-9%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Switch (OLED) avec station d’accueil et manettes Joy-Con ...
319.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] L'affaire du collier de la Reine

Aller en bas 
AuteurMessage
Le Tisseur de Mémoire
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Le Tisseur de Mémoire


Date d'inscription : 30/08/2013
Présentation : URL
Messages : 760
RPs : 931
Race : Einor
Fonction : Archiviste de Tol Orëa
Affiliation : Tol Orëa V1

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeJeu 28 Fév 2019 - 16:45

[Toute fin Mystraku 918, soit peu après l'éclosion des œufs de Ky'rinth - suite de Galerie des glaces]

[RP] L'affaire du collier de la Reine 34-59
Tristan Gwened
Candidat à l'Empreinte

Les deux complices, Lordan Ventaren, maître Bronze et Arken de l'escadron d'élite, accompagné de Tristan Gwened, invisible aspirant d'une discrète maîtresse Bleue, avaient finalement quitté les murailles extérieures du Kaerl Céleste, chargés d'objets étranges qui requéraient plus ample et plus experte analyse. Le cadet avait acquiescé sans difficultés aux propositions de son aîné, cachant sous une apparente neutralité, la conscience aiguë qu'il ne se trouvait pas à la hauteur du défi, encore une fois, même si les raisons étaient purement physiques dans ce cas précis. Son compagnon du moment s'efforçait de ne pas lui faire sentir trop rudement qu'il l'avait remarqué, mais c'était si évident que même un aveugle s'en serait rendu compte.

Le Lié d'Hanelvig avait donc commencé par repartir pour un tour dans la caverne, seul, afin d'en sortir le coffre désormais vide, tandis que le rouquin se livrait à un tri des objets précédemment remontés de la grotte. Reposant à l'intérieur de la grande caisse ce qui leur semblait le moins important, tous deux avaient ensuite glissé l'ensemble au cœur d'un buisson du jardinet, non sans difficultés. Le contenant était si peu maniable... mais au moins, l'inquiétude de l'humain quant à la discrétion de leur moyen d'escalade, si jamais on recherchait le précieux coffre, serait levée : même si sa cachette était découverte, elle n'aiderait pas à trouver les marches de pierre qu'ils avaient empruntées.

Le neishaan avait aidé son aîné à se harnacher de la boîte à courrier, préalablement remplie des documents accompagnés du bijou, puis s'était lui-même chargé de l'arme et de la carte, venues rejoindre, à sa taille, son petit nécessaire de sculpture. La remontée vers les remparts s'était faite avec grande prudence, sous les flocons qui les frôlaient de leur glaciale douceur, mais sans incident, cette fois. Gertrude veillait de sa solide et rassurante présence, image dans laquelle Tristan avait puisé pour mobiliser toutes ses forces. Il avait eut les pires difficultés pour atteindre le large dos de pierre de la gargouille mais, par pure fierté, avait tenu à se passer de l'aide du Maître. Tant pis si ses bras l'élançaient le lendemain, au moins, il avait réussi à valider cette petite étape à lui seul.

Il s'était ensuite laissé guider par l'Arken, grand connaisseur des raccourcis et autres passages de traverse, ainsi que les événements précédents l'avaient largement prouvé. Tandis que l'aspirant veillait sur leurs trouvailles dans un coin tranquille, profitant de ce moment de répit pour se repasser mentalement le déroulé chargé des récents événements, son compère s'en était allé chercher qui de droit pour obtenir une audience auprès de la Dame du Kaerl, ou de toute autre personne compétente. Et c'est ainsi qu'ils s'étaient retrouvés tous deux introduits dans un annexe des appartements de la dirigeante de l'île Céleste, leur précieux butin dans les bras.

Aussi intimidé qu'à la première fois, Tristan restait dans l'ombre de Lordan, espérant que celui-ci lui épargnerait le plus possible de devoir prendre la parole, et donc sûrement, de son point de vue, de se ridiculiser. Il se contenta donc de s'incliner cérémonieusement, très conscient de l'honneur qui lui était fait par le biais de cette rencontre imprévue autant qu'inattendue. Prenant à sa ceinture les éléments qu'il y avait provisoirement fixés, dans une main le rouleau contenant la carte, dans l'autre la dague ouvragée et son fourreau, il semblait s'apprêter à en faire offrande à Heryn Amulg, seule légitime propriétaire de ces objets étranges et merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeJeu 28 Fév 2019 - 16:46

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
I Am Yours – Really Slow Motion

Si sur le pavé de ses rues, le Màr Menel était couvert d’une fine pellicule de givre et de glace, au sein du cabinet de travail de la Dame du Kaerl régnait une douce chaleur. Un feu ronronnait dans la solide cheminée de marbre taillé, les flammes dansantes au dessus des bûches rougeoyantes pour le confort des occupants de la petite pièce. Sur son linteau, oublieux de tout et de tous, Meemaw, le lézard bronze, se prélassait, bienheureux et somnolent. Et au dessus encore, ornant le mur blanc, se dessinaient les fières silhouettes de la précédente génération d’Héritiers des trois Maisons Majeures. Sur l’élégante toile, aux couleurs encore vives malgré le temps, souriait fièrement Logain, à l’époque tout juste nommé Seigneur du Kaerl, flanqué à droite et à gauche par Saemon et Ehsan. Dalneÿs, Amberle, et Galastden, toutes trois réunies.

Quelques temps après leur retour au Màr Menel, suivant sa réhabilitation en tant que Dame sur le trône du Kaerl, et se souvenant du tableau qu’avait autrefois possédé son mentor décédé, Kieran avait tenu à l’offrir à son épouse, en tant qu’ancienne pupille du Seigneur Logain, lui rendant ainsi la place qu’une telle oeuvre méritait. Un présent qu’elle avait su apprécier à sa juste valeur. Le regard dans le vague, tout en pinçant distraitement les cordes de sa harpe, Heryn contemplait donc ce précieux souvenir d’une époque révolue, s’imaginant, non sans une certaine mélancolie, ce qui aurait pu être si la Grande Guerre des Ordres n’avait pas soufflé la vie de tant de personnes.
Un léger soupir, quasi imperceptible par dessus les notes de musiques qui s’envolaient une à une de son instrument, attira son attention, et ses iris noisettes s’attardèrent alors sur le profil harmonieux de son consort. Posté devant la baie vitrée derrière le bureau, un livre ouvert, oublié, pendant dans sa main, Kieran paraissait tout entier absorbé dans l’observation du Kaerl en contrebas. Au dernier étage des Spires, la vue était somme toute des plus fascinantes. Sous l’action du timide soleil d’hiver, perçant bravement à travers les nuages cotonneux, toute la cité paraissait scintiller, veinée d’or et comme piquetée de diamants. Toutefois Heryn ne s’y trompait pas. Elle savait que son esprit était tourné vers l’intérieur, et les ressentis qui résonnaient en lui comme un tambour de guerre battant. Ses yeux verts émeraude croisèrent les siens, comme attirés instinctivement vers elle, et la jeune femme lui sourit doucement, un profond attachement se reflétant dans son visage hâlé.

« Devrais-je demander à Rintrah de prendre en pitié mon époux et par conséquent de bien vouloir se montrer un peu moins exigeante envers sa pauvre âme-sœur ? »

Rendu particulièrement perméable en ce moment aux sautes d'humeurs de son Bronze, Kieran faisait preuve d’une hypersensibilité émotionnelle digne d’un Fëalocë, et la simple mention d’Ambroise, au détour de la conversation, quelques minutes auparavant, l’avait fait se refermer comme une huître, ses yeux brûlant d’une colère froide à l’égard du Second.
Pourtant, et ce bien malgré lui, une grimace amusée, juste à la limite de se transformer en un sourire plus franc, étira ses lèvres, et il secoua la tête sans répondre. Laissant leurs liés aux bons soins l’un de l’autre, Rintrah et Seldryn s’étaient engagés dans une partie de chasse au dessus des Chutes d'Astrenuit, une furieuse course-poursuite qui pesait actuellement, lourde de défis muets et de non dits, dans leurs esprits respectifs. Depuis ce fameux jour qui avait vu l'éclosion des oeufs de Ky'rinth, sa Reine Dorée témoignait d’une certaine irascibilité, poussée par un besoin impérieux, qu'étrangement, bien qu’elle ne l’ait ressenti qu'une unique fois, Heryn ne pouvait manquer de reconnaître.

Rintrah désirait donner une nouvelle couvée au Màr Menel.

Et la part animale en elle lui dictait inconsciemment de s’assurer que son compagnon serait à la hauteur de ses attentes. Lorsqu’elle se sentirait prête, la dragonne s’élancerait pour son Vol Nuptial … Bien malin qui pourrait prédire quand cela se produirait, mais avec une certaine résignation piquante, les deux jeunes gens s’accordait pour dire que leurs âmes-sœurs choisiraient un moment où ils seraient sûrs de pouvoir provoquer l'ensemble des autres Reines du Kaerl.

*Espèce de m’as-tu-vu.*

Un reniflement mental chargé de dédain et d’affection mélangés fit écho à sa pensée, tandis qu’une image, plutôt inconvenante, d’un moment d’amour partagé entre elle et Kieran apparaissait furtivement dans son esprit, aussi nébuleuse qu’une volute de fumée. Rougissante sans pouvoir s’en empêcher, sa harpe émit une courte note dissonante, tandis qu’il lui semblait soudain ressentir au plus profond d’elle-même, la présence de cette petite âme appelée à venir s’incarner sur terre. Comme cela lui paraissait encore si irréel !
Et pourtant cela faisait déjà trois lunes qu'elle grandissait en son sein … La Dorée avait accueilli la nouvelle avec une fierté féroce, assénant à sa Fëalocë qu’il était même étonnant que cela ne soit pas arrivé avant. Nalesean n’avait pas paru surpris, lui non plus, quand il le leur avait annoncé.  Quant à Kieran, passé la première surprise, loin de partager l’anxiété de son épouse, il avait rayonné d’une joie pure et sincère qu’il lui avait rarement été donné de contempler. Il lui avait semblé se glisser dans son futur rôle avec un naturel effarant. Pouvait-elle en dire de même, alors que la peur de ne pas être à la hauteur étreignait son coeur ?

Troublant le calme relatif de l’étude seigneuriale, trois coups francs furent alors frappés à la porte, et le chambellan fit son apparition, s’excusant humblement du dérangement, et énonçant avec une affectation protocolaire que l’Arken et Maître Lordan Ventaren, lié du Bronze Hanelvig, sollicitait un entretien privé avec sa Dame.

Repoussant là ses sombres pensées qui n’avaient pas lieu d’être, la Fëalocë échangea un bref regard avec son Consort, qui l’interrogea muettement. Elle secoua la tête en signe de dénégation. Encore et toujours, ce qu’elle entendait, Kieran était en droit de le connaître aussi.

Elle se leva, défroissant ses vêtements, et jeta un coup d’oeil sur les papiers en désordre éparpillés sur le vaste bureau derrière elle. Elle haussa vainement les épaules. Au temps pour cette journée de repos ! Elle annonça au chambellan qu’elle recevrait Maître Ventaren ici-même d’ici une dizaine de minutes, et l’homme s’en fut accomplir son rôle de messager.
Habituellement, la jeune femme préférait tenir ce genre d’entrevues dans la petite salle de réunion attenante à l’Amphithéâtre, plus intime que l’impressionnante Haute Salle, qui alourdissait aussitôt les rencontres d’un caractère officiel et froid. Cependant, en tant qu’Arken voué à son service, quoi que nouvellement nommé à ce poste, Lordan était chargé de la protection de la Dame du Kaerl et de son Consort, aussi estimait-elle qu'il était en droit d’être reçu dans un cadre plus personnel.

« Bien. Si nous préparions du thé pour notre invité ? Les températures sont particulièrement basses ces derniers jours, je pense que Lordan appréciera le confort d’une boisson chaude. »

Malgré toutes ces années passées au Kaerl, Heryn restait une fille du désert, et si la neige la ravissait, elle se montrait généralement, et à raison, particulièrement frileuse. Glissant un fin châle brodé sur ses épaules tout en déposant un baiser léger sur sa joue, Kieran la dirigea vers les fauteuils rembourrés entourant la table basse près du feu.

« Toi, assied-toi pendant que je m’en charge. »

Et, joignant le geste à la parole, il se saisit d'une boite à thé en métal trônant sur le linteau de la cheminée, dérangeant au passage Meemaw qui émit un claquement de mâchoires désapprobateur. La Fëalocë lui jeta un regard en biais, fixant son dos avec une expression mi agréablement surprise mi vexée.

« Kieran, sauf erreur de ma part, je ne suis qu’enceinte, pas grabataire. »

Les feuilles parfumées laissées à infuser dans l’eau chaude, le jeune homme fit volte face, bras croisés sur sa poitrine, et une inhabituelle gravité brillant dans ses iris d’émeraude, sous ses sourcils froncés.

« N’est-ce donc pas là l’occasion parfaite pour l’annoncer à Lordan ? N'es-tu pas celle qui a décrété qu'il était digne de confiance ? En tant qu’Arken de l’Escadron d’Elite ... »

Sur un soupir impossible à contenir et un mince sourire d’excuse, elle leva une main pour l’interrompre. Elle savait d'ors et déjà ce que son bien-aimé allait lui exposer.

« Ma décision n’a pas changé. C’est encore trop tôt … Je ne veux pas l’inquiéter. Moins de personnes seront au courant, mieux ce sera pour nous … Pour protéger notre enfant. S’il-te-plait ? »

***  

Quelques minutes plus tard, ainsi qu’elle l’avait souhaité, Lordan était promptement introduit dans le petit cabinet de travail de la Dame du Kaerl. Étonnement il s’était présenté accompagné d’un Aspirant qui ne lui était pas inconnu, l’ayant rencontré à la précédente lune, alors qu'il faisait le tour du Kaerl avec sa Maîtresse, Sable Lewë. Les accueillant avec chaleur, elle se porta à leur rencontre, et effleura délicatement le bras du discret sang-mêlé, dans une attitude rassurante, tandis que Kieran et Lordan se serraient mutuellement le poignet, chacun reconnaissant et acceptant tacitement le rôle de l’autre.

« Il semblerait que nous soyons destinés à nous rencontrer en des circonstances imprévues, Aspirant Gwened ! Je vous en prie, soyez les bienvenus, et prenez place pendant que Maître Ventaren nous explique les raisons de cette entrevue. »

Quoi que la présence de Tristan, de surcroît les bras encombrés d’objets divers, soit pour le moins inattendue, elle avait toute confiance en son Arken, et savait que l’Humain avait certainement une très bonne explication à tout ceci.



(HRP : J'ai pris l'initiative de poster en première tant que j'avais l'inspiration et le temps pour le faire, en supposant que Lordan serait certainement occupé pour les vacances / les fêtes ^^. J'espère que ça vous plaira !)


Dernière édition par Heryn Amlug le Lun 16 Déc 2019 - 22:04, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeVen 1 Mar 2019 - 15:36

En se retrouvant tous deux solidement campés sur le chemin de ronde Lordan eut un sourire de soulagement. La remontée avait été sans histoire,  lui suivant Tristan sans trop voir sa façon de procéder, le lierre le dissimulant presque entièrement, et prêt à intervenir si le Neishan décrochait tant soit peu. Mais les semelles de l’aspirant s’élevaient peu à peu, marquant seulement quelques hésitations au moment où il lui fallut se hisser sur Gertrude. Lordan commençait à calculer le meilleur moyen de venir en aide à son équipier mais comme celui-ci ne signalait pas qu’il était en difficulté, il le laissa trouver ses appuis, vit avec satisfaction les bottes de l’aspirant disparaître en silence de son champ de vision et, poursuivant  aussitôt sa propre montée, il arriva  sous la gargouille au moment même où le postérieur du Neishan basculait souplement par dessus le rempart.
Lordan l’y rejoignit, évitant de le féliciter. Il ne voulait surtout pas donner l’impression du "grand" qui patronne le "petit". Il savait d’ailleurs qu’en d’autres circonstances , ce serait sa grande taille qui pourrait être un handicap.
Il se débarrassa du harnais, trop voyant et inhabituel, et prit la boîte par sa poignée de transport. Sa cape en dissimulerait en partie le volume et l’aspect, assez insolite comme tout ce qui avait trait aux objets du coffre. A y regarder de plus près, en effet, on voyait que le coffret était en un bois au grain serré, d’un gris rosé délicat, gravé de rainures et d’entrelacs. La recherche esthétiques était flagrante pour un objet aussi utilitaire et appelé, comme toute boîte à courrier, à subir les aléas de transports parfois bien cahoteux. Tristan avait, au vu des bottes, émis l’idée que le propriétaire était peut-être  une femme et cette boîte allait aussi dans ce sens. Ce raffinement pouvait aussi être la marque d’une race aux mœurs raffinées, comme certains elfes, taxés  parfois d’efféminés ...  jusqu’au moment où on les voyait combattre.

D’un bon pas, Lordan pilota Tristan vers la masse imposante des Spires.  Il connaissait la plupart des entrées et passages réservés aux initiés ou aux services non officiels..N’avait-il pas été formé par  Legundir Unarion, le premier capitaine de l’Escadron, maître espion, resté un temps au service après la prise de pouvoir par Zackheim de Galastden ? Cet entraînement lui permit donc d’arriver directement dans l’une des petites antichambre donnant sur les appartements seigneuriaux. Les deux gardes en poste le reconnurent immédiatement et se mirent au garde-à-vous. Ce geste, pour une fraction de seconde, surprenait encore le modeste apothicaire de village que Lordan était resté au fond du coeur. Au temps où il n’était qu’un simple chevalier, quand on le voyait arriver, les gardes se contentaient d’un petit geste poli  du genre : " On vous connaît, vous pouvez y aller.." et cela même au temps du méfiant Zackheim, lequel avait d’autres moyens d’assurer sa sécurité et connaissait encore plus de passages et issues secrètes que ses propres espions.
Lordan  demanda à Tristan de l’attendre et rejoignit une autre pièce où un domestique, apparu aussitôt,  le reconnut également, et partit chercher le chambellan à qui il conta aussitôt le pourquoi de cette visite impromptue. Le chambellan jeta un coup d’oeil sur le coffret, et sans se départir de son impassibilité de fonction, lui dit qu’il allait voir si la Dame acceptait de le recevoir. Bien entendu, Lordan lui avait parlé de  la présence de Tristan mais resté seul, il se demanda s’il avait été suffisamment précis  et si le majordome avait bien saisi que l’entrevue souhaitée était pour eux deux. Il n’était pas décidément doué pour la fréquentation des sphères supérieures et se sentait déjà suffisamment mal à l’aise pour ne pas devoir réitérer aujourd’hui une séquence dont la dame devait certainement se souvenir : à savoir quand ayant demandé audience, il avait introduit en fraude devant le couple princier, rien moins que Maître Thelrand, alors proscrit et soupçonné des pires méfaits. La colère du Consort le terrorisait encore rétrospectivement, plus même que sur le moment, quand il se sentait porté par la nécessité d’obéir à ce qu’il jugeait son devoir. Depuis, il avait appris à estimer la nature droite et l’intelligence de Kieran, mais il n’en supplia pas moins tous les dieux favorables aux humains de faire que la Dame soit seule si elle acceptait de le recevoir.

Le chambellan revenu annonça avec solennité qu’on recevrait l'Arken Ventaren dans quelques minutes. Lordan n’osa pas demander si ce "on" était singulier ou pluriel et il  remercia avec toute la gratitude qu’il put mettre dans sa voix et qui n’avait rien de simulée. A son grand soulagement, le chambellan le laissa aller rechercher Tristan sans rien objecter. Quelques instants plus tard, Tristan le suivant, muet et sans doute pas plus à  l’aise que lui, ils pénétraient dans les appartements et furent introduits dans un bureau privé. Sur le seuil, ils s’inclinèrent, un peu gauches, lui Lordan avec sa boîte encombrante et Tristan, l’étui à carte d’une main et le poignard dans l’autre. L’atmosphère paisible et chaleureuse, un  feu dansant dans la cheminée, un parfum de thé subtil, la Dame enfin, venant à leur rencontre, affable et accueillante, somptueuse dans sa  simplicité même, tout cela rasséréna le Maître bronze et lui permit d’échanger le salut traditionnel avec le Consort, surgi devant lui, avec la respectueuse fermeté qui sied à un officier supérieur rencontrant l’homme le plus important du Kaerl.

Comme la Dame l’y invita, Lordan prit la parole sitôt qu’ils furent installés et expliqua le pourquoi de leur venue. Il passa sur les circonstances de sa rencontre avec Tristan, d’autant que la Dame se souvenait de l’aspirant Gwened, précisa brièvement comment il avait découvert la caverne de glace, ce qu’ils avaient trouvé dans ce lieu habituellement désert et comment ils avaient disposé de leur trouvailles. Il insista sur le caractère très surprenant de ces objets, en particulier ceux qu’ils avaient apportés. Ils apparaissaient à la fois précieux et mystérieux et la somme considérable d’écrits trouvés dans la boîte avait de quoi intriguer. Seules les cités ou états à la civilisation avancée étaient capables de produire tant de documents pour l'usage apparemment d'un particulier. L’écriture inconnue, à l'élégante complexité, accentuait encore l’impression que la découverte pouvait avoir une dimension, politique ou culturelle, dépassant le simple intérêt d’un trésor tel qu’on en imagine ordinairement. Lordan prudemment ajouta :

- Je me permets d’attirer particulièrement l’attention sur le collier que j’ai placé entre les parchemins de ce ce coffre. Il est fort beau et comporte des gemmes tout à fait étranges. J’ai étudié les minéraux du Rhaëg autrefois, certains ayant des propriétés thérapeudiques, mais je n’ai jamais rien vu de tel, pas même en description. Nous avons pensé que sa valeur dépassait tout intérêt particulier et aussi, qu’il était peut-être un objet de pouvoir, bénéfique ou non. Il n’était pas protégé, placé juste dans un sac de tissu, donc inoffensif dans l’état actuel.. Nous l’avons manipulé sans rien remarquer mais il faut de grands érudits pour déceler la magie dans les choses. Voilà pourquoi j’ai pris la liberté de demander audience, motif auquel j’ajouterai le fait que ce passage ouvert entre les cryptes fermées au public et les sous-sols du kaerl, relève peut-être de la sécurité générale et donc des institutions, tant civiles que magiques qui donneront à cet événement les suites qui conviendront à votre autorité.

Peu satisfait de sa dernière phrase qu'il jugea trop procolairement emberlificotée, il regarda la boîte à courrier qu'il avait posée devant lui sur le sol, à la fois appréciant la qualité de sa facture et quand même un peu méfiant. Ce ne serait pas la première fois que la découverte d’un trésor entraînerait des conséquences désastreuses. Mais enfin, Tristan et lui ne pouvaient pas tout laisser en plan et ne rien dire. Il reprit, soudain plus détendu, et même un peu rêveur, maintenant qu’il avait dit le principal : :

- Et la carte … quelle merveille  ! une des plus extraordinairement dessinées que j’ai vues et pourtant, les Archives ont les plus belles de tout Rhaëg.

Il se tourna vers Tristan, l’invitant du regard à  ouvrir et déployer la carte.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br10
Revenir en haut Aller en bas
Le Tisseur de Mémoire
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Le Tisseur de Mémoire


Date d'inscription : 30/08/2013
Présentation : URL
Messages : 760
RPs : 931
Race : Einor
Fonction : Archiviste de Tol Orëa
Affiliation : Tol Orëa V1

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeVen 1 Mar 2019 - 21:28

[RP] L'affaire du collier de la Reine 34-59
Tristan Gwened
Candidat à l'Empreinte

Suite au salut sans doute un peu trop protocolaire et débordant de déférence qu'il avait adressé à la dirigeante des lieux, Tristan, dans le doute sur la manière de se conduire, réitéra la même chose à l'adresse de celui qui l'accompagnait. Son époux, avait-il cru comprendre, notamment après l'éclosion à laquelle il avait tout récemment assisté. Il cacha de son mieux sa surprise à voir la Dame venir directement à sa rencontre, et ne répondit que d'un hochement de tête, alors que les deux humains se saluaient, entre protecteurs du Màr Menel, songea l'aspirant avec un léger pincement de cœur. L'ambiance à l'intérieur était agréable, et malgré son intimidation, il ne se fit pas prier pour entrer au chaud, dans ces appartements qui semblaient fort confortables, sans ostentation.

Veillant à s'installer seulement après que ses trois aînés l'aient fait, puisqu'il était clairement celui dont le rang et l'importance était la plus faible, le rouquin eut ensuite un agréable moment de répit pendant que Lordan expliquait la raison de ce dérangement. Leurs hôtes se récrieraient certainement si on leur présentait les choses ainsi, mais lui en était certain : ils venaient bel et bien de tomber comme un cheveu sur la soupe, brisant l'ambiance paisible et studieuse qui avait certainement régné avant leur intrusion. De nombreux documents, recouvrant presque le massif bureau, témoignaient d'ailleurs du nombre colossal d'affaires qui requéraient l'attention du couple seigneurial. Car le récit du maître bronze permettait aussi d'observer ce qui l'entourait, discrètement et sans afficher de curiosité outrancière, mais... tel était le neishaan, plus prompt à utiliser ses yeux et ses oreilles, que sa langue.

Il n'avait pas non plus retiré son attention aux paroles de l'Arken, confirmant d'un signe de tête à quelques rares moments. Le rapport était clair et précis dans les détails concernant la découverte elle-même, tout en préservant les éléments personnels qui n'auraient rien révélé d'important, et pour cela, Tristan était reconnaissant. L'exposé du Lié d'Hanelvig s'acheva sur une injonction à son endroit, qui le fit sursauter légèrement. C'était si confortable, que Lordan gère tout ainsi, et qu'il le fasse si bien, que l'aspirant se serait bien contenté de disparaître totalement. Pourtant, il ne pouvait se dérober, et après avoir posé la dague sur un coin du plateau de la table basse, il saisit l'étui à parchemin à deux mains pour l'ouvrir délicatement. Naturellement, l'élément supérieur se coinça entre ses doigts et, certain que tous les regards étaient braqués sur lui, il devint aussi rouge que ses cheveux. Persistant à dévisser le sommet du contenant, il y parvint finalement, et put incliner doucement le tube désormais ouvert, pour faire glisser le rouleau dans sa main.

Plein de ce respect pour les écrits qui avait été partie intégrante de son éducation, le fils d'Ablah retira la bague maintenant le parchemin, sans difficultés cette fois, et le déroula avec une lenteur précautionneuse sur la surface plane de la table. Enhardi par la présence d'un tel document, qui le ramenait à son domaine de prédilection, l'un des rares où il ne se sentait pas incapable et déplacé, il se risqua à compléter le récit précédent :
« Nous n'avons pas la moindre idée de la région qui se trouve représenté ici... ni de l'écriture qui est employée. Mais ces trouvailles en ont fourni un autre exemple, bien plus développé. »

A son tour de regarder Lordan avec l'air de lui demander de prendre le relais. Cet alphabet inconnu, composé de lettres élégamment calligraphiées, ornées de points et de petits signes arrondis, n'était pas un accident sur la carte, puisqu'il se répétait dans les feuilles volantes, quoique dans une version un peu moins soignée.

Naturellement, Tristan guettait aussi tout signe venant du couple, et plus particulièrement, de l'avatar de Flarmya. La Mère des dragons était tellement savante, et Heryn Amulg ressemblait tellement à l'image qu'il s'en faisait, ou plutôt, ces deux images s'étaient si bien mêlées l'une à l'autre depuis sa première rencontre avec la Dame du Kaerl, lors de son arrivée sur l'île volante qui avait également ramené la flamboyante déesse sur le devant de la scène, qu'il ne faisait plus tout à fait la différence. Donc, quelle que soit son identité réelle, elle devait forcément avoir plus d'idées qu'eux sur la provenance de ces chefs-d’œuvre.
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeMer 3 Avr 2019 - 17:29

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
Totem – Jo Blankenburg

Les salutations achevées et tout un chacun convenablement installé, une tasse de thé fumante à portée de main, Lordan commença à retracer les évènements qui l’avaient amené à entrer en en possession des divers objets à présent étalés sur la table basse. Suivant le compte-rendu de l’Arken, Tristan conservait un silence méditatif, sans chercher à intervenir autrement que par quelques acquiescements discrets, observant les lieux avec une curiosité mesurée. Il était visiblement mal à l’aise, et Heryn ne pouvait l’en blâmer. Introduit dans l’entourage intime des Hautes Sphères du Kaerl quand on n’était soi-même qu’un humble Aspirant, qui ne le serait pas ?
Lui adressant un sourire encourageant, le voyant sursauter vaguement lorsque son ainé l’interpella pour qu’il prenne la parole, elle suivit avec la même attention les compléments d’explication qu’il apporta. Elle connaissait l’amour que Lordan portait aux anciens mythes et légendes du Rhaëg, et supposait que Tristan, venant de la cité d’Ablah, aux confins du Vaendark et réputée pour son savoir, devait probablement avoir été instruit dans ces domaines … Elle avait donc toute confiance en le raisonnement conjoint qu'ils lui exposaient.

Heryn ne pouvait nier que tous ces éléments mis bout à bout dépeignaient effectivement un tableau particulièrement intrigant. Une langue obscure à l'alphabet inconnu, des artefacts d’une rare qualité, un emplacement caché et préservé, et ce au coeur même du Màr Menel. Lordan et Tristan venaient-ils de faire, sans le vouloir, une découverte capitale sur le passé du Kaerl ? Se refusant à conclure trop hâtivement, la jeune femme se tourna à demi vers Kieran pour quêter son opinion, mais son consort conservait un regard concentré sur les objets, aux prises avec ses propres réflexions. Même si cela faisait près de quatorze ans désormais qu’elle vivait au Màr Menel et qu’elle avait mis à profit ses premières années au Kaerl pour voyager et en apprendre plus sur le monde, ses connaissances étaient bien loin d’être exhaustives … En tant que natif du Kaerl, éduqué depuis son plus jeune âge pour prendre la tête de sa Maison, il lui paraissait envisageable de pouvoir se reposer sur son époux pour jeter une nouvelle lumière sur ces excitants mystères.

Aussi, tandis que Kieran se penchait sur la boite à courrier délicatement ouvragée, comparant les écritures entre les lettres et la carte déroulée par Tristan, la jeune femme se saisit de la dague, la tirant de son fourreau pour en examiner la facture. Tout comme le collier aux gemmes inconnues, l’arme lui paraissait être d’une excellente qualité, peut-être de ces métaux précieux forgés par le feu des dragons ... Magnifique.
Relevant les yeux, elle croisa le regard brillant du jeune Aspirant, qui lui paraissait à présent suivre ses gestes d’une attention particulièrement soutenue. Un peu gênée par la confiance inébranlable à son égard qui irradiait de lui, elle prit la parole à mi-voix.

« Maître Ventaren, vous et l’Aspirant Gwened avez fait preuve de justesse dans l’analyse de la situation, soyez-en remerciés. Je ne peux que vous appuyer dans votre conclusion : ces objets recèlent probablement plus qu’il n’y paraît. Et en attendant d’en savoir plus sur les dangers hypothétiques qu’ils pourraient présenter, il serait effectivement plus sage de les remettre entre les mains des plus compétents pour traiter ce genre d’affaires … Et de faire sécuriser les lieux de la découverte. Maître Ciryandil, en tant que Servant de Mystra, pourrait peut-être nous aider, ainsi que le Seigneur Reynald.

Les Amberle sont réputés pour être les gardiens de la mémoire du Kaerl ... »


Elle marqua une brève pause, le temps de reposer précautionneusement la dague sur la table basse devant elle pour soulever le collier au creux de ses mains, fascinée par les reflets courant à la surface des gemmes, dansant à la lumière des flammes.

« J’intercéderai en votre faveur afin que votre implication dans cette enquête ne s’arrête pas là, si vous le souhaitez … Le mérite de cette découverte vous revient, à tous les deux. Quant à vous, Aspirant, voyez cela comme votre première mission rendue envers le Kaerl. »

Elle quêta un instant leur accord du regard, inclinant la tête, souriante, avant de poursuivre.

« Maintenant, voyons ce que nous pouvons conclure avec les éléments d’ors et déjà à notre disposition. Vous soumettez l’hypothèse que peu de civilisations actuelles seraient en capacité de produire de tels objets. Je suis d’accord. Ce qui nous ramène à la question suivante : seriez-vous capable d’estimer depuis combien de temps ces objets ont été déposés dans les cryptes ? Avez-vous pu observer un quelconque symbole récurrent, comme un emblème ou des armoiries, qui pourraient nous fournir des informations sur l’identité de la personne – une femme, de toute évidence – à qui ils appartenaient ? »

Les sourcils froncés sur la carte aux tracés inconnus, comme s’il cherchait à les forcer à révéler leurs secrets par sa simple volonté, Kieran se redressa lentement, secouant la tête en écho aux paroles de sa Dame, ses iris d’émeraude voilés par une soudaine obscurité.

« Ce pourrait être une notable du Kaerl, mais cela me parait peu probable. D'aussi loin que les Archives remontent, les personnages importants ou possédant la richesse suffisante pour accompagner leur sépulture de tels artefacts, ont toujours reposé dans les caveaux du Màr Menel, en Astrenuit. »

Ah. Au fur et à mesure qu’il déroulait son explication, son expression s’était adoucie, pour laisser filtrer le souvenir d’une douleur, d’une amertume pas encore totalement cicatrisée. Bien sûr. La dernière demeure de la propre mère de Kieran se trouvait là-bas, et lui-même y avait été gardé captif par Zackheim durant plusieurs lunes. Comment avait-elle pu ne pas faire le lien ? Ses doigts vinrent alors trouver les siens, et s’y entrelacèrent farouchement, semblant ainsi lui redonner quelque force.

« Non, je ne vois pas pourquoi une femme originaire des continents extérieurs, fut-elle reine de son propre pays, aurait été ensevelie au Màr Menel, même dans l’éventualité de services inestimables rendus au Kaerl …

Il s’arrêta pour laisser échapper un souffle léger, tâchant d’évacuer la tension qui cherchait toujours à le submerger, pour aller croiser le regard sérieux et attentif de Lordan et Tristan.

« Je ne connais pas la véritable raison pour laquelle ces cryptes ont été interdites d’accès, en dehors de leur structure réputée instable et dangereuse. Même les enfants les plus téméraires ne s’y aventurent jamais, voyez-vous ... »

Il se laissa aller dans le fond de son siège, croisant les bras sur sa poitrine, et un mince sourire, chargé d’auto dérision, s’afficha brièvement sur ses lèvres alors qu’il prononçait ces derniers mots. Pendant que tous réfléchissaient à ce qui venait d’être dit, emplie de compassion, Heryn garda les lèvres closes, ne pouvant empêcher ses pensées de vagabonder momentanément loin du sujet qui les préoccupait. Si son éducation n’avait pas été si stricte, Kieran aurait certainement pu être de ces enfants casse-cous et fanfarons prêts à enfreindre les règles, juste pour le grand frisson de l’interdit. Qu’en serait-il donc, alors, de ce petit garçon, ou cette petite fille, qui ne naîtrait pas avant encore plusieurs lunes ? Quelle enfance aurait-il la chance d'avoir, comment grandirait-il au sein de la Citadelle Céleste ?

Puis, la conclusion tomba lourdement, comme une pierre au fond d’un étang, les ramenant tous au moment présent en crevant un silence épais, auparavant uniquement troublé par les crépitements du feu dans la cheminée, les laissant interdits quant à ce que cela sous-entendait.

« ... Tout ceci nous amène finalement à cette seule possibilité : l’époque à laquelle cette femme a vécu pourrait être antérieure à celle de la fondation de l’Ordre de Lumière au Màr Menel. »

Avaient-ils mis la main sur des artefacts Valherus ?
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeJeu 19 Sep 2019 - 22:51

En tant que maître dragon, face aux dirigeants du Màr Menel, Lordan se sentait plus ou moins responsable de l’aspirant. Il s’était donc inquiété de le voir perdre ses moyens au début de la rencontre. Bien entendu, que le Neishaan soit intimidé, c’était on ne peut plus naturel.  Rares étaient ceux demeurant insensibles à l’aura de puissance qui émanait de la Dame, toute fine et presque délicate de stature, mais finalement, très souveraine même dans sa bienveillance. Son regard n’avait pas besoin de tomber de très haut pour rappeler que, avant d’être une très charmante jeune femme, elle incarnait l’autorité suprême de tout le Màr  Menel. D’ailleurs, Heryn Amlug pouvait très rapidement faire oublier son aménité première à celui qui se montrait irrespectueux ou simplement désinvolte. Une certaine gifle, publiquement lancée à Ambroise de Leysse, résonnait encore dans les mémoires célestes. Et  quand la présence du consort ajoutait la prestance du guerrier au charme altier de la dame, il n’était pas étonnant qu’un aspirant  perde un peu la parole devant le couple représentant la puissance même du kaerl.
Heureusement, l’aspirant trouva les mots qui convenaient pour commenter les objets dont il avait la garde.Lordan se sentit donc doublement heureux : du sourire rassurant que la dame adressa à son compagnon et du fait que le trouble de Tristan  n’ait en rien effacé le respect  pour la Dame ni l’élégance discrète de son comportement. Le Neishaan, une fois de plus, avait montré qu’il  savait s’adapter aux circonstances.

D’ailleurs  c’était bien Tristan qui avait immédiatement jugé qu’il fallait révéler leur trouvaille à la Dame, alors que lui, tout arken qu’il était devenu, il avait commencé par chercher à qui, hiérarchiquement, il devait remettre son rapport, comme pour se mettre à l’abri derrière un intermédiaire. Désormais habitué à rencontrer les autorités du kaerl, redoutait-il donc encore à ce point une entrevue avec la souveraine des Célestes? Quel couard pouvait-il être..! Tristan était finalement plus audacieux que lui.
Cependant il ne s’attarda pas sur ce sentiment dépréciatif de lui-même. Les découvertes dans la crypte étaient trop exceptionnelles pour qu’il puisse en parler sans passion et cette passion lui donna l’assurance dont il manquait ordinairement.
Aussi quand, après avoir ayant montré la carte en soulignant le caractère mystérieux de l’écriture , Tristan se tut en lui adressant un regard d’appel, le maître bronze se rapprocha aussitôt. C’était cet objet qui le fascinait en priorité, plus que la si belle dague, plus que le collier fantastique et même plus que de découvrir à qui appartenaient ces objets et comment avaient-ils pu se retrouver là.
Le consort aussi s’était rapproché, examinant les lettres de la boîte à courrier tout en  les comparant  à  la carte.
Il était connu que les frères de Galastden avaient reçu une éducation plus éclectique que celle valorisée habituellemrnt par leur maison, axée sur l’art de la guerre et les sciences politiques. L’avis de Messire Kieran n’était pas à négliger. Mais Lordan ne put s’empêcher de penser que le cadet, le seigneur exilé dans l’opprobre général, Zackheim le Fourbe, Zackheim le Menteur, Zackheim le Déchu, aurait peut-être immédiatement su dans quelles direction orienter les recherches.

En effet, dans le cadre de l’ancien Escadron d’Elite, appelé à suppléer au capitaine et maître espion Legundir disparu, Lordan avait pu remarquer l’étendue des connaissances que le nouveau  maître du kaerl avait accumulées malgré les aspects volontiers iconoclastes de sa jeunesse. Ce n’était pas étonnant si on songeait que, alors que tous les regards se tournant vers le brillant Kieran, leur tuteur Ehsan, lui-même érudit au savoir ténébreux, avait plus particulièrement étendu son emprise intellectuelle sur le cadet, avec les conséquences désastreuses qui s’en étaient suivies. Devenu Seigneur du Màr Menel, Zackheim était resté, à sa manière dissimulée, un homme d’études et de recherches possédant désormais tous les moyens d’accès aux connaissances les plus rares. Le seigneur convoquait parfois le chevalier Ventaren dans son bureau privé pour des questions de sécurité et Lordan avait remarqué sa bibliothèque personnelle, s‘étonnant  des titres qu’il lisait au passage. Entre des classiques qu’il avait lus et relus aux Archives, il découvrait des intitulés de sciences inconnues, des dos calligraphiés indéchiffrables, des chroniques et rhaëgraphies d’auteurs anciens dont on ne connaissait souvent plus que le nom et qu’on disait même pour certains avoir côtoyé les derniers Valherus.
Evidemment, son intérêt, même muet, n’avait pas échappé à l’esprit inquisiteur du seigneur qui au début  jugea  cette curiosité avec une bienveillance amusée. Il lui fit admirer quelques volumes enluminés, des codex mystérieux aux dessins étranges. Malgré sa méfiance envers le nouveau seigneur, Lordan avait été reconnaissant de cet intérêt, flatté peut-être qu’on ne le prenne pas pour un de ces guerriers considérant la lecture comme une corvée et l’étude comme l’apanage des faibles ou des excentriques.
Mais il n’eut pas droit à plus car Zackheim l’envoya brusquement  au Ssyl’Shar, à la recherche de mystérieux dragons sauvages, mission dangereuse où il frôla la mort à pusieurs reprises, et sans qu’il ait jamais pu démêler si cette mission était une grâce faite à un amateur d’exotisme ou un moyen d’éloigner un curieux un peu trop à l’aise avec les manuscrits et pas assez avec l’ordre nouveau instauré. En tous cas, il avait gardé la plus haute opinion des connaissances de l’ex seigneur et il aurait aimé pouvoir le questionner, en particulier sur le déchiffrement de la carte.
C'est que Lordan – et il n’était pas le seul- ne croyait pas à la mort de Zackheim. Le seigneur avait été atteint près du coeur par l’arme de l’assassin- ou du justicier, selon les opinions- et le coup avait paru fatal. Mais si  Sarevok n’avait emporté qu’un cadavre, le dragon n’aurait guère survécu à son lié et il en serait bien parvenu quelques échos par les autres sauriens. La mort d’un dragon est perçue à distance par ses congénères. Evidemment, les dragons ne disent aux bipèdes que ce que leur  communauté d’esprit leur permet de révéler. Mais ils sont justement si liés entre eux qu’ils vivent profondément la disparition de l’un des leurs. De nombreux dragons assistaient à la scène du meurtre et aucun n’avait eu  un de ces  cris chantés étranges dont ils accompagnent  la mort d’un frère. Bien des Célestes l’avaient remarqué. Certains pensaient que l’usurpateur était mort mais que les dragons, en ne  pleurant pas l’inévitable fin de leur frère, condamnaient la part active que Sarevok avait prise dans les machinations de son lié. D’autres y voyaient la preuve que Sarevok emportait un blessé et non un cadavre. Or, si les sentiments familiaux s’effaçaient sitôt l’Empreinte accomplie, un dragon n’oubliait jamais ses géniteurs dont il respectait le nom et dont au besoin il se montrait très fier.
Hanelvig était justement fils de Vraël la Bleue, fille de la légendaire reine dorée Kiruna, et seul fils de Sarevok. Lordan chercha en vain quelques marques d’émotion de son lié quand il abordait le sujet. A tort ou à raison, il se disait que si Sarevok était mort, son fils aurait laissé percer ne serait-ce qu’une ombre de regret quand ils évoquaient ensemble la terrible scène. Et si Sarevok vivait encore, Zackheim était quelque part avec lui sous le ciel du Rhaëg.

Evidemment, il n’était pas question d’évoquer le souvenir du seigneur déchu en ce lieu et encore moins d’avoir l’air de regretter qu’il ne soit pas là pour les aider à dénouer le mystère. La Dame ayant rappelé que la Maison d’Amberle possédait une longue tradition d’historiens, on pouvait espérer qu’en effet la lumière viendrait de ce côté.
Les  remarques de la Dame permettant de ne pas considérer cette entrevue comme la fin de l’aventure suffirent à lui faire oublier l’ex- seigneur et le remplirent de joie. Il y répondit d’un large sourire et d’une inclinaison respectueuse de la tête, content au passage de voir Tristan complimenté. Puis  la Dame et le consort donnèrent leurs premières impressions et hypothèses concernant les objets et les circonstances obscures qui entouraient leur apparition.  Lordan se décida alors à prendre la parole.
 
-Il est évident que l’avis d’experts est indispensable.. je ne saurais même pas dire s’il s’agit du contenu d’une tombe. Nous n’avons pas pu monter à l’étage d’où sont tombés ces objets. Aucun reste de cadavre ou fragment de sépulcre n’a accompagné le  coffre de bât contenu dans la cape de cuir mais  cela ne prouve rien. Seule une visite à l’étage pourra nous le dire et s'il s’agit vraiment d’une crypte ou seulement d’une salle, d’un corridor, d’une autre grotte peut-être. . .Les cryptes sont fermées mais la partie inférieure du kaerl comporte des passages plus ou moins oubliés, comme celui par lequel nous sommes arrivés à la caverne de glace.

Il garda pour lui cette pensée  " des passages comme celui par lequel j’ai vu rentrer en douce mon cher Maître Thelrand, officiellement banni pour tentative de régicide et cela, fort curieusement, le soir même où l’ex Seigneur est réapparu brusquement chez lui, rentrant ni vu ni connu de cette fameuse réunion des Ordres au Manoir d’Ael Alfirin pour annoncer que le banni ne l’était plus, face au danger de l’Ombre-Mage. " Il préférait ne pas trop insister sur la façon clandestine dont il avait exploré le Jardin Mauve et le souvenir de l’utilisation faite de Gertrude la Gargouille lui paraissait de nature à compromettre son image d’Arken respectable. Il poursuivit donc( tout en se demandant s’il pouvait vraiment passer pour un arken respectable :)

-Un point qui me paraît important est de découvrir combien d’acteurs sont impliqués dans ce mystère. Il peut s’agir d’un chercheur de trésors rassemblant différents objets de diverses origines, ou bien d’un pilleur de tombes ayant vidé un tombeau de ses objets précieux. Ou bien une sépulture s’ouvre  partiellement, et son étude in situ pourra peut-être permettre d’en identifier l occupant et voir s’il a un rapport avec les objets qui semblent en provenir  

Il hésita un bref instant. Pouvait-il ne pas se rallier à l’opinion princière, qui avait aussi été celle de Tristan au moment de la découverte; à savoir que l’inconnu était une femme ? Mais il avait des arguments et reprit :

- On peut envisager un individu d’une race peut-être aujourd’hui oubliée ou isolée dans des contrées peu ou pas connues. Un être de petite taille, fin, comme l’indique le pied délié qui a chaussé les bottes que nous avons laissées là-bas ...  Et appartenant à une civilisation très soucieuse de beauté, d’élégance, ayant atteint un haut niveau de connaissances. Peut-être une femme mais pas forcément. J’ai été frappé par le contraste entre le côté très ordinaire,  certes résistant, mais lourd et  commun de la cape et même du coffre que nous avons laissés dans le jardin . Je vois mal une femme dans ce vêtement encombrant, bien  qu’une guerrière robuste puisse avoir le pied petit et aimer les jolies choses. Ou bien, coffre et cape sont en faveur d’un aventurier et le butin appartiendrait bien à une noble dame des temps d’autrefois.

Malgré son excitation à échafauder des théories, il s’efforçait de garder un ton pondéré et prudent. Il ne fallait pas oublier qu’il avait d’autres obligations au kaerl. Ce serait difficile de boucler son sac et de partir sur la première piste qui s’ouvrirait vers le pays inconnu de la carte.

-Que ces objets soient très anciens, hors de notre ère, paraît plus que probable. Leur sophistication tranche avec ce que les terres étrangères peuvent aujourd’hui produire. Certes magie et savoir-faire perdurent encore dans les kaerls, héritiers des vestiges de l’ancienne civilisation, mais il est rare de les rencontrer dans des objets utilitaires. Dans le coffre, nous avons laissé un rouleau de fil de mithril, pas même protégé, en vrac, comme un outil banal. On ne fond plus de mithril depuis des siècles ! Les Valherus ont gardé le secret des mines de ce ce métal précieux.
Tristan et moi  avions pensé aussi à cette origine devant le collier qui nous a mis d’ailleurs mal à l’aise malgré sa beauté. Rien que ce nom, Valherus, évoque tant d’interdits et de dangers possibles.
Ce serait un grand honneur si nous étions appelés à connaître la solution de ces énigmes. Et je suis évidemment prêt à participer aux recherches si on le juge utile.


Il s’inclina de nouveau, se tournant ensuite vers Tristan. Il fallait que le Neishaan s’exprime lui aussi, même si, commençant à le connaître, Lordan supposait qu'il n'était pas très impatient de le faire.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br10
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeMer 16 Oct 2019 - 16:01

Le compliment de la Dame, même s’il incluait son compagnon Lordan, fit chaud au cœur du neishaan. Ainsi donc, elle tombait d’accord avec eux, choisissant la voie de la prudence. Il fut aussi surpris et heureux d’entendre mentionné celui à qui il devait sa présence au Màr Menel, le Lié du blanc Aramanth, et hocha la tête avec enthousiasme à cette possibilité : Ciryandil avait une vision différente de celle du commun. Tristan ne l’avait que peu côtoyé, juste le temps de quelques discussions, puis de son transfert depuis le Vaendark jusqu’à la grand place du kaerl Céleste, mais ces brèves périodes lui avaient suffi pour réaliser que, si les yeux du servant de Mystra ne percevaient pas les formes et les couleurs de ce qu’on appelait communément « réalité », il possédait d’autres capacités lui permettant d’appréhender ce qui, pour d’autres, se fondait dans l’inconnu de l’invisible.

Toujours à l’affût, il retint son souffle quand la semi-fëalocë recueillit le mystérieux ornement dans ses mains délicates. Il lui semblait que quelque chose était sur le point de se passer, alors que les larmes de pur cristal se mêlaient à celles de sombre grenat, et que leurs reflets contraires se posaient sur ses paumes en coupe. Pour autant, rien ne fit tressaillir l’air paisible de cette pièce chaleureuse, qu’il imaginait si tranquille avant leur intrusion, et l’aspirant put reprendre sa respiration alors qu’il leur était proposé de poursuivre les investigations. A court de mots, plus touché par cette confiance affichée qu’il n’était capable de l’exprimer, le fils d’Ablah posa une main sur son cœur, et inclina silencieusement la tête pour montrer combien il était honoré d’accepter.


La question de la durée de stockage de leurs découvertes dans les strates supérieures le fit esquisser un timide haussement d’épaules au bout d’un instant de réflexion, regard fixé sur l’extrémité du joli fourreau. Il n’avait remarqué aucun signe distinctif tel que le suggérait Heryn Amulg, mais cela signifiait-il qu’il n’y avait rien eu ? Ils étaient tellement excités par leur découverte, qu’ils avaient certainement manqué plus d’un détail. Mais Lordan, lui non plus, ne semblait pas avoir repéré quoi que ce soit en ce sens. Cela aurait été trop simple… C'est alors que le consort qui, jusque-là, s’était fait bien discret, prit la parole afin d’ajouter sa vision personnelle, étayée par sa longue expérience de vie parmi la citadelle Céleste.

Tristan ne le connaissait pas bien, Kieran de Galasden avait d’abord été un nom parmi d’autres, croisé lorsqu’il s’était intéressé aux familles importantes de son nouveau foyer, et il n’en savait pas tellement plus depuis. Il apparaissait comme un homme sérieux, un peu trop peut-être, et parasité par des questions dont la nature échappait totalement à l’aspirant. Quoi qu’il en soit, il n’avait aucune raison de douter de sa parole : ainsi, les cryptes ne contenaient pas de sépultures un tant soit peu récentes, et personne ne semblait savoir ce qui s’y trouvait. Toujours silencieux, le neishaan s’efforçait de réfléchir à ce qui pouvait se trouver là-bas, quand le sieur Kieran amena sans les nommer le peuple qu’ils avaient tous à l’esprit : les mythiques valherus.


A son tour, Lordan donna les éléments qu’il jugeait pertinents, élargissant le champ des possibilités. Pas forcément une tombe. Pas forcément une femme. Il avait raison, rien ne leur permettait de conclure à ce stade, et Tristan marqua son assentiment de discrets hochements de tête. Jusqu’à ce que son aîné ne l’incite silencieusement à apporter son propre avis. Un peu pris de court, il ouvrit la bouche, puis la referma. Il était d’accord avec ce qui s’était dit, mais l’affirmer ferait-il avancer les choses ? Il devait pouvoir faire mieux que cela. On attendait certainement mieux de lui, et il se devait de donner tout ce qu’il pouvait. Après tout, c’était lui qui avait proposé d’amener leurs découvertes à la Dame, à lui d’assumer maintenant, et de se montrer à la hauteur.

« Maître Lordan a émis des hypothèses sages, qui sont toutes possibles, mais que nous ne pouvons vérifier dans l’état actuel… Nous avons besoin de davantage d’informations. Les deux personnes que vous avez évoquées, »
continua-t-il en levant brièvement le regard vers la Liée de Rintrah, avant de le ramener immédiatement aux objets qui retenaient leur attention,
« peut-être pourrait-on s’enquérir de leur disponibilité ? Avec l’aide d’Osmaël, qui sait si l’un d’eux ne pourrait pas nous rejoindre immédiatement ? »
Il avait pris toutes les précautions pour suggérer en douceur, bien conscient qu’il n’avait aucun pouvoir en ces lieux, et aucune légitimité à inciter les autres à quelque action que ce soit. Pour autant, on lui avait fait une place dans la réflexion autour de leurs trouvailles, et il entendait bien la tenir de son mieux.


Continuant à réfléchir, les tirets cuivrés de ses sourcils penchés sur sa peau pâle de neishaan comme à chaque fois qu'il se concentrait, il reprit après un moment :
« Il me semble que nous avons deux questions auxquelles il serait important de répondre : d’abord, qu’est-ce qui se trouve au-dessus de la grotte où nous avons trouvé tout ceci. L’effondrement montre que la structure n’est pas stable, et tenter de se glisser dans la brèche serait dangereux... »
Pour autant, quel autre choix avaient-ils ? Les yeux de l’aspirant se détachèrent de la table basse et, attirés par la danse des flammes, s’y fixèrent un instant. Il fallait que quelqu’un aille voir, quel que soit le danger. Il fallait savoir. Ce ne fut qu’en relevant le regard, que la solution lui apparut, pareille à un rayon de Solyae au travers de la couverture nuageuse. Ce rayon-là avait l’éclat du bronze, et dormait actuellement comme le bienheureux qu’il était, sans se douter du déclic que sa présence avait fait naître dans l’esprit de Tristan.

De nouveau, le regard de ce dernier passa sur les trois Liés : la Dame, puis son consort, enfin, maître Lordan. C’est sur celui-ci, plus accessible à son goût, qu’il s’arrêta.
« Est-ce qu’on ne pourrait pas envoyer une créature plus petite et plus agile que nous autres, pour aller voir de quoi il retourne ? Comme… un lézard de feu ? »
Quêtant les réactions, le visage rougi par son audace, il refit brièvement un tour oculaire des présents, n’osant s’attarder plus d’un instant sur le couple dirigeant. Maintenant qu’il était parti à s’exprimer, il enchaîna rapidement sur ce qu’il avait voulu dire d’autre, histoire que ce soit terminé plus vite :
« Je crois aussi que, si nous parvenions à identifier cette écriture, nous ferions un grand pas en avant. »

Et puisque messire Kieran avait semblé fort intéressé par la carte, ce fut sur lui que se posèrent cette fois les deux ambres du jeune érudit :
« Nous avons évoqué les valherus… n’y a-t-il pas quelque part un élément de comparaison que nous pourrions utiliser ? Un écrit qui serait conservé en lieu sûr... »
De nouveau, il sentit ses joues lui cuire, alors que le souvenir de corridors sombres et humides, hantés d’un monstre invisible, lui revenait. Il avait essayé de retranscrire les mots rencontrés au cours de cette aventure, de mémoire, une fois rentré en sécurité au kaerl. Autant dire que ça n’était pas grand-chose… mais s’ils n’avaient rien de mieux, cela pourrait servir de point de comparaison. Cependant, il lui répugnait de se mettre ainsi en avant, aussi attendit-il qu’une réponse soit apportée. Le Màr Menel possédait sans doute quelque chose de bien plus sérieux que ses quelques notes, partielles et sans doute erronées.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeSam 14 Déc 2019 - 20:09

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
Dark – Hans Zimmer (Dark Phoenix OST)

A la suite de sa dernière suggestion, prononcée d’une voix calme, Kieran avait laissé son regard errer sur leurs deux invités, une nuance interrogatrice brillant dans ses iris d’émeraude. Pendant quelques instants, plongés dans leurs intenses réflexions, nul n’avait osé troubler la paix ambiante du petit salon. Pour autant, sans qu’un seul mot ne soit prononcé, il lui avait semblé percevoir le cheminement que l’idée faisait dans leurs pensées … Et l’accord plus ou moins conscient qu’elle provoquait.

Puis Lordan avait repris la parole, apportant des précisions indispensables sur le site et les circonstances de la découverte, élevant de nouveaux questionnements sur l’identité du propriétaire à qui avaient appartenu ces objets. Se pouvait-il qu’ils n’aient aucune origine commune et qu’ils n’aient été que des pièces disparates ramenées au Kaerl par un quelconque chasseur de trésor ? Selon l’Arken, leurs trouvailles pouvaient clairement se répartir en deux catégories, entre celle, d’une beauté troublante, de la carte, du poignard et du collier, et celle, plus commune, de la cape et du coffre ayant contenu les artefacts. Mais avaient-ils pour autant été la propriété d’une seule et même personne ?
Si le jeune Consort approuvait la logique des conclusions à laquelle Lordan et Tristan étaient parvenus, il restait néanmoins persuadé qu’une femme au moins avait originellement impliquée dans l’histoire. Que ce soit à cause du collier – qui ne lui paraissait pas adapté à un cou masculin, à cause de sa finesse et délicatesse d’ouvrage –, du poignard, d’une légèreté et maniabilité parfaitement adaptée à une main féminine, de la curieuse paire de bottes de cuir, ou même de l’écriture élégante, quoi qu’illisible en l’état, couvrant les parchemins retrouvés dans la boite à courrier. Si tout cela avait bel et bien appartenu à un ou une Valheru(e) … Il lui paraissait probable que l’individu ait été d’une puissance et d’une richesse suffisante pour arborer de tels trésors.

Mais quand bien même, retracer près d’un millénaire d’histoire de Tol Orëa pour identifier son identité s'apparentait à chercher une aiguille dans une botte de foin … Avait-il ou elle, pour commencer, seulement été résident(e) du Màr Menel, ou bien ses possessions s’y étaient-elles retrouvées par l’influence extérieure d’un collectionneur précautionneux et amateur de secrets ? Comme le pensait Tristan, leurs meilleures chances pour identifier potentiellement le propriétaire restaient encore de parvenir à déchiffrer les échanges écrits qui étaient parvenus entre leurs mains. Quels qu’en soient la nature et le contenu, ils y trouveraient certainement au moins un ou plusieurs noms capables de leur donner de nouvelles pistes. Resterait encore le mystère de la carte, qui, pour autant qu’ils en sachent, pouvait tout autant dépeindre un lieu issu d’un autre monde.

Toute cette histoire commençait sérieusement à piquer sa curiosité, et il voyait bien, à l’éclat pétillant dans les yeux de son aimée, que Heryn, comme toujours passionnée par tout ce qui touchait aux Valherus, voudrait aller au bout de la question. Kieran grimaça alors légèrement, songeant que cela aurait au moins le mérite de l’occuper et de détourner ses pensées de toutes les implications que poseraient sa grossesse … A condition qu’elle ne se mette pas en danger inutilement par des décisions inconsidérées, comme elle en avait l’habitude.

Il se contenta néanmoins d’un hochement de tête silencieux en direction de Lordan, lui signifiant son accord, au moins partiel, avant de reporter son attention vers Tristan, l’Aspirant ayant timidement élevé la voix pour apporter quelques suggestions concrètes pour avancer dans la résolution de leur enquête. Lorsque son regard sérieux croisa celui, plus fuyant, du jeune sang-mêlé, l’Humain s’efforça d’adoucir son expression, pour arborer un visage l’encourageant à poursuivre ses réflexions. Envoyer un lézard de feu, hein … L’idée, quoi que brillant par sa simplicité, était en réalité plutôt bonne, et Kieran se morigéna de ne pas avoir envisagé cette possibilité plus tôt, trop pris qu’il était par les mémoires troublées de son propre passé. Zackheim … Oui, Zackheim aurait certainement su quoi faire, lui. Peut-être même aurait-il su déchiffrer les énigmatiques écritures, ou tiré du rayonnage de son étagère personnelle un livre leur permettant de le faire. Il avait toujours été plus un lettré, plus avide de savoirs que lui …

L’étreinte douce et chaleureuse de la main de Heryn sur la sienne se resserra, et elle lui adressa un regard confiant. Ensemble … Tant qu’ils seraient ensemble, ils se soutiendraient mutuellement, en dépit de leurs inévitables désaccords, et ils feraient de leur faiblesses respectives une force sur laquelle compter.

[RP] L'affaire du collier de la Reine Meemaw-tolorea

Comme s’il avait senti que l’on parlait de lui, confortablement vautré sur le linteau de la cheminée, Meemaw, le lézard de feu, ouvrit un œil paresseux, baillant largement tout en laissant échapper un petit grognement satisfait. Il se redressa néanmoins, se laissant glisser en un vol plané jusqu’à l’épaule du jeune sang-mêlé, nichant possessivement son museau dans le creux de son cou. Il pouvait éprouver la compassion sereine avec laquelle sa maîtresse considérait l’Aspirant, qu’elle avait déjà rencontré quelques lunes auparavant, et se sentait donc plutôt en confiance avec lui. De plus, il dégageait actuellement une chaleur passionnée qui lui évoquait le ronronnement impétueux d’un feu pas tout à fait maîtrisé …
L’autre bipède quant à lui était le protecteur de Heryn, celui aux grandes jambes et aux mains assurées, qui était lié à son grand cousin Hanelvig. Le lézard appréciait beaucoup le Bronze, qui, quoi qu’indéniablement gourmand, ne refusait jamais de partager quelques friandises avec lui. C’était là un dragon sur lequel on pouvait compter, pas comme le sombre Merentar qui le regardait toujours comme une souris tout juste bonne à croquer.

Tout allait bien !

D’un roucoulement enjôleur, il projeta donc dans l’esprit du rouquin l’image du pot de miel, clos, qui reposait, oublié, sur la table basse. Sûrement ne refuserait-il pas de lui en donner ? Lorsqu’en retour, il perçu un souvenir confus, mêlant ruines oubliées et crypte glacée, il s’effaroucha, battant des ailes et laissant échapper un cri excité. Car il y avait là, transcendant l’obscurité, la flammèche vacillante d’une lézarde Incarnate qui ne lui était pas inconnue. Eos ! Cela faisait si longtemps qu’il n’avait plus vu la petite Reine ! D’un bond maladroit, survolant les tasses, il atterrit sur les genoux de sa maîtresse, levant vers elle des prunelles tourbillonnantes de rouge-orangé et martelant son esprit de l’image de Eos progressant dans les souterrains maudits et enténébrés.

Si Heryn reconnut la lézarde pour celle qu’elle était, elle eut la sagesse de ne rien en laisser ouvertement paraître, et avec forces caresses et chuchotements, le Bronze se calma suffisamment pour que la Fëalocë puisse lui transmettre ce qu’on attendait de lui. Avec une dernière trille de regret, Meemaw disparut dans l’Interstice, et la jeune femme adressa un sourire d’excuse à ses compagnons, ignorant pour l’heure le regard, plus soupçonneux que véritablement curieux, que Kieran portait sur elle. Le temps aidant, il avait appris à lire à travers elle à chaque fois qu’elle tentait de lui cacher quelque chose. Elle le savait, il lui serait inutile de prétendre le contraire.

« Meemaw semble trouver chez vous quelque chose à son goût, Aspirant Gwened. Veuillez excuser son comportement … Ce n’est pas inhabituel chez lui, vous savez sans doute comment sont les lézards de feu … Mais j’espère que cela ne vous a pas dérangé. »

Une pause, le temps de croiser lentement ses mains dans son giron, réprimant son instinct premier qui aurait voulu qu’elle entourât son ventre de ses bras. Eos … signifiait Persée. Cela ne pouvait être qu'elle. Où Tristan avait-il bien pu la rencontrer ? Tenaient-ils enfin une piste pour retrouver Zackheim ?

« Je l’ai envoyé explorer les cryptes et ce qui se trouve au dessus, comme vous l’avez suggéré. Je ne sais pas ce qu’il y trouvera, mais les souvenirs de ce qu’il y observera nous serons utiles, afin de déterminer si quelque chose a pu vous échapper. »

Se détournant vers Kieran, elle s’adressa à lui d’un ton posé, qui laissait largement sous-entendre à son époux qu’elle lui expliquerait plus tard ce qu’elle avait vu, lorsqu’ils seraient seuls.

« Penses-tu pouvoir aller quérir Reynald ou même Ciryandil, si tu parviens à le trouver ? Le Patriarche ne se déplacera sans doute pas pour un simple messager, mais si c’est toi qui te présente à lui, alors peut-être ... »

***

[RP] L'affaire du collier de la Reine Reynald_Amberle [RP] L'affaire du collier de la Reine Logo_b19
Reynald d'Amberle & le Blanc Jhereg
Patriarche de la Maison Amberle

Lorsque le Consort revint, près d’une demi-heure plus tard, il était finalement accompagné de Reynald d’Amberle, le Patriarche arborant une expression grave qui détonnait avec la patience habituelle qu’on pouvait y lire. Tous deux à peine essoufflés par leur pourtant interminable ascension – les escaliers étaient légions au Màr Menel, et quiconque y vivait finissait inévitablement par en prendre l’habitude – ils prirent place autour de la table, sur un léger signe de tête de la part du Maître Blanc à l’attention de leurs deux premiers invités.

« Aspirant. Maître Ventaren. Dame Amlug. Messire votre époux m’a succinctement résumé la situation. Peu m’importe le caractère impromptu de votre demande, je crains que vous n’ayez pris la plus sage décision possible en me faisant appeler … Puis-je voir de plus près les objets en question ? »

Relevant un regard poli sur l’Arken pour obtenir son consentement, quoiqu’accessoire – Lordan restant à ses yeux le responsable actuel des découvertes exposées là – Reynald entreprit un examen minutieux des différents artefacts, son visage s’assombrissant lorsqu’il sortit de son fourreau ouvragé le poignard à la lame noire. Enfin, il s’arrêta sur l’un des feuillets de parchemin, tapotant un doigt pensif sur la signature qui l’ornait.

« Bien peu sur Tol Orëa sont encore aujourd’hui en capacité de lire le Valheru, et personne, pour ainsi dire, ne sait le parler, comme nous l’a prouvé l’affaire des Clefs d’Ouranos … Pour ma part, j’ai été instruit suffisamment pour me permettre de déchiffrer certaines syllabes, voire certains mots. Je ne saurais malheureusement pas traduire le contenu de ces lettres, mais voilà ce dont je suis à peu près certain : l’un des noms récurrents apparaissant sur ces parchemins ne m’est pas inconnu. »

Le Patriarche reposa précautionneusement le feuillet, bien à plat sur la table, englobant d’un geste du bras le collier aux gemmes luisantes ainsi que le poignard.

« Il me paraît fort probable que votre hypothèse de travail soit justifiée. Ces artefacts ont appartenu en leur temps à la Dame Dorée Ancalë-Naira, dernière souveraine Valherue du Màr Menel, qui fut, comme vous le savez, à l’origine de la lignée principale de la Maison Dalneÿs. Inclinez le collier selon un certain angle bien précis, afin que la lumière frappe directement la gemme principale, et vous verrez apparaître, en transparence, l’emblème de cette Valherue, un soleil transpercé d’une lance. Il est probable que le même dessin apparaisse, là encore, d’une façon ou d’une autre, habilement caché dans les motifs qui ornent ce fourreau. »

Il soupira, secouant lentement la tête, scrutant du regard, tour à tour, chacun des protagonistes rassemblés autour des mystérieuses trouvailles.

« Quant à la raison pour laquelle ces objets ont été perdus et oubliés au cœur des souterrains de notre Kaerl … Je ne saurais l’expliquer, hélas. S’ils sont bien ce que je pense, ils ont fait partie d’une mission de récupération ordonnée il y a de cela désormais près de vingt ans, juste avant que les prémisses de la Grande Guerre ne secouent Tol Orëa. J’ignore encore comment le Seigneur Logain en avait eu connaissance, ni quelles sont leurs propriétés exactes, mais il avait jugé d’une importance capitale que ces artefacts soient rapatriés en sécurité au Màr Menel. C’est Saemon Ashriel en personne, son jeune Second, également dirigeant et consort de la Maison Amberle, qui en avait alors été chargé.
Du temps où elle était encore en vie, son épouse, Nesta d’Amberle, s’était beaucoup intéressée à l’histoire de notre Kaerl, et plus particulièrement aux artefacts Valherus … Il avait ainsi paru naturel qu’il poursuive son œuvre, en plus d’être un homme de confiance de Logain. »



(HRP : Comme proposé dans le topic de discussion à la Pierre de l’Âtre, sentez-vous libre de PNJiser Reynald pour faire avancer l’intrigue, et je rajouterai même : vous pouvez également vous-même décrire ce que voit Meemaw ^^. En espérant que ça vous convienne ! <3)
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeMer 22 Jan 2020 - 22:15

On ne pouvait pas dire que Kieran fût généreux en paroles. Le Consort montrait de l'intérêt pour les objets mais laissait Heryn prendre les décisions, ce qui plut à Lordan qui gardait un reste de réticence à son égard bien qu"il ait abandonné la méfiance que le futur époux de la Dame lui avait inspirée. On avait tellement dit que ce mariage était politique et arrangé par la Maison Galastden pour récupérer le plus  possible de ce pouvoir seigneurial qu’elle estimait lui être dû ! On avait aussi souvent insinué qu’Heryn Amlug rejetait ce projet. Elle n’aurait cédé que par faiblesse disaient les un, que par devoir disaient les autres. Se mêlant peu des débats politiques entre Maisons,l'aspirant puis le chevalier en était resté là, se construisant, à la gloire de la jeune femme, un petit scenario où elle sacrifiait noblement son indépendance à la paix et l’équilibre du Kaerl,  Kieran étant responsable de tout ce qui avait pu ensuite se passer de terrible. Depuis, il avait appris à estimer le courage et la droiture du Consort et il était trop sensible aux sentiments des autres pour ne pas être désormais convaincu que les deux jeunes époux s’aimaient profondément, même si le projet du mariage n’avait été au départ qu’une entente arrangée.

L’envoi d’un lézard de feu lui parut une bonne décision, bien que lui-même évitât au maximum le contact avec ces charmantes créatures. Réceptif comme il était à certaines ondes psychiques, il redoutait le flux coloré, fragmenté qu’elles transmettaient. Pour gérer ce kaléidoscope d’émotions, de symboles imagés, il lui fallait fermer son esprit à cette avalanche qui l’étourdissait et ce n’était vraiment pas compatible avec leur rôle de messager. Il les voyait donc arriver vers lui avec appréhension, soulagé quand le mini-saurien portait dans ses griffes une missive à lire en bonne et due forme.
Justement Meemaw s’éveilla et avec une certaine appréhension, Lordan le vit se diriger vers lui,mais non, il s’intéressait à Tristan sur lequel il s’installa. De toutes façons Meemaw était un lézard de feu très intelligent. Sa naturelle espièglerie n’atteignait pas le degré parfois exaspérant de certains de ses congénères moins bien élevés. Meemaw, lui, savait se tenir. Hanelvig, qui ne partageait pas la vulnérabilité de son lié, avait d’ailleurs un faible pour lui, le jugeant beaucoup plus  raisonnable que la moyenne de son espèce.
La brusque excitation du lézard le surprit donc et il recula d’instinct de deux pas vers le mur quand Meemaw s’envola vers sa maîtresse. Quelques fragments d’images illisibles lui parvinrent au passage mais déjà Heryn calmait son petit familier réfugié sur ses genoux et qui, peu après, reprit son vol et disparut. La Dame venait de l’envoyer explorer les cryptes et dans la foulée, expédia le Consort chercher le patriarche de la Maison d’Amberle. Lordan apprécia une fois de plus l’esprit d’à propos de sa souveraine, son calme aimable pour rétablir l’ordre autour d’elle et son habileté à faire passer ses décisions pour des propositions et non des ordres, du moins quand elle n’était pas fâchée.

Lordan estimait beaucoup Reynald d’Amberle, ayant toujours un préjugé favorable pour ceux qui, malgré les vicissitudes et les charges accumulées avec les ans, gardaient le goût de l’étude et le plaisir du savoir. On lui reconnaissait aussi, ce qui ne pouvait que le rendre encore plus sympathique, une générosité de coeur et un souci de la justice qui lui valaient d’être souvent choisi comme conciliateur quand des Maisons s’opposaient un peu trop vigoureusement. Ceci dit, ce n’était pas un homme à s’attendrir facilement et s’il observait bien le premier principe des Célestes, la compassion, disons qu’il avait la compassion sélective. Lordan l'admirait d'autant qu'il se savait incapable d'une telle volonté.

°°o°°

Quand le Consort réapparut avec le patriarche, Lordan se prépara à saluer protocolairement les deux officiels, mais ce dernier ne lui en laissa pas le temps. Après un petit salut en direction des jeunes gens, il s’adressa directement à la Dame et demanda à examiner les objets disposés sur la table. Lordan poussa aussitôt vers lui la carte qu’il avait de nouveau longuement observée durant l’absence du Consort. Il attendait beaucoup du regard scrutateur  de Reynald, sachant quelle somme de connaissances se cachait derrière ce visage sérieux. Qu'allait-il  conclure ? Serait-ce une explication fracassante, transformant son escapade avec Tristan en événement majeur pour le kaerl, pour Tol Orëa et pourquoi pas, le monde entier ? Ou bien allait-on en rester à un niveau plus ordinaire : un trésor oui, mais rien de très mystérieux ni de très ancien.

Cependant le sourcil du patriarche se fronça quand il sortit le poignard du fourreau. Puis après avoir parcouru les feuilles de courrier, il prit la parole. Au mot de valheru, le maître Bronze retint difficilement son excitation,laquelle monta encore quand fut évoqué un nom de légende : Ancalë-Naira.

Ancalë-Naira. la Dame mythique  et sa Reine Dorée, Maranwé ! Les derniers Valherus !  Lordan se sentait pris dans l’extraordinaire de toutes ces histoires à demi oubliées et transformées par les dérives de l’imagination. Il quitta sa place, s’approcha du Patriarche qui, après avoir reposé le collier, se taisait, semblant lui-même fasciné et comme écrasé par ce poids d’un monde perdu, soudain resurgi autour d’eux. Lordan tendit une main prudente vers l’objet et à son tour, fit jouer la gemme centrale aux rayons des lampes et du foyer. Le signe apparut. C’était bien le soleil, symbole du Màr Menel, mais cette lance, le transperçant d’une blessure mortelle, lui donnait une signification  menaçante, presque sinistre.
Il  le reposa de nouveau mal à l'aise et ajouta  presque à voix basse, comme pour s’excuser de n’avoir rien vu :

- En le voyant, Tristan a tout de suite pensé aux Valherus et j’ai préféré qu’on le manipule le moins possible.  C’est donc l’emblème d’une reine Valherue !

Reynald d’Amberle sortit de son silence et ses révélations offrirent d’un coup toute une gamme nouvelle d’interprétations possibles. Le Patriarche sentit sans doute que le jeune arken bouillonnait à ses côtés et il lui dit :

-Tous ces noms vous disent donc encore quelque chose ?

Lordan hocha la tête avec véhémence et  s'exclama :

- Certes, certes ! Incroyable ! Une expédition menée par Saemon Ashriel ! S’il a trouvé les artefacts, il les aura rapportés au Seigneur Logain. Et voilà qu’on retrouve ces objets dans les souterrains des cryptes ! Pourquoi les avoir  placés là ?  Selon toute apparence, ce fut accompli dans le secret le plus absolu, puisque personne n’a jamais reparlé de ce trésor. Ce n’est pourtant pas si vieux que cela , la Guerre des Ordres.

En fait, Lordan connaissait assez peu la Guerre des Ordres malgré l'intérêt qu'il portait au passé de son kaerl. En particulier, il n’arrivait pas à trouver un ouvrage exhaustif sur les origines du conflit ou la chronologie détaillée de tous les troubles engendrés. Les archivistes étaient souvent élusifs quand il les avait questionnés en tant qu'aspirant. Les heurts entre kaerls s’étaient doublés de conflits internes auxquels ils avaient pu participer. De même les Maisons semblaient peu soucieuses de rendre publiques toutes leurs archives et finalement, c’était peut-être aussi bien de ne pas chercher à raviver de vieilles querelles. Mais le Patriarche devait savoir tout cela. Les yeux toujours fixés sur les objets, l’arken poursuivit avec le même entrain :

-Une autre possibilité serait que les artefacts aient été déplacés dans les cryptes à la mort du Seigneur Logain, par quelqu’un mis dans le secret et qui a voulu se les approprier. Ou bien encore, c’est par prudence, à un moment crucial  de la guerre, qu’ils ont été mis à l’abri et  personne n’a survécu pour en parler. On peut aussi penser que ces objets recèlent une histoire dangereuse à révéler, et que le seigneur Logain a voulu les cacher à jamais dans les cryptes, ne se résolvant pas à les détruire. Il voulait peut-être protéger le Màr Menel ou une Maison,  mais..

Lordan s’arrêta.  Reynald d’Amberle  n’avait-il pas  prononcé le nom de la Maison Dalneÿs ? Il regretta son enthousiasme et se dit qu’il avait trop parlé.

Il acheva au plus vite, désireux de se faire oublier :

- Le rapport de Meemaw pourra certainement nous éclairer.

Et puis, comme il avait quand même de la suite dans ses idées, il ajouta :

- Je voudrais bien savoir si c’est la carte qui a permis au Seigneur Logain de lancer l’expédition ou si elle faisait partie des objets recherchés.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br10
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeLun 3 Fév 2020 - 19:40

Tristan n’avait pas tôt proposé l’envoi d’un lézard de feu, que le bronze se manifesta. Ces créatures ne dormaient-elles donc que d’un œil, comme les chats ? Il devait bien avoir perçu qu’on allait le solliciter, car il se dirigea droit sur l’aspirant, quoique sans précipitation – contrairement à la petite incarnate qu’il avait à l’esprit, et dont ses épaules se souvenaient encore des griffes acérées. Non, celui-ci se comportait plutôt en gros matou affectueux, et le rouquin ne put s’empêcher de sourire en portant doucement une main au cuir écailleux. La vision d’une jarre fermée s’immisça dans son esprit, et son regard chercha l’objet devant lui. Du miel ?

Pour autant, cet instant de complicité inter-espèces fut vite interrompu, sans que le neishaan n’en comprenne la raison. Brusquement agité, le lézard de feu fila directement vers la Dame, dont il devait être le compagnon – en plus du sieur Kieran, naturellement. Il ne savait pas si elle était capable d’apaiser l’un et l’autre de la même manière, mais elle y parvint très bien pour le petit bronze, l’envoyant aussitôt vers la mission qui lui avait été assignée.
« Je crois que c’est plutôt ceci qui l’intéressait, »
osa-t-il objecter en désignant le pot qui avait attiré la convoitise de la créature. Quant à l’attitude de ses semblables, pour le peu qu’il les avait fréquentés, il avait en effet pu constater leur propension à se laisser immerger d’un instant à l’autre dans des états apparemment parfaitement contradictoires… de vrais Fëalocës. Ce qui ne l’empêcha pas d’incliner la tête devant la seule représentante de cette race présente dans la pièce, alors qu’elle confirmait avoir lancé son familier ailé sur les traces de leur découverte. Il était ravi  de l’accueil enthousiaste qu’avait recueilli sa suggestion.


Durant l’absence du consort, Tristan imita le chevalier bronze, se penchant en sa compagnie sur la belle et mystérieuse carte. Quelles étaient ces contrées centrées sur une rivière sinueuse, abreuvant par endroits de petits lacs – si tant était qu’il interprète correctement les représentations – et bordées de montagnes que, chez lui, on aurait regardées de haut en les qualifiant de simples collines ? Quant aux écritures, elles avaient en effet quelque chose de commun avec ce qu’il avait relevé dans les mines du temple perdu près du Pic au Tigres, mais la parenté restait lointaine… Pour autant, il aurait pu s’agir de deux versions de la même graphie, issues peut-être de continents différents, et assurément, l’une adaptée à la gravure sur pierre, tandis que l’autre pouvait se permettre toutes les ornementations d’un tracé à la plume.


L’homme reparut au bout d’un moment, accompagné d’un autre que Tristan ne connaissait pas : par déduction, il supposa qu’il devait s’agir du patriarche Amberle, puisque ce n’était évidemment pas le chevalier blanc aux yeux ouverts sur une autre réalité. Décidément, ce serait la journée des rencontres haut placées pour l’aspirant. Comme l’aîné de l’assemblée expédiait les salamalecs habituels pour se lancer directement dans le vif du sujet, le rouquin inclina la tête de manière plus marquée en guise de salutation, et l’on remit à sa portée les différents éléments de la découverte. Il n’y eut alors plus qu’à guetter les réaction du nouvel arrivant, tandis qu’il prenait à son tour connaissance des objets merveilleux – certains tout du moins – rassemblés là.

Ce fut un élément des textes qui sembla finalement attirer son attention. Le fils d’Ablah ne put s’empêcher d’ouvrir de grands yeux, alors qu’il confirmait l’origine du langage – celui de leurs ancêtres maudits. Et, quand bien même il affirmait son incapacité à le déchiffrer en totalité, voilà qu’il annonçait avoir reconnu un nom, confirmant leurs plus folles hypothèses, les dépassant même ! La dernière Dame dorée valherue du kaerl céleste… C’était si incroyable que la tête du neishaan en tournait presque. Et par-dessus cela, il y avait un symbole caché dans le collier. Malgré la tentation d’imiter Lordan pour expérimenter l’apparition du blason, ou de se saisir du fourreau pour l’y rechercher parmi les ornementations, il resta sagement assis, attendant la suite.

Elle ne tarda pas, et le presque tournis qui l’avait saisi précédemment ne se dissipa pas, alors que le maître d’Amberle déroulait le fil de ses connaissances à propos d’un Céleste qui aurait pu se lancer à la recherche de ce butin. Les noms évoqués ne disaient rien à l’aspirant, qui se sentait un peu perdu parmi toutes ces informations nouvelles. Tel n’était visiblement pas le cas de Lordan, excité comme une puce – mais une puce qui se contenait, sans doute dans le but de passer pour un Arken un minimum respectable – après ces révélations. Il échafaudait déjà de nouvelles hypothèses, et la dernière recueillit un hochement de tête rousse.

Avant de se rendre compte qu’il pensait à haute voix, Tristan fit profiter tout le monde de quelques réflexions :
« Il y a certainement quelque chose de… dangereux autour de ces objets, pour qu’ils aient été entourés d’autant de secrets. Et ce ne sont pas des pièces qu’on pourrait facilement détruire. Techniquement, ce serait peut-être faisable, mais il suffit de les regarder... »
De ces merveilles d’un âge perdu émanaient à la fois tant de beauté et de mystère, sans compter que la magie des valherus pouvait très bien les entourer d’un sort de sauvegarde. Sachant qu’en plus, elles avaient été portées par une mythique ancêtre de l’une des grandes maisons du Màr Menel, il était aisé de comprendre comment un ancien seigneur ait pu renoncer à les effacer de la surface de Rhaëg.


Pendant que les bipèdes discutaient, confortablement installés dans de moelleux fauteuils, parmi l’ambiance agréablement tiède du salon, le petit messager couleur bronze avait échangé une pensée avec son grand cousin Hanelvig, pour obtenir les coordonnées de la caverne à explorer. Un instant plus tard, il s’y matérialisait, et commença par effectuer quelques cercles de reconnaissance en lançant une flammèche de-ci de-là afin d’éclairer son environnement. A chaque fois, s'éveillaient mille éclats cristallins, les parois et concrétions de glace et de calcite reflétant à l’infini chacune des rares lueurs.

Rapidement, il repéra l’éboulement qui intéressait sa maîtresse, et s’en rapprocha à petits coups d’aile. De colossaux blocs de roche s’étaient effondrés, et amoncelés en pyramide sur le sol irrégulier de la caverne, mêlés à de la terre et d’autres fragments de pierre de toutes tailles. Par-dessus l’ensemble, s’écoulait toujours un filet d’eau mince, mais régulier. Et surtout, avec la trouée laissant passer ce nouveau ruisselet, s’ouvrait la porte vers les lieux d’origine des trouvailles. Elle n’était pas très large, et Meemaw allait devoir viser juste s’il voulait éviter de se mouiller, mais sûrement qu’après cela, on ne pourrait lui refuser le miel qui attendait toujours sur certaine table basse...

Lançant une nouvelle gerbe incandescente par la brèche, comme pour s’annoncer, le lézard de feu s’y glissa prudemment, non sans émettre un piaulement scandalisé lorsque sa queue se trouva aspergée par un fugitif changement de débit. Il émergea néanmoins dans une salle de pierre taillée à même la roche, selon une forme circulaire dotée d’une coupole arrondie. Deux niches avaient été ménagées le long de la paroi, suffisamment grandes pour accueillir une tombe princière, mais une troisième était demeurée inachevée, et le reste du mur présentait un état brut malgré la place restante. A l’opposée du puits par lequel il s’était infiltré, s’ouvrait un portail empli de ténèbres. Le ruisselet venait de là-bas également.

Voyant que rien d’autre ne se distinguait dans ce caveau inutilisé aux parois nues, hormis quelques plaques de lichens tachant la roche de plaques brunes, le petit bronze se lança courageusement à l’assaut de nouvelles ombres. La pièce sur laquelle il déboucha présentait des dimensions plus importantes que la précédente, mais il n’eut pas le temps de la détailler. Dans la mare qui occupait une bonne moitié du sol, des formes ondulaient, pâles serpents silencieux dont les minuscules pattes se mirent à chercher des prises le long de la muraille. Les gueules de leurs têtes aveugles cernées d'étrange fleurs pourpres s’ouvraient toutes grandes en direction de l’intrus, menaçantes.

Surpris par cette présence inattendue, et effrayé par leur aspect monstrueux, Meemaw cracha un jet de flammes, mais n'attendit pas d'en voir le résultat : il battit immédiatement en retraite, pour aboutir au beau milieu du salon de la Dame. Dans son affolement, il projetait à tous les images de sa brève aventure, et ce dans le plus grand désordre.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeDim 29 Mar 2020 - 13:19

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
The Wolf and the Swallow – The Witcher 3 : Wild Hunt OST

A la sortie du consort, un silence méditatif était retombé sur la petite assemblée, chacun se plongeant dans de profondes réflexions sur les éléments qui étaient à leur disposition, et qui reposaient toujours devant eux, enveloppés de mystère. Comme si, d’un simple regard, ils pouvaient soudain se découvrir être en capacité de dévoiler leur nature profonde ...
Et seuls de faibles murmures ne s’élevèrent, finalement, jusqu’au retour de Kieran, qui se présenta accompagné du Patriarche de la Maison Amberle, Reynald, dont l’expression grave qu’il arborait était bien plus parlante que des mots. Il ne perdit d’ailleurs pas de temps en vaines politesses, se contentant de salutations passablement concises avant de se pencher sur les artefacts. Quelques minutes de manipulation attentive lui suffirent à en tirer bien plus que ce que d’interminables conjectures et hypothèses n’auraient pu achever : il s’agissait bel et bien d’artefacts Valherus, et pas n’importe lesquels. Relâchant le souffle qu’elle n’avait pas eu conscience de contenir, déconcertée et incertaine, Heryn se tourna à demi vers son époux lorsque fut prononcé à haute et intelligible voix le nom de la probable propriétaire du poignard et du collier. La légendaire Dame Dorée Ancalë-Naira, dernière souveraine Valherue du Màr Menel au moment des Guerres du Chaos … Sa propre aïeule.

Abandonnant son poste bras croisés et le dos appuyé contre le linteau de la cheminée, pour reprendre place à ses côtés sur le canapé, Kieran avait l’air songeur. S’en remettant à ses sens empathiques, la jeune femme perçut sa méfiance et l’intérêt aiguisé qui couvait en dessous, mais également l’excitation croissante de son Arken, Lordan, qui les yeux brillants, ne perdait pas une miette des explications de Reynald. Quant à Tristan, fidèle à lui-même, restant discret dans l’ombre des grands, il n’en poursuivait pas moins ses propres inspections, avec la plus grande application. Un mince sourire étira les lèvres de la Fëalocë lorsque son regard engloba le Maître Bronze et l’Aspirant, assis côte à côte. Un duo prudent qui lui paraissait singulièrement bien assorti dans sa soif des arcanes secrètes de l’Histoire.

Nulle part dans les innombrables journaux légués par Logain de Dalneÿs elle n’avait souvenir d’avoir vu mention de tels objets. Peut-être l’expédition menée par Saemon Ashriel y figurait-elle sans doute sous une forme ou une autre … Mais quant à son objectif … Non, la mention d’Ancalë-Naira, si liée à la Maison Dalneÿs et à sa propre lignée – en tant que génitrice de Morë-Enda, son père par delà les errances du temps et de l’espace – l’aurait certainement marquée suffisamment pour qu’elle en garde une trace dans sa mémoire.

Quant à Kieran, il n’en savait apparemment pas plus qu’elle sur le sujet, et cela, la Fëalocë le ressentait, ne manquait pas de le contrarier. Reynald, pourtant, en avait eu connaissance, lui. Un frisson tenace la parcourut, et elle se pressa, reconnaissante, contre la chaleur d’un bras solide venu l’étreindre sans un mot. Elle saisissait bien ce qui pouvait préoccuper son aimé : plus elle contemplait les artefacts, plus la certitude qu’ils étaient bien plus qu’il n’y paraissaient croissait en elle. Pour quelle raison, sinon, ainsi que le soulignait Lordan, toute trace évidente de leur existence aurait-elle été effacée des mémoires ? Laissant l’Arken et le Patriarche échanger sur la question, elle acquiesça nerveusement à la conclusion apportée par Tristan : pour peu qu’on y fasse attention, il émanait effectivement de ces artefacts comme une aura de danger, de menace latente. Et elle ne pouvait pas se permettre de laisser ces trouvailles ébranler l’unité du Màr Menel … Ou de laisser des personnes mal intentionnées mettre la main dessus. Il était de son devoir de poursuivre la quête entreprise par son prédécesseur.

De plus, il restait encore à résoudre l’énigme de la carte et de la zone géographique qu’elle représentait : Lordan avait eu ainsi tôt fait de se saisir à nouveau de cette autre pièce de puzzle pour la ramener au centre de leurs préoccupations.

« Tristan l'a déjà évoqué tout à l'heure, mais certainement, un pas majeur pour l’avancée de cette enquête serait de parvenir à décrypter l’écriture employée sur cette carte ainsi que sur les courriers à notre disposition. »

Son ton était calme et posé, mais ses iris d’émeraude exprimaient clairement une certaine forme de … frustration ? Elle entrelaça à nouveau ses doigts aux siens, approuvant d’un signe de tête tout en caressant du pouce les fines cicatrices qui tranchaient sur le hâle de sa peau. Il était inutile de ruminer leur propre impuissance, leur manque de connaissances ou d’expertise sur le sujet. Bien des choses restaient encore à découvrir, et c’est l’association des compétences et savoirs de chacun qui leur permettrait d’avancer. Elle en était intimement persuadée.

« Pour l’heure aucun d’entre nous n’en sait assez sur cette langue pour pouvoir la déchiffrer. Mais avoir été capable de reconnaître qu’il s’agissait d’une calligraphie Valherue nous donne une première piste à exploiter : Reynald, nous allons avoir besoin de l’expertise de la Maison Amberle … Et d’un accès à certains documents sensibles des Archives. Mon consort et moi-même tenons à connaître les tenants et aboutissants de cette histoire, et je suis certaine que vous aussi. »

D’un geste de la main, elle désigna l’Aspirant et les deux hommes en face d’elle. Puis, tournant son attention plus spécifiquement vers le Maître Blanc, la Dame du Kaerl quêta son approbation d’un regard, avant de poursuivre :

« Une fois les noms apparaissant sur la carte pleinement traduits en langue commune, nous devrions être en capacité de déterminer de quelle région du monde il s’agit. Ceci nous donnera de précieux indices sur les raisons de la présence de tels manuscrits : comme l’a dit Lordan, s’ils ont été stockés avec le collier et le poignard, il est fort probable qu’ils soient en lien avec eux ... Et qu’ils puissent nous en apprendre beaucoup sur leur nature, ou leurs éventuels pouvoirs. »

Se penchant en avant pour reposer la carte et la boite à courrier ouvragée, le Patriarche Amberle fronça les sourcils d’un air soucieux sur les deux artefacts restant, justement mentionnés par Heryn.

« Nous sommes d’accord. C’est assurément le plus sage : mieux vaut se montrer patient et méthodique plutôt que de vouloir se lancer sur tous les fronts. C’est la règle d’or à respecter quand on explore les secrets préservés du passé, qu’il soit lointain, ou bien plus proche ... »

Il marqua une brève pause, dans l’intention manifeste de mettre de l’ordre dans ses idées, mais fut interrompu par l’arrivée soudaine d’une petite furie de Bronze, qui, si elle avait été un chat, aurait certainement eu les poils hérissés par une vertueuse indignation. Soufflant et crachant, toutes griffes dehors, il fut néanmoins calmement saisi au vol par Reynald, qui, sans faire cas de la panique que Meemaw irradiait, le cala entre ses bras pour le contenir. Face à l’expression soucieuse de sa jeune Dame, qui s’était d’ors et déjà demi redressée pour venir à son secours, le Patriarche lui adressa un signe de tête apaisant. Entre ses mains expertes, bien habituées à manipuler ces versatiles créatures, la colère du lézard de feu fut rapidement réduite à un simple grondement sourd, et un fin sourire étira ses lèvres en réponse, marquant d’infimes pattes d’oie au coin de ses yeux bruns.

« Eh bien, il semblerait que votre petit compagnon ait fait quelque mauvaise rencontre. »

Se rasseyant lentement, quoi que dans une posture encore instable tout au bord de la banquette, Heryn croisa les mains dans son giron, soupirant de soulagement, se sentant malgré tout légèrement embarrassée par cette nouvelle démonstration caractérielle de la part de Meemaw.

« Nous avons jugé pertinent de l’envoyer explorer les cryptes, où Maître Ventaren et l’Aspirant Gwened ont découvert l’ensemble de ces objets. En attendant qu’il soit disposé à nous montrer ce qu’il a vu, peut-être pourriez-vous nous en apprendre plus sur cet endroit … Ainsi que sur l’expédition menée par Saemon Ashriel. »

Lisant sans mal ce qui se cachait derrière l’expression impassible de Kieran, ce que pouvaient révéler de ses pensées profondes sa fierté et sa curiosité piquées à vif, Reynald ne répondit pas immédiatement, confiant avant toute chose le lézard Bronze aux bons soins de sa maîtresse. Enfin, s’appuyant contre le dossier du haut fauteuil dans lequel il avait pris place, il passa une main méditative sur son menton, gardant son regard fixé sur Meemaw tandis qu’il réfléchissait. Par où commencer ?

« Les historiens du Màr Menel supposent que ces cryptes ont été creusées durant le siècle suivant la chute des Valherus, par les fondateurs de l’Ordre Draconique. Dans quel but exactement, nous l’ignorons, mais il semblerait logique de penser qu’ils aient voulu que leurs sépultures y reposent. Malheureusement, leurs connaissances et leurs pouvoirs n’étant qu’un pâle souvenir de ce que les Einors avaient pu posséder en leur temps, ils ne s’aperçurent que trop tard que la structure du Kaerl était beaucoup trop instable en cet endroit, une rivière souterraine, aussi mystérieux que cela puisse paraître, y prenant sa source … Et menaçant de faire s’effondrer les tunnels. Après des années de travaux acharnés, les cryptes furent finalement abandonnées, sans toutefois être tout à fait condamnées. C’est ainsi que les caveaux des Chutes d’Astrenuit, polissant et raffinant un réseau de grottes naturelles déjà pré-existant, furent officiellement adoptés en tant que dernière demeure des grands de ce Kaerl. »

Ses doux yeux bruns se plissèrent, et il inclina la tête, contemplant les artefacts étalés sur la table devant eux.

« Les siècles passant, les rumeurs se transformèrent en légendes, et les cryptes y acquirent leur mauvaise réputation. » Il secoua la tête d’un air grave, et reprit le fil de ses explications, accompagnées en contrepoint par le crépitement étouffé des braises dans l’âtre. « Quoi que la nature exacte du danger qu’elles recèlent ait été très nettement exagérée pour toute personne adulte et liée, il n’en restait pas moins que les lieux présentaient un risque non négligeable si des enfants, plus casse-cous ou moins impressionnables que d’autres, venaient à s’y aventurer. Aussi, de génération en génération, tous choisirent de conserver intact les mystères de ces cryptes. »

Les derniers échos solennels de son récit s’éteignant, Reynald releva les yeux, constatant les émotions diverses qui secouaient sa petite assemblée, et son auditoire littéralement suspendu à ses lèvres.

« Quant à cette expédition commanditée par Logain … J’en sais bien peu, outre ce que je vous ai déjà révélé. Elle fut décidée en 899, juste avant le début de la Guerre, d’un commun accord entre les Maisons Dalneÿs et Amberle, la Maison Galastden se voyant tenue à l’écart pour des raisons … politiques complexes. »

Ses lèvres se pinçant légèrement, comme s’il se retenait de trop en dire, le Patriarche adressa un regard d’excuse à Kieran, dont le beau visage s’était assombri, ses paroles ayant visiblement fait remonté en lui de bien désagréables mémoires. Peu en avaient connaissance, mais les méthodes de la Maison Galastden, quoi que gardant toujours à cœur les intérêts du Kaerl, s’étaient en de multiples fois par le passé écartées des chemins traditionnels de la Lumière. Et le coup d’état fomenté par Zackheim n’en avait été que l’exemple le plus récent.

« Saemon, en tant qu’homme de confiance de Logain, fut envoyé au Ssyl’Shar, en un endroit dont la localité exacte fut gardée secrète. J’ignore comment et pourquoi ces artefacts, si sensibles et précieux, ont pu se retrouver dans les cryptes, mais, ainsi que l’a suggéré Maître Ventaren, il paraît plausible que cela ait été intentionnel. Reste à en définir le but.
S’il est possible de trouver ces réponses qui nous manquent, ce sera dans les archives privées de la Maison Dalneÿs. En tant que Dame du Kaerl, vous pouvez légitimement demander à y avoir accès, Heryn. J’irai de mon côté interroger Maeglin, en espérant qu’il soit d’humeur à bien vouloir nous éclairer. Quant à requérir le concours de Ciryandil pour examiner le collier et le poignard, j’approuve cette initiative. Qui de mieux placé qu’un Prêtre de Mystra pour nous aider à comprendre les pouvoirs qu’ils possèdent ? Nous pourrions également faire bon usage de la mémoire ancestrale de nos Liés ...
Cependant, je me dois de vous mettre en garde : si comme nous le pensons ces artefacts peuvent se révéler une menace pour la paix entre de mauvaises mains, plus il y aura de personnes au courant, plus ce danger grandira. »


Plongée dans ses pensées, analysant tout ce qui venait d’être révélé et ce qui devrait être fait, Heryn hocha la tête, ses mains caressant en un geste automatique les fraîches écailles de Meemaw, qui s’était apaisé, lové sur les genoux de sa jeune maîtresse. Aussi ne réagit-elle pas immédiatement lorsque les images commencèrent à affluer dans son esprit, en un flux désordonné d’abord, puis plus distinct, tandis qu’elle voyait par les yeux du petit Bronze son expédition dans les cryptes sombres et abandonnées. La chair de poule hérissant sa peau, elle sentit son cœur accélérer ses battements au moment où, créatures aussi fantasmagoriques que cauchemardesques, les griffes des étranges amphibiens commencèrent à crisser sur les épaisses parois de pierre, leur gueule aveugle se tendant dans sa direction.

Chassant le froid soudain que les souvenirs de son lézard avait fait naître en elle, elle humecta ses lèvres et annonça à ses compagnons :

« Je sais ce qu’a vu Meemaw. »


HRP : En espérant que ce post vous laisse suffisamment de possibilités de rebondir, considérez que à la fin de mon RP Heryn vous fait le récit des souvenirs de Meemaw ! Je laisse Tristan et Lordan analyser ce qu'il a vu, vu que ce sont eux qui sont allés dans les cryptes, ils "connaissent" les lieux.


Dernière édition par Heryn Amlug le Mer 6 Mai 2020 - 12:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeMer 6 Mai 2020 - 11:44

- Moi aussi.

Ces paroles de Lordan tombèrent abruptement dans le silence qui suivit la déclaration de la Dame et il ajouta d’une voix troublée, le regard  vague, le visage devenu très pâle :

- Enfin... je crois.

Il passa une main hésitante sur son front et regarda Meemaw avec une visible appréhension. Le petit animal semblait bien tranquille maintenant, après son entrée fracassante. L’arken, sous les regards croisés des participants, parut encore plus dérouté, comme s’il se demandait ce qu’il faisait ici. Il commença une phrase sur le même ton hésitant :

- Il y avait ...des...des..

Il s’arrêta brusquement, la bouche entr’ouverte, et il haussa les sourcils d’étonnement comme s’il revenait à la réalité. Tout le monde le regardait. Il reprit d’une voix plus ferme mais sur un ton qui trahissait son embarras :

- Je vous prie de me pardonner. Je suis involontairement très réceptif aux lézards de feu et quand Meemaw est revenu de la crypte, tellement énervé, je me suis bloqué d’instinct et ensuite.. ensuite.. Ensuite, Messire Reynald a parlé de l’expédition de Saemon Ashriel, c’était vraiment très intéressant et j’ai oublié Meemaw, devenu si tranquille. Je crois que lorsqu’il a décidé de révéler à la Dame ce qu’il avait vu, il a dû retrouver son excitation première et une part de son agitation m’est tombé dessus... ou plus tôt, dedans.

Il eut un petit sourire pour cacher sa gêne et reprit :

- C’était tout à fait involontaire. Veuillez m’excuser.

Il ne dit pas qu’il sentait la migraine pointer derrière ses yeux et qu'il fallait de toute urgence la contrer avant qu’il ne puisse plus rien y faire. Depuis l’adolescence, il savait grâce à Maître Théogal son mentor, comment  s’y prendre par l’auto suggestion, le contrôle de la respiration et des pressions sur le cou, le nez et les tempes. Il n’osa pas se donner en spectacle en effectuant ces dernières manipulations alors que tout le monde l’observait. Il pouvait au moins tenter son exercice mental, ce qui suffisait parfois quand il prenait les choses à temps. Pour l’instant, il fallait ne pas troubler l’entrevue alors qu’elle avait déjà pris un tour décisif. Il fallait paraître le plus normal possible, se faire oublier. Comme il s’était rapproché du Patriarche quand celui-ci évoquait les cryptes et l’expédition de 899, il se trouvait maintenant près du canapé où se tenait le couple princier. La proximité du lézard de feu ne devait pas être pour rien dans ce qui venait de lui arriver. Mais Meemaw ne lui jeta pas même un regard, sans doute très satisfait d’avoir délivré son message et espérant sans doute une récompense après tant d’émotions. S’était-il seulement rendu compte de ce qui s’était passé ? Et d’ailleurs, ces images perçues correspondaient-elles bien à la réalité ?  Malgré le caractère posé que lui prêtait Hanelvig, le lézard lui avait-il joué un tour, ne résistant pas au plaisir de terroriser un bipède aussi facile d’accès et qui, de plus, s’était approché un peu trop près de sa maîtresse ?
Opérant un retrait stratégique qu’il espéra discret, Lordan s’éloigna non seulement du lézard mais aussi de la cheminée, source de chaleur et de lumière dansante à fuir absolument quand la migraine tape à la porte de votre crâne. D’un geste qu’il tenta de rendre naturel, il porta la main à son cou, appuyant du pouce et de l’index sur ses carotides pour freiner l’afflux sanguin qui lui montait à la tête.

La voix de la Dame narrant ce qu’avait rapporté Meemaw l’aida à retrouver ses esprits. Le récit de ce que le petit saurien avait vu confirmait bien ce que lui-même avait perçu. Il en était d’autant plus impressionné qu’il avait sans doute eu ces sales bêtes au dessus de sa tête à chaque fois qu’il était venu admirer les splendeurs de la caverne de glace. Et penser qu’il avait envisagé de monter là haut en entraînant Tristan !
Quoiqu’il en soit, et même s’il ne parvenait pas à maîtriser la migraine, il fallait être attentif à ce qui allait se décider, en juger avec calme et si on lui demandait son avis, répondre selon ses devoirs envers le kaerl. La migraine n’était pas une excuse. D’ailleurs ne semblait-elle pas se stabiliser, comme si elle cédait à sa volonté et à la nécessité pour lui d’avoir l’esprit libre ? Les paroles du Patriarche, son air grave montraient bien qu’il avait pris au sérieux ce qui n’avait été au début pour Lordan qu’une aventure certes insolite, mais aussi sans doute très embellie par son imagination. Lui et Tristan étaient  désormais mêlés à une enquête officielle, de plus en plus touffue, bourgeonnante comme ces gros nuages blancs qui escaladent au loin les ciels d'été puis, arrivés au dessus de vous, deviennent noirs et déchaînent des orages. Comme l’avait dit le Patriarche, toutes sortes de dangers pouvaient surgir des voiles mystérieux qu’ils allaient soulever. Qui savait quels monstres pouvaient se réveiller dans les ténèbres du passé imprudemment visitées?
A cette dernière image, Lordan sentit comme un frisson lui glisser dans le dos. Le souvenir de la cascade tombant par la fissure du plafond de glace lui paraissait maintenant chargé de menaces et d’innommables présences. Si on lui demandait d’y aller voir, il irait bien entendu. Mais il faudrait tenter d’apprendre des experts à quoi on avait affaire. Et la Dame déciderait des rôles à jouer.

Il attendit la réaction du Patriarche, qui avait peut-être des lumières sur la question et aussi celle du Consort qui, par son rang et sa vie passée au Màr Menel, avait une expérience approfondie du kaerl. L’arken se tourna vers Tristan. Comment le Neishan prenait-il cette information ? Allait-il lui en vouloir de l’avoir entraîné dans ce qui, loin d’être une simple sortie certes pleine d’imprévus, aurait ainsi pu tourner au cauchemar ?


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br10
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeLun 18 Mai 2020 - 21:32

Tristan approuva d'un hochement de tête léger, sous une apparence mesurée qui dissimulait sa profonde envie de résoudre ce mystère, d'en savoir plus sur la trouvaille exceptionnelle que le hasard - ou autre chose - avait mise entre leurs mains. Cependant, l'aîné de l'assemblée n'eut pas le temps de leur communiquer plus précisément ses intentions, interrompu par un Meemaw affolé et piaillant presque d'indignation. Toujours pris de court par les apparitions brutales de ces créatures, l'aspirant reçut de plein fouet quelques images incohérentes : des reflets de feu répétés en mille échos glaciaux, une sensation désagréable d'étroitesse et de gouttelettes chuintantes, la courbe parfaite d'un dôme de pierre lisse, puis une protubérance d'un blanc translucide, portant deux fleurs rouges vif aux côtés, qui exsudait un sentiment de menace. Et, sous-jacente, cette atmosphère unique des profondeurs inexplorées, sombres et humides, menaçantes dans leur obscurité, qui le ramenaient de nouveau à ses tribulations dans les mines abandonnées sous le temple du Pic au Tigres, en compagnie de l'elfe sauvage et sa lézarde incarnate.

Il frissonna, projeté dans ces souvenirs qui, parfois, revenaient le hanter lors de nuits agitées. Le temps qu'il fallut à l'Amberle pour apaiser un minimum le petit bronze, et le rendre à la Dame, ne fut pas de trop pour que lui-même reprenne une partie de ses esprits. Ce qui ne l'empêcha pas de sursauter lorsque l'humain prit la parole, le ramenant ainsi à une réalité qui s'était fissurée sous l'assaut des images chaotiques projetées par leur éclaireur ailé. Ses sourcils se froncèrent de concentration, déployée pour s'arracher à ces complexes de tunnels souterrains, si lointains l'un de l'autre, et pourtant si semblables. Il devait garder son attention sur les explications concernant les cryptes, et sur la confession qui suivit : l'expédition qui avait sans doute été à l'origine de la présence des objets au Màr Menel semblait conserver la plupart de ses secrets, même pour le patriarche... Les questions politiques lui passant largement au-dessus, de même que ces noms issus d'un passé qui ne lui parlait pas, le neishaan s'accrocha pour continuer à suivre.

La mention de recherches documentaires parmi de vieux manuscrits le ramena en terrain moins étranger et, se surprenant lui-même de sa propre présomption, il osa faire entendre sa voix, tâchant de contenir son envie de se rendre utile dans le seul domaine qu'il maîtrisait réellement :
« Si... euh, j'imagine que ces archives sensibles n'ont pas vocation à être montrées à un simple aspirant, mais... si jamais je peux aider dans les recherches... Cela ne me dérange pas de parcourir les listes les plus barbantes pour trouver un détail, ou quoi que ce soit de ce genre... J'ai l'habitude, avec tous les écrits qu'il y avait chez moi. »
Il jeta un regard furtif à la Dame, qui avait semblé la plus indiquée pour avoir accès aux documents concernés, et baissa la tête dans l'espoir de masquer une nouvelle rougeur. Si seule la dirigeante du kaerl pouvait obtenir ces documents, à quel rôle un non-lié d'une obscure triade pouvait-il bien prétendre ? Même pas dépoussiérer les précieux manuscrits...


Bienvenue pour dissiper sa gêne, la déclaration d'Heryn Amulg à propos du lézard de feu tomba, imposant immédiatement le silence dans la pièce, et redirigeant les attentions vers les révélations qu'elle s'apprêtait à faire. Lordan avait lui aussi perçu les souvenirs du petit bronze, et semblait à moitié perdu, s'excusant et cherchant ses mots comme un enfant pris en défaut. Tristan comprit, avec une distance analytique digne d'Asra, que l'Arken peinait lui aussi à se détacher des images, cette fois plus ordonnées semblait-il, transmises par Meemaw. Images qui furent bientôt traduites en mots pour tous, par l'intermédiaire de la Liée de Rintrah. Le récit absorba bientôt l'auditoire, et Tristan n'était pas en reste : ainsi, le saurien miniature avait bien rejoint les anciennes cryptes, et y avait trouvé... des monstres ? Ceux-là n'étaient pas aussi éthérés que les fantômes d'esclaves de Valherus, mais la description qui en fut faite restait glaçante.
« Qu'est-ce que ça peut bien être que ces... créatures ? »
interrogea l'aspirant, qui s'efforçait de garder la tête froide face aux révélations. Cela ne lui évoquait rien de ce qu'il connaissait, même par les livres, mais il avait bien compris que Tol Orëa recelait bien davantage que ce que contenait la bibliothèque d'Ablah - c'était encore plus vrai pour le continent caché, que pour le reste de Rhaëg.

Il resta songeur un instant, les iris posés sur le héros à écailles du moment, sans vraiment le voir. Pas étonnant qu'il soit revenu dans un tel état d'excitation !
« Incolores comme d'autres bêtes qui vivent dans l'obscurité... et ils doivent avoir d'autres moyens que la vue pour détecter les présences. Vous croyez qu'ils auraient vraiment pu attraper Meemaw ? »
Son ton disait que, réflexion faite, il en doutait. Le petit lézard de feu était certainement capable de rester hors de leur portée, même si une telle apparition avait de quoi effrayer. Plus tard, quand l'émotion se serait dissipée, peut-être pourrait-il y retourner ? Quoique les réponses semblent plutôt à obtenir parmi les fameuses archives privées... mais on ne savait jamais ce que des lieux inusités et plus ou moins interdits pouvait receler. Son regard croisa celui de Lordan, qui n'avait pas vraiment l'air dans son assiette, et se fit interrogateur, mais il n'osa pas formuler son inquiétude au milieu de cette illustre assemblée.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeSam 30 Mai 2020 - 13:50

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
Sea of Atlas – R. Armando Morabito

Paraissant visiblement très satisfait de lui-même, les yeux mi-clos, Meemaw roucoulait doucement, si bien qu’il était difficile de dire s’il avait eu conscience du désordre qu’il avait provoqué avec ses visions. Tous, dans la pièce, à différents degrés, avaient frémit en partageant les souvenirs du lézard Bronze, même le sage Reynald d’Amberle, dont le front était à présent ridé par un évident soucis. Tristan et Lordan, de leur côté, paraissaient particulièrement secoués, l’Aspirant certainement à cause de son manque d’entraînement, et Lordan de part sa perméabilité psychique à ce genre … d’événements. Les créatures rencontrées, impressionnantes et effrayantes pour le petit messager, ne présentaient certainement pas de véritable danger, ou en tout cas pas immédiat, pour les habitants du Kaerl, si tant est que de nouvelles personnes à l’esprit aventureux n’y mettent pas les pieds.

Dans le silence pensif qui suivit la démonstration de Meemaw, Heryn adressa un sourire compréhensif à Lordan, inclinant la tête face à ses excuses. Bien sûr, elle ne pouvait pas décemment lui en vouloir, la magie et ses manifestations, surtout d’ordre draconique, était parfois difficile à contrôler. Qui plus est, comme tous ceux réunis ici dans l’examen des artefacts ramenés des cryptes, elle estimait qu’il était libre de prendre la parole sans avoir à attendre de permission. Quant à la proposition, timidement exprimée, de Tristan, elle reporta un regard confiant et apaisant sur le sang-mêlé qui rougissait.

« Je suis d’accord avec la conclusion de Maître Reynald : il me paraît plus sage de limiter au maximum le nombre de personnes impliquées dans cette histoire. Dans ces conditions, je serai heureuse de bénéficier de votre expertise dans l’analyse des documents issus des archives personnelles de la Maison Dalneÿs … En échange du serment que ce que vous y lirez restera entre nous. »

Elle baissa un instant les yeux, resserrant son étreinte sur la main de son époux, tandis que l’autre continuait ses caresses apaisantes sur les tièdes écailles de Bronze de son lézard insoucieusement alangui sur ses genoux. Elle avait toute confiance en Lordan, qui avait prouvé plus d’une fois que l’on pouvait compter sur lui ; mais pouvait-elle réellement impliquer un simple Aspirant, sans allégeance définie, dans le passé trouble du Màr Menel ? Qui plus est, il restait encore à explorer ses liens potentiels avec Persée ... Persée qui restait introuvable depuis tout ce temps, réapparaissait dans de bien mystérieuses circonstances.

« Il est possible que cette expédition passée ait eu des implications politiques majeures. Il faut bien que vous en preniez conscience. En participant aux recherches documentaires, vous pourriez de facto vous retrouver … entraîné, malgré vous, dans quelque chose qui vous dépasse, et de loin. »

Un sourire, quoi qu’un peu triste, accompagné d’un geste vague en direction des artefacts reposant sur la table basse.

« Malheureusement pour vous, je crains que ce ne soit un peu trop tard. Si vous souhaitiez vous désengager à présent, je comprendrai parfaitement ... »

Puis, afin de s’assurer qu’ils ne manquaient aucun détail et éclaircir leurs esprits respectifs, elle commença, méthodiquement, à détailler les visions que le lézard leur avait transmis, jusqu’à atteindre le point de la rencontre avec ces étranges salamandres cavernicoles, ayant conduit au retour de leur infortuné éclaireur. Que fallait-il conclure de cette exploration avortée, outre le danger relatif lié aux amphibiens géants ?
Un coup d’oeil échangé avec Kieran lui appris que lui non plus n’avait aucune idée de la nature des créatures aveugles, aussi s’en remirent-ils au savoir du Patriarche Amberle qui haussa les épaules, tout en secouant la tête.

« J’ignore le nom exact de ces animaux ni comment ils ont bien pu se retrouver là, mais en l’état actuel des choses, je ne pense pas qu’ils puissent présenter un réel problème pour Meemaw, à condition qu’il reste hors de leur portée. Après tout nous ignorons si leur morsure peut-être venimeuse ou non, il ne faut exclure aucune possibilité. Mais je suis loin d’être un spécialiste en zoologie … Ceci méritera une étude plus approfondie. »

Se redressant dans son fauteuil, le Maître Blanc claqua la paume de ses mains sur ses genoux, son regard allant et venant entre les différents protagonistes.

« Bien. Trêve de palabres, jeunes gens. Répartissons les tâches. Dame Amlug, j’enverrai vers vous l’un de mes archivistes pour vous aider dans vos recherches, entre la carte et les correspondances à traduire, vous aurez besoin d’un spécialiste. Sans oublier qu’il vous faudra compulser un certain nombre de documents à la recherche d’informations sur l’expédition commanditée par Logain. Nous avons plus que jamais besoin d’en savoir plus ! L’aide d’un natif d’Ablah sera certainement précieuse.
J’irai pour ma part interroger Maeglin et Ciryandil sur le collier et le poignard et je m’assurerai qu’ils soient placés en lieu sûr en attendant d’en savoir plus. Lordan, peut-être pourriez-vous contacter le Baskan de Leysse afin qu’il veille à ce que l’entrée des cryptes soit discrètement gardée, afin d’éviter … de nouveaux incidents. J’aimerais y conduire une mission d’exploration sécurisée, mais leur structure me paraît particulièrement instable ... »


Il marqua une pause, ses yeux bruns traduisant sa réflexion quant à la suite à donner aux opérations. Resté silencieux jusque là, en retrait par rapport à son épouse et au Patriarche d’Amberle, Kieran soupira doucement. Les potentielles implications, qu’elles soient magiques ou politiques, de toute cette histoire ne lui plaisaient guère, pas plus que l’idée que Heryn se retrouve au contact – plus qu’elle ne l’avait déjà été – d’artefacts Valherus potentiellement dangereux, risquant à la fois sa vie et celle de leur enfant à venir … Et sa propre impuissance, son absence de capacités ou de savoirs utiles à l’avancée de l’enquête ne faisaient rien pour arranger son humeur sombre. Que ne pouvait-il protéger ceux qu’il aimait ?

« Nous avons eu la preuve qu’un lézard de feu pouvait s’y faufiler sans crainte – à condition de rester prudent. Pourquoi ne pas y renvoyer Meemaw une nouvelle fois ? Il y trouvera peut-être des indices supplémentaires qui lui auront échappé lors de son premier passage … Un objet, un signe ou une trace quelconque qui nous renseignerait sur la personne qui aurait placé de si précieux artefacts dans un endroit aussi secret et difficile d’accès. »

Comme s’il avait senti que l’on parlait de lui – à moins qu’il n’ait simplement reconnu son nom – le petit Bronze avait rouvert les yeux, portant un regard inquisiteur et curieux sur le compagnon de sa maîtresse. Une nouvelle mission ? Quoi, il devait retourner dans la grotte !? Et si les monstres l’attrapaient ? Bon … Si sa maîtresse insistait … Il pouvait bien se montrer courageux. Et puis, il aurait une bonne raison de se faire chouchouter à son retour ! Il allait montrer à ces sales serpents à collerette qu’on ne provoquait pas un lézard de feu impunément !

Gonflant ses ailes et étirant ses crocs, il s’envola d’un bond, pour réapparaître directement dans la rotonde qu’il avait quitté, accompagné par le glouglou insistant de l’eau, provenant de l’autre pièce. En vol stationnaire à distance respectable du sol partiellement inondé, il lança une flammèche menaçante, voyant apparaître les pâles formes ondulantes des salamandres, et leur adressa un grondement virulent. Qu’ils viennent !
Un deuxième jet de flamme lui permit de constater la présence d’une minuscule anfractuosité à hauteur d’homme, creusée à même la roche brute et juste assez grande pour qu’il puisse se glisser dedans. Depuis son refuge, il put constater que cette partie du mur semblait criblée de petites cavités semblables et de taille homogène, réparties trop régulièrement pour que ce ne soit que le fruit du hasard. En dehors de ce détail, rien ne distinguait cette paroi des autres, il n’y avait que de la pierre à perte de vue, nulle ornementation, nulle sculpture, nulle trace de passage humain.
Sous ses pattes, enfin, s’aplatissant sous son poids, il perçut une forme oblongue, qui sentait la cire rance et le vieux parchemin, puis ses griffes se refermèrent sur ce qui avait tout l’air d’être un épais anneau de métal. Le crissement des salamandres le long des parois se faisant de plus en plus insistant, son courage commençant à s’effriter dangereusement, il lâcha un petit couinement indigné, et se téléporta à nouveau vers la lumière et la chaleur des bras de sa maîtresse … Laissant tomber entre ses mains sa précieuse découverte.

Tandis que Kieran examinait attentivement la bague – une chevalière en vérité, taillée pour un homme – Heryn déroula avec soin le parchemin ciré, à moitié effacé et rongé par l'humidité. Et c’est presque simultanément que l’un et l’autre s’exclamèrent :

« Ce sont les armoiries de la Maison Amberle ! »
« J’ai déjà vu ce dessin quelque part ! »

Échangeant un regard et un sourire avec son épouse, Kieran confia la chevalière au Patriarche afin d’obtenir confirmation, et la jeune femme en profita pour déplier le parchemin au centre de la table, coinçant délicatement ses extrémités à l’aide du poignard et de la boite de thé. Tracé à l’encre pâlit par le temps, il semblait illustrer un rituel d’ordre magique, impliquant divers artefacts protégés par un dragon stylisé aux ailes grandes ouvertes, et symbolisés par un croc ou bien peut-être une griffe, un œil … Et quelque chose qui pouvait évoquer du sang, ou peut-être des larmes.

« Oui, vous avez raison : il s’agit bien du blason des Amberle, et plus particulièrement de celui de l’Héritier … Cela ne peut pas être une coïncidence. C’est la preuve que nous sommes sur la bonne piste. Quant à ce parchemin … Qu’en dites-vous, Heryn ? »

« Je suis persuadée d’avoir déjà vu ce dessin, sur un bas-relief, au Màr Litsë. Je … Je n’en suis plus très sûre, et cela mériterait confirmation, mais ... » Elle se mordit la lèvre, songeuse. « Durant mon ... séjour là-bas, j’ai appris que mon ancêtre Valheru, Morë-Enda, le propre fils de la Dame Dorée Ancalë-Naira, avait vécu un temps au Ssyl’Shar, et plus particulièrement au Kaerl des Sables. Il se pourrait que nous tenions une piste … Qui sera bien sûr à recouper avec les informations que nous trouverions peut-être dans les archives Dalneÿs. »

L’expression grave mais encourageante, le Patriarche se leva lentement, contemplant les artefacts étalés sous leurs yeux, et serrant la chevalière entre ses doigts.

« Eh bien, il ne nous reste plus qu’à nous mettre au travail. »
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeSam 27 Juin 2020 - 20:42



La migraine naissante se calmant avec la sérénité retrouvée de Meemaw, Lordan put se réintégrer dans le groupe, les idées redevenues claires.

Quand la Dame évoqua la possibilité que lui ou Tristan renoncent à participer aux recherches, il  fit un bref mouvement de dénégation, à la fois parce qu’il était entièrement au service du Màr Menel, donc de sa Dame et parce que sa curiosité naturelle était plus qu’excitée par toute cette histoire. Mais lui aussi aurait tout à fait compris que Tristan se désengageât de l’aventure, ou plus exactement, il aurait presque souhaité que le Neishaan ne soit pas enrôlé pour la quête qui s’amorçait. Il faudrait peut-être combattre des créatures aussi peu engageantes que celles des cryptes ou pis encore, des entités comme celles que Rhaëg hébergeait en des lieux abandonnés, restes de son riche passé où la magie régnait dans ses forêts et sur ses rives. Pour s'être frotté lui-même à ces êtres surpuissants et souvent cruels, Lordan ne voulait pas les voir se confronter à ce garçon si sympathique et si discret. Mais en fait, le jeune artiste n’était peut-être pas aussi démuni qu’il y semblait : leur aventure ne semblait pas l'effrayer, il se passionnait pour la recherche et l’étude des traces laissées par les anciens et il ne paraissait pas rebuté par les aspects dangereux du passé évoqué. Et puis, devenir aspirant signifiait qu’on était par nature prêt à affronter l’inconnu, sinon par les armes , du moins comme un challenge pour l’intelligence et la volonté. Lordan repensa à Tristan s’élançant gaillardement sur la pente raide des éboulis dans la caverne de glace et fit taire son inquiétude. Le Neishaan n’avait peut-être pas une carrure de guerrier mais il n’avait pas froid aux yeux, l’agilité vaut parfois plus que la force et le savoir est une arme qui peut être plus redoutable qu’une épée.

***

Finalement, personne n’avait jamais entendu parler des animaux inquiétants ayant élu domicile dans cette salle des cryptes.  Mais débarrassé des images lancées par Meemaw,  Lordan se dit que le dragonnet dans sa terreur avait certainement amplifié l’aura monstrueuse de ces bêtes - d’autant que sa petite taille avait dû les lui faire percevoir trois ou quatre fois plus grandes qu’elles ne l’auraient été pour un humain. La description méthodique qu’en fit la Dame de sa voix pondérée rapprocha cette vision de cauchemar d’un animal cavernicole rencontré quand il explorait les Monts de l’Ouest d’Orën à la recherche de lichens et de moisissures rares. Certes la bête se présentait dans un format beaucoup moins impressionnant. Dans cette région on l’appelait l’anguille-dragon et on racontait des prodiges à son sujet, qu’elle pouvait survivre cent ans sans se nourrir et qu’elle n’était que la forme larvaire de créatures bien plus imposantes mais que personne n’avait jamais aperçues.
Reynald d’Amberle d’ailleurs ne sembla pas considérer cette présence comme un évènement majeur et préoccupant et  il se prépara à organiser les tâches de chacun.
Le Patriarche était d’avis que Lordan mît Joachim de Leysse dans l’affaire. L’arken  avait grande confiance dans le sens pratique de ce dernier et ses qualités d’organisateur et il se sentait en effe apte à lui parler de ces lieux devenus dangereux en plus d’être secrets. Il avait à leur sujet certaines connaissances qu’il n’avait pas même partagées avec Tristan,concernant cet épisode du retour, resté inexpliqué, de Maître Thelrand alors proscrit, dans les murs du Màr Menel.
Il répondit donc qu’il rencontrerait le Baskan au plus vite. "Sa" caverne de glace ne recevrait donc plus d’autres visites tant que les lieux ne seraient pas sécurisés et les mystères éclaircis ou définitivement scellés.

L’annonce de l’envoi auprès de la Dame d’un archiviste spécialiste de ses questions était une fort bonne idée. Lui-même très versé dans la connaissance du passé, Reynald d’Amberle avait la réputation de ne s’entourer que de gens de talent.

***

La nouvelle expédition de Meemaw fut promptemant décidée et mise à exécution. Cette fois-ci, Lordan se barra l’esprit avec soin, selon la technique que Maître Nalesean avait mise au point pour compenser ses faibles défenses psychiques. En conséquence, quand le dragon miniature réapparut, il ne perçut rien des images que pouvait transmettre Meemaw à sa maîtresse. Cependant il vit que des objets avaient été rapportés de la crypte et se rapprocha du couple princier, impatient de savoir de quoi il s’agissait.
La bague fut immédiatement identifiée comme appartenant à la Maison d’Amberle, ce qui pouvait relier de nouveau ce qui s’était passé dans cette crypte à l’expédition de Saemon Ashriel, consort de cette Maison. Plus intéressante encore fut la réaction de la Dame devant le parchemin qui montrait un dessin avec autel, cohorte de personnages hiératiques contemplant un rituel énigmatique dominé par un dragon aux ailes déployées. Placés sur les pointes d’un triangle virtuel  on voyait trois formes très stylisées,  peut-être des objets à valeur symbolique.
Le parchemin venant du lieu même d’où étaient tombés les artefacts dans la caverne de glace, il se pouvait que les objets les plus anciens eussent un rapport avec ces signes. S’ils n’étaient que trois, on pouvait commencer par déterminer lesquels.  Un objet pointu...un  rond dans un autre...des sortes de gouttes... Cela éliminait la carte, les parchemins, les bottes...  Restaient le poignard, le collier aux gemmes étranges et belles.... Mais il était préférable d’attendre les résultats des recherches auprès des érudits pour avancer des hypothèses. D’autant que le dessin n’était pas très explicite, peut-être une copie réduite et simplifiée du modèle original.

La Dame prit la parole ; elle avait déjà vu ce même sujet taillé en bas relief et ceci au Màr Litsë, la Cité des Sables, où le fils de son ancêtre valheru avait un temps vécu.
La nouvelle était de taille. Lordan sentit de nouveau cet élargissement des perspectives ouvertes à son imagination depuis qu’il avait touché à ces objets venus d’on ne savait où. D’abord le temps s’était creusé, remontant comme une spirale fabuleuse vers le passé dont les souvenirs n’étaient plus que des contes ou des rêves. Maintenant c’était l’espace qui s'ouvrait depuis les salles ensevelies dans l’ombre des cryptes, franchissant les océans pour rejoindre les sables étincelants du Ssyl’shar.

Le Màr Litsé restait cependant pour le maître bronze, seulement le nom d’un lieu mythique, bien que replacé récemment dans l’actualité puisque c’était là que la Dame, échappée du kaerl, avait trouvé refuge. Mais il n’en savait guère plus. Il faudrait absolument – après avoir rencontré le Baskan Joachim, puique c’était sa mission immédiate - aller se documenter plus sérieusement sur cet endroit. Il le soupçonnait fortement d’être le prochain objectif de la quête déclenchée par la découverte du collier aux armes de la Reine.

Reynald à sa manière directe annonça qu’il était temps d’agir et Lordan demanda aussitôt la permission de se retirer pour contacter le Baskan à une heure encore acceptable. Il fit un discret clin d’oeil complice en passant devant Tristan. Par Flarmya et tous les dragons ! Quelle journée. !


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br10
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeDim 2 Aoû 2020 - 13:16

Tristan reçut avec surprise et ravissement la réponse positive à sa proposition d’aide sur les archives Dalneÿs, et ne tarda pas à emboîter symboliquement le pas à Lordan, qui refusait – naturellement – d’abandonner là l’aventure. Bien sûr, il n’était pas question pour le neishaan de donner une réponse différente, et comme l’avait souligné la Dame, il était de toute manière déjà impliqué. Comment aurait-il pu renoncer à lever quelques voiles supplémentaires sur ce mystère du passé qui le passionnait déjà, renoncer également à l’occasion de se distinguer aux yeux du kaerl qui l’avait accueilli, et de sa dirigeante à l’image de Flarmya ?
« Je suis très honoré de votre permission, et je ferai de mon mieux pour la mériter, »
fit-il en inclinant la tête, la main sur le cœur, avant de se redresser pour prendre un air plus solennel.
« Je m’engage à ne rien diffuser de ce que je pourrais y lire, ou y voir, en-dehors des personnes ici présentes. Que la noire chevelure de Kishi m’emporte dans une obscurité infinie si jamais je manque à ma parole ! »
déclara-t-il ensuite, suivant une formule usitée parmi son peuple des longues nuits glaciales. En vérité, le volet politique lui était assez étranger, et il ignorait la nature des risques qu’il pourrait encourir, mais peu lui importait : l’opportunité qui lui était offerte risquait bien de ne jamais se reproduire, et elle était trop séduisante pour la laisser échapper.

La suite se déroula sous la houlette de la logique puissante et tranquille émanant du patriarche Amberle, lequel récapitula efficacement les missions de chacun. Les yeux de l’aspirant brillèrent juste un peu plus quand fut évoquée la quantité de recherches à conduire en lien avec divers écrits. On ne perdit pas de temps pour renvoyer Meemaw vers les cryptes, expédition qui fut, là aussi, de courte durée. Pour autant, le dragon miniature en revint porteur de précieux indices, sous la forme d’un objet qui passa aux mains du couple régnant. Ou plutôt, de deux… La chevalière avait manifestement maintenu le parchemin en place, et Tristan laissa les experts tirer les conclusions qui s’imposaient, pour s’intéresser plutôt à la feuille déroulée. Celle-ci présentait, non des mots, mais une illustration pour le moins troublante, et ce qu’elle évoquait à la Dame ne le fut pas moins pour le rouquin : il n’était arrivé au Mar Menel qu’après l’épisode Ssyl’sharien d’Heryn, et s’il en avait vaguement entendu parler, il n’y avait pas trop prêté d’attention, ni de crédit.

Sauf que si c’était l’intéressée elle-même qui le mentionnait, il allait lui falloir reconsidérer sa position. Le kaerl des Sables serait donc autre chose qu’une légende, il existerait réellement, quelque part au cœur du désert de l’aride continent, et tout ceci n’avait pas été simplement des ragots visant à discréditer – avec peu de finesse, avait alors jugé l’aspirant – la dirigeante de la forteresse Céleste ? Tout en se promettant de creuser la question, et d’en apprendre davantage sur ce lieu de vie caché de bipèdes et de dragons, il s’efforça de se concentrer sur les déductions présentes de ses aînés. L’une après l’autre, leurs hypothèses les plus captivantes étaient confirmées, les indices se recoupaient en un puzzle qui, s’il était encore bien confus, commençait à s’organiser. Certes, il restait de nombreuses zones d’ombre, mais Tristan entendait bien faire sa part de recherches, voire davantage. Il ne tarda pas à prendre congé à la suite de Lordan, encore un peu incrédule sur la succession des derniers événements. Jamais il n’aurait pu en imaginer autant, au moment où il sculptait tranquillement un chat de glace dans une courette solitaire...


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeMar 4 Aoû 2020 - 14:05

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
Pathway – Kevin Penkin (Made in Abyss OST)

Promptement, les artefacts inconnus avaient été rassemblés par le Patriarche, qui s’était proposé pour en prendre soin, et surtout les mettre en lieu sûr en attendant d’en savoir plus sur eux. N’y voyant rien à redire, Heryn avait acquiescé, songeuse et perdue dans ses pensées. Il y avait tant de mystères à découvrir encore dans ce monde, tant de savoirs perdus sur les Valherus. Peut-être valait-il mieux qu’ils restent oubliés, dans l’ombre de leurs maîtres disparus, pour le plus grand bien de tous. Qui savait quelle catastrophe pouvait être provoquée s’ils revenaient au grand jour ? S’ils tombaient dans les mains de personnes mal intentionnées ? Combien de morts, combien de souffrances inutiles ? Avaient-ils pris la meilleure décision en choisissant de déterrer ces souvenirs de leurs ancêtres, d’une époque où la magie était omniprésente dans leurs vies, servant un désir de puissance égocentré ?
Se mordant la lèvre, elle adressa un signe de tête signifiant son accord à Lordan, qui, vibrant d’une évidence excitation à l’idée des recherches qui s’annonçaient, requérait la permission de se retirer dès à présent pour aller à la rencontre du Baskan, Joachim de Leysse.

La mention du Capitaine de la Garde, également Ancalikon remplaçant, demi-frère d’Ambroise et ayant pourtant si peu en commun avec lui, fit remonter en sa mémoire la vision étrange que Meemaw lui avait transmis après son contact avec Tristan. Eos … Cette lézarde Incarnate, perdue dans de bien inquiétants souterrains obscurs, ne pouvait être qu’Eos, elle en avait la conviction. Et si elle désirait plus que tout se fier à son intuition, elle était consciente qu’il lui était néanmoins nécessaire d’en avoir le cœur net, afin de ne pas se laisser bercer par de vaines illusions nées d’espoirs déçus. Alors, tandis que l’Aspirant s’apprêtait à sortir sur les talons de Lordan, déclarant non sans solennité sa fierté à bénéficier de sa confiance et sa détermination à l’honorer, elle n’hésita qu’un seul instant avant de faire un pas en avant, le retenant par la manche.

« Aspirant Gwened. Tristan. Pourriez-vous me consacrer encore quelques instants ? J’aimerais vous poser certaines questions. Je ne vous retiendrai pas longtemps, c’est promis. »

Lui offrant un sourire doux et apaisant, elle chercha à croiser son regard, fixant ses iris noisettes dans les siens, se voulant rassurante. Le malaise du jeune Neishaan faisait peine à voir, mais il était absolument nécessaire qu’elle l’interroge sur ce que Meemaw avait vu, dès maintenant. Il était peut-être détenteur d’une piste pour retrouver Persée, et à travers elle Zackheim, sans même le savoir. Son lézard de feu niché dans ses bras, elle rajusta sa prise sur son petit compagnon, le grattant sur le dessus du front, juste en dessous de ses cornes, pour son plus grand plaisir.

« Vous semblez assez perméable aux lézards de feu. Mais ne vous inquiétez pas, c’est parfaitement normal, et cela se retrouve chez de nombreux Aspirants. Peut-être devriez-vous envisager de travailler avec eux ? »

Inutile de chercher à retarder encore la mise sur le tapis du sujet véritable de sa demande : plus elle attendrait, et plus Tristan commencerait à s’inquiéter et à se demander ce qu’il avait bien pu faire de mal. Bien au chaud tout contre sa maîtresse, le Bronze avait fermé les yeux, ronronnant tout bas après toutes ces aventures épuisantes.

« Tout à l’heure, votre esprit a touché celui de Meemaw, et il a perçu chez vous l’image d’une lézarde de sa connaissance, une petite Incarnate qu’il apprécie beaucoup. S’il s’agit bien de celle que je crois, elle est liée à … quelqu’un de très important. J’aimerais m’assurer de son identité, et surtout de son état. C’est une Elfe, de sang-mêlé, blonde, avec les yeux sombres, et des tatouages runiques sur le visage. Une ancienne Chevalière du Màr Menel. Sa dragonne se nomme Vraël, c’est une Bleue aux écailles rappelant la couleur de la turquoise. Les auriez-vous rencontrées ? »

Ses sourcils se froncèrent, soucieux et sincères, et dans son dos elle sentit Kieran se redresser brutalement dans son fauteuil, étouffant un hoquet de surprise incrédule. Elle pouvait percevoir d’ici sa peine, et son incompréhension, et toute sa méfiance soudain ravivée, comme pour tout ce qui concernait de près ou de loin son frère.

« Je vous en prie, cette personne compte beaucoup pour moi … Pour nous. » Elle n’osa se retourner pour faire face à Kieran, incapable d'en trouver le courage, se contentant de serrer un peu plus fort son lézard contre elle, secouant la tête. « Cela fait plusieurs lunes qu’elle est portée disparue du Kaerl, et j’aimerais la retrouver. Elle pourrait être en danger, je voudrais pouvoir l’aider … Mais pour cela, j’ai besoin de savoir où elle est. Pouvez-vous m’en dire plus ? »

Ressentant le trouble de sa jeune maîtresse, Meemaw s'étira comme un chat, dévoilant une multitude de petites griffes d’ivoire. Choisissant ainsi de son propre chef d’apporter son grain de sel dans la discussion, il sauta sur l’épaule de Tristan, frottant sa joue contre la sienne tout en lui transmettant l’image de Persée telle qu’il l’avait vue pour la dernière fois, assise au soleil, Eos sur les genoux, caressant la petite Reine … Puis une autre, celle d’un baiser volé entre la sang-mêlée et un homme qui ressemblait à Kieran, avec les mêmes iris de sylve quoi que d’une teinte plus sombre, dont le visage exprimait une jeunesse enténébrée de mélancolie. Satisfait de lui, le Bronze lâcha une trille musicale, attendant visiblement quelques félicitations qui tardaient à venir.

Derrière eux, son époux s’était rapproché à pas discrets, son visage de marbre pour quiconque ne pouvait lire la tempête qui faisait rage dans ses yeux.

« Cette femme, s’il s’agit bien d’elle, pourrait nous mener sur les traces de mon petit frère, dont j’ignore même s’il est encore en vie ou non. » Un bref sourire, quoi qu’un peu teinté d’amertume résiduelle, avant qu’il ne reprenne sa gravité première. « Finalement, vous voilà impliqué dans les affaires politiques des hautes sphères bien plus tôt que prévu, Aspirant. »
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeSam 22 Aoû 2020 - 18:52

Seulement, s’il avait cru s’en tirer à bon compte de cet entretien avec le couple dirigeant, les derniers gestes de la Liée de Dorée le détrompèrent. Il s’immobilisa, croisant brièvement le regard noisette, avant que ses propres orbes ne battent en retraite vers le bout de ses souliers, tandis que la peau pâle de son visage se colorait à grande vitesse.
« Dame ? Je… Bien sûr, c’est… A votre service, »
finit-il par balbutier, en s’inclinant de nouveau, bien conscient de sa rougeur et du raffut de son cœur soudain affolé. Avec un mélange d’anxiété et de satisfaction, il vit le maître Blanc disparaître à la suite de Lordan, le laissant seul avec Kieran de Galastden et Heryn Amulg. Grand honneur, ou grande décadence ? Il ne savait pas encore. Ah, et Meemaw, tout de même, il ne faudrait pas l’oublier, d’autant que c’est de sa race que la fëalocë souhaitait visiblement lui parler. Il releva les yeux sur le lézard de feu, heureux comme un pacha dans les bras de sa maîtresse. La vie de ces créatures semblait tellement plus simple que celle d’un bipède… Un instant, il se prit à envier le dragon miniature, avant de se morigéner intérieurement pour ses pensées inappropriées, et de rabaisser le regard en même temps qu’une nouvelle onde carmin le gagnait.

Comme il ne savait que répondre à la suggestion de la Dame, elle poursuivit, en venant à ce qui la tracassait. A mesure que la description se précisait, il osa se redresser et, les iris dans le vague de ce que ce discours évoquait pour lui – les épreuves dans la mine Valherue, sous le temple du Pic aux Tigres – il hocha la tête à plusieurs reprises.
« Je… à Qhara. C’est là que je l’ai vue. »
Il avait à peine hésité. Certes, les Maîtres n’étaient pas censés amener d’aspirants aussi frais qu’il l’avait alors été, hors de Tol Orëa, et il ne voulait surtout pas attirer d’ennuis à Maîtresse Lewë. Et pourtant, le choix avait été rapide à faire : les prières d’Heryn Amulg étaient inutiles, il avait déjà décidé qu’il ne pouvait dissimuler un fait d’une telle importance, à la représentante de Flarmya sur Rhaëg.
« Elle n’a pas beaucoup parlé, mais sa dragonne… c’est ce nom-là qu’elle a donné. Fille de Kiruna. Et elle a dit qu’elle… qu’elle était d’ici. »

Suite à cette rencontre, l’aspirant était allé farfouiller à la bibliothèque du kaerl, et avait effectivement trouvé trace de la bleue Vraël dans les registres draconiques. Là, il avait appris l'identité de sa Liée, avec l’impression vague de voler ce nom que l’elfe ne lui avait pas offert, pas même après toutes les épreuves traversées ensemble. Malgré tout, il s’en était servi pour d’autres recherches, lesquelles lui en avaient appris un peu plus sur Persée Garaldhorf, laissant entrevoir une tragédie dans laquelle il s’était bien gardé de prendre position, même en son for intérieur. Et la réaction de la Dame lui prouvait qu’il avait eu raison : l’ancienne ancalikon avait beau être considérée officiellement comme traîtresse à son kaerl, elle restait chère au cœur de la Liée de Rintrah, c’était évident.

La question de l’état des anciennes Célestes était plus complexe. Impossible de mentir, mais difficile aussi de brosser un tableau complet, et encore davantage, de le faire sans donner à son interlocutrice plus d’une raison de s’inquiéter. Elle semblait déjà suffisamment bouleversée comme cela, et il aurait préféré ne pas en rajouter... Ce fut une nouvelle fois Meemaw qui le sortit temporairement de l’impasse, avec la spontanéité qui le caractérisait – Tristan connaissait encore trop peu de ses congénères pour savoir s’il s’agissait d’une généralité propre à tout lézard de feu. Les images qu’il lui transmit juraient avec la personnalité de la sauvageonne qui s’était présentée à eux sur les pentes du Pic aux Tigres, mais il s’agissait assurément de la même personne que celle qui avait, à ses côtés, essuyé successivement les vagues d’espoir et de désespoir dans les souterrains valherus.

La seconde scène lui fit tourner le regard vers le consort, lequel prit la parole à point nommé, clarifiant le dernier point obscur. Son frère. C’était donc là l’identité de l’amoureux, et le fils d’Ablah se souvint de ce qu’il avait lu : Persée avait disparu suite à son implication dans les actes troubles d’un autre de Galastden. Sûrement celui-là.
« C’est elle. Ce sont elles. L’elfe, la lézarde incarnate et la dragonne bleue. Mais il n’y avait personne d’autre, »
ajouta-t-il aussitôt avec une mimique d’excuse à l’adresse de l’humain, si froid en apparence, mais dont les mots dénotaient de bien davantage que cette façade. Préférant poser les yeux sur le sympathique petit bronze, il commença :
« C’était il y a plus d’une lune... »

Une pensée pour sa Maîtresse l’interrompit. N’était-il pas en train de la trahir, et auprès des plus influents membres du kaerl ? Elle ne méritait certainement pas cela, alors qu’elle avait fait de son mieux pour montrer à son aspirant adepte de la réclusion, qu’un monde vaste et varié existait au-delà des murailles du Mar Menel. Ses orbes ambrées, teintées d’une lueur d’inquiétude, trouvèrent le courage de passer de l’un à l’autre des époux.
« Je sais que nous n’aurions pas dû nous éloigner autant… pas partir si loin. Mais… c’était pour moi, pour me montrer les choses en vrai, alors que je les connaissais seulement par les livres. Maîtresse Lewë n’a voulu que me proposer de découvrir ce qu’il y avait de mieux, »
plaida-t-il avant même qu'une quelconque accusation n'ait pu être formulée.
« Et puis, je n’aurais pas fait cette rencontre, si elle ne m’avait pas emmené là-bas. »
Est-ce que cela suffirait à dédouaner la triade d'Asra de leurs décisions, que d'aucun auraient qualifiées d'inconscientes ?


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeLun 24 Aoû 2020 - 12:57

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
Vindication – Audiomachine

L’embarras évident de Tristan faisait peine à voir, se tenant face à eux les joues rougies et les yeux ne parvenant pas fixer leur attention quelque part. S’armant d’une patiente compassion et d’un sourire encourageant devant son silence initial, Heryn développa son propos d’une voix apaisante, ne désirant surtout pas se montrer trop pressante et risquer de le brusquer. Ou bien de le voir se refermer comme une huître, se sentant pris en faute, et de ne rien leur révéler. Ce qu’il savait peut-être était de la plus haute importance pour eux.

Et quoi que l’Aspirant ne répondit pas immédiatement à ses questions, elle vit sur son visage, et perçut dans le tourbillon de ses émotions que cela faisait écho à quelque chose en lui. Sans laisser paraître le moindre changement d’expression, elle garda les lèvres closes, attentive, les mains sagement croisées dans son giron, le laissant mettre de l’ordre dans ses pensées. Tout juste osait-elle encore respirer lorsque Kieran se rapprocha d’eux d’un pas discret mais déterminé, s’arrêtant tout juste derrière elle, la sensation de ses doigts effleurant le creux de son dos lui arrachant un frisson. A travers ce simple contact, la Fëalocë pouvait sentir son espoir douloureusement contenu, ce sentiment de trahison difficilement tenu en laisse. Si le jeune homme refusait de révéler ce qu’il savait, ou si par un quelconque hasard, se trouvait incapable de reconnaître Persée … Que feraient-ils alors ?

Enfin, le jeune Neishaan se redressa, un peu plus affirmé, et d’un hochement de tête laissa échapper la confirmation qu’ils attendaient tant, quelques mots qui résonnèrent dans un silence assourdissant. Qahra. Qahra ! C’était si loin de Tol Orëa ! Que pouvait-elle bien faire ou même rechercher là-bas ? Le cœur battant à tout rompre, et la bouche soudain sèche, elle le laissa poursuivre. Oui, oui, c’était bien elle pourtant ! Vraël la Bleue, fille de Kiruna. Semblant se plonger dans ses souvenirs – qui faisaient résonner en elle des vagues d’obscurité et de froid – Tristan s’arrêta de parler, et elle du se faire violence pour ne pas le pousser à poursuivre. Quoi qu’il ait vécu là-bas, elle pressentait que cela n’avait pas été facile. Qahra … Heryn croisa le regard de son époux, et elle hocha la tête. Ils devaient impérativement savoir où, quand et pourquoi, avant même d’envisager d’envoyer quelqu’un sur ses traces.

Puis Meemaw, décidant que l’atmosphère était bien trop pesante à son goût, s’envola, allant se percher d’une trille joyeuse sur l’épaule du jeune Aspirant, et Kieran, d’un ton beaucoup trop calme pour elle qui le connaissait si bien, évoqua Zackheim. Son petit frère pour qui il éprouvait tant de sentiments ambivalents … Mais également et surtout, celui qui avait été reconnu comme l’amant de Persée, pour autant qu’ils aient tenté de garder cela secret. Etait-il possible que l’ancienne Ancalikon se soit lancée sur les traces de l’homme qu’elle aimait ? Le recherchait-elle, elle aussi, se lamentait-elle de ne pas savoir s’il était encore en vie ou bien s’il était mort quelque part, perdu loin des siens ?

« Il est en vie, j’en suis convaincu. »

Comme faisant écho à ses pensées, guère plus qu’un souffle à son oreille, la voix de Kieran lui parvint. Vœu pieu ou bien réelle affirmation, seul l’avenir pourrait leur dire. Elle hocha la tête sans un mot, tandis que Meemaw frottait sa joue contre celle de Tristan, indécrottablement fier de sa petite intervention. Malgré la gravité de la situation, un sourire attendri fleurit sur ses lèvres à la vue du petit Bronze, et elle reporta son attention sur le Neishaan, qui paraissait maintenant un peu plus à l’aise.

« Plus d’une lune ... » répéta-t-elle à mi-voix, songeusement. Elle n’avait pas eu vent d’une telle expédition, mais après tout, elle ne prêtait pas attention à tous les voyages entrepris par les Maîtres Dragons du Màr Menel, même s’ils concernaient des Aspirants encore totalement novices. Qui plus est, on parlait ici de Sable Lewë, qui était connue pour avoir vécu en recluse pendant des années après les tragiques évènements ayant fait suite à la Guerre. Elle doutait que la sang-mêlée, au tempérament sage et maternel, soit du genre à prendre des risques inconsidérés avec ses apprentis. Se mordillant la lèvre, elle ne put manquer de lire la déception s’inscrire sur le noble visage de son aimé. Bien sûr, elle comprenait. Quelles qu’aient été les raisons de la présence de Persée à Qahra, elle y avait été rencontrée seule. Pour autant, cela voulait-il forcément dire que Zackheim ne pouvait y avoir été présent également au même moment, restant simplement hors de vue de la Triade Céleste ?

Mais déjà, paraissant presque honteux, Tristan avait repris la parole, cherchant à se justifier comme si une quelconque accusation avait été lancée contre lui et sa Maîtresse, son regard allant et venant entre les deux époux. Levant une main pour l’interrompre, Heryn lui adressa un sourire aimable et compréhensif, dans l’optique de le rassurer. Aucun blâme ne serait jeté sur qui que ce soit. Après tout, quoi qu’il ait pu se passer là-bas de si … impressionnant, rien de mal n’en était ressorti n’est-ce pas ? Sable, Asra et Tristan étaient revenus en pleine possession de leurs moyens. Dans le cas contraire, elle en aurait certainement été informée ...

« Rassurez-vous Tristan. Je ne suis pas ici pour juger de la légitimité de Maîtresse Lewë à vous emmener comme elle l’a fait. En tant que Dame du Kaerl, il est de mon devoir d’accorder toute confiance à mes Maîtres Dragons pour l’instruction et l’accompagnement de leurs Aspirants. Si elle a jugé intéressant de vous faire découvrir Qahra, elle avait sans doute d’excellentes raisons, ne serait-ce que pour vous faire découvrir le monde ... »

Elle marqua une pause le temps d’un rire un rien désolé.

« Même si personnellement, pour un premier voyage, je n’aurais certainement pas choisi cette région là. Et ainsi que vous le dites, malgré les dangers auxquels vous avez pu faire face, il en résulte à présent de grandes découvertes. Peut-être fallait-il que vous vous trouviez là-bas, à cet endroit et ce moment précis. Qui peut le savoir ? »

Ses iris noisettes brillant de conviction et de chaleur, elle posa un regard chargé d’intensité sur l’Aspirant.

« Nous vous sommes reconnaissants de la confiance que vous nous accordez. Nous ne la décevrons pas. »

Se tournant vers Kieran pour lui laisser la parole, elle le vit faire un demi-pas en avant, s’efforçant d’adoucir son expression.

« Pour être tout à fait honnête avec vous, nous avons l’intention de ramener Persée et Vraël au Màr Menel. Il est possible qu’elles soient les seules à pouvoir nous renseigner sur le devenir de Zackheim. Pour cela, nous avons besoin de toutes les informations que vous pourrez nous fournir sur votre rencontre : la date approximative, si vous vous en souvenez, et surtout l'endroit exact en Qahra. Peut-être s’y trouve-t-elle encore ... »

Un mince sourire vint éclairer le vert sombre de ses yeux, et le Consort soupira doucement, devinant plus que ne constatant l’approbation dans l’attitude de sa Dame. Il ne pouvait lui en vouloir de ne pas l’avoir informé immédiatement de ce que Meemaw avait découvert … Il ne savait que trop bien comment il aurait réagit dans le cas contraire.

« Votre Maîtresse vous a offert une incroyable opportunité de vous enrichir, culturellement et intellectuellement, que cela ait été prématuré ou non. Soyez-en reconnaissant, tous les Aspirants ne se voient pas offrir une telle chance. »

Et comme pour approuver la véracité de ses propos, le lézard Bronze roucoula doucement, se laissant glisser entre les bras de Tristan, venant mordiller le bout de ses doigts pour lui réclamer des caresses.
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeDim 6 Sep 2020 - 23:18

Un instant, Tristan se sentit comme un voyeur, percevant entre les deux époux une communication transcendant les rares paroles qu’ils avaient échangées, et parmi laquelle il n’avait pas sa place, car aucune autre que ces deux âmes n’était concernée. Mais il n’était pas le seul intrus au milieu de cette scène, et le lézard bronze, lui, n’en semblait pas gêné le moins du monde. Plus rassuré par l’attitude affectueuse du petit saurien que par n’importe quel mot que pourrait prononcer un des bipèdes, l’aspirant osa effleurer le haut de la tête écailleuse, comme il aurait doucement frotté celle d’un chat familier. Meemaw était une personnalité bien plus importante qu’il paraissait, au vu de ce qu’il avait accompli récemment, entre exploration et allègement d'ambiance, que cela ait été par sa volonté ou son simple instinct.

Le plaidoyer du rouquin pour sa Maîtresse reçut une réponse apaisée, à son grand soulagement. La Dame n’en voulait pas à Sable Lewë d’avoir emmené leur tout frais aspirant hors de la Terre de l’Aube sans en référer à qui que ce soit… Et son dernier argument qui, à lui, paraissait peut-être le plus faible, était aussi celui qui faisait le mieux mouche. Il baissa malgré tout le nez quand Heryn Amulg évoqua sa confiance. Ce n’était pas ainsi que les choses devaient se dérouler, eux n’avaient pas à le remercier pour cela. Certes, il ne voulait pas causer d’ennuis à Asra et sa Liée, mais il était tout aussi hors de question qu’il dissimule ses informations, même si certaines seraient compliquées à formuler.

Un mince pli qui se trouvait être l’esquisse d’un sourire glissa sur son visage alors que le lézard bronze venait, sans la moindre retenue, chercher davantage de caresses auprès de lui. Du bout des doigts, il lui en accorda quelques-unes distraitement, alors qu’il cherchait ses mots – et par où commencer,  après la demande de précisions du consort.
« Nous étions dans le milieu de Zakerielku, à quelques jours près. Peut-être que Maîtresse Sable se souviendrait plus exactement… si la précision a une importance. Et nous les avons vues sur les pentes du Pic aux Tigres, près d’un… d’un ancien temple. Un qui était resté scellé. L’elfe… elle a dit que c’était son territoire. Pas forcément le temple, mais plus généralement. »
Le premier contact avec Persée n’avait pas été des plus amicaux, mais cela, il ne pouvait l’avouer de but en blanc au couple dirigeant du Mar Menel. Par contre, il pouvait évoquer celle qui s’était montrée plus ouverte à leur présence.
« Il m’a semblé que… la dragonne était nostalgique de son lieu d’origine. Elle était triste, quand elle a dit que le kaerl céleste était son foyer. Elle devrait être moins difficile à convaincre. »

Cependant, si les dangers du complexe minier enfoui avaient occulté le début de l’aventure, Tristan ne pouvait oublier l’autre rencontre qui avait fait tout basculer. Il se devait de la mentionner, rien que pour la sécurité des personnes qui se lanceraient à la poursuite de Persée, si une telle décision était prise.
« Il y avait aussi quelqu’un d’autre… un ardent, avec un bronze. Il cherchait aussi quelque chose à propos du temple. C’est… un endroit dangereux. Je veux dire, plus que le reste de la jungle. Avec des tunnels remplis de créatures de l’ombre, et des maçonneries fragiles. »
Il n’avait jamais eu la confirmation du kaerl d’appartenance du duo masculin, mais leur agressivité parlait clairement pour une affiliation volcanique. Le rouquin préféra cependant s’arrêter là, rechignant à détailler ses aventures souterraines : ses interlocuteurs se montreraient-ils aussi tolérants envers la semi-ondine s’ils venaient à en connaître tous les détails ? Le simple fait qu’il ait été coupé du reste de la Triade…

Mais finalement, avec ce qu’il savait, même le consort à l’air si sévère approuvait la prise de risques de son instructrice. Le neishaan hocha la tête.
« J’ai beaucoup de chance d’être aspirant de Maîtresse Sable, oui. Et je vous remercie aussi de m’avoir accepté ici. J’ai déjà vu bien plus de merveilles que tout ce que j’aurais osé imaginer. »
Entre les dragons, la beauté du Màr Menel lui-même, les objets magiques dénichés avec Lordan… et davantage était à venir, semblait-il. En espérant qu’il y ait toujours quelqu’un pour tomber avec lui dans les lieux les plus terrifiants, pensée qui le ramenait à Persée : si elle n’avait pas été là, sa première aventure extra-orëane ne se serait pas terminé aussi bien.
« Même si elle avait semblé froide et distante au départ, l’elfe… elle m’a aidé. Toutes les deux, elles nous ont aidés. J’espère que vous arriverez à les convaincre de revenir. Elles méritent mieux qu'une vie de réprouvées. »
Presque aussitôt, réalisant qu'il s'était laissé emporter par son enthousiasme il rabaissa les yeux, ses joues se colorant de nouveau. Comment avait-il pu oublier à ce point qui il était, lui, simple petit aspirant, et à qui il s'adressait ?


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeMer 7 Oct 2020 - 20:16

[RP] L'affaire du collier de la Reine Kieran_de_galastden_new_tolorea__[RP] L'affaire du collier de la Reine Bronze_Seldryn_Vava_Tol_Orea
Kieran de Galastden & le Bronze Seldryn
Seigneur Consort du Màr Menel


Theme Song :
Wildfire – Audiomachine

Au fur et à mesure de la conversation, face à l’accueil bienveillant du couple Seigneurial, et bien sûr grâce à l’aide précieuse de l’aventureux petit Bronze, Heryn avait vu Tristan se détendre progressivement. En dépit de la gravité du sujet traité, la calme compréhension exposée tant par elle que par son époux avait fait son effet, et le Neishaan parlait désormais plus librement. Soulagée d’avoir pu suffisamment gagner sa confiance pour qu’il se laisse aller à se livrer à eux, elle avait gardé son regard fixé sur lui. Aussi attentive aux expressions qui traversaient son visage juvénile qu’aux mots qu’ils prononçaient. Qahra, le Pic aux Tigres, un ancien temple … Elle ne voyait pas, par Flarmya, ce que Persée pouvait bien avoir à faire là-bas, mais peut-être qu’une expédition sur place pourrait leur en apprendre plus … A défaut de retrouver la Maîtresse Bleue déchue.

Encourageant l’Aspirant à poursuivre, sans un mot, la Fëalocë se contenta de hocher la tête, percevant Kieran, dans la limite de son champ de vision, qui plissait le front sous l’effet de la réflexion. Une longue discussion et analyse de ce qu’ils auraient appris les attendraient une fois Tristan parti, pour décider de ce qui constituerait leur prochain mouvement.

« Si elle a parlé de territoire, c’est qu’elle devait y résider depuis un certain temps et planifiait d’y rester … Contre l’avis de sa Liée, visiblement. Si nous les retrouvons, ce sera peut-être toujours cela d’acquis pour les convaincre de nous suivre. »

Approuvant d’un sourire fugitif le raisonnement de son aimé, elle développa à l’adresse du jeune Neishaan, se voulant rassurante devant le souci manifeste qui irradiait de lui :

« Les dragons sont la plupart du temps très attachés à leur lieu de naissance, et fiers de leur lignée. C’est parfois un crève-coeur pour eux de s’éloigner trop longtemps de ce qu’ils considèrent comme leur maison, lié à des réflexes instinctifs ancestraux. C’est donc une bonne chose que Vraël ait exprimé sa nostalgie, cela montre que son cœur appartient encore au Màr Menel. »

Puis Tristan poursuivit, après quelques instants d’hésitation, et un silence lourd de tension retomba sur la petite assemblée. A côté d’elle, Kieran s’était raidit, si brièvement qu’elle ne l’aurait pas remarqué s’il n’y avait pas eu cette soudaine fluctuation dans la tempête intérieure de ses émotions. Un Bronze. Il ne s’agissait donc pas Sarevok, le lié de Zackheim. Ses iris d’émeraude se posèrent sur elle, assombris, et elle devina instinctivement le cours de ses pensées. Ce que le jeune homme venait de leur révéler ne devrait pas quitter cette pièce, ou du moins, ne pas se propager en dehors de leur cercle de confiance ... Sans quoi la situation risquait vite de dégénérer de façon très dommageable. Certains au Kaerl, au sein de la Maison Galastden tout particulièrement, n’apprécieraient pas la mention d’une présence Ardente lors d’une rencontre avec l’ex Ancalikon du Màr Menel, elle qui avait été jugée pour complicité implicite dans l’affaire du coup d’état mené par Zackheim … Et Ambroise, quoi que Second du Kaerl, ne devrait surtout pas être mis au courant.

Kieran secoua lentement la tête, et elle se passa une main lasse sur le visage. Elle ne voulait pas impliquer Tristan plus qu’il ne l’était déjà dans les remous tumultueux de la politique Céleste. Quant à ce temple mystérieux en pleine jungle, qui pouvait savoir quels secrets ou artefacts il recelait ? Ces derniers pouvaient se retrouver dans les endroits les plus improbables, les trouvailles faites par l’Aspirant et le Maître Ventaren l’avaient prouvé. Dans quel monde troublé naitrait alors son enfant à venir ?

« Voici un autre détail particulièrement important. Nous vous sommes reconnaissants de ne pas avoir cherché à le passer sous silence. Que ce soit à cause de la structure fragile du temple ou à cause de la présence d’Ardents dans la région, ceux que nous enverrons là-bas devront donc se montrer doublement prudents. »

A l’expression presque émerveillée du Neishaan lorsqu’il évoquait son Aspiranat avec Sable Lewë, le consort eut un bref sourire approbateur. Qu’il conserve cet enchantement et cet enthousiasme aussi longtemps que possible, sans le laisser ternir par de trop obscures préoccupations. Tristan était encore jeune, et fraîchement arrivé au Màr Menel. Il aurait bien le temps de découvrir l’envers du décor. Aussi sa dernière déclaration, plaidant avec ferveur et spontanéité en faveur de Persée et quoi que provoquant l’embarras du jeune homme, ne suscita ni en Kieran ni en Heryn, aucune intention de réprimande. L’un comme l’autre savaient apprécier l’honnêteté et la passion, lorsqu’elles étaient justement dosées.

« Votre loyauté envers votre Kaerl, votre maîtresse mais aussi les valeurs en lesquelles vous croyez, vous honore, Aspirant Gwened. Soyez assuré que nous ferons tout notre possible pour les ramener toutes les deux saines et sauves au Kaerl. Non seulement parce qu’elles pourraient nous être d’une grande aide pour retrouver mon frère, mais aussi parce qu’il est grand temps qu’elles reprennent leur service auprès du Màr Menel ... Et affrontent les conséquences de leurs actes. Cet exil qu’elles se sont imposées n’a jamais été une décision des Hautes Sphères ... »

Sa voix s’éteignit sur ces derniers mots, calme mais ourlée d’une certaine tristesse, à laquelle il sentit son Lié répondre avec chaleur, sa présence restant encore diffuse et lointaine. Sa chasse terminée et sa confrontation tendue avec Rintrah s’étant achevée sur un statu quo, Seldryn se dirigeait à présent vers le Kaerl, accompagné par sa Reine. Oublié de tous dans les bras de Tristan, Meemaw quant à lui ronronnait tout bas, bienheureux sous les caresses prudentes du Neishaan.

« Je souhaite vous remercier encore une fois pour toutes ces informations que vous nous avez apporté. Si Meemaw n’avait pas touché votre esprit par hasard ... » Heryn soupira, fermant les paupières quelques secondes, contemplant l'éventualité. « Nous serions probablement passés à côté. Peut-être était-ce la volonté de Flarmya. Peut-être le moment de retrouver Persée est-il venu maintenant. »

Son visage s’auréolant d’un sourire engageant, la Fëalocë inclina la tête avec respect devant Tristan, avant de se redresser, accrochant son regard avec détermination.

« Vous pouvez disposer à présent. Nous vous recontacterons certainement pour avoir des informations plus précises sur la localisation du temple, au moins une image mentale afin que les dragons puissent le trouver … Mais pour l’heure, vous êtes libre, comme promis. Les prochaines semaines seront sans doute chargées pour vous avec l’étude du contenu des Archives, mais je crois savoir qu’il s’agit d’un genre de travail plaisant pour vous. En vous souhaitant bonne chance dans vos recherches ... »

D’un simple mouvement de poignet, elle rappela à elle le lézard à demi endormi, qui vint se percher sur son bras en baillant largement, dévoilant de petits crocs aiguisés comme des poignards, et lâchant une trille joyeuse à l’adresse du jeune Aspirant, comme un au revoir.


[HRP : pour moi c'est tout bon, je te propose de conclure le RP avec ton prochain post ? Merciiii pour ces échanges et en avant pour la quête au Ssyl'Shar et les recherches pour Persée \o/]
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitimeVen 30 Oct 2020 - 19:17

Il acquiesça d’un signe aux dires de la Dame concernant les dragons et les Sables qui restaient une part d’eux-mêmes : cela expliquait l’attitude de la Bleue, même s’il se serait sans doute montré plus prudent sur les conclusions à en tirer. Mais la Dame maîtrisait forcément le sujet bien mieux que lui, et si les quelques éléments qu’il avait pu comprendre de la situation permettaient de l’aider ne serait-ce qu’un tout petit peu, ce serait déjà pour lui une récompense suffisante.

La gravité des faits qu’il leur dépeignit se lut dans leur réactions, et il s’en voulut un peu de leur donner de nouveaux sujets d’inquiétude, sentiment vite balayé par les remerciements de la Liée de Rintrah pour ne pas les avoir omis. Les compliments du consort pesaient sensiblement moins, mais faisaient tout de même plaisir à entendre, surtout assortis de l’assurance que le couple en exil volontaire serait le bienvenu lors de son retour au kaerl – car retour il y aurait, cela semblait maintenant certain. Il ne les connaissait pratiquement pas, mais les épreuves traversées avec et grâce à Persée avaient durablement fissuré la glace, et la mélancolie bienveillante de Vraël l’avait touché.

Inconscient de son rôle de premier plan dans cette affaire – à moins qu’il ne fasse semblant – le lézard de feu se prélassait toujours, abandonné aux timides grattouilles qui semblaient finalement lui convenir. Sans le quitter des yeux, le neishaan approuva de nouveau d’un hochement de tête.
« Certainement. Je veux dire, oui, la Déesse veille forcément sur les maisons de ses enfants... »
termina-t-il en relevant le nez. Il ne pouvait pas s’empêcher de penser que, des trois kaerls, celui dont la dirigeante était tellement à son image devait nécessairement avoir sa préférence. Mais cela, il préféra ne pas l’exprimer à haute voix.

« Asra pourra vous renseigner avec plus d’exactitude et d’efficacité que moi, »
se permit-il en se tassant instinctivement devant la maîtresse du kaerl Céleste. Puis l’évocation des investigations à venir le ramenèrent à cette autre aventure qui ne faisait que commencer. Il se réjouissait si bien de les commencer par des séances de lecture, qu’il ne put retenir totalement un sourire ravi. Retrouvant ensuite une attitude plus digne, et ce d’autant plus facilement que Meemaw avait regagné son perchoir attitré - le veinard - le fils d'Ablah s’inclina respectueusement, et profondément, la main sur le cœur.
« Je ferai de mon mieux pour qu’elles soient couronnées de succès. A votre service, Dame Amulg. »

Une autre salutation de la sorte, quoique moins appuyée, fut adressée au consort, et un simple regard au petit bronze, accompagné d’une pensée comme lorsqu’il sollicitait ses grands cousins, quoique moins précisément formulée. *Agréable compagnie. Reconnaissance.* Sur ce, Tristan se retourna résolument, pour prendre la direction de la porte. Rien ni personne ne l’intercepta cette fois, et il sortit en la refermant soigneusement derrière lui. Décidément, que d’émotions aujourd’hui, il avait du mal à y voir bien clair. Et il allait falloir qu’il parle de différentes choses à Maîtresse Sable, ne serait-ce que pour justifier les longs moments qu’il allait passer aux Archives, sans lien direct avec son travail d’aspirant.


[RP] L'affaire du collier de la Reine Br4
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] L'affaire du collier de la Reine Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'affaire du collier de la Reine   [RP] L'affaire du collier de la Reine Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] L'affaire du collier de la Reine
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Cellule 211 [DVDRiP]
» Une nouvelle vie [PV Yuko][Hentaï]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Menel, le Kaerl Céleste :: Les Spires-
Sauter vers: