Partagez
 

 [RP] Nouvelle étoile

Aller en bas 
AuteurMessage
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeMar 2 Juil 2019 - 18:20

26 de Iolyaku, 919



Alrüne n'y voyait rien.
Mais alors, rien de rien et ce, jusqu'à plusieurs mètres devant elle.
Juchée à la proue du navire marchand sur lequel elle avait embarqué une semaine plus tôt, bien enveloppée dans son manteau pour se protéger de l'air sec, froid et mordant du Vaendark, elle aurait pourtant dû avoir un point de vue immanquable sur leur destination. Mais c'était sans compter sur cet éternel brouillard qui l'enveloppait, étendant ainsi un voile dense et laiteux sur tout l'horizon.
Outre cet obstacle brumeux, le navire et son équipage se devaient d'affronter un autre problème des plus épineux : Les récifs acérés pullulant sur leur chemin, couplés aux hauts-fonds tout aussi dangereux. Il leur en fallait, des tours et des détours, pour éviter ce naufrage qui leur pendait au nez.
La Neishaane soupira et dût se résoudre à accorder sa pleine confiance au capitaine qui, de ce qu'elle en avait compris lorsqu'elle lui avait parlé avant d'embarquer, n'en était pas à son premier voyage vers Ivrin.

Ivrin … Après de longs mois passés sur les routes, à écumer toutes les sources de savoir qui lui était donné de croiser, elle avait enfin trouvé l'île mystérieuse. Ou retrouvé serait plus exact … Car, avec les informations qu'elle avait réuni à Ablah sur Ivrin, il lui était désormais évident qu'elle avait découvert là son lieu de naissance.

Elle ne remercierait jamais assez Tristan pour lui avoir parler, lui-même, de sa ville d'origine. Ablah avait tenu toutes ses promesses, en lui révélant les connaissances qui lui manquait jusque là pour poursuivre sa route. Oh, obtenir ce savoir ne fut guère chose aisée, les Anciens s'étant montrés réticent à plusieurs reprises … Il fallait dire que, pour découvrir l'emplacement de l'île tant convoitée, il lui avait fallu plonger aux plus profonds de leurs bibliothèques et accéder à des ouvrages qui valaient certainement plus que sa propre vie, aux yeux des habitants de la cité. Mais avec l'aide de Gladys et Madenn, Alrüne était parvenue à partager ses intentions et à rassurer les Sages sur l'utilisation qu'elle ferait de ce savoir.
Repenser à Ablah lui pinça légèrement le cœur. La jeune femme n'avait pas pu tenir sa promesse envers Tristan. La lettre qu'elle devait remettre n'avait pas trouvé son destinataire et pour cause, le père du Neishaan rouquin avait quitté la cité pour mener sa propre quête : Celle de retrouver son fils. Alors par défaut, cette lettre, elle l'avait remise à la grand-mère de Tristan … Elle espérait, quelque part, que ce serait suffisant.

- Préparez-vous à accoster ! Tonna la voix du Capitaine, arrachant Alrüne à ses souvenirs.

La brume s'était faite plus clairsemée au fur et à mesure de leur progression et enfin … Enfin, elle était là, se dressant face à eux dans toute sa majesté : Ivrin.
Oh, elle n'avait rien d'extravagant, cette île. À première vue, ce n'était qu'un caillou à la végétation éparse, entièrement dominé par l'unique montagne qui y trônait en souveraine incontestée. Mais tous, à bord de ce navire, savaient que le véritable trésor d'Ivrin n'était pas son apparence même mais se trouvait dans ses entrailles, réputées inviolables par les étrangers. Des profondeurs dans lesquelles la Neishaane était bien déterminée à pénétrer.

Tandis que l'équipage était à la manœuvre, Alrüne descendit du pont jusqu'aux quartiers inférieurs, atteignant alors sa couche où elle y rassembla ses affaires. Laissé à dormir dans son lit de fortune, Ceri s'éveilla brièvement lorsque sa mère le souleva pour l'installer tout contre elle, l'enveloppant soigneusement dans un cocon de laines et de fourrures. Puis, son sac sur l'épaule, elle descendit jusqu'à atteindre la cale où attendait patiemment Brume, l’œil vif. Elle rassura la jument qui, comme sa maîtresse, était un peu nerveuse, ainsi enfermée dans un bateau, puis la prépara du mieux qu'elle put dans cet environnement exigu.
Bientôt, la coque cessa ses grincements et le navire, ses mouvements, signes qu'ils étaient enfin arrivés à bon port. Le déchargement leur prit un peu de temps mais bien vite, Alrüne et sa petite famille furent en route vers le cœur de l'île, sans prendre le temps d'attendre les marchands embarqués avec eux. Elle ne voulait pas les mêler à cette histoire.

Des jours durant, la Neishaane s'était questionnée sur la meilleure approche à avoir mais, devant le peu d'informations dont elle disposait sur l'évolution de la cité jusqu'à aujourd'hui, elle avait décidé de tenter le tout pour le tout. Aussi, lorsqu'elle atteignit enfin les imposantes et immanquables portes menant au sein de la montagne, elle rabattit son capuchon sur ses épaules, dévoilant sa longue chevelure blanche ainsi que – et surtout – ce triangle sur son front, qui l'avait interrogé toute sa vie. Ainsi plantée et révélée aux yeux de la Garde, elle déclara enfin d'une voie aussi forte que claire :

- Mon nom est Alrüne Larilane ! En tant qu'héritière de la marque de Fael-Lùlë, je demande humblement l'accès à la ville !


[RP] Nouvelle étoile Logo_a16 [RP] Nouvelle étoile 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile


Dernière édition par Alrüne Larilane le Jeu 11 Juil 2019 - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 109
RPs : 103
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeJeu 4 Juil 2019 - 18:26


Majestueuse et pourtant si secrète, Ivrin s’était toujours targuée d’être un joyau dans son écrin de solitude. L’air emprunt des embruns de la mer posait sur les lieux un cachet exquis que l’on ne trouvait que rarement en Rhaëg. L’éclairage doux mettait en valeur la taille du quartier populaire avant de projeter, avec une certaine gloire, ses tâches d’un blanc cru sur la haute façade palatiale.

Ici se trouvait non pas ce féodalisme né du désespoir et de la pauvreté, mais bien les espoirs d’antan placés sous forme physique, de grés et de marbre, de cristaux et d’argent. D’une époque mythique partie en fumée avec le même vacarme que celui d’une bougie s’éteignant, ici, en Ivrin, était la gloire et l’affirmation qu’un tel monde avait existé auparavant là où tous avaient oublié.

Mais un lourd secret pesait ici, un dont peu d’habitants étaient au courant. Celui-ci semblait pourtant avoir posé une chape d’ombre sur le coeur des gens, les visages montraient que les sourires n’étaient plus présents et que la joie, ci séant, avait fait son temps depuis plusieurs années.
De la furie d’une Matriarche, d’une lame dans la nuit, d’un sang noble qui avait été versé sous la poigne de la colère et de la défaite.

Il s’en souvenait.

Il le sentait encore à l’intérieur de sa bouche.

De ce membre absent pour qu’à jamais il se taise. Son visage était profondément marqué par la tristesse, ses mains couvertes de cals alors qu’il allait sortir de la ville en direction des docks pour faire le travail qui lui avait été imposé depuis sa tendre enfance. Il n’était ici qu’à cause de sa sœur, cela il s’en souvenait parfaitement, avec une clarté, une limpidité touchant à l’eidétique.
D’une pince se saisissant de sa langue, de ses parents tenus au sol par des bottes de fer, d’une lame orangée jetant une lueur funeste sur le reste de son existence…

Une épaule plus basse que l’autre à force de porter des poids lourds, les bras puissamment bâtis pour un Neishaan mais là où sa chevelure aurait dû être d’une beauté étincelante, celle-ci était sale, longue, pleine de nœuds et tombant sur son visage marqué par la douleur et la haine.

Les autres esclaves eux-même ne l’approchaient pas, il était même seul dans un groupe, il n’était plus rien. Juste un outil, un objet, un paria.
Mais ce fut alors qu’il passait les grandes portes que ses yeux s’accrochèrent à une personne et à ses mots.

Alrüne ? Non… quelque chose ne collait pas. Il s’arrêta en plein milieu et la fixa, son visage d’abord trahissant une certaine curiosité tandis que ses cheveux voyageaient devant sa face sous le vent et puis la réalité le frappa en plein.
Il se transforma en haine et en peur, ses mains s’étaient serrées, tremblantes, et il recula de quelques pas. Était-ce réellement elle ? Non c’était impossible…

Et pourtant. Son visage lui disait quelque chose, ce visage si similaire au sien.
Il aurait voulu courir, rejoindre le quartier Palatial pour avertir, mais que pouvait-il faire sans langue ? Une main ferme le poussa, gantée de métal, et le ramena à l’instant présent.
S’il ne s’acquittait pas de ses devoirs…

***

Tant de vent en ce jour, heureusement qu’il portait un surcôt sous les plaques de métal qui enserraient sa chair. Il avait regardé l’inconnue approcher, un sourcil se haussant tandis que le triangle sur son front se faisait voir.
Qui était donc cette personne ? Un travestissement de leurs traditions ayant prit pied sur le continent ? Quoi qu’il en soit, il ne connaissait ni son nom, ni son visage. Serrant plus fermement la hampe de sa hallebarde, le garde la fixa un moment avant de pousser un esclave qui s’était arrêté.

- Vous êtes porteuse de la marque mais n’ai nul souvenir de vous. Qu’est-ce qui me prouve que vos intentions sont pures envers la grande Ivrin?

Il avait comme un mauvais pressentiment, comme si la laisser entrer augurait des temps durs pour la cité. Tout cela transparut dans sa douce et belle voix de Neishaan, l’on y décelait une grande méfiance, un malaise.
Le garde à ses côtés semblait tout aussi mal à l’aise, passant d’un pied à l’autre et la main fermée sur son arme avec comme une hésitation à l’utiliser là maintenant sur cette intruse.

Mais elle connaissait le nom, elle avait la marque.

- Où avez-vous reçue cette marque et comment connaissez-vous le Nom?

D’un regard et d’un signe de tête à son comparse, l’autre garde opina du chef et rentra dans la cité avec hâte. L’esclave quant-à lui jeta un regard plein de haine à la nouvelle venue en passant à ses côtés, il savait quelque chose.
Il la connaissait.

Elle était la cause.
C’était sa faute !


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Nouvelle étoile Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeMar 9 Juil 2019 - 18:33

Un long frisson naquit au creux des reins d'Alrüne, puis remonta le long de sa colonne vertébrale jusqu'à la naissance de sa nuque, agitant tout son corps d'un léger tremblement. Pour autant, la Neishaane n'aurait su dire si c'était là la victoire du froid et de la fatigue sur son être … Ou si ce n'était rien de plus que la conséquence de ce regard noir posé sur elle.

Un groupe de Neishaans, tous âges confondus, avait franchit les lourdes portes de la montagne et se dirigeait d'un pas lent et résigné vers les quais plus en contrebas. Mais parmi eux, un jeune homme avait fait halte pour fixer ses yeux azur sur la nouvelle arrivante. S'ils avaient fait montre d'une certaine curiosité au départ, c'était à présent un bleu brûlant d'une colère, d'une haine mal contenue, rehaussé par un soupçon de peur, qui ne quittait pas Alrüne d'un iota.
L'Engloutie le dévisageait tout autant, avec un malaise qui en était presque palpable. Quelque chose, chez cet étranger, éveillait en elle un sentiment qu'elle n'était pas capable d'identifier clairement, quelque part entre le familier et l'inconnu … Mais une chose était sûre : Sans qu'elle ne sache l'expliquer, cet homme ne la laissait pas indifférente.

Bientôt, le contact fut rompu lorsque le garde, stationné non loin, le poussa avec force en avant, manquant de le faire trébucher sur le relief inhospitalier de l'île. L'inconnu reprit sa marche, non sans adresser un dernier regard des plus hostiles à Alrüne, qui ne comprenait pas l'animosité de cet homme à son égard … Mais peut-être était-ce un sentiment commun aux habitants de cette île envers les étrangers ? Pourtant, d'autres étaient passés et pas un seul n'avait ne lui avait témoigné un tel ressentiment …
Alors qu'elle l'observait repartir avec le reste de son groupe, une pensée frappa la Neishaane : Et s'il la connaissait de sa vie d'avant ? Et si c'était là, la raison de cette haine qu'elle avait perçu dans son regard ? Pourtant, quelque chose ne semblait pas coller … Elle n'avait guère plus d'un an lorsqu'elle fut abandonnée, définitivement trop petite pour être la cause d'une telle colère … Ou bien … ?

Alrüne n'eut pas le loisir de s'interroger d'avantage que le garde, le même qui, au préalable, avait forcé l'étrange inconnu à continuer sa route, l'interpella avec toute la méfiance dont il était capable.

- Vous êtes porteuse de la marque mais n’ai nul souvenir de vous. Qu’est-ce qui me prouve que vos intentions sont pures envers la grande Ivrin?

Bien entendu. L'Engloutie ne s'attendait pas vraiment à une réaction différente de celle-ci. Elle savait bien qu'elle ne serait pas accueillie à bras ouvert, simplement parce qu'elle arborait la marque propre aux résidentes de l'île. Pourtant, elle avait espéré … Espéré que tout serait plus simple, qu'elle n'aurait eu qu'à rentrer, récupérer sa Liée puis repartir et ce, sans qu'on ne lui cause plus de tracas qu'elle n'en avait déjà.

Mais visiblement, les Dieux, ou quel que soit l'esprit caché derrière cette aventure, avaient d'autres plans en tête.

Alors Alrüne se résolut à montrer patte blanche. Elle écarta brièvement les pans de son manteau, dévoilant par la même son fils endormi contre elle, innocent et vulnérable, avant de retirer le couteau de chasse qu'elle portait à la ceinture. Elle laissa ensuite tomber son seul moyen de défense à ses pieds, espérant que ce geste serait suffisant pour prouver sa bonne volonté.

- Mes intentions envers Ivrin et ses habitants ne sont aucunement mauvaises. Je souhaite simplement m'entretenir avec les dirigeants de la cité, pour une affaire de la plus haute importance, déclara-t-elle avec tout le calme et l'assurance dont elle était capable.

Malgré tout, Alrüne n'était pas parfaitement sereine. Et s'ils lui refusaient l'entrée ? Pire, s'ils la chassaient de l'île ? Que pourrait-elle bien faire ? Comment parviendrait-elle alors à rejoindre cette dragonne qui n'attendait qu'elle pour éclore ?

Mais surtout, y parviendrait-elle à temps … ?

La Neishaane s'efforça de ne pas laisser son esprit divaguer vers de sombres terrains et se concentra sur le moment présent car déjà, le garde poursuivait son interrogatoire. Par pur réflexe, lorsqu'elle fut mentionnée, la jeune femme alla effleurer cette marque qui ceignait son front, du bout de ses doigts graciles.
Cette question, elle-même se l'était posé durant des années, ainsi que nombre d'autres. D'où lui venait cette étrange triangle et que signifiait-il ? Pourquoi était-elle tatouée de la sorte et pas les autres ? Et surtout, pourquoi personne n'avait d'informations à ce sujet ?
Toutes ces interrogations avaient enfin trouvé leurs réponses, non sans mal. Aussi pouvait-elle désormais répondre elle-même à celle du garde.

- J'ai reçu cette marque entre les murs de la grande Ivrin, commença-t-elle, la voix claire. Je suis native de cette île mais, par la force du Destin, je l'ai quitté il y a des années de cela. Et si je connais le Nom … C'est grâce à Elentàri qui m'est apparu en rêve. C'est elle qui m'a dit de venir en ces lieux.

Elle avait, dès le départ, décidé de jouer la carte de la sincérité et de la vérité. Aussi allait-elle jusqu'au bout, en espérant que cela ne se retournerait pas contre elle …
Alors que l'inconnu de tout à l'heure passait près d'elle en lui adressant ce même regard noir qu'auparavant, Alrüne eu comme un mauvais pressentiment : Tout n'allait sûrement pas se passer aussi bien qu'elle ne l'espérait …


[RP] Nouvelle étoile Logo_a16 [RP] Nouvelle étoile 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 109
RPs : 103
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeMer 10 Juil 2019 - 15:06


Le garde n’était toujours pas rassuré, cela se ressentait fortement dans son langage corporel bien qu’il semble tout à coup plus détendu en voyant l’enfant puis la dague rejoindre le sol. Mais il ne put empêcher un rire monosyllabique de jaillir entre ses lèvres lorsque l’étrangère prit la parole. S’entretenir avec les dirigeantes ? Rien que ça ?
Une répartie plutôt acerbe allait franchir ses lèvres avant qu’Alrüne ne prenne la parole, coupant court à toute velléité d’insulte ou de moquerie.

Son chef s’avança d’un centimètre et à nouveau ces échardes de glace revenaient se loger dans ses tripes. Une enfant perdue d’Irvin ? Elentàri lui aurait parlée ? Tout ceci ne sentait pas bon, ce genre de décisions étaient bien au-delà de son grade. Après quelques brèves secondes de silence il tomba sur un genou, qui était-il pour barrer l’accès à cette personne ?
Qui était-il pour aller à l’encontre de la volonté d’Elentàri ?
Sa voix rendue légèrement chevrotante par l’émotion et le respect religieux fusa d’entre ses lèvres.

- Le passage vous est ouvert. Que vous mentiez ou non je pense que le Triumvirat sera bien plus apte pour juger si oui ou non vous avez le droit de séjourner dans Ivrin la grande.

Il la laissa donc entrer par les grandes doubles portes de la cité sacrée, le tunnel haut et large à la fois d’une pierre lissée avec soin et le temps, d’un savoir faire presque oublié depuis des générations. Tandis que dans de petites cages de fer se trouvaient des cristaux lumineux donnant à ce simple tunnel une atmosphère à la fois étrangère et millénaire, le sol tracé de volutes faites de ce même cristal guidaient les pas vers la merveille qu’était la grande cité d’Ivrin.

Les stalactites pendaient du plafond, brillantes de concrétions minérales en tout genre et créant une impression de ciel étoilé. Les ponts, élégants et étroits comme des cous de cygnes venant offrir un passage au dessus de flots d’un bleu cristallin alors que les doux remous de l’eau semblaient offrir une chanson aux oreilles.
Ici se trouvait un lieu incroyable, fait d’une beauté à couper le souffle et là où le moindre son aurait dû résonner avec force, ceux-ci se perdaient dans l’immensité comme en extérieur. Nul écho ici mais bien une douceur presque dérangeante.

Le garde qui alors était parti à l’intérieur au pas de course quelques minutes plus tôt vint se tenir devant la nouvelle venue et opina du chef pour à la fois la saluer et lui intimer de le suivre. Rien n’était gagné pour l’instant, elle avait certes reçue le droit d’arpenter Ivrin mais pas d’y être laissée sans surveillance.

- Le Triumvirat va vous recevoir au quartier du Temple. Veuillez me suivre et ne pas vous écarter.
Une certaine menace montrait le bout de son nez dans ses mots mais aussi une grande incertitude. Avait-il le droit de parler de cette façon à quelqu’un comme elle ? A une femme portant la marque ? Le malaise imprégnait chacun de ses gestes et le fit se murer dans le mutisme, ses pas eux-même étaient hésitants. Alors qu’ils passaient par les ponts gracieux éclairés d’une douce lumière, sur le sol dallé d’une esplanade dont les grands carreaux ne laissaient sentir aucune rainure.

Et enfin vint une immense statue, celle de deux Liées dominant un grand hall de par leur simple présence. Au loin, à ses pieds, se trouvaient trois silhouettes et tout autour des femmes en armes richement vêtues d’acier. Le garde lui indiqua d’un signe de tête de faire la suite du chemin seule, il semblait ne pas avoir le droit de poser les pieds en ces lieux.

Les rainures de quartz brillant étaient ici plus présentes, plus élaborées. S’étendant sur bien des mètres de haut comme un enlumineur aurait décoré les pages d’un livre sacré, les motifs extravagants et pourtant doux jetant leur lumière désormais crue sur les lieux et faisant ressortir le blanc lisse de la pierre. Trois grandes dames se tenaient là, l’une puissamment bâtie pour une Neishaane sur la droite, une rendue frêle par l’âge mais au port de tête altier et aux yeux vifs au centre et une autre dégageant une grande douceur à la longue chevelure d’un blanc de nacre sur la gauche.

- Qui êtes-vous et que venez-vous faire en ces lieux?
La voix de la femme aux bras d’acier s’élevant, fendant l’air avec un ton méfiant et agressif. Elle n’était pas le genre de personne qui se laissait marcher sur les pieds et qui était habituée à être obéie. Son dos droit, son menton haut, ses manières, sa vie avait été rythmée par le côté martial du monde et cela se ressentait fortement. Les deux autres restèrent à observer la jeune femme et son fils, si tant est qu’il fut visible, observatrices muettes pour l’instant et laissant à la Capitaine des Armées le soin de débuter.

***

Il était éreinté, ses mains tremblantes d’émotion et de colère avaient eu le plus grand mal à stabiliser le cargo qu’il transportait petit à petit dans la grande cité. Sous son second passage un éclat métallique attira son regard et il s’arrêta quelques secondes avant de ramasser l’arme jetée au sol.

Oui.
Avec cela il pourrait trouver vengeance...


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Nouvelle étoile Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeJeu 11 Juil 2019 - 22:08



Si Alrüne ne partageait pas les convictions religieuses du soldat lui faisant face, elle se devait d'admettre que les noms de Fael-Lùlë et d'Elentàri lui ouvrait bien des portes. Et en cet instant précis, ils lui déverrouillaient la plus importante de toutes, celle qu'elle se devait à tout prix de franchir car au delà reposait sa Destinée. Quelque part, au fond de son esprit, la Neishaane adressa à ses ancêtres un remerciement silencieux.

Ainsi, après un poli signe de tête envers le soldat agenouillé auquel elle confia Brume, encouragée par la petite victoire qu'elle venait d'arracher, Alrüne, son fils tout contre elle, s'enfonça enfin dans les entrailles de la grande montagne solitaire.
Elle en avait lu, à Ablah et ailleurs, des textes détaillant Ivrin et ses secrets. De son mode de fonctionnement interne jusqu'aux merveilles que recelaient ses mines, elle connaissait tout ce qu'il y avait à savoir sur la grande et mystérieuse cité. Pourtant, rien n'aurait pu la préparer au spectacle qui se déroulait, à présent, devant ses yeux.

Ivrin était … Magnifique. Irréelle. Incomparable. Elle s'étalait sous ses yeux en un mélange harmonieux de grès et de marbre blanc, veinée d'un quartz bleu et chatoyant. Majestueuse, elle semblait s'étendre sous toute la montagne, comme si cette dernière n'avait été posée là que pour mieux protéger, aux yeux de tous, ce trésor inestimable. La voûte de ce dôme tutélaire se déployait au dessus d'elle en une myriade d'étoiles minérales et scintillantes, à tel point qu'on en oubliait les tonnes de roches suspendues au dessus de leurs têtes.
Un étrange silence régnait en ces lieux, seulement troublé par le murmure de la rivière souterraine qui parcourait la cité, et imprégnait l'air d'une atmosphère sacrée que la Neishaane rechignait à briser par sa présence intruse. Et là où elle aurait dû être sombre de part sa position souterraine, elle était, tout au contraire, plus lumineuse que si elle avait été exposé directement aux rayons plein de vie de Solyae.

Alrüne, toute ébahie qu'elle était en cet instant, ne remarqua que tardivement le retour du deuxième soldat auprès d'elle. Elle se reprit juste à temps pour entendre la menace à peine voilée dans les ordres qu'il lui assénait. Pourtant, sa gestuelle trahissait son trouble. Comme avec le garde de la porte, quelque chose mettait cet homme mal à l'aise au point que n'importe qui pouvait, sans doute, s'en rendre compte.
La jeune femme se garda de la moindre réflexion à ce sujet  et, pour toute réponse, hocha la tête avant de suivre docilement le soldat à travers Ivrin.
Sur son passage, le trio ne manquait pas de susciter l'intérêt de la population. La nouvelle d'une étrangère pénétrant la cité s'était répandu comme une traînée de poudre et avait attiré les badauds, qui s'agglutinaient, curieux et méfiants, autour de l'artère principale qu'ils descendaient ensemble. La Neishaane s'efforçait d'ignorer les regards suspicieux et les commentaires qui, souvent, les accompagnaient, dissimulant Ceri sous la protection rassurante de son manteau. De toute façon, elle ne s'était pas attendu à être la bienvenue en ces lieux réputés sacrés.

Finalement, après plusieurs longues minutes à progresser en territoire aussi hostile que fabuleux, le petit groupe arriva devant l'entrée d'une immense salle circulaire, taillée dans la roche sombre de la montagne. Là, le garde s'arrêta et lui fit comprendre qu'elle se devait de faire le reste du chemin, seule. Alors Alrüne, une nouvelle fois, s'exécuta sans rechigner et foula de son pas léger le sol marbré de ce hall.
Cet endroit était à l'image du reste de la cité : magnifique. Le marbre blanc, veiné de quartz bleu, s'étendait sur les murs en des motifs complexes et harmonieux, montant en colonne jusqu'au plafond. Une large escalier courrait le long des parois, dans lesquels nombre de petites alcôves avaient été creusées. Un silence religieux régnait en ces lieux.
Au centre de cet espace trônait, majestueuse, l'imposante statue d'une dragonne enlaçant le corps d'une femme. Leur éternelle étreinte semblait plus vrai que nature …
Les yeux océans de la Neishaane s'écarquillèrent alors légèrement. Cette statue … Elle l'avait déjà vu, dans son rêve. C'était de celle-ci qu'avait émergé Elentàri, lors de leur première rencontre ! Alors, elle existait réellement … Elle ne s'était jamais imaginé la revoir et certainement pas en ces lieux. Le Destin était, décidément, bien farceur.

Au pied de l'impressionnante statue l'attendaient, entourée d'une escorte féminine toute en arme et acier, trois femmes dont les riches habits trahissaient l'importance qu'elles devaient avoir au sein d'Ivrin. Alrüne s'approcha avant de se figer soudainement, à quelques mètres d'elle.

Quelque chose … Il y avait quelque chose. Quelque chose qui alarmait son cœur. Quelque chose qui affolait son âme. Quelque chose, quelque chose … Le regard de l'Engloutie se mit à chercher, frénétique. À parcourir la pièce en long, en large et en travers, sans cesse. Le monde disparut autour d'elle alors qu'elle étudiait soigneusement, scrupuleusement le grand hall, en quête de ce qui l'appelait.

Et finalement, elle le vit.

L’œuf.

C'était elle. Sa Liée, la moitié de son âme. La raison même de sa présence, ici.

Ignorant tout le reste, Alrüne voulu s'élancer vers le précieux cocon de calcaire mais la voix militaire et ferme de la femme de droite la stoppa net. Son regard, un peu hagard, revint ce fixer sur le trio de Neishaanes. Elle marqua une pause, le temps de recouvrer ces esprits et sa contenance, avant de répondre aux questions qui lui avait été posé.

- Je suis Alrüne Larilane, se présenta-t-elle avec une légère courbette. Je dois ma présence en ces lieux à l'appel d'Elentàri. Et je suis ici … Pour elle.

De son doigt tendu, elle désigna l’œuf vers lequel, en cet instant, elle avait encore envie de courir, afin d'en extraire sa précieuse Liée. C'était un geste risqué … Être aussi franche pouvait très bien se retourner contre elle, dans un avenir très proche. Pourtant … Elle ne pouvait faire autrement. Elle n'avait pas le temps de tourner autour du pot. Il lui fallait aller droit au but, elle n'avait déjà que trop tarder … Peut-être était-il même déjà trop tard.

Non. Ce n'était pas possible. Ce sentiment, qui étreignait encore son âme avec force, il était bien réel, beaucoup trop, pour qu'elle soit arrivée en retard.

Son regard, qui avait quitté un instant le Triumvirat, revint se poser sur elles et Alrüne se tint droite, prête à affronter ce qui l'attendait.

Quelque part au fond de son esprit, une petite voix la mettait en garde : Si elle n'était pas la bienvenue en ces lieux, c'était sûrement pour une bonne raison …


[RP] Nouvelle étoile Logo_a16 [RP] Nouvelle étoile 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 109
RPs : 103
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeVen 12 Juil 2019 - 17:33


Les gardes avaient senties que l’étrangère avait envie de bouger, les mains s’étaient précipitées vers la poignée de leurs épées courbes et gracieuses, le moindre faux pas ici signifiait une punition rapide et violente. Mais ce qui déclencha le plus de troubles n’avait pas été cette impression de course qui animait la Neishaane, non, ce qui avait fait que les lames furent à moitié tirées de leurs fourreaux d’un cuir riche furent les paroles qui suivirent.

Un nom inconnu prétendant que la grande Elentàri lui avait parlée et qui maintenant pointait du doigt l’une de leurs plus précieuses reliques. L’atmosphère s’électrisa, la Capitaine pencha légèrement la tête sur le côté, le regard suspicieux, la Matriarche eu un regard empli d’acidité et la Grande Prêtresse fut secouée par le doute d’un passé enfoui sous les mensonges. La Capitaine fut secouée d’un grand rire après de brèves secondes, moqueur et incrédule avant de prendre la parole.

- « Vous êtes une parfaite inconnue ici, votre nom est inexistant en Ivrin la Grande et vous venez vous présenter, comme une fleur, causant tant de troubles à travers la cité pour ensuite dire que notre Déesse vous a parlée et vous avez en plus le culot de dire que vous êtes là pour l’une de nos Reliques ? »

D’un bref geste de deux doigts elle ordonna aux Soldates de faire mur derrière les trois. Souples, élégantes et mortelles, d’une célérité à faire pâlir bien des guerriers, une phalange prit place, armes au clair et l’expression cachée par des plaques faciales d’acier stylisées en visages. Leurs longs cheveux miroitants s’élevant comme des cimiers de crin alors que les armes brillaient sous la luminosité presque blessante de ces lieux sacrés.

Alors que la Capitaine allait reprendre la parole, la Matriarche, figure centrale, leva son index pour lui intimer le silence, signifiant qu’elle allait enfin prendre la parole. Elle qui était la maîtresse exsudait une aura de danger, d’autorité et de sacre peu commune, la fierté de ses gestes et de ses mouvements seulement accentuée par son âge plutôt que de l’amoindrir.

Sa voix claire, ferme et d’une beauté rare fendit l’air à travers ses lèvres bien dessinées mais aux rides montrant que les sourires étaient tout aussi rares que sa gentillesse. Les années précédentes n’avaient en rien été tendres avec elle, asséchant un coeur de pierre et le comprimant pour lui donner la dureté du diamant et la couleur de l’encre.

- « Jeune fille. Décris moi l’appel d’Elentàri, parle nous de toi mais fait bien attention qu’au moindre blasphème de ta part tu disparaîtras du monde des vivants. »

La Grande Prêtresse était troublée, le visage de l’inconnue lui rappelait tant de choses, cette nuit fatidique celle où le sang avait troublé les flots tranquilles de la grande Ivrin. De cet instant où elle-même avait connu le doute dans sa foi alors que des atrocités étaient perpétrées, ses yeux étaient troubles comme assaillit par les larmes et les fantômes du passé. Étrangement la grande statue des Liées semblait dégager une agressivité à peine contenue, mais celle-ci n’était en rien dirigée vers Alrüne. La Grande Prêtresse sentait ce regard froid et violent dans son échine, disait-elle la vérité ?

Était-ce…
était-ce elle ? Était-elle revenue après toutes ces années ?
Que devait-elle faire ? Prendre la parole devant toutes et saper l’autorité de la Matriarche pour soutenir cette inconnue ou laisser le destin suivre son cour ?

Serait-elle jugée par Elentàri pour sa faiblesse et son inaction ?


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Nouvelle étoile Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeSam 13 Juil 2019 - 20:53



Alors que la Capitaine riait ouvertement de sa déclaration et que déjà, les gardes extrayaient leurs épées de leurs fourreaux, Alrüne ne put s'empêcher d'esquisser un pas en arrière, ses bras entourant instinctivement son petit garçon. Ses yeux inquiets sautaient de Neishaane en Neishaane, en quête d'un quelconque soutien, mais ne se heurtaient qu'à des regards froids, à la frontière d'une hostilité assumée. Elle n'obtiendrait rien de ses femmes.
Finalement, elle se tourna vers l'imposante statue d'Elentàri et de Fael-Lùlë, espérant un geste, un miracle, n'importe quoi … Mais la pierre resta sourde à ses prières.
Alors elle n'avait plus le choix. S'apprêtant à faire un nouveau pas vers une fuite qui lui apparaissait, en l'instant et de plus en plus, comme la seule et unique option qu'il lui restait, elle ne dû son salut qu'à un geste salvateur de la Matriarche. La Capitaine, qui était sûrement sur le point d'aboyer ses ordres, referma la bouche de frustration. Alrüne s'apaisa un instant mais ne relâcha ni son attention, ni ses muscles, tendus et prêts à les emporter, elle et Ceri, au loin à la moindre menace.

Oh, elle voulait rester, pourtant. Rester et se battre pour récupérer sa précieuse Liée. Mais elle n'était pas une guerrière – pas encore – et elle ne l'avait jamais été. Des seules armes qu'elle possédait, elle en avait abandonné une à l'entrée d'Ivrin et se refusait obstinément à faire usage de la seconde … Elle était sans défense et avait trop à perdre pour prendre le risque de forcer le passage vers l’œuf.

C'était frustrant. Si proche du but mais encore si loin. L'impuissance l'entoura de son étreinte glaciale si familière … Dire qu'elle s'était juré de ne plus jamais se retrouver dans pareille situation.

Finalement, la Matriarche prit la parole, d'une voix qui respirait l'autorité. Cette femme devait avoir l'habitude de gouverner depuis de bien nombreuses années.

- Jeune fille. Décris moi l’appel d’Elentàri, parle nous de toi mais fait bien attention qu’au moindre blasphème de ta part tu disparaîtras du monde des vivants.

La mise en garde pouvait difficilement être plus claire. Sa vie était en jeu, en cet instant, et il lui était capital de choisir soigneusement ses mots.
Décrire son rêve avec Elentàri n'était pas bien compliqué. Elle s'en souvenait comme s'il avait eu lieu hier, alors que bien des mois s'étaient écoulés depuis. Non, ce qui allait s'avérer plus difficile, c'était de parler d'elle-même … Sans évoquer Tol Orëa. Un exercice auquel elle s'était déjà prêté, à Ablah, mais qui ne rendait pas la chose plus facile pour autant.
Mais était-elle vraiment obligé de répéter le même numéro ? Après tout, de ce qu'elle en avait appris, ces gens connaissaient l'existence des dragons. La preuve en était la présence de la statue de ses deux ancêtres et les œufs, intacts et préservés des affres du temps. Alors, était-il nécessaire de rejouer la même scène devant ces personnes qui, au demeurant, lui étaient beaucoup plus antipathique que l'assemblée d'Anciens à laquelle elle avait dû faire face, quelques semaines auparavant ?

De toute façon, ne s'était-elle pas promis, un peu plus tôt, d'être la plus sincère possible ?

Sa décision était prise. Inspirant profondément, elle se jeta à l'eau :

- Je viens de loin, d'un lieu qu'on ne connaît qu'au travers des mythes et des légendes … Tol Orëa, commença-t-elle, la voix résolument claire malgré les enjeux. J'ai entendu l'appel d'Elentàri dans un rêve. Tout d'abord, j'y ai vu cette statue, continua-t-elle en désignant les deux Liées sculptées dans la pierre. Puis, elle en a émergé sous sa forme de dragonne … Avant de devenir humaine. Là, elle m'a pressé de gagner l'île d'Ivrin au plus vite, pour y retrouver mon âme-sœur alors mourante. Elle m'a affirmé que j'étais née ici et qu'elle était la Liée de mon ancêtre, Fael-Lùlë.

La voix d'Alrüne mourut doucement, laissant le silence reprendre ses droits sur le hall où elles se trouvaient, toutes. La tension était à son comble. L'Engloutie pouvait presque sentir cette goutte de sueur froide qui descendait le long de sa colonne vertébrale. Du regard, elle jaugeait les trois femmes face à elle, sous-pesait la menace qu'elles représentaient pour elle et son fils … Et remarqua le trouble de la troisième des Neishaanes, celle qui n'avait pas encore prise la parole.
Elle ne la quittait pas du regard et un étrange éclat allumait ce dernier. Quelque chose n'allait pas … Mais quoi ?

- … Je ne suis pas ici pour vous nuire, à vous comme à la grande Ivrin, reprit-elle d'une voix se voulant rassurante. Je ne souhaite que récupérer ma dragonne avant de repartir de là d'où je viens.

Alrüne ne pouvait guère être plus sincère qu'elle ne l'était, actuellement.
Son sort et celui de sa Liée n'étaient, désormais, plus entre ses mains … De nouveau, ce sentiment d'impuissance vint étreindre son cœur. Quelle frustration était-ce que de n'avoir aucune main mise sur son propre Destin.


[RP] Nouvelle étoile Logo_a16 [RP] Nouvelle étoile 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 109
RPs : 103
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeSam 13 Juil 2019 - 22:29


La matriache l’avait écoutée avec une certaine attention, le menton haut et fier et ses yeux posés sur la jeune Neishaane avec l’air d’une idole de pierre. La Capitaine semblait, tout les deux mots, vouloir ordonner à ses subordonnées de tuer Alrüne mais La Grande Prêtresse quant-à elle…
Quelque chose, quelque chose avait prit racine en elle et ses yeux se focalisèrent dans ceux d’Alrüne, l’on y voyait la douleur et le doute s’élever et refluer comme les vagues déchaînées de l’Océan Aegir se jetant sur les falaises du Vaendark.
Érodant peu à peu ses montagnes, retirant à force du temps la masse terrestre pour la plonger dans les flots noirs et glacial de la mer, le doute faisait le même effet sur son mutisme et son visage prit des couleurs bien assez tôt.

La mention de la terre de l’aube fit s’arquer un sourcil de la Matriarche qui fit un léger sourire en coin, à mi chemin entre la moquerie et la pitié, la Capitaine fronça des sourcils mais la Grande Prêtresse…
Elle…
C’était une bougie dans les ténèbres froides et incommensurables qui l’avaient assaillie depuis ce jour fatidique où sa foi avait été brisée, tranchée, brûlée, mutilée sous le couvert de l’arrogance et de la possessivité d’une femme qui ne méritait pas sa place. D’une femme qui avait décidé de braver son ancêtre et les Dieux, de braver les noms sacrés et d’attirer l’opprobre sur la Grande Ivvin. Là où sourires pouvaient fleurir, là où joie pouvait prendre racine, là où prospérité était tels les rayons du soleil sur un champs de blé…
Il ne restait aujourd’hui plus que le faste d’antan, la décrépitude causée par la désobéissance et bien qu’il fusse tout aussi coupable que ses consœurs, elle portait là le gros de la faute de part son rang. Elle aurait dû faire opposition, élever la voix, alerter les habitants au nom d’Elentàri et de Fael-Lùlë. Elle avait bien plus trahie les croyances que les autres qui n’étaient après tout que de simples mortelles.

Elle avait bafoué sous le couvert d’un maigre instinct de survie tout ce sur quoi elle se tenait, tout ce sur quoi elle s’était jamais tenue, tout ce sur quoi leur monde était fondé. L’obéissance aveugle aux commandements et au dogme, mais une dague suffit, l’éclat d’un acier poli comme un miroir et elle avait laissé faire pour protéger sa faible chair, elle était indigne. Mais elle pouvait réparer tout cela, elle pouvait dés à présent faire amende honorable en défendant la descendante de ceux qu’elle n’avait défendu. Alors que la Matriarche allait laisser sortir une pointe acerbe et venimeuse qui aurait sans nuls doutes décrochée un sourire à la Capitaine, la Grande Prêtresse s’avança et posa une main sur la joue d’Alrüne, son regard plein de tristesse et d’excuses non dites avant qu’elle ne fasse volte-face et fixe ses consœurs du Triumvirat.

- « Vous savez tout aussi bien que moi qu’elle dit la vérité. Laissez la approcher de l’Oeuf et vous verrez. Gardiennes ! Au nom sacré d’Elentàri et de Fael-Lùlë je vous ordonne de vous saisir de la Matriarche et de la Capitaine ! Nul n’a le droit d’intervenir en cet instant sacré ! »

La voix douce de la Neishaane s’était peu à peu transformée en une décharge de pure colère et autorité qui fit trembler toutes celles présentes en ces lieux. Comme frappée par un coup de fouet, la Matriarche recula, chancelante et ses yeux exorbités en disaient long sur le sentiment de trahison qui parcourait son corps, la Capitaine quant-à elle avait un coin de la bouche relevé et passait du regard entre la Matriarche à qui elle était fidèle et la Grande Prêtresse qui était l’autorité morale et religieuse, sise dans l’indécision de sa condition. La Grande statue dégageait une aura de plus en plus puissante, si une chose se trouvait à l’intérieur, celle-ci faisait sentir sa présence, la peau des personnes proches se mit à picoter comme sous l’effet de la proximité d’un feu.
La Grande Prêtresse se tourna à nouveau vers Alrüne, ses yeux débordant de larmes d’excuses et de tourment laissant libre flots à ce qu’ils contenaient. Elle prit le visage de celle qui n’était plus une étrangère entre ses mains et sa voix devint fragile, chevrotante, ceinte de par le poids qu’elle libérait en cet instant.

- « Va, fille de Fael-Lùlë et approche donc de ta destinée. Nous n’avons que trop longtemps retenue celle-ci et j’espère qu’un jour tu nous pardonneras... »

Elle lâcha son visage, reculant presque timidement alors que les larmes coulaient librement sur ses joues, les gardiennes écartant leur haie, ce barrage autrefois inflexible s’ouvrait désormais pour celle qui avait été, tout un temps, une étrangère en ces lieux mais qui pourtant en faisait tout autant partie que les autres. La température autrefois agréable semblait se réchauffer peu à peu, grimpant lentement alors que les trois œufs maintenant bien plus visibles révélaient leurs différences. Si de loin, tout trois étaient identiques, en réalité un seul avait gardé sa couleur chatoyante si proche du nacre. Les deux autres étaient ternes et n’inspiraient que la mort aux regards qui se posaient longuement sur eux et alors que les pas rapprochaient sans doutes Alrüne de son destin, une voix, un souffle, un murmure, glissa dans l’air…

- ° ...Libère la… °

Cette voix faisait montre d’une douleur proche de l’insupportable mais aussi d’un grand espoir, celui d’être enfin délivrée d’une condition frôlant celle de l’intolérable. Tout semblait plus brillant, plus pur, le marbre rayonnant comme la neige frappée par le soleil qui avait décidé de la faire fondre, les volutes de quartzite lumineux tels des étoiles emprisonnées dans la pierre. Et l’air chauffe, s’échauffa, encore et encore tandis que maintenant la sueur gouttait sur les corps.
Tout semblait perdre de sa couleur, comme un filtre gris venant ôter les pigments du monde pour les concentrer sur l’oeuf…
Et une fissure rompit la perfection tandis que symboles antiques et mystérieux tournaient avant de mourir, s’évanouissant dans une fumée bleutée. Encore et encore, la coquille se perça, se fendit, se rompit, laissant voir le miracle qu’elle contenait.

Les écailles étaient ternes, celles de l’argent qui s’oxydait, la créature certes magnifique mais chétive et léthargique mais ses petites ailes tentaient en vain de s’étendre comme en voie d’être pétrifiées. Et sa voix résonna dans l’esprit de celle qui fut une étrangère, une voix qu’au final Alrüne connaissait sans aucuns doutes et qui lui demanda son nom...


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Nouvelle étoile Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeMar 16 Juil 2019 - 19:30


Quelque chose allait se passer.

Alrüne pouvait le sentir. La tension dans l'air était presque palpable et hérissait sa peau de milliers de petites pointes, de la naissance de son nuque jusqu'à la base de son dos.
Elle ne semblait pas être la seule à ressentir ce changement dans l'atmosphère car, contre elle, Ceri s'agitait un peu en chouinant tandis que, non loin, certaines Gardes paraissaient avoir du mal à rester en place. Même la Grande Prêtresse était visiblement gagnée par le trouble qui, petit à petit, les contaminaient toutes. A moins que ça ne soit autre chose … ? Son regard rivé sur Alrüne, elle avait la mine qu'ont ces personnes qui croisent les spectres d'une ancienne vie, les fantômes d'un passé qu'ils préféreraient oublier mais qui ne cesse de vouloir les rattraper.
Seules la Matriarche et sa Capitaine semblaient imperturbables à ce qui les entouraient. Leurs deux regards étaient tout autant fixés sur l'Engloutie qui, en cet instant, craignait pour son sort, celui de son fils et de sa dragonne, jaugeant les deux femmes à tour de rôle. Elles ne lui voulaient pas du bien … De ça, elle était certaine.

Brusquement, alors que tout le monde guettait impatiemment la décision de la Matriarche, ce fut la Grande Prêtresse qui réagit la première, s'approchant suffisamment d'Alrüne pour poser une main douce sur sa joue et plongeant ses yeux dans l'océan de ceux de la Neishaane.
Et là, elle comprit.
Elle était le fantôme que voyait la Grande Prêtresse. Elle était celle qui était venu raviver de sombres souvenirs, de ceux que l'on enfouit au plus profond de sa mémoire.
Et elle se demanda alors … Qu'avait-il bien pu se passer, le jour où elle avait été abandonnée, pour être ainsi l'objet de tant d'émotions chez cette femme, cette parfaite inconnue ?

Cette Neishaane, aux allures si douces et bienveillantes, se détourna alors d'elle, prit la parole et ce fut une cinglante tirade qui vint s'abattre sur l'assemblée. La Matriarche en tituba, visiblement sous le choc et accusant le coup de cette rébellion, tandis que la Capitaine restait immobile et coite, comme indécise. Le reste des Gardes se regardèrent entre elles, en proie à la confusion.
Alrüne elle-même ne savait pas comment appréhender ce changement de situation. Pouvait-elle réellement faire confiance à cette femme qui, des trois, semblait être la seule de son côté ? Pouvait-elle croire ses paroles, ses actes ?

Quelque chose se passait.

Les fins cheveux blancs d'Alrüne se dressaient sur sa nuque. Un étrange picotement enveloppait tout son être et elle lança un regard à la statue. Cette sensation lui était vaguement familière … Comme si elle se trouvait, de nouveau, à l'intérieur de son rêve avec Elentàri.

Était-ce elle ? Manifestait-elle sa présence, en cet instant ?
Était-elle vraiment encore là … ?

Bientôt, la Grande Prêtresse recentra son attention sur l'Engloutie et, prenant son visage en coupe, lui adressa des paroles qui allumèrent un grand feu en son cœur. Les larmes coulèrent des deux côtés mais Alrüne les essuya rapidement et n'attendit guère que quelques brèves secondes avant de s'avancer vers le pied de la statue, où reposaient, presque millénaire, les derniers œufs d'Elentàri.
Sur les trois qu'ils restaient, elle n'avait d'yeux que pour un seul d'entre eux. Celui du centre, le plus gros et le plus vivant des trois. Et alors qu'elle s'approchait, chacun de ses pas provoquait une fissure à la surface lisse et nacrée du précieux cocon de calcaire.

° …Libère la… °

La voix résonna dans son corps, son esprit, son âme. Elle fit vibrer tout son être et, à cet instant précis, la Neishaane s'avait ce qu'il lui restait à faire.
Tandis que d'étranges symboles d'un bleu irréel s'évanouissant dans l'air, les yeux encore humides d'un appel trop longtemps ignoré, Alrüne s'accroupit et tendit ses mains, qui vinrent se poser, tout en délicatesse, sur l’œuf. À travers les fissures et éclats, elle pouvait deviner la précieuse couleur de sa Liée, d'un argent terni par l'épuisement. Cette dernière tentait, faiblement, de s'extraire de son cocon mais ne semblait pas avoir assez de force pour cela. Elle était frêle, maigrelette, affaiblie d'avoir passée tellement d'années à attendre celle qui serait la moitié de son âme.
Mais elle était là, à présent.

° Je suis là … °

Deux orbes émeraudes piqués d'acier vinrent se planter dans le regard océan de celle qui était, désormais, SA bipède.

° Dis mon nom … °, murmura une voix fatiguée dans son esprit.
° Nethelìn … Je suis là, Nethelìn. °

Joignant le geste à la parole, Alrüne arracha ce qu'il restait de l'enveloppe de calcaire, ignorant les coupures qu'occasionnaient les arêtes tranchantes de l’œuf sur ses doigts, et recueillit, au creux de ses bras et avec une infinie précaution, la petite dragonne argentée, épuisée de son combat pour la vie.
Nethelìn se lova presque immédiatement contre la Neishaane, émettant un faible ronronnement de contentement, rassurée d'être enfin auprès de celle que son âme réclamait depuis tellement d'années.

Quelque chose venait de se passer. Et c'était l'une des plus belles choses au monde.


[RP] Nouvelle étoile Logo_a16 [RP] Nouvelle étoile 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 109
RPs : 103
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeSam 27 Juil 2019 - 17:47


Et le monde reprit ses teintes, de la brillance vint la noirceur, de la grâce s’établit l’absence.
Une voix, ténue, un souffle, s’élançant dans l’air étrangement froid là où il était brûlant.
°Hi im leave heavui emel tovon mán° (et maintenant je pars, le coeur gros et l’esprit fatigué)
L’on pu sentir les syllabes anciennes se promener sur la chair, glisser sur les dalles et les murs tandis que le silence imprégnait l’endroit au fur et à mesure. Les regards étaient posés sur la nouvelle Liée et la saurienne à la fois si ancienne et si jeune, les bouches restant closes comme mues par une interdiction tacite de briser un spectacle qui plus jamais ne se reproduirait.
Par une page de l’histoire qui se fermait enfin sous les yeux des rares élues à avoir la chance de voir un mythe prendre vie et respirer, d’être témoins de la grandeur d’une époque qui n’était plus que murmurée à défaut d’être oubliée en Ivrin.

La Matriarche senti son coeur se fendre, ce globe de chair palpitant cessant son existence sous l’afflux d’émotion mais aussi peut-être à cause d’une quelconque intervention. Car l’on récolte toujours ce que l’on a semé et les graines qu’elle planta, alors, l’avaient été avec du sang innocent et ce sang était revenu pour noyer son âme. Le son fut sourd et bref, celui de la chair rencontrant la pierre, d’os tremblants au contact d’une pièce qui fut creusée il y avait si longtemps.
Mais nulle aide ne vint à elle alors que son souffle se coupait et ses yeux se révulsaient, elle mourut dans l’indifférence froide et totale de celles qui étaient ses sujettes alors que les yeux de celles-ci restaient plantés sur le miracle d’argent terne.

Mais si la beauté et la grandeur étreignaient les coeurs, toutes pouvaient sentir qu’aujourd’hui elles avaient perdu ce privilège qui avait accompagné la cité toutes ces années, toutes ces générations. Qu’ajourd’hui, un tournant venait d’être pris et qui changerait à jamais la destinée de leurs vies, que les yeux des morts et leurs esprits pouvaient enfin poser leurs regards emplis de jugement sur Ivrin, celle qui échappa au destin. La Grande Prêtresse prit parole, brisant le silence malaisant qui s’était invité en ces lieux :

- « Gloire soit rendue à Fael-Lùlë et Elentàri. »
Elle tomba sur ses genoux, suivie de près par les gardiennes et la Capitaine. Un écho plus grand et métallique que ceux des genoux drapés de la femme aux yeux tristes, au fond d’elle : elle désirait croire. Croire que rien ne changerait et que le monde reprendrait le cour qu’il avait toujours suivi, qu’elles seraient à nouveau guidées par une Matriarche fière mais son coeur ne pouvait que se serrer sur les pensées qui la harcelaient. Elle ne resterait pas. Elles allaient désormais se retrouver seules, un Triumvirat amputé de sa tête, un trident devenant une fourche, une pyramide sans sommet. Elle sentait ces doigts glacés se fermer sur ses os, fémurs et humérus transit par le malaise inéluctable de la solitude à venir. Qu’adviendrait-il d’elles ? Qu’adviendrait-il de la grande Ivrin ? Leurs noms seraient-ils oubliés comme une fumée soufflée par les vents du Destin ?

- « Nous avons une nouvelle Matriarche. Vive Nínim Aerandir ! »
Ses yeux éteint si pleins d’espoirs mais si ternes, embués par la tristesse de la réalité qu’elle ne pouvait nier. Car celle qui fut une étrangère l’avait dit : elle ne resterait pas, elle n’était venue que pour une raison et une raison seule, retrouver sa Liée comme l’avait voulu Elentàri. La gloire souterraine allait mourir, se dissiper sans un son et sans fracas, tombant dans les torrents de Rhaëg et dans l’indifférence des dieux. Les dragons dégénérés qui nichaient ici finiraient un jour par disparaître, oh certes : pas tout de suite, mais la marche du temps ne pouvait plus être arrêtée.
Et tout s’effacerait.

La Grande Prêtresse pouvait déjà voir les ruines qui resteraient, éclairées comme aujourd’hui mais si vides et tristes, nulles voix ne résonneraient plus et la poussière formerait sa gangue éternelle sur les pierres millénaires. La Capitaine quant-à elle fixait au loin, le vide, ce nom qui avait été scandé par la Grande Prêtresse…
Elle s’en souvenait.
Elle s’en rappelait.
De ce sang, de cette souffrance, de cette parodie qui avait prit racine ici et à laquelle elle avait participé. Ses propres mains, tâchées de ce sang qui jamais ne serait lavé de son corps, de son âme ou de son esprit. Il était transie de froid, ses mâchoires serrées et une larme venant couler sur la peau de sa joue gauche.
Des ambitions et de la traîtrise avait vu le jour cet instant et il n’était que justice qu’elle en soit témoin, que son nez soit enfoncé dans le terreau de ses erreurs et de son obédience aveugle. Mais un son résonna, celui du métal venant violenter la chair.
Celui de la vengeance. Le cri du destin et de la rétribution alors que les mèches sales et emmêlées se teintaient de rouge sous l’artère percée. Une bouche s’ouvrit, dévoilant sa langue absente mais dont les cordes vocales étaient toujours saines…

Un cri, il fendit l’air, tel le tonnerre et les yeux fous entre les mèches se posèrent sur Alrüne tandis que les gardiennes se relevaient, armes au clair pour faire face à l’intrus.
A celui qui avait payé de sa dignité, de sa chair, de sa vie, de son esprit pour les pêchés de celle qui était tombée raide morte en voyant l’horreur en face. La gardienne assassinée s’étala au sol dans un gargouillement obscène et sale, les flots rouge s’échappant avec l’ardeur d’un tonneau percé à la fois de sa bouche qui s’ouvrait et se fermait comme celle d’un poisson, mais aussi de la plaie dans son cou.

Plus rien ne serait jamais pareil.
Car ce que l’on sème avec de mauvaises intentions a toujours eu le talent de pousser au moment le plus inopportun.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Nouvelle étoile Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitimeDim 18 Aoû 2019 - 18:43


Autour d'elles, plus rien n'existait.

Alrüne serrait Nethelìn toute contre elle, essuyant de son lainage, avec une infinie délicatesse, les écailles encore humides de la petite saurienne. Celle-ci ne bronchait point, ses yeux s'étaient clos et elle se laissait bercer par les doux mouvements et la chaleur de sa Liée.
Son âme étreignait la sienne aussi possessivement que ne le faisait ses bras et elles restèrent ainsi, simplement, baignant dans la présence de l'autre.
Combien de temps s'écoula alors, tandis qu'elles profitaient de l'instant et ignoraient le monde évoluant autour d'elles ? La Neishaane ne saurait le dire, pas plus que ne le pourrait la dragonne qui, en cet instant fatidique, s'accrochait encore à la vie.

Car Nethelìn était faible, très faible. Son souffle était lent, presque imperceptible, ses côtes saillantes et ses écailles ternes, loin de l'argent étincelant de celle qu'elle aurait pu appeler « Mère ». A travers leur Lien, Alrüne pouvait sentir à quel point son âme-sœur était fragile, à la frontière entre la vie et la mort. Son cœur se serra à l'idée de perdre celle qu'elle venait à peine de rencontrer.

Elle ne pouvait pas rester sans rien faire, à la regarder dépérir. Elle devait agir, à tout prix.
Alors elle se résolut à reprendre pieds dans la réalité.

Posant la petite dragonne sur ses genoux repliés, la Neishaane entreprit de rassurer son garçon qui, encore nerveux de l'atmosphère mystique qui avait imprégné les lieux et les êtres, gigotait tout contre elle en chouinant. Non sans une certaine réticence, elle le déplaça dans son dos afin de pouvoir librement prendre Nethelìn, que l'épuisement rendait incapable de bouger, dans ses bras sans se soucier d'écraser Ceri.
Porter son fils de cette manière ne la rassurait guère, elle qui aimait pouvoir l'observer tout à loisir, mais elle n'avait pas le choix pour le moment. Brume étant restée aux portes de la cité, il lui fallait d'abord la rejoindre avant de pouvoir confortablement installer l'Argentée dans l'une des sacoches de selle et ainsi, rendre sa place à son petit.

Enfin, une fois prête, serrant la maigre saurienne toute contre sa poitrine, Alrüne se leva et de se retourna d'un seul mouvement, décidant de faire face à son « public ».

La première chose qu'elle remarqua fut alors la Matriarche, étendue sur le sol froid et minéral de la grande salle, juste aux pieds de Fael-Lùlë et Elentàri. Et si ses yeux étaient encore grand ouvert, ils leur manquaient désormais cette petite étincelle de vie. Alrüne ne lui accorda guère plus qu'un regard. Après tout, cette femme n'était personne à ses yeux et en cet instant, rien ne lui importait plus que de raviver la flamme de Nethelìn. Aussi dépassa-t-elle son corps inanimé sans un mot, filant droit sur la Grande Prêtresse.
Mais avant qu'elle n'ait eu le temps de lui demander quoi que ce soit, cette dernière s'adressa avec force au reste de ses comparses avant de s'agenouiller brusquement face à la grande statue, dans une attitude résolument pieuse, immédiatement  imitée par le reste de la Garde, Capitaine comprise.
Si la situation ne lui était pas vraiment familière, l'Engloutie n'étant guère pratiquante, les paroles qui suivirent achevèrent néanmoins de la plonger définitivement dans l'incompréhension.

- Nous avons une nouvelle Matriarche. Vive Nìnim Aerandir !

Les regards convergèrent alors vers Alrüne, sans que celle-ci ne réalise vraiment ce qui était en train de se passer. Dans ses bras, Nethelìn, sentant toute l'ignorance de sa bipède, entrouvrit une paupière las.

° Tu es Nìnim Aerandir …, lui souffla-t-elle faiblement. C'est ainsi que t'ont appelés tes premiers parents. °

Nìnim Aerandir … ? Connaître son nom véritable l'ébranla plus qu'elle ne l'aurait imaginée. Des questions qu'elle s'était souvent posée plus jeune vinrent lui brûler les lèvres et elle dût déglutir pour ravaler l'envie pressante qu'elle avait de les asséner à la Grande Prêtresse.

° … Non. Je n'ai que deux parents et je porte le nom qu'ils m'ont donnés. °

Et comme pour affirmer un peu plus ses mots et sa volonté d'aller de l'avant, elle s'adressa d'une voix forte à la petite assemblée qui s'était alors rapprochée sensiblement d'elle.

- Je suis Alrüne Larilane, je n'accepterais pas que l'on me nomme autrement … Et je ne serais pas votre nouvelle Matriarche car je ne reste pas.

Des murmures choqués parcoururent les gardes. La Grande Prêtresse, elle, la fixait sans ciller, son regard terni par la tristesse. Elle ne semblait guère aussi surprise que ses compatriotes, peut-être s'attendait-elle à une telle réponse ? Après tout, la Neishaane ne s'était jamais cachée n'être là que pour son âme-sœur. Pour autant, devoir refuser une telle responsabilité la troublait … Qu'allait -il devenir des habitants d'Ivrin, si elle n'endossait pas ce rôle ? Elle sentit la culpabilité s'insinuer doucement dans son esprit …

° Reprend-toi … Tu n'es pas responsable de ces gens-là. Ton Destin, notre Destin, est hors de ces murs. °

Entendre Nethelìn avait encore quelque chose d'étrange, voir d'incongrue et pourtant … C'était aussi profondément rassurant. Le timbre de sa voix, si jeune et pourtant si ancestral, laissait transparaître toute la sagesse qui habitait son esprit de Reine. Mais plus que cela, c'était surtout de n'être qu'une avec la dragonne qui comblait Alrüne.
Elle n'était plus seule. Elle ne le serait plus jamais.

Mais alors qu'elle se complaisait dans cette simple pensée, gratifiant l'Argentée d'une caresse rassurante, le cri strident d'une lame que l'on arrache de son fourreau résonna dans le grand hall, suivi du son sourd du métal transperçant la chair.
La garde, touchée à la gorge, s'effondra au sol dans un mélange de cliquetis métalliques et de hoquets affolés tandis que, déjà, son sang s'échappait de la plaie béante de son cou, éclaboussant la pierre immaculée et se répandant en une mare épaisse et carmine .
L'assassin serra son arme entre ses deux mains et Alrüne reconnut presque immédiatement son couteau de chasse, celui-là même qu'elle avait abandonné aux portes de la cité en signe de bonne foi. Et ce jeune homme, qui la fixait entre les mèches sales de ses cheveux emmêlés, n'était-ce pas lui qui, à ce moment-là, l'avait observé si longuement, cette même haine incandescente allumant son regard ?

° Alrüne ! °

Le cri de Nethelìn l'arracha de sa torpeur alors que l'assaillant s'élançait vers elle, dans un cri guttural. Elle sentait les gardes autour d'elle commencer à comprendre, se reprendre, s'armer, se préparer à intervenir. Trop tard, pensa-t-elle. Ils ne l'arrêteraient pas. Pas à temps.
Dans ses bras, la petite Reine se tendit, se gonfla, siffla, se faisant aussi menaçante que possible dans une ultime tentative de dissuader l'intrus. Mais il ignora l'avertissement de la dragonne. Il n'avait d'yeux que pour sa cible.

Alrüne était paralysée.
Que faire, que faire ? Elle n'avait pas le temps d'y réfléchir. Pas le temps.
Il arrivait.
Il allait la tuer.

Qu'est-ce qui la poussa à agir ? L'instinct de survie, l'envie de vivre ? Protéger son fils, sa Liée ? Sûrement qu'elle ne le saurait jamais vraiment …
Elle inspira profondément et de ses lèvres entrouvertes jaillirent les premières syllabes d'une berceuse apaisante,  bien connue des Neishaans. Cette voix, cristalline et pénétrante, qui emplissait l'atmosphère, n'était pas aussi belle qu'autrefois, la Sirène avait déjà chanté mieux que ça. Mais il ne lui restait que ça pour se défendre et espérer protéger sa vie ainsi que celles des êtres qui comptaient plus que tout à ses yeux.

Alors Alrüne chanta. Longuement, jusqu'à être sûre que son assaillant perde toute envie de lui faire du mal.
C'était la première fois depuis le naufrage. Elle ne put empêcher les larmes de déborder de ses yeux pour couler librement le long de ses joues en un flot amer.


[RP] Nouvelle étoile Logo_a16 [RP] Nouvelle étoile 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Nouvelle étoile Empty
MessageSujet: Re: [RP] Nouvelle étoile   [RP] Nouvelle étoile Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Nouvelle étoile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Underworld : Nouvelle ère [DVDRiP]
» Hentaï RP
» [UPTOBOX] Ip Man [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Age of Heroes [DVDRiP]
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Les Continents Extérieurs :: Vaendark-
Sauter vers: