Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:58

Azdraïel se fit damer le pion avec insolence. Le demi-Elfe venait d'user de sa magie pour le devancer. Il manqua jurer puis le spectacle du jeune homme tombant à terre en hurlant d'agonie le figea. Que se passait-il ? L'air devint soudain plus dense et des ombres voltigèrent autour de la Triade réunie dans l'adversité. Dans son dos, Méléagh se mit à gémir, fou de terreur. Puis vint Amaélis, laissant derrière elle les deux Liées, se mettant à chanter. Les notes éthérées s'égrenèrent, chassant, repoussant les souvenirs d'un autre temps. Le temps de cligner des yeux, de reprendre ses esprits et le Chevalier Alaric alla droit vers les Aspirants. Il s'empara vivement de l'Oeil Noir mais ne bougea pas. Il ne fit que le contempler, le visage morne, incapable d'en détacher le regard.

- Voilà donc cette fameuse pierre...

Il ouvrit sa besace en bandoulière et y glissa l'obsidienne puis referma le sac soigneusement. Il se tourna vers Amaélis et Nathaniel, de nouveau impassible mais comme apaisé.

- Il est temps de rentrer chez nous.

¤ Chez vous ?... Votre nouvelle maison... Est ici... ¤

La voix, encore elle, venait de résonner, toute proche et semblait cette fois provenir d'un lieu bien distinct. Dans l'ombre du quatrième couloir s'agita une forme. Elle émergea bientôt, dans toute son horreur. Toute vêtue de noir, aux ailes amples, aux mains pourvues de quatre longues griffes, aux cornes acérées et au manteau de fumée. Des perles de sang en guise de regard se posèrent sur les intrus.

¤ Je suis le gardien de l'Oeil Noir... Je suis le Dévoreur, le Maître des Illusions... Autrefois, je peuplais le Hall aux Illusions, me nourrissant des peurs enfouies de ceux qui y pénétraient... Mais depuis la chute du Màr, je veille... Je veille sur l'Oeil Noir... ¤
Azdraïel avait tiré sa grande épée bâtarde et s'était mis en position de défense, devant les Aspirants. Était-il matériel, lui aussi ? Pouvait-il le toucher ou bien le tuer ?

¤ Range ce jouet, veux-tu... J'obéissais à la Gardienne du Kaerl jusqu'à présent, pour vous mener jusqu'à l'Oeil Noir, pour que vous accomplissiez la prophétie... Mais la Gardienne dort maintenant... Et j'ai si faim... ¤
Il y eut un grand tourbillon de fumée, le Dévoreur disparut, la pièce s'emplit de noirceur pour de nouveau retrouver le calme et le silence. Et le puis dispensant sa lumière bleutée ne bouillonnait plus. Azdraïel regarda autour de lui, soudain pris d'un doute. mais il était seul. Méléagh lui-même n'était plus là. Il n'y avait plus personne.

° Méléagh ? Méléagh ! Où es-tu ?! MELEAGH ! °

Pas de réponse. Le lien empathique était toujours là mais il ne parvenait pas à communiquer. Ou le dragon avait-il fuis, terrorisé et avait fermé son esprit... Et les deux Maudites, elles avaient dû fuir, de même que le Céleste et l'Engloutie...

- Non, tu n'es pas seul, Azdraïel.

Le Torhil fit volte-face d'un bloque, tous les sens en alerte. Il manqua vaciller en reconnaissant qui se trouvait devant lui. Non, ce n'était pas possible. Il était mort ! Il l'avait vu mourir !

- Oui, je suis mort, mon frère, répliqua Mendel en s'approchant d'un pas vers lui, ses courts cheveux noirs tombant en mèches folles sur son visage sombre, autrefois avenant. Par ta faute. Mais je ne t'en veux pas.

Aux pieds du jeune homme, un dragonneau aux écailles immaculées cracha et feula de rage, les yeux rougeoyant, démentant ses paroles. Alors apparu près d'Azdraïel quelqu'un d'autre qu'il reconnut sans peine : ce faciès de rapace, cette stature, ces yeux mordorés et ces longs cheveux de paille... C'était lui. Son double eut un sourire narquois, presque innocent. Il posa la main sur sa besace.

- Qu'attends-tu ? Tue-le à nouveau, pour qu'il nous laisse en paix. Et prenons l'Oeil Noir et filons ! Il n'y a pas de temps à perdre.

Le Chevalier Ardent se rendit compte qu'il serrait si fort la garde son épée qu'il venait de s'entailler la paume et le sang poisseux coula. Mendel, son frère de lait, son seul ami, eut soudain un drôle de regard en sentant l'odeur du sang.

~°~
Amaélis était seule. Il n'y avait plus personne, ni l'Ardent, ni le Céleste. Et Lam', son aimée, était partie elle aussi. Elle entendit alors une voix se répercuter dans le silence. Une voix tant chérie puis honnie.

- Je ne voulais pas, Ama, fit Kiël avec un regard de supplique. Je suis désolé mais j'étais tellement blessé...

La Neishaane avait devant elle son frère. Son faux frère, qui l'avait trahie. Et bientôt une seconde Neishaane fut là, chuchotant à son oreille. Son double lui disait, implacable :

- Pourquoi écoutes-tu ce pleurnichard ? Il n'est pas plus désolé que cet Ardent n'était prêt à nous jeter en pâture à son Lié ! Prends l'Oeil Noir et partons !

~°~
Nathaniel, le temps de cligner des yeux, se retrouvait seul. Rien, pas un son, pas un souffle de vent, pas une présence de vie...

- C'est là que tu te trompes, Nathaniel. Je t'ai cherché si longtemps. Mon fils...

Un homme se tenait là, un Elfe, vêtu comme un voyageur, doté de yeux verts, si verts... Si familiers... On aurait dit ses yeux. Il avait presque l'impression de rendre son regard à lui-même. Surgissant de nulle part, une autre pair d'yeux verts, comme les siens, approcha. Son double tenta de l'écarter de celui que le jeune homme reconnaissait comme son père.

- Partons d'ici, vite ! Il ne nous reste que peu de temps. Il veut l'Oeil Noir, celui pour lequel tu t'es tant battu. Tu as fait tout le boulot et lui il profite de la situation et veut se l'accaparer !


[Alors, mes petits x) Le double et la personne qui surgissent sont en fait les deux autres membres de la Triade déguisés par des illusions par ce cher Dévoreur. Leurs paroles, la plupart de leurs gestes sont justes dans votre esprit. Chacun d'entre vous va devoir se battre contre ses démons, seul. Mais aux risques et périls des autres membres de la Quête. Exemple, si vous étranglez votre double, vous étranglez un des membres ^^ Vicieux, hein ? A vous de jouer!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:59

*Ils ont disparu ? On dirait bien …*

- C'est là que tu te trompes, Nathaniel. Je t'ai cherché si longtemps. Mon fils...

*Attends … ça ce n’est pas possible. Pas ici, ni maintenant. Pas maintenant que j’avais renoncé !*

Le cœur déchira, Nathaniel s’était redressé. Il avait mordu la poussière alors que mille voix lui déchirait la tête sans retenue. Il avait senti son pouvoir magique échapper à son contrôle pour envahir l’espace de la pièce. Alors Amaélis s’était approchée de lui et avait chantée avec douceur. Elle avait placée ses paumes fraiches et livides sur son front et ses tempes et avait apaisé la colère et la douleur qui un instant l’avait anéantit.
Il lui adressa un semblant de sourire en remerciement, mais son corps rapidement affaibli le rappela à l’ordre et il se laissa à nouveau tomber.

Maintenant plus de vent, plus un son, pas même un souffle de respiration. Juste cette voix qui résonnait en écho pervers. Le demi sang avait les entrailles serrées en un nœud complexe et lourd. Comment cela avait-il pu arriver ? Il avait renié cette quête folle, il devait sauver le monde de Rhaeg, et ne jamais plus trahir ceux qui l’avaient accueilli. Et maintenant qu’il était sur la fin, qu’il avait touché la pierre par tant convoitée, on la lui avait enlevée et il avait perdu les autres.

- Partons d'ici, vite ! Il ne nous reste que peu de temps. Il veut l'Oeil Noir, celui pour lequel tu t'es tant battu. Tu as fait tout le boulot et lui il profite de la situation et veut se l'accaparer !

Nathaniel bondit sur ses pieds, les yeux écarquillés de stupeur. Il avait à ses côtés un autre lui, une réplique parfaite de son corps avec sa voix et ses expressions. Seulement ce n’étaient pas ses pensées.

-Ça fait des années que je le cherche, je n’ai jamais pu aller plus loin que les rivages d’Ys … Je ne peux pas partir maintenant …

Et pourtant son corps hurlait au-dedans de lui, il avait les muscles endoloris et les articulations en feu, le souffle court et rauque. Mais il se tenait là, debout. Une expression de fatigue avait remplacée celle de la surprise et de la douleur. Il savait de quoi il retournait, tout était dans sa tête. Il suffirait de … De tuer son père et de suivre son double. Il devait détruire cette image de Ganador pour sortir de l’impasse. Il en avait assez des impasses, depuis le début de la quête tout n’avait été que succession de faux choix et de drames irréalistes, depuis l’accident de Darweel jusqu’à cette illusions aux allures de dilemme.

-Tu n’es pas réel n’est-ce pas ? lança-t-il sur un ton de défi. Sais-tu seulement que j’existe ? As-tu eu vent de ma vie, de ce que j’ai fait ? J’ai parcouru la terre d’Ys comme tu l’avais fait auparavant, j’ai joué le jeu de l’aventurier et j’ai fini ici, sur des terres hostiles à sauver le monde. Qui es-tu pour me rappeler à toi, maintenant que je suis libre ? Je vais prendre la pierre et quitter ce lieu maudit.

Il se redressa, essayant d’afficher une détermination farouche. Mais rien ne changea, il avait beau le vouloir de tout son être, l’illusion demeurait. Comment était-elle apparue ? Il en savait pas. Il avait sombré dans un état comateux après le secours d’Amaélis, avait goutté à l’ombre du faux sommeil et s’était réveillé ainsi.

*Peut être est-ce un rêve ?*


Il se pinça le bras avec vigueur, et la douleur irradia de son muscle.

*De toute évidence ce n’est pas du chiqué …*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:59

Le noir l'entoura, engloutissant avec lui les visages de l'Ardent, du Céleste et celui tant chéri de Lam'. Elle était seule, dans le silence. Que se passait-il ? Tétanisée par la peur, Amaélis n'osa pas faire un seul geste. Elle ferma les yeux, pour ne plus voir cette obscurité accablante. Puis, une voix retentit. Une voix dont le timbre rappela à elle des souvenirs encore plus sombres que les ténèbres qui l'entouraient, une voix qu'elle avait tant aimée, puis qu'elle avait haïe du plus profond de son âme.

Je ne voulais pas, Ama. Je suis désolé mais j'étais tellement blessé...

Elle ouvrit les yeux, mais refusa d'y croire. Pourtant, c'était bien lui. Elle n'avait oublié aucun détail de son visage. Ses pupilles d'un vert incroyable, aussi brillant qu'une émeraude, ses cheveux bruns en bataille dont dépassaient des oreilles à la pointe effilée... Kiël. Des larmes perlèrent à ses yeux, troublant l'image de son frère de cœur. Une autre voix se mit à murmurer près de son oreille, froide et tranchante. Une voix qu'elle ne connaissait que trop bien.

Pourquoi écoutes-tu ce pleurnichard ? Il n'est pas plus désolé que cet Ardent n'était prêt à nous jeter en pâture à son Lié ! Prends l'Œil Noir et partons !

Amaélis frémit en contemplant son reflet. Non. Ce n'était pas elle. Elle n'était pas aussi glaciale, pas aussi dure. Un frisson la secoua quand elle croisa le regard suppliant de Kiël. Impossible. Il ne pouvait pas être là ! Il ne pouvait pas connaître Tol Orëa ! Pourtant... L'illusion était saisissante de réalité. Son regard allait de son double au demi-Elfe, rempli d'incompréhension et de doutes.

Tu dois me croire... Tu comptais tellement pour moi, je ne voulais pas te faire de mal, je ne l'ai jamais voulu ! Mais tu m'as menti, j'étais fou de rage, j'ai agi stupidement, sans réfléchir. Et je regrette. Oh, si tu savais combien je le regrette ! Il ne se passe pas un seul jour sans que je m'inquiète pour toi, sans que je me maudisse de t'avoir perdue. Pardonne-moi, Amaélis, pardonne-moi.

Ces paroles, combien de fois Amaélis s'était-elle imaginé que Kiël les prononçait véritablement ? Elle s'approcha du demi-Elfe, les yeux larmoyants, prête à le pardonner, mais l'autre Amaélis – que nous appellerons Blanche pour plus de facilité – attrapa la Neishaane par le bras et la fit violemment se retourner vers elle.

Et tu crois à ces stupidités ? Es-tu si bête pour avaler tout ce que qu'on te dit sans te poser plus de questions ? Venge-toi, Amaélis, c'est le seul moyen de te libérer de ce souvenir, le seul moyen de refermer ta blessure pour toujours.

Blanche passa une main froide et diaphane sur la cicatrice blanchâtre à peine visible qui courrait sur le bras d'Amaélis. La fausse Neishaane lui adressa un sourire enjôleur, mais ses yeux gris étaient froids et vides comme du métal. Un gémissement provenant de Kiël détourna l'attention d'Amaélis de Blanche. Son faux frère semblait souffrir, et ses larmes si réelles et sincères... Sa voix tremblait, faible et brisée.

S'il-te-plaît, Amaélis... Pilien ne t'a-t-il pas enseigné le pardon ?

Le pardon est l'attribut du faible. Es-tu faible, Amaélis ?

Je le sais, tu es quelqu'un de bien. Voudrais-tu laisser l'âme de ton frère de cœur tourmentée ? Ne voudrais-tu pas l'apaiser d'un simple mot ?

Il n'est plus là. Il ne sera plus jamais là ! Pourquoi te faire souffrir pour rien ? Venge-toi.

Pardonne-moi.

Leurs voix devenaient obsédantes. Amaélis n'en pouvait plus, elle voulait que ça s'arrête. Pourquoi devait-elle tant souffrir ? Pourquoi elle ? Elle poussa un hurlement de désespoir, et tenta vainement de les faire taire en se bouchant les oreilles, la tête prête à exploser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 12:59

Mendel secoua la tête, l'air navré. Sa voix avait des accents irrévocables.

- Va-t'en, répéta Azdraïel, borné, le regard empreint de rage et d'un chagrin fou latent.
- Je vais partir. Mais pas sans toi, mon frère. Isashani te veut, tu sais ? Elle t'attend.
- Et bien, tu lui diras d'attendre encore !
rugit le Torhil en réponse.

Il se détourna de son ancien ami et jeta des regards dans la salle, en faisant le tour, cherchant une issue, cherchant à comprendre. Il n'y avait rien à part lui, la pierre dans son sac, son double et ses fantômes. Crispant les mâchoires, il se retourna vers le Chevalier mort et son minuscule Lié crachant comme un chat furieux. Le visage sombre, il avança de quelques pas vers lui, lentement, sans le quitter de son regard chargé de colère.

- Va-t'en. Tu n'as rien à faire ici. Tu n'appartiens pas à ce Kaerl Maudit.
- Non, tu as raison. Je suis en toi.
° Nous sommes en toi. °
- Disparaît.


Mendel se laissa faire, presque dégageant son cou exprès. Le Chevalier Ardent serra, se mit à serrer de plus en plus fort, ses yeux foudroyant celui qu'il étranglait de toutes ses forces. Quant aux agissements de son double, il ne s'en préoccupa pas. Sinon, il aurait pu voir son sourire sardonique.

~°~
Méléagh cligna des yeux et le Dévoreur avait disparu. Soulagé, il manqua faire abstraction de l'Oeil Noir que les autres se disputaient. Il ricana, désabusé puis tout changea et son amusement fut soufflé comme une bougie. Mais qu'est-ce qu'ils leur prenaient, à ceux-là ?

° Azdraïel ? °

...
° AZDRAÏEL ! °
...

Ce n'était pas normal. Quelque chose coupait la communication télépathique avec son Lié. Le Dévoreur ? La fureur noya un instant la panique naissante chez le Brun. Il ne comprenait pas ce qu'il se passait. Amaélis se bouchait les oreilles avec un air douloureux et tragique. Un Nathaniel bouleversé faisait face à son Lié qui s'avançait vers lui avec des intentions peu louables. Et leurs paroles n'avaient aucun sens. Et Azdraïel qui semblait parler à... Non, Mendel était mort ! Il éait mort avec son frère blanc Menrah ! Que se passait-il ? Ils n'étaient quand même pas prisonnier de la Lande d'Eru ? Ils n'y avaient jamais mis les pieds !

° Hey ! Le Dévoreur ! Libère mon Lié ! °
¤ Et qu'aurais-je en échange ?... J'ai si faim, mon petit, que je te dévorerais bien aussi... ¤
° Libérez-le ou... Ou euh... Ou j'appelle la Gardienne !

Seul un rire dément et glaçant lui répondit, alors que le Dévoreur était invisible. Lorsque le dragon reporta avec angoisse, désespoir même, son attention sur la Triade, Amaélis n'avait pas bougé, toujours figée dans la peur mais Azdraïel étranglait Nathaniel, qui n'était pas de taille à rivaliser en force avec le Torhil.


[Alors, pour ceux qui n'ont pas compris x)
Illusions pour Azdraïel : Nathaniel (Mendel) et Amaélis (double)
Illusions pour Nathaniel : Azdraïel (Ganador) et Amaélis (double)
Illusions pour Amaélis : Azdraïel (double ici nommée Blanche) et Nathaniel (Kiël)
A vous !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 13:00

Le silence et l’air lourd étaient étouffant. Ou peut être ne s’agissait-il que du poids qui pesait en cet instant sur les épaules de Nathaniel. Cet être qui lui faisait front était apparemment réel, mais son attitude trahissait l’hypocrisie de ses paroles. Si il l’avait vraiment cherché, tout elfe qu’il était, il n’aurait pas eu ce ton dépourvu de sympathie, ne se serait pas tenu si loin du demi sang. Du moins, ce n’était pas ce qu’il avait souhaité. Il avait rêvé d’un elfe puissant, un guerrier, un aventurier. Ganador le voyageur intrépide au grand cœur, le vainqueur de mille batailles, le bras armé et le cœur désintéressé. Qu’y avait-il de réel dans tout cela ? Tout ces histoires qu’il avait glané sur Ys, bien que n’ayant pas passé les pics de Tol Orëa, n’avaient donc pas de fond ? Il avait passé ses rêves d’enfance puis ses nuits d’adolescence à chercher en vain l’image de cet illustre inconnu.

-Il ne t’a pas cherché, il attends autre chose de toi. Ne l’écoute pas, reprend la pierre et vas-t-en !!

La Pierre … La pierre !! Il avait du la laisser glisser en tombant à terre. Où était-elle ?

-C’est toi qui l’a prise ? Qui es-tu ? Dis moi encore que tu es celui que je cherche depuis si longtemps ! Ose-le !

Il prit sur lui, la gorge noué, hurlant presque.

-Tu ne m’a jamais fait défaut ! J’ai grandit seul, même après mon départ j’ai toujours avancé. Vois où j’en suis maintenant, c’est vraiment ce que tu souhaites ? Si tu es bien celui que tu prétends, tu arrive trop tard, je vais partir. RENDS MOI LA PIERRE !!

Il libéra tout à coup sa magie, cherchant à frapper l’elfe à quelques pas de lui. Mais rien ne se passa. Le vent ne répondait pas, nulle aura colorée ne vint jeter ses chaudes lueurs sur les parois.
Le Taëwiens laissa tomber ses bras, dépité et frustré. Il avait une pierre dans le ventre et toute force semblait vouloir le quitter.

-Ce n’est pas la première fois que tout semble me délaisser. Je n’ai jamais lâché prise, j’ai tenu bon. Même quand il fallait mourir, même quand il fallait faire face aux démons de la lande, la peur et le froid. J’ai tenu bon quand on m’accusait de trahison, et c’était pour toi.


-Pour lui, et puis quoi ?! Vas-t-en, laisse la magie et les peurs, prend la pierre et VAS-T-EN !

-IL SUFFIT !!!! TOUT CELA EST DANS MA TÊTE !!!! RELÂCHEZ-MOI !

Et tout à coup Nathaniel se trouvait secoué comme un prunier, d’immenses mains serrés sur son cou comme d’effroyables pinces, les yeux furieux d’un torhil fixés sur lui avec une lueur sanguinaire.
Il cilla une fois des yeux, et voyait à nouveau l’image de son père immobile, le visage vide. Qu’y avait-il de pire ?
Et surtout, que se passait-il ?

Il jeta un regard affolé à son double, qui tout à coup se tenait prostré, les oreilles bouchées comme pour échapper à d’étranges mélopées incessantes. Un souffle anxieux et froid emplissait l’air, et bien qu’il ai l’impression de respirer il venait à en manquer.

-Azdraiel … AZD…. AZDRAIEL !! Articula-t-il avec peine. Il avait à peine conscience qu’on le secouait, sa vision était entrecoupée de flash noirs et de lumières aveuglantes, puis de ces yeux furieux qui le dévisageaient encore, troublés, disparaissant.

Il avait la sensation de chuter lentement vers un enfer plus sombres que tout les souterrains du Mar Dinen …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 13:00

Venge-toi... Pardonne-moi... Venge-toi... Pardonne-moi... Venge-toi... Pardonne-moi...

Ces mots, obsédante litanie, continuaient de tourner son sous crâne malgré ses deux mains fermement posées contre ses oreilles. Elle voulait que cela cesse.

Venge-toi...

Que cela s'arrête. Elle ne voulait plus souffrir.

Pardonne-moi...

Elle ne pouvait plus souffrir.

° Assez ! Par le sang de Kaziel, assez... °

Amaélis rouvrit ses yeux, s'étonnant soudain du silence qui avait succédé aux paroles éthérées des deux fantômes venus tourmenter son âme. Par tous les Dieux ! Ce qu'elle vit lui fit l'effet d'un coup de poignard dans le cœur. Pourquoi étranglait-elle son frère ? Etait-elle devenue à tel point un monstre ? Lui en voulait-elle assez pour se permettre de le tuer ? Non. Mais rien n'y faisait, elle ne parvenait plus à bouger et le cri qu'elle sentait monter dans sa gorge refusa de franchir la barrière de ses lèvres. Les yeux écarquillés par la peur et la surprise, elle se regardait en train de serrer impitoyablement entre ses mains fines le cou de son ami, avec une force non soupçonnée pour la frêle créature qu'elle était et Kiël ne semblait pas de taille à lutter contre l'étau d'acier qui s'était refermé autour de sa gorge. Comment pouvait-elle rester insensible au désespoir et à la douleur du demi-Elfe ? Puis, tout à coup, elle se souvint.

Ce n'était pas elle.

Ce fut comme si le sort qui la maintenait immobile se brisait. Elle se jeta sur son double glacial et tenta de la faire lâcher prise, griffant et frappant pour sauver la seule personne qu'elle ait jamais vraiment aimée. Les mains terriblement blanches et serrées de Blanche devinrent étrangement plus épaisses et plus fortes. Amaélis cligna plusieurs fois des yeux, ne comprenant pas ce qu'il se passait, et ses coups se firent moins violents tant elle était intriguée par cet étrange phénomène.
Elle retourna son visage trempé de larmes vers celui de son double, et étouffa un cri de surprise en voyant, non pas celui aux traits fins et doux qu'elle connaissait, mais celui aux pommettes saillantes d'Azdraïel. Elle se recula brusquement, heurtant au passage le corps de son... frère ? Non. C'était le demi-Elfe Céleste que le Torhil étranglait, une lueur démente au fond des yeux.

Azdraïel ! cria la Neishaane de toute la force de ses poumons. AZDRAÏEL ! Mais qu'est-ce que vous faites, qu'est-ce qui vous prend ? Arrêtez !

Elle regarda avec impuissance Nathaniel sombrer peu à peu dans l'inconscience. Amaélis jeta un regard suppliant à l'Ardent qui ne la regardait même pas, et une idée dérangeante vit le jour dans son esprit. Et si... Et si il essayait de la tuer aussi ? Peut-être voulait-il retourner au Manoir seul, pour des raisons qui lui échappaient ? Peut-être voudrait-il aussi garder l'Obsidienne pour lui-même ? Amaélis se recula de quelques pas. Et Azdraïel qui serrait toujours le cou du Céleste... Pouvait-elle laisser faire ça ? Oui. Elle l'avait sauvé une fois, c'était bien suffisant. La Neishaane recula encore un peu, prête à s'enfuir si le Torhil décidait de l'éliminer elle aussi. Après tout, peu lui importait le sort du demi-Elfe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   Sam 31 Aoû 2013 - 13:00

Quelqu'un hurlait, le frappait. Mais Azdraïle n'y faisait pas attention. Il serrait toujours le cou de Mendel avec l'espoir fou qu'il disparaisse enfin, qu'il le laisse en paix. Mais Mendel était toujours là et ne bougeait pas, comme résigné à mourir encore une fois. Le Torhil avait mal, il voulait que ça finisse, des larmes brûlantes embuèrent ses yeux mais son vsiage était toujours crispé dans un masque de fureur glacée. A la limite de son esprit, il pouvait sentir quelque chose qui pressait, qui lui faisait mal à la tête. Il voulait que tout s'arrête... Il jeta un bref regard à son double qui souriait avec un triomphe malsain. Il cligna des yeux et l'instant suivant l'image vacilla pour laisser apparaître une jeune Neishaane terrorisée. Amaélis ? Il cilla et son double fut de nouveau là. Il reporta son attention sur son frère de lait et serra plus fort, pour en finir au plus vite.

° Azdraïel ! Azdraïel ! AZDRAIEL ! °

Le Chevalier Ardent chancela. Les cris mentaux ne cessaient pas, c'était à peine supportable. Il cligna de nouveau de syeux et crut devenir fou. Etait-ce Nathaniel qui étouffait ? Azdraïel fut tenté de lâcher prise mais sa raison battait la campagne. Il ne savait plus quoi faire. La voix de Méléagh peinait à l'atteindre, semblant lutter contre un courant puissant et archaïque. Au moins avait-il le soulagement de savoir qu'il n'était pas loin même si pas visible.

Soudain, tout s'écroula.

- Dévoreur ! Je t'ordonne de cesser ce petit jeu !

La scène changea, vacilla sur ses bases. Azdraïel vit clairement qu'il étranglait le demi-Elfe et le lâcha aussitôt. L'Aspirant Céleste tomba au sol comme un paquet de linge sale. A ses côtés, Amaélis tremblait. Le Torhil se retourna et eut un faible sourire en voyant le dragon brun bien là, à quelques pas de lui, mi-heureux mi-coléreux. Il se sentait épuisé et ses membres tremblaient. Vidé de ses forces, il crut qu'il allait s'évanouir mais le flanc de son Lié rattrapa sa chute. L'atmosphère pesante de la pièce avait changé, peut-être parce que la voix du Dévoreur et même peut-être avec un peu de chance se présence avaient disparus. Et il put voir qui les avait sauvés.


C'était une jeune femme, très belle et aux regard vieux comme le monde. Ses longs cheveux blonds rassemblaient toute la lumière de la pièce, lui donna tune allure éthérée renforcée par la pâleur éblouissante de sa peau et sa robe blanche. Elle fronçait les sourcils avec sévérité et il émanait d'elle une dangereuse aura de puissance indomptable. Sa voix claire et mélodieuse s'ancrait dans la réalité comme des mots dans du marbre.
- Qui êtes-vous ?
- Je suis la Gardienne de ce Kaerl et je fus celle de ce qu'il été autrefois dans toute sa gloire ! Je suis Aubiade Del Cirth.

Elle transperça de ses yeux changeants les trois membres de la Triade pour les juger, les sonder à l'intérieure d'eux-mêmes.

- Je savais depuis longetemps votre venue ici et l'objet de cette intrusion. Mais il ne m'étais pas permis de vois venir en aide, quand bien même je ne l'aurais pas fait. Je ne mêle pas des affaires des impies. Si j'ai chassé le Dévoreur, c'est parce que son intervention mettait en danger Rhaëg. Je n'avais pas le choix.

Si elle l'avait eu, les aurait-elle laisser se faire tuer sous ses yeux ? La cruauté faisait-elle partie de ses attributs ? En tout cas, il ne faisait aucun doute de son identité réelle. Mais elle, elle avait encore un corps charnel. peut-être redoutait-elle une nouvelle punition des dieux, elle qui avait privée de son Màr chéri et de sa liberté car ne pouvant quitter, à l'instar des spectres, le territoire de la Lande d'Eru.

- Le Dévoreur vous laissera repartir. Avec l'Oeil Noir. Mais partez vite. Je n'ai pas d'emprise sur les fantômes de ceux qui vécurent ici. Et vous êtes liés à ce lieu dès lors que le Dévoreur vous a touché, aspirant votre énergie vitale.

L'avertissement était clair. La Gardienne Maudite ne ferait rien de plus pour la Triade. Son visage, de trompeuse douceur, n'était qu'un masque de dureté figée, glacial. Nathaniel se relevait péniblement dans son dos, aspirant l'air à grandes goulées. Amaélis, quant à elle, se faisait héler par une voix aimée.

- Amaélis, tu vas partir, n'est-ce pas ?

Lam' s'étair redressée, s'appuyant cotre sa Liée ayant retrouvé sa forme draconique. Elle pleurait, ses yeux gris emplis de tristesse. Puis, dans un sursaut de rage désespérée, elle supplia presque :

- Jure-moi que tu reviendras ! Je t'attendrais à l'entrée de la Lande, tu reviendras... Je t'aime !... Je t'attends déjà.

Azdraïel tendit la main à Nathaniel pour le relever, main qu'il sembla décliner et la Main Noire haussa les épaules. Il plongea sa grande poigne dans son sac d'où il retira la gemme d'ébène. Il la contempla longuement puis rendit un regard froid à la Gardienne.

- Partez, répéta-t-elle, impérieuse.

Elle tourna les talons et disparut sans bruit dans les profondeurs du Kaerl Silencieux. Le Torhil se retourna vers ses compagnons de quête. Il les détailla, prenant son temps, jugeant de l'urgence de la situation. Puis il reporta un regard vide sur la pierre dans le creux de sa main, qui faisait la taille de sa paume, si lisse, si belle et si étrange... Il s'obligea à s'arracher à sa contemplation et plongea l'Oeil Noir dans le sac.

- Il est temps pour nous de partir. Missions accomplie.

Ils quittèrent le Màr Dìnen par le chmin le plus court : l'Interstice. Ses trois passagers juchés sur son dos, le Brun ne grogna pas contre le poids ni l'inconfort pour une fois. Il était plus que pressé de quitter cet endroit abandonner par le ciel. Le froid de l'espace-temps les cueillit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Archive - [RP Officiel - Quête des Deux Lunes] La pierre des Morts aux regards des Spectres.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Deux lunes et un moineau [pv: Kurasa]
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )
» Deux âmes perdues sur les falaises. [Nagate SEUL]
» nouveau supplement-non officiel?
» Duel entre deux âmes soeurs. [PV Luke Kayan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lande d'Eru-
Sauter vers: