-30%
Le deal à ne pas rater :
-130€ sur le Moniteur Gaming LG UltraGear 27GN850-B 27″
299.99 € 429.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] L'Histoire est écrite par les survivants

Aller en bas 
AuteurMessage
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Eléderkan Garaldhorf


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 46
RPs : 33
Race : Elfe
Âme-Soeur : Le Bronze Thémos
Fonction : Inquisiteur Suprême
Affiliation : Clan Introverti
Alignement : Neutre Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] L'Histoire est écrite par les survivants Empty
MessageSujet: [RP] L'Histoire est écrite par les survivants   [RP] L'Histoire est écrite par les survivants Icon_minitimeSam 25 Mai 2019 - 23:11

Iolyaku 919

Eléderkan n’était pas particulièrement croyant. Bien fou aurait été celui qui niait l’existence des dieux, alors que ce monde portait indubitablement leur marque. De par ses voyages sur les multiples mers de Rhaëg, il avait entendu, parfois même vu, ce que le commun des mortels appelait « mythes » et « légendes ». De tous ces contes surgissaient une réalité bien tangible, que l’elfe était bien en peine de rejeter. Non, il n’était pas un fervent adorateur des dieux. En revanche, il avait appris à les craindre. Le surnaturel faisait peut-être parti de son quotidien, grâce en soit rendue au grand dragon qui partageait son âme mais il s’en méfiait toujours autant. Car on ne pouvait pas contrôler un dieu.

Le Sanctuaire de Flarmya représentait un lieu de promenade méditative parfaite. Même le grand mâle cuivré qui partageait son âme en convenait. A quelques différences près… Thémos était un dragon dominateur et territorial, très attaché au Kaerl mais il pensait à ce lieu en terme de territoire conquis, de souveraineté à défendre jusqu’à la mort, quitte à tout détruire en cas d’échec – car personne d’autre qu’un Ardent de cœur ne poserait sa marque ici sans en payer le prix fort. En ce qui concernait la dimension spirituelle d’un temple, vulgairement appelé « tas de cailloux », cela représentait la frontière – poreuse mais bien réelle – entre la partie humanoïde et la partie draconique d’un coup d’âmes.

A peine une heure s’était écoulée depuis la fin de la session du Concile et l’Inquisiteur Suprême regrettait amèrement déjà d’y avoir assisté. Non pas qu’il ne veuille pas se tenir au courant des affaires publiques – ou officieuses - du Kaerl, il s’agissait de son travail, de son devoir et d’un honneur. Il aurait néanmoins préféré éviter d’être le spectateur de pareil gâchis. Eléderkan avait connu le règne de plusieurs Seigneurs et Dames du Màr Tàralöm, étudié leur politique officielle, leurs promesses, ainsi que leurs manœuvres dans l’ombre et il avait cru qu’il ne s’étonnerait plus de la bêtise de certains de ses confrères. C’était bien mal connaître la nature des mortels. Aucun abîme, fut-il les Limbes elles-mêmes, ne pouvait égaler la profondeur de la bêtise.

Peut-être était-ce dû à sa charge de chef des réseaux de renseignements, ou peut-être était-ce simplement inscrit dans ses gênes mais il éprouvait l’intime conviction – avérée – d’y voir plus clair que n’importe qui dans cet imbroglio nommé Kaerl Ardent. Lucide à la fois sur lui-même et le reste du monde, il avait vu des actes de grandeur, de décadence, de folie, des actes de foi, moult fois décriés comme moult fois loués, car l’Histoire ne retenait que ce que les vainqueurs et les survivants étaient en mesure de retranscrire. Lorsqu’il cessa sa ronde silencieuse dans le cloître du temple, pour descendre la volée de marches vers les cryptes, il se remémora inopinément des pires moments plutôt que des meilleurs. Car un tyran pouvait en cacher un autre, car un imbécile serait toujours plus puissant qu’un grand roi. L’Histoire était une garce au service des dirigeants.

Eléderkan tira de sa poche une perle de nacre, issue d’un récent arrivage de marchandises venues d’Ys et la déposa délicatement aux pieds de la statue de feu le Seigneur Hùriand. Les flambeaux s’égaraient en lueurs d’incendie sur l’orbe blanc. Et dans ces flammes se reflétaient d’incongrus regrets, à travers la forme de batailles manquées et d’ambitions brisées. Celanduil Hùriand voyait-il la perdition ridicule de son ancien protégé depuis le royaume des morts ? Aurait-il été capable, s’il avait été encore en vie, d’empêcher son pupille de sombrer dans le déshonneur et la plus avilissante quête du pouvoir absolu qu'on puisse imaginer ?
Il aurait pu accuser son Lié de lui transmettre d’étranges émotions – au moins autant que ses insatiables appétits de toutes sortes – mais si Thémos pouvait être affublé d’une impressionnante quantité de défauts, la nostalgie n’en faisait pas partie. Ces regrets étaient les siens, depuis toujours. Le Bronze apportait, à contrario, sa rancœur légendaire à leur duo, une faim de vengeance jamais rassasiée. En l’occurrence pour cela, ainsi que pour bien d’autres raisons très honorables, Aodren del Hendrake paierait pour ses erreurs impardonnables. C’était devenu une affaire personnelle.

Ce serait étonnements beaucoup plus palpitant de faire une guerre insidieuse au Haut-Représentant du Clan Dominant… Que d’élucider le meurtre d’une Sang qui n’avait été qu’un leurre, un os à ronger de la part du Seigneur Iskuvar… Eléderkan laissa échapper un soupir et se frotta les tempes. Qu’il était difficile de canaliser les lubies d’un Seigneur Ardent, fut-il le prétendant le moins désastreux depuis plusieurs années !

Les cryptes parurent soudainement trop exiguës. La quiétude des lieux fut troublée par l'arrivée sur scène d'un autre personnage d'envergure.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] L'Histoire est écrite par les survivants Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'Histoire est écrite par les survivants   [RP] L'Histoire est écrite par les survivants Icon_minitimeLun 27 Mai 2019 - 18:20

Une tête avait roulée et il avait parié sur le bon cheval dans sa dispute face au petit Fëalocë. Non sans lui avoir jeté un regard pétillant d’amusement, son visage était resté ce masque neutre qu’il portait pratiquement en toutes occasions. Que cela serve donc d’avertissement au représentant des Dominants, se dit-il, si une autre occasion se présentait le duel sera entre eux deux et non plus à grands renforts de Hérauts, le del Hendrake n’avait jamais rien fait pour mériter son respect et le peu de patience qu’il avait pour les égocentriques voulant jouer avec les sphères d’influence du Kaerl était déjà vide concernant ce rouquin au visage suffisant.

Il avait donc cherché l’Inquisiteur Suprême du regard dans la salle du Concile, Yong’Wu sentait qu’il devait resserrer les liens avec celui-ci, liens forgés dans le sang et la guerre, il lui avait, après tout, sauvé la vie non ? Certes la bêtise de la jeunesse l’avait poussé à se blesser grièvement mais hors mis une légère raideur dans l’épaule il était comme neuf.
Le Garaldhorf avait toujours été un être discret, paré dans une chape d’ombre et d’une neutralité capable de faire pâlir un représentant de Luimë. Voilà pourquoi Yong’Wu voulait en savoir plus à son sujet, le rencontrer de façon informelle, sonder quelque peu son compagnon de guerre.

Ayant eu du mal à s’extraire de la chaise de Jora, il s’était tant bien que mal débrouillé pour ne pas déchirer le vêtement cérémoniel qui le couvrait et entreprit de sortir du Concile.

°Sanctuaire au vu de la direction.°

Remerciant d’un signe de tête mental son Lié, Yong’Wu avait donc entreprit de se rendre au dit sanctuaire dans l’espoir de pouvoir échanger quelques mots avec l’Elfe, il ne s’attendait pas à une amitié ou une entente, non, mais il savait qu’il avait du respect pour Eléderkan. Enfin, une mesure de respect. Et puis son poste au Concile laissait à penser qu’il était bon d’être dans ses petits papiers.

Pas vifs et grandes enjambées, bras tenant l’avant de sa toge comme à l’ancienne mode, le dos droit et le port altier, le Zenghwei ne laissait personne se mettre sur son chemin. Si l’on se moquait sans doutes de lui, c’était dans son dos et jamais de visu : tous savaient ne serait-ce qu’en portant le regard sur la moitié de son torse dénudé, qu’il avait connu la violence et avait survécu. Il était fier de ses cicatrices, moins de leur esthétique, surtout du message qu’elles envoyaient : J’en ai tué des plus costauds que vous. Voilà comment il fendait les foules, n’adressant un regard qu’à des visages connus, le reste n’était qu’un bétail bêlant, indigne de recevoir la bénédiction de sa considération.

C’était un homme occupé, fier de lui, fier de ses origines, fier de son Kaerl et fier de ses traditions. Si le vêtement qu’il portait était tout sauf confortable et pratique, il n’en restait pas moins une ancienne mode pour quelqu’un dans sa position aussi l’avait-il adopté.

Enfin vint le sanctuaire, ses longues jambes lui ayant permit de mâcher une grande partie de l’avance qu’avait l’Inquisiteur sur lui, il le vit descendre des marches. Les cryptes ? Tiens donc. Intéressant.
Il attendit quelques instants, laissant à l’Elfe le temps de se recueillir sans se sentir prit sur le fait, le respect était dû aux gens qui le méritaient et Eléderkan le méritait.

Bien, c’était assez, cet endroit lui laissait toujours un goût amer en bouche, toute cette superstition, ce gâchi d’espace pour quelques zélés incapables de comprendre que les Dieux se moquaient des mortels si toutefois ceux-ci pouvaient être qualifiés de divinités. Pour Yong’Wu et pour Nushi : ils n’étaient que des êtres puissants qui n’intervenaient lorsque cela les arrangeait et jamais pour sauver leurs croyants.
Il en avait fait l’expérience après tout, combien de temples n’avait-il pas rendu à l’état de cendres ? Combien de fidèles n’avait-il pas massacrés sur les autres continents ? Jamais ils n’étaient intervenus, le raffermissant dans son idée qu’ils n’étaient rien, de la poussière, de l’inutile.

Descendant dans les tréfonds de la crypte des anciens dirigeants trois marches à la fois grâce à sa taille, il vit l’elfe, au loin, rendant un hommage au vieillard tué par le démon. Ce culte pour cet incapable aurait manqué de lui soulever un coin de la bouche par pur dégoût s’il n’avait été en présence de l’un de ses pairs.

« Inquisiteur Suprême Garaldhorf. »
Sa voix, profonde, toute en basse et pourtant pouvant porter sur les foules, jailli d’entre ses lèvres avec la douceur d’un murmure empreint de respect. C’était un politicien, pas l’un de ces écervelé de Dominants qui se plaisait à s’enrouer les cordes vocales avant de se baigner dans le sang de ses ennemis en hurlant des bêtises aussi vides que le contenu de son crâne. Une douceur, un côté mielleux mais pourtant franc et respectueux, l’intonation laissait voir un être fier mais qui portait de l’estime à son interlocuteur.

« Il est important que nous parlions, j’ai comme l’impression que le bon sens a quitté le Concile. »

Il vint se tenir à ses côtés, fixant la statue du vieillard trépassé. Oh certes, il fut un bon seigneur preuve était des offrandes régulièrement déposées en ces lieux pour qui l’avait connu, mais sa morale faible l’avait laissé être terrassé par celui qui les avait plongés dans l’ombre et le sang. En quelques sortes, Hùriand était tout aussi responsable de l’état actuel du Kaerl que l’était l’adorateur de Kaziel aux cornes de bœuf.

« N’avez vous pas l’impression que nous nous enfonçons de plus en plus dans l’inutilité et la déchéance ? Voyez aujourd’hui : un maigrelet trop confiant priant un Exilé, du sang versé dans l’enceinte du Concile, il n’existe plus aucune compréhension entre les membres de celui-ci. Si la politique du panier de crabes nous a apporté une certaine stabilité pendant un temps, elle ne fait que nous diviser actuellement. »

Il tourna les deux prunelles d’ombre sur l’Elfe, attendant ses réponses avec la grande patience qu’était la sienne, son visage figé ne laissant rien transparaître.
Revenir en haut Aller en bas
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Eléderkan Garaldhorf


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 46
RPs : 33
Race : Elfe
Âme-Soeur : Le Bronze Thémos
Fonction : Inquisiteur Suprême
Affiliation : Clan Introverti
Alignement : Neutre Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] L'Histoire est écrite par les survivants Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'Histoire est écrite par les survivants   [RP] L'Histoire est écrite par les survivants Icon_minitimeMer 12 Juin 2019 - 15:23

Eléderkan ne rendit pas immédiatement son regard au nouvel arrivant dans la crypte. En revanche, il lui retourna son salut. Il ne se détourna pas pour autant de la statue commémorative du défunt Seigneur Hùriand. La vision de ce visage marqué par les cicatrices de l’âge et des conflits, fidèlement retranscrit par la main du sculpteur, le renvoyait à un passé apprécié. Eléderkan n’était pas nostalgique : il se l’interdisait. Mais il ne pouvait s’empêcher de regretter que le Màr ait perdu un brillant dirigeant.

- Haut-Représentant Zenghwei.

Vous en avez fait du chemin depuis votre héroïsme aveugle de la Grande Guerre des Ordres… Le fils prodige sort de sa prison familiale.

Le discours qu’il lui servait pouvait ressembler peu ou prou à ce qu’il aurait pu dire, des années auparavant, lors de cette fameuse bataille. Des mots orgueilleux, de titan jugeant la faiblesse de ses pairs du haut de son piédestal. Ces paroles reflétaient aujourd’hui non plus la volonté d’une Maison toute entière mais bien le choix d’un individu ayant gagné son indépendance et qui ne parlait plus au nom de plus fort que lui. Dans la stature peu commune du torhil avait éclos une bête avide, intelligente et féroce : le genre de personnes que le Kaerl Ardent forgeait et valorisait. Le genre de personnes qui survivent – si leur ego ne les aveuglait pas jusqu’au point de non-retour.

- Si je ne vous connaissais pas, Maître Zenghwei, riposta le Maître Bronze en se tournant lentement vers son interlocuteur, je dirais que vous essayez de me soudoyer des informations. Ou du soutien, ce qui revient au même.

Il étira un demi-sourire vaguement ironique, proche de la désillusion. Martel aussi avait jadis essayé – et réussi – à lui soutirer son soutien. Un apport décisif, une fusion de tous leurs talents, que l’ancien protégé de Celanduil Hùriand avait irrémédiablement gâchés. Par la même occasion, l’elfe d’Ys avait perdu son temps, son énergie, à faire respecter son serment de servir le Kaerl en pure perte, car son frère ennemi avait confondu son propre bien, sa propre gloire, avec ceux de leur Ordre Draconique. Il avait manqué à sa parole et s’était laissé éblouir par des sentiments fraternels parfaitement déplacés. Il ne réitérerait pas cette erreur.

- Vous avez au moins le mérite d’être franc.

En effet, Yong’Wu Zenghwei n’était pas connu pour ses palabres aux multiples détours. Et s’il maîtrisait l’art oratoire comme tout bon politicien qui avait roulé sa bosse dans cette cité, il existait plus subtils et plus sibyllins intrigants que le Maître Blanc. Il allait droit au but. Les ans n’avaient guère émoussé son sens de la répartie.

Sous le vernis aristocratique et les calmes rouages de son intellect, Eléderkan éprouvait néanmoins des difficultés à maîtriser son irritation. La dernière session du Concile venait à peine de s’achever et il fallait déjà tout revoir, tout reprendre depuis le début, avec tant d’efforts gâchés. Les choses auraient été plus simples, songeait-il avec un pincement au cœur fort malvenu, si Martel Dehkena avait trouvé la mort dans la Fosse des mois auparavant. L’elfe d’Ys n’approuvait pas les récentes décisions du trône. Le peu d’estime et d’égards qu’il avait nourri pour le Seigneur Iskuvar se dissipait. Alauwyr Iskuvar était un dirigeant fort, ambitieux mais beaucoup trop sauvage. Sa propension à n’en faire qu’à sa tête le rendait instable, dangereux pour le Kaerl et totalement inapte à gouverner avec sang-froid. Voilà ce qui manquait cruellement aux dirigeants qui s’étaient succédés après Celanduil Hùriand. La force ne faisait pas tout, hélas.

Et il y avait fort à parier que son travail s’en trouverait alourdi, en tant qu’Inquisiteur Suprême. Car qui ramassait mieux que quiconque les saletés des autres pour essayer de les recycler, si ce n’était un espion ? Quelque part à la frontière de son esprit, jamais vraiment hermétique pour son Âme Sœur, Thémos fulminait, lui rappelant sans relâche à quel point ces dernières années portaient ce goût d’inachevé. Alors, abordé par un personnage d’envergure avec lequel il partageait un lourd passif, sans pour autant l’apprécier, qu’il respectait mais pas assez pour ne pas avoir envie de l’éviter au possible, Eléderkan Garaldhorf réprimait l’envie d’écrouter cet entretien de la manière la plus impolie du monde. Car même si le Maître Bronze n’aimait pas le jeu des apparences, il le comprenait suffisamment pour le maîtriser. On ne tournait pas le dos à Yong’Wu Zenghwei sans risques.

- Nous ne sommes pas à une réunion du Concile. Vous pouvez parler sans crainte de ne pas y mettre les formes ou de risquer de vexer qui que ce soit. L’inutilité et la déchéance sont deux concepts très subjectifs : à chacun sa perception des choses. Mais je suis d’accord pour dire que le temps nous est précieux… Et que nous avons tendance à aimer le gaspiller ces derniers temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] L'Histoire est écrite par les survivants Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'Histoire est écrite par les survivants   [RP] L'Histoire est écrite par les survivants Icon_minitimeMar 18 Juin 2019 - 16:23

Il l’écouta avec une grande attention, les rares mots du Garaldhorf se devaient toujours d’être entendus et retenus : l’homme ne parlait pas pour ne rien dire, tel était son rôle et bien souvent le Zenghwei avait l’impression que l’elfe était la queue d’un serpent à sonnette. Il fallait prendre attention ou une morsure était vite arrivée.
Ses yeux se plissèrent légèrement d’amusement lorsque l’Elfe se tourna vers lui et il prit bonne note du sourire qu’il lui adressa. Désillusion, voilà ce qui qualifiait aussi l’Inquisiteur Suprême, il avait connu le faste de la grande époque encore mieux que lui, la gloire de leur Ordre qui n’était aujourd’hui qu’un vieillard grabataire voir comateux.

Il continua de l’écouter, ne lui coupant pas la parole pour le laisser terminer en paix en ces lieux. S’il ne respectait pas ce culte rendu aux morts et aux incapables il tenait la tradition en haute estime : ici, les mots ne devaient pas s’élever plus haut qu’un murmure.
Il savait que sans ce carcant, cette éducation et ce respect qu’il avait pour le Kaerl il n’aurait été qu’une bête, un animal, à peine meilleur que la plèbe qui grouillait dans les couloirs et empuantissait les corridors de basalt et de granit.

« Croyez vous vraiment que je ne parlerai pas en toute franchise à quelqu’un portant le titre d’Inquisiteur Suprême ? »
Il souffla par le nez, un rire monosyllabique uniquement exprimé par l’air et non les cordes, il reporta brièvement son regard sur l’ancien seigneur et opina pour lui-même avant de pleinement se tourner vers le Garaldhorf.

« Comme vous l’avez dit vous-même : le temps nous est précieux. Ce Kaerl est décrépit et abandonné par sa classe dirigeante qui préfère batifoler ou se disputer sur qui mangera quoi. Nous avons vus les ravages de la guerre, nous nous rappelons ce qu’elle nous a coûtés. Êtes-vous content de la situation actuelle ? N’êtes-vous pas à l’affût d’un autre chemin qui pourrait nous ramener vers la grandeur d’alors ? »

Il avança son visage, un sourcil légèrement haussé, ne cillant point, ses paupières restant ouvertes bien longtemps avant d’avoir besoin, dans un mouvement paresseux et félin, de réhydrater ses yeux. Point d’ambages aujourd’hui, ce n’était pas nécessaire, pas avec lui, pas avec un véritable vétéran de la grande guerre.

« Je ne suis pas ici pour que nous perdions notre temps à discuter du passé comme deux vieillards nostalgiques. Je suis ici pour connaître votre idée du futur, pas pour faire des ronds de jambe ou de la séduction, l’heure est grave. Combien de temps avant un nouveau Drazahir ? Avant une nouvelle guerre ? Avant une nouvelle tourmente politique venant secouer le Kaerl jusqu’à ses tréfonds ? Nous avons besoin d’un gouvernement stable et respectueux des traditions, Inquisiteur Suprême Garaldhorf. »

Tout ce temps sa voix ne s’était pas élevée, maîtrisée, enchaînée et maniée avec l’adresse d’un scalpel de chirurgien. Son visage reprit sa place normale, haut et fier, mais ses yeux scintillaient d’une certaine curiosité mêlée à un grand danger. Mais était-ce anormal de voir ce danger dans les prunelles d’ombres qui sertissaient son visage ? Non, il était toujours là, toujours présent, simplement… plus vif qu’à l’habitude.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] L'Histoire est écrite par les survivants Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'Histoire est écrite par les survivants   [RP] L'Histoire est écrite par les survivants Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] L'Histoire est écrite par les survivants
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un nouveau logis...[hentaï /terminé]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Tàralöm, le Kaerl Ardent :: Sanctuaire de Flarmya-
Sauter vers: