Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:23

~
Métherkan Garaldhorf & Niedesh ~ Eléderkan Garaldhorf & Thémos

A l'aube d'une Renaissance  

L'aube pointait à peine le bout de son nez que, déjà, des nuages masquaient la lumière de Solyae, comme s'il était interdit que les dieux contemplent ce qu'il allait se passer ici, aujourd'hui. Dans le ciel gris d'immenses ailes d'automne brassaient l'air poussiéreux. Un dragon se posa dans la Lande, foulant le sol stérile avec un visible répulsion. D'une démarche noble, il s'avança vers l'entrée des ruines de l'Ordre trop longtemps oublié. Au sommet d'un toit plat, jadis recouvert d'ardoises, un autre dragon veillait, gargouille sombre à contre-jour. Le premier claironna, lançant un défi. le second resta immobile, silencieux comme une tombe. Le Bronze eut soudain un doute. Serait-il de pierre, serait-il mort ce gardien ? Très vite, cette pensée fut faussée par un message télépathique envoyé à son encontre.

° Bienvenu au Màr Argawaen, mon frère. Chez toi. °


Toujours aussi avare de paroles, aussi inexpressif qu'un poisson. Parler au Brun lui répugnait tout autant que ce décor de terre gaste. Le Bronze savait se faire intimidant mais l’heure n’était pas au jeu.

° Tais ces paroles d’impie et dis-moi où se cache ce frère honni ! ° rugit-il.

Ils n’étaient plus qu’à quelques mètres l’un de l’autre, se défiant du regard. Le Brun haut perché étendit largement ses ailes pâles, dans un geste provocateur. Le Bronze lui répondit de la même manière, dévoilant par la même occasion de longs crocs effilés. Dans un même élan, les deux dragons se jetèrent l’un contre l’autre, toutes griffes dehors, crachant avec rage, feulant comme des fauves. La bataille venait de commencer.

Non loin de là, tandis que son Lié occupait l’esprit du gardien, une silhouette furtive marchait dans une sombre galerie. Une main élégamment gantée frôla le mur de vieilles pierres. Elle effleura une veine d’argent qui s’illumina puis clignota faiblement pour s’éteindre. Certains lieux perdaient leur magie, aucun spectre n’osant s’y aventurer et la Gardienne Aubiade Del Cirth les délaissant. Toujours plus, il descendit dans les entrailles du Kaerl Silencieux, un peu plus près de ce qu’il redoutait de voir. La vérité a toujours un prix. Un pas sûr, des souvenirs qui reviennent vous hanter et la silhouette émerge dans une vaste salle, tant par sa hauteur vertigineuse que sa forme ovale prête à accueillir plusieurs dragons de grandes tailles. Salle vide au sol et aux murs gravés de runes, seulement éclairé par des torches de chaque côté d’une gigantesque porte, faisant toute la hauteur et la largeur de la salle, tout au fond de celle-ci. D’immenses portes à deux battants solidement fermées.

Un homme de dos vêtus comme un voyageur se tenait devant elles, un sac de cuir à ses pieds, semblant plongé dans sa contemplation. L’autre homme hésita une seconde mais la voix de l’inconnu s’éleva :

- Bienvenu, cher frère. Cela fait si longtemps que nous nous sommes vus...
- Toujours aussi habile menteur et beau parleur. Qui as-tu trahis pour parvenir à te lier et jusqu’ici ?
- Toujours aussi étroit d’esprit à ce que je vois... Il existe bien des chemins qui mènent à la frontière des mondes.


L’homme se tourna vers son aîné, dévoilant un visage rasé de près, aux yeux verts luisant comme ceux d’un rapace et aux longs cheveux noirs. Contraste saisissant s’il en est avec son frère vêtu avec la sobriété d’un noble, aux longs cheveux immaculé et aux yeux verts sombres. A son côté pendait une vieille rapière usée par le temps et dans ses mains était bercé un étrange objet lisse et nacré que l’autre reconnut sans peine comme étant un œuf. Sa colère monta d’un cran.

- Cesse de jouer avec la vie ! Cesse de jouer avec les mots !
- Et si c’est tout ce qu’ils me restent ? Notre famille a été détruite, aujourd’hui elle va être l’instigatrice d’une nouvelle ère ! Sais-tu où nous sommes ?... Dans la crypte dédiée à Flarmya, dans les sous-sols du Kaerl. Une pièce secrète très intéressante, il m’a fallu du temps pour la trouver mais rien ne vaut l’aide d’un habitant du coin, n’est-ce pas ? Il est l’heure. Ou tu es avec moi, ou tu es contre moi.


Plus d’échappatoire. S’il avait eu l’espoir, même infime, de ramener son cadet à la raison, il était trop tard à présent. Il était allé trop loin pour véritablement le sauver. L’Elfe renégat eut alors un geste infâme que l’autre Elfe, pétrifié d’horreur, ne put empêcher. L’œuf fut lâché, allant se briser sur les dalles. Au milieu des débris du germe et du sang visqueux apparut le corps malingre d’un dragonneau mort-né, foudroyé avant son premier souffle. L’assassin se baissa, sans tenir compte du sang sur ses mains et s’empara du cadavre pour le déposer devant les portes et, avec son fluide écarlate, il traça des courbes, des grandes runes sur les battants. L’illusion était saisissante, on aurait dit que les portes absorbaient avidement le sang.

Il était trop tard. Le cœur en pièces, Eléderkan, Maître et Sang du Màr Tàralöm sortit sa lame du fourreau et se jeta sur son frère Métherkan, Chevalier autrefois Englouti, sans un cri, pour une danse d’acier. La fratrie des Garaldhorf s’entre-déchirait tandis qu’au dehors le combat titanesque entre le Bronze Thémos et le Brun Niedesh faisait rage.



[Chers Élus de cette quête, vous allez normalement recevoir un MP concernant votre arrivée sur les lieux. Il n’y a aucun ordre de post, vous postez lorsque vous êtes prêts ou que vous avez quelque chose à dire et/ou faire. Votre rôle sera dévoilé plus tard dans le RP. Évitez de trop vous PNJiser entre vous, ne vous embarrassez pas de longs pots fastidieux bien que très beaux et travaillés.
Vous devez posté votre arrivée sur les lieux (Crylith en première si possible, ce serait plus logique) puis débutera au second post de l'Oracle la véritable quête ! Cette première participation n’est qu’un prologue, une mise en bouche si j’ose dire. Amusez-vous et le Secret vous sera dévoilé !
Gardiens du Secret, à vos plumes o/]
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:23

Par Maëvann Kerr'wan


Sous les ailes de Draveÿn, la Lande d'Eru défilait en un long ruban cendreux, semblant s'étirer indéfiniment vers un morne horizon que seules quelques crêtes de pierre noire cassaient. Les volutes d'une étrange vapeur verdâtre s'échappant du sol s'enroulaient autour des reliefs aussi chaotiques que clairsemés...Bien qu'en hauteur, l'Empereur Noir sentait déjà ses narines le picoter désagréablement au contact des vapeurs toxiques. Il était bien difficile de croire que cette étendue désolée avait été autrefois une terre fertile et habitée, la Plaine de Daranis.

- ° Encore une communauté ayant engendré son propre déclin par vanité et appât du gain. Les Esprits qui hantent ces landes sont condamner à errer parmi les vestiges de leur gloire pour l'éternité ...° Le Saurien glissa un regard furtif sur sa gauche alors qu'un étrange ectoplasme frôlait ses flancs avant de disparaître dans le perpétuel plafond nuageux ° Et ils n'aiment guère les visiteurs.°

Avant d'entreprendre son voyage, Draveÿn avait longuement médité, puisant dans sa Mémoire Ancestrale les souvenirs attachés au Mar Dinen. Ils étaient là, enfouis sous tant d'autres comme scellés par la honte, par le courroux des Dieux...Et avec force d'application, crochetant les verrous mentaux posés par ses ancêtres, il avait retrouvé trace du Kaërl oublié comme on découvre une voie pavée sous la cendre. Il avait ensuite fallu ruser pour convaincre Maëvann de lui laisser quelques jours de répit afin qu'il puisse mener son enquête en paix. Bien qu'il éprouve du remords à laisser sa Liée seule alors qu'elle avait besoin plus que jamais de soutien, le Dragon avait conscience d'œuvrer pour sauvegarder son bonheur. Par l'expérience de son Sang, Draveÿn savait que le Mal pouvait avoir plusieurs visages, plusieurs facettes, mais naissait d'une seule source... Et depuis quelques Lunes déjà, les sillons asséchés de la Magie Sombre étaient de nouveaux abreuvés. Réveillés par un intangible appel, les Spectres foisonnaient et frôlaient la frontière de la Lande dans un défi muet, galvaudés par des forces inconnues.

Résurgences de la Conjonction ? Cela, il ne le savait ...mais il avait la certitude que l'Ombre rongeant l'aimé de Maëvann et celle qui animait les pantins du pouvoir au Mar Menel étaient nées d'un même berceau.

Alors qu'il se posait près d'une étendue d'eau sombre comme un puits sans fond, le Dragon s'autorisa quelques instants pour rétablir le lien avec sa Liée, capter un peu de son ressenti. Ce qui filtra dans son esprit lui serra le cœur : inquiétude, sentiment d'abandon, grande tristesse...La Maîtresse Noire et son Dragon n'avait jamais été séparés si longtemps et si la situation n'avait pas requis d'agir en urgence, Draveÿn se serait passé de la laisser, elle qui vivait déjà si mal la prise de distance de son époux...Mais une intuition lui soufflait que l'opportunité ne se présenterait plus avant des décennies. Il fallait qu'il trouve la solution...Pour Maëvann , Istvan et leur fils, pour le Mar Menel...Pour son si cher frère, Svarog...

Une onde glacée le tira de ses pensées : une forme translucide vaguement humanoïde se tenait à ses côtés. Elle tourna lentement la tête vers lui et le dévisagea de ses deux grands yeux opaques et tristes...Si tristes...Draveÿn tenta d'établir un dialogue par l'esprit mais l'âme errante n'était que souffrances et regrets. Perdue dans ses propres turpitudes, elle était incapable de considérer autre chose.  L'ectoplasme se détourna du Dragon dans un soupir et flotta vers l'Est, Draveÿn le suivit.

- ° Les Fantômes des habitants du Mar suivent encore les voies de circulation de l'ancienne Citadelle. Voyons où tu va me mener, Yeux-de-Pluie. °

Sur l'horizon gris se découpa bientôt les ruines d'un ancien Temple, dont certaines dans un état de décrépitude si avancé qu'elles ne seraient bientôt plus que poussière parmi la poussière. Au milieu des gravats se dressait encore ce qui semblait être autrefois le sanctuaire de l'endroit et sur son toit...deux de ses frères se battaient avec acharnement.
S'il avait eut des manies de bipède comme Svarog, Draveÿn aurait surement levé les yeux au ciel. Bien que l'aura du Bronze lui soit étrangement familière, il n'avait rencontré aucun de ces deux là, ne savait pas à quel Ordre ils appartenaient et n'en avait d'ailleurs cure. Leur agitation énervait les Spectres alentours, certains commençant à se rassembler en masse autour des ruines...S'ils décidaient d'attaquer, les Dragons seraient bien vite submergés et Draveÿn n'envisageait décidément pas de voir sa mission contrariée par un combat de coqs.
Enroulant sa  queue autour du chapiteau érodé d'une colonne, il lança le lourd projectile au pied du sanctuaire, le faisant éclater avec fracas.

- ° Hey, vous deux ! J'ignore ce qui vous cause une haine si vive mais je connais une centaine de riverains contrariés de votre vacarme. ° D'un mouvement de tête, il désigna l'amas trouble des Spectres qui bouillonnait comme une rivière gonflée par les pluies ° Je ne peux que vous conseiller de faire une trêve avant que nous ne soyons submergés...D'un simple contact, ces petites bêtes peuvent réduire votre esprit en une bouillie informe ou vous l'aspirer comme un sorbet. Autant vous dire que les membres de notre espèce sont un mets de choix °

Sa gueule se fendit sur un sourire carnassier alors que le Bronze et le Brun lui adressaient des regards torves. Il sortit prudemment ses couperets de leurs fourreaux, paré a toute éventualité

[ HRP : J'espère que cela convient, j'ai essayé de respecter les consignes au mieux ! ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:23

Par Crylith Avanaël

Le silence de la nuit, une brise douce, une feuille qui se détache et tombe doucement vers le sol, le spectacle quotidien d’une nuit ordinaire, et pourtant…

La feuille s’engouffra par la fenêtre d’une maisonnée nichée à l’orée de la sylve et en retrait du village de Lomeanor et vit se poser avec délicatesse sur le visage profondément endormi d’une jeune femme au teint d’albâtre. Une main impatiente vient chasser le végétal importun mais les yeux ne s’ouvrirent pas pour autant. Elle était trop bien, blottie dans les bras d’un homme fort qui la serrait tendrement, bien que lui-même fut endormi également. Rien de bien intéressant en apparence, une nuit ordinaire dans une vie ordinaire, chez un couple pas si ordinaire que ça.

Mais au dehors une certaine agitation régnait depuis un moment. Une dragonne blanche tournait en rond dans la cour arrière, ne trouvant plus le sommeil. Elle s’était tout de même éloignée afin de ne pas réveiller son comparse mais une sorte de malaise étrange l’interpelait. N’y tenant plus, elle s’envola et rejoignit en un battement de cil le kaerl englouti. Peut-être trouverait-elle quelqu’un pour l’aider à comprendre son état d’esprit. Elle n’avait pas suffisamment de recul pour accéder à la mémoire des dragons.

Le kaerl était calme, bien trop calme et bien que l’envie la tiraillait de réveiller n’importe quel dragon pour lui poser tout un tas de questions, Kyalith ne put s’y résoudre et décida plutôt de se promener dans les allées en attendant que les premiers rayons du soleil frappe la surface du Dôme et réveille ses acolytes. Les minutes s’égrenaient avec une lenteur obsédante, tandis que son malaise augmentait jusqu’à devenir insoutenable. Petit à petit, elle comprit, quelque chose de grave se passait, un de ses frères venait de mourir avant même d’avoir pu se lier. Un grognement de rage et d’effroi s’échappa de ses entrailles qu’elle ne put retenir. Elle allait s’envoler pour retrouver sa Liée qui s’était réveillée en sursaut quand elle fut arrêtée dans son élan par un ondin ahuri devant elle.

° Monte, j’ai besoin de toi. °

Rien de plus, rien de moins, c’était une nécessité et elle agissait dans l’urgence, avec instinct. Après un instant d’hésitation, il sauta sur son dos et ils se retrouvèrent sur la pelouse devant Peddyr et Crylith hirsutes et quelques peu inquiets.

« Kya, qu’est-ce qui se passe ? »


° On doit aller au Mar Argawaen… Maintenant… °


Il ne vint même pas à l’esprit de la jeune femme de contredire sa dragonne, elle lança simplement un regard interrogateur au jeune homme qui se trouvait là.

« Sveargith est parti chercher Artica. Azyalith et Peidric dorment encore. Dès qu’elle sera là on ira. En attendant, puis-je vous offrir un café ? Je suis Crylith Avanaël, l’intendante du Mar Luimë, vous êtes Ukhof Dyenrea c’est bien ça ? Voici Peddyr Thelrand-Avanaël, mon époux et ambassadeur du Mar Menel. »


Elle fit signe à l’aspirant qu’elle avait croisé plusieurs fois au kaerl d’entrer à sa suite et l’invita  s’asseoir tandis qu’elle préparait des boissons chaudes. Un raclement de gorge se fit entendre. Elle fronça les sourcils, se tourna vers son mari et prit enfin conscience de sa tenue devant son regard moqueur. Elle éclata de rire et fila vers la chambre pour s’habiller décemment. De toute façon, elle n’allait pas s’aventurer dans la lande d’Eru en tenue de nuit. Elle laissa donc les hommes faire connaissance.

Arrivée dans la chambre, elle se tint un moment à la commode de bois qui se trouvait près de la porte et ferma les yeux. Les migraines étaient maintenant permanentes, en réponse à la souffrance de Kyalith. Quelque chose de grave se passait, il leur fallait s’y rendre et vite. Artica arriva enfin et tous partirent.

Le trajet se fit dans un silence de plomb et une sorte d’urgence habitait maintenant les protagonistes. Tous avaient hâte de savoir ce qu’il se passait et quelle ne fut pas leur surprise de voir d’un côté un grand noir goguenard, Lié à la Seconde du Mar Menel et deux dragons entrain de se battre tels des chiffonniers.

« Mais qu’est-ce qui se passe à la fin ? »


[HRP] Ukhof, j'ai pas trop développé ta rencontre avec Kya pour que tu puisses avoir de quoi t'éclater. Peddyr pareil, j'ai pas voulu te pnjiser pour que tu puisses avoir de quoi écrire, bien que je ne doute pas que tu aurais trouvé XD. Un milliards d'excuses ma persounette, mais je t'aime quand même hein^^ [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:23

Par Peddyr Thelrand

Le Mar Argawaen... Peddyr n'avait pu s'empêcher de sourciller à l'évocation de ce nom. Sveargith avait seulement pu apprendre que l'urgence se portait dans la Plaine d'Eru et le nom du Kaerl disparu avait raisonné dans l'esprit du brun, via les pensées de la petite blanche. Et comme cela semblait urgent.... Quelque chose n'allait pas et en plus, la saurienne était apparue si promptement avec un jeune aspirant sur le dos. Leur arrivée avait été si.... pressante que le couple n'avait pas eu le temps de s'habiller. Peddyr en était encore les cheveux et la barbe emmêlés de son récent réveil. Il se grattait encore la nuque quand Ukhof descendit de la liée de l'ondine, se demandant ce qui se passait, avant que son brun le mette un poil au courant... Et le nom du Kaerl Maudit n'avait rien d'engageant.

Une apparition soudaine d'une blanche avec un neutre sur le dos, une raison pressante pour se rendre dans la Plaine d'Eru sans plus d'explications... Quelque chose se tramait, et il en avait presque un frisson dans le dos... Puis il se permit un raclement de gorge une fois les présentations faites... Sa jeune et belle femme n'envisageait quand même pas de partir en tenue de nuit ? Il la regarda filer avec un sourire amusé et presque engourmandé de sa gracieuse petite course pour se changer rapidement. Il la connaissait assez pour savoir qu'elle allait faire tout son possible pour se changer rapidement. Il sera plus rapide qu'elle. Puis il invita Ukhof à pénétrer dans la maisonnée, lui servant une boisson chaude.

"Ne vous brûlez pas les lèvres en buvant. Si vous avez faim, mangez quelques gâteaux. Ils sont d'hier et ils sont délicieux. Je pense que vous devez avoir un peu l'estomac dans les talons... Nous allons partir dès que nous serons prêt"

Et dès qu'Artica sera là pour veiller sur les jumeaux surtout... Une fois encore, les parents partaient pour une nouvelle aventure. Il eut comme la sensation que ce qui les attendait n'allait pas les faire revenir de suite... Il secoua la tête. Puis quand tout le monde furent prêts, ils prirent leur envol. Ils ne mirent pas longtemps à rejoindre leur point final et déjà du monde était présent. Même le sombre dragon de Maëvann. Son coeur battait de savoir ce qui se passait réellement.

Sveargith venait à peine de se poser qu'il tendit le cou pour pousser un rugissement enragé, pour couper court à toute pensée conversée.

°Quand vous aurez fini, dites le nous ! Je ne crois pas que nous sommes là pour vous regarder vous chamailler comme des geckos se disputer une grosse mouche ! °

Le saurien brun était tendu. Et pas sans raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:23

Par Elyon Aranel

Au noir glacial de l'Interstice succéda une terre grise et fade, au relief chaotique, une étendue poussiéreuse et monotone qu'Estenir avait nommée la Lande d'Eru. La jeune Aspirante regardait  défiler le paysage, sentant un froid insidieux s'insinuer dans ses veines tandis que le Lié Noir du Seigneur Ardent changeait de cap pour se diriger vers un amas plus sombre qui se détachait sur l'horizon pâle.

° Le Kaerl Maudit ° annonça le Dragon, anticipant la question de l'Elfe. ° C'est là que je t'abandonne. °

Elyon frissonna. Maintenant qu'ils étaient là, elle regrettait presque de s'être engagée dans cette mission. Seule dans un coin de l'Observatoire, occupée à lire un ouvrage conséquent sur l'histoire du Màr Tàralöm et à retourner dans sa tête la courte conversation qu'elle avait eue avec un vagabond à l'Auberge de la Vouivre de Jade, le Noir était venu la trouver, s'étonnant de voir une Aspirante ainsi désœuvrée. Elle avait répondu que son Maître était souvent retenu à l'extérieur du Kaerl, et qu'elle s'occupait de son mieux. Estenir avait demandé qui était ce professeur qui délaissait ainsi ses élèves, et, apprenant qu'il s'agissait du Sang Eléderkan Garaldhorf, il avait disparu aussi silencieusement qu'il était apparu. Un jour plus tard, le Noir lui annonçait que le Seigneur avait besoin d'elle en Lande d'Eru pour surveiller le Maître Bronze. Amusant retournement de situation, non ? Elle peinait à admettre qu'elle trahissait le vieil Elfe, c'était pourtant le cas. Quoiqu'elle pensait plus se consacrer à la recherche du trésor qu'à l'espionnage d'Eléderkan.

Le Noir se posa près d'une vieille tour défoncée, entourée de pierres couvertes de lichen. Elyon glissa du dos du Dragon, et le remercia d'une courte révérence.

° Le Seigneur Alauwyr compte sur toi, Aspirante du Màr Tàralöm. Ne le déçois pas.
– Soyez assuré de mon entier dévouement. °


Dans un imposant tourbillon de poussière, le Noir prit son envol, laissant la jeune Elfe livrée à elle-même dans cet endroit inconnu. Elyon ajusta ses vêtements, balayant du regard les ruines silencieuses du Màr Dìnen. Première chose à faire : retrouver Eléderkan. Ensuite, elle aviserait. L'Aspirante n'avait pas peur des Spectres : pour elle, ils n'étaient que le fruit de l'imagination collective, une pure invention destinée à effrayer les enfants et à tenir les plus grands éloignés des vapeurs nocives et délétères de la Lande d'Eru. Et de son trésor, à en croire le Vagabond. Ils n'étaient que cela, et rien de plus. Une personne plus imaginative se serait sans doute dit que, quelques temps plus tôt, les Dragons n'existaient pas, alors qu'aujourd'hui ils faisaient partie de son quotidien. Pourquoi pas les Spectres ? Mais Elyon n'était pas ainsi.
L'Elfe releva ses jupes et se mit en route, longeant le squelette d'un vieux mur de pierre grise. Tout en marchant, elle songeait au moyen de découvrir où étaient cachées les richesses promises par le Vagabond, et qui pourraient peut-être lui redonner un peu du prestige dont elle jouissait autrefois. Eléderkan l'avait prévenue : en acceptant de le suivre et de devenir Aspirante, elle aussi renoncer à tout ce qui faisait sa vie d'avant et repartir de zéro. Certes, elle avait accepté, mais ce n'était pas pour cela qu'elle allait changer du tout au tout. Elle restait Elyon Aranel de Penvellÿn, courtisane reconnue et héritière d'un domaine au Nord de l'Archipel des Tempêtes. Il restait à savoir si le trésor était réel et si il était aussi conséquent qu'on avait bien voulu le lui faire croire.

Un bruit sourd et lointain lui parvint, faisant trembler légèrement le sol sous ses pieds. L'Aspirante sursauta, et, réflexe tout à fait stupide puisqu'il n'y avait plus âme qui vive ici, regarda autour d'elle pour s'assurer que personne n'avait remarqué cet accès de peur. Elle tenta de calmer les battements précipités de son cœur, de peur qu'on eût pu les percevoir dans un silence tel que celui qui régnait au pied du vieux mur. Rien, il n'y avait rien. Ce Màr tombait en ruines, un fragment de bâtiment avait dû tomber et se fracasser au sol. L'Ardente continua son avancée, se forçant à ignorer les courants d'air froid qui la frôlaient parfois et les murmures étrangers qui l'entouraient. Il lui semblait aussi entendre la rumeur diffuse d'un combat entre félins, mais elle n'y prêta pas plus attention, mettant encore une fois en cause son imagination – qu'elle n'avait pas si développée que ça, soit dit en passant.

L'allée se finissait enfin, ouvrant sur le dos d'un vieux temple, encore en assez bon état comparé à ce qu'avait pu voir la jeune Elfe. Et elle arrivait juste à temps pour assister à un spectacle des plus étranges : sur le toit de l'édifice, deux Dragons – un Bronze et un Brun – s'affrontaient violemment, sous le regard d'un confrère Noir, bientôt rejoints par deux autres Sauriens, l'un Blanc et l'autre Brun, qui – surprise ! – étaient accompagnés de leurs Liés. Si il y avait bien une chose à laquelle l'Aspirante ne s'attendait pas, c'était bien de rencontrer des êtres vivants ici ! Se faisant aussi discrète qu'une ombre, elle rejoignit la colonne la plus proche, oreille tendue et œil aux aguets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:24

Par Persée Garaldhorf

Vraël volait à tire d'aile, filant comme le vent, perçant les nuages comme une lame. Le paysage défilait sous ses vastes ailes bleues si vite qu'il en devenait un magma coloré qui donnait le vertige. Rien n'aurait pu l'arrêter. Pas même la tempête. La dragonne fendait les cieux avec détermination. Cramponnée à elle, sa Liée calquait sa respiration difficile sur celle plus régulière de la Bleue. Le vent fouettait son visage, l'empêchant de voir quoique soit et même de penser. Tout s'était déroulé si vite...

Persée avait vu débouler son Âme Sœur, ses épines dorsales hérissées comme une cuirasse, signe avant coureur de périls imminents. Et que dire de son regard couleur de l'aurore, d'un crépuscule sanglant ! Vraël aurait dû paniquer, hurler sa détresse mais ce n'était que froide détermination qui brûlait dans ses grandes prunelles. L'adolescente hybride sentait que quelque chose n'allait pas mais l'esprit de la dragonne tourbillonnait si vite qu'elle ne percevait qu'un amas informe de sons et d'images. Seule les émotions lui parvenaient clairement : peur, rage sourde mais surtout la peur. Sans un mot, Persée avait grimpé sur son dos et elles avaient pris leur envol, traversant l'île à toute vitesse.

Bientôt, Vraël ralentit et le paysage changea du tout au tout. Terre grise battue par les vents, sèche et stérile, morne plaine qui s'étendait sous l'ombre des deux Célestes. Un lieu que Persée reconnut sans peine, grâce aux récits et aux rêves, comme étant la Lande d'Eru. Elle sut d'instinct où la conduisait sa Liée. Elle se préparait déjà à une confrontation avec son père ou toute autre créature démoniaque résidant en ces ruines. L'heure était enfin venue. Le squelette du autrefois glorieux Màr Argawaen, dont le nom véritable ne plus être prononcé, apparut à travers la brume. Près des portes voûtées en arcades à demi-effondrées, là où se dressait une sorte de temple aux colonnes brisées par la fureur aveugle des dragons fous de chagrin, se rassemblait un attroupement de spectres comme les deux Âmes entremêlées n'en avait jamais vus. Pourtant, au milieu de celui-ci, il y avait des vivants. Et pas n'importe lesquels.

Vraël reconnut sans peine le sombre Draveÿn, près du fringuant Sveargith et d'une frêle Blanche inconnue. Mais la vue de leurs Liés présents suffit à éclairer : il y avait là l'Ambassadeur et une Ondine, certainement son épouse, accompagnée d'un jeune guerrier que l'on devinait Neutre. Nulle trace de Maëvann. Persée avala sa salive de travers. Trop de gens étaient là, ils étaient tous en danger. Vraël ne repéra pas la jeune Elfe Ardente qui se dissimulait derrière un pilier pour les observer et continua sa descente. L'origine du vacarme et de l'affluence des fantômes était un duel absurde et violent qui monopolisait les regards, quand bien même ce n'était qu'une diversion et non la raison de leur venue à tous. Thémos et Niedesh se battaient à mort.

La Bleue se posa dans un nuage de poussière, affolée, se sachant dorénavant perdue. La vérité éclaterait bientôt, en même temps que l'innocence d'Eléderkan Garaldhorf et la folie de Métherkan Garaldhorf, en même temps que l'une des pires malédictions qui puissent sommeiller dans la Terre de l'Aube. La jeune Capitaine des Armées glissa du flanc de sa Liée et courut vers Peddyr et l'Empereur Noir. La peur la rendait furieuse. Il fallait qu'ils partent et vite ! C'était leur seul espoir de vivre ! Qui sait ce que recelait le Kaerl Maudit en abominations que son père pourraient éveiller ?

- Comment êtes-vous arrivés là ? Qui vous a dit de venir ici ?

La Bleue bandait ses muscles, dans l'attente d'un regard qui puisse la faire espérer ou la jette dans la mêlée. Le désespoir se lisait dans son regard, éclairé par une flamme de volonté pure. Elle ferait tout ou mourrait. Elle devina que le Brun et le Noir avaient déjà essayés de les faire réagir. Rien n'y avait fait, ils n'avaient pas entendus. Ses yeux prirent d'improbables couleurs.

° Thémos, je suis venue ! Cesse ce combat ridicule, les spectres s'approchent de vous ! Arrêtez ! °


[HRP : Ukhof, il ne manque plus que toi ^^ Ensuite débutera la phase 2 du RP, navrée de l'attente !]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:24


Maldara Sciethe & Phèdre ~ Sikarh ~ le Prêtre d'Haskèl

Sur l’Échiquier

Le sang des dragons n’avait pas encore coulé mais cela ne saurait tarder. Et le risque était grand de se retrouver submergé sous l’assaut des spectres curieux. Thémos en avait conscience, avec une acuité d’autant plus aiguë qu’il sentait le danger tout proche, peut-être bien plus que sn faux frère Niedesh. Les mises en gardes avaient été soufflées par le vent et il avait cru à des murmures de dragons morts, peinés par leur duel ou au contraire jubilant de voir le sang des impies marquer les pierres. Puis, soudain, la voix de Vraël avait percé l’air comme une flèche. Il coinça la gueule du Brun dans ses serres et tourna un regard de fureur glacée vers sa jeune sœur Céleste.

° Tu es venue, oui mais à quel prix ? Emmène tous ces ignorants en sûreté et conduis ta Liée à la crypte. C’est là que se jouera la dernière partie ! °

Niedesh gronda contre la poigne, de la bave dégoulinant de ses crocs avides, ses yeux roulant vers l’écarlate tranquille.

° La crypte va s’ouvrir et personne ne pourra rien y changer. Le rituel n’est pas achevé. Chacun a son rôle à jouer. °


Vraël était prise dans un tourbillon de panique, il fallait qu’elle agisse et vite. Non contente de déléguer sa tâche à son Ame Sœur, elle monta à l’assaut en rugissant de défi autant que de terreur. Ses griffes raclèrent le dos du Brun qui réussit à échapper à l’emprise du Bronze. Mais la Bleue était plus véloce et plus habile, il était difficile d’éviter ses coups quand il savait que Thémos n’attendait qu’une chose : que sa gorge se découvre.

Persée se retrouva seule, déboussolée, ne sachant si sa Liée se battait pour sauver le dragon de son oncle ou celui de son père. La colère bouillonnait encore en elle, comme une source chaude trop longtemps endiguée. Elle tourna un regard dubitatif vers les autres, Engloutis et Célestes vivants présents à cet instant, pour le meilleur et pour le pire. Elle chercha vainement un réconfort dans les yeux de Peddyr.

- J’ignore ce pourquoi vous êtes ici mais si le Destin vous a envoyé, ce doit être pour une raison... Il va se passer des choses, terribles et nous n’en sortirons pas indemnes mais il faut tout faire pour les arrêter. Le Màr Argawaen ne doit pas se réveiller. Suivez-moi !

Persée avait pris sa décision et advienne que pourra. Elle courut vers l’entrée en arcade, franchissant le seuil à toute vitesse, consciente d’être suivie par des alliés inattendus. Le vaste corridor tenait encore debout, dégageant de rances odeurs de moisis. Elle savait d’instinct où aller. La légende ne mentait donc pas, comment avait-elle pu en douter ? A mi-chemin de l’escalier gigantesque qui les conduirait tous dans les entrailles du Kaerl abandonné, le fracas d’armes blanches lui parvint. Ses oreilles effilées s’orientèrent et des ombres dansèrent sur les vieux murs. Elle frémit en reconnaissait les senteurs émotionnelles de son père et de son oncle. Les deux Elfes émergèrent de l’escalier, Métherkan courant pour trouver un lieu plus dégagé où attaqué son frère aîné. Le vagabond se battait avec la lame cruelle d’un sourire sur son visage de rapace quand Eléderkan frappait tel un danseur avare de mouvements impressionnants et inutiles sans un bruit, le visage impénétrable. Persée se figea lorsqu’il la reconnut. Son hésitation faillit lui coûter un œil mais sa rapière repoussa l’épée bâtarde de son cadet enragé. Qui se retourna vers les intrus.

- Ah ! Des visiteurs !

Métherkan avait pris un air affable et détendu, ses yeux luisaient comme ceux d’un fauve. Derrière lui, Eléderkan avala sa salive avec peine, presque choqué et s’écria d’une voix impérieuse, froide :

- Partez !

Persée ne savait plus où donner de la tête. Par deux couloirs adjacents venaient de surgir deux silhouettes évanescentes qui, dans la lueur des torches, se révélèrent être des spectres. La jeune hybride ne s’en préoccupa pas, elle ne regardait que sa famille, sur le qui-vive.

- Vous m’avez mentis, tous les deux... Je ne sais plus qui rêve de renaissance et qui veut s’en garder... Qui est responsable de tout cela... Qui a tort ?
- C’est lui !

D’un même mouvement, d’une même voix, les deux frères Garaldhorf s’étaient pointés du doigt en se dénonçant. Qui fallait-il croire ? Le premier spectre jaillit de sa cachette, comme s’il avait attendu de reconnaître suffisamment les traits de sa victime. Il se dirigea d’un pas martial vers l’Aspirant Neutre Ukhof et se plaça en face à face, attiré comme un aimant, sentant confusément qu’il était comme lui ou pouvait l’être. Cuirassé comme un chevalier paré à la guerre, son heaume cachait son visage et faisait résonner sa voix sous le métal rouillé et translucide. Son ton était calme et neutre, presque fataliste, comme s’il avait attendu ce moment une éternité, pour ne servir que dans ce but.

- Je te salue, mortel Englouti. Ce jour était marqué du sceau de notre rencontre. Je suis Prêtre d’Haskèl mais mon nom se perd dans l’oubli. J’ai besoin de ton aide. Mon Màr est en danger, tout comme le tiens, si tu ne fais pas ce que je dis. Accepte-moi et combat selon mes directives : alors vous serez sauvés.
- Le Màr se réveille ! l’interrompit une voix autoritaire, qui claqua comme la corde d’un arc. Un grand péril nous menace tous, si jamais ses habitants apprennent ce qu’il se passe en ce moment. Il faut réagir ! Vous devez empêcher l’ouverture de la crypte sinon, ce sera la fin de tout ce nous avons connu !

Une femme s’avança, armée d’une javeline, vêtue d’une grande robe rouge, à la peau pâle comme les neiges et couronnée de longs cheveux de jais. Ses gris acier brillaient dans son visage de pierre. Derrière elle venait une dragonne de nuit sans lunes, une petite Noire vigilante. La dame alla droit vers Draveÿn, captant son regard. Elle s’inclina face à lui et reprit très vite.

- Dragon, je suis Maldara Sciethe, dernière Maîtresse-Espion du Màr, liée de Phèdre. Je ne puis t’aider toi et tes compagnons mais il faut que vous empêchiez le Kaerl de se réveiller par tous les moyens, tant le prix d’un tel éveil est grand. Accepte de recevoir mes souvenirs, c’est tout ce que je puis te donner, en espérant qu’ils te soient plus utiles qu’à moi.

Elle tendit son doit blanc vers lui, en attente d’un quelconque acquiescement, le regard fiévreux sous son apparence de glace. Pendant ce temps, le guerrier fixait toujours son homologue, attendant une réponse, même si c’était folie que de vouloir agir en tant que fantôme contre son propre Ordre Draconique. Persée fixait toujours son père et son oncle, indécise, déchirée. Métherkan commençait à trembler, priant pour que la Gardienne ne vienne pas troubler ses plans, la sachant si lunatique et capricieuse qu’il était impossible de prévoir ses réactions. Sa situation devenait délicate. Eléderkan percevait à la limite de son esprit son Lié qui se battait toujours, avec Vraël, contre le dragon renégat.

Dans l’agitation créée par les deux spectres et les deux Elfes, un autre fantôme, plus retors et animé de desseins moins honorables, devint courant invisible et, tel une brise glacée, frappa la première personne venue, une femme d’à peu près son âge, une Ondine. Crylith cilla, ressentant un grand froid en elle et une voix chuchota dans son esprit, qui n’était pas celle de sa tendre moitié.

« Lasse-toi guider, ma belle. Je vais te mener vers ta gloire, vers la source de la douleur de ta Liée. Viens, suis-moi. Va vers la crypte. »

Et l’envie pressante de contrôler ce corps, qui sentait si bon, se faisait impérieuse mais le spectre était encore trop faible. Alors, elle murmurait, indifférente à ce qui se passait autour, donnant l’image du lieu où elle voulait aller à son hôte.

~°~
Dehors, alors que tous convergeaient soient vers les dragons en plein combat absurde ou suivant l’hybride tatouée qui s’enfonçait dans les ruines, l’Aspirante Ardente était presque prête à les rejoindre, ne sachant dans quel bourbier elle était tombée lorsque surgit sur son chemin un spectre. C’était un dragon, de petite taille, un Blanc, aujourd’hui presque transparent.

° Chère petite, le Vagabond m’a parlé de toi. Je suis Sikarh le Blanc. Ne vas pas vers la mort que recherchent tes compagnons d’infortune, laisses-les se perdre dans les ruines. Ta destinée est autre part. Le trésor sera à toi, si tu daignes me suivre, bien sûr. °

Le dragon se dirigea d’un pas nonchalant vers une galerie dont la porte s’était effondrée. Alors qu’il y pénétrait, il se retourna pour inviter Elyon à le suivre.


[Chers aventuriers, l’heure du choix est arrivée ! Vous avez tous reçu un MP avec une décision à prendre concernant votre rôle. Veuillez m’envoyer votre choix le plus vite possible. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à me MP ^^
Je sais que je poste est long mais il fallait que je plante le décor.
A vos clavier o/]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:24


Ashara Vaatanen
Alors que Crylith cherchait qui pouvait bien être les deux dragons qui s’affrontaient, un autre protagoniste faisait son entrée que visiblement Peddyr connaissait. Une frêle elfe leur sauta presque dessus en les houspillant. Elle avala péniblement sa salive pour ne pas répliquer vertement. Comme si elle aimait se balader sur la lande maudite à ses heures perdues, non mais quelle blague. Encore un peu et elle allait lui dire sa façon de penser mais une brise glaciale souffla dans son cou. Instinctivement elle porta sa main à cet endroit, elle avait presqu’eu l’impression que quelqu’un avait soufflé ou posé une main gelée, mais non elle devait rêver… Ou tout simplement les spectres étaient plus près qu’elle ne le pensait.

Une sensation étrange pourtant assaillit l’ondine. Tout semblait tout d’un coup si lointain. Les sons étaient étouffés, les images presque floues et une voix aguicheuse se fraya un chemin dans son esprit. Le timbre était suave, presque tendre, se voulant convaincante du bienfondé de ses paroles.

° Laisse-toi guider, ma belle. Je vais te mener vers ta gloire, vers la source de la douleur de ta Liée. Viens, suis-moi. Va vers la crypte. °

Kyalith avait senti une présence mais n’avait pu réagir à temps. Il était trop tard pour atteindre maintenant sa Liée, l’autre avait, par elle ne savait quel moyen, érigé une sorte de mur infranchissable entre elles. Paniquée, elle tenta vainement de forcer cet obstacle mais rien n’y fit, elle n’était pas assez forte. La douleur qu’elle ressentait était trop puissante pour qu’elle puisse en faire abstraction. La simple gêne qu’elle éprouvait depuis la veille s’était muée en mal insidieux et intolérable depuis un moment. Un de ses frères était mort et d’une atroce manière, elle l’avait ressenti au plus profond de son âme, mais elle ne savait pas pourquoi et elle sentait qu’elle trouverait les réponses ici mais elle refusait pour ça que sa Liée soit en danger.

La voix dans la tête de la jeune femme se fit plus persuasive encore mais Crylith n’était pas dupe. Elle sentait bien que la voix cachait de noirs desseins. Elle eut l’idée dans un premier temps de résister de ne pas écouter cette voix, de regagner le monde des vivants mais elle doutait finalement que ce soit le plus intelligent à faire. Un drame se jouait, quelque chose d’important et bien que le spectre qui tentait de prendre possession de son corps avait une idée peu louable en tête, elle pouvait tout de même faire semblant de l’écouter, elle pourrait peut être en apprendre suffisamment pour éviter la catastrophe.

L’ombre se fit plus consistante et une plantureuse blonde apparut, diaphane dans la lueur vacillante du matin. Un petit sourire narquois étirait ses lèvres pulpeuses et écarlates. Sa longue tresse ondulait au gré de ses mouvements, tandis que quelques mèches rebelles voletaient dans le vent morbide. On ne distinguait pas vraiment sa tenue mais ses yeux verts d’eau fixait ardemment les environs. Elle posa sa main diaphane sur l’avant-bras de la neutre et lui envoya des images de la salle du sanctuaire. Elle était si près du but maintenant qu’elle trépignait presque et rendait les visions floues mais sa victime se laissait faire. Irrésistiblement elle la dirigeait là où elle voulait, bientôt elles seraient enfin réunies, et plus rien ne pourrait les empêcher d’accomplir leur destinée.

Kyalith avait surpris le clin d’œil que sa Liée lui avait fait et elle retint Peddyr qui voulait intervenir. Ce n’était pas encore le moment, visiblement elle avait une idée en tête mieux valait lui faire confiance, malgré la terreur qui ne la quittait plus. Elle espérait juste que Crylith était encore maître de son esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:24

Les frères Garaldhorf semblaient avoir éveillé une bien sombre Force à dédaigner ainsi le secret de cette terre maudite. Draveÿn émit un grondement sourd en constatant le navrant retournement de situation. Lui qui espérait mener sa mission en solitaire, avec les précautions qui s'imposaient pour ne pas troubler le sommeil des esprits, se retrouvait affublé d'une bandes de bipèdes inconscients aux tensions exacerbées
- ° Et les ennuis ne font que commencer...°
En effet, plusieurs créatures spectrales se manifestèrent bientôt, chacune avec leurs revendications. L'esprit d'un ancien Prêtre, l'Espionne du Màr disparu, un ectoplasme esseulé.. Les apparitions jaillies du Néant semblaient choisir leurs ouailles avec soin, peser leurs arguments pour les rallier à leurs causes respectives... Comme si ce moment, cette rencontre avec le Monde d'En-Haut était attendue depuis des millénaires. Était-il question d'un quelconque enjeu ? D'une prophétie -une de plus...- scellant la marche du Monde ? … Ou les Spectres s'amusaient-il simplement à les tourmenter ?
L'Empereur Noir accueillit le discours de Maldara Sciethe avec un rictus de déplaisir. Il aurait autant préféré ne pas être mêlé à tout cela , son voyage à Eru n'ayant d'autre but que d'épargner le coeur de sa Liée d'une autre perte. Cependant, les mots de l'Espionne sonnaient juste...
Témoins du déclin du Màr Argawaen, des Dieux frappant les vaniteux Valherus, emportant les innocents dans les méandres de leur colère, condamnant tout un Màr sous le Sceau de la Malédiction, beaucoup de ses frères Dragons s'étaient promis de faire leur possible pour épargner un si terrible sort aux prochaines générations de bipèdes. Charroyé par leur Mémoire Ancestrale, ce tacite accord transparaissait aujourd'hui par de discrètes allusions, des conseils avisés glissés à l'oreille de leurs Liés...Tout ce qui pouvait tenir le bipède loin d'Eru et de la Cité Profane était bon à prendre.
Chaque Dragon de Tol Orëa savait que le Réveil du Màr Maudit ne pouvait être que néfaste aux vivants, telle était la terrible prédication qu'ils se transmettaient de générations en générations...
- ° A croire que certains n'en ont cure.° songea Draveÿn en glissant un regard méprisant sur les frères Garaldhorf et leurs Liés ° La folie intéressée d'une poignée de bipèdes va encore compromettre l'avenir du Rhaëg... Par Flarmya, je n'ai même pas un siècle et j'ai l'impression d'avoir déjà vécu cela d'innombrables fois !°
Maldara s'enfonça dans la pénombre des ruines sans un regard en arrière. Le Dragon Noir quant à lui avait repéré l'apparition ondoyant autour de Crylith pour l'ensorceler, l'entrainant vers la Crypte. Il allait lui porter secours lorsque l'attitude étrange de Peddyr, Sveargith et Kyalith coupa court à son élan. Tous considéraient l'Ondine dans un mélange d'angoisse et d'expectative, sans tenter quoique ce soit pour l'aider... Cette lâcheté ne leur ressemblait pas. Sans doute avaient-il un plan.
L'Espionne avait maintenant disparu. Draveÿn grommela quelques instants pour lui-même avant de prendre forme humaine pour la suivre sans encombres dans les étroits boyaux, le pas lourd et l'esprit bouillonnant de questions. Ce leg, ses « souvenirs » avaient-ils une quelconque utilité pour sa quête tant que pour empêcher le Réveil ? N'était-ce pas un piège propre aux Spectres pétris de vengeance ? Non... Les sorts de quelques fantômes errants d'Eru ne pouvaient terrasser un Dragon, la Magie de ces Terres étant depuis longtemps asséchée par les Dieux pour empêcher toute résurgence... A moins que ?...
Les corridors tortueux exhalaient une odeur étouffante de poussière et de moisi mais malgré leur décrépitude, le Dragon perçu l'aura renouvelée des lieux, comme si une énergie encore ténue bourgeonnait, pulsait doucement dans les ruines. Bientôt, ils débouchèrent sur une immense cavité où, soulignée par la lueur de torches embrasées par une main inconnue, se dressaient les reliefs de l'ancienne cité, incroyablement bien conservée.
Draveÿn ne put retenir le hoquet de stupéfaction qui jaillit de sa gorge humaine. On aurait dit la citadelle de Daranis simplement endormie, frémissant à peine dans les heures qui précèdent l'Aube.
- ° Par la Sainte Mère , mais... C'est impossible ! Les Dieux ont détruit cet endroit ! Il ne devrait rien en rester... Est-ce ton œuvre, Maldara Sciethe ?! °
Mais le regard intemporel de l'Espionne, où bouillonnaient un étrange mélange de colère et de désespoir, démentit son implication dans cette sinistre résurrection. Quelqu'un, quelque chose -Elderkhan ? Metherkan ? La Conjonction des Lunes ? Drazahir ?! - avait sorti le Mar Dinen de son éternelle torpeur et à présent cette civilisation condamnée aux Limbes reprenait corps.
Le Mal qui possédait Istvan prenait sa source ici, Draveÿn en avait maintenant la certitude. La résurgence du Màr Argawaen l'avait sans doute rendu plus vif, rendant l'Arpadien conscient d'une fin toujours plus pressante...ce qui expliquait son exil soudain. Une vague de compassion et de tristesse s'empara alors de l'Empereur Noir, serrant sa gorge et brulant le coin de ses yeux d'étrange façon...
- ° Istvan, Prince d'Arpadie, tu ne connaîtra pas un si funeste sort, pas si loin de ta femme et de ton fils... Je trouverais trace de ce qui te possède et s'il n'existe de remède à ton Mal alors...° Draveÿn essuya d'un revers de manche ses larmes incontrôlables et maudit la faiblesse de son enveloppe bipède d'un même élan ° Alors je veillerai sur eux, les protégerai au prix de ma vie, pour honorer ta mémoire et celle de Svarog... Pour honorer votre sacrifice. Je t'en fais la promesse sur mon Sang ! °
Après quelques minutes de ce silence pesant de gravité, Maldara Sciethe parla et Draveÿn sut que ses révélations allaient jouer un rôle déterminant dans la suite des évènements.
Maldara narra les plans secrets des Dieux pour le Mar Dinen, l'entretien de son Maître avec la Gardienne des lieux. Draveÿn apprit qu'une seconde chance avait été donnée au Peuple Maudit pour combattre les propres fruits de sa déchéance, il lui fut conté la cabale d'esprits rendus fous par la Foi et comment ces derniers, à l'aide de diaboliques inventions, scellèrent une créature innocente et sacrée dans les tréfonds du Màr Argawaen. Il comprit que la convergence des aventuriers en ce lieu n'était pas due au hasard, que le sort du Monde se jouerai sur un échiquier.
- Le Fou, celui qui prendra la rédemption pour une renaissance interdite. Le Pénitent, celui qui viendra donner tort au Fou. Le Gardien, maître du savoir. Le Preux, défenseur du bien. Le Guerrier, celui qui protège jusqu’au sacrifice. La Cupide, celle qui sert de clef. La Hantée, celle qui sert de réceptacle. La Solitaire, celle de qui dépendra le combat entre le Fou et le Pénitent.
A ces paroles sibyllines, Draveÿn associa chacun des bipèdes et des Dragons rassemblés en ces lieux. L'identité du Fou, du Pénitent, du Gardien, du Preux et de la Solitaire lui paraissaient évidentes...mais il ne pouvait se permettre d'ignorer les « pions » inconnus.
- ° Tous ont un rôle crucial dont ils ne sont pas conscients. Leurs choix et actions vont impacter tant sur le sort du Rhaëg que sur ma quête pour Maëvann et sa famille ° Il se mordit les lèvres, tiraillé par l'anxiété et par l'étroitesse de son enveloppe charnelle ° Maldara, qu'attends-tu de moi ? Dois-je guider chacun à la place qui lui incombe ? Quand s'amorcera ce sinistre mécanisme ? Serais-je condamné encore une fois à n'être qu'un témoin impuissant de l'Histoire ? ° demanda-t-il d'une voix qui mourut dans un murmure.


[HRP : Désolée d'avoir mis si longtemps à répondre. Si je ne suis pas dans les clous quant à la cohérence, merci de m'en parler par mp ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:24

Tout semblait prendre des proportions complètement irréalistes. Peddyr se retrouvait au beau milieu d'une histoire qui ressurgissait doucement du passé. Le Mar Dinen semblait être de plus en plus le point névralgique de tout ce monde rassemblé ici... Et voir Persée qui accourait presque pour leur reprocher leur présence en ce lieux. Le mal était sans doute déjà fait. Ils étaient là, ils n'allaient pas repartir comme cela... S'ils le pouvaient réellement d'ailleurs... Peddyr n'était pas certain, au plus profond de son coeur qu'on les laisserait partir comme cela... Le "on" était pour l'instant qu'une vague impression qui laissait une légère suée froide dans le dos du vieux combattant. Etait-ce par l'atmosphère ou encore par cette sensation presque effrayante d'être presque dans les trames anciennes du Kaerl Maudit ? Peddyr connaissait un peu l'histoire de ce Màr Disparu et l en frissonnait encore. Pourtant, il n'était pas superstitieux...

Persée avait eu l'air presque choquée de voir tout ce monde présent et son regard fulmineux en disait long : ils n'étaient pas les bienvenues et le Céleste comprit qu'en étant désormais là, leur vie allait être en péril, voir pire. Peddyr croisa ses yeux où se mêlaient colère et inquiétude. Jamais encore il n'avait vu la Capitaine perdre ses moyens, même si elle cherchait bien à les cacher. Puis avec une certaine résolution, elle se fit un devoir de les prévenir. Peddyr essaya de la réconforter d'un seul regard ; il avait perçu son malaise de devoir à avoir des vies à préserver. C'était beaucoup de responsabilités qui lui tombaient dessus en peu de temps. Bien qu'elle était expérimentée ; sinon elle ne serait pas Capitaine au Kaerl, elle restait une jeune femme qui avait besoin d'avoir une certaine confiance de la part de ses compagnons.

"Je ne sais pas ce qui pousse le Destin à nous réunir tous ici, mais C'est sans doute pour une bonne raison... Et de cette raison, nous ferons au mieux et au maximum. Je sais que nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour pas que ressurgisse ce Kaerl maudit. Le monde n'a pas à le subir une énième fois. "

A ses côtés, Sveargith envoya des pensées fortes et déterminées. Il suivrait son lié. Et s'il fallait se battre, il se battrait. Puis tous suivirent d'un pas rapide Persée, dans les entrailles de ce qui pourrait bien devenir un sacré chamboulement. Là tout commençait presque à se précipiter quand on vit les deux frères Garaldhorf. Et à partir de ce moment là, les pions que chacun des êtres ici présents représentaient allaient avoir chacun leur voie de destin. Sveargith gronda en sentant les fantomes apparaître un à un, visages d'un souvenir perdu, qui se matérialisaient dans le monde des vivants, pour participer eux aussi à la trame du Grand Jeu. Un a un, même Crylith.

Au début, c'était ténu, froid et impalpable. Peddyr n'en sentit que la froideur, avant de voir une forme se former et faire face à sa bien-aimée. Sveargith essaya de le prévenir de faire attention, mais son lié était accaparé par le danger possible qui menaçait la jeune ondine. Crylith semblait ailleurs, commençant à marcher dans un des boyaux des lieux hantés. Le Grand Noir, le puissant lié de Maevann avait déjà suivi sa "part". Persée semblait en prise avec ses deux membres de sa famille, ne semblait que faire. Chaque pièce de l'échiquier commençait doucement à se faire guider sur la voie de leur action non encore dévoilée. Peddyr semblait être le seul à ne pas être pris dans les tourmentes de ce que les autres subissaient. Sauf quand il commençait à voir sa tendre épouse. Elle marchait lentement... Elle étiat comme ailleurs, son esprit accaparé par la présence fantomatique. Il voulut la suivre.

Kyalith le retint, comme si elle-même connaissait le but final de sa liée. Peddyr regardait l'ondine s'éloigner de lui avec une certaine angoisse. Déjà à la quête des Deux-Lunes, il avait été dans l'effroi pour elle. Et maintenant, avec le Màr Dinen... Il en avait assez lu à son sujet pour redouter le pire pour sa belle ondine. Kyalith semblait insister à ce qu'il ne la suive pas. Il lui jeta presque un regard tout aussi courroucé que suppliant. Sveargith, n'ayant pas le tenant du départ étrange de Crylith et ni les explications de la petite blanche, essaya d'entrer en scène lui aussi.

°Ne fais rien, je pense qu'elles savent ce qu'elles font.°
°Je suis certain du contraire ! Elle n'est pas elle-même, cela se voit !°
°Si on s'en mêle..... et nous n'allons pas laisser les autres là ! Persée et les autres pourraient avoir besoin de nous !°


Sveargith avait raison. Peddyr avait un devoir pour le Kaerl et il devait être avec Persée pour l'aider... Mais elle avait son dragon elle aussi. Crylith marchait là, toute seule, vers ces lieux sinistres et obscures. Et si c'était un piège ? Le coeur l'emporta sur la raison. Il n'allait pas la laisser seule. Sveargith allait protester. Il se dégagea de la prise de la petite dragonne blanche.

°Au diable ! Je ne vais pas laisser Crylith se confronter seule à son destin ! Si tu le souhaites Sveargith reste avec Kyalith. Moi je ne vais pas rester sans rien faire pendant que les autres ont leur part de destin en marche. Si la destinée souhaite que je fasse cet acte, alors je le ferai !°

Il se mit à suivre l'ondine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:24

Dire qu'Elyon n'y comprenait rien serait bien peu de chose. Il y avait trop de monde. Beaucoup de trop de monde. Par Kaziel, que fichaient-ils donc tous ici ? Pourquoi étaient-ils tous réunis dans ce lieu soi-disant maudit que les vivants évitaient comme la peste ? Quelque chose clochait, il ne fallait pas être un sage pour s'en rendre compte. En plus des personnes déjà présentes, une Dragonne Bleue et sa Chevalière aux oreilles effilées firent leur apparition. A peine croyable. La Bleue, dans un accès de folie, se jeta au combat, se mêlant au Brun et au Bronze. Sa Liée sembla s'adresser au petit groupe d'humains, et tous disparurent à l'intérieur du temple, engloutis par sa gueule béante et sombre.

L'Elfe Ardente resta un instant immobile derrière son pilier, observant l'étrange scène qui se jouait devant ses yeux, ne sachant quoi en déduire. Se rappelant les consignes du Seigneur Alauwyr, elle se décida à suivre l'autre tatouée, d'une part car elle ne se voyait pas rester si proche d'un combat de Dragons, d'autre part car il n'y avait de toute évidence aucune trace d'Eléderkan ici et que cela l'arrangeait bien. Elle quitta sa cachette, et se dirigea silencieusement vers la porte, les yeux braqués sur les Dragons. Elyon avait parcouru la moitié du chemin, lorsque la silhouette nébuleuse d'un Dragon Blanc se matérialisa devant elle. Elle considéra avec un mélange de peur et de curiosité la forme spectrale qui lui faisait face.

° Chère petite, le Vagabond m’a parlé de toi. Je suis Sikarh le Blanc. Ne vas pas vers la mort que recherchent tes compagnons d’infortune, laisses-les se perdre dans les ruines. Ta destinée est autre part. Le trésor sera à toi, si tu daignes me suivre, bien sûr. °

C'était trop tentant. Trop simple, certes, mais trop tentant. Elle suivit du regard le Dragon se diriger vers une galerie à moitié effondrée. Avant de s'y engouffrer, il se retourna, et lui fit signe de le suivre. Cruel dilemme. Devait-elle faire confiance à ce saurien inconnu – Spectre qui plus est – qui disait la mener au trésor ? Ou bien tenter d'honorer son engagement en... suivant une bande d'inconnus dont elle ignorait tout ? Au final, cela revenait au même. Sauf que dans un cas, elle serait probablement riche, et dans l'autre, non. Sa décision était prise, elle suivrait le dénommé Sikarh. Eléderkan attendrait bien un peu, après tout, il n'allait pas s'envoler.

° Attendez-moi ! ° fit Elyon, courant à la suite du Blanc.

Quand l'Elfe pénétra dans la galerie, l'ombre blafarde s'était fondue dans l'obscurité. Craignant d'avoir été trompée, elle fit quelques pas, ses bottes résonnant contre les parois froides, les mains à portée de sa rapière, tous ses sens en éveil.

° Une telle arme ne te sera d'aucune utilité face aux créatures que pourrait renfermer ce Màr, je crains. °


Elyon sursauta. Le Dragon Blanc venait d'apparaître à ses côtés, se comportant comme s'il avait toujours été là. L'Ardente s'efforça de calmer les battements désordonnés de son cœur, fusillant du regard le Spectre taquin qui la fixait d'un air faussement innocent.

« Laissez-moi donc la seule chose qui puisse me donner l'impression d'être encore maître de la situation. » marmonna l'Elfe à voix basse, reprenant sa marche.

Le Blanc volait bas, près d'elle, et Elyon se trouva troublée de ne sentir aucun mouvement d'air, de n'entendre aucun son, alors que ses ailes battaient paisiblement. Elle allait se retourner pour lui en faire la remarque, mais remarqua qu'il avait une nouvelle fois disparu, la laissant seule dans la galerie sombre. L'Aspirante frappa du pied, avançant avec une vigueur renouvelée : elle ne supportait pas qu'on se joue ainsi d'elle.

° Où te caches-tu, saurien de malheur ? ° songea-t-elle, envahie d'une soudaine animosité envers le Dragon joueur.

Elle le vit se matérialiser plus loin devant, ses crocs découverts en un sourire.

° Tu es bien lente, jeune bipède. Allons, du nerf, ou nous n'arriverons jamais à temps ! °


Encore un coup comme celui-ci, et la jeune Elfe se ferait un plaisir de faire partir le Spectre en fumée. Toutefois, elle accéléra le pas, n'osant pas désobéir à celui qui s'offrait de la guider dans le labyrinthe du Kaerl Silencieux. Elle rejoignit Sikarh, qui scintillait devant un large pan de mur encore debout. Comme il ne bougeait pas, alors que c'était lui-même qui avait ordonné à Elyon de se presser, l'Ardente s'impatienta.

« C'est un cul-de-sac ! »
finit-elle par exploser, agacée par le comportement du Blanc.

° Tu es très perspicace. ° railla ce dernier, dont la silhouette frémissait, agitée probablement d'un rire inaudible. ° Mais qu'est-ce qu'un mur pour les êtres comme moi... ? °

Et il s'évapora une nouvelle fois. Décidément, l'héritière des de Penvellÿn ne savait pas ce qui la retenait de faire demi-tour et de laisser là cet énergumène. Ce trésor avait intérêt à être aussi merveilleux qu'on le lui avait prétendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:25

Menteur ! Menteur ! Trois fois menteur de malheur ! Ça tournait et ça résonnait sous son crâne. Pourquoi fallait-il que les Dieux soient si cruels et mettent ainsi la vie de tant de personnes en danger ? Persée pensait agir dans le plus grand secret mais les événements s'étaient enchaînés trop vite, en un ballet de couleurs et de sons, d'émotions qui n'avaient pas lieu d'être. Elle pouvait sentir dans son être remuer le lien qu'elle partageait avec Vraël. La dragonne se battait férocement mais elle n'osait encore trop se demander pour qui elle se battait, qui de Thémos ou Niedesh elle voulait sauver. Face à elle se tenaient son père et son oncle et elle ne savait que faire. En voyant les spectres jaillir à leur tour, elle avait maudit le sort qui les liait au Destin de cette journée rocambolesque. Tous ici présents semblaient avoir un rôle à jouer et cela lui faisait peur. Quelle force était donc encore à l’œuvre pour contraindre tant de gens à agir ?

Métherkan et Eléderkan s'étaient mutuellement accusés, la plongeant davantage dans la confusion. Quand elle avait entendu de nouvelles voix, elle s'était vivement tournée pour remarquer la présence de deux fantômes : une femme armée d'une javeline et un prêtre-guerrier masqué. Par tous les saints, cela se compliquait à vue d’œil ! Loin de se douter des choix à venir et des conséquences déjà funestes pour les gens ici présents, Persée s’empressa de reporter toute son attention sur sa famille. Il fallait qu’elle prenne une décision et vite. Déjà, Métherkan reprenait la parole et déversait son venin d’habile orateur.

- Voyons, ma nièce. Sois raisonnable et emmène tes amis loin d’ici. C’est un différent familial, soyons plus discrets.

Persée regardait son père, son masque froid qu’elle lui connaissait tant mais la ligne mince de ses lèvres et l’éclat de son regard la confortèrent dans l’idée miraculeuse qu’il n’était point le coupable. Une lueur de regret passa dans les sombres émeraudes et la jeune fille crut ne jamais voir une telle chose se peindre dans de tels yeux. Et peut-être l’Elfe vagabond le remarqua-t-il car sa réaction ne se fit pas attendre, précipitant sa chute et les noirs desseins de quelque chose de plus grand que lui.

- Très bien. Tu l’auras voulu, bâtarde indigne de notre sang. Tu mourras ici avec les autres. J’ai une partie à mener, je dois te laisser, vous m’excuserez. Mais j’appelle un ami qui vous servira le thé.

Métherkan tourna les talons et s’enfonça dans les ténèbres des ruines, accompagné de son sourire carnassier et de sa lame. La scène resta figée un instant infime, durant lequel le père et la fille se dévisagèrent en silence. Puis Eléderkan disparut à la suite de son frère cadet et Persée manqua sentir une déchirure en elle tant elle eut mal. Et elle resta sans bouger, contempler les ombres du couloir obscur. Mais dans son dos, la roue du temps tournait toujours, rapprochant inexorablement les protagonistes involontaires de cette partie d’échecs prévue par le Destin vers une fin qui dépassait la simple imagination.

Quand Persée fit volte-face, reprenant son sang-froid, la mention d’un « ami » de son oncle qui arrivait bientôt assaillant son esprit, ce fut pour voir, comme au ralentit, se déliter leur petit groupe disparate. L’Ondine inconnue qu’elle devinait être l’épouse de Maître Avanaël s’éloignait déjà tel un automate par un autre chemin que la sortie, suivie par son mari inquiet mais déterminé et leurs dragons liés. Le grand et sombre Draveÿn contemplait la scène avec des yeux nouveaux et ses émotions avaient changés, elle pouvait le sentir. Quelque chose de décisif s’était passé avec le spectre femelle qui avait maintenant disparu comme à regret, sa tâche accomplie. Quant à l’Aspirant Neutre, il accueillit finalement l’âme en peine de ce prêtre d’Haskèl et l’hybride retint un cri d’horreur, le cœur serré. Tout s’emboîtait bien trop vite à son goût. Elle aurait tellement voulu que cela fut un cauchemar ! Le plus urgent, gardait-elle à l’esprit, était d’aider son père à arrêter son oncle devenu fou, quitte à y perdre la vie. Elle ne semblait avoir vécu que pour cet instant, bien que sachant pertinemment que c’était impossible puisqu’elle n’existait aux yeux de la fatale destinée.

- Dragon Draveÿn, lié de mon amie Maëvann, je ne sais ce que t’ont chanté les spectres mais il faut à tout prix empêcher mon oncle d’ouvrir la crypte ! Il existe une chambre secrète dans les entrailles du Màr des Maudits, qui contient toutes les horreurs qui décimèrent la Lande et son Kaerl. Ce n’est pas un mythe vague pour effrayer les curieux, c’est la vérité !

Pour tout dire, elle ignorait totalement le contenu de cette fameuse crypte. Connaître son existence suffisait à la terrifier. Et elle n’avait aucune envie d’employer son imagination à deviner ce qu’elle dissimulait en son sein. Elle implora presque des yeux l’Empereur Noir, avala sa salive avec peine et dit doucement :

- Aide-moi, je t’en prie...

Ce fut à cet instant que s’éveilla une voix sortie des murs et de nulle part à la fois, frappant les esprits, sifflante et caressante. Une voix que Persée reconnut grâce à la description faite par Nathaniel. Son cœur s’emballa. Métherkan avait appelé le Dévoreur.

¤ Misérables pions, je vous salue... Soyez les bienvenus dans ce qui fut jadis le Màr des Glorieux mais l’inconvénient est que votre voyage s’arrête ici... Révélez-moi vos peurs... ¤
Persée trembla de la tête aux pieds mais il ne fallait pas faiblir, coûte que coûte. La mort, elle croyait y être préparée depuis longtemps. Elle n’avait pas de temps à perdre.

- Vite ! Ils sont partis par là !

Sans un regard en arrière pour s’assurer que le dragon noir la suivait ou même quelqu’un d’autre, elle se précipita dans le couloir emprunté par les deux frères Garaldhorf. En courant, elle tâchait de s’empêcher de songer aux peurs enfouies qui allaient surgir, animées par le Dévoreur. Elle n’espérait rien pour elle-même, sinon d’arriver à temps.

~°~
Tous les chemins mènent à la crypte oubliée.

Au fin fond des ruines, dans une vaste salle vide sinon du corps sans vie d'un dragonneau mort-né dort la chambre secrète et ce qu'elle recèle. Entre les deux gigantesques battants aux runes souillées de sang, portes entrouvertes mais encore sous scellés, reliées par d'invisibles chaînes incomplètes, souffle et gronde le plus terrible des secrets. Et tous les chemins tracés par le Destin en ce jour maudit y mènent.


[Infos : Si vous ignorez ce qu'est le Dévoreur, regardez dans la dernière page de la Quête Obsidienne ^^ C'est une créature créatrice d'illusions plus vraies que nature. Elle réveille les peurs secrètes des personnages en se nourrissant de leur terreur : plus vous avez peur, plus vous perdez de votre énergie vitale et plus elle se régale !
Pour toute question, me MP !
A vos plumes o/]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:25

Peddyr n'avait pas quitté d'une semelle sa femme. Crylith marchait toujours dans ce sombre couloir, qui donnait plus la chair de poule qu'autre chose. Et elle marchait, comme appelée par une voix mystérieuse. Envoûtée, possédée ? Le vieux maître ne serait le dire, mais cela ne l'empêchait pas de s'inquiéter. Et même plus.... Savoir qu'il était proche de ce qui avait été le Kaerl Maudit...Il se retrouvait à ce que lui-même ne voulait pas enseigner à ses aspirants : l'existence de ce Kaerl qui aurait dû sombrer réellement dans l'oubli...Pourquoi par Flarmya cela n'avait pas été le cas ?

°Par les cieux, comment avons-nous pu nous retrouver là...°

Le dragon brun ne répondait pas, suivant son lié et sa femme en la compagnie de Kyalith. Les dragons eux aussi commençaient à s'inquiéter, sentant une magie qui les troublaient ; leur sens leur permettait d'en percevoir la moindre parcelle. Mais ils se gardaient bien de communiquer leurs craintes à leurs liés respectifs, ces derniers étant déjà bien assez affairés : Crylith qui suivait machinalement le chemin et Peddyr qui veillait sur elle.

Crylith ne s'était pas retournée une seule fois, suivant sa propre destinée. Peddyr regrettait de pas l'avoir retenu, pour la garder prêt de lui et surtout, avec les autres personnes présences...Elles semblaient bien savoir ce qui se tramaient et voir même plus... Comme Persée ou les autres. A y songer, bien des secrets semblaient apparaître à la surface maintenant qu'ils étaient tous ici. S'il n'y avait pas eu cet appel, jamais Peddyr et encore moins Crylith n'auraient été présents. Peut-être que cela n'aurait pas été plus mal... Vivre sa vie avec leurs enfants et...

°Ne penses pas cela ! Tu n'es pas un lâche et jamais je t'ai connu reculer devant les épeuvres ! Même si tout cela dépêche nos entendement, nous sommes là dans un but précis !°
°Ce but est d'empêcher le réveil de ce Kaerl ! Mais qu'en savons-nous réellement de quoi faire !
°Notre présence es déjà une pierre à cette édifice de mystères. Pour le moment, ne perds pas de vu qui tu es et restons confiant ! Comme toi, ces lieux m'effraient, mais je veille à ce que mon instinct ne prenne pas le pas sur la raison°


Entendre de telles paroles de son lié le rassurait. Sveargith était fort face à certaines situations et c'était une chance pour Peddyr de l'avoir à ses côtés à des moments pareils. La détermination retrouvée, il serra les dents et garda sa distance proche de sa tendre épouse... Jusqu'à ce qu'une étrange voix résonna presque des profondeurs du passé même de ces lieux

¤ Misérables pions, je vous salue... Soyez les bienvenus dans ce qui fut jadis le Màr des Glorieux mais l’inconvénient est que votre voyage s’arrête ici... Révélez-moi vos peurs... ¤

En même temps, les deux célestes et les deux neutres avaient posé le pied dans vaste salle... Sveargith gronda douloureusement à la vue d'un jeune dragonneau mort-né...Ils venaient d'apparaître dans la crypte oubliée. Peddyr sentit comme une sueur froide lui couler le long de ses omoplates... Déjà la voix désincarnée n'appelait pas à la paix... Mais en même temps, une drôle d'impression commençait à le saisir...Mal à l'aise, il posa une main sur la garde de son épée, tout en posant un regard écarquillé sur les portes entrebaîllés, avant de voir une silhouette prendre forme devant lui. Cette dernière terminait de prendre forme et commençait déjà à parler...

"Je t'avais dit que je reviendrai pour montrer qui tu es réellement. "

Peddyr fut presque stupéfait et effaré... Il se voyait lui-même. Un double au sourire mauvais lui faisait face...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:25

L’Empereur Noir sonda Persée d’un de ses regards intemporels, il ignorait comment l’héritière des Garaldhorf en était venue à se mettre dans une situation pareille et ne savait que penser de son appel à l‘aide. Même si la lignée du Roi de Fer n’était pas réputée pour sa…stabilité mentale, elle était aussi composée de personnages littéralement « possédés » par leurs convictions, qu’importe qu’elles tendent vers le Bien ou le Mal.

Il avait été témoin de ses élans d’affection - et le mot était faible - envers Zackheim de Galastden et en gardait encore une amertume bouillante au fond de la gorge. Pouvait-on faire confiance à une Chevalière si émotive, partagée entre l’amour d’un paria et l’indissociable devoir qui accompagnait son héritage ? Les yeux clairs de Persée ne s’étaient pas détournés de lui, malgré son trouble évident, malgré ce regard qu’il avait posé sur elle et savait lourd de muettes accusations

- Aide-moi, je t’en prie...

Ce fut alors comme une évidence… N’était-il pas lui-même lié à une demi-sang au caractère épidermique, constamment ballottée entre les méandres d’un amour indéfectible et d’une volonté à rassembler sa famille brisée ? Après tout, son association d’antan avec la Chevalière Bleue n’était surement pas due au hasard, ces deux là se ressemblaient… à n’en point douter. Mais alors qu’il se perdait en conjectures, une voix sépulcrale s’éleva du Tombeau, enserrant son esprit dans une poigne douloureuse.

¤ Misérables pions, je vous salue... Soyez les bienvenus dans ce qui fut jadis le Màr des Glorieux mais l’inconvénient est que votre voyage s’arrête ici... Révélez-moi vos peurs... ¤

L’empreinte de la créature révélait son appartenance au Chaos et au Néant. Draveÿn émit un grondement sourd alors que ses couperets glissaient doucement en dehors de leurs fourreaux. Cet endroit était décidemment un nid de vermine…une vermine dangereuse à l’origine de bien trop de maux. Il fallait en finir !
Reprenant forme humaine, il rejoignit la Céleste qui s’était précipitée dans les ruines, portée par les ailes du courage –ou de la peur, difficile de savoir- et abattit une main puissante sur son épaule pour la retenir.

- Attends un peu, jeune péronnelle ! Ne nous précipitons pas dans la gueule du loup, veux-tu ? Il ne put retenir un étrange sourire, songeant aux incalculables fois ou il avait tempéré sa Liée de la sorte. Ecoute moi, Persée Garaldhorf… De prime abord, je n’étais pas venu en ces lieux pour juguler la folie de tes parents, une quête bien plus personnelle m’amène ici…Mais nos intérêts pourraient bien se rejoindre… Son enveloppe bipède traduisit son appréhension d’aveu par un léger mordillement des lèvres L’aimé de Maëvann est atteint d’un Mal qui pourrait bien entraîner sa fin, un Mal qu’il à contracté ici, à Eru, alors qu’il tentait de sauver la Triade Obsidienne de la débâcle… Je suis venu chercher la source de cette Plaie pour la détruire Il marqua une pause pour s’assurer que l’Héritière assimilait bien ses propos, tant elle semblait hébétée par la situation Et je pense l’avoir trouvé. Le Spectre m’a prouvé l’Eveil prochain du Màr Argawaen et ni toi, ni moi ne le voulons…Je te suivrai donc dans ton combat, j’agirai non moins pour l’avenir du Rhaëg que pour l’amour de ma Liée et son bien-être, comprends-tu ?

Persée hocha la tête en silence et malgré la pâleur de son teint, une farouche détermination peignit ses traits.

- Très bien, allons-y sans plus tarder !

Ils s’élancèrent alors dans les couloirs sombres, vers la source du Mal qui semblait battre comme un cœur sinistre dans les tréfonds des ruines. Bientôt, le Dévoreur se matérialisa devant eux, silhouette décharnée parée d’un manteau de ténèbres dont les yeux flamboyants témoignaient de son avidité, de sa faim d’âmes terrorisées.
Une chape intemporelle les enserra et bientôt, Draveÿn sentit son souffle se faire court. Sa peau se fit moite de sueur, son cœur s’emballa alors que ses jambes se dérobaient sous lui…Qu’était donc cette faiblesse soudaine ? Pourquoi frissonnait-il, pétri de cette incontrôlable envie de fuir ? Était-ce ainsi que les bipèdes ressentaient la peur ?

Alors qu’il cherchait à se défaire de l’emprise invisible, maudissant la déficience de son enveloppe charnelle, les vagissements d’un nourrisson en pleurs lui parvinrent… Anticipant avec horreur ce qu’il allait voir, il tourna lentement la tête pour découvrir un tout petit garçon assis à même le sol, dont le visage poupin était sillonné de larmes et près de lui…

- ° Non …Non, ce n’est pas…C’est une illusion…°

Le corps inerte d’Istvan était allongé sur les dalles suintantes d’humidité, sa longue chevelure l’auréolant comme un linceul, le regard figé vers le ciel. La tête contre la poitrine immobile de son époux, Maëvann avait posé sur son visage blême un regard éteint, vide de toute flamme de vie…Si une imperceptible respiration n’avait pas soulevé ses épaules, l’Empereur Noir aurait juré que sa Liée n’était plus… Insensible aux pleurs de son fils, elle semblait vouloir rejoindre Istvan dans les Limbes, elle n’était plus qu’un corps sans âme.

- ° Maë…Maë…Non, ne fais pas ca, je t’en prie. Lucjan pleure ! Ne l’abandonne pas, ne… °

Et alors, il sentit, il réalisa…la déliquescence de sa propre âme, le Lien qui se brise…L’Absence …Les Absences si mordantes, comme un vide qui vous happe et vous engloutit en son sein de poix, à tout jamais. Son regard de bipède s’emplit de larmes qui ruisselèrent, incontrôlables, alors que la vision de son jeune frère Svarog se superposait à celle de sa Liée apathique, comme une surenchère de souffrance.

- ° Svar…Pardon, pardon mon frère…Je n’ai pas pu vous sauver…Me pardonnera-tu jamais ? …°

Et l’enfant abandonné pleurait, pleurait … Cette petite bouche qu’il avait vu autrefois souriante était grande ouverte sur des cris de détresse, des cris qui vrillaient le cœur du Dragon plus sûrement qu’aucune lame ne le ferait jamais…

- Assez…[size=32]Assez !! [/size]

De sa gorge monta un hurlement que nulle voix humaine ne pouvait produire. Dans une explosion de lumière aveuglante, Draveÿn se libéra de sa faible enveloppe charnelle, de cette malingre coquille qui le rendait si sensible aux cruelles illusions du Dévoreur. Son corps de para d’une puissante armure d’écailles, son esprit se gorgea de la Sagesse des Ages, de cette Force amassée par ses Ancêtres, des siècles durant et bientôt les visions s’estompèrent, se réduisant à de ridicules tentatives.
Les babines retroussées, les pointes du dos et les ailes frémissantes, l’Empereur Noir expira une dangereuse haleine soufrée en guise d’avertissement, ses pupilles reptiliennes contractées, dardées sur le Dévoreur.
De l’ergot qu’il avait à la pointe de l’aile, il cueillit une Persée tétanisée -par quelque vision d’horreur sans doute- et la plaça à l’abri entre ses pattes puissantes. Sa transformation n’avait pas été sans conséquence en cet endroit bien trop étroit : mis à mal par l’imposante stature du Dragon, par ses piques osseuses acérées, les murs se fissuraient de toutes part, laissant échapper craquements et poussières de mauvaise augure.

Draveÿn se prépara à lutter, priant pour que l’endroit tienne assez longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:25

Ayant été convoqué au Kaerl la veille, Ukhof n’avait fait que répondre machinalement à l’appel qui lui était lancé. Ses qualités guerrières avaient été mises en avant, mais il ne savait plus très bien si des mains meurtrières méritaient toujours qu’on leur accorde le moindre intérêt. Il avait cependant suivi, se retrouvant le lendemain matin sur le dos d’un dragon qui l’avait amené dans la demeure de deux Célestes, pour voir le groupe se compléter au fur et à mesure que les heures avançaient.

Arrivés sur les lieux, la tension était palpable. Mais la seule chose que Ukhof semblait remarquer, c’était l’importance des entités puissantes qui semblaient évoluer tout autour de lui. Il ne fut pas étonné par la proposition du Prêtre d’Hazkèl, plongé dans un curieux monde de brumes depuis son réveil. Un environnement cotonneux qui devint aussi désagréable que possible, lorsque lesdits souvenirs du Prêtre semblaient pénétrer dans sa tête. Les images défilaient dans sa tête sans qu’il puisse les analyser et encore moins les comprendre, tant et si bien que sa vue était brouillée, il était totalement coupé du monde.

Puis le silence. Le silence absolu, complété par la perte de sa vision, voilà dans quoi se trouvait Ukhof. Un environnement dépourvu de toute sensation, hormis celles produites par son esprit dans un vain essai de recoller à la réalité. Il pouvait se déplacer, du moins c’est ce qu’il pensait, sans pour autant avoir conscience d’un sol, ni même d’une gravité quelconque. Persuadé de crier, il ne pouvait s’entendre. Les vibrations de ses cordes vocales semblaient être atones, comme si tout média des ondes avait disparu. Une idée lui vint soudain à l’esprit…

Serait-ce le néant ?

De l’extérieur, ce n’était pas le néant, mais plutôt le chaos. Chacun semblait trop préoccupé par ses propres problèmes pour pouvoir s’attarder sur les autres. Ukhof était immobile, les yeux entièrement noirs, qui ne reflétaient rien, aucune lumière n’y miroitait. Ses muscles étaient cependant tendus, comme en proie à un combat contre une force invisible.

Si je parle on ne m’entend pas. Et je ne me rappelle pas avoir pénétré une pièce en ayant laissé les autres. Qu’est-ce qui est arrivé ? Ah ! Le prêtre !

Dans ce monde de silence, les souvenirs semblaient s’effacer au fur et à mesure ques les événements se déroulaient, à moins qu’on ne les retienne avec une grande volonté qui faisait parfois défaut. Comme les rêves dont on se souvient bien juste après le réveil mais qui laissent un trou béant dans notre mémoire si l’on divague ne serait-ce qu’un millième de seconde, Ukhof perdait tout ce qui le caractérisait : son passé s’effritait. Un effaceur malicieux en lieu et place des pouvoirs du maudit Prêtre. Sauf que les souvenirs de ce dernier n’apparaissaient pas non plus dans l’esprit d’Ukhof. Il devenait une coquille vide, dont l’histoire se résumait aux quelques secondes précédentes.

Alors que son combat pour se souvenir de son identité faisait rage, une voix se fit pressante. Premier son depuis sa naissance, il y a de cela quelques secondes.

¤ Misérables pions, je vous salue... Soyez les bienvenus dans ce qui fut jadis le Màr des Glorieux mais l’inconvénient est que votre voyage s’arrête ici... Révélez-moi vos peurs... ¤

Un avertissement et un commandement qui arrive après les effets… Ukhof se perdait. Une lame invisible s’enfonçait dans son cœur alors qu’il voyait l’ennemi sortant à peine l’épée du fourreau, voilà ce qu’Ukhof vivait.

Ses pas le portaient néanmoins de plus en plus proche du Dévoreur, qui semblait se délecter d’une énergie comme il en avait rarement connu de la part d’un faible mortel comme Ukhof, ni Chevalier ni Maitre. Alors que tout espoir semblait perdu, Ukhof réalisa que le sentiment de pénétration dans son cœur était toutefois une sensation, ce qui le ramenait de fait au monde réel. Il réalisait enfin l’évidence : il était tout simplement enfermé dans sa tête. Une évidence qui fut aussitôt assaillie par le Dévoreur, ce dernier profitant du réservoir de souvenirs d’Ukhof qu’on appelle la mémoire pour y puiser une expérience qui ferait choir l’esprit de sa proie.

Dans une logique tout aussi saugrenue que celle des rêves dans lesquels nos proches apparaissent et disparaissent de notre côté sans provoquer plus de dérangement que si un courant d’air venait de nous effleurer, Ukhof était à présent sur les Pics de Cendre, la main sur la jambe du Torhil qu’il s’apprêtait à tuer. Changement de lieu et de temps imperceptible pour Ukhof, qui ne tenait plus compte que de la situation actuelle, de son mouvement qu’il ne pouvait arrêter. Le poing se lançait en avant, tel un automatisme d’un geste maintes fois répété, pour finir dans la poitrine de son adversaire avec une salve d’énergie des arcanes. Le corps gisait à peine au sol, qu’il était déjà de retour en face d’Ukhof, répétant la scène encore et encore. Les secondes étaient des jours, les jours étaient des années, les années étaient des ères dans une répétition événementielle effrénée qu’Ukhof ne pouvait contrôler. Après ce qui semblait être un mois de meurtres ininterrompus, Ukhof semblait comprendre cette routine pour réaliser que ce n’était, une fois de plus, qu’une illusion.

Le désespoir eut tôt fait de reprendre le dessus quant il fut replongé dans un monde où il était dépourvu de tous ses sens, mais surtout du sens commun. Sa vie semblait s’étioler au galop, la mesure de son propre glas était battue par son rythme cardiaque, seul tempo qu’il lui était encore permis d’avoir conscience. N’en pouvant plus, c’est à ce moment que l’envie de se libérer submergea Ukhof, inversant ses actions dans une démence terrifiante : il fallait se sacrifier au mal. Pensée intéressante qui ne pourra jamais être consignée par son auteur, mais qui aurait pu être le début d’une piste pour vaincre un Dévoreur.

Se jetant spirituellement dans son assaillant, il pouvait y sentir tout son énergie et celle d’êtres précédemment engloutis, au cours des innombrables méfaits de cette créature déviante. C’est en entrant en contact avec toutes ces consciences qu’Ukhof découvrit une mer de puissance, qui était prête à se déchainer en un raz-de-marée divin, si tant est qu’on pouvait lui accorder le moyen de s’exprimer. Enchanté, ivre de pouvoir, c’est avec une joie non contenue qu’Ukhof accueillit ce déluge. Son visage arborait un large sourire, non pas terrifiant mais ouvert et simple comme un enfant, tandis que ses tatouages s’illuminaient. La magie surpuissante ne pouvant être contenue dans une enveloppe charnelle si fragile, elle perçait à travers ses tatouages en autant de veines luminescentes. La matière d’Ukhof disparaissait peu à peu, tandis que des crevasses béantes rayonnaient de milles feux là où, quelques instants auparavant, on pouvait encore distinguer le motif des tatouages.

N’étant à présent plus qu’énergie pure, Ukhof se dissipait dans l’atmosphère en une multitude d’explosions qui touchaient tous les sens des témoins, dans une façon propre à chacun. Le Dévoreur, touché par l’une de ses déflagrations, fut mis en fuite par ce développement énergétique inconnu, ses pouvoirs ne seraient cependant pas dissipés de sitôt. Les explosions diminuèrent en intensité mais augmentaient en fréquence, se rapprochant de plus en plus dans l’espace, pour ne finalement former qu’une sphère légèrement bleutée, animée d’un pâle rayonnement. C’était la fin d’Ukhof dans ce monde, en une dernière implosion discrète et lumineuse.

Pouf !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:25

« Hey ! Dragon Sikarh ! Je ne traverse pas les murs, moi ! »

La jeune Elfe fulminait, et son regard était si tranchant qu'on aurait pu le croire capable de transpercer la paroi qui lui faisait face, narquoise. Cinq minutes s'étaient écoulées depuis que le Spectre avait disparu, la laissant seule et furieuse. Cinq minutes dans ce couloir silencieux et obscur, c'étaient cinq minutes de trop. Elle s'apprêta à rebrousser chemin.

° Tu crois ? °

Nulle trace du Dragon, pourtant, elle était persuadée de l'avoir entendu. Avec exaspération, elle interrompit ses pas, se retournant face au mur, l'observant comme s'il était la dernière chose qu'elle aurait aimé voir sur Rhaëg.

« Quoi ? Vous pensez que je vais vous faire confiance, marcher jusqu'à cette cloison, puis me la prendre en pleine figure pour le simple et évident plaisir de vous divertir ? Je ne suis pas stupide. » fit Elyon avec mépris, les bras croisés.

° Si fait. Essaie donc, et tu verras que je suis le sage Dragon qui a raison, et toi la stupide bipède qui a tort. °

« Vous m'insultez ? » s'insurgea l'Elfe. « Cessez ce jeu. »

Un grondement du Blanc résonna dans son esprit, impatient et agacé.

° Sotte et bornée créature ! Ne m'oblige pas à prendre des mesures draconiennes ! °

L'Aspirante Ardente n'eut aucune réaction, engoncée dans sa fierté, incapable de se résoudre à obéir au saurien. Néanmoins, sa prudence lui dicta de laisser son orgueil de côté, et de s'exécuter sans faire tant de manières. Avec un soupir résigné, elle franchit la courte distance qui la séparait du mur de pierres, fermant les yeux, s'attendant à un choc désagréable. Mais rien ne vint. Quand elle ouvrit les yeux, la paroi se trouvait derrière elle, et devant elle, se trouvait la silhouette tremblotante et translucide du Spectre, qui arborait un air satisfait tout à fait exécrable.

° Encore une fois, la sagesse d'un Fils de Flarmya illumina l'esprit sombre et perdu d'un pauvre mortel, preuve de sa grande miséricorde. °

Si Elyon avait été moins bien éduquée, elle lui aurait probablement chaudement recommandé d'aller se faire voir en Enfer. Heureusement, l'héritière des de Penvellÿn pouvait se targuer d'un savoir-vivre et d'une courtoisie au-dessus des normes, et ce même lorsque ses nerfs étaient rudement mis à mal par un énergumène de la sorte.

° Suis-moi, maintenant. Et fais attention où tu mets les pieds. °

En effet, la seule source de lumière provenait désormais de la blanche couleur de Sikarh, et l'Ardente ne se sentait pas vraiment à son aise dans cette obscurité. Saisissant son courage et les pans de sa robe à deux mains, elle fit ce que lui demandait le Dragon, le laissant la guider dans les profondeurs tortueuses et labyrinthiques du Màr Dìnen. Il lui semblait entendre des chuchotements sur leur passage, et des courants d'air froid et humide venaient caresser ses bras nus, la couvrant de frissons. L'odeur enivrante de la peur, de la tristesse et de la folie la prenait désagréablement à la gorge. Même si elle avait l'assurance qu'aucune créature n'allait sortir de l'ombre pour la dévorer vive, elle ne parvenait pas à se détendre, se demandant avec angoisse où le Dragon la menait. Elle n'eut pas le temps de poser la question, stoppée au beau milieu de sa marche par une voix mielleuse, suintant des parois, résonnant sous son crâne et dans chaque parcelle de son corps.

¤ Misérables pions, je vous salue... Soyez les bienvenus dans ce qui fut jadis le Màr des Glorieux mais l’inconvénient est que votre voyage s’arrête ici... Révélez-moi vos peurs... ¤


« Sikarh... » commença l'Elfe d'une voix tremblante, espérant de toute son âme que ce n'était qu'un nouveau tour.

Mais le Dragon Blanc avait disparu. Paralysée par la terreur, l'Aspirante regarda autour d'elle, cherchant à percer l'obscurité. Ses yeux tombèrent alors sur une silhouette recroquevillée au sol, ses vêtements déchirés, couverte de sang séché. Elle la rejoignit, s'agenouillant près d'elle. Elle réalisa alors que la jeune femme pleurait, ses longs cheveux blancs maculés de crasse, se griffant le visage des mains.

« Violena. » laissa-t-elle échapper avec un sanglot, se penchant sur la Neishaane. « Oh, Violena, je t'en prie, réponds-moi. Pardonne-moi. Violena, ma si chère amie, ma sœur, pardonne-moi. »

Les yeux ambrés de la jeune fille accrochèrent ceux de l'Elfe, emplis de déception et de colère, et, même si ses lèvres restèrent scellées, ce fut comme un coup de poignard pour Elyon. Elle hoqueta, choquée et effrayée par ce qu'elle lisait dans le regard de son amie.

« Je t'en supplie... réponds-moi.
– Il n'y a rien à dire. Te parler, te voir, t'entendre, ne font pas partie de mes dernières volontés. Je te hais, princesse incongrue et sans gloire. Je te hais, comme je les hais tous. Tu te crois au-dessus d'eux, mais tu n'es que bassesse et vénalité, tromperie et perversion. Ton arrogance brille comme un flambeau sur le sommet de ton crâne, ton masque si parfait cache en vérité des chairs dévorées par la vermine, ton amour n'était qu'une couronne d'épines ceignant mon front. Je te hais. »

Sa voix grinçait, tranchait, claquait, blessait. Et Elyon sentait son cœur se déchirer un peu plus à chacune de ces impitoyables paroles, se repliant sur elle-même, pleurant, étourdie par la douleur.

« Violena... » supplia-t-elle.

Mais la Neishaane tourna la tête et ne dit plus rien, comme morte, ignorant les larmes étrangères qui coulaient sur son épaule et son cou.

« Laisse-la donc. Ne crois-tu pas que tu en as assez fait ? »

Surgi de nulle part, le Maître Bronze se tenait à distance respectable de son Aspirante, observant la scène avec une indifférence glaciale. Elyon redressa la tête, rougissante, honteuse qu'on ait pu l'apercevoir dans un état si pitoyable. Honteuse aussi d'avoir été percée à jour si rapidement. Elle tenta de sécher ses larmes, se relevant difficilement.

« Maître, je suis... »

Le Sang la coupa d'un geste de la main autoritaire.

« Plus un mot. Sache que ton comportement me déçoit énormément, Elyon. »

Celle-ci ouvrit la bouche, cherchant à se défendre, mais elle ne parvint à trouver aucune excuse valable. Elle se contenta de baisser les yeux.

« Tu me déçois tellement que je doute être capable de t'accepter plus longtemps à mes côtés. »

Toujours aucune expression sur son visage dur. Sa voix était lisse et froide comme une lame.

« Maître... » tenta Elyon, sentant une peur sans nom l'envahir, mais Eléderkan la coupa une nouvelle fois.

« Non. Tu n'as plus à m'appeler comme ça. Tu n'es plus mon Aspirante, Elyon Aranel de Penvellÿn, tu n'en es plus digne. »

Et sans un mot de plus, sans un regard, il disparut simplement. Restait Violena, immobile et parfaitement silencieuse. L'Elfe retomba à genoux, ses sanglots troublant le silence absolu et noir du Kaerl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:26

Crylith déambulait dans les dédales de l’ancienne cité du Mar maudit sans savoir où ses pas la dirigeaient, elle se contentait de suivre les paroles doucereuses et les chuchotements d’Ashara qui la conduisait vers une salle souterraine. Elle avait compris que cette salle renfermait quelque chose de précieux pour le spectre diaphane mais elle n’arrivait pas déterminer quoi.

L’air ambiant étirait maintenant son aura glacial sur les êtres vivants qui avaient pénétré en ce lieu qui aurait du rester interdit. Mais il y avait toujours des braves ou des imbéciles pour passer outre. Mais des puissances étaient également à l’œuvre qui avaient amenés toutes ses personnes ici à n’en point douter. Peut être qu’un des deux frères Garaldhorf avait libéré un mal enfoui mais peut être que c’était justement ce mal qui avait trouvé un moyen de s’échapper grâce à l’un d’eux. Peu importait, quelque chose de terrible se préparait et nul n’en ressortirait indemne.

Ashara avait attendu si longtemps de retrouver Zakyliss pourtant il lui fallait rester prudente, ne pas aller trop vite sinon elle risquait de réduire à néant la seule chance qu’elle avait de ne faire plus qu’un avec sa Liée. Elle avait erré tant de temps, à pleurer la perte de son améthyste mais à force des rumeurs avait fini par traverser sa carapace de tristesse pour qu’elle ouvre un œil nouveau sur la tragédie qui l’avait frappé. Elle avait certes ressenti le vide de l’absence, le néant lui avait arraché le cœur quand le Lien avec elle avait été rompu mais pourtant elle n’était point morte. En tout cas, tout comme elle, elle avait été détruite par les Dieux et condamnée à n’être qu’un spectre. La jeune femme hantait les couloirs des souterrains du Mar Argawaen tandis que la dragonne était toujours enfermée, inaccessible pour tous, même pour Ashara. Mais elles allaient bientôt se retrouver. Les rumeurs étaient fondées, la prophétie allait s’accomplir, l’ondine était là qui la conduirait à sa Liée et sa propre Liée l’y aiderait, car elle avait un lien avec l’œuf que Métherkan avait brisé et ce n’était pas anodin, elle en était certaine. Il avait été choisi, même si elle ne savait pas encore pourquoi.

Soudain un souffle glacial la fit frissonner. Pourtant elle n’était qu’un spectre, elle ne devrait pas ressentir cette sensation qui la paralysait presque sauf si…

¤ Misérables pions, je vous salue... Soyez les bienvenus dans ce qui fut jadis le Màr des Glorieux mais l’inconvénient est que votre voyage s’arrête ici... Révélez-moi vos peurs... ¤

L’ondine sursauta lorsque la voix s’éleva envahissant chaque espace. Elle ne pouvait plus bouger, elle était comme plombée, paralysée, incapable de faire le moindre mouvement ou ne serait-ce qu’avoir une pensée cohérente. Une langue glaçante s’insinuait dans toutes les parcelles de son corps cherchant dans son esprit quelque chose à briser et elle trouva. Sur le visage horrible de la créature, un sourire sadique s’épanouit. Des enfants, c’était si simple. Les parents étaient en principe les âmes les plus faciles à déchiqueter, la simple vue de la souffrance de leurs enfants suffisaient à les rendre fou de terreur et elle savait apprécier cette nourriture si particulière. Elle passait une langue immonde sur sa bouche sans lèvres. Ses yeux rougeoyaient tels deux rubis flamboyants. Tapie dans l’ombre personne ne pouvait la voir mais on l’entendait parfaitement bien et l’horreur s’était inscrite sur les traits de chacun.

Ce fut d’abord une sensation ténue qui envahit Crylith, celle d’un danger qui menaçait sa famille, un doute pernicieux s’insinuait dans son esprit jusqu’à ce qu’elle entende des pleurs. D’abord elle ne sut pas d’où cela provenait tellement le bruit était doux mais finalement elle réussit à localiser l’endroit d’où provenait les sanglots. Horrifiée, elle accourut vers Artica qui pleurait penchée sur les corps de deux bambins.

« Je suis désolée, je ne pouvais rien faire, il était trop fort… »

La pauvre femme continuait de s’excuser tout en débitant des propos incohérents et lorsqu’elle leva les yeux vers la personne qui avait posé sa main sur son épaule, un long cri déchira l’atmosphère, mais ce n’était pas celui de la mère anéantie par la perte de ses enfants, mais celui de la nourrice incapable d’affronter celle qui avait placé sa confiance en elle. Crylith elle était pétrifiée. Ses jambes se dérobèrent sous elle sans qu’elle ne puisse rien y faire et ses mains tremblantes s’approchèrent des deux corps inertes de ses jumeaux. Elle toucha enfin le front de Peidric qui était déjà atteint par la froideur de la mort. Un hoquet de souffrance lui broya les entrailles tandis que son autre main touchait à présent la joue blanchâtre de sa fille, glaciale elle aussi.

« C’est impossible… non ce n’est pas possible… je… »


Sa respiration était douloureuse, son cœur brisé et ses yeux fermés refusaient de voir les corps inertes de sa propre chair, du fruit de ses entrailles morts si jeunes.

Un rire tonitruant la fit sursauter et comme dans un rêve elle se releva et se tourna vers son auteur. La jeune femme fit face à un homme qu’elle aurait reconnu entre milles, un homme qu’elle n’avait plus vu depuis tant d’années mais dont elle ne pourrait jamais oublié les horreurs qu’il avait voulu perpétré au nom de la jalousie qu’elle lui inspirait.

« Malgré les années tu n’as pas changé Crylith. Comment se porte ma fille chérie ? »


Le visage dur, elle affronta le regard sombre de son père.

« C’est toi qui a fait ça ? Pourquoi ? »

Un long éclat de rire pervers lui répondit.

° N’écoute pas le Dévoreur Crylith, tout n’est qu’illusion, écoute ma voix, tu dois m’aider à retrouver Zakyliss. °

La voix d’abord lointaine, gagna en puissance à mesure que l’ondine se rendait compte des incohérences de ce qu’elle vivait. Pourtant elle n’était pas encore convaincue, elle avait touché ses enfants, sentit que la vie les avait abandonné.

° Non Crylith, il se nourrit de ta peur, et ôte ton énergie vitale, écoute moi, reviens vers moi, sors de ce cauchemar. °


° Oui mais comment ? Je n’ai pas rêvé, j’ai senti leurs petits corps gelés et raides… Pourquoi mon père les a-t-il tués, je ne… °


L’ondine était perdue, ses sens ne pouvaient la tromper à ce point, pourtant quelque chose clochait, elle le sentait, sa peur paralysait ses sens, mais son cœur lui criait d’écouter la voix, que Peidric et Azyalith étaient en sécurité loin d’ici avec Artica et que son père ne pouvait être là. Mais peut être que la voix avait tort, elle ne savait plus.

Ashara n’aimait décidément pas le Dévoreur, elle n’était qu’un spectre et il ne pouvait plus vraiment l’atteindre mais cela ne l’empêchait pas de le craindre. Cependant cette fois-ci il desservait ces desseins ce qui l’agaçait prodigieusement. Il fallait coute que coute que Crylith l’entende et la croit. Mais comment… Kyalith, oui il fallait qu'elle se serve de sa Liée pour lui faire entendre raison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:26

La grande main nerveuse de Draveÿn sous forme humanoïde la retint dans son élan et elle vacilla. Tout allait trop vite. Cet engrenage infernal la dépassait. Elle ne souhaitait qu’une chose : que ça s’arrête. Que ça cesse ! Que cela cesse pour de bon, maintenant ! Les mots de l’Empereur Noir lui parvinrent sans l’atteindre. Son précédent regard empli d’accusations qu’elle était bien en peine de nier, elle l’avait soutenu sans ciller, brave comme le lui avait montré sa mère au moment de sa mort. Les mêmes mots lui enserraient la gorge, alors qu’enfant elle pleurait devant un lit défait où gisait une femme rousse et blessée. Alors qu’elle pleurait seule dans sa chambre de ne point voir dans le regard de cet homme froid de la tendresse. Alors qu’elle pleurait parfois encore, cachée dans ses appartements, de se sentir si isolée, dernier vestige d’une famille détruite par un souvenir, sans avenir et dont le seul amour lui était interdit.

Faites que cela cesse ! Que ça cesse ! QUE CA CESSE !

Les mots avaient jaillis et elle ferma les yeux, tandis que le couloir retentissait d’un rugissement profond. Le froid qui l’avait envahie recula mais lorsqu’elle rouvrit les yeux, ce fut pour voir du sang. Partout, sur les dalles, les murs. Une fille sans visage s’éloignait, la main posée sur le flanc de Vraël qui évitait le regard de sa Liée. Tu n’es pas ma Liée. Une femme aux cheveux d’or rouge laissait son sang s’écouler sur le sol. Au-dessus d’elle, un grand homme elfique au visage dur comme la glace se pourfendait à son tour de son épée pour retomber sur le cadavre de la Fëalocë. Quant à ce jeune homme dans l’ombre, aux yeux verts rappelant les forêts sauvages d’Ys, il s’effaçait dans l’air, comme illusion. Plus rien que le noir. Une grande main de fumée balayait les images tant chérie pour ne laisser plus que du vide.

° NOOOOOOOON ! °

Le cri emplit la tête de Persée qui se rattrapa de justesse au flanc de Draveÿn. La voix salvatrice de Vraël l’appelait. Elle était là, enveloppant son esprit d’une aile pour dissiper la brume de peur qui l’aveuglait. A travers ses larmes, l’hybride sourit. Elle tourna son visage humide mais de nouveau éclairé par sa volonté vers le sombre dragon, un sourire franc et doux aux lèvres. Si elle devait mourir, qu’importe, elle mourrait en combattant et jamais seule. Et tous seraient sauvés. Dans un bref éclair, elle entrevit par les yeux de la Bleue le combat entre les trois dragons. Niedesh avait blessé Thémos au flanc mais les deux alliés de fortune faisaient front, luttant contre la marée montante de spectres attroupés près des ruines du temple. Le Kaerl Silencieux s’éveillait.

Arrachée du sol par une aile du dragon d’ébène, Persée se retrouva collée au poitrail écailleux. Mais elle n’avait que faire de protection ! La crypte était là, à quelques mètres devant eux, il suffisait de descendre cet escalier ! Et le froid recula. Comprenant à peine que tout danger était écarté dans l'immédiat, l’instant d’euphorie et de terreur passa et Persée retrouva son aplomb. Direction : la crypte !

~°~
Thémos aperçut le premier la marée de spectres qui sortaient de toutes part, s’élevant en volutes jusqu’à eux, comme affamés par la présence de vivants et l’imminence... de quelque chose. Le Bronze grogna en assenant un coup de pattes au museau de Niedesh que Vraël, plus petite et agile qu’eux deux essayait de mordre au cou. La Bleue eut tôt fait de repérer à son tour l’armée de fantômes et tressaillit. Elle échangea un regard affolé avec son lointain cousin. Le Brun se démenait pour échapper à leur emprise. Les trois dragons s’envolèrent d’un même essor. Les serres d’une Verte plus rapide lacérèrent la queue de Thémos qui rugit de douleur : le spectre avait voulu absorber l’étincelle de vie qui l’animait et son âme s’en trouvait ébranlée. Il fallait fuir et retrouver les autres. L’Interstice le sauva, priant pour que sa sœur Céleste le suive.

° Elyon Aranel ! Que fais-tu ici ? Non, oublie la question. Relève-toi ! C’est un ordre ! °


La pauvre Aspirante, il la sentait si déchirée, comme un arbre malmené, son esprit l’avait touchée alors qu’il cherchait son Lié. Sa présence avait été voulue ici, à elle de se montrer digne. La crypte n’était plus très loin. Le dragon réapparut dans la salle souterraine même et jaugea rapidement la situation d’un regard rougeâtre. Eléderkan et Métherkan se battaient toujours en duel, devant de gigantesques portes entrouvertes d’où s’échappait un râle étrange. Aux pieds des portes, un œuf brisé et ensanglanté lui valut un haut-le-cœur. Très vite, d’autres personnes apparurent et la plus formidable des parties d’échecs s’engagea.

[hide=Spoiler]
[Info : Dernière étape ! Sachez que Ukhof, avant de quitter le forum, s'est sacrifié avec l'aide du spectre du prêtre d'Haskèl pour porter un coup blessant au Dévoreur et le renvoyer dans sa tannière.
A partir d’ici, les PNJs se feront moins présents, vous êtes arrivés à destination : la crypte secrète. Un MP vous sera envoyé avec les dernières informations secrètes ^^ Dès maintenant, de vos actions totalement libres dépendent le sort du Màr Agarwaen et, peut-être du monde de Rhaëg \o/]
[/hide]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:27


Crinière blonde flottant dans son sillage, Persée s’était dégagée de son étreinte et s’approchait de l’entrée de la Crypte dans un mélange d’appréhension et de fébrilité. Les lancinantes visions s’étaient dispersées comme des vapeurs d’alcool, laissant flotter dans l’air le parfum acide et entêtant de leur sombre Magie.

Le Dévoreur avait abandonné le combat.

- ° Voilà qui n’est guère dans les manières de ces monstres…° songea l’Empereur Noir ° Les Spectres ou autres Âmes Maudites ne subsistent que pour partager leur détresse et leur rancœur avec les Vivants, qu’importe la manière. Il s’est passé quelque chose. °

Lui vint alors la sinistre pensée que le Spectre avait satisfait son appétit. Un des aventuriers s’était donc sacrifié pour les sauver… Mais qui ? Draveÿn sentit un frisson de mauvais augure dresser les pointes osseuses sur son dos. Crylith, Peddyr … Le Dragon pria la Sainte Mère pour leur survie. Il était venu en ces terres maudites pour soulager la souffrance de sa Liée, pour tenter l’impossible et sauver l’âme d’Istvan. Il était inconcevable qu’il regagne le chalet pour annoncer un décès à Maëvann.

Une fois de plus Persée ne lui laissa pas le temps de s’attarder en conjectures, l’ombre béante entre les lourdes portes de pierre l’avait déjà engloutie.

- ° Maudits soient les bipèdes et leur nature irréfléchie ! °

Le dais de la pénombre paraissait tangible. Lorsqu’il passa les portes à son tour, le Saurien sentit l’ombre glacée glisser sur ses écailles en une caresse presque suave, des murmures assaillirent son esprit, contant mille histoires de vie et de mort, mille rêves avortés. L’Âme du Mar Agarwaen, Tombeau de tout un Peuple, pleurait son sort.

- ° Ô, Âmes Perdues, pardonnez-nous de venir troubler votre sommeil. Nous entendons votre détresse et partageons vos larmes ° ânonna-t-il mentalement, à la manière d'une conjuration ° Ces bipèdes sont venus dans la seule intention d’obéir ou d’échapper à leur Destin. Aubiade del Cirth, Gardienne des Morts et des Maudits, laisse leur une chance de vivre cette épreuve, qu’ils en sortent victorieux ou condamnés °

En guise de réponse à sa prière, un rire diaphane résonna dans l’obscurité avant de mourir dans un soupir, semblable à une brise. Draveÿn grinça des dents. Comment connaître les réelles intentions des Spectres hantant le Mar Dinen ? Œuvraient-ils à leur perte, cherchaient-ils à les prévenir ? Voulaient-ils la résurrection de la Cité Maudite, dans toute son insolente grandeur, où sa chute dans les méandres de l’oubli ? Le Dragon déambula quelques instants encore, son instinct Saurien lui permettant de conserver notion du temps et de l’espace malgré la confusion insufflée par les incessantes plaintes des Âmes Errantes. Et soudain, son regard perçant capta les limites d’une vaste pièce ovale… Un cul-de-sac ?

- ° Persée ? Vraël ? °

Nul ne lui répondit. Résigné à laisser faire l’étrange magie à l’œuvre, Draveÿn entreprit de visiter l’endroit plus avant mais ses pattes restèrent résolument fixées au sol. Poussant un grognement de contrariété, l’Empereur Noir déploya ses ailes, tentant de se défaire de ses liens invisibles en s’arrachant à la gravité…mais il ne fit que brasser la poussière de la crypte et en lacérer le sol de ses couperets.

- ° Qu’est-ce que cela ? Encore un tour de passe-passe comme affectionnent les Esprits ?! ° tonna-t-il alors que ses yeux s’allumaient comme deux brasiers. ° Très bien, vous l’aurez voulu ! J’étais venu ici pour détruire le Mal qui ronge l’aimé de ma Liée… Mais j’en quêterai désormais la Source pour la sceller à tout jamais ! La Résurrection de cet endroit ne peut apporter que désespoir et malheurs aux Hommes… Vous n’empêcherez pas sa destruction ! °

Nouveau concert de rires, cascadant en déluge pour emplir la pièce.

¤ Non. Tu ne fera rien.¤

¤ Pas maintenant…¤

¤ Ce n’est pas ton rôle¤

¤ Ce n’est pas ta place ! ¤

Les pupilles sauriennes s’étrécirent sous l’effet de la colère, rendant la pénombre plus épaisse encore

- ° Qu’en savez-vous, Maudits ! Quel est le but de tout ceci ?! °

¤ Non, non … Pas de but. Seuls les Vivants servent une cause. Les Morts n’en ont pas ! ¤

Dans un crépitement soudain, les torches de la pièce s’embrasèrent, dévoilant des parois nues, humides et un sol pour le moins inattendu.

- ° Un damier ? °

Des ombres blanchâtres à l’apparence vaguement humaine formèrent une ronde autour de Draveÿn, leur sillage éthéré dessinant d’étranges et envoutantes volutes.

¤ Le Destin est comme un jeu d’échecs dont les Vivants sont les pions… ¤

¤ …certains mouvements sont prévisibles, calculés… ¤

¤ …d’autres ne sont que le fruit de hasards, de tâtonnements. ¤

- ° Quelle…est ma place dans tout ceci ? ° gronda Draveÿn, peinant sous la lourde chape magique l’entravant au sol.

¤ Le Gardien, tu es le Gardien ! ¤

¤ Tu dois protéger …¤

¤ …mais pas juger ! ¤

Songeant que c’est sur ces règles du « jeu » sibyllines, même pour un Dragon, qu’ allait se jouer la Destinée des aventuriers d’Eru, de sa Liée et à plus large spectre…de l’Humanité, Draveÿn tenta une fois de plus de se déplacer sur le damier, en vain. Les paroles de Maldera Sciethe lui revenaient en une lancinante litanie : Le Fou, le Guerrier, le Preux, la Solitaire, la Hantée, le Cupide… Tous allaient avoir un rôle à jouer sur cet Echiquier des Desseins. Ce n’était sans doute pas son tour, pas encore…

Alors, il s’assit en sphinx sur les dalles bicolores et attendit que la Destinée fasse son œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:27

Peddyr oublia presque la présence de Crylith non loin de lui. Dire qu'il l'avait accompagné pour venir à son aide en cas de soucis... Mais le Dévoreur arrivait à jouer de concert avec les esprits qu'il avait à sa portée. Et donc face à lui Peddyr avait ce double, qui se voulait plus souriant... Plus fier aussi et avec un regard à faire froid dans le dos... Une apparition qui était bien réel.

°NOn elle n'est pas réelle Peddyr ! Ce n'est que le produit de ton imagination, que la bête reproduit pour toi et se nourrir de ta peur, de cette crainte que tu as autrefois repoussé.°

Mais son lié ne l'écoutait pas, dardant son regard anxieux sur cet être qui n'avait été présent que dans ses souvenirs, dans ses rêves... qui avait cherché à prendre le pas sur sa personnalité. Il avait été jusqu'à tuer son propre frère, autant pour sauver la cité où il avait vécu jadis, autant pour se débarrasser de son autre soi... Un combat qu'il avait pensé mené à bien, pour ne plus à le subir. Tant d'années à se remettre en question; Tant d'années à chercher qui il était vraiment...

"Mais tu es toi, je suis toi aussi. Tu ne peux nier ta propre nature. "
"Je sais qui je suis, tu n'as pas besoin de tenter à me convaincre du contraire.
"Vraiment ? "


Peddyr sortit son épée, mais recula. Il tenta de contenir le tremblement de sa main en la resserrant sur la garde de son arme.

"Le doute t'assaille. Pourquoi penses-tu ne pas avoir été bien durant toutes ces années ? Parce que tu refusais d'accepter ta vraie nature."
"C'est faux !
"Je lis en toi, puisque je suis toi. On ne peut changer ce que nous sommes. Tu l'as cru et tu t'es égaré... Allons laisse-toi faire et accepte-moi"


Le double du maître brun se mit à avancer tout en ouvrant ses bras, comme le ferait un frère à un autre frère, dans une invitation parfaitement fraternelle... Le Dévoreur commençait à savourer la peur de ses proies. Peddyr ne l'entendait pas de cette oreille... Il luttait contre lui-même... Il leva son épée et son double se jeta sur lui, faisant de même... Les deux lames identiques se frappèrent et l'adversaire toisa le vrai Peddyr.

"Tu croyais m'être débarassé de moi quand tu as tué ton frère. Cela n'avait fait que m'affaiblir. Je suis revenu... Alors cesse te de battre et accepte moi. Ainsi tu en auras fini avec tes tourments. "

Et si cela était vrai ? Si son double avait attendu le bon moment pour revenir le hanter ? Comment pourrait-il le repousser encore après cet échec, qu'il avait cru être la fin de ses angoisses. Voilà qu'il revenait encore. Et ce serait encore et encore... Non ! Il ne pourrait pas le supporter !

"Oui, tu sembles comprendre cette fois que tu pourras jamais me défaire de toi. "
"Sauf que c'est sans compter sur ce que je suis réellement et que je le sais !"
"tu t'égares !"
"Non, je retrouve ma voie ! "


Peddyr décroisa son épée et la leva pour frapper son double surpris, qui reculait déjà en hurlant un cri de surprise, qui ne vient jamais... Il s'effaça en reculant, levant un bras comme pour se protéger... En même temps, le Dévoreur perdait de son emprise... Avant de comme... disparaître. Peddyr cligna des yeux en revenant à la réalité... Il remarqua qu'il se trouvait les pieds posés sur un dallage coloré. Le dévoreur avait dû le faire marcher dans ses illusions...Il remarqua la présence de l'empereur noir.

"Draveÿn ? "

Le dragon semblait attendre que quelque chose se fasse. Sveargith se retrouva à ses côtés un peu tremblant, mais prêt au cas où. Peddyr complètement perdu comprit qu'ils approchaient tous de l'ultime partie d'échec de la Destinée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   Dim 1 Sep 2013 - 10:27

Ce furent les vibrations mentales familières de la voix de Thémos qui tirèrent l'Elfe de son état second et qui la ramenèrent à la réalité – réalité cependant aussi froide et sombre que ses pensées. La silhouette pâle et inanimée de sa chère Neishaane avait disparu. Disparu aussi, le facétieux Spectre qui se voulait son guide. Il n'y avait plus qu'elle, perdue et tremblante, terrorisée, dans ce couloir sans lumière dont les parois murmuraient les souvenirs des Maudits et semblaient respirer, comme si les Spectres avaient été les prisonniers de la pierre. Elyon se releva péniblement, cherchant du regard une lueur, un repère. Quelle stupide idée d'accepter de suivre le Blanc Sikarh ! Quelle stupide idée d'accepter d'espionner son propre Maître ! Elle mourrait ici, là où personne ne la retrouverait jamais. Dévorée par ce Màr fantôme, elle deviendrait fantôme à son tour, se fondrait dans la pierre grise à son tour, serait condamnée à chuchoter ses regrets et à hurler sa folie pour l'Éternité, à son tour !

Des vagues échos de bataille lui parvinrent alors, le fracas du fer contre le fer. Elle sentit la peur la submerger un peu plus, sa vision se troubler. Allons ! S'il y avait eu un aller, il y avait forcément un retour ! Forte de cet argument qu'elle désirait imparable, elle entreprit de revenir sur ses pas, sa main suivant la paroi glaciale pour ne pas risquer de se perdre plus qu'elle ne l'était déjà – si toutefois cela était possible. La rumeur du duel paraissait s'éloigner, mais comment en être réellement sûr ? Le Màr prenait un malin plaisir à déformer, amplifier, multiplier les sons et tromper ainsi l'oreille, et ce quand bien même on était une Elfe.
Au bout d'un laps de temps indéfini – quelques secondes ? quelques minutes ? une heure ? – mais qui parut une éternité, Elyon buta contre un obstacle, hélas infranchissable : un mur. Un cri de détresse et de frustration lui échappa, et se répercuta à l'infini avant de se mêler aux murmures environnants. Le boyau dans lequel Sikarh l'avait menée n'admettait qu'une entrée, aucune sortie. Comment cela était-il réalisable ? L'Elfe n'en savait rien, et tant de magie et de phénomènes incompréhensibles la perturbaient plus qu'on ne saurait l'écrire.

Évanouie la peur, ce fut la panique qui la saisit quand elle crut voir des ombres plus noires que les ténèbres ramper près de ses pieds. Abandonnant toute tentative de raisonnement, elle s'élança à nouveau dans le couloir, poursuivie par elle ne savait quoi d'invisible. Elle se sentait ralentie, et se demanda si les ombres ne s'enroulaient pas autour de ses chevilles et de ses mollets pour tenter de lui faire perdre l'équilibre. Courir dans le noir, de plus sur un sol inégal, était une expérience qu'elle n'avait jamais réalisée, et, plusieurs fois, elle chuta, mais sa terreur était telle qu'elle se relevait aussitôt, sans se soucier ni de ses mains et de ses genoux écorchés, ni de ses voiles déchirés.

« Si l'on ne peut invoquer les Dieux dans ce lieu maudit, en qui ou en quoi suis-je supposée remettre mon âme et mon cœur ? » se lamenta-t-elle à haute voix, les poumons en feu et la respiration brûlante, tombée à genoux.

¤ ... En toi-même. C'est le Destin qui t'a envoyée, mais, une fois passées les portes de notre Màr, tu es toi-même ton propre Destin ... C'est ainsi. ¤

Les voix désincarnées venaient des pierres, du sol, de l'air ; c'était le Kaerl lui-même qui lui répondait, et cela ne lui apporta aucun réconfort. L'Elfe tourna la tête, sentit que les ombres se rapprochaient. La terreur la poussa une nouvelle fois à se relever et à s'enfoncer encore plus, fuir le danger intangible et se rapprocher de l'écho du combat.

Elle perçut alors une faible clarté, tout au bout, et accéléra le rythme de sa course. Elle se rua hors du tunnel, et déboucha enfin dans une crypte étrange, au milieu de personnages connus et moins connus. Il y avait là quelques un de ceux qui étaient rassemblés dehors. Qui étaient-ils, cela importait peu, car, au devant d'immenses portes à peine ouvertes, Eléderkan se battait avec le Vagabond. Par Flarmya, quel était ce cauchemar ? Son regard dériva jusqu'à l'œuf, brisé, qui gisait dans divers liquides, et son sang se glaça. Comment une telle ignominie... ?
En titubant, elle parvint à rejoindre le Bronze Thémos, les yeux hagards et la bouche bée. Un sentiment de culpabilité l'étreignit subitement, et elle ne put s'empêcher de bafouiller quelques mots, comme pour justifier sa présence, comme si elle avait été pour quelque chose dans les évènements qui se déroulaient à présent.

« Il m'avait juste parlé d'un trésor... Je ne savais rien. »

Elyon se mordit la lèvre, et eut un instant l'espoir insensé que la douleur la réveillerait. Vain espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets   

Revenir en haut Aller en bas
 
V1 - [RP-Quête] Le Tombeau des Secrets
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» tant que les secrets sont entre de bonnes mains [Sébastien]
» La vie a ses secrets! qui en connait le bout ? Néo-classique.
» Route nationale numéro 2 un tombeau à ciel ouvert
» ragots, secrets et retrouvailles [M., M-A., P-J.]
» Give All My Secrets Away ' Lily & Antigone

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lande d'Eru-
Sauter vers: