-9%
Le deal à ne pas rater :
Nintendo Switch (OLED) avec station d’accueil et manettes Joy-Con ...
319.99 € 349.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] C'est en forgeant qu'on devient...

Aller en bas 
AuteurMessage
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeMer 25 Sep 2019 - 20:37

5 Aran’Rhiodku 919

Ça faisait une petite dizaine de jours qu’Arjuna était arrivé au Màr Menel. Une petite dizaine de jours qu’il avait retrouvé Dakarai. Par moment, il avait encore un peu de mal à réaliser, comme si son esprit ne voulait pas complètement oublier l’inquiétude qui l’avait rongé pendant deux mois et demi. Mais elle était là, vivante, en bonne santé, accompagnée de Chishongo. Et dans quelques jours, ils seraient mariés. Officiellement, légalement et tout, et tout. Et personne ne pourrait plus les séparer. Parce que, si les habitants du Kaerl semblaient plus tolérants que ceux d'Itzahuacán, il avait cru comprendre que leur relation faisait tout de même jaser. Pour être honnête, il s’y attendait. Il s’était installé chez Dak en arrivant,  comme elle le lui avait proposé, alors qu’ils n’étaient pas mariés et il avait l’habitude de l’hostilité des habitants de sa ville natale envers les unions interraciales. Mais ce n’était même pas ça le problème. Le problème c’était qu’elle était Chevalière Dorée, liée à une Reine, destinée à faire partie des plus hautes instances du Kaerl, alors qu’il n’était qu’un Aspirant sans intérêt parmi tant d'autres. C’était une question de rang. Comme quoi, liés aux Dragons ou pas, les bipèdes restaient des bipèdes.

Son statut d’Aspirant, d’ailleurs, le déboussolait un peu également. Se retrouver dans la position d’un apprenti qui a tout à apprendre de son maître alors qu’il avait fini son apprentissage auprès de son oncle depuis plusieurs années était un peu perturbant. Et, d’autant plus qu’il avait bien plus de liberté qu’à l’époque. Était-ce dû à son âge ou à la nature-même de l’Aspiranat ? En tout cas, Peddyr avait clairement autre chose à faire que de supporter un Aspirant toute la journée et Aru était relativement libre de son temps. C’était donc tout naturellement qu’il avait rejoint la forge du Kaerl. Même dans une cité aussi étrange que le Màr Menel, une forge restait une forge, à la fois différente et familière. Et puis, exercer son métier auprès d’habitants du coin était un bon moyen d’écouter et d’apprendre, aussi bien sur les techniques de l’artisan, dont certaines différaient de celles de Rajeev, que sur les coutumes du Kaerl.

En tout cas, une coutume qui ne changeait pas, quel que soit le lieu, c’était celle de confier les commissions au plus jeune et/ou au dernier arrivé de la communauté. À la forge, c’était lui. C’était donc à lui de se rendre à Lòmëanor pour renflouer les stocks de minerai, acheter un peu de matériel… et faire quelques courses pour ses camarades. En soi, Aru n’avait rien contre, mais il n’avait pas de moyen de transport pour s’y rendre – et il était hors de question de demander à Dak et Chichi de faire le taxi, elles avaient autre chose à faire – et ne connaissait pas du tout la ville. Il avait déjà du mal à se repérer au Màr alors… Qu’à cela ne tienne ! Le maître forgeron connaissait un Chevalier-Dragon qui lui devait un service et qui accepta donc d’emmener le Torhil en ville. En réalité, Aru se demanda surtout si ledit Chevalier n’était pas ravi d’avoir une excuse pour s’y rendre puisque, une fois arrivé sur place, il s’éclipsa au plus vite en lui indiquant simplement de prévenir son Lié quand il aurait fini.

Bon. Vêtu simplement et de façon adaptée à la saison, équipé d’un sac destiné à contenir ses achats et de son épée dont il ne comptait pas se servir – mais on lui avait conseillé de ne pas se déplacer désarmé, donc il n’avait pas trop le choix - l’Aspirant commença donc à déambuler dans les rues de la ville, histoire de s’y repérer. Il passa devant l’Auberge de la Vouivre et continua jusqu’à atteindre son opposé, le quartier commerçant. Il n’eut pas de mal à trouver la forge ainsi que des mineurs dont la production ne semblait pas de trop mauvaise qualité. Et, une fois l’essentiel accompli, il avait largement le temps de s’occuper des commissions particulières. Qui le laissèrent un brin perplexe, il faut l’avouer. Les yeux fixés sur la liste que lui avaient remise ses camarades, il se demanda si ce n’était pas une espèce de bizutage… ce qui expliquait mieux l’amusement qu’il avait ressenti chez eux au moment de le laisser partir.

Un sourire amusé étira les lèvres du Torhil. Soit. S’ils voulaient jouer, il allait jouer. Et faire les commissions du mieux possible. Même s’il n’avait strictement aucune idée d’où trouver des perles à cheveux ou du fil à broder… Il reprit donc sa marche entre les boutiques, scrutant les vitrines à la recherche de ce qu’on lui avait demandé… et sans trop regarder devant lui.


[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeMer 25 Sep 2019 - 22:57

A peine étaient-elles revenues au Kaerl que les affaires s’étaient compliquées… Sa chambre avait été cédée et il était hors de question qu’Elke renoue avec ses anciennes habitudes d’aspirante. Ils allaient faire de la place ? Elle en doutait. La mauvaise foi était une force en ce Màr de profiteurs. Sa place elle la récupèrerait même si elle devait opter pour la suite d’un Maître pour cela…
L’ondine trouva alors refuge à Lòmëanor chez un des plus riches commerçants au service des ardents. Elle aurait pu prendre une chambre au dessus de la Taverne mais elle n’en était plus là. Quand on voulait quelque chose, on le méritait et on faisait en sorte de se l’approprier. Sous l’étiquette de l’ambassadrice commerciale ardente dont elle s’était affublée depuis plusieurs mois, elle se faisait héberger gracieusement et avec les avantages de son prétendu rang.

Si elle refusa toutes les robes que le marchand lui proposa, elle opta néanmoins pour des articles de très jolies factures. En cette matinée, elle portait une élégante toilette ; une tunique bleu foncé arrangée de fils argentés et d’un pantalon sombre assurant son confort. Elke ressemblait davantage à une voyageuse qu’à une Dame mais quel aurait été l’intérêt de fourvoyer l’adversaire ? Tezca,plus minutieuse, s’occupa à tresser la tignasse ébouriffée de sa liée.

*Prendre soin de toi pourrait nous apporter quelques opportunités.*
*Pense pas que j’me laisserai avoir par quelques courbettes.*

Tezca ignora la réponse de la chevalière. Elles avaient toutes deux leur vision des opportunités et si la Bleue se révélait de plus en plus fine et sournoise, Elke restait une vigoureuse guerrière.

Après s’être suffisamment apprêtée selon elle, Elke étala sur la table de leur salon quelques bijoux récemment dérobés. L’ondine piocha quelques pierres et perles pour les enfourner dans sa bourse.

-Le forgeron ne veut pas d’argent. Il est pas des nôtres j’le sens.
-Ta commande est prête de toute façon non ?
-Oui… Mais il a trouvé quelques excuses… Pour ne pas me livrer devant un Maître céleste.
-Tu veux que je trouve sa femme ? Le visage de Tezca prit une teinte pâle et morbide.
-S’il refuse encore, oui.

Les deux femmes sortirent de la belle bâtisse. Tezca s’éloigna pour quitter la ville, retrouver ses épaisses écailles et chasser un peu. Elle rejoignait Elke le plus souvent possible mais demeurer dans cette enveloppe fragile était de plus en plus fatiguant. Si la Bleue pouvait circuler librement dans le village, les demeures elles, n’étaient pas du tout adaptées. Elke ajusta sa ravissante tenue et s’élança sur la route principale. Il y avait déjà du monde et les affaires semblaient fleurissantes dans ce quartier. Elke se surprit à scruter quelques étals et réfléchissait à la façon dont elle pourrait récupérer sa commande. Est-ce qu’elle devait se laisser insulter par un artisan pourri par l’ennemi ? Elle aviserait oui…

A cet instant, un torhil qui passait par là la heurta de plein fouet. L’ondine aussi petite que menue fut projetée à terre dans une marre de boue peu accueillante… Elke adressa un regard incendiaire à l’inconnu mais elle ressentit une once de désarroi en l’estimant encore plus grand que ce à quoi elle s’attendait. La gêne la parcourut un bref instant mais la colère balaya tout sur son passage. La chevalière se releva rapidement ne laissant aucune chance au torhil de proposer son aide.

-C’est comme ça qu’on fait chez toi ??!! Abruti… Elle passa une main maladroite sur sa tunique tachée.
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeJeu 26 Sep 2019 - 16:59

Le quartier commerçant de Lòmëanor était aussi vivant et coloré que celui d’Itzahuacán, et Arjuna aurait presque pu se croire de retour chez lui. Enfin, dans sa ville natale. Chez lui, à présent, c’était le Màr Menel, où se trouvaient Dak et sa Reine. Il y avait tout de même quelques différences entre la ville neutre de Tol Orëa et la cité portuaire de Qahra, ne serait-ce que la diversité des personnes qui en arpentaient les rues. On voyait un peu de tout à Itzahuacán, grâce à l’ouverture sur Rhaëg que le port offrait à la cité, mais les habitants étaient principalement Humains et Torhils. À Lòmëanor, en revanche, il ne semblait pas y avoir de prédominance d’une race ou d’une autre. Au contraire, comme au Kaerl, elles semblaient toutes vivre en harmonie, ce qui ne cessait pas d’étonner Aru, même s’il s’en réjouissait. Il y avait même des dragons qui arpentaient les rues, pour dire !

Mais il fallait croire qu’on s’habituait à tout, et vite, puisque les yeux du Torhil n’étaient guère attirés vers les grands sauriens. Après dix jours à vivre au Kaerl, leur présence n’avait plus grand chose d’exceptionnel. Par contre, il ne cessait de détailler les étals et les vitrines en quête des objets que lui avaient demandés ses camarades, sans savoir s’il était dans la bonne rue. Même à Itzahuacán, il n’aurait eu aucune idée d’où les chercher. Des perles et du fil à broder… Sérieusement. Est-ce qu’il avait une tête à acheter du fil à broder ? Certainement que non et  c’était sans doute pour ça qu’ils le lui en avaient demandé. Amusé, Aru comptait bien remplir sa mission. Peut-être qu’il trouverait même quelque chose à rapporter à Dak, dans la foulée…

… Même si, en l’occurence, il causait surtout des catastrophes.

« Par Gaïa ! » s’exclama-t-il comme le choc le tirait de ses réflexions.

Il eut à peine le temps de réaliser qu’il venait de percuter quelqu’un – et aucunement celui de  s’excuser ou de proposer son aide – que la jeune femme était déjà debout. Elle était encore plus petite que Dak ! Mais tout aussi vive, vue sa réactivité et la colère qui flamboya soudain, à ses oreilles et dans son esprit. Heureusement, retrouver sa Furie lui avait permis de  se réhabituer à gérer les émotions qu’on pouvait lui envoyer à la figure.

« Je suis sincèrement désolé, répondit-il donc le plus calmement possible en tâchant de renforcer ses barrières mentales afin d’ignorer la colère qu’il ressentait et qu’il savait n’être pas la sienne. Je ne regardais pas devant moi. »

La colère lui soufflait qu’il n’y avait pas que lui qui ne regardait pas où il allait car il fallait être deux pour se percuter, mais il tâcha de la refouler. Si la jeune femme avait le droit d’être fâchée puisqu’elle s’était faite jeter à terre, ce n’était pas son cas.

« Vous êtes-vous fait mal ? s’enquit-il avant de réaliser que, quel que soit son état, sa tunique, elle, était fichue. Je peux faire quelque chose pour vous aider ? »

La possibilité de faire un cadeau à Dakarai fondait comme neige au soleil. Ses économies risquaient de partir dans le nettoyage de la tenue pleine de boue, voire dans l’achat d’une tunique neuve...


[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeDim 29 Sep 2019 - 15:16

Le torhil s’excusa. C’était normal, prévisible et décevant. Comme il se montra mesuré et calme, Elke abandonna rapidement sa colère pour un sentiment plus familier encore, le mépris. L’homme chercha à témoigner de l’interêt ou du moins, à illustrer sa candeur en s’inquiétant de son état. L’ondine calma l’intensité de son regard, haussa un sourcil et les épaules pour qu’il constate qu’elle ne se tiendrait pas ainsi si elle était blessée.

Il ajouta vouloir l’aider et il faisait alors allusion à l’état de sa toilette. Sale de prime abord, Elke remarqua qu’elle était plus sérieusement déchirée sur un côté et que ce serait fort compliqué à raccommoder. Peu soucieuse de son apparence, ce n’était pas l’état d’une tunique qu’elle n’avait pas même achetée qui pouvait la contrarier. Néanmoins, elle comprit que l’homme se sentait redevable et au regard de ses manières, il était soit benêt soit pire, céleste. La chevalière sentit qu’il y avait là une opportunité et une forme de défi distrayant.

Son visage s’adoucit soudainement et elle teinta sa voix d’un peu plus de grâce.

-J’sais pas…

Elle se mordit la lèvre inférieur, jouant la femme fortement ennuyée.

-J’devais récupérer un colis pour mon Maître… Elle lui adressa un regard appuyé, interrogatif. Vous savez… Vous avez l’air de venir de là bas également.

Elle pointa du doigt les cieux un bref instant pour désigner les dragons et elle reprit son récit lentement, pour laisser le temps à son histoire de s’installer.

-Mon Maître n’est pas très patient et le commerçant a refusé d’me servir la dernière fois. J’pense qu’il est affilié… Si vous voyez c’que j’veux dire… Enfin j’sais pas d’où vous venez non plus… C’que j’veux dire c’est que j’voulais y retourner, avec une tenue plus présentable pour.. enfin..le persuader que je… Mais dans c’t’état, il ne voudra certainement pas croire que je suis envoyée par un Maître.

Elke soupira et laissa ses mains tomber le long de son corps pour imager comme son affaire était certainement tomber à l’eau en même temps qu’elle, dans la boue. Elle ne voulait pas perdre sa prise et sentait que la culpabilité était le meilleur des arguments.

-J’peux vous demander où vous alliez ? Est-ce que vous m’accompagneriez auprès de c’t’artisan ?

Elle baissa les yeux, feignant d’être intimidée par son souhait trop exigeant.

Enfin, elle retrouva la petite étincelle qui lui avait manqué ces derniers temps. Une envie, un défi, un risque, des mensonges, une aventure en somme. Soudain, elle sentit l’ombre de Tezca en elle. La dragonne se nourrissait aussi des émotions de sa liée et l’encourageait à garder cette proie de deux mètres dans ses filets.
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeMer 2 Oct 2019 - 1:53

La colère s’éteignit dans l’esprit d’Arjuna une fois ses excuses présentées. Il s’en sentit soulagé. D’une, ce n’était effectivement pas sa colère à lui ; de deux, ça signifiait que son but était atteint. Mais une jeune femme qui acceptait si vite ses excuses, après une si violente bousculade, ne méritait que son mépris. Attendez… Quel mépris ? Ça ne faisait pas partie de ses émotions habituelles, le mépris, ce qui ne pouvait signifier qu’une chose : il ne venait pas de lui non plus. Et si le torhil s’efforça donc de le refouler et de l’ignorer comme il en avait l’habitude, il ne put s’empêcher de se poser des questions. Qu’est-ce qui pouvait bien avoir provoqué un tel sentiment dans l’esprit de sa vis-à-vis ? La colère était compréhensible, mais le mépris ? D’autant que, pour qu’il puisse en avoir conscience, l’émotion était forte. À moins que, comme Dak, l’ondine soit capable d’émettre ce qu’elle ressentait autour d’elle ?

Néanmoins, il fit taire ses questions lorsqu’elle prit la parole pour lui répondre. Elle avait l’air ennuyé, presque gênée, mais là, pourtant, il ne ressentait aucune gêne… Encore des questions, qu’il repoussa à nouveau pour écouter ce qu’elle avait à dire. Il ne put s’empêcher de hausser légèrement un sourcil quand elle mentionna son Maître et désigna le ciel. Le ciel, comme les dragons ? Son Maître comme si elle était Aspirante, elle aussi ? Pourtant on était à Lòmëanor, non ? Les grands sauriens n’étaient pas un secret, ici ; les rues étaient à leur taille et ils se promenaient librement. Pourquoi donc en parlait-elle à demi-mots ? Ça n’avait pas de sens… sauf s’il faisait complètement fausse route et que son discours n’avait rien à voir avec les dragons. Dans le doute, Aru garda donc le silence le temps que son interlocutrice termine ses explications qui, honnêtement, ne l’aidèrent pas franchement à y voir plus clair.

Il n’était pas arrivé sur Tol Orëa depuis assez longtemps pour avoir conscience des tensions qui pouvaient régner entre les différents Kaerls et il ne connaissait pas suffisamment Lòmëanor pour imaginer que les artisans étaient affiliés à l’un ou l’autre des Màrs au point de refuser de servir un client. Ne lui avait-on pas dit que la ville était neutre ? S’il n’avait aucun mal à saisir tous les tenants et les aboutissants des luttes de pouvoir à Itzahuacán, la politique de la Terre de l’Aube lui passait pour le moment bien loin au-dessus de la tête. Et les émotions qui émanaient de la jeune femme étaient tout aussi déstabilisantes que ses mots. Elle semblait gênée, contrite, voire intimidée, mais rien de tout cela ne collait avec ce que percevait son empathie. Il savait qu’il ne ressentait pas tout, que ses barrières mentales n’étaient ni parfaitement étanches ni complètement ouvertes, mais quand même. Là, c’était vraiment étrange.

Mais bon. Quelles que soient les motivations réelles de l’ondine, quelle que soit la part de vérité dans son histoire, il n’en était pas moins responsable de sa chute et de l’état déplorable de sa tenue. Il était normal qu’il lui rende service en échange. Et l’accompagner chez un artisan, ce n’était pas cher payé. Sans compter qu’il n’était pas particulièrement pressé.

« J’avais quelques courses à faire pour des amis, mais rien d’urgent, répondit donc Arjuna, tranquillement. Bien sûr que je peux vous accompagner. »

En vérité, il ne voyait pas en quoi sa présence inciterait un artisan à faire ce qu’il n’aurait pas fait sans lui mais c’était la moindre des choses qu’il pouvait faire. Surtout si elle avait effectivement une commande à récupérer, ce qu’il ne remettait pas en question. Et puis, pourquoi se donnerait-elle la peine de lui mentir à ce sujet ?

« Où se trouve son atelier ?, s’enquit-il, prêt à lui emboîter le pas. Je ne connais pas bien la ville, je vous suis. »

Il serait bien temps plus tard de démêler les incohérences qu’il avait l’impression de percevoir entre ce que lui signalait son empathie et les informations de ses autres sens. De toute façon, c’était sans doute une erreur de sa part.


[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeMar 5 Nov 2019 - 10:43

Le Torhil était attentif. Elke apprécia qu’il ne l’interrompe pas mais plus elle avançait dans son récit plus elle commençait à croire que c’était un nigaud. Il la regardait mais n’était pas véritablement présent ou réceptif. Lorsqu’elle mentionna le Kaerl céleste il réagit furtivement mais ce n’était pas assez franc pour qu’elle puisse déterminer son affiliation. Enfin, il exprima ce pour quoi il était là.

-Ecoutez.. Si on récupère rapidement ma commande j’pourrai toujours vous donner un coup d’main. J’connais pas mal le coin. Donc j’pourrai vous aider à pas vous faire avoir.

L’ondine tapota encore un peu sa tunique, comme si son énième geste pouvait avoir la moindre conséquence sur sa présentation. Sentant que son interlocuteur était prêt à l’accompagner, elle désigna la direction qu’elle avait emprunté quelques minutes plus tôt et entama le pas.

-C’est dans l’Nord de la ville, le forgeron paye pas d’mine mais il a l’oeil aussi affuté qu’ses lames.

Elle tourna un visage plus serein vers le Torhil mais se sentit un peu petite et dut lever la tête pour parvenir à ses prunelles.

-Et... à qui a-je l’honneur ? articula-t-elle comme si elle avait pu être vexée par son manque d’éducation.

L’Ondine était plus curieuse qu’autre chose mais elle avait compris au fil de ses missions qu’il valait souvent mieux aller droit au but et jouer des conventions plutôt que de tourner autour du pot. Elle ne pouvait résister à rabaisser quelqu’un et renforcer sa petite emprise lorsque l’occasion se présentait... Pour autant, elle attendrait encore un peu pour dévoiler une identité.

Elke tourna au croisement et ils découvrirent une ravissante ruelle ou la lumière de ce début de journée dansait dans les feuilles d’une arbre solitaire. Ils croisèrent deux dames aux bras chargés d’amplettes multiples. Naturellement, Elke revint vers son compagnon de balade.

-D’ailleurs, qu’est-ce que vous cherchez ?

A cet instant, elle ralentit le pas. Sa liée venait de planter ses crocs dans une chair fraiche et son excitation s’était immiscée dans l’esprit de l’Ondine. Tezca était encore jeune et ne savait pas correctement maîtriser ses pensées. Elle envoyait alors certaines images et sensations avec une certaine violence. Là, l’ardente sentit du sang chaud dans sa bouche et eut un léger haut-le-coeur. Elle porta sa main contre sa poitrine et s’efforça de ne pas trop montrer son malaise. Elle adressa une pensée agacée à sa dragonne.

*Pas le matin… j’te l’ai déjà dit !*
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeDim 1 Déc 2019 - 17:32

En général, son empathie permettait à Arjuna de se mettre facilement à la place de ses interlocuteurs et de les comprendre plus facilement. Lorsqu’ils en avaient parlé, Dak lui avait d’ailleurs avoué qu’elle l’avait toujours trouvé particulièrement perspicace, ce qu’il avait du mal à envisager. Son pouvoir faisait partie de lui depuis toujours, comme n’importe lequel de ses cinq sens dont il recevait et analysait les informations sans vraiment s’en rendre compte. Il voyait, entendait, touchait, goûtait, sentait et ressentait. Bien sûr, comme ses autres sens, il n’était pas infaillible, surtout qu’il ne le maîtrisait pas vraiment. Il n’était pas évident de faire la part des choses entre ses émotions à lui et celles qu’il ressentait mais qui ne lui appartenait pas. Et, s’il avait renforcé ses barrières mentales pour tâcher de résister aux sentiments qui l’assaillaient parfois, celles-ci étaient encore rien moins qu’étanches et, surtout, il ne savait pas les abaisser. Aussi, s’il se laissait encore parfois submerger par ce qu’il ressentait – surtout quand Dakarai était dans les parages – il lui arrivait souvent de ne rien percevoir de ses interlocuteurs. Ce n’était pas franchement gênant, il lui suffisait de se fier à l’ensemble des autres informations qui lui parvenaient. Ce qui était déroutant, en revanche, c’était lorsque son empathie contredisait ses autres sens.

Et c’était exactement le cas, là, dans les rues de Lòmëanor, face à l’ondine qu’il avait bousculée. Si, au début, la colère de la jeune femme avait flambé aussi bien dans son esprit que dans son attitude, elle avait vite été soufflée et remplacée par trop d’informations contradictoires. Le mépris qu’il ressentait ne pouvait pas lui appartenir en propre – non seulement, ce n’était pas une émotion qui lui était familière mais il n’avait de toute façon aucune raison de mépriser sa vis-à-vis – ce qui signifiait qu’elle en était la source. Pourtant elle avait l’air gêné, contrit, presque timide. Se pourrait-il qu’il se trompe ? Que le mépris soit sien ? Qu’il soit émis par une personne aux alentours ? Ou, plus simplement, qu’elle dissimule ? Même s’il ne voyait pas pourquoi elle ferait une chose pareille, surtout qu’elle lui proposait son aide.

« C’est très aimable à vous. Ce ne sont pas des commissions de grande valeur, répondit simplement le torhil lorsqu’elle suggéra qu’il pourrait se faire avoir, mais j’avoue n’avoir aucune idée d’où les trouver. Vos conseils me seraient donc d’une grande aide. »

Il avait décidé de mettre ses interrogations sur les véritables motivations de son interlocutrice de côté, le temps d’atteindre son objectif, à savoir lui rendre service en échange de sa maladresse. C’était le plus important après tout, quels que soient les sentiments de l’ondine. Il calqua donc son allure sur celle de la jeune femme lorsque celle-ci se mit en route. Elle était plus petite que lui, mais semblait presque aussi vive que Dak, et il n’avait pas besoin de ralentir de beaucoup ses grandes enjambées pour se maintenir à sa hauteur.

Malgré ses intentions de tenir ses émotions et ses questions à l’écart, il ne put se retenir de hausser un sourcil lorsqu’elle mentionna un forgeron. Se pourrait-il qu’il s’agisse du même artisan qu’il avait visité un peu plus tôt ? Il ne connaissait pas suffisamment Lòmëanor pour savoir si la ville abritait plusieurs forges. Elle ne paraissait pas très grande mais il n’était pas capable d’évaluer les besoins en armes et outils d’une telle bourgade. En revanche, le maître artisan qui lui avait remis la commande du Kaerl ne lui avait pas semblé particulièrement réticent ni correspondre de quelque façon que ce soit à la description que lui en faisait la jeune femme. Il se contenta toutefois de hocher la tête, prenant note de l’information sans la commenter… il verrait bien quand ils y seraient. En attendant, rien ne l’empêchait effectivement de se présenter.

« Arjuna Tlaloc, enchanté, Dame… ? »

Si l’ondine semblait vexée d’un manque de politesse, le torhil ne s’en formalisa pas. D’une part, le sentiment n’était pas suffisamment fort pour venir titiller ses propres émotions, et, d’autre part, elle ne s’était pas présentée non plus. Or la plus simple des courtoisies voulait qu’on décline son identité avant de s’enquérir de celle de son interlocuteur. En outre, il ne lui vint pas à l’idée de détailler ses fonctions. À Itzahuacán, la simple mention de son nom suffisait à ses interlocuteurs à le replacer dans la ville – la joie d’avoir une famille réputée… – et il n’occupait aucune fonction particulière au Màr Menel dont il aurait pu se promouvoir.

La ville était belle en ce début d’automne et il ne put s’empêcher de sourire en croisant des femmes les bras chargés d’achats. Elles avaient l’air satisfait et, comme l’ondine, leur vue le fit penser à sa propre liste de courses. Il ne savait toujours pas comment s’en dépatouiller mais l’idée l’amusait toujours autant.

« Mes collègues m’ont demandé de leur rapporter des perles à cheveux et du fil à broder, expliqua-t-il donc d’un ton léger où pouvait transparaître un brin de son amusement. Et je n’ai franchement aucune idée d’où les trouver ni comment faire pour les choisir. »

Son amusement se teinta soudain d’une pointe de malaise, tandis que l’ondine ralentissait le pas. Il l’imita par réflexe, mais n’eut pas besoin de beaucoup de temps pour se demander d’où venait ce sentiment désagréable. La jeune femme portait sa main à sa poitrine et ne semblait pas dans son assiette… et ce n’était certainement pas la mention de ses emplettes qui pouvait provoquer une telle réaction. La chute aurait-elle eu plus de conséquences qu’une tunique salie et déchirée ?

« Vous sentez-vous mal, Dame ? Peut-être devriez-vous vous rendre chez un guérisseur avant d’aller chercher votre colis ? »


[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeJeu 5 Déc 2019 - 23:41

Elke fit un signe de tête pour confirmer son intention au Torhil, elle l’accompagnerait après leur détour chez le forgeron. Sa commande l’inquiétait. Cela faisait trois jours qu’elle y avait déposé sa petite hache fétiche pour que la lame soit retravaillée et le manche agrémenté. Certes, elle était partie depuis plusieurs mois dans les tréfonds du Rhaëg et son visage avait été oublié mais si l’Ondine avait bien intégré qu’elle ne serait pas servie dans les premières - l’artisan ne s’était pas caché avoir du travail - son comportement lui, hautain voire agressif était inexcusable. Ce village était protégé par de nombreuses chartes de paix et les habitants davantage encadrés que les badauds un peu plus égarés. Mais ciel, qu’il aurait mérité une bonne correction...

Durant leur traversée de la ville, le Torhil ne s’abaissa pas à trop ralentir sa marche. Ses jambes longues et robustes foulaient le sol deux fois plus vite que la jeune femme mais celle-ci maintint le rythme. Elle reconnut là, la plaisante compagnie d’un homme solide qui ne s’écrasait pas devant la face du monde. L’homme finit par se présenter, ce patronyme lui était totalement inconnu. Elle tenta de feindre un intérêt naïf dans une intonation plus légère.

- Z’êtes aspirant non ? Votre nom ne me dit rien du tout. Je suis… Elke ralentit son pas, cherchant le regard de son interlocuteur. Je suis Amaélis..

La confusion se glissa en sa mémoire. Comment cette fade créature se nommait-elle réellement Eluca… Elle préféra puiser dans les ressources ancestrales de sa liée.

*C’est quoi le nom de la liée d’Ithildin ?*
*Elle n’existe pas pour moi.*

Encore en traque d’une proie et en toute contrariété quant à ce personnage qu'elle avait rencontré quelques jours plus tôt, Tezca clôtura la conversation aussi facilement qu’elle avait commencée.

-Amaélis Ithil’Din, finit-elle par articuler avec un bref sourire de satisfaction. Elle y ajouta un petit accent de sorte que ça paraisse encore mieux maîtrisé.

Alors qu’il mentionna la quête à venir, Elke se souvint des perles qu’elle avait déjà en sa possession. Peut-être eut-elle subrepticement l’envie de les lui concéder mais ce curieux élan de bonté fut rapidement baladé par son mal-être traduit en un véritable malaise. Elle avait réussit à chasser en partie les saveurs que sa liée lui infligeaient mais c’est la voix chaude de l’homme qui la rappela à la réalité. Elle ôta son bras de son coeur et assura un port droit et franc comme pour dissimuler maladroitement sa faiblesse. Sa première pensée fut de le repousser avec véhémence. Il pointait sa fragilité et son manque de contrôle, il avait perçu comme son lien n’était pas encore celui des vaillants Chevaliers et ça, l’Ondine n’était pas prête à le cautionner. Pourtant, elle baissa les yeux à terre pour retrouver sa mesure et en levant la tête, aperçut une femme tenant un enfant.

-C'est rien… Elle porta une main timide jusqu’à son ventre. C’est mon état.

Elle ponctua sa phrase d’un petit soupir de soulagement comme-ci le trouble s’était entièrement dissipé et désigna la voie pour qu’ils reprennent leur promenade.

- Vous avez des enfants ? La réponse ne l’intéressait pas le moins du monde mais s’il pouvait s’enchanter un peu, il se méfierait moins.

Enfin, elle aperçut au loin l’enseigne de l’artisan. Sculptée dans un bois sombre, la griffe du Maître était soignée ; Une enclume et quelques coutelas agrémentés de feuilles d’ornements. Une bien belle devanture pour un artisan tout aussi renommé. En ce début de matinée, il n’y avait pas grand monde. On entendait la musique des marteaux au fond de l’établi.
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeDim 9 Fév 2020 - 23:25

Dix jours passés sur Tol Orëa ne pouvaient pas effacer instantanément vingt ans vécus à Itzahuacán et à T’Shallah. Là-bas, tout le monde connaissait les Tlaloc. Plus dans la ville portuaire de Qahra qu’au cœur du Désert du Ssyl’Shar, certes, mais quand même. Arjuna n’avait qu’à se présenter pour être automatiquement catalogué comme le fils d’un des Conseillers de la Cité – et pas de n’importe lequel, en plus, un des plus traditionnels et puissants – ou le cousin du Chef de la garde de l’Oasis. Mais ici, à Lòmëanor, et plus largement sur la Terre de l’Aube, il n’était rien. C’était à la fois agréable, reposant et déroutant. Il cilla donc, lorsque son interlocutrice déclara que son nom ne lui disait rien du tout, mais se reprit vite et acquiesça d’un hochement de tête à sa question, le temps que la jeune femme se présente à son tour.

« En effet, je suis aspirant. Depuis peu, » expliqua-t-il ensuite.

L’hésitation de l’ondine lui avait échappé, même s’il avait perçu une pointe de satisfaction à l’énoncé de son nom. Ça ne le surprit pas, toutefois. Ce n’était pas parce que lui détestait sa famille et son père que c’était le cas de tout le monde. Amaélis avait tout à fait le droit d’être fière de son patronyme. Même si, pour le coup, celui-ci ne lui disait rien à lui non plus et qu’il n’avait aucune idée de son origine.

« Et vous ? Êtes-vous née ici, sur la Terre de l’Aube ? »

Toute ondine qu’elle soit, ce n’était pas impossible, après tout. Le continent semblait accueillir toutes les races sans discrimination. Encore quelque chose dont il n’avait pas l’habitude mais qui lui plaisait. Le racisme de son père et, plus généralement des habitants d’Itzahuacán, avait fini par lui sortir par les yeux. Et pas seulement parce qu’il avait été la cause de son envoi dans le Désert et de la disparition de Dak… Même si ça avait été la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase. Sans doute que les dragons n’y étaient pas pour rien puisqu’ils se Liaient indifféremment à tous les bipèdes, quelle que soit leur race, s’il avait bien compris.

Tandis qu’ils marchaient et une fois les présentations faites, la conversation dévia vers les courses qu’il avait à faire, avant d’être interrompue par le malaise de la jeune femme. Il ne put manquer sa réaction, volontaire, de se redresser sans aide, ainsi que son agacement, et se retint donc de proposer son bras comme soutien. Néanmoins, la réponse qu’elle lui fournit une seconde plus tard, d’une voix presque timide, le surprit. Son état ? La signification de ses deux mots ne prêtait pas à confusion, puisqu’elle portait la main à son ventre pour illustrer ses propos, mais l’hésitation de sa voix ne trouvait pas d’écho dans son esprit. Il n’avait rien perçu d’autre que son agacement fugitif. Peut-être ses barrières étaient-elles toujours trop épaisses ?

« Oh… Félicitations ! » déclara-t-il toutefois, retrouvant sans mal les bonnes manières qu’on lui avait inculquées depuis son enfance.

Il reprit donc sa marche, sans s’appesantir sur la question, parce que ça ne faisait pas, pour un homme, de s’étendre sur ses choses-là, mais il ne put s’empêcher de froncer légèrement les sourcils. Le malaise de la jeune femme semblait effectivement passé, mais une chute dans son état n’aurait-elle pas nécessité tout de même une visite à un guérisseur ? Il ne voyait cependant pas comment le suggérer sans être impoli… et Amaélis détournait de toute façon la conversation.

« Non, répondit-il simplement à la question sur les enfants. Et vous ? »

Autre que celui qu’elle portait, évidemment. Mais la question le mettait un peu mal à l’aise. Dak et lui n’étaient pas encore mariés, après tout. Et leurs fiançailles étaient déjà si mouvementées et avaient rencontré tant d’obstacles qu’il n’avait même pas vraiment pensé à la suite. Même si, il fallait l’avouer, avoir un jour une mini-Furie, c’était une idée plaisante.

Ils arrivaient à destination et Aru reconnut sans mal la devanture du forgeron qu’il avait visité un peu plus tôt. La description que lui en avait donnée la jeune femme ne collait pas avec ce qu’il en avait vu et il ne savait pas ce qu’elle avait voulu dire par « affilié », mais il ne fit aucun commentaire. Il n’avait eu aucun problème avec l’artisan lors de sa visite, alors il ne voyait pas pourquoi il en aurait à présent. Peut-être le maître forgeron était-il simplement de mauvaise humeur le jour où Amaélis s’était présentée chez lui ?

« Après vous, » offrit-il en ouvrant la porte de la boutique et en s’effaçant pour laisser passer la jeune femme en premier.

Après tout, c’était sa commande. Lui, il n’était là qu’en soutien, au cas où l’artisan se montrerait réticent. Ce dont il doutait, honnêtement.


[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeMar 24 Mar 2020 - 17:08

Amaélis Ithil’Din était donc une femme un peu lunatique certes mais relativement aimable et dans le plus heureux des états. Le Torhil était tellement courtois que c’en était dérangeant, il questionna l’Ondine sur ses origines et elle ne répondit qu’en une petite moue. Ça l’ennuyait de mentir, ça l’ennuyait d’y répondre.

- On vient tous d’un peu ailleurs, finit-elle par conclure sans grand enthousiasme.

Enfin, l’évocation de l’enfant qu’elle portait sembla le canaliser un peu mais cet homme avait la fâcheuse tendance à retourner ses questions. Si la Spectre des Cendres étaient encore agile pour les enquêtes, elle était un peu déroutée. Avec l’expérience, elle avait constaté que la majorité des gens oubliaient d’interroger les autres lorsqu’on s’intéressait suffisamment à eux. Peut-être qu’elle avait perdu son savoir-faire…

Sur la question des enfants, elle secoua brièvement la tête pour répondre à la négative et ne plus alimenter la conversation. Leur promenade les conduisit finalement jusqu’à la forge. Arjuna lui ouvrit la porte et Elke le dépassa sans imaginer qu’il puisse s’agir d’un soupçon de galanterie et ne l’en remercia pas. Elle lui fit signe de rester un petit peu en retrait alors qu’elle s’approcha du comptoir et de l’homme qu’elle avait croisé la veille.

- Ma commande, tout d’suite. Le visage du commerçant se referma immédiatement.

- Elle n’est toujours pas prête.

La colère monta aux joues de lait de l’ondine.

- Si tu cherches à m’voler mon gars t’es pas tombée sur la bonne cliente ! J’ai vu que tu faisais passer les armes de tes Maîtres avant les miennes ! Je veux ma dague et ma hache. Tout de suite.

Elle plongea un regard haineux dans celui de l’artisan et poursuivit à voix feutrée, menaçante.

- J’dois demander à mon ami d’me servir parmi tes dernières créations ?

L’injustice qu’elle vivait depuis son retour se cristallisait furieusement. Il n’était jamais bon de voir un ondin sortir de ses gonds et « Amaélis » ne semblait pas s’être levée du bon pied. Elle avait plutôt bien maîtrisé les intonations de son discours mais sa diction était de plus en plus tranchante. Si elle avait d’abord accordé le bénéfice du doute à cet homme, il était évident qu’il ne voulait pas traiter avec les ardents. Il l’avait éconduite avec une quasi véhémence lors de sa dernière visite et elle refusait de se laisser de nouveau bafouer.

Pourtant le visage du commerçant contrarié sembla s’illuminer lorsqu’il posa les yeux sur Arjuna.
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitimeDim 29 Mar 2020 - 23:33

S’intéresser aux autres et, en particulier à son interlocuteur du moment, c’était un peu la moindre des choses. Fils de Conseiller, Aru avait été élevé pour être capable de se tenir dans la bonne société d’Itzahucán… et, de toute façon, c’était dans sa nature d’être ouvert aux autres. C’était pas comme si les autres lui balançaient leurs émotions au visage à longueur de temps mais un peu quand même. En parlant d’émotions, d’ailleurs, celles qu’il ressentait étaient pour une fois en phase avec l’hésitation apparente de l’ondine. Elle semblait un peu gênée ou ennuyée de parler de ses origines et, même s’il ne voyait pas pourquoi, le torhil décida de ne pas insister.  La jeune femme avait semblé fière de son nom, mais elle avait le droit de ne pas vouloir s’étendre sur l’endroit d’où elle venait.

« Ce n’est pas faux, » répondit-il donc simplement, d’une voix neutre.

Après tout, si lui venait de Qahra, il avait bien une branche de sa famille qui vivait au cœur du Shyl’Shar. Et, techniquement, la personne qu’il était à présent avait été autant façonnée par la cité portuaire que par ce qu’il avait vécu dans le désert.

Le reste de la conversation fut un peu dans la même veine, le temps qu’ils atteignent l’atelier du maître forgeron. Les dires et le comportement d’Amaélis semblaient parfois en totale contradiction avec les sentiments qui effleuraient l’esprit d’Arjuna. Ceux-ci n’étaient jamais très puissants, soit que la jeune femme soit quelqu’un de particulièrement mesurée, soit que les barrières du torhil soient plus étanches qu’il ne le pensait, mais cette discordance était quand même perturbante.

Il cessa toutefois de se poser des questions lorsqu’ils entrèrent dans la forge et que l’ondine s’avança vers le forgeron. Là, son empathie ne le trompait pas : la jeune femme était clairement en colère et l’artisan clairement contrarié. Aru prit une profonde inspiration pour tâcher de refouler toutes ses émotions négatives qui ne lui appartenait pas – il savait qu’il n’avait rien contre le forgeron, lui, pas plus qu’il était mécontent de la présence d’Amaélis – et il lui fallut donc quelques instants supplémentaires pour analyser les paroles de la jeune femme. Elle parlait de sa commande, de sa hache et de sa dague. Pourtant, n’avait-elle pas dit, lors de leur rencontre, qu’elle devait récupérer la commande de son maître ?

Un peu surpris, Aru se demanda s’il avait mal compris les paroles de l’ondine – peut-être la colère qu’il ressentait, même si ce n’était pas la sienne, trompait-elle ses autres perceptions ? – mais il ne put manquer le sourire du forgeron en le voyant. La pression sur son esprit s’allégea un peu, maintenant que le maître artisan revenait à de meilleures dispositions et le torhil s’avança donc pour se retrouver à égale distance de l’ondine et de son interlocuteur.

« Re-bonjour Maître Amarsin, sourit-il à l’artisan, en s’efforçant d’ignorer la colère qui ne lui appartenait pas. J’ai rencontré Dame Ithil’din qui doit récupérer la commande de son maître. Avez-vous eu un souci ? »

C’était sûr que l’homme ne chômait pas, il avait pu le constater le matin-même en récupérant le commande du maître forgeron du Màr Menel. Mais s’il était débordé, peut-être pouvait-il donner un coup de main ? Il n’avait pas pensé à le proposer, parce que ça ne le regardait pas, mais il lui semblait impossible que l’artisan, qui s’était montré parfaitement professionnel avec lui, n’honore pas la demande d’Amaélis sans une très très bonne raison. Et lui, à part les deux commissions que ses camarades lui avaient confiées, il n’avait rien à faire de sa journée.


[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] C'est en forgeant qu'on devient... Empty
MessageSujet: Re: [RP] C'est en forgeant qu'on devient...   [RP] C'est en forgeant qu'on devient... Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] C'est en forgeant qu'on devient...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» NuiT. [PV/Adriene] [/!\ semi-hentaï, - 18 ans]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lòmëanor-
Sauter vers: