Le Deal du moment :
HETP [Noire et Rouge HX-Y8] Batterie Externe 25800mah
Voir le deal
21.95 €

Partagez
 

 [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ

Aller en bas 
AuteurMessage
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeSam 9 Nov 2019 - 12:04

Début Néharaku 919

Petit matin frisquet. L'humidité est remontée dans ma mince couverture. Je m'enfonce un peu plus dans la paille en espérant y trouver un peu de chaleur. Peine perdue. Le soleil est loin de poindre mais impossible de me rendormir. Les pensées désagréables ne cessent de tourner et de réveiller ma colère. Avec le nombre de fois où je l'ai maudit depuis hier en découvrant sa fuite, il devrait être raide mort sur la route si un dieu daignait m'écouter. Comme ce n'est pas le cas, je remache ma rage encore et encore. Avec un soupir de résignation je finis par m'arracher à cette torpeur et à ma couche froide. Je frictionne mes muscles endoloris. En le faisant je songe que je dois faire pâle figure dans mes vêtements froissés, de la paille dans les cheveux et la mine revêche. *Gaslin ! Maudit Gaslin ! Si je t’attrappe…*

En découvrant son départ de notre campement au milieu de nulle part avec mes affaires, mon argent, mes provisions, mon travail, hier je n'y ai d'abord pas cru. Mais force m'a été d'admettre qu'il m'avait bel et bien abandonnée. Quelle naïve ! Il avait eu tout ce qu'il voulait. Et j'avais été une victime facile et consentante. Pour cela que je suis aussi en colère. Je m'en veux de m’être fait ainsi flouée. J'ai eu beau suivre sa piste, il avait des heures d'avance sur moi. Et quand je suis arrivée sur une route plus fréquentée je l'ai perdu. Au loin j'ai aperçu un gros bourg ou il lui serait facile de se cacher. De l'autre côté, l'inconnu. Derrière moi le retour au village. Le retour chez moi avec la honte aux joues. Je n'aurais pas supporter le regard de mépris de mon père. Et encore moins la sollicitude de ma mère. Alors j'ai laissé le village dans mon dos et choisi l'inconnu. Une longue journée de marche qui s’est achevée dans un champ en bord de ferme.

Mon estomac gronde soudain. Je n'ai rien mangé hier. Et ce matin, point de pixie m'ayant fait don d'un quignon de pain ou d'un festin. Ni même de lit ou de feu joyeux. Pauvre de chez pauvre. Mais je ne m'en plaindrais pas. Observant le ciel qui change doucement de couleur, il me faut décider de ma journée. Continuer la route avec son lot d'incertitude ou bien établir un bivouac pour la journée dans le coin. Histoire de poser quelques collets et avoir si j'ai de la chance de la viande pour ce soir ou demain, trouver l'endroit idéal pour faire un feu. J'opte finalement pour l'option déraisonnable. Je continue la route.

En fin d'après-midi j'arrive dans une petite ville à l'air prospère. J'ai faim et j'ai mal aux pieds. Je me sens sale de poussière et j'ai froid. En cour de route j'ai glané quelques baies tardives et des noix qui ne m'ont pas rassasiées. Pas de signe de Gaslin mais je n'en cherche plus. J'ai trop faim. J’erre sans but dans la cité. La couleur de la pierre des maisons est rouges ce qui ne cesse de m’étonner. Personne ne me regarde, ne me salut, ne me connaît. Cela aussi est nouveau. J'arrive sur un marché. Les odeurs m’affolent. Les étals me semblent crouler sous des tonnes de nourriture. Fruits et légumes, pains, tourtes et gâteaux… en vérité il n'y en a pas tant. C'est tout petit, coincé entre quelques maisons. J'ai le tournis. Je m’adosse à un mur providentiel, avant de m’écrouler au sol, fatiguée.

Là je pèse une nouvelle fois mes options, tout en observant la foule qui passe sans me voir. En un : mendier quelques miettes. Mon esprit se cabre. Hors de question ! Malgré la faim, je suis encore trop fière pour accepter de me retrouver si bas. En deux : trouver quelqu'un ayant besoin d'un coup de main contre quelques pièces. Ça peut le faire. Le travail ne me fait pas peur. Et cela ne demande que de poser quelques questions pour trouver la dite personne. En trois : le vol. Et pourquoi pas ? Un moment d’inattention de l'un ou l'autre et le tour est joué. Pas terrible mais efficace. Et si mon père l'apprend je me prendrait une sacrée paire de gifle. Mais papa est loin. En quatre : la séduction. Trouver un homme ayant la bourse assez remplie pour m'offrir un repas. Je réfléchi et je m'écoute. Je suis partagée. User de charmes pour obtenir ce que je veux ne m’ennuie pas vraiment, je le découvre à mon propre étonnement. Mais je ne veux pas risquer de finir sous la coupe d’un homme ou de mon propre désespoir m’obligeant à multiplier les passes et autres prestations. Je réserve donc soigneusement l'option pour la nuit tombée et me décide à trouver un travail rapide, peu rémunérateur mais permettant d'apaiser mon estomac.

Je me redresse et traverse le marché d'un pas tranquille. Une boulangère se prend le bec avec sa voisine. L’occasion fait le larron. Prestement, un petit pain vient se lover dans ma main qui passe dans mon dos et le glisse dans ma besace. Je continue ma route d'un même pas. Assurée et tranquille. Seul un petit frisson dans le bas de mon dos pourrait me trahir. Mais qui est en mesure de le voir, honnêtement ? Deux étals plus loin je commence à interroger les commerçants. Quelqu'un n'aurait pas besoin d'un coup de main pour vendre ou pour ranger ? …


[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeLun 11 Nov 2019 - 16:56

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Kyren-vava-dragonbronze-tolorea [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Kyren-fealoce-dragon-bronze-tolorea
Dušan Bakhtiyar & le Bronze Kÿreñ

Theme Song :
A Matter of Time – Marcus Warner

RP introductif sur le personnage de Dušan, facultatif :
 

Orën. Terre fertile et accueillante, aux montagnes couronnées de neiges éternelles et fleuves impétueux. Pour leur première Quête, c’était là que le Conseil avait décidé de les envoyer, lui et Kÿreñ. Lors de leurs premiers jours dans le pays de Niwl, dans ces terres fertiles situées à l’ouest des Côtes de Fer, le jeune Bronze avait brûlé d’une impatience fougueuse, ne ménageant pas ses efforts pour sonder les nombreux esprits qui y résidaient, prêt à saisir le plus infime frémissement indiquant la présence d’un Doué.
En cédant aux suppliques de son Lié, incessantes et répétitives depuis que le Regard de Flarmya s’était posé sur eux au printemps de cette année, Dušan n’aurait pas pu lui faire plus plaisir. ENFIN, ils avaient été jugés dignes de prendre un ou une Aspirant(e) sous leur aile ! Pour le dragon, il s’agissait d’une affaire d’honneur et d’orgueil personnel : âgé de trois ans, il était temps qu’il prouve sa maturité, ses capacités même, à l’ensemble de ses pairs, en formant rien de moins que ce qu’il avait l’intention de faire ‘‘le meilleur Aspirant du Kaerl’’. Pour le demi-sang, en revanche, il avait été plus question d’avoir la paix … Vagabonder ainsi, en toute liberté, parcourir la nature sauvage et arpenter les routes en compagnie de son frère d’âme, toutes ces choses ne le changeait guère des voyages qu’ils avaient accomplit durant leur période en tant que Chevalier Dragon. C’était une vie simple qui lui convenait parfaitement.

Malheureusement pour lui, les levers de soleil se succédant, mornes et identiques, sur la plaine de Niwl et ses vallons plantureux, la lassitude avait commencé à gagner Kÿreñ, dont l’humeur s’était détériorée au fur et à mesure que le ciel se chargeait des pluies bienfaitrices de Néhara.
Ainsi, en apparence, rien ne distinguait cette journée brumeuse et humide de toutes les autres, sinon un point bien précis : hier en fin de journée, le jeune Bronze avait perçu, quoi que de manière très indistincte, de lointaines effluves spirituelles pouvant signaler que quelqu’un possédait le Don dans la région. Et c’est au détriment de leur sommeil que lui et Dušan avaient suivi la piste du Doué inconnu, ne s’accordant que quelques heures de repos afin de ne pas le perdre … Même si en vérité, il aurait été plus correct de dire que, devant l’insistance de son Lié, incapable de dormir, le Maître Dragon avait fini par capituler et accepter de se remettre en route.

Ce qui avait fini par les amener dans ce champ perdu au milieu de nulle part, où seules des bottes de foin entassées ça et là rompaient la monotonie de la grisaille ambiante. Les yeux clos, insensible au au vent qui rougissait ses joues, ébouriffant la fourrure de sa cape au capuchon reposant, oublié, sur ses épaules, entraînant dans une danse hypnotique autour de son visage ses mèches blondes et désordonnées, Dušan psalmodiait tout bas. Kÿreñ le savait, c’était ainsi qu’il parvenait à faire abstraction du monde physique pour communier avec les esprits de la nature. Tapant des pieds au sol et claquant ses mains gantées entre elles pour les réchauffer, serrant les dents sous sa forme humanoïde, le Bronze quant à lui faisait les cents pas. Il ne voyait pas quelles informations de tels être, aussi peu ancrés dans leur réalité que pouvaient l’être les esprits, allaient leur apporter. Rien que LUI ne soit pas capable de deviner. Et cette enveloppe étroite commençait à le démanger sérieusement. Il avait hâte de reprendre son armure d’écailles et de pouvoir enfin étendre ses ailes.

Resserrant sa mante d’un bleu moiré autour de lui sur un énième soupir, il se tourna pour faire face soudain au regard sérieux du demi-sang, qui luisait néanmoins d’une infime et ô combien familière lueur d’amusement.

« C’est assez difficile de se concentrer avec quelqu’un qui s’agite à côté de soi, sais-tu ? »

Passant une main boudeuse dans sa courte chevelure rousse, le jeune mâle fit entendre un reniflement exagéré.

« Oui, eh bien si ta moitié Fëalocë pouvait botter les fesses à ta moitié Torhil, et l’inciter à se remettre en route, je lui en saurais gré. Allons-y maintenant. On se gèle ici. »

Son sourire s’élargissant et l’air faussement détaché, le blond épousseta quelques brins de pailles imaginaires sur sa tenue.

« J’ai quand même pu glaner quelques informations. C’est une fille, encore jeune. Ils étaient bien deux avant, mais il n’y a plus qu’elle à présent. Sa nuit a été passablement agitée, entre le froid et la faim ... » Il marqua une pause, songeur et visiblement soucieux, avant de lever les yeux sur son Bronze. « Il est probable qu’elle ait poursuivi sa route jusqu’à la prochaine ville. Si tu ne penses pas pouvoir tenir le coup, je peux ... »

Sans attendre qu’il ait terminé, Kÿreñ balaya ses explications d’un mouvement saccadé de la main.

« Et te laisser entrer là-bas tout seul ? Hors de question ! »

Les poings fermement ancrés sur les hanches, le dragon porta un regard déterminé sur la route inégalement pavée qui disparaissait à l’horizon, en direction du soleil levant.

« Je serai un jeune noble étranger, voyageant pour se rendre à la citadelle de Vigilance afin de rencontrer le Roi, et toi, mon frère, tu joueras bien évidemment le rôle de mon garde du corps, chargé de défendre ma vertu ! »

Incapable de réprimer un éclat de rire joyeux, bref et rauque, le jeune homme se mordit les lèvres pour se contenir.

« Sauf votre respect mon prince, il me paraît que vous ayez plus à craindre pour votre or et vos précieux atours, que pour votre vertu. »

***

Dušan se révélant incapable de discerner précisément sa trace sur la route au milieu de celles de tous les autres voyageurs, ils avaient finalement du s’en remettre à la sensibilité de Kÿreñ et c’est accumulant un retard non négligeable qu’ils avaient atteint les portes d’une petite bourgade prospère et animée. La rumeur diffuse d’un marché battant son plein leur parvenaient, en même temps que les odeurs alléchantes de nourriture, pâtisseries sucrées et viandes rôties, rappelant désagréablement à leur estomac qu’ils n’avaient pas encore pris le temps de déjeuner.

« Tu es certain qu’elle est ici ? »

Rajustant sa tenue pour s’assurer que tout était bien en place, le Bronze redressa fièrement le menton avant d’abaisser deux iris de saphir brillants sur son Lié, qu’il dépassait en hauteur de quelques pouces.

« Aussi sûr que je sens actuellement ta présence à mes côtés. Fais-moi confiance ! » Il arbora brièvement un sourire éclatant, qui aurait certainement fait se pâmer n’importe quelle demoiselle, mais qui ne provoqua qu’un simple haussement de sourcil interrogateur de la part du demi-sang. « En avant, soldat, et plus vite que ça ! »

Néanmoins, en dépit de la belle assurance du dragon, le marché grouillait de monde, et distinguer la Présence de la Douée parmi tous ces gens se révéla ardu. En retrait, un rien nerveux, Dušan s’était contenté de suivre son Lié, gardant l’oeil ouvert sur les divers dangers qui pouvaient les guetter. Il n’aimait guère les villes, si réduites qu’elles soient, et ne s’y sentait pas vraiment à l’aise. Dans ces situations là, il préférait s’en remettre à Kÿreñ, dont la sociabilité envers les autres bipèdes était capable – à ses yeux – de faire honte à n’importe quelle Verte.

« Là, c'est elle ! »

L’exclamation excitée du jeune Bronze, ainsi que sa paume s’abattant brutalement sur son épaule lui arrachèrent une grimace contenue. De son autre main, le dragon pointait du doigt une silhouette malingre à la tenue poussiéreuse et désordonnée, de l’autre côté de la place. Couronnée d’une chevelure auburn qui affleurait ses épaules, la fille se révélait finalement beaucoup plus jeune qu’il ne l’avait imaginé. Fronçant les sourcils, le demi-sang la suivit du regard un moment, notant son pas en apparence confiant et affirmé, tandis qu’elle allait et venait prestement d’un étal à l’autre, interrogeant les marchands. Selon les normes de la région, elle était loin d’être assez âgée pour errer ainsi seule sur les routes, et tout dans son allure criait à n’importe quel œil exercé qu’elle avait visiblement connu quelque infortune récente. Des bandits ? Non, assurément, ils ne l’auraient pas laissée repartir en un seul morceau. Alors quoi ? Etait-ce lié à cette deuxième personne qui l'avait accompagnée avant de la laisser à son sort ?

« Tu penses qu’elle a pu fuguer de chez elle ? »

Le beau visage du dragon s’était figé en un masque mi préoccupé mi réprobateur, lui qui tenait la structure familiale pour plus importante que n’importe quelle hiérarchie. Un haussement d’épaules détaché lui répondit. Si tel était le cas, cela ne ferait que leur faciliter les choses lorsqu’il serait temps de la convaincre de partir avec eux. Et lorsque deux hommes à la mine douteuse vinrent encadrer la Douée, tout en arborant une expression particulièrement équivoque, laissant peu de place au doute quant à leurs intentions, le jeune homme sentit son Lié se tendre. Pour autant, il ne bougea pas de son poste d’observation, adossé contre un mur, protégé par l’avancée de toit d’une auberge. Avant d’intervenir, il voulait voir comment la fille comptait se sortir de cette situation s'annonçant plutôt dommageable pour elle. Une sorte d’évaluation préliminaire de ses capacités.

« Tu ne vas quand même pas la laisser ... »

« Il y a certaines leçons qui ne peuvent être apprises qu’à travers l’expérience. »

« Dušan ! C’est une potentielle Aspirante ! »

La voix du Bronze vibrait d’une évidente indignation. Ces hommes ne lui inspiraient absolument aucune confiance – triste euphémisme s’il en était – et il considérait d’ors et déjà cette Douée, leur future Aspirante – inutile de s’embarrasser encore à parler au conditionnel – comme sa proie personnelle. Sentant la colère embraser son esprit, il plaqua un sourire factice sur ses lèvres, et en quelques pas à peine, princier et éblouissant de noblesse, parvint à s’immiscer entre la Douée et les deux rustauds.

« Ah, je vous retrouve enfin ! Avez-vous pu acheter ce que je vous ai demandé, Fiona ? »

Puis se tournant vers les hommes :

« Mille excuses si ma domestique vous a importuné d’une quelconque façon. Mais, laissez-moi vous dédommager … Dušan, ma bourse. »

Il claqua des doigts d’un air hautain, et le demi-sang, sortant de l’ombre et se retenant de lever les yeux au ciel devant la comédie de son Lié, lui jeta d’un geste précis l’aumônière entre les mains. Avec son allure sauvage, sa haute taille et les plumes négligemment piquées dans ses cheveux, Dušan faisait un garde du corps pour le moins convaincant. Fouillant dans la bourse qui apparaissait bien garnie, Kÿreñ en sortit deux pièces d’or luisantes, qu’il déposa prestement entre les mains de chacun de deux hommes.

*Ils risquent de revenir pour toi, la prochaine fois. Tu nous compliques inutilement la tâche.*

Ses lèvres charnues toujours étirées d’un sourire raffiné et aristocratique, Kÿren jeta un bref coup d’oeil à la fille derrière lui, avant de reporter son attention sur son Lié, une aura féroce auréolant son âme.

**Qu’ils viennent. Je les châtierai comme il se doit pour avoir osé poser la main sur ce qui m’appartient.**


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeLun 11 Nov 2019 - 19:36

"Vous auriez pas un peu de travail pour moi ? Je peux vous aider à plier votre étal et porter votre matériel. J'ai juste besoin de quelques pièces."

Le sabotier secoue la tête et baisse le nez sur son travail en cour. Je le trouve un peu précipité à le faire d'ailleurs mais je n'ai pas le temps de m'interroger qu'un bras enlace ma taille et me force à me coller contre un homme. Sidérée je lève les yeux sur une face rude et en soit pas trop moche mais dont les yeux me regardent avec concupiscence. Un sourire de mauvais garçon et l'odeur d'un bouc. Mauvais cocktail.

"J'ai un travail pour toi, mignonne. Très rémunérateur si t'es très gentille."


En même temps qu'il parle il m'entraine un peu à l’écart. J'esquisse les pas sans réfléchir. Je n'ai pas encore tout réalisé. Mais l'idée se fraie un chemin et une fois bien ancrée… je fronce les sourcils d'indignation et grimace méchamment. Un coup de coude dans les côtes du bonhomme est vite placé. Malheureusement il encaisse sans mal et rigole en me serrant plus fort contre sa poitrine. A deux mains je le repousse comme je peux. Il ne me lâche que pour me jeter dans d'autres bras. Celui-là est blond et à des yeux de cocker triste. Il m'arrache ma besace et la balance comme si elle n'avait pas d'importance. Je vois rouge. *Hé ! Là ! Ce sont mes derniers trésors que tu maltraites !*

"Salopards !"

Toute ma fureur se répand dans mes mains qui telles des griffes viennent lacérer son visage. Il pousse un cri et m'injurie à qui mieux mieux. Le premier me ceinture par l'arrière d'une main et de l'autre agrippe mes cheveux me tirant en arrière. Être une crevette donne souvent aux hommes l'envie de me protéger. Mais dans ce genre de situation c'est plutôt un désavantage.

"Tu te calme tout de suite."


Gronde t'il dans mon oreille, la voix pleine de menaces non exprimées mais bien réelles. Je serre les dents de rage contenue. Trop fière pour céder ainsi. Trop consciente du danger pour fanfaronner. Prenant mon silence pour une acceptation il me lâche. De surprise je manque de trébucher et de tomber. Me voilà coincée entre les deux hommes.

"Gentille."

Murmure t'il satisfait, mais le sourire d'un carnassier quand je me tourne vers lui. Mes yeux cherchent une issue, une fuite possible.

Une silhouette me coupe soudain cette vue désagréable. Un dos fin, haut, une chevelure de feu. Le genre de couleur rendant jalouse nombre de femmes au châtain terne. Drôle d'idée qui me passe là de penser capillaire en louchant sur le dos du nouveau venu. Je me contracte et me ramasse sur moi même instinctivement. Un nouvel ennemi. Je me détends quand je comprends que j'ai un allié et non un ennemi de plus.

Je cligne des yeux et reprends assez mes esprits pour articuler d'une voix blanche.

"Tout est dans le sac, maître."


Prestement je récupère ma besace et la serre contre mon cœur alors que l'or passe d'une main à d'autres. Les yeux du plus grand nous observent avec une lueur d'intelligence malveillante. D'un signe de tête il s'accorde avec son comparse. Ce dernier me frôle pour passer m'occasionnant un frisson d'appréhension. Sa main se porte sur les griffures que je lui ai infligé sur la joue.

"A l'avenir surveillez bien votre servante Mon Seigneur. On ne sera pas toujours là pour lui éviter des ennuis sérieux."


Les deux hommes tournent les talons et s'enfoncent dans la foule.

Serrant mon sac contre ma poitrine je pousse un soupir de soulagement. Je m'adosse contre un mur. J'ai les jambes tremblantes comme une méduse échouée. Envie de pleurer. De rentrer à la maison aussi. Mon regard se pose, remonte, sur mes sauveurs providentiels. Le géant blond n'est pas d'ici c'est clair. Et l'autre ressemble à quelque fils de seigneur. Très beau et de belle prestance d'ailleurs.

Et l'idée me frappe soudain que j'ai une dette. Une dette en or même. Et qu'il n'y a que dans les histoires que les princes viennent en aide aux petites fermières juste pour la beauté du geste. Je plisse les lèvres et deviens suspicieuse.

En une fraction de seconde je fais disparaître cette expression de mon visage. Mieux vaut jouer les naïves et les reconnaissantes. Ce sera plus facile de déjouer leurs manigances, s'il y a lieu. Chat échaudé craint l'eau froide. Et j'ais de quoi me montrer prudente ces derniers temps.

Je me redresse et m'incline profondément devant les deux hommes avant de m'adresser à eux, des trémolos dans la voix, pas si feints que ça.

"Merci, milles merci Seigneur. Je... Je ne sais comment vous remercier. "


Je me redresse, je tremble encore de l'aventure. Ma main farfouille rapidement dans mon sac et en tire le petit pain subtilisé un peu plus tôt. Je le tends devant moi, vers le seigneur roux.

”C'est tout ce que j'ai pour vous rembourser de votre généreuse intervention."


Cela me coûte de leur faire cette offrande. Mais j'espère ainsi obtenir leur pitié. Enfin si ça n'attise pas leurs plans s'ils ne sont pas si "honnêtes" que ça.

...


[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeMer 13 Nov 2019 - 16:56


Kÿreñ s’élançant vers de possibles ennuis, Dušan n’avait pas attendu de voir ce qu’il comptait faire pour se mettre en branle derrière lui. Dire qu’il avait été véritablement surpris par son soudain coup de sang aurait été mensonger, son Bronze ayant un caractère aussi vif que celui des Fëalocës dont il empruntait l’apparence. Même s’il lisait à travers son Lié comme dans un livre ouvert, il savait que le moindre retard de réaction, dans ce genre de cas, l’opposait à prendre le risque de tout un enchaînement de conséquences désagréables. Il était néanmoins resté prudent, légèrement en retrait, scrutant les différents protagonistes de ses iris d’un bleu hivernal, n’attirant l’attention sur sa présence que lorsqu’il l’avait estimé nécessaire … En l’occurrence lorsque Kÿreñ avait pris le parti de l’inclure dans sa petite scène théâtralisée.

Son esprit engrangeant les détails à toute vitesse, il avait pu soigneusement juger de l’instinct de survie de la jeune Douée, qui, si elle s’était laissée emmener sans trop réagir, avait tout de même eu un sursaut tardif de bon sens, en cherchant à échapper à l’emprise concupiscente de son agresseur et de son compagnon. En vain et bien trop lentement. Elle n’avait aucune chance.
L’intervention de Kÿreñ changea la donne : l’argent, sous formes de lourdes pièces d’or, changea de mains rapidement, et les deux hommes s’éloignèrent, bon gré mal gré, leur avidité au moins temporairement satisfaite, non sans échanger quelque regard de mauvaise augure.
De tels agissements le répugnait. Même les animaux que beaucoup considéraient comme inférieurs, ne faisaient pas preuve de pareils comportements. Malgré tout, Dušan ne se considérait pas comme quelqu’un de naïf. Bien sûr, il y avait des moments dans la vie de tout un chacun, ce genre de situations de dernier recours où le vol ou l’agressivité se révélaient nécessaires …  Mais pas ici. Les lèvres du blond demi-sang se pincèrent, et il les suivit des yeux, méfiant, tandis que son Lié se tournait vers la fille, qui serrait à présent contre elle sa besace, comme s’il s’agissait de son trésor le plus précieux. Peut-être était-ce le cas pour elle, après tout ? Le Bronze avait pris la meilleure décision pour protéger à la fois leur couverture et leur potentielle recrue, pour autant que cela les exposait à d’inévitables ennuis futurs.

Se rapprochant du dragon, il haussa un sourcil vaguement amusé devant l’offrande – qu’elle n’avait elle-même sans doute pas payée – que la jeune Douée leur présentait à bout de bras, la voix tremblante. Dans ce genre de cas de figure, le charisme naturel de Kÿreñ représentait un atout de choix pour mettre à l’aise leurs interlocuteurs … Ou les faire se sentir redevables.

« Inutile de me remercier, jeune demoiselle. Je n’ai fait qu’accomplir ce qui me paraissait nécessaire. Comment aurais-je pu simplement me regarder dans le miroir en ayant sciemment ignoré les sordides intentions de ces rustres ? »

**Elle se méfie de nous, je peux le sentir. Pourquoi ne pas lui sourire un peu ? Tu peux être très avenant lorsque tu t’en donnes la peine.**

Sans se départir de son sérieux en dépit des railleries de son Lié, Dušan croisa calmement le regard évaluateur de la jeune fille.

*Au moins n’est-elle pas complètement naïve … A trop en faire, elle risque de te faire encore moins confiance.*

Le Bronze secoua alors la tête d’un air navré, son sourire se teintant d’une nuance fugitive de férocité avant que son visage ne prenne une expression plus sévère.

« Néanmoins, il me parait que de telles rencontres sont inévitables pour une fille dans votre situation. Beaucoup ne s’en sortent pas aussi bien que vous, loin de là. Le monde de la rue est sans pitié pour quiconque affiche le moindre signe de faiblesse. »

Il marqua ensuite une pause, comme s’il réfléchissait, jouant négligemment avec les lacets de sa bourse.

*… Qu’as-tu en tête, Kÿreñ ?*

« Je suis Kÿreñ. Kÿreñ d’Eau Claire. » rajouta-t-il après un instant de réflexion, une lueur d’allégresse dansante dans le saphir de ses yeux, ignorant volontairement l’intervention soupçonneuse de son frère d’âme. « Et mon compagnon au regard perçant, ici présent, est Maître Dušan Bakhtiyar. Il s’agit de mon garde du corps et protecteur ; comme vous le savez, les routes ne sont guère sûres ces derniers temps. Il est originaire des terres sauvages du Vaendark, aussi n’est-il pas toujours très au fait des convenances en cours dans les pays civilisés … Mais c’est un homme sûr et loyal. Vous n’avez rien à craindre de lui. »

Le dragon lâcha un petit rire détendu, savourant la stupeur évidente de Dušan, qui, parvenant à garder un visage de marbre malgré les invectives muettes dont il fustigeait mentalement son Bronze, offrit en réponse une infime inclinaison de buste.

« Seigneur d’Eau Claire, si je puis me le permettre, il me paraîtrait judicieux de poursuivre cette discussion en d’autres lieux. Je crains pour votre sécurité si nous nous attardons ici. »

Ses iris hivernaux fermement plantés sur son Lié semblaient transmettre d’évidents sous-entendus quant à ce qu’il paraissait en apparence suggérer. Le jeune homme était fermement convaincu que les agresseurs de la Douée, appâtés par la promesse de l’or, finiraient tôt ou tard par leur tomber dessus, et il tenait à mettre le plus possible de distance entre eux avant le coucher du soleil …

« Patience, mon ami, patience. »

**Laisse-moi faire, mon frère. Fais-moi confiance !**

La réponse du dragon, prononcée d’une voix douce, fut accompagnée d’un mouvement de tête en direction de la jeune fille.

« Mais je reconnais la sagesse de tes paroles. Il se trouve que nous avons passé tout l’après-midi sur les routes et que nous n’avons pas encore pris le temps de déjeuner. Un bon repas chaud ne serait pas de refus. Que diriez-vous de vous joindre à nous, demoiselle ? »

*Non ! Tu es déjà épuisé ! Pourquoi en rajouter ?*

Une vague d’inquiétude qui ne lui appartenait pas le traversa, et le Bronze posa une main ferme sur l’épaule de son Lié pour le rassurer, secouant silencieusement la tête.

« Kÿreñ, si nous laissons le temps à ces hommes de rassembler des forces supplémentaires ... »

**Même si nous partions maintenant, je ne pourrais pas me transformer avant la nuit. Autant mettre à profit ces quelques heures qu’il nous reste pour la tester et la convaincre, non ?**

Serrant les poings pour masquer sa colère, le demi-sang détourna le regard. Il n’avait rien d’un véritable guerrier. Il était un traqueur, un chasseur avant tout. Demi-sang Fëalocë ayant grandi dans une tribu de géants Torhils, il avait une conscience aigüe de ses limites, ayant hérité du sixième sens du peuple de sa mère – puisse-t-elle reposer en paix auprès de leurs ancêtres – et non de la force inébranlable de sa lignée paternelle. Son coeur se serra, une nouvelle fois.
Si les deux rustauds les coinçaient alors qu’ils étaient encore en ville, ils ne pourraient compter que sur lui pour se défendre, Kÿreñ ne pouvant pas reprendre sa forme draconique au vu et au su de tous. Et s’il devait advenir qu’il doive faire un choix, il savait d’ors et déjà qu’il privilégierait la sécurité de son Lié avant tout.

« Allons, Dušan, n’est-ce pas une rencontre providentielle ? La Déesse nous a conduit à faire connaissance avec cette jeune fille alors qu’elle était dans le besoin. Ne peut-on pas y voir la main du Destin ? »

Puis, se tournant à nouveau vers la Douée, une nuance inquisitrice dans ses yeux bleus :

« Pardonnez-le, demoiselle, cela fait partie de son rôle de toujours garder à l’esprit les pires éventualités. Vous avez l’air d’une personne honnête. Il se trouve que nous pourrions avoir un travail à vous confier, si cela vous intéresse. »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeSam 16 Nov 2019 - 15:28

« Inutile de me remercier, jeune demoiselle. Je n’ai fait qu’accomplir ce qui me paraissait nécessaire. Comment aurais-je pu simplement me regarder dans le miroir en ayant sciemment ignoré les sordides intentions de ces rustres ? »

Mes paupière clignent deux fois de réelle surprise devant l'apparente honnêteté du seigneur roux. Et ses manières bienveillantes. Puisqu'il ne semble pas vouloir de mon offrande je ramène vite fait le pain dans mon sac. Inutile de tenter le diable. Mais je sens une flambée de colère montée aux phrases suivantes. Je le toise furieuse. *Tu ne sais rien de ma situation !* Ma fierté s'est assez prit de coup ces derniers jours pour que je n'aime guère qu'il en rajoute et me fasse la morale. Je serre les dents en bouillant intérieurement.

Ce qui semble ne lui faire ni chaud ni froid puisqu'il se présente ensuite - par bouderie, je tais le mien - , ainsi que son compagnon. Je dévisage de la tête au pied ce dernier. Pas aussi charismatique que son protégé mais plutôt agréable. *Où ça ? Plaine sauvage de quoi ?* Comme je l'envie ! Lui il vu le monde. Il a voyagé. Et c'est un homme. Les hommes sont moins sujet au genre de mésaventures que je viens de vivre. Moi, j'ai comme l'impression que le seigneur d'Eau Claire va bientôt me proposer de me ramener à la maison. Comme une petite fille perdue. Et pendant qu'ils discutent entre eux, je songe déjà à la façon dont je pourrait leur fausser compagnie. Que je pourrais me déguiser en garçon pour la suite pourquoi pas. Du moins jusqu'à ce que quatre mot me tirent de ma réflexion. 'Un bon repas chaud'. Mon estomac s'empare de ma bouche et il n'a même pas finit sa question que je lance un "oui !"avide.

Je plaque mes mains sur ma bouche presque aussi vite que la réponse est sortie du coeur. Un peu gênée, je baisse les yeux.

"Oui, enfin, non. Enfin, je n'ai pas de quoi... vous voyez."


L'intervention de Dušan est pleine de bon sens. Quand je me rends compte qu'il n'a pas appelé le seigneur par son nom comme un peu plus tôt mais par son prénom. C'est bizarre ça. Ou ils sont plus proches qu'ils ne le déclarent ? Cela réveille un peu ma méfiance mais quelle n'est pas ma surprise lorsque le beau rouquin me propose un travail au lieu de me ramener au bercail. Calculatrice, je me souviens de la belle bourse qu'il a si obligeamment exhibé devant les rustres. Je ne veux pas laisser passer ma chance par trop de prudence. Mon moral remonte en flèche alors que je vois poindre une solution qui me mènerait vers l'indépendance. Du moins durant un temps.

"Un travail ?! Vous avez l'air d'une personne honnête tout autant. Cela m'irait."
Dis-je en souriant maintenant largement.

Je m'approche du seigneur roux et passe sans vergogne mon bras autour du sien. Je lève les yeux vers le beau visage. Ses yeux ont la couleur fascinante d'une mer calme d'été. Si je n'étais pas une petite paysanne je me laisserais bien aller à laisser ses yeux là me faire tomber amoureuse. *Garde la tête froide !* Je sens sous mes doigts le fin tissus. Encore une merveille !

"On m'appelle Poisson. Et pas à cause de l'odeur." - Anticipant une blague que j'entends souvent. -  "J'ai vu une taverne plus haut. Nous pourrions négocier cela autours d'un verre et d'un peu de pain et de charcuterie. Cela permettra de nous reposer tous de cette longue journée aparemment."

J'ai sorti mon sourire le plus mignon et le plus charmeur pour le seigneur roux. Oubliant un peu, c'est vrai, son garde du corps, plus exotique certes mais plus distant.


[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeMar 19 Nov 2019 - 19:46


Avec la même nonchalance avenante, parfaitement à l’aise et ancré dans son rôle de jeune prince, Kÿreñ avait poursuivi son numéro de charme auprès de la Douée. Et malgré ses réticences premières, plutôt raisonnables voire souhaitables dans sa situation, son visage passant par toute une gamme d’expressions, la mine renfrognée de la fille s’était finalement déridée. La promesse d’un repas chaud et d’un travail ‘‘honnête’’  - pourtant sans aucune preuve véritable – avait suffit à la convaincre. Dušan se retint de soupirer, se pinçant légèrement l’arrête du nez. Il songea qu’elle était encore jeune et apparemment sans expérience, donc influençable, d’autant plus qu’elle avait connu quelques mésaventures en route … Qui auraient pourtant dû la rendre plus méfiante. Ils avaient l’air honnêtes, hein … Ici comme ailleurs, un beau sourire et une bourse bien remplies pouvaient tout autant cacher de mauvaises intentions que les rictus concupiscents des deux rustauds qui l’avaient prise à parti plus tôt. Voire bien pire, la perversion aimant à se vêtir de beaux atours. Heureusement pour elle, ils n’étaient pas de ceux là.

Alors, lorsqu’elle s’accrocha au bras du Bronze sous forme humanoïde, au mépris de la bienséance qui aurait dû avoir cours au vu de leur présumé statut social respectif, le demi-sang se contenta de hausser un sourcil vaguement sarcastique. Encore une fois, il était heureux pour elle qu’ils ne soient pas ce qu’ils prétendent être. N’importe quel véritable noble aurait été outré de voir une paysanne sans le sous faire preuve d’autant de familiarité. Kÿreñ ne s’en formalisa pas, pas outre mesure perturbé par le poids du regard de la Douée s’égarant sur lui. Il se savait beau, selon les critères des bipèdes, et ne ressentait absolument aucun scrupule de faire jouer cela en sa faveur.
Il posa au contraire une main légère sur les siennes, un sourire assuré dessinant de petites fossettes dans le creux de ses joues, le bleu de ses iris de saphir paraissant encore s’accentuer. A chaque clignement de paupières, le dragon sentait la présence de la Douée s’affermir en lui, son don et son âme résonner avec la sienne, comme si elle répondait inconsciemment à un appel muet, un besoin irrépressible et de plus en plus vif … Quelque chose qui l’entrainerait inévitablement, tôt ou tard, par delà les mers, en direction du soleil levant. Poussant son avantage, son cœur accorda le rythme de ses battements, l’harmonie de son chant avec celui de sa proie. Il alla ainsi jusqu’à caresser son esprit du sien, cherchant à en percevoir les couleurs, avec la légèreté d’un murmure chuchoté à son oreille. Bientôt, semblait-il promettre.

Contenant une bouffée d’enthousiasme sauvage, Kÿreñ ne put s’empêcher d’échanger un regard triomphant avec son frère d’âme, un rictus fébrile étirant fugitivement ses lèvres. Ne lui avait-il pas dit qu’il pouvait lui faire confiance ? Ensemble, rien ne pouvait les arrêter. Il les amènerait vers le sommet !

*Kÿreñ, tes yeux.*

D’un ton d’admonestation tranquille, Dušan vint gentiment doucher l’ardeur juvénile de son Lié, qui arbora un air penaud, forçant ses pupilles à reprendre une forme moins … reptilienne.

*Ne viens pas te plaindre après, si elle décide de t’en vouloir une fois révélée ta véritable nature.*

Un reniflement boudeur en guise de réponse face aux taquineries de son Lié, le Bronze reporta son attention sur la Douée, juste à temps pour qu’elle leur fasse – enfin – grâce de son nom. Poisson. ‘‘Et pas à cause de l’odeur’’. Le sourire du dragon se fana, imperceptiblement, et le demi-sang retint un soudain éclat de rire, s’abstenant toutefois de tout commentaire … Pour l’instant. La déconfiture de son frère d’âme, qui avait déjà juré face aux Dieux que son Aspirante serait ‘‘la meilleure du Kaerl’’ était juste bien trop savoureuse pour qu’il garde éternellement le silence. Difficile de prendre au sérieux quelqu'un qui se présentait de cette façon, et sous ce nom !

Et c’est bras dessus, bras dessous, que se mirent en route Kÿreñ et la demoiselle Poisson, qui, visiblement au diapason du jeune mâle, lui adressait un sourire que Dušan ne pouvait juger rien de moins que parfaitement énamouré. Levant les yeux au ciel comme pour le prendre à témoin, il se contenta de les suivre, s’avouant vaincu et incapable de lutter face à deux idiots du même acabit.

***

Retraversant donc le marché en sens inverse, ils trouvèrent aisément la taverne indiquée par la Douée, et s’installèrent à table en attendant que leurs commandes arrivent. Un délicieux fumet de tourte à la viande flottait dans l’air, irrésistible tentation leur chuchotant de se mettre à l’aise sans plus se soucier de rien. Assis à côté de son Bronze, Dušan avait posé son menton sur ses doigts repliés, scrutant la jeune fille avec un intérêt non feint. Autant rentrer directement dans le vif du sujet. Plus vite ils auraient mangé, plus vite ils repartiraient, quitte à devoir attendre quelques heures en rase campagne que l’obscurité soit suffisante pour camoufler la transformation de Kÿreñ. Il ne perdait pas de vue leur objectif. Mais avant cela ...

Le visage imperturbable malgré un fugitif pétillement d’amusement dans ses iris hivernaux, le demi-sang prit la parole, d’une voix en apparence tout à fait dénuée du moindre sarcasme :

« Êtes-vous originaire du bord de mer  ? Votre prénom est assez … inhabituel, vous en conviendrez. »

Sous la table, le pied botté de son Lié s’écrasa violemment sur le sien, et le dragon lui adressa un regard assassin, qui avec un peu de chance, serait interprété par la jeune fille comme l’expression d’une vive indignation face à une question inconvenante. Soufflant des excuses muettes à son frère d’âme pour son intervention, recouvrant son sérieux, Dušan inclina la tête dans sa direction, le désignant d’un mouvement du menton qui fit danser autour de son visage quelques mèches désordonnées d’un blond doré.

« Comme vous l’avez peut-être remarqué, le Seigneur d’Eau Claire n’est pas natif de la région, ni même du continent. Il vient d’une terre par delà les mers, loin à l’est. C’est là-bas que nous nous sommes rencontrés. »

Voilà qui était suffisamment vague pour ne pas soulever trop d’attention si des oreilles indésirables traînaient à portée. Un noble aussi richement vêtu que l’était Kÿreñ était un cas suffisamment rare pour attirer les convoitises, la cupidité pouvant pousser à bien des débordements. Quant à la Douée, au vu de son manque de réaction à la mention de Vaendark, il doutait qu’elle ait reçu l’éducation nécessaire pour connaître la géographie Rhaëgienne … Il ne lui en tenait pas rigueur. Si tout se déroulait comme prévu, elle découvrirait bientôt Tol Orëa de ses propres yeux. Il poursuivit donc, un ton plus bas :

« Nous devons encore nous en assurer, mais vous semblez posséder des qualités que le Seigneur d’Eau Claire a jugé correspondre à ce que nous recherchons. »

Acquiesçant gravement sous le regard interrogateur de son Lié comme pour ponctuer ses propos, la voix du dragon se glissa dans l’esprit de Poisson avec autant de délicatesse que le baiser d’une aile de papillon, résonnant en elle avec une richesse et une profondeur qu’une gorge humanoïde aurait été bien incapable de reproduire.

**As-tu déjà entendu parler de la Terre de l’Aube ?**

Malgré son côté excessivement spontané jusqu’à en devenir parfois irréfléchi, Dušan savait Kÿreñ capable d’une finesse d’exécution, dont étaient dépourvus beaucoup d’autres mâles de sa couleur, plus axés sur la puissance brute … Et il avait appris, avec le temps, qu'il pouvait avoir toute confiance en son jugement.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Sign_oracle_tol_oreaneen


Dernière édition par Oracle Tol Orëanéen le Mer 27 Nov 2019 - 19:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeVen 22 Nov 2019 - 16:56

Je soupire discrètement. Au petit matin j’étais transie et je maudissais un homme. Et voilà qu'en début de soirée me voilà pendue au bras d’un noble au visage d'ange. L'aventure a quelque chose de savoureux. Mes pensées ont la teinte joyeuse du bleu des yeux du Seigneur, qui me rappelle la mer et la liberté qu'elle peut parfois représenter. Le vert de l'apaisant bonheur simple de partager un moment de compagnie. Le jaune de l'insouciance. Peut-être bien aussi quelques tâches de violet, la couleur du cœur d'artichaud.

Et bientôt j'aurai l'estomac plein, en plus ! D'ailleurs dès que je rentre dans l'auberge l'odeur qui y flotte me fait monter la salive à la bouche. C'est plus fort que moi , je balaie la salle, scrutant les écuelles et autres assiettes. Mon estomac gargouille sans arrêt maintenant. Je m'installe presque sans y penser. Les deux hommes en face de moi. Mes doigts caresses le bois et y dessinent des arabesques en attendant que l'on nous serve. Mon attention est partagée entre la serveuse qui vient et qui va, espérant qu'elle nous apportera très très  vite de quoi apaiser mon estomac. Et de l'autre le beau visage de Kýreñ. Son sourire est presque trop éblouissant pour être vrai. J'y découvre quelqu'un de sûr de lui, ce que je savais déjà et de volontaire. Je me sens tellement flattée qu'un homme comme lui pose même les yeux sur moi. Manger à sa table ! Quel honneur ! Je fais la fière, la sûre d'elle pour qu'il ne découvre pas qu'en réalité il m'impressionne.

La question du maître *mince maître quoi déjà ? Bha-quelque-chose* ne me surprend pas vraiment. Une nouvelle fois mon regard suit la serveuse. Pour cette fois ? Non. Déception. Je réponds distraitement.

« Bah, c'est Perlina. Perlina Derer, en vrai. Mais personne ne m'appelle comme ça. »

Je hausse les épaules et reporte mon attention sur mes deux compagnons de tablée. Mi-moue, mi-sourire.

« J'ai toujours l'impression que l'on parle à quelqu’un d'autre quand on m'appelle comme ça. D'ailleurs je sais que P'pa est vraiment fâché quand il use de mon prénom. Et en général je fais la sourde d'oreille d'ailleurs et je me trouve une corvée à faire ailleurs. »

Olala ! Une vague d'inquiétude me prend. Pauvre P'pa et M'ma. J'espère qu'ils ne se font pas trop un sang d'encre. Mais Dušan en vient à parler du travail. Mon regard se fait plus perçant. Je suis curieuse de voir ce que ces beaux messieurs peuvent bien vouloir faire faire à une petite paysanne.

Quand la question éclate dans ma tête mon premier réflexe est d'y répondre bêtement.

« Non jamais… »

Et puis je réalise que le seigneur n'a pas ouvert la bouche. Ses yeux intenses m'observent. Et je comprends. Et une vague de colère monte comme un tsunami, submergeant mon esprit à présent teinté des violentes couleurs violine sombre de la superstition, du rouge tout aussi sombre de la colère, assombri encore d'un orange malsain de jalousie. Et enfin le noir profond de la peur. La peur des secrets révélés. De toutes ces heures passées à écouter les histoires des bardes et conteur d'un soir, celles de la taverne. Les sorciers sont des êtres néfastes, mauvais. Tout le monde sait cela. Les héros se doivent de les combattre. Bien sûr il existe quelques figures de magiciens sages et droits. Mais en regard de tous les autres mauvais, ils sont bien peu. Jalousie. Lui maîtrise cette magie qui me terrifie et me fascine. Peur de voir mon plus précieux secret être ramener au jour. Avec les conséquences horribles qui en découlerait sûrement. Trop de temps à cacher, à enfouir cela pour vouloir tout briser si vite.
Un battement de cœur plus tard, ma voix n'est qu'un filet à peine audible mais elle est assez haute pour vibrer des harmoniques de ma colère et de mon indignation.

« Sortez de ma tête. TOUT DE SUITE ! »

Je hurle les derniers mots en même temps que je me redresse tel un diable sortant de sa boîte. Les têtes des clients se tournent vers nous à cet éclat. Je ne laisse pas aux deux hommes le temps de réagir. Je file entre les table avec le feu aux fesses et sors en trombe de la taverne. Ni une, ni deux, je plonge dans une ruelle puis une autre. L'impression d'être suivie. Et je ne vais pas plus loin qu'un bras sort de l'ombre me tire. J'aperçois deux yeux de chien triste sous une crinière blonde. *CE N'EST PAS LE MOMENT !* Ma colère se change en rage. Je me plie en deux et mords violement son bras. Il me lâche avec un cri tandis que je tombe à terre au pied de deux silhouettes pas inconnues. Le sorcier et son ami. Je me redresse comme une furie à l'instant où d'autres hommes sortent de l'ombre.

J'ai dans la bouche le goût du sang. Le goût de son sang. Un sourire satisfait vient faire un tour sur mon visage. Le blondinet a un regard brûlant de haine. Deux fois que je le blesse. C'est deux fois de trop à son goût sûrement.

Instinctivement je me baisse, les mains devant moi crispées comme des griffes. Ce ne sera pas comme une bagarre avec mes frères et sœurs. Cette fois c'est du sérieux. Le sorcier d'un côté, les ruffians de l'autre. * Te laisses pas faire ma belle !*


[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeMer 27 Nov 2019 - 19:52


Toujours parfaitement décontractée en dépit de leur compagnie inhabituelle pour une paysanne comme elle, Poisson – Perlina, en réalité – avait répondu à leurs questions de bonne grâce quoi qu’un peu distraitement. Se tortillant visiblement sur son siège, elle suivait d’un regard de chat affamé la serveuse, sans doute impatiente de voir arriver leur repas. La façon dont elle avait alors évoqué sa famille, tout comme les effluves émotionnelles accompagnant ses paroles, avait renforcé leur conviction que la fille avait fugué, tout en faisant cruellement ressortir, une fois de plus, son jeune âge. Tout s’annonçait pour le mieux,  jusqu’à ce que Kÿreñ n’aille s’adresser à elle d’une pensée douce et mesurée. Le moment était idéal à ses yeux, et Dušan lui-même avait apporté son approbation muette à sa tentative. Il valait mieux procéder par étapes, et s’assurer de la confiance de la Douée en avait constitué le premier pas.

Pourtant, rien n’aurait pu les préparer à sa réaction, passablement explosive. Si elle avait d’abord spontanément répondu au Bronze (non, elle n’avait jamais entendu parlé de la Terre de l’Aube, évidemment), très vite son esprit s’était teinté de couleurs agressives, violentes et auréolées de crainte. C’est presque hurlant les derniers mots, d’un ton strident attirant l’attention de tous sur elle, que la jeune fille avait bondit sur ses pieds, les défiant d’entrer dans son esprit … Avant de prendre la fuite immédiatement après.

Ses prunelles de saphir écarquillées, abasourdi, son beau visage figé par une expression sincèrement peinée, Kÿreñ s’était tourné vers son Lié, en quête de réconfort. Il ne comprenait pas. Qu’avait-il fait de mal ?

« Elle m’a repoussé ... »

Il y avait dans son mince filet de voix un murmure plaintif, auquel faisait écho la détresse vibrant dans son âme de dragon. Avant que son Bronze ne se détourne pour fixer ses mains déliées avec une évidente culpabilité – il avait perdu leur première Aspirante ! – le demi-sang aurait juré avoir vu briller d’improbables larmes au coin de ses yeux. Il était bien conscient que Kÿreñ pouvait par moment se montrer légèrement … hypersensible, mais alors ça, c’était une première. Maudits citadins et leurs stupides superstitions !
Ses lèvres s’étirant en un rictus vaguement déplaisant, Dušan contracta les mâchoires, étouffant sciemment les flammes qui menaçaient de venir consumer son calme. Elle ne savait tout simplement pas ce qu’elle faisait. Elle n’avait pas de mauvaises intentions. Là d’où il venait, la magie et les esprits de la nature faisaient partie intégrante de la vie des gens, de leur naissance à leur mort. Cela faisait tout simplement partie de l’équilibre ancestral des forces. Dans ces contrées plus féodales en revanche, supposément plus ‘‘civilisées’’, les gens s’étaient hélas le plus souvent coupés de leurs racines.

Prenant une profonde inspiration, refusant de se laisser envahir par les émotions tranchantes de son frère d’âme, il se tourna vers lui, enserrant fermement son épaule, une lueur soucieuse luisant dans ses iris hivernaux. Quoi qu’il advienne ils devraient respecter le libre-arbitre de la Douée … Mais cela ne les empêcherait pas de tenter de la convaincre une seconde fois. Elle pourrait au moins faire l’effort d’écouter ce qu’ils avaient à lui proposer, en échange de la dette qu’elle avait envers son Lié.

« Eh bien, que faisons-nous ? Comptes-tu la laisser s’en sortir comme ça ? »

Fronçant les sourcils sur Dušan, Kÿreñ s’ébroua, comme au sortir d’un mauvais rêve. Non. Bien sûr que non. Son esprit avait été bien trop proche du sien, et la marée d’émotions de cette Perlina avait déferlé sur lui avant qu’il ne puisse réagir pour s’en prémunir. C’était une leçon précieuse qu’elle lui avait offert : il prendrait garde, à l’avenir. S’enroulant étroitement autour de la présence du demi-sang en lui, pour en ressentir tant la chaleur que la force, il se leva, la mine féroce, faisant claquer ses mains sur le plateau de la table.

« Allons-y. Je pourrais la retrouver au milieu d’une foule s’il le fallait. »

La déclaration arracha un regard perplexe à la serveuse toute proche, qui déposa alors un peu trop brusquement ses plats, avant d’opérer une retraite prudente au fond de la salle, chuchotant derrière sa main à l’adresse du tavernier. Pressentant les ennuis à venir, le Maître Bronze adressa un signe de tête à son Lié, lequel déposa quelques pièces sur la table tandis qu’il empaquetait hâtivement leur repas pour le glisser dans son sac. Tant pis pour les boissons, mais il ne comptait pas laisser gâcher inutilement la nourriture.

***

Entièrement tourné vers les paysages intérieurs de son cœur, prenant une nouvelle fois la tête, Kÿreñ les avaient menés d’un pas vif à travers les ruelles étroites de la cité. Le chemin suivi par la Douée ne semblait pas présenter de logique, comme si elle avait simplement couru le plus vite et le plus loin possible, dans sa fuite éperdue. Et plus ses émotions étaient fortes, plus cela la rendait facile à suivre. En moins de temps qu’il ne fallait pour le dire, ils avaient rattrapé leur retard sur elle, et c’est ainsi que, tournant au coin d’une nouvelle rue, ils tombèrent sur une scène désagréablement familière. La jeune fille, aux prises avec l’un des deux rustauds de tout à l’heure, se débattait comme une furie pour échapper à la poigne de l’homme, lequel quelques secondes plus tard, se vit généreusement gratifié d’une seconde balafre assortie à la première. Voûtée sur elle-même pour se protéger, les doigts crispés comme des serres, Perlina tomba maladroitement aux pieds de Dušan, tandis qu’à l’autre bout de l’allée plusieurs nouvelles silhouettes menaçantes se dessinaient.

Laissant échapper un soupir agacé, ses iris hivernaux balayant vivement la scène, enregistrant inconsciemment le positionnement des uns et des autres, il sentit à nouveau le brasillement familier de la colère l’envahir, impitoyablement alimenté par l’impatience grandissante de son Bronze. Toute cette mise en scène, tous ces efforts et ces ronds de jambe pour quoi ? Se retrouver au point de départ exact où ils s’étaient rencontrés. Puisqu’il semblait que ces hommes avaient la tête trop dure pour comprendre là où était leur intérêt ...
Un éclat railleur venant éclairer ses yeux, il décida de laisser libre court à son instinct. Attrapant la Douée par le bras, il la releva et la poussa en arrière en direction de Kÿreñ, puis, d’un mouvement vif, il se déporta légèrement sur le côté, abattant rudement son poing serré sur l’homme le plus proche. Déséquilibré, le blond recula de quelques pas chancelants, ses mains serrés sur son nez duquel s’échappait à présent une plaisante rivière carmin, avant de s’effondrer lourdement sur son camarade, le bousculant et le projetant sur le suivant … Et ainsi de suite jusqu'au dernier.

Satisfait, la poitrine soulevée par une respiration saccadée, Dušan agita sa main douloureuse, jurant tout bas après la bêtise de ces hommes.

**Perlina ...**

Rien. Pas le moindre frémissement. Le dragon gronda intérieurement. Se cachait-elle de lui ?

**… Poisson ?**

Là. Kÿreñ la sentait, blottie derrière ses murailles mentales. Il jugea plus prudent de ne pas insister.

« Je suis désolé pour tout à l’heure. Je jure que nous n’avons aucune intention d’abuser de toi. Tu dois nous faire confiance ! »

Haussant les sourcils en direction de son Lié, Dušan l’interpella du regard. Pensait-il pouvoir la convaincre avec des paroles aussi creuses ? Quoi que sonnés, les hommes se redressaient déjà et il ne tenait pas à devoir se battre réellement contre eux. Ils devaient partir, et vite.
Un sourire malicieux et confiant naissant sur ses lèvres, le Bronze adressa un clin d’œil au demi-sang, avant de tapoter le dessus du crâne de la jeune fille, attirant volontairement son attention vers lui.

« Première leçon. Quand un combat te paraît perdu d’avance, la meilleure solution reste … la fuite ! »

Avant qu’elle ne puisse réagir, un lourd manteau s’abattit sur elle, et des bras puissants l’entourèrent avant de la soulever, cavalièrement et sans grande douceur. Avec une aisance née d’une longue habitude, et le même calme rassurant qu’il aurait fait preuve face à un animal rétif, Dušan s’était assuré de se mettre hors de portée de ses griffes et de ses dents. Et déjà Kÿreñ s’élançait de son côté, au pas de course, se fiant à la position du soleil en train de se coucher pour retrouver sa route à travers les ruelles, direction les portes de la ville.
Se retournant pour juger de la proximité de leurs poursuivants, un rictus farouche et presque carnassier étira les lèvres du Bronze, lèvres desquelles on aurait pu jurer que des crocs menaçants saillaient à présent, tandis que dans ses yeux à l’éclat bleu surnaturel, la pupille s’étrécissait dangereusement. Pour quiconque ne connaissant pas la nature réelle du dragon, il paraissait arborer maintenant le visage effroyable d’un véritable démon des enfers. Voilà qui donnerait sérieusement à réfléchir à ces citadins ignorants. Et s’ils osaient une nouvelle fois porter la main sur SON aspirante, le jeune mâle s’assurerait qu’ils le regrettent durant tout le reste de leur misérable vie. Il brûlait à présent de l’envie de défouler toute sa frustration sur eux. Il était presque tentant de ralentir le pas, juste un peu, très légèrement, juste assez pour qu’ils puissent les rattraper et alors ...

Le dépassant à grandes enjambées, la Douée étroitement enveloppée dans son manteau tressautant sur son épaule, son frère d'âme vint claquer sèchement sa main dans son dos, le ramenant à la réalité et l’incitant à accélérer le mouvement. S’ils pouvaient atteindre la campagne, il pourrait peut-être convaincre quelques esprits de leur prêter main forte. Les hautes herbes poussant au bord de la route se trouvaient être particulièrement vigoureuses en ce moment, et enhardies par les pluies récentes, elles ne refuseraient certainement pas d'ennuyer un peu leurs poursuivants.

Un gémissement inaudible et proprement incompréhensible filtrant difficilement à travers l’épaisse couche de tissus, Dušan contint un sourire piquant, qui fantomatique, dansa sur ses lèvres tandis qu’il lui répliquait à mi-voix :

« Silence. Les poissons ne parlent pas. »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeJeu 28 Nov 2019 - 20:06

Je gronde, je griffe, je mords… mais aucun de ces beaux messieurs ne semblent en avoir cure. J'enrage ! Rouge sang colère – bleu nuit frustration. Vraiment. Alors que je vais pour donner un coup de pied a un malotru Dušan m'oblige à battre en retraite, au côté du sorcier. Dans son dos je lui jette des éclairs par les yeux. Heureux pour lui qu'ils soient imaginaires. Je frissonne bien un peu en sentant près de moi la présence du Seigneur d'Eau Claire près de moi. Mais je ne peux m’empêcher d'ouvrir de grands yeux admiratifs devant le coup de poing du maître. J'ai rarement vu gestes aussi maîtrisés. Il faut dire que ce n'est pas dans ma cambrousse que je peux admirer la techniques des vrais hommes d'armes. Voir le sang couler, même si ce n'est que celui d'un nez cassé m'emplit de satisfaction sauvage. Une chose que m'ont appris mes bagarres avec mes frères et mes cousins, c'est que quand un homme est à terre il faut en profiter. Deux ou trois coups de pieds dans le ventre et les parties, ça les calme. Bleu-Violet impatience.

Las. Pas le temps. Ça me pique au vif quand la voix résonne de nouveau sous mon crâne. Je stoppe mon geste et me retourne vers le sorcier, le foudroyant du regard. Les poings serrés, prête à en découdre. Je sens bien qu'il tente de me calmer par ses paroles. Cela ne suffit pas, à cet instant je suis prête à me battre contre le monde entier, même s'il doit avoir ma peau.

Le noir et la cape me tombent dessus par l'arrière. *En traître !* Mon cri est autant de surprise que de colère. Me sentant soulevée je me crispe, tentant de trouver un appui sur lequel m'appuyer pour échapper à la camisole improvisée. Dans les premiers temps, je bouge comme je peux, cherchant à déstabiliser celui qui me porte. Battant des pieds, cherchant à pincer ou à mordre à travers le tissus. Hurlant de me lâcher immédiatement !

Mais je suis bientôt obligée de déclarer forfait. Les bras qui me maintiennent ont plus de force que moi. Je rumine un temps ma vengeance. Vert émeraude réflexion. Imagine des scénarios pour leur fausser compagnie dès que l'on me posera. Confiance ! Tu parles que je vais leur faire confiance ! Ça va saigner oui ! Oui mais si l'autre peut m'envoyer ses pensées dans ma tête, rien ne me dit qu'il ne peut pas lire les miennes. Orange inquiétude.

Vulgaire ballot, je finis vite par ressentir l’inconfort de ma position sur l’épaule du grand blond étranger. Il fait chaud sous la cape, le tissus frotte désagréablement contre mes yeux, ma bouche, mon nez, me donnant par moment l'impression d'étouffer. D’autant plus quand je cogne contre le dos de mon porteur. Mon cœur n'a pas l'habitude de battre dans ce sens et finit par donner des signes de faiblesses. J’ai mal au cœur. Le sang bat violemment à mes tempes. Je gémit quand Dušan déplace mon poids sur son épaule pour que je ne tombe pas. La sourde chanson du sang dans ma tête me laisse comprendre que je dois faire silence. Mais je me sens de plus en plus mal. Les larmes me montent aux yeux. Une idée me revient. Et s'il peut ‘vraiment' lire dans mes pensées ?

Je me concentre afin d'être la plus claire possible.

*S'il vous plaît. Je me sens mal.*

Mon ton, même mental, me semble plaintif. Bien plus que je ne l'aurais voulu. Mais j'essaye aussi d'envoyer dans le même temps mes sensations. Malaise. Chaleur. Engourdissement. Sang rugissant. Vert maladif, blanc nausée, rose pâle.

Effet de ma demande ou bien parce que nous sommes assez loin aux yeux des deux hommes. Le rythme change. Je sens que nous sommes arrêté et me revoilà en position debout. Pas pour longtemps. Mes jambes me lâchent et je me retrouve, encore, par terre. La cape est prestement enlevée. Le visage rouge marbré de blanc, les cheveux en bataille, je dois faire peur. J'aspire de grandes goulées de l'air frais du soir. Frissonnante je ramène mes genoux contre ma poitrine et les enlace de mes bras. Tel le poisson hors de l'eau depuis trop longtemps je n'ai plus la force de me battre. Gris souris indifférence. Tout m'est étranger. Les deux hommes, la situation, les lieux… Perdue. Petite fille veut retrouver les bras de m'man.

Je ne sais toujours pas si je dois leur faire confiance. Mais force m'est de constater que ni l'un, ni l’autre ne m'ont fait de mal ou même tenté. Cet enlèvement m'est encore plus incompréhensible. Me tirer par la main pour courir n'aurait donc pas pu suffire ? Mais soyons honnête, l'aurai-je fais ?

*Que fait un sorcier quand il croise et reconnaît un autre sorcier ?* me demande la petite voix encore lucide sous toutes mes couches de peur et d'incertitude. Je n'en sais rien. J’enfouis mon secret le plus affreux au plus profond. Gris pensif - noir d'encre secret. Je ne veux pas le savoir. Et en fait ce qui me fait le plus peur serait d’être obligée de le révéler.

Je frotte le bout de mon nez avec la paume de la main avant de la passer brièvement dans mes cheveux. Comme si cela suffisait à les discipliner ! Encore heureux qu'ils soient assez courts. Le cœur revenu à un rythme plus normal, je finis par relever les yeux et accepter de croiser les leurs.

« Je… Vous me voulez quoi ? »

Ma voix timide s'élève dans le crépuscule. Les ombres déjà bien établies dans la petite clairière. J'ai eue de la chance par deux fois. Bleu-vert reconnaissance - orange question. Ça ne peut pas être seulement le hasard. J'ai eu de la chance et je réalise qu'elle a pour nom Dušan et Kýreñ. J’ajoute dans un souffle :

« Merci. »


[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeJeu 5 Déc 2019 - 15:27

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Kyren-vava-dragonbronze-tolorea [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Kyren-fealoce-dragon-bronze-tolorea
Dušan Bakhtiyar & le Bronze Kÿreñ

Theme Song :
Sea of Atlas – R. Armando Morabito

Si les premières minutes l’avaient vue se débattre comme une possédée pour échapper à son emprise, crachant, jurant et hurlant à moitié, la jeune fille avait bien vite abandonné, reconnaissant vraisemblablement l’inutilité de sa démarche. Sans un regard en arrière ni vérifier si les hommes se lançaient à leurs trousses, Dušan avait bondit en avant, la Douée emprisonnée dans son manteau ne pesant pas plus lourd qu’une plume sur son épaule. Bien sûr, il aurait été mensonger de dire que l’inconfort de sa situation ne lui avait pas traversé l’esprit, mais pour l’heure, il avait plus urgent à considérer. Comme de ne pas perdre de vue Kÿreñ, qui courait et enfilait les ruelles aussi aisément qu’il aurait chevauché les ailes du vent sous sa forme draconique. Pourtant, le demi-sang pouvait sentir l’implacable tribut que leur course faisait peser sur son Lié, lequel avait dépassé depuis longtemps ses limites … Il craignait, au fond de lui, qu’il ne s’écroule à tout moment. La traversée du marché toujours bondé de monde leur donna heureusement un peu d’avance sur leurs poursuivants furieux, quoi que leurs hautes silhouettes dépassant de la foule fussent assez aisément reconnaissables.

Et tandis que le soleil baissait lentement sur l’horizon, ils atteignirent enfin les portes de la ville, juste à temps pour se glisser entre elles avant qu’elles ne se referment pour la nuit – dans ces régions isolées, l’on était jamais trop prudent concernant la sécurité des habitants … Les séparant ainsi, d’une façon aussi inespérée que bienvenue, des hommes qui en avaient après eux. Ils ne s’arrêtèrent pas de courir pour autant, car ils ne pouvaient être sûrs à cent pour cent qu’ils ne trouveraient pas un quelconque stratagème pour faire rouvrir les portes. Les dénoncer pour enlèvement d’une jeune fille innocente, par exemple !
Dušan eut un claquement de langue agacé. Si cette Perlina, ou Poisson, ou tout autre nom par lequel elle prétendrait vouloir être appelée, avait daigné les écouter tranquillement, ils n’auraient jamais été poussés à de telles extrémités. Se résignant, il se demanda alors, l’espace d’un fugace instant, si de part le Rhaëg, d'autres Maîtres rencontraient actuellement de pareilles difficultés. Cette histoire commençait à prendre une tournure ridicule.

**Sois un peu indulgent envers elle, c’est sans doute la première fois qu’elle assiste à une pareille démonstration de magie … On peut comprendre qu’elle ait été impressionnée !**

Sans rien perdre de son mordant, quoi qu’un peu affaiblie, la voix de Kÿreñ avait flotté jusqu’à son frère d’âme. Tout au long de leur course, il avait gardé une part de son attention à veiller leur future Aspirante, restant soigneusement en périphérie pour ne pas empiéter sur les frontières immatérielles qu’elle avait établi. De vives émotions, teintant son esprit de couleurs agressives et puissantes, véritable prisme démultipliant ses ressentis, continuaient toujours à émaner désagréablement d’elle. Le Bronze avait donc bien perçu qu’elle envisageait de s’échapper dès qu’elle en aurait la possibilité, et, poussant un soupir, il s’abstint sagement d’en faire part à Dušan.
Et malgré son désir de décharger son Lié de son fardeau, il évita également de lui proposer. Il savait que son frère d’âme n’aurait jamais accepté, de toute manière. La journée avait été atrocement longue, et son enveloppe bipède se faisait de plus en plus difficile à maintenir. Le dragon commençait à présent à voir de minuscules éclairs en périphérie de son champ de vision. Il ne pouvait pas se permettre de perdre le contrôle maintenant, pas ici, alors qu’ils étaient encore à découvert. Dès qu’ils auraient atteint la forêt non loin, ils seraient en sécurité, et pourraient enfin souffler … En attendant, il n’avait pas d’autre choix que de tenir bon.

Alors que les premiers arbres se dessinaient enfin devant eux, il commença à sentir l’envahir un malaise qui n’était pas totalement le sien. Les couleurs de l’esprit de la Douée s’étaient faites maladives, et une vague d’inquiétude le traversa, échappant à son contrôle pour aller toucher également Dušan qui grimaça, ajustant tant bien que mal sa prise sur leur protégée. Et, lorsqu’une pensée plaintive vint au contact de son Bronze, ce dernier exulta soudain d’une intolérable fierté, qui effaça son atroce sentiment d’épuisement, durant quelques brèves secondes.

**Dušan ! Elle m’a parlé !**

Brûlant d’une excitation contenue, Kÿreñ rayonnait littéralement de joie, la diffusant sans barrière dans l’esprit de ses deux compagnons … Juste avant qu’il ne se reprenne, son ton se faisant soudain plus soucieux.

**Oh, et, elle ne se sent vraiment pas bien. Nous devrions nous arrêter dès que possible.**

Formulant un grognement inarticulé pour toute réponse, le demi-sang s’engouffra entre les arbres, laissant son instinct les mener jusqu’à une clairière abritée, où il déposa enfin son fardeau à terre, le plus délicatement possible. S’effondrant sur un parterre d’herbe moelleux, couvert ça et là de feuilles mortes aux teintes rousses et or, il s’efforça de reprendre sa respiration. Il n’aurait pas pu tenir bien plus longtemps de toute façon. Quant à Kÿreñ, allongé au sol les bras en croix, il avait fermé les yeux, le teint gris, le soucis de salir sa précieuse tenue paraissant pour une fois bien loin de ses pensées. Laissant la Douée se débrouiller pour se dégager de sa prison de tissus, avant toute autre chose, le demi-sang vint s’agenouiller auprès de son Lié, incertain de la conduite à tenir, l’anxiété lui serrant le cœur. A Kazièl les réactions de la jeune fille, le Bronze devait reprendre sa véritable forme au plus vite ...
Trop fatigué pour parler, le jeune mâle agita une main négligente, coupant court aux inévitables récriminations de son frère d’âme. Il n’était plus ce dragonneau qu’il fallait protéger à tout prix, et il était temps que Dušan le comprenne.

**Ne t’inquiète pas pour moi. Explique-lui. J’attendrai.**

Serrant les poings, il ravala une réplique cinglante, et s’astreignant à conserver son calme, s’affaira à sortir de leur sac de quoi se restaurer et se désaltérer. L’impatience et l’empressement étaient toujours mauvais conseillers. Déposant devant lui deux parts de tourte à la viande, un peu écrasées quoi que toujours appétissantes, ainsi qu’une gourde d’eau fraîche, il ne releva les yeux sur Perlina que lorsqu’elle les interpella sur leurs intentions, y associant tardivement un remerciement piteux. Ses iris hivernaux luisant d’un éclat froid, avisant son allure échevelée et passablement intimidée, il poussa néanmoins la nourriture dans sa direction, lui lançant la gourde pour qu’elle l’attrape.

« Ce n’est pas empoisonné. »

Sans attendre qu’elle se décide, il attaqua son propre repas, sentant les protestations de son estomac s’aviver douloureusement en percevant le fumet tentateur de sa part de tourte. Libre à elle de s’accrocher à sa méfiance première et de rester le ventre vide. Après un bref coup d’oeil en direction de Kÿreñ, qui s’il n’avait toujours pas bougé, semblait avoir repris quelques couleurs, il avala sa bouchée avant de reprendre la parole.

« Nous n’attendons de toi rien de plus que ce que nous t’avons indiqué tout à l’heure. Tu possèdes des capacités psychiques, rares et précieuses, qui font de toi une personne spéciale. Kÿreñ est … mon compagnon, mon âme-sœur ; nous formons à nous deux une paire indissociable, liée par l’esprit. » Il inclina la tête, observant la jeune fille, réfléchissant à la meilleure façon de présenter les choses. Inutile d’aller trop dans les détails, et s’il ne comptait pas lui mentir, il n’allait lui présenter qu’une facette partielle de la vérité. Le reste pourrait attendre leur arrivée au Kaerl. « Comme je te l’ai déjà dit, nous venons d’un continent secret, loin au sud-est d’ici. Tol Orëa. Nous souhaitons t’y emmener pour que tu y sois formée. Et … Il y a des choses que tu ne comprendras qu’en voyant de toi-même la véritable nature de Kÿreñ. »

Alors, d’une voix tranquille, la présence du Bronze s’insinua à nouveau sous la tête de Poisson, y déposant ses pensées à l’image d’une brise de printemps, légère, et agréable.

**Tu dois promettre de ne pas crier, et de ne pas chercher à t’enfuir.**

Presque aussitôt après, les contours de sa silhouette bipède commencèrent à devenir flous, plus indistincts, tandis qu’une lueur vive, devenant bientôt difficilement soutenable, semblait sourdre de l’intérieur de son corps. Le temps de quelques battements de cœur, et une forme écailleuse impressionnante avait remplacé le noble Seigneur d'Eau Claire, emplissant la quasi totalité de la clairière. Reposant délicatement sa tête cornue sur ses pattes, les ailes repliées avec soin le long de ses flancs, le regard paisible, le dragon tâcha de paraître aussi inoffensif que possible. La teinte de ses écailles, d’un acajou flamboyant, formait un élégant contrepoint avec les feuilles d’automne tombées au sol, et sur l’une de ses cornes torsadées, se dressant fièrement vers les cieux, un anneau d’or accrochait la lumière déclinante du crépuscule.

**As-tu peur de moi ? Es-tu dégoûtée par ce que je suis ?**

Le ton, doux et serein, était confiant, quoi que nuancé d’une aura légèrement inquisitrice. Il l’avait senti et le sentait encore depuis leur premier contact, Poisson cherchait désespérément à lui cacher quelque chose, un secret honteux qu’elle enfouissait possessivement dans les profondeurs obscures de son esprit. Etait-ce en rapport avec son départ – sans doute précipité – de chez elle, ou bien y avait-il quelque chose de réellement plus personnel, quelque chose qu’elle ne voulait impérativement pas qu’un ‘‘sorcier’’ comme lui sache ?


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeLun 9 Déc 2019 - 6:48

Le menton sur les genoux je regarde les deux hommes. L'un qui s'active en un sobre campement et l'autre sobrement allongé dans les herbes et les feuilles de l'automne. Je m'étonne que ce soit celui qui ne m'a pas portée qui soit si fatigué de la course. Je suppose que les nobles n'ont guère l'habitude de ce type d'exercice physique. Chaque fois que je pose les yeux sur Kýreñ je ressens encore son cri mental. Cette espèce de joie enfantine qui discordait au milieu de mon malaise. Un vrai gong qui vibrait encore en moi par instant. Parce que j'avais fait quelque chose qui plaisait au sorcier. C'était... bizarre. Comme toute cette situation. Le sorcier etait-il content que je sois une sorcière ? Et le guerrier...

Le blond m'inquiète. Autant dans la ruelle et à la taverne il semblait juste réservé autant là son attitude est froide. L'impression d'être face à un grand-frere en colère. Contre moi ? Sûrement. Je tresaille à la mention de poison. Lui lançant un regard de défi, j'attrape tout de même la gourde. C'est avec ce genre de chose qu'il compte me faire moins peur ? J'avale quelques gorgées d'eau fraîche. De toute façon, le poison c'est idiot quand je suis seule et qu'il a une arme. C'est une arme des faibles contre les forts. A moins d'aimer voir les gens se tordre de douleur dans l'agonie. Brrrr. Je préfère orienter mes pensées sur la tourte à la viande tiède. La première bouchée pleine de pâte et de viande et de graisse de viande est un vrai plaisir. Je dévore à belles dents juste avant qu'il ne commence à parler.

Je fronce les sourcils à la mention de la taverne et de ce qu'ils m'y proposaient. Cela semblait si loin et avec l'enlèvement j'aurais cru qu'ils abandonneraient cette fable. La suite me plonge dans un abîme de perplexité avant de comprendre que "capacité psychique" c'était une autre façon de dire sorcellerie. Et que Kýreñ n'était pas le seul à en être un. Le maître et son apprenti ? Deux maîtres ensembles ? Deux... amants ? Est-ce qu'ils discutaient silencieusement au même moment ? Mes mains se serrent et se desserrent sur mes jambes alors que je me balance doucement au même rythme. Je comprends qu'ils veulent me former. Que je devienne une sorcière à part entière. Ailleurs. Un autre continent. C'est comme un grand blanc pendant un instant. Imaginez une vie d'aventure et de voyage dans des lieux dont j'ai entendu parlé toute mon enfance. Partir sur les traces de mes héros. Sur ma terre, sur la mer qui m'a vue grandir... Rien ne me fait peur ici. Mais rêver à plus loin. A des mois, des années de voyage en mer peut-être. J'ai peur. Certains étrangers sont parfois si différents de nous. Et il court tant d'histoires.

La voix du seigneur sorcier se fait de nouveau entendre dans ma tête. Douce, charmeuse. Elle me tire de mes sombres ruminations. Attirant sur lui mon regard alors que je me demande ce qu'il peut bien me vouloir encore. Il me faut vivement protéger mes yeux derrière mes mains. Un nouveau tour après les voix dans la tête. Je n'ai rien promis mais je ne cris pas. Seul un hoquet de surprise m'échappe. Mes yeux écarquillés observent sans y croire la forme devant moi. Sans m'apercevoir que je tremble. "Comme..." *....moi !*. Même face à la métamorphose du seigneur je n'arrive pas a énoncer ce que je suis.

Et il y a la forme même de Kýreñ. Je lance un coup d'oeil vers Dušan voir s'il va faire la même chose quand je me rends soudain compte que seul le seign... Le dragon ?! *UN DRAGON ! UN PUTAIN DE MERDE DE DRAGON !* parle avec cette voix mentale. *Un dragon !* il n'y a pas à chercher longtemps. Les histoires, les images ont assez bien décrit cette créature. *Undragonundragonundragon.* Les écailles,  les ailes, le museau en triangle, la longue queue, la taille, les cornes.... Tout y est. Il ne manque que les langues de flammes et les armées combattants vaillamment le monstre. *Le dragon.*

Cette fois deux questions viennent s'insinuer sous mon crâne. On aurait pu y sentir la peur d'être rejeté mais non. Plutôt une sorte d'amour. J'y réponds sans même y penser. Trop fascinée par l'être en face de moi.

"Tu... es... beau."

Comme hypnotisée je quitte enfin ma position de défense. Je me redresse et m'approche mes mains en avant pour toucher la bête des légendes. Mais je n'ose pas. Mes mains ne sont qu'à quelques centimètres de sa peau. J'ai envie. J'ai peur. J'entends son souffle. Qu'il est beau ! Une merveille. Je ne le touche pas mais je sens sa puissance. Je peux l'imaginer, la goûter. Un dragon devant moi. Un dragon qui me veut moi. Des larmes d'une émotion indescriptible coulent sur mes joues.

Enfin mes doigts l'effleurent. L'une vient caresser la corne rugueuse. L'autre les fines écailles de son cou.

"Je n'ai pas peur. Je devrais avoir peur ? Être dégoutée ?"

Je peux comprendre la peur. Pas le dégoût étrangement. Une lamproie c'est dégoûtant, une limace, vider les viscères d'une bête... Mais pas les dragons. Pas celui-là en tout cas. Mes mains descendent la crête du cou, passent les épaules et s'arrêtent près des articulations des ailes.

"Tu voles ? Tu craches du feu ? Tu fais d'autres sortes de magie ?"

Je m'aperçois que mon coeur bat comme un oiseau affolé par contre mes pensées sont à l'heure d'une mer étale. Je me recule enfin sans quitter des yeux la bête magnifique. Enfin bête... Je frotte mes mains l'une contre l'autre comme pour m'assurer qu'elles sont réelles. Enfin je me rassois. Une jambes repliée vers ma poitrine, l'autre en tailleur. J'ai encore bien du mal à réaliser.


[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeMar 17 Déc 2019 - 19:54

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Kyren-vava-dragonbronze-tolorea
Dušan Bakhtiyar & le Bronze Kÿreñ

Theme Song :
Lupercalia – Faun

Finalement, la jeune fille n’avait pas attendu pour dévorer sa part de tourte à belles dents, visiblement affamée, pendant que Dušan lui exposait les raisons pour lesquelles elle se retrouvait présentement en leur compagnie. Cela ne s’était pas fait sans un petit regard plein de défi, mais au moins s’était-elle contentée de manger en silence, ses émotions se lisant sur son visage menu comme dans un livre ouvert. Nul besoin de l’éclairage avisé de Kÿreñ pour saisir sa perplexité, ses doutes, mais aussi et surtout son intérêt. D’une manière ou d’une autre, ses paroles ne semblèrent pas la surprendre. Étrange. Le demi-sang jugea néanmoins que leur proposition lui faisait réellement envie mais que – évidemment – certaines craintes subsistaient. Il leur faudrait donc passer à l’étape suivante de leur entreprise de persuasion. Un coup d’oeil vers son frère d’âme le rassura quant à son état. Il était prêt, et la forêt leur fournirait une couverture suffisante. Enfin !

La révélation de la véritable forme du Bronze survint donc à point nommé … Et la réaction de Perlina ne se fut pas longue à venir. Grâce lui en soit rendue, la Douée ne cria pas, se contentant d’un hoquet de stupeur en découvrant le dragon sous ses yeux. A ses côtés, Dušan s’était tendu, attentif, tous ses sens en alerte, prêt à l’attraper si elle venait à choisir de s’enfuir. Mais non, figée comme une souris devant un renard – un TRÈS gros renard, ponctua Kÿreñ non sans humour –, frissonnante dans l’air automnal, elle parut, pendant encore quelques instants, incapable de faire le moindre mouvement. Et l’esprit de la jeune Humaine, la marée tonitruante de ses émotions vint s’échouer, éclatant en une multitudes de petites gouttelettes étincelantes, contre les rivages de celui du dragon, qui, bien préparé, ne se laissa cette fois, pas déborder. ‘‘Dragon’’. Encore et encore, ce mot résonnait dans l’espace tendu entre leurs deux âmes, et Kÿreñ en conçu, une fois encore, une vive satisfaction. Au moins avait-elle reconnu sa nature pour ce qu’elle était réellement. Et bien vite, la peur – ou ce qui y ressemblait – se dilua pour laisser place à une forme de … fascination, d’une intense attraction envers lui. Il ne lui fallut d’ailleurs que quelques secondes de plus pour le verbaliser : ‘‘Tu... es... beau.’’ … illuminant aussitôt les prunelles du Bronze d’un vert émeraude étincelant, irradiant la pure ivresse de la joie, maintenant Poisson sous le feu de son regard.

Dušan relâcha alors un souffle qu’il n’avait pas eu conscience de contenir, esquissant malgré lui un sourire tout aussi soulagé que chargé de dérision. Il n’aurait pu prédire que leur conversation tournerait ainsi, mais apparemment, le charme naturel de son Lié avait encore une fois fait mouche où et quand il le fallait. En voilà un qui était outrageusement béni par les Dieux, quoi qu’il puisse en penser.

**Elle m’aime toujours, Dušan !**

*Ne te réjouis pas trop vite, mon frère, elle n’a pas encore dit oui.*

Mais, comme pour lui prouver qu’il avait tort, la Douée s’approcha à pas prudents du dragon, et doucement, précautionneusement, hésitantes, ses mains vinrent effleurer ses écailles, pleines d’une révérence incrédule. Puis, une par une, les larmes se mirent à couler sur ses joues encore pleines des rondeurs d’une adolescence pas totalement enfuie, et Kÿreñ eut un grondement doux, vaguement anxieux, incapable de comprendre tout à fait la tempête qui faisait rage en elle. Non elle n’avait pas peur, et non plus n’était-elle dégoûtée par son apparence. Elle l’avait dit, et ne mentait pas. Quelle était donc la raison de sa peine ? Confus, le Bronze rechercha l’aide de Dušan, qui, se redressant lentement, prenant le temps d’épousseter les feuilles de sa tenue, se rapprocha à pas feutrés, soucieux de ne pas briser la curieuse et diffuse magie qui emplissait l’atmosphère. Lui non plus n’était pas sûr de saisir parfaitement. En était-il toujours de même lorsqu’un Doué se révélait à son véritable destin ? Une part d’elle-même comprenait-elle enfin tout ce dont elle avait toujours manqué, tout ce qu’elle avait toujours désiré depuis tant d’années ?

Une main légère, mais ferme et apaisante, vint se poser sur le front de son Lié, ressentant sous sa paume la texture rude de ses cornes, et bien malgré lui, Kÿreñ ferma les paupières, se soustrayant à la vue de Poisson, tout en restant relié à elle par la caresse émerveillée de ses doigts. Le silence s’étira, bruyamment, sans que Dušan ne cherche à le rompre, ponctué aux sens du dragon par le battement affolé du cœur de la jeune fille. Il n’y avait plus, ainsi qu’elle l’avait dit, aucune crainte en elle, juste une fulgurante exaltation. Et, inévitablement, les questions finirent par fuser, s’échappant sans entrave des lèvres de la Douée, avec l’innocence curieuse et sans fard d’une enfant.
Une imperceptible crispation, infime brasillement d’une impatience difficilement étouffée, secoua le demi-sang, qui contracta les mâchoires, ravalant ses paroles, laissant le soin à son Lié – dont il perçut toute la gratitude – de lui répondre. La nuit prenait tout son temps pour s’étendre sur ces terres, et il leur faudrait bien encore près d’une heure avant que l’obscurité soit suffisante pour masquer le vol du dragon. Ce n’était pas quelques questions qui mettraient à mal Kÿreñ. Perlina avait besoin de savoir, c’était bien naturel. Cela ne ferait que renforcer sa conviction, si nécessaire. Pour autant, il savait qu’il ne s’autoriserait à se détendre que lorsqu’ils seraient tous les trois de retour au Màr Luimë, en sécurité, même s’il se sentait d’ors et déjà plus confiant maintenant qu’ils avaient quitté la ville et son agitation effrénée. La nature leur offrirait son refuge en attendant que le moment soit venu.

Avec une infinie délicatesse quoi qu’une lueur orgueilleuse enflant dans ses prunelles opalescentes, le Bronze déploya à demi ses ailes, redressant la tête et courbant gracieusement le cou en direction de l’Humaine. Comme une marionnette dont on avait soudain coupé les fils, cette dernière s’était laissée retomber au sol, assise, émerveillée, le regard levé vers le dragon, incapable d’en détourner les yeux.

**A quoi penses-tu que servent ces ailes, sinon à voler, petit Poisson ? Tu en auras bien assez tôt la démonstration, si tu choisis de venir avec nous. Pour le reste de tes questions, je te suggère de faire confiance à ton intuition sur le sujet ...**

Inutile de l’effrayer en lui disant qu’il était capable de traverser l’espace – et le temps – en moins de temps qu’il ne fallait pour l’expliquer. Il serait toujours temps de le lui apprendre … Lorsqu’elle serait mise devant le fait accompli.

**Mais je t’en fais la promesse, je ne ferai jamais usage de mes pouvoirs pour te nuire.**

***

Le temps, bien lent, s’était écoulé, marqué par le dialogue paisible entre Perlina et Kÿreñ, le dragon ayant tout de même du inciter leur jeune Aspirante à poursuivre son repas, abandonné là, oublié, au pied de l’arbre où Dušan l’avait libérée. Manifestement, la curiosité avait pris le pas sur les sensations de son estomac criant famine ...
Prévoyant, pressentant que les températures pourraient vite devenir particulièrement désagréables pour eux, le demi-sang s’était éloigné de son côté, laissant la Douée à la charge de son Lié, ramassant ici et là quelques brindilles pour monter un petit feu de camp, que le Bronze s’était fait une joie d’allumer. Autant dire qu’il avait été ravi de pouvoir montrer à Poisson ce dont il était capable, même si ce n’était qu’une petite flammèche à l’ampleur étroitement maîtrisée … Tout était bon pour voir naître à nouveau cette étincelle de plaisir dans ses iris bruns.

A l’ombre des feuillus presque entièrement dénudés, protégés du froid par la chaleur des flammes et du vent par la masse imposante de Kÿreñ, Dušan avait finalement été bien obligé de répondre à son tour aux questionnements de la jeune fille, lorsque son Bronze avait décidé de prendre un peu de repos à la faveur de la nuit. Comme s’il leur avait fallu se hisser à travers le dais étoilé du ciel nocturne, les deux lunes, réduites à un mince croissant, avaient commencé leur ascension, veillées d’un regard attentif par le demi-sang, qui évaluait régulièrement leur position. Il n’était pas sûr de ce qu’il ressentait face à leur future Aspirante, ni de pouvoir entièrement démêler ses émotions de celles, flamboyantes et exubérantes, de son frère d’âme, qui s’était quant à lui d’ors et déjà attaché à elle. Somme toute, il était conscient qu’il aurait pu bien plus mal tomber. En dépit de son caractère farouche et impulsif, Perlina montrait des dispositions pour l’apprentissage, toujours avide de nouvelles connaissances … Mais les règles … Il commençait à se douter, intuitivement, que cela, serait une donnée difficile à intégrer, et que plus souvent qu’à son tour, l’adolescente n’en ferait qu’à sa tête. Tandis qu’il la contemplait, son front se rida, révélateur de son tracas intérieur. Etait-il véritablement prêt à devenir Maître ? Leur triade parviendrait-elle à trouver son équilibre ?

**Tu t’inquiètes trop, Dušan, comme toujours. Ramenons-la déjà chez nous, et ensuite nous verrons ! Pourquoi se soucier des combats que demain nous apportera ? Il sera bien temps de leur faire face lorsque cela se révélera nécessaire.**

Encore engourdi de sommeil, le dragon entr’ouvrit un œil, aux douces teintes céladon, mêlant étroitement le vert et le bleu, entourant possessivement l’esprit de son Lié de toute la chaleur de son amour pour lui. Puis, d’un bâillement chargé de langueur, dévoilant d’impressionnants crocs d’ivoire, il s’étira et se redressa, veillant à ne pas bousculer la petite silhouette de Poisson, si fragile et minuscule comparée à ce colosse de Bronze.

**Il est temps de partir ! As-tu pris ta décision, Poisson ?**

Concentré sur le ciel enténébré au dessus de lui, Dušan n’entendit ni ne vit distinctement la réponse de la Douée, en ressentant uniquement le juste accord qu’elle provoqua chez son Lié. Les dés en étaient jetés. Alors, posant une main ferme sur l’épaule de Perlina, il attacha son regard au sien, y cherchant les traces de sa résolution, son expression s’adoucissant suffisamment pour faire ressortir la jeunesse frappante de son visage. Il n’était âgé que de vingt-deux ans en vérité, et leur Aspirante apprendrait bientôt que, au pays des dragons où l’on dépassait aisément les cent ans, il était tout juste considéré comme un adulte responsable.

« Je vais t’aider à t’installer. Accroche-toi là où tu peux, et aie confiance, Kÿreñ ne te laissera pas tomber. »

**Avance-toi jusqu’à la base de mon cou, juste devant les ailes. Il y a un creux, tu devrais le sentir.**

La saisissant par la taille, il la hissa jusqu’à ce qu’elle puisse prendre pied sur la patte antérieur du dragon, que ce dernier avait obligeamment repliée pour aider sa petite passagère. Une fois la Douée bien assise quoi que visiblement pas très à l’aise, Dušan vint la rejoindre d’un bond souple dénotant sa longue habitude. Il prit ainsi place derrière elle, non sans regretter soudain de ne pas avoir emmené un harnais de vol, qui leur aurait permis un déplacement plus … sécurisé.

Sans trop s’attarder sur la gêne évidente qu’un tel positionnement allait certainement provoquer, le demi-sang allongea les bras, maintenant d’une main la jeune fille contre lui afin de lui éviter de glisser, et de l’autre s’arrimant solidement à la crête cervicale la plus proche. D’une secousse, bandant ses muscles et gonflant ses ailes, le Bronze s’élança vers les cieux, cherchant à s’arracher à l’attraction terrestre à la seule force de sa volonté. Tout autour d’eux, la forêt s’était faite anormalement silencieuse, le calme de la nuit uniquement troublé par la tempête provoquée par les puissants battements d’ailes du dragon, une véritable tornade de feuilles mortes tourbillonnant autour d’eux. Une fois, deux fois, trois fois … Dix fois, quinze fois, et le jeune mâle surplomba enfin la cime des arbres, le plaisir indicible qu’il ressentait de pouvoir enfin rejoindre l’empire sur lequel son espèce régnait sans partage, se diffusant librement tant dans l’esprit de Poisson que de Dušan.

Chaque nouveau battement d’ailes les rapprocheraient de Tol Orëa, et avec elle, du Màr Luimë. Leur demeure, et la nouvelle maison de leur Aspirante. Mais d’abord, avant toute autre chose, elle devrait faire l’expérience, effroyable et déroutante, de la traversée de l’Interstice.

« Tiens-toi bien. »

Égale et rassurante, la voix du demi-sang vibra curieusement, se propageant de son torse au dos de la jeune fille, quelques secondes avant qu’une obscurité totale, absolue, ne les avale, les privant de leurs sens pendant ce qui lui paraîtrait certainement une éternité.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitimeMer 18 Déc 2019 - 22:05

Les questions viennent une à une. Sans précipitation. Étrangement calme alors que mon regard reste fixé sur le grand dragon. Impressionnée par ses grandes ailes, ses cornes altières, ses yeux flamboyants, sa taille même. Elles, les questions, portent principalement sur le dragon et sur ses semblables. Cela ne cache pas vraiment ma réticence à parler de cette terre si lointaine où ils veulent m'emmener. Mais elles deviennent inévitables et le dragon comme l'homme instillent dans leurs réponses les germes même de cette contrée. Une terre cachée, protégée, où volent les dragons dans le ciel. Le spectacle doit être magnifique. Mais loin, si loin. Et cet horizon lointain est un abîme qu'il faut sauter. Dans mon ignorance je songe qu'il nous faudra du temps avant que nous quittions le continent même en volant. Le temps de mieux connaître ces étranges compagnons de voyage. Alors quand Kÿreñ annonce l'heure du départ je tergiverse certes un peu. Mais ses yeux doux, sa voix tranquille me bercent et endorment petit à petit ma méfiance.

Décision prise je grimpe sur le dos du dragon non sans une intense émotion. La peur reste en arrière plan mais l'attente prend le pas. Excitation et appréhension mêlées en un tourbillon qui me tord les tripes. Fruit de mes cavalcades sur les chevaux de la ferme et des environs je trouve vite mon assiette, bien que Kÿreñ soit plus large que mes montures d’autrefois. Dušan dans mon dos. Au moins cette fois sa prise est plus agréable que quand j’étais sur son épaule. J'imite son geste pour accrocher la dorsale devant moi. Un peu comme de monter à cru et sans longe. Le ‘bond' du dragon vers les airs me fait un instant serrer les dents et ma prise sur son dos. Mais très vite je me détends. Passant même un ou deux coups d'œil vers l'arrière, afin de voir, presque extatique, les grandes ailes battant les airs. Le vent vient fouetter mon visage, piquant ma peau de la délicieuse sensation d’être vivante. Presque déçue de ne pas apercevoir plus du paysage devant moi. La joie de voler de Kÿreñ me transperce et mon âme y répond avec la même ferveur. Quand à l'avertissement de Dušan il ne me prépare en rien à ce qui va suivre. Je pense seulement à une nouvelle accélération du dragon.

Le néant me prend, m'entoure de sa froide logique alors qu'un instant je tombe. Je tombe ! *KŸREÑ !* Cri de panique mentale. Avant de prendre conscience que mon corps n'est qu'une ombre. Une chose froide et raide dont les sensations sont vides. Plus de vision, de goût, de sons, de toucher. Pas même l'idée de si j'ai encore la tête en bas ou en haut. L'angoisse et la panique sont maîtres à bord. Me faisant vibrer d'une intense douleur fantôme. Morte et vive. Vive et morte ? *MAMAN !* Je voudrais crier, hurler, extérioriser la panique. Le néant ne m'en laisse pas le loisir. Elle est obligée de rester là durant ces interminables secondes. L'air froid dans mes poumons est fait d'une glace inamovible. Prison d'angoisse.

Et soudain… le cri brûlant m'arrache la gorge. Un râle autant qu'un cri d'ailleurs. Mes bras viennent entourer le cou du géant des airs. Collée à lui autant pour retrouver la chaleur que la vie. Panique pleure et frappe ma poitrine d'un feu ardent et presque vengeur. Derrière mes paupières closes les larmes me brûlent. Je n’écoute rien. Ne ressent rien si ce n'est mon corps redevenu mien. Cela en est douloureux. Instinctivement mon esprit s'est fermé à toute tentative extérieure. Les voix vocales ou mentales des liés ne me parviennent pas. Il faut que je me raccroche à moi-même. Mais moi-même ressemble à un navire sans capitaine dans la tempête. Panique hurle « qu'est-ce qui m'est arrivé ? ». Angoisse ressasse « et si ça se reproduit ! ». Terreur susurre « à jamais emprisonnée ». Impossible de me reposer sur quelque île de calme même pour un instant.

Je ressens, avec ce corps de nouveau mien, que nous avons touché le sol. Blanche et silencieuse je glisse au bas de ma monture. Mes yeux se pose sur la cité sans la voir. Il règne une pénombre et un silence qui ne m'inspire que la peur. Je me retourne et cette fois je vois bien le dragon dont les yeux ont une couleur que je ne sais pas encore interpréter et Dušan. C'est sur lui que ma rage explose. Parce qu'il est humain (au sens large) et reste le plus proche de moi. Je me jettes sur lui martelant de mes poings sa poitrine, hurlant d'une voix stridente où percent mes sanglots.

« PLUS JAMAIS ! JAMAIS ! JAMAIS ! RAMÈNE MOI CHEZ MOI ! »

J'en viens soudain à me souvenir avec quelle facilité il m'a maîtrisée et me recule précipitamment avant qu'il ne sorte de sa surprise et me ceinture ou quoi que se soit d'autre. Panique a endossé son manteau de colère outragée. Me faisant hésiter à lui sauter dessus et à le battre jusqu’à plus soif ou fuir le plus loin possible. Je tourne les talons et animée d'une énergie aussi intense qu'incontrôlable je m’élance dans l'une des avenues au hasard. Courant droit devant en un sprint qu'il me faudrait éternel pour quitter ces lieux. Je cours. A bout de souffle je m'effondre secouée de lourds sanglots. Je ne sais plus pourquoi j'ai fuis la douce tranquillité de la ferme. Pourquoi partir si loin, si vite. Je me recroqueville sur moi-même. Les vagues noires de ma peur et de ma colère s'étirent sans fin sur mon paysage intérieur. Reproches sans fins envers moi-même. Envers Dušan, Kÿreñ et oui même Gaslin qui ne me paraît plus bien méchant. Cette journée me semble un gouffre sans fin.




[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Empty
MessageSujet: Re: [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ   [RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Ça va pas être si facile ! ~ Dušan et Kýreñ
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Les Continents Extérieurs :: Orën-
Sauter vers: