Le Deal du moment : -60%
-60% sur l’extracteur de jus FAURE FJ-4541
Voir le deal
39.99 €

Partagez
 

 [RP] De Bronze et d'Argent

Aller en bas 
AuteurMessage
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 32
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitimeMer 21 Aoû 2019 - 12:38

7 de Flarmyaku, 919.

En cette chaude soirée d'été, Solyae plongeait lentement sous l'horizon, baignant dans ses rayons mordorés le continent de Tol Orëa qui, aujourd'hui plus qu'un autre jour, se paraît de ses plus beaux atours.
Il fallait dire que la Fête de Flarmya était un événement majeur au sein de l'Île aux Dragons, un de ceux que l'on attendait avec impatience tout au long de l'année. Partout, les fanions fleurissaient, suspendus à toutes les fenêtres, alors que, déjà, la foule se rassemblait dans les rues de leurs cités respectives, à la lueur des lanternes. Les chants traditionnels, que l'on entonnait sans plus se soucier de leur signification, emplissait l'atmosphère de leurs mélodies, accompagnant la longue et lente procession de lampions jusqu'aux cercles de pierres rituels où prendront place la grande majorité des festivités.

Une occasion idéale pour boire jusqu'à plus soif, manger à s'en exploser la panse, danser jusqu'au bout de la nuit autour des feux de joie …
Et, pour les habitants du Màr Luimë en particulier, c'était l'opportunité rêvée pour oublier, le temps de quelques heures interminables, les tensions qui couvaient sous la Bulle.

Mais alors que le crépuscule étendait à présent son voile sombre sur la cité du Kaerl Englouti, au son des rires et des tambours, deux ombres se faufilaient, incognito, hors du sanctuaire de Flarmya, alors pris d'assaut par le peuple. Et tandis qu'elles se dérobaient à la vue des badauds en disparaissant dans l'une des ruelles bordant la bâtisse, l'on aurait pu jurer que, sous l'épaisse cape grise bordée de fourrure de l'une d'entre elles, se dissimulait un visage qui n'avait plus été vu par ici depuis des lunes.

Cela faisait bien deux mois qu'Alrüne était de retour dans son Màr, parmi les siens … Mais seules Liad, la Prêtresse de Flarmya, et sa Liée ainsi que quelques sœurs au sein du sanctuaire, étaient au courant. La Neishaane ne tenait pas à ébruiter la nouvelle. Pas quand les différents clans du Màr Luimë se trouvaient autant à couteaux tirés, pas quand Javerth Seram, la principale raison de ses tensions, était encore à sa recherche …
Mais surtout, pas tant que Nethelìn ne se serait pas complètement remise de son Empreinte.

L'Argentée, si elle était toujours en convalescence sous l’œil vigilant de sa Liée, avait tout de même bien récupérée. Ses écailles avaient gagnées en lustre et en solidité tandis que la saurienne, bien qu'encore fragile, s'était considérablement remplumée, passant de frêle et maigrelette dragonne à véritable Reine en puissance. Seule ombre à ce tableau rassurant : Elle avait à peine grandit depuis son éclosion et accusait un retard de croissance évident.
Cela dit, tant que sa santé allait en s'améliorant, Alrüne ne s'en formalisait guère … Après tout, on ne pouvait pas s'éveiller d'un sommeil de 900 ans sans conséquence à la clé et la Neishaane restait convaincue que tout finirait par rentrer dans l'ordre, d'une façon ou d'une autre.
Pour Nethelìn, bien sûr, c'était une toute autre histoire. Elle détestait son état. Elle se sentait faible, vulnérable et ne le supportait guère. Savoir que rien de ce qu'elle pourrait tenter n'améliorerait sa condition, que tout cela était hors de son contrôle la rendait d'autant plus grognon … Et se retrouver, à présent, enfermée au sein du Sanctuaire n'aidait pas vraiment à améliorer son humeur.

Aussi le duo s'était-il entendu sur une petite excursion en territoire Neutre. Une promenade qui devait passer la plus inaperçue possible, par mesure de prudence. Alors ce fut sans prévenir quiconque qu'elles s'aventurèrent en dehors de leur refuge, se fondant dans l'obscurité bienvenue qu'offrait l'approche de la nuit. Elles espéraient, toutes les deux, que cela serait suffisant pour dissimuler la couleur de Nethelìn.

D'un pas rapide et assuré, les deux comparses filaient ainsi vers l'endroit le plus propice à la discrétion : L'Allée des Idoles. Un lieu que, par chance, affectionnait particulièrement Alrüne et qu'elle était heureuse de partager avec sa dragonne. Cette dernière, si elle suivait l'allure cadencée de sa bipède, ralentissait souvent pour observer les alentours, intriguée par cet endroit encore inconnu mais qu'elle serait amenée, un jour, à appeler « maison ». Parfois, une question fusait dans l'esprit de la Neishaane et celle-ci s'efforçait d'y répondre au mieux, satisfaisant un temps la soif de connaissances de l'Argentée qui, au fil des semaines écoulées, s'était révélée particulièrement insatiable. Un besoin qui éveillait la curiosité de l'Engloutie et nourrissait ses propres interrogations.

Finalement, après moults détours pour éviter la foule, le duo atteignit sa destination, franchissant son seuil non sans un dernier coup d’œil autour d'elles. Là encore, une fois à l'intérieur, elles durent faire preuve de prudence et ne purent se relaxer qu'une fois engagées dans la luxuriante végétation bordant l'allée.
Quelques pas à tâtons entre les épais buissons ne tardèrent pas à les conduire à l'orée d'une petite clairière, ouverte sur le ciel nocturne. En son centre siégeait, esseulé, un banc de granit et la Neishaane, après avoir abaissée sa capuche et ôtée ses bottes pour profiter du matelas de verdure qu'offrait l'épais gazon, vint s'y installer tandis que l'Argentée étendait ses ailes en s'étirant, trottinant autour d'elle.

° Pousse toi un peu, je veux m'entraîner au vol °, ordonna Nethelìn plus qu'elle ne le demanda.

Alrüne esquissa un sourire amusé devant l'autorité de la petite Reine, levant les yeux vers le ciel avant de se décaler vers l'une des extrémités du banc. Sa Liée put ainsi, tout à loisir, grimpé sur la structure de pierre et s'élancer vers le ciel. Elle voletait et planait plus qu'autre chose mais la voir ainsi, si énergique et si volontaire, réchauffait le cœur de l'Engloutie.

Puis brusquement, Nethelìn replia ses fines ailes et atterrit avec célérité, retournant aux côtés de la Neishaane en quelques bonds habiles. Ses yeux arboraient un doré piqué de rubis et Alrüne se redressa, les muscles tendus et les sens aux aguets.

° Quelqu'un vient … Non, ils sont deux. °

Sur le qui-vive, elles se préparèrent ensemble à faire face aux nouveaux venus. À peine étaient-elle sorties qu'on les avaient déjà retrouvées … ?


[RP] De Bronze et d'Argent Logo_a16 [RP] De Bronze et d'Argent 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Galaad Lucis


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 36
RPs : 25
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Le Bronze Elérion
Affiliation : Concerné
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: Re: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitimeLun 23 Sep 2019 - 17:38



La dernière fois que j'avais participé à une fête populaire de Tol Orëa, j'avais surpris mon Lié en train de jouer les messagers pour des amoureux et je m'étais retrouvé coincé dans une échoppe au milieu d'une foule avide d'acheter des cadeaux en l'honneur de Llefelys. Plus jamais ça !

Pour la fête de Flarmya, j'avais simplement choisi de m'enivrer joyeusement, jusqu'à oublier le poids de l'ennui, du remords, de la solitude et même de la culpabilité. Pour un temps, je réussissais à oublier l'énième départ d'Amaélis et Ithildin pour une durée indéterminée – les seules personnes au monde avec lesquelles j'éprouvais l'impression d'être accepté tel que j'étais. Je parvenais à occulter le malaise ambiant qui rendait ce Kaerl plus délétère et méfiant que jamais vis-à-vis de tout ce vivait à l'extérieur de son enceinte. Et, par-dessus-tout, j'oubliais qu'en tant qu'Englouti d'adoption, je faillis à mon devoir. J'avais laissé un dictateur névrosé poser ses fesses sur le trône. Chaque jour qui passait, je voyais le Màr Luimë rêvé par l'ancienne Dame Al'Ysiria, par mon propre Lié, par tant de personnes de valeur rencontrées au gré de mes pérégrinations, se muer en une coquille vide et sans chaleur. Ni ma sauveuse ni mon Bronze n'auraient pu le prévoir en me projetant comme sujet de cette cité. A mon corps défendant, mon cœur saignait en y songeant. Même si le désir stupide et aveugle de servir le Kaerl m'était passé – fort heureusement -, je continuais de me sentir responsable des événements. En restant inactif, je favorisais ce climat de défiance. Et pour une fois, je n'étais pas prêt à en rejeter l'entière faute sur le lien avec un Bronze beaucoup trop militant.

Je n'étais pas encore ivre mort que j'arpentais déjà, d'un pas tantôt hésitant tantôt nonchalant, les sentiers de l'Allée des Idoles, à la nuit tombée. Je me dirigeai d'une démarche mal assurée vers un petit recoin de verdure et de calme, où seuls les grillons formeraient une musique pour mes oreilles fatiguées, au milieu d'un parterre de lucioles et de dragons-fées. Mon havre de paix. Une brusque pression au ventre m'indiqua qu'Elérion prenait son envol. Il quittait sa caverne du Cìrban Telemna pour me rejoindre. Aidé par l'alcool, l'amincissement de la frontière entre nos sens et nos esprits se renforçait, tant et si bien que j'avais l'impression d'être encore plus saoul qu'en réalité. Je sentais le vent me fouetter le museau – le visage ? Le sol tanguait sous mes bottes, ou bien était-ce le reflet d'un ciel dévoré par de puissants battements d'ailes ?

Je levai les yeux vers le dôme au-dessus du Kaerl. S'il y avait bien une chose que je regrettais de ma terre natale, c'était de ne plus voir les étoiles comme autrefois. Malgré mon attachement pour le Màr Luimë, la vue de cette immensité bleue en guise de ciel ne vaudrait jamais la beauté des astres. Par les dieux, je devenais poète avec l'ivresse..

° Galaad ! °

Je titubai, chancelant sous l'impact de cette fulgurante pensée. Réticent à entendre la mise en garde qui n'allait pas tarder à venir, je grognai et poursuivis ma route. J'avais hâte de m'affaler sur mon banc préféré et d'y sommeiller, loin de tout souci.

° Je n'écoute pas tes sermons, Elérion. J'ai fait la fête, point. Mais je suis encore assez lucide pour te dire d'aller te gratter les écailles ailleurs... °

Au prix d'un immense effort, je quittai le sol des yeux pour observer le paysage plongé dans la pénombre. A travers la futaie de quelques arbres touffus, par-delà des buissons épineux qui s'étendaient entre les bras d'une statue au regard vide, j'aperçus l'éclat vif et fugace d'une étoile. J'eus un sursaut de peur. Etait-elle tombée du ciel ? Y avait-il un trou dans le dôme ? Mais non, pauvre idiot ! Je me ressaisis. La clarté de la forme mouvante m'attirait irrésistiblement. Je m'avançai fort peu discrètement, jusqu'à écarter la végétation devant moi. Je devais en avoir le cœur net.

L'Argentée fut le détail qui me sauta aux yeux en premier lieu. Elle arborait une taille chétive, celle d'un nouveau-né et dardait un regard glacial sur l'intrus que j'étais. Je n'aimais guère me mêler des histoires des Reines – et plus encore des Liées de Reines. C'était toujours très compliqué. J'aurai volontiers fait demi-tour sans même ouvrir la bouche pour m'excuser sans l'intervention d'Elérion. La tête d'un colosse cuivré apparut juste au-dessus de moi, fendant le feuillage autant qu'éclaircissant mes pensées décousues. J'avais manqué quelque chose. Je me retournai lentement et braquai mon regard sur la jeune femme près de la dragonnelle grise. Sur cette neishaane au regard farouche, ma mémoire voulut y superposer le souvenir d'une connaissance, peut-être d'une amie, ou en tant cas d'une fille qui avait jadis attiré notre sympathie, à mon Lié et moi. Une vague de joie déferla dans mon âme tandis qu'Elérion faisait le lien avant moi. Je clignai des yeux tel un lapin ébloui par le soleil.

- Al... Alrüne ?
Revenir en haut Aller en bas
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 32
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: Re: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitimeMar 17 Mar 2020 - 11:41

Ce que Nethelìn n'avait fait que percevoir devint bien vite beaucoup trop concret au goût d'Alrüne, qui espérait encore que cela ne soit qu'un couple de passage. Le bruissement des buissons qui s'écartaient, le craquement des branches sous les pas d'une créature, les piaillements des oiseaux et dragons-fées dérangés dans leur sommeil … Un ensemble de petits événements qui convergeaient, immanquablement et irrémédiablement, vers elles.

Tout en elle lui hurlait de déguerpir de cet endroit, de se réfugier au cœur de la végétation luxuriante de l'Allée, de disparaître loin des regards indiscrets. Fuir, oui … Mais pour aller où ? Les seuls abris dont elle disposait lui apparaissaient comme de mauvaises idées. L'un, en cet instant, était assaillit par les fidèles venus prier leur Déesse tandis que l'autre, et bien … Elle pensait s'y trouver. De toute évidence, il n'était pas si sûr que ça.
Quant aux amis, s'il lui en restait, susceptibles de l'accueillir, ils ignoraient tout de son retour et elle persistait à penser que c'était mieux ainsi. L'Engloutie ne voulait pas impliquer plus de monde dans cette histoire, au vu de ce qu'une telle situation pouvait engendrer comme complications.

Elle n'avait donc pas le choix. Sa dragonne à ses côtés, elle se devait d'affronter les conséquences de ses actes passés. Elle ne doutait pas un instant de la condamnation qui découlerait de son jugement … Javerth Seram ne manquerait certainement pas cette occasion de punir durement celle qui avait défiée son autorité en fuyant son Màr.

Nethelìn, malgré sa petite taille, se tenait fièrement aux côtés de sa bipède. Elle rayonnait d'une assurance effrontée, persuadée d'être ici à sa place et dans son bon droit, ce malgré les inquiétudes et les peurs de la Neishaane. Quelque part, sa présence la rassurait. Elle n'était plus seule. Dans leur lien, elle puisa alors la force qui lui manquait pour faire face à tout ça. Ses poings se serrèrent.
Aucune d'elles ne se laissera faire. Ensemble, les deux Liées étaient bien décidées à aller jusqu'au bout de leur route.

La végétation s'ouvrit finalement. Alrüne retint son souffle.
Un long silence s'installa dans la clairière, à peine troublé par le chant des insectes nocturnes.
Un moment où le temps sembla ralentir, alors que les deux Engloutis s'observaient mutuellement.




Était-ce possible ? Était-ce un rêve … ?
A la vue de ceux qui les avaient surprises au creux de cette petite et secrète clairière, la Neishaane ne voulut tout simplement pas y croire. Elle qui n'envisageait que le pire se retrouvait, en cet instant, confrontée au meilleur.

Parce que quoi de mieux qu'un ami, sinon deux ?

Ses yeux, arrondis par la surprise, sautait de l'un à l'autre frénétiquement, guettant un geste, un signe, n'importe quoi qui pourrait traduire qu'ils l'avaient reconnu. Ce fut un mot, son propre nom, qui, prononcé avec hésitation par l'un des nouveaux arrivants, mit un terme à ses craintes.

Un sourire timide, un peu tremblant, éclaira le visage de la jeune femme.

- Galaad … Elérion …

Les premiers visages connus depuis des mois. Des visages amicaux qui plus est, et ce, malgré l'habituel moue renfrognée de Galaad, quoi qu'un peu altérée par l'alcool en cette soirée de fête. Mais qui pouvait le blâmer ?
Plus libre de ses mouvements aurait-elle été, sans doute se serait-elle enivrée aussi … Mais hélas, à l'heure actuelle, le Màr Luimë était autant son foyer qu'un dangereux piège prêt à se refermer sur elle.
Mais le moment n'était pas venu pour ces sombres considérations. Il était aux retrouvailles et à la joie que celles-ci lui procuraient.

Alrüne fit un pas. Puis un second. Finalement, elle franchit, en quelques foulées rapides, la distance qui la séparait du duo. Les chaînes d'angoisse qui avaient enserré son cœur, à peine quelques instants auparavant, avaient laissé leur place à des sentiments bien plus chaleureux, singuliers, uniques … Sans réfléchir, s'abandonnant aux flots de ses émotions, elle alla nouer ses bras derrière la nuque de Galaad, sa frêle silhouette se pressant contre le corps du Chevalier, en une étreinte sincère et douce. Son visage blottit dans le creux de son cou, elle murmura du bout des lèvres, à la seule attention du Neishaan :

- Je suis heureuse de te revoir …

Elle le serra contre elle à peine quelques secondes mais cet instant lui sembla durer un temps infiniment plus long. Et lorsqu'elle le relâcha enfin, ses joues étaient légèrement plus rouges qu'à l'accoutumée. Elle-même ne parvenait pas à s'expliquer le bonheur simple mais franc qu'elle avait à retrouver son ami … Elle n'eut, d'ailleurs, pas le temps de se pencher d'avantage sur la question qu'une pensée intruse vint se mêler à son esprit.

° Tu nous présentes ? °

Le ton de Nethelìn était sec, claquant, tandis qu'elle venait s'asseoir près de sa Liée, dardant sur Galaad un regard rougeoyant peu amène. A contrario de la Neishaane, les émotions de la petite dragonne étaient aussi claires que de l'eau de roche et il fut difficile pour Alrüne d'ignorer la jalousie grandissante de l'Argentée à l'encontre de son camarade Englouti. Comme pour apaiser la saurienne, la jeune femme mit un peu de distance entre elle et le Chevalier, avant de la prendre dans ses bras.

- Galaad, Elérion … Voici Nethelìn, ma Liée.

La concernée avisa ses deux nouveaux interlocuteurs d'un regard perçant qui, en l'espace de quelques fugaces secondes, changea d'un rouge colérique à un vert contenté. L'humeur de la dragonne, remarqua Alrüne pour elle même, était, décidément, bien lunatique.

° Je suis honorée de faire votre rencontre, amis d'Alrüne °, déclara l'Argentée d'une voix digne, sa poitrine gonflée et sa tête haute.


[RP] De Bronze et d'Argent Logo_a16 [RP] De Bronze et d'Argent 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Galaad Lucis


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 36
RPs : 25
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Le Bronze Elérion
Affiliation : Concerné
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: Re: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitimeLun 23 Mar 2020 - 16:50

Mes yeux ne pouvaient pas voir ce que j’imaginais à cet instant. C’était impossible. Mes sens mentaient sans pudeur ni honte. Malgré moi, je soufflais comme une forge encrassée, mon rythme cardiaque s’emballait et des larmes traîtresses, autant d’épuisement que de fol espoir, piquèrent mes yeux déjà rougis par l’ivresse. Mes lèvres tremblèrent en un balbutiement inaudible. Il n’y avait rien à dire, en vérité. Ce mirage occasionné par l’alcool se montrait par trop cruel et il m’aurait été aisé de faire demi-tour, de l’oublier dans une nouvelle tournée de ce même alcool frelaté… S’il n’y avait eu Elérion.

Les émotions de mon Bronze parasitaient le peu de conscience que je maintenais à flot. Il jetait de l’huile brûlante dans la vague tumultueuse de mes errances. Il incendiait ma douce nuit délétère en parsemant mes pensées de gouttes de joie aussi corrosives que le souffle acide d’un serpent de mer. Par sa faute, j’étais paralysé. Cloué au sol par une force que je ne pouvais endiguer, les entrailles glacées par l’horrible évidence, je ne pouvais que contempler l’approche de ce songe éveillé. Et regretter l’oubli.

S’il l’avait pu, Elérion aurait ronronné de plaisir. Ses opales d’un blanc triste s’illuminèrent d’un vert joyeux, celui de l’espérance et du soulagement. Son regard englobait la scène irréelle qui se jouait devant mes yeux avec toute l’affection du paria qui retrouve enfin ses compagnons après des décennies d’exil.

Je vis l’improbable Alrüne s’approcher de moi sans que je puisse faire quoi que ce soit. Elle me prit dans ses bras. Je ne réagis pas. J’en étais incapable. Je sentais son corps chaud et vivant pressé contre le mien et, avec un vertige, il me renvoya au souvenir d’autres étreintes. Le murmure d’Alrüne tomba telle une pierre dans mon estomac. Un fantôme m’enserrait de ses bras pâles et je ne pouvais plus nier la réalité de celui-ci. Je ne lui répondis pas. Qu’aurais-je pu dire ?

Mon regard ne quittait pas cette étoile tombée du ciel. Un astre égaré sous la bulle sous-marine, encore si minuscule comparé à ses aïeules mais déjà empreint de cette noblesse intemporelle qui forçait le respect et la révérence. Et la crainte. Et la jalousie. Et la haine. Contempler le bel émail patiné d’argent, suivre les lignes acérées de ses ailes et les courbes mortelles de ses épines : ce spectacle avait toute la semblance d’un rêve. La dragonnelle était une lame,  froide et fière, qui n’attendait que de frapper le monde pour le nimber de sang.  Comme tant d’autres avant elle, la créature n’existait que pour rendre la vie plus difficile et emporter des êtres chers dans son sillage.

L’esprit d’Elérion bourdonnait à la lisière du mien et je fis tout pour le repousser. Son anxiété ne suffit pas à teinter de prudence la lente marée montante de colère qui m’engloutissait. Toujours sans un mot, je croisais le regard changeant de la petite Argentée et si, de vert il se fit le reflet de celui de mon Lié, le rouge resta imprimé sur ma rétine comme on regarderait un soleil mourant. Je relevai les yeux sur Alrüne. La neishaane restait peu ou prou fidèle à mon souvenir. Elle paraissait épuisée mais rayonnait tant que sa douce lumière me blessait le cœur. Je ne m’étais jamais imaginé la revoir après sa subite disparition, des mois auparavant, sans un adieu. Je ne comptais pas assez à ses yeux et je la comprenais. Elle ne comptait pas non plus pour moi. Et c’était dans l’absence, cependant, que le destin me jeta cet outrage à la figure. Je m’apercevais qu’elle m’avait manqué.

Elérion tenta une approche plus directe en enroulant sa conscience autour de la mienne. Il voulait faire barrage aux émotions trop violentes qu’il sentait s’agiter en moi. Ou, peut-être, essayait-il simplement de protéger Alrüne et Nethelìn. Nethelìn… Même son nom sonnait comme une étoile inaccessible qui narguerait tous les poètes et savants de Rhaëg. Je sentis le museau de mon dragon se presser contre mon dos mais le repoussai d’une main brusque. Je fis un pas chancelant vers Alrüne et sa jeune reine, peu sûr de mon équilibre. Ma langue roula dans ma bouche close tandis que je cherchais les mots adéquats.

- Tu… Tu es partie… Comme ça : pfffuit !... On te croyait morte, au Kaerl… Personne ne s’en souciait…

Mon regard se focalisa sur mon amie, alors que mon esprit essayait de me jouer de mauvais tours, cherchait à imprimer sur ses traits ceux d’une autre.

Amaélis est partie. Isabeau est partie. Tout le monde est parti. Pourquoi il ne reste que moi ?

Un filet de sueur glacée dévala mon échine. Je frissonnais de la tête aux pieds. Le délicieux brouillard euphorisant de l’alcool me délaissait. Je m’accrochai désespérément aux mots que je voulais prononcer.

- Pourquoi… Euh… Pourquoi…

Pourquoi es-tu partie ? J’aurais pu t’aider. J’aurais voulu t’aider même si c’était impossible ! Pourquoi personne ne me fait confiance ? Pourquoi dois-je toujours finir seul ? Pourquoi ne puis-je pas vous retenir et vous protéger ? Dis-le moi !

Les mots m’échappèrent. Mon ton se durcit. Elérion gronda à mon encontre mais je choisis de l’ignorer.

- … Pourquoi es-tu revenue ?… Tu as ta Liée, maintenant, tu n’as plus besoin de personne, non ? Tu as abandonné le Màr. Une seconde, t’étais là et la seconde d’après… Plus là ! Tu as laissé tomber. Le Màr avait besoin de toi…

Ces reproches étaient également les miens, je les sentais se tortiller dans mon ventre comme autant de serpents prêts à mordre. Je fis un nouveau pas en avant, quitte à m’attirer davantage l’hostilité de la dragonnelle princière, quitte à blesser un petit plus celle qui ne méritait pas ma rage. Je détournai le regard. Tel le lâche que j’avais toujours été, je ne voulais pas voir la douleur envahir les yeux de mon amie.

- Tu as… Abandonné… Tu m’as abandonné !

Un vertige me saisit. Sans que je sache s’il s’agissait de la réprobation brûlante de mon Lié ou de l’effet indésirable d’une trop grande quantité d’alcool, je portais une main à ma bouche en priant pour ne pas vomir. Le marasme embrumé de mes pensées se zébra soudain d’un éclair d’ire. Je vacillai pour mieux m'écrouler à genoux dans l'herbe. Alors que mon Bronze choisissait de m’écraser de sa présence mentale pour me faire taire, il se tourna vers Alrüne et Nethelìn en quête de leur secours, de leur pardon.

° Il ne sait pas ce qu’il dit. L’ivresse s’exprime par sa bouche. Le plus important est que vous soyez saines et sauves. Et de retour chez vous. °

Encore une fois, j’avais tout gâché.


HRP : Pardon il joue au calimero ; tu as le droit de le baffer XD
Revenir en haut Aller en bas
Alrüne Larilane
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Alrüne Larilane


Date d'inscription : 03/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 32
RPs : 14
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Argentée Nethelìn
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: Re: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitimeMer 25 Mar 2020 - 18:33


Bleu.
La couleur de la vérité et de la sagesse. De la sérénité et de la loyauté. De l’eau et du ciel.
Le symbole de cet endroit, de cette bulle qui était devenu sa maison, son foyer.
La teinte même de ce regard à la fois doux et profond. Orbes liquides qui, en cet instant, ne demandaient qu’à déborder, confrontés qu’ils l’étaient à l’émotion rougeoyante, brûlante de la colère et de l’incompréhension.

Alrüne ne lâchait pas Galaad de ses yeux troublés. Le silence s’était fait entre eux alors qu’il gisait là, à genoux devant elle, avec l’air malade de celui qui a trop bu ... Ou en a trop dit.

Un sifflement strident, menaçant fendit l’atmosphère. Dans ses bras, Nethelìn se dressait, se gonflait, deux rubis étincelant au dessus d’une gueule déjà bien pourvue. Alrüne, en son âme, percevait la rage de la petite dragonne qui, de toute évidence, n’acceptait pas que l’on parle ainsi de sa bipède.

° Insipide et insignifiant petit homme, je vais t’apprendre à lui manquer de respect ...! °
- Nethelìn.

L’appel au calme de la Neishaane tomba comme un couperet sur les émotions de sa Liée, qui tourna vers elle un regard emplit d’une incompréhension incrédule.

° Vas-tu me refuser de donner à ce moins-que-rien le châtiment qui lui est dû ? °
° Oui. Il a raison ... °
° Il a tord ! Appelles-tu «fuite» ce voyage que tu as fait pour me trouver ? Foutaises ! °

Alrüne ne répondit pas. Les mots de Galaad résonnaient encore dans son esprit ... Et y trouvaient un écho favorable. A ses yeux, il n’avait pas complètement tord : elle avait abandonné son Kaerl à un moment critique de son existence. Elle avait fui. Elle ne pouvait le nier.
Comme Nethelìn en cet instant, elle pourrait affirmer avoir une bonne excuse. Après tout, elle se devait de répondre à l’appel ancestral qui lui avait été transmis. Après tout, elle avait fait tout cela pour trouver et sauver son âme-sœur. Cela non plus, elle ne pouvait le réfuter.
Mais elle savait, au fond, que ce n’était pas la seule raison qui l’avait poussé à partir. Qu’une part d’elle-même avait voulu échapper à l’atmosphère pesante du Màr et au lourd regard de Javerth Seram. Elle avait fui, tout simplement.
Et la voici maintenant, debout et droite dans ce petit coin de verdure, à faire face aux conséquences de ses actes. En revenant ici, elle s’était attendu à un procès ... Elle savait parfaitement que le Màr ne l’accueillerait pas à bras ouvert, toute Lié de Reine qu’elle soit.
Mais jamais elle n’aurait cru ... Jamais elle n’aurait pu prévoir que son juge s’incarnerait en la personne de Galaad. Ni que son tribunal se tiendrait en ces lieux, pour prendre une telle tournure.

Alrüne s’agenouilla face au Neishaan. La petite Argentée en profita pour bondir de ses bras et, si ses yeux brillaient toujours d’une tenace rancune envers le Chevalier, se retint de tout acte pouvant contrarier sa bipède. Elle sentait sa Liée instable, partagée entre des émotions contradictoires. Elle ne voulait pas rajouter de l’huile sur le feu en l’abreuvant de ses propres sentiments, même si l’envie ne lui en manquait pas ... Aussi se contenta-t-elle de simplement s’asseoir à ses côtés, tout en foudroyant du regard l’objet de sa colère.
La Neishaane, de son côté, coula vers Elérion un regard entre compréhension et tristesse, avant de reporter toute son attention sur le Lié de ce dernier. Elle ne savait pas trop quoi dire, ni comment agir. Les interactions sociales n’avaient jamais été son fort. Elle hésita encore un instant avant de, finalement, capturer entre ses mains délicates celle, plus épaisse et caleuse, de Galaad. Son regard perdu dans la contemplation de cette simple étreinte, elle prit une inspiration et commença à parler.

- ... Je suis désolée de ne pas t’avoir prévenu.

De ses doigts fins, elle dessinait les contours de la main de son ami.

- C’est vrai, continua-t-elle d’une voix basse. Tu as raison, j’ai fui. Face à cette guerre qui s’annonçait, face à la pression que m’infligeait Javerth, j’ai préféré prendre mes jambes à mon cou. Je suis une lâche.

A cette simple constatation, Nethelìn émit un grondement désapprobateur. Quelque part, elle avait l’impression que sa Liée s’excusait d’être aller la trouver. Elle ne pouvait pas l’accepter. Elle ne pouvait ... Ne voulait pas entendre sa Liée dire qu’elle regrettait d’être partit.
D’être partit pour elle. Pour la sauver.
Était-ce réellement le cas ? Allait-elle lui avouer qu’elle aurait préféré ne pas quitter son Kaerl ? Qu’elle aurait préféré rester auprès de cet ... Autre ?
Leur lien était encore jeune et aucune des deux ne le maîtrisait bien. Aussi, lorsque la détresse de la petite dragonne frappa Alrüne, celle-ci ne répondit qu’un seul mot :

° Jamais. °

Il n’en fallut guère plus pour rassurer Nethelìn. Le feu de son regard s’apaisa alors, ne laissant place qu’à deux gemmes turquoise dont rien n’égalait la beauté.

- Si je ne t’ai pas annoncé mon départ, reprit la Neishaane, c’est peut-être ... Peut-être parce que j’avais peur de ta réaction. Peur que tu me retiennes, que tu me suives ... Que tu te retrouves mêlé à mes histoires, d’une façon ou d’une autre.

Elle hésita de nouveau, n’osant, à son tour, pas affronter le regard de Galaad. Parler lui était, d’ordinaire, déjà difficile alors se livrer de la sorte se trouvait être une épreuve en soi ...

- La dernière fois que cela est arrivé, j’ai ... Perdu des gens que j’aimais. Et je ne veux pas que cela se reproduise.

Un court silence suivit ces quelques mots. Un soupir las s’échappa de ses lèvres.

- Quelque part, je voulais aussi me prouver que je pouvais y arriver. C’était ma quête, mon épreuve. Il fallait que je la fasse, seule. J’ai beaucoup appris de moi durant ce voyage mais je tiens à partager, avec toi, l’une de ces découvertes ...

Cette fois-ci, elle releva la tête, le fixant sans ciller, et sourit au Chevalier, d’un sourire chaleureux et sincère.

- Le Màr Luimë est ma maison. Tout ici m’a manqué. Tu m’as manqué ..., murmura-t-elle doucement. Et c’est pour cela que je suis revenue.

Elle serra sa main entre les siennes, résolue.

- Je ne fuirais plus. Ni mon Kaerl, ni Javerth ... Plus rien, ni personne.


HRP : Ta réponse était magnifique, j'espère avoir réussi à lui faire honneur ! Et non, on ne frappe pas Galaad D8


[RP] De Bronze et d'Argent Logo_a16 [RP] De Bronze et d'Argent 1563363615-testsign
Tu es ma seule Étoile
Revenir en haut Aller en bas
Galaad Lucis
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Galaad Lucis


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 36
RPs : 25
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Le Bronze Elérion
Affiliation : Concerné
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: Re: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitimeMer 22 Avr 2020 - 16:00

Mon regard s’embuait tandis que je fixais l’herbe à mes pieds jusqu’à imprimer l’image sur ma rétine. Je préférais mille fois me brûler les yeux à observer le soleil plutôt que d’affronter les eaux orageuses contenues à grand-peine dans les yeux d’Alrüne. L’ire de la dragonnelle me frappa de plein fouet, telle une lame aiguisée et glacée qui transpercerait mes chairs. Mais je m’y étais attendu. Que pouvait-on espérer d’une telle créature ? Je soupçonnais les Argentées de savoirs se montrer aussi cruelles et insensibles que leurs horribles cousines Incarnates. Je n’ignorai pas être en partie responsable de son déplaisir mais cette petite étoile froide commençait tout de même à me courir sur le haricot.

Ce n’était pas de la reine en devenir que j’avais peur. Ma terreur s’était trouvée une autre source, bien plus insolite et contradictoire, en la personne d’Alrüne. Une amie, bien que je la connaisse pas tant que ça ni depuis très longtemps. Une neishaane qui évoquait la quiétude et la douceur de mon ancien village, la véritable nature de mon peuple de naissance. Si Amaélis représentait le blizzard, les tempêtes de neige, les secrets enfouis sous les montagnes et les plus hauts pics glacés, jamais indomptés, Alrüne incarnait la brise printanière soufflant sur les vallées, les premières neiges et le vol des oiseaux migrateurs, majestueux et à jamais inaccessibles hélas. Toutes aussi dangereuses l’une que l’autre, en un sens…

Mon regard dériva malgré moi vers la dragonnelle qui me toisait de ses prunelles changeantes. Je n’enviais pas ma comparse. Sa vie était devenue autrement plus compliquée avec une future reine pour Liée. J’avais même presque de la peine pour l’Argentée elle-même. Cependant, ce n’était pas elle qui m’effrayait le plus en cet instant. Sentir l’herbe se courber sous la présence d’Alrüne à mes côtés me provoqua des frissons incontrôlables. Je ne voulais pas la blesser et, pourtant, j’étais sur la bonne voie pour le faire. Elle ne méritait pas ma colère. J’étais le seul fautif pour mes tourments. Mais elle représentait la cible idéale. Cela avait été trop facile.

Mon comportement m’écœurait. Ou était-ce le trop plein d’alcool ? J’essayai de cracher discrètement un peu de bile tandis que le flot de paroles d’Alrüne se déversait sur moi. J’avais la tête qui tournait inlassablement et les émotions bouillonnantes d’Elérion ne m’aidaient pas à garder le cap. Quand elle se saisit de ma main, je tressaillis et eut le malheur de relever les yeux. Ce fut pour croiser le regard chaleureux d’Alrüne. Je perdis pieds.

- Je… Pardon. Je ne mérite pas ton pardon, balbutiai-je.

Un grondement sourd, tel le ronronnement du tonnerre lointain, émana du Bronze qui faisait rempart de son corps entre la neishaane et tout espoir de fuite. Je n’avais pas besoin de voir ses yeux pour savoir qu’il était anxieux, curieux et, surtout, qu’il redoutait que je ne fasse plus de dégâts. Je tentai de le rassurer d’une tape sur les écailles mais je manquai ma cible et manquai m’étaler par terre. Je me retins à grand-peine à la patte antérieure de mon Lié pour éviter de me ridiculiser un peu plus.

- J’suis pas idiot, tu sais. J’sais pourquoi t’es partie. Ou plutôt, je le devine. T’es partie pour elle.

J’agitai vaguement la main sur la forme floue de la petite dragonne grise. J’essayai ne pas me montrer trop accusateur dans ce geste mais je ne présumai de rien. Dans mon état, je ne pouvais être certain de rien.

- T’es pas du Kaerl, toi, renchéris-je avec un sourire qui se voulait fin mais qui paraissait sans doute idiot. Ben nous non plus !

J’étirai le bras en englobant la formidable masse de muscles et d’écailles cuivrées derrière moi. Je pouvais sans peine imaginer Elérion rouler des yeux exaspérés mais attendris.

- Donc c’est certainement pas moi qui vais vous jeter la pierre, à toutes les deux, pour être revenues en douce après vous être réunies je ne sais où… C’est juste que… J’aurai aimé être utile, pour une fois, soupirai-je amèrement. Alors c’est quoi le programme, maintenant ? Parce que si même moi j’ai deviné que ta Liée venait pas d’ici, il faudra pas longtemps avant que ça se sache partout dans le Kaerl !

La nausée choisit cet inopportun moment pour se rappeler à mon bon souvenir. Avec l’honnêteté sans filtre de l’ivrogne, je déclarai, pâlissant à vue d’œil :

- Je reviens, il faut que j’aille vomir…

Je me précipitai derrière un bosquet pour y disparaître. Pendant que je vidais mon estomac, Elérion reprit, de sa voix grave et placide :

° Êtes-vous en sécurité, pour l’heure ? Qui est au courant de votre retour ? Si vous ne souhaitez pas que le Conseil ou le Seigneur vous découvrent, vous pouvez compter sur nous pour taire votre présence en ces lieux. Mais vous devez rester prudentes. La crise s’est aggravée en votre absence. °

Couché en position du sphinx, ses opales mêlant l’ocre et l’azur en un ballet hypnotique, mon Bronze observait un calme feint, de crainte de provoquer un nouveau débordement d’émotions encombrantes.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] De Bronze et d'Argent Empty
MessageSujet: Re: [RP] De Bronze et d'Argent   [RP] De Bronze et d'Argent Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] De Bronze et d'Argent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Luimë, le Kaerl Englouti :: L'Allée des Idoles-
Sauter vers: