Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:14

Posté par Altays A dire vrai, l'adrénaline qui avait envahit son corps l'avait bien vite abandonné. Dès lors il avait prit un peu plus conscience de ce qui l'entourait. Le ciel s'était assombrit. Un vent plutôt frais s'était levé. Et il ressentit une fatigue plutôt intense. Plus mentale que physique mais il ressentit une fatigue tout de même. Il n'avait pas envie de parler et pas envie de réfléchir. Les choses le poussaient vraiment à bout alors pour se protéger il enfila son masque d'impassibilité. Il ne voulait qu'une chose. Dormir en paix. Pouvoir se reposer et en finir ensuite le plus rapidement possible.

Dinjelaï les invita à s'asseoir. Il fallait encore parler. Pour quoi faire? Ils savaient tous qu'ils devraient à un moment ou l'autre se jeter à l'eau et aller chercher l'œil. Il voulait en finir rapidement. A tel point que s'il avait été un petit peu plus stupide il aurait foncé à la mer et serait partit seul à sa recherche. Mais le but de leur triade n'était pas que ces femmes l'escortent uniquement. Ils devaient travailler de concert. Il regarda Din' sans vraiment la voir. Il avait l'impression qu'un vide énorme s'était immiscé entre eux. Mais il n'avait même pas la tête à y songer.

Il posa son regard sur les flammes. Patientant avec calme en attendant de savoir ce que l'elfe avait à leur dire. Il n'émit aucun commentaire sur le combat, sur le fait que Limna avait été blessé. Puis il accusa le choc en entendant parler du marché. Il releva les yeux vers elle.

- Tu penses vraiment qu'on peut lui faire confiance? Et si elle faisait ça dans l'unique but de nous attirer vers elles. Les sirènes ne sont pas des êtres de confiance. Mais bon... je ne crois pas que l'on ai d'autres solutions.

Il se leva et se rendit jusqu'à son lié qui déjà se reposait somnolent mais restant attentif à ce qui se disait. Il caressa distraitement son encolure avant d'attraper la besace accrochée à son dos. Il en sortit des restes de nourriture qu'il avait emporté avec lui. Un peu de viande, des baies et des épices. S'il en avait eu le temps il aurait volontiers fait une petite cueillette pour préparer un ragout mais il n'avait ni le cœur ni l'envie pour le moment.

Il revint près du feu. Et écouta la suite de ce que Din' désirait leur faire savoir. Limna quand à elle ne devait pas avoir apprécié ce qui s'était passé sur la plage. Mais elle payait juste le prix de sa stupidité. Si elle n'avait pas agit aussi sottement jamais Din' n'en serait arrivée à de telles extrémités. Il aurait pu aller la convaincre de se joindre à eux mais il ne voulait pas essuyer un refus violent. Il n'était pas d'humeur à tolérer les enfantillages d'une aspirante incapable de se fier au jugement de deux Maîtres accomplis.

Mais alors qu'il songeait au meilleur moyen de faire, il entendit la voix de Limna qui réveilla une certaine douleur en lui. Si elle avait prit la carte à sa sœur, il lui ferait probablement payer très cher. Mais il n'eut pas le temps de réfléchir plus que déjà Limna enchainait. A sa plus grande honte elle lâcha comme dernière phrase quelque chose à quoi lui-même avait pensé un peu plus tôt. S'il l'avait laissé faire, ses joues auraient surement prit une teinte écarlate. Il préféra ignorer Limna et se concentra sur Din'.

- Elle n'a pas tort. Je veux dire... pour le souffle. Je pourrais très bien t'en fournir suffisamment pour que tu tiennes la route jusque là bas. Il faudra juste que tu restes près de moi et que tu me signales les moments ou tu auras besoin d'air.

Il songea ensuite à la partie concernant Minerienth. Qu'est-ce que cela pouvait bien être.

- Les créatures marines sont nombreuses. Mais peu d'entre elles sont appelées par un nom aussi humain. Je ne sais pas s'il s'agit d'un homme,, d'un esprit ou de quelque chose qui nous ai inconnu. Mais je pense qu'il faudra se montrer prudent.

Il se tourna afin que Limna l'entende aussi.

- Et il faudra surement que l'on oublie un peu à chercher à s'entretuer lorsque l'on sera sur place. Si l'on ne prend pas les choses assez au sérieux, aucun de nous ne reviendra au Manoir.

Il soupira songeant que rien ne semblait finit pour le moment.

- Nous devons nous reposer un peu. Et nous partirons le plus vite possible jusqu'à l'endroit où Limna veut qu'on l'amène. Puis si elle dit vrai nous emploierons sa carte et aviserons du chemin idéal. En attendant nous avons tous besoin de nous reposer.

Il grignota quelques baies n'ayant pas l'envie de plus et se dirigea vers Andúnë.

- Je crois que nos liés suffiront pour monter la garde. Reposez-vous bien.

Il s'installa contre le flanc du grand Noir et se laissa aller à sa contemplation du ciel avant de se sentir sombrer dans l'inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:15

Posté par Dinjelai

Dinjelaï regarda avec attention le creux d’obscurité qui abritait l’Ardente. Comme elle s’y attendait, des regards assassins avaient accueilli chacune de ses remarques. Cependant, la réaction qu’elle avait moins imaginée était celle d’Altays. Le Maître Noir semblait fatigué, irrité et presque proche de baisser les bras. Le combat avait-il été plus dur que prévu ? Dinjelaï s’inquiéta de le voir ainsi, elle sentait qu’elle puisait un peu de son courage dans l’élan du Céleste, et découvrir dans son regard que l’étincelle d’envie s’essoufflait faisait craindre le pire à la jeune elfe. Elle l’interrogea d’un regard chargé d’inquiétude auquel il ne répondit pas.

L’unique phrase de Limna, sortie de nulle part, rappela à Din leur objectif commun. Elle resta un instant estomaquée par la bonne volonté de l’Ardente. Inconsciemment, elle se rendit compte qu’elle n’avait pas compté sur sa participation, certaine que l’affront qu’elle lui avait opposé en s’emparant de son sac lui voudrait une haine éternelle. C’était peut-être le cas, mais pour le moment ils continuaient de faire route commune, et cela était toujours bon à prendre. Elle ne comprit pas parfaitement le motif de retour dans la cabane abandonnée, où Limna avait reçu une flèche dans le ventre, mais elle se contenta de hocher la tête sans bruit. La preuve que leur offrait l’Aspirante de sa coopération lui suffisait pour l’instant…

De plus Altays semblait avoir compris, il prit la parole, un brin hésitant au début. Dinjelaï ne compris qu’à retardement que « l’amoureux » décrit par l’ondine n’était autre que le Maître Noir. Elle haussa les sourcils et soupira à l’attention d’Altays, lui soufflant par l’esprit des pensées apaisantes. Inutile de prendre toutes les remarques de l’Ardente au premier degré, ils ne s’en sortiraient pas avec ses fourbes insinuations. En se rendant compte de l’assurance du Céleste, qui n’avait pas été gêné plus de quelques secondes par le qualificatif que lui offrait Limna, Dinjelaï se referma légèrement.

** Ma belle, ce n’est pas le moment de te laisser déprimer par des histoires de cœur… **
* Je ne déprime pas, j’ai espéré, je crois, je suis stupide, c’est tout *
** Tu as surtout l’air fatiguée **


Dinjelaï dégluti, et refoula les larmes idiotes qui lui montaient aux yeux. Anareinth avait raison, le contact avec Hhyl Styx, l’opposition systématique de l’Ardente, et la longue journée qu’ils avaient passé l’avaient épuisée… Et maintenant l’allusion à leur souffle bizarre, qui n’évoquait rien pour elle, mais qui leur semblait visiblement tout à fait logique.
La jeune elfe ne dit rien, se contentant de hocher la tête, elle verrait bien plus tard ce que cela voulait dire, mais Altays avait l’air à la limite de l’agacement, et elle ne voulait pas empirer son humeur en posant une question qui lui apparaissait futile. Elle se tut donc, et continua d’acquiescer.
Lorsqu’il se dirigea vers son Lié, elle ne put s’empêcher de murmurer, interrogatrice

Altays ?

Son appel se perdit dans la nuit. Il ne voulait pas discuter… Peut-être lui en voulait-il d’avoir abandonné le combat ? Dinjelaï regarda tout autour d’elle. Limna restant invisible, protégée par l’obscurité, elle se tourna à son tour vers Anareinth, et se blotti sous son aile, en sécurité pour la fin de la nuit…

*****

** Din ? L’aube sera bientôt là. **

La caresse mentale du dragon vint doucement happer l’elfe et la tirer d’un sommeil sans rêve. Le Blanc avait dû veiller sur ses songes, et la protéger des attaques d’Hhyl Styx. Dinjelaï se leva, s’étira, et vérifia que la besace contenant les œufs était toujours à l’abri, autour du cou fin du dragon et inaccessible pour quiconque qui soit assis sur son dos. Ceci fait, elle embrassa du regard leur campement de fortune. Limna était invisible. Andùnë restait immobile mais il était impossible pour la jeune elfe de savoir si ses ailes masquaient son lié. Elle saisit une lanière de viande séchée qu’Altays avait posé non loin du feu la veille et fini son maigre repas par quelques baies.

Limna ?! Nous partons !

L’ondine ne tarda pas à apparaître. Dinjelaï l’invita d’un signe de tête à s’approcher d’avantage.

Allons, viens, monte avec moi, tu nous montreras où tu voulais que nous nous posions.

En attendant que l’Ardente se décide, Dinjelaï sortit et vérifia l’état de ses deux dagues longues. Elles étaient brillantes et effilées, coupantes comme des rasoirs. Mais si Altays avait raison, et si leur ennemi, gardien du trésor que la triade devait impérativement ramener au Manoir d’Ael Alfirin se révélait hostile à leur projet, ils risquaient de n’avoir guère le choix…

Dinjelaï, aux côtés d’Anareinth rangea ses dagues, et proposa son aide à l’Ardente pour l’aider à monter sur l’encolure du Blanc.




[HRP] Je n'ai pas voulu trop vous faire jouer, à vous de guider la suite!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:15

Posté par Limna

Limna sentit le silence douloureux entre les deux Maîtres et cela lui fit presque chaud au cœur. Altays avait peut-être compris que l’elfe était bien plus fourbe qu’elle ne voulait le faire savoir. Elle avait laissé pour morte l’ondine, balayant d’un seul instant tous les efforts qu’ils avaient faits pour se supporter. Si l’un d’eux mourrait, la triade échouerait et le monde sombrerait ; même la noble caractérielle avait compris cet aspect pragmatique de la mission… Bien malgré elle, Limna chercha quelques raisons à l’elfe : peut-être que la sirène l’avait hypnotisée et avait voulu récupérer les perles… SES perles. A moins que la blonde se soit soudainement rendu compte qu’elle serait maîtresse des océans avec un tel moyen de pression sur le peuple marin le plus dangereux. Mais rien n’apaisait sa rancœur… Elle ferma les yeux et finit par s’endormir…

La nuit fut agitée pour l’ondine. La nuit était trop froide pour elle et elle n‘avait pas d’écailleux au torse chaud pour l’envelopper. De plus, elle fit une série de cauchemars d’une étrange violence. Coupée des esprits habituels qui monopolisaient ses peurs et tourments, elle découvrait enfin une partie de son esprit qui lui était bien inconnu. Elle découvrit avec horreur que l’omniprésence de son Maître se faisait savoir. Est-ce qu’il lui manquait? Certainement pas! Cet humain abjecte ne méritait pas de trouver refuge dans ses rêves… aussi sanglant soient-ils! Elle se réveilla avant le lever du soleil en gardant de justesse un cri de terreur. Elle prit quelques minutes à retrouver son calme en comprenant qu’aucune autre gardienne ne déchirait ses entrailles.

L’ondine leva les yeux sur les deux célestes d’abord avant de tourner son attention sur les engloutis. Elle aperçut son précieux sac autour du cou d’Anareinth et la colère lui donna la force de sortir de son esprit embrumé du matin. Elle se leva d’un bond rapide avant de regarder l’endroit où elle avait reçu une morsure la veille. Elle n’avait plus mal mais elle ressentait un étrange frisson en passant ses doigts dessus… Son ventre la rappela à l’ordre et elle s’approcha du feu éteint pour récupérer un peu de ce qu’ils avaient mangé la veille… Il n’y avait pas grand-chose et cela la rendit furieuse. Elle pressa son pas pour s’enfoncer dans la forêt et trouvé de quoi se sustenter.

Il n’y avait pas de vie… il n’y avait pas de gibier… c’était tellement désolant ! Un instant elle pensa à plonger pour trouver les poissons du large mais elle hésita à cause des sirènes qui risquaient de se montrer rancunière. Elle trouva enfin un arbuste avec quelques fruits et en dévora autant qu’elle le put. Le soleil s’était enfin levé, et elle apprécia un instant le spectacle mystérieux d’une forêt si silencieuse… Elle sortit la perle de sa poche et la frotta pour qu’elle brille d’avantage. Le bijou se blottit dans sa main et se mit à chauffer alors qu’elle s’apprêtait à le ranger. Elle lâcha de surprise la perle dans le sol sablonneux avant de la reprendre… oui elle avait une sirène sous ses ordres maintenant même cette reine puissante ne pouvait rien contre ça… Le moment venu elle exigerait à une de ses filles de se retourner contre sa mère…

Limna sursauta lorsqu’elle entendit son nom hurlé depuis la plage. La voix féminine et gracieuse ne lui inspira pourtant aucune sympathie et elle sortit du couvert des arbres sans se faire attendre. Elle s’assura d’avoir bien rangé sa pierre avant d’apparaître et s’interdit de regarder son sac qui pendait au cou d’un autre qu’elle. Au loin Altays s’était relevé avec une mine presque plus fraiche que la veille et elle le regarda un instant comme pour le saluer avant de faire face à l’elfe qui l’invitait à monter avec elle. Elle hésita à lui répondre bien que la perspective de la frapper lui vint tout aussi naturellement. Limna la fixait outrageusement et passa sa langue entre ses dents comme se retenant encore quelques secondes pour mesurer quels propos seraient les plus adaptés.

-On va dire qu’Andúnë vole mieux que ton Blanc… oui on va dire ça aujourd’hui et personne ne se vexera.

Limna continua alors sa marche jusqu’aux célestes à qui elle n’osait pas vraiment demander de voler. La triade ne devait pas tarder et devant le souvenir de la douleur qu’elle avait connue à cause de l’elfe, le Maître et le Noir n’insistèrent pas longtemps et la prirent avec eux jusqu’à la cabane.



Ils se posèrent sur la petite crique et Limna blêmit devant les traces de sang qu’elle avait laissées. Elle n’avait pas imaginé en avoir perdu autant, la scène la fit trembler un instant. Elle se revoyait rampant jusqu’à l’eau… Doucement elle s’efforça de se rappeler et gravit les petites marches creusées dans la falaise pour atteindre la cabane. L’odeur du sang fouettait son visage avec une audace insolente, son sang… cela lui donna la nausée et elle trouva un appui maladroit sur le montant de bois de l’entrée. L’ondine entendit ses deux compagnons approcher mais préféra leur éviter de regarder à l’intérieur, elle avait bien trop honte de ce spectacle, elle ne voulait pas qu’ils imaginent comme elle avait été faible.

Limna entra alors et récupéra son sac éparpillé sur le sol. Il était un peu taché mais pas tellement puisqu’elle ne le portait pas lorsque l’incident eut lieu. Elle trouva le cylindre qui comportait la carte et l’enfonça avec la boussole que la sœur de l’ondin lui avait confiée. Elle contempla le sceau de leur clan et se souvint alors du message qu’elle devait porter à l’homme… Ça attendrait un autre jour, peut-être lorsque toute cette histoire serait achevée. Elle découvrit un pot de miel et un reste de saucisson qu’elle n’avait pas eu le temps de finir. A la lumière du jour, la planque semblait encore plus sinistre décorée de ces auréoles pourpres… Elle prit le briquet qu’elle n’avait pas trouvé lorsqu’elle en eut besoin et se retourna pour sortir bien que trop tard, car les deux Maîtres scrutaient la bicoque avec horreur. Le visage de l’ondine se ferma pour ne pas rougir de honte.

-Sortons… l’air.. y est plus frais, ajouta-t-elle en référence à l’odeur du sang qui ne pouvait leur échapper.
-J’ai la carte.. c’est bon.

Elle s’approcha d’eux et força presque le passage tant leur réactivité était négligeable, visiblement trop absorbé par le spectacle de l’intérieur des pirates. Limna descendit les marches en faisant attention à ne pas marcher dans son sang et trouva un endroit ou le vent balayait suffisamment les effluves. Elle sortit le petit cylindre et déroula le parchemin sur le sable, bloquant ses quatre coins par des coquillages et cailloux qu’elle avait sous la main. Elle se garda de sortir la boussole aux yeux d’Altays et se tourna comme pour observer le paysage et chercha la direction du nord depuis sa paume avant de ranger l’instrument. Elle pointa son doigt vers la forêt.

-Le Nord est par là ! On peut longer la côte ou couper par la forêt. Il parle d’une crique avec un souterrain, une crique avec des arcs rocheux. Je n’en ai pas vu, pourtant c’est bien sur cette île.

Elle désigna le dessin un peu grossier sur la carte.

-Là c’est la pointe de cette île-ci et on a débarqué par là. Les dragons auraient peut-être repéré cet endroit ?

Elle releva les yeux sur Altays, décidée à ignorer l’elfe pendant un bon moment. Elle avait parlé vite, trahissant le fait qu’elle avait plusieurs fois étudié la carte dans leur dos…

[HRP : Si je vous ai trop joué vous me dîtes et je change… Fallait avancer alors je fais avancer ^^ La crique aux arcs… c’est là où vous étiez en amoureux…Altays tu nous y conduis ? Il ya des grosses traces d’après la première description de Din.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:15

Posté par Altays

°Tu penses que ça va se finir à un moment donné? J'ai l'impression que cela fait des semaines qu'on cherche ce satané joyaux.°

° Je crois qu'on approche du but. Une fois que tout ça sera finie je t'assure que nous prendrons du bon temps. °

° Heu... n'oublie pas que notre précédente absence a été remarqué. Tu devrais jouer ton rôle avec un peu plus de sérieux. En dehors d'Istvan et Peddyr tu n'as formé aucun aspirant. Tu devrais te changer les idées en reprenant du service. °

° Je n'en ai aucune envie. Et personne ne peut m'y forcer pas même Dame Amlug. Et il y a bien assez de maîtres au Kaerl.°

° Altays... cette idée... tu penses vraiment que ça pourrait être une solution?°

° Je ne sais pas. Mais je ne m'y sens pas très à ma place. Même Istvan et Peddyr me semblent un peu lointains ces derniers temps.°

° Ce n'est pas plutôt parce que Din t'a soufflé l'idée... et parce que tu commences à t'accrocher à elle? °

° Peut-être. Mais on aura le temps d'en discuter plus tard je pense. Pour l'instant il faut se concentrer pour éviter un meurtre et en finir avec tout ça.°

° Comme tu voudras. Peu m'importe. J'espère juste que leurs liés sont plus causant que Anareinth parce qu'il est sympathique mais j'ai connu plus bavard.°

° C'est vrai qu'à coté des pipelettes que sont Svarogg et... enfin bref! Enlève donc ton aile que je sorte de là.°

Il était encore assez tôt et la journée s'annonçait un peu nuageuse. Le soleil semblait avoir perdu au jeu de cache cache car une couverture grise avait recouvert le ciel. Mais il était encore tôt. Tout pouvait changer. Il regarda Limna qui s'éloignait vers la forpet et interrogea Din' du regard. Celle-ci n'avait pas idée de cette soudaine fuite comme il le comprit par le haussement d'épaule qu'elle fit. Il récupéra un peu d'eau et se débarbouilla le visage. Il n'était finalement pas si fatigué. Il avait plutôt bien dormit et seules ces quelques sombres pensées venaient obscurcir ses yeux. Une fois sa légère toilette achevée il approcha de Din' avec quelques reserves.

Le petit différent d'hier était encore trop frais dans sa mémoire pour qu'il se laisse aller. Il regarda la jeune femme près de son lié et approcha de quelques pas.

- Il va falloir faire vite. Le temps n'a pas l'air d'être de notre coté. Dans cette région un couvert nuageux comme ça peut cacher une tempête alors il va falloir se montrer prudent.

Après avoir regardé le ciel un court instant il poursuivit.

- Et il va aussi falloir s'assurer qu'elle ne gâchera pas tout. Je crois qu'elle n'a pas aimé qu'on lui reprenne le sac. A voir le rapport qu'elle entretient avec les choses de valeur il faudra surement s'attendre à un coup bas de sa part. Plus vite nous en finirons et plus vite nous pourrons profiter... heu... du... temps.

° Hmm... étrange que ta bouche ne dise pas ce que ton cerveau a pensé à l'instant. °

° Je ne pense pas que l'endroit soit idéal pour lui signifier ce que mon cerveau crève d'envie de lui dire.°

- On devrait y aller. Je finis d'éteindre le feu et de ranger nos affaires. Si tu veux bien te charger de la faire revenir nous pourrons partir.

Il alla jusqu'au feu et usa de ses bottes pour y jeter du sable. Les quelques braises ne mirent pas longtemps à laisser échapper un petit filet de fumée signifiant que le bois ne reprendrait plus. Puis il approcha de son lié attendant de voir l'ondine sortir du couvert des arbres. Elle lui offrit un regard ou ne se lisait pour une fois aucune haine ou dégout. Cela aurait même pu ressembler à une manière de dire bonjour chez un être humain doté de sentiments.

Mais la surprise fut quand elle s'approcha d'eux. Elle préférait voler avec lui? devait-il y voir une quelconque menace? Était-elle si blessée par le fait que Din' lui aie dérobé le sac? Mais il s'abstint de tout commentaire et laissa la jeune femme venir jusqu'à eux. Il la regarda un instant avant de lui demander si sa jambe allait mieux. Devant l'absence de réponse il en déduisit que la plaie avait du se refermer. Comme pour le confirmer Limna grimpa sans difficultés sur le dos du grand Noir. Altays jeta un coup d'œil en direction de Din' avant de monter à sa suite.

Elle les guida jusqu'à une petite crique. Un endroit reculé plutôt discret qui à en juger les trainées était l'endroit où elle avait été blessé. Altays se retint d'ouvrir de grands yeux devant la quantité de sang que la jeune femme avait perdu. Et elle arrivait à être debout et en forme au bout d'à peine un ou deux jours. décidément il allait de surprise en surprise avec cette aspirante. Sans prononcer un mot il la rejoignit. Accompagné de Din' il ne prononça pas le moindre mot. Il plissa le nez en sentant l'odeur caractéristique du sang. Un mélange et rouille et de fer. Comme si on l'avait dans la bouche alors que l'on ne faisait que le sentir. Il demeura sur le pas de la porte aux cotés de l'elfe silencieux et observateur. C'était ici que Limna avait reçu sa flèche. C'était un véritable miracle si elle avait survécu. La flaque qui commençait à peine à sécher dans la pièce devait être l'endroit où elle avait prit la flèche. Mais alors qu'il continuait de détailler ainsi les lieux la jeune femme le bouscula en sortant et il ne prit pas la peine de rester plus longtemps. Il fit signe à Din' de suivre Limna et regarda la carte qu'elle déroulait à présent.

Alors qu'il l'analysait il entendit Limna déclarer où se trouvait le nord. Pour quelqu'un comme lui qui avait le pied marin et arrivait à se diriger le plus simplement du monde c'était chose aisée. Mais de voir Limna aussi confiante le surprit quelque peu. Il écouta avec attention les détails que l'ondine avait déjà repéré et confirma d'un signe de tête ce que la jeune femme disait. Puis, en regardant attentivement la carte il eut un étrange sentiment. Comme si le lieu qu'elle venait d'indiquer lui était familier. quand la lumière éclata dans son esprit il jura.

- Je sais où elle est. Je n'avais pas fait très attention au paysage à ce moment, mais c'est là où nous nous trouvions. Quand je pense qu'on est passé à coté sans même s'en rendre compte. Ne trainons pas... ça n'est pas très loin à dos de Dragon. Traverser la forêt nous ferait perdre du temps.

Joignant le geste à la parole Altays grimpa sur Andúnë. Attendit que Limna le rejoigne et s'assura que Din' était avec le Blanc. LA route fut rapide et ils arrivèrent à l'endroit où Din' et lui avaient passé un petit moment en tête à tête. Il se tourna vers elle un petit sourire aux lèvres et descendit du lié.

- Donc si l'on en croit ta carte il devrait y avoir un souterrain pas très loin. Ça ne va pas beaucoup nous aidé. Si les personnes qui ont fait cette carte sont passés par là ils auront probablement fait en sorte de dissimuler l'entrée. Des précisions sur l'entrée du souterrain?

Il le savait la carte n'était pas assez détaillée mais Limna avait peut-être d'autres informations.

- Dans tous les cas on va surement devoir laisser nos liés derrière. Et si cela nous amène jusqu'aux cavernes il va falloir s'attendre à devoir nager un peu. Commençons par trouver le souterrain on avisera ensuite. Il faudra aussi peut-être des torches.

Regardant un peu partout autour de lui, Altays ne parvint pas à savoir par où commencer. Cela pouvait être n'importe où...

[Yep dsl je fais pas trop avancer les choses mais j'approfondirai surement dans la suite... Din' je pense que tu as plus d'idées que moi sur la suite.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:16

Posté par Dinjelai

Dinjelaï se renfrogna en voyant que l'Ardente la boudait et préférait monter avec Altays. Leur combat de la veille les aurait-il tant rapproché? A moins que Limna ne soit encore plus rancunière que butée et agressive, ce qui était pourtant difficilement concevable! Elle haussa les épaules et soupira. La maîtresse blanche savait ce que cela signifiait: désormais elle devrait surveiller ses arrières... Elle suivit Andùnë sans rien dire, et se contenta d'observer les moindres détails de la scène: des flaques de sang, une odeur de putréfaction qui émanait des restes de chaire encore collés au squelette armé...

Elle ne s'approcha pas de la carte que Limna avait sorti de nulle part et à nouveau détailla les visages de ses deux collaborateurs, sans la moindre expression. Altays s'était penché sur l'épaule de l'Ardente, et dans l'angle dans lequel elle se trouvait, Dinjelaï avait l'impression que leurs corps se touchaient. L'elfe se ferma un peu plus. Le Céleste reconnaissait l'endroit où ils devaient désormais se rendre, ce qui lui évitait de s'approcher pour consulter le morceau de papier, et à nouveau, elle suivit le mouvement entraîné par les deux ondins. Une fois de plus le voyage s'écoula sans la moindre discussion avec Anareinth, aussi perplexe, ou peut-être aussi fatigué qu'elle...

Lorsque le Blanc posa ses pattes sur le sol rocailleux, Dinjelaï fut la dernière à mettre pied à terre. Elle profita de son haut point de vue pour embrasser le décors du regard. La roche formait des murailles naturelles, parallèles à la côte et la protégeant des lames qui venaient s'écraser et dissolvait dans l'air déjà humide des embruns salés. Din s'éloigna légèrement du petit groupe. Elle pouvait se montrer de bonne compagnie, mais une longue série de courtes nuits la rendait rapidement désagréable.

** Il n'y a pas de sirène ici, elles se sont volatilisées. **

Din ne répondit rien, mais prit néanmoins le temps de dégainer ses deux dagues fétiches et avança désormais avec plus de précautions. Les sirènes n'étaient pas leurs seuls ennemis...

Où installerais-je un passage souterrain? Certainement pas sur une plage.

Dinjelaï fit un tour sur elle-même. La langue de sable était au coeur d'une crique, ceinte de falaises de différentes hauteurs, percées de trous obscurs. Elle se tourna vers le groupe qu'elle venait de quitter et se rendit compte qu'Altays regardait dans sa direction. Elle lui adressa un hochement de tête et désigna de l'index les percées. Ils s'étaient compris. Le travail allait être long pour examiner chacune des "promesses" creusées à même la roche, par les intempéries et le temps pour la plupart, et peut-être par la main de l'homme pour une seule d'entre elles...

** Je décolle, je vais tâcher d'observer les plus hautes, et puis, je n'aime pas les regards en coin de Limna sur le sac de perles... **

Dinjelaï revint vers son lié, prit sa tête triangulaire entre ses mains et l'amena à la hauteur de son visage pour y déposer un baiser, entre les naseaux.

** Cesse, vous réussirez votre mission, on se revoit dans quelques heures tout au plus! **

Din ne répondit rien, mais une moue boudeuse et des yeux brillants répondirent à sa place: avec Anareinth, et seulement lui, elle s'autorisait à redevenir parfois la petite fille céleste qui sommeillait toujours en elle. Le Blanc vint cogner le front de Din avec son museau et lui insuffla sa force et son courage. Puis, sans attendre, il déploya ses ailes et emmena son trésor loin du regard cupide de l'aspirante ardente. Il fit plusieurs longs tours, frôlant les murs de roche de ses ailes membraneuses et fini par se percher en haut de la falaise.

** Rien à signaler par là-haut. Les plus profondes excavations sont de deux pieds tout au plus. **

Dinjelaï n'ajouta rien. Elle venait à l'instant d'émerger d'une cavité. L'espoir qu'elle avait eut en entrant s'était s'écrasé quelques minutes auparavant contre la paroi du fond...
La matinée fut excessivement longue et décevante, et ce n'est que lorsque le soleil était proche d'atteindre son zénith, qu'un signe d'encouragement fut dévoilé... A demi enfoncée dans le sable et dévorée par la rouille, Din découvrit la partie métallique de ce qui avait pu être autrefois un ciseau à pierre, ou une lime. Elle s'agenouilla dans le sable, et creusa de ses deux mains. A dix centimètres en profondeur, la masse d'un marteau au manche moisi.
Din se releva et fouilla du regard la falaise qui s'offrait à elle. Suivant ses estimations, le couloir ne devait pas être perché trop haut, sans quoi on aurait rien pu y apporter. En vérité, une fente prometteuse s'ouvrait à environ trois mètres du sable, et en inspectant la paroi rocheuse, l'elfe découvrit des ébauches de marches, nettement découpées contre le granit.

Hep! Par ici! Je crois que j'ai trouvé l'endroit!

Le temps que les deux ondins s'approchent, l'elfe avait gravi avec agilité des marches inégales et se tenait debout devant une vaste cavité. Elle glissa ses index et ses majeurs entre ses lèvres et siffla deux fois.

* On va voir besoin de bois sec pour faire des torches! Je pense qu'il est inutile de te demander du tissu et de l'huile... *
** Tu peux toujours poser la question, mais la réponse, la voici: je n'ai rien à portée de patte... Peut-être du bois flotté quand même. **


Quelques minutes plus tard, cinq ou six branches de diamètre moyen tombèrent du ciel pour s'écraser devant les pieds de Limna. Din ne fit aucun commentaire. Elle s'était déjà trop avancée dans le boyau obscur pour voir la scène. Elle sorti son briquet de sa poche et fit glisser sa main libre contre la paroi râpeuse et humide.
Avant de trop s'avancer, elle attendit les autres et ses yeux eurent le temps de s'adapter à l'obscurité. Pour l'instant, trois hommes aux épaules carrées pouvaient s'avancer dans le couloir, mais il lui semblait que plus loin, celui-ci s'étrécissait avant de bifurquer...

Dinjelaï retourna vers l'entrée, et prit une des buches de bois flotté et passa plusieurs minutes à essayer de l'allumer avec son briquet d'amadou. La torche prit difficilement et la lumière qu'elle projetait était plutôt ridicule mais cela devrait faire l'affaire. Ils en allumèrent deux autres et chacun se saisit de sa propre source de lumière. A défaut d'éclairer le couloir, elle permettrait au moins de repérer les camarades de cordée...

Je n'entend rien d'autre que des gouttes d'eau qui tombent. Je crois qu'on est au bon endroit!

Un peu ragaillardie par sa découverte, Dinjelaï prit la tête. Effectivement, une vingtaine de mètres plus loin, le couloir devenait plus étroit et plus bas de plafond et ils devaient de toute façon marcher en file indienne. Personne n'était d'humeur bavarde et cela convenait parfaitement à l'elfe. Après un petit quart d'heure de marche, doucement mais surement, le chemin commença à descendre une pente constante.

Ils évoluaient dans un noir presque complet, la lueur que projetait les torche n'était même pas suffisante pour qu'ils puissent voir leurs pieds! Heureusement, le sol était aussi lisse que possible, ce qui confirmait l'hypothèse d'une intervention humaine.

Floc, floc...

Aah!

Dinjelaï s'arrêta brusquement, et Altays qui la suivait ne s'arrêta pas à temps.
Floc.

Attention! Reculez un peu! J'ai les deux pieds dans l'eau et j'ai l'impression que ça s'enfonce méchamment!

Din abaissa sa torche devant elle et constata: le couloir prenait fin à moins de vingt mètres, s'enfonçant dans une eau noirâtre et clapotante. Un frisson la parcouru toute entière.

Il faut passer par là... Mais je ne peux pas respirer sous l'eau... Les ondins n'ont ils pas ce pouvoir?

Mue par une peur étrange, propre à certains de sa race, de mourir sans air dans les poumons, Dinjelaï fit un nouveau pas en arrière.

Je ne rentre pas là-dedans s'il n'y a pas de sortie. Il faut que l'un d'entre vous aille voir s'il y a une issue de l'autre côté...


[HRP] Faîtes avancer à votre gré, mais à la fin du tour suivant, il serait bon qu'on soit rendu dans le temple! A vous les studios!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:16

Posté par Limna

Ils n’avaient pas été trop durs à convaincre ni trop surpris de sa carte et nouveaux instruments. Ils se faisaient peut-être à la dimension égocentrique de l’ondine qui lui faisait faire tant de cachoteries comme un instinct de précaution qui l’animait. Après tout, elle se sentait bien seule entre deux Maîtres alliés et deux dragons dangereux. Le vol jusqu’à la plage se fit sans encombre, Andúnë ne grogna même pas quand elle monta sur lui. L’équipe arriva sur une plage fort élégante et Limna comprit que les deux Maîtres s’étaient retrouvés ici en toute discrétion… Elle ressentit du dégoût car elle ne voulait pas croire qu’ils manigançaient quoi que ce soit contre elle, mais cette rencontre s’était forcément soldée par un coït dégradant que l’elfe avait su cacher…

L’atmosphère au sein de la triade n’était pas des plus réjouissantes. Chacun se méfiait des deux autres et Limna se demandait même s’ils n’allaient pas l’abandonner sur ce continent, sur cette île. Les fouilles entreprirent et l’ondine observait presque plus ses deux acolytes que les pans de muraille. Limna n’était pas très patiente et ce jeu ne l’amusait pas. Il aurait fallu attiser le cri des sirènes et pour cela leur servir un appât. Elle imaginait bien Dinjelaï ligotée sur un tronc avec quelques perles autour d’elle. Ses yeux naviguèrent plusieurs fois sur l’elfe et sur le cou du Blanc mais celui-ci le sentit et s’éloigna avant qu’elle n’ose s’imaginer d’autres fantaisies.

Elle tapota la perle dans sa poche et s’interdit de la briser pour entendre le hurlement des profondeurs. Il fallait de la patience ou du savoir-faire en ménage et l’aspirante n’avait rien d’une domestique. L’elfe se mit à jubiler trop fort, elle avait donc gagné en capacité de femme d’intérieur. Les deux ondins échangèrent un regard froid entre eux avant de rejoindre leur compagne d’infortune. Altays avait du remarquer le manque d’engouement de l’ondine quant aux travaux de recherches ce qui expliquait peut-être son air dédaigneux.

Elle leva vaguement un sourcil avant de le laisser passer devant. Au même moment des bouts de bois morts tombèrent trop près de Limna. Elle fit un saut en arrière hurlant quelques insultes pour l’écailleux fourbe. Comment osait-il encore la provoquer alors que sa liée avait attenté à sa vie ?


*C’est idiot de m’ennuyer alors que je vais être enfermée dans un tunnel avec ta liée… sans que tu ne puisses quoi que ce soit… Je t’aurais imaginé plus malin, lézard.*

Dinjelaï avait allumé sa torche avec difficulté, Limna attendit alors qu’Altays réussisse à faire jaillir du feu de la sienne pour lui prendre et s’approcher de la Neutre, comme si de rien n’était, prête à l’aventure. Ils progressèrent lentement et silencieusement dans l’obscurité. Lorsque le couloir s’était rétréci, Limna avait choisi de se placer en dernière… Elle ne voulait ni de la traîtresse dans son dos ni d’un céleste masculin. L’atmosphère humide plaisait assez à l’ondine même si la température chutait affreusement. Enfin, le rythme s’arrêta, le souterrain prenait fin. Leurs faibles flammes dansaient sur une onde sombre et immobile, inerte de courant et de vie.

L’elfe se mit à parler plus fort, sa voix se tinta d’inquiétude et elle recula devant l’obstacle qui lui faisait face. Limna la poussa sur le côté et s’approcha du rebord de l’eau sans la toucher. Le corridor venait d’ouvrir sur une sorte de pièce sans autre issue, il pouvait enfin se tenir loin des uns des autres. Elle les entendait parler mais ne se soucia pas des craintes de la femelle. Limna se sentait attirée par cette eau comme lorsque celle-ci était habitée pourtant il n’y avait pas d’esprits puisque c’était le royaume des sirènes. Elle contempla son reflet dans l’eau grâce à la très faible lueur de sa torche. Son visage était entier…
L’ondine tomba en arrière et se recula de l’eau sous le regard étonné de ses deux compagnons.

-Qu’est-ce que… Elle se redressa et s’approcha de nouveau de l’eau. Naïa ?

L’enfant apparut et lui prit la main. Limna la regarda effrayée, comme si elle avait vu un fantôme… puisque c’en était un. Elle finit par sentir le regard des deux Maîtres qui se demandaient si elle exposait enfin toute sa folie au grand jour. Ils ne la voyaient pas..mais Limna l’oublia un instant.

-Tu n’étais pas là.. tu ne peux pas être là… ce n’est pas pour vous…

*Tu ne te souviens pas ? Je ne vis plus seulement dans l’eau, j’ai goûté à ta vie quand tu es morte… Je suis tout le temps là maintenant.*

-Je ne suis pas morte !

*Si…*

L’ondine tourna la tête vers ses compagnons, outrée.

-Ce n’est pas vrai !

Elle lut la stupeur dans leurs prunelles et comprit comme son comportement était bizarre à leurs yeux. Elle baissa la tête en se frottant le front comme si elle se prévenait d’une migraine alors que c’était plutôt du ridicule.

*Je peux te montrer le chemin la dessous…*

-Tu vas.. Tu vas te faire prendre…

*Non, je suis accrochée à toi.. et toi tu seras accrochée à moi…*

-Il y a l’elfe qui va se noyer.

*Est-ce vraiment grave ?*

-Oui il faut qu’elle me rende les perles.

*Alors j’irai vite et tu leur tiendras la main... Et puis il pourra souffler dans ses poumons.*

-Ils ne comprendront pas.

*Lui il comprendra.*

Limna leva ses yeux sur sa sœur qu’elle voyait bien que la lumière commençait à s’éteindre. Son halo de spectre l’irradiait d’un bleu ravissant. Limna se tourna vers ses camarades et tenta d’expliquer la chose.

-Je connais la route. Il y a une route… Là-dessous… Enfin disons que je peux vous conduire sous l’eau et qu’on nagera plus vite si… on se tient la main… comme une chaîne en somme…

Elle n’aimait pas ce qu’elle lisait sur leur visage, elle fit comme si elle n’avait rien dit d’extraordinaire et changea aussitôt de sujet.

-Je n’ai pas vraiment envie de laisser mon sac ici, donc je propose de finir de manger tout ce qui perdra en goût une fois de l’autre côté.

Les questions fusaient malgré tout, le ton montait parce qu’ils étaient agacés de ses mystères et pensaient qu’elle leur préparait un mauvais tour. Altays s’en prit un peu plus violemment à elle et elle trébucha mettant un pied dans l’eau. L’ondine avait réussi à attraper la main de l’ondin pour ne pas totalement tomber et elle lut dans ses yeux qu’il voyait une nouvelle lumière dans la pièce.

-Il me voit il me voit il me voit !

Limna tourna la tête vers sa sœur qui frappait dans ses mains avec un amusement malsain. L’ondine repoussa Altays d’elle par un brutal coup de pied mais trop intrigué il revint à la charge et l’attrapa une nouvelle fois sans difficulté. Il l’entendait même... Limna ne savait plus quoi dire, bouleversée qu’il ait si facilement accès à son secret.

-Recule ! Ne me touche pas !

Mais il ne voulait plus la lâcher, hypnotisé par cette vision que l’ondine lui offrait. Naïa s’approcha de lui lentement et tenta de le griffer. Ses doigts ne trouvèrent pas d’accroches sur cet homme à qui elle n’était pas liée. Contrariée, l’enfant posa une main sur Limna et planta ses ongles plus profondément que jamais faisant plier la jeune femme à genoux qui retenait un cri de douleur. Dinjelaï sembla effrayée, Altays tenait le poignet de l’ardente avec fermeté mais c’est son autre épaule qui s’était mise à saigner.


[hide=Spoiler]*****Super Pnjisation 2000 ******[/hide]


-Qu’est ce que…

L’ondine se débattait tant bien que mal mais le Maître ne comptait pas la lâcher. Il y avait une forme, une enfant, entourée d’une nuée irréelle… Il savait bien qu’il s’agissait d’un esprit, il avait entendu parler de trop de légendes ondines pour ne pas la reconnaître mais il n’arrivait pas à la nommer. Le spectre affichait un visage innocent, une ondine aux cheveux d’or et aux yeux bleus. Elle avait sept ou huit ans pas plus. Sa voix perlait dans son esprit sans la chaleur d’une voix balayée par l’air, elle était aussi pure que celle d’un dragon.

Limna était tombée à genoux, à ses genoux mais ce n’était pas lui qui l’y avait forcé, c’était le fantôme qui s’était accrochée à elle. Altays était terrifié mais n’osait relâcher l’ardente, craignant de ne plus voir ce miracle. La furie tenta de le blesser une nouvelle fois et il eut un mouvement de recul mais la substance de trouvait pas de quoi faucher sur lui. Il sourit furtivement avant de croiser le regard d’une Limna furieuse. Elle n’osait même plus s’adresser au spectre puisqu’il la voyait à présent, elle se sentait mise à nue, elle se releva lorsque Naïa mit fin à son emprise et l’aspirante fit quelques pas sur le sol sec, pour que la vision disparaisse de l’ondin. Il ne l’obligea pas d’avantage même si elle lisait qu’il mourrait d’impatience de lui poser mille questions. Limna coupa court au silence agité de l’ondin et à celui figé de l’elfe…

-Donc… on va faire ce que je dis…

Altays se tourna vers Dinjelaï avec un air presque émerveillé alors qu’elle se méfiait plus que de raison des deux fous qui lui faisaient face.

-Approche… On peut lui faire confiance là.

Limna poussa un cri d’agacement avant de pointer du doigt le céleste.

-Tu ne sais rien d’elle ! Elle bouillonnait de frustration et de colère. Elle aurait voulu le tuer pour s’être invité comme ça dans son secret. Il pensait maintenant pouvoir lui donner des leçons ? L’elfe s’était approchée et Limna se recula d’un pas.

-Garde tes commentaires, finit-elle par lancer pour calmer son émotion.

Altays sentait l’ardente particulièrement ébranlée, ils avaient besoin d’elle, ce n’était pas le moment de la rendre folle de rage. Il l’enviait, la jalousait d’une certaine façon mais lorsqu’il posa ses yeux sur la blessure qu’elle venait de se voir infligée, il comprit que cela ressemblait plus à un fardeau.

-Emmène-nous… Je prendrai la main de Dinjelaï… Il se tourna vers elle et tenta de murmurer pour elle quelques précisions rassurantes.

-Ne t’en fais pas… J’ai une bonne apnée, je te donnerai… Il se mit à bégayer brièvement avant de poursuivre sur une autre idée. Il ne t’arrivera rien… Tu me fais confiance ?

L’ondine souffla devant ce tableau mielleux et fixa Dinjelaï avec insistance. Cette traîtresse était devenue encore plus lâche ? Elle allait tout faire rater parce qu’elle ne savait pas nager ? Limna se montra dure à son égard, sans aucune compassion et entra dans l’eau seule pour s’habituer à la magie de son sang, si réconfortante. Elle reprit enfin ses esprits et tourna la tête vers les deux intrus alors que Naïa lui demandait encore pourquoi l’elfe traînait… Limna sentit la main d’Altays dans la sienne et elle se crispa devant ce contact de trop. Elle fixa sa main un long moment alors qu’elle sentait que la magie qui l’éveillait, elle, l’éveillait aussi. Il voyait de nouveau Naïa mais l’enfant défunte fit mine de ne pas s’en soucier et prit la main de sa sœur pour la tirer vers les fonds.

L’elfe fut surprise mais se cramponna à l’ondin qui tentait de la réconforter d’un regard bienveillant. Il était tiraillé avec cette lumière bleutée qui illuminait les fonds, Dinjelaï quant à elle était perdue dans la pénombre et fermait presque les yeux, se demandant certainement quelle folie avait prit les deux ondins.
L’enfant se mit à chantonner dans l’esprit des deux ondins, trop contente d’avoir un nouvel auditeur tandis qu’elle s’enfonçait toujours plus dans le gouffre de la grotte.

*Tais toi. Les sirènes peuvent t’entendre peut-être*

* C’est vrai que les légendes parlent des sirènes comme de gardiennes d’esprit initialement… c’est parce qu’elles ne faisaient pas leur travail que…*

Limna lâcha la main d’Altays qui pouvait à présent lui parler par pensée ? Naïa se mit à rire alors que l’ondin commençait à paniquer dans la soudaine pénombre.

*Pourquoi il me parle et m’entend ?*

*Oh je ne sais pas…* ponctua-t-elle d’un rire sadique.

Limna fit demi-tour et récupéra la main de l’ondin qui cessa de remuer sitôt la lumière retrouvée.

*Pourquoi m’as-tu lâchée ? Ne refais pas ça ! On a pas de temps à perdre !*

* Tu n’étais pas supposé entrer dans ma tête. Si tu pouvais te taire… ce serait profitable pour tous..*

Naïa leur avait fait parcourir une bonne distance et elle hésita un moment avant d’arrêter de chanter.

*Je n’aime pas l’elfe, elle devient bleue, laissez-la ici.*

Aussitôt, Altays l’attira contre lui pour lui donner de l’air dans un baiser de survie. Dinjelaï se laissait porter au maximum pour ne pas dépenser de son air mais de toute évidence cette part du trajet ne lui allait pas… au teint. Altays frissona en réalisant que l'ondine était souvent conforté dans ses avis décallés par... une morte!

*Tu es un ondin détestable !! Tu ne m’écoutes pas du tout ! Je vais te détester je sens ! Limna a raison, tu ressembles à notre cousin. Heureusement qu’on l’a brûlé ! On te fera brûler pareil ! Oui tu verras !!!*

La tendre enfant avait soudain affiché une haine incommensurable sur ses traits angéliques, un démon plus instable que tout être vivant. Limna baissa la tête et ferma les yeux un instant comme résistant à une force invisible… Altays avait gardé la main de Limna et avait ressenti la haine de l’enfant. Une émotion malsaine et ancestrale qu’elle portait en échos à tous les maux des morts. C’était démesuré, c’était cauchemardesque. Limna tira sa sœur vers elle pour la pousser à continuer de les tirer.

*Conduis nous… Tu vas tout gâcher…*

*Tu me donnes quoi pour pas les noyer ?*

Limna sentit la peur dans l’esprit du céleste et elle ne savait pas trop quoi répondre surtout qu’il entendait tout.

*Des perles…*

Le petit rire cristallin revint et l’allure reprit de plus bel, les surprenant tous les trois. Le courant créé caressait leur visage avec douceur et parfois l’ondin embrassait l’elfe pour qu’elle ne succombe pas. Naïa se promenait en zigzagant et les abrita un instant lorsqu’une sorte de gros poisson monstrueux passa. Le spectre semblait bien décidé à avoir ses perles...

*Les sirènes ne m’entendent pas… Je ne suis plus un esprit des eaux…

*Première nouvelle !*

*Si je te dis ! Tu ne veux jamais me croire mais je sais mieux que toi !

*Tu es morte !*

*Non c’est pas vrai !*

Altays écoutait la dispute entre les deux sœurs avec méfiance… Il était partagé entre l’amusement et l’inquiétude… Ce spectre pouvait bien changer d’avis sur sa mission.

*Tais-toi.. il t’entend lui, et je n’ai pas du tout envie que tu lui racontes notre vie.*

*Ah tu vois tu le dis que c’est ma vie aussi…*

*Non ! Ferme la !

Altays pressa la main de Limna comme pour lui intimer de se taire, il ne tenait pas à ce que Naïa les noit… L’ondine en fut vexée mais n’en rajouta pas…Naïa sentit le sentiment de sa sœur et prit aussitôt sa défense.

*Il parait que tu as abandonné les tiens Altays ? Limna a bien discuté avec ta sœur… Elle t’a donné le message qu’on devait te transmettre ? Lorsque je trouverai les esprits, je pourrai leur demander des nouvelles des tiens tu sais… Je peux tout savoir moi…

L’ondin fronça les sourcils.

*Quel message ?* Il tira sur la main de Limna mais elle ne daigna pas se retourner, elle était satisfaite que sa soeur s’en charge.

* Elle est bien contente que tu sois parti. Elle a eu un meilleur avenir grâce à toi. Mais elle ne veut plus jamais te voir ni entendre parler de toi. Elle a eu un fils et elle a interdit à tout le monde de faire mention de toi… Elle ne veut pas qu’il ait honte d’avoir le même sang que toi. Je suis sure que tu comprends… D’ailleurs Limna a sa boussole, elle lui a donné pour son voyage et elle espérait aussi qu’elle te la donne pour te rappeler de ne plus jamais revenir. Ce doit être un peu dur de savoir que les siens sont mieux sans nous… Non ?*

L’ondin ne répondit pas, Limna non plus, bien qu’elle avait retrouvé le sourire. Naïa pressa l’allure et le voile de Limna s’envola sans qu’elle ne s’en rende compte. Le spectre leur affirma être bientôt arrivé. Ils évitèrent de nombreuses créatures peu sympathiques et se faufilèrent dans des tunnels qu’ils n’auraient jamais pu deviner. Naïa se dépêchait parce qu’elle sentait que Limna aurait bientôt besoin d’air et deux petites minutes plus tard, ils sortirent tous leur tête de l’eau. Des puits de lumière rompaient enfin avec les ténèbres. Altays jeta la main de Limna comme s’il était soudainement soulagé de ne plus voir Naïa et porta Dinjelaï sur la roche, au sec. Elle s’était évanouit sitôt que l'air frais s'était engouffré dans ses poumons. Il lui fit quelques bouche-à bouche et elle ouvrit les yeux tandis qu’il lui caressait, inquiet, la joue. Ils se regardèrent quelques instants en silence alors que l’ondine s’était éloignée.

-On est arrivé de l’autre côté… Tu vois, tu as réussi…

Une légère mélancolie planait dans son regard, il avait eu envie de tout raconter à l’elfe mais ce n’était pas le moment. Il fallait qu’ils en finissent et qu’il s’éloigne à jamais de cette ardente. Il aida l’elfe à se relever et passa un bras autour de sa taille pour la soutenir encore un peu. Il la regarda un instant et la serra très légèrement contre lui. Il avait besoin d’elle, il avait besoin qu’elle aille mieux et elle lui offrit un timide sourire avant de se libérer de cette étreinte déguisée.
L’elfe s’approcha de l’ondine qui ne lui adressa pas un mot et qui était figée, perplexe devant une lourde porte aux inscriptions mystiques rappelant vaguement les tâches que prenaient parfois sa peau lorsqu’elle usait de son venin. Limna sentit le regard un peu exagéré de l'elfe réalisa soudain qu'elle avait perdu son foulard. L'ondine se tourna immédiatement, gênée et chercha à se cacher dans l'ombre tout en réfléchissant à ce qui pourrait faire l'affaire.


[Pnjisation 2000 pour un cas d'urgence. C'est à Din! On sautera peut-être encore un tour si le méchant céleste ne rapplique pas.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:17

Posté par Dinjelai

Non. Non, je ne rentre pas là-dedans.

Dinjelaï ne jeta même pas un regard sur l'Ardente. cette femme était folle, complètement psychotique, et elle allait l'entrainer dans ce trou noir, cette porte cers la mort. Les elfes vivent longtemps, mais ils ne veulent pas mourir. Pas elle. Elle plongea dans le regard d'Altays, complètement terrifiée:

Je ne plongerais pas dans un gouffre, je ne sais même pas où est la sortie, et je ne tiendrais pas sous l'eau! Non, il fait trop noir!

Des terreurs enfantines l'enserraient comme des centaines de serpents, l'étouffant dans leurs anneaux. Le noir, l'eau. Pourquoi fallait-il que la Quête prenne cet étroit boyau? Din repris ses esprits, et arrêta de chercher du secours dans le regard un peu béat du Céleste. Elle avait envie de le gifler!

Mais qu'est-ce que tu racontes? A qui peut-on faire confiance? A quoi? A elle? Cette... dégénérée? Mais Altays, elle veut nous amener dans le gouffre! Elle n'a que faire du Raëgh, depuis le début elle cherche notre perte, au meilleur profit!

Din voyait clair maintenant dans le petit jeu de l'ondine! Elle était en rage lorsque l'elfe lui avait prit, pour son bien, les perles des sirènes, et désormais, elle cherchait sa mort pour les récupérer!

Tu n'auras rien, perfide! Anareinth garde les oeufs, si je meure, il disparaîtra dans l'Interstice, et alors, je te conseille de faire usage de ton corps pour essayer de convaincre les Célestes de te ramener chez toi! Tu ferais bien de faire copines avec Hhyl Styx dès maintenant!

Hors d'elle, folle de rage et de peur, Dinjelaï cracha son mépris aux pieds de Limna. A cet instant, vidée par cette colère déversée, Din sentit une présence invisible titiller son esprit. Elle ne comprenait plus rien. Elle tourna sur elle même plusieurs fois

Qui est là?

Quand les doigts d'Altays se glissèrent dans sa paume, elle eut définitivement l'impression d'être devenue folle. Ils avaient pris la décision sans elle, ils l'entrainaient avec eux... Même Altays, il ne comprenait pas qu'elle allait mourir...

Non, laisse moi ici... Non...

Avec la douceur ferme que l'on offre à une enfant fiévreuse, Altays l'entraîna derrière lui. Dinjelaï se glaça lorsque ses chevilles touchèrent l'eau gelée, qui s'infiltra alors sournoisement dans les épaisseurs de vêtements. Quand son menton glissa sous le liquide noir, elle pris une dernière inspiration, plus par réflexe que par compréhension de la scène, et s'immergea. Totalement, le corps dans l'onde et l'esprit... loin. Seule la poigne ferme d'Altays la rattachait à cet enveloppe charnelle perdue, qu'elle regretta, un peu. La conscience d'Anareinth vint s'entrelaçer avec la sienne, sans parole, juste pour réchauffer une âme transie de froid...

Impossible de dire combien de temps aura duré le voyage.

De l'air durement soufflé dans ses poumons la choqua plus durement que n'importe quel coup porté. Elle ouvrit les yeux, et découvrit, effarée, ceux d'Altays à quelques centimètres des siens. Sa première pensée fut pour cette horrible habitude qu'on certains à embrasser les yeux ouverts, détestable! La deuxième, qu'il n'était pas très fair-play de profiter de sa faiblesse pour assouvir ses envies lubriques, il aurait au moins pu demander la permission!
Dinjelaï le repoussa machinalement et tenta de se rouler en boule, une moue dégoutée peinte sur le visage.

Laisse moi toi aussi, tu me répugnes...

Sa voix tenait plus du croassement que des sons potentiellement mélodieux qui pouvaient émaner de sa gorge. Contre son avis et malgré ses protestations Altays l'obligea à se mettre debout. De fait, elle n'y serait peut-être pas parvenue seule, mais quand il la ramena contre son torse, Dinjelaï retrouva une force suffisante pour se dégager. Elle le foudroya du regard et s'éloigna pour mieux observer le nouvel endroit... Une vaste caverne, partiellement inondée, mais dont le plafond était perforé de larges trouées qui laissaient entrer la lumière du jour. D'après l'inclinaison des rayons, Din en déduit que l'après-midi était bien avancé et qu'ils ne se trouvaient probablement pas dans l'île principale de l'Archipel. En visitant, Altays et elle auraient remarqué une surface rocheuse probablement nue...

Dinjelaï rejoignit Limna devant la porte massive et haute. Si haute qu'Anareinth et même Andùnë auraient pu passer dessous! L'elfe glissa ses doigts fins, fripés et encore légèrement cyanosés, sur les inscriptions gravées...

Je ne sais pas lire cette langue...

L'elfe se recula de quelques pas pour mieux voir l'ensemble de la fresque et soupira, découragée, sans force:

Si seulement j'avais Maître Friagrïn sous la main! Il connaît toutes les langues du monde! J'imagine que vous ne savez pas non plus ce qui est écrit?

Dans l'ombre Limna faisait non de la tête, quant à Altays, il se contentait d'une mine un peu hébétée. L'ondin, d'abord hésitant, puis prenant de l'assurance au fil des pas, s'approcha de la porte, fit jouer une poignée ancestrale mangée par la rouille. Un mécanisme grinça, qu'un coup d'épaule appuyé du Céleste fit sauter. Le battant s'ouvrit avec un grincement épouvantable.

Merci pour la sonnette d'alarme...

Dinjelaï releva le menton et entra la première, invitée par une insolente courbette moqueuse de l'ondin et soupira ostensiblement en pénétrant dans la grande pièce...
Le petit groupe se tenait sur une estrade au sec, quelques marches permettaient de descendre au niveau moyen de la gigantesque pièce. De hautes colonnes, larges de plusieurs pieds étaient disposées tous les quinze mètres, empêchant d'avoir un aperçu de tout ce qui pouvait se passer dans les coins sombres. Dinjelaï descendit prudemment les premières marches et s'arrêta quand elle sentit de l'eau clapoter sous elle. Son regard s'abituant à l'obscurité, elle remarqua que toute la salle était inondée, mais le niveau était peu profond puisque l'on devinait distinctement d'élégants motifs sur les dalles de granit poli.

Au centre de la pièce, un autel de pierre se tenait à la hauteur de la porte. Convaincue qu'il était le centre de l'histoire, Dinjelaï mit les pieds dans l'eau et s'avança dans sa direction. Elle brassait l'onde jusqu'aux genoux quand elle entendit Limna et Altays se glisser à leur tour dans l'eau stagnante mais étrangement pure. L'elfe remonta rapidement les marches jusqu'à l'autel, et fit le tour de la pierre. Elle aussi était gravée de dizaines de motifs étranges, semblables à ceux de la porte. Dinjelaï s'agenouilla, et colla sa joue à la base de la structure massive:

Il y a un souffle qui vient par en dessous! Je sens, la pierre est là!

Des filets de mana s'engouffrèrent sous la pierre et révélèrent à l'enchanteresse le contenu caché de la crypte obscure... Un Saphir, gigantesque et étincelant à la lueur verte du mana qui irradiait le caveau, taillé de milles facettes et réfléchissant la faible luminosité dans toutes les directions, la démultipliant joyeusement et faisant danser les reflets sur les parois de granit brut.
Dinjelaï coupa les filaments de mana et fit le tour de l'autel, emplie d'une extraordinaire exaltation: ils avaient réussis! L'Oeil du Dragon Quadricéphale, à portée de main!

Mais l'autel ne se décidait pas à bouger. Il ne dévoilerait pas si facilement son précieux trésor... Après s'être cassée la tête sur les symboles, les ongles sur tous les reliefs qui pouvaient faire penser à un mécanisme à ressort. Dinjelaï s'adossa à la masse minérale et se pris la tête dans les mains...
Elle jeta un regard hargneux à Altays qui faisait semblant de réfléchir:

Alors, Monsieur Muscle? On fait comment maintenant? Pousser ce cailloux de trois tonnes, on fait ça comment?





[HRP] En gros, on prend le cailloux et on part le plus vite possible, avant que le Gardien nous trouve en train de piquer son trésor! Si on n'est pas assez rapides, il va falloir se bastonner!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:17

Posté par Limna

Le trio faisait face à l’immense porte avec une certaine déconvenue. Les inscriptions si familières pour les ondins résonnaient comme une menace silencieuse. L’elfe, elle, semblait y attacher de l’importance mais y agrafa une dimension de reproches comme si ces deux compagnons étaient des idiots, incapables d’interpréter leur propre langue. Altays ne supporta pas son attitude et s’approcha de la porte pour l’ouvrir. Limna fronça les sourcils devant sa démarche gonflée d’orgueil qui n’annonçait rien de bon… L’ondin tourna la poignée mais la lourde porte résista. Il la provoqua de plusieurs coups d’épaule et finit par l’enfoncer suffisamment pour offrir un passage aux trois acolytes.

Dinjelaï rentra la première rancunière que l’homme ait pris les devants. Limna lui fit signe de passer avant elle… Il n’espérait pas pouvoir la poignarder dans le dos quand même ? Il souffla, exaspéré par une elfe qui ne savait pas reconnaître qu’il leur avait permis d’avancer et une ondine mesquine qui ne lui vouait toujours pas la moindre confiance. Ils arrivèrent en haut d’un petit escalier qui dévoilait une pièce monumentale. La Maîtresse blanche descendit sans attendre les autres et Limna l’imita presque au même instant, attirée par la magie de cette pièce. Le spectre de la sœur flottait de nouveau dans les parages, intriguée elle aussi par le lieu. Elle tournait autour d’un autel central, celui vers lequel l’elfe s’approchait instinctivement.

*Je le veux je le veux je le veux !*

Limna ne comprit pas de quoi parlait l’enfant lorsque l’elfe sembla prise d’un enthousiasme similaire. La magie du peuple sans âge offrit une vision spectaculaire du trésor… ils l’avaient enfin trouvé ! Limna se dépêcha d’approcher et de remonter les marches pour trouver sa place auprès de sa sœur.

*Limna !!!! Je le veux je le veux je le veux !*

L’ondine ne répondit pas à sa jumelle capricieuse et scruta la pierre avec attention. Elle posa sa main sur le socle et remarqua que les marques de sa peau étaient intenses. Elle releva les yeux sur Altays, il semblait pris du même phénomène. L’ondine recula craintive et porta une main sur le bas de son visage pour se cacher du regard de l’elfe soudainement obnubilée. Limna lui tourna le dos et sentit la pression qui commençait à retomber. Elle tremblait, était fatiguée et n’avait même plus de quoi se cacher aux yeux des autres… Elle hésita à déchirer un bout de sa chemise pour le porter en voile, mais elle craignait que cela ne dévoile trop de sa peau et surtout accentue son malaise à la connaissance générale. La lumière diffuse du mana s’était évaporée et Limna put faire une nouvelle fois demi-tour, dissimulée dans l’ombre. Altays tentait de faire bouger la pierre mais elle ne remua pas d’un centimètre. Lorsqu’il fut assez épuisé, il se laissa tomber comme Dinjelaï.

*Tu n’as jamais rien entendu là-dessus ?*

*Je le veux ! Tu me le donneras ?*

L’ondine regarda sa sœur avec un petit sourire en coin.

*Il n’y a pourtant pas d’esprit dans les parages pour te dire comment on l’ouvre…*

*Tu ne me crois pas ?!!!*

*Non.*

Le spectre se mit à hurler d’une voix stridente que seule l’ondine pouvait entendre puisque Altays ne la touchait pas. L’elfe leva les yeux sur Limna, comme si elle avait senti la présence de Naïa et s’inquiéta de voir l’ardente se tenir les oreilles, douloureusement éprouvées. Elle s’était relevée et posa sa main sur l’ondine comme un geste apaisant pour l’empêcher de se laisser submerger par la folie mais elle entendit alors le cri et se recula en émettant à son tour, un petit cri de surprise. Limna la regarda en colère mais apeurée. Si elle avait admis qu’un ondin puisse voir son secret en la touchant dans l’eau, elle ne pouvait pas comprendre qu’une elfe ait accès à son pouvoir hors de l’eau…

Altays tira Dinjelaï vers lui, s’interposant devant elle comme si Limna lui avait fait du mal. L’ondine leva un sourcil méprisant sur le céleste et tourna son attention sur l’autel, se protégeant ainsi de leur regard qui s’habituait de mieux en mieux à la pénombre. Limna sortit une arme et Altays l’imita comme s’il comptait se battre… Limna soupira devant son comportement ridicule et s’entailla la main en profondeur. Elle entendait les consignes de sa sœur et posa sa main sur un dessin central. La pierre se mit à vibrer et l’ondine sentit une étrange magie s’emparer d’elle, la sensation devenait douloureuse et elle chantonna un air que sa sœur lui soufflait. Lorsque la mélodie s’acheva, la pierre s’émietta et l’ondine récupéra sa main contre elle. Elle avait été traversé par une magie ancienne, une mélancolie si profonde l’habitait, elle avait envie de pleurer. Alors que la pierre était à portée de main, Limna glissa dos à l’autel, en état de choc. Les symboles sur sa peau avaient à présent disparu.

-Je saigne…

*Je la veux je la veux je la veux !!!!!!* Le spectre observait son butin, émerveillé.

Au loin ils entendirent un souffle animal, proche de celui d’un dragon. Puis, ce fut un grognement trop rauque pour n’être qu’un chien… L’ondine tremblait et s’était recroquevillée, encore sonnée par ce qu’il s’était passé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:18

Posté par Dinjelai

Toute la rancoeur de Din avait fondu, ne laissant à nu que les tranchantes arrêtes de son désespoir. L'elfe sentait vibrer, au plus profond d'elle même, un danger terrible, ultimatum s'approchant lentement, mais sûrement, et la masse gigantesque de l'autel de pierre dissimulant l'Oeil était aussi immobile que possible, obstacle infranchissable.
Din se prit la tête dans les mains, et eut à peine conscience du corps d'Altays venant se glisser à côté du sien. Il pencha la tête, à venir effleurer à peine sa chevelure, et cet infime contact réveilla l'elfe. Elle adressa un sourire triste à l'ondin, puis remarqua sur sa peau des centaines de glyphes, qu'elle avait d'abord prit pour les reflets scintillants des clapotements de l'eau qui les entourait. Elle posa un doigt fin sur les motifs bleutés et murmura:

Qu'est-ce que ces dessins? Font-ils partis de notre énigme?

D'une voix où toute rancune avait disparu, il lui répondit:

Tu vois là, cela signifie "le sang", et ici "race", ou "peuple de l'eau" suivant les traductions antiques. Et celui là... il ne veut rien dire, enfin, je suis certain de ne l'avoir jamais vu...

Un son strident vint agacer l'oreille sensible de Din. Plus désagréable qu'un bourdonnement de moustique, plus insupportable que le sifflement d'une bouilloire, elle leva vivement la tête, cherchant à localiser l'origine du bruit. Din s'aperçut alors que Limna se tenait la tête à deux main, une expression de souffrance sur le visage... L'elfe se releva vivement et fit quelques pas dans la direction de l'ondine.

Limna, mais qu'est-ce que...?

L'ondine dégaina l'une de ses dagues, et la brandit devant elle. Une lueur de folie brillait dans les yeux de l'Ardente, et Altays réagit instantanément. Il bondit sur ses jambes, et se plaça garde haute, devant Din. Alors qu'il la repoussait en arrière, Din posa les yeux sur le grand socle de pierre, et remarqua alors le motif central. Celui que le Céleste n'avait su déchiffrer. Aussitôt, elle comprit la réaction de l'ondine mais poussa un cri de surprise en voyant le sang dégorger du poing fermé de la jeune fille.
Limna s'avança vers l'autel, dédaignant royalement Altays, et étendit la main sur le motif central. Aussitôt, un bourdonnement caverneux émana de l'objet, et prit une ampleur à faire trembler les colonnes de pierre.

Le trésor, l'aboutissement de la quête se trouvait face à eux. L'Oeil du dragon, saphir scintillant, plus grand qu'une assiette de festin, tournoyait lentement au dessus de son socle, maintenue en l'air par quelque magie ancestrale. Din resta quelques secondes immobiles, paralysée par cet objet tant recherché, maintenant si proche...

Naïa, non!

La voix de Limna éclata, juste à côté de l'elfe. Etait-ce le fait qu'elle ait touché la pierre, ou bien que son prénom ait été prononcé à voix haute, l'ancrant dans la réalité des vivants? Dinjelaï aperçut une main diaphane apparaître sur la pierre étincelante. Puis une deuxième. Comme si l'Oeil irradiait une lumière différente, propre découvrir les contours des spectres et des esprits, Dinjelaï vit une enfant ôter le bijou de son support et le glisser sous son bras, comme une vulgaire baguette de pain. Din, incrédule et complètement désorientée, posa son regard sur Limna, et découvrit le visage de l'ondine convulsé par la colère.

Mais qu'est-ce que... ?

Une nouvelle fois, sa question se perdit dans ses propres échos, renvoyés par les colonnes de pierre. Un petit rire strident bouleversa la Triade, et l'enfant disparut en courant. Comment put-elle franchir la barrière des trois corps opposés à elle? Din ne trouva pas la réponse, mais le fait est que la gamine prit la fuite, le bijou sacré sous le bras et sorti en courant de la salle à demi-immergée...

Les trois compagnons se regardèrent, complètement désorientés, et Altays fut le premier à s'élancer dans la direction prise par l'Oeil. Personne ne faisait attention au sifflement sourd qui prenait de l'ampleur derrière eux...

Avant qu'ils ne puissent atteindre la porte, une gigantesque tête de serpent émergea de l'eau, propulsant des gerbes dans toutes les directions. Il ondula son corps en sifflant un son suraigu puis déploya une corolle venimeuse...

Fous que vous êtes, pourquoi avez-vous profané le Temple d'Orion?

La voix mentale de la créature s'imposa à tous, sa puissance faisant fléchir les genoux, assourdissant les esprits. Le regard du gigantesque serpent d'eau se posa sur l'autel profané, et son courroux se déchaina!

Mon Trésor! Où avez-vous amené le Trésor de Minerienh, maudits mortels, où?!

Pendant un infime instant, Dinjelaï fut satisfaite de la disparition de l'esprit, puis elle réalisa dans quelle impasse ils se trouvaient... Din remarqua que l'eau commençait à faire de petites bulles qui chatouillaient ses jambes...

Au sec, sortez de l'eau, revenez à l'autel!

Le temps qu'ils retournent en arrière, sur la petite estrade, l'eau bouillait tout autour d'eux, sinistrement, laissant échapper des fumées vertes et bleues du plus mauvais augure. Il n'y avait rien à répondre à la créature. Du moins, aucun mot du monde n'aurait pu mettre un terme à la colère qui émanait de lui... Dinjelaï dégaina ses dagues, voyant le corps souple onduler dans l'eau à une vitesse folle, pour ressurgir juste devant eux. Le serpent ouvrit une gueule béante, découvrant trois rangées de dents, au moins aussi longues que les lames de l'elfe. Cette pensée fugitive aurait pu décourager Din, mais elle poussa un cri du rage, volume sonore bien insignifiant par rapport à celui de la bête, mais qui eut l'avantage de faire cesser son rugissement.
Altays s'avança, face à la bête, ses lames à nu. Din le regarda mettre la créature au défi, par sa position sacrificielle stupide.

Altays, non!

Din se précipita en avant au moment où la gueule béante du dragon plongeait sur le frêle ondin. il esquiva le museau écailleux avec une rapidité incroyable, et Din, portée par son élan, se trouva aussi près que possible de la tête de la bête. Comme un réflexe, elle leva Lossë, et avant que le serpent n'ait eut le temps de comprendre son intention, la dague s'enfonça jusqu'à la garde dans son oeil. Il poussa un mugissement de colère, s'ébroua, répandant du poison en nuage tout autour de lui et s'enfonça aussitôt sous les eaux peu profondes, mais suffisamment sombres pour le faire entièrement disparaître. Din leva l'avant-bras pour se protéger des retombées toxiques, et fit un bond en arrière, mais trop tard. La manche de sa tunique fumait, les fils de l'étoffe se tordaient désespérément, avant que la douleur ne parvienne au système nerveux de Dinjelaï. Elle étouffa un hurlement. L'acide rongeait sournoisement sa peau, et elle tenta de s'en défaire en frottant avec son autre avant-bras, mais elle ne parvint qu'à dissoudre sa deuxième manche et à maculer son bras de son propre sang...
A demi aveuglée par des larmes de douleur, 'elfe tourna sur elle-même pendant longtemps, essayant de repérer l'onde que laissaient les épines dorsales du reptile à la surface pour mieux deviner où se situait la tête, et surtout la corolle empoisonnée...




[HRP] A toi poulette, la fin du combat et comment on sort d'ici... Ne t'inquiète pas pour Naïa, Anareinth s'occupera d'elle s'il la retrouve (ce qui est quand même une condition de réussite de l'aventure ^^). D'ailleurs si mon utilisation te choque, un petit mp et je rectifie le tir et je pars sur autre chose!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:18

Posté par Limna

Limna sentait son cœur pleurer. Une réalité qu’elle n’avait jamais imaginé mais elle sentait tant de douleur qu’était-ce que cette peine ? La voix de Naïa sonnait comme des caprices immortels, sa lumière se faisait vive et étrange… Limna se releva tout en serrant sa paume contre son cœur comme si elle regrettait cette blessure et resta bouche bée devant le reflet de sa sœur. Le halo bleuté devenait de plus en plus clair, l’esprit s’avançait du trésor en répétant son souhait avide et irrépressible. Sa main s’approcha de la Pierre et Limna comprit que sa sœur y arriverait.

-Naïa, non!

L’enfant ne tourna pas la tête vers sa jumelle et se saisit du bijou avec plus de certitude encore. Elle tenait la pierre contre elle et regardait la mortelle qui l’avait assassinée avec un air méprisant. Le bijou lui rendit des couleurs de chairs et la voleuse s’enfuit en courant alors qu’Altays et Dinjelaï restèrent de marbre, trop égaré face au spectacle qu’on leur jouait. L’elfe dévisageait l’ondine et comprit que rien n’allait comme il fallait. Ce n’était pas un tour de l’ardente qui affichait à présent clairement une colère qu’un voile n’aurait même pas pu taire. Altays s’élança à sa poursuite. Il était moins surpris que la Maîtresse blanche puisqu’il avait déjà côtoyée ce fantôme mais Limna savait qu’il ne pourrait rien… La silhouette s’éclipsa en un battement de cils et l’ondin se tourna furieux vers les deux femmes qui s’étaient approchées bien qu’elle n’ait pas réagi aussi vite que lui.

-C’est encore un de tes tours !

Limna recula, surprise qu’il la rende responsable alors que comme lui, elle ne cachait pas sa stupeur. Elle tremblait encore de son expérience avec le socle et s’approcha de Dinjelaï comme si elle pouvait être disposée à la défendre. L’aspirante ne se sentait pas bien, malgré la colère de son cœur, son pouls battait encore à l’unisson de la magie de la pierre. Elle résista pour ne pas chanceler mais c’est à cet instant qu’un monstre surgit des eaux du Temple. Un être plus terrifiant qu’un dragon affamé se dressait devant eux, monumental et œuvre enragée des Dieux. Sa voix surpuissante obligea les trois intrus à se courber, se protégeant inefficacement d’un mal qui rongeait leurs esprits. Lorsqu’il comprit que son trésor avait disparu, son rugissement fut plus impitoyable encore et sa langue plus menaçante. Dinjelaï remonta en hâte sur les marches, au sec et Limna la suivit sans broncher… L’ondine avait déjà peur des dragons alors d’un démon de cette taille… Elle s’abrita derrière l’autel prenant la meilleure place selon son instinct, eu milieu des deux autres.

Des vapeurs dangereuses flottaient au dessus de l’onde, le monstre des mers semblait avoir condamné toute traversée possible. Voyant que ses proies s’étaient abritées, il plongea pour ressurgir à leur hauteur et se cabra, gueule ouverte, prêt à les dévorer. Dinjelaï hurla de surprise, de rage ou de peur, Limna ne chercha pas à comprendre, elle était bien plus terrifiée. Altays estima peut-être que son sang empoisonné ne le rendait pas comestibles car il se retira de la planque pour détourner l’attention du monstre de ses deux compères. Dinjelaï paniquée, le héla sans succès et se jeta à ses côtés pour l’aider. L’agilité des elfes n’était pas qu’une légende, la femme parvint à planter une de ses dagues dans l’œil du mastodonte dont le rugissement fit frissonner l’aspirante qui n’avait toujours pas bougé. Une poussière toxique s’éleva autour d’eux et la blonde fut touchée. Altays se pressa à ses côtés sans oser la toucher. Limna se leva de derrière la pierre incrustée et s’approcha de quelques pas pour vérifier l’état de la blessure… Est-ce qu’elle allait mourir ? Altays se tourna vers Limna et s’approcha menaçant, même s’il n’articula pas le moindre mot. Il lui reprochait de ne pas avoir bougé et de ne pas avoir aidé l’elfe…

-Tu aurais du te laisser dévorer, il serait mort d’une indigestion.

L’onde frémit de nouveau alors que Dinjelaï se remettait difficilement de sa plaie. Limna poussa l’homme pour attraper le bras de Dinjelaï, ignorant que le poison pouvait l’attaquer aussi et se concentra un instant avant de sentir sa toxine se manifester… *le baume le baume… allez …* L’ardente craignait de ne pas y arriver et sentait la toxine du dragon qui lui brulait les doigts. Lentement, ses doigts se mirent à sécréter un liquide translucide et elle sourit, heureuse d’y être arrivée sur commande. Ses légères brûlures cessèrent et elle sentit le souffle de l’elfe se calmer à mesure que la magie ondine l’atteignait et calmait son mal. Un grondement retentit et Limna lâcha le bras de la Maîtresse craignant que sa peur ne se manifeste en venin mortelle. Tous trois sur leurs jambes, ils écoutèrent attentivement la suite des évènements…

Ils n’attendirent pas longtemps, le monstre sortit de l’eau triomphant et décidé à les anéantir. Les deux Maîtres se séparèrent dans des directions opposées alors que Limna reculait, impressionnée et pétrifiée… Elle évita de quelques roulades ses attaques prévisibles et se gonfla de courage lorsque la perle de sa poche roula sur les dalles… Elle la récupéra et sortit ses deux dagues qu’elle enduisit sans mal du sang de sa paume. A que son sang toxique lui servait en entraînement ! Ce serait le moment où jamais… l’ondine glissa sous sa gueule alors qu’il plongeait pour la happer et planta ses deux dagues dans le tendre de son cou. Il se releva violemment mais elle resta accrochée à ses armes et pendait à présent à sa jugulaire, à quelques mètres du sol. Le cuir trop dur empêchait de fendre d’avantage la bête et l’ondine avait beau essayer de se balancer, son poids n’y changea rien. Elle entendit un frémissement, la corolle se déployait de nouveau.

Limna hésita à lâcher mais en regardant en bas, c’était trop haut, elle se briserait une jambe… Un cri de rage retentit et l’elfe avait de nouveau atteint le sommet de la bête elle trancha la corolle, à la chair molle, soutenue par Altays, alors que le serpent remuait dans tous les sens et que son sang giclait dans tous les sens. Limna finit par céder, sa paume blessée lui faisant trop mal et elle chuta sur les pierres non loin de l’autel dans un cri de douleur lorsqu’elle entendit un craquement peut réconfortant au niveau de son épaule. Le démon grondait d’immondes plaintes et s’écroula à moitié immergé d’abord avant qu’une fumée répugnante n’échappe de son corps. Lentement, l’acide de tout son corps se mit à cloquer sur sa peau devenue trop fine. Limna rampa en arrière en se protégeant maladroitement de la manche de son bras droit, valide. Elle craignait un dernier sursaut de sa part mais fut rassurée lorsque les deux Maîtres la rejoignirent. Sous leurs yeux, le phénomène était tout aussi écœurant que rassurant, le monstre avait été vaincu.

Ils restèrent tout trois silencieux, à contempler la fin du mastodonte… Lorsque les dagues de l’ondine tombèrent dans un chant métallique sur la roche, elle hésita… Altays la retint alors. Comme si le sort l’avait observé, les lames se mirent à fondre devant l’aspirante désemparée.

-Mais…

Limna porta alors un regard plein de tristesse à la scène alors qu’il ne s’agissait plus d’un être vivant mais de ses armes… Elle sentait les deux Maîtres s’agitaient, il fallait qu’ils partent, il fallait qu’ils retrouvent la pierre… Limna regrettait trop ses lames pour se dépêcher… Mais c’est parce qu’elle savait qu’elle trouverait toujours Naïa alors qu’eux.. L’ignoraient. Elle chercha la perle dans sa poche et la serra dans sa main. L’onde frémit de nouveau mais plusieurs bustes de femmes en sortis. Elles étaient d’une si rare beauté que même Limna en fut intimidée. Une créature à la chevelure flamboyante prit la parole d’une voix aux échos surnaturels.

[hide=Spoiler][/hide]

-Vous n’auriez jamais du venir. Vous n’auriez jamais du fouler le sol de notre Temple. Créatures de la terre vous engagez la guerre avec celles des eaux.

Limna avança d’un pas vers elle laissant visible la perle qu’elle tenait dans sa main.

-Laquelle doit me servir ?

Un rire sinistre s’échappa de la gorge de celle qui parlait au nom de toute.

-Les temps ont changé ondine, nous ne servons plus…

Limna serra la perle dans sa main, agacée… Elle savait qu’elle mentait, les sirènes étaient des manipulatrices mais elle avait du mal à se séparer de cette petite boule nacre qu’elle voulait garder en souvenir…

-Alors pourquoi nous avoir envoyé vos gardiennes pour un sac plein de ces petites choses ?

La sirène et ses consœurs se mirent toute à montrer les dents découvrant des canines dignes d’un grand carnivore. Limna émit un petit rire avant de ranger le bijou naturel dans sa poche, sous l’œil sévère de Dinjelaï.

-L’heure n’est pas à la discussion. Nous n’avons pas la pierre vous le voyez bien. Faites nous sortir et retrouver la terre ferme, sains et saufs – elle se fit généreuse en précision pour que les créatures ne cherchent pas à jouer sur les mots – et nous vous rendrons ce sac plein… Simple question de bon sens plus que de traditions…

-Qu’est-ce qui nous dit que vous nous rendrez les perles ?

-Au moins vous êtes sure que si nous restons ici, vous n’aurez rien… Notre complice se fera une joie de les détruire.

Un rugissement collectif retentit et l’ondine recula d’un pas, surprise et pas tellement certaine de pouvoir leur faire confiance. Les femmes s’immergèrent un instant de sorte que seuls leurs yeux restèrent visibles, la rousse réapparut.

-Le tribut de votre passage sera de nous rendre notre nid. Mais vous avez déclaré la guerre…

L’ardente sentait la douleur de son bras qui s’étendait de plus en plus et la colère l’emporta.

-Est-ce là la parole des filles de Kainalu ?! N’as-tu pas vu la conjonction approcher ? Consulte donc tes sages et va supplier ton Dieu d’épargner ton peuple ! Si je te trouve échouée je ferai en sorte de te cuisiner…

La sirène émit un grognement désapprobateur mais elle ne cachait pas la réflexion qui l’habitait… Quelle créature de ce monde n’avait pas entendu la menace imminente ? Elle poussa un cri strident et une sculpture dans le fond du temple trembla avant de glisser sur le côté laissant le soleil apparaître… Les trois aventuriers regardèrent le passage de leur liberté avec soulagement et se précipitèrent avant que la demi-femme ne change d’avis. Ils purent se retourner, mais les sirènes avaient déjà disparu. La porte donnait sur une petite plage sans grand intérêt où chacun apprécia quelques instants de silence pour se remettre… Limna tenta d’appliquer de son baume sur sa blessure mais ça ne marchait plus… Elle tapota sa poche, il était hors de question qu’elle rende son butin… En parlant de butin elle commençait à se demander où Naïa avait bien pu s’échapper avec un tel objet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:18

Posté par Dinjelai

Dinjelaï avait poursuivit le combat, abandonnée à l'adrénaline et à l'antidote de Limna qui couraient dans ses veines. Elle avait d'abord fait un bond en arrière, en voyant s'approcher l'ondine aux paumes sanguinolentes tendues devant elle, mais la douleur lui faisait voir des étincelles et Din s'était abandonnée au "bons soins" terme approprié, puisqu'elle se sentit mieux après l'application du baume naturel.

Tu vois Limna, même quelque chose de bon peut émaner de toi, rien n'est perdu.

Din avait glissé cette petite phrase sardonique alors que tous battaient en retraite vers l'autel. A sa plus grande surprise, l'ondine ne resta pas à couvert longtemps, et dès que le serpent géant fit son apparition, elle s'élança, les deux dagues à découverts, qu'elle planta entre les plus fines écailles, juste sous la tête de la créature. Le monstre siffla, cherchant déséspérément l'air, et Din vit sa corolle s'ouvrir, avec la lenteur de l'éclosion d'une Belle de Nuit. Elle regarda Altays et leurs esprits s'accordèrent. Il était le plus proche de la créature. Il joignit ses mains pendant que l'elfe prenait son élan. Comme s'ils avaient répété ce geste des milliers de fois, Altays propulsa Din vers la tête hideuse de la bête, laquelle, en numéro de voltige, trancha les masses molles d'un ample coup de dague.
La réception fut plus douloureuse. Entraînée par son élan, Din atterri sur les quelques marches qui menaient à l'autel, s'écorchant méchamment les genoux.

Encore portée par l'adrénaline du combat, elle n'y fit pas attention et se hâta de rejoindre Limna, plus sérieusement blessée. Mais le trio n'eut pas le temps d'échanger un seul mot, que l'eau de nouveau bouillonnait autour d'eux, laissant place à Hhyl Styx en personne et à deux de ses compagnes. La seule présence de la sirène fit frissonner l'elfe et elle fut soulagée que ce soit Limna qui parle en leur nom. Elle l'écouta les défendre, hochant vigoureusement la tête pour appuyer chacune de ses phrases.
Les sirènes ouvrirent le passage, et avant de sortir, Din glissa à la sirène:

Hhyl Styx, nos paroles sont justes, et nous tentons de faire face à la conjonction des Lunes. Le départ de votre pierre est un mal nécessaire pour vous, pour le Raëgh.

Mais à présent que les pensées de la sirène étaient uniquement tournées vers sa progéniture, les paroles de Din eurent bien peu d'impact. Ils arrivèrent tous les trois au soleil, et Din leva la main pour se protéger des rayons qui agressaient ses yeux fragiles. Elle fit un tour sur elle même... Comment retrouver une gamine à demi invisible, sur un archipel où existaient des dizaines de cachettes? Ils n'avaient pas le temps de jouer à cache-cache, dans les cieux du Raëgh, la conjonction s'approchait et le temps leur était compté...
De dépit, elle soupira, et se laissa aller contre la roche.

* Anareinth? Où es-tu? Nous avons failli... *

Alors qu'elle l'appelait, Din vit la masse blanche, suivie de la sombre silhouette d'Andùnë. Le Blanc plana un moment sur le trio, et Din remarqua qu'il portait toujours appendu à son cou, le sac contenant leur droit de passage à la surface. Heureusement d'ailleurs, puisqu'Hhyl Styx s'approchait déjà, son glorieux buste faisant mousser l'écume au sommet des vagues qu'elle cassait dans son approche. Alors que le dragon se posait, Din s'approcha, d'un pas trainant, dépité, de son Lié et décrocha le sac. Elle adressa un sourire contrit à Limna pour ce qu'elle avait prit pour une insulte... Cela paraissait si lointain, cette bataille sur la plage... Elle s'avança dans l'eau jusqu'aux chevilles et poussa le sac vers la mer

Tenez Hhyl Styx, voilà le prix de la traversée, comme promis.

La sirène ne répondit rien, s'empara du sac quand il arriva à elle, et plongea immédiatement sous l'océan. Un peu déçue de cet au revoir, et surtout, plus profondément, d'avoir presque échoué, alors qu'ils étaient si proches du but...

** Allons Din, rien n'est perdu... Le spectre s'est enfui dans la forêt. Il est redevenu invisible, plus la peine de nous en soucier! **
* Mais Anareinth, tu n'as pas compris! La gamine a pris l'Oeil! Nous n'avons plus le temps de fouiller toute l'île à sa recherche... *


Din secoua la tête, désespérée

Nous avons échoué...

A ces mots, le dragon émit un bruit qui ressemblait à un rire étouffé. Il dégluti longuement, et ouvrit grand la gueule, laissant entrevoir entre ses crocs l'éclat bleu irradiant son palet.

** J'ai gardé l'Oeil dans ma bouche! Huhu, elle est drôle non? **

Din ouvrit des yeux ronds, et elle sauta au cou de son Lié:

Alors, c'est bon? Tu as attrapé la gamine?

** Hé bien, je vous attendais juste au dessus du trou par lequel vous êtes entrez, pensant que tu sortirais par là! L'oeil m'est tombé dans les bras! Huhu... **
Alors n'attendons plus! On rentre!

Din se retint d'applaudir des deux mains, et sauta entre deux épines dorsales du dragon puis tendit la main à Limna pour l'inviter à faire le vol avec elle.
Alors que le dragon Blanc prenait son envol, Din murmura à l'oreille de l'ondine:

Merci pour tout à l'heure... Et désolée pour les perles, tu ne m'en veux plus?

Anareinth disparu dans l'Interstice en un éclair blanc, et à des milliers de lieues de là, réapparut, au dessus du Manoir d'Ael Alfirin...



[HRP] RP clôt! Suite au manoir avec les autres triades!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   Mar 10 Sep 2013 - 15:19

Posté par Limna

Le regard de Din semblait la remerciait alors qu’elle lui adressait une phrase de mauvais goût. Limna la scruta un instant, préférant ne pas mesurer les paroles de l’elfe et remettre ce débat intérieur pour plus tard. L’action était loin d’être finie, le monstre rugissait toujours…

Lorsque l’équipe aborda la plage, satisfaite de retrouver l’air frais et les rayons délicats d’un astre éveillé, ils cachèrent pourtant leur joie, même à l’arrivée des écailleux. Ils pensaient pour la plupart que la quête n’avait pas abouti et qu’un spectre s’était sauvé avec le destin du monde… Limna regardait aux alentours inquiète, elle ne sentait pas sa sœur, elle ne la voyait non plus… Est-ce que les sirènes avait fini par l’avoir ? Ces dernières étaient apparues, menaçantes mais intimidées devant la réalité de la conjonction des lunes. Dinjelaï ne tarda pas longtemps à leur rendre le sac de perles mais Limna détourna la tête pour ne pas assister à cette transaction idiote. La Maîtresse engloutie pensait certainement que ces perles lui appartenaient alors que c’était l’ardente qui avait trouvé le nid… Lorsque les créatures s’éloignèrent, Anareinth approcha de sa moitié et ouvra enfin sa gueule pour découvrir le trésor. Limna se sentit défaillir… il l‘avait tuée ? Pouvait-on tuer une morte ? Elle croisa son regard et ne lui cacha pas la peur qu’il lui inspirait et la douleur que cette disparition commençait à provoquer. L’elfe ne cachait plus sa joie alors qu’il devait lui avoir avoué les pires tourments qu’il avait infligés… L’ondine se détourna d’eux, fixant l’onde infinie des mers, perdue dans un flot d’émotions. Devait-elle se venger ? Devait-elle se sentir libérée ? Elle aperçut son reflet dans l’eau, le visage toujours aussi déchiré et plus aucun voile pour se protéger.

*Naïa ?* Mais personne ne répondit…

L’ondine s’assit sur le sable humide que des coups de langues salées embrassaient et serra ses jambes contre elle, comme ultime réconfort. Son épaule était fichtrement douloureuse, cela mettrait peut-être une bonne semaine à passer… Elle entendait la joie des deux Maîtres et imaginait facilement que les deux sauriens profitaient eux aussi de la victoire… Le rire de l’elfe rappela à l’aspirante comme elle oubliait facilement. Le souvenir de son regard étonné dans le Temple mêlé à ces propos ingrats lui laissait un goût sinistrement amer… Enfin, ils se décidèrent à partir et Limna fit un dernier effort. Elle devait encore supporter le retour mais ensuite, elle pourrait enfin les oublier. Trop méfiante de Dinjelaï elle se tourna d’abord vers Altays et Andúnë mais sentant le regard de l’ondin sur son visage baigné de la lumière du jour, elle se décida pour prendre les airs aux côtés de la femme sans âge.

Dinjelaï se tenait dans son dos mais cela ne la dérangea pas trop, elle était une femme, l’ondine n’y voyait donc pas trop d’inconvenantes intentions. Elle était presque trop lasse pour craindre qu’elle la poignarde dans le dos… Ne l’avait-elle pas déjà fait à sa façon ? La blonde la remercia dans un murmure et feignit de s’inquiéter de la rancœur de l’aspirante… Limna serra les dents et chercha à ne pas énerver le monstre Blanc, elle savait ce que ça faisait de tomber d’un dragon et cela suffisait bien pour la journée.

-Merci ? Pff… Ce qui t’étonne c’est que je t’ai soigné alors que tu m’as laissée pour morte ? Qu’est ce qui t’a le plus intrigué ? Que je te trouve plus utile avec tes deux bras ou que tes instincts soient plus barbares que ceux d’une détestable ardente ?

Le silence plana… lourd et grave.

-Oui je sais bien ce que tu penses de moi… Et pourtant tu ne me connais pas… Je pensais que tu valais mieux que ça… Je pensais que tu n’étais pas comme les rumeurs des basses tavernes décrivent les engloutis mais je me suis trompée. Tu m’as abandonnée et c’est à un homme, à un céleste que je dois d’être encore en vie. Je rentre peut-être avec vous aujourd’hui mais je ne vois pas le bout de ce voyage grâce à vous…

Limna sentit les larmes lui monter aux yeux, elle avait perdu Naïa, du moins le pensait-elle et était bien égarée face au comportement de l’elfe. Comme elle ne voulait pas qu’on entende sa voix trembler, elle s’adressa au dragon qui, elle n’en doutait point, retranscrirait ses paroles à sa liée.

*Tu as tué Naïa et tu n’as même pas su me le dire… Je me fiche bien qu’on m’apprécie…*

Elle se mit à pleurer silencieusement, sans se préoccuper que le dragon le remarque, il devait bien sentir l'éventail de ses peines de toute façon. Elle se souvenait de ses deux Maîtres qui eux aussi l’avait abandonnée. Pourtant l’ardente n’avait pas le cœur des contes qu’elle avait parcourus dans la bibliothèque du Màr, sur les sanguinaires ardents si souvent représentés. Elle avait été rejetée du premier instructeur parce qu’elle refusait de se soumettre à ses volontés avant celles des Dieux et du second parce qu’il estimait dangereux pour sa réputation de se lier officiellement à une aspirante remuante.

-Les valeurs du Kaerl ardent te sont peut-être étrangères… Elle avait enfin repris sa pleine voix. Nous ne sommes pas tous de simples idiots qui pensent que tout se règle par le sang…


[HRP: on continue en tête à tête?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...   

Revenir en haut Aller en bas
 
V1 - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] Un Saphir sous les embruns...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Deux lunes et un moineau [pv: Kurasa]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» nouveau supplement-non officiel?
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Ys - L'Archipel des Tempêtes-
Sauter vers: