Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:42



Magister Vyman Terienh


Il maudit les festivités familiales... Pourquoi faut-il que cela se présente toujours aux derniers moments. Oui, c'était là qu'une bonne excuse pour ne pas se charger de donner ce devoir aux volontaires. C'était plus de son domaine que du sien. Ah Myredith Viel... C'était bien parce que c'était elle. Un autre magister aurait eu porte close. Si ce devoir avait porté sur les armes, il aurait été ravi. Là il fallait que ce soit sur des matériaux... Je vous jure, il y a plus important comme sujet ! Mais il n'allait pas complètement critiquer le choix du test.

"Allez allez, vous pourrez parler une fois le devoir terminé. Et vous cessez de conter fleurette. Oui vous ! "

Il détailla toutes les personnes qui prirent place. Puis quand le silence fut enfin présent et bien pesant, il se racla la gorge et prit la parole.

"Je vous souhaite la bienvenue en terre indépendante de Lomëanor, à vous tous, membre des trois KAerls. Je suis le Magister Vyman Terienh, spécialisé dans le combat et les armes. Mais je ne suis là qu'à titre de remplaçant. Exceptionnellement. "

Il haussa un sourcil quand un ou une ricana. Il l'ignora superbement.

"Alors le sujet est :

"Décrivez un matériau rare et exceptionnel qu'on peut retrouver en Rhaëg"


Puis il fit passer des parchemins.

"Vous savez tous ce qu'est un matériau n'est-ce pas ? Hmm... A la tête que vous faites, on dirait pas. Un matériau est une matière d'origine naturelle ou artificielle que l'homme façonne pour en faire des objets."

Il les regarda tous, un par un ... Décidément, cela promettait.

"Je vous laisse le choix de la mise en page. Ce que je souhaite voir apparaître sur les copies sont le nom de votre matiériu, ce que c'est, si c'est animal, végétal, minéral.... ect. Ensuite, comment on peut s'en procurer avec ou sans les difficultés pour en avoir, s'il est rare ou... très très rare ! Ses vertus sont importantes aussi. Qu'est ce qui le rend exceptionnel sur des matériaux plus classiques. Par exemple, un métal de lune est plus résistant que le fer... Je dis bien que c'est qu'un exemple. Et pour les applications, j'aime bien les détails... La magie peut en être une. "

Il sourit.

"Vous avez quatre heures. Et je ne veux pas un bruit... Juste entendre le battement des ailes d'un papillon."

[HRP : vous avez jusqu'au 29 février pour proposer votre "devoir" ici même dans ce topic. Pour le choix des matériaux, cela peut être un tissu spécial, des joyaux, des cristaux... bois, métal, roches diverses, en passant par les écailles de dragon, tout est possible. Laissez libre cours à votre imagination et travaillez bien o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:43

Daala s'installa tranquillement à une table du fond. Elle déploya toute une batterie de plumes, d'encres, de crayons, de gommes. Elle se sentait plus à l'aise pour écrire, entourée de tous ces outils. Elle réfléchit un instant, posa une plume hésitante sur le papier, puis se mit à écrire. Désormais, aucun bruit ne pourrait la déranger dans son travail.

Citation :



Les rubans célestes du Vaendark

Origine : Naturelle, céleste
On peut s'en procurer : au Vaendark seulement, dans les régions à l'extrême Nord du Rhaëg.
Rareté : Rare à voir, très très rare à récupérer.
Vertus, applications : utilisation décorative, propriété magique de protection

Les rubans célestes, appelés Nuvujajuq Qiluaq par le peuple du Vaendark, apparaissent en de rares occasions lorsque différentes conditions sont réunies :
- la température extérieure doit être suffisamment froide. La mesure précise de température étant encore difficile malgré les recherches des savants, on a tout de même remarqué que les rubans célestes apparaissaient seulement lorsqu'il faisait assez froid pour que l'eau contenue dans un bol lancée en l'air soit gelée avant même d'avoir touché le sol.
- il ne doit pas y avoir un souffle de vent.
- les rubans célestes se forment exclusivement la nuit.

Lorsque ces conditions sont réunies, les rubans célestes se déploient dans le ciel tels des draps multicolores. Leur taille varie mais tourne autour de 5 ou 6 mètres de haut sur plusieurs kilomètres de long. On peut entendre un bruissement caractéristique lors de leur apparition, et tout au long de la durée du phénomène, pendant qu'ils ondulent dans le ciel. Cela peut durer de quelques minutes à plusieurs heures, après quoi les rubans célestes se décrochent du ciel et retombent au sol.

La récolte de rubans célestes entiers est extrêmement rare, car bien souvent ils se disloquent lors de la chute et retombent au sol en poussière. Cette poussière éphémère disparaît au moindre contact avec une source de chaleur, aussi vaut-il mieux la ramasser en même temps que la neige sur laquelle elle se dépose. On peut la stocker dans des bocaux et s'en servir d'éclairage, car la poussière de rubans céleste luit d'une jolie lueur phosphorescente colorée, et qui possède de plus une longévité exceptionnelle tant que la neige ne fond pas. Certaines lampes à poussière de rubans célestes peuvent ainsi durer plus de trois mois sans s'éteindre.

Dans certains cas, les rubans célestes se forment assez près du sol pour ne pas être détruits lorsqu'ils touchent le sol. Au contact de la neige (et seulement la neige, car ils sont détruits par les sapins ou les rochers), ils se cristallisent et deviennent solides. Lors de la phase de cristallisation, il ne faut pas toucher le ruban céleste sous peine de la détruire. Cet étape dure environ deux jours, après quoi on peut ramasser avec soin l'immense plaque multicolore qu'est devenue le ruban.

Ensuite, on fait fondre très doucement la glace qui entoure le ruban, on obtient alors un magnifique pan de tissu aussi doux et fin que la soie. Chaque cristallisation étant unique, chaque ruban céleste est recouverts de motifs différents qui rappellent les motifs étoilés de flocons de neige.
Les couleurs aussi varient, les plus courantes sont les bleues/vertes, ensuite les bleues/roses, ensuite les orange/jaunes, les plus rares étant les violettes/vertes. Les couleurs pures (entièrement bleu, entièrement jaune...) sont courantes mais n'ont aucun pouvoir, et sont souvent récupérées dans des buts purement décoratifs.

Après la récupération, le ruban céleste peut enfin être utilisé : cousu sur les robes, vestes, tuniques, en voilette de chapeau, en fleur de cheveux, c'est un tissu avant tout décoratif puisqu'il est trop fin pour tenir chaud et trop transparent pour être utilisé seul. Sa beauté diaphane et l'exquise délicatesse des motifs étoilés du ruban céleste en ont fait un tissu de luxe que les reines et rois s'arrachent à des prix faramineux.
Mais sa principale valeur tient surtout de ses capacités magiques de protection. Porter un morceau de ruban céleste sur soi repousse la maladie, et parfois même sauve des vies. On ne compte plus le nombre de légendes qui portent sur des accidents mortels et des assassinats manqués par des porteurs de rubans célestes.

Des recherches ont été faites sur sa composition, et plusieurs hypothèses courent à ce sujet :
- il s'agirait de résidus de sorts magiques qui erreraient sur le Rhaëg pendant des siècles avant de se retrouver, portés par les vents, au Vaendark où ils se matérialiseraient par fusion avec d'autres résidus de sorts.
- il s'agirait de messages envoyés par les dieux pour dialoguer avec leurs fidèles. Chaque couleur aurait un sens particulier, comme par exemple le bleu pour la gratitude, l'orangé pour la colère etc.
- la rumeur la plus répandue est celle qui dit que les rubans célestes seraient en réalité les âmes des défunts qui auraient choisi de revenir sur terre sous cette forme pour protéger leurs familles et amis des maux.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:43

Lilwen était ravie de cet exercice. car aussitôt le sujet prononcé, elle avait su de quoi elle parlerait... Et même si elle n'en avait vu qu'une seule fois dans sa vie, elle sut qu'elle ne pouvait parler que de ce matériau.

Citation :


Les Pétales d'Elemire


Origine : Naturelle
On peut s'en procurer : en Ssyl'Shar même si elle provienne originairement d’Undòmë.
Rareté : Extrêmement rare.
Vertus, applications : Propriétés décorative et protectrice.

L’Elemire ou fleur étoile en elfique est une plante très rare et on raconte que ceux qui ont l’honneur d’en découvrir une seront chanceux durant une année complète. Cette fleur ne se trouve qu’en Undòmë. Si d’aventure vous souhaiteriez vous en procurer une, il vous faudrait arpenter durant des jours la côte ouest du continent, battue par les vents glaciales, à la recherche de la moindre crique. Car c’est dans ces endroits sablonneux et calcaires que vous trouverez peut-être cette étoile blanche. Elle se trouve généralement à même la falaise, dans un petit renfoncement qui l’abrite du vent, et où un peu de terre et de sable a subsisté.

Mais si par chance, ou par acharnement vous trouvez cette fleur, votre périple n’en est pas moins terminé. En effet, pour lui apporter toutes ses propriétés, les pétales doivent subirent un traitement dispensé seulement par quelques élus en Ssyl’Shar. C’est de la que provient la rareté de ces pétales. Il vous faut parvenir à conserver la fleur en l’état durant votre périple qui vous mènera au plus profond du désert. Là, vous trouverez un homme, peut-être sera-t-il vendeur ambulant, ou peut-être fera-t-il partie du haut gouvernement, mais il aura le savoir nécessaire pour changer les pétales d’une simple fleur en pétale presque indestructible et d’une beauté saisissante.

Le traitement en question peut paraitre d’une simplicité enfantine mais il n’en est rien. L’homme que vous avez trouvé va tout d’abord préparer un mélange qui vous fera tourner la tête si vous restez trop près sans y être habitué. La composition reste un mystère, seul quelques ingrédients sont connus tel que le miel de Qahra et de la poussière de roche de Vaendark. Cet élixir peut être entêtant car il dégage une odeur délicieuse, et est de la couleur de l’or fondu, mais ne vous y risquer pas, vous perdriez la vie avec un simple contact. L’homme que vous avez trouvez va alors s’employer à tremper les pétales un à un dans cet étrange liquide. Prenez alors votre mal en patience, car l’opération peut durer jusqu’à deux lunes. En effet, il faut trempez plusieurs fois les pétales et attendre à chaque fois que la coque de fluide ait durci. Car c’est ce traitement long et fastidieux qui donnera à ces pétales leur dureté inégalé. Encore à ce jour, il n’a pas été trouvé de matériau qui puisse ne serait-ce qu’égratigner ces pétale de lune.

Après les nombreux trempages, vous pourrez récupérer votre précieux matériau. Comme il est coutume de le faire, vous laisserez la moitié de vos pétales à celui qui les a sublimés. Entre vos mains tremblantes, vous contemplerez les joyaux blancs, irradiés de reflets dorés. Vous constaterez qu’ils semblent toujours aussi fins qu’auparavant, même après leurs nombreux passages dans la liqueur dorée. Vous remarquerez aussi deux minuscules trous, permettant de monter ces splendides pétales en bijoux d’exceptions, très prisés dans les hautes sphères des grandes cités et que vous pourrez en tirer un prix exorbitant, car leur rareté est proportionnelle à leur valeur. Mais vous aurez peut-être un autre but pour ces pétales.

Il existe une légende en Undòmë, celle de Systélya, la femme qui ne pouvait être tuée. Cette grande dame aurait réussi à acquérir assez de pétale d’Elemire afin de se confectionner une côte de pétale qui la protégeait de tout dommages physique. Et même si peu de monde croyait en cette fable puisque Systélya aurait dû être immensément riche, certains rêvait encore de cette côte blanche aux reflets d’or qui les protègerait en toutes circonstances.

Il ne vous reste donc plus qu’à rêver de l’emploi de vos somptueux pétales mais surtout à ne pas trop fanfaronner quand à votre chance. Sinon, qui sait ce qu’il pourrait vous arrivez…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:43

Brendart était également là, il appréciait particulièrement ses cours dont les question lui permettaient de fouiller son passé et ses expériences. L'homme avait reçus les consignes du maître, non sans sourire à ses petites boutades avant de se lancer dans la rédaction de son exposé. En tant que marchand, Brendart avait beaucoup voyagé et, de par sa fonction, il avait toujours porté un intérêt à ce qui pouvait sortir du domaine du commun. Bien souvent, cela voulait dire qu'il y avait de bons bénéfices à se faire et rapidement, un certains nombre d'exemple lui vinrent en tête. Après quelques minutes à faire le tri, il se décidait alors pour une espèce qui l'avait particulièrement marqué lorsqu'il s'était installé en Ys.

Il se mit alors à coucher sur le papier quelques souvenirs qu'il avait par rapport à son sujet et, ce faisant, sa mémoire lui revint petit à petit. Au bout d'un certain temps, et après avoir ordonné ces notes, il rédigea sa copie finale pourvue d'un croquis dessiné avec soin et lorsqu'il eut enfin terminé, l'ardent remarqua que la plupart des participants avaient déjà remis leur copie. Sans doute que son soucis du détails était à l'origine de tout ce temps passé sur son sujet. Car chaque souvenir en rappelait d'autres mais il fallait faire un choix et rester dans le cadre de la question. Il finit alors par se lever avant d'aller remettre sa copie finale au Magister Terienh, non sans lui souhaiter une bonne lecture...

Brendart Fawkes a écrit:
LE CORIACEA


    Origine : Végétale
    Région : Qahra
    Rareté : Matériau rare
    Application :Menuiserie et ébénisterie de luxe, ponts (bois), Calfatage pour la construction fluviale/navale (sève), alimentation (feuilles et fruit)
    Vertu: Ses feuilles sont aussi connues pour leur vertus curatives


      L'arbre:
Pour cet exposé, je vais me concentrer sur une essence de bois, un bois très connu sur Qarha mais peu accessible et rare en dehors de ce continent : le Coriacea. Cet arbre donne un bois lourd que l’on retrouve essentiellement sur le continent de Qahra. C’est un bois relativement dur et résistant, idéal pour la construction mais dont les conditions, très spécifiques de pousse rendent aussi très rare sa présence en dehors du continent-jungle. Grosso modo, un Coriacea atteint une taille exploitable vers l’âge de 50/55 années et atteint environs 20 mètres de haut et, d’après certaines rumeurs, a besoin de certaines espèces végétales ou animales pour favoriser sa croissance.

      Une essence rare:
Sur Qahra, le Coriacea a longtemps été utilisé dans le domaine de la construction mais une forte exploitation durant les années 650 a provoqué une pénurie importante de cette essence sur les marchés. Encore aujourd’hui, on peut trouver des exemples de cette période ou le Coriacea était encore abondant et bon marché, bon nombre de vieilles demeures ont leurs charpentes faites dans ce bois qui résiste bien au climat typique de ce continent. Il existe encore quelques ponts construits en bois de Coriacea même si ceux-ci sont remplacés progressivement par des ponts en pierre.

Après les années 680, le prix du Coriacea a fortement augmenté pour devenir un matériau de luxe, destiné aux riches familles voulant faire étalage de leurs richesses en commandant du mobilier fait dans cette essence. Les profits d’un tel commerce étaient tels que seules cinq commandes de ce bois par an permettaient à un commerçant de vivre correctement pendant un an.

A partir des années 865, la présence du Coriacea sur Qahra était redevenue plus commune suite à des projets locaux de replantation, sans pour autant être ce qu’elle avait été avant. Le prix de cette essence sur les marché est donc devenu plus abordable vers cette période mais les prix, ailleurs dans Rhaëg sont restés les mêmes, rendant ce commerce encore plus juteux de telle sorte que la proportion évoquée plus haut, passait à 3 commandes pour accorder un cadre de vie suffisant au marchand des autres continents pendant un an et demi.

Aujourd’hui, l’essence de Coriacea est peu connue du grand public, sauf de quelques connaisseurs et curieux. Son exploitation se fait toujours sur Qahra où l’on tente en vain, d’en rationaliser la production mais il semble que cette essence soit très sensible à son environnement et ne puisse pousser en masse sur de petits terrains. Comme dis plu haut, il se pourrait aussi que la présence d’autres espèces végétales ou animales favorise la croissance du Coriacea. Combiné à une croissance très lente, il est actuellement impossible de vérifier quoique se soit à moins d’y consacrer une vie entière…

      Les autres avantages du Coriacea:
Le Coriacea est un élément important de l’économie locale et est utile pas seulement pour son bois: On utilise sa sève pour calfater les embarcations ou comme élément de colle, Ses feuilles sont également utilisées en cuisine pour faire garder aux aliments toutes leurs saveurs et semblent posséder des vertus curatives. Le Coriacea porte également des fruits comestibles, appelé le Coriaki très savoureux et appréciés de la population de Qahra.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:45

Par Dinjelai :

Elle avait beau avoir changé de statut au sein de son Kaerl, Din n'allait pas mettre fin à ses bonnes habitudes. Les Concours de l'Académie étaient le rendez-vous des passionnés d'apprentissage des trois Kaerls, hors de question de se débiner sous prétexte de travail au Màr Luimë. Contrairement à son ainée Lalwendë, la nouvelle Dame savait déléguer les responsabilités et était parvenue à préserver ce petit moment de tranquillité, et surtout d'humilité. Le sujet du jour l'inspirait particulièrement...

L'elfe fit rouler autour de son doigt la bague offerte par Istvan Sarkanys. Anneau d'argent, orné d'une unique pierre centrale, d'un noir d'onyx aux reflets des plus étranges... Le Maître Bronze Céleste avait beau l'avoir mise en garde contre les pouvoirs maléfiques du bijou, elle n'avait su résister, et ne le quittait plus, pas même pour dormir. L'obscurité hypnotisante de la gemme la captivait au point qu'elle pouvait rester plusieurs minutes à tenter de pénétrer les images mouvantes produites par les éclats de lumière... Elle s'était renseignée sur l'origine de la lithiase et avait découvert que ce qu'elle avait pris pour un vulgaire onyx était en vérité...

Citation :


La Reine Nym'phy Tëressa est devenue Grande Astrologue de Kishi après avoir reçu en cadeau cette bague par son amant, Oméorth Relys



Bague de Dinjelaï Al'Ysiria, offerte par Istvan Sarkanys.




Nom : Hématifide Mystifidaë, autrement nommée la Noire-Pierre de Kishi ou encore Délice d'Isashani, suivant son usage.

Type: D'abord catégorisé par la Guilde des Alchimistes comme un minéral métalloïde. Dans un deuxième temps son caractère poreux à la magie a rendu sa classification exacte plus difficile, le Collège des Géomages débat sur ce sujet depuis son université de Karasdorg en Ys.

Origine et provenance: Seuls les mouvements de la tectonique des plaques peuvent créer l'Hématifide Mystifidaë, on le trouve donc dans les zones sismiques notamment au pied des Monts Sérénéïdes en Orën, du Mont Vigie en Qhara ou bien, plus anciens, plus précieux et plus riches en reflets dans les steppes Akitaas, au Nord de l'isthme des Brumes...
L'hématifide est d'une grande rareté, on dit que le matériaux brut apparaît à dessein, jailli de terre au moment opportun, sous le pied d'un voyageur qui saura qu'en faire... Cette légende contribue à l'aura de malédiction de l'Hématifide, qui voudrait que ce matériaux en apparence minéral soit doué d'une volonté propre...

Vertus: D'abord louée pour sa beauté et les reflets hypnotiques de sa noirceur, l'hématifide est une pierre dense dont la taille est malaisée. Le plus gros minerais brut découvert ferait la taille d'une petite gourde, tandis que les plus fréquemment trouvés sont du même volume que des dés à jouer. Le Collège des Géomages a été le premier a rédiger un article sur les qualités magiques de cette pierre qui se comporte comme une éponge à tous les phénomènes surnaturels qui lui sont soumis. L'article en question comporte de nombreux avertissements quant à l'addiction fréquemment provoquée par ce minerais qui apparaît animé d'une volonté propre et souvent néfaste.

Applications: La première application, qui semble évidente à quiconque découvre un cristal brut est de le monter en bijou. Bague, bracelet ou éventuellement pendentif, n'importe quel ornement qui permette à son porteur de regarder la pierre le plus souvent possible. C'est la raison pour laquelle on ne trouve pas d'hématifide montée en boucles d'oreille. Plus noire que la nuit, ses admirateurs la nomme entre eux: la "Noire-Pierre de Kishi". Bizarrement, les propriétaires d'Hématifides rechignent à utiliser ce nom scientifique, et lui préfère cette appellation ésotérique liée à l'amante nocturne de Solyae. Les détracteurs de l'hématifide trouvent ce nom bien choisi étant donné l'attraction malsaine de cette pierre, superbe mais funeste...

La deuxième application la plus fréquente est magique. Lorsqu'un mage met lui-même la main sur une hématifide, taillée ou non, il en vient toujours a exercer sa magie dessus. Ce besoin irrépressible est décrit par de nombreux sorciers. Magie runique, mana, sortilèges, malédictions ou potions, la pierre absorbe le moindre écho de magie, boit le liquide, et la gravure magique y est plus facile que dans du beurre, alors que sa taille est réputée si difficile! Les réactions sont diverses. Une hématifide ainsi chargée voit son aura légèrement modifiée, et ses scintillements à peine plus colorés. La relation entre la pierre et son mage est unique. Certains prétendent pouvoir lire l'avenir dans les ondulations de ses chatoiements.

Enfin, la poussière d'hématifide est un poison mortel. Certains mages, rendus fous par la beauté de leur joyau, ont voulu l'absorber, dans le vain espoir de s'approprier l'éclat du minéral. Un dé à coudre de cette substance provoque la mort, mais une simple pincée entraine des hallucinations violentes riches en couleurs et donne un sentiment de toute puissance. La dépendance est immédiate et une prise répétée entraine une déchéance rapide, quelques semaines tout au plus. Il n'existe pas de syndrome de sevrage, puisque l'arrêt de la consommation est synonyme d'une mort certaine, d'où son nom de "délice d'Isashani".
Dinjelaï relu son texte trois fois, tenaillée par une désagréable sensation de n'avoir pas su capter l'immense beauté de la Noire-Pierre de Kishi. Elle fit rouler machinalement l'anneau d'argent qu'elle portait à l'annulaire gauche, côté de l'alliance de la veuve. Se mordillant la lèvre, elle se rendit compte qu'elle avait écrit d'une seule traite et qu'il lui restait du temps. Elle prit une profonde inspiration, et commença quelque chose qu'elle n'avait plus écrit depuis si longtemps... Un poeme... Oh, les vers n'étaient pas d'elle, mais ils lui étaient continuellement soufflés quand trop longtemps elle s'absorbait à la contemplation de son hématifide...

Citation :


La Noire-Pierre de Kishi

Quiconque a regardé Solyae fixement
Croit voir devant ses yeux voler obstinément,
Autour de lui, dans l'air, une hématifide.

Ainsi, tout jeune encore et plus audacieux,
Sur la Gloire un instant j'osai fixer les yeux:
La Noire-Pierre est restée dans mon regard avide.

Depuis, mêlée à tout comme un signe de deuil,
Partout, sur quelque endroit que s'arrête mon oeil,
Je la vois se poser aussi, la pierre noire !

Quoi, toujours? Entre moi sans cesse et le bonheur !
Oh ! C'est que l'aigle seul - malheur à nous, malheur! -
Contemple impunément Solyae et la Gloire

Ces vers, je les emprunte à Oméorth Relys. A eux seuls, ils résument le tragique d'une légende qu'il me semble essentiel d'évoquer après cette description de l'hématifide.

Oméorth Relys a quinze ans, lorsqu'un Mage Itinérant dont l'histoire a oublié le nom, de passage dans son village repère des dispositions à la Magie. L'âge de devenir apprenti, l'âge de cheminer sur les routes et d'acquérir connaissances et expériences. Le mythe dit que ces chemins sont ceux d'Undomë, que ces routes sont celles qui mènent des plaines centrales à l'Isthme des Brumes, puis plus au Nord, toujours plus au Nord, jusqu'aux steppes d'Akitaas.
Le Mage enseigne à son apprenti le nom des plantes, la beauté du monde et les valeurs universelles du Bien, sous les préceptes de Kishi, l'épouse divine de Solyae. Il tire son pouvoir des étoiles. Il lit dans les astres nocturnes les réponses aux questions qu'on leur soumet dans les villages qu'ils traversent. Quand pleuvra-t-il? La prochaine moisson sera-t-elle bonne? Ma femme porte-t-elle un fils qui transmettra à son tour mon propre sang et s'occupera de mes vieux jours? En échange de leurs prédictions, on leur offre le gîte et le couvert. L'accueil est le plus souvent favorable, les leçons nocturnes s'enchainent sans épuiser le jeune Oméorth.

Le binôme, le jeune et l'ancien, traversent l'isthme des brumes, en direction des steppes d'Akitaas, le but de leurs pérégrinations. Le Mage est en quête, Oméorth le comprend à demi-mot. Il cherche un objet, une chose, l'air de rien, l'échine courbée sur les plaines pierreuses au-dessus des flots furieux qui montent à l'assaut des falaises d'Undomë. Il apprend à son apprenti les minéraux, et un jour, lors d'une leçon, les yeux illuminés par une lueur qu'Oméorth ne lui connaît pas, il évoque la Noire-Pierre de Kishi, le Délice d'Isashani, l'hématifide Mystifidaë. Ses paroles sont passionnées, ses mains tremblent, et la leçon se grave dans l'esprit du jeune Oméorth.

La Mage devient nerveux. Lorsque la mer Noria se déploie devant leurs yeux, Oméorth se croit au bout du voyage. Ils ont traversé les dangereuses steppes d'Akitaas, usé les semelles de cuir de leurs bottes sur les sentiers rocheux. Ils devraient prendre un bateau, quitter Undomë et rentrer au domicile du Mage, en Ys, dans une ville qu'Oméorth a hâte de visiter. Mais son Maître s'agite. Il n'a pas trouvé l'objet de sa quête. Il s'énerve. Ils ne peuvent quitter le continent. Le rêve du bateau s'éloigne. L'apprenti devra marcher de nouveau, suivre son Maître lors de quatre traversées des steppes, de long en large, du Nord au Sud, des sables mouvants de l'est jusqu'aux criques escarpées de l'ouest.

Les étoiles ne parlent plus à son Maître. Il les a délaissé pour scruter les cailloux tout le jour. La nuit, qui était autrefois le temps de la leçon, est uniquement consacré au sommeil, et à l'étude des cartes pour le Mage. Oméorth n'a plus qu'à suivre, se taire, et marcher encore. Il n'y a plus d'explications, plus de paroles entre le Maître et son apprenti.

Un jour, alors qu'ils approchent pour la troisième fois des plaines granitiques de l'est, Oméorth perçoit dans sa botte l'inconfortable contact d'une pierre, comme cela arrive des dizaines de fois par jour depuis que ses semelles sont trouées. Il marque une courte pause et extrait de sa chaussure une pierre noire et lisse, grosse comme un oeuf de poule, qui se loge à merveille dans sa paume. Le contact est doux, presque chaud. Il frotte l'hématifide recouverte de poussière des grands chemins et jaillissent des reflets iridescents. Ses lèvres s'entrouvrent. Les chatoiements lui parlent, évoquent les moissons et les pluies à venir, comme les étoiles.

Une gifle l'envoie valser à terre. Le Maître est là, furieux, hors de lui même. Il s'empare du caillou et ferme son poing dessus, le serre contre son coeur.

C'est à moi! Précieuse des précieuses, la Noire-Pierre de Kishi! A moi!

Ses traits se relâchent. Il a maintenant l'air désolé. Il tend une main pour aider Oméorth a se relever. L'objectif est atteint. Les leçons nocturnes reprennent. Le jour, leurs marches moins forcées les mènent jusqu'au port le plus proche. Ils prendront le bateau, ils rentreront enfin chez le Mage. Terminées les nuits à la belle étoile et les semelles usées.

Karasdorg est une cité extraordinaire, comme n'en a jamais vu Oméorth. Des pontons de bois où s'arrêtent des navires gigantesques, de minuscules ruelles pavées surplombées par d'immenses demeures, des places où se bousculent de riches armateurs aux chapeaux plumés... Le Mage habite une riche maison, emplie de bibliothèque et d'objets étranges. Il est redevenu fidèle à lui même, calme et aimable, il continue d'enseigner avec passion à son élève. Il n'est plus question de l'Hématifide trouvée dans les steppes d'Akitaas. D'ailleurs, elle disparaît longtemps dans l'atelier où s'enferme son Maître tous les après-midi. Jusqu'au jour où Oméorth découvre le nouveau bijou du Mage: un anneau d'argent, serti d'une pierre noire autour de laquelle sont enchâssés des diamants en corolle.
Il est loin, le Mage qui prédisait les ondées et le sexe des enfants. A Karsdorg, Oméorth découvre que son Maître est bien plus puissant qu'il n'y paraissait. Les hommes qui arrivent discrètement dans son atelier son les plus riches du continent, qui font le déplacement pour le voir. Les questions changent: Vaincrais-je le dragon des Sables de Qhara? Où trouverais-je l'artefact du Simple Coeur? Quel sera le jour de ma mort?

Le Maître l'a dit: ils reprennent la route. Quelqu'un, en Orën, paye cher pour recevoir des leçons du Mage. Au Royaume d'Enerihen, voisin du Patriciat d'Astrelinden, un Roi se soumet à la demande de sa fille, d'entrer sous les Ordres de Kishi. Mais il ne veut la voir abaissée au rang de simple servante, elle sera la Grande Astrologue de la Déesse, ainsi que le dit la prophétie écrite à la naissance de Nym'phy Tëressa. Elle sera la seconde élève.

Oméorth aime voyager. Le Royaume d'Enerihen est d'une extraordinaire richesse, sa capitale de l'époque d'une splendeur bien au delà de la ville de Karasdorg. Mais ce ne sont pas les lieux qui captivent définitivement l'apprenti. Nym'phy Tëressa est une jeune femme à la beauté terrible, et au caractère plus redoutable encore. Des cheveux de jais, une peau de lait et un regard immense. Oméorth deviendra le jouet malheureux d'un amour destructeur. Nym'phy Tëressa se joue de ses sentiments, en lui imposant des défis de plus en plus difficile à relever. Seule la dernière épreuve compte à ses yeux...
Les leçons du Mage ne s'adresse qu'à la fille du Roi. Oméorth n'est plus admis à la leçon. Il voit les yeux de son Maître rougir. Il voit sa silhouette s'amaigrir, et son regard enflammé faire écho à un sourire de dément. Un jour, il le découvre, enserrant dans ses doigts l'anneau d'hématifide, et surprend le Mage à lécher la pierre, le Délice d'Isashani...

La dernière épreuve de Nym'Phy arrive. Oméorth aurait pu la deviner avant même que son aimée ne la lui impose. Il doit subtiliser la Noire-Pierre de Kishi à son Maître et l'offrir à l'Aspirante de Kishi en guise de présent de mariage. L'Amour peut tout, même la Mort. Le Mage est au bord de la folie, lui arracher la bague avant de le précipiter du haut de l'observatoire des étoiles où il réside est presque un jeu d'enfant.
Le lendemain, dans un écrin de toile qui ne correspond pas au somptueux joyaux qu'il contient, Oméorth s'agenouille devant Nym'phy Tëressa et lui confie le bijou destructeur.

La conclusion est presque évidente. Nym'phy Tëressa repousse son prétendant et le bannit du Royaume d'Enerihen. Elle devint la Grande Astrologue de Kishi, l'héroïne de nombreux récits de troubadours amoureux, et ses prédictions s'étendirent sur tous les continents.
Oméorth, l'apprenti du Mage dont l'histoire a oublié le nom, devint baladin itinérant et ses poèmes firent l'objet de nombreux recueils. On y retrouve fréquemment des mentions à l'hématifide de son Maître et d'un amour innommé pour une Reine.

Din leva sa plume, et il lui sembla que pour la première fois depuis une éternité, l'air emplit ses poumons. Elle se sentait mal à l'aise, légèrement nauséeuse. Comme si son récit n'avait pas plu au bijou qu'elle portait. Elle fut prise d'une envie presque irrépressible de déchirer le parchemin, mais parvint à se retenir. Sans même prendre le temps de reboucher son encrier, elle se leva, à grands pas se dirigea vers l'estrade où se tenait le Magister Vyman et plaqua bruyamment sa copie sur le bureau, avant de quitter la pièce. Son coeur battait la chamade.


HRP: Ces vers ne sont pas de moi, mais de Gérard de Nerval, dans les sublimes "Petits Châteaux de Bohême", en 1852.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:49

Par narcisse

Comme bien de nombreux jeunes adultes, Narcisse avait répondu présente. Une fois dans la salle, elle s’était immédiatement installée au devant, pour se faire non seulement remarquer par le professeur, mais également par les élèves les plus sérieux. Elle aimait être admirée et sa place était idéale pour cela. Silencieuse, en attendant les explications du professeur, elle rêvait à ses futures heures de gloire, où tous vanteraient ses dons, ses connaissances, sa beauté.

Les consignes la forcèrent à se montrer attentive, aussi délaissa-t-elle ses rêves. Une jolie plume orange à la main, Narcisse se dit que le sujet était bien vaste et qu’il n’allait pas lui être facile d’être la meilleure. Elle mit du temps avant de débuter le travail, la concentration des autres lui faisait perdre confiance. Ce n’est que lorsque son regard s’arrêta sur l’outil d’écriture qu’elle utilisait depuis bientôt trois ans maintenant que l’inspiration lui vint enfin. Cette plume lui avait été offerte par son père, à sa naissance. Pourtant elle ne l’avait utilisé que très tardivement, quelques années après sa mort, tout au plus. On lui avait raconté tant de choses, concernant ce curieux objet. Elle se mit à écrire, un sourire aux lèvres. Avec cette plume, impossible qu’elle échoue.

Citation :
[size=32]La musette du Ssyl'Shar[/size]


Appellation : La musette, communément appelée la plume de l’inspiration.
Origine : Animale.

Où le trouver ? : On trouve la plume sur le Siffledoux, un oiseau aux plumes teintées d’une couleur semblable à celles des flammes. Selon le mythe, l’animal habiterait l’un des oasis du désert du Ssyl’Shar, mais la légende s’est perdue et personne ne se souvient de l’endroit exact. Son mode de vie serait bien différent de celui de tous les autres oiseaux – car il ne se reproduirait pas-, ainsi on ne sait pas s’il se réfugie dans les arbres, dans le sable ou dans l’eau de l’oasis, l’absence de nid et d’œufs compliquant la tâche de ceux qui s’essayent à le trouver. De la description qu’on a de ses plumes, les savants pensent qu’il vit à l’abri du soleil, sous les larges feuilles du palmier. La taille de la musette laisse penser qu’il est facilement repérable car d’une envergure semblable à celle du corbeau, mais jamais aucun homme n’est parvenu à le trouver depuis bien des siècles, aussi cela ne reste que des suppositions.

Rareté : Extrêmement rare. Il n’existerait qu’un seul Siffledoux au Rhaëg. On dit l’oiseau éternel et la plume unique parmi toutes celles que possède l’animal, aussi raconte-t-on que lui seul peut décider de nous en faire don, si on ne veut pas être obligé de le priver de sa jolie parure rouge. Lorsque l’on lui arrache la musette, une autre repousse dans le mois qui suit. Une seule musette ayant été arraché, on ne sait pas combien de fois l’action peut être répétée. La plume est d’autant plus rare que peu sont ceux qui connaissent son existence.

Vertus/Applications : La plume n’a ni le don de guérir, ni d’utilités spécifiques aux pierres et aux métaux multiples que l’on trouve au Rhaëg. Elle est utilisée par un homme lorsqu’il désire écrire des chants, des histoires ou des poèmes. Une fois dans la main, la plume donnerait l’inspiration à son possesseur, lui permettant de trouver les mots à coucher sur le papier. Le talent de l’artiste pour la rédaction serait alors démultiplié, son imagination accrue, sa concentration inédite ; et pour qui n’a jamais touché à une plume de sa vie, les lettres belles et lisibles. Certaines rumeurs disent même qu’un texte écrit de la main du possesseur de la musette attiserait l’intérêt de quiconque parcoure ses lignes, aussi certains hommes hauts-placés cherchent-ils à s’en emparer pour améliorer leur image aux yeux du peuple et ainsi gagner en notoriété. Tout cela ressemble à de la magie.

La plume a une autre particularité, qui conforte les plus grands connaisseurs sur le pouvoir qu’elle pourrait posséder : nulle besoin d’encre pour écrire avec ! On ne sait toujours pas d’où vient l’encre présente sur le papier lorsque l’on se met à la rédaction et même les savants de grande renommée ne sont pas parvenus à émettre la moindre hypothèse, le précieux trésor n’étant jamais tombé entre leurs mains. La seule trace de l’origine de la musette ne leur permet pas de trouver réponses à leurs questions.

Histoire : La musette a été convoitée pour la première fois lorsque l’on offrit aux enfants du Rhaëg une histoire. Cette dernière fut interdite des années plus tard car elle poussa de jeunes écrivains à prendre des risques inconsidérés pour trouver la plume. On raconte chez les anciens que pas moins d’une centaine d’hommes auraient perdu la vie dans le désert du Ssyl’Shar en la recherchant. Un auteur –Philémon d’Istelsten - défia cependant les lois et dans le plus grand secret, rédigea l’histoire qui avait poussé tant d’hommes vers la folie, sauvegardant par ce geste le mythe. Le livre aurait été édité en trois exemplaires, dont l’un serait encore entre les mains de la famille Istelsten. Voici ce qu’il raconte :

Il y a bien longtemps, quand le monde n’était pas encore peuplé par les Hommes, vivait sur le plus bel oasis le tout premier oiseau. L’animal s’appelait le Siffledoux. Du haut d’un palmier, il avait pour tâche de contempler le monde et de guider les premiers êtres qui y grandiraient, en murmurant à leurs oreilles les mots qui leur donneraient l’inspiration. Ainsi apparurent les premiers dragons, les premiers hommes, les premiers insectes et tous les êtres qui peuplent aujourd’hui l’immensité de ce monde.

L’oiseau faisait si bien son travail que tous jouissaient d’une imagination suffisamment grande pour être heureux à leur façon, sauvegardant ainsi la paix et la prospérité de chaque région. Mais les siècles passèrent et chaque jour de nouveaux êtres venaient au monde. Des races disparurent, d’autres se multiplièrent et le Siffledoux, surchargé, se lassa de sa tâche. Seul, il ne trouvait plus le temps d’aider ses protégés et pour assurer l’équilibre du monde, il décida de ne privilégier personne, pas même l’innocent nourrisson. De là naquit les premières guerres, l’animal n’étant plus là pour faire naître dans les cœurs l’amour, la paix et la générosité. Tandis que le sang coulait sur les champs de bataille, le Siffledoux devint sauvage, entretenant envers le prédateur et l’Homme une méfiance sans limite. Il avait perdu toute foi en la vie, ne se préoccupant désormais que de sa propre personne.

Une surprenante rencontre changea à jamais le petit être. Un homme, un jeune aventurier au cœur pur, traversa le désert du Ssyl’Shar pour rejoindre une petite ville où dit-on, sa jeune fiancée serait allée se réfugier, par crainte du mariage. Bien que son cœur regorge d’amour, son corps ne pouvait supporter les fortes chaleurs et il mourait à petit feu, à chaque nouveau pas qu’il faisait. Touché par le courage de l’humain et les bons sentiments qui l’habitaient, l’oiseau le guida jusqu’à son oasis, où il put reprendre des forces, boire et se nourrir. Ensemble ils partagèrent leur savoir, leurs aventures et une fois qu’ils durent se séparer, l’objet qui leur était le plus précieux. L’homme lui offrit une perle, qui avait appartenu à la femme qu’il recherchait. L’oiseau lui, lui fit don d’une de ses plus grandes plumes, l’avertissant cependant sur l’usage qu’il devait en faire :

- Cette plume n’a qu’un seul usage : l’enseignement. Apprends aux Hommes ce qu’est la paix, l’amour et l’harmonie. Offre leur ton savoir pour qu’à jamais, tes lecteurs soient des exemples pour les générations à venir. Attention cependant, elle ne doit pas finir entre de mauvaises mains. L’inspiration ne vient pas qu’aux hommes justes et bons de nature. L’inspiration peut élever les hommes mauvais à la hauteur des dieux ! Alors prends en soin et à tes derniers jours, offre là à celui qui sera digne de continuer ta quête.

Après cela, personne ne revit l’oiseau. L’homme devint un célèbre écrivain, admiré par les plus grands Seigneurs du Rhaëg. Mais on ne sut jamais à qui la plume fut remise, lorsqu’il mourut à l’âge respectable de 88 ans. Certaines rumeurs désignent les nobles familles du Ssyl’Shar, la jeune fiancée que l’homme recherchait dans le désert étant l’enfant de l’une d’entre elle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:50

Par Anaviel

Anaviel s’installa sans un mot à sa place puis regarda les autres personnes présentes.
Apparemment tout dépendait du sujet mais l’elfe ne se faisait pas vraiment de soucis : toutes ces personnes ne semblaient pas avoir inventé l’eau chaude, ni même l’eau froide d’ailleurs.

Bref, il écouta l’énoncé puis sourit.
Ce Magister ne semblait guère motivé par ce genre de sujet voilà qui devrait faciliter les choses.
Un matériau ? Eh bien, Anaviel allait se faire un plaisir de lui en donner un. L’elfe regarda son épée puis commença à écrire.


Citation :

L’Osmaëlite ou Pierre de l’Improbabilité

Origine : Minérale
On peut s’en procurer : Un peu partout sur Rhaëg encore faut-il être suffisamment chanceux
Rareté : Rare à voir et encore plus rare à récupérer.
Vertus, applications : Les effets sont aléatoires mais pas toujours bénéfiques.

On dit souvent que l’on trouve facilement quelque chose quand on ne le cherche pas. A vrai dire c’est le cas de l’Osmaëlite car malgré qu’on la convoite, nombre de personnes la recherchant ont passé toute une vie sans jamais réussir à la trouver.

Certaines théories ont été fondées quant à la nature de ce minéral extrêmement rare.
Tout d’abord la couleur :
- La pierre bleue serait capable de donner vie et conscience à des objets comme des armes ou encore des outils de fabrication.
- La pierre rouge aurait la propriété d’offrir à son possesseur la capacité de parler avec les animaux.
- La pierre verte permettrait, à proximité d’une jeune pousse, de créer un arbre gigantesque aussi imposant que l’Yggdrasil des vieux contes.

De nombreuses couleurs ont été répertoriées mais il ne faut pas croire que toutes ont un effet bénéfique. En effet, la pierre noire serait une pierre maudite qui rendrait fou son possesseur et la pierre blanche serait synonyme de guérison pour certains mais de maladie pour son utilisateur.

Bien souvent, ceux qui trouve ce matériau ne connaissent pas leur existence et ont tendance à le jeter aussi tôt comme s’il ne s’agissait que d’un vulgaire caillou. Mais s’il arrivait à quelqu’un de chercher au même endroit, il n’est pas certain qu’il puisse la trouver. En effet, il semblerait que cette pierre n’apparaisse que pour une seule personne à la fois.

Il est possible que chacun ait pu en voir une au moins une fois sans s’en rendre compte et très rares sont ceux qui penseraient à en garder un exemplaire.

Etant donné les vertus de cette pierre, celle-ci vaut extrêmement cher sur le marché mais là encore, est-il seulement possible qu’un marchand assez chanceux pour pouvoir s’en procurer veuille vendre un objet aussi facilement ?

La pierre bleue est la seule pierre transformable. Fondue et étalée sur une arme ou un outil artisanal, l’objet obtiendra une vie et une conscience. Bien entendue, cela dépendra de l’utilisation première de l’objet et il s’avère que certaines armes aient un caractère assez… difficile. Une hache de guerre revêtue d’Osmaëlite bleue pourrait vouloir tuer son porteur si ce pauvre fou s’était amusé à l’utiliser pour couper un arbre par exemple.
On dit aussi que des pierres noires auraient été utilisées par certains forgerons pour créer des armes maudites et que les guerriers les ayant utilisées auraient tous eu des réputations de tueurs sanguinaires à travers les siècles. Bien entendu, il n’y a là que des suppositions sans fondement car jamais personne n’a jamais pu retrouver officiellement ces armes.
Anaviel reposa sa plume puis surit de nouveau en regardant son épée. Jamais il n'avait recherché une Osmaëlite bleue car lui-même pensait qu'il ne s'agissait que d'une légende pour faire rêver les chasseurs de trésor et quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'il trouva ce matériau sans savoir ce que c'était et qu'il s'était dit qu'il le conserverait pour mieux en apprendre à son sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   Sam 31 Aoû 2013 - 10:51

Par Persée

Persée prit sa plume et l’agita pensivement. Ce concours l’avait dès le départ intéressé et c’est pourquoi, en ce jour où elle avait délaissé pour quelques heures son devoir et sa charge, Vraël et elle avaient pris le chemin de l’Académie de Lòmëanor. Elle savait si peu de choses au fond. Songeant soudain à cette petite pierre ayant appartenue à sa feue grand-tante et à celle possédée par son oncle fou qu’il faudrait récupérer, elle sortit de sa poche intérieure de veste la petite Pierre à Souvenirs d’Alrike El’alamère, née Garaldhorf, Maîtresse de la Verte Jaldh, affiliée à la Maison de Galastden et morte sur le champ de bataille durant la Grande Guerre. Oui... Une telle pierre ne devait pas rester inconnue.

Et la plume prit d’elle-même le chemin de l’encrier, y trempa sa pointe et débuta ainsi le descriptif le plus complet possible sur l’un des matériaux les plus mystérieux et des plus extraordinaires de ce monde...

Citation :


La Pierre à Souvenirs

Nom : la Beleg Nénharma (nom scientifique en ancienne langue valherue) ou Pierre à Souvenirs (nom couramment utilisé), ainsi que toutes les déviantes de ce genre (Pierre du Ciel, Ambre-Âme etc...)

Type : pierre minérale, qualifiée parfois de cristal selon les géologues, produisant un magnétisme magique que seule la pensée peut influencer.

Origine & Provenance : Origine stellaire à première vue et selon toutes probabilités. Toutefois, le météore semble avoir altéré la terre du lieu du crash. Les falaises du volcan Singollo en Qhara sont devenues riches en Pierres à Souvenirs mais l’ascension de ces parois est périlleuse et bien peu s’y essayent. Le lieu est défini par la population indigène locale comme « la Montagne aux Esprits » et ces pierres sont leurs larmes. On trouve aujourd’hui très peu d’éclats originels, provenant de l’étoile. Les Pierres à Souvenirs actuelles ne se trouvent pas sur n’importe quel marché - ou alors celui qui vous la vend ignore tout d’elle et de sa nature exceptionnelle. Pour ceux qui savent ce qu’elle est, son prix est exorbitant compte tenu des risques encourus lors de sa récupération et de sa rareté.

Vertus : Cette pierre blanchâtre, une fois taillée, n’est généralement pas plus grosse que le poing et souvent plus petite. Elle est d’abord translucide mais dévient de plus en plus opaque au fur et à mesure de son utilisation. Vous l’aurez compris, cette pierre engrange les souvenirs de qui le veut. De grandes lignées aristocratiques, mises au courant de sa légende, s’en taillèrent et furent transmises de générations en générations, comme un cadeau précieux et un moyen d’établir une vérité historique. C’est aussi le moyen le plus romantique de conserver une trace de son amour disparu, comme le chantent les poètes.

Applications : Comment engranger ses souvenirs, sa mémoire, dans une si petite chose ? Concentration et persévérance sont absolument nécessaires. C’est en quelque sorte un apprentissage. Il faut repenser aux scènes et savoirs que l’on veut conserver, y songer avec exactitude puis s’en détacher, comme on enlève une écharde de sa chair. Il faut s’y reprendre au début à plusieurs fois. Quelques siècles auparavant, dans les grandes familles nobles qui en possédaient, des personnes entraînées à cet exercice sont devenues des témoins privilégiés des grands bouleversements de l’Histoire en s’attachant aux pas de tel ou tel personnage d’importance. C’est presque un art que de façonner par la pensée cette pierre. Fait encore plus rare mais qu’on dit pourtant plus aisé, on pourrait transférer sa mémoire dans la pierre sous le coup de violentes émotions.

Légende : Les premiers Esclaves à l’utiliser disaient d’elle qu’une nuit, une étoile s’était écrasée aux confins du monde et que de ses éclats demeurés intacts s’étaient chargés du sang des êtres vivants détruits pas sa chute. Or, pour les anciens Esclaves des Valherus, le sang charrie les souvenirs. Ils nommèrent le cratère formé par l’étoile tombée, Singollo en ancienne langue valherue, autrement dit l’Esprit. Ils taillèrent ce qui restait du météore en petits éclats pour les monter en bijoux honorifiques ou religieux. Ce fut par hasard, dit-on, qu’une femme découvrit le merveilleux et terrible pouvoir de ces fragments d’étoile. Il y eut une vive querelle entre deux peuplades pour l’acquisition d’un territoire. Lors d’un raid plus violent que les précédents, un homme brave y perdit la vie. Son épouse inconsolable récupéra son pendentif censé porter chance et se rendit compte, après quelques jours, que lorsqu’elle serrait contre son cœur le petit éclat, son mari la rejoignait. La pauvre femme devint folle, racontant à qui voulait l’entendre que son époux était toujours en vie. D’autres ne s’y trompèrent pas : les souvenirs du mort, sous le coup d’une forte émotion, avaient été emmagasinés par la pierre. Les Pierres à Souvenirs en devinrent plus précieuses encore. Et qui d’autres que les dieux avaient pu envoyer cette étoile déchue sur le Rhaëg ? Au fil des siècles, le cratère devint montagne et ses parois internes aussi abruptes que des falaises à pic produisirent à foisons cette pierre. Rapporter l’une d’entre elle est le défi de toute une vie et beaucoup n’en reviennent pas. Le volcan Singollo ne s’éveilla jamais mais on sait, en Qhara, que le jour où il sortira de son long sommeil, les Grands Esprits (les dieux) reviendront sur terre.
La voix de la guerrière assassinée jadis par Ehsan de Galastden, son frère de coeur et son amant, vola jusqu'aux oreilles effilées de la jeune sang-mêlée. " Merci. " disait-elle. Les fantômes n'existent pas, n'est-ce pas ? Persée se sentit fière d'avoir rendu honneur à sa famille et, surtout, songea-t-elle en souriant et reposant sa plume près du parchemin, à cette fameuse Pierre à Souvenirs qui traversaient les âges.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archive - [Concours - Toutes disciplines] Les Matériaux Extraordinaires de Rhaëg
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'habitat au haut Moyen-Age
» Une placette fort sympathique.
» Gouffre de helm (aide)
» Annés 1 à 3 - Cours n°2 : Les métamorphoses Inter-matériaux
» Le symbolisme du bois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lòmëanor :: L'Académie-
Sauter vers: