Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:50

La jeune Neishaane souriait vaguement en écoutant parler Lam'. Elle voyait presque les silhouettes de deux Dragons – un blanc comme l'albâtre et l'autre d'un rouge sanguin – se poursuivre dans les airs, enchaînant figure sur figure avec grâce et majesté. Elle écouta la fin de l'histoire avec une petite moue de déception : elle aurait aimé que la Reine Incarnate reste cachée avec ses œufs dans les ruines, pour pouvoir la contempler – même si on lui avait raconté que les Mères Pondeuses du Màr Tàralöm étaient des créatures cruelles et orgueilleuses. Néanmoins, une certaine excitation la saisit et elle eut soudain envie de voir cette couvée sauvage, mystérieuse et intrigante.

Amaélis resserra sa couverture autour d'elle, et laissa le silence s'étirer entre les deux femmes. Le regard perdu dans l'immensité du ciel, elle regardait avec une fascination quasi-morbide les deux Lunes, prêtes à s'enlacer. Et de cet acte d'amour devrait naître le Chaos ? Les Dieux avaient décidément de bien curieux desseins. Elle quitta la contemplation des deux Sœurs, et posa ses yeux sur la grande plaine stérile qui s'étendait à leurs pieds. Elle voulait savoir, elle voulait voir cette couvée... Peu lui importait l'avis des deux autres. La Neishaane prit une profonde inspiration, priant silencieusement pour qu'elle ne fasse pas une nouvelle bêtise.

Nous ne sommes pas loin du Màr Agarwaen, n'est-ce pas ? Peut-être pourrions-nous faire un détour et aller voir cette fameuse couvée ? Demain, bien sûr... Demain. Enfin, si tu es toujours d'accord pour nous servir de guide.

Un sourire éclaira son visage aux traits tirés par l'anxiété et la fatigue. Il émanait d'elle une blancheur et une innocence telles que l'on aurait dit une enfant s'émerveillant encore de la beauté de la vie sans se douter que le Mal pouvait exister. Elle tourna sa face vers la plaine désertique qui semblait l'appeler dans ses bras de ténèbres, mais la perspective d'une nouvelle journée à passer entourée de la mort et de ses horreurs ne l'affectait apparemment pas plus que ça et ne parvint même pas à gommer son sourire joyeux.

Ce qui était bien – mais ça, la Neishaane l'ignorait – c'était qu'elle était de toute évidence sur la même longueur d'ondes que ses deux compagnons puisque inconsciemment elle était parvenue aux mêmes conclusions qu'eux. La couvée sauvage ferait un prétexte merveilleux pour ne pas se perdre dans les ruines du Màr Dìnen, qui recelaient sûrement l'Obsidienne, et en plus, elle pourrait voir des œufs de Dragons ! Comme quoi la naïveté et l'égoïsme avaient parfois du bon. Elle attendit la réponse de la jeune fille, réprimant un bâillement. Amaélis se releva, et annonça qu'elle allait se coucher. La fatigue la submergeait, et même si elle redoutait ce moment, elle savait qu'elle ne pourrait plus tenir très longtemps.

Merci pour l'histoire des Dragons... Fais bonne garde.

Elle se dirigea vers le feu qui crépitait, seule chaleur dans le froid de la Lande. Elle s'assit en tailleur, tournée en direction des flammes. Le Céleste dormait déjà, enroulé dans ses couvertures. Elle ne prêta aucune attention à l'Ardent. La danse des flammes l'hypnotisait, la ramenant dans la salle du Manoir où elle avait attendu qu'on lui explique pourquoi elle était là. Pourquoi était-elle là, d'ailleurs ? Elle ne savait rien faire d'intéressant. La seule vue d'une arme lui donnait la nausée, elle doutait que sa magie puisse faire quoi que ce soit contre les Spectres de la Lande. Elle n'était qu'un poids en plus... Oui, un poids. Faible et inutile...

° Mais c'est vrai, ça. Qu'est-ce que je fais là ? Après tout, je ne suis qu'une pauvre Neishaane... faible et inutile. °

Le craquement du bois la fit sursauter, et elle secoua la tête. Non, elle n'était pas là par hasard. Elle aurait forcément une utilité quelconque à un moment ou à un autre. Sinon, on ne l'aurait pas choisie pour cette Quête de si grande ampleur. Elle posa sa tête contre le sol dallé, cherchant une position assez confortable pour qu'elle puisse réussir à dormir. La couverture rêche la grattait férocement, mais c'était tout de même mieux que rien. Demain, ils traverseraient le Kaerl Sanglant... Elle se sentit frissonner à l'idée des choses qui le hantaient. Illusions, apparitions fantomatiques, et toutes sortes de joyeusetés les y attendaient. Mais aussi une couvée sauvage ! Amaélis ferma les yeux, un léger sourire accroché à ses lèvres. Et puis, ils avaient Lam' pour les guider. La jeune fille ne craignait pas les Spectres, ils étaient un peu ses protecteurs, selon ses propres termes. Elle se raccrocha à cette rassurante pensée, et sombra peu à peu dans un sommeil troublé de rêves étranges et effrayants.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:51

La nuit fut paisible, anormalement calme et pourtant ponctuée de quelques cris de bêtes sauvages et de murmures perdus dans le néant. Chacun s’était éveillé pour prendre son tour de garde. Seul Méléagh n’avait pas fermé l’œil. Ses sens aiguisés de dragon lui disait que quelque chose ne tournait pas rond.

Au petit matin, où Solyae perçait la couche de nuages et de brumes sur la Lande d’Eru, où jadis un Màr florissant avait élu résidence pour perpétrer des expériences interdites, la Triade Obsidienne s’éveilla avec Lam’ et son corbeau pour seule compagnie. Ils s’installèrent pour le petit déjeuner : quelques morceaux de pains avec de l’eau. Lam’ ne toucha pas à leur nourriture, prétextant qu’elle avait déjà mangé et ne voulait pas réduire plus encore le stock de vivres de l’expédition. Avec un sourire, elle se détourna et grimpa agilement sur un morceau de toit, inspectant le ciel encore brumeux. Elle savait qu’il y avait quelque chose là-haut. Quelque chose qu’elle redoutait et espérait. Elle jeta un regard par-dessus son épaule, observant froidement la Triade. Le Torhil paraissait toujours aussi indifférent et son Lié à l’inverse surexcité. Le bâtard d’Elfe se montrait méfiant et la délicate Neishaane, elle, serait un met de choix pour les spectres hantant la défunte Plaine de Daranis. La vagabonde reporta son attention sur l’horizon et reprit son attente.

Azdraïel mâchonna son pain d’un air pensif, avant de jeter un regard inquisiteur à Nathaniel et Amaélis.

- Vous avez compris ? Pas un mot de notre mission. On ne sait quel dessein poursuit cette fille, je me méfie d’elle, comme de tout ce qui « survie » dans cette Lande. Nous recherchons la couvée sauvage, c’est clair ?

Il n’attendit pas de confirmation et se leva en époussetant son manteau. Il réajusta le sac de vivres au harnachement de Méléagh, récupéra la gourde et en fit de même et puis ceignit son épée bâtarde. Sans un regard pour les deux jeunes Aspirant, le Chevalier Ardent leur lança :

- Si jamais j’entends l’un de vous prononcer le mot « obsidienne », je le jette en pâture à mon Lié.

Plaisanterie, coup de bluff, menace réelle ? Comment savoir quelles étaient les intentions véritables d’un saurochtone fou ? Il s’attendait presque à des protestations et un mince sourire indéchiffrable étira ses lèvres. Le Brun famélique, une fois harnaché correctement, roula des yeux verts de joie à cette perspective et ses grandes prunelles diaboliques se posèrent avidement sur les jeunes gens. Lam’ vint les rejoindre à ce moment, sautant agilement sur le sol, Raven sur son épaule, un grand sourire éclairant son visage, déformant davantage l’hideuse cicatrice. Elle avait jeté en travers de son torse un carquois de flèches rudimentaires mais effilées ainsi qu’un arc de fortune et tenait à la main la fameuse javeline empruntée à un squelette.

- La voie des airs est libre, nous devrions partir dès maintenant si nous ne voulons pas recroiser la route des manticores !

Et elle ponctua sa tirade d’un clin d’œil espiègle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:51

Lorsque le jour se leva, quelque chose de nouveau naissait dans la lande et dans le cœur du demi sang. La première était un rayon de soleil magnifique venu percer par endroit la couche épaisse de nuages gris qui surplombait la lande d’Eru, la seconde était un espoir immense qui pour la première fois depuis son arrivée en ces lieux reprenait le cœur de Nathaniel.
L’allure du groupe d’aventuriers était toujours la même : un Torhil décharné aux allures de démon, une frêle et bien jeune Neishaane, une inconnue dont on ne pouvait apparemment rien dire, et lui-même, demi sang dans la force de l’âge mais ignorant tout de ce qui l’attendais là où ils devaient aller.

Azdraiel semblait excédé, qu’est-ce qui l’avait poussé sur la lande aux côtés de ses compagnons de route ? Et Amaélis ? Comment en était-elle arrivée à rejoindre la triade d’Obsidienne où rien n’allait depuis le départ ?
Ils avaient sur que rien ne serait aisé, et dès le départ cela s’était confirmé, il fallait maintenant avoir les coudées franches et conserver une cadence soutenue afin de doubler celle qui leur servait de guide et trouver l’obsidienne avant même qu’elle ai eu le temps d’y penser. L’idée de bientôt pouvoir quitter cette terre maudite ragaillardi le Taëwiens.
Aussi étrange que cela ai pu paraitre, la présence imposante du Torhil était moins pesante qu’au début de leur périple. Certes il n’avait toujours rien de plaisant, mais savoir qu’il pouvait lui faire confiance pour le temps qui allait venir était rassurant. Mieux valait l’avoir avec lui. Ce qui demeurait dérangeant était le fait qu’il veuille tout prendre en commandement sans mesures, cela allait le gêner si il voulait prendre des initiatives. Mais ce grand échalas le prenait-il réellement pour un simple gamin ?

La réponse était logique : il s’était enfui sans raisons apparentes, et n’ayant pas tenu à lui en donner l’ardent était resté sur ce registre. Les apparences ne jouaient pas non plus en sa faveur. Il était tellement dommage de s’en rendre compte à ce stade de la quête. Mais là n’était plus la question, il fallait réagir.

***

Lam’ n’avait pas dormi de la nuit. Quand son tour de garde avait touché à sa fin elle avait tiré le batard de son sommeil et avait fais mine d’aller se coucher. Seulement elle avait veillé, tentant de capter les battements de cœur des aventuriers avec une certaine délectation. La peur que leur imposait la Lande était manifeste et cela l’amusait beaucoup. Les teintes sombres du ciel difficilement éclairés par les deux lunes éveillait en elle un sentiment de complaisance et de victoire.

Elle s’était réveillé, feignant un bâillement, mais le corps exempt de toute fatigue. La fatigue qu’elle portait depuis des années était bien plus forte que celle accumulée par une nuit blanche, et elle ne sentait même plus la différence.

- La voie des airs est libre, nous devrions partir dès maintenant si nous ne voulons pas recroiser la route des manticores !

Guider la troupe, ou la triade comme ils s’étaient appelés, fut chose aisé car elle connaissait le chemin vers le Kaerl sanglant comme si elle y vivait. Cette pensée lui fit poindre un sourire qui failli devenir hilare, mais elle se contint pour ne as attirer l’attention. Ils la soupçonnait déjà assez.
Elle fit prendre un rythme tranquille au groupe, elle avait encore tout son temps. Le silence qui les entourait n’était troublé que par les quelques battements d’ailes erratiques de Raven quand elle faisait un pas de côté, ou le raclement d’une botte sur le sol de terre sèche.

Après une heure de marche environ, ils arrivèrent auprès des premières traces du Kaerl. Des pierres éparses et des pans de bois jonchant le sol et les arbres aux alentours représentait ce qui restait des murailles, puis quelques pas plus loin on pouvait voir les traces d’anciennes bâtisses dont il était impossible d’identifier la fonction.
Feignant la prudence, elle brandit sa javeline vers l’avant et commença à s’engager entre les bâtisses après avoir indiqué aux autres de rester discrets. Cela s’annonçait bien.

***
Tout le temps où la troupe avait avancé Nathaniel avait renâclé, tout du moins il aurait pu renâcler si il avait été un cheval, aussi avait-il adopté une attitude proche de celle du cheval qui trépigne d’impatience en rongeant son mors. De toute évidence Lam’ n’était pas pressée d’arriver à bon port, ou peut être avait elle redoublé de mesures de prudence ? Quoi qu’il en fut il trouvait cela insoutenable, et ne se retint d’interpeler leur guide que sous un coup d’œil menaçant d’Azdraiel dans sa direction quand il accéléra.

Il arrivèrent aux limites du Kaerl oublié, et Nathaniel scruta le paysage avec perplexité. La cité maudite était un champ de ruine entouré par des remparts en lambeaux et poussière, si la présence des spectres et le décors lugubre de la lande n’avait pas existé il aurait presque eu envie de visiter le lieu. Fort heureusement l’image du corps de Darweel possédé lui rappela quels étaient les dangers qui l’entouraient, et il serra les points à cette pensée.
Lam’ commença à progresser entre les ruines, les faisant parfois s’arrêter au détour de vieux murs miraculeusement encore debout afin de scruter les environs. Ses pas quoique lent ne perdait pas leur assurance, et le demi sang fini par se convaincre qu’elle ne devait plus avoir peur des spectres depuis longtemps. L’image d’une jeune fille combattant une démoniaque apparition le heurta.

Au fur et à mesure qu’ils progressaient vers ce qui semblait être l’ancien centre de la cité, les vestiges laissait place à un vide étrange, la terre apparaissait de plus en plus sous l’herbe et les vieux pavés, et parfois quelques trainés noires au sol laissait penser à une grande explosion. Quelque chose avait du se passer dans la direction où ils se dirigeaient, peut être ce qui était à l’origine de la fin de cette cité. Nathaniel ne connaissait pas l’histoire de la cité, il se promit d’aller dénicher un parchemin sur la question aux archives du Mar Menel.

La troupe s’arrêta prêt d’une tour à moitié écroulée. Lam’ les fit se rapprocher d’elle, et elle leur dit quelques mots à voix basse :
- A partir d’ici nous allons avancer de manière souterraine, car des décombres empêchent le passage vers l’ancien nids des dragons. C’est là que ce trouve la couvée. Il va vous falloir être encore un peu silencieux …
Et elle s’engagea dans un semblant d’escalier aux allures de descentes aux enfers, avant de mettre le pied sur de la terre humide.
Le tunnel qui s’offrait devant eux avait vraiment le genre d’un gouffre prêt à engloutir toute trace de vie qui voudrait s’y aventurer, et Lam’ semblait bien déterminée à s’y aventurer.

Le groupe s’avança donc dans les ténèbres, seul le bruit de leur pas et le peu de confiance qu’ils accordaient à Lam’ les guidant.
L’obscurité faisant perdre la notion du temps, ils avancèrent en tâtonnant un peu et sans aucune idée de la durée qu’ils avaient passé sous terre, le calme environnant troublé par quelques reniflement contraints ou des pieds qui trébuchaient. Nathaniel manqua plusieurs fois d’aller manger la poussière du sol.

Enfin, après ce qui leur semblait avoir duré des heures Lam’ les fit s’arrêter.
-L’un d’entre vous est-il capable de créer de la lumière par la magie ou aurait les moyen de nous fabriquer une torche de fortune ?

Le demi sang hésita une seconde avant de s’avancer.
-Moi, je devrais pouvoir faire quelque chose …

Il réfléchit à toute vitesse, étudiant toutes les possibilités qui s’offraient à lui. User de sa magie en ces lieux avaient plusieurs avantages mais comportaient également plusieurs risques, dont un majeur : alerter les spectres aux alentours. Il devrait contrôler son flux magique parfaitement pour éviter les débordements dans l’aether. De plus, une idée germait dans son esprit, mais risquait de briser leur couverture auprès de Lam’ et donc désobéir directement au Torhil. Le jeu en valait la chandelle.
Il se concentra donc et prononça les paroles du sort qui devait permettre de parler dans le vent. Comme prévu l’effet escompté fut une aura lumineuse qui illumina faiblement l’endroit, tout du moins suffisamment pour qu’on puisse distinguer sur la paroi à côté de Lam’ une forme de porte, qu’elle se mit à inspecter. Profitant de son inattention, il délivra ces mots à voix basse, couvert par le bruit du vent qui envahissait la galerie :
°Nous n’avons pas beaucoup de temps, voilà ce que nous devons faire …°
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:51

La nuit fut particulièrement atroce pour la jeune Neishaane. D'anciens souvenirs venaient la tourmenter, des visions d'une famille qu'elle ne connaissait pas la remplissait de douleur. Tout se mélangeait dans sa tête : elle se voyait courir à travers une forêt enneigée, la poitrine barrée d'une atroce blessure sanguinolente, poursuivie par un géant Dragon Noir aux yeux de feu, l'accusant d'avoir tué Darweel, puis le Dragon devenait Kiël, et il la regardait en ricanant, le visage maculé d'un sang sombre qui – horreur ! – était en réalité celui d'Amaélis, une vieille épée entre ses mains souillées. Alors il la laissait agoniser, fleur écarlate sur la neige blanche, sans tenter de la sauver. Et elle tendait des mains suppliantes vers lui, mais il ne bougeait pas. Kiël se transformait soudain en Khaavren, et le Fëalocë l'enserrait de ses bras, caressant tendrement son visage froid et ses lèvres violettes d'où s'échappait douloureusement la Vie, puis il posait sa bouche contre la sienne avec douceur et aspirait le dernier filet de vie qui s'écoulait d'elle. Ce n'était qu'à ce moment là qu'Amaélis se réveillait, couverte de sueur et le cœur tambourinant violemment contre sa poitrine. Et quand elle parvenait enfin à se rendormir, c'était pour replonger au cœur de ces cauchemars, encore et encore.
Ses yeux étaient ouverts quand le Céleste la secoua pour qu'elle prenne son tour de garde. Elle veilla donc, immobile, tous les sens aux aguets, l'angoisse pulsant dans ses veines. Plusieurs fois, elle crut entendre des chuchotements dans l'air autour d'elle, voir une ombre plus noire que les autres se déplacer furtivement autour de la tour, sentir un regard fixé sur sa nuque, mais ce n'était rien. Ce n'était que le vent ou bien quelques effets de son imagination, ou encore les crépitements du feu mourant. Lorsque le troisième quart de la nuit fut écoulé, elle alla doucement réveiller Azdraïel, puis retourna s'allonger le plus près possible du Brun Méléagh, mais à distance tout de même respectable – il était peut-être un Dragon, mais elle se méfiait de son caractère Ardent. Le sommeil l'emporta rapidement dans son océan de cauchemars.

~°~

A la grande surprise de la Neishaane, ce furent les rayons du soleil qui la tirèrent hors de ses rêves mouvementés. Fallait-il y voir un bon présage, un nouvel espoir qui naissait, un signe des Dieux ? Amaélis savoura un moment la lumière tiède qui baignait son visage, les yeux fermés et l'air serein. Elle s'étira à la manière des félins, baillant à s'en décrocher la mâchoire. Un morceau de pain et quelques gorgées d'eau lui suffirent amplement comme petit déjeuner, elle était habituée à se restreindre. L'avertissement et la menace du Torhil la déstabilisèrent quelque peu, et elle jeta un regard angoissé au Dragon qui, lui, semblait ravi de l'idée de son Lié.
Elle s'éloigna pour ranger rapidement ses affaires, attacha un foulard autour de son cou de façon à ce qu'elle puisse s'en servir pour recouvrir sa bouche et son nez s'ils devaient de nouveau affronter les gaz toxiques de la Lande, rajusta sa tunique et sa cape, et fut fin prête pour une nouvelle journée de quête. Lam' rejoignit la Triade, armée d'un arc et d'une javeline et souriante, puis ils se mirent en route vers le Màr Agarwaen également connu sous le nom de Màr Dìnen.

Ils marchèrent une heure environ, et il sembla à Amaélis qu'ils avaient marché pendant une année entière, dans un silence de mort, à peine troublé par le bruit de leurs pas. Lam' était en tête, suivie de près par Amaélis, Azdraïel semblait vouloir garder ses distances avec l'adolescente sauvage et se tenait plus ou moins en retrait, Nathaniel progressait aux côtés de l'Ardent. Leur allure tranquille rassurait la Neishaane, qui redoutait autant qu'elle espérait le moment où ils verraient les ruines du quatrième Kaerl s'élever vers le ciel noir de nuages. Moment qui arriva bien assez tôt, car au moment où elle formulait le souhait silencieux de ne jamais devoir pénétrer le Kaerl Oublié, son squelette sombre surgissait de la Lande désolée.

La jeune femme craignait en ces Ruines aveugles, couvertes de lichen verdâtre, un œil qui l'épiait. Elle hésita un instant avant d'entrer, toutes les légendes et les histoires courant sur le Màr tournoyant dans son esprit. Balayant du regard la scène, elle s'aperçut qu'il n'y avait aucun Spectre. Etrange, il se disait dans les livres que les Membres Déchus du Kaerl erraient encore dans ce qui fut autrefois leur demeure. Elle surmonta son appréhension, et, au moment de franchir ce qui restait du mur d'enceinte, elle lâcha dans un souffle, s'attirant quelques regards surpris ou agacés de la part de ses compagnons :

« Toi qui entres ici, prends garde aux Dieux qui maudissent ceux qui ont réveillé la malédiction. »

Et elle fut à l'intérieur du Màr Agarwaen. Durant toute leur traversée, elle n'ouvrit plus la bouche, se contentant de suivre silencieusement Lam'. Elle connaissait le Kaerl, Amaélis lui faisait aveuglément confiance, et puis elle ne craignait pas les Spectres.

Au bout d'un certain temps, Lam' leur fit signe de s'arrêter. Ils se trouvaient devant une tour qui se tenait encore à peu près droite.

A partir d’ici nous allons avancer de manière souterraine, car des décombres empêchent le passage vers l’ancien nids des dragons. C’est là que ce trouve la couvée. Il va vous falloir être encore un peu silencieux …

La Neishaane sentit un frisson courir le long de sa colonne vertébrale. Marcher sous terre, c'était encore pire que tout ce qu'elle avait pu imaginer jusque là. La frêle silhouette de leur guide disparut dans les ténèbres. Prenant son courage à deux mains, elle s'engagea dans l'escalier sombre après Lam'. Un souffle d'air froid et humide vint caresser son visage. Il lui semblait s'engouffrer dans la gueule béante de quelque immonde monstre. Fort heureusement, elle n'atterrit pas dans l'œsophage d'une créature affamée, mais bel et bien sur un sol terreux. Elle s'écarta pour ne pas gêner les deux autres membres de la Triade, et observa d'un air anxieux le large tunnel devant eux, prêt à les engloutir dans ses ténébreuses entrailles. Et que trouveraient-ils, au bout de ce tunnel ? De nouveau, l'image d'un monstre tapi dans l'attente de chair fraîche la fit frissonner.
Néanmoins, elle suivit la jeune fille, d'une démarche mal assurée. Plusieurs fois, elle manqua de s'étaler au sol, car on n'y voyait goutte dans l'obscurité plus dense que tout ce qu'elle avait pu voir. Un certain temps s'écoula ainsi, mais personne n'aurait pu dire quelle distance ils avaient parcouru, ni combien de temps ils avaient marché, puis la voix de Lam' retentit.

L'un d'entre vous est-il capable de créer de la lumière par la magie ou aurait les moyens de nous fabriquer une torche de fortune ?

Amaélis secoua la tête en signe de négation, avant de se rappeler qu'elle était invisible aux yeux de l'adolescente, mais n'ouvrit pas la bouche, le silence parlant pour elle. Un mouvement à sa gauche la fit sursauter, et elle crut voir une énorme forme encore plus noire que l'obscurité alentours se jeter sur elle. Elle n'eut pas le temps de crier, car le Céleste annonça qu'il pouvait tenter quelque chose pour les éclairer. La Neishaane maudit son imagination, croisant les bras autour de sa taille pour réprimer ses tremblements.
Le demi Elfe prononça une sorte d'incantation magique, et une faible lumière apparut, illuminant l'endroit d'une lueur spectrale. Les yeux de la Neishaane s'agrandirent en voyant, près de Lam', une... porte ? Oui, une porte, de taille moyenne, que l'adolescente commença à détailler. Amaélis s'approcha légèrement d'elle. En réalité, ce n'était pas une vraie porte. C'était un dessin de porte, tracé dans la terre sombre du tunnel. Elle se recula, laissant la jeune fille examiner le dessins, et fut à peine surprise d'entendre une voix murmurer à son oreille : ° Nous n'avons pas beaucoup de temps, voilà ce que nous devons faire... ° Elle reconnut la voix du Céleste. Les bras toujours croisés, elle écouta ce qu'il avait à dire, s'efforçant, malgré l'effarement qui s'emparait d'elle, de ne rien laisser paraître.

Des illusions... Mais elle ne pouvait en créer ! Les battements de son cœur se mirent à accélérer tandis qu'elle réfléchissait à toute vitesse à un moyen de faire diversion autrement. Pouvait-elle endormir Lam' ? Elle lui faisait confiance, mais les deux autres semblaient grandement se méfier d'elle. Consciente de l'importance de l'enjeu, mais apeurée à la perspective de ce qu'elle allait devoir faire, Amaélis sentit ses forces l'abandonner. Elle chercha réconfort, quelque chose à quoi se raccrocher, mais elle ne voyait rien. C'était maintenant ou jamais, songea-t-elle, le souffle court. Elle respira à fond, et commença doucement à chanter, d'une voix douce et caressante, toute sa volonté dirigée vers un seul et unique point : Lam'. La réaction de cette dernière ne se fit pas attendre. Elle fit volte-face, le visage déformé par la colère. Qu'est-ce qui lui prenait, à celle-là ? Pourquoi chantait-elle ? Elle se dirigea vers la Neishaane à grands pas, et lâcha, entre ses dents serrées :

Qu'est-ce que tu fiches ? Tu veux sonner l'alerte ou quoi ? Arrête ça tout de suite !

La Neishaane ignora l'avertissement de l'adolescente, continuant son chant, paupières mi-closes. Ses notes se voulaient apaisantes, mais Lam' semblait de plus en plus énervée, au contraire.

Arrête !

Lam' se débattait, luttait de toutes ses forces contre la toile que tissait la jeune Aspirante aux cheveux blancs pour emprisonner son esprit. Amaélis ne se laissa pas impressionner par la défense sauvage de l'orpheline, et reprit sa mélodie de plus belle, le corps tremblant.

° Calme-toi, allez, calme-toi... Ce n'est rien, tout va bien, laisse-toi faire... Voilà... Chut... °

Amaélis sentit l'esprit de Lam' se résigner, et, dans un ultime soubresaut de détresse, la jeune fille s'écroula dans les bras de la Neishaane. Amaélis n'eut pas la force de la soutenir, et elle chuta avec elle. Malgré tous les efforts fournis par l'Aspirante, Lam' continuait de se débattre, tentait de se défaire de la toile implacable de la volonté d'Amaélis. Cette dernière saisit la tête de Lam' entre ses mains, comme si cela pouvait empêcher l'adolescente de lutter mentalement.
Elle ouvrit difficilement les yeux et s'adressa aux trois autres.

Je ne la retiendrai pas longtemps... Cette fille est une vraie sauvage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:51

Azdraïel n'en menait pas large et pourtant, le voyage s'était déroulé sans encombres jusque là. Peu à peu, les ruines s'étaient dressées devant eux, squelette macabre de ce qu'il restait d'un Màr autrefois riche et puissant qui avait trop déterré de secrets interdits et dangereux pour les esprits mortels. La folie les avait décimés autant que la malédiction des dieux. Le couloir sombre sous terre avait débouché sur une petite salle. Nathaniel avait accepté de faire un peu de lumière magique et Lam', cette étrange vagabonde, avait commencé à inspecter une porte, dessinée dans le mur. L'Ardent n'y avait guère prêté à attentions, trop attentif aux bruits du dehors, craignant tant de voir s'éveiller les spectres. Quand à Méléagh, il était anormalement tendu. L'atmosphère sentait le souffre et quelque chose d'autre... Une odeur diffuse qu'il reconnaîtrait entre mille, bien que si vieille qu'elle s'effaçait dans l'air.

Puis, tout avait dégénérer. Nathaniel avait voulu leur faire part d’un plan foireux et venait de prendre à nouveau la fuite dans il ne savait quelle direction. Azdraïel poussa un juron obscène, furieux. Alors qu’il s’apprêtait à commander au Brun de le retrouver, Amaélis commença à chanter une sorte de berceuse. Le Torhil écarquilla les yeux, partagé entre la colère et la stupéfaction. Non mais quelle abrutie ! Elle voulait sonner l’alerte ?

Lam’ venait de s’en rendre compte également. Sa fureur n’avait d’égale que celle du Chevalier. Elle semblait se débattre dans une toile invisible. Pour finalement s’écrouler dans les bras de la jouvencelle qui se renversa à terre, disant qu’elle ne pourrait pas la retenir longtemps... Le reste se passa en un éclair. Un cri étranglé de Lam’ fit chavirer la scène.

- ERYFEN !

Une ombre surgie du sol, aux contours indistincts, feulant de rage. L’ombre fondit sur Méléagh qui poussa un rugissement de défi et de peur.

° Idiote ! Imbécile ! Le Céleste a pris la fuite, il va réveiller tout le Kaerl ! ° hurlait l’ombre qui se mouvait avec une grâce meurtrière.

° C’est un spectre ! Lam’ est un spectre ! C’est sa Liée ! °
hurlait à tue-tête le dragon Ardent, paniqué, se débattant avec ses ailes et ses serres contre la dragonne bleue de nuit.

Lam’ se rebiffa contre l’éteinte de la Neishaane, pressée par l’urgence de la situation. La Triade était son jouet et non celui des autres... Les autres ne devaient pas savoir. Ils étaient à elle !

Azdraïel se mit à crier contre Nathaniel, son épée en mains, tâtant le vide pour tenter de blesser l’inconsistante et pourtant bien réelle dragonne dont les yeux rougeoyaient comme des gouttes de sang frais.

- Lâche ! Couard ! A Kaziel les maudits œufs, c’était un piège ! Sois maudit, Céleste !


[Actions pour posts rapides et courts. A vous \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:51

°c’est très facile et en même temps très délicat. Plus que tout il faudra être rapide car nous ne pourrons êtres efficaces en restant silencieux.
Voici le plan : Amaélis, vous devez intercepter Lam’ et la neutraliser avec votre magie. Si vous pouviez lui faire croire que nous sommes toujours à ses côtés ce serait bien. Surtout ne chantez pas trop fort. Azdraiel vous devrez chercher les œufs, nous pouvons les ramener, mais il faudra faire vite. Je sais ou est la pierre, on me guide.°


Il jeta une regard en coin aux deux acolytes avant de libérer sa magie d’un seul coup. La lumière jaillit d’une traite sur les murs qui l’entourait, illuminant un cour instant la scène. Le demi sang vit un regard de surprise de la part de la neishaane. Elle avait bien reçu le message. Il constata en une seconde que Lam’ n’avait rien remarqué. En revanche le Torhil n’avait pas entendu, trop prit par les bruits extérieurs. Il n’était pas à l’aise du tout en ce lieu, et n’avait pas répondu à l’appel du demi sang. Tant pis, il allait devoir faire avec.
Il commença à se retourner pour courir vers le côté sombre du couloir. Il entendit derrière lui la voix D’Amaélis qui se mettait à chanter.

Tout à coup, une ombre se mit en mouvement sur la paroi à droite du jeune homme, attirant son regard. Ecarquillant les yeux, il cru reconnaitre avec effroi la silhouette effilée d’un dragon. Il tourna les yeux à toute vitesse vers Lam’, et la vit se débattre de l’étreinte d’Amaélis. Il croisa son regard et comprit qu’elle l’avait remarqué. Le cri désespéré qu’elle poussa confirma cette pensée.

Ni une ni deux, le demi sang prit la fuite à toute vitesse, poursuivi de prêt par le spectre de dragon.

°Aidez-moi, je sais que vous êtes là … Où est l’obsidienne ?°


Sa voix se perdit en écho sur les pierres autour de lui, cherchant un destinataire inconnu. Des spectres étaient là, prêt à l’aider, il devait juste les trouver. Les trouver vite. Trébuchant un peu, il manqua de se cogner contre une racine qui dépassait du plafond. Il reprit sa course en rétablissant son équilibre, sautant par-dessus des obstacles de plus en plus nombreux. Sa vision s’était peu à peu habitués à l’obscurité, seules quelques taches de lumières la brouillait un peu. Il courait encore et toujours, de plus en plus vite, cherchant un échappatoire à la mort que lui proposait le spectre à sa poursuite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:52

ERYFEN !

Amaélis, sous le coup de la surprise, relâcha la pression qu'elle exerçait sur l'esprit de Lam', qui sortit victorieux de leur affrontement mental. L'orpheline en profita pour lui envoyer un coup de poing magistral dans l'estomac, puis se redressa, l'air hagard, laissant Amaélis gémissant au sol. Que se passait-il ? La Neishaane n'y comprenait plus rien. Pourquoi Lam' l'avait-elle frappée ? Quelle était cette apparition fantomatique qui ressemblait étrangement à une Dragonne Bleue ? Où était passé le Céleste ? Et que criait Méléagh, aux prises avec la spectrale Dragonne ?
Lorsque l'Aspirante Neutre retrouva ses esprits, elle comprit. Lam' était un Spectre, cette Eryfen était sa Liée, un Spectre également. Sans prendre le temps de réfléchir, poussée par on ne sait quel sentiment, Amaélis bondit sur la Chevalière Bleue, reprenant son chant de plus belle, d'une voix forte et hypnotisante, et qu'importe si elle réveillait tous les Spectres du Màr Agarwaen ! Elle se cramponna à l'esprit de Lam' comme une moule à son rocher. L'adolescente sauvage tremblait sous l'effort, appuyée contre la paroi de terre, acharnée à garder sa liberté. Elle tourna son visage atrocement balafré vers la Neishaane, et d'une démarche chancelante, la rejoignit pour prendre appui sur ses frêles épaules.

Pourquoi est-ce que tu fais ça ? Je ne te veux aucun mal. Alors pourquoi m'en fais-tu ? Pourquoi ?

Ses yeux brillaient, comme prêts à déverser leurs larmes, mais ses ongles s'enfonçaient cruellement dans sa chair. Amaélis eut soudain peur. Les avait-elle vraiment trahis ? Mentait-elle vraiment en disant ne pas lui vouloir de mal ? Elle frissonna au contact si étrange de la jeune fille, et tenta maladroitement de la repousser, tout en la tenant dans ses bras pour ne pas qu'elle tombe.

Je ne te fais pas de mal. Tu te fais mal toute seule, en essayant de me résister. Arrête ça, et tout se passera bien, tu n'auras plus mal. Tu ne me fais pas confiance ? Moi, je te fais confiance. Je sais que je ne crains rien avec toi, ici, et c'est pour ça que j'essaye de t'endormir. Les autres ne te font pas confiance, ils te veulent du mal. Moi, je veux te préserver. Toi, et ta Liée, d'ailleurs. C'est pour ça, il faut que tu me fasses confiance.

Elle plongea ses yeux de cendres dans ceux larmoyants de Lam'. A cet instant-là, Amaélis elle-même ignorait totalement ce qu'elle allait faire ensuite. Elle refusait de croire que la jeune fille leur voulait du mal, mais, d'un côté, elle était un Spectre, et pouvait-elle accorder sa confiance à un Spectre ? Non, certainement pas, pourtant elle semblait si gentille et la Neishaane rechignait à la faire souffrir d'une manière ou d'une autre. Contre toute attente, Lam' baissa les armes, et Amaélis put, plus ou moins, prendre le contrôle sur son esprit.

Soulagée, elle tourna la tête, la jeune Chevalière à moitié inconsciente toujours accrochée à elle, et croisa le regard mordoré de l'Ardent. Amaélis nota avec appréhension l'épée qu'il tenait fermement entre ses mains, de toute évidence déterminé à s'en servir. Instinctivement, elle raffermit sa prise sur Lam' et releva le menton, une lueur de défi brillant dans ses yeux.

Inutile d'essayer de l'éliminer : elle n'est plus dangereuse. Allons plutôt prêter main forte au Céleste.

Sans attendre la réponse d'Azdraïel, elle s'enfonça dans le tunnel, à la recherche de Nathaniel, soutenant Lam' qui boitillait à ses côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:52

&

L'air était plus dense là où volait la spectrale Bleue. Elle se savait dotée, comme tous les dragons, d'atomes plus "espacés", plus légers, ce qui leurs permettaient de se métamorphoser et d'emprunter l'Interstice. Par conséquent, il lui fallait plus de temps pour retrouver sa pleine consistance. Mais l'idée ingénieuse et totalement trouvée par hasard de sa Liée faisait des merveilles. Réunir leurs os au même endroit, durant toute la période de la conjonction progressive des Deux Lunes leur permettait de retrouver un corps charnel. Bien que temporaire, l'idée n'était pas à jeter non plus. Et bien que Lam' ai été obligée de divulguer sa découverte aux autres, Eryfen se réjouissait en cet instant de poursuivre le petit Céleste, qui fuyait à tire d'ailes. Il ne pourrait pas lui échapper longtemps. Et ses appels à l'aide lui vrillaient le crâne. Il fallait faire vite sinon, bientôt tout le Kaerl serait éveillé et au courant de ce qui se passait.

La Triade était leur proie, à sa Liée et elle.

Eryfen sut qu'elle arrivait au bout du tunnel car la lumière du jour l'éblouit. Elle venait de déboucher sur une vaste salle d'où partaient jadis les appartements des membres du Kaerl Sanglant. Son oculus était toujours là, au plafond, dispensant sa lumière. Le Céleste était juste devant elle, figé par le spectacle de cette salle à l'abandon, presque intacte depuis la malédiction, ne sachant quelle direction prendre. La dragonne aux écailles bleu de nuit sentit la victoire toute proche quand soudain surgit un nouveau spectre, bien moins consistant qu'elle mais tout de même dangereux. De plus, il était plus grand. Elle le reconnut sans peine. Le Bronze fondit sur elle, toutes griffes dehors et Eryfen eut juste le temps de rugir de dépit et de plonger dans le sol, traversant les étages inférieurs. Le Bronze ne la suivit pas et resta là, à observer avec indifférence celui qu'il venait de sauver. Un homme se tenait non loin derrière lui, un Torhil à l'air renfrogné et méfiant. Une femme s'approcha alors. Grande, svelte, au visage sévère, sa peau pâle était rehaussée d'une longue chevelure noire, contrastant avec sa longue robe écarlate. Elle avait cet air digne et sans fioritures des gens qui savent. Une Noire, de la taille d'un Blanc, se tenait quelques pas en arrière, jetant des regards circulaires au cas où Eryfen reviendrait.

- Ce n'est pas vraiment un lieu pour les vivants, ici. Toutefois, nous recevons rarement de la visite alors veuillez nous pardonner notre manque d'hospitalité. Nous oublions, déclara-t-elle d'une voix forte et claire, aussi lisse d'une pierre polie. Bienvenu dans ce qui reste de notre Màr. Je suis Maldara Sciethe, Maîtresse Noire, Liée de Phèdre.

Mélange suave et doucereux, portant l’empreinte de la mélancolie mais cachant un reste de grande force intérieure, d’intégrité et de volonté sans faille, Maldara semblait provenir d’un autre temps. Ses yeux gris délavés étaient toujours aussi vifs et, comme sa Liée, avait retrouvé pleinement sa consistance ou presque.

- Je t’ai entendu appeler à l’aide... Tu devrais faire attention. Ne crie pas, ne pense pas si fort : tu pourrais en éveiller certains qu’il vaut mieux laisser dormir... Tu cherches une pierre spéciale, n’est-ce pas ?

Maldara, avec son sens inné de déduction et son autorité naturelle, prenait déjà la situation en main.

~°~  
Lam’ ne se débattait plus, trop affaiblie, étouffée par la toile chantée autant que par la séduction qu’exerçait Amaélis sur elle. Sa Liée loin d’elle, elle s’abandonnait au contact si vivant de la Neishaane, écoutait les battements de son jeune cœur, aussi jeune que le sien, elle savourait la chaleur de ce corps.

Azdraïel jetait de fréquents coups d’œil sur elle, son épée à la main. Qu’il aurait aimé se débarrasser d’elle au plus vite ! Mais comment tuer une âme errante ? De son côté, Méléagh regardait partout à la fois, persuadé de voir des spectres surgir de partout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:54

Sa course effrénée se termina enfin dans un rayon de pâle lumière, et Nathaniel déboucha en trombe dans une salle immense. La lumière du lieu tombait par un oculus dans le plafond. Tout autour était « intact », c'est-à-dire que la salle ne semblait pas avoir subit les assauts du temps et s’était figé à un instant donné de son plan d’existence. Cela aurait pu être beau, si le décorateur de cette scène n’avait pas eu un goût prononcé pour le désordre et la ruine.

Cette pensée très fugace et hors de propos sorti de l’esprit du demi sang alors même qu’il émergeait de son tunnel. Le lieu était très haut de plafond, il s’étonna donc de ne pas avoir aperçu de bâtiment de cette importance quand il se trouvait encore dehors.
Il fut vit rappelé à la réalité quand il entendit le râle du spectre à sa poursuite, à quelques enjambées de dragon derrière lui. Il se remit donc à courir, cherchant un lieu pour se dissimuler et échapper à son terrible poursuivant.
Etant un spectre le dragon n’était pas matériel mais Nathaniel ne savait pas quel genre de tord il pouvait lui causer.

Sans grande réflexion il était tout à fait dans l’idée de ne pas tenter le diable, nul besoin d’aller chercher le mal qu’il allait causer. La politique extérieurs des autruches de la ferme de Saeto sur la presqu’île de Terreben à Ys lui semblait idéale à adopter, aussi cherchait-il l’endroit susceptible de cacher sa tête et tout le reste de son corps dans les plus brefs délais. Il y avait des choses qui ne pouvait attendre, et ce n’était pas une envie pressante qui le mouvait.

Alors qu’il détalait à toute vitesse, un crissement sonore le piqua au vif dans sa curiosité, bien qu’une fois encore ce ne fut guère le moment. Le demi sang était sans cesse à des pensées futiles depuis sa sortie du tunnel, sans doute le fait d’avoir réalisé que sa vie ne tenait plus qu’à un cheveux fragile.
Quoiqu’il en fut, ce crissement sonore avait bien résonné, et la nature trop curieuse de Nathaniel le poussait à regarder ce qui l’avait provoqué. Il failli tomber une fois encore en tordant son cou vers l’arrière.
Et ce qu’il vit le renversa. Littéralement.
C'est-à-dire qu’il se retrouva sait-on comment les quatre fers en l’air, une pierre froide dans le dos, les habits de travers et relevés, un portrait bien peu digne.

*Mais à quoi je pense ? Ce n’est pas l’important !*

Ce que Nathaniel avait vu était en effet des plus déconcertant : son obscur poursuivant avait été mis en déroute par un adversaire à sa mesure, s’il en était. Un immense spectre de dragon bronze avait fondu sur la bleu à la poursuite du céleste, et l’avait chassé avec force coups de pattes. Non loin de là d’autres formes pâles s’approchaient avec rapidité et fluidité.
Il y avait un grand dragon sombre qui avait du être noir du temps de son « vivant », Un être semblable à un Torhil et une grande femme à la chevelure de jais.
Cette dernière s’avança au devant du demi sang qui s’était relevé précipitamment et avait commencé à s’épousseter.

*Ooh ! Si j’ai de la chance … Comment s’appelle cette … femme ? Malara, Maldara … Je ne sais pas, elle l’a dit un peu vite. Peu importe.*


Pour appeler à l’aide, il pouvait être sur de l’avoir fait, ses messages portés par le vent avaient du parcourir tout le Mar à l’heure qu’il était. Son idée lui semblait tout à coup beaucoup moins lumineuse, sans doute parce qu’il était sorti du noir. La mise en garde de son interlocutrice lui semblait très justifié, aussi évitait-il de trop bouger ou de faire du bruit, jalousant la capacité des quatre spectres qui lui faisait face à être totalement silencieux si ils le souhaitaient.

« Je cherche une pierre d’obsidienne ! Un œil, en réalité. »

La panique l'ayant d'abord gagné, il commençait seulement à reprendre sa respiration. Seulement cela n'enlevait rien au caractère urgent de sa demande...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:54

Amaélis resserra son étreinte autour de Lam', et se laissa guider par l'écho des pas précipité du Céleste. Elle chantonnait doucement sa berceuse, soucieuse de ne pas perdre son emprise sur l'esprit de l'orpheline, et ne cessait de jeter de coups d'œil méfiants à Azdraïel, ses yeux gris brillants semblaient le mettre au défi de tenter quelque chose contre l'adolescente. Quoi qu'il se passe, elle ne laisserait rien ni personne faire du mal à Lam'. Elle accéléra le pas, l'écho se faisait de plus en plus faible, et la Neishaane en déduit que Nathaniel avait cessé de courir. L'idée qu'il ait pu se faire dévorer par le Spectre Eryfen lui caressa l'esprit, mais elle la chassa comme l'on chasse une mouche. Les fantômes ne mangent pas les gens. L'idée fut aussitôt remplacée par une autre, beaucoup plus dérangeante.

° Quelque chose cloche. Je peux toucher Lam', et elle peut me toucher. Logiquement, cela ne devrait pas se produire, un Spectre est immatériel. Alors... Sa Liée doit se trouver dans le même état qu'elle, un état matériel. Bizarre. °

Elle allait faire part de ses interrogations à l'Ardent, mais se ravisa. Un pli soucieux vint barrer son front blanc, et elle augmenta encore son allure. Au bout de quelques minutes de marche silencieuse, entourés de bruits que l'Aspirante Neutre n'arrivait pas à identifier, ils arrivèrent au bout du tunnel. Le large boyau de terre débouchait sur une salle de belle dimension, qui aurait pu être considérée comme « belle » si son architecture n'était pas si chaotique et si elle ne dégageait pas cette atmosphère lourde et oppressante, et ce malgré le puits de lumière dont les rayons révélaient toutes les particules de poussière en suspension dans l'air, donnant l'impression que le temps s'était arrêté.
Son regard, après avoir détaillé la pièce, se posa sur les trois silhouettes debout au centre de la salle. Elle vit Nathaniel, qui semblait bien en vie, en pleine discussion avec une belle dame aux cheveux aussi noirs que la nuit, et un Torhil à l'air revêche qui se tenait en retrait. Amaélis sentit Lam' s'agiter contre elle, et elle posa une main rassurante sur ses cheveux. L'orpheline murmurait le nom de sa Liée, se pressant un peu plus contre la Neishaane, visiblement apeurée par la présence des deux autres Spectres. Son esprit redevenait de plus en plus fort, stimulé sans doute par la panique, mais Amaélis refusait de chanter à voix trop haute. Elle ne voulait pas attirer l'attention. Les larmes de Lam', qui coulaient sur sa poitrine, lui brisaient le cœur, et elle dut faire un effort colossal pour ne pas se laisser aller à son tour.

La Neishaane s'approcha d'Azdraïel, tremblant sous le poids de l'orpheline, et murmura à son oreille.

Que fait-on, maintenant ?

Elle s'était adressée à l'Ardent d'un ton de reproche, malgré sa voix faible et fragile, comme si l'idée de poursuivre le Céleste était venue de lui. Elle resta silencieuse et immobile, retenant presque sa respiration, tandis que Lam' commençait à lui donner des coups – encore maladroits, heureusement.

Et si il leur parlait de l'Obsidienne ?

Son chuchotement se brisa, et elle laissa échapper un cri de douleur qui résonna contre les parois de la vaste salle. Lam' se libéra de son étreinte, mais tomba par terre, encore trop faible pour bouger correctement. Amaélis passa une main sur la morsure sanguinolente, sanglotant et gémissant de plus belle. Pour la discrétion, c'était raté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:54

Maldara dévisagea un instant le jeune demi-Elfe, comme cherchant dans ses yeux verts quelque chose qui puisse lui donner envie de l'aider. Sa Liée Phèdre s'agitait derrière elle. Ce que la Maîtresse Noire y vit lui plut apparemment car elle hocha lentement la tête. Elle tourna les talons et se mit en route, sachant que les autres la suivaient.

- Viens, je vais te guider vers l'Oeil Noir. Autrefois, j'étais le Maître Espion de ce Màr, à l'époque de sa chute. Nous autres spectres vivons parmi les souvenirs, nous en sommes nous-mêmes. Des souvenirs liés à ses pierres, à cette terre. Ma fonction de jadis m'a permis de découvrir bon nombre de secrets gardés entre ces murs. Il en est un qui peut t'aider, jeune homme. Suis-moi.

La petite troupe se mit en mouvement, délaissant l'ancienne salle commune pour plonger dans un autre couloir à la voûte en croisées d'ogives. Le Kaerl Silencieux était, il fallait bien l'avouer, un chef d'œuvre d'architecture. Un vieux sortilège, toujours efficace malgré l'empreinte du temps, embrasait les torches accrochées au mur au fur et à mesure que l'on passait devant. Des murmures, soulevés par le son étouffé de leurs pas, s'élevaient de temps à autre, ici et là. Des échos d'un autre temps. Maldara en tête marchait dans ce couloir tant de fois arpenté de son vivant, talonnée par Nathaniel, lui-même suivis de près par le Bronze Thiarok et son Lié. Phèdre fermait la marche funèbre. Le Duc Sanglant, tel était son nom car il avait oublié le sien avec le temps, ne cessait de dévisager le demi-Elfe. Il lui était vaguement familier. Quelque chose, dans sa démarche, sa voix lui rappelait quelqu'un d'autre, qu'il avait connu... Un éclair de haine incendia son regard. Beltirà Garaldhorf.

Ils n'entendirent pas le cri de douleur.

~°~
Lam' sentit l'approche de sa Liée à travers le lien fantomatique qui la reliait encore à elle par delà la mort. Retrouvant un minimum de force et chassant la fascination qu'exerçait sur elle la jolie Neishaane, elle lui mordit à pleines dents le bras. Son cri lui fit mal mais elle fut relâchée. Elle s'affaissa sur le sol poussiéreux, encore trop affaiblie quand surgit une ombre du sol, s'élevant doucement. Ce n'était pas sa tendre Eryfen. C'était un jeune garçon, aux grands yeux tristes, qui s'échappait en volutes de fumée.

- L'Oeil Noir... Vous voulez l'Oeil Noir ?...
- Tais-toi !
s'étrangla Lam' en se relevant faiblement, dardant sur le spectre de l'Aspirant un regard haineux.
- L'Oeil Noir est sacré... Le Gardien vous tuera si vous l'approchez, c'est ce qu'il se dit parmi les Aspirants...
- Je t'ai dit de te taire, stupide Sans-Lié ! ERYFEN !


Lam' s'était maintenant relevée et appelait sa Liée à grands renforts. Azdraïel, passé sa peur superstitieuse, bondit sur la jeune Chevalière Maudite et la cloua au sol. La vagabonde gesticulait comme un beau diable, le nez dans la poussière mais le Torhil pesait de tout son poids, lui bloquant les mains dans le dos. Il jeta un regard flamboyant de colère à Amaélis. Méléagh secouait nerveusement ses ailes, ses yeux rougeoyants cherchant désespérément une issue, craignant de voir d'autres spectres draconiques surgir.

- Et maintenant ? Que fait-on ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:54

-Vous n’imaginez pas l’aide que vous m’apportez. Si vous faites ce que vous dites je vous serait redevable …

Il avait laissé la spectre plonger son regard vitreux dans le siens, lui rendant ce sondage avec le recul qu’il croyait nécessaire à une entrevue avec une personne d’un autre temps. On avait beau y voir à travers, cela brillait d’intelligence. Si il avait eu plus de temps et ne s’était pas trouvé au milieu d’un Kaerl maudit il se serait volontiers stoppé dans sa quête pour converser l’âme en peine. Mais il avait couru sans se reposer, avait dormi sur la pierre froide, avait combattu des monstres et manqué de mourir plus de fois en l’intervalle quelques jours qu’en 18 ans de vie.

Il soutint donc le regard de Maldara, cherchant à lui montrer que ses intentions étaient pures et que ce qu’il voulait était déjà clairement exposé.
Elle semblait satisfaite, du moins elle s’était retournée sans animosité apparente.

Tandis qu’il la suivait, elle lui conta une partie de son histoire. Une maître Espionne ? Il était plutôt bien tombé, en espérant qu’elle n’était spécialisée qu’en collecte d’information plutôt que dans l’assassinat. Même dans son immatérialité elle semblait capable de déformer le tissu de la réalité pour l’altérer. Dans le pire des cas. Dans le moins pire, et en admettant qu’elle ne le juge pas bon à défendre, elle appellerait es autres spectres du Kaerl à sa suite, et le combat d’Istvan essayant de sauver Darweel ne lui faisait guère envie.

Nathaniel ne se sentait une maîtrise magique suffisamment grande pour combattre un spectre puissant, il savait bouger vite et tailler des choses, tout au plus parler dans le vent …
Le ton de Maldara n’avait pas été belliqueux, n’avait laissé sous-entendre aucun contingent maléfique. Il devait être en sécurité pour l’instant.

*Si toutefois la sécurité est envisageable dans un lieu comme celui-là… Enfin, on devrait bientôt en voir le bout !*


Ils s’engagèrent dans un couloirs aux larges dimensions, dont le plafond se terminait en de belles arcades gothiques terminées par des ogives. L’aspect ancien n’en donnait pas pour autant un stylé délabré, et des torches étaient même allumées sur les murs. Ce devait être un sortilèges, il était de notoriété que personne ne vivait ici, ni même ne pouvait y vivre.

Il marchait juste derrière Maldara, et était suivi de près par le torhil et celui qui devait être son lié. Au fur et à mesure qu’il avançait il se trouvait incommodé par une impression désagréable, en plus de l’air empuanti de magie sombre.
Quelqu’un le fixait. Des bruits aux alentours le firent se tourner plusieurs fois sur les côtés pour essayer d’en deviner la provenance. Ce lieu n’avait pas de paix, et n’en trouverait jamais. Il saisissait de mieux en mieux pourquoi on parlait de malédiction. Plus que les spectres et les bâtiments en ruines, il y avait des présences du passée qui n’étaient pas saines. Et ce regard …

Il se retourna soudain ans crier gare, et surprit le Torhil à le fixer avec de la haine dans le regard. C’était lui qui avait laissé planer cette sensation. Il n’avait pas l’air enchanté de voir le demi sang au sein du Kaerl, on aurait même dit qu’il avait de sérieux motifs de le détester. Il ne l’avait pourtant jamais vu …

-Nous serions-nous déjà rencontré ?! »Dit-il dans une sorte de bravade folle. Quel que soit ce spectre, il devait avoir une raison à son attitude et Nathaniel était bien trop curieux pour ne pas chercher à la connaitre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:55

Pressant sa main contre la plaie, mordant dans son foulard pour ne pas crier, Amaélis hoqueta en voyant un nouveau Spectre apparaître, semblant venir du sol lui-même. Son cœur s'emballa tandis qu'elle reculait précipitamment, apeurée. Un jeune garçon, plus jeune encore que Lam', qui partait en lambeaux tourbillonnants de fumée. L'Œil Noir ? Qu'était-ce que cela ? Un autre nom de l'Obsidienne qu'ils recherchaient ? Visiblement, son intervention déplaisait à la spectrale Chevalière Bleue. Elle se releva, chassant le Spectre de l'Aspirant, et se mit à crier le nom de sa Liée.

Le Torhil réagit au quart de tour, et se rua sur Lam', la plaquant contre le sol. La Neishaane regarda l'adolescente se débattre furieusement contre l'emprise de l'Ardent. Un sentiment étrange fit bouillir le sang dans ses veines, et ses yeux brûlèrent de haine. Sous l'unique impulsion de son cœur, la pacifique Neishaane se retrouva totalement transformée. Oubliant le dégoût que lui inspirait le contact humain, elle se jeta contre Azdraïel pour le pousser et libérer la Chevalière Bleue. Entreprise désespérée... Que peut une frêle Neishaane contre un Torhil ? Poussant de toutes ses forces, ignorant le sang qu'elle répandait d'un peu partout, l'Aspirante grognait et commençait à fatiguer alors que l'Ardent n'avait pas bougé d'un poil – pire : il n'avait même pas l'air de se préoccuper de l'agression de la Neishaane. Essoufflée et furieuse, elle se mit à crier :

Mais lâchez-la ! Vous ne voyez pas que vous lui faites mal ? Lâchez-la !

Le regard que lui lança l'Ardent suffit à la faire cesser son manège stupide. Elle redressa la tête, ne baissa pas les yeux malgré la honte qui lui rosissait les joues, et soutint le regard envoûtant mais perturbant du Torhil. Deux joyaux d'un brun chaud, pailletés d'or en fusion. Amaélis pencha la tête sur le côté, comme pour mieux apprécier leur magnifique couleur.

Vous avez les yeux dorés.

Azdraïel fronça les sourcils aux paroles d'Amaélis, et la Neishaane détacha à regret son regard de celui de l'Ardent, secouant la tête pour se remettre les idées en place. Elle détacha le morceau de tissu qui la préservait des gaz toxiques à l'extérieur, et l'enroula autour de sa morsure, serrant le plus possible. Une grimace de douleur tordit ses traits.

Et maintenant ? Que fait-on ?

Amaélis considéra froidement son compagnon de Quête. Lam' continuait de se débattre, mais elle non plus ne pouvait rien contre le Torhil. Sa Liée ne devait plus être très loin, maintenant, et entre l'attendre sagement et partir une nouvelle fois à la recherche du Céleste, la Neishaane avait du mal à choisir.

Vous voulez dire : à part jouer au perroquet ?

Cette remarque, bien que prononcée d'un ton acide, lui sembla tellement absurde et déplacée dans ce contexte, que l'Aspirante éclata de rire. Mais pas d'un rire joyeux, loin de là, plutôt un rire amer et nerveux, trop aigu, désagréable à l'oreille. Lorsque son hilarité passagère se fut envolée, elle reporta son attention sur Lam' qui gémissait au sol. Sans répondre à l'Ardent, elle s'agenouilla près de la jeune Chevalière, et repoussa doucement la mèche de cheveux qui lui barrait le front.

Je suis désolée. Mais tu m'as trahie...

Elle se releva et marcha d'un pas lent vers le milieu de la salle déserte, abandonnant Lam' qui sanglotait doucement tout en appelant sa Liée. Dans quelle direction étaient-ils partis, déjà ? Elle fit un tour sur elle-même, le visage tourné vers le puits de lumière. Ce Kaerl n'était pas si horrible que ça, finalement. Il lui plaisait bien, même. Amaélis resta un moment immobile. La voix du garçon-Spectre lui revint en mémoire. « L'Œil Noir est sacré... La Gardien vous tuera si vous l'approchez, c'est ce qu'il se dit parmi les Aspirants... » Le doute n'était plus possible. Cet Œil Noir, c'était l'Obsidienne, forcément. Mais comment l'Aspirant était-il au courant ? Comment Lam' était-elle au courant ? Rien n'avait filtré, pourtant.

ERYFEN !

Amaélis sortit brutalement de ses pensées, et se retourna subitement vers Azdraïel, Lam' et Méléagh. La spectrale Bleue était là, hérissée de piquants, sa queue fouettant férocement l'air. Ses yeux rougeoyants se posèrent tour à tour sur chacun des êtres ici présents, et elle poussa un rugissement. Le sang de la Neishaane ne fit qu'un tour. Bondissant, elle s'élança dans la direction qui lui semblait la plus probable, celle où elle percevait les plus nettes vibrations de gens qui marchent. Tant pis pour les Ardents ! Ils se débrouilleraient mieux si elle n'était pas dans leurs pattes !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:55

La petite troupe continuait son chemin à travers le couloir, en silence. Quand Phèdre surveillait les alentours et les agissements des autres, sa Liée menait la marche. Maîtresse Sciethe avait cessé de parler et ses yeux erraient sur ces ruines éclaboussées de honte autant que de sang. Jadis, cela avait été son foyer. Aujourd'hui, c'était son tombeau. Pour l'éternité. Le Bronze Thiarok sentit son Lié se tendre progressivement mais n'en laissa rien paraître. Il ne devait pas éveiller les soupçons de la petite Noire. Longtemps, le Duc Sanglant avait erré en fou furieux dans la Lande d'Eru, avide de carnage et de vengeance absurde. C'était à des gens comme lui que la Kaerl Maudit devait sa mauvaise réputation d'hôtel des âmes assassines. Comme beaucoup, il avait sombré dans la folie meurtrière après la malédiction. Ce n'était que grâce à la Maîtresse Noire qu'il avait recouvré la raison. Mais son nom lui était toujours inconnu. Les souvenirs le hantaient mais son passé se refusait à lui. Pourtant, il lui suffisait de regarder ce jouvenceau aux yeux verts, ce vivant impie, pour savoir qu'il avait connu quelqu'un qui lui était semblable. Un nom, un visage, une haine féroce lui restaient en travers de la gorge.

Lorsque le demi-Elfe fit volte-face et s'enhardit, le Duc Sanglant manqua vaciller et les souvenirs affluèrent... Beltirà Garaldhorf, membre émérite du Màr, Maître Bronze Lié d'Al-Zoreth, qui fuyait le Kaerl avec d'autres, emportant sa famille avec lui. Lui-même ne s'était pas douté de ce que ce geste déshonorant signifiait. Il avait maudit celui qu'il avait toujours jugé si orgueilleux et opportuniste, devant sa lâcheté incompréhensible, prenant un malin plaisir à la dégrader. Si seulement il s'était douté... Et ce jeune sang-mêlé, il avait presque les mêmes yeux verts, la même arrogance. Serait-il du sang des Garaldhorf ?

- Oui mais tu n'en as pas souvenir, grinça le Torhil balafré. Passe le bonjour à ce cher Beltirà !

Aveuglé par la rage, il tira sa grande épée de son fourreau et chargea Nathaniel dans un cri de guerre. Les cris de Maldara pour le rappeler à l'ordre ne lui firent aucun effet, pas plus que la morsure que reçut son Lié en s'interposant entre lui et une Phèdre furieuse. Tel un taureau sauvage, il se ruait sur sa proie, avide de faire couler le sang.

~°~
Bon sang, que cette Amaélis l'agaçait ! Pour tout au monde, il aurait voulu se trouver loin de ce lieu maudit et sans cette stupide Aspirante sur les bras. Il la repoussa sans ménagement, tenant toujours Lam' immobilisée au sol, qui sanglotait maintenant. Soudain surgit ce qu'il redoutait. La Bleue se matérialisa juste sous leurs yeux, toutes griffes dehors, rugissant de hargne. Elle fondit sur Méléagh qui, un instant tétanisé par la panique - une femelle qu'il ne pouvait courtiser et qui était morte, quelle horreur ! -, feula à son tour et riposta, vomissant des langues de feu. mais le feu n'a pas de prises sur l'immatériel, ou presque. Eryfen s'en amusa un instant puis commença à ressentir la chaleur suffocante et des douleurs aiguës traversèrent ses ailes et son poitrail. Si elle avait été bipède, elle aurait poussé un juron. C'était pourtant évident. En recouvrant une enveloppe charnelle, elle devenait de nouveau vulnérable et sensible à la douleur physique. Sans pour autant pouvoir mourir.

Azdraïel profita de l'éclairage temporaire pour inspecter le couloir. La Neishaane avait filé. Merde ! Il se pencha et entendit Lam' ricaner, sardonique.

- Tu as peur, n'est-ce pas, l'Ardent ? Comme tous les vulgaires mortels, comme tous ces parjures des autres Ordres, tu crains ce qui est non-mort. Cela dépasse ton entendement si étriqué ! Écoute-moi bien, imbécile. Tu ne peux faire confiance à personne ici, pas même à ton Lié, pas même à toi-même. Mais sache que je suis la seule à pouvoir déjouée les pièges qui gardent l'Oeil Noir. Je ne mens pas ! Alors, vas-tu m'écouter ?

Le Chevalier Alaric cilla. Que devait-il faire ? Les deux dragons luttaient avec acharnement. Nathaniel était tombé dans les filets d'autres spectres, malgré ses mises en garde. Amaélis avait fui, se perdant dans le dédale du Màr Dìnen. Que lui restait-il comme choix ? Suivre cette Lam' ? Il était prêt à tout tenter pour quitter ce lieu. Peu lui importait l'Obsidienne, peu lui importait le sort de ce monde ! Il voulait quitter cet enfer au plus vite et sans délai.

- Je t'écoutes, vermine. Mais calmes d'abord ta Liée.

Eryfen cessa d'elle-même, repliant ses ailes engourdies et se contenta de montrer les crocs au Brun osseux. La perfidie de la jeune Chevalière le prit de court. Elle tira un couteau de chasse de sa botte et lança son bras en arrière. La Main Noire cria, de colère comme de douleur, la joue entaillée et suintante de sang. Eryfen repassa à l'attaque tandis que Lam' se relevait en titubant, s'échappant dans la direction prise par sa proie.

° Retiens-les le plus longtemps possible, ma tendre. La Triade est à nous !
Compte là-dessus ! °


Elle se mit à courir, apercevant la silhouette blafarde de la jolie jouvencelle lorsqu'elle disparut soudain de son champ de vision. Avec horreur, elle vit que le sol s'était ouvert sous ses pieds, menant tout droit à...

- Oh non...

Lam' sauta à son tour dans le trou béant et obscur, fit un roulé sur elle-même et se rattrapa à genoux. Elle rampa dans le noir et toucha un corps chaud et gémissant. Lorsqu'Amaélis ouvrit les yeux, la vagabonde était penchée au-dessus d'elle, un sourire tendre et triste aux lèvres. A Kaziel l'Ardent trop brutal et le Céleste trop méfiant. Il n'y avait que l'Engloutie qui comptât pour elle. L'Oeil Noir n'était qu'une légende du Màr parmi tant d'autres. pourquoi devrait-elle avoir la moindre importance face à tant de douceur, de beauté et la fragilité ?

- Ne cris pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:55

Echauffé, Nathaniel toisa un instant son interlocuteur, vis-à-vis extraverti. Il espérait peut être l’impressionner ou juste obtenir des réponses. En réalité ses sens mis en alertes depuis des heures lui indiquaient de se tenir prêt à tout et son attitude bravache n’était pas tellement inconsidérée. Il n’avait seulement pas prévu que le Torhil sortirait de ses gonds aussi vite. La provocation n’avait jamais été son fort, il ne savait pas faire de commune mesure et risquait une fois de plus d’en payer le prix.

*Mais attends ! Ça coupe le sabre d’un spectre ?*

Cette brève failli lui coûter la vie. Quelle que fut le réponse, le souvenir d’une dragonne bleue transparente lui faisant la course dans un souterrain n’était pas si lointain, et il devait y avoir une raison à cela. Pas plus que les crocs il ne voulait savoir si le tranchant de la rapière était bien réel, c’était un constat bien trop dangereux à mettre en place et le masochisme ne faisait pas parti de ses qualités … ou défauts.

C’est pour ces raisons, mélangés à une forte dose de réflexe et d’adrénaline que Nathaniel bondit sur le côté. Il aurait volontiers utilisé la magie, mais la rapidité du spectre le lui interdisait sous peine de finir en tranche de demi elfe pour ectoplasme. Met délicat raffiné, encore inconnu au palet. Si cela pouvait le rester !

Il se projeta donc sur le côté droit, suffisamment pour esquiver le premier coup de son nouvel adversaire. S’il n’était pas un vaillant combattant cette compétence-là relevait bien de ses facultés. Il atterrit sur ses deux pieds et tira son épée du fourreau, histoire d’avoir quelque chose pour se défendre. Quant à savoir si elle lui serait vraiment utile, il faudrait attendre un peu. Il prit donc une position de garde apprise auprès de Persée au cours d’un entrainement. Elle convenait plus au maniement d’une rapière mais elle lui confèrerait de la rapidité et surtout une feinte très avantageuse. Elle aurait l’avantage de justifier l’utilisation de son épée, sans quoi il devrait la remettre au fourreau rapidement, mais aussi d’atteindre sa cible et d’être prêt à nouveau quand il répliquerais.

Il attendit donc l’attaque suivante du torhil. Elle ne tarda pas. A peine deux secondes après qu’il ai prit position, le géant renouvelait sn attaque avec vivacité. Un peu déstabilisé, Nathaniel fléchit la jambe droite pour passer sous les sabre de son attaquant et poussa sur la gauche pour partir avec élan. Il saisit son épée elfique à deux mains, la main droite à cheval sur la lame pour augmenter la puissance et la précision de son coup. Il se projeta donc une nouvelle fois sur la droite et se retrouva au pied du mur d’en face en position accroupie. Il avait presque sauté pour porter son coup au flanc gauche du guerrier. Il avait cru rencontrer une résistance, mais peut être n’était-ce du qu’à sa tunique qui avait la fâcheuse tendance à ralentir ses bras au niveau du trapèze.

*Il a dit … Passe le bonjour à Beltirà. Qui c’est ça ? Quel rapport avec moi ?*

Ce qui choquait le plus dans l’attitude du torhil, ce n’était pas son attaque si soudaine, ni même cette obscure remarque qui sonnait comme un défi. Non, le plus étrange, c’était l’expression de rage qui accompagnait son geste de mort. On airait dit qu’il vouait au demi sang une haine létale, le genre d’animosité qui traverse les âges pour prétendre à la mort de celui qui nous a déplu …

*Mais je le connais pas lui !*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:55

Le bruit de ses pas résonnant contre les parois du couloir dans lequel elle était engagée, le souffle haletant de sa respiration, et même les battements désordonnés de son cœur, tout parvenait à ses oreilles comme amplifié. Au fur et à mesure qu'elle avançait dans sa progression, elle doutait de plus en plus d'avoir fait le bon choix en choisissant de s'enfuir dans cette direction. Un cri lointain se répercuta contre la roche. Mais qui aurait pu dire s'il ne venait pas du passé ? Dans ce lieu hors du temps, elle ressentait les échos de moments révolus, vieux de plusieurs siècles. Ces fantômes la mettaient mal à l'aise, lui hérissant les poils et la faisant frissonner. Les mélodies qui hantaient l'air et qu'elle parvenait à capter grâce à son intimité avec la Musique lui semblaient dérangeantes, incorrectes.

Dopée par l'adrénaline, Amaélis avait l'impression de voler. Elle courrait, sans savoir où elle allait, regardant droit devant elle, plus inquiète pour elle-même que pour Azdraïel et Nathaniel. Le couloir se divisa en deux. La Neishaane, sans hésiter, prit la direction gauche, s'efforçant d'ignorer les murmures qui tournoyaient autour d'elle. Elle sauta par-dessus un bloc qui s'était détaché du mur, et atterrit pieds joints sur une dalle qui se déroba sous son poids. La chute fut courte, moins de dix pieds. Amaélis heurta le sol brutalement, le souffle coupé, tandis que poussière et débris recouvraient son corps. Lorsqu'elle fut capable de respirer à nouveau, la poussière envahit ses poumons et elle se mit à tousser comme une damnée. Même sans bouger, la douleur se faisait ressentir dans chaque parcelle de son corps. Le goût métallique qui se répandait dans sa bouche lui signala qu'elle s'était blessée au visage. Un rapide examen lui permit de comprendre que son arcade sourcilière s'était ouverte quand elle s'était frappée le front contre le sol. Elle poussa un gémissement. Elle sentit une main se poser sur son bras, et une peur panique la saisit. Qui sait ce que pouvait contenir les entrailles du Màr Dìnen ?

Ses yeux s'ouvrirent brusquement, et la vue du visage de Lam' au-dessus d'elle suffit à la calmer, l'emplissant. d'une émotion étrange. Un sourire triste étirait son affreuse cicatrice. Amaélis resta immobile, puis tendit une main tremblante pour effleurer la joue de la Chevalière.

Tu es venue. Pour me sauver ? Pour me tuer ?

Un rire nerveux vint secouer le corps endolori de la Neishaane, contrastant avec les larmes qui perlaient à ses yeux. Elle reposa son bras au sol, tournant la tête et quittant Lam' des yeux, sa bouche ouverte laissant s'échapper son faux rire aigrelet.

Qu'importe, après tout. Aucun de nous ne ressortira d'ici vivant... Ni mort, d'ailleurs. Nous resterons les prisonniers du Màr Agarwaen pour l'éternité. Si tu viens pour me sauver, je ne peux qu'admirer ton courage – ou déplorer ton inconscience –, si tu viens pour me tuer, alors, soit ! Fais-le.

Amaélis plongea son regard d'argent dans celui plus pâle de la Chevalière. Elle n'aurait su dire ce qui se passait. La Neishaane avait l'impression de se regarder agir d'en-haut, sans disposer entièrement du contrôle d'elle-même. La Lande d'Eru et ce Kaerl avaient décidément de drôles d'effets sur elle. L'Aspirante Engloutie prit le visage de Lam' entre ses mains, pas de la façon la plus délicate qui soit, mais avec assez de tendresse pour ne pas paraître trop brutale.

Mais pense à moi... Ne me fais pas souffrir... D'accord ? Tu me le promets ?

Amaélis secoua légèrement la Chevalière par les épaules, le visage ruisselant de larmes cette fois, puis elle relâcha tout, et posa son front contre le sol glacial, les yeux fermés. Elle était fatiguée, si fatiguée de tout. Elle n'en pouvait plus de cette obscurité, de cette peur qui la paralysait, du malaise de ces lieux. Ah, comme il semblait loin le temps où elle ignorait tout du danger que courrait Rhaëg, où elle ne voyait pas plus que le bout de son nez ! Qu'il était douloureux de songer qu'elle contribuait à la disparition de ce monde en faisant preuve de tant de défaitisme. Mais c'était un fait : la jeune Amaélis n'avait jamais été un être optimiste. Elle acceptait tout sans rien dire, persuadée qu'elle ne pouvait rien changer, et quand bien même elle le tenterait, elle ne ferait qu'enchaîner échec sur échec. Car n'était-ce pas ce qu'il s'était toujours produit ? N'avait-elle pas échouer dans chacun de ses actes ? Et quelle ironie du sort de confier à elle le destin de milliers de personnes, le Destin de Rhaëg tout entier, elle, la Neishaane égoïste et individualiste, qui se fichait des autres, qui ne faisait jamais rien pour eux, qui restait indifférente face à leurs peines, leurs joies, leurs colères et leurs douleurs.


[HRP = Désolée, je fais pas vraiment avancer les choses mais je ne voyais pas quoi rajouter...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:56

Azdraïel essuya d'un revers de main le sang frais sur sa joue. L'entaille le brûlait mais moins que la colère a s'être de nouveau fait avoir. Ici, on ne pouvait faire confiance à personne. Ni aux spectres, ni à ses deux Aspirants incapables, ni à soi-même. Juste derrière lui, les deux dragons luttaient sauvagement. Autant la Bleue était agile, autant le Brun était fort. Quand la haine poussait Eryfen à attaquer, c'était la terreur qui enhardissait Méléagh à vouloir se débarrasser de cette abomination que même la grande Isashani ne voulait pas prendre. Le Torhil resta quelques secondes qui parurent durer une éternité à réfléchir. Que devait-il faire ? Poursuivre Amaélis et cette peste rouée de Lam' ? Retrouver Nathaniel et son escorte ? Aider son Lié à s'en sortir et fuir au plus vite ? Il hésita, ses yeux d'or terne voyageant des deux couloirs aux dragons furieux. Ce Kaerl était un véritable labyrinthe. Il n'existait donc aucun plan dans cet endroit maudit ? Il n'envisageait qu'une solution mais cela pourrait bien signer leur fin à tous...

Le Chevalier se redressa et, avalant sa salive avec peine, hurla à pleins poumons :

- Hey, les spectres ! Venez, réveillez-vous, bandes de fainéants !
° Azdraïel, qu'est-ce qui te prends ? Tu veux nous faire crever ou quoi ?!
Laisse-moi faire. °
Vous n'êtes plus rien, on crache sur vos mémoires, sur vos noms ! Levez-vous, rats putrides !
° Tais-toi, stupide bipède ! Tu vas éveiller tout le Màr ! Ils ne doivent pas savoir ! °


Eryfen paniquait. Rien ne se déroulait comme prévu. Leur jouet lui échappait. Lam' et elle étaient perdues. Certes, elles ne pouvaient mourir mais il est bien pire que la mort. Les autres les tueraient à nouveau, comme auparavant, il leur faudrait du temps avant de redevenir ce qu'elles étaient. Les autres se vengeraient sur elles. La dragonne donna un brusque coup de patte dans le museau de Méléagh qui feula de rage. Elle tenta d'assommer le Brun ou de se dégager de son emprise mais ne fit que s'empêtrer les ailes.

Un voit froid souffla en violente bourrasque soudain et le silence retomba. Les dragons se figèrent, cessant tout combat. Azdraïel regarda s'avancer vers eux une brume épaisse qui bientôt se mua en diverses formes, évoquant dragons et bipèdes. Une mélodie lointaine et entêtante vint au galop, explosant subitement autour d'eux pour ensuite retourner en musique étouffée. Un bruissement de conversations courut le long des murs. Du brouillard finit par s'avancer un homme de haute stature, aux longs cheveux blonds dorés et aux yeux d'azur. Il était d'une grande beauté et élégamment vêtu. il toisa avec mépris les deux Ardents et lança un regard assassin sur la Bleue qui frémit de peur.

- Que nous veux-tu, impudent mortel ? Pourquoi nous éveiller, nous à qui le repos éternel est refusé ? Les affaires des vivants ne nous concernent plus.
- Partez ! Soyez tous maudits !
cria une femme avec hystérie, rendant l'atmosphère plus lourde encore.
- Si, elles vous concernent, rétorqua le Chevalier en maîtrisant ses tremblements. Le monde est en danger. Ne le sentez-vous pas ou avez-vous oublié que vos descendants vivent encore ?... Je cherches l'Oeil Noir et ne m'en irais que lorsque je l'aurais.
- L'Oeil Noir n'est qu'une légende. Tu pers ton temps
, assena laconiquement l'homme après un silence.
- Alors, montrez-moi le lieu de naissance de cette légende, répondit l'autre avec un rictus.

~°~
Lam' attendit que la jeune fille ouvre ses beaux yeux. Ses paroles, son attitude lui fendirent ce qu'il restait de coeur dans sa poitrine. Elle posa un doigt fin sur ses lèvres pour la faire taire et ses deux sourires se teintèrent de regrets.

- Je ne veux pas te tuer. Ne comprends-tu pas ? Tu es celle que je cherches depuis si longtemps...

La Neishaane écarquillait ses yeux gris, la rendant plus désirable encore. Elle pouvait entendre ses battements plus rapides.

- Pourquoi se soucier de l'Oeil Noir quand nous pouvons être ensemble pour l'éternité ? fit-elle et un petit rire cristallin partit de sa gorge. Sais-tu où nous sommes, ma chérie ? repartit-elle avec un air plus heureux et insouciant de jeunesse. Ici est le Hall aux Illusions, l'équivalent de votre Galeries aux Miroirs du Màr Luimë. Tous les Candidats doivent passer ici l'épreuve ultime avant d'aller se lier sur les sables blancs de la Chambre des Rois, devant la Reine Améthyste et ses oeufs nacrés... Je connais l'escalier qui y conduit, je l'ai déjà emprunté avant de me lier...

Lam' alla brusquement se blottir contre Amaélis, pressant son corps froid contre celui chaud et tremblant de son amie. Elle ferma les yeux et poussa un soupir. Elle paraissait si fragile, la vagabonde et Chevalière du Màr Dìnen, menteuse, trompeuse.

- L'Oeil n'est qu'une légende, pourquoi s'en préoccuper ?... Personne ne l'as jamais vu. Et personne ne le verra jamais.

Comme une amante jalouse, ses yeux flamboyèrent soudain. Non, rien ni personne ne lui enlèverait l'Aspirante Engloutie qu'elle aimait. Elle sentait une vibration nouvelle dans le sol. Les autres s'éveillaient.

~°~
Le Duc Sanglant se laissait guider par sa rage vengeresse, son épée taillant dans l'air, avide de trancher les chairs et de répandre le sang sur les dalles poussiéreuses de son Màr. Son Lié luttait vaillamment pour occuper Phèdre qui rugissait comme une diablesse. Il ignorait ce que trafiquait sa Maîtresse qu'il avait longtemps servis depuis son "réveil". Une seule chose occupait son esprit : tuer le descendant de son rival.

- Il est étrange de constater que ton parent n'ait pas instruis ses enfants de ne plus approcher l'ancien Kaerl ! Beltirà était décidément un imbécile doublé d'un vaniteux. Tu vas payer pour lui, fils des Garaldhorf !

Thiarok hurla soudain et se dissipa en volutes de fumée. Le Torhil se figea, écarquillant les yeux et fit volte-face. Maldara se tenait derrière lui, là où aurait dû se trouver son Lié, une longue javeline rouillée dans la main et le visage fermé. Le Bronze avait été tué à nouveau. Il lui faudrait du temps avant de se reconstituer et de se souvenir de qui il était. Il n'était pas rare de voir des Liés se déchirer parce qu'ils ne se souvenaient plus qu'ils partageaient la même âme. Le Duc Sanglant poussa un gémissement pitoyable et tomba à genoux. Il laissa tomber son épée et se mit à brasser l'air, comme cherchant à modeler l'image de Thiarok.

L'ancienne Maître-Espion fondit sur Nathaniel, prit sa main dans sa poigne froide et l'entraîna aussitôt dans son sillage. Elle marchait si vite qu'il était presque obligé de courir.

- Le temps t'ai compté. Écoute attentivement ce que je vais te dire et surtout, ne fais confiance à personne. L'Oeil Noir est une très vieille légende de notre Màr. On raconte qu'il se trouve caché dans les catacombes, protégé par un Gardien si effroyable que tous ceux qui l'ont vus sont morts de peur. Au fil des siècles, l'origine de cette légende s'est perdue dans le temps et ne savons plus grand chose d'elle. Ce que beaucoup oublient, c'est que chaque mythe recèle une part de vérité. Dans notre Kaerl, chaque Maître-Espion devient un gardien des secrets. Et il en est un qui attise les convoitises autant que la peur. Nous sommes les seuls à savoir que l'Oeil Noir existe bel et bien. Nous nous transmettons ce secret de Maître à Élève. On est Maître-Espion à vie ici.


Elle s'arrêta dans une vaste salle qui avait dû autrefois être somptueuse. Toute en longueur, ses côtés s'ornaient de grandes vitres brisées par des plantes grimpantes donnant sur la Lande d'Eru, entre lesquelles de grandes oriflammes pendaient tristement, représentant les armoiries des plus grandes familles nobles du Màr. A l'extrémité se trouvait sr quelques marches un trône à la dorure écaillée mais imposant. C'était la Salle du Trône. Il y eut alors un brusque écho d'un autre temps. La salle était emplie de monde où chacun buvait, mangeait, dansait, riait ou injuriait. Par les fenêtres, la verte Plaine de Daranis s'étendait à perte de vue entre les luxueux étendards. Du haut plafond pendaient de grands lustres étincelants. Et sur le trône d'or un homme sans visage. L'écho s'effaça aussi brusquement qu'il était apparu et le silence retomba sur la vieille salle désertée.

- A partir de là, tu vas devoir te débrouiller seul. Ne fais confiance à personne, pas même à toi.


Sur ce, Maîtresse Sciethe s'en retourna dans le sombre couloir, disparaissant dans les entrailles du Màr aux souvenirs. Le Kaerl s'éveillait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:56

Les spectres de dragon luttait férocement avec force cris et tintements d’écailles. Le lié du torhil empêchait la noire de Maldara d’approcher le combat en cours. Nathaniel prenait à peine le temps de vérifier que Phèdre n’avait pas disparu en fumée.
L’acharnement de son adversaire devenait pesant. Nathaniel avait constaté avec dépit que le spectre conservait une certaine forme matérielle. Il était étrange de constater cette présence malgré la mort, c’était plutôt effrayant quand on avait un homme en furie armée d’une rapière impressionnante en face de soi.
Le demi sang enchainait les positions d’esquive avec rapidité, mais sentait que le souffle commençait à manquer. Un coup latéral plus violent le projeta sur le côté, et il eu juste le temps de se plier pour retomber sans trop de casse. Il plia un genou et brandit son épée, prêt à parer le coup suivant.

Le torhil stoppa pourtant son geste, et lui lança une énième phrase énigmatique.

- Il est étrange de constater que ton parent n'ait pas instruis ses enfants de ne plus approcher l'ancien Kaerl ! Beltirà était décidément un imbécile doublé d'un vaniteux. Tu vas payer pour lui, fils des Garaldhorf !

Les Garaldhorf… N’était-ce pas de la famille de Persée dont-il s’agissait ? Sa maîtresse lui avait bien un peu parlé de ses origines, mais toujours en restant vague. Elle n’avait jamais mentionné le lieu de sa provenance, jamais aucun prénom ni aucune enseigne. Et voilà qu’un spectre au nom inconnu et à l’allure féroce lui crachait à la figure comme une insulte dans l’endroit le plus reculé et le plus dangereux du monde. C’était la plus grosse mésentente dont il ait été l’objet, mais également une coïncidence qui faisait se froncer les sourcils.
Comment aurait-il pu savoir que Persée était sa maîtresse ? Connaissait-il seulement son propre nom ?

-Je ne connais qu’une Garaldhorf, et elle n’est pas de ma famille. Mon nom est Nathaniel Illyan et je ne viens pas de Tol Orëa ! Comment pouvez-vous seulement…


Il fut coupé par un cri transcendant, d’une même gorge profonde que lorsque Meleagh avait chuté du ciel. Le lié de son adversaire disparu en fumée, et le torhil changea du tout au tout. Un instant il était là, féroce, prêt à tuer, et il se tordait maintenant comme pour ramener à lui sa moitié d’âme. La souffrance apparente de l’homme face à la perte de celui qui avait du partager ses pensée pendant des siècles fit frémir le jeune homme. De toute évidence le lien d’un homme et de son dragon dépassait même la mort.

Alors la seconde spectre fondit sur lui, le faisant frissonner. Elle saisit sa main dans la sienne et le tira derrière elle à vive allure. Il n’eut pas le temps de remettre son épée au fourreau, prenant juste garde à ne rien perdre de ses affaires.

Maldara l’entraina dans une course folle à travers plusieurs sombres couloirs. Le demi sang peinait à suivre la vive allure de l’ancienne maître espionne. On voyait ça et là sur les murs des drapeaux, des armes rouillées, et toujours des torches maintenues allumées par magie. Quelques rares ouvertures aux vitres couvertes de poussières filtrait la lumière grise de l’extérieur, faisant un rayon ridicule au milieu de l’intense lumière des torches. Puis Maldara poussa une grosse porte dans un grincement sonore, et Nathaniel se figea. Il se trouvait dans ce qui semblait être une salle de trône, immensément vide.

Il eut à peine le temps de jeter un regard, les choses s’enchainait bien trop vite. Comme un écho sonore, une légère vibration percuta l’air, et tout à coup une vision du passé emplit l’espace de la salle. Les fenêtre étaient grande ouvertes sur un paysage magnifique, et toute la salle était baignée de soleil. Il y avait là foule de gens qui semblaient se réjouir et s’amuser. Le trône était occupé par un homme aux traits indéchiffrables, immobiles.
Aussi brusquement qu’elle était arrivée, la vision se stoppa, laissant Nathaniel pantois d’émotions.

- A partir de là, tu vas devoir te débrouiller seul. Ne fais confiance à personne, pas même à toi.

Cette phrase de Maldara lui serra le cœur. Elle allait le laisser là. Il se retourna à toute vitesse pour répliquer, lui demander de rester, lui raconter, la mener à la pierre ! Mais elle avait disparu en silence.

-Nom d’une schloute !!!

Il s’était exclamé à voix haute, de rage, de déception, de peur peut être. Il était seul dans le Kaerl maudit, dans une salle il ne savait où avec une mission impossible à réaliser. C’était parfait …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:56

Alors ? Qu'att...

Les doigts de la Chevalière Maudite se posèrent sur sa bouche pour la faire taire, et Amaélis s'exécuta, considérant enfin la portée de ses mots. Les paroles de Lam' la glacèrent, ses yeux s'écarquillèrent sous la peur et la surprise, et ses lèvres tremblèrent. Que disait-elle ? Elle ne voulait pas la tuer, elle était celle qu'elle attendait ? Les battements de son cœur s'accélérèrent. Elle tenta de parler, mais aucun son ne sortit de sa bouche, alors elle dut se contenter d'écouter.

La voix de Lam', si claire et insouciante, la mit étrangement mal à l'aise. La voir parler ainsi, de ce que pourrait être l'avenir, leur avenir... Une partie d'elle aurait aimé y croire. L'autre lui soufflait que ce n'était pas naturel, qu'il n'était pas permis d'être si proche d'un Spectre du Kaerl Maudit. Ah ! Et depuis quand se fiait-elle à ce qui se faisait et à ce qui ne se faisait pas ? Puis la Chevalière évoqua les œufs de la Reine Améthyste. La Neishaane ignorait qu'il existait des Reines de cette couleur, mais elle n'y fit pas attention, estomaquée par la proposition de Lam'. Se Lier ? Maintenant ? Dans ce Kaerl ? Dans ce Kaerl Maudit ? Non, ça ne se pouvait pas... Elle secoua doucement la tête. Impossible, tout bonnement impossible.

La Chevalière vint alors se blottir contre elle. Amaélis enlaça Lam', caressant son corps froid et ses cheveux ébouriffés avec tendresse. La proximité du Spectre n'était pas si déplaisante, elle était même... agréable. Elle sentit une douce chaleur monter dans son bas-ventre, et la Neishaane se mordit les lèvres, gênée par cette sensation qu'elle ne connaissait pas. Oui, elle aimerait rester à ses côtés pour l'éternité, l'avoir pour toujours. Son cœur s'emballa à cette pensée, mais son réalisme lui fit voir que cela ne pourrait jamais arriver. Elle réprima un sanglot, serra un peu plus Lam' contre elle, prit son menton entre ses mains diaphanes et lui imprima un léger mouvement pour que leurs regards se rencontrent.

Non. Lam'. Je... J'aimerais tellement rester... Oh oui. Tu ne peux pas savoir à quel point ça me brise le cœur. Mais... Je dois au moins essayer de retrouver l'œil, tu comprends ? Pour préserver Rhaëg. Les légendes ont toujours un fond de vérité... Les Dragons, par exemple. Pour beaucoup, ce n'est qu'une légende. Pourtant, tu t'es Liée à l'un d'eux ! Et puis... Ce Màr n'est qu'un fantôme, je n'aurai jamais ma place ici... Même si je me Liais... Une vivante se Lier avec un Spectre Dragon ? Non. C'est... impensable. Impossible. Ce serait une aberration... Il n'y aura aucune âme pour moi sur les Sables Blancs, j'en suis certaine. Je ne... suis pas... une Maudite... Je ne... fais pas parti de... de ce Màr...

La Neishaane peinait à retenir ses larmes, et ses paroles devenaient de moins en moins intelligibles, entrecoupées de sanglots et de hoquets. Elle se tut, ignorant le cri de douleur silencieux qui montait dans sa gorge. Les mains hésitantes, elle attira le visage de la Chevalière vers le sien, et posa ses lèvres froides et tremblantes sur celles tout aussi froides de Lam'. Surprise par son propre geste, Amaélis se recula aussitôt, l'air totalement hagard et perdu. Puis, elle vit l'expression sur le visage de Lam', et ce fut comme si elle se regardait dans un miroir. Elle sourit, à la fois embarrassée et amusée, ses joues se teintant de rose.

Je...

Mais encore une fois, il était inutile de dire quoi que ce soit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:56

Lam' ferma les yeux, bercée par les battements de coeur d'Amaélis et sourit lorsqu'ils s'accélérèrent. Elle se sentait presque vivante de nouveau. Puis les paroles de son aimée lui mirent l'âme en pièces. Elle serra les dents sous une vague ravageuse de chagrin. Elle aussi savait bien que c'était impossible mais on a le droit de rêver, non ? Ou alors même un fantôme ne peut plus rêver ? Puis les lèvres fraiches rencontrèrent les siennes et elle gémit de désir. Cela faisait si longtemps qu'elle n'avait plus connu ce genre de contact. Lorsque la jolie Neutre s'écarta comme à regret de la Maudite, Lam' se sentit chavirer. Ainsi, une simple légende lui prendrait-elle l'amour de sa vie ? De sa vie crépusculaire ? Décidément, les dieux n'aimaient pas ces lieux et ses habitants pour même lui ôter, dans son tourment éternel, la seule chose qui lui fasse envier la vie quand elle n'aspirait qu'à la mort. Son visage s'assombrit.

- L'Oeil Noir est une légende ! Juste une légende pour faire peur aux enfants pas sages ! Pourquoi se dresserait-il entre nous ?


Un sanglot l'étrangla. Un spectre peut pleurer.

- Tu veux l'Oeil Noir, n'est-ce pas ? Il te le faut absolument... Mais je ne sais rien de lui ! Ce n'est qu'une légende !

Lam' renifla et soupira. Ses épaules s'affaissèrent. Parviendrait-elle à la laisser partir ? Ou irait-elle jusqu'à la tuer pour qu'elle demeure ici, avec elle, pour l'éternité, comme âme en peine ? Une vibration insolite parcourut soudain le sol. Lam' écarquilla les yeux de terreur. C'était anormal. Même les spectres ne faisaient pas ce genre de vibrations. Et une voix surgit, ricochant sur les murs, comme issue d'eux, venant de partout et nulle part à la fois, comme un murmure obsédant.

¤ Viens à moi... Viens vers moi... Je vais te montrer l'Oeil Noir... Suis-moi... ¤

~°~
Et Nathaniel s'était retrouvé seul dans cette Salle du Trône vide. Quand une voix lui parvint, caressante, envoûtante. il était impossible de savoir d'où elle venait mais elle menait quelque part. Elle invitait à la suivre.

¤ Viens à moi... Viens vers moi... Je vais te montrer l'Oeil Noir... Suis-moi... ¤

~°~
Le grand homme blond croisa les bras sur sa poitrine, un sourire goguenard peint sur son visage. Derrière lui commençait à se chamailler une Verte et un Blanc mais il n'y prit pas garde.

- A s'obstiner, on obtient pour récompense la mort.
- Je ne cherche pas la mort. Si vous ne pouvez me renseigner, indiquez-moi quelqu'un qui puisse m'aider !
- Et pourquoi... ?

¤ Viens à moi... Viens vers moi... Je vais te montrer l'Oeil Noir... Suis-moi... ¤


Et la voix survint, invitant à suivre les pas de l'Oeil Noir. L'assistance s'était figée. Ce fut à peine si les spectres remarquèrent le départ d'Azdraïel et Méléagh pour un nouveau corridor sombre. La foule se dispersa en volutes de fumée, comme si elle n'avait jamais été là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:57

Sur les murs de la salle de grand étendards de noble facture mais à l’aspect trop vieux se balançaient silencieusement sous le joug de mystérieux courants d’air. Au sein es pierres plusieurs fois centenaires quelques insectes avaient du percer la jointure pour se frayer un chemin, laissant passer les froides brises de la lande d’Eru. Il y avait eu autrefois du soleil en ce lieu, et des fenêtres à ouvrir, de même que des hommes et des femmes pour les nettoyer, les parer de rideaux et observer à travers leurs vitre ce que la plaine de Danarys avait à offrir aux yeux. Il y avait eu de la joie et de la peine, de la tristesse puis de la mort. Tout n’était plus que mort et deuil, les spectres avaient beau regagner en opacité plus rien ne leur donnerait l’éclat de leur sourire d’antan.

Perdu au milieu des étals du passé Nathaniel cherchait à sortir de son impasse. Si l’ancienne maître espionne avait prit soin de le mener jusqu’à cette salle il devait y avoir une raison. Peut être la pierre y était caché ? Il allait falloir la découvrir rapidement. Aucune magie ne pourrait l’aider dans cette recherche, à part si il souhaitait attirer l’attention d’autres spectres, ce qui n’était sommes-toutes pas un réel avantage.

Il avança prêt d’un table couverte de poussière sous laquelle semblait se dessiner un motif. Il souffla dessus, et se trouva entouré d’un nuages de particules encombrantes. Il éternua une fois, deux fois, puis se mit à tousser. Tout en cherchant à reprendre sa respiration, il se pencha sur le pan de bois. Le dessin était stylisé, il semblait avoir été taillé dans le bois puis brûlé, sans doute de la magie.

*Je dois me dépêcher … Quel dommage que ce lieu soit si dangereux ! J’aurais voulu y trouver les marques du passé …*


Une voix s’éleva, aux sonorités de l’acier frotté et du papier froissé, rêche et dure à l’oreille. La pierre était quelque part ici, et elle était accessible. Cela ne faisait aucun doute. On ne faisait pas de légendes qui restent ainsi prêtes à jaillir de la bouche des spectres, il s’agissait là plus que d’un conte pour enfant ou d’une rumeur de comptoir. Et Meilan les avaient envoyés sur la lande maudite car il savait qu’elle s’y trouvait.

Pendant ces rapides considérations, il avait cherché d’où provenait cette voix qui l’appelait. Elle ne venait pas de l’extérieur, elle s’était atténuée quand il avait voulu passer la porte.
Il s’était donc retourné avec suspicion vers l’intérieur de la salle et s’était mis à scruter les parois, les oriflammes et chaque recoins. Puis il s’était tourné vers le trône, sans grand espoir.

Et pourtant … L’ombre d’un passage et la silhouette de quelques marches se détachait derrière le siège ouvragé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:57

° Entre nous... °

Une douleur sans nom enserra le cœur d'Amaélis de ses griffes terrifiantes. Les larmes coulaient sur ses joues, sans retenue, et elle sentait leur goût salé sur ses lèvres serrées, mordues presque jusqu'au sang. Puis, quand elle osa relever ses yeux embués vers la Vagabonde, elle constata que celle-ci pleurait. Les Spectres pouvaient donc pleurer ? Non pas que cette pensée l'étonnât tant que ça, mais il lui semblait étrange de voir un être dépourvu de corps réel verser des larmes. Oui, mais Lam' n'était pas sans corps. Sinon, comment la Neishaane pourrait-elle le sentir contre elle ? Comment pourrait-elle sentir la poitrine de la Chevalière se soulever au rythme saccadé de sa respiration ? Comment pourrait-elle se souvenir du goût si délicieux de ses lèvres sur les siennes ? Et cette sensation, l'aurait-elle inventée ? En proie à de nombreux doutes sur sa santé mentale, l'Aspirante Engloutie attira soudainement Lam' à elle et plongea son visage dans son cou, respirant à plein nez l'odeur qui se dégageait de ses cheveux de jais, s'enivrant du contact bien réel de sa peau contre la sienne.

Je veux l'Œil Noir, oui, j'ai besoin de l'Œil Noir ! Ne sais-tu rien sur lui ?

La réponse de la Chevalière l'ébranla. Elle renifla, et reprit, d'une voix où se mêlaient la surprise et l'indignation, ainsi qu'un lointain accent de désespoir.

Et ne tu n'accordes aucune foi aux légendes ? J'ai cru comprendre que cette légende-ci était bien connue au Màr Dìnen, ne l'as-tu jamais écoutée ? Par curiosité ou juste d'une oreille, en arborant un sourire amusé par la crédulité des plus jeunes, ou que sais-je encore !

Mais la Chevalière ne donnait pas l'impression de savoir quoi que ce soit. Puis un son, une lointaine vibration courut sous leurs pieds, les dépassant comme une onde fantomatique. Les yeux des deux jeunes femmes s'agrandirent d'effroi. Amaélis baissa la tête, se dégageant de l'hypothétique protection que lui offrait le cou de Lam'. Qu'est-ce que cela pouvait bien être, encore ? Elle s'apprêta à exprimer cette interrogation à haute voix, quand un murmure se fit entendre, une voix râpeuse et désincarnée, sifflante, dont l'écho qui se répercutait contre les parois de pierre leur donnait l'impression qu'elle venait de tous les côtés à la fois, multiple mais unique.

¤ Viens à moi... Viens vers moi... Je vais te montrer l'Œil Noir... Suis-moi... ¤


La Neishaane se sentit frissonner. Des évènements étranges, elle en avait vu depuis que le Bronze Svarog l'avait déposée sur le sol froid et poussiéreux de la Lande d'Eru, et plus encore depuis que la Triade était entrée au Kaerl Silencieux, mais celui-ci était de loin le plus étrange et le plus glaçant de tous...

° Pour le moment... Qui sait ce que nous réserve encore ce Màr ? °

Amaélis se détacha de Lam', et capta les derniers échos de la voix. L'Œil Noir pouvait être si près... Elle pouvait le trouver... Si seulement elle suivait cette voix. Mais comment savoir où placer sa confiance ? Quelles preuves avait-elle pour lui permettre de placer sa vie entre les mains d'une voix ? Aucunes. Il n'y avait rien. Rien pour la rassurer, pour l'aider. Il n'y avait qu'elle. La Neishaane poussa un profond soupir. Qui ne tente rien n'a rien. Il était désormais trop tard, cette voix était sa seule piste, son seul indice dans cette Quête obscure.

Alors elle la suivit. Elle s'enfonça dans le Hall aux Illusions, guidée par le murmure constant qui l'entourait. Elle fit quelques pas, le bruit de ses bottes résonnant dans le couloir silencieux, puis se retourna. La silhouette de Lam' était restée en retrait, immobile, presque floue, et Amaélis craignit un instant qu'elle ne s'étiole et ne parte en fumée comme le jeune Aspirant. Elle revint sur ses pas en courant, et vint se planter devant la Chevalière. Ses sourcils étaient froncés, mais sa voix douce et tendre.

Je ne partirai pas sans toi.

Son visage afficha une expression butée, et elle prit délicatement Lam' par le bras, pour appuyer ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:57

Azdraïel avait à peine conscience du fait que si les spectres s'étaient évaporés, ils ne cessaient pourtant de les épier, lui et son Lié. Il voyait des choses en marchant, du coin de l'œil mais se refusait à les regarder vraiment de peur de rester prisonnier ici. Des visions d'horreurs à la périphérie de sa vision. Deux femmes se baignaient dans un grande cuve de sang chaud en s'embrassant. Un homme s'acharnait sur le cadavre d'un animal méconnaissable. Des enfants paraient en riant un jeune et orgueilleux dragon de bijoux étincelants. Si le Torhil marchait d"un pas vif et ferme en suivant la voix d'outre-tombe qui serpentait dans les murs, Méléagh, lui, prêtait attention à tout ce qu'il se passait. Par une curiosité malsaine et une peur viscérale. Et la voix susurrait toujours sur le même ton enjôleur, sifflant comme un courant d'air froid, entraînant le couple de Liés toujours plus loin dans les entrailles du Kaerl Maudit.

~°~
Lam' sentait son être se déchirer. Elle tremblait de tous ses membres, prête à s'évanouir. Quelque chose venait de s'éveiller. Et ce n'était pas un fantôme. Mais la beau visage d'Amaélis penché sur elle, lui disant qu'elle ne partirait pas sans elle, était tout ce qu'elle désirait. Et sa Liée, effarouchée, revenait à vive allure vers le Hall aux Illusions. Ici, toute la magie des lieux était morte en même temps que la Màr était tombé. Mais il y avait encore l'empreinte du souvenir qui subsistait dans les pierres, grâce à la Gardienne déchue, Aubiade del Cirth. Lam' regarda un instant la main tendue vers elle, hésitante puis finit par la saisir. Eryfen arriva à cet instant, tremblante et vint se lover aux pieds des deux jeunes filles en couinant.

- Je ne suis pas sûre que suivre la voix soit une bonne idée...

Lam' frissonna comme la voix revenait avec plus d'insistance caresser leurs oreilles, mielleuse et dangereuse. Non, elle ne lui faisait pas confiance. Mais si la Neishaane voulait la suivre, alors elle et sa Liée seraient là pour la protéger. Elles partirent, la Bleue trottinant docilement derrière les deux aimées. La Chevalière retrouva sans peine, même dans l'obscurité, l'escalier menant à l'étage supérieur. Les trois créatures féminines le montèrent, poussant une porte et pénétrant dans un énième couloir avec un voûte en berceau, avec des torches ensorcelées.

- La légende raconte qu'il y a bien longtemps, une étoile est tombée et s'est brisée en quatre morceaux sur le Rhaëg. L'un d'eux aurait été caché par une bête terrifiante sous le Màr, dans les catacombes. Mais personne ne l'a jamais vu. Pas plus que son mystérieux Gardien. On l'a appelé l'Oeil Noir parce que la légende dit aussi qu'il absorberait les rayons de Solyae à son contact.

Lam' n'avait jamais cru à ce mythe mais alors pourquoi, alors que les deux lunes sœurs allaient précipiter le monde dans le chaos annoncé depuis de longues années par les astrologues du Màr Dìnen, une Triade composée de membres disparates des trois Ordre Draconiques encore vivants viendrait-elle mettre en péril sa vie ? Cela dépassait son entendement. Et la voix les guidait.

~°~
La voix appelait à elle Nathaniel, lui faisant traverser la vaste salle vide et monter les quelques marches menant au vieux trône. Derrière, il y avait une porte qu'il poussa et un couloir s'engouffrait dans la noirceur du Kaerl Silencieux. Il n'y avait aucune torche ensorcelée ici mais seulement une veine d'argent et d'or lumineuse serpentant sur le mur de gauche et le mur de droite, guidant le demi-Elfe vers un gouffre d'incertitude. Pourtant, au bout du chemin, il y avait peut-être l'Oeil Noir...

~°~
Une salle circulaire d'où partait quatre couloirs sombres et veinés. Une salle nimbée d'une lueur bleutée car au milieu se situait un puis pierres, un bassin profond dégageant de la lumière marine mais sans vie poissonneuse à l'intérieur. Dans des cavités, tout autour, des tombes et des ossements. De trois couloirs émergèrent soudain des silhouettes : un demi-Elfe, une Neishaane accompagnée par deux spectres tremblants et un couple de Liés. Ils e regardèrent, indécis, méfiants, stupéfaits de se retrouver là, tous ensemble. Et la voix, presque narquoise, résonna à nouveau dans le silence :

¤ Venez à moi... Prenez l'Oeil Noir... Tendez la main dans l'eau source de vie... Qui prendra l'Oeil Noir ?... ¤
Il y eut un remous, des bulles et l'eau entra en ébullition. Un objet remontait vers la surface. On vit bientôt apparaître, luisant comme une pierre polie, sans lumière comme une obsidienne : l'Oeil Noir. A portée de main.

Un regard échangé. Chacun pour soi. Au premier qui parviendrait à saisir l'orbe obscur.

Azdraïel sut instantanément qu'il ne fallait faire confiance à personne sur ce coup-là. Celui ou celle qui se saisirait du joyaux noir serait libre, serait le vainqueur. Azdraïel se rua en avant, prêt à repousser Nathaniel et Amaélis. Méléagh rugit et écarta ses ailes pour se rendre menaçant. Eryfen feula de défi et leurs couperets s'entrechoquèrent. Lam' tomba au sol, évanouie. Le Destin se jouait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:57

*C’est un défi ? Ils veulent qu’on fasse la course ? ça n’a pas de sens … nous sommes tous sensés ramener la pierre au manoir !*

Cette pensée sauta naturellement à l’esprit du demi sang. Seulement voila, Azdraiel avait bondit en avant avec une expression farouche sur le visage, tandis que son lié s’était jeté en avant des deux autres aventuriers dans une attitude menaçante.
Nathaniel n’hésita plus. Il appela à lui toute la magie qu’il pu et se mit à luire une fraction de seconde d’une lueur colorée aveuglante. L’instant d’après il se trouvait déjà devant la source, les bras penchés vers l’œil noir.

*J’y suis presque, presque …*

Son sort lui avait fait prendre quelques pas d’avances sur le torhil, il imaginait son air déconfit en voyant le demi sang débarquer juste sous son nez et lui prendre la pierre dans un ultime bravade.
Il se saisit de l’obsidienne, la soupesant en prenant garde de ne pas laisser ses doigt glisser sur la surface lisse.
Noir de jais, noir d’encre, noir de peur et de mort. La pierre des morts. L’œil noir n’était pas qu’une légende, le demi sang le su dès qu’il le toucha. Il la brandit et s’éloigna immédiatement de la source.

*Il l’a …
La pierre est sorti de la source … … La lumière est là … …Je VEUX LE POUVOIR !! …Il n’y a plus de pouvoir … tout est mort … …TOUT EST MAUDIT !!*


Le demi sang fut envahit par mille pensées successives, défilant dans sa tête comme des grains de sables imperceptibles et pourtant bien là, lacérant et déchirant sa conscience. C’était comme si tout les spectres du Kaerl sanglant s’étaient mis à hurler dans son crâne. Peut être était-ce le cas ? Il devait lutter, partir d’ici. Il avait la pierre, l’obsidienne, c’était fini …

Il tomba à genou dans un hurlement guttural, une expression de souffrance profonde imprimée sur ses traits. Le vent se leva dans la salle sombre et jeta sur les murs des lueurs changeantes et des ombres immenses. Il ne contrôlait plus rien, il voulait juste que ça s’arrête, que ça s’arrête, que ça s’arrête …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:58

Lam’ accepta de la suivre, et un maigre sourire apparut sur le visage aux traits tirés d’Amaélis. Elle ne serait pas totalement seule, alors. La Bleue Eryfen et sa Liée l’aideraient dans sa Quête. Car c’était sa Quête, maintenant. Peu lui importait le sort du demi-Elfe Céleste ou celui du Torhil Ardent. Lam’ la guida dans les méandres obscurs du Màr Agarwaen, Eryfen fermant la marche en trottinant, et la Chevalière lui conta dans le même temps la légende de l’Œil Noir. C’était une belle histoire, mais la Neishaane l’aurait sans doute mieux apprécier si elle s’était trouvée confortablement installée dans un grand fauteuil auprès d’une cheminée plutôt qu’ici, dans les couloirs sombres et malfaisants du Kaerl Silencieux. Elle faisait partie de l’histoire, désormais, tout comme Lam’, tout comme Nathaniel et Azdraïel. La voix siffla une nouvelle fois à ses oreilles, grinçante et perfide, l’invitant à la suivre plus vite.

Enfin, le long couloir aux torches ensorcelées prit fin. Il débouchait sur une salle circulaire à l’aura bleutée, d’où partaient trois autres couloirs en plus de celui dans lequel se trouvait Amaélis et les deux Liées Maudites. La Neishaane, devenant soudain téméraire auprès des deux Spectres tremblants et recroquevillés, quitta l’obscurité familière du corridor et s’avança dans la pièce. Un bassin était creusé dans la roche noire, au centre de la salle, mais l’eau qui clapotait doucement contre la roche semblait dépourvue de toute vie. Amaélis leva la tête, et croisa le regard doré d’Azdraïel . Elle le considéra avec indifférence, peu troublée de le voir apparaître ici en même temps qu’elle, et accorda à peine plus d’un coup d’œil au Céleste qui émergeait lui aussi de l’un des couloirs.
La Triade était réunie.

¤ Venez à moi... Prenez l'Oeil Noir... Tendez la main dans l'eau source de vie... Qui prendra l'Oeil Noir ?... ¤


Amaélis sentit Lam’ frissonner près d’elle et elle posa une main apaisante sur son épaule. L’Obsidienne venait de remonter à la surface du bassin, au milieu de l’eau frémissante, Œil Noir et luisant, plus sombre que l’encre. Elle interrogea ses deux compagnons du regard, que fallait-il faire ? Mais Azdraïel s’élança, Méléagh poussa un rugissement, tétanisant la Neishaane, puis Eryfen étendit ses ailes et feula dangereusement en direction du Brun. Lam’ s’était évanouie. Elle regarda, immobile, pétrifiée de terreur, le demi-Elfe faire appel à sa magie. Il s’illumina, et réapparut quelques secondes plus tard au bord du puits. Il se saisit de l’Obsidienne.

Fini... L’ombre d’un sourire se dessina sur les lèvres d’Amaélis, avant de s’évanouir aussi subitement qu’il était venu. Nathaniel tomba à genoux, hurlant avec une force et une douleur qui déchirèrent l’âme de la Neishaane. Un vent de tempête se leva soudain, et l’Engloutie crut distinguer dans la tourmente des cris et des lamentations. L’air hagard, Amaélis se rapprocha tant bien que mal de la Chevalière Maudite qui papillonnait des cils, perdue. Dans un ultime sursaut de vigueur, la Neishaane se jeta sur elle et, la prenant dans ses bras, tenta de la soulever. Eryfen, paniquée, prit sa forme humanoïde – celle d’une jeune femme à la chevelure de feu et aux yeux d’améthyste – et vint en aide à l’Aspirante.

° Il vous faut partir d’ici ! Vite ! Le Gardien va se réveiller ! Prenez l’Œil et partez ! °

Non ! Je n’abandonnerai pas Lam’ !

Eryfen la gifla avec force, les traits déformés par une colère mêlée d’angoisse.

° Bipède stupide ! Vois ! Tout est de faute ! Nous allons mourir et ce sera de ta faute ! °

Amaélis fondit en larmes mais refusa de lâcher son aimée. La Vagabonde prit le visage de la Neishaane entre ses mains et souffla :

Chante… Fais taire les Spectres… S’il-te-plaît.

La jeune femme hocha la tête. Toujours à genoux, elle se dirigea vers le demi-Elfe dont les hurlements ne s’étaient nullement apaisés. Luttant contre le dégoût que lui inspirait la chose, elle posa sa paume fraîche contre le front du Céleste, et ferma les yeux. Prenant une profonde inspiration, elle commença à fredonner une mélodie douce et harmonieuse, une berceuse presque. Au fur et à mesure que le chant vibrait dans son être, elle augmentait le son de sa voix, mais gardait la même douceur, quoi qu’avec plus d’intensité. La mélodie résonnait contre les murs, se multipliant en échos éthérés, et quand elle cessa son chant, la salle était encore peuplée de ses notes lointaines. Le vent était retombé, et Nathaniel levait vers elle des yeux embués de larmes. Amaélis garda un masque impassible et ôta précipitamment sa main.


[HRP : excusez-moi, je me suis peut-être un peu emballée, n’hésitez pas à me dire si quelque chose ne va pas ^^ ;]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Deux lunes et un moineau [pv: Kurasa]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» nouveau supplement-non officiel?
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lande d'Eru-
Sauter vers: