-9%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Switch (OLED) avec station d’accueil et manettes Joy-Con ...
319.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] Défier la Seconde

Aller en bas 
AuteurMessage
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 173
RPs : 82
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Défier la Seconde Empty
MessageSujet: [RP] Défier la Seconde   [RP] Défier la Seconde Icon_minitimeDim 12 Mai 2019 - 1:08

[RP] Défier la Seconde Ioana_Tol_Orea*[RP] Défier la Seconde Kjfh
Ioana Cyallaïd-Cèlt’har & K'Jenriath
Maîtresse et Seconde du Màr Tàralöm & Son insupportable liée Verte



* Iolyaku 919 - Environ 1h après la fin du procès de Braen.

° Tu n'as rien dit. °

D'un naturel taquin, la Verte appréciait surtout et avant tout le goût amer de la provocation qui suintait dans sa salive à mesure qu'elle parlait. Surtout quand ce venin érodait la carapace de pierre de sa liée. Et plus encore quand cette dernière bouillonnait d'une rage rare et délectable.

° Tu n'as pas fait grand chose non plus, d'ailleurs. °

K'Jenriath esquissa à la commissure de ses lèvres le sourire d'une peste de la pire espèce. La dragonne sous forme humanoïde suivait sa liée qui la devançait de deux bon mètres, le pas si rapide qu'elle trottait presque. La Verte restait à distance, bien que craignant peu les représailles prévisibles aux vues des piques qu'elle assénait, elle minait de sautiller comme une insupportable fillette derrière sa sœur ainée, qui essuyait ses palabres infantiles.
Face au mutisme fébrile de la Maîtresse Dragon, la saurienne se retint difficilement plus d'une minute avant de poursuivre, enjouée et acerbe.

°  Nous pouvons désormais avouer que nous avons eu un aspirant céleste, en plus de tous nos échecs précédents ! Mais je ne t'en veux pas, tu sais, ce sont des choses qui arrivent, dirons-nous. °

Ioana stoppa net, les poings serrés, la tête rentrée dans les épaules. Sans faire face à sa soeur, une pensée siffla entre ses dents à la mâchoire crispée.

° Pas un mot de plus, ou je te fais enfermer aux geôles jusqu'à ce que nous rendions notre dernier souffle ! °

Un rire mutin et bref s'éleva des lèvres étirées de la dragonne sous forme humaine, comme le tintement d'une clochette. Ioana reprit son chemin, irradiant autour d'elle des flammes qui brûlaient dans sa poitrine.

° Même si tu m'enfermes, ça ne m'empêcheras pas de te parler. °
° Alors je te tuerai, maudite créature ! °
° Tu dis ça depuis notre Empreinte. Et tu te souviens de.. Vilde, là, elle avait péri peu de temps après la mort de Crimeth. °

Ioana siffla entre ses dents avec autant de prestance qu'une vipère courroucée.

La demi-sang souffrait presque de l'état de contrition qui raidissait son corps de soldat émérite. Un flot déchainé d'émotions l'envahissait, elle qui était d'une nature si calme et réfléchie malgré ses prouesses au combat.
Ioana ne faisait guère partie du groupe des adeptes de ragot ou à même de faire parler d'eux à tout va pour le simple plaisir que leur nom soit évoqué à travers tout le Kaerl, même dans les conversations les plus douteuses. Depuis son arrivée sur ce continent, la Maîtresse Verte avait fait parler d'elle par ses extraordinaires capacités à battre les hommes les plus forts du Màr, et par ses goûts peu enclins en matière de politique mais qui lui offrirent malgré tout des postes de prestige. La plupart de ses Aspirants excellèrent et peu de Maîtres pouvaient se targuer d'avoir formé pareille relève, néanmoins une réputation de Maudite la suivait depuis plusieurs années désormais, que ce fusse par la mort ou la disparition de ceux qui furent ses apprentis. Et cette rumeur allait grandir davantage aujourd'hui, après la révélation des véritables origines de son dernier Aspirant : Braen, issu du Kaerl Céleste.

Bien qu'ayant essuyé peu de reproches de la part de ses pairs, du moins ouvertement, elle savait quels propos flottaient dans leurs esprits pour la plupart perfides et amers de dévorer autrui. Ioana avait accepté la décision sans défendre un parti ou l'autre, tiraillée entre son profond désir de ne faire valoir que le bien de son Kaerl et la nécessité d'accepter ses erreurs. Loin d'être du genre à se justifier à tout bout de champ pour ses actions, elle avait pourtant voulu offrir à son Màr l'atout d'un jeune lié porteur d'un don extraordinaire en matière de force de combat. Mais qu'importait. Elle voyait surtout le temps perdu à former Braen, en vain, au profit d'un hypothétique retour d'un traître aux siens.
Sa grande capacité de stratège militaire était pour l'heure largement terrassée par son désir de suer eau et sang sur les sables de la Fosse.

Après être passée se changer brièvement à son weyr, elle avait emboité le pas en direction de l'arène, avec ferveur et hâte hargneuse non dissimulée.
Jetant négligemment son pourpoint au sol, dévoilant son buste seulement couvert d'une tunique de cuir sans manches, Ioana voulait frapper de toute sa rage, et recevoir les coups qui attiseraient sa fureur. Ses bras nus, hâlés, se galbèrent de muscles à en faire pâlir la plupart des hommes, alors qu'elle s'échauffa en faisant tourner sa lance autour d'elle dans une dance assassine. La demi-sang noua sans grande précision sa crête d'un vert de chrome en un vulgaire chignon pour ne pas avoir à supporter quelques mèches fugaces lors du combat. Ses iris couleur de jade balayèrent les candidats potentiels, leur offrant pour seule invitation toute la détermination de son regard étincelant d'en découdre pour faire passer ses nerfs.

Elle croisa le visage puant de fierté de ce qui semblait être un Aspirant bien sûr de lui. Spontanément, il s'avança vers elle avec toute l'allure d'un coq sur un tas de fumier désireux d'effrayer le loup dans le poulailler. Friande de remettre à leur place les doués trop présomptueux, elle se mit en position, lance pointant vers le vermisseau qu'elle allait s'empresser de démonter face aux nombreux présents sur le sable. Forte de son mètre quatre-vingt-dix, elle le dominait aisément par sa seule silhouette, et certes sa grande expérience ne tarderait pas à réduire les espoirs du jeune pigeon à néant.
A peine eut il le temps de présenter son bâton d'entrainement que la Maîtresse Verte bondit sur lui, évitant ses coups trop prévisibles par quelques glissades maîtrisées. Pas un instant elle n'hésita à l'accabler de coups à chaque fois plus forts, et chaque fois plus précis. Joueuse, elle retourna son arme à chaque coup d'estoc pour éviter de ne percer les maigres flancs du coquelet qui leva rapidement les deux doigts de soumission pour réclamer la fin du combat, haletant au sol après seulement de maigres minutes à tenir bon. S'il avait s'agi d'un chien, il serait reparti la queue entre les pattes et la tête basse.

Les yeux verts de Ioana crièrent Encore !, déjà en quête de sa seconde victime. Elle accepterait le défi de quiconque passerait sous son nez. Elle n'avait peur de rien, ni personne.
Elle tourna la tête en entendant de lourds pas fouler le sable derrière elle, sous le regard amusé et excité de sa liée, perchée plus haut sous l'aura de ses écailles d'émeraude.

- Allons, il n'est plus de braves dans ce Màr de gamins effrayés par une femme ?!


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Défier la Seconde Sarzlogo2[RP] Défier la Seconde Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Défier la Seconde Empty
MessageSujet: Re: [RP] Défier la Seconde   [RP] Défier la Seconde Icon_minitimeVen 17 Mai 2019 - 18:47


Sorti de la discussion avec le Garaldhorf, Yong’Wu avait besoin de se détendre. Et quel meilleur moyen y avait-il pour se détendre que de faire quelques passes d’armes à la fosse ? Ne prenant pas la peine de se changer il avait donc parcouru les couloirs grandioses du Kaerl, ses pas foulant le dallage décoré avec toute la grâce et noblesse qui était sienne, mais petit à petit, tandis qu’il approchait de la destination ses pas devenaient plus lourds, il irradiait de violence à peine contenue.

Au moins avait-il gagné son pari lorsque le héraut d’Aodren avait rendu gorge contre toute attente sur le pavement d’obsidienne veiné d’or du Concile. Qu’il était sale que ces nouveaux venus soient si prompts à oublier les traditions : nul sang ne devait salir l’enceinte du Concile, mais faire un nouveau scandale ne lui aurait pas apporté grand-chose si ce n’était le mépris de ses pairs.

Ce fut alors qu’il descendait les marches enserrant la fosse qu’il la vit : la Seconde, elle exudait une frustration qui ne pouvait sortir que sous des passes d’armes. Il prit un moment pour l’étudier, ses pas se faisant plus lents, jamais il ne l’avait vue sous cet angle : pendant bien longtemps elle n’avait été pour lui qu’une vulgaire hybride ayant fait la guerre, puis une seconde muette mais maintenant ? Son regard s’attarda, encore et encore, le galbe de ses muscles saillants et pourtant gracieux, sa peau tirant entre olivâtre et dorée, ces tâches de rousseur qui parcouraient celle-ci comme pour la souligner.

Les mouvements étaient vifs, guidés par des bras et une tête expérimentée mais aussi par la colère et le besoin de violence. Il pouvait sentir un feu dans ses reins, c’était étonnant qu’une telle femme n’ai jamais attirée son regard jusqu’à aujourd’hui. Il n’avait jamais ressenti cela, enfin tout du moins jamais pour une autre personne que…

Il continua de descendre les marches, admirant les prouesses de la Maîtresse Verte et souriant en coin lorsque l’aspirant rencontra le sable. Une voix, pernicieuse jaillit dans son esprit, il n’était pas loin : cela il le savait. Mais de là à le trouver précisément ? Nushi avait la fâcheuse tendance à disparaître aux yeux des autres, non pas par une quelconque magie mais grâce à un véritable talent dans le domaine.

° Elle ? Vraiment?°
Il pouvait presque sentir le souffle du dragon sur sa peau, son rire emprunt d’une moquerie mais aussi d’envie : ce que ressentait l’un, l’autre le ressentait aussi. D’une main il ouvrit sa toge, celle-ci découvrant le corps puissant du Torhil ;si ce n’était pour un sous-vêtement de cuir plutôt avantageux cachant ses parties privées ; les ravins tracés dans sa chair, les cicatrices, les plaies et autres blessures reçues, quelques brûlures soignées avec soin laissaient quand même voir qu’il avait goûté au feu des dragons et avait survécu. Il mettait à nu son statut de combattant, de vétéran de la guerre qui avait déchiré le continent, il mettait à nu sa force et sa puissance alors que les briques qu’étaient ses muscles roulaient sous la peau mât.

La toge vola, s’étalant dans les sables et l’une de ses mains se saisit d’un Guandao d’entraînement, l’arme n’était pas adaptée à sa taille mais soit : ses bras finiraient l’allonge.

°Oui. Elle, vraiment.°

Ses pieds nus foulaient le sable, la corne sous ceux-ci le rendant insensible au terrain et lui offrant plus d’aise pour se déplacer que s’il avait été en sandales. Il pouvait voir alentour les regards qui le fixaient et eut presque envie de rire : ils n’importaient pas, ils n’étaient rien strictement rien pour lui, non, ses yeux d’un noir profond restaient fixés sur le dos de la Demi-Sang, il voyait toutes les fibres qui jouaient sous sa chair et en frissonnait presque.

« Peut-être ceux-ci ont besoin d’une meilleure démonstration ? Plutôt qu’une Maîtresse et vétérane démolissant quelque chiot ? »

Le Guandao tourna dans sa main, manié avec l’expertise d’un maître d’armes. Ses yeux, oh ses yeux, ce vert éclatant, bouillonnant, qu’il voulait les voir encore et encore, les dévorer de son propre regard. Son visage relevé s’abaissa dans un salut polit et il se mit en garde, sa face prenant la même expression qu’une idole de pierre : elle ne verrait rien dans son expression, mais si elle croisait son regard suffisamment longtemps elle pourrait ressentir cette envie, ce pétillement, cette chaleur, cette envie, ce besoin.

Ses orteils jouèrent avec les grains de sable, ses muscles bandés faisant ressortir les fibres et veines, les tendons épais saillant sous la peau, l’arme ressemblait à celle que l’on aurait donnée à un enfant dans ses bras car même en garde il restait démesurément grand face au monde. Ni une ni deux il attaqua, souplesse, dextérité mais une certaine lenteur causée par sa taille, son poids et sa race, les Torhils n’étaient pas reconnus pour être les plus agiles des êtres non, les plus fort cependant oui.

Il recula de deux pas, évitant une possible riposte, sa jambe droite venant prendre repos sur son mollet, l’arme tendue dans le prolongement de son bras gauche qui guidait la tête, la main droite posée presque non chalamment proche du bout rond à l’autre extrêmité. L’arme tourna, déviant ou parant pour écarter la tête de lance, retournant vers le bout armé pour piquer vers le sternum de la demi-sang.

Il n’en pouvait plus de la voir se mouvoir, il ferait durer ce combat en usant de tout son talent pour admirer, encore et encore la Seconde dans sa danse infernale de la guerre.
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 173
RPs : 82
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Défier la Seconde Empty
MessageSujet: Re: [RP] Défier la Seconde   [RP] Défier la Seconde Icon_minitimeSam 1 Juin 2019 - 16:03


La Seconde avait entendu les pas du Sang au même moment où K'Jenriath lui adressa un éclat de rire surpris, au bord d'une furieuse extase en apercevant le géant qui s'avançait sur les sables. La Verte s'émoustilla sous le spectacle qui se préparait, plus par la beauté du corps presque nu du torhil que le combat à venir, dont elle n'avait grand cure. Evidemment influencée par les émotions de sa liée, Ioana pivota pour faire face à celui qui clairement s'imposait comme un nouvel adversaire, et elle sembla se figer d'un sentiment indescriptible, mêlant la retenue et l'envie de lui arracher les yeux. Pour diverses raisons.

Longuement, elle le fixa de toute la lueur prédatrice de ses iris de jade, lui conférant un regard de python prêt à se jeter sur sa souris. A peine essoufflée par ce petit échauffement, sa poitrine se soulevait plus rapidement qu'à l'accoutumée, et sa main resserra son emprise sur la lance. Le Sang venait clairement pour en découdre à son tour. Elle s'efforça donc de reprendre une respiration normale pour se préparer au prochain combat. Alors qu'elle voulut le saluer, comme le protocole l'exige, elle haussa un sourcil en le voyant.. se déshabiller. Il fit voler sa toge de façon presque théâtrale, dévoilant un corps seulement accoutré d'un sous-vêtement de cuir. D'un naturel si sérieux, Ioana eut envie de sourire franchement, moqueuse, mais son regard se perdit dans la mer de force et de muscles qu'il dévoilait face à elle.

° AH ! C'est beau un homme comme ça, n'est-ce pas ?! Moi j'adore ! °
° Tu es une dragonne, comment peux-t_ °
° Je sais ce qui est beau, ennuyeuse créature !°

Après une contemplation qui parut durer un certain temps, Ioana essuya sa nuque trempée de sueur. Une sueur qui ne provenait pas du simulacre de combat bien vite achevé quelques minutes plus tôt.. Ses prunelles d'un vert opalin se risquèrent sans peur à croiser les iris d'obsidienne du torhil, lui lançant à la fois défi et attirance, gouvernés par sa colère et son envie de se défouler.

Yong'Wu ne lui laissa pas le temps de répondre, bien qu'une réplique des plus cinglantes lui brûlait le bout de la langue. Il était hors de question qu'elle se laisse faire par cet homme si prétentieux drapé de soie !
Elle jeta une oeillade furtive à l'arme qu'il lui présenta lors des salutations règlementaires, avant de rabattre cette dernière directement dans les yeux de son adversaire. Malgré l'écran noir de ses iris, elle y perçut une flamme crépitante et ardemment vive : jamais elle ne l'avait vu sous cet angle, si désireux de faire siffler le fer dans l'air, encore moins contre elle pour qui il ne semblait avoir que du profond mépris.

S'inclinant à son tour, avançant sa lance pour répondre favorablement à son invitation à battre le sable de la Fosse, la Maîtresse Verte se mit en fente avant et fit tourner sa lance pour échauffer son poignet avant le premier assaut. Bien que le spectacle face à elle fusse des plus charmants, à même de titiller l'excitation des jeunes pucelles du Kaerl, la Seconde fit abstraction de la statue de chair si bien galbée de Yong'Wu, et entra dans sa bulle de concentration, malgré les brimades excitées de K'Jenriath. L'arme semblait si petite entre ses mains.. mais il n'était pas à sous-estimer, elle le savait. Face à elle se tenait un vétéran de guerre, et non un simple aspirant fiévreux de déboutonner des corsages.

L'air se chargea brutalement d'une chaleur irradiante autour de leur cercle, pile au moment où il lança l'offensive. Ioana esquiva le premier coup en se décalant sur la droite, pas vraiment surprise par le geste mais plus par la dextérité du torhil. Plus petite que lui - bien que proche du mètre quatre-vingt-dix -, elle avait l'avantage d'être un poil plus agile, mais bien moins forte, il fallait l'avouer. Merci à son métissage. Mais bien vite elle se laissa distraire par son profond désir de le toucher du bout de sa lance, faisant abstraction de se protéger.
Ses pas rapides et plus légers l'amenèrent rapidement vers lui lorsqu'il recula. Le métal s'entrechoquait en un claquement sec et froid, parfois un en crissement qui faisait presque saliver la demi-sang. Les coups d'estoc étaient tour à tour parés d'un revers d'une arme puis d'une autre. Profitant du terrain plutôt instable en raison du sable, Ioana se laissait glisser sur les côtés, souvent sur la pointe des pieds pour être encore plus agile, bien que déséquilibrée une fois ou deux.
Autour d'eux, la poussière minérale s'éleva, conférant à leur combat des auras de choc des titans.
Elle prit garde à ne jamais exposer ses flancs ou son dos lors de ses manœuvres, mais souvent elle se baissait en dévoilant sa nuque non protégée, largement dominée par l'impressionnante hauteur du Sang ! Son coeur s'emballa avec ferveur, et la sueur perla de son front en éclaboussant son corps et celui de son adversaire.

Le tranchant manquait leur peau de bien peu, sous le regard vif de K'Jenriath aux épines dorsales hérissée par l'excitation.

Lorsque Ioana vit l'arme ennemie tenter de la piquer à la poitrine, elle fit un bond en arrière, avec une prestance féline mais déconcertée. Elle enfonça la plante de ses pieds au sol, et usa de ses jambes musclées pour freiner son repli avant de s'élancer en avant. Elle mit en avant l'extrémité non armée de sa lance et s'en servit de perche pour s'aider à s'élever en bondissant vers le colosse face à elle. Par ce saut, elle voulut atterrir sur le torse du torhil et user de son poids pour le faire chuter tête à la renverse. A plus de deux mètres du sol, ses deux mains agrippèrent le corps de la lance alors que son corps commençait à chuter vers le Valherien. Ses bras bandés et légèrement repliés se préparaient à appuyer le manche de son arme contre l'épaisse gorge de Yong'Wu alors que ses yeux pétillaient de victoire, mais c'était sans compter sur la réplique du Sang..


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Défier la Seconde Sarzlogo2[RP] Défier la Seconde Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Défier la Seconde Empty
MessageSujet: Re: [RP] Défier la Seconde   [RP] Défier la Seconde Icon_minitimeLun 3 Juin 2019 - 16:06


Il avait vu ce regard, ces yeux pétillants de tant de choses, il les voyait encore maintenant tandis qu’elle se déchaînait : frappant encore et encore, pirouettant presque pour n’être plus qu’un écho de sa forme. Il pouvait sentir la violence et le désir secouer son être, faire pomper le sang plus vite, le lançant dans ses veines et artères pour irriguer sa puissante carrure.

Si rapide, si forte, si élégante, oh il appréciait cet instant ! En oubliant presque les problèmes qui secouaient le Kaerl et le Concile, la dissension dans les rangs ou même les meurtrissures infligées à la population du Kaerl. Il utilisa sa posture pour dévier la lance, le pied autrefois sur son mollet se lançant vers le visage de la Seconde pour la faire reculer : oh il était loin d’être l’un de ces jeunots incapables de tenir la distance, bien au contraire. Une ou deux gouttes de sueur coulaient dans le paysage dur de son torse, l’effort ? Peut-être, l’excitation ? Sans doutes.

Bien rarement il s’était senti vibrer de cette façon, reculant pour reprendre de la distance avec aisance grâce à ses longues jambes il dévia avec talent mais aussi un certain côté joueur les diverses attaques qui suivrent, de timides essais pour tester l’autre. Tout deux étaient encore à ce simple stade pour l’instant : prendre la mesure de l’adversaire et l’étudier, ces quelques petits coups comme les regards timides que pouvaient se lancer des amoureux dans un lieu public. Un bref sourire en coin éclaira son visage le temps d’une passe, une provocation ? Une appréciation ? Peut-être, on y voyait surtout un certain désir, mais le dit sourire fut si fugace que l’on aurait pu l’avoir imaginé, était-ce simplement le mouvement des armes qui avait déformé son visage ? A nouveau : peut-être.

L’attaque qui suivit l’étonna quelque peu ceci dit : Ioana se transformant en gymnaste, s’élançant dans les airs avec la grâce d’un aigle en utilisant son arme comme perche. Voilà qui était une nouveauté, il n’avait jamais vu ce genre de choses ! Quelle élégance, quelle grâce, quelle agressivité… quel corps… le bout de sa langue, fugacement, lécha le milieu de sa lèvre inférieure et il fit tourner le Guandao dans sa main, envoyant le bout rond vers le ventre de la demi-sang tandis que son corps passait de profil, bras armé tendu. Mais faisait-il vraiment cela ? Oh non, pile au dernier instant il recula la tête contondante, l’arme passant avec la vivacité d’un serpent dans son autre main qui la saisit depuis son dos, la lame émoussée s’élançant à l’horizontale pour frapper la Seconde à l’épaule.

Bien, le combat semblait s’être formellement lancé mais Yong’Wu était bel et bien conscient que l’agilité et la rapidité de la Maîtresse Verte finiraient par avoir raison de lui s’il ne prenait pas l’ascendant dans l’offensive, tout doué qu’il était il n’était pas un maître du Guandao, simplement expérimenté. Il se rapprocha d’un pas rapide, frappant pour détourner la tête de lance et frapper du tibia vers l’estomac de la demi-sang dans un mouvement souple, son corps pivotant dans le mouvement, la tête ronde de l’arme frappant d’estoc lorsqu’il fut de dos puis son autre jambe partant en l’air à son tour dans un coup en diagonale vers le bas, l’arme termina le mouvement la pointe se plantant dans le sol et remontant, projetant les grains pour noyer le mouvement.

Elle était bonne, très bonne, mais il était bon lui aussi. Ces mouvements lui avaient cependant demandé un gros effort, surtout sans échauffement, et son dos commençait à protester. Maudite soi sa taille d’avoir fait de lui un géant dans un monde qu’il jugeait largement trop petit, à toujours devoir se baisser et contorsionner, il en avait fini par acquir une rigidité et des douleurs dans les vertèbres. Ceci dit : il ne lui laisserait pas la victoire et si elle devait l’obtenir ce serait en luttant.

Il se prépara à une possible riposte, un peu penché vers l’avant, les yeux plissés, un bras plié devant l’estomac, Jambe gauche vers l’avant la droite en arrière et le pied à l’horizontale tandis que dans la prolongation de son bras droit tendu se tenait le Guandao, la main proche de la lame émoussée. Son coeur battait à tout rompre, fatigue ? Non, appréciateur et pompant dans son corps l’adrénaline nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Défier la Seconde Empty
MessageSujet: Re: [RP] Défier la Seconde   [RP] Défier la Seconde Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Défier la Seconde
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Tàralöm, le Kaerl Ardent :: La Fosse-
Sauter vers: