarder pas mal de rps à coté et il faudrait qu'on passe à l'action sous peine de se laisser aller dans les méandres de la vie de nos personnages.]

Une fois son discours finit Altays repartit dans ses pensées. Il n'était pas d'humeur à raconter quoique se soit devant Limna et il n'éprouvait nullement l'envie de se confier non plus. Il garda donc pour lui ses problèmes cherchant un moyen pour s'en débarrasser jusqu'à la fin de la quête. Le mieux était simplement de trouver quelque chose d'autre pour s'occuper l'esprit.
Il avait tout renié depuis des années alors pourquoi les nouvelles qu'il avait apprise lui avaient fichues une telle claque.

En revenant à lui-même il constata que Din et Limna étaient toutes deux sorties. Il profita de cet instant de solitude pour souffler un bon coup même s'il aurait préféré pouvoir hurler pour se libérer des tensions qui le surmenaient. Il trempa son doigt dans le miel et suçota quelques instants son index tout en songeant à ce qu'aurait été sa vie s'il n'était pas partit de son navire. Surement un vrai gâchis à vrai dire. Et puis, le présent était tout de même bien plus intéressant. Notamment depuis qu'il avait rencontré Dinjelaï.

Ce fut l'instant que choisit l'elfe pour revenir à ses cotés. Après s'être emparé de quelques denrées elle le rejoignit devant le feu lui proposant de quoi se sustenter. Il accepta le pain avec un léger hochement de tête et se contenta de fixer la jeune femme attendant de voir si elle allait se désintéresser de lui ou non. Elle n'en fit rien. Elle demeura là à manger devant lui sans montrer trop d'inquiétude ou au contraire de quiétude. A bien la regarder, Altays constata qu'il n'avait pas eu la chance de rencontrer beaucoup de femme de cette trempe. Au Kaerl il avait surtout eu affaire à des gamines. Du moins des femmes plus jeunes que lui. Alors que là c'était Din qui le dominait que ça soit en matière d'âge et d'experience.

Avec un sourire sans joie il regarda les lèvres de l'elfe se mouvoir. Elle arrivait à lui faire perdre pied autant que le passé y arrivait aussi.

- Din... je suis désolé si je t'inquiète c'est juste que... après cette journée plutôt... fort en émotions. Et bien je crois que mon passé m'a rattrapé et que j'ai un peu de mal à m'en défaire.

Inspirant profondément il sentit la lame qui semblait percer son abdomen se retirer de quelques centimètres. Finallement se confier était peut-être plus à son avantage qu'il ne le pensait.

- En fait, j'ai juste... prit conscience de tout ce que j'avais perdu. Sans me soucier de tout ce que j'avais gagné.

Regardant plus profondément les yeux de l'elfe il chercha à y déceler ce qu'elle éprouvait pour le moment. Il savait qu'elle ne parlerait pas. Il savait qu'il se confiait et qu'en femme intelligente elle le laisserait faire jusqu'à ce qu'il en aie finit.

- Je crois que c'est mieux que je me rende compte de cela maintenant. Mais... tu n'as pas à t'inquiéter... c'est juste que ce que j'ai apprit m'a fait... un sacré choc.

Il aurait voulut sourire mais son visage le tirailla et il ne pu que faire une mimique grotesque. Touchant sa cicatrice du bout des doigts il se demanda à quoi il pouvait bien ressembler à présent. Il avait toujours fait en sorte d'être présentable et propre. De ne pas paraître rustre ou trop précieux. Il cherchait juste un équilibre neutre sur le plan physique évitant ainsi tous les préjugés que la femme fait sur l'homme avant même de l'avoir abordé.

- Je te remercie du fond du cœur pour la façon dont tu t'es occupé de moi. Il y a longtemps que je n'ai pas eu droit à un tel comportement à mon égard. Même si j'avoue ne toujours pas comprendre pourquoi ces hommes en avaient après moi. Je sais que j'ai mal agit durant ma jeunesse. Mais de là à en venir au meurtre j'avoue ne pas comprendre. Enfin... le mal est fait. Et si l'on arrive à décrypter tes ouvrages peut-être que l'on pourra éviter de retourner en ville.

L'oeil rieur Altays resta un instant à regarder l'elfe songeant à l'avenir et se demandant s'il pourrait la revoir après leur quête. Elle n'était vraiment pas comme les autres.

- Heu... tu n'aurais pas croisé Andúnë dehors? J'ai du mal à le sentir... il s'est fermé à moi et je n'arrive pas à l'atteindre.

Se dirigeant vers la fenêtre afin de voir si son lié n'était pas à proximité Altays fut surprit de le voir en compagnie du lié de Din. D'une façon plutôt proche à son goût. Le Noir n'était pas du genre à faire ami-ami si rapidement avec ses confrères. En général Altays et lui ne se quittaient que très rarement. En dehors de quelques dragons le Noir ne supportait pas facilement la présence de ses semblables. Mais avec le blanc cela semblait être une autre histoire. Puis une idée germa dans l'esprit de l'ondin. Peut-être que s'il ne captait pas son lié c'était parce que celui-ci ne voulait pas qu'il entende ce que les deux pouvaient se raconter. Se pouvait-il que le rapprochement qu'il avait envers Din pousse son lié à faire de même avec Anareinth. De plus, si le lié de Din était un mal alors comme elle l'avait suggéré il se pouvait que ça soit en raison de sa sexualité qu'il était lié à elle.

- Heu... tu arrives à savoir ce qu'ils disent? J'avoue ne pas oser m'adresser directement à ton lié alors que le mien se trouve juste à coté. Ça serait... mal venu. Enfin... à chacun ses secrets je n'ai peut-être pas à m'en mêler.

Le flot de parole ne cessait de continuer. Il n'arrivait pas à s'arrêter de peur de retomber dans un mutisme qui l'obligerait à songer à nouveau à lui et à son histoire. Et il n'avait plus envie de penser à cela. Il allait passer la nuit avec Din et se demandait s'il aurait pu pousser le vice jusqu'à profiter de son état pour se faire cajoler.

Reprenant le contrôle sur son esprit déviant, Altays repartit s'asseoir aux cotés de l'elfe après s'être emlparé des couvertures miteuses de la nuit précédente. En mettant une sur les épaules de la jeune femme il s'assit à ses cotés et entreprit d'ouvrir le bouquin.

- Hmm je ne sais pas si je pourrais t'être d'une grande aide. Nous avions un interprète par le passé et je n'ai pas retenu grand chose de ce qu'il racontait mais s'il y a des cartes ou autres je pense pouvoir t'aider à les analyser ou autre. Du moins... si tu acceptes mon aide. Je peux comprendre que tu préfères te débrouiller seule et au calme.

C'était mieux. Beaucoup mieux. Il commençait à se sortir les idées obscures qui l'avaient assaillies quelques secondes auparavant et ce uniquement avec la présence de Din. A dire vrai le fait que Limna ne soit pas présente aidait beaucoup aussi. D'ailleurs il ne comprenait pas où la jeune femme avait bien pu se rendre et aurait volontiers demandé à Andúnë de la suivre s'il n'était occupé à compter fleurette au Blanc de Din.

Se rapprochant doucement de l'elfe Altays attendit patiemment de voir quelle pourrait être sa réaction. Si elle accepterait ne serait-ce que de la compagnie ou si elle préférait bosser de façon plus ardue en solitaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:44

Posté par Dinjelai

Dinjelaï écouta avec attention et en silence les phrases un peu hachées du Céleste. Lorsqu’il la remercia, l’elfe choisit de ne pas l’interrompre, de peur de freiner son élan, elle posa simplement le bout de ses doigts sur le dos de la main de l’ondin, geste accompagné d’un sourire imperceptible. Elle avait fait son devoir en soignant la blessure d’Altays, elle en aurait fait de même pour n’importe qui… Mais peut-être pas avec la même ardeur…
Lorsqu’il évoquât son passé « malheureux » de tombeur, Dinjelaï ne put s’empêcher de rire. Il paraissait si désolé de ce comportement de coureur de jupons que s’en était touchant !

Lorsqu’il se leva pour se diriger vers la fenêtre, le sourire de l’elfe disparu… Andùnë bloquait l’accès de ses pensées à son propre Lié, de peur de lui dévoiler la découverte qu’il avait faite peu avant. Elle inspira profondément et espéra que le Noir pourrait cacher le plus longtemps possible ce savoir qui risquait fort de mettre en péril le fragile équilibre qu’ils avaient réussi à établir, tant bien que mal…
L’elfe se rappela subitement la conversation qu’ils avaient eu la veille, avant de s’endormir… L’ondin lui avait demandé si sa liaison avec Anareinth était due à l’inclinaison de l’un ou l’autre pour le même sexe… Drôle de question, qu’elle ne s’était elle-même jamais vraiment posée. Après toutes ses années, elle n’avait jamais vu Anareinth entrer en relation avec une, ou un, dragon. Elle l’avait toujours vu se comporter d’une façon si fraternelle avec ceux de sa race que pas un instant elle n’aurait pu imaginer qu’il ait un autre amour que sa Liée… Est-ce qu’elle serait capable de le supporter ? Elle avait contourné la question d’Altays, mais c’était peut-être l’occasion de lui dissimuler les pensées d’Andùnë…

Hum, non, j’ai laissé Anareinth tranquille aussi… Oh, ils doivent faire connaissance !

** Hein ? Mais qu’est-ce que tu insinues ? **
* Simplement que vous apprenez à vous connaître ! *
** Humph… **


Altays revint s’assoir à ses côtés, après avoir saisit les deux livres qui trainaient sur la table et saisit des couvertures. Din apprécia le contact chaud et un peu râpeux contre sn coup, mais surtout le fait que l’ondin ait de nouveau retrouvé quelque comportement galant. Elle ignorait la cause de son mutisme précédant, mais les sourires qu’il lui adressait désormais étaient de meilleur augure…

Merci pour ton aide, je ne suis pas une excellente linguiste mais à deux le travail avancera plus vite !

Elle ouvrit l’épais volume à la première page et commença à parcourir les lignes tracées à l’encre noire, aux enluminures de piètre qualité. Au bout de quelques secondes, elle releva la tête et dévisagea le profil de l’ondin qui se dessinait dans des tons ocres, mangé par l’éclat des flammes.

Altays… Toute la vie est une question de choix. Il n’y en a ni bons, ni mauvais. Juste des choix.

Elle osa un sourire timide dans sa direction. Elle-même avait fait un choix d’importance il y a peu. Deux ans auparavant, elle avait tourné le dos à ses parents, sa famille, à toute son enfance en vérité… L’entretien avec Maeglin Del Cirth, le Gardien du Màr Menel, avait été une étape décisive : elle n’appartenait plus au Kaerl Céleste. Jusqu’ici, elle assumait parfaitement le choix qu’elle avait fait alors de se tourner vers le Màr Luimë, elle en tirait même une grande satisfaction.
Perdue dans ses pensées, elle continuait de fixer le visage de l’ondin. Peut-être avaient-ils fait leurs classes d’Aspirants ensembles ? Dinjelaï ne se rappelait pas de ses traits, mais elle n’était pas des plus physionomistes… Elle ne parvenait même pas à donner un âge à Altays. Brusquement, elle secoua la tête en faisait tinter les grelôts qui se nichaient dans ses cheveux. Trève de rêves éveillés ! Ils avaient tous les deux une tâche à accomplir, la nuit qui aurait pourtant pu être prometteuse s’avèrerait d’une longue monotonie…

******

Dinjelaï s’étira et bailla. Il devait être autour de deux heures du matin, la lune venait juste d’apparaître au travers de la petite ouverture dans le mur de planche de la grange. Elle approchait, elle le sentait. Elle regarda Altays, dont le front plissé par la concentration s’approchait dangereusement des pages noircies. Le voir ainsi penché fit sourire l’elfe. Elle se servit un peu de tisane au fond de sa tasse et apprécia la boisson chaude, puis elle s’emmitoufla dans sa couverture miteuse et poursuivit sa lecture…

Ca y est, je crois que je tiens quelque chose !

Elle s’était redressée violemment, pointant le doigt sur quelques lignes. Elle adressa un regard fiévreux à Altays :

Je vais essayer de traduire, de mon mieux :

Trois frère et sœurs gambadent et rient
Gardent Raegh jours et nuits
Un jour viendra, le rire cessera
La prophétie des heures sombres arrivera…


Dinjelaï regarda l’ondin dans les yeux, à coup sûr, ils y étaient ! D’un ton un peu maladroit, cherchant ses mots et butant sur certaines traductions, elle continua :

Dans les yeux des dragons,
De mille feux les pierres scintilleront
Celui à plusieurs têtes ne voit pas
Mais sourd, muet et aveugle il ne restera

Un trésor trop grand pour les hommes,
Se trouve dans le ventre de celui qui somnole
Attention à ceux qui oseront,
Faire naître la colère dans les cavernes D’Orion

Les fous les plus avides
Sont revenus le cœur, l’âme et la tête vide
Les sages jamais n’iraient
Dans les grottes d’Orion affronter Minerienth…

Trois frère et sœurs gambadent et rient
Gardent Raegh jours et nuits
Un jour viendra, le rire cessera
La prophétie des heures sombres arrivera…


Din lâcha le manuscrit et le déposa loin du feu, prise d’une intense excitation :

Encore cette référence aux cavernes d’Orion, tout converge là-bas ! Dès demain, il nous faudra trouver une carte des îles de l’Est, voire même un navire marchand qui ferait route par là-bas !

Din entama quelques pas de danse. Son enthousiasme était largement renouvelé et elle sentait déjà en elle le feu de l’adrénaline se déversant dans ses veines. Elle fit quelques pas en direction d’Altays et faillit lui sauter dans les bras tant elle était joyeuse ! C’était inespéré ! Trouver si rapidement leur premier indice ! Elle se retint au dernier moment d’enlacer le jeune homme, se rendant compte de l’absurdité de son geste, alors que moins d’un pouce les séparait, à nouveau.

L’elfe rougit violemment et baissa rapidement les yeux avant de les relever sur le visage de l’ondin. La cicatrice n’était pas tout à fait refermée, peut-être qu’elle pourrait finir le travail entamé au crépuscule.
Elle leva timidement un index et le posa sur le front du Céleste :

Hum, Limna n’étant pas revenue, nous ne partirons que demain… Est-ce que tu veux ?

Din s’éloigna d’un pas, rompant la promiscuité qui pouvait tromper Altays sur ses intentions…

Veux-tu que je finisse de refermer cette cicatrice ? Elle doit te tirailler.

L’elfe posa sur lui ses grands yeux en amande, reflétant l’innocence même. On lui avait souvent prêté des talents de comédienne, Altays s’y laisserai t’il tromper ? Elle s’efforça de ne pas sourire, ne sachant plus tellement différencier les causes de l’euphorie qui roulait dans son sang…
La fatigue accumulée de la journée semblait s’être effacée, mais elle n’était pas dupe… Elle aurait besoin d’un long sommeil pour récupérer des abus de mana qu’elle laissé s’écouler…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:48

Posté par Altays

Altays était serein. Se retrouver là avec Din suffisait à lui faire oublier le reste. Ils s'étaient tout deux plongés dans les ouvrages et s'étaient très rapidement laisser emportés. La langue ne lui était finallement pas si étrangère, mais il demeurait en difficulté bien souvent se voyant forcé d'appeler Din à son secour. Ses yeux sautaient de mots en mots et il avançait certes lentement mais il avançait. Parfois il s'arrétait pretextant se soulager de la lecture intensive. Il laissait alors ses yeux vagabonder et bien sur ceux-ci se portaient immediatement sur l'elfe. Les yeux de celle-ci s'étaient assombris, son teint semblait reprendre quelques couleurs et elle paraissait si concentré qu'il se doutait qu'elle ne remarquait même pas qu'il l'observait ainsi à la dérobée.

Le temps ne les touchait pas, Altays avait l'impréssion d'être tombé dans l'interstice ou toute notion temporelle et spatiale avait disparue. Peu lui importait qu'elle aie ou non un semblant de sentiments à son égard. En cet instant le simple fait d'être près d'elle suffisait à le combler. Il avait juste un unique regret. Une fois la quête achevée, il ne pourrait probablement plus la revoir. Quoique... si elle partageait ses sentiments ou du moins apprenait à le faire, rien ne l'empecherait de forcer le destin. Après tout, i lavait déjà tout quitté pour suivre la voix qui s'ouvrait à lui. Recommencer ne le generait probablement pas.

* Je crois que je m'emballe un peu là... elle ne ressent peut-être rien.*

* Hmm, elle ressent quelque chose. Je sens parfois les battements de son coeur s'accélérer. Mais je ne saurais te dire si c'est ou non pour les mêmes sentiments que tu nourris. *

* Andunë! Pourquoi t'être fermé à moi? J'avais besoin de toi!*

* Non, il est des choses auxquelles tu dois faire face tout seul et ne connaissant rien ou presque de ton passé je t'ai laissé résoudre toi-même tes conflits.*

* Et moi qui croyais que....*

* Que je courtisais Anareinth... tu penses que parce qu'une flamme brule pour Din en ton sein il en ira de même pour moi? *

* Ce n'est pas le cas? J'ai l'impression qu'il a eu plus de chances que d'autres que tu n'as même pas daigné regarder. Et puis, j'ai pensé que... les dragons males te plaisaient plus.... en vu de ton comportement auprès des hommes sous forme humaine.*

*Tu devrais retourner à ton livre. Tu sembles encore trop perturbé par ta compagne. Et surtout ne va pa commettre un acte que tu regretterais.*

* Mais je...*

* TON LIVRE!*

Soupirant de frustration Altays en revint à sa lecture. Au moins son lié lui était de nouveau ouvert et rien de grave ne lui était arrivé. Rassuré, il retourna à sa lecture se concentrant sur les mots qu'il jugeait important.

~~~~~~~~~~

Andunë souffla. Son lié trop absorbé par la présence de l'elfe ne remarquerait rien.

* Ta liée embrume l'esprit de mon bipède... je dois avour que ça ne pouvait pas mieux tomber. *

Se sentant beaucoup mieux le noir tourna sa tête vers le blanc afin de le voir dans son ensemble. Il était vraiment petit, surtout par rapport à certains de leurs congénéres. Mais il avait remarqué que c'est ce qui faisait sa plus grande force. Agile et rapide devant surement provoquer pas mal de frustration lors de combats en vol.

* Je ne sais pas ce qu'il en est pour elle mais... il faudrait éviter qu'elle n'ouvre une nouvelle blessure dans son coeur. Le temps de la quête au moins. De mon coté je veillerai à ce qu'il ne se montre pas trop... entreprenant. *

Constatant soudainement que son appetit était revenu, Andunë regarda la carcasse du gibier. Il avait envie de se défouler. De profiter du calme de la nuit et de partir en chasse.

* Je pars me dégourdir les ailes... et aussi me réconcilier avec mon estomac. Si tu souhaites m'accompagner ne te gêne pas.*

Mentir à Altays le peinant. Mais il savait que tout s'arrangerait et que l'affront serait lavé. S'élevant dans les airs il inspira pleinement l'air frais nocturne avant de se mettre en quête d'un terrain de chasse.

~~~~~~~~~~

Le temps fila de nouveau. Incapable de savoir depuis combien de temps il parcourait ces lignes. L'unique fait de savoir que ce qu'ils cherchaient se trouvait peut-être parmi ces mots suffisait à le motiver. Puis d'un coup Din prononça enfin les mots qu'il attendait. Elle venait de découvrir quelque chose. Quittant immédiatement son ouvrage du regard il fixa ses yeux sur l'elfe. Ses paupières frémirent un court instant et il écouta la suite de ce que Din avait trouvé.

Le poeme leur semblait déstiné. La référence aux cavernes d'Orion etait l'indice le plus frappant. Limna avait donc eu de bonnes sources et tout semblait indiquer que ce qu'ils cherchaient se trouvait la bas. Din semblait elle-même ravie de sa découverte. Au point de réaliser quelques pas de danse qui provoquèrent des bons dans le coprs de l'ondin. La voir si heureuse semblait suffire à lui faire oubleir tout le reste. Elle sembla sur le point de se jetter sur le lui voulant probablement l'entrainer dans sa bonne humeur mais au dernier instant elle se calma. Trop brusquement à son gout d'ailleurs. Mais cela ne gacha en rien cet instant. La proximité actuelle voulait qu'il se penche en avant. Qu'il ose enfin gouter le fruit qu'il jugeait défendu.
Mais un index surgit alors dans son champ de vision. Se posant sur sa cicatrice et le ramenant alors de force à la dure réalité. Mais alors qu'il pensait que ce moment intime s'acheverait là, l'elfe à sa grande surprise semblait elle aussi vouloir profiter de leur situation.

S'il voulait! Bien sur qu'il voulait.

Quand elle acheva sa question il se retint de grimacer. Finallement s'en était bien finit.

- Heu... elle me tiraille mais... c'est supportable. Et je préfère que tu te reposes. Nous aurons besoin de beaucoup d'energie je pense. Autant faire en sorte que tu sois en forme. Maintenant que nous savons où nous allons il faudra se montrer prudent. Surtout si l'on en croit tout ce que dit la légende.

Se détournant de Din pour ne pas afficher une mine trop évocatrice il regarda la salle en cherchant un endroit où s'installer pour la nuit.

- Nous devrions nous reposer. Surtout après nos journées respéctives.

S'installant non loin du feu, Altays laissa vagabonder ses yeux sans savoir où les poser. Il était gêné. Il nourrissait des fantasmes et avait du mal à rester neutre comme il en avait l'habitude.

- Je ne pense pas qu'il soit nécéssaire de monter la garde. Nos liés nous préviendrons du danger une fois revenu de la chasse. je heu... il vaudrait mieux que l'on se couche. Enfin... je veux dire... dormir.

Sentant presque le rouge lui monter aux joues Altays s'assit à même le sol. Sa couverture posée sur ses épaules il toucha délicatement l'estafilade qui parcourait son visage. Se couchant sur le dos il écouta les pas de Din martler le sol sans savoir ce qu'elle faisait. Peut-être viendrait-elle s'allonger à ses cotés. Et puis, il avait fait en sorte de laisser de la place sur la couverture au sol. Certes il ne l'y avait pas invité directement mais l'intention était bien là. S'il avait osé lui proposer cela elle y aurait vu un moyen détourner de reprendre ses bonnes vieilles habitudes qu'il préférait oublier pour l'instant. Controler ses émotions était une chose mais controler son corps en était une autre. Dormir à deux n'était peut-être pas une si bonne solution...

[HRP: Désolé... c'est pas ce que je pensais écrire mais... on s'en contentera.... les choses serieuses vont commencer je pense.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:48

Posté par Dinjelai

De l’extérieur de la grange, Anareinth se sentait gagné par l’excitation de sa Liée. Andùnë s’était envolé depuis plusieurs heures et devait à présent survoler la forêt à l’affut d’un gibier tardif, ignorant les dangers venant du ciel… Le Blanc avait décliné l’invitation du Céleste. Il sentait sourdement un besoin de rester à proximité de Din. Il percevait presque les moments de divagations, lorsqu’elle butait sur un mot, elle marquait une pause, et, sans lever les yeux de sa page, son esprit se tournait vers l’ondin non loin d’elle…

Le Noir s’était envolé, le cœur plus serein. Il avait rétablit le contact avec Altays, sans avoir besoin de lui cacher ce qu’il savait… Une petite remarque amusée faisait l’écho des perceptions d’Anareinth : l’ondin ressentait quelques sentiments à l’égard de Din…

** Telle que je connais ma Liée, elle sait très bien mettre le holà aux indésirables… Et je ne suis pas sûr qu’Altays soit rangé dans cette catégorie d’hommes… **

Le Blanc avait marqué une pause puis remarqué d’un ton légèrement amusé que sa Liée ne ferait jamais volontairement de mal à un homme énamouré, mais qu’on ne pouvait jamais vraiment savoir, avec ces bipèdes…

*****

Un temps avait passé, la lente monotonie de la nuit avait progressivement gagné le dragon qui se laissait aller à un demi-sommeil, éveillé uniquement par l’esprit de Dinjelaï dont les trop vives émotions l’empêchaient de trouver le calme. Lorsqu’elle bondit de sa chaise, le dragon ouvrit instantanément les paupières. Elle avait trouvé !

Lorsqu’elle se retrouva à quelques pouces du visage d’Altays, ses sentiments atteignaient tant la dragon Blanc qu’il percevait la scène aussi surement que s’il était dans la grange. Troublé, gêné par ce voyeurisme dont Dinjelaï ne se rendait même pas compte, il déploya ses ailes et prit son envol… Un obscur sentiment le poussait à penser à autre chose, à trouver une tache qui l’occupe plus intelligemment… Tiens, et s’il allait s’occuper de retrouver le troisième luron de cette bande. Le Blanc déploya son esprit à la recherche de l’empreinte mentale de l’Ardente, Limna. Percevant le fil, il se dirigea à tire d’aile vers la côte…

*****

Din remarqua que les joues d’Altays s’étaient colorées avec vigueur lorsqu’elle avait mal formulé sa question… Toute à son excitation elle ne pu masquer un petit sourire heureux. Elle se rendit compte qu’elle était plus petite que lui et devait lever les yeux pour le regarder. Lorsqu’il détourna le regard pour parcourir inutilement la pièce, l’elfe se rendit compte de sa gêne et peut-être, de l’indécence de sa position… Le rose lui monta aux joues lorsqu’elle réalisa que son comportement la faisait certainement passer pour une aguicheuse de première. Elle se mordilla la lèvre inférieure et regarda l’ondin préparer sa couchette pour la nuit, à l’endroit même où il s’était assis, près du feu.

Sans cesser de glisser ses dents sur sa lèvre, elle resta quelques instants debout et gauche, avant de se diriger dans le coin de la pièce où elle avait dormi la nuit précédente… Mais la donne avait légèrement changée… Les longues heures d’immobilisation devant un manuscrit poussiéreux l’avaient gelée, et même la tisane tiède ne parvenait à réchauffer ses extrémités… L’agitation de la découverte commençait à s’estomper, et le brusque refroidissement imposé par l’ondin n’était pas vraiment pour l’égayer…

Din s’était dirigée vers son lit improvisé entre deux couvertures et se glissa entre les étoffes râpeuses. Elle demeura ainsi quelques instants, frigorifiée, les yeux grands ouverts. Ses dents claquèrent et elle contracta la mâchoire pour empêcher tout bruit, et essayer ce faisant de gagner une quelconque chaleur…

Un temps s’écoula ainsi, qu’elle jugea infini. Non loin d’elle, la respiration d’Altays lui semblait si calme et apaisée qu’elle en devenait pire que le ronflement le plus bruyant. A côté du feu, il devait faire si bon… L’elfe se dégagea en silence de ses maigres couvertures, s’enroula dans l’une d’elle et prenant l’autre sur les épaules, elle s’avança à petits pas du feu qui mourait doucement. Elle s’assit à côté et entreprit de le faire flamber de nouveau, en se réchauffant au passage.
Alors qu’une douce tiédeur commençait à lécher sa peau, son esprit et son regard divaguèrent, de concert, vers la même cible… L’ondin offrait un visage serein aux flammes. Entre lui et le foyer, la couverture étendue semblait une invite des plus attrayantes… La simple pensée de s’allonger à ses côtés fit de nouveau rougir la jeune femme… Si elle devait retrouver au petit matin l’expression qu’il avait affiché un peu plus tôt, elle en mourrait de honte, d’autant plus si Limna se trouvait dans la pièce…

L’elfe resta un petit moment ainsi, indécise… Puis elle fronça les sourcils et afficha une mimique décidée. Il n’était pas question de se retrouver dans la même couche, mais de pouvoir dormir, ne serait-ce que quelques heures ! Altays avait eu ses mêmes paroles !
Sans plus attendre, Dinjelaï se glissa entre les deux couvertures, prenant soin de se recouvrir de celles qu’elle avait amenées et de ne surtout pas effleurer la peau du Céleste…
Savourant la douce chaleur qui émanait, tant du feu que du corps de l’ondin, elle n’eut pas un instant de regret avant de s’enfoncer dans les brumes du sommeil…

*****

Anareinth, en survolant la plage, aperçu dans le sable trois taches sombres… Il s’approcha, et constata, intrigué, qu’il s’agissait de corps de bipèdes. Le Blanc se posa avec souplesse non loin du premier, dont il n’émanait pas la moindre étincelle de vie… Le suivant n’était pas d’avantage expressif. En s’approchant du troisième, il réalisa que l’empreinte mentale de Limna provenait précisément de cette source, et que l’Ardente était tranquillement assoupie dans le sable humide…
Le dragon ne fit pas un bruit, et se figea, statufié, devant la jeune femme endormie, attendant son réveil.



[HRP] A vous de voir qui réponds en premier, mais j'ai fait en sorte que Limna revienne avec nous! Plus on est de fous, plus on rit ^^ Heeem!
C'est à vous de jouer![/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:49

Posté par Altays

Il lui avait fallut moins de temps qu'il n'y pensait pour rejoindre le pays du sommeil. A peine avait-il fermé ses paupières que déjà il se sentait s'enfoncer lentement vers ce qui lui permettrait d'oublier cette horrible journée pour se concentrer sur la soirée plutôt agréable qu'il avait passé aux cotés d'une certaine elfe. Il avait sentit la chaleur du feu l'accompagner tandis que les bruit de pas de Din martelaient le sol. Elle avait choisit de ne pas le rejoindre mais cela ne l'inquiétait pas. Après tout il la connaissait à peine et comprenait qu'elle ne se jette pas ainsi dans les bras du premier Maître venu. Il n'avait rien dit et s'était laissé bercé par la lueur des flammes qu'il distinguait malgré se paupières closes. Dansantes et chantantes à la fois elle lui avait apporté chaleur et réconfort. Et ainsi il avait doucement glissé au pays des chimères et des songes.

Alors qu'il s'était attendu à passer une nuit mouvementé, Altays ne se réveilla pas une seule fois. Il avait vu durant son sommeil ce que son propre inconscient désirait voir. Il s'était vu aux cotés de Din et de Limna en train de se rendre dans une caverne. Il les avait regardé pénétrer ces lieux sombres tous les trois armés et prêt à braver ce que leur réservait cette caverne. Il les avait vu ressortir. Le visage rayonnant de chacun prouvait qu'ils étaient tout simplement parvenus à obtenir ce qu'ils étaient venus chercher. Ils avaient alors prit le chemin du retour. Il les avait vu... Din et lui en train de fêter leur triomphe un soir de pleine lune sur les bords de la Baie d'eau clair. Il avait presque sentit l'odeur de ses cheveux. Le doux parfum que la jeune femme semblait dégageait en permanence. Ce petit tintement qui accompagnait chacun des mouvements de sa chevelure. Il avait alors pu la serrer dans ses bras. L'enlacer et se coller à elle dans une étreinte lourde de signification. Il sentait sa peau contre lui. Il sentait la chaleur qui émanait de son corps léger mais puissant. A dire vrai... il ressentait peut-être un peut trop les choses. Vraiment trop même.

Il ouvrit une paupière. Sa vision était floue et obstruée par quelque chose. Il avait chaud et ne comprenait pas vraiment où il se trouvait. Avait-il déjà finit la quête dans laquelle il s'était engagé. Était-ce le matin qui avait précédé à la nuit passé aux cotés de Din sur la Baie. Non ce n'était qu'un songe. Pourtant il enlaçait bien un corps en ce moment même. Il en sentait le parfum et la douceur de sa peau.

* Nom d'un Dragon!!!*

Ouvrant grand ses yeux il se rendit compte que son rêve était en partie dû à une réalité à laquelle il ne s'était pas attendu bien qu'il l'avait espéré. Din était blottie contre lui. Son dos épousant son torse et son bras à lui passé autour du corps de la jeune femme. Il resta un long moment à chercher comment ils en étaient venus à ce rapprochement. Puis finalement il ne chercha plus rien. Il s'en moquait et voulait profiter pleinement de cette étreinte. Pour certains il serait passé pour un profiteur ou pour un sadique. Mais il n'y voyait aucun mal. Juste le besoin de sentir quelqu'un contre lui. Ce sentiment d'être parfois seul malgré tous les proches et de sentir pendant un court instant accompagné. Se sentir vivre grâce à une autre personne. Un peu comme lorsqu'il dormait aux cotés d'Andúnë.

* N'as-tu pas peur qu'elle s'offusque de ton geste lorsqu'elle ouvrira les yeux. C'est peut-être un brin trop intime comme façon de se tenir avec une femme que tu ne connais que depuis quelques jours.*

* Quand on parle du Dragon...*

* Méfie-toi... si elle n'apprécie pas le geste je redoute fort sa réaction et ce qui en découlera.*

S'avisant que son lié disait vrai, Altays ôta son bras avec délicatesse. L'elfe dormait encore. Du moins sa respiration lente et profonde semblait être une preuve suffisante. Il la contempla pendant un court instant avant de se relever doucement et de s'asseoir pour voir si le soleil était ou non déjà levé.
La lumière qui filtrait à travers la fenêtre indiquait qu'il n'allait pas tardé. La journée s'annonçait plutôt longue. Il y avait tant à faire. Mais le plus dur resté de trouver une embarcation qui les conduirait jusqu'aux cavernes sans attirer l'attention. De plus, après son histoire de la veille il était peut-être préférable de ne pas se faire remarquer de nouveau. Et leur trio ne passerait probablement pas inaperçu. Une elfe et deux ondins... c'était chose peu courante à travers le monde.

* Tu sais où se trouve Limna? Elle n'est pas rentrée cette nuit.*

* Quelque part non loin de là. Anareinth est avec elle. Du moins je le sens dans sa direction donc il n'est pas loin et doit probablement s'assurer qu'elle ne risque rien. *

* Tu crois que je devrais la réveiller?*

* Ce n'est pas à moi que tu dois poser tes questions bizarres. Mais si tu dois le faire je pense que tu devrais d'abord t'écarter pour ne pas l'effrayer et prendre un coup. *

* Pourquoi veux-tu qu'elle me frappe. Ce n'est pas comme si j'étais une menace*

* Je te ressens quand tu es près de moi. Il n'en va pas de même pour vous autres. Si elle pense être en présence d'un ennemi elle peut réagir très vite... trop vite. *

* Hmm tu as peut-être raison. Mais avant je devrais surement aller me débarbouiller. J'ai les cheveux dans un sale état. Et je dois aussi vérifier ma cicatrice... foutue bagarre.*

*...*

Se relevant le plus doucement possible Altays ne prit pas la peine de remettre ses bottes. Le bruit aurait éveillé la jeune femme et il ne voulait pas qu'elle se lève tout de suite. Il alla jusqu'au puits situés à l'extérieur et y plongea le sceau. Une fois remonté il regarda son visage dans l'eau. La cicatrice qu'il portait n'était pas flagrante et semblait propre grâce à la magie elfique. Au moins il ne risquait pas une infection. Il poursuivit avec sa toilette et revint finalement à l'intérieur de la grange où le feu achevait de se consumer. Il rejoignit sa couche et regarda le visage paisible de la jeune femme pendant quelques instants encore. Il était encore tôt. Il pouvait la laisser dormir encore un peu. Et puis le spectacle qu'elle offrait était assez charmant pour qu'il ne veuille pas l'interrompre. S'asseyant non loin d'elle il entreprit de se couper un morceau de pain qu'il mâchouilla négligemment tout en songeant à son rêve. Limna ne tarderait pas à le ramener à la dure réalité et il devait se préparer à découvrir ce qui était dissimulé dans ces cavernes. La journée promettait d'être pleine de surprise mais elle commençait à la perfection.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:49

Posté par Limna
Limna venait d’entrer dans une immense bibliothèque, émerveillée par la multitude d’ouvrages, elle ne contrôla pas le rictus que ses lèvres affichèrent. Elle avança vers la première étagère et passa son doigt sur les épaisses tranches de cuir sur lesquelles les titres étaient incrustés à la feuille d’or. L’odeur des vieux livres était réconfortante, le parfum d’un papier jauni mêlé au piquant de la poussière dormante. Personne ne viendrait la déranger, peut-être qu’elle pourrait se murer ici jusqu’à la fin des temps ?

Soudain une ombre silencieuse dansa sur le plancher, l’ondine se retourna et une fillette aux boucles blondes se tint sans bouger face à elle. Le cœur de l’ardente battit alors plus vite comme s’il tentait de hurler jusqu’à ses oreilles de partir. Mais Limna resta immobile. La fillette la fixait avec calme et tenait dans sa main droite une petite fleur fanée. C’est elle qui rompit la scène figée la première et prit place dans un fauteuil de velours trop grand pour elle, laissant ses pieds virevolter au dessus du sol. La jeune femme s’approcha alors et s’installa sur un second siège, jumeau du premier. C’est seulement à ce moment, qu’elle remarqua l’emblème sculpté au dessus du dossier de la fillette, le blason On Nïksé.

Les pupilles de l’enfant se dilatèrent plusieurs fois avant de reprendre un aspect commun. Sa peau pâle donnait une teinte grisâtre et argenté à sa coiffe qui avait été jadis d’or et de paillettes saphir. Elle ouvrit la bouche et articula des mots mais aucun son ne s’échappa de sa gorge. Naïa ne sembla pas se rendre compte du silence qui émanait d’elle. Mais lorsque Limna exprima son incompréhension, l’enfant inclina lentement sa tête sur le côté jusqu’à ce qu’il prenne un angle qui aurait été inconfortable pour n’importe qui.
Elle frappa dans ses mains et la porte de la bibliothèque se referma dans un grand fracas. L’ardente se leva d’un bond et avant qu’elle ne pose ses yeux sur le fauteuil, celui-ci était déjà vide. Une fenêtre qu’elle n’avait pas remarquée s’ouvrit, battant les murs de pierre et brisant les vitraux qui l’habillaient. Le vent pénétra avec vigueur et porta les sanglots les plus déchirants qu’elle n’avait jamais entendus, sa poitrine l’opprima si fort qu’elle tomba sur les genoux pliée en deux, tentant de se débarrasser de l’étau invisible. La bibliothèque volait dans tout les sens, les pages trop fragiles ne résistaient pas au caprice de l’enfant. Limna releva les yeux sur elle quand elle remarqua que la fleur qu’elle tenait s’était transformée en mèche enflammée.

Il ne fallut pas longtemps avant que les meubles et les tapisseries ne s'embrasent. L’image de la fillette commençait à disparaitre et à mesure, elle entendait enfin sa voix, dans un rire effrayant. La fumée se fit de plus en plus épaisse et Limna réussit à se libérer de sa peine lorsque le vent disparut. Elle se jeta sur la porte d’entrée mais la garce l’avait bien fermée ! La colère venait de prendre le dessus sur l’ondine et elle oubliait déjà la douleur des plaintes éternelles. Elle se rua jusqu’à la fenêtre, espérant pouvoir s’y jeter mais la hauteur était telle… Elle se trouvait en haut d’une tour, un phare peut-être car esseulée sur ce qui ressemblait à une île. Les rochers l’empêchaient d’imaginer atteindre l’eau même dans un grand saut.
Elle pria malgré elle son Dieu, celui qui ne l’avait jamais regardé, celui pour qui elle n’était rien et s’excusa de n’être si peu. La chaleur devenait étouffante, elle ne regagnerait pas l’intérieur. A ce moment, elle entendit le bruit des ailes et enfin, la tête d’une sombre créature. Le noir la regardait avec curiosité alors qu’elle lui faisait signe de s’approcher pour la sortir de là. Andúnë lui répondit par un chant de flammes…


Limna ouvrit brusquement les yeux et se mit à hurler, lançant une de ses dagues sur le monstre. La lame se brisa sur sa peau d’écailles et la peur l’envahit de nouveau. Le noir était devenu blanc… Craignant la réaction du dragon elle sauta par-dessus un rocher et se cacha contre lui. Il y avait juste à ses pieds une tanière étroite dans laquelle les griffes de l’ailé ne devraient pouvoir l’attraper. Elle passa doucement sa tête sur le côté et regarda Anareinth, terrifiée.

Je n’ai pas fait exprès.

Ses yeux passèrent sur la bête, puis sur son arme brisée, plusieurs fois. Elle avait plusieurs lames mais elle la regrettait déjà. Limna la considérait comme la plus solide, ainsi la carapace des dragons était si épaisse…

Je pensais que c’était l’autre… Et puis tu n’as rien c’est pas comme ma dague…

Malgré son ton maladroit qui tentait de persuader l’humeur du reptile, l’ondine ne sortit pas de sa cache. Elle ne savait pas vraiment lire dans les yeux des ailés, il devait leur être si facile de mentir…

C’est le matin… je vois… ils m’attendent non ?...

Son cœur déchirait sa poitrine, il ne voulait pas non plus qu’elle sorte. Elle posa une dernière fois son regard sur les débris avant de remarquer au loin deux corps. Elle avait déjà oublié sa rencontre de la veille. Doucement elle se remémora et se demanda si cela pourrait intéresser Anareinth. Prudente, elle garda le silence…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:50

Posté par Dinjelai




Alors que Dinjelaï se lovait sous la douce chaleur de la couche partagée, le vent froid et humide sifflait contre les écailles immaculées d’Anareinth, à quelques lieues de la grange.

Le dragon blanc s’était figé, comme les majestueuses statues qui ornaient les portes de la Rotonde au Màr Luimë, immobile et intemporel, son regard opalescent couvait le corps endormi contre le sable. Ses ailes repliées le protégeaient du froid mordant chargé d’embrun que le vent soufflait sur les côtes déchiquetées du continent insulaire. Limna avait trouvé l’une des rares plages sableuses de la région, étroite, nichée au creux d’une crique… Malgré cela, il n’avait pas été bien difficile pour le dragon de la retrouver. Après tout, il l’avait porté sur plusieurs centaines de kilomètres. Désormais il saurait reconnaître son empreinte…

La patience d’Anareinth était proportionnellement inverse à celle de sa liée. La jeune elfe pouvait se montrer fantasque et irréfléchie, le dragon lui apportait sa part de sérénité. Etait-ce l’héritage du savoir de sa race ? Ou bien simplement un trait de caractère que la présence de Din à ses côtés l’obligeait à cultiver ? Le Blanc chercha l’esprit de sa Liée à travers la nuit, et se rendit compte qu’elle se trouvait profondément endormie, au creux des bras du Céleste. Dubitatif, il se fit la remarque qu’elle ne perdait pas de temps pour trouver son compte… Une fois de plus.

Ils avaient déjà eu plusieurs fois quelques « explications » à ce propos. Quand il était plus jeune, il ressentait des pointes de jalousie lorsque Dinjelaï choisissait de nouveaux compagnons, mais de leurs longues discussions, l’elfe avait tenté de lui expliquer que ce qu’elle trouvait avec un partenaire bipède n’était pas tout à fait de la même mesure que la relation qu’elle avait avec lui… Comme la plupart des dragons de sa couleur, Anareinth était tout à fait dépourvu d’appétit de cet acabit. Il n’avait jamais pris part à aucun vol nuptial, et jamais il ne s’était épris d’un de ses paires, qu’il fut mâle ou femelle…

Alors qu’il occupait son esprit avec ces préoccupations, Ô combien métaphysiques, le dragon se rendit compte que le corps de Limna était agité de spasmes nerveux. Cette constatation brisa quelque peu le flot de ses pensées, et le Blanc pencha d’avantage le cou vers l’Ardente. Ses rêves devaient être bien violents, à en juger par les traits crispés de son visage abimé.

Tout se passa avec une rapidité qui surprit Anareinth. Limna ouvrit un œil, et une fraction de seconde plus tard un choc retenti contre son poitrail. Le temps qu’il porte un regard sur ce que la jeune fille avait lancé, une dague tout de même, elle avait disparu d’un bond derrière un vague abri rocheux.

La vague excuse, prononcée d’un ton légèrement penaud lui tira un grondement rocailleux. Cette petite avait décidément du culot. Si elle connaissait mieux ces « lézards volants » elle saurait que le dragon n’était nullement fâché, simplement hilare ! Déjà, plutôt que de se soucier des dégâts qu’auraient pu occasionner son arme, elle se désespérait de son état. En suivant son regard, il constata que la lame gisait à une vingtaine de centimètre, brisée. Le Blanc fit onduler son cou fin, toujours amusé par les réactions de cet étrange bipède, présomptueuse, puis l’instant d’après couarde au possible.

Il ne répondit pas à ses questions, mais s’immisça cyniquement dans son esprit. En fouillant un peu, il aurait pu percer à jour les moindres détails de ce rêve qu’elle venait de faire. Elle avait l’esprit tellement… malléable ! Anareinth n’avait pas l’habitude de converser avec des Aspirants. Dinjelaï n’en avait pour l’instant jamais eu et l’esprit des maîtres avec lesquels il s’entretenait étaient des couloirs de métal protégeant des secrets bien gardés… Mais les murs de Limna ressemblaient d’avantage à du papier…

** En voilà des façons de remercier celui qui protégeait ton sommeil… **
Les yeux du dragon s’illuminèrent de lueurs bleutées et vertes, témoin de l’amusement qu’il prenait à ce petit jeu de cache-cache…
Il désigna de la tête les corps des deux noyés derrière lui, et sa voix résonna à nouveau dans l’esprit de l’ondine, détachée et constante :

** As-tu passé une bonne soirée Limna ? J’ai bien l’impression que je n’aurais pas beaucoup d’intérêt à te laisser vivante ici, si j’en juge par ce que je vois, et par tes reflexes, il me semble même dangereux de te laisser t’approcher de ma Liée… D’autant si j’en crois les dires de mon frère… **

Le regard du dragon se teinta un instant d’une teinte vermeille de mauvais augure, et il fit claquer sa queue contre le sable.
Son long cou serpenta presque au-dessus de la cache de l’ondine, de telle sorte que sans bouger son corps massif, il pouvait l’observer de haut. Nul ne pouvait s’y tromper, son ton de velours ne cherchait pas à masquer la menace…

** Et bien Ardente, tu as juste, c’est le matin. Et puisque tu as du chemin à parcourir, je te suggère de partir dès maintenant. **

Puisqu’elle restait cachée derrière son bout de rocher, il n’allait pas la supplier. Et l’idée de l’avoir contre ses écailles, rendues glissantes par les embruns lui rappelait les paroles d’Andùnë. Bien que calme et réfléchi, l’ondine ne savait pas bien monter. Un accident était si vite arrivé…
Le Blanc déploya ses ailes, soufflant quelques grains de sable, et d’un puissant appui de ses pattes arrière, il décolla, laissant l’empreinte de sa position, marquée des traces de ses larges griffes.

** En route ! **

Il fit en sorte de faire résonner son ordre dans l’esprit encore brumeux de l’Ardente, et partit à tire d’aile en direction de la grange. En vérité, il n’était pas bien loin de l’ondine, surveillant attentivement ses mouvements et encore à porter de « voix » si elle n’avait pas bien comprit ce qu’il attendait.

******

Dans la grange, à quelques lieues, Din poussa un petit gémissement quand un courant d’air froid vint chatouiller son corps. La température se rétablie bientôt, mais petit à petit, elle le sentait bien, son cocon douillait se rafraichissait… Les yeux toujours clos, Din se tourna sur le dos, puis s’étira sous les couvertures. Quand elle ouvrit les paupières, elle était seule dans la pièce, Altays avait disparu…

Aille, j’espère qu’il n’est pas…

Elle n’acheva pas sa pensée, s’étira de nouveau et referma les yeux, juste quelques instants… Encore quelques instants pour profiter du calme avant la tempête… Car la jeune femme se targuait de savoir reconnaître ces moments… Elle avait trop vadrouillé pour savoir qu’on ne refusait pas quelques minutes de confort quand les nuages s’assombrissaient à l’horizon…
Lorsqu’elle ouvrit les yeux à nouveau, il lui sembla qu’une éternité s’était écoulée. Aussi elle se redressa vivement sur un coude et embrassa la pièce du regard. Altays était assis non loin du feu devant ce qui semblait être une tartine, elle lui adressa un petit regard contris :

Bien dormi ? J’espère que je ne t’ai pas empêché de dormir ? Il faisait vraiment trop froid loin du feu…

Pour chasser un éventuel malaise, l’elfe lui offrit un grand sourire, tâchant de ne pas paraître gênée… Comme si ce qu’elle avait fait était tout naturel… Comme si…

Elle s’étira, puis repoussa les couvertures et se leva rapidement. En un geste, elle tenta vainement d’effacer les plis de sa tunique, mais le résultat n’était pas vraiment satisfaisant. Elle s’absenta un instant pour se passer le visage sous l’eau, et c’est le teint tout rose qu’elle revint avaler un morceau.
Elle se coupa une tranche de pain, qu’elle recouvrit du miel que Limna avait ramené. Maintenant qu’il était là, autant en profiter… Elle sentait que chacun de ses gestes avait le même objectif… Profiter, pendant qu’il était encore temps. Din savait que l’îlot de calme qu’ils avaient réussi à créer autour de cet abri serait certainement le dernier avant la fin de la quête. Bientôt, ils se trouveraient sur un bateau, dans les pattes de marins certainement expérimentés et blasés par leur présence. Puis déposés sur une île, à coup sur austère au possible, où il leur serait impossible d’avoir un toit sur la tête avant… avant la fin de la quête !

Etrange comme ce sentiment d’être protégé par quelques murs lui paraissait plus important maintenant que quelques années auparavant ! Peut-être que trop de nuits au clair de lune avaient fait disparaître la magie de s’endormir sous les étoiles ? Peut-être tout simplement que, plus pragmatique, la jeune elfe sortie de l’adolescence avait réalisé qu’il était moins agréable de dormir avec des racines dans le dos quelque soit la position, plutôt que sous un épais édredon de plume…

Altays semblait plongé mentalement dans les préparatifs de l’expédition qui s’annonçait, elle respecta son silence un temps, puis elle fut à son tour happée par les considérations matérielles…

Crois-tu que certains de tes contacts à bord des bateaux pourraient nous faire embarquer à l’œil ? Ou sinon, contre une petite somme, pour nous déposer dans l’archipel que nous souhaitons visiter ?

Il fallait bien tenter de coup, mais Din avait peu d’espoir. Les navires marchands se basaient rarement sur des légendes pour choisir leur cap, et à moins d’une carte et quelques espèces sonnantes et trébuchantes, il serait certainement difficile de convaincre un capitaine de prendre sur son pont des étrangers.

Dehors, elle entendit le son sourd caractéristique de l’atterrissage d’un dragon, et sentit l’empreinte d’Anareinth près d’elle…

** Hum, bien dormi ? Je te signale que Limna arrive… A pied. Je ne pense pas qu’il soit très bon pour la quête que vous vous affichiez ouvertement ensemble dans les temps qui viennent… **

Attablée avec Altays, Din ne put masquer un sourire et une brusque coloration de ses pommettes.

* Hey, ça ne ressemblerait pas à de la jalousie ça ? *

** Absolument pas, du simple bon sens. Je garde la tête sur les épaules moi demoiselle… **


Inutile de répondre quoi que ce soit… Le Blanc avait parfaitement raison, et elle le savait… Tous le savaient d’ailleurs ! Elle n’était pas plus en faute que l’ondin, qui la regardait avec un demi-sourire dissimulant mal les pensées qui se trouvaient derrière.

** Cesse de faire l’enfant Din, un long chemin nous attend ! **

L’elfe fronça les sourcils, agacée d’être prise en faute comme une gamine, mais comme toujours, son Lié était la plus parfaite expression de sa conscience…
* Que ferais-je sans toi pour me remettre sur le droit chemin ? *
** Rien probablement, ou alors… Je n’aime mieux pas y penser ! **


Le ton des deux liés était si parfaitement accordés dans le sarcasme que Din sourit franchement, dans le vide, comme tous ceux qui ont une voix dans la tête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:51

POsté par Limna

Il ne chercha pas à l’attaquer tout de suite et s’invita dans son esprit avec une certaine douceur. Elle baissa les yeux, confuse par le quiproquo.

Tu m’as fait peur, je ne pouvais pas deviner que tu n’allais pas me dévorer… Estenir cherche à me mordre alors qu’il est le lié de mon Maître… Non vraiment… je ne pouvais pas deviner !

Elle fit un pas vers lui, tout en gardant une main sur le rocher, comme s’il la protègerait du dragon. Ses yeux déclinèrent en plusieurs nuances plutôt plaisantes qu’elle ne distinguait jamais chez Estenir.
Etait-ce un semblant d’excuses ? Peut-être bien, elle regrettait son geste plus par instinct de survie que par véritable penchant moral. Il était inutile de chercher les ennuis avec une créature avec une si grande mâchoire… non vraiment. En cela, Limna savait être docile, lorsqu’elle mesurait l’issue inéluctable d’une situation elle se rangeait toujours dans la voie de la sureté. Il se tourna rapidement vers les corps étendue…avant de lui suggérer qu’il devrait la tuer pour protéger sa liée. Elle se colla de nouveau contre son rocher.

Ta liée ne ressemble pas à un dragon que je sache. Quant à eux… ils m’ont agressée.

Elle recula d’un pas encore quand il mentionna son frère.

Qu’est-ce qu’il t’a dit ? Il me déteste parce qu’Altays me déteste… Rien de plus.

Elle fit une petite moue inquiète… Si le dragon se montait contre elle, ça s’annonçait mal. Il faudrait qu’elle voie si la discussion était possible pour calmer ses ardeurs … Comme pour percer l’abcès. C’était contre ces usages, mais il était vraiment trop grand. Anareinth sembla s’énerver, remua sa queue et obligea à la jeune femme de se replier derrière son rocher. Mais sa tête s’étendit jusqu’à elle dans son petit coin.

Je n’aurai rien contre lui moi s’il tenait un peu mieux sa langue. Je ne cire pas les chaussures de mon humain de Maître ce n’est pas pour prendre des pincettes avec un Céleste.

Elle joua du pied dans le sable avant de rajouter calmement.

Je n’ai rien contre Dinjelaï si tu te demandais. Elle est très correcte, je pense qu’on s’entend bien… Elle m’a donné un bout de pain l’autre jour.

Elle lança un regard inquiet vers le blanc ailé, pour elle, il n’était pas courant de partager son pain aussi, elle estima que c’était une preuve évidente. Mais lui avait-elle donné la même version ? Il l’invita à partir pour rejoindre la grange et elle plissa les yeux contrariée qu’il ne la conduise pas. Mais elle n’en dit rien, estimant le risque un peu trop grand pour émettre tout désaccord. Il éloigna enfin sa tête et elle le suivit du regard d’abord avant de faire un pas à l’extérieur. Sans attendre, il s’envola et l’ordonna sans ménagement. Elle sursauta, surprise et toujours inquiète. Pourtant elle courut jusqu’aux morceaux de son arme qu’elle enfila dans sa poche et enfila rapidement ses bottes. Elle marcha en direction du petit chemin qu’elle avait descendu la veille dans le noir et se félicita de ne pas être tombée. Elle baissait la tête, vaguement boudeuse par le comportement du Blanc. Il allait certainement mentir à Dinjelaï pour la liguer avec eux… Il fallait qu’elle réfléchisse à un moyen pour qu’il ne la tue pas trop facilement. Elle entendit un bruissement dans l’air et levant les yeux aperçut le dragon non loin d’elle. Il prit alors de la vitesse lorsqu’il comprit qu’elle ne compterait pas s’enfuir. Soudain elle se souvint du parchemin, elle attrapa l’objet dans sa botte et l’ouvrit prudemment sous sa cape pour qu’on ne le remarque pas. Les traits étaient propres, l’eau ne les avait pas malmenés. Il s’agissait d’une carte… de pirates… difficile de ne pas remarquer les inscriptions de ports clandestins, avec le nom du bâtiment à annoncer pour chaque dock. Il y avait également les coordonnées de lieux à piller. Elle sourit enfin et estima qu’elle garderait cette carte pour elle seule tant que la situation avec le Noir n’aurait pas été éclaircie. Elle tenta de comprendre le schéma mais n’y repéra rien…

Elle rangea le document lorsqu’au loin, elle aperçut la grange. Au puits, elle fit un semblant de toilette tant pour détendre ses traits et cacher sa frayeur que pour paraitre soignée. Elle jeta un bref coup d’œil à Anareinth puis à Andúnë avant d’entrer… Ils étaient d’humeur tranquille et elle s’efforça de les saluer d’un geste de tête, tous les deux, pour ne pas accentuer la tension. Elle remarqua que les livres étaient fermés et un élan d’enthousiasme légèrement accentué la porta.

Avez-vous trouvé quelque chose ?

Une multitude de questions vinrent alors la saisir au vol. Il fallait qu’elle demande à l’elfe comment trouver leur position sur une carte. Mais cela sans éveiller les soupçons... De même, il fallait qu’elle lui parle du Blanc, il lui raconterait peut-être ce terrible malentendu mais là encore, il ne fallait pas qu’elle s’emporte car comment justifier ensuite qu’elle visait le Noir… Elle soupira devant tous ces obstacles, la carte elle ne dirait rien pour le moment… Son ton retomba immédiatement, craignant que l’elfe ne lui réponde pas suite aux racontars de son lié.

Il faut que je te parle Din… Faut que tu dises à ton dragon que j’ai pas fait exprès… Elle sortit sa dague brisée. J’ai cassé ma dague sur lui… Il m’a surprise alors que je dormais… Je lui ai expliqué, mais je crois qu’il n’a pas été convaincu…

Elle baissa les yeux sur son arme, une pointe de tristesse l’habita, ils prendraient ça pour des regrets envers le monstre, ce n’était pas plus mal. Limna tourna calmement la tête vers le céleste, il fallait qu’il y croit lui aussi et pour ce faire, elle ne témoigna aucun signe de méfiance à son égard pourtant elle en était certaine il se moquerait… alors même qu’elle lui avait dit bonjour. Limna insista pourtant dans son expression intimidée et contrariée par le malentendu. Elle aperçut un peu de sang sur sa manche, et le frotta nerveusement avant de relever la tête, brusquement crispée. Ses traits reprirent en une fraction de seconde le masque froid qui la caractérisait. L’ondine avait fait sa toilette sans vraiment se mirer, elle devait être pleine de sang, la gorge de l’homme avait giclée.

On m’a agressé hier, mais je n’ai rien… rassurez-vous… articula-t-elle sur un ton qui sonnait faux.

Elle savait bien que cela n’aurait pas inquiété le céleste. Il devait vouloir sa mort pour monter son dragon contre elle. Quant à Din, elle était peut être d’une nature plus compatissante…


[HRP: J'ai sauté ton tour, pour avancer un peu... nous voilà tous les trois et on pourra enfin partir. ^^ De toute façon tu peux faire des cochonneries avant que j'arrive :D]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:51

Posté par Altays

- Pas du tout bien au contraire. Je crois même que ta présence m'a évité bien des mauvais rêves.

Se souvenant alors qu'il l'avait enlacé, Altays préféra prendre les devants et s'excuser avant d'entendre une réflexion qui le mettrait surement très mal à l'aise.

- Heu... je m'excuse si je t'ai un peu... bousculé pendant mon sommeil. Je me pensais seul jusqu'à mon réveil. Mais... la nuit a quand même était... très agréable oui.

Offrant à son tour un sourire à Din, il la regarda sortir de la couche revoyant les images qu'il avait eu la chance de voir en rêve.

* Huhu! attends d'en avoir finit pour fantasmer... Ce n'est pas le moment avec la journée qui nous attend.*

* Moui, mais je profite de ce dernier instant de calme pour laisser vagabonder mon esprit. Tu le sais comme moi, bientôt tout cela sera finit et nous nous mettrons en route. Alors en attendant... je profite, je profite.*

Din revint de sa toilette, les joues rosées par la fraicheur de l'eau et du vent. Il garda le silence, l'observant et la détaillant ne se lassant pas de ce visage radieux. Il n'essayait même plus de se faire discret. Son visage était redevenu neutre et seuls ses yeux demeuraient illuminés par une petite flamme dansante.

Quand elle lui posa finalement la question de trouver un moyen de transport immédiatement il sortit de ses songeries pour se tourner vers elle. Il n'avait pas besoin de réfléchir à la question puisqu'il avait déjà trouvé la solution. Du moins la solution semblait l'avoir trouvé. Il en avait apprit suffisamment pour savoir qui leur ouvrirait les voiles. Il suffirait d'ailleurs de quelques mots pour convaincre sans avoir à débourser le moindre sous. Seulement il devrait s'assurer que tout se passe au mieux. Et il aurait pour cela quelques mots à dire à Limna.

Quand il entendit le bruit sourd et caractéristique des pattes qui se posaient au sol, Altays étendit un peu sa conscience pour s'assurer qu'il s'agissait bien là du blanc de Din. Il fallait se montrer prudent désormais. Une fois rassuré par le contact il se tourna de nouveau vers din qui, à en juger son sourire étrange semblait en pleine communication avec son lié. Cet air qui faisait souvent paraître quelqu'un fou, à sourire dans le vide ou à donner l'impression de fixer un point dans le vide. Ces signes particuliers qu'on ne pouvait connaître qu'en les pratiquants soit-même.

* Je trouve d'ailleurs que tu ne les pratique plus assez...*

* Tu vas me faire une scène? *

* Non je dis juste que depuis que Madame t'a soigné tu n'as d'yeux que pour elle... elle t'a lancé un sort si ça se trouve.*

* Heu... je pense que tu me connais assez pour savoir que TU es le seul à m'avoir en son pouvoir... tu me penses assez stupide pour me laisser envouter par une femme.*

* Bref... Je sens Limna qui arrive... et elle sent le sang. Qui notre chère ardente est-elle allé tuer cette nuit?*

Se tournant vers la porte avant qu'elle ne s'ouvre, Altays attendit de voir l'ondine arriver. Quand elle entra il n'émit pas la moindre émotion mais le sang qui avait éclaboussé la jeune fille n'avait rien de rassurant. En effet, une ligne de gouttelettes barrait son visage laissant supposer qu'elle avait du se battre d'assez près pour en recevoir autant.

* Je t'avais dit que c'était une froussarde... elle a eu peur d'Anareinth... j'aurais donné cher pour lui offrir un de mes réveils à moi. Mettez un poisson face à un reptile et ça frétille... Pardon... tu ne ressemble pas à tous les ondins je me laisse distraire. Gruhuhurg*

Souriant tout en regardant toujours le visage de Limna, Altays se leva et s'approcha de la jeune femme. Avant même qu'il ne lui pose la moindre question elle se mit sur la défensive argumentant qu'elle n'avait fait que se défendre. Certes il n'en croyait pas un mot mais il n'avait pas envie de paraître offensant. De plus elle pouvait très bien avoir agit sans vouloir de mal.

- Tu es pleine de sang. Mais ça n'a que peu d'importance pour le moment. Tant que tu n'as rien c'est le principal. Il faut que l'on parle. Din et moi avons fait une découverte capitale cette nuit.

~~~~~~~~~~

Après avoir relaté à Limna l'ensemble de ce que Din et lui avaient trouvé. Altays se tourna vers ses deux compagnes un demi-sourire sur les lèvres.

- Pour tout vous avouer nous avons... de la chance en fait. Din me demandait... avant que tu arrives. Comment nous pourrions nous y rendre. Et bien en fait il y a un moyen. J'ai apprit hier par mon... ami. Que le navire de ma sœur devait faire escale aujourd'hui même au port. Seulement je ne souhaite pas vraiment la revoir dans ces conditions. A dire vrai je souhaite ne pas la revoir du tout. Donc je me dissimulerai le visage pour éviter qu'elle ne me voit. Je vous serai reconnaissant. Si vous pouviez éviter de faire référence au fait que je suis ici avec vous. Et si vous pouviez aussi vous abstenir de tout commentaire me concernant d'ailleurs.

Soupirant de frustration à l'idée de laisser Limna et sa sœur ensemble ou même Din et sa sœur Altays se demanda s'il s'agissait d'une bonne idée.

- En fait... aucun marin ne se rend dans ces zones car comme je vous l'ai dit les superstitions font que personne n'ose s'aventurer là-bas. Ma sœur est donc notre unique chance. Pour la convaincre il suffira de dire que vous êtes des amies à moi. Et vous lui offrirez aussi une flèche que je vous fournirai. Elle risque de... se montrer harcelante... et assez mécontente si elle n'a pas de réponses à ses questions. Je vous laisserai donc trouver de quoi satisfaire son appétit. Même si j'apprécierai beaucoup que vous vous comportiez avec gentillesse car elle vient juste d'avoir un enfant.

Fixant Din il chercha un moyen pour lui faire comprendre qu'il fallait veiller à ce que Limna se comporte convenablement. Ne voulant pas vexer l'ondine et la provoquer il ne trouva qu'une seule solution.

* Anareinth... pardonne-moi de te demander cela. Je ne veux pas t'offenser en me servant de toi pour passer des messages mais c'est assez... capital à mes yeux. Si tu pouvais demander à Din qu'elle veille à ce que Limna ne fiche pas tout en l'air avec ma soeur. Je pense qu'il va falloir s'assurer qu'elle se comporte décemment... Merci et encore désolé si je t'offusque en agissant ainsi.*

Altays connaissait suffisamment les Dragons pour savoir qu'ils détestaient être prit comme des moyens de communications rapides. Leur fierté... et c'était assez normal après tout... n'avait pas d'égale et si ils étaient dans un mauvais jour ils pouvaient aisément parvenir à fiche la journée de l'humain en cause en l'air.

- Je crois qu'il n'y a rien à emporter en particulier. Il vous suffira juste de nous présenter comme des amis du clan Dra-Aldhibadh de part votre amitié avec Altays. Ensuite le chef du navire s'entretiendra probablement avec nous. Du moins avec vous puisque je jouerai le rôle d'un malade qui part se rendre aux cavernes dans je ne sais quel but. Une fois les choses mises au clair et bien... Ma sœur nous amènera jusqu'à l'endroit que l'on convoite. Concernant les nouvelles et bien nous nous arrangerons en route.

Souriant aux deux femmes il ajouta.

-Si personne n'a de questions à ajouter je pense que l'on peut partir. Le soleil est assez haut ils doivent avoir finit de décharger et il faut faire assez vite avec les tempêtes de la région.

[HRP: J'espère que l'idée ne déplait pas... vous pouvez bien évidemment jouer ma soeur comme un pnj bien sur donc lets go je pense... allons récupérer le joyaux.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:52

Posté par Dinjelai

Lorsque Limna poussa la porte de la grange, elle attira sur elle deux paires d'yeux attentifs... L'ondine avait sur le visage et les vêtements des taches de sang brun, certaines avaient été à demi-effacées d'un revers de main, mais d'autres formaient toujours de minuscules goutelettes intactes. En observant l'Ardente, Dinjelaï fut prise d'un frisson. Tuer de sang froid, cela pouvait se concevoir, mais ne pas prendre le temps de masquer son crime et le laisser s'afficher sur son propre visage... Jamais elle n'aurai pu se laisser aller à pareil négligence!

Dans son esprit la voix rocailleuse d'Anareinth s'éleva, fournissant d'autres informations assez enrichissantes...

** Vive agression... Par un noyé et son collègue à demi-mort... Bizarre non? **

Le ton du dragon était sarcastique mais ne laissait pas filer une once de colère.

** Ah, elle tient à ce que je te dise qu'elle m'a agressée... **

Din écarquilla les yeux et perdit tout sourire...

* Quoi?! *
** Attends attends, elle a simplement lancé sa dague sur moi... Avec des reflexes étonnamment vifs pour une dormeuse! **
* Elle te demande de me dire qu'elle a essayé de te tuer? Limna? Tu es sûr? *


Le dragon blanc émit un rire guttural qui s'entendit à l'intérieur de leur abri...

** Non, en vérité elle voulait te dire qu'elle n'a pas fait exprès! **
* Pas exprès? De te jeter une dague? *
** Tu vas répéter tout ce que je te dis? **


Un nouveau rire fit trembler les murs de planche, et Dinjelaï se renfrogna... L'elfe se reconcentra sur la scène qui se jouait, pour sa plus grande surprise, devant ses yeux. Altays s'était dirigé vers la nouvelle arrivante, le visage ouvert et souriant ce qui était particulièrement étrange, et lui proposait de lui faire partager les découvertes faites durant la nuit...
Avant qu'il n'entame son récit, Dinjelaï s'était décidée à se comporter avec l'Ardente comme le faisait son Lié. Sans complaisance, avec franchise et calme, inutile de prendre des risques, mais inutile de s'inquiéter non plus et de ne plus tourner le dos à l'Ondine...

La jeune maîtresse Blanche invita Limna à venir s'assoir devant la table du déjeuner avant que ne commence le récit d'Altays. L'ondin sut trouver les mots, concis et précis pour raconter leur nuit, sans trop s'attarder sur les détails... Lorsque l'ondin s'était excusé tout à l'heure, elle n'avait rien répondu, se contentant d'un petit sourire, les joues colorées... Elle aussi avait fait des rêves bien agréables, non dénués de rapport avec la situation d'ailleurs...

Lorsqu’Altays eut fini son résumé, Dinjelaï se reconcentra, il semblait avoir une proposition à faire… Et pas des moindres ! Le plan du Céleste semblait encore vague, mais avec une petite réflexion, il était la base parfaite d’une excellente stratégie… Quelques points d’ombre demeuraient néanmoins, suffisamment important pour se refléter sur le visage de Din par des sourcils froncés.

Altays, cette question est certainement indiscrète, mais pourquoi te masquer aux yeux de ta sœur ?

Le regard que lui adressa Altays, intense et presque douloureux, fit aussitôt ravaler sa question à la jeune elfe… Pas besoin de mots, effectivement, c’était largement indiscret… Cependant, elle espéra qu’il lui en parlerait s’ils se retrouvaient seuls…
Comme pour atténuer la curiosité qui dévorait le cœur de Din, Anareinth s’immisça dans ses pensées…

** Le joli cœur te demande instamment de surveiller l’Ardente pendant la traversée ! Pas de scandale à bord… **

Din regarda Altays et cligna des yeux pour lui faire comprendre que le message était passé, et qu’elle ferait de son mieux, même si elle était certaine que Limna sache se conformer à des règles, fussent elles restrictives.

Aux derniers mots d’Altays, il y eut un petit moment de flottement. Tous étaient conscients de l’urgence de leur départ, mais quelques points restaient flous, essentiels à la finition d’un plan crédible…

Altays, crois-tu qu’un malade sera le bienvenu sur un bateau ? Sans mettre en doute la puissance de la fidélité du Clan des Dra-Aldhibadh, aucun capitaine sain d’esprit n’accepterait un contagieux sur son pont… C’est certainement un détail, mais je pense d’avantage à un… infirme ? Un aveugle muet serait moins menaçant non ? Cela pourrait te fournir l’excuse de te masquer sous un capuchon et je doute que des inconnus viennent tenter une conversation…

Dinjelaï paru réfléchir quelques instants, elle vérifiait la crédibilité des propositions du Céleste…

D’où le pèlerinage vers les cavernes d’Orion, réputé pour abriter un être mystérieux qui récompense les infortunés et les cœurs purs…

Elle marqua une nouvelle pause, et adressa un regard interrogatif à ses compagnons de quête. Ne percevant pas d’opposition à ses paroles, elle poursuivit, l’air un peu absent…

J’espère que ta sœur possèdera la carte en question… Je doute que ces archipels soient une étape d’une quelconque route commerciale, mais peut-être figurent-ils sur les cartes ?

Sa question flotta dans l’air, sans réponse… Comme personne ne s’opposa à ce qu’elle disait, elle se leva, considérant le débat clôt, place à l’action !
L’elfe s’étira, le ventre rempli. Elle épousseta sa tunique, et avant de se diriger vers ses affaires pour refermer son sac, elle se tourna vers Limna, un sourire aux lèvres :

Il me semble qu’un brin de toilette s’impose, sinon, toute négociation avec ce bateau risque de rapidement tourner court !

Les affaires furent rapidement pliées. Dans sa besace, Dinjelaï réussit à caser une couverture, maigre certes. Elle prit à la main les deux manuscrits confiés par Maître Friagrïn, elle avait promis d’y faire attention, aussi le mieux était peut-être de les rendre au plus vite à leur propriétaire. Lorsque tout fut rangé, le petit groupe sortit et pris la direction de Brirenheau.

*******

Dinjelaï avait quitté les deux ondins à leur arrivée dans le bourg en promettant de les rejoindre au plus vite sur le port et s’était dirigée au pas de course vers la librairie. Les embrassades avec le petit Maître furent abrégées à leur minimum, et quelques minutes à peine après son arrivée, Dinjelaï était déjà dehors, martelant les pavés de la ruelle sinueuse.

Sur le port, Din s’arrêta et chercha du regard le navire décrit plus tôt par Altays. Elle le repéra vivement, mais pas trace de Limna et du Céleste… Elle resta près de l’échelle d’embarquement, tournant en rond pendant quelques minutes, avant de les découvrir, silhouettes sombres, l’une masquée, l’autre encapuchonnée, avançant bras dessus, bras dessous, jeune fille prêtant agréablement la main à un infirme afin de le guider sur le sol glissant et inégal.

Un imperceptible sourire s’épanouit sur les lèvres de l’elfe et elle tâcha de graver cette image dans ses souvenirs… Din se porta à leur rencontre.

Vous êtes parfaits, j’ai eu du mal à vous reconnaître !

Elle s’efforça de ne pas mettre trop de sarcasme dans sa voix…

On y va ? Vous êtes prêts ? C’est bien ce navire Altays ?

Comme il acquiesçait, Din s’approcha d’avantage du capuchon, afin de distinguer le visage qui se cachait dans l’ombre. Altays semblait se maitriser pour offrir des traits sereins… A le voir ainsi, le cœur de Dinjelaï sauta un battement… Mais l’heure n’était pas aux échanges énamourés… Il lui glissa l’objet qui devait les faire reconnaître comme « ami des Dra-Aldhibadh ».



[HRP] Je ne savais pas trop où m’arrêter pour ne pas trop vous faire jouer, mais avancer tout de même le récit. C’est sans doute le pire moment, mais je m’arrête là ! J’attends votre récit de la traversée de Brirenheau où vous avez formé votre joli petit couple ! Désolée de vous avoir forcé la main, héhé ! [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:52

Posté par Limna

Alors que l’ondine se voulait franche, elle observa le visage de l’elfe se transformer… Perdue dans ses pensées elle devait entendre la version du Blanc et visiblement rien n’était pour la rassurer, l’elfe rejoindrait donc le camp de son dragon, celui des célestes… Pour ponctuer la conversation sourde, ils entendirent le grognement du Blanc retentir jusqu’à eux. Limna se crispa d’avantage, il était donc en colère à présent qu’il avait rejoint sa liée ? Elle se sentit bien seule à ce moment, Dinjelaï semblait close à toute discussion, l’aventure prendrait un nouveau tournant…

Mais c’est à ce moment qu’Altays bougea pour s’approcher d’elle, avec une curieuse attention. Il souriait, presque prévenant et voulait se charger de lui raconter ce qu’ils avaient trouvé. Faisait-il cela pour soulager Din de s’adresser à elle ? Elle baissa furtivement les yeux, résignée à s’entretenir ou plutôt entendre l’ondin sous cette carapace aimable. Il témoigna d’un feint soulagement devant le fait qu’elle n’eût rien suite à son agression… Elle posa péniblement les yeux sur lui et se demanda à quel point il pouvait mentir, lui qui avait dressé son dragon contre elle…Pensait-il pouvoir endormir sa vigilance si facilement ? Dinjelaï intervint comme pour convaincre Limna de la bonne volonté de l’homme à moins que ce ne soit de sa crédibilité. Elle s’installa donc et écouta le récit de ses compagnons…

Ils traverseraient avec la sœur du céleste et il faudrait être discret. Un malade serait jeté en haute mer et elle aiderait probablement l’équipage à cela. Quant à l’infirme… un aveugle-muet était une couverture presque trop évidente. Quel homme resterait en vie avec de telles souffrances ? Une solitude ténébreuse jusqu’à la mort… L’elfe se releva brusquement bien qu'avec toute la grâce imaginable et ramassa ses affaires. Limna ne la suivit pas du regard tout en restant attentive à ses gestes. Elle se retourna enfin vers l’ondine avec un large sourire ressemblant à ceux qu’elle avait pu lui adresser avant que son visage ne se ferme. L’ondine ne lui rendit pas cette attention, trop suspicieuse, mais se releva lentement et sortant sous son conseil pour parfaire sa toilette.

Dehors la lumière avait pris un manteau doré, le matin était avancé, Altays avait dit vrai sur ce point… Elle contourna la grange en évitant de faire attention aux dragons. Dinjelaï l’avait peut-être envoyé dehors pour qu’ils la dévorent ? Visiblement tendue, elle fut toute fois soulagée d’atteindre le puits comme s’il pouvait lui être d’un quelconque secours. Il empêcherait à ses jambes de se dérober lorsque le Blanc viendrait, lui offrant un reste de dignité face à la mort. Elle laissa son regard se perdre sur les ondes comme si elles pouvaient répondre aux craintes de l’ardente par hypnose. Son cœur se calma enfin et elle plongea sa main dans l’eau, sentant la réaction apaisante dans son corps entier. Elle nettoya alors son visage avec soin, son cou également et frotta tant qu’elle put mais avec maladresse ses vêtements tachetés. Elle se félicita de cet ensemble sombre qui dissimulerait en partie les traces oubliées. Elle détacha sa natte, usant encore de l’eau pour étaler les reflets pourpre indésirables. Pendant qu’elle se peignait du bout de ses doigts, l’ondine repensait à sa carte, il faudrait qu’elle demande à… à qui ? Elle n’avait plus d’alliés dans ce groupe ! Elle soupira agacée… La sœur de l’ondin devait le détester pour de bonnes raisons, en cela elle imaginait une nouvelle option pour ses projets… Après avoir resserrés les trois mèches de cheveux, elle retourna près des Maîtres dragons…

Ils marchèrent un bon moment, Dinjelaï avait insisté pour que les monstres restent à l’écart de la ville, ils suivraient de loin. Si l’elfe et l’ondin échangèrent avec légèreté sur des sujets inintéressants, Limna suivait en silence. Ils ne trahiraient rien de leur plan pour elle, elle ne cherchait donc pas à les espionner ni à se faire oublier… pourrait-il seulement ne plus faire attention à elle ? Altays lui jetait des coups d’œil réguliers comme s’il craignait qu’elle n’agisse sans prévenir et Dinjelaï tentait de combler la conversation… La sympathie qu’elle lui témoignait était fausse, ils étaient ennemis, elle le sentait et Dinjelaï en profiterait. Limna ne cacha pas que le malaise s’installait, elle ne leur offrit pas de regards rassurants ni même agressifs.

Ils arrivèrent aux abords de la ville qui était déjà bien éveillée. Les charrettes se pressaient de fournir les étals du marché proche du port. Dinjelaï partit rejoindre son ami de la veille pour lui rendre les manuscrits. Limna n’ouvrit toujours pas la bouche… Altays ne semblait pas gêné de se retrouver seule avec l’aspirante, devant tant de gens il n’y aurait pas tellement de débordements. Peut-être craignait-il de retrouver les marins de la veille ? A cette délicieuse idée, elle se souvint de sa technique de combat très particulière… Elle brisa donc le silence sans douceur.

Hier, tu lui as fait quoi à l’homme ? Pour qu’il tombe d’un coup ?

Elle posa un regard décidé sur le visage de l’ondin, elle était curieuse à défaut d’être patiente et l’élève aimait apprendre… Peu après, elle désigna de sa main une ruelle un peu plus sur la gauche.

Il te faut une cape moins voyante, tu es trop propre…

Elle marcha en direction de la boutique de la veille, laissant l’ondin la suivre sans se retourner. Le carillon sonna lorsqu’elle pénétra dans la boutique et le regard du tisserand en disait long sur son mauvais traitement de la veille. Elle s’approcha et déposa une bourse d’or sur le comptoir. A la surprise de l’homme… elle payait... et bien cher… Elle laissa son attention balayer la pièce avant de désigner le manteau du vieux, trop usé pour être vendable.

Donne celui-là.

L’homme se recula méfiant avant de s’exécuter. Lorsqu'il lui tendit, elle l'attrapa et le jeta sur Altays avant d’approcher la bourse du vieillard.

Bonne journée.

L’homme murmura un "bonne journée Madame" chevrotant et terrifié à l’idée qu’en ce début de journée la femme soit accompagnée. Limna pensa un *Mademoiselle* mais ne répondit pas, son visage marquait l’expérience à défaut de l’âge. L’artisan ne regarda même pas la bourse avant que le couple ne soit sorti. Une fois de retour sur les pavés, elle se félicita de cette démonstration de politesse et de mondanité, Altays craindrait surement moins qu’elle ne rencontre sa sœur. Elle releva la capuche du manteau du céleste.

Je ne crois pas qu’un aveugle-muet soit la bonne solution… aveugle certes… disons que tu ne comprends pas cette langue ce sera un peu plus crédible.

Elle reprit la marche vers le port quand il lui attrapa le bras. Elle se dégagea et le poussa vivement.

A quoi tu joues ? Tu veux que je te crève les yeux ?

Avant même qu’il ne s’explique, elle comprit et lui prêta d’elle-même son bras. Elle ressentit un frisson parcourant son échine, un frisson de dégoût… L’ondine était de nouveau tendue, cette proximité était inconvenante. Ils se rendirent vers le port où Dinjelaï les attendait déjà. Limna retrouva son silence et se laissa guider. Sur le bateau, elle trouverait peut-être un autre moment pour parler à Altays, quand ils auront un peu de temps à tuer…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:53

Posté par Altays

Quand il acheva de résumer ce que Din et lui avaient découvert, Altays laissa planer un léger silence pour que toutes les informations soient bien prises en comptes par l'ondine. A dire vrai il avait décidé de ne plus entrer du tout dans son jeu. Le rapprochement qu'il avait eu avec Din lui permettait d'occulter totalement chacun des mauvais actes ou des paroles que la demoiselle pouvait prononcer. Il se concentrait sur sa partenaire agréable pour éviter d'entrer en rage contre le monstre qui les accompagnait. Ce sang était bien la preuve qu'elle était prête à tout pour on ne sait quelle raison. Enfin... son histoire était plausible... après tout il s'était lui-même fait agresser sans raisons. Néanmoins il se jura de tirer cette histoire au clair un peu plus tard. Pour le moment cela n'avait guère d'importance.

Din le regarda d'un air étrange... puis enfin elle sembla se décider à larguer la bombe qui reposait entre ses lèvres. Altays accusa le choc sans rien dire. Il n'aimait pas trop raconter les problèmes qui le hantaient. En dehors d'Andúnë il jugeait que cela ne concernait en rien son entourage... même les principaux concernés. Néanmoins si la maîtresse blanche s'interrogeait à ce sujet c'était aussi une façon de lui témoigner de l'intérêt. Elle ne l'avait peut-être pas fait dans ce but mais il trouva le réconfort nécessaire dans cette idée pour se contenter de fixer Din le regard un peu trouble. S'il trouvait un moment il lui expliquerait le pourquoi du comment.

* Tu la connais à peine et déjà tu te vois lui confier tes craintes et tes peurs?*

* Non... je justifierai seulement la raison qui me pousse à agir ainsi... je n'ai pas besoin d'évoquer mon passé. Juste de lui fournir les informations qu'elle veut avoir. Et puis... le jour ou quelqu'un tentera de se servir de mon passé contre moi...*

* ...et bien je serai à tes cotés pour lui faire comprendre qu'il aurait du y réfléchir à deux fois.*

Quand il vit enfin ce qu'il attendait, à savoir un signe de Din qui lui prouverait que le blanc avait bien passé le message, Altays pu de nouveau respirer calmement. S'ensuivit alors un échange d'idée au sujet de son camouflage. Ce n'était guère pas forcément judicieux de s'inventer un malade. La promiscuité sur un navire faisait souvent craindre toute personne atteinte d'un mal... alors embarquer un étranger atteint d'on ne sait quelle maladie.

Finalement tout fut assez rapidement décidé et il purent se mettre en route. Le chemin fut calme et bien que Limna ne participa pas à la conversation Altays ne pu s'empêcher de lui jeter quelques regards en coin pour s'assurer qu'elle ne filerait pas ou qu'elle ne trouverait pas un coup fourré à réaliser.

Une fois en ville, Din se sépara d'eux. Elle devait se rendre de son propre coté afin de retrouver son informateur de la veille et lui rendre les précieux ouvrages qu'il lui avait fournit. Altays avait déjà enfilé son manteau et ne laissait pas voir son visage. Il voulait éviter de croiser un membre de l'équipage ou même les abrutis de la veille pour qui il n'aurait pas autant de pitié. De plus, cela lui permettait aussi d'évi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:53

Posté par Dinjelai

Din s’était donc avancée vers le navire décrit par Altays, ses compagnons sur les talons. Limna parvenait avec difficulté à maintenir une expression neutre sur son visage. En imaginant quelle terrible épreuve ce devait être pour elle, l’elfe ne put s’empêcher de sourire.
Une fois le pied posé sur le ponton, elle s’efforça de le masquer et adopta les traits neutres qu’elle savait si bien emprunter au besoin… L’espace était encombré de malles et bagages de différentes formes et tailles, que des marins l’air affairés se chargeaient de déplacer suivant une logique qui échappait à Dinjelaï…
Rapidement, un homme s’avança vers eux. Son regard sévère n’avait rien d’agressif, seulement curieux de savoir qui étaient ses étrangers qui semblaient vouloir s’embarquer et pressé de les faire bouger, dans un sens ou dans un autre, afin qu’ils libèrent le passage pour les marins. Les lèvres de l’elfe s’étirèrent légèrement en un sourire de courtoisie. Elle devinait, grâce aux explications d’Altays qu’il devait être le contremaître du navire.

Bonjour. Nous souhaiterions voir le capitaine de ce vaisseau.


Din attendit quelques secondes, puis voyant que l’homme avait croisé les bras arborant un air légèrement opposant, elle ajouta :

Nous sommes des amis du Clan des Dra-Aldhibadh.

L’homme haussa un sourcil et Din n’eut pas besoin de détourner le regard pour savoir qu’une femme s’était avancée sur le pont et regardait leur petit groupe. Elle espéra que le capuchon puant d’Altays suffirait à masquer son identité mais ne se risqua pas à le vérifier de visu… La femme héla le contremaître puis leur offrit le passage sans opposition. Décidément, la communauté d’ondins avait une confiance absolue en ses paires. Din remercia le dénommé Achmed d’un signe de tête et monta rapidement à la suite de la femme sans un regard pour Limna qui devait rager d’avoir à servir de guide pour un simili aveugle.

Dinjelaï pénétra dans la cabine ouverte à la suite du capitaine. Kahyna était la parfaite illustration de la description qu’en avait fait son frère. Mince, élancée, la peau brunie par le grand air et des cheveux de jais coupés à la garçonne et ébouriffés par le vent marin. En l’observant, Din se dit qu’elle avait l’air bien jeune pour commander un vaisseau, mais à l’organisation méticuleuse qui régnait sur le pont, inutile de mettre en doute ses capacités…
L’ondine les dévisageait elle aussi, son demi-sourire laissait entendre qu’elle était ouverte au dialogue, mais impossible non plus de la prendre pour une pigeonne, le statut qu’elle occupait allait de pair avec une logique froide. Les deux femmes s’observèrent un temps, sans prendre la peine de le cacher, et quand son regard sauta, Dinjelaï savait que s’était pour mieux détailler Limna. L’Ardente avait lâché le bras d’Altays et tous les trois se tenaient serrés dans une vaste cabine. Kahyna regarda rapidement celui qui se cachait sous le capuchon, et fronça le nez. Mais elle n’eut pas d’autre réaction et Din s’efforça de calmer les battements de son cœur… L’elfe aimait l’adrénaline qui se faufilait dans ses veines, faisant palpiter son pouls. Elle se sentait comme joueuse de carte lorsque tous les atouts sont dans une même main… Sûre de gagner, mais craintive tout de même des aléas des jeux de hasard…

Kahyna, peut-être que ceci saurait d’avantage vous convaincre que tous les mots que nous pourrions vous rapporter.

D’un pan de sa cape de voyage, Dinjelaï dévoila la hampe de flèche destinée à l’ondine et la lui tendit. Kahyna fronça les sourcils et s’avança pour saisir l’objet avec précaution. Elle la porta à hauteur de ses yeux et plissa les paupières puis tourna le dos au trio pour s’approcher d’une lucarne.

D’où, et de qui tenez vous cet objet ?

Le ton était chargé d’une méfiance à peine voilée et tout sourire avait disparu du fier visage de l’ondine. Les muscles de la mâchoire de l’elfe se contractèrent. Elle n’avait pas imaginé que la sœur d’Altays réagisse aussi vivement. Est-ce qu’un souvenir douloureux venait se greffer sur cet objet ? Avait-il une valeur sentimentale particulière ? Din se maudit de ne pas avoir mieux interrogé le Céleste. Quel mensonge raconter ? Il ne valait peut-être mieux pas évoquer le nom d’Altays tant qu’il serait en personne sur le navire, mais quoi alors ?




[HRP] Limna ! Sors-nous de ce mauvais pas !!! Après Altays si tu veux passer ton tour, ou faire jouer ta sœur, à ta guise ! [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:54

Posté par Limna

La cabine était étroite mais plutôt bien rangée, ils prirent place autour d’une table qui devait servir au repas du capitaine mais également de bureau. L’ondine jeta quelques furtifs regards circulaires mais avait déjà noté qu’une carte était agrafée sur un secrétaire plus étroit à leur droite avec quelques équerres et autres instruments nécessaires. Il faudrait qu’elle le consulte la nuit venue…

Pour l’instant, elle s’efforça de ne pas trop porter son regard dessus et fixa l’ondine avec indifférence. L’elfe à sa gauche semblait faire bonne impression, toujours aussi ravissante elle ne pouvait qu’attirer les faveurs instinctives des âmes itinérantes. D’ailleurs, elle questionna le groupe en s’adressant à elle avec respect. Elle employa en suivant un ton familier pour s’adresser à Limna, cette dernière intensifia son regard et inclina légèrement la tête sur le côté comme pour signifier perplexe, qu’elles n’étaient pas encore amies. Altays ne bougeait plus, elle l’aurait presque oublié si son odeur ne commençait pas à tant l’incommoder.

La sœur du Céleste s’adressa avant tout à Din, après tout c’est elle qui avait fait les premiers pas pour la rencontrer alors que Limna devait se trainer le pouilleux. Lorsqu’elle transmit la pointe à la jeune femme, son visage se ferma brusquement. Limna sourit intérieurement en reconnaissant les instincts des siens lors des épisodes douloureux. Dinjelaï surprise par la réaction de la jeune femme bloqua discrètement sa respiration et sembla perdre le fil de son explication. Altays lui, était encore plus immobile que jamais, comme s’il craignait que tout tombe à l’eau à ce moment même. Cet idiot avait voulu être trop discret, tant qu’ils en étaient bloqués…

Limna n’avait pas détourné les yeux du visage perturbé de la jeune femme, contrairement à la plupart des personnes ordinaires qui l’aurait fait par décence. Elle joua un peu bruyamment de sa langue afin d’obliger le regard de la jolie brune à se poser sur elle. Sa voix se fit lente, tintée d’un grain un peu plus grave que d’ordinaire, empêchant toute émotion de perturber son mensonge. Elle ne la quitta pas des yeux.

-Où veux-tu qu’on l’ait trouvé ? On nous l’a donné. On ME l’a donné. Ton commerce porte-t-il jusqu’à Orën ? C’est là qu’un de mes serviteurs me l’a confié avant qu’on ne prenne la route. Notre affaire est importante, les nobles ondins se réveillent enfin devant les bourgeois du continent…

Elle retrouva dans sa voix l’intonation que son père avait parfois en traitant avec ses associés, elle s’était tant de fois amusée à l’imiter... Elle leva un peu les yeux au ciel pour appliquer jusque dans sa gestuelle sa version des faits et appuya ses mots avec une pointe d’arrogance de la noble qu’elle était, pour devancer aussi les questions dangereuses d’une sœur éplorée dont elle ne saurait quoi répondre.

-Inutile de me demander, j’ignore le nom de ce serviteur, il était assez habile bien que peu respectueux des protocoles. Il m’a donné la pointe pour qu’elle m’attire le bon œil dans cette entreprise, enfin… je pense que c’était pour protéger l’elfe, il savait qu’elle venait avec moi.

Elle lança un regard sceptique à l’ondine en levant légèrement un sourcil pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas dupe et haussa les épaules de façon très légèrement pour souligner qu’elle se savait peu séduisante et qu’elle n’imaginait pas qu’il puisse en être autrement. Les ondins ne se laisseraient pas à plus de fantaisie dans l’expression.

- Il m’a dit qu’elle m’ouvrirait certaines voies maritimes dans la zone d’Ys et qu’on trouverait sur ce pont des alliés… Me suis-je trompée ?

Elle avait pris un ton légèrement pressant, comme si elle n’avait pas de temps à perdre et articulé sa question avec insistance. Il lui fallait convaincre la jeune femme de sa stature pour espérer user plus facilement de son savoir …

Kahyna écouta le récit de sa vis-à-vis avec attention. Elle était trop inquiète de comprendre que son frère puisse se trouver sur Orën pour oser poser trop de questions. Limna n’avait pas cillé dans son explication et elle devinait pourquoi l’elfe semblait mener le trio pour couvrir la mission d’une ondine défigurée et d’un aveugle. Elle était absorbée par les séquelles d’un feu sur ce visage ondin, comme s’il était le supplice le plus atroce pour leur gracieuse espèce. Elle essaya de se concentrer pour peser la valeur de cette parole. Kahyna aurait voulu lui demander des précisions sur sa mésaventure mais elle se braquerait probablement… Elle ne connaissait pas tellement la région d’Orën mais il lui semblait avoir entendu quelques histoires sur une vieille noblesse dans le Nord du pays. Son père avait gardé des traces de ces anciens arrangements elle trouverait probablement quelques liens… Plus tard !

Pour le moment il fallait qu’elle décide… Encouragée par ses multiples pensées, son visage se détendit et elle considéra le trio avec prudence. Ils venaient de loin et avaient su trouver le bateau, ils ne pouvaient pas être envoyés par n’importe qui même si elle refusait de trop imaginer… Une traversée permettrait de discuter avec cette curieuse héritière elle pourrait apprendre d’autres choses… Le Capitaine ne détourna plus le regard de Limna, pensant connaître le chef secret de la triade.

-Vous êtes bien loin de chez vous…

Elle baissa les yeux pour réfléchir aux questions qu’elle pourrait poser, un serviteur… était-il cela ?

-Où allez-vous ?

Limna retint un sourire triomphant. Loin d’imaginer qu’elle avait attisé la curiosité de la navigatrice, elle pensait que l’appât du gain l’appelait. Quel commerçant refuserait de traiter avec des nobles qui pourraient leur être reconnaissant au point de leur promettre de juteux contrats ?

-Dans l’Est. Une île…

-Il y en a beaucoup par ici, murmura-t-elle peu emballée.

-Celle aux cavernes, coupa-t-elle brusquement pour signifier qu’elle n’avait pas fini sa phrase.

L’ondine fit la moue, pour réfléchir à cette mystérieuse destination, elle ne pouvait s’empêcher de serrer la pointe dans sa main.Tant, que son sang perla au creux de sa main sans qu’elle n’y prête attention. La douleur la réveilla enfin et elle posa son regard sur l’encapuchonné.

-Il n’est pas malade, intervint-elle avant que la sœur du céleste ne le demande.

-N’est-ce pas un long voyage pour un infirme ?

-Il ne nettoiera pas le pont et ne sert pas à grand-chose… sur un bateau, ponctua-t-elle sur une couleur sous-entendue.

Limna la toisa comme s’il était inutile d’insister, elle ne s’étendrait pas sur la portée de leur quête. La navigatrice prenait ses aises malgré le voile sur son visage. On y décelait de l’inquiétude, de la surprise et une certaine forme d’excitation. Limna sentit le sang avant même de le voir et comprit bien des choses…c'était le moment ou jamais d'insister.

-Dois-je reprendre la pointe ?

-Nous partirons une fois la cargaison en cale, se pressa-t-elle de répondre en crispant d’avantage son poing.

Limna lui fit un généreux signe de tête avec un simulacre de sourire cordiale avant de se lever lentement décidant que la conversation était achevée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:55

Posté par Altays

Lorsqu'elle vit la flèche, elle comprit immédiatement qui en était le propriétaire. Mais ce qu'elle entendit de la bouche de l'ondine fut bien difficile à imaginer. Si elle l'écoutait son frère qui refusait tout semblant d'autorité serait désormais un larbin dans elle ne sait quel grand domaine d'Oren. Impossible... ou alors c'était contre sa volonté. Cela faisait maintenant près de 3 ans qu'elle n'avait plus eu de nouvelles de lui. Et voila qu'un trio des plus étrange se présentait à elle en lui offrant le seul gage qui pouvait témoigner que son frère était en vie. Cela remontait à bien loin dans leurs souvenirs. Elle lui avait apprit à confectionner des flèches et pour être sûre que chacun d'entre eux ne confondrait pas leur appartenance, elle avait marqué les siennes de petites encoches. Lui s'amusait à faire de même mais il préférait les enduire d'une petite herbe qui poussait sur les cotes et qui parfumait agréablement le bois. elle n'avait pas eu besoin d'approcher son nez pour reconnaître cette odeur. Elle n'avait pas eu besoin d'analyser l'objet pour comprendre parfaitement d'où, du moins de qui, il provenait.

Seulement son frère n'avait rien d'un bambin. Il avait fait des choix... dont le dernier s'était avéré des plus difficile. Rejetant tout ce qu'il était et tout ceux qu'il aimait. Il avait assumé jusqu'au bout le besoin de quitter sa vie. Il n'avait jamais fait le moindre geste pour faire parler de lui par la suite et voila que maintenant, un trio composé d'une elfe bien discrète, d'un malade étrange dont elle préférait ignorer le mal et d'une ondine bien étrange. Ce fut ce qui fit pencher la balance. Elle devait les accepter à bord... peu lui importait leur destination. Il fallait qu'elle interroge cette ondine. Et l'elfe par la même occasion. Du moins si elle parvenait à trouver le temps de le faire. En attendant trop de choses devaient être faites et il fallait qu'elle s'assure que tout soit convenablement réalisé.

Se levant elle regarda les trois. Son regard neutre s'attarda quelque peu sur l'ondine cherchant à sonder ses pupilles. Si la demoiselle venait à lui mentir la traversée serait de bien courte durée. En revanche, si elle pouvait lui fournir des renseignements, des nouvelles sur son frère, alors elle ferait son maximum pour leur venir en aide. Leur adressant un signe de la tête elle s'avança vers la porte.

- Si vous le désirez vous pouvez aller vous sustenter un peu mais... évitez de transporter votre éclopé partout sur le navire. Il risque d'effrayer mon équipage.

Sortant sans accorder le moindre regards aux femmes elle prit soin de refermer la porte derrière elle.

Soulevant l'immondice que Limna lui avait acheter, Altays sortit de la cape qui lui couvrait le visage et le corps.

- Quelle puanteur c'est infecte!

Se tournant vers Limna le regard brillant il chercha les mots qui conviendraient à adresser à l'ondine.

- En premier lieu je te félicite. J'avoue que je ne pensais pas qu'elle vous questionnerait si rapidement. Tu as plutôt bien agit. Par contre plusieurs points son à éclaircir.

Regardant la carte un peu plus loin il la pointa du doigt.

- Si tu en viens à voler ma sœur. Je pense qu'elle n'aura pas à te transporter où que ce soit car tu auras quitter ce monde avant. Je te le jure Limna. Si je revois cette flamme dans tes yeux. Je te trancherai la gorge moi-même. Et n'en doute pas une seconde car tu t'attaquerais ainsi à la personne humaine qui compte le plus à mes yeux.

Sans s'en rendre compte ses yeux se posèrent sur Dinjelaï l'espace d'une seconde. La petite lueur qui brilla dans son regard reflétant qu'il n'autoriserait personne à s'en prendre à elle non plus. Certes il la connaissait à peine. Certes elle n'éprouvait probablement rien à son égard. Mais pour la première fois il arrivait à ressentir quelque chose qui n'avait rien d'un attrait sexuel uniquement. Quelque chose qui le poussait à apprécier le moindre mot, le moindre geste qu'elle pouvait avoir à son égard.

* En attendant tu t'égares tu parlais avec Limna j'te rappelle*

- Maintenant vous allez surement avoir droit à un interrogatoire. Bon elle risque de faire passer ça comme une discussion banale mais il ne servira à rien de lui mentir. Le coup du serviteur aurait pu fonctionner mais... elle sait que j'agis selon la devise "ni Dieu ni Maître". Aussi elle aura deviner que tu caches probablement quelque chose. Avec toi elle jouera probablement la carte de l'amitié car tu as un peu le même tempérament. Din elle risque de se montrer... plus rude. Du moins plus impatiente. Elle voudra vous faire parler, c'est sûr. Surtout si tu en es venue à lui dire que j'avais donné cette flèche à cause de Din. Elle va trouver ça étrange. Car oui elle sait que la flèche vient de moi c'est un souvenir commun dirons-nous. Je suis désolé de vous avoir embarqué la dedans mais c'était... notre seul moyen. Elle connait les grottes et pourra probablement vous montrer le trajet sur la carte.

Jetant un regard sur Limna il se félicita d'avoir porté sa cape. Certes il ne distinguait pas grand chose. Mais le fait que l'on pense qu'il ne voit rien lui permettait aussi de voir clair dans le jeu de certains.

- Je ne sais pas trop si elle pourra nous déposer suffisamment près mais n'hésitez pas à abuser de son hospitalité en lui demandant une barque. Si vous lui donnez des nouvelles de moi je pense qu'elle vous en sera redevable. D'ailleurs Limna. Tu pourrais probablement lui troquer la vérité sur mon compte en échange d'une leçon particulière. Par contre je ne te garantie pas que tu parviennes à un résultat dans les débuts car ce n'est pas quelque chose de très simple.

Se tournant de nouveau vers Din il la regarda franchement et lui sourit.

- Din je suis désolé mais c'est à toi que les choses vont être le plus pénible. Ce que tu as remit à ma sœur est une preuve irréfutable que tu es entrée dans ma vie. Et que nous avons probablement partagé ensemble bien plus que ce que... enfin... disons que ce n'est pas quelque chose que j'aurais confié à la légère. Elle va donc surement abuser un peu et se montrer insistante. Je m'excuse à l'avance et je m'excuse de ne pas t'avoir avertit. C'est juste que. J'ai pendant ma jeunesse accordé beaucoup d'importance au physique dans le choix de mes ... heu ... compagnes. Et, ne le prend pas mal Limna, je ne me serais probablement pas intéressé à une demoiselle portant de telles cicatrices. Seulement... je n'aurais pas confié un tel objet à une simple compagne d'une nuit. Donc... elle va pensé que... je me suis énamouré de toi. Je te demande de jouer le jeu. Juste un après-midi. Nous devrions arriver sur place dans la nuit si tout se passe bien.

Durant un après-midi elle se verrait obligée de faire comme si elle avait connu l'ondin. Et comme si elle avait partagé des sentiments qu'il éprouvait actuellement. Il espéra néanmoins que cela ne la dérangerait pas plus que ça.

- Rien ne sert de cacher que c'est moi qui vous a remit la flèche. Elle le sait. Tu peux feindre ne pas me connaître Limna mais toi Din tu devras lui dire ce qu'elle veut entendre. Après tout tu n'auras pas à mentir. Juste lui dire que je vais bien et que je parcours le monde en quête d'aventure. Elle te croira sur parole. Je... je suis partit de chez moi en lui disant ces mots. A peu de choses près. Donc suis juste ce principe que je cherchais... la liberté. Pour le reste je te laisse inventer. Elle va bientôt revenir inutile d'aller aux cuisines elle va vous apporter à manger ici. J'apprécierai grandement lorsqu'elle demandera à parler à l'une de vous que vous me preniez par la main pour me faire sortir sur le pont. Pour discuter tranquillement il faudra aller à l'avant du bateau. Nous n'allons pas tarder à partir j'espère qu'aucun parmi vous n'a le mal de mer.

Relyana revint quelques instants plus tard. Altays avait remit sa cape sur la tête et comme il l'avait deviné elle avait avec elle de quoi sustenter ses invités. Il savait qu'elle prendrait soin d'eux. Si son frère lui envoyait des gens qu'ils soient porteur de nouvelles ou non elle s'évertuerait à respecter l'hospitalité propre à leur clan. Sans un mot elle posa sur la table les différents plats. S'asseyant dèriere la table elle attrapa la carte et grignota un petit morceau de pain en la consultant.

- Nous allons partir!

Comme pour confirmer ses dires une secousse indiqua que le bateau venait de quitter le navire. L'ancre devait être remontée et ils devaient probablement foncer vers les cavernes d'Orion.

- Les cavernes ne sont pas vraiment un endroit recommandé et encore moins pour un navire. Si je le fais c'est uniquement parce que mon frère vous a fournit cette flèche. Oui inutile de se leurrer il est le seul capable de me faire parvenir un tel message. Et c'est pour cette raison que je prends le risque de vous y mener.

Souriant aux deux jeunes femmes Kahyna reposa sa carte devant elle.

- Bien... je vous laisse manger un bout. J'vais m'occuper de tout ce qu'il faut pour qu'on arrive à bon port. Heu... pardon mais j'ai pas bien comprit ton nom.

Regardant Din avec un étrange sourire Kahyna n'attendit pas vraiment de réponses.

- Si tu veux bien me retrouver sur le pont quand tu auras finit. J'aimerais beaucoup avoir quelques nouvelles de notre cher Altays. Je suis sur que tu sauras me dire ce qu'il en est.

Sortant sans attendre que Din n'aie le temps de prononcer quoique se soit Kahyna referma la porte. Immédiatement Altays leur intima le silence par un geste. Il attendit un court instant avant de parler.

- Elle est assez étrange mais vous l'auriez appréciée en d'autres circonstances. Din... je crois que finalement elle ne va pas trop s'en prendre à toi. A mon avis tu lui plais huhu. Je veux dire... à mon avis elle doit penser du bien de toi non pas qu'elle s'intéresse à toi heu...

* Altays... nous survolons le navire de très haut mais si le ciel est trop dégagé nous ne pourrons probablement pas rester donc nous allons probablement vous rejoindre sur place.*

* C'est entendu... soyez prudent.*

Se servant une louche du ragout qui leur avait été apporté Altays se laissa bercer par les souvenirs d'antan retrouvant les saveurs familières qu'il n'avait plus eu l'occasion de savourer pendant ces années de vagabondage.

- Tu devrais la rejoindre Din. Je suis sur que tout se passera bien.

Lui adressant un clin d'œil malicieux il se permit un sourire dévoilant ses dents blanches. Il était confiant et préssé de quitter le navire aussi. Les souvenirs pouvaient être agréable mais ça n'était pas toujours le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:55

Posté par Dinjelai

Lorsqu'elle vit la flèche, elle comprit immédiatement qui en était le propriétaire. Mais ce qu'elle entendit de la bouche de l'ondine fut bien difficile à imaginer. Si elle l'écoutait son frère qui refusait tout semblant d'autorité serait désormais un larbin dans elle ne sait quel grand domaine d'Oren. Impossible... ou alors c'était contre sa volonté. Cela faisait maintenant près de 3 ans qu'elle n'avait plus eu de nouvelles de lui. Et voila qu'un trio des plus étrange se présentait à elle en lui offrant le seul gage qui pouvait témoigner que son frère était en vie. Cela remontait à bien loin dans leurs souvenirs. Elle lui avait apprit à confectionner des flèches et pour être sûre que chacun d'entre eux ne confondrait pas leur appartenance, elle avait marqué les siennes de petites encoches. Lui s'amusait à faire de même mais il préférait les enduire d'une petite herbe qui poussait sur les cotes et qui parfumait agréablement le bois. elle n'avait pas eu besoin d'approcher son nez pour reconnaître cette odeur. Elle n'avait pas eu besoin d'analyser l'objet pour comprendre parfaitement d'où, du moins de qui, il provenait.

Seulement son frère n'avait rien d'un bambin. Il avait fait des choix... dont le dernier s'était avéré des plus difficile. Rejetant tout ce qu'il était et tout ceux qu'il aimait. Il avait assumé jusqu'au bout le besoin de quitter sa vie. Il n'avait jamais fait le moindre geste pour faire parler de lui par la suite et voila que maintenant, un trio composé d'une elfe bien discrète, d'un malade étrange dont elle préférait ignorer le mal et d'une ondine bien étrange. Ce fut ce qui fit pencher la balance. Elle devait les accepter à bord... peu lui importait leur destination. Il fallait qu'elle interroge cette ondine. Et l'elfe par la même occasion. Du moins si elle parvenait à trouver le temps de le faire. En attendant trop de choses devaient être faites et il fallait qu'elle s'assure que tout soit convenablement réalisé.

Se levant elle regarda les trois. Son regard neutre s'attarda quelque peu sur l'ondine cherchant à sonder ses pupilles. Si la demoiselle venait à lui mentir la traversée serait de bien courte durée. En revanche, si elle pouvait lui fournir des renseignements, des nouvelles sur son frère, alors elle ferait son maximum pour leur venir en aide. Leur adressant un signe de la tête elle s'avança vers la porte.

- Si vous le désirez vous pouvez aller vous sustenter un peu mais... évitez de transporter votre éclopé partout sur le navire. Il risque d'effrayer mon équipage.

Sortant sans accorder le moindre regards aux femmes elle prit soin de refermer la porte derrière elle.

Soulevant l'immondice que Limna lui avait acheter, Altays sortit de la cape qui lui couvrait le visage et le corps.

- Quelle puanteur c'est infecte!

Se tournant vers Limna le regard brillant il chercha les mots qui conviendraient à adresser à l'ondine.

- En premier lieu je te félicite. J'avoue que je ne pensais pas qu'elle vous questionnerait si rapidement. Tu as plutôt bien agit. Par contre plusieurs points son à éclaircir.

Regardant la carte un peu plus loin il la pointa du doigt.

- Si tu en viens à voler ma sœur. Je pense qu'elle n'aura pas à te transporter où que ce soit car tu auras quitter ce monde avant. Je te le jure Limna. Si je revois cette flamme dans tes yeux. Je te trancherai la gorge moi-même. Et n'en doute pas une seconde car tu t'attaquerais ainsi à la personne humaine qui compte le plus à mes yeux.

Sans s'en rendre compte ses yeux se posèrent sur Dinjelaï l'espace d'une seconde. La petite lueur qui brilla dans son regard reflétant qu'il n'autoriserait personne à s'en prendre à elle non plus. Certes il la connaissait à peine. Certes elle n'éprouvait probablement rien à son égard. Mais pour la première fois il arrivait à ressentir quelque chose qui n'avait rien d'un attrait sexuel uniquement. Quelque chose qui le poussait à apprécier le moindre mot, le moindre geste qu'elle pouvait avoir à son égard.

* En attendant tu t'égares tu parlais avec Limna j'te rappelle*

- Maintenant vous allez surement avoir droit à un interrogatoire. Bon elle risque de faire passer ça comme une discussion banale mais il ne servira à rien de lui mentir. Le coup du serviteur aurait pu fonctionner mais... elle sait que j'agis selon la devise "ni Dieu ni Maître". Aussi elle aura deviner que tu caches probablement quelque chose. Avec toi elle jouera probablement la carte de l'amitié car tu as un peu le même tempérament. Din elle risque de se montrer... plus rude. Du moins plus impatiente. Elle voudra vous faire parler, c'est sûr. Surtout si tu en es venue à lui dire que j'avais donné cette flèche à cause de Din. Elle va trouver ça étrange. Car oui elle sait que la flèche vient de moi c'est un souvenir commun dirons-nous. Je suis désolé de vous avoir embarqué la dedans mais c'était... notre seul moyen. Elle connait les grottes et pourra probablement vous montrer le trajet sur la carte.

Jetant un regard sur Limna il se félicita d'avoir porté sa cape. Certes il ne distinguait pas grand chose. Mais le fait que l'on pense qu'il ne voit rien lui permettait aussi de voir clair dans le jeu de certains.

- Je ne sais pas trop si elle pourra nous déposer suffisamment près mais n'hésitez pas à abuser de son hospitalité en lui demandant une barque. Si vous lui donnez des nouvelles de moi je pense qu'elle vous en sera redevable. D'ailleurs Limna. Tu pourrais probablement lui troquer la vérité sur mon compte en échange d'une leçon particulière. Par contre je ne te garantie pas que tu parviennes à un résultat dans les débuts car ce n'est pas quelque chose de très simple.

Se tournant de nouveau vers Din il la regarda franchement et lui sourit.

- Din je suis désolé mais c'est à toi que les choses vont être le plus pénible. Ce que tu as remit à ma sœur est une preuve irréfutable que tu es entrée dans ma vie. Et que nous avons probablement partagé ensemble bien plus que ce que... enfin... disons que ce n'est pas quelque chose que j'aurais confié à la légère. Elle va donc surement abuser un peu et se montrer insistante. Je m'excuse à l'avance et je m'excuse de ne pas t'avoir avertit. C'est juste que. J'ai pendant ma jeunesse accordé beaucoup d'importance au physique dans le choix de mes ... heu ... compagnes. Et, ne le prend pas mal Limna, je ne me serais probablement pas intéressé à une demoiselle portant de telles cicatrices. Seulement... je n'aurais pas confié un tel objet à une simple compagne d'une nuit. Donc... elle va pensé que... je me suis énamouré de toi. Je te demande de jouer le jeu. Juste un après-midi. Nous devrions arriver sur place dans la nuit si tout se passe bien.

Durant un après-midi elle se verrait obligée de faire comme si elle avait connu l'ondin. Et comme si elle avait partagé des sentiments qu'il éprouvait actuellement. Il espéra néanmoins que cela ne la dérangerait pas plus que ça.

- Rien ne sert de cacher que c'est moi qui vous a remit la flèche. Elle le sait. Tu peux feindre ne pas me connaître Limna mais toi Din tu devras lui dire ce qu'elle veut entendre. Après tout tu n'auras pas à mentir. Juste lui dire que je vais bien et que je parcours le monde en quête d'aventure. Elle te croira sur parole. Je... je suis partit de chez moi en lui disant ces mots. A peu de choses près. Donc suis juste ce principe que je cherchais... la liberté. Pour le reste je te laisse inventer. Elle va bientôt revenir inutile d'aller aux cuisines elle va vous apporter à manger ici. J'apprécierai grandement lorsqu'elle demandera à parler à l'une de vous que vous me preniez par la main pour me faire sortir sur le pont. Pour discuter tranquillement il faudra aller à l'avant du bateau. Nous n'allons pas tarder à partir j'espère qu'aucun parmi vous n'a le mal de mer.

Relyana revint quelques instants plus tard. Altays avait remit sa cape sur la tête et comme il l'avait deviné elle avait avec elle de quoi sustenter ses invités. Il savait qu'elle prendrait soin d'eux. Si son frère lui envoyait des gens qu'ils soient porteur de nouvelles ou non elle s'évertuerait à respecter l'hospitalité propre à leur clan. Sans un mot elle posa sur la table les différents plats. S'asseyant dèriere la table elle attrapa la carte et grignota un petit morceau de pain en la consultant.

- Nous allons partir!

Comme pour confirmer ses dires une secousse indiqua que le bateau venait de quitter le navire. L'ancre devait être remontée et ils devaient probablement foncer vers les cavernes d'Orion.

- Les cavernes ne sont pas vraiment un endroit recommandé et encore moins pour un navire. Si je le fais c'est uniquement parce que mon frère vous a fournit cette flèche. Oui inutile de se leurrer il est le seul capable de me faire parvenir un tel message. Et c'est pour cette raison que je prends le risque de vous y mener.

Souriant aux deux jeunes femmes Kahyna reposa sa carte devant elle.

- Bien... je vous laisse manger un bout. J'vais m'occuper de tout ce qu'il faut pour qu'on arrive à bon port. Heu... pardon mais j'ai pas bien comprit ton nom.

Regardant Din avec un étrange sourire Kahyna n'attendit pas vraiment de réponses.

- Si tu veux bien me retrouver sur le pont quand tu auras finit. J'aimerais beaucoup avoir quelques nouvelles de notre cher Altays. Je suis sur que tu sauras me dire ce qu'il en est.

Sortant sans attendre que Din n'aie le temps de prononcer quoique se soit Kahyna referma la porte. Immédiatement Altays leur intima le silence par un geste. Il attendit un court instant avant de parler.

- Elle est assez étrange mais vous l'auriez appréciée en d'autres circonstances. Din... je crois que finalement elle ne va pas trop s'en prendre à toi. A mon avis tu lui plais huhu. Je veux dire... à mon avis elle doit penser du bien de toi non pas qu'elle s'intéresse à toi heu...

* Altays... nous survolons le navire de très haut mais si le ciel est trop dégagé nous ne pourrons probablement pas rester donc nous allons probablement vous rejoindre sur place.*

* C'est entendu... soyez prudent.*

Se servant une louche du ragout qui leur avait été apporté Altays se laissa bercer par les souvenirs d'antan retrouvant les saveurs familières qu'il n'avait plus eu l'occasion de savourer pendant ces années de vagabondage.

- Tu devrais la rejoindre Din. Je suis sur que tout se passera bien.

Lui adressant un clin d'œil malicieux il se permit un sourire dévoilant ses dents blanches. Il était confiant et préssé de quitter le navire aussi. Les souvenirs pouvaient être agréable mais ça n'était pas toujours le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:55

Posté par Limna

L’ondine sortit rapidement et Limna se rassit sur la chaise entre ses deux compagnons soupirant de façon audible, soulagée de la fin de cet entretien. Altays bougea et elle tourna son visage à son attention, il était trop près, mais tel était la disposition des chaises. Comme il n’avait vu que sur son profil gracieux, elle nota de passer à la place qui fut celle du capitaine. Elle retint de grimacer devant la puanteur du manteau… pour une trouvaille, elle n’aurait pu l’habiller mieux ! Altays la félicita franchement, mais elle n’eut pas le temps de s’en ravir qu’il continua sur un tout autre ton…

Elle se leva lentement pour prendre place en face de lui comme pour s’assurer de la distance de la table pour ne pas se jeter sur lui. Il détourna les yeux sur Dinjelaï et elle apprécia ce répit pour laisser briller ses yeux d’une vive colère. Limna savait qu’elle avait vu juste : il voulait sa mort, ses impressions vis-à-vis du dragon n’étaient pas de trop… Avant qu’il ne retourne les yeux sur elle, l’ondine serra les dents, s’obligeant à ne pas répondre. Elle trouverait un moment pour lui parler sans que l’elfe ne puisse rien faire…

Altays continua ses explications comme s’il n’avait pas attendu de réponse de sa part. Quelle étrange créature pouvait-elle menacer sans semer de graines vengeresses ? Elle se mordit tendrement la lèvre se rassurant que l’heure viendrait et se força à écouter ses palabres sans s’attarder sur son introduction. Il jaugea alors que l’option de son rôle de serviteur ne pouvait pas marcher…

J’en ai eu des plus coriaces que toi… à moins que le terme ne soit celui de téméraires.

Elle ne détourna pas les yeux de lui. Elle avait bien pris plaisir à l’imaginer à son service et elle se souvint alors de quelques récalcitrants pendants avec élégance par leur corde aux branches d’un grand chêne.

Quand on parle d’or, l’avidité et le besoin rendent dociles bien des voyageurs…

Elle s’interrompit soudain. Elle venait de donner de la véracité à son récit… Contrairement à Altays elle n’avait pas grand-chose à cacher de son passé, personne de qui se cacher non plus, mais elle se maudit de tant d'imprudence… Elle tenta de se rappeler de ce qu’elle avait pu dire d’elle… Il lui semblait avoir mentionné sa province d’origine oui… Limna n’aurait pas mis en avant son rang noble, s’en doutaient-ils à présent ? Elle baissa ses yeux sur sa main, laquelle jouait du bout des doigts sur la table trahissant sa tension et l’arrêta. Ce n’était pas grave, la fin du monde approchait et même s’ils arrivaient à participer à la clémence des Dieux, rien de tout cela ne pouvait lui causer du tort.

Il poursuivit rapidement comme pressé, craignant de ne pouvoir s’exprimer plus tard. Son air innocent ne rendait pas moins ses paroles indigestes… Avait-elle besoin de sa permission pour une barque ? Ils n’allaient pas les jeter en pleine mer. Elle ferma un instant les yeux pour ne pas le frapper lorsqu’il insinua qu’elle pourrait acheter l’instruction de sa sœur contre des informations sur sa petite personne. Elle rouvrit les paupières en inspirant par le nez pour que cela puisse détendre au mieux les traits de son visage… Si la sœur savait aussi, c’est que c’était lié au suc ondin… Alauwyr lui en avait si peu parlé…

Elle se laissa tomber en arrière sur le dossier de sa chaise et posa son regard sur Dinjelaï. Elle semblait perplexe, l’elfe portait une insouciance naturelle qui ne devait pas être… Elle était attentive aux mots d’Altays et même un peu trop. Alors que le céleste s’adressait à celle qu’il convoitait, Limna réfléchit à son influence et surtout à l’intérêt pour l’ondine de ne pas la brusquer. Elle avait besoin d’elle pour rentrer... ou plutôt de son lié et si elle assistait à un trop grand débordement avec l’ondin, elle risquait de ne plus vouloir de sa compagnie. Limna laissa son regard se perdre sur la table en repensant aux monstres qui voulaient sa fin… Tout cela à cause d’Altays… Perdue dans des pensées qui la fit frissonner, elle garda le silence jusqu’à la fin du discours d’Altays.

La porte s’ouvrit et le Capitaine offrit le couvert à ses réfugiés et invita Dinjelaï à la rejoindre sur le pont. Limna ne releva pas son menton, un tête à tête avec Altays approchait. Après quelques instants, la jolie blonde se leva et sortit de la cabine avec un œil complice pour le pouilleux. Limna piocha dans les fruits qu’on leur avait proposés et mangea lentement… presque trop pour la goulue qu’elle était et releva les yeux sur lui, attendant qu’il tourne son visage sur elle.

En serais-tu seulement capable ? Elle hocha la tête sur le côté avec un petit sourire. De m’égorger je veux dire…

Elle enfila un grain de raisin dans son gosier.

Ta menace est tellement hors de propos sur ce navire… Je n’ai pas besoin de toi pour me dire ce que je peux faire ou non. Il n’y a rien à voler ici, que ferais-je d’une carte sans navire ? Ce n’est pas pour te rendre service que je joue à cette comédie, c’est aussi ma couverture. Egorge-moi si tu peux, mais ta sœur te reconnaîtra et cette quête prendra vite fin… Nous avons été tous deux élus alors cesse de croire que tu vaux mieux que moi.

Elle marque une petite pause et joua de ses doigts sur la table, d’amusement cette fois .

Tu devrais me remercier pour ne pas te prendre au mot et rester aussi calme… Mais je trouve tellement de réconfort à te voir porter cette cape infecte au nom de ton anonymat… Ta fierté troquée contre quelques poux… non vraiment, ça me suffit pour le moment.

Elle enfourna un autre grain qu’elle pressa dans un coin de sa bouche pour apprécier d’avantage le jus qui le nourrissait.

Maintenant faut qu’on parle de tes ordres stupides. Tu as ordonné à Andúnë de jouer avec moi ? Cela t’amuse ? Elle baissa le ton comme résignée.

Il a passé le mot à Anareinth tu peux être content ! Le but de l’opération… tu m’éclaires ? Faire échouer la mission ou me prévenir qu’après notre quête je finirai dans leur estomac ? Car à choisir je préfère que tu meurs avec moi et je vous ferai louper le butin…

[HRP: Arf c'est un peu court... désolée]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 14:56

Posté par Altays

" Tu penses vraiment pouvoir tout acheter avec ton or sortit de je ne sais quel cadavre? Tu ne me connais pas alors ne me juge pas je te l'ai dit. Si je te dis que je ne suis pas homme à entrer au service d'une personne ce n'est pas quelques sous qui feront la différence."

Il s'était douté que Limna n'aimerait pas la façon dont il lui avait parlé mais il s'en fichait. Dans tous les cas peu lui importait ce qui se passerait il savait que si elle agissait dans le sens contraire de ce qu'il avait prévu il se chargerait lui-même de la faire taire. Même si pour cela il devait en venir à des extrémités contraignantes. Il savait que l'ondine devait s'imaginer qu'en tant que Celeste il ne serait probablement pas capable de s'en prendre sans raison à d'autres. Mais contrairement à bon nombre de ses pairs Altays n'avait cure de ce genre de comportement. Il agissait selon ses principes et sur le coup de ses émotions bien souvent. Ainsi il n'avait ni remords ni la moindre envie de faire machine arrière quand il dérapait.

Plus les jours passaient et plus il en découvrait sur l'ondine. Elle ne devait pas avoir eu une vie bien terrible dans les terres d'Oren. Si elle était de famille nobiliaire à la tête d'un domaine avec des serviteurs il comprenait tout à fait ce coté de petite fille perfide et pourrie gâtée qu'elle ne cessait d'afficher. Seulement ça n'était nullement son cas à lui et il avait beaucoup de mal à se faire à l'idée de devoir côtoyer des gens qui se prenaient bien souvent pour des êtres supérieurs en raison de leur simple classe sociale. Pour lui la valeur d'un homme ne se mesurait pas en pièce d'or loin de là. Mais à en croire les paroles de la gamine qu'il avait en fasse de lui l'or semblait résoudre bien des soucis. Quand on avait affaire à des gens bien mal intentionnés ça il n'y avait aucun doute.

Quand ils se retrouvèrent seuls et qu'elle lui posa la question avec ce petit air de défi dans les yeux il regarda le visage de l'ondine. Si elle tenait vraiment à savoir s'il était capable de s'en prendre à elle c'est qu'elle devait vraiment le prendre pour un saint homme. En dehors de cette ondine personne n'avait réussi à le mettre dans de tels états depuis un bon moment et se débarrasser de cette plaie n'était vraiment pas quelque chose qu'il hésiterait à faire si la nécessité s'en faisait ressentir.

En réponse à son sourire il lui offrit un regard neutre comme à son habitude. Il n'avait pas la moindre envie de faire du grabuge à bord du bateau et patienterait le temps qu'il faudrait pour s'expliquer comme il aurait aimé s'expliquer avec elle. Mais ce qui le surprit le plus ce fut ce qu'elle ajouta ensuite. Bien qu'il n'en montra rien il prit les palabres de Limna comme une insulte. Que connaissait-elle de sa fierté? Qui était-elle pour lui parler comme à un de ses larbins? A quoi jouait-elle? Elle pensait vraiment qu'il n'était pas prêt à gâcher sa couverture si nécessaire. Il se fichait que sa sœur le reconnaisse ou non. Il voulait juste que cela se fasse en d'autres circonstances. Il n'avait aucune envie de réapparaître ainsi dans sa vie. Sans avoir une seule explication à lui fournir. Et il avait encore moins envie que cette foutue Limna n'ouvre de nouveau son bec. elle parlait comme d'habitude sans connaissance de cause. Parlant d'une chose d'ailleurs dont elle était complètement possédée. Une fierté grosse comme l'estomac d'un dragon ne cessant de croître et enflant à mesure qu'elle ouvrait la bouche. Mais il s'en moquait. Les provocations rebondissaient sur lui comme sur du roc et il n'avait vraiment pas envie d'en venir au main au risque de la traumatiser. Elle avait malheureusement à son gout une grande bouche... trop grande. Et c'était à croire que les seuls mots qui pouvaient en sortir ne pouvaient être que désagréable. Étrange de constater la différence qu'il y avait entre Din et Limna. L'une calme douce et agréable. L'autre au regard acéré et dont la méchanceté semblait être son étendard. Il était bien content que la neutre soit ainsi car elle temporisait quelque peu le trio. A dire vrai elle avait le rôle qu'avait son Kaerl. Elle ne semblait pas prendre parti... et c'était mieux ainsi. Si elle se mettait du coté de Limna il le savait il craquerait et les conséquences pouvaient être plutôt dramatiques.

Quand le prénom sortit de sa bouche de nouveau son sang ne fit qu'un tour. De nouveau Limna venait de faire un pas de trop dans les limites à ne pas dépasser chez l'ondin. Si elle en venait aux insultes de nouveau il n'hésiterait pas à se laisser aller à sa fureur. Il ne savait pas si l'ondine savait se battre ou non mais il arriverait probablement à lui faire plus de mal qu'elle n'en était capable. D'ailleurs l'entendre dire qu'elle le tuerait l'amusa énormément.

" Mais dis moi Limna... tu es une bien amusante péronnelle pour croire ainsi que tu serais capable de me tuer. J'aimerais beaucoup voir de quoi une si grande gueule est capable bien que pour moi les actes comptent plus que tes monologues. Concernant mon lié tu sais je n'ai pas à lui donner d'ordres... à dire vrai je ne sais même pas de quoi tu me parles. Cesse de penser qu'il s'agit d'un vulgaire animal Limna parce que dans ce cas je peux te l'assurer tu n'aurais pas l'occasion d'aller plus loin dans tes insultes."

Se relevant il lui tourna le dos et regarda vers le fond de la pièce où se trouvait un tout petit balcon suffisamment grand pour une personne et qui permettait de profiter de l'air pur même dans la pièce refermée. Mais il se fichait de l'air et se fichait de Limna. Il venait d'entendre la voix de Din

* Andúnë... de quoi veut-elle parler?*

* Ne fais pas attention et écoute donc plutôt ce que peut bien raconter Din*

Lisant en lui comme dans un livre ouvert Altays reporta son attention sur les paroles des deux femmes qu'il parvenait à entendre comme un léger chuchotis malgré le clapotis des vagues et de l'eau.

* Écoute moi bien petite sotte parce que je ne me montrerai pas aussi patient que mon lié à ton égard. Oui je t'en veux. Oui je reverrais de pouvoir te croquer. En tout premier lieu tu viens à l'instant de menacer ce qui est le plus cher à ma vie et je ne puis le tolérer. Dès cet instant considère moi comme ton ennemi le plus mortel car une fois cette quête achevée je ferais tout pour te faire disparaître. De plus je sais que tu as organisé l'attaque des soudards. Si tu continues de t'acharner sur mon bipède je t'en fais la promesse, tu n'auras pas l'occasion d'en faire plus.*

Achevant sa phrase sur un grondement mental des plus menaçant Altays perçut la colère qui habitait celui qui était sien. Il sentait que son lié avait perdu patience envers l'aspirante. Et si son lié en venait à craquer c'est que Limna était allée trop loin. Et si elle allait trop loin avec un Dragon elle en subirait les conséquences car Altays ne s'interposerait pas.

Il n'avait encore jamais vu son lié s'en prendre à un humain. Mais il savait une chose c'est que sous ses airs rieurs et taquins Andúnë pouvait se montrer impitoyable avec quiconque s'en prenait à lui. Tous deux agissaient de la même façon et si l'un d'eux entrait dans un conflit l'autre suivait bien souvent. Pour le bien de la quête Altays le savait il ne se passerait rien. Mais il savait surtout que dès lors que la quête s'achèverait et que le joyaux serait en leur possession alors Limna devrait prendre soin de garder un œil sur les cieux car la menace qui vient d'en haut reste bien plus grande que toute celles auxquelles la jeune fille pouvait avoir eu affaire dans sa vie.

Se concentrant de nouveau sur les paroles qu'il parvenait à arracher aux flots Altays entendit en partie le récit que fit Dinjelaï. Il fut impressionné de voir à quel point la jeune femme était bonne comédienne. Et il était d'autant plus satisfait que sa sœur ne se soit pas montrée trop insistante sur le sujet. Malgré la douleur qu'il pu distinctement discerné dans la dernière phrase de sa sœur, un immense sourire orna les lèvres de l'ondin. Il était heureux de voir que Din et elle partageaient quelque chose même s'il s'agissait d'un mensonge. Cela lui était égal... il avait l'impression de se sentir encore plus proche de l'elfe qu'il ne l'avait encore jamais été. Plus que lors de sa nuit à ses cotés, plus que dans ses rêves où il se voyait accomplir auprès d'elle les choses les plus folles.

Mais la peine qu'il perçu dans la voix de sa sœur fit remonter un flot de souvenirs à son esprit. Il aurait tant aimé lui reparler et de lui raconter tout ce qu'il avait vécu depuis leur séparation. Mais le moment n'était guère propice. Il avait encore moins envie de se présenter accompagné par une Limna déchainée qui aurait réellement finie par dessus le navire si elle avait eu un tel comportement devant Kahyna.

Mais alors qu'il s'attendait à ce que Din revienne. Il fut surprit d'entendre sa sœur poursuivre la discussion. Le ton semblait moins empreint de tristesse. Elle semblait au contraire... joyeuse. Elle parlait du fait qu'elle était contente qu'il aie continuer à rechercher son idéal. Puis, à son grand désespoir il l'entendit évoquer le passé. A ce moment Altays se tourna pour s'assurer que Limna était suffisamment loin pour ne pas l'entendre. Sa sœur en était venue à raconter à Din les quelques anecdotes amusantes qu'elle connaissait à son sujet. Elle évoqua les quelques histoires qui hantaient leur mémoire mutuelle. La fois ou il avait passé la nuit nu sur le pont du bateau parce qu'elle voulait lui donner une leçon. Il se rappelait avec exactitude des circonstances de cette histoire. Il trouvait d'ailleurs qu'elle n'était guère très approprié mais son passé de coureur de jupon restait le plus marquant. Il avait fait escale sur un port reculé et s'était empressé de partir en conquête de compagnie. Malheureusement pour lui son aventure fut de courte durée lorsque le patriarche débarqua et le força à s'enfuir plutôt précipitamment. Il avait alors courut jusqu'au navire. Mais seule Kahyna y était encore à ce moment. Elle avait refusé de lui ouvrir justifiant son acte par rapport au fait qu'il devait se montrer plus sérieux. A son grand désarrois elle ne s'arrêta pas là. A en croire ses oreilles la compagnie de Din lui plaisait réellement. Lui avait préféré se réfugier dans un mutisme qui lui évitait d'avoir à adresser la parole à Limna. Il ne savait même plus si celle-ci était encore là ou non. Il avait offert toute sa concentration à la voix de sa sœur et au rire cristallin de Din qui s'élevait de temps à autre pour ponctuer le récit de l'ondine.

L'après-midi s'était ainsi plutôt bien déroulée. et alors que l'astre solaire entamait sa course en direction de sa couche, le navire voguait toujours en direction de sa destination. La vigie avait prévenue qu'une terre était en vue et tout le monde en dehors de lui avait tourné son visage dans cette direction. Comme il s'en était douté, faire avancer le navire en ces eaux n'était absolument pas recommandé. La présence de récifs et de courants assez importants était visible pour quiconque s'y connaissait et Kahyna ne prendrait pas le risque de voir son navire détruit même pour son frère. A l'image d'Andúnë pour Altays, le navire familiale représentait tout aux yeux de sa sœur. Elle donna l'ordre d'abaisser les voiles et de jeter l'ancre. Quand le navire fut immobilisé elle rejoignit le trio sur le pont. Au loin, malgré son capuchon et la pénombre naissante, Altays pu voir l'île et sa végétation luxuriante. Il ne savait pas où se situaient les grottes mais il était sur que de là où ils étaient elles n'étaient pas visibles. Sa sœur se campa finalement devant eux. Leur accordant des encouragements pour leur mission elle souhaita à Altays la chance de vite pouvoir guérir. Dans un simulacre de parfaite cohérence il usa de l'elfique pour remercier sa sœur prononçant les mots avec une voix quelque peu différente. Ne prêtant guère attention au frère, ses yeux se posèrent sur Din. Étrangement elle ne dissimula pas le sourire qu'elle offrit à l'elfe. Après avoir attendu que Limna et lui descendent dans la barque elle adressa des mots qu'il ne pu comprendre à Din. Une fois tous réunit sur leur petite embarcation, les jeunes femmes s'emparèrent des rames et entamèrent leur avancée en direction de l'île. Une fois le bateau suffisamment hors de vue Altays s'empressa de jeter sa cape à la mer et de tremper l'ensemble de sa tête sous l'eau.

- Et bien je ne m'attendais pas à voir ma sœur tomber elle aussi sous ton charme aussi rapidement.

Se rendant compte trop tard de ses propres paroles, Altays faillit laisser le rouge lui monter au joues. Se ravisant ne voulant pas que Limna se remette à lui proférer injures et menaces il continua sur sa lancée.

- Dans tous les cas je te félicite c'était... certes un peu gênant mais si à l'occasion un jour tu la recroises tu seras bien évidemment considérée comme une amie du clan et n'importe quel ondin ayant un rapport avec nous te portera assistance en ce cas. C'est donc tout à ton avantage.

Essorant ses cheveux au dessus de l'eau il continua de regarder le visage de l'elfe qui dans la lueur déclinante du soleil couchant semblait encore plus jolie que d'habitude. Ce fut uniquement lorsque leur embarcation arriva finalement sur la cote qu'il sortit de son mutisme et de sa contemplation. Revenant à lui il regarda les alentours à la recherche de son lié tout d'abord mais aussi de la fameuse grotte où ils devaient se rendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:01

Posté par Dinjelai

La dernière phrase, empreinte de mélancolie, de l’ondine surprit Din. Cette femme à l’air autoritaire et droit se laissait petit à petit aller dans la douceur des souvenirs d’enfance. Peut-être qu’elle se sentait en présence d’une amie, par un simple sentiment partagé. L’elfe posa son regard d’améthyste sur le profil de Kahyna et resta silencieuse, attendant que les mots s’écoulent d’eux-mêmes…

Je ne dis pas ça pour être blessante… Mais Altays, dès l’adolescence, s’est forgé une réputation de coureur de jupons…

L’ondine marqua une pose et regarda longuement le visage de l’elfe, perdue dans une réflexion que Din avait du mal à imaginer.

D’ailleurs, je remarque que ses goûts se sont affinés d’année en année… J’ai peur de vous peiner, mais il est vrai que sa fuite ne m’étonne pourtant pas, il a trop peur des attaches, et même l’amour, s’il l’a connu avec vous n’est pas une raison suffisante pour lui permettre de se fixer quelque part…

Le masque de jeu de Din afficha une mimique triste et légèrement déçue, expression que Kahyna attendait forcément. Dans ses mots, peut-être vrais, l’elfe percevait l’espoir de la sœur de se convaincre de la véracité de ses dires. Ainsi elle pouvait justifier le départ d’Altays, sans se remettre en question. Les yeux de la capitaine fuirent le visage de l’elfe pour se reconcentrer sur les vagues qui léchaient la coque du navire…

Je me rappelle, la première jeune fille avec qui père l’avait surprit…

Le regard dans le vague, elle laissa s’échapper un petit rire.

Altays devait avoir, au plus, quatorze ans ! La gamine devait avoir quelques années de plus que lui, mais il fallait voir ! Carrée comme un homme, la mâchoire sèche et le regard légèrement bovin… Ah ce n’était pas vraiment une réussite !

D’abord, Din rougit légèrement, se sentant intruse dans ces souvenirs qui ne la regardaient pas, en plus d’être légèrement humiliants pour l’honorable maître Céleste ! Mais bien vite, elle se prit au jeu des anecdotes passées, relançant Kahyna lorsque le récit de la plus grande honte, ou la plus grande réussite d’Altays s’achevait ! Ainsi, elle apprécia à sa juste valeur l’histoire du jeune homme, nu comme un ver parcourant les ruelles d’un port éloigné venant prier sa sœur de lui ouvrir l’accès au bateau, tandis que celle-ci rieuse mais dans son rôle d’ainée, lui faisait la moral du haut du pont.
Les deux femmes partagèrent plusieurs minutes de rires francs et Din sentit que ces mentions d’un passé la rapprochaient du Maître Noir. Il serait certainement gêné, aussi elle se promit de ne jamais mentionner l’échange avec Kahyna, ce petit secret serait gardé avec soin. Nul doute qu’il illuminerait les prochaines discussions avec Altays…

Alors que les deux femmes continuaient leur discussion, un craquement de latte fit sursauter Din et la ramena immédiatement au contexte présent : ils étaient trois, pour contribuer à sauver le monde d’une malédiction qui ferait effet très prochainement. Ils n’avaient pas le temps de se perdre en anecdotes diverses, elle aurait le temps, bien plus tard d’embarquer sur l’Ellesmera… S’ils étaient encore de ce monde…

Dinjelaï tourna la tête vers l’origine du craquement qui l’avait fait sursauter pour découvrir Limna prenant pied sur le gaillard arrière. L’ondine avait les sourcils froncés et la mine inquiète. Cet air bizarre inquiéta instantanément l’elfe, pourvu qu’il ne fût rien arrivé entre les deux ondins que tout opposait…

Dinjelaï, je crois bien que ton frère a de la fièvre, il grelotte…

Le ton neutre et légèrement blasé de l’ondine irrita profondément Din. Décidément, il ne fallait pas laisser ensemble les deux ondins, ils ne rataient pas une occasion de s’embêter. A ses côtés, Kahyna s’était redressée, et son froncement de sourcil était de mauvais augure… La Capitaine reprit son ton de commandement, et ennonca rapidement :

S’il est malade, il doit immédiatement quitter le navire au plus vite. Les îles que vous cherchez seront à vue en fin d’après-midi, en attendant, il devra voyager dans les cales !

Dinjelaï fronça les sourcils et adressa un regard assassin à Limna. Celle-ci pris un air étrangement menacé, voire mauvais qui surprit l’elfe. Sans qu’elle puisse lui adresser un mot, l’Ardente avait tourné les talons et descendait l’échelle qui menait au pont. Din décida de s’occuper plus tard de son cas, prenant la défense de son soi-disant frère…

Kahyna, nous autres, elfes sylvestres vivons mal sur un navire dont le pont trop instable nous rends aisément malades ! Jusqu’ici, nous avons discuté au grand air, c’est pourquoi le mal de mer ne m’a pas encore gagné, mais mon frère, dans la cabine, ne doit pas avoir accès au vent marin vivifiant, je gage que ses tremblements sont simplement dus à un estomac retourné !

L’ondine considéra Din avec l’air de ne pas bien comprendre ce que signifiait ce « mal de mer ». Elle qui vivait sur l’eau savait que les continentaux étaient parfois malades sur les bateaux, mais elle-même en recueillait trop rarement sur son pont pour avoir déjà observé le phénomène. Elle prit l’air doux et condescendant de celui qui tente d’expliquer une évidence à un idiot,

Je conçois votre malaise Dinjelaï, néanmoins vous comprendrez que je ne peux prendre aucun risque. Votre frère devra poursuivre le voyage dans les cales. Nous veillerons à ce qu’il soit à proximité d’un hublot, il devra malheureusement s’en contenter.

Din serra les poings et sa mâchoire se contracta, mais Kahyna sembla ne rien remarquer et donna rapidement quelques ordres. Deux malabars toquèrent à la porte de la cabine et en sortirent rapidement Altays, sous son déguisement de miséreux. L’elfe se força à voir le bon côté de la situation. En bas, personne ne l’inquiéterait et le Capitaine du navire ne prendrait pas la peine de venir interroger un malheureux mal-né, souffrant qui plus est du honteux mal de l’eau…

Je dois désormais vous quitter pour m’occuper de notre cap. Dinjelaï, j’ai été heureuse d’avoir eu des nouvelles de mon frère par votre biais. Elle marqua une petite pause et ses yeux se voilèrent de nouveau… Si un jour, il repasse par votre village… J’en doute, mais sait-on jamais… Dites-lui… Dites-lui que sa sœur aimerait tant le revoir, et lui présenter son neveu.

Le ton de l’ondine était amère, mais elle saisit les poignets de Dinjelaï et la regarda droit dans les yeux :

J’ai été heureuse également de vous rencontrer et de vous aider. Sachez que le Clan des Dra-Aldhibadh vous reconnait. J’espère que vous trouverez dans les Cavernes d’Orion l’objet de votre quête, bonne chance.

Kahyna s’inclina et l’elfe l’imita immédiatement, un peu émue par les sentiments si forts qui s’exprimaient en la Capitaine. Elle quitta rapidement de gaillard arrière, et Din la regarda de loin s’agiter sur le pont, donnant ses ordres aux marins.
Une fois seule, Dinjelaï s’accouda à la balustrade et laissa son regard se perdre à l’horizon. Elle se remémora les paroles de Limna et réalisa qu’elle l’avait désigné comme son frère avant qu’elles n’aient pu se consulter. Elle avait entendu ses paroles et donc peut-être, celles de Kahyna contant les expériences passées d’Altays… Din se mordilla la lèvre et fit courir son regard le long de la coque à la recherche d’une ouverture, qu’elle ne fut pas longue à trouver… Un petit balcon s’ouvrait directement sur la cabine du capitaine !
Dinjelaï soupira et s’abandonna aux réflexions… Qu’est-ce qui avait pu pousser Limna à faire conduire Altays aux cales ? Et que signifiait l’étrange regard qu’elle lui avait adressé en remarquant que Din désapprouvait son comportement ? Elle savait qu’elle aurait du aller trouver immédiatement l’Ardente, mais elle n’en avait aucune envie… Elle sentait que cela mènerait à un conflit qu’il n’était pas bon de mener sur le pont du navire… Din aurait le temps de la prendre entre quatre yeux lorsqu’ils seraient dans l’archipel… L’elfe s’abandonna donc à la contemplation de l’océan et de la course du soleil qui s’approchait doucement de la ligne d’horizon, à plusieurs reprises elle cru voir les bondissements de quelque être marin et joueur, mais impossible de dire ce qu’il en était réellement.

Les yeux tournés vers les sillons que dessinait le navire, elle n’avait pas vu la terre lorsque celle-ci fut annoncée à vive voix par la vigie. Sur le pont, les marins quittèrent un instant des yeux leur tâche pour fixer le lointain, les yeux plissés. Din la voyait elle, son regard elfique lui permettait même de distinguer les récifs escarpés qui mouchetaient la mer de tâches d’écume immaculée. A vrai dire, à cette distance, on ne distinguait guère plus qu’une ligne sombre et pointillée, là étaient les cavernes promises.

Le navire s’était approché autant que possible sans se mettre en péril, lorsque les trois compagnons et le Capitaine se retrouvèrent sur le pont, prêts au départ. Altays n’avait pas dit un mot, et Din imagina sans peine qu’il devait fulminer sous son capuchon.

Bien, vous voici là où vous vouliez arriver. L’Ellesmera ne peut pas s’avancer d’avantage sans être menacée par les récifs, je vous propose donc cette petite embarcation pour vous mener à bon port !

L’ondine adressa de chaleureux saluts à chacun, et donna l’accolade à Dinjelaï, un peu surprise par ce geste de familiarité. L’elfe remercia Kahyna pour toute l’aide qu’elle leur avait apporté et écouta étonnée Altays chantonner quelques mots d’elfique, de façon confondante, même si l’accent particulier aurait fait tiquer n’importe quel représentant de sa race ! Les connaissances du Céleste la firent sourire et elle le mena par la main jusqu’à leur embarcation, petite coque de bois de fortune pouvant transporter jusqu’à six hommes, pas d’avantage.

Ils s’installèrent tous les trois, les deux femmes se saisirent des rames et la barque commença sa descente le long de la haute coque de l’Ellesmera. Limna arborait un visage fermé du plus mauvais augure, ce qui dissuada momentanément Din de lui adresser la parole. Ils mirent cap sur la plus grandes des îles de l’archipel et souquèrent pendant un bon moment. Au bout de quelques dizaines de minutes, Dinjelaï observa qu’Altays la dévisageait avec un sourire. Tournant les yeux vers l’Ardente, elle constata que l’ondine avait du remarquer l’attention du Céleste et qu’elle semblait de plus mauvaise humeur encore qu’à bord du navire, ce qui paraissait difficilement concevable…

Le soleil était quasiment à fleur de l’eau lorsque la barque gratta le sable. Dinjelaï sauta dans l’eau et poussa l’embarcation jusqu’au sec.

Arrivés à destination, tout le monde descend !

Son imitation d’un conducteur de charrette ne fit rire personne et Limna sembla se rembrunir d’avantage. L’Ardente descendit de la barque et considéra ses deux compagnons de quête avec dédain. Puis, sans dire un mot, elle prit son maigre bagage et tourna leur tourna le dos pour s’avancer droit vers la forêt qui bordait l’orée de la plage. Altays et Din échangèrent un regard interrogateur et Dinjelaï éleva la voix pour se faire entendre de l’Ardente :

Limna !? Où vas-tu, il va faire nuit !


Une ombre s’étendit sur la plage. Une deuxième. Anareinth et Andùnë survolaient le sable pour rejoindre leurs Liés. Etait-cela qui affola Limna ? Elle ne s’arrêta pas. Elle ne se tourna pas pour répondre. Non. Contre toute attente, l’ondine se mit à courir et atteignit les premiers rochers en quelques secondes. Un instant plus tard, elle disparaissait sous le couvert des arbres…

Que fait-elle ? Je ne comprends rien à son comportement depuis ce matin !

Les sourcils froncés, Din s’était retournée pour faire face à l’ondin. Dans un autre contexte, ce tête à tête improvisé aurait été apprécié à sa juste valeur, mais la disparition trop étrange de l’Ardente l’inquiétait et enserrait son cœur d’un sombre pressentiment…

Peut-être va t’elle revenir plus tard…

En prononçant ces mots, Din réalisa qu’elle n’y croyait pas une seconde, et qu’Altays non plus, à en juger par son expression décontenancée.
Après quelques discussions sur le meilleur comportement à adopter, il fut décidé de s’avancer à couvert des rochers, dans une zone suffisamment large pour accueillir les deux dragons. Anareinth et Andùnë étaient partis tous les deux dans des directions opposées, longeant la plage pour trouver l’endroit le plus propice, et laissant à nouveau Altays et Din seuls…

** Et bien, si tu ne t’accoquine pas avec lui avant la fin de la quête je veux bien mettre une de mes pattes au feu ! **

* Idiot ! Je te rappelle qu’on fait équipe, rien de plus ! *

** Comment trouves-tu sa sœur ? Pas mal comme belle famille non ? **

* Anareinth, je t’en supplie, cesse ! *


L’absence de Limna, avec les ombres de la nuit qui s’étendaient sur cette île inconnue où devait siéger le dénommé Minerienth, bestiole qui ne devait certainement pas être des plus aimables… Beaucoup de facteurs venaient s’ajouter pour piquer l’anxiété de Din et l’empêchaient de profiter véritablement du moment. Altays ne semblait pas non plus d’humeur particulièrement joyeuse, et c’est en silence qu’ils se dirigèrent vers l’endroit choisi par Andùnë à une moins d’une lieue de l’endroit de leur débarquement. Le Céleste pris la corde reliée à la proue de leur barque et la fit glisser sur l’eau jusqu’à l’abri de roche choisi par le dragon noir.

L’endroit était parfait. Une couronne de roche les tenait à l’abri du vent, la barque, retournée et surélevée par deux branches épaisses seraient un toit parfais si les épais nuages choisissaient de percer pendant la nuit. Non loin de la « couronne », nom de leur camp de base, un petit ruisseau amenait jusqu’à la mer une eau tantôt douce, tantôt salée à marée haute. La forêt était à quelques encablures, distance suffisante pour ne pas être ennuyés par quelque chasseur nocturne, qu’un feu rapidement allumé convaincrait de ne pas s’attarder dans la zone.
Le feu avait l’objet d’un débat entre Altays et Din. Le premier était pour masquer leur présence à tout habitant de l’île, la seconde attachée à marquer leur camp pour le cas où Limna souhaiterait revenir. Le froid humide s’installant avec la nuit avait achevé de mettre tout le monde d’accord.

La présence des dragons, dans l’enceinte de la « couronne » rendait presque inutile les tours de gardes, mais Din insista pour prendre le premier. Elle n’avait pas envie de dormir. Elle vint s’accoler au corps doux et chaud d’Anareinth et regarda Altays se préparer au sommeil.




[HRP] Voilou, un peu long peut-être, j'ai essayé de faire avancer le débat! J'espère ne pas avoir trop fait jouer vos personnages en dehors des limites autorisées ^^
Autre point, je ne crois pas avoir mis la bonne couleur pour l'écriture de Limna!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:01

Posté par Limna

Altays réagit à la façon des ondins à mesure que les mots de Limna l’effleuraient. Il se murait avec calme dans un silence glacial, limant les traits de son visage pour ne rien dévoiler. Il aurait pu attaquer qu’elle n’aurait rien pu prévoir… Elle ne répondit pas davantage alors que Dinjelaï était encore présente dans la pièce. Leur échange n’avait fait qu’attiser la haine et l’ondine sentait la colère monter à chaque fois qu’il reprenait son souffle ou s’apprêtait à articuler une phrase avec médisance et pis encore, lorsqu’il s’empêchait de la prononcer.

Dinjelaï sortit et l’ondin changea également de ton pour répondre à l’ondine inquisitrice. Elle le fixa avec cette même capacité à occulter ce qu’il lui inspirait… Elle comprit qu’il savait probablement mieux se battre que prévu et cela ne la rassura pas. Limna nota de ne pas prendre de risque aussi stupide qu’un duel et de le surprendre…de loin. Elle avait beaucoup progressé au combat mais n’avait jamais combattu un autre Maître que le sien. Les aspirants étaient mauvais, les maîtres pouvaient-ils l’être également ?

Ce premier point sema le doute en elle mais sa surprise grandit lorsqu’elle comprit qu’Andúnë ne tenait pas son lié au courant de ses intentions profondes. Limna en était certaine il lui en voulait, il l’effrayait d’une bien autre façon qu’Anareinth… Elle fixa le céleste avec toute le mépris qu’il lui inspirait parfait miroir de l’attitude du maître envers l’aspirante. Altays se leva et se dirigea vers l’autre bout de la cabine, attentif aux discussions du pont. Soudain un voile pénétra dans son esprit et le timbre menaçant de l’écailleux retentit dans l’esprit de la jeune femme. Toujours assise a la table elle serra les poings de colère et écouta avec consternation que le dragon la condamnait à mort…

Très bien !

L’ondine se leva d’un bond, furieuse et décidément peu soucieuse de le dissimuler et s’écarta de la table pour faire face à Altays. Elle attendit qu’il se retourne pour lui faire comprendre d’un regard que son dragon venait de lui déclarer la guerre. Elle semblait inquiète mais sa colère était telle qu’il était impossible de savoir si cela était dû à la peur plutôt qu’à l’orgueil. Lorsque l’ondin mesura sa détresse, elle se détourna de lui sans un mot, prit une pomme du plat de fruits et sortit d’un pas pressé.

Elle marcha bruyamment et le bois craquer sous ses pieds, suffisamment pour signifier son intrusion à Dinjelaï et s’approcha maladroitement des deux femmes. Un masque de glace recouvrit la fièvre destructrice qui l’habitait mais Dinjelaï sembla soudain terriblement attentive à l’ondine lorsqu’elle prit la parole sèchement. Peut être que sa colère était trop grande pour qu’elle ne sache la cacher totalement ?

Dinjelaï, je crois bien que ton frère a de la fièvre, il grelotte…

Elle lut sur les traits de Dinjelaï un agacement presque rassurant, comme s’il ne s’agissait que de chamailleries. Elle ne savait donc pas… Dinjelaï lui adressa une attention presque autoritaire qui ne fit qu’accentuer la colère de l’ondine. Elle ne changerait plus rien à cela et déjà le Capitaine s’était montré inquiet pour la santé de son équipage. Si cela n’avait été qu’un jeu, elle aurait souri de cette bonne blague. Mais il n’était plus question de jouer…

Elle laissa donc la sœur d’Altays donner ses ordres pour descendre l’homme suspect aux cales et se détourna de Dinjelaï en qui elle ne croyait plus avoir de soutien. Sur le pont inférieur, les matelots étaient bien organisés. Pendant que les uns nettoyaient les sols pour les garder de l’érosion du sel, d’autres surveillaient les horizons. Un petit groupe jouait aux dés et invita l’ondine à les rejoindre avant de regretter leur requête devant son attitude obscure. Limna s’accouda sur un gros tonneau et profita de la vue et du chant de la mer. Le ciel était dégagé ils avaient de la chance cela ne durerait probablement pas. Elle entendit des pas mais ne se retourna pas, ils étaient trop lourd pour être ceux de l’elfe et trop hésitant pour être ceux d’Altays. Elle venait de croquer dans sa pomme.

Ondine, quel est ton nom ?

Limna se retourna et se porta facilement pour s’asseoir sur son nouveau perchoir. La sœur d’Altays était franche, mais elle lisait sur ses traits ceux de l’ondin qui méritait la mort. Elle pourrait bien commencer la guerre en lui arrachant ce qui lui restait de passé… Limna finit sa bouchée lentement et répondit.

Limna On Nïksé.

Elle ne la quitta pas du regard même si elle n’encouragea pas à la conversation. Surprise la cheftaine du bateau plissa les sourcils.

Est-ce que je te dérange ? J’ai bien des choses à faire mais j’avais des choses à te demander.

Limna hésita, une partie d’elle-même lui disait de prendre sa vie là, maintenant, en une fraction de seconde ce serait simple et la guerre serait en marche… Mais sa conscience la força à jauger de l’horizon qui était encore loin, même si elle pouvait nager de grandes distances, s’épuiser si bêtement ne lui ressemblait pas.

Non… je réfléchissais… à l’avenir.

Tu es soucieuse pour ton compagnon fiévreux ? Je te remercie de nous l’avoir signaler. Je me doute que tu sais que les cales sont inconfortables mais saches que mes hommes te sont reconnaissants. Tu leur prouves ton respect en faisant attention à eux.

Limna détourna la tête de la femme, elle enfonçait le couteau dans la plaie ça n’avait rien d’agréable. Elle préféra couper court à ses envolées lyriques.

Aurais-tu un compas à me céder ou à me vendre ? Nous arriverons à terre et si nous avons une carte, nous n’avancerons pas sans connaitre la direction du nord…

Kahyna se redressa interloquée par le manque d'attention pour sa gratitude de l’ondine. Elle n’avait visiblement pas espéré qu’on l’a remercie, ça devait vraiment lui couter... Elle réfléchit un instant, Limna avait l’esprit logique et voyager sans boussole aurait été une curieuse aventure.

Et bien je dois avoir de quoi vous aider oui… Je ne te demanderai pas d’or… simplement quelques réponses.

Elle releva les yeux sur la noble avec douceur et l’accompagna d’un petit sourire sympathique. Limna était d’une nature si froide, Kahyna avait connu un grand nombre d’étranger mais celle-ci semblait de marbre face à ses tentatives amicales.

Que veux-tu savoir ? Je ne connais pas son nom.

Tu saurais le retrouver ? Pour lui passer un message.

L’œil de l’ardente se mit à briller, un message ce serait un instrument intéressant pour le perturber lorsqu’il serait trop prétentieux.

Il était de passage, mais est venu plusieurs fois… il doit rendre des services aux autres de ma famille. Je pourrais le faire retrouver je pense.

Dis-lui… La jeune capitaine retint sa voix qui se brisait doucement. Que je ne lui en veux pas. Que je lui pardonne s’il croit que j’ai quoi que ce soit à pardonner. Que son neveu entend parler de lui chaque jour et que je sais que lorsqu’il sera plus grand, il me demandera sans cesse de lui raconter qui il était… Que…

Elle s’arrêta et baissa les yeux, trop émue pour continuer. Elle avait pourtant su se contenir avec l’elfe mais elle avait été plus retenue quant à la chance de le revoir. Limna semblait savoir le trouver et rendait à ses mots une portée qu’elle n’aurait pas imaginée. L’aspirante regarda la douleur peindre l’éventail de la contradiction : l’amour et la douleur, la peine et le courage. Elle se délecta de comprendre que le message renvoyé avec soin et améliorations offrirait tout autant de dégât sans qu’il n’ose le montrer… Elle se sentit un peu plus soulagée à cette idée et posa une main sur l’épaule de la femme effondrée.

Ce sera dit.

La jeune femme reprit ses esprits et essuya ses larmes en se reculant légèrement.

J’ai du travail encore, bientôt nous arriverons… Elle se retourna mais interrompit son élan.
J’allais oublier… Prends–le, il est marqué du blason de notre clan. Nous t’aiderons toujours au mieux.

Kahyna tendit une boussole qui semblait très précieuse à l’ondine avant de se retirer promptement et s’occuper l’humeur à d’autres affaires. Limna regarda dans sa paume un long moment… Oui cette femme venait de l’aider et elle ne le savait même pas. Elle rangea l’instrument dans sa besace et souffla en appréciant la fin de son fruit…

L’après midi descendait et un homme annonça l’approche de l’arrivée. Limna perdit immédiatement son sourire. Elle avait apprécié de se détendre loin des deux autres mais bientôt tout recommencerait et la guerre également. Le Capitaine leur offrit une barque pour poursuivre leur voyage ce qui était une attention très généreuse. Kahyna enlaça Dinjelaï mais se montra plus timide envers Limna. Elle avait senti qu’elle n’aimait pas tellement les grandes démonstrations et portait un message si important pour elle.

Ils prirent vite de l’écart tandis que les voiles du bateau se gonflaient généreusement. Limna avait les yeux portés sur le fond de la barque et tentait de garder un bon rythme de rame. Elle en oublia presque la distance lorsque le fond frotta avec douceur. Le sable, la terre, un espace pour ne plus devoir supporter ceux qui voulaient sa mort. Dès qu’elle le put, elle sauta de l’embarcation sans aider d’avantage et lança un dernier regard sur Altays puis sur Din avant de s’éloigner. L’elfe la rappela mais l’ombre des dragons l’encouragea à partir d’autant plus vite et le parfum des arbres la réconforta.

La forêt était dense. Si on pouvait imaginer quelques sentiers ils n’étaient qu’un hasard de la pousse ratée de quelques plantes ou la trace d’un animal qui avait du se forcer un chemin dans la zone. L’air était humide et marqué par l’embrun un calme enivrant pour l’ondine agitée. Elle se concentra mais n’arriva pas à ressentir les deux dragons. Elle ne le savait pas encore mais l’archipel, à cause de ses secrets, brouillait les capacités du don. Les liés n’échangeaient plus avec autant de facilité et les dragons perdaient la trace mentale des esprits qu’ils avaient côtoyée…

Limna releva les yeux au ciel et contempla avec inquiétude que la lumière chutait rapidement elle s’appuya contre une pierre pour ôter sa botte et déplier la carte. Elle n’y comprenait pas grand-chose… Elle sortit la boussole et la positionna sur le plan. L’aiguille tourna un long moment avant d’indiquer le nord. Il semblait qu’elle aussi souffrait du mystère des lieux. Limna se maudit d’avoir été si peu attentive en géographie mais comprit comment disposer la carte. Par où avaient-ils pu débarquer ?

Le parchemin représentait plusieurs îles, il n’y avait pas d’indications très précises quant aux directions sur place. Enfin, elle reconnut le pic de l’île voisine et repéra jusqu’à la couronne de roches à l’entrée de la forêt qu’elle avait dépassé. Il y avait une croix sur le nord ouest de l’île qui avait la forme grossière d’un haricot. Il semblait que la plage contournait presque majoritairement les lieux sauf autours de la croix, au centre de ce qui devrait être une crique.
Limna hésita un instant… si elle se perdait… Elle se perdrait ! De toute façon elle serait plus en sécurité à dormir dans une jungle sauvage plutôt qu’auprès des deux fourbes et de leurs monstres ! Le doute dissipée, l’ondine entreprit de partir au pas de course en direction du nord, avec une épée à la main pour dégager sa route des branches encombrantes.

Une fois son esprit libéré de la colère, elle remarqua un étrange silence. La nature ne chantait pas. Limna s’arrêta inquiète et regarda jusqu’à la cime des arbres. Il n’y avait pas d’oiseaux. Un frisson parcourut l’ondine et elle s’appuya contre un arbre pour reprendre son souffle légèrement ébranlé par cette observation. Quelle forêt n’avait pas d’oiseaux ? C’était absurde ! Elle écouta encore mais seul le vent chatouillait les feuillages, les branches ne frémissaient au passage d’aucune autre vie.

C’est alors que la pénombre l’inquiéta plus encore. Si le jour résonnait comme la nuit, que pourrait-il advenir dans l’ombre ? L’île était-elle si dangereuse qu’elle happait la vie du plus petit insecte ? Cela lui fit froid dans le dos et elle accéléra le pas pour trouver la crique et sortir de la couverture de la flore. L’ondine avait besoin de retrouver l’eau, la mer oui, elle pourrait s’enfuir en nageant même si une traversée l’épuiserait. Elle préférait mourir noyée que par un quelconque autre enchantement.

Il fallut près d’une heure pour que l’ondine arrive à la berge nord, elle se pencha jusqu’à l’eau et écouta le murmure comme pour apprendre de cette île mais les voix étaient confuses, inaudibles comme si l’archipel agissait encore pour brouiller tout ce qu’elle pouvait. Limna apprécia de retrouver le contact de l’eau avec sa main mais l’horizon annonçait l’obscurité, elle se releva et pressa d’avantage le pas pour contourner par l’intérieur de l’île des rochers qui ne pouvaient qu’abriter la croix de la carte.

Grâce à la boussole, elle n’hésita pas dans sa direction et elle tomba au bout de quelques minutes sur un petit passage entre les roches. Elle se faufila alors que la lumière se faisait de plus en plus discrète et aperçut une paroi accidentée sur laquelle une baraque de bois était montée. Les vagues se fracassaient aux pieds de la crique et l’ondine courut entre deux pas de marée pour prendre un escalier taillé dans la pierre. Elle fut heureuse de trouver un endroit pour la nuit, même si elle ne trouva de quoi faire du feu avant que l’ombre ne dévore les lieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   

Revenir en haut Aller en bas
 
V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Deux lunes et un moineau [pv: Kurasa]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» nouveau supplement-non officiel?
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Ys - L'Archipel des Tempêtes-
Sauter vers: