Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Maître Noir] Alauwyr Iskuvar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Alauwyr Iskuvar

avatar

Messages : 2
RPs : 2
Date d'inscription : 31/08/2013

MessageSujet: [Maître Noir] Alauwyr Iskuvar   Sam 31 Aoû 2013 - 12:03

Nom : Alauwyr Iskuvar

Surnom :On aurait entendu parler du surnom de Fléau Noir... Peut-être plus attribué à son dragon

Âge :49 ans

Race :Humain

Physique, Caractère :

Physique :
D'une hauteur de 1,92 mètres et d'un poids de 96 kilos, Alauwyr possède une large et puissance carrure, proportionnée avec élégance à sa grande taille. Une longue chevelure grisée lui tombe sur ses épaules quand il n'a pas sa capuche de revêtue, ou alors seules quelques mèches visibles précisent la couleur de ses longs cheveux et ces derniers tombent sur le milieu des omoplates, contrastant étrangement à son regard obscur. Bien qu'il paraisse âgé et marqué par le temps des batailles, ses yeux pétillent d'une certaine force. Les apparences sont trompeuses et il pourrait en surprendre plus d'un.
Une vilaine et ancienne cicatrice lui court le côté droit de son visage et il ne fait rien pour la cacher (sauf une capuche). D'autres plus petites qui lui parsèment le visage et le corps, lui donnant un air de dangerosité. Les cicatrices visibles marquent le nombre de combats et leurs violences... En général déjà cela donne une certaine appréhension à l'approcher, en plus de sa manière de fixer les gens de façon arrogante et glaciale. A cela, on peut rajouter que ses yeux noirs sont d'une profondeur abyssale à faire frémir.
Même s'il peut paraître vieux.... Il est encore agile et assez vigoureux pour s'imposer contre un jeune....Oui, il va en surprendre plus d'un...
Quand il n'est pas en armure, il porte en général des vêtements classique. Pantalon de cuir noir, tunique de lin assez sombre, une ceinture de cuir sur laquelle est accrochée son épée. Il ne la quitte jamais. Et toujours sa cape sombre, qui possède une capuche.

Caractère :
Alauwyr est un être assez particulier et d'un caractère des plus instables. Même les personnes qui l'ont côtoyé n'ont jamais réussi à le cerner complètement.
De nature belliqueuse, un rien peut le rendre de mauvaise humeur. Il peut se montrer impitoyable et perfide avec ses ennemis. Il adore le combat et si une bataille se présente, il se peut qu'il s'y jette. Il aime les défis et si une personne le titille trop, il saura le lui rendre de façon claire et radicale : par une longue et douloureuse mort, sauf si on le cherche trop, ce sera encore plus radical....
Même si ce trait de caractère là est l'aspect global, la plupart du temps, il sait être calme, au point de paraître froid et distance. Aucune expression n'apparait sur son visage, même dans une conversation, sauf quand il commence à sourire ou à ricaner. Il affiche un sourire carnassier quand un combat risque d'éclater ou dans un dialogue, c'est signe de danger avec lui. Au cours de certaines conversations, pour se mettre à l'aise ou pour montrer qu'il n'est pas impressionné, il croisera les bras sur sa poitrine.
Il peut mettre à partir la moindre provocation pour pénétrer dans une faille et se sentir bafoué. Imbu de lui-même, sûr de lui, il ne se laissera pas marcher sur les pieds. Il entend bien avoir le respect qui lui est dû et n'acceptera pas d'être considéré comme un inférieur... Il est un peu sur l'idée que seuls les forts survivent. En somme les faibles n'ont pas leur place dans ce monde.
Malgré son côté chaotique, il suit étrangement un code d'honneur ; le sien, quand cela l'arrange en fait. Il saura apprécier la vaillance et le courage de ses adversaires, mais par contre, si le combattant opposé se montre navrant, ce sera tout autre chose. Et même si c'est un guerrier, il possède une certaine intelligente, renforcée par ses expériences vécues.


Alignement :
Chaotique mauvais

Clan choisi :
Kaerl Ardent


Histoire :
Alauwyr aurait vu le jour sur Tol-Orea même. De cela, il n'a guère de souvenir, encore moins celle de ses parents. Pourtant, il se rappelle vaguement d'avoir vu des dragons dans sa petite enfance, qu'il revoyait en rêve. De sa vie de jeune bambin et de la suite de sa jeunesse, il l'a passé à Ssyl'Shar. Il n'a jamais cherché à savoir pourquoi il s'était retrouvé là-bas, vivant dans une famille qui était plus d'accueil qu'autre chose. Peut-être qu'il était le fils indigne d'un duo de chevaliers qui n'avaient pas voulu avoir d'enfants ou alors que sa vie était menacée et qu'il fallait le porter loin. Cela restera un véritable mystère et des réponses, il n'en avait cure. Tant qu'il vivait, c'était tout ce qui pouvait lui importer.

Donc il avait commencé à vivre dans les pays désertiques... Il s'est retrouvé dans une bande de pillards nomades, qui poussaient au travail pour mériter son pain quotidien. Alauwyr n'était pas le seul garçon à ce moment là à se retrouver dans les apprentissages poussés et contraignants de sa famille d'adoption. Une famille qui n'était plus lui qu'un passage... Quand aucun amour n'est donné, à quoi bon en avoir besoin... Entraînement difficile amène à un caractère fort et solide. Il se plaisait à voir les autres tomber dans la faiblesse alors que seuls les plus forts survivaient pour avoir les récompenses de leurs efforts. Les pillards ne pouvaient se permettre d'avoir des bouches faiblardes à nourrir, si elles n'étaient pas capables d'apporter la survivance au groupe. Un point faible dans un ensemble et c'est tout qui lâche. D'ailleurs, les jeunes qui étaient incapables de progrès et qui demeuraient des faibles étaient soit abandonnés dans le désert ou rapidement exécutés quand ils n'étaient plus capables d'assumer les travaux exigés. Pourtant ce qu'on demandait n'avait rien de compliqué aux yeux du jeune garçon qu'il était à ce moment là. Suivre les nomades dans les déplacements longs et périlleux à travers le désert, chasser des animaux parfois venimeux pour subvenir aux besoins des membres du groupe, aller cherche de l'eau et voir même creuser dans le profond puisard pour aller trouver de l'eau, au risque d'y rester coincé ou enseveli par les parois de sable peu stables... Et bien d'autres tâches encore.

Quand il entra dans l'âge de l'adolescence, on commença à le former aux maniements des armes dont disposaient les nomades. Epée, hache, lance... Les armes qu'ils arrivaient à prendre dans les caravanes en somme et qui restaient de moyennes qualités. Les gardes des caravanes ne sont pas des mercenaires riches comme dans les contes racontés aux enfants. Alauwyr trouva son domaine martial dans l'épée et quand il commença à monter à cheval, il espéra rapidement partir au combat, pour voir s'il était capable de fournir plus encore la tribu... Surtout aussi pour espérer voler de ses propres ailes. Être dans le désert et vivre en groupe était une chose, mais partir seul et faire ce qu’on voulait en était une autre. Après quelques séances d'apprentissage, il put partir à sa première expédition. Les nomades ne faisaient pas dans la demi-mesure. Si le jeune survivait à son premier combat, il avait encore des chances de survivre au prochain et ainsi de suite. Une manière de garder les meilleurs combattants, même s'ils n'avaient pas d'entraînement poussé avant leur premier assaut. Le combat devait être déjà inscrit dans le sang. Pas de place là aussi pour les personnes longues à l'apprentissage. Apprendre vite et bien ! Alauwyr espérait avoir retenu ce qu'il fallait.

A l'approche d'une caravane fortement escortée, c'est là qu'il commençait à ressentir l'effet de la vraie peur : celle de mourir. Il voyait de loin les hommes en armes, qui étaient plus expérimentés que lui et qui pourraient très bien le découper en deux d'un seul coup. Mais cette crainte de mourir passa vite quand le signal fut donné. Il lança son cheval au galop, à la suite des autres guerriers du désert. Le cœur battait fortement dans la poitrine. Plusieurs fois, il manqua de tomber de son cheval. Plusieurs fois, il manqua de se faire empaler, ou encore éviscérer, mais il sut voir le coup venir avant de pouvoir frapper. Dans la dernière lutte qu'il allait donner, il reçut par contre un coup à la tête. Un nomade se chargea de le tuer avant que l'adversaire ne lui plante son épée... Le combat terminé, la caravane fut pillée et on laissa les cadavres aux vautours. Le sang sur le visage et sur ses habits, encore choqué de la violence de son premier combat, Alauwyr souriait en voyant l'œuvre de la mort. Il souriait au plaisir d'avoir tué, d'avoir senti son bras ouvrir la chair pour faire couler le sang. Il tremblait encore de l'effet adrénaline, mais au fond de lui, il commençait à prendre plaisir à ce qu'il venait de ressentir. La peur de mourir n'était qu'une émotion après tout, rien qu'un sentiment, qu'on peut faire disparaître pour se concentrer sur le combat.  Et ainsi, il participa à de nombreuses rapines contre des caravanes, avant que le destin décide de son sort autrement.

Il n'avait que 17 ans quand dans un assaut de caravane tourna mal et qu'il se vit obligé de fuir. Jamais encore il n'avait dû se sauver pour garder la vie ; cela laissait une certaine rancœur dans la gorge quand on avait l'habitude de toujours gagner. La crainte de se faire prendre était là très forte et il cherchait à fuir quatre cavaliers d'escorte qui le poursuivaient pour le capturer. Il ne tenait pas vraiment à se faire torturer. Mais à force de pousser son cheval à bout, il le fit chuter et roula dans le sable. Les adversaires allaient lui tomber dessus avant qu'une impressionnante masse écailleuse ne tombent sur ses poursuivants, les écrasant et les déchirant de ses griffes acérées. Une masse qui se révéla être un dragon ! Là La peur panique envahit l'esprit du jeune homme qui ne cherchait qu'à courir, mais ses muscles se refusèrent à obéir. Le dragon avait la couleur du sable des montagnes, d'un brun fatigué. Ses yeux brillaient d'une étrange couleur bleue et apaisante

°N'est crainte humain, je ne vais pas te dévorer. °
"Est-ce lui que tu as senti Agarth ? "
°Oui il a le don et il est bien présent chez lui.°

Alauwyr avait tourné la tête pour voir derrière l'imposante tête du dragon brun l'origine de la voix. Proche de la cinquantaine, un homme à la chevelure grisonnante descendit des épaules du dragon pour se mettre devant le jeune garçon. Pour être vieux, il était vieux. Jamais encore Alauwyr n'avait vu d'homme aussi âgé. Chez les nomades, la mort frappait avant de laisser un homme arriver à cet âge. Mais ce qui le perturbait était d'entendre une voie étrange dans sa tête. Le dragon causait ? Mais il n'avait pas ouvert la gueule. Il chercha à parler que le vieux guerrier le devançait.

"Calme mon garçon. Je viens à temps on dirait. Déjà je sais que tu as pas mal de question à te poser, mais avant, je me présente. Arhys The'l. Et mon dragon ici présent se présente Agarth."

Le dragon semblait le jauger et il se retint de frémir. Pourtant, passé une minute, il lança un regard plein de défi au vieux brun, qui en gronda et dévoila ses crocs.

°Attention humain, je n'ai pas encore mangé°
"Arrête... J'adore voir cela. Tu domines ta peur. C'est bien. C'est exactement ce que je cherchais....Comment te nommes-tu ?"
"Alauwyr...."

Ainsi le destin du jeune garçon commença-t-elle à changer quand il énonça son nom. Par le vieil homme, il apprit qu'il possédait le Don, ce pouvoir de se lier à un dragon et d'entendre ses paroles et ses pensées. Il apprit d'Arhys qu'il était un chevalier-dragon, qui était parti de ce qu'on appelait un Kaerl ; l'Ardent précisément. Mais il apprendrait plus tard ce que cela était avec plus de précision. L'ancien chevalier ne voulait pas vraiment pas perdre de temps. Il était remonté sur son dragon et sortit une espèce de panier où l'on pouvait entendre un couinement faiblard.

"Il a besoin d'un lié. Pour qu'il survive, il faut quelqu'un qu'il possède le don. J'espère que tu es bien celui que je recherche pour lui sauver la vie. "

Il avait écarté un peu de tissu pour dévoiler un petit reptile ailé, gros comme un chien et qui semblait à l'agonie. Le jeune garçon s'était approché et il vit la couleur sombre des écailles de ce petit dragon là. Il allait demander ce qu'il devait faire, de ce qu'on attendait de lui et quand lentement, il commençait à sentir une présence dans son esprit.

°Enfin je te trouve ! Je désespérais de te croiser !°

A ce moment-là Alauwyr sentit une joie profonde l'envahir. Les sentiments du dragon étaient siens et il sentait encore le désespoir de cette boule d'écailles de pas trouver son complément. Maintenant c'était fait. Il allait découvrir un nouvel univers.

Ahrys le prit comme apprenti et le forma sur tout ce qu'il devait savoir : L'histoire et la géographie du monde, l'Histoire des Kaerls et ce qui ce qu'ils étaient devenus. Bon nombre de questions posées trouvèrent leurs réponses, mais une seule resta dans le silence. Alauwyr avait voulu savoir pourquoi son maître ne l'emmenait pas au Kaerl Ardent. Là il n'avait que regard glacial et mutisme. Peut-être qu'il ne le saura jamais. Mais après tout, ce n'était qu'un détail. Alauwyr ne voulait qu'une chose, accéder à cette liberté de mouvement qu'il avait commencé à rêver dans le désert. Avec Ahrys, il découvrit le monde : sauf Tol-Orea. Son maître se refusait d'aller là-bas. Il apprit de lui tout ce qu'il voulait savoir. Lentement, son esprit se forgeait dans l'idée qu'il se faisait de ses capacités acquises et une ambition naquit. Il avait son dragon, il avait le moyen de se battre et d'avoir ce qu'il voulait. Alors pourquoi ne pas en profiter ? Ce fut à l'aube de ses vingt ans qu'il partit sans rien dire à son maître.

Et là commença sa vie de mercenaire. D'abord, il n'exposa pas son dragon, qui répondait au nom d'Estenir, redoutant de le blesser et de le perdre dans les combats qu'il commençait à fournir pour ceux qui louaient ses services. Puis lentement, il commença à appliquer ce qu'il avait pu apprendre de son maître découvrant un mode de combat par les airs plus qu'intéressant. Il prit plaisir à combattre de cette façon en plus de la terrestre. Combattre, donner la mort, faire couler le sang... Pourquoi ne l'avait-il pas fait plutôt. Bon nombre de combats, bon nombre de duels et de guerres... Voilà ce que fut l'écoulement de sa vie, avant qu'il ne se décide à rejoindre une bande de mercenaire pirate dans l'archipel d'Ys. Le combat en mer était un autre panache de défi et par le contact d'un vieux sorcier, il put apprendre un peu de magie. S'il avait su qu'au travers du Don, il avait eu la possibilité d'utiliser la magie. Son ascendance avait eu du pouvoir à une autre époque. Il se rappela les leçons d'histoires... Les chevaliers-dragons avaient été oubliés trop longtemps. Il ne tenait pas vraiment à rester dans l'ombre comme son maître et les Kaerls. Cela pourrait être une idée. Déjà il agissait bien plus que son maître. Avant cela, les chevaliers-dragons n'étaient pas vraiment connus... Sauf dans les légendes anciennes et presque oubliées.

Passer dans le Kaerl Ardent... L'idée commençait à germer. Il y songeait de plus en plus, mais avant, il tenait encore à se forger dans sa vie de mercenaire. Tout cela le marqua et on peut voir aujourd'hui les cicatrices qui passent sur son visage. De son apparence, il n'en avait cure. Et quand enfin il se décida à aller rejoindre Tol-Orea, il croisa la route de son ancien maître. Il était à ce moment là sur une des îles au sud de l'archipel, se préparant à  son projet.

"Alauwyr ! Enfin je te retrouve. Tu as laissé une trace sanglante derrière toi. Jamais je n'aurai cru que la folie aurait poussé à pareille vie. Ce n'est pas comme cela que je t'ai instruit ! Tant d'années à faire couler le sang... Et que fais-tu de l'honneur que je t'ai enseigné...
"L'honneur n'apporte pas le piquant à la vie comme j'ai pu le découvrir. Tant d'années pour rester comme toi Ahrys  ? Dans l'ombre des légendes et de la peur de voir la répulsion dans les yeux des communs ? Je ne suis pas un lâche et le monde commence à peine à découvrir que les légendes ne sont pas éteintes. Si toi tu as peur d'affronter la réalité, restes en dehors de mon chemin. Mène ta vie de solitaire. Pour ma part, je rejoins les Ardents. Peut-être qu'un peu de mouvement permettrait de réveiller ce que les chevaliers étaient autrefois.... Nous n'avons pas à vivre en dehors de ce monde. Nous faisons partis de ce monde !"
"J'ai commis l'erreur de te sauver la vie ce jour-là....
"Tu en as sauvé deux ! N'oublie pas Estenir !"
"Peut-être aurait-il du suivre le destin qui l'attendait...."
"Tu me déçois mon cher maître... Un chevalier-dragon ne parle pas ainsi d'un dragon. Parler de sa mort est une hérésie.
"Comme toi d'être devenu ce que tu es maintenant ! Je vais réparer mon erreur.

Ahrys avait sorti son épée. Le combat ne fut pas long. Alauwyr avait l'expérience des combats et sut prendre le dessus sur son ancien maître, qui avait été rattrapé par le temps. Il se défendit pourtant bien et au maximum, provocant une entaille à la joue de son ancien apprenti, avant de sentir l'épée lui traverser la poitrine. Le vieil homme hoqueta.


"Pourquoi Alauwyr... Pourquoi..."
"La réponse n'est telle pas évidente Arhys ? Toutes ces années, tu m'as maintenu à l'écart des Kaerl. J'aurai pu accéder au tien plus tôt si tu ne t'étais pas obstiné à m'y refuser l'accès !
"J'avais... mes raisons... Je ne voulais pas que tu entres dans le Kaerl Ardent.
"Pourquoi !
"Je l'avais fui, comprenant que je n'y avait pas ma place... Je voulais espérer un jour entrer dans un autre des Kaerls, plus justes à mes yeux... Mais peut-être que j'étais trop lâche pour y aller seul...J'ai volé un oeuf pour avoir un apprenti à former. Un qui aurait été digne d'avoir l'accès à un autre Kaerl... J'avais eu mes espoirs en toi quand je t'ai croisé... Agarth t'avait senti de loin.. De trop loin quand l'oeuf commença à se craqueler... "
"Pourquoi avoir attendu autant de temps alors.... ?"
"Je voulais attendre... Attendre de savoir ce que mes enseignements auraient fait de toi... J'ai eu tort... Je regrette certains de mes choix...

"Peut-être que si tu avais eu le courage dès le premier jour d'aller à un autre Kaerl tu n'en serai pas là à mourir à mes pieds. Il est trop tard pour les regrets maintenant...   "

Arhys expira en lançant un regard désespéré à cet homme qu'il avait formé, pour le voir comme il était là : un tueur... Alauwyr lui ferma les yeux et lui donna une sépulture, recommandant son âme aux cieux, comme cela se faisait pour les chevaliers-dragons. Non loin de là, on pouvait entendre la plainte rugissante d'Agarth, parti à jamais dans l'interstice
Maintenant, plus rien ne pourrait l'arrêter. Il prit son essor en direction de Tol Orea.




Équipement possédé :
Il possède une armure, composée d'une longue cotte de maille à laquelle on rajoute des plaques de protection aux avant-bras, aux cuisses et aux mollets. Une longue cape noire tombe de ses épaules et les bords usés marquent un peu son ancienneté. Il a des bottes de cuir solide aux pieds. Comme armement, il possède une longue épée, qui parait lourde à la première vue, mais qu'il manie sans effort. Solide et tranchante, elle l'accompagne partout et son fourreau de couleur noire possède des ciselures d'argent, plus une vague décoration qu'utilitaire, raccrochée à un baudrier de cuir. Au pommeau de cette lame réside un diamant sombre parfaite taillé. Il donne l'impression d'avaler la lumière qui passe sur ses contours. Le fer de la lame fut forgé de façon à bien résister dans les combats rudes et acharnés.
En complément de son épée, Alauwyr possède un kriss, rangé à sa ceinture. Une lame ondulée, mais très coupante. Il sait très bien s'en servir en complément de son épée dans un combat à deux armes et peut tout aussi bien s'en servir comme arme de jet


Magie :
- Projectiles noirs : Alauwyr est capable d'invoquer des projectiles qu'il peut lancer de sa main, en prononçant le sort correspond. Il peut arriver à en lancer cinq d'un seul tenant
Il peut invoquer plusieurs fois de suite ce sortilège, mais à chaque fois qu'il use de ces pouvoirs, il se fatigue. Il les utilise donc avec parcimonie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
[Maître Noir] Alauwyr Iskuvar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La traversé de la Ticonderoga" [Flash Back] Alauwyr Iskuvar
» Croisé Caniche noir à la SPA de Dunkerque
» griffon noir & feu 8 mois - adoraaable à Béthune ADOPTE
» Toupie petit caniche noir, 11 ans - ADOPTE par sa FA
» SHAPY Labrador noir cage 37 La Louvière Belgique - ADOPTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: Le Registre :: Joueurs Validés-
Sauter vers: