Le Deal du moment : -32%
-100€ sur le Kit 4 caméras de surveillance ...
Voir le deal
209.99 €

Partagez
 

 Confessions d'un Enfant du Roi de Fer

Aller en bas 
AuteurMessage
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 172
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitimeDim 1 Sep 2013 - 20:30



Conséquence ou origines des diverses malédictions qui s’abattent sur la lignée des Enfants du Roi de Fer, puisque ceux-ci entretiennent depuis des siècles des relations ambiguës et conflictuelles avec les puissances surnaturelles de ce monde, les Garaldhorf ont du mal à perpétuer leur sang. Leur Don est puissant et ils se basent sur un élitisme qui ne fait se reproduire que les plus forts. Autrement dit : les survivants. La plupart du temps de sang elfique même s'il y eut quelques incartades officieuses dans la lignée, la tradition veut que l'héritier porte l'épée ancestrale qui, selon la légende, remonterait jusqu'au premier descendant du Garald.

Une incroyable malchance semble poursuivre les descendants de Dye-Weren et, pourtant, la lignée perdure envers et contre tout. Les Garaldhorf sont des combattants de nature, de grands intellectuels curieux (en règle générale) et relativement élitistes (selon les époques). Leur devise : « La vérité vous rendra libre ». Leur emblème : un triton (mi-serpent mi-poisson) bleu cerné d’argent sur fond noir.

FONDATEURS

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Le-val10 & Confessions d'un Enfant du Roi de Fer The_la10 Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Celest10
" Le Roi de Fer " & " l'Orgueilleuse "

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Noir2


Dye-Weren (Valheru) dit le Roi de Fer, lié à l’Impératrice Noire Qadesh :
Son nom signifie Etoile Sauvage mais il fut très tôt surnommé le Garald (le Roi de Fer). Fils incestueux de jumeaux, né et lié très jeune au Màr Dìnen, grand voyageur et explorateur, maître de stratégie, souverain des Îles Perdues dans l'archipel d’Ys dont il fonde la capitale Nar’Lid dite la Perle des Océans. Maudit par le Vieux de la Mer (déité archaïque d'Ys) pour son arrogance. Disparu dans les Limbes en fuyant les Guerres du Chaos. Considéré comme un dieu par les habitants des Îles Perdues.

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Y4zk

Herenui (elfe) : Esclave favorite de Dye-Weren, dessina les armoiries du Garald pour son fils. Mère de l'unique progéniture du Valheru. Décédée d’une maladie rare et mortelle que même la magie ne put guérir.

Perséùs Garaldhorf (mi-elfe mi-Valheru) : Fils de Dye-Weren et Herenui.
Premier des Enfants du Roi de Fer, héritier puis souverain de Nar’Lid, père de nombreux bâtards dont beaucoup ne vivent pas très longtemps, essaye de suivre les volontés de son défunt père. Fondateur de la lignée des Garaldhorf. La monarchie de Nar’Lid s’écroule avec sa vieillesse, le système politique devient peu à peu oligarchique, tout en honorant la mémoire de Dye-Weren et de ses enfants. Mort naturelle à un âge très avancé.


Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Divider-3f31423

Shorën Garaldhorf (elfe ?) : Fils de Perséùs et d’une esclave Sans-Don inconnue.
Doté d'un pied droit malformé qui le fait boiter, archiviste en chef de Nar’Lid, un peu forban, comprend vite que son père n’en a rien à faire de lui et ne compte pas le nommer héritier, décide de quitter Ys pour gagner Tol Orëa. Fait prisonnier alors qu’il rôde près des tours de guets du Quatrième Màr, fait démonstration de son savoir, gagne petit à petit les faveurs de l’actuelle Dame du Kaerl. Échoue quatre fois à l’Empreinte (Don trop faible). Mort naturelle.

Koridwen Garaldhorf (elfe) : Fils de Shören et d'une Sans-Don inconnue, frère de Jedrek.
Échoua deux fois à l'Empreinte (Don trop faible). Perdit l'esprit au cours d'un rituel magique en espérant développer son Don. S'est suicidé de honte.
Aucune descendance.

Jedrek Garaldhorf (elfe), lié au Brun Saros : Fils de Shorën et d'une Sans-Don inconnue, frère de Koridwen.
Fut nommé Intendant du Kaerl après avoir passé des années à chasser les rats dans les greniers et à veiller sur les stocks de grain, loyal et sournois. A longtemps été accusé de tricherie avec le lien offert par Flarmya car ressentait à peine les émotions des dragons avant son Empreinte. Mort naturelle.

Antiope Garaldhorf (elfe), liée au Blanc Akari : Fille de Jedrek et d'une Maîtresse Dragon inconnue, sœur d'Aruméri.
Entretient une relation fusionnelle avec celle-ci, en tant que bras armé du duo. Féroce combattante, maître d'armes respecté et redouté, dépourvue d'humour, cachant une grande intelligence sous des airs rustres. Garde du corps d'Aruméri, insensible et immunisée contre toute magie. Morte au combat.

Aruméri Garaldhorf (elfe), liée à la Verte Linnë : Fille de Jedrek et d'une Maîtresse Dragon inconnue, sœur d'Antiope.
Entretient une relation fusionnelle avec celle-ci, en tant que cerveau du duo. Herboriste, archiviste, adepte de toutes les expériences pourvu que cela serve la science. Capable d'user de magie par réflexe en situation de danger mais ne contrôlera jamais son pouvoir. Morte par accident suite à une surdose d'utilisation de son pouvoir.

Shyrin Garaldhorf (elfe), liée à la Reine Améthyste Seleneith : Fille d'Antiope et du Maître Brun Alaric Lòkë (sans allégeance à un Kaerl).
Née à la suite d'une erreur de jeunesse puisque sa mère la reniera toujours en public jusqu'à ce qu'elle se lie à une future reine. Femme accomplie à l'épée comme à la plume, rédigea des chroniques pour les archives du Kaerl. Amante de son cousin Therendul dans ses jeunes années. Mariée par intérêt au mage Selwyn Walörinn (Maître de l'Empereur Noir Arkuban). Fut Dame du Màr durant dix ans de règne prospère, avant d'être détrônée par plus puissant qu'elle. Mort naturelle.

Sylwanin Walörinn née Garaldhorf (elfe), liée à la Bleue sauvage Nephtyri : Fille de Shyrin et du prince consort du Màr Selwyn Walörinn, demi-sœur d'Aethel.
Guerrière farouche et intrépide, féroce chasseresse, cumulant les amants et les amantes, sujet de divers scandales au Kaerl. Dotée d'un don magique inconnu mais redouté. Très pieuse, en particulier envers Flarmya et Mystra. Morte au combat.
Aucune descendance (stérile).

Aethel Walörinn né Garaldhorf (mi elfe mi humain), lié au Brun Baâl : Fils de Shyrin et du mage Selwyn Walörinn (officiellement), géniteur Sans-Don inconnu (officieusement), demi-frère de Sylwanin.
Mage aux multiples personnalités, orfèvre renommé qui enchantait ses plus belles œuvres, se voyait comme un artiste incompris. Accusé du meurtre de plusieurs chevaliers-dragons à cause de ses lubies artistiques et exécuté en place publique.
Aucune descendance.

Therendul Garaldhorf (elfe), lié à la Bleue Iobie : Fils d'Aruméri et d'un Sans-Don inconnu, demi-frère d'Ivar.
Prêtre de Kaziel, muet de naissance, puissant télépathe, praticien de l'oclumancie, amant de sa cousine Rhiannon dans ses jeunes années. Brigua pendant des années le poste de maître de magie du Kaerl ; sans succès. Sa dragonne était clouée au sol suite à une blessure handicapante aux ailes. Mort empoisonné par un rival.

Ivar Garaldhorf (elfe), lié au Bronze Kerle : Fils d'Aruméri et d'un Maître Dragon inconnu, demi-frère de Therendul.
Aventurier épris de liberté, hédoniste libertin, souvent jugé trop peu ambitieux et bien "trop pacifiste" pour être un bon membre de l'Ordre. S'enfuit très tôt du Kaerl, dès que son dragon put le transporter sans risques et disparut aux confins de Rhaëg.
Sort inconnu.

Kilarah Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Bleue Sabh : Fille de Therendul et de la Maîtresse Noire Ylva Lòkë, sœur et rivale de Danika.
Altière dame sans beauté comparée à sa sœur, intègre, réfléchie, féroce combattante. A voulu retrouver ses racines en faisant des recherches sur sa famille, fut la première à arborer le nom de Perséùs dans sa titulature pour honorer ses ancêtres. Épousa Eoghan de Dwelmer (Maître Brun), l'amour de jeunesse autant de Kilarah que de Danika. Morte assassinée par sa sœur Danika.

Danika Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Blanche Jïya : Fille de Therendul et de la Maîtresse Noire Ylva Lòkë, sœur et rivale de Kilarah.
Belle dame courtisée par nombre de prétendants, usa de ses charmes pour gagner en influence et s'assurer une position stable loin des tumultes de la politique, très douée en chant et en musique. Épousa Hadhul Vaorth (Maître Blanc) pour mieux le manipuler et diriger sa maison à sa place. Copia sa sœur en arborant à son tour le nom de son ancêtre dans sa titulature. Morte assassinée par sa sœur Kilarah.

Istella Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Verte Eiréné : Fille de Kilarah et d'Eoghan de Dwelmer.
De santé fragile, faible d'esprit, capturée par le Màr Menel, torturée psychologiquement et utilisée comme espionne dans son propre Kaerl. Tuée par sa dragonne lorsque celle-ci reprit ses esprits et empêcha sa Liée de commettre l'irréparable lors d'un attentat, pour mourir dans l'honneur.

Tavion Perséùs Garaldhorf (mi-elfe mi-torhil(le)), lié(e) au Noir Eigyar : Fille de Danika et d'Hadhul Vaorth.
Fut élevée comme un garçon dès sa naissance car sa mère déçue aurait voulu un fils pour la protéger, féroce gladiatrice qui ne trouvait la paix qu'en versant le sang dans les arènes, prêtresse d'Haskèl. Morte au combat.

Cyn Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Bleue Skylar : Fille d'Istella et d'un Sans-Don de Lòmëanor.
Jolie dame sage et mesurée, archiviste, prêtresse de Gaïa, éleveuse de lézards de feu, pupille du Seigneur du Kaerl après la mort de sa mère. Aima d'un amour fou et impossible son cousin Valerian. Fut mariée de force au respectable et loyal Jaehorond d'Orl lié du Bronze Oherim, un proche du Seigneur et de sa famille. Morte de chagrin au fil des années.

Valerian Perséùs Garaldhorf (elfe avec une pointe de sang torhil), lié au Bronze Shui-Khan : Fils de Tavion et d'un géniteur inconnu (suite à une aventure d'un soir).
Mage et explorateur, aventurier qui aimait particulièrement relever des défis, grand guerrier et stratège. Aima d'un amour fou et impossible sa cousine Cyn, tenta de l'enlever et de s'enfuir avec elle. Fédéra des partisans autour de lui dans l'optique d'un coup d'état pour devenir le nouveau Seigneur. Accusé d'être un profanateur et un blasphémateur. Mort exécuté.

Syric Perséùs d'Orl né Garaldhorf (elfe), lié au Brun Tarod : Fils de Cyn et de son époux Jaehorond d'Orl (officiellement), soupçonné d'être l'enfant de Valerian Garaldhorf.
Scientifique reconnu, mélancolique musicien et poète, combattant honorable qui gagna les faveurs de la fille du Seigneur, Laëth d'Esgara (Maîtresse Améthyste) et participa même à quelques Vols Nuptiaux. Rendit le nom des Garaldhorf à ses enfants. Mort naturelle.

Sekhti Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à l'Empereur Noir Phrùr : Fille de Syric et de Laëth d'Esgara, sœur jumelle de Xanaho, demi-sœur de Victarion et Kalevi.
Maître-Espion du Kaerl, sournoise et insoumise, a entretenu une liaison avec sa jumelle Xanaho avec laquelle elle était très fusionnelle. Morte assassinée par des espions et des tortionnaires du Màr Tàralöm au cours d'une mission.
Aucune descendance.

Xanaho Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Reine Améthyste Lamashtu : Fille de Syric et de Laëth d'Esgara, sœur jumelle de Sekhti, demi-sœur de Victarion et de Kalevi.
Soi-disant folle, grande magicienne et fervente croyante en les dieux, prêtresse déchue de son titre suite à quelques ébats dans les lieux de culte, dame crainte et respectée, liée à une reine glorifiée par ses nombreuses couvées offertes au Màr. Croyait que Seleneith était la réincarnation de sa défunte jumelle et a entretenu des relations charnelles ambiguës avec la dragonne sous forme humanoïde. Morte d’une overdose de drogues, censées lui inspirer des visions divines extatiques, dans son lit.

Victarion Perséùs Garaldhorf (mi-elfe mi-ondin), lié au Brun Dagnir : Fils de Syric et d'une Sans-Don inconnue, demi-frère de Xanaho, de Kalevi et de Sekhti.
Malheureux dans ses amours et ses combats, connu pour être le pire stratège du Kaerl après avoir été destitué de son poste au Conseil, a recueillis tous les sales petits secrets de tout le monde durant cette époque. Obsédé par l'idée de la vie éternelle. Mort accidentelle par ingestion de mercure en grande quantité.
Aucune descendance.

Kalevi Perséùs Garaldhorf (elfe), lié au Bronze Agian : Fils de Syric et d'une Maîtresse Dragon inconnue (bien que soupçonnée d'être originaire du Màr Tàralöm), demi-frère de Xanaho, de Victarion et de Sekhti.
Perdit son œil gauche dans une bataille contre le Màr Tàralöm, guerrier taciturne qui voyait les âmes des morts tués au combat, sombre et solitaire, prêtre de Flarmya. Mort au combat.

Lysandre Ier Perséùs Garaldhorf (elfe), lié au Blanc sauvage Zelanthyr : Fils de Xanaho et de Kalevi (suite à un Vol Nuptial).
Redoutable stratège, philosophe, frappé de cécité dans sa jeunesse et condamné à voir par les yeux de son dragon, dirige la famille Garaldhorf jusqu’à l’élever au rang de noblesse indispensable et respectée du Kaerl. Marié par intérêt à la Maîtresse Verte Kiani Xeng-Jia, bien qu'il conserve plusieurs concubines. Engendre beaucoup d’enfants qu'il regarde s’entre-tuer jusqu’à ne laisser qu’Iriana, sa fille préférée. Mort au combat.

Cassandre Xanaho Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Verte Peiru : Fille de Lysandre Ier et d'une Maîtresse-Dragon inconnue, demi-sœur de Callaan, d'Iskandar, de Nara et d'Iriana.
Fut toujours jalouse d'Iriana, a longtemps cherché le secret de l'immortalité et le pouvoir de communiquer avec les anciens Valherus. Morte assassinée de la main de son demi-frère Callaan.
Aucune descendance.

Iriana Xanaho Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Bleue Merseryar : Fille de Lysandre Ier et de Kiani Xeng-Jia, sœur de Nara, demi-sœur de Cassandre, de Callaan et d'Iskandar.
Refusa toujours de prendre le nom de son époux Dunrèd Theowyn d’Aryakar lié au Brun Vhaduil (mariage arrangé entre deux grandes familles), érudite et savante en magie, grande praticienne de l’oclumancie, maître sévère mais respecté. Conseillère du dernier Seigneur régnant du Màr Agarwaen. Pousse son dernier fils encore en vie, Beltirà, à quitter l’Ordre après le blasphème des Prêtres de Flarmya et lui donne un œuf volé de la dernière couvée de reine. Maudite lors de l’effondrement de son Kaerl.
Fiche ici clic !

Callaan Perséùs Garaldhorf (mi-elfe mi-humain), lié au Brun Eipenh : Fils de Lysandre Ier et d'une Maîtresse Dragon inconnue, demi-frère d'Iriana, de Cassandre, de Nara et d'Iskandar.
Homme de lettres et d'arts, ménestrel itinérant, fut un sujet de moquerie au Kaerl à cause de son Empreinte mineure, assassina Cassandre suite à un contrat mis sur la tête de sa demi-sœur. Maudit lors de l'effondrement du Kaerl.

Nara Perséïa Garaldhorf (elfe), liée à la Reine Dorée Héméra : Fille de Lysandre Ier et de Kiani Xeng-Jia, sœur d'Iriana, demi-sœur de Cassandre, de Callaan et d'Iskandar.
Mage spécialiste dans les enchantements, excellente chasseresse et combattante, exilée à la suite de trois échecs à l'Empreinte et son refus d'épouser Callaan. Trouva refuge au Màr Menel suite à diverses épreuves. Se lia à une future reine, ce qui l'intégra définitivement dans son nouveau foyer. Épousa un membre éminent de la Maison Amberle mais mourut en couches en donnant naissance à un mort-né. Des rumeurs auraient circulé sur le fait qu'elle aurait été maudite par sa famille avant son départ (d'où sa mort). Existence infamante rayée des registres.
Aucune descendance.

Iskandar Perséùs Garaldhorf (elfe), lié à la Verte Yokkyû : Fils de Lysandre Ier et d'une Sans-Don inconnue, demi-frère d'Iriana, de Cassandre, de Callaan et de Nara.
Diplomate reconnu, ambassadeur du Kaerl bien que soupçonné d'avoir noué des alliances contre-nature avec des membres du Màr Luimë. Herboriste et spécialiste en poisons, doté d'un léger don de guérison. Moqué à cause de son Empreinte avec une femelle, souvent violenté par sa fratrie. Disparu mystérieusement.
Sort inconnu.

Lysandre II Perséùs Garaldhorf (elfe), lié au Noir Seigi : Fils aîné d'Iriana et de Dunrèd Theowyn d'Aryakar, frère de Beltirà et demi-frère d'Arionne.
Héritier de la lignée choyé par sa mère. Intègre, loyal, sévère et redoutable dans ses paroles comme dans ses actes. Juge et mage, candidat au poste de Second du Kaerl. Tué par accident suite à un duel avec son frère Beltirà.
Aucune descendance.

Wil Callaan Garaldhorf (elfe), lié au Bronze El'Wyrm : Fils de Callaan et d'une Sans-Don inconnue.
Poète très aimé du Kaerl, adepte des jeux sanglants dans les arènes de combat, fameux gladiateur dans sa jeunesse. Dévasté par la folie et le chagrin suite à la mort de son dragon, qu'il a veillé durant toute son agonie suite à une longue maladie inconnue. Se suicide en se jetant d'une falaise suite à plusieurs années de désespoir.
Aucune descendance.

Arionne Cassandre Garaldhorf (mi-elfe mi-neishaane) : Fille d'Iriana et d'un Maître-Dragon inconnu, demi-sœur de Beltirà et de Lysandre II.
Ne développa jamais le Don, fille adoptive d'Iriana (officiellement) mais longtemps suspectée d'être une bâtarde, prêtresse de Flarmya, juge sage dans les conflits, adepte des jeux sanglants dans les arènes de combat. Aima d'un amour éperdu et non réciproque son cousin Wil. Maudite lors de l'effondrement du Kaerl.
Aucune descendance.

Beltirà Perséùs Garaldhorf (elfe), lié au Bronze Al’Zoreth : Second fils d’Iriana et de Dunrèd Theowyn d’Aryakar, demi-frère d'Arionne.
Héritier de la lignée après qu’il ait tué son frère aîné Lysandre II par accident, parieur invétéré et guerrier, pauvre en stratégie, hédoniste, tyrannisé par sa mère. Poussé à fuir par celle-ci avant que la seconde malédiction ne tombe sur le Màr, se réfugie en Ys dans les Îles Perdues de ses ancêtres, y voit sa première femme et son fils être emportés par la fièvre des marais. Il est l’un des Neuf Survivants de la légende. Mort empoisonné par sa fille Paro.
Fiche ici clic !

Paro Iriana Garaldhorf (elfe) : Fille de Beltirà Garaldhorf et de sa seconde épouse Rheïane (une elfe insulaire).
Voit son père comme un lâche et un inutile profiteur tout en l’admirant pour avoir pu se lier à un dragon, n’a elle-même jamais développé le Don. Spécialisée en herboristerie et en posologie, maître en poisons de toutes sortes. Assassine son père et son époux sitôt ses deux enfants nés, en espérant regagner un jour Tol Orëa et se venger des trois Kaerls encore debout (les accusant de n'avoir pas aidé le Màr Maudit). Mort naturelle.

... Absence de données enregistrées...

Kidrash Perséùs Garaldhorf (elfe), lié à la Noire Dene’Lyth : Fils de Llewella et d’Heska (un elfe insulaire), frère aîné d’Alrike, époux de Yéhénara (une elfe insulaire, premier mariage d’amour dans la famille depuis longtemps), père d’Eléderkan et Métherkan.
Vit simplement dans un hameau des Îles Perdues, se lie avec la petite dragonne dont l’œuf volé dormait au chaud dans la cheminée depuis des siècles. Pêcheur et philosophe. Mort de la fièvre des marais.

Alrike Perséïa El’alamérë née Garaldhorf (elfe), liée à la Verte Jaldh : Fille de Llewella et d’Heska, sœur cadette de Kidrash.
Fuit la maison familiale suite à de nombreux désaccords avec sa mère, regagne Tol Orëa et se lie au Màr Menel, amie et amante d’Ehsan de Galastden (lié au Noir Arawn), grande guerrière. Morte assassinée de la main d’Ehsan au début de la Grande Guerre des Ordres, sur un champ de bataille, suite à la découverte de ses origines maudites.
Fiche ici clic !


LES VIVANTS


Sàga (elfe avec un quart de sang ondin), liée à la Bleue Ashura : Dernière descendante d'Ivar Garaldhorf. Chamane de Nar'Lid pour le compte de la Confrérie du Havre des Tempêtes, dans les Îles Perdues d'Ys.
Fille d'un pirate de la Confrérie et d'une marchande itinérante du Ssyl'Shar, élevée par son oncle Hector le pêcheur. Asservie et violentée par des pirates nordiques durant son enfance avant d'être rapatriée à Nar'Lid, où elle devient l'apprentie de l'ancien chaman de la Confrérie. Voit éclore pour elle un œuf sauvage que l'on croyait fossilisé. Possède une étrange magie liée aux rêves et aux esprits.
Fiche ici clic !

Eléderkan Kidrash Perséùs Garaldhorf (elfe), lié au Bronze Thémos : Premier fils de Kidrash et Yéhénara.
Quitte le domicile familial pour tenir une promesse faite à son père, devient pirate pendant une dizaine d’années parmi la Confrérie du Havre des Tempêtes en Ys, puis se lie au Màr Tàralöm, s’illustre au cours de la Grande Guerre des Ordres. Maudit par le Vieux de la Mer (à l’instar de son ancêtre Valheru) pour ses erreurs de jugement, contraint de tuer son amante sans-don Ismira Drak, père de la bâtarde Persée-Morian. Membre du Concile des Sangs en tant qu’Inquisiteur Suprême.
Fiche ici clic !

Métherkan Lysandre Garaldhorf (elfe), lié au Brun Niedesh : Second fils de Kidrash et Yéhénara.
Fut toujours jaloux de son frère, rêve de voir le Màr de leurs ancêtres revenir à la vie au temps de sa gloire, voit sa mère sombrer dans la mélancolie, s’expatrie au Màr Luimë dans l’espoir de guérir de sa folie latente mais est chassé pour ses idées déviantes et divers scandales politico-religieux. Trouve refuge dans les ruines du Kaerl Maudit avec son dragon et rumine sa vengeance envers le monde entier.
Aucune descendance (à l'heure actuelle).
Fiche ici clic !

Persée-Morian (Drak) Garaldhorf (mi-elfe mi-fëalocë), liée à la Bleue Vraël : Fille unique d’Eléderkan Garaldhorf et d’Ismira Drak.
Dernière héritière de la lignée aristocratique, porteuse de l’épée ancestrale, née à Lòmëanor et liée au Màr Menel, Ancalikon de toutes les armées. Dite la Sans-Destin car porteuse de la marque de l’Oracle, le Dragon Primordial, à cause du sacrifice de sa mère pour lui donner la vie. Dotée d’un puissant pouvoir d’empathie depuis sa naissance (hérité de sa mère et de l’influence de l’Oracle). Amante de l’ancien Seigneur du Kaerl, Zackheim de Galastden lié du Brun Sarevok. Actuellement en exil.
Fiche ici clic !



Nar'Lid & le Royaume Perdu d'Ys
" Entre ciel et mer, patrie des affranchis du monde. "


Les Îles Perdues d’Ys, aussi appelées le Havre des Tempêtes, sont une infime partie de l’archipel. Dans sa portion la plus tropicale et la plus inaccessible, de petites îles cohabitent dans la brume, abritant quelques villages de pêcheurs aisément oubliables. Nombre de légendes et de superstitions survivent dans ces eaux, de même qu’une faune et flore parfois étrange. Par leur absence d’intérêt depuis des siècles chez les cartographes et leur topographie assez instable, il est particulièrement difficile de naviguer dans ces eaux sans craindre d’y perdre son chemin. Ce qui en fait le repaire parfait pour une société alternative.

Nul ne connaît la réelle fondation de la Confrérie du Havre des Tempêtes – faute d’archives ou de personnes assez âgées pour s’en souvenir. On connaît en revanche très bien la légende à l’origine du peuplement relativement prospère des Îles Perdues. Lorsque le Valheru Dye-Weren jeta son dévolu sur ce bout de terre dans son écrin aquatique, il eut pour caprice d’y fonder sa propre cité, ne ressemblant aucunement à un Kaerl comme certains de ses pairs aimaient en essaimer à travers le monde. Ce lieu deviendrait son refuge, son havre de paix, illuminé de multiples cultures et loin du regard des autres Valherus. Un lieu dont il serait le roi incontestable et l’immortel bienfaiteur. Un jouet pour un dieu. A la disparition de son illustre fondateur, sa lignée bâtarde prit le relais dans l’intention de faire perdurer ce rêve. Le premier prince et fils direct de Dye-Weren, nommé Perséùs dit l’Enfant du Roi de Fer, dirigea la cité baptisée Nar’Lid, la perle des océans et le cœur du Havre des Tempêtes, jusqu’à sa mort, avant de passer le flambeau à ses propres descendants. La querelle persistant entre la progéniture du Valheru pendant plusieurs décennies, il convint de créer un conseil, neutre, qui assurerait la gérance en attendant l’arrivée d’un héritier digne de reprendre le trône. Avec le temps, la tradition s’abîma et le nouvellement nommé Conseil des Sept devint le maître incontesté de Nar’Lid et de son petit archipel.

Le Conseil des Sept est composé de sept magistrats, issus de tous les milieux sociaux et comporte autant des hommes que des femmes, de toute race possible. Assis autour d’une large table ronde, ils sont sur un pied d’égalité, sans roi ni prince à qui jurer allégeance et font le serment de défendre la population et les intérêts de la cité. Ils créèrent la Confrérie du Havre des Tempêtes, réunissant pirates et négociants au sein d’une même organisation, régie par la loi du libre commerce. Cette Confrérie a également pour tâche d’assurer la défense militaire des Îles Perdues en cas de besoin. Chaque capitaine de vaisseau y appartenant doit allégeance au Conseil des Sept et respecter ce serment sous peine de mort. En échange, il bénéficie d’un laisser-passer pour accéder à Nar’Lid et tous ses services, incluant la possession de terres, la revente de ses marchandises et le droit à être défendu devant un tribunal exclusif du Conseil des Sept.

La Confrérie possède à ce jour des accords commerciaux avec plusieurs ports de commerce et comptoirs sur les rivages d’autres continents, pour mieux faire transiter biens et informations mais aussi pour ravitailler les Îles Perdues d’Ys. Durant ces échanges avec l’extérieur, les membres de la Confrérie ne peuvent pas se faire les ambassadeurs du Conseil des Sept ni ramener n’importe qui jusqu’à Nar’Lid sans l’aval du Conseil des Sept. Quelques exceptions ont été faites par le passé, notamment avec le Maître Bronze Eléderkan Garaldhorf, descendant du Valheru fondateur à qui on a octroyé un droit de passage immuable, sans pourtant lui offrir le trône. La tradition ne ressuscita pas avec le retour d’un Seigneur Dragon, car celui-ci déclina officiellement le trône. A ce jour, les dragons font partie du folklore courant mais rares sont les élus qui ont eu la chance – ou la malchance – d’en apercevoir au sein des Îles Perdues. Le plus grand secret les entoure, ainsi que leurs chevaucheurs, tout comme Nar’Lid souhaite demeurer indépendante vis-à-vis des autres nations.


Dernière édition par Persée Garaldhorf le Dim 5 Sep 2021 - 11:30, édité 28 fois
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 172
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Re: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitimeMar 19 Fév 2019 - 13:26

Les Parjures
Celui qui fuit la lande maudite de ses ancêtres


Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Beltir-zephyrhant--55758da Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Al-zoreth-55758db
Beltirà Garaldhorf & le Bronze Al'Zoreth

Beltirà = #993333
Al'Zoreth = #ffcc66

Dates : ? - 436
Race : Elfe
Affiliation : Errant (anciennement Màr Dìnen)
Ascendance : Lignée pure du Valheru Dye-Weren le Garald
Descendance : Branche principale de la famille Garaldhorf
Destin : Mort par empoisonnement

Dragon : Le Bronze Al'Zoreth, né de la Reine Améthyste Tianquiztli. Dragon flamboyant de belle taille, au corps massif couturé de cicatrices, Al’Zoreth était un être dominateur, sanguin et naturellement belliqueux envers toute créature vivante et pensante qui se serait jugée supérieure à lui. Premier à percer sa coquille, premier à participer aux Vols Nuptiaux, premier à déclencher des combats, premier à clamer la noblesse de son sang et la gloire du Màr… Al’Zoreth aimait être le premier, le meilleur en tout. Rien n’était trop beau pour satisfaire son ego et, en cela, il était le parfait reflet inversé de son Lié. Il n’hésitait pas à rabrouer celui-ci, le poussant à devenir plus ambitieux, quitte à le malmener et à l’abreuver de son mépris.

Qui est-il ?
Beltirà était un elfe, fruit d’un lignage pur marqué par la consanguinité et la folie, malgré les alliances qui ont pu être faites avec d’autres elfes de renom. C’est une définition qui se suffit à elle-même.
De grande taille et bien bâtis, son corps était rompu aux combats, exposant plusieurs cicatrices et quelques tatouages élégants, lesquels dissimulaient les plus hideuses de ses vieilles plaies. Cet elfe aimait la beauté sous tous ses aspects. Ce qui est beau est bon ; ce qui est beau est vrai. Il prenait un soin extrême de son corps. Il se vêtait et se parfumait avec précision, comme on prendrait soin d’une arme précieuse. Il n’hésitait pas à porter des bijoux extravagants, autant par provocation que par goût. Ses longs cheveux d’un brun-roux chaud et chatoyant descendaient jusqu’à ses reins. Une paire d’oreilles effilées en dépassaient. Dans un visage anguleux et pâle, aux traits fins quoique peu charmants, brillaient deux gemmes bleues tirant sur le vert en guise de prunelles.
Au quotidien, Beltirà se mouvait avec nonchalance, se montrait dolent et fainéant tel un vieux lion – ou un fumeur d’opium. Sous ses beaux atours s’attardaient les traces indélébiles de ses vices. Drogues, alcool, compagnes éphémères, jeux d’argent, jeux de magie, jeux d’arène… Son corps et son esprit s’en trouvaient marqués. Autant de caprices et de désirs inassouvis après lesquels il courait sans cesse. La recherche du plaisir donnait de la substance à son existence, le rendait plus réel. Le Maître Bronze vivait au jour le jour, dans l’instant présent. Hédoniste jusqu’au bout des ongles, au point de subir tous les excès, il développa une profonde addiction au jeu, à l’autodestruction, à la mélancolie. Qualifié de faible d’esprit, il préférait la fuite à l’affrontement. On pourrait aisément le qualifier de lâche. Bon épéiste et excellent lutteur, rusé bien que dépourvu de conscience politique, Beltirà se montrait orgueilleux, fat mais aussi féroce au combat. Il éprouvait une satisfaction intense à faire couler le sang, à frapper ses adversaires, à faire étalage de sa force jusqu’à en oublier la douleur. La tempête de ses émotions exacerbées faisait écho à sa hargne au combat. Il ne se sentait vivant que lorsqu’il jouissait de sa propre souffrance : celle de n’avoir pas encore atteint la plénitude des sens et de l’âme.

Son histoire...
Résumé Clic !:
 

RPs dans lesquels il est apparu : Aucun pour l'instant


Dernière édition par Persée Garaldhorf le Jeu 11 Fév 2021 - 14:28, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 172
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Re: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitimeMar 19 Fév 2019 - 13:27

Les Parjures
Celui qui rêve de la voir renaître


Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Mether10-56d7ee4 Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Shivan10
Métherkan Garaldhorf & le Brun Niedesh

Métherkan = #006600
Niedesh = #996633

Ancien Avatar:
 

Dates : 865 - ...
Race : Elfe
Affiliation : Errant (anciennement Màr Luimë) - Chaotique Mauvais
Ascendance : Branche principale de la famille Garaldhorf
Descendance : Aucune
Destin : Paria errant à travers le Rhaëg dans l'espoir de retrouver la gloire passée du Quatrième Kaerl

Dragon : Le Brun Niedesh, né de la défunte Reine Argentée Nyptiseh avant la Grande Guerre des Ordres. Terne comme un marécage aux teintes d'un brun verdâtre et le corps lisse comme un serpent, c'est un dragon peu loquace, indifférent et peu expressif, qui évite autant que possible de prendre sa forme humanoïde. Il possède la faculté précieuse de voir dans l'obscurité ainsi que des sens plus développés que la moyenne. D'ordinaire paresseux et nonchalant, il fait preuve de beaucoup de mauvaise foi et d'une cruauté implacable, sans remords, quand les circonstances l'exigent. Il a longtemps cru être désavoué et non-désiré par son Lié, avant qu’il ne s’aperçoive de la passion dévorante qui couvait chez celui-ci. Ne voulant que le bonheur de Métherkan, à n’importe quel prix, il a décidé de l’épauler quoi qu’il arrive. Il a renié son Màr d’origine pour lui. Peu à peu, il est devenu aussi amoral et sournois que son propre Lié. Il ne parle jamais à un autre être vivant - à l'exception de Métherkan.

Qui est-il ?
Elfique jusqu’au bout des ongles, Métherkan possède cette aura que d’aucuns jugent détestable et d’autres fortement attirante, celle d’une noblesse naturelle, qui fait passer le plus pouilleux des elfes pour un grand seigneur. Grand, large d’épaules malgré une taille élancée et une musculature nerveuse, son pas sûr est celui d’un élégant homme de lettres plus que celui d’un guerrier. Il ne faut toutefois pas le sous-estimer. Fort et rapide, il frappe habilement les points faibles qu’il détecte chez autrui, autant avec les mots qu’armé d’une bonne lame. De longs cheveux noirs de jais encadrent un visage anguleux, aux traits finement ciselés empreints de force et de grâce. Son pâle épiderme rehausse le contraste avec ses yeux d’un vert de sylve très prononcé, proche de l’émeraude. Cette aura, ce regard, cette stature : autant de choses qu’il partage avec son frère. Cette ressemblance est autant plus une malédiction qu’un bienfait. Il se distingue en revanche par un teint blafard et cireux par son manque d'exposition au soleil. Il s'est perdu dans les souvenirs du Kaerl Maudit jusqu'à l'ivresse et un éclat atemporel habite son regard fou et hanté.
Depuis toujours, Métherkan éprouve pour son aîné, Eléderkan, autant de haine que d’amour. Il l’a toujours jalousé, pour le fait d’être l’héritier, d’être meilleur que lui en tout, d’être le préféré de leur père, d’être le seul à avoir réussi à avoir une descendance viable. Il voudrait recoller les morceaux et redevenir ce petit frère aimé dans le cœur de son aîné, celui qui le copiait et le suivait partout sous ses yeux attendris. Cependant, il le hait également de toutes ses forces. Eléderkan s’est détourné du passé glorieux de leurs ancêtres, a tourné le dos aux traditions et refuse d’espérer en la renaissance de leur héritage. Métherkan souffre continuellement de la comparaison avec son frère mais lui-seul connait la vérité : le Màr de leurs ancêtres peut être ramené à la vie grâce à lui-seul.
Avec le temps passé dans la pénombre poussiéreuse des ruines du Quatrième Kaerl, Métherkan a aiguisé ses sens et peut maintenant se repérer dans le noir complet rien qu'en faisant travailler sa mémoire. Les traits creusés par l'errance, la folie et la fatigue, il lui arrive de rester silencieux pendant des jours. Car son Lié non plus n'est pas très bavard.
Sournois, retors, l’elfe est un être solitaire et peu sociable. Il peut se montrer affable, bon vivant, rire de tout et même faire preuve de bienveillance ou de compassion à l’égard d’autrui. Tout ceci n’est qu’une mascarade, un acte qui doit servir ses ambitions. Arrogant serpent, capable d’autant d’obséquiosité mielleuse que de cruauté froide sans avoir de remords, il ne fait pas bon se trouver sur son chemin. Il donne rapidement l’impression d’être complètement fou. Amoral et menteur, il a toujours une idée derrière la tête, quoiqu’il fasse. Son rêve ultime est de restaurer, par tous les moyens, la gloire du Quatrième Ordre, de guérir cette terre brûlée qu’est la Lande d’Eru pour mieux reprendre la place qui lui est dû. Il sera le seul et unique Seigneur du Màr une fois la malédiction levée. Il en a fait le serment. Lui-seul en est digne. Lui-seul pourra ranimer la lumière divine qui sommeille dans les ruines du Kaerl Maudit.

Son histoire...
Résumé Clic !:
 

RPs dans lesquels il est apparu : V1 - Terres de Souvenirs | inachevé
(Concours) Légendes sur les Chevaliers Dragons | terminé
V1 - Sang et Cendres | terminé
V1 - Le Tombeau des Secrets | inachevé
Ritournelle pour les Damnés | terminé
RP à venir avec Amaélis !


Dernière édition par Persée Garaldhorf le Dim 26 Sep 2021 - 20:41, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 172
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Re: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitimeMar 19 Fév 2019 - 13:28

La Pénitente

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Nightbreeze-by-astri-lohne-557613e Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Lightn10
Alrike El'alamérë & la Verte Jaldh

Alrike = #cc9900
Jaldh = #003300

Dates : 842 – 901
Race : Elfe
Affiliation : Maîtresse Dragon du Màr Menel (Loyal Bon), Arken de l'Escadrille Galastden
Ascendance : Branche principale de la famille Garaldhorf
Descendance : Aucune
Destin : Morte assassinée

Dragon : La Verte Jaldh, née de la défunte Reine Dorée Tanit avant la Grande Guerre des Ordres. Dragonne longiligne hérissée d’épines, aux écailles d’un vert sombre et métallique, Jaldh se démarquait de ses frères et sœurs par un caractère hautain, sombre, irascible et cynique. Vive d'esprit comme de corps, elle n’accordait sa confiance à personne. Elle se comportait comme une doyenne agacée de tout et pourtant, dans son poitrail, battait un cœur d’or qui s’émouvait pour un rien. Tendre et malicieuse, elle se révélait d’une effroyable férocité au combat. Il fallait tout l'amour et toute la patience de sa Liée pour parvenir à calmer ses colères.

Qui est-elle ?
Alrike n’avait rien à envier à la stature des torhils ni à la flamboyance des fëalocës. Bien que de sang elfique depuis de longues générations, elle présentait des différences notables, aussi bien physiques que mentales, face à la beauté froide et élégante que renvoyait l’image de ses ancêtres. Alrike possédait une haute taille, un corps rompu aux combats, qui conservait malgré tout grâce et souplesse en dépit de l’impression de force brute qu’elle pouvait laisser dans l’esprit du premier observateur. Elle ne correspondait guère aux critères de beauté de son époque mais n’était pas dépourvue de charme et encore moins de charisme. Ses muscles bien dessinés roulaient sous un épiderme doré par le grand air. Une opulente chevelure d’or brun, d’un roux sombre aux teintes automnales, croulait dans son dos librement et de laquelle s’échappaient de longues oreilles pointues. Son visage d’un bel ovale allongé présentait des traits gracieux, fins, quelques peu acérés. Il s’ornait de prunelles couleur de miel, mêlées d’un vert de feuillage printanier selon l’inclinaison de la lumière. On se souvient surtout d’elle marchant d’un pas altier, militaire, vêtue tantôt d’une cotte de mailles tantôt d’une robe légère, apportant une arme partout où elle allait. Son rire tonitruant résonnait avec fracas. Son sourire était l’égal d’un rayon de soleil ; ses froncements de sourcils présageaient le plus terrible des orages.
L’elfe était le genre de personne qui croit fermement en ce qu’elle fait. Obstinée au point d’en être tête-brûlée, dangereuse aussi bien pour ceux qui la suivaient que pour elle-même, Alrike était habitée par une flamme que rien ne semblait pouvoir étouffer. On ne pouvait pas contraindre l’elfe à faire quoi que ce soit contre sa volonté. Elle ne pliait jamais. Elle refusait, par principe, tout ordre ou tout conseil sur sa personne qu’elle jugerait indigne d’elle. Cette ténacité inaltérable se révélait autant un atout qu’un défaut mortel. Par esprit de contradiction, parce qu’elle croyait dur comme fer en ses idéaux, elle pouvait balayer toute prudence d’un revers de main, sans état d’âme, sans regret, quitte à récolter des blessures ou à faire souffrir autrui. Elle n’était pas cruelle, pas volontairement dans tous les cas. Cependant, si ses actions ou ses paroles pouvaient peiner son entourage, elle ne s’en apercevait généralement que trop tard. Créature rongée de remords, frappée de mélancolie dans ses moments de doutes ou de peur, elle ne pleurait jamais en public. Si l’on exceptait son mauvais caractère, elle s’avérait néanmoins une femme agréable, bienveillante, intelligente et cultivée, d’une grande empathie. Elle possédait beaucoup d'humour. Elle voulait croire au pardon, en la justice et en la bonté de ce monde. Et cela, pratiquement jusqu’à en devenir aveugle.

Son histoire…
Résumé Clic !:
 

RPs dans lesquels elle est apparue : V1 - L'Indicible certitude | terminé (mentionnée)
V1 - Sous le regard des Lunes | terminé (mentionnée)
Fiche de Semperya de Galastden | mentionnée


Dernière édition par Persée Garaldhorf le Ven 20 Nov 2020 - 15:52, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 172
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Re: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitimeVen 29 Nov 2019 - 14:07

La Matriarche

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Iriana-masateru--56cf870 Confessions d'un Enfant du Roi de Fer 201029115847620611
Iriana Garaldhorf & la Bleue Merseryar

Iriana = #0099cc
Merseryar = #000099

Dates : ? - 425
Race : Elfe
Affiliation : Maîtresse Dragon du Màr Dìnen, membre du Conseil du Kaerl
Ascendance : Lignée pure du Valheru Dye-Weren le Garald
Descendance : Le Maître Lysandre II Perséùs Garaldhorf (elfe lié au Noir Seigi), le Maître Beltirà Perséùs Garaldhorf (elfe lié au Bronze Al'Zoreth) et Arionne Cassandre Garaldhorf (elfe-neishaane, bâtarde Sans-Don)
Destin : Maudite lors de l'effondrement du Kaerl en l'an 425

Dragon : La Bleue Merseryar, née de la Reine Améthyste Lamashtu. La dragonne à l'émail bleu de nuit, nuancé d'écailles indigo et cobalt, était parmi les plus grandes Bleues du Màr. Sa fine tête couronnée de cornes et son corps parsemé d'épines se mouvait avec une grâce et un silence surprenants pour une créature de sa taille. Femelle calme et réfléchie, elle contemplait le monde d'un regard hautain, avec cynisme et cruauté et ne trouvait de répit dans sa morosité qu'en satisfaisant une curiosité déplacée envers tout ce qui existe. Extrêmement féroce, elle ne fut jamais vaincue au combat de son vivant.

Qui est-elle ?
En cours d'écriture...

Son histoire…
Résumé Clic !:
 

RPs dans lesquels elle est apparue : Aucun pour l'instant


Dernière édition par Persée Garaldhorf le Dim 5 Sep 2021 - 11:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 172
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Re: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitimeJeu 21 Mai 2020 - 15:02

L’Oracle

Confessions d'un Enfant du Roi de Fer 201029115536266912 Confessions d'un Enfant du Roi de Fer 201029115706455181
Sàga & la Bleue Ashura

Sàga = #ffcc00
Ashura = #663399

Wheel of Fortune - Hans Zimmer
(Pirates of the Caribbean : Dead Man's Chest OST)

Dates : Inconnues
Race : Elfe des Sables (avec un quart de sang ondin)
Affiliation : Aucune - Neutre Stricte
Ascendance : Branche secondaire de la famille Garaldhorf, dernière descendante du Maître Ivar Garaldhorf (lié au Bronze Kerle) du Màr Dìnen
Descendance : Aucune connue
Destin : Chamane de Nar’Lid au sein de la Confrérie du Havre des Tempêtes (Îles Perdues d’Ys)

Dragon : La Bleue Ashura, d’ascendance inconnue et née à l'état sauvage. Étrange dragonne moirée de reflets dangereusement violets sur son émail bleu de nuit, elle atteint une taille sans équivalent pour une Bleue, car elle ressemble davantage à un petit Bronze. De forme élégante et musculeuse, au profil racé, elle est aussi à l’aise dans les airs et sur terre que dans l’eau, grâce à ses pattes palmées et son corps longiligne aux formes fuselées. Sa tête fine est couronnée d’une paire de cornes torsadées. Une ligne d’épines acérées prolonge sa colonne vertébrale. Le Regard de Flarmya lui a octroyé une étrange emprise sur la brume : elle est capable (une fois par jour) de souffler un épais brouillard pour masquer sa silhouette ou brouiller les sens, pour ainsi disparaître aux yeux d’autrui. C’est une dragonne silencieuse et distante, qui ne communique qu’avec sa Liée ou avec d’autres dragons – lorsqu’elle en croise. Elle ne manifeste aucun intérêt pour les bipèdes, leurs sociétés ou leurs sentiments car cela l’indiffère. Elle s’attache à la trame du temps, voit le monde tel un cycle sans fin d’erreurs et de réussites. Elle conçoit sa propre existence comme une étoile dans une toile complexe, où chacun, même le plus insignifiant ou ridicule brin de poussière, a sa place et son rôle à jouer. Sage et contemplative, tantôt cruelle tantôt bienveillante, elle vit une relation fusionnelle avec sa Liée, qu’elle considère comme son enfant ou, à défaut, comme son ancre dans le monde réel.

Qui est-elle ?
Sàga est belle, terriblement belle. Voici la femme dorée de Nar’Lid. Son corps souple et élancé aux formes savamment sculptées attire les regards. Une peau halée par le grand air, de longs cheveux d’un blond solaire d'où émergent des oreilles délicatement pointues, une grand œil droit couleur de l’ambre : elle est un spectacle enivrant pour toute créature sachant apprécier la beauté. Son œil gauche est manquant et une plaie cicatrisée remplace ce vide. Un soupçon d’exotisme, d’étrangeté, brille dans son regard et ses manières, sans doute un héritage de sa mère originaire du Sud. Son visage aux traits finement ciselés se pare d’un menton volontaire, de lèvres charnues, de pommettes hautes et saillantes, lesquelles lui donnent constamment un air hautain et distant. Cet altier visage s’anime énormément. Sàga ne reste jamais figée très longtemps dans la même expression. Sans y penser, elle se déplace d’une démarche féline, chaloupée et pourtant élégante, qui met en valeur sans qu’elle le veuille les atouts dont la nature l’a généreusement dotée. Quelques cicatrices parsèment son épiderme tanné par le soleil, sous lequel roulent des muscles fins et solides. Pieds et mains portent des callosités caractéristiques d’une vie principalement passée à arpenter les ponts de navires. Sa force est moindre comparée à son agilité, sans compter un boitillement sévère du genou droit en cas de grande fatigue – il l’empêche de courir aussi vite qu’elle le voudrait. Ses mains, ses pieds et son visage portent des tatouages sombres ressemblant à des runes. Pareille beauté est cependant négligée. Sàga ne prend pas soin ni de ses cheveux ni de son apparence en général. Y compris bien habillée, elle a tout l’air d’une sauvageonne. Sans oublier son comportement au quotidien qui peut en rebuter plus d’un… Sàga est ancienne, bien plus que ne le laisse présager son apparence de jouvencelle. Le temps semble avoir peu d'emprise sur la chamane.

Sàga est jugée folle par la plupart des gens. Ou, au mieux, quelque peu originale. En vérité, en dépit des vicissitudes parsemant son existence, elle demeure parfaitement saine d’esprit. Toutefois, elle n’agit ni ne pense plus de manière conventionnelle. Pour commencer, elle ne parle jamais d’elle à la première personne du singulier et se considère encore moins comme une femme. A peine humaine, paraîtrait-il. Elle emploie toujours la troisième personne du singulier pour s’exprimer, y compris pour se désigner. Cette distanciation est autant une protection vis-à-vis du monde extérieur qu’une façon de rejeter son humanité : elle est la passerelle entre les esprits et les mortels. Elle est la messagère des dieux et rien d’autre. Sage et réfléchie, elle prend rarement des décisions à la légère mais beaucoup paraissent stupides au premier coup d’œil. Visionnaire, elle pense sur le long terme, bien plus loin que la plupart des gens. De nature curieuse et retorse, elle sait se faire discrète et écouter les conversations. Elle récolte nombre de secrets et d’informations en se mêlant de tout, même quand on voudrait qu’elle s’en aille. De fait, elle s’invite régulièrement sur les navires de pêche ou de guerre, qu’on le veuille ou non, pour parcourir les mers à sa guise, prédire les tempêtes ou tout simplement taquiner ses pairs. Il est parfois difficile de deviner ses intentions. N’appréciant pas qu’on lui dicte sa conduite, elle prend un malin plaisir à agir dans le sens contraire de ce qu’on lui dit. Elle tait beaucoup plus qu’elle ne dit et, lorsqu’elle s’exprime, elle emprunte volontiers des chemins détournés pour conseiller ses interlocuteurs. Enfant de Nar’Lid jusqu’au bout des ongles, elle connait chaque légende, chaque conte et elle s’emploie à transmettre son savoir, sa sagesse, dès qu’elle le peut. Elle peut se montrer très – trop – loquace au point d’en devenir rapidement insupportable. Capricieuse et également revancharde, la chamane refuse de s’éloigner trop longtemps de son océan chéri ; elle a alors pris l’habitude d’emporter une bouteille emplie d’eau de mer lors de ses voyages – ce qui ne l’empêche pas de bouder pendant tout le trajet. Sàga est également une créature fragile. Quoique vive et énergique, de tempérament espiègle au quotidien, elle porte en son âme de grandes blessures. Elle déteste les contacts physiques, rejette toute marque d’affection qui lui serait destinée en tant que femme : elle n’aime pas ce rappel de sa propre mortalité, de sa faiblesse humaine. Lorsque sa sérénité intérieure est bouleversée, elle n’hésite pas à s’exiler pendant des jours, au point qu’on pourrait la croire disparue pour toujours. Car la solitaire chamane ne donne de ses nouvelles que lorsqu’elle le souhaite. Mais s’il y a une chose qu’il faut lui reconnaître, c’est sa loyauté sans faille à la Confrérie.

Son histoire…
Résumé Clic !:
 

Magie : Sàga peut générer des liens psychiques avec les individus de son choix. Elle doit absorber quelques gouttes du sang de la personne, alors se créé un lien empathique qui la relie à ladite personne. Elle ne peut pas communiquer mais elle peut ressentir à distance ses émotions les plus fortes. Si la personne est par exemple en danger, elle le saura. S'il s'agit d'une puissante tristesse ou d'une colère noire, elle le ressentira. La personne, en revanche, n'a aucun moyen de ressentir les émotions de Sàga : c'est à sens unique. Elle n'utilise cette capacités qu'en cas d'extrême nécessité car trop de liens de sang risqueraient de lui faire perdre la tête.

RPs dans lesquels elle est apparue : Dernier sang | en cours
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Empty
MessageSujet: Re: Confessions d'un Enfant du Roi de Fer   Confessions d'un Enfant du Roi de Fer Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
Confessions d'un Enfant du Roi de Fer
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [Hors RPG] Auberge de la Vouivre de Jade :: Le Salon des Artistes-
Sauter vers: