Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:49


Qui n’avait pas encore entendu la nouvelle ? Cela faisait plusieurs semaines qu’on installait des étendards aux couleurs des grands Kaerls. Tous les habitants du continent avaient le droit d’assister à l’évènement et même si beaucoup avaient mieux à faire, il était rare que les Ordres daignent se montrer à la portée des petites gens dépourvus de don. Néanmoins, cela attisait la curiosité et l’admiration à l’égard de ces grands seigneurs dompteurs de dragons. Ne partageaient-ils pas des desseins incompréhensibles pour ces orëanéens d’insignifiantes conditions ? Ne décidaient-ils pas de la paix ou des conflits pour le Rhaëg entier ?

La forteresse semblait assiégée, la foule se déclinait sur une palette de nuances dignes d’un printemps ensoleillé. Il y avait des tambours, des rires, la joie planait dans l’ouverture de ce tournoi et ce même si pour la première fois les trois piliers du continent se rencontraient. L’instant était festif mais nul ne pouvait négliger la tension, la menace d’une telle promiscuité. Le traité de non agression entre les trois royaumes était encore bien fragile et manquait souvent de se rompre pour pas grand-chose. C’était pourtant au nom de la paix, du partage d’un grand instant pour un des Màr, qu’un tournoi avait été organisé.

Dès l’entrée, la foule était répartie dans tous les gradins sans distinction de rang ni d’Ordre. Les caravanes les plus importantes commençaient à affluer. Les personnalités étaient alors conviées à rejoindre la tribune qui leur était strictement réservée tandis que les champions eux, devaient regagner les sous-sols de l’arène où ils auraient loisir de s’entraîner, de reprendre des forces et de se concentrer avant les combats. Les troupes militaires, trop nombreuses pour être contenues à l’intérieur, étaient regroupées autour de la porte Nord de l’arène réservée à leurs entrées pour l’ouverture. Afin de prévenir des débordements, il leur avait été distribué une collation et on avait prit soin de limiter les stocks d’alcool…



**Dans l’arène et à la Porte Nord**


Les sous-sols de l’arène forment des galeries ouvrant sur plusieurs types de salle. Peut-être aurez-vous besoin de calme ou au contraire, préférerez-vous côtoyer vos futurs ennemis ? Les lieux sont spacieux, assez du moins pour que les dragons puissent s’y mouvoir sans mal. Les lieux sont gardés de visites extérieures, seul un laissez-passer de la tribune pourra y remédier. Au pied de la Porte Nord, les corps armés se préparent en faisant briller leurs armures pour l’instant de gloire. Certains villageois peuvent vous tourner autour, craintifs mais impressionnés. Depuis l’arène, on perçoit mieux que nul par ailleurs les voix de l’édifice entier. Le brouhaha de la foule peut bien vous assourdir, vous entendrez distinctement la parole de ces Dames lorsqu’elles se dresseront vers vous.

[hide=Note HRP ]
Vous ne postez que dans la zone où vous êtes installés/destinés à vous rencontrer.
Pas de RP en dehors, il y a trop de monde pour y rester.
Merci et bon RP[/hide]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:49

Posté par Ryltar Da'reh

Les légendes d'hommes ou de femmes, sublimant le courage, la bravoure, la loyauté, l'abnégation ou le sens du sacrifice avaient toujours eu, pour le torhil, une base commune, une fondation silencieuse et discrète qui, si elle appartient à la plupart des projets, même les plus communs, trouvent son paroxysme à l'esprit de ces héros. Cette base, c'est la folie, ou bien encore l'audace, ce qui apparaît au sens commun complètement fou, ridicule, dont certains même rient, ne croyant pas les choses possibles.
Ryltar, si il voulait s'inscrire dans la légende, se tracerait un parcours similaire à ces héros, à la force de ces bras, de son épée et de sa volonté inflexible. Oh, il ne serait pas homme de vertu, chevalier à la blanche armure étincelante, aveuglant de son éclat les obscurs et hideux ennemis, ces classiques qui sont l'apanage des contes de fées que les parents récitent à leurs enfants... Il n'y aurait pas récit dont se dégagerait des principes moraux idéalistes et bienfaisants... Mais son nom serait gravé dans les mémoires comme dans le roc. Oh, la route serait longue, périlleuse et délicate, mais il briserait les obstacles, l'un après l'autre...

Il est fou de le penser, et il le sait bien.

Nombreux avaient été les jours qui s'étaient écoulés, et il n'en avait guère tenu les comptes quand se propagea la rumeur du tournoi des ordres, où s'affronteraient en quelques épreuves, des champions des trois ordres. On avait demandé des candidats, aspirant champion bipède pour représenter le Kaerl Ardent, et il avait été l'un d'eux, à la stupeur de ceux qui l'apprirent... Car il était aspirant, simplement aspirant, et l'on ne pouvait que difficilement imaginer que l'un d'eux ne s'engagent dans pareilles aventures.
Mais lui voyait les choses autrement... Si il voulait se faire un nom, si il voulait être reconnu en le Kaerl Ardent, si il voulait marquer l'Histoire, c'est par ces décisions là, ces occasions saisies qu'il y parviendrait, et son âge, son expérience, ses origines et le sang qui coule dans ses veines lui offraient les clés, les moyens d'y arriver. Si il devenait champion, si il remportait les épreuves qu'on lui imposerait alors, la Dame du Kaerl se souviendrait de lui... Ceux qui étaient présents aussi, et l'on contera alors que simple aspirant, il se dressa face à des chevaliers, des maîtres, sans trembler, sans faillir.

Après s'être présenté candidat, il participa à une succession de combats qui furent organisés pour sélectionner parmi les retenus le meilleur, celui qui serait alors champion des Ardents. Il y eut des morts, prix à payer pour avoir été défait, et des vies brisées par des blessures si sérieuses que l'existence en serait bouleversée à jamais... Mais il parvint au bout de cette première épreuve, ce premier pas vers la gloire, aux termes de laquelle il gagna même quelques connaissances, quelques amitiés, des futurs partenaires pour des séances d'entraînements qu'il voudrait régulières.
Au terme d'une sélection rude, impitoyable, il fut pourtant désigné Champion, lui, l'aspirant... Mais on voyait à présent surtout le torhil, le guerrier.

Puis, comme il l'emporta, il retourna devant la Dame du Kaerl, et, sous le regard de certains Sangs, nom dont il avait apprit le sens ici, parmi les Ardents, curieux tant de découvrir le Champion bipède que, et il l'espérait davantage, le phénomène qui avait fait démonstration de force. Il l'espérait car, bien que sa légende ne trouve ses conteurs parmi le commun de la population, c'est eux, les puissants, la classe dirigeante, qui lui offrirait les opportunités d'apparaître aux regards.
Debout cette fois, il renouvela son serment, ces mots par lesquels il promettait de lui faire honneur, à elle, au Kaerl Ardent, de ne pas les décevoir et d'être face à ses ennemis lame plus affûté et redoutable que durant ces épreuves. Point d'aspirant dans ces mots, rien que le torhil, le guerrier, le champion et l'épée des Ardents ce jour là, dans sa voix, dans le ton, dans la posture, droit et fier.

Et tous ces évènements le conduisirent là... Dans les sous-sols de cette arène qui rassemblait les trois ordres, où il disputerait l'un des combats de sa vie. Il n'avait cessé de s'entraîner pour qu'en ce jour, il soit au meilleur de sa forme, mangeant juste ce qu'il faut, prenant garde à ne pas se blesser sérieusement... Et maintenant, il s'échauffait, pour qu'au moment d'entrée dans l'arène, son corps puisse offrir le meilleur, dévoiler l'entier potentiel dont il était capable... Bientôt, en était-il convaincu, il entrerait dans l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:49

Posté par Annah

Que s'échauffent les esprits alors que s'amasse la foule dans les gradins, les yeux rivés à la porte de l'arène. Que vibre la flamme du courage dans le cœur des candidats, sans quoi le spectacle perdra de sa saveur, que l'illusion de la victoire les assomme, qu'ils brillent de concert de cette fierté sans borne, de cette supériorité insolente qui sied aux audacieux. Et que tous concourent à la gloire du Màr Tàralöm !

Sous le calme apparent qu'elle avait sciemment riveté à ses écailles, artifice d'imperturbable aisance dérobé à sa liée, Veovis attendait le début de l'épreuve. Alors que son corps affectait le plus strict repos, ailes repliées et cou lové, son esprit déchaîné s'égayait furieusement comme se heurtant sans cesse à l'exiguïté du lieu. Le ciel n'aurait suffit à lui faire expier sa rage.

L'Incarnate n'avait pas besoin du tison de la fête pour sentir son âme s'embraser, et ces flammes dévorantes n'auraient pu s'apaiser dans la moindre gesticulation. Il ne lui suffisait pas de rugir ou de geindre, de voler ou d'érafler le sol de ses griffes, il lui fallait l'ivresse que seul offre le combat engagé. Plus qu'être vue, elle voulait surprendre son reflet dans les yeux de ses adversaires, elle voulait la lutte, la victoire en second, la gloire en exergue.

Presque euphorique, à sa manière, les iris de la dragonne n'offrait à la vue que l'éclat mat d'une mare de sang. De chaleur elle n'avait que celle des sentiments que la démence aliène et embrasse, du désir le plus vif à la rage la plus fourbe. Elle patiente, aussi chèrement que cela lui coûte. Sans Annah à ses côtés, son orgueil peut la perdre. Lézarde sur son amour-propre, la vérité la nargue : sans son intrigante Fëalocë, sans ses minauderies avisées, elle n'est plus à l'abri des provocations rusées et des feintes calculées.

La dragonne la sent, par ce lien qui ne peut se rompre, s'intimer au silence, renonçant à l'assurer de son assistance. Elle ne sera pas là physiquement, mais ses yeux verront, aussi froids qu'une nuit sans nuage, là où Veovis serait aveuglé par ses sens, par ses désirs cuisants, par l'arrogance inaliénable qui fait d'elle une reine de sang et non une simple dragonne.

La Fëalocë n'a plus rien à apprendre du silence. Rien n'avait filtré, ni des lèvres ni des pensées d'Annah lorsqu'elles se sont quittées, mais l'Incarnate est perspicace, elle sait l'insolence que réserve cette digne attitude.

°N'étais-je pas la plus à même de défendre l'honneur du Màr ?°
avait-elle riposté, défiants les questions étouffées.

Acculé par cette demande dangereusement rhétorique, la Fëalocë n'avait pu qu'acquiescer.

°Il devait en être ainsi.°
avait-elle conclu, et ses yeux d'orage s'étaient inclinés.

Remportant avec elle ses doutes et ses questions malvenues, Annah avait pris le chemin des gradins. Même si la chose eut été permis, l'Incarnate n'aurait point voulu de sa liée à ses côtés. Même si cet interdit, imposé tant par les règles du tournoi que par sa folle impudence devaient la priver de victoire.

Personne ne s'attardait auprès de l'Incarnate, la laissant en proie à ses interrogations tournoyantes qui virevoltent pour mieux s'entre-dévorer. Même ceux des jeunes gens qui n'avaient jamais vu de dragon sentent, non la déférence de son rang, non l'effroi qu'inspire sa taille ou le spectacle de ses griffes alanguies comme des serpes oubliées, mais cette menace tenace, celle d'un monstre assoupi. L'atteinte du prédateur lorgnant sa proie, le fauve à l'affût devant le terrier du lièvre, voilà l'image que suscitait Veovis l'Incarnate, retranchée dans son immobilité féroce.

Rarement, ses yeux se mouvaient, détaillant les environs avec lenteur. Son regard coulait jusqu'à la porte de l'arène, résolument close, s'arrêtait sur le champion ardent, reprenait leur valse indolente jusqu'à balayer les autres candidats.

Annah lui aurait suggéré de connaître ses adversaires, d'identifier force et faiblesse, d'élaborer une stratégie dans la pénombre des alcôves. Annah était absente. Elles n'étaient pas forgées du même fer, la Fëalocë n'avait gardé du métal que le clinquant brillant, Veovis incarnait la lame assoiffée répondant à l'appel du premier sang.

L'heure n'était pour elle ni aux préparatifs, ni aux stratégies, aussi vaines que multiples tant le secret planait. Veovis se galvanisait de sa propre victoire à venir, de celle de son Màr. Elle consentait à la partager, car ainsi l'imposait la joute, prétextait-elle, gardant pour elle-même que ce Torhil lui plaisait. Annah n'était pas là pour lui dire combien ce faciès où courraient et se croisaient ces cicatrices repoussantes lui semblait peu avenant.

A ses yeux de dragonne, il y avait de la beauté dans ce corps torturé. Sans disposer du nectar de la séduction, il possédait cet imparable charisme, signé du chuintement des lames comme une mélopée pour seul linceul. Celui qui n'offre nul autre échappatoire que de s'ouvrir les veines tant la mort est promis. Là où Annah ne voyait qu'un couple mal assorti, Veovis se délectait d'une splendeur subtile : ils étaient beaux, à en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:49


¤ Ambroise de Leysse & Merentar ¤

££----|----££



Depuis qu’il avait appris que le champion bipède serait un jeune ondin du nom d’Ashen, Merentar était un peu plus ronchon qu’à son habitude.

° Tes vœux se sont exaucés Meren °

° Plaisante si tu veux mais l’honneur du Màr est en jeu. Si ce petit bipède vantard nous fait honte il aura bien du mal à rentrer au Kaerl °

° Alors fais en sorte de nous honorer pour deux °

° En douterais-tu ? °

° Tu sais bien ce que j’en pense Meren °

° Va donc t’installer confortablement et débrouilles-toi pour ne pas t’attirer d’ennuis, j’ai déjà un sang bleu à surveiller. °

Merentar laissa son lié rejoindre les gradins et s’engouffra dans le tunnel menant aux sous-sols de l’arène. Le chemin était facilement identifiable puisque bordé des étendards des trois Kaerls.

Évidement le chemin commence par le Màr Tàralöm et se finit de même devant le Céleste gronda pour lui-même Merentar en renversant le dernier étendard faisant mine de se gratter.

Voilà qui est mieux. La dernière impression sera le Màr Menel se flatta le grand noir en pénétrant dans la grande salle où étaient réunis les autres champions. Le temps n’était pas à la fraternité mais à l’adversité. Il n’allait pas leur accorder de l’importance ne serait-ce qu’en les regardant.

Le champion céleste avança donc vers un coin un peu à l’écart et se mit à attendre Ashen. Il n’avait que ses écailles noires sur lui sans aucun autre atour si ce n’est un drapeau Céleste attaché au bout de la queue. Une fois en place il s’allongea mais ne put rester longuement tranquille. En effet des badauds passaient et repassaient devant lui, y allant de leurs petits commentaires

Il n’a aucune chance contre notre Incarnate, il doit le savoir il s’est allongé soumis.
Ils sont vraiment stupides ces célestes.


Sans un avertissement, Merentar fit claquer sa queue dans l’air et envoya les deux Halfelins disgracieux s’écraser contre les bottes de paille fraîche contre le mur juste à côté de lui, paille qui jonche habituellement le sol de la pièce. D’un bond il se rua sur les deux petits bipèdes renversant un râtelier ainsi qu’un ou deux fût trainant sur son passage. Il approcha sa tête d’eux la gueule grande ouverte.

° Un mot de plus et vous verrez si mon estomac vous est soumis… Déguerpissez de ma vue petites vermines insignifiantes avant de finir en bouchées pour Célestes °

° Et c’est moi qui ne devait pas m’attirer d’ennuis °

° Amb ce n’est pas le moment… Et que veux-tu qu’il m’arrive. Je suis le champion Céleste. J’ai droit à la tranquillité et ces deux parasites l’on troublé. °

Les deux petits êtres filèrent en courant vers la sortie sans demander leur reste et Merentar se rallongea en renversant un nouvel étendardardent trainant non loin ignorant les réactions des autres personnes présentes.

° Ce qu’ils m’énervent avec leurs emblèmes partout présents... Tu en as mis du temps Ashen, tes jambes sont trop courtes et tu ne peux avancer plus rapidement ? ° Lança-t-il à Ashen arrivant sur la tombée du drapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:50

Posté par Tachiran Nedynard

Tachiran s'était préparé. Sous tous les angles auxquels il avait pu penser.

Physiquement d'abord, évidemment. Depuis même avant qu'il pose sa candidature, il s'était imposé un entrainement quotidien et complet, pour être au top de sa forme. Lui qui avait déjà une constitution avantageuse, il ne voulait pas que son corps lui fasse défaut en cette journée de gloire pour le Kaerl. Il se sentait plus fort que jamais, galvanisé par l'attente avant d'entrer en scène. Certes, pour l'instant il se faisait discret, observant tranquillement depuis le coin qu'il avait choisi pour se poser ses "concurrents". Le champion Ardent était un Torhil comme lui. Plus menu par contre, mais visiblement impatient d'en découdre. Niveau Sauriens par contre, les dés lui semblaient un peu pipés...Que pouvait donc faire Belareth contre une Incarnate et un Noir, tous les deux aussi énormes que pouvaient l'être ceux de leur couleur? Enfin ce n'était pas son problème, à la Verte d'assumer sa candidature! Lui avait fait ce qu'il fallait.

La plus grosse partie de son entrainement avait été psychologique. D'après ce qu'il avait pu apprendre, par les communications officielles et les bruits de couloirs, un affrontement armé entre les champions était plus qu'envisageable. Aussi il avait du se préparer à se battre. Et à se battre pour gagner cette fois. Il y avait beaucoup réfléchit, s'était demandé si cela valait coup...Et avait fini par arrivé à un compromis. Il laisserait leur chance aux autres de se retirer. D'abandonner. Si ils ne faisaient pas, et bien...Ils prendraient leur décision en connaissance de ce qu'ils risquaient. C'était fixé dans son esprit, une fois le combat engagé, il était prêt à se donner à fond. Quelque part, il craignait et était à la fois excité à l'idée découvrir à quel point il était fort. Lui qui devait toujours se contenir en toute occasion, il allait laisser éclater aujourd'hui la pleine mesure de sa puissance. Ce serait au bas mot intéressant à voir.

Enfin, il avait aussi soigné autant que faire se pouvait son jeu d'acteur. Ce tournoi était l'occasion de faire briller les couleurs du Mar Liumë, et tout avait été prévu dans les moindres détails. Tout son accoutrement et son équipement avait été fait sur mesure, spécialement en l'honneur de ce jour. Pour une fois, il se sentait à l'aise dans des vêtements qu'il n'avait pas fait lui-même. Enfin à l'aise...Un bien grand mot. Tout ce qu'il portait était un peu trop tape-à-l'oeil pour lui, mais au moins ça ne l'enserrait pas! Et de toute façon là, en ce jour très spécifique, il n'était pas Tachiran l'ex Garde forestier. Il n'était plus ce garçon un peu timide et effrayé en permanence par l'idée de blesser tout le monde autour de lui. Non. Aujourd'hui, il était Tachiran, le Hérault du Mar Liumë, vivante incarnation des chevaliers qui peuplaient les contes des troubadours.

Le tabard bleu passé par dessus son plastron affichait un magnifique Dragon argenté. On y avait ajouté une cape, retenue par des épaulières, argentée à l'extérieur et bleue à l'intérieur. Sa chemise bleue était terminée par une paire de bracelets en acier pour protéger ses avant bras. Les seuls concessions accordées aux couleurs caractéristiques du Mar avait été pour les gants, en cuir renforcé par des plaques d'acier, et les bottes, en cuir elles aussi. Il aurait pu venir en armure complète, mais ne l'avait pas souhaité. Il n'était pas encore parfaitement habitué à tout le surpoids de métal qu'il portait actuellement, et mieux valait ne pas limiter sa capacité de déplacement plus qu'elle ne l'était. D'autant plus que la nouvelle arme, forgée elle aussi spécialement pour ce jour et qui était pour l'instant cachée sous sa cape, était sensiblement plus lourde que l'ancienne. Pour lui qui n'était pas du tout un spécialiste du port de l'armure, c'était pour l'instant bien suffisant afin d'éviter les coups mortels.

Dans son esprit, il visualisait parfaitement son arrivée dans l'arène. Chaque mouvement, chaque attitude. Ne restait plus qu'à attendre le début des festivités, afin de montrer à tous ce rôle qu'on lui avait demandé de jouer, et de prouver à tout Tol Orea que les Engloutis n'étaient pas aussi mous que ce qu'on prétendait. Aujourd'hui, il correspondrait à l'image de rage et de brutalité qui lui collait injustement à la peau, mais dans un but noble. Tel un vrai Chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:50

Posté par Ashen

° Je ne te souhaite pas bonne chance, c’est inutile, puisque toi et le grand Noir vous allez gagner. Essaye juste de le faire avec classe, pour que retombe sur le Kaerl tout l’honneur. En plus, j’ai promis à Mère que je rapporterai la victoire.°
° Que tu rapporterais la victoire ? Je ne me souviens pas t’avoir vu inscrit sur la liste des participants.°
° Si tu gagnes, je gagne, c’est aussi simple que ça Ashen…° répondit Dorion d’un air un peu désolé devant la stupidité de son lié.
° Evidemment, dans ce cas, je comprends mieux. Donc si je perds, tu perds aussi ? °
° Ce n’est pas moi qui serais dans l’Arène. Si tu perds, tu ne le devras qu’à toi, mais si tu gagne, ce sera en partie grâce à moi !°
° Ha ha, toujours aussi modeste Dorion ! Soit, je te remercie d’avance dans ce cas pour la victoire que tu m’apportes. A présent, va dans les tribunes, ou les gradins, je te laisse choisir. Avec ta petite frimousse, tu n’auras aucun mal à trouver quelqu’un pour te gâter de sucreries pendant tout le tournoi. °
° J’y vais de ce pas.°

Dorion sauta de l’épaule d’Ashen d’un bond, et détala en direction des tribunes, laissant l’ondin seul devant la porte d’entré des sous sol, qui étaient réservés aux champions de chaque Kaerl. Il portait les couleurs du Màr : l’or. Une fine tunique blanche, où était cousu au fil d’or une dragon stylisé était passée par-dessus son plastron de cuir. Il avait décidé de porter une armure de cuir. Le tissu était assez épais pour faire riper un coup moyennement puissant. Bien sûr, il n’arrêterait pas un coup porté à avec virulence, mais de toute manière, l’ondin comptait sur son agilité pour éviter ce genre d’attaque. Des bottes noirs venaient complétaient la tenue du chevalier Céleste. Kel’Taloc était ceinte à sa ceinture. Malgré son fourreau simple, la pierre précieuse, d’un verre magnifique qui était encastrée dans le pommeau, donnait un sentiment de noblesse à la lame, comme si elle était vivante. Ainsi vêtu, Ashen avait véritablement fier allure, et il avait vu plus d’un regard ce tourner vers lui en parcourant les rues de la forteresse, mais maintenant qu’il entrait dans l’antre du dragon, il lui fallait changer d’attitude.

Il posa une main ganté de cuir et dont le dos était renforcé par une plaque de métal sur la porte, et la poussa lentement, tout en opérant son subtil changement. Arriver l’air confiant, sûr de sa force, et l’afficher à tous, était certes bon pour le moral, mais c’était inutile. Cela poussait les adversaires à vous considérer sérieusement. L’ondin avait remarqué au contraire qu’un individu maladroit, nerveux, invisible, n’attirait pas l’attention, si ce n’est le mépris de ses adversaires, ou la pitié, pour les plus braves. Lorsque venait le moment de croiser le fer, cela jouait souvent en faveur d’Ashen. Sous-estimé par l’ennemi, le vaincre dès les premiers coups échangés devenait fortement réalisable. C’était là toute la beauté de la stratégie, qui ne coûtait pas beaucoup d’efforts à mettre en place. Dans un duel à l’épée, l’issue pouvait se déterminer en quelques secondes, lorsque la différence de talent était beaucoup trop grande, ou lorsqu’un adversaire n’avait pas su prendre la pleine mesure de l’autre. Le chevalier Céleste avait l’intention d’obtenir cette situation. Après ça, il serait jugé à sa juste valeur, mais si cela pouvait lui faire gagner des points facilement dès la première manche, il ne s’en plaindrait pas. Il était là pour représenter le Kaerl Céleste, par conséquent, l’idée de perdre était bannie. Il donnerait tout, ne ménagerait jamais son adversaire, dans n’importe quelle épreuve que ce soit, et obtiendrait la victoire. Il était prêt physiquement. Ses entraînements quotidiens depuis des années, avec Rigor, puis Istvan, et récemment avec les Maîtres de la Lame avaient fait de son corps une véritable arme. Il se savait très doué avec une lame entre les mains, et ne craignait pas un duel. De même, il avait confiance en ses capacités physiques, pour triompher de n’importe quelle épreuve, si ce n’est peut être une épreuve de force brut, face à un Torhil géant… quoi qu’avec un peu de son poison naturel…

La porte donna sur une vaste salle, où étaient présent certains des champions. Il entra avec la démarche d'un véritable conquérant dans la salle. La tête haute, le front fier, un petit sourire narquois au coin des lèvres, sourire qui se transforma rapidement en moue surprise, puis inquiète, en voyant les adversaires présents dans la salle. On aurait dit que l'Ondin s'était fait des illusions sur ce qu'il allait affronter, et ses illusions se brisaient devant les cicatrices de celui qui semblait être le champion Ardent, ou de la taille gigantesque du champion qui portait les couleurs du Kaerl Neutre. Un regard attentif aurait même pu voir un soupçon de peur passer sur les beaux traits de l'ondin, rapidement remplacé par une mine légèrement soucieuse. Il jeta des petits regards rapides aux personnes présentes, comme s’il n’osait qu’à moitié les regarder en face. Il y avait dans un coin une grande incarnate, accompagnée d’un Torhil au visage ravagé par des cicatrices. Un peu plus loin, un autre Torhil, arborant les couleurs du Kaerl Englouti.

* A bonheur, il n’y a que des Torhil ! Si l’épreuve consiste à un bras de fer, je risque d’avoir un peu de mal…*

Il repéra ensuite son compagnon, qui l’accueillit avec une petite pique.

° Désolé, j’étais occupé à admirer les oiseaux, mais ne t’inquiète pas pour mes manges, elles sont assez longues pour nous obtenir la victoire. J’espère que toi tu ne seras pas trop petit, par rapport à cette jolie rouge, ha ha °

Il inspira discrètement, comme pour prendre son courage, et s’avança sous le regard de ses concurrents. Il venait de faire à peine quelques pas, qu’il faillit trébucher sur une pierre disjointe. Le mouvement qu’il fit pour ne pas tomber l’amena à côté des Ardents. Il s’arrêta devant eu, et s’inclina lentement, puis il se releva, en gardant son regard obstinément braqué vers le sol. Il s’excusa de son interruption dans leur intimité, puis ajouta.

- Bonjour à vous. J’imagine que vous êtes mes concurrents. Faisons de notre mieux, et ne soyons pas triste de perdre !

Il leva cette fois les yeux, et regarda rapidement l’Incarnate qui se trouvait devant lui.

- Vous êtes véritablement belle, et puissante. Si nous n’étions pas adversaire, j’adorerai vous peindre ! Puis, comme s’il prenait conscience de l’audace de ce qu’il venait de dire, il ajouta, rapidement, enfin, si vous êtes d’accord, bien évidemment.

Il s’éloigna d’eux rapidement, avant qu’ils n’aient eu le temps de répondre, sa rapière se balançant maladroitement entre ses jambes, lui arrachant un petit cri de surprise. Ashen devint rouge de honte, et se précipita à toute vitesse vers son partenaire saurien. Arrivé à côté de lui, il avisa que personne ne le regardait, et lui adresse un clin d’œil ainsi qu’un sourire qui n’avait rien de la timidité et le peu d’assurance qu’affichait l’ondin en entrant.

° Est-ce que je fais assez pitié comme ça ? J’espère que ces Ardents se moquent déjà du pathétique représentant Céleste. Une fois que le combat commencera, ce sera plus simple de le surprendre, et de conclure le duel en quelques secondes, ha ha !°

Il s’assit en tailleur à côté du dragon, et se mit à réciter doucement, mais assez fortement pour être entendu, une prière pour que la chance soit avec lui, et lui évite d’être blessé. Il n'avait pas été excessif. S'il ne s'était pas trompé, il avait donné l'image d'un homme qui venait de découvrir que ses adversaires n'étaient pas des tendres, et qui prenait la pleine mesure de la galère dans laquelle il s'était fourré. Avec un peu de chance, ces adversaires, en particulier les Ardent, mettraient cela sur le fait qu'il était un Céleste. C'était bien connu, les Célestes étaient des poules mouillées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:50

Posté par Alkhytis

Belareth arriva la dernière. Mais être le dernier arrivant n'était pas une honte en soi. Tout le monde était là et on n'attendait plus qu'elle. Le meilleur pour la fin ? La Verte se plut à le croire, pour le simple goût de l'ironie. Mais il ne fallait pas trop croire à cela. Elle s'attendait déjà à avoir des remarques sur le fait que ce n'était pas un jeu, qu'il fallait le prendre avec sérieux et tout le discours habituel. Belareth le prenait avec sérieux, car c'était un honneur de porter les couleurs de son kaerl devant ceux des autres. Et en rejoignant Tachiran, elle eut le temps de contempler les autres représentants des autres Kaerls... Elle ne fut nullement impresionnée.

Elle aurait pu être inquiète. Aussi bien pour son compagnon bipède que pour ses comparses draconiques. Tachiran bien que paraissant le plus dangereux donnait quand même une légère impression d'angoisse. Les deux autres êtres à deux jambes paraissaient connaître leurs affaires. Pourtant Belareth estima qu'il avait toutes ses chances. Il était fort et surtout il savait ce qu'il faisait. Sinon, il ne serait pas ici. Elle lui adressa un léger sourire une fois qu'elle l'eut rejoint.

°J'arrive à point nommé on dirait. Je pense que tu commences à douter de nos chances de victoire. On se battra malgré tout et on se montrera digne de notre force et de notre courage. Nous sommes du Kaerl Neutre, mais nous sommes aussi valeureux que les autres là-bas qui nous lorgne déjà presque avec une trop grande facilité. °

En effet, Belareth paraissait bien fragile face à un dragon noir et une Incarnate, même si cette dernière était encore bien jeune. Elle était déjà d'une belle taille. Deux mastodontes face à une souris... Belareth était pourtant calme. Ces deux lourdauds étaient peut-être impressionnants, mais ils restaient des dragons. Elle n'avait pas peur d'eux. Le noir paraissait nerveux et trop sûr de lui et la Rouge un peu arrogante sur les bords. Verte peut-être d'écaille, mais elle était valeureuse que les deux autres. Elle allait leur montrer. Elle était petite, mais agile et rapide. Et surtout... Elle avait déjà combattu. Elle ne manquait pas d'expérience. Elle pourrait compenser contre la force et la taille.

°As-tu déjà une petite idée de comment agir mon cher ? Pour être au maximum efficace ? °
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:50

La corne retentit dans un timbre chaud et puissant. Les festivités ouvraient enfin ! Les hérauts rapportaient de part et d’autres des gradins, des dessous de l’arène et jusqu’au Porte Nord l’ordre de passage des défilés. La parade Céleste était dès lors attendue. Viendraient ensuite celle des Engloutis et enfin, celles des ardents, pour ponctuer l’ouverture de ce surprenant évènement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:51

Posté par Persée



Persée faisait les cent pas, telle une lionne en cage, incapable de demeurer immobile, dans l’antichambre de Maître de Leysse. Ce n’était pas un jour d’entraînement et, la curiosité piquée au vif par cette entrevue non-prévue, elle patientait en attendant d’être reçue. Bientôt la porte s’ouvrit sur le Maître Brun. Ils se saluèrent et le Maître d’Armes du Màr laissa entrer son apprentie plus haut gradée que lui. Persée ne perdit pas son temps à contempler le bureau de Joachim, elle n’était pas venue pour cela. Et lorsqu’elle apprit pourquoi elle avait été dépêchée et ce qui l’attendait, il y eut heureusement une chaise derrière elle pour l’accueillir, sous le choc.

~°~
Elle était Capitaine des Armées officieusement, n’ayant pas encore achevé sa formation sous la tutelle de Maître de Leysse mais le jour du tournoi, où tout le monde pourrait voir qu’elle ouvrait la parade Céleste, ce serait officiellement qu’elle entrerait dans ses fonctions, ou du moins que le reste du Màr et les deux autres Ordres Draconiques la considéreraient ainsi. Pour l’instant, seules les hautes sphères du Kaerl Lumineux étaient au courant. Mais chaque chose en son temps. Persée balaya la table couverte de parchemins raturés de croquis, manquant de renverser le chandelier et soupira.

~°~
L’arène semblait vivante, parcourue de milliers de voix et de souffles, telle une bête prête à engloutir la première parade militaire de ce Tournoi en l’honneur de l’intronisation de la Dame Ardente. De là où elle se tenait, Persée ne voyait d’elle qu’un petit point, légèrement plus petit que celui des deux autres Dames, la sage Elfe Neutre et la douce Fëalocë Céleste. En ce jour, la plus importante, c’était cette arrogante Ondine, Chevalière Airain nommée Limna On Nïksé, liée de Lyiathan. Vraël, grâce à son acuité visuelle digne des dragons, voyait bien plus loin mais le spectacle ne l’enchantait guère. Si, plus jeune, sa curiosité la poussait à s’émerveiller et même à jalouser les secrets que recelaient les deux autres Kaerls jusqu’alors inconnus, le temps et l’expérience lui avait montré que le proverbe « l’herbe est toujours plus verte chez le voisin » n’était qu’un attrape-nigaud. Et si elle respectait le mode de vie et la beauté des autres Màrs, elle ne les enviait plus.

Derrière les deux Liées s’activait et se préparait la parade, armures étincelantes, dragons rutilants et couleurs claires et chaudes du Màr Menel. Enfin, la corne retentit. L’heure était venue. Son corps d’armée resta à la Porte Nord, attendant son signal et la Capitaine, juchée entre l’encolure et les omoplates de la Bleue s’avança fièrement vers la loge seigneuriale, traversant l’Arène sous des milliers de regards. Elle posa son poing droit serré contre son cœur et s’inclina trois fois, devant chacune des Dames. En dépit de son jeune âge et de son caractère impétueux, elle montrerait à tous qu’elle était digne de ses responsabilités. Tout en faisant bien attention à ne pas croiser le regard des hautes sphères, par politesse et pour éviter tout incident, sa voix claire s’éleva :

- Dame Valendìl du Màr Luimë, Dame Amlug du Màr Menel, Dame On Nïksé du Màr Tàralöm, nouvellement honorée par Flarmya à la tête de votre Màr, Conseillers, Seconds et Nobles...

Puis elle fit volte-face et, d’un grand mouvement circulaire désigna les gradins tout autour d’elle, lança à la cantonade sous une pluie d’acclamations bruyantes :

- ... Et vous tous ici, sans un coussin pour vous asseoir !...

En se retournant vers la loge seigneuriale, un sourire s’épanouissait sur son visage.

- Cette parade est offerte par le Màr Menel à la nouvelle Dame Ardente et à vous tous, peuple de Tol Orëa. Je suis la Capitaine des Armées Persée-Morian Garaldhorf, liée de Vraël et j’ai l’honneur de vous donner à voir : le Kaerl Céleste !

Vraël releva son long cou serpentin vers le ciel et trompeta. Le signal était donné. Une seconde plus tard, la dragonne et sa Liée disparaissaient dans l’Interstice, laissant la place au spectacle. Le silence retomba. L’attente devint palpable.

Dans un grand rugissement, trois dragons émergèrent de l’Interstice et pas n’importe lesquels. Les Reines Dorées entrouvrirent légèrement leurs ailes repliées contre leur poitrail dans un geste protecteur, laissant passer un bipède porteur d’une oriflamme. Celui du milieu était une femme, une Neishaane et elle fit tournoyer son emblème flottant dans l’air avec grâce, celui de la Maison de Dalneÿs. Celui de gauche était un jeune homme, au port fier du Torhil et son emblème était celui de la Maison de Galastden. Enfin, le troisième était un autre jouvenceau, un Ondin aux traits doux et rêveurs, portant l’emblème de la Maison d’Amberle. Ensemble, la Chevalière Blanche Arjuna d’Askezial, le Chevalier Bronze Lyam et le Maître Noir Doran, ils s’avancèrent au devant de la loge, leur emblème tournoyant dans l’air sec, le soleil jouant sur les couleurs vives. Puis, dans un même mouvement, parfaitement synchronisé, ils mirent un genou en terre et s’inclinèrent, la nuque découverte, figés tels d’humbles statues. Dans leur dos, La Reine Dorée du centre, la plus jeune nommée Niallàn, ouvrit ses larges ailes en se redressant sur ses pattes postérieures, libérant une envolée de six dragons blancs. La doyenne des Reines, la vieille Kiruna, ouvrit à son tour ses ailes et ce fut une envolée de six dragonnes vertes qui rejoignit le ciel. Ce fut le tour à la cadette, Nyssath de libérer six dragons noirs. Les dix-huit petits dragons agiles formèrent un cercle parfait, volant sans discontinuer, avec le chant des Dorées en fond.

D'un même élan, dix-huit gueules crachèrent un jet de flammes vives qui, lentement, prirent la forme d'un oiseau de feu, or et écarlate, bec ouvert. Plus bas, juste aux pieds, le Maître des Arts Kaede chantait à gorge déployée un air lyrique tout en vocalises, montant encore et encore dans les aigus, permettant à l'oiseau de s'envoler. L'aigle de feu disparut soudain dans une gerbe d'étincelles à la dernière note du Neishaan. Une porte d'Interstice s'ouvrit, d'où émergèrent tels des boulets de canons quatre Bleues et quatre Bruns. Leur cavaliers tenaient en main des artifices, qu'il allumaient avec le feu de leurs Liés pour ensuite les jeter en l'air, les dragons s'occupant de faire des loopings dans toute l'arène, passant au ras des spectateurs pour leur arracher des cris d'étonnement ou d'émerveillement et des rires. Les Reines chantaient toujours, d'un grondement sourd en basse, maintenant accompagnées par des tambours, des violes, des trompettes et des flûtes.

Puis, tous les dragons disparurent en un battement de coeur dans l'Interstice, tous en même temps, si bien que l'arène se retrouva de nouveau vide, à part l'orchestre qui venait de s'arrêter et les trois dragonnes impératrices qui ne cessaient pas de chanter, la tête pointée vers le ciel. Sans un bruit, deux Bronzes franchirent l'Interstice et restèrent en suspens juste au-dessus de la tribune seigneuriale, durant l'espace d'un infime instant. Leurs cavaliers tirèrent chacun une flèche vers le ciel puis les couples de Liés disparurent comme ils étaient arrivés. Les deux flèches se rejoignirent dans le ciel, comme au ralenti. Au moment de se frôler, elles explosèrent et un Empereur Noir jaillit de l'Interstice pour traverser les étincelles en poussant un rugissement de défi, des langues de feu courant sur ses écailles de nuit sans lunes. Sa voix forte et caverneuse emplit tous les esprits.

° Compassion, Vivacité et Patience ! °

Le chant des trois Reines Dorées s'étoila tandis que s'effaçait l'image des dragons présents et de leurs Liés, dans une brume blanchâtre pour qu'ils puissent quitter l'arène sous les vivats, sans le poids de milliers de regards.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:51



Magister Vyman Terienh

Une fois les Célestes passés, les trompettes claironnèrent pour la deuxième fois, et ce fut au tour de la parade du Kaerl Neutre de s’avancer dans l’arène, sous les vivats des gradins échauffés par la prestation Céleste. Chaque Kaerl entretenait ses différences et le Màr Luimé entendait bien le montrer. Maître Vyman Terienh se mordilla nerveusement la lèvre inférieure, gagné par une émotion intense. Depuis la surprenante invitation de l’Intendante Crylith Avanaël, il avait travaillé d’arrache-pied avec les Dames Dinjelai et Alkhytis. Ensembles, ils avaient pris des heures de réflexion pour songer quoi faire avec les dragons et leurs liés. Il fallait quelque chose à la hauteur de leur nature, de leurs convictions et de leur mode de vie. Et tenir compte des possibilités que les autres Kaerls pourraient afficher. Les Ardents ? Tout dans la force. Les Célestes ? Tout dans la beauté de l’art martial et de leur prestance lumineuse. Qui sait. Mais les détails se révéleraient le jour du défilé.

Avec les deux Maîtresse Englouties, le vieux magister avait passé en revue les troupes du Kaerl et avait constaté avec satisfaction que malgré l’absence du Maître des Armées du Kaerl, la délégation s’était faite et les troupes restaient bien entraînées et surtout disciplinées. Le premier jour, après avoir passé plusieurs heures avec les soldats, Maître Vyman avait proposé un « plan », basé sur les spécificités qu’il avait vu dans les armées du Kaerl. Dinjelaï et Alkhytis l’avaient étudié toute une nuit, et le trio était tombé d’accord, enthousiaste à l’idée de commencer enfin l’action. Le Magister avait hâte de voir le résultat tant attendu, chaque heure voyait son impatience s’accroître. Et le jour tant attendu arriva enfin. Les heures de préparation allaient se montrer payantes.

Les Célestes venaient de terminer leur magnifique prestations que ce fut au tour des Neutres.

Les trompettes s’étaient tues. Les vivats saluant la prestation Céleste et encourageant les Engloutis s’apaisèrent et dans un silence assourdissant, la Magister Vyman Terienh s'avança au centre de l'arène, portant le majestueux étendard de l'Ordre Neutre.

[hide=Etendard Englouti][/hide]

Le vieux Maître de stratégie avait beau avoir vécu un certain nombre d'années dans différentes milices, jamais il ne s'était trouvé émissaire d'une si grande institution, face à un public si nombreux. Le drapeau claquait au vent comme la voile d'un navire, menaçant de s'envoler à chaque brise, mais l'homme tint bon. Il planta l'oriflamme au centre parfait de l'arène, afin que tous puissent le voir. Quand le manche de bois fut profondément planté dans son socle, Vyman Terienh s'éclaircit la gorge et se tourna vers la Tribune d'honneur. Même avec sa vue dégradée par l'âge, il distinguait les nobles silhouettes des trois Dames, assises sur leurs trônes. Il fit un pas en avant et tira d'une poche intérieure un rouleau de parchemin qu'il déplia avec lenteur, ménageant son effet. La voix du Magister s'éleva enfin dans le stade, puissante et grave:

Dame Ardente, Dame Céleste. En ce jour de paix sont réunis les trois Ordres Draconniques, afin de célébrer la nouvelle ère dans laquelle entre le Màr Tàralòm, sous l'égide de son nouveau guide, la Dame On'Niksë.
Le Màr Luimë souhaite offrir cette présentation à ses amis Célestes et Ardents.


Le vieil homme s'inclina profondément et se retira sur une dernière phrase:

Honnorables Dames, puissent les troupes du Kaerl Englouti se montrer à la hauteur de son glorieux public. Bon spectacle.


Alors que quelques applaudissements saluaient le discours du Magister, deux éclairs d’argent éclatèrent, haut, très haut au dessus des gradins, et deux Reines Englouties, dragonnes de métal poli, fusèrent au centre du stade, en chute libre, face à la tribune d’honneur. Dans une parfaite synchronisation, elles ouvrirent les ailes à quelques mètres du sol et s’élevèrent en de gracieuses courbes divergentes. Lorsque les Reines entamèrent un tour de stade chacune dans un sens opposé, frôlant les gradins du bout de l’aile, des cris et des hourra les accueillirent et tous les Engloutis reconnurent Serenah et Payne. Quand elles se furent croisées au bout du stade, quatre agiles dragons Blancs émergèrent de l’Interstice au même instant. Ils suivirent leurs Reines dans leurs courses croisées, par paire, en parfaite synchronisation, volant en delta derrière les Argentées. Leurs mouvements d’ailes ne semblaient réagir qu’à une seule pensée. Seules les Reines arboraient une magnifique armure argentée qui brillait plus qu’elles sous les rayons lumineux du soleil. Les quatre Blancs, eux arboraient de fins rubans bleus azur sur chacune de leurs griffes alaires, flottant gracieusement derrière eux. Dans un virage magnifique, les deux petites escadrilles d’ouverture vinrent se placer face à la Tribune d’honneur, tout en volant sur place. Là, les deux Argentées entamèrent un chant modulé, sur une note assez métallique mais agréable.

Lors de cette introduction, toute l’attention des spectateurs avait été captée par le ballet des Argentées et de leurs poursuivants Blancs. A ce moment, Maître Vyman Terienh serra les poings, il n’avait pas de maîtrise sur la réussite ou non de l’évènement qui allait suivre… Avec l’aide d’un sort minutieusement préparé par Alkhytis, une bulle d’eau grossit sous les six dragons en vol stationnaire, puis tout à coup, sur une note plus aigue du chant des Argentées, elle explosa en de multiples gouttelettes. Le soleil vint ajouter une beauté inattendue en dessinant sur l’eau projetée un arc en ciel.
Sous les applaudissements et les cris ravis, apparurent les participants bipèdes, sortis d’une large double porte sous la Tribune d’honneur. Ils s’avancèrent à grands pas vers les dragons et se repartirent en un vaste cercle tout autour. Femmes et hommes Engloutis étaient tous vêtus de la même façon : une tunique bleue avec des manches argentés, tombant sur un pantalon noir bouffant aux chevilles. Pour compléter leur tenue, ils portaient tous un étrange badine métallique, longue de près de deux mètres. A chaque bout de la baguette se tenaient deux lames légèrement incurvées, parfaitement affutées. Sans aucun défaut, les membres du Kaerl Neutre entamèrent une danse parfaitement agencée, sous le chant des quatre blancs qui reprirent en cœur la mélodie des argentées. Un rythme joyeux et entraînant, teinté d’une touche de douceur pour atténuer l’aspect martial de la chorégraphie.

Chaque dragon portait une plaque en argent de poitrail, affichant très nettement le symbole neutre gravé à même la plaque. A chaque appendice caudal, du bout de la queue en remontant jusqu’aux postérieurs, séparé de manière égale, des rubans voletaient dans le sillage aérien de leur porteurs. Chaque section affichait une couleur du Kaerl. Une était blanche et la suivante était bleue, et ainsi de suite. Suffisamment long et large pour se faire du sol et pour ne pas gêner le dragon.

Maître Vyman scruta le ciel avec attention. Il avait suffisamment corrigé les Chevaliers dragons pour savoir qu’à cet instant, les bipèdes entamaient un admirable ballet, manipulant chacun leur arme en de vastes cercles, quand leurs corps enchaînaient sauts et voltiges. Ils jonglaient à la frontière entre la beauté et le danger, car à la moindre incartade, au moindre faux pas, les guerriers risquaient de se faire découper par le tsalon de leur voisin. Le Magister allait tiquer, quand jaillit de l’Interstice le premier escadron Englouti.
Il était composé de huit dragonnes vertes, de petite taille, parées d’un poitrail de plaques d’argent, gravées du blason du Màr Luimë et de rubans bleus à la pointe des ailes. Les deux reines Argentées et leurs escortes respectives cédèrent le centre de la scène, et se posèrent sur le sol de terre battue. Les Reines, ailes contre ailes, regardaient le spectacle de leurs paires du bas de la Tribune d’Honneur, quant aux quatre Blancs, ils se disposèrent aux points cardinaux, dos aux gradins. Imitant les dragons, de nombreux bipèdes s’agenouillèrent et posèrent devant eux leurs bâtons aux doubles lames. Comme un seul homme, ils baissèrent la tête, alors que l’escadron des Vertes entamait un chant au rythme plus scandé, presque militaire.
Les Maîtres et Chevaliers Verts sortirent du cercle et se rejoignirent au centre. Au chant imposé par leurs Liés, ils se lancèrent dans une chorégraphie au sol, faite de claquements de bottes et de manipulations extraordinairement rapides de leurs tsalons. Les lames sifflaient dans l’air, sans faire ciller les soldats. Pendant ce temps, les Vertes s’élancèrent à tour de rôle dans les cieux, à la verticale. A l’instar du ballet agressif de leurs liés, les dragonnes vinrent par couple cracher des flammes au dessus des Chevaliers dragons, illuminant le ciel de l’après-midi. Une odeur de phosphine se répandit dans le stade. Les quatre paires de Vertes, après avoir lâché leurs flammes, vinrent planer au ras du sol, cueillant leurs Liés au passage. Là se montrait l’intérêt pratique du tsalon : d’une poussée d’une lame au sol, les Chevaliers expérimentés parvenaient à sauter au dos de leur dragon en plein vol. Après un dernier looping, les vertes encadrèrent chaque blanc, laissant au centre la place libre pour la suite du spectacle.

L’escadron des six Bronzes surprit tout le monde en arrivant en planant au ras de la Tribune d’honneur. Les Chevaliers sortirent à leur tour du cercle des soldats Engloutis. Quand leurs liés arrivèrent au centre de l’arène, ils se mirent à leur tour à chanter. Le son grave et rocailleux qui coulait de leur gorge entama une mélodie sobre et belle. Les bipèdes grimpèrent prestement sur l’échine de leurs immenses montures et s’envolèrent aussitôt. Chaque dragon se fixa un étage aérien, et entama un vol circulaire, le long des gradins. Sur leurs dos, les Chevaliers fixaient leurs pieds sur les attaches prévues. Le Magister Vyman Terienh frémit et serra les poings à s’en faire blanchir les jointures. Les Soldats Bronzes avaient insisté pour inclure ces figures, mais ils n’en risquaient pas moins leurs vies. La représentation de l’escadron Bronze fut plus courte : les chevaliers avaient réussi l’exploit de se tenir debout sur leur Lié, et firent plusieurs tours de gradins ainsi, faisant tournoyer leur tsalon au rythme de la mélopée qui s’échappait des gorges de leurs liés.
Les Bronzes se posèrent sur la place centrale, les bipèdes sautèrent à terre, rejoindre leurs compagnons agenouillés et se fut au tour des bruns de faire leur apparition.

Eux aussi étaient six, en formation serrée. En vol stationnaire, l’escadron vint se placer, en V, face à la Tribune d’Honneur pendant que leurs Liés prenaient place au centre du cercle. Une note lancée par les Argentées marqua le début de leur ballet. Le V s’avança vers la tribune d’honneur, virant sur l’aile, comme un seul dragon, au dernier moment. Les bruns enchainèrent des figures demandant la plus parfaite des synchronisations, ils volaient en harmonie, enchainant looping et virages cadencés. Les dragons se déportaient les uns par rapport aux autres pour aligner des formations verticales et horizontales.
Pendant ce temps, les Chevaliers bruns avaient eux aussi entamé leur chorégraphie. En parfaite adéquation avec leurs compagnons d’entrainement, ils commencèrent à faire tournoyer leurs tsalions, puis les lancèrent en l’air au même instant, répondant à un signal muet, les faisant passer à leurs voisins. Ils jonglèrent avec une adresse extraordinaire pendant quelques minutes, puis, quand leurs liés se posèrent aux côtés des bronzes, continuant de dessiner petit à petit un cercle draconnique en périphérie du cercle des bipèdes, les chevaliers rejoignirent leurs rangs.

Enfin, l’escadron des Bleues apparu dans le ciel ensoleillé. Leurs écailles lustrées brillaient de la couleur du Màr, peut-être était-ce pour cela qu’elles étaient les plus nombreuses. Douze au total, volant en accord parfait, sur la même cadence. A leur tour, elles firent une escale au centre de l’arène pour permettre à leurs liés de monter sur leur dos. Leur ballet était sans doute le plus intriguant aux yeux de Maître vyman Terienh, toujours impressionné par la magie des dragons. Tout le spectacle consistait à jouer avec l’Interstice. Les Bleues arrivaient ainsi à former des figures immobiles. Elles apparaissaient en un point précis, dessinant là un V, ici un cercle, et disparaissant aussitôt, après un seul battement d’aile. Lorsque les couples eurent fini leur dernière acrobatie : dessiner les initiales « M L » dans le ciel du Cenedril, ils disparurent et émèrgèrent de l’Interstice aux emplacements manquants dans le cercle des dragons.

Au centre, tous les bipèdes reprirent une danse lente, au son de tous les dragons, manipulant toujours avec adresse leur bâton à double lame. Au claironnement plus fort des deux Argentées, cinq noirs apparurent au centre. Leur chorégraphie n’avait rien de si spectaculaire que les ballets précédents. Ils se contentaient de serpenter tout autour des gradins. Lentement, un à un, tous les autres dragons les rejoignirent, Les bronzes et les bruns d’abord presque à la queue leu-leu. Puis les vertes, qui par paires vinrent voler sous la lente procession. Les argentées ensuite, Payne à la tête et Serenah à la fin du cortège et enfin les Bleues, dernière au sol vinrent former deux groupes autour du corps qui se dessinait… Les ailes prirent vie à leur tour et se mirent à battre dans une douceur telle que leur de la montée de ce serpent ailée, on pourrait commencer à croire qu’une entité de couleur commençait à prendre vie

Maître Vyman écarquilla les yeux. Bien entendu il avait déjà vu plusieurs fois le résultat, mais il en restait toujours saisit. Sous ses yeux, un gigantesque dragon, composé de plusieurs dizaines volant en parfaite harmonie venait s’étirer face à la Tribune d’Honneur.
A la dernière note des Argentées, tous les dragons fondirent dans l’Interstice et les bipèdes levèrent les bras, tenant leurs tsalions à deux mains au-dessus de leurs têtes. Sur leurs visages en sueur se lisaient la concentration et la satisfaction d’avoir su mener le spectacle sans aucune anicroche.
Le vieux Magister, les yeux brillants d’émotion, se mit le premier à battre des mains en cadence, reprit par tout le public…


Texte écrit à deux plumes par Alkhytis et Dinjelaï



HRP: Edité!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:51

Posté par Anaviel

Le temps était venu... Anaviel souriait en repensant à comment il en était arrivé là.

La Dame Ardente s'était montrée joueuse, il fallait l'avouer. Accorder l'honneur à un simple Aspirant de remplir un rôle aussi important que mener la parade militaire qui représenterait le Kaerl devant tous les autres, voilà qui était surprenant.
L'elfe s'était demandé pourquoi il avait été nommé par la Dame en personne en des circonstances aussi intimes. Mais la réponse avait été très simple : Anaviel avait été nommé officieusement mais officiellement, celui qui avait été en charge de mener cette parade était le capitaine de la garde, ancien partisan d'Alauwyr lors des élections des nouveaux régents du Kaerl ardent d'après ce qu'Anaviel avait pu réunir comme informations.

Le jeu en avait valu la chandelle, il lui avait suffi d'imaginer comment il pouvait monter cette parade, réunir un maximum d'informations sur le lieu, les armes utilisées, la stratégie militaire ardente sans oublier les détails sur le lieu où se passera le défilé. C'est étrange de voir quel brusque changement d'expression il peut y avoir lorsque l'on dit qu'on est ne serait-ce qu'Aspirant. Enfin, bien entendu, certains peuvent se montrer moins loquaces que d'autres mais des informations ne viennent pas forcément d'un seul endroit.

Ensuite, il avait fallu préparer le défilé. Rien de bien extraordinaire, juste un peu de fabrication artisanale avec des minéraux, des outils simples et un peu de magie. Rien de bien difficile à se procurer en quelque sorte.

Le seul problème résidait dans l'éviction du capitaine de la garde nommé pour diriger la parade sans que cela puisse être trop remarquable.

Anaviel, dans ses connaissances des plantes, avait créé une potion capable de provoquer d'horribles douleurs nerveuses à ses victimes. Les ingrédients n'étaient pas rares et la potion fut rapidement fabriquée mais le problème avait résidé dans le fait qu'il ne devait pas la donner à celui qui le gênait lui-même, cela aurait provoqué bien des soupçons.
La solution se montra d'elle-même après quelques jours. Le capitaine était quelqu'un qui se prétendait être un homme à femme, titre auto-proclamé pour ainsi dire. Les servantes qui venaient à lui ne semblaient guère montrer de signes de consentement lorsqu'elles entraient dans sa loge. Anaviel décida donc d'offrir à cet homme une femme suffisamment crédible pour lui faire croire qu'il n'avait pas à la forcer pour lui offrir ses talents secrets. Avec une somme rondelette, tout le monde pouvait devenir ce qu'il voulait ou du moins avoir suffisamment de motivation pour le faire. Il n'était pas rare de rencontrer des filles de joie pour égayer l'humeur des soldats et c'est donc vers une femme de ce genre que l'elfe se tourna pour mener son plan à bien.

Le résultat était plutôt satisfaisant puisqu'il était à présent à la tête de la parade mais il ressentait que les regards de certains soldats le dévisageaient de façon suspicieuse. Peut-être aurait-il des ennemis au sein de l'armée plus tard mais soit, ce n'est pas vraiment un problème.

C'était son tour à présent de dévoiler à tous la grandeur de l'armée ardente. Il avait pu voir à quel point les autres Kaerls s'étaient impliqués aussi la concurrence risquait d'être difficile.

L'elfe alluma une mèche relié à une boulette avant de la jeter sur le sol. Aussitôt la fumée rougeâtre s'échappa.


~~~~~~~~~~~~



Sous le son des tambour, un brouillard de rouge s'éleva de la sortie réservée à l'Armée ardente. On entendit alors le bruit uniforme des bottes d'acier frappant le sol avec puissance.
Apparurent enfin les lanciers disposés en colonnes, ils ne tardèrent pas changer pour une formation plus défensive, les lances en avant et ralentissant le pas pour le faire plus lourd.
Vint ensuite l'infanterie légère, disposée en colonne et marchant d'un pas rapide, puis l'infanterie lourde dont le rythme était plus lourd et plus meurtrier. La poussière dans le sable sous leurs pieds martelant la terre avec force s'élevait alors de manière à créer un brouillard qui ne saurait cacher toute la puissance de la force militaire du Màr Taralöm.

Le temps arriva enfin pour les archers, disposés en formation défensive, ils n'en restaient pas moins effrayant de par leur vitesse à se déplacer dans une formation présumée lente. Malgré tout, l'un des hommes perdit l'équilibre et tomba. Aussitôt un elfe tout vêtu de noir sortit du brouillard écarlate, fondant sur le pauvre hère tel un rapace avant de lui transpercer de part en part le thorax d'un vif et adroit coup d'épée.
L'elfe retourna ensuite dans le brouillard sans dire un mot puis ce fut au tour de la cavalerie de faire son entrée majestueuse avec le bruit sourd des sabots contre le sol, semblable au tonnerre.

Toutes les unités restantes défilèrent ainsi sans chutes ou autres problèmes.

Peu après, l'elfe qui avait froidement tué l'archer de sa propre patrie ressortit du brouillard écarlate qui commençait à se dissiper.
Son regard dur et froid fit le tour de l'assemblée présente à l'observer.


"Mes Dames ! Mes Sires ! Vous venez de voir l'armée ardente ! cria-t-il d'une voix chaleureuse. Comme je suis à présent amené pour discourir devant vous tous, je suis honoré d'annoncer à quel point chacun de vos Kaerls ont été aussi bien retranscrits par le spectacle que vous nous avez offert !"

Il resta un moment silencieux afin de pouvoir laisser la foule s'exclamer avant de continuer.

"Très chers amis ! Tout comme le Màr Menel et le Màr Lumië, le Màr Taralöm a ses valeurs. L'INITIATIVE ! LA PUISSANCE ! LA VOLONTE ! Pour atteindre ces objectifs, notre Kaerl a un maître mot : DISCIPLINE ! Sans la discipline, tout ne serait que Chaos ! Vous avez pu remarquer cet homme que j'ai du abbatre froidement et de façon regrettable. La raison en est simple ! Son échec risquait d'apporter la honte sur notre Kaerl aussi devait-il en subir les conséquences ! Tous au Màr Taralöm savent ce qui les attend en cas d'échec ! Telle est la voie que nous suivons et tel est le serment que nous prêtons devant notre Dame et son Ministère !"

L'elfe termina son discours sur ces mots puis repartit à la suite du groupe armé. Les combats pouvaient à présent commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:52

Lorsque les trois parades furent achevées, la foule se contenait avec peine. L’excitation grandissait de seconde en seconde, les trois Royaumes venaient d’offrir aux yeux de tous, la grandeur de leur Màr. Tous attendaient que la corne résonne encore mais il n’en fut rien. Il y eut quelques minutes de silence et soudain le chant de plusieurs tambours retentit. Rangés dans un alignement martial, les musiciens avançaient dans l’arène sur une cadence qu’ils s’imposaient eux même. Ils se positionnèrent autour de l’arène le regard porté vers l’intérieur et dans un roulement commun, la musique s’arrêta. Cette journée avait attiré bien du monde pourtant à ce moment tous se retinrent patiemment pour voir la suite des évènements.

C’est alors que la corne s’éleva plus impressionnante qu’auparavant puisque cette fois le silence s’était installé. Les combats allaient commencer mais seuls les combattants connaîtraient leur tour de passage. Depuis les galeries autour de l’arène, un crieur annonça haut et fort qu’il y aurait deux combats simultanés : la première manche opposerait l’ardent Ryltar à l’englouti Tachiran quand le Noir Merentar combattrait la Verte Belareth.

Les champions s’élancèrent dans la cour de jeu le messager salua bien bas le champion ardent.

-La Dame vous regarde.


Note aux combattants:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:52

Posté par Lordan

-Eh, le sabreur !... ça vous dirait de venir au tournoi des Kaerls, à la forteresse du Cénédril ? Je vous ai observé tout à l'heure . On a tous besoin de voir de vrais combats, pas seulement de faire des exercices, même si vous avez l'air de commencer à bien vous débrouiller..Je vous emmène sur mon Dragon, qui a aussi besoin de se dérouiller un peu les ailes . On se retrouve au Valarëia dans une demi-heure, si vous êtes intéressé.. horaire impératif, je dois arriver là-bas avant le début des défis.


L'homme, qui s'adressait ainsi à Lordan Ventaren à la sortie des salles réservées à l'entraînement personnel, lui était inconnu . C'était le genre d'individu à qui Lordan aurait voulu ressembler : la trentaine passée, peut-être davantage, pas plus grand que lui, mais large d'épaules et de poitrine, les cuisses musclées dans une culotte de cavalier très ajustée .Avec ses bottes hautes à revers plats , sa tunique de cuir souple à la large ceinture ornée d'une boucle ciselée, sa cape semi-longue, agrafée d'un écusson aux armes du Kaerl et rejetée sur une épaule, il présentait une élégance martiale parfaitement naturelle, alors que Lordan, sitôt qu'il quittait ses vêtements ordinaires, se sentait comme déguisé et plus ou moins ridicule. Le visage, plus sympathique que séduisant, était hâlé, montrant le vieillissement précoce apporté par une existence passée en plein air , exposée au soleil, aux neiges et aux pluies, à tous les vents de l'aventure. Il avait parlé sur un ton mélangeant assurance et bonne humeur communicative.


Après deux heures d'exercices, Lordan avait surtout pensé à prendre un bain chaud et une chope fraîche. Mais l'offre du chevalier inconnu ne se refusait pas . En un quart d'heure, il était prêt, lavé, peigné et dans sa tenue habituelle de « civil » , à savoir : pantalon indigo pris dans des bottes basses , chemise assortie et gilet de cuir souple en daim fauve . A l'entraînement, il s'était cependant habitué à la cotte de maille et même au casque à nasal, qui le faisait encore un peu loucher, mais son Maître Maëvann le lui avait conseillé:


Avec ta manie de plonger dans les jambes de l'adversaire, tu vas finir par t'écraser le nez sur des bottes armurées et les jolies filles de Tol me le reprocheront toujours..bien que certaines semblent aimer les cicatrices..


Istvan Sarkanys avait dû lui raconter l'entrée inhabituelle de l'aspirant dans le monde combattant du Kaerl, lorsqu'il avait bloqué la fuite prétendue de Legundir en lui faisant une prise aux jambes. L'Elfe jouait le rôle du traître dans le scenario monté par le Maître Bronze et Lordan s' y était précipité...la tête la première . Depuis, l'aspirant était assez content de ses progrès, ou plus exactement, il mettait tout en oeuvre pour progresser, avec un enthousiasme nouveau pour les arts du combat.


A son premier entraînement avec la Dame Seconde , celle-ci lui avait mis une dague dans les mains en lui disant de parer les coups qu'elle allait lui porter. Il réussit assez bien, même s'il se rendait compte qu'on lui facilitait la tâche.. Sa conception du combat étant essentiellement défensive , il avait pratiqué les mouvements du poignet qui ont pour but premier de faire dévier la lame adverse vers le haut et l'extérieur. Si le geste était bien conduit, on pouvait alors lancer un coup de pied dans l'ouverture réalisée, soit pour tenter de désarmer l'adversaire en visant l'arme déséquilibrée, soit pour frapper le bas-ventre de l'opposant . Bien qu'il jugeât cette dernière option comme peu héroïque, Lordan l'avait toujours choisie quand il avait dû se battre au couteau . Le coup de pied devait s'enchaîner instantanément, or, face à un adversaire venant d'être désarmé, il savait qu'il laisserait passer sa chance. Il ne parvenait pas surmonter son inhibition dans le combat à mains nues et n'aurait jamais tenté de plonger sa lame dans le corps un instant exposé. L' idée lui répugnait, de faire couler le sang pour des querelles vaines, mesquines, des questions d'argent ou de fierté mal placée. Par contre, après que son son pied ait frappé juste là il fallait, quand l'autre se reculait en portant les mains à l'endroit touché, sacrant, jurant et grimaçant de douleur, lui, le paisible Lordan, éprouvait, sans état d'âme, une entière satisfaction . Il avait de grandes jambes, le pied long et étroit, les bottes bien pointues et il n'avait aucun scrupule à s'en servir comme arme, mi- contondante, mi-d'estoc, pour écarter celui qui lui cherchait noise. Ses compagnons prenaient le relais sans complexe et Lordan ,après la bagarre, se demandait s'il n'était pas finalement d'une sensiblerie plutôt hypocrite. Mais enfin , il n'avait jamais blessé grièvement personne, sinon dans sa fierté et ses prétentions viriles..et il pouvait dormir tranquille..


Evidemment, il n'était pas question de manoeuvrer ainsi avec Maëvann . L'idée même l'en aurait fait rougir jusqu'aux cheveux .. Celle-ci parut satisfaite quand son apprenti parvint une fois à déjouer partiellement une attaque directe et fit dévier l'arme suffisamment pour provoquer la fameuse ouverture . Mais le Maître vit bien que Lordan n'en profitait pas, retenant un mouvement de pied à peine amorcé, et elle en devina le motif. Il ne faudrait pas opposer le jeune homme à une femme avant longtemps. Elle se retint, pour cette fois-là, d'accentuer la faute en le désarmant ou en lui portant un coup direct. Elle en parlerait certainement au Maître Bronze.


C'est ainsi que Istvan Sarkanys fit son apparition un jour où Lordan s'entraînait, répétant les gestes d'attaque enseignés par son Maître et se concentrant sur ce qu'il avait retenu de son enseignement : °Ne pas m'interroger sur moi ni sur l'autre. Ce mannequin inerte est l'ennemi à abattre . L'adversaire ne devra être pour moi rien d'autre qu'un mannequin sans âme . La pitié et le respect,c'est bon pour après la victoire. Je ne me bats pas contre, mais pour. Pour le Kaerl, pour La Dame, pour mes maîtres, pour mes frères, pour moi.°


Le Maître Bronze lui avait alors présenté son premier katana . Lordan, qui avait cru jusqu'alors qu'il s'agissait surtout d'une arme d'apparat, qu'on expose à l'admiration des visiteurs, fut conquis . Les vingt pouces de la lame tout en souplesse , le raffinement de ses détails de forge, les possibilités de son maniement , l'esprit même de l'arme, son poids d'histoire et de traditions , tout lui plaisait . Avec son caractère passant sans nuance du retrait évasif et de l'observation détachée à l' engagement passionné et quasi obsessionnel, Lordan se mit à pratiquer avec fougue l'arme choisie. Il abandonna les Archives, où il essayait de rassembler une sorte de documentation personnelle, déjà volumineuse bien qu'encore très désordonnée, et se mit à répéter inlassablement les gestes de base de la pratique du katana et les exercices recommandés. Pour mesurer ses progrès, il accrochait des feuilles de vélin sur une corde tendue à hauteur d'yeux et cherchait à les découper net à l'horizontale. Au début , il n'obtenait qu'un ou deux lambeaux obliques, déjà content quand il touchait la feuille..Mais il commençait à faire voler sous son arme, trois, quatre bandes de plus en régulières , de plus en plus étroites, et il envisageait de demander s'il pourrait s'entraîner à cheval . Après tout, le katana est un sabre .
C'est pourquoi il saisit au bond l'offre d'aller en visiteur au tournoi des Trois Ordres .




Au Valarëia, le chevalier l'attendait à côté de son dragon au repos. L'homme sourit en voyant le jeune homme si simplement vêtu . En voilà un qui ne pensait pas à faire de l'effet ! Il aurait dû lui dire qu'il y aurait beaucoup de belles dames et mignonnes créatures à cette fête, et qu'à son âge, il se devait de parfaire son éducation dans tous les domaines possibles . Les armes n'étaient qu'un exercice parmi d'autres..; Le chevalier s'amusa aussi de voir le plaisir du garçon contemplant le dragon, un brun vigoureux, aux cuisses volumineuses et qui semblait somnoler, la tête posée sur sa queue ramenée devant lui, les membres douillettement rassemblés sous sa panse rebondie . Les présentations s'imposaient.


-Je suis Jornwill de Termarën, chevalier , de retour de mission, et voilà mon Lié, dragon champion de siestes toutes catégories ... J'avais bien dit qu'il ne fallait pas l'appeler Märmoth..


*Tu as oublié mes autres défauts, bipède sournois. Je suis gourmand, et même goinfre, doué d'un absolu mauvais goût pour les plaisanteries douteuses et les calembours stupides, les chansons de tavernes et les romances sentimentales.. Quand je ne dors pas, je bavarde. Quand je ne bavarde pas, je mange. Je déteste me battre et à peine sais-je cracher le feu .Je suis la honte de l'espèce, même si je sais quand même voler et que j'ai un redoutable coup de patte. Mais en fait, mon lié ne comprend pas ma nature profonde et délicate. Je me plais à réfléchir paisiblement à des choses poétiques pendant que mon chevalier se met dans des situations dangereuses et ridicules, dont il ne peut sortir qu'en me sautant sur le dos, et en hurlant: Vite, décolle, mon cher Märmoth..!


Märmoth ouvrit un oeil ténébreux, cligna des paupières et s'étira en soupirant :


*Si j'ai bien compris, je vais devoir vous transporter tous les deux et interrompre ma méditation horizontale pour me rendre dans un lieu bruyant et surpeuplé, où on glorifie la brutalité, la vanité, l'outrecuidance et la jalousie, et ceci tant chez les bipèdes que chez les dragons. C'est bien ça ?


-Oui, mon cher Märmoth . Mais tu ne m'as pas laissé terminer.. Tu es aussi le dragon avec le meilleur caractère qui soit, tu es très intelligent, le seul dragon de lettres que je connaisse, et à part quand tu m'écrases le pied comme en ce moment...tu peux soulever ton énorme sabot ?... tu passes ton temps à me sauver la vie et à divertir mes humeurs maussades..


Jornwill se tourna vers Lordan en prenant un ton aimablement cérémonieux :


-Et à quel Aspirant Märmoth va-t-il faire le grand honneur de..


Le Dragon avança la tête et sembla réfléchir une seconde:


*Mais c'est Lordan Ventaren ! J'ai entendu parler de lui par de jeunes dragons, qui le trouvent poli et serviable. C'est un apprenti de Dame Maëvann. Tu es rentré au Kaerl depuis presque deux jours et tu n'es au courant de rien, mon pauvre chevalier... Tu vas encore dire que je passe ma vie à écouter les commérages , que je suis le seul dragon avec une âme de concierge etc.. etc.. Mais au moins, je sais toujours à qui je parle. Et je te signale que le mot Sabot employé à mon égard est inapproprié et désobligeant. Est-ce que je te parle de tes naseaux ?
Bonjour, jeune Bipède . Allez, hop, en selle- pour parler cavalièrement -ce qui va avec mes sabots..


Lordan était ravi . Ce dragon désinvolte lui plaisait beaucoup .Il s'inclina légèrement devant les deux Liés :

-Je suis très honoré de vous connaître, Messire chevalier et Messire Dragon, et très heureux de pouvoir me rendre au Tournoi en votre compagnie.

Il n'osa pas demander ce qu'était un »dragon de lettres »et se prépara entièrement au plaisir du vol.


Arrivés à la Forteresse , les hommes descendirent . Märmoth se dirigea vers le hall, où les dragons se reposaient et pouvaient se restaurer , après avoir dit d'un ton paternel:


*Eh bien, allez participer à ce délire collectif, en essayant de ne pas recevoir de mauvais coups . Ni d'en donner. Aspirant Ventaren, je vous confie mon maître ; essayez de l'empêcher de faire des sottises. Il est intenable quand il revient de mission. Empêchez- le de tâter les jupes des dames sous prétexte d'en admirer le tissu. Je vais méditer et prendre une légère collation. Je ne bouge pas d'ici, sauf si on a besoin que je vienne vous sortir du pétrin où il vous aura fourré.


Jornwill riait en voyant s'éloigner la large croupe de son dragon:


-N'est-il pas unique ? Bon, je dois passer aux vestiaires des Célestes . J'apporte des gants de rechange à Ashen. Il hésitait sur le choix au moment de partir et les a oubliés . Vous venez avec moi ?




Très content de revoir l'Ondin, Lordan acquiesça immédiatement. Jornwill connaissait parfaitement les lieux et y était connu ; l'endroit étant gardé, n'y entraient que les personnes autorisées. Ils atteignirent la pièce où se tenait le champion des Célestes et y pénétrèrent au moment où visiblement, Ashen s'apprêtait à en sortir, l'air bouleversé et tendu . Jornwill fronça le sourcil, mais avant qu'il ait eu le temps de dire quoique ce soit , Ashen le poussa ainsi que Lordan, pour qu'ils entrent, referma la porte et d'une voix altérée, il s'adressa d'abord à Jornwill:


-Il faut que tu m'accompagnes auprès de la Dame . Je t'expliquerai en route . Toi, Lordan, reste ici, attends- nous. Nous aurons peut-être besoin de toi . Ne t'éloigne surtout pas.


Très surpris et inquiet, Lordan fit signe qu'il avait compris et vit partir les deux autres avec appréhension . Que se passait-il alors que le tournoi allait commencer et qu'Ashen semblait tout, sauf prêt , assuré et calme comme il aurait dû l'être ? Se sentait-il malade ? Lordan avait entendu parler de coups bas, de jalousies exacerbées et pas seulement entre Kaerls , mais entre des membres du même ordre . Il se mit à arpenter la pièce en essayant de diminuer son inquiétude par les exercices qu'il avait lui- même mis au point pour se détendre : exercices mentaux fondés sur l'analyse et la prise de distance, exercices physiques , reposant sur la respiration, les pressions sur les tempes, le cou, les ailes du nez . Il réussit à ne pas faire augmenter sa tension émotionnelle alors que le temps passait.
Quand la porte s'ouvrit, Jornwill parut, l' air grave, accompagné de plusieurs écuyers portant diverses pièces d'armes et d'armure . Ashen n'était pas là. Lordan s'attendait à une mauvaise nouvelle mais non à ce qu'il entendit de la bouche du chevalier :


- Lordan Ventaren : Vous êtes le seul Céleste disponible immédiatement . Il faut que vous remplaciez Ashen en tant que représentant le Màr Menel au tournoi. Voici de quoi vous équiper . Choisissez ce qui vous convient. Il faut faire vite . C'est l'ordre de la Dame.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:52

Posté par Alkhytis

L'annonce pour le combat dans l'arène venait d'être déclarée que les premiers concurrents. La première manche allait pouvoir commencer. Déjà les adversaires prenaient place sur les sables de l'arène. Deux bipèdes, suivi des deux dragons en tête de liste : il y avait Tachiran et Ryltar pour la partie des bipèdes, Belareth et Merentar pour la partie draconique. Déjà la verte toisant de son regard fier le grand noir. Comme si elle avait peur de ce saurien un peu trop arrogant et se léchant ses babines tellement il bavait d'assurance. pitoyable.

Comme lui, elle arrivait avec une démarche digne et se tenant prête pour le combat. Une fois qu'elle fut en place, elle inclina la tête face à la tribune pour saluer les Dames présentes et leurs représentants de leur Kaerl respectif.

°Dame Ardente, Dame Neutre, Dame Céleste. Je vous salue, moi Belareth, la dragonne verte liée à la Maîtresse Alkhytis Doréhor. J'espère me montrer digne durant ce combat pour la Gloire du Màr Luimé, et pour le prestige que j'offrirai pour la Nouvelle Dame Limna On Nïksé en combattant pour ces festivités aujourd'hui. °

La dragonne redressa la tête une fois qu'elle eut fini de parler. Elle sentit la fierté de sa liée à son égard. Elle avait été la première à parler pour le Kaerl Neutre et avec une touche d'humilité pour plaire à la nouvelle dirigeante. Et maintenant, elle tourna sa tête vers Merentar.

Pour l'occasion du combat, elle avait opté pour une armure légère. Autant ne pas être encombrée par le poids d'une lourde protection. Sur sa tête, le dessus de ses épaules, ses bras et ses avants-bras, elle possédait des protections de lourd cuir bouilli, renforcées de cercles en métal, formant presque des écailles, mais sans se chevaucher. Pour le poitrail et le haut du dos, elle avait opté là pour une cotte de maille, à la taille de dragon. Au moins, elle limiterait les dêgats. Face à un géant noir, elle avait mesuré ses chances. Donc autant prendre un minimum sans perdre ses capacités. Elle était petite certes, mais elle était agile et rapide.

°Alors gros prétentieux, prêt à montrer que les noirs de ton sang sont que des lourdands et des goujats ? Ne crois-pas que je sois un morceau facile à mordre. °

Une fois que le dragon noir aurait fait sa petite tirade ; le connaissait, elle allait pouvoir se mettre en posture de défense. Car Merentar était un dragon d'action. Et elle comptait bien le piquer un peu dans sa virilité de saurien noir brutal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:52

La parade s’était bien déroulée, Merentar  arborait fièrement les couleurs du Màr Menel  et se sentait au cœur des lumières célestes et lui seul sous le feu car il avait refusé de porter quiconque sur son dos.  Il n’aimait pas porter un autre que son lié en temps normal alors maintenant qu’il était un champion céleste il avait autre chose à faire. Une fois le petit tour achevé ce fut la présentation des combats qui retint l’attention du grand noir. A l’annonce du combat contre la verte il claqua de la mâchoire et frappa le sol de sa queue pour manifester sa présence et son envie de combattre.

Le regard de Belareth n’échappa pas à Merentar qui le soutint avant d’ignorer totalement sa future adversaire et  de se détourner comme si elle n’était en rien une menace.

Il la laissa toutefois se présenter devant les dames en premiers. Après tout il fallait garder le meilleur pour la fin. Gardant la tête haute et droite, il l’inclina légèrement et rapidement pour présenter ses « respects » à sa dame et aux autres au passage.

° Essaye de tenir ta langue de saurien, tu représentes notre Kaerl ce n’est pas un simple tournoi.  °  

°Pour qui tu me prends, je ne suis pas stupide, je ne vais pas leur dire qu’elles ne m’intéressent pas et que je me moque de cette nouvelle élection.   °

° Tu as simplement tendance à  lâcher quelques pensées qui cette fois doivent rester les tiennes. Amuses toi bien avec cette petite verte aussi.  °  

°Je ne répondrai même pas à cela.   ° répondit Merentar à son lié pour conclure leur échange. Ambroise venait de le titiller en évoquant à mot caché la dernière relation qu’avait eu le noir avec une verte céleste.


– Dame Ardente et Neutre, Ma Dame. Soyez assurées que, moi Merentar, lié au Maître Noir et seigneur de la maison Leysse, donnerai le meilleur de mes capacités en votre honneur ainsi que pour marquer comme il se doit cet évènement prestigieux.  

Merentar se tourna de nouveau vers la petite verte et lui lança un regard aussi noir que ces écailles alors qu’elle osait insulter la force des Grands Noirs. Ce dernier avait opté pour ne prendre aucune armure. Ces combats ne seraient pas des combats à morts et la neutre ne prendrait pas le risque de décevoir sa dame. Il était fort et ses écailles le protégeaient déjà bien. Face à une verte plus agile et rapide il n’avait pas besoin de ces gène-mouvements.


Contrairement à ce que pensait Belareth,, Merentar ne prit même pas la peine de lui répondre, elle verrait bien rapidement qu’elle aurait à ravaler ses paroles. Par contre la Verte eu raison de  prévoir une posture défensive et une attaque du Noir.

L’étendard céleste toujours accroché à sa queue, il fouetta le sol sableux de l’arène en direction de la verte, ce qui eut pour effet d’envoyer un nuage de poussière dans la direction de son adversaire,  il se jeta en avant  par un lourd mouvement de ses grandes ailes et atterrit tout aussi lourdement sur Belareth serres et gueule en avant, du moins à l’endroit où elle se trouvait il y avait un souffle de temps. La Verte avait pu éviter de justesse l’attaque frontale et brutale du Noir car, si elle fut perturbée un peu par la feinte non prévue de Merentar, elle avait bien pensé à une attaque directe et violente comme combattaient ceux de son espèce.  Cependant en étant si proche du noir et malgré sa rapidité, la verte n’eut pas le temps d’éviter le coup suivant et enchainé.

Alors qu’elle venait juste de se décaler et allait lui mordre le flanc dépourvu de protection, Merentar lança sa grosse patte gauche –celle presque collée contre la verte - de bas en haut et toucha au poitrail Belareth.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:53

Posté par Alkhytis

Les griffes du dragon noir raclèrent puissamment la protection de la dragonne. Belareth recula et lorgna les sillons laissés par le choc.... Elle gronda vivement et redressa la tête en défi à son adversaire.

°Quelle délicatesse de ta part. On voit que tu sais te montrer doux avec les dragonnes. Je me demande quelle dragonne voudra de toi à son vol nuptial, brutos comme tu es...Moi déjà te prendre comme compagnon pour ça... Je préférerais choisir un petit brun gentil pour ne pas avoir une descendance décadente °

Elle se moquait de lui ouvertement, forcément. Elle aimait asticoter ses adversaires de la sorte pour les énerver encore plus et les pousser à la faute. Mais elle ne négligea pas la force du Noir. Elle était en minorité sur le plan de la puissance. Mais elle n'allait pas se rendre. Elle se battrait jusqu'à la fin du temps imparti pour le duel. Le dragon noir relança une offensive. Elle bondit pour éviter un autre coup de patte et elle profita d'une ouverture pour se metrte sur son dos et lui mordre fortement le bas de son encolure. Elle fut heureuse en sentant un peu le sang goutter sur sa langue. Une blessure mineure pour un dragon de la taille de Merentar, mais elle prouvait qu'il n'était pas inaccessible à un coup de dents. Malheureusement, en cadeau, elle reçut un coup de dent qui la jeta à terre. Vaguement étourdie, elle roula sur le dos, pour repousser son sombre adversaire à l'aide de ses deux postérieurs.

°Pratique finalement d'être gros et gras... On peut te rejeter plus facilement.°

Elle ricana et aussitôt, elle se jeta sur lui, tout comme lui sur elle. Le corps à corps commença à se montrer assez... percutant.

De leurs côtés, Tachiran et Ryltar s'affrontaient farouchement.

[HRP : désolé de PNJiser Tachiran et Ryltar, n'ayant pas eu de réponse de leur part pour leur participation aux combats. Pour Merentar, me dire si cela va :)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:53

Le noir aurait aimé frapper plus fort mais déjà il l’avait touché alors qu’elle était plus rapide que lui. Pour Merentar cela ne signifiait rien d’autre qu’il pourrait la toucher encore et ça sera plus vigoureux cette fois.
Sa joie fut de courte durée puisqu’il gronda sous les nouvelles paroles crachées par la verte.

°Quelle délicatesse de ta part. On voit que tu sais te montrer doux avec les dragonnes. Je me demande quelle dragonne voudra de toi à son vol nuptial, brutos comme tu es...Moi déjà te prendre comme compagnon pour ça... Je préférerais choisir un petit brun gentil pour ne pas avoir une descendance décadente °

° Il y a bien d’autres occasion de se montrer doux petite verte je te montrerai dans le sous-sol si tu veux et si tu n’es pas trop frêle pour supporter mes assauts. Mais si tu as peur et si tu comptes te contenter de la médiocrité d’un brun libre à toi de suivre les autres incapables de neutre. °

Merentar bouillait et avait du mal maintenant à ne pas lâcher sa colère. Il savait que la verte jouait sur ce terrain mais quand bien même il ne pouvait s’empêcher de fulminer et de freiner cette poussée noir.

Il gronda alors qu’elle avait évité un coup et était en train de le mordre. Un grondement d’énervement plus que de souffrance. Bien sûr il sentit les crocs de Belareth rentrer un peu dans ses chaires mais la souffrance n’était pas si intense que cela. Le sang goutait de l’encolure du lié d’Ambroise et cela ne fit que l’énerver d’avantage.

Qu’elle attende le prochain coup, il sera doux pesta en lui-même le noir après l'avoir repoussé.

Il se rua sur elle mais il fut cueillit par les serres de Belareth qui le projeta sur le côté. En tombant sur le flanc, Merentar grogna encore et se releva aussitôt pour se ruer de nouveau sur la neutre.

Gros et gras… Elle venait de lui faire céder une nouvelle barrière de rage. Comment osait-elle se moquer de sa taille elle qui était si minuscule.

Merentar plongea sur la verte de tout son poids et leur rencontre fut rude. Le choc fit grimacer le grand noir et ses plaies laissèrent sortir une bonne dose de sang sous l’impact. Profitant de la proximité qu’il ne voulait pas reprendre, il utilisa sa queue pour cingler la gueule de la verte mais offrit par la même le bas de son dos à son adversaire qui ne manqua pas de le lui écorcher ce qui arracha un grondement au céleste.

Se retournant brusquement ou plutôt finissant son mouvement de coup de queue, il donna un violent coup de patte avant de l’autre côté de la tête de la verte. Sans aucune grâce, le coup était lourd et appuyé mais laissait place à une possible réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:53

Posté par Alkhytis

Le coup de queue ne fut pas vraiment tendre et Belareth comprit qu'elle avait un peu -un poil- sous-estimé sa force. Il frappait durement et sauvagement le bougre ! Comme tout noir de son genre ! Elle vit des étoiles pétiller dans ses yeux quand elle percuta violemment le sol. Elle secoua sa tête et roula à temps sur le côté, pour éviter le bond vindicateur du gros lourdaud. Elle sentit le râclement de quelques griffes sur son flanc. Elle gronda et lui cracha aussitôt un jeu de flammes, pour l'obliger à reculer.

Ce dernier se fichait de se brûler et il tenta de la mordre au museau. Elle recula et lui jeta une boule de feu, avant de décoller d'un bond. Elle eut la chance, car c'était vraiment de la chance, d'atterrir sur le dos du noiraud, alors qu'il aurait du esquiver. Là elle ne se gêna pas pour lui arracher encore quelques écailles au passage et de planter quelques serres dans ses blessures ouvertes. Le duo finit par rouler par terre, manquant d'aller se rajouter à la partie du combat qui mêlait Tachiran et Ryltar.

Les deux hommes se battaient vaillamment et bon nombre de spectateurs se demandaient qui seraient choisis pour la dernière manche. Tachiran se battait dans toute sa force et avec un pas d'agilité, Ryltar avec plus d'adresse et de répondant. Leurs armes se percutaient encore et encore, à croire que la fatigue n'avait pas de prises sur elle. Pourtant, ils suaient eau et le sang scuintaient de leurs blessures.

Soudain, une corne d'airain se mit à chanter, coupant le son des grondements hargneux et des cris métalliques des armes. La fin du combat venait d'être annoncée

[HRP : Dames des Kaerls, choisissez vos champions pour la suite des combats. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:53

Posté par Lordan

Debout dans la salle de préparation et d'armement de l'arène, Lordan assistait à une scène dont il était à la fois le spectateur médusé et l'acteur...L'acteur ? Plutôt un figurant , à qui on demande de jouer le rôle principal sans qu'il ait eu le temps de l'apprendre ! D'obscur aspirant en remorque d'un chevalier rencontré par hasard, il se trouvait projeté au centre de l'intérêt général, non seulement du petit groupe présent , mais aussi, s'il avait bien compris, des trois Kaerls réunis. Comme Lordan restait là, attendant vaguement qu'Ashen réapparaisse en disant qu'il était de nouveau disponible, Jornwill prit une cotte de maille courte dans le tas d'objets apportés, la secoua pour l'examiner puis, relevant la tête , sembla jauger la stature de l'Orënien. Lordan, sous ce regard, se sentit très insuffisamment large, pour ne pas dire étriqué. Le chevalier lui montra une veste de toile épaisse :


-Il faut te dépêcher . Enlève ton gilet et mets ce gambison. Très bien . Juste la bonne taille .. Je suppose que tu n'es pas habitué à porter une armure de plates ?


Lordan secoua la tête en enfilant le vêtement, puis saisit la cotte de maille que lui tendait le chevalier mais il avait suffisamment repris ses esprits pour tenter de revenir sur la situation :


-Mais, attendez .. je ne fais que commencer à peine ma préparation . je ne porte même pas d'armes ...Je n'ai jamais vraiment combattu . C'est une erreur . Ce doit être vous, Messire Jornwill, qui..


Le chevalier reprit la cotte que Lordan tenait devant lui comme s'il ne savait qu'en faire ,et d'un geste brusque et précis, la lui fit glisser sur la tête, puis il la tira vers le bas en disant fermement comme lorsqu'on aide un enfant à s'habiller :


-Allons ! ...aide-toi un peu !.. Passe le bras.. Et mets ce plastron... Bien sûr que ce serait moi si c'était possible. Mais je suis rentré au Kaerl parce que j'ai reçu un mauvais coup dans les côtes. Si je lève trop les bras , ça se remet à saigner. En fait, je devrais être couché...Les autres chevaliers ou aspirants galopent dans la nature ou sont dispersés dans les gradins. La Dame veut le minimum de publicité autour de ce changement de champion . Aller chercher un remplaçant dans les gradins excitera les mauvais esprits, qui diront que les Célestes n'ont vraiment aucune organisation, que leurs guerriers sont des mazettes.. etc , etc . et nous serons sifflés … tu n'es pas gêné aux entournures ? … Toi, tu es sur place, tu sais tenir un sabre et dans trois ou quatre minutes au plus tu peux faire ton entrée . On ne te demande pas de vaincre . Simplement d'être là quand le héraut annoncera le second combat ; on dira ton nom à la place de celui d'Ashen, et le temps qu'on s'étonne, le combat aura commencé .
Allez, enfile ces chausses . Les mailles me paraissent bonnes, résistantes sans être lourdes ; mais garde tes bottes, ce n'est pas le moment d'en étrenner des neuves qui pourraient te blesser. Tu n'auras qu'à ne pas te faire marcher sur les pieds ! Mais je suis tranquille, tu es un garçon souple...un rapide...si, si...je t'ai vu à l'entraînement . Et j'ai demandé à ce qu'on te procure une arme convenable. Bon, et pour la tête.. .Ah ! .Guibert, justement, c'est vous..! où en sont les Torhils ?


Une réponse parvint du fond de la pièce où un nouvel écuyer entrait, portant un objet enveloppé de velours noir et or . Mais Lordan, en train d'ajuster ses chausses de maille, n'entendit que le mot «fini » qui l'angoissa un peu. Il était dans le flou total . Il avait oublié que les champions adverses étaient des Torhils . Il se sentir devenir tout insignifiant, un insecte qu'on allait balayer d'un revers de main et il regarda piteusement ses jambes que les mailles semblaient encore amincir . Jornwill secoua un camail flambant neuf puis fit une grimace de doute, attrapa une barbute qu'il reposa aussitôt et sembla soudain avoir une idée .Lordan le vit se tourner vers Guibert et il l'entendit lui demander :


-Guibert, vous n'auriez pas un casque un peu moche ?


Lordan, surpris, ne put s'empêcher de se sentir froissé . Il allait se faire fracasser du haut en bas , et que l'on se souciât d'épargner le matériel plus que sa personne lui paraissait très désobligeant. Lui qui trouvait Jornwill si sympathique . Il avait été sensible au tutoiement du chevalier qui semblait s'être institué son mentor dans ces instants difficiles. Le nommé Guibert posa son paquet avec précaution sur une console et répondit :


-Je sais qu'il s'en trouve deux ou trois à la forteresse, Messire . Dans la salle des exotiques . Je pense que le plus petit pourrait aller... mais..


-Pouvez-vous aller me le chercher ? Il nous faut protéger le crâne de ce jeune homme. D'après Märmoth, c'est un studieux...Sauvegardons nos intellectuels !


Tandis que Guibert sortait , le chevalier se mit à examiner les ceintures proposées sur la table. Cet accessoire était indispensable, non seulement pour porter l'épée quand l'aspirant entrerait dans l'arène, mais aussi pour alléger le poids de la cotte qui, si elle n'était pas soutenue, tirerait beaucoup trop sur le cou et les épaules de Lordan dont la carrure n'avait rien d'athlétique. Il faudrait que ce garçon s'étoffe un peu ...Mais il avait du courage malgré son air perdu et Jornwill voulut dédramatiser la situation :


-En fait, il ne s'agit que d'un tournoi. L'adversaire ne veut pas te tuer. Simplement te mettre à terre , te désarmer et montrer qu'il a été le plus fort. Il ne te faut craindre vraiment qu'un coup mal contrôlé sur la tête, pour se débarrasser de toi, et un Torhil peut assommer un buffle d'un seul coup du plat de son glaive..Même s'il se retient, ton adversaire a une tête de plus que toi et tu risques une grosse bosse ..une très grosse bosse, et on va éviter ça.
Tu as déjà vu un casque un peu moche ?


Encore ! Lordan se dit que quelque chose lui échappait et il répéta « un peu moche.. » sur un ton neutre. . Jornwill corrigea , cherchant toujours une ceinture adaptée:


-Ampemosh, on dit Ampemosh .. c'est une tribu guerrière de Vaendark ; les hommes sont souvent aussi forts que les Torhils. Ils aiment se battre en duel à mort et utilisent un marteau à long manche pour assommer l'adversaire. Ils ont mis au point un casque très spécial contre les coups portés à la tête. . Il n'a jamais été très populaire parce que... Mais le voici . Merci, Guibert.


L'écuyer présenta le casque et devant l'air consterné de l'aspirant , il insista :


-C'est un excellent choix . C'est vrai qu'il paraît un peu ... bizarre, mais ce qui compte, n'est-ce pas, c'est l'efficacité ! Le masque vous protégera tout le visage ; on voit et respire bien grâce aux lunettes très creuses ; les... les ornements faciaux de bronze en forme de … euh .. moustaches .. sont très utiles pour protéger la mâchoire du haut et les pommettes et... et...je vous assure qu'on ne les remarque pas des tribunes..


-Ce doit être plus difficile de ne pas remarquer les cornes....


Lordan pointa du doigt les deux énormes protubérances, recouvertes d'une sorte de vernis rouge très luisant qui reflétait les lumières de la salle. Epaisses à la base, s'arquant d'abord vers le haut du casque ,elles s'effilaient ensuite en s'écartant.


-Je trouve ce casque « très » moche, pas seulement « un peu ».


Jornwill se mit à rire et lui enserra brusquement le cou dans un gorgerin dont il noua le lacet en serrant sec.


-Très bien . Tu as déjà le sens de l'humour, et si tu as en plus celui de la survie, tu vas me porter ce casque . D'ailleurs, sans les cornes, c'est un modèle courant en certains royaumes où on l'appelle « Sutton Hoo » , va savoir pourquoi ... C'est vrai que les Ampemosh ont un peu forcé sur les sourcils et la moustache de bronze . Et rajouté ces fichues cornes rouges ! Mais comme le dit Guibert, ce qui compte, c'est l'efficacité. Et tu peux compter sur l'effet visuel pour impressionner l'adversaire.
Tiens, cette ceinture me paraît bonne . Choisis des mitons bien ajustés, mais qui ne serrent pas . . Et maintenant, dites-nous, Guibert, que vous ont conseillé les Maîtres pour armer notre champion ? Je vois que vous avez apporté une lame de prix..qui n'est certainement pas sortie des armes ordinaires de la réserve !


Guibert alla chercher l'objet entouré de velours et Lordan nota la solennité soudaine de ses gestes . Tenant l'épée devant lui, bras tendus un peu relevés, l'écuyer allait s'incliner devant Jornwill pour lui remettre le précieux paquet, mais le chevalier s'écarta pour que ce soit Lordan qui reçoive la lame.. Lordan se sentit soudain ému, assez inexplicablement, car il n'avait certes pas le culte des armes. Mais la gravité entourant la remise de celle-ci soulignait les nobles valeurs qu'elle allait défendre et il sentit une sorte de fierté l'envahir . Il s'inclina à son tour pour répondre à la courtoisie de Guibert qui déposa la lame enveloppée de son velours dans les mains tendues de l'aspirant. . L'étoffe déroulée révéla un superbe katana gainé de cuir de requin grainé noir . Sur la poignée, se détachait en ivoire la double courbe d'un serpent ailé dressé en S autour d'une lame d'épée mince et droite comme un I.. L'ornement était réalisé dans l'esprit de sobriété et de distinction qui sied à cette arme. Lordan dégaina, en levant la lame devant lui comme pour saluer . Elle était un peu plus lourde que ses armes d'entraînement et surtout plus longue, mais son équilibrage était parfait. Jornwill avait émis un sifflement d'admiration en voyant l'arme et il s'exclama :


-Un katana du Maître Bronze ! Mais je croyais qu'il n'était pas au tournoi ?.. D'où sortez-vous une splendeur pareille, Guibert ? Quand je suis passé aux salles réservées aux Célestes, on m'a dit que nos Dames vous avaient fait appeler au sujet de l'arme . J'en ai été content car nous n'avons ici que des armes très conventionnelles, rien qui puisse convenir à notre Champion.


L'écuyer s'expliqua, il semblait éprouver une calme satisfaction d'avoir réglé selon les traditions un rituel dans lequel chacun avait tenu honorablement son rôle :


-Après que le Chevalier Ashen se soit révélé indisponible, la Dame Seconde m'a fait mandé , m'a remis la clé d'un coffre et m'a dit d'y prendre le katana entouré de velours.


Il se tourna d'abord vers Lordan, semblant désireux de lui faire savoir qu'il était plus qu'un simple écuyer :


-J'ai la responsabilité en ce Tournoi de veiller à la bonne organisation des salles , vestiaires et réserves des Célestes .


Puis il s'adressa au chevalier qui aidait Lordan à faire blouser un pan du haubergeon par dessus la ceinture pour l'alléger :


-Le Maître Dragon, Istvan Sarkanys, y a fait déposer une malle personnelle, sans doute au cas où il arriverait impromptu et devrait s'équiper pour assister à la fin du Tournoi . Je ne sais si la Seconde a pu joindre le Maître Bronze pendant que vous partiez vers la salle des armures pour choisir ce qui pourrait convenir à …au...à notre nouveau champion . Mais le Maître Dragon Istvan Sarkanys étant son époux et Lordan Ventaren, l'un de ses aspirants , tout s'arrange très bien..


Jornwill parut satisfait de l'explication et s'adressa à Lordan sur un ton qui se voulait détendu :


-Allons, revêts le tabart de ton Kaerl, champion !


et il ajouta, après avoir aidé à suspendre le fourreau à la ceinture :


-Décroche-le dès que tu as dégainé ; garde tes jambes libres ; j'ai vu que tu n'utilisais pas le fourreau à la deuxième main...Et maintenant, il ne manque plus que le casque.


-Ah non ! s'insurgea soudain Lordan. Je ne veux pas être ridicule, alors que je porte une arme pareille, une arme au chiffre du Maître Bronze . De toutes façons, avec casque ou sans casque, je ne tiendrai pas devant un Torhil ...


-Quoi ! Tu entends ça , Guibert ?


-Oh, c'est la réaction de tous les aspirants face à un casque Ampemosh .. Vous-même au tournoi d'automne..en 910 , je crois, vous n'en aviez pas voulu et vous avez gagné ..


-Je n'avais pas un Torhil devant moi, mais des années de combat derrière . Lordan Ventaren, si tu ne mets pas ce casque et qu'on te fracasse le crâne au premier coup , rien n'empêchera le Torhil de prendre ce katana comme trophée . Si tu tiens assez longtemps grâce à ce même casque , les Dames interviendront pour terminer dignement ce combat , quand même par trop inégal . Le Torhil sera vainqueur et toi vaincu, mais un vaincu vivant et honorable et tu pourras rendre toi-même son arme au Maître Bronze . Si tu ..


Le chevalier devint soudain très pâle et chancela. Guibert se précipita pour le soutenir et le fit s'asseoir sur une chaise. Lordan, impressionné, se souvenant d'un coup de la blessure de Jornwill, saisit le casque aux cornes rouges et s'apprêtait à se l'enfoncer sur la tête, mais le chevalier lui dit en s'efforçant de sourire:


-Attends, tu dois entrer tête nue, pour aller saluer les Dames . N'oublie pas de dire bien haut « Pour le Màr Menel ! » Tu mettras le casque seulement en arrivant devant ton adversaire . Il aura déjà combattu, mais ne le crois pas trop fatigué . Il sera exalté par sa première victoire . Profite de ce qu'il sera sûr de gagner et ne se méfiera pas, ni de ton katana, ni de ton casque Ampemosh ... Je regrette, mais je vais devoir passer par l'infirmerie . Guibert, s'il vous plaît, conduisez le petit à l'entrée . On entend les trompettes , ça va être à lui... On se retrouve auprès de Märmoth .


Les écuyers aidèrent le Chevalier à se relever et le firent sortir aussitôt . Guibert arrangea le tabart, lissa l'écusson portant les armes des Célestes, prit le casque et le regardant , dubitatif, murmura:


-Bah, il n'est pas si laid que cela .. et il est vraiment efficace .


Puis s'adressant à Lordan, un peu raide dans sa cotte, il dit doucement :


-Allons Messire . Voilà la seconde fanfare . Ne faites pas attendre les Dames.




******************




Au moment de sortir dans le corridor qui conduisait à l'arène, Guibert se redressa , mit la main sur la garde de son épée d'officier et prenant le fameux casque, coincé sous le bras de Lordan, il proposa:


-Je vais le tenir pendant que vous irez saluer . Je vous servirai d'escorte jusque dans le cercle de combat et il est préférable que l'on puisse remarquer votre belle arme plutôt que le casque . Et il vous gênerait pour un salut correct.


L'aspirant lui remit l'objet et ils sortirent. On entendait le grand bruit de la foule qui avait acclamé la fin du premier duel et qui se calmait peu à peu. L'écuyer dit encore:


Pour le Salut à la Dame, c'est le troisième qui a été retenu, vous le connaissez ?


-Oui, oui... Main non armée sur l'épaule opposée, tirer l'arme vers le ciel, en supination, ramener l'arme au menton, puis pointe, bras tendu, vers le sol et dire : Pour le Màr Menel ! d'une voix forte. Remettre l'épée au fourreau, incliner la tête, relever , maintenir la..


-Bon, bon, très bien . Ne vous approchez pas trop de la tribune, sinon votre salut sera trop directement adressé à la Dame Céleste et il doit avoir l'air de l'être aussi aux deux autres.


Des valets d'armes venaient d'ouvrir les deux battants de la porte donnant sur l'arène, ce qui déclencha un grand Ha sur tous les gradins. Les trompettes retentirent, achevant d'ahurir l'aspirant qui ferma un instant les yeux, pris de vertige, après le confinement des vestiaires, devant l'espace brusquement déployé, l'immensité du ciel, la vibration de la lumiére, le bruit de houle qui venait de tout le cercle de gradins . Il sentit que quelque chose de pointu le poussait légèrement dans le dos et comprit que Guibert utilisait discrètement le casque pour l'inviter à s'avancer . Cela eut pour effet de lui faire reprendre ses esprits et même de penser cocassement que c'était la première manifestation de l'efficacité de ce satané casque . Dans la tribune en face de lui, encadrée par les imposantes masses des dragons, il apercevait distinctement les trois Dames et leurs suites, dans un chatoiement de couleurs et des éclats de métaux précieux. Il avança, en pensant à se redresser, à regarder droit devant lui, à ne pas avoir l'air idiot, et aussi à ses chausses qui le gênaient derrière les genoux et au cordon qui liait ses cheveux et qu'il n'avait pas changé depuis trois jours. Il effectua le salut sans encombre, les Dames lui répondirent gracieusement et avec ensemble, en levant la paume droite vers lui. Pivotant, il se retrouva face au centre de l'arène ; Guibert s'avançait pour lui remettre le casque, mais Lordan cherchait des yeux le Torhil . Etait-ce Tachiran ou Ryltar ? La distance ne permettait pas encore d'identifier le tabart, d'ailleurs déchiqueté par le précédent combat. Il s'était attendu à un tel géant qu'il trouva presque normal le guerrier qui l'attendait, tranquille, jambes écartées, les mains posées sur la garde de son épée, pointe fichée dans le sol de sable compact. Puis il se rendit compte de la taille de l'épée, du volume des cuisses musculeuses qui, bien qu'au repos, semblaient celles d' un grand félin prêt à bondir . Guibert lui plaça lui- même le casque, ferma la jugulaire et dit doucement avant de s'éloigner:


-Le soleil dans le dos, Messire, le plus possible dans le dos !...Que Flarmya vous protège..


Lordan se mit en marche, un peu dérouté par la sensation du casque, finalement moins lourd qu'il l'aurait cru. Le Torhil s'ébranla, venant à sa rencontre, puis leva son arme pour le salut simple qui lance le combat. Lordan y répondit, décrocha le fourreau, qui tomba avec un bruit mat sur le sable, et il chassa la pensée saugrenue qui flottait à l'arrière de sa conscience: ce n'est pas possible que je sois ici ! .


Il ne devait se souvenir des minutes qui suivirent que de façon vague : des impressions chaotiques de sauts et de gestes heurtés, le son clair du katana sur l'arme adverse , un bref sentiment de satisfaction, le monde rétréci, bizarrement découpé dans les orifices du casque qui centraient sa vue sur le Torhil, et surtout sur cette arme géante qu'il fallait éviter . Et puis un choc énorme, qui retentit en vibrations assourdissantes dans tout son corps : il eut la certitude qu'un rocher venait de s'abattre sur lui et il sentit en un éclair l'indignation le saisir . Qui avait osé lui lancer un projectile pareil ? Ensuite plus rien .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:53

Posté par Lordan

Une fois les trompettes tues, les trois Dames se concertèrent du regard et leurs lèvres remuèrent. Elles cherchaient à prendre la décision de qui poursuivrait le combat. La Dame Ardente ne se passionna que pour les dragons, laissant donc le choix du vainqueur bipède de la première manche pour la suite, pour le combat avec Lordan, le représentant Céleste. Pour les dragons, le choix fut un peu difficile. Merentar et Belareth s'étaient bien battus et l'idée d'envoyer une verte contre une rouge ne plut guère aux Dames Céleste et Neutre. La prochaine concurrente était Veovis, une Dragonne Incarnate. Elle était presque aussi grande que Merentar et tout aussi puissante. Et fraîche encore pour son combat. La petite verte avait déjà reçu quelques coups. Pourtant, elle se tenait droite sur ses pattes, fière et prête à se battre à nouveau. Même si le verdict ne serait peut-être pas en sa faveur, elle tenait à montrer une apparence déterminée et fière. Elle avait beau être une verte, elle tenait à montrer qu'elle avait autant de courage que n'importe quel dragon. Elle se permit même un clin d'oeil provocateur au grand Noir, qui en gronda. Heureusement que le combat avait été sonné. Le choix fut portée sur Belareth, avec un fort appui de la Dame Ardente. La dragonne verte en rugit de joie. Veovis serait un gros morceau, mais elle ferait de son mieux. Déjà elle prit une posture altière et la toisa. Elle avait beau être une Reine celle-là, elle ne restait qu'une adversaire aux yeux de la petite Verte.

Pour les combattants à pied, un soucis apparut : Tachiran et Ryltar s'étaient bien battus, trop bien même. Il fut difficile de déterminer qui allait être désigné comme le vainqueur, pour aller affronter le jeune Lordan. Mais avant qu'un choix ne fut réellement décidé, Tachiran demanda à se retirer du combat, préférant déclarer forfait. Quelques passionnés de son style de combat poussèrent quelques cris de consternation. Il avait pourtant bien jouté contre Ryltar. Pourquoi se retirait-il ? Il avait pourtant toutes ses chances d'être choisi pour la manche suivante.

Tachiran n'était pas un guerrier. Il avait des facilités, même un don diraient certains pour le combat, mais il n'était pas d'un naturel violent. Sans doute pris de doutes sur ses chances de remporter le combat prochain ou alors las de se battre, il préférait abdiquer. Au moins, il restait dans l'honneur. Il avait adressé un regard presque peiné à sa Dame. Lalwendë lui avait adressé un signe de la tête, quoiqu'un peu raide, il rendit le sourire à son champion. Tachiran s'était bien battu et même s'il refusait de continuer, ce qui était tout à son honneur, il avait bien représenté les couleurs de son Kaerl. Tachiran s'inclina devant les trois dirigeantes des Kaerls, sous les applaudissements des spectateurs. Rendre les armes demandait une certaine forme de courage.

Et une fois encore, avant que les trois Dames se prononcèrent pour déclarer Ryltar vainqueur de cette première joute, l'aspirant même déclara haut et fort qu'il souhaitait un autre concurrent neutre. Quelques regards intéressés fixèrent Ryltar, puis les cheftaines des ordres. Un évènement inattendu. Le jeune aspirant Ardent présumait-il de sa force ? Ou alors était-il trop fier pour n'avoir qu'une victoire par forfait ? Alors que le Lordan s'avançait dans l'arène, Ryltar exigeait d'avoir un autre concurrent avant de se "farcir" le céleste. Lalwendë ferma les yeux et semblait soupirer.

"Soit, si mes consoeurs n'y voient pas d'inconvénient à ce désir... Et si cet Aspirant Ardent n'a pas la sagesse de connaître ses limites... Si parmi vous un volontaire souhaite affronter Ryltar, qu'il se fasse connaître et se présente dans l'arène"

Ryltar souriait. Après tout, on n'allait pas gâcher les festivités combattives par un refus. Il attendit qu'un autre neutre se décida à se présenter pour le combattre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:54

Posté par Ukhof Dyenrea

La nuit avait été plus que mouvementée, et pourtant il l’avait passé dans son lit. Les draps n’étaient plus sur le matelas, qui lui-même n’était plus posé à l’endroit habituel dans le logement. Les oreillers étaient aux quatre coins de la pièce – heureusement, toutes les affaires étant dans des rangements fermés, aucune casse n’était à déplorer. Ukhof avait une fois de plus été pris de crises nocturnes, qui se traduisaient par un semi-somnambulisme d’une rare violence. C’était cependant un fait nouveau à l’échelle de sa vie, déclenché par un événement bien particulier, celui d’ôter la vie à un autre être vivant de ses propres mains et indirectement à un dragon. Les cauchemars n’avaient pas débuté immédiatement : seulement, après une semaine de sommeil sans difficulté, Ukhof se réveillait régulièrement dans la nuit, pris d’un sursaut comme s’il venait de tomber d’une chaise et qu’il essayait vivement de se rattraper. Son corps semblait s’être arrêté de battre un dixième de seconde, mais c’était suffisant pour donner une étrange impression de mort immédiate. Le visage du maitre Ardent flottait dans son champ de vision comme un pâle étendard, héraut d’une armée qui réclame vengeance et justice pour un crime encore non puni. La punition était pourtant en pleine application : cela faisait maintenant plus d’une semaine que, malgré des nuits d’une longueur plus que raisonnable, Ukhof ne semblait trouver aucun repos. Des siestes diurnes s’imposèrent, mais son esprit semblait éreinté d’une fatigue invraisemblable. Et le regard du pauvre homme, comprenant que sa fin était toute proche, qui implorait le pardon sans n’émettre son, était sans arrêt fixé sur Ukhof – garde vigilant qui veillait à l’inquiétude et à la tension du semi-Ondin.

Baignant dans sa sueur, Ukhof se redressa pour contempler le capharnaüm environnant. Il se débarrassa avec lassitude des draps qui lui collaient à la peau, puis se dirigea vers la grande vasque où de l’eau fraîche l’attendait. S’humectant le visage avec ses mains, il plongea ensuite tout son crâne dans la vasque. Les yeux fermés, il expirait très lentement, sentant les bulles d’air glisser vers son menton alors qu’il avait la tête à l’envers. Passant ses mains sur ses joues, il sentait se barbe de quelques jours qu’il n’était pas décidé à couper. Redescendant sur son crâne, il se massa le cuir chevelu qui lui était aussi doux et imberbe qu’un bébé. Relevant la tête pour reprendre sa respiration, il la replongea immédiatement. Les sons atténués et sourds qu’il percevait lui procuraient un repos encore plus satisfaisant qu’une vraie nuit de sommeil après quoi il aspirait plus que tout au monde en cette matinée ensoleillée. Ce brin de toilette effectuée, il s’étira longuement, membre après membre, comme il le faisait chaque matin depuis plus de quinze ans maintenant. Les articulations craquèrent, les derniers bâillements lui décrochant la mâchoire. Ukhof n’avait rien de prévu pour la journée, mais il comptait la passer tranquillement, très certainement à se reposer dans un coin tranquille de l’Allée des Idoles. Ou peut-être allait-il faire un arrêt aux Bains Céruléens. Mais avant tout ceci se profilait un copieux petit déjeuner.

Une fois restauré, il erra un peu dans le Kaerl, tantôt perdu, tantôt conscient de l’endroit exact où il se trouvait. Ses pas le ramenèrent finalement à son logement, où à la mi-journée il prit son déjeuner. L’après-midi s’annonçait tout aussi calme, le soleil semblant enclin à illuminer les terres jusqu’à son coucher. Alors qu’il finissait son repas, on frappa à sa porte. Fait plutôt inhabituel, car hormis sa Maitresse et Alkhytis, il n’avait que peu de connaissances au sein de son Kaerl. Et ces dernières ne se gênaient pas pour entrer sans frapper. Reposant le morceau de pain qu’il s’apprêtait à engloutir, il se leva et se dirigea calmement vers la porte. Il allait poser sa main sur la poignée quant une seconde série de petits coups rapides se fit entendre, qui dénotaient une certaine impatience de l’autre côté du mur. Ouvrant alors la porte, il vit une elfe au port altier qui semblait très pressée et éminemment stressée. Le visage fin et les oreilles pointues caractéristiques, elle était blonde et vêtue d’une manière particulièrement élégante : une grande robe, ample et légère, qui laissait deviner des formes harmonieuses. Le regard interrogateur de Ukhof lui fit reprendre consistance, alors qu’elle semblait arrêtée sur la carrure imposante qui occupait tout le chambranle de la porte.

« Bonjour, Ezyl Tin’Juis. Vous êtes bien l’aspirant Ukhof Dyenrea ?

- Lui-même… Vous désirez ?

- Une affaire un peu pressante m’amène ici. J’ai un peu de temps devant moi, mais j’aimerais autant que notre conversation soit des plus brèves, afin que je puisse vous emmener dès à présent…

- Comment, m’emmenez dès à présent ?

- S’il vous plaît, la tâche est déjà assez difficile comme ça pour que vous en rajoutiez.

Le regard de l’elfe ne laissait pas place à aucune objection pour Ukhof, aussi il préféra se taire.

- Pardonnez-moi, continuez…

- Bien, comme je vous disais, je suis pressée, mais mon instinct s’est une fois de plus révélé très efficace, aussi je dispose d’un peu de temps pour vous expliquer de quoi il retourne, puisque vous semblez réticent à l’idée de me suivre sans sourciller. »

Elle soupira, mais s’installa néanmoins sur la chaise que Ukhof occupait quelques secondes auparavant. Se servant un verre d’eau qu’elle s’enfila d’une traite, elle commença :

« Vous n’êtes pas sans savoir qu’en ce moment se tient le Tournoi Inter-Kaerl.

- J’en ai effectivement entendu parler.

- Vous connaissez donc l’organisation de l’événement ?

- Dans les grandes lignes, bien que…

- Bref, nous en sommes arrivés à la demi-finale, qui voyait s’affronter Tachiran, de notre Kaerl, et Ryltar Da’reh, du Màr Tàralöm. Le gagnant du combat devait affronter le Champion Célèste, un dénommé Lordan Ventaren. Cependant, tout ne s’est pas déroulé exactement comme prévu. Tachiran ne semblait pas enclin à poursuivre le combat, et s’est donc retiré. Ryltar devait être annoncé gagnant par forfait et affronter Lordan. Mais c’était sans compter sur la fierté de l’Aspirant Ardent, qui a déclaré qu’il souhaitait avoir une réelle victoire pour ensuite écraser le Céleste avec honneur. Une réelle victoire passant par la défaite d’un autre opposant. Aussi, dès que ces mots sont sortis de la bouche de Ryltar, un proche de la Dame m’a envoyé vous quérir.

- Qui est-ce ?

- Je ne le connais pas, c’est un des suivants qui l’accompagnent pour cet événement. En tous cas, il m’a dit qu’il avait entendu parler de vous par la Maitresse Verte Alkytis Doréhor, qui semble vous initier à l’escrime depuis quelques mois.

- C’est exact, mais je ne suis encore qu’à mes balbutiements dans cet art.

- Vous avez donc intérêt à vous surpasser, car Ryltar est apparemment un bretteur de renom…

- Je ne saisis pas bien ce que vous insinuez là…

- Ne vous faites pas plus naïf que vous ne l’êtes, Aspirant Dyenrea. Vous êtes bien évidemment désigné pour affronter Ryltar dans l’Arène, dès maintenant !

- Si c’est une plaisanterie, elle est de très mauvais goût.

- Ce n’est aucunement une plaisanterie. Les minutes passent, et la foule tout comme votre Dame, à qui vous avez prêté allégeance, doivent s’impatienter. Répondrez-vous à l’appel de votre Kaerl, pour l’honorer et porter ses couleurs vers la gloire ? »

Ukhof était piqué au vif. Son égo, dans de tels moments, était facilement mis à l’épreuve, et il n’allait pas refuser une occasion de prouver sa valeur. La fatigue l’ayant un peu quitté après cette calme matinée, il se passa la main sur les yeux et soupira.

« J’accepte avec humilité cet honneur qui m’est offert…

- C’est parfait, vous vous montrez digne d’un véritable Neutre.

- Laissez-moi préparer mon armure et mon équipement habituel…

- Prenez tout ce que vous souhaitez, mais en revanche, la tunique avec l’emblème de votre Kaerl vous est imposée.

- Très bien…

Empaquetant tout son matériel, armure, bandes et autres onguents, il fourra le tout dans ses sacs qu’il chargea sur son dos. Faisant mentalement un inventaire de ce qu’il emportait, il s’arrêta un instant au pas de la porte alors que Ezyl l’attendait dehors. Se précipitant vers son armoire, il fourragea rapidement pour mettre la main sur une petite boîte en bois, qui était gravée de signes identiques à une partie de ceux qu’il avait sur le crâne. Il quitta ensuite la pièce en suivant l’elfe qui descendait les escaliers de la tour au pas de course. Une question fit soudain irruption dans l’esprit de Ukhof.

« Pardonnez-moi, mais vous ne m’avez pas précisé qui était exactement l’adversaire que je dois affronter, ce.. Ryltar ?

- Ryltar est un aspirant du Màr Tàralöm. De ce que l’on sait, il a un passé de brigand de grand chemin, d’un naturel cruel et prompt à la bagarre. C’est un Torhil violent qui…

- J’vous d’mande pardon ?! Un Torhil ?

- Eh bien quoi, vous êtes à moitié Torhil vous aussi, non ? De plus, il n’est pas le plus imposant que j’ai vu, je dirais même que vous mesurez la même taille tous les deux.

- Je ne suis Torhil que par un hasard de lignée, je ne suis pas un demi-Torhil… Et vous m’avez dit qu’il était un fin bretteur ?

- C’est exact. Mais je sais aussi que la fierté le pousse à de drôles de raisonnements. Il a demandé une véritable victoire avec un autre adversaire. Peut-être voudra-t-il une véritable victoire, en s’opposant à vous à armes égales. Comme vous semblez ne pas maîtriser l’épée, il sera enclin à embrasser votre style de combat dans une volonté de vous ridiculiser. C’est un paramètre à prendre en compte, et qui pourrait se révéler très avantageux pour vous.

- Vous m’étonnez. Seriez-vous une érudite de l’art martial ?

- Contentez-vous de savoir que j’ai beaucoup lu, un peu vécu et aie beaucoup vu.

- Très bien… »


Ils arrivèrent devant sa Liée, une Dragonne Verte qui rayonnait d’une présence noble aussi puissante que l’Elfe. Montant avec légèreté sur sa Liée, Ezyl tendit sa main pour aider l’Aspirant à se hisser sur le dos de la Dragonne. Le voyage fut court, et ils arrivèrent très rapidement devant l’Arène. À peine arrivés, ils se dirigèrent vers les sous-sols où les combattants devaient se préparer. Il fut pris en charge par deux Halfelins, qui prenaient ses mesures tandis qu’ils le guidaient dans un dédale de couloirs sombres, en passant devant un nombre délirant de portes, de tailles et de factures diverses et variées. Ezyl était quant à elle partie rejoindre les Tribunes, afin d’annoncer l’arrivée de Ukhof à la Dame. Entrant finalement dans une grande pièce rectangulaire au plafond bas, éclairée par des torches accrochées au mur, Ukhof commença à s’équiper. L’un des deux Halfelins s’était quant à lui mis à la couture de ce que Ukhof devina être sa tunique, avec l’emblème du Kaerl Englouti brodé dessus. Le second s’approcha de Ukhof, et parla doucement :

« Ukhof Dyenrea, on m’a dit que vous étiez un habile combattant à mains nues. Nous nous sommes arrangés avec votre adversaire, que l’humilité ne risque jamais d’étouffer. Il est si fier, qu’il propose de débuter avec les épées ; s’il juge que vous êtes à la hauteur, il se contentera d’une telle victoire. Sinon, il abandonnera son épée pour un combat à mains nues.

- Ah… Ryltar est donc convaincu de sa réussite dans cet affrontement ?

- Il semblerait que oui… »

Le Halfelin s’arrêta, pour observer l’armure d’Ukhof en détail alors que ce dernier sécurisait les éléments les uns aux autres avec les fixations adéquates.

« C’est une armure comme je n’en ai jamais vue… D’où provient-elle ?

- Je peux quasiment affirmer qu’elle est unique, aussi votre question ne m’étonne quère. Elle a été forgée il y a quelques années, par des amis proches, et améliorée par leurs soins avec un peu de magie…

- C’est en effet une très belle pièce, dont l’assemblage et la facture gagnerait à être étudiée… mais de ceci, nous ne parlerons pas plus avant. Enfilez ceci ! »

La tunique ayant été ajustée à ses mensurations, Ukhof la passa par-dessus son plastron.

« Avez-vous un casque ?

- Non.

- Bien, on va vous en trouver un… Je suppose que vous n’avez pas d’épée ?

- Vous supposez bien…

- Allez me chercher une Claymore de quatre et demi, avec un casque Terahi, dit-il en s’adressant à l’autre Halfelin, puis, se tournant vers Ukhof qui levait un sourcil interrogateur, il expliqua. Quatre et demi, c’est en pouces. Une lame de quatre pouces et demi devrait vous convenir, vu votre gabarit. Quant au casque, c’est modèle qui dispose d’une protection en cuir pour la nuque, deux lames courbes viennent du haut de cette protection vers le visage pour former comme des mandibules. La visière est ajourée de nombreux trous, qui vous protège le visage efficacement tout en permettant une vision relativement large… tenez, voilà que ça arrive.»

Ukhof accrocha le fourreau avec la Claymore à l’intérieur à son flanc gauche, et pris le casque sous son bras droit. Il s’apprêtait à sortir, quand le Halfelin le retint par le bras.

« Question protocole, souvenez-vous : vous saluez les Dames, comme vous l’avez appris, toutes ensemble. Tâchez de ne pas en fixer une en particulier. Ensuite, une fois le casque remis, vous signalez que vous êtes prêts en levant la main qui porte l’arme. Le combat débutera ainsi. »


Le soleil qui illuminait l’Arène éblouit Ukhof qui n’était pourtant pas resté longtemps dans cette ambiance sous-terraine sombre. Pénétrant dans ce vaste cercle, il vit son adversaire, un sourire malsain aux lèvres, un Espadon trônant devant lui. Venant se placer à son côté pour saluer les Dames, il le jaugea du regard. Bien taillé, il ne portait rien sous son tabard, son armure n’étant constituée que d’épaulières et de jambières. Les parties à nues, à la vue de tous, étaient couvertes de cicatrices blanchâtres qui ressortaient extrêmement bien sur sa peau hâlée. Saluant tous deux les Dames, ils s’éloignèrent pour mettre leurs casques, et levèrent tous deux leurs épées qui étaient à l’échelle des deux combattants. Se débarrassant du fourreau en débouclant la ceinture, il saisit son épée des deux mains et se mit en garde. La première ruade du Torhil fut puissante, mais Ukhof esquiva. La deuxième fut encore plus puissante, et le coup porté vers le ciel déséquilibra Ukhof qui perdit sa Claymore. Ryltar retira son casque en un instant, le visage exaspéré. Jetant son épée à terre, il invita Ukhof à faire de même… Ryltar avait décidé d’affronter son adversaire dans un combat à mains et têtes nues… Levant le regard vers la Tribune, il demandait l’appui des officiels : ces derniers acquiescèrent, et ainsi débuta un combat d’une violence inouïe entre les deux géants. La tâche n’était pas aisée pour Ukhof, tant le Torhil était lourd et habile au combat. De coups de poing en coups de pieds, de clés en balayages, ils lacérèrent leurs tuniques, qui pendaient en lambeaux informes sur leurs torses. Leurs visages étaient commotionnés, Ryltar saignant abondamment du nez, mais arborait toujours un sourire déviant. Le combat ne dura que quelques minutes, au terme desquelles Ryltar se retrouva à terre, un bras cassé et un genou retourné. Ukhof tenait debout, mais un sentiment étrange envahissait sa bouche. Comme assommée, sa mâchoire ne semblait répondre que difficilement à ses nerfs, et c’est en crachant un peu de sang qu’il réalisa qu’une dent était partie avec le crachat. Désigné vainqueur, il n’osait imaginer quelle brute il allait devoir affronter prochainement.

Point de brute ne se présenta devant lui, mais bien un homme qui était élancé et qui portait sous son bras un casque Ampemosh. Ukhof n’en revenait pas : il fallait qu’il participe à un Tournoi Inter-Kaerl pour affronter de nouveau un terrible combattant Ampemosh, qu’il avait eut l’occasion d’affronter plusieurs fois lorsqu’il avait vécu en Vaendark. Alors que le Céleste pénétrait dans l’Arène, un Fëalocë, soigneur, s’approcha d’Ukhof qui était appuyé sur la garde se sa Claymore plantée dans le sol.

« Nécessitez-vous des soins, Ukhof Dyenrea ?

- À part la dent que je viens de perdre, il semblerait que je sois en bon état… mais merci quand même. Et, dites-moi, savez-vous qui est mon adversaire ?

- Certainement : Lordan Ventaren est un aspirant Humain.

- Originaire de Vaendark, au vu de son équipement ?

- Non, j’ai entendu dire qu’il était d’Orën…

- Ah.. bon… »

Le soigneur s’éclipsa, alors que Lordan s’avançait pour saluer les Dames aux côtés de Ukhof. Ce dernier put voir que Lordan était jeune, plus jeune que lui. Son humeur guerrière avait été attisée par l’envie de faire mordre la poussière à un Torhil arrogant, mais il n’était pas enclin à briser un jeune homme, d’autant qu’on pouvait dire à le regarder qu’il était humble et droit… Équipant néanmoins son casque, il vit son adversaire faire de même, puis se débarrasser de son fourreau pour libérer son katana. Une fine lame, pour un style vif et précis… Lordan promettait d’être un adversaire aussi difficile à affronter que le précédent. Ukhof décida néanmoins de profiter de sa condition physique et de l’adrénaline qui coulait encore dans ses veines depuis le combat précédent pour lancer un assaut rapide et soudain, afin de tester son adversaire.

La conclusion fut soudaine et sans appel : le Céleste avait à peine esquissé un mouvement avec sa lame, que celle d’Ukhof atteignait déjà le casque Ampemosh. Tournant les poignets au dernier instant, Ukhof réussit à ne frapper que du plat de la lame. Son coup, qui profitait de l’inertie de sa course, étala son adversaire d’une seule traite. Le jeune homme s’était effondré et Ukhof ne comprenait pas. Se penchant alors sur son adversaire, il retira son casque et ses gants pour mieux observer l’humain à terre. Il dégagea le visage de Lordan de son casque, qui semblait bien sonné après ce coup monumental sur la tête. Ukhof se sentait un peu honteux, alors que les trompettes annonçaient la fin du combat et sa victoire. Mais il ne l’entendait pas ainsi : passant sa tête sous le bras du Céleste, il l’aida à se relever, afin qu’ils se tiennent tous deux face à la Tribune pour recevoir le jugement des Dames.

Un tonnerre d’applaudissements ébranla l’Arène avec une majesté et une puissance merveilleuse. Les mains se frappaient pour saluer Lordan Ventaren, Aspirant du Màr Menel, qui avait eut le courage de se présenter dans cette arène et d’affronter dignement son adversaire. Son honneur était sauf, sa défaite qui n’en était pas vraiment une ne ternit aucunement le sourire que sa Dame lui adressa. Les mains se frappaient aussi pour saluer Ukhof Dyenrea, Aspirant du Màr Luimë, qui avait su se montrer raisonné après un combat d’une violence barbare, pour éviter toute effusion de sang inutile. Il n’en revenait pas : une foule l’acclamait, pour avoir porté les couleurs de son Kaerl à la victoire…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:54

Posté par Annah

Les Dames avaient rendu leur verdict, désignant la Verte victorieuse, la conservant favorite de la lutte à venir, aggravant la nervosité de la Rouge. Trop digne pour s'autoriser les cent pas, Veovis patientait, les yeux brillants et brûlant d'une lave agitée, les membres pulsant d'une rage contenue. L'Incarnate n'était plus que flammes figées dans l'expectative de lécher le ciel, d'en occulter le ciel clément de cette journée illustre.

Aux braises qui couvaient dans son âmes, d'autres tisons s'étaient mêlés, éveillant en elle d'autres images furieuses. Que gagnerait-elle à affronter une Verte ? Qu'elle plie, qu'elle s'incline, et l'on fanfaronnerait sous les mers, riant de la déveine d'une Reine, moquant à la fois le Màr Tàralöm, mais médisant sur toutes les couvées qu'elle offrirait au Kaërl. Cette histoire la suivrait, comme une traînée de suie commémore à jamais un incendie passé. Qu'elle l'emporte, et chacun n'y verrait que l'évidente suprématie ardente, et l'on trouverait à redire : lutte inégale que celle d'une Verte contre une Reine, fourberie inévitable du Màr Tàralöm dont la Dame avait décidé du déroulement des épreuves...

° Ne te tracasse pas pour cela, ma reine, les rumeurs vont bon train et rincent plus de gosiers que l'hydromel d'Orën. °


° Peut-être n'aurais-je pas dû me proposer. °

La Fëalocë ne sut que penser. Sa liée avait l'orgueil fou et la fierté trop fragile pour souffrir qu'on la brusquât. Pour qu'elle en vint à tenir de telle parole, l'hésitation qu'elle affectait n'était sûrement que rhétorique. Plutôt que de chercher à raisonner son irascible liée, Annah lui ouvrit son esprit, la laissant libre d'y déverser ses craintes et ses fureurs pour ne garder rien de plus que sa flamboyante résolution.

Par les yeux de la reine le monde étai changé. Les échos des rires et des clameurs se mêlaient en un brouhaha indistinct et tenace, l'enceinte de l'arène devenait subitement terriblement exiguë. A cet instant seulement, Annah envisagea la situation à l'aune d'une cruelle vérité : Veovis peinerait à prendre son envol, à négocier ses virages et à dominer les hauteurs. Le combat de front qui pourrait lui offrir une victoire aisée par ses griffes acérées, elle le redoutait. Sa croissance inachevée ne lui ferait pas de cadeau, que la Verte érafle ses écailles trop tendres ou transperce la membrane trop fine de ses ailes, et elles écoperaient de plaies qui mettraient des lunes à guérir, si elle n'en gardait pas des séquelles.

Emportée par cette vision et toutes les conséquences qui en découlaient, les larmes vinrent aux yeux d'Annah et elle les refoulât à grand peine. Veovis avait grandi, et sa liée voyait en elle le colosse écarlate qu'elle était aux yeux de tous, bercée d'illusions par l'arrogance de l'Incarnate, oubliant parfois que lorsqu'elle pérorait sur son rang et tout ce qu'il impliquait, c'étaient l'écho des mille reines insolentes à l'avoir précédé. Plus d'une fois, la dragonne avait laissé entendre que les faveurs des Bronzes n'étaient qu'un pari audacieux, la Fëalocë n'y avait vu que la promesse de l'hymen, non combien sa liée était jeune encore.

La Verte était petite, voilà ce que voyait Annah. La Verte était une dragonne accomplie, voilà ce que voyait Veovis, maudissant la sottise des bipèdes. Au dehors, les cris et les murmures se turent et reprirent, on annonça le duel suivant. L'Incarnate piétinait, mal à l'aise.

° Il faut défendre l'honneur du Màr. ° déclara fermement Annah, encourageant sa moitié d'âme du mieux qu'elle le pouvait sans molester sa fierté.

° Je sers mon Kaërl mais non mon sang. Les dragons n'ont que faire de luttes intestines, nous ne sommes pas en guerre. °

° Beraleth n'est pas de ton sang. °

° Pas de ma lignée. ° rectifia Veovis.

° Il ne s'agit que d'un combat amical, nulle d'entre vous n'aura à en souffrir... °


° L'amitié dans ton discours emprunte de subtils arrangements que tu ne te plairais guère à me voir reproduire. °


Un silence mental s'insinua, la Fëalocë battait en retraite, à cours d'arguments.

° Fais le pour moi. °

° Non. °

° Je resterai ta faiblesse, ce jour et tous ceux que m'offrira Flarmya. °

L'échange n'avait duré que quelques secondes, alors que fusaient les pensées, mais tout était dit. L'Incarnate se redressa comme s'ébranle une montagne, fouettant le sol rocailleux de l'aire d'attente des combattants pour s'arracher au sol. Le Torhill qui maintenait ouvertes les vastes portes de l'arène se jeta de côté à son approche, lui laissant toute latitude d'embrasser le ciel. Une clameur furieuse accompagna son entrée. La reine filait vers le ciel, aussi haut que ses ailes le lui permettaient.

Le Màr ardent pouvait bien encourager sa championne, Annah, elle, se sentait devenir de pierre. Quelle place aurait-elle au Màr, lorsque ses compagnons comprendraient que Veovis les trahissait, qu'elle n'avait pas dessein de se battre pour eux, qu'elle ne porterait leurs couleurs qu'au nom d'une hymne de vie ? Et quelle plus belle occasion que celle-ci ? Fébrile, la Fëalocë dut se mordre la langue pour s'extraire des pensées contagieuses de sa liée.

Fendre le ciel, ouvrir ses ailes aux cieux, offrir son corps au plus affin, au plus rapide, au plus audacieux, quel meilleur moyen que celui-ci d'honorer cette entente des kaërls que tous revendiquaient. Annah ne s'y trompait pas, qu'un céleste couvrît Veovis, et leur progéniture ne connaîtrait rien d'autres que les sables des cavernes ardentes, mais aucun mot qu'elle put proférer ne retiendrait l'Incarnate. Qu'elle l'insinuât trop jeune, trop inexpérimenté, et la dragonne mettrait un point d'honneur à lui démontrer le contraire.

Alors même que la Fëalocë abandonnait tout espoir, un miracle se produisit, une minuscule étincelle verte jaillit pour barrer la route de la reine, la plongeant dans une colère folle. Les yeux incandescents, l'Incarnate fit volte face, plongeant sur sa soeur aux écailles d'émeraude, toutes griffes dehors. Persuadée que l'attaque ne porterait pas – avait-on jamais vu un ours attraper un lézard ? - elle doubla l'attaque d'un puissant coup de queue.

°Dames, je vous salue. Puisse l'honneur du Màr Tàralöm ne pas souffrir de ce combat, que je dédis à notre dame, Limna On Nïksé. ° rugit Veovis, de telle sorte que tous, et non seulement les élues, l'entendirent.

Nul ne devait jamais déceler les intentions premières du vol de Veovis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:54

Posté par Alkhytis

La dragonne verte avait profité du répit disponible pendant le dernier combat des guerriers pour reprendre un peu son souffle. Elle était un peu fatiguée, mais elle tenait encore à bien se battre. Surtout face à une jeune Reine rouge... Elle ne doutait pas de ses capacités. Si elle avait fait front face à un grand noiraud, elle saurait se défendre face à une Incarnate. Elle n'oubliait pas le fait que Veovis était encore en croissance, et que malgré ce détail, elle serait aussi forte que Merentar. Surtout qu'elle était plus fraîche en force que la petite verte.

Ce qui allait rendre ce combat plus palpitant encore allait être l'affrontement entre deux femelles, de deux Kaerls différents. Aussi loin que pouvait se rappeler Belareth dans le souvenir de ses aïeux, jamais encore une verte neutre de son sang n'avait eu l'audace d'affronter une dragonne rouge. Le contexte n'était pas d'une guerre, mais seulement d'un simple duel amical, pour clôturer ces festivités. Oui palpitant. Aussi bien pour ces faits là mai sur le détail de la rivalité entre deux femelles dragons. Les dragonnes avaient beau être intelligentes et sages pour modérer leurs ardeurs et leurs instincts, là, devant la présence de mâles robustes et puissants, la nature allait trouver son bonhomme de chemins. Les deux sauriennes allaient s'affronter pour bien plus que le simple jeu du combat. Belareth le ressentait déjà comme cela.

Quand le combat des bipèdes se termina sous un vivat puissant et honorifique, la jeune rouge prit un violent essor vers le ciel. Belareth hocha simplement la tête. Même les dragons chez les Ardents avaient un comportement bizarre. Mais elle n'allait pas attendre que cette petite rouge revienne lui tomber dessus.

°Fais attention à elle quand même ma belle. Tu es moins en forme qu'elle°
°Je ferai attention, mais elle va découvrir que je ne suis pas en sucre, même si je suis une verte°


Alkhytis de son côté se doutait bien du résultat final. Même si sa liée arrivait à bien se battre, les dames ne feraient pas l'affront d'accorder la victoire à une simple verte.

°Hé, soit pas défaitiste ! Il peut se passer plein de choses. °

Puis Belareth s'élança dans les airs à son tour. Elle se refusait à rester à terre pour laisser de la marge à une Incarnate. Elle la rejoignit rapidement et frôla presque son museau alors qu'elle semblait rêvasser.

°Allez la petite rouge, on ne s'endort pas !°

L'Incarnate avait déjà rugi de l'affront de sa présence perturbante. Aussitôt, elle tenta de la frapper de sa lourde queue musclée

°Raté ! On dirait que c'est toi qui es épuisée ma petite. °


Elle lui lança un rugissement moqueur avant de se mettre à voler en fanfaronnant. Elle avait bien réussi à provoquer un noir, alors pourquoi pas une rouge ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:54

Posté par Annah

Que pouvait comprendre une dragonne verte à ce que l'existence exigeait d'une reine ? La petite créature papillonnait, futile mais assassine, hantant la lisière de son champ visuel, insaisissable et si tragiquement fragile !

° N'oublie pas qu'elle est dragonne. ° s'immisça Annah.

Trop Fëalocë et égale à son sang pour endurer si longuement le silence, la jeune femme préférait risquer le courroux de sa liée. A tourmenter incessamment ses pairs, quand bien même ils la dépassaient largement par la taille, la Verte ne cédait-elle pas à cette même arrogance qui si souvent emportait l'Incarnate ?

° Laisse-là s'épuiser et fauter ma reine, n'entre pas dans son jeu de ballerine, où elle te rompra les écailles une à une... °

° Assez ! ° rugit Veovis dont les yeux flamboyaient de colère.

Toutefois, elle glana assez des conseils de sa moitié pour cesser de suivre la valse de la Verte, pour l'admettre dans son dos quand elle échappait à sa vue plutôt que de tournoyer follement sur elle-même, ce à quoi rien ne l'avait jamais préparer. Elle risquait à chaque instant une attaque à revers, mais si la Verte avait la folie de garder sa prise, il lui en cuirait, et si elle ne faisait que l'asticoter, il lui faudrait l'ignorer. Elle avait survécu aux flèches d'Innd'velyn, elle ne pouvait trembler devant une Verte. Si elle s'inclinait, en viendrait-on à promouvoir les enfants des Vertes, effaçant ainsi de toutes lignées le souvenir majestueux des Reines ? Cette éventualité s'imposait de toute force à l'esprit de la Rouge, et elle gagna d'autant plus d'ardeurs au combat.

Bien qu'il lui coûta de l'admettre, Annah n'avait pas tort de l'enjoindre à économiser ses forces. Comparée à ses aînés, elle se fatiguait vite, voler exigeait encore d'elle qu'elle réfléchît à l'inclinaison de ses ailes et qu'elle tâtonnât. Là où un dragon aguerri planait d'instinct, Veovis s'égarait dans les cieux avec une nette imprécision. La Verte tourbillonnait, s'insinuait ça et là, dans le moindre espace laissé libre par les ailes ou les membres de Veovis, révélant des écailles encore tendre, prête à croître, encore, avant de céder place à d'autres.

La vitesse lui échappait de beaucoup, la force était un atout dérisoire dans cette arène minuscule. Ses ancêtres, mille voix dans son esprit, la harcelaient de conseils ou d'ordres contradictoires, réveillant en elle le spectacle d'autres temps, où les dragons avaient fait des cieux leur champ de bataille, d'une nuit sans lune leur veillée, et de l'interstice leur cimetière. Mais aucune de ces pensées troublantes ne présentait de duel semblable au sien, et les Reines anciennes lui scandaient de laisser à d'autres l'infamie d'affronter une Verte. Si elle luttait contre une Verte, disaient-elles, qui donc ralentirait l'or et l'argent ? Perturbées par ses belliqueuses aïeules, Veovis ferma son esprit.

Reprenant de l'altitude sans plus se soucier de la Verte, elle la nargua d'un cri rauque, peu désireuse de se voir en reste de provocations. Qu'elle vienne, l'Incarnate l'attendait, ses crocs luisant sous un soleil orgueilleux, ses griffes déployées comme les dents de quelque insatiable monstre. Qu'elle frappe la première, si elle voulait encore se mesurer à elle, et Veovis lui montrerait comment se bat une dragonne...

En d'autres circonstances, Annah se serait interrogée sur la possibilité pour l'Incarnate de recourir à son projet sans être accusée de duperie. Pour l'heure, elle demeurait tétanisée, fixant cette lutte inégale, et maudissant Flarmya, de n'avoir pu faire pencher de manière évidente la balance en faveur de la Reine. La Fëalocë trouvait injuste qu'il pût suffire d'une simple Verte pour défaire un Noir ou une Incarnate, même si en son âme et conscience, elle redoutait plus encore que Belareth ne fut pas qu'une simple Verte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   Mar 17 Sep 2013 - 15:55

Posté par Alkhytis

Le concours de circonstances y était pour beaucoup quand à l'attribution d'une verte dans la place de l'opposante contre une jeune Rouge. L'incarnate aurait pu en faire une bouchée,n car encore fraîche de tout combat, mais visiblement, elle ne comprenait pas que le combat était en train de se jouer. En plus d'être la risée de son Kaerl, elle allait montrer que les Reines rouges ne valaient rien au combat. Etait-ce cela le sang d'une Reine Ardente ? Est-ce cela le sang des anciens dragons ? Il avait dû se dispercer dans certains mélanges pour que cette petite dragonne écarlate ne se vante pas de vouloir l'écraser. Et mise à part répondre d'un rugissement de simple bravade... Non elle ne savait pas se battre. Elle ne savait pas écouter l'ardeur de sa race qui coulait dans ses veines... Ah si, elle montait encore plus haut dans les cieux pour la braver... Quelle courage que de combattre de front !

Si elle avait pu lire les pensées de cette dragonelle, elle aurait jubilé. Une verte qui pourrait supplanter une rouge dans les lignées... Après tout une verte pouvait engendrer elle aussi. Un fils Bronze ou Brun pouvait couvrir une reine. Et de ce fait, le sang de la verte pourrait se joindre à celle d'une jeune reine en devenir sur une future génération... Une idée malsaine pour bien des puristes. Mais la nature était ainsi. Les plus forts s'affirmaient pour laisser l'espèce évoluer dans le bon sens... Même chez les dragons...

Belareth haletait malgré sa rage de vaincre. Elle avait déjà des combats dans les ailes et même si elle savait batailler, elle devait faire plus attention. La rouge était plus fraîche et robuste. Donc plus à-même de remporter la victoire. La petite verte serait trop fière de gagner, mais les chances s'étaient amenuisées... Pourtant, elle n'allait pas déclarer forfait. Elle allait montrer de quoi était capable une petite dragonne neutre contre une rouge couarde.

Elle la toisait puis elle poussa un ultime rugissement de défi, avant de monter comme une flèche vers Véovis. D'un coup d'aile, elle esquiva un possible coup de queue, avant de s'accrocher violemment à son dos. Elle n'allait pas faire dans la dentelle et comptait user de ses dernières ressources pour se battre avec vaillance, même si elle pressentait que son adversaire allait avoir le dessus sur elle. D'un grondement rageur, elle planta ses dents dans les écailles jeunes de l'encolure couleur rubis.

[HRP : voila ma petite, fais-toi plaisir :)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres   

Revenir en haut Aller en bas
 
v1- [RP Officiel] Arène - Tournoi InterOrdres
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» L'arène: tournoi de l'aventurier
» BADMOONZ 3000 pts pour tournoi Haguenau 2010
» Liste pour tournoi 1500pts avec resctriction
» nouveau supplement-non officiel?
» Tournoi CE le 21 Novembre 2009 à Rôle Games Marseille

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Delta du Cenedril-
Sauter vers: