Le Deal du moment :
Où trouver My Hero Academia Tome 31 collector ...
Voir le deal
13.50 €

Partagez
 

 [RP] Accoster en terre de légendes

Aller en bas 
AuteurMessage
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeSam 9 Nov 2019 - 15:18

[10 Aran'Rhiodku 919]


Le soleil était haut, faisant miroiter la baie agitée d’une houle régulière. Sa lumière grise enveloppait le navire et faisait plisser les yeux, dans le gréement, des voltigeurs qui s’affairaient aux voiles. Mais, en ce pâle jour de la fin de l’automne, il n’apportait nulle chaleur, et les doigts commençaient à se faire engourdis, trempés d’embruns et glacés par le vent qui s’engouffrait avec la mer dans le delta.
L’équipage tout entier était en effervescence depuis qu’ils s’étaient engagés dans ces eaux qui devaient les amener jusqu’à leur mouillage : nulle carte n’existait de ces eaux, c’était l’une des conditions imposées au commerce, et rares étaient les pilotes de Rhaëg à connaître la voie à emprunter pour approcher sans écueil la terre de l’aube. Car il était difficile pour un navire hauturier tel que la Fiancée des vagues de s’aventurer dans le delta du Cenedril, où l’océan se faisait marécage, et ils risquaient à tout moment de toucher un haut-fond qui aurait pu les immobiliser de nombreuses heures durant. Aussi, à la barre, Ta’imiti était tendu comme un félin. Campé sur ses positions, ses muscles secs en tension sous l’effort, on aurait pu le croire solidaire de la large roue de bois qu’il manœuvrait avec fermeté. Son esprit tout entier épiait les moindres détails du balancement de la coque, de la danse des fanions dans les mâts et de cette mélopée du vent et de la houle qu’il semblait seul à savoir écouter. A la proue, le pilote attentif lui faisait passer çà et là des consignes, par l’équipage ou par la voix, afin que leur approche soit la plus douce et précise qui fut, évitant les reliefs que cachaient ces eaux qui n’étaient encore que légende il y a peu. Autour d’eux défilait un paysage verdoyant semblable à celui qui peuplait les récits des aventuriers revenant de Qahra, eau et forêt s’embrassant dans une étreinte résonnant de la vie animale qui y trouvait refuge. Mais il n’y avait qu’à quai ou sur le calme océan que les marins ont le loisir d’admirer le paysage, et seuls la mer et les cieux importaient à Ta’imiti lorsqu’il était à la manœuvre...

[RP] Accoster en terre de légendes 191111093155979097

Enfin, ils arrivèrent en vue de cette forteresse qui léchait la montagne, en vue du port qui marquerait une escale bienvenue après de longues semaines de mer. L’ondin laissa à sa demande la barre au capitaine, qui guida la manœuvre du bras et de la voie jusqu’à ce que fut immobilisé le large voilier, le flanc tout proche du quai de pierre. Ta’imiti ne retirait point de fierté de ce poste de timonier qui lui était si cher. Il y appréciait le frisson de ces instants à guider leur course, alors qu’il sentait son corps s’accorder au bois du navire et son souffle au vent de l’océan. En nulle autre circonstances n’avait-il ressenti tel sentiment de plénitude. Mais le moment était passé, et il n’était plus que simple matelot, et ses corvées les mêmes que tout autre, alors qu’il mettait pied à terre.

- Bien barré, tout à l’heure, gamin. lança une voix en l’aidant à soulever une large caisse pour l’amener à terre. Content de t’avoir à bord.

La voix appartenait à un petit homme au teint pâle qui soulevait sa part de la charge sans broncher et sans que cela n’entame sa capacité à discourir. Henry était le pilote de la Fiancée des vagues, un ami de longue date du capitaine et soi-disant un lointain descendant au sang humain d’un roi navigateur ondin. Ce dernier détail, Ta’imiti l’avait vite appris car Henry était, en plus d’un navigateur de grand talent, un incroyable bavard… Et bien que cela créait un contraste saisissant entre eux, le jeune homme s’en réjouissait, car le loup de mer était en quelque sorte devenu son mentor à bord et ces bavardages incessants lui permettait d’apprendre bien plus vite que ne lui aurait permis la simple observation. Mais son esprit n’était pas pour le moment aux histoires du vieux marin, lui qui venait de poser le pied sur la terre de l’aube, Tol Orëa…

- Alors, ça fait quoi de marcher dans la légende ? plaisanta son comparse après avoir déposé sur le quai la caisse qu’ils transportaient. Incroyable, n’est-ce pas ? C’est à se demander ce que Rhaëg cache d’autre sur ces océans, si une île de cette taille est restée inconnue de tous…

Il y avait encore peu, la terre de l’aube et ses habitants fantastiques n’était guère qu’une fable des temps ancien. N’avait-elle jamais existé ou fut-elle rasée quand les dieux dirigèrent leur colère contre les tyrans d’antan ? Chacun y allait de sa fantaisie, mais il n’avait jamais rencontré qu’une unique personne qui donnait quelque crédit à cette légende, une rêveuse au grand cœur. Si son amie d’enfance ne s’était pas trompée au sujet de cette île, quels autres mystères en effet se cachaient sous le ciel de Rhaëg ? Devait-il s’attendre à voir d’autres mythes prendre vie ? Le timonier balaya cette idée.

- C’est impressionnant, oui… Comment le capitaine a-t-il eu connaissance de ce port ? Ce n’est pas homme à se hasarder sur la haute mer en quête de chimères.
- Ah, ça… Il ne m’a jamais expliqué toute l’affaire… Mais j’ai cru comprendre qu’il avait un oncle qui était venu ici. Quelque chose comme ça… J’ai eu beau essayer de le cuisiner, il n’a pas voulu m’en dire plus, et pourtant je suis doué pour lui tirer les verres du nez. Tiens, comme la fois où j’ai réussi à lui faire avouer le nom de la…

Mais Ta’imiti ne prêtait plus qu’une oreille discrète aux élucubrations d’Henry, qui racontait quelque vieille histoire entendue mille fois, et avait laissé son esprit s’envoler ailleurs. Il parcourait des yeux et des sens la haute muraille qui leur faisait face, incapable de lui donner un âge. L’air humide en avait lissé la roche mais ne semblait pas l’avoir usée ni n’avait attaqué les pièces métalliques. Le courant léchait ses fondations mais n'entamait pas les pierres jointes. Elle se dressait là comme une voile géante dans lequel le vent s’engouffrait et hurlait avec rage, impuissant. Il écoutait silencieux ce chant des éléments, plus sonore qu’il ne l’avait perçu plus tôt dans le delta, s’interrogeant sur les mystérieux habitants de cette île qui ne devait pas exister, ceux qui y avait construit une forteresse qui avait sa place parmi les châteaux de nuage que chantaient les bardes.
Perdu en scrutation, il ne vit pas s’approcher sur le quai l’émissaire de ladite forteresse…


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5


Dernière édition par Ta’imiti Roimata’toa le Mar 12 Nov 2019 - 9:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeDim 10 Nov 2019 - 17:56

[RP] Accoster en terre de légendes 1569501329-erhaliava  [RP] Accoster en terre de légendes 1573412121-sobeek [RP] Accoster en terre de légendes 1573411925-sobeekhum
Erhali Sednereï                Le Brun Sobeêk
#9B9B62                      #ffffcc


-Alors, qu’est-ce qu’on a par ici… La fiancée des vagues… L’homme parcourut un parchemin pour vérifier à quelle cargaison il avait affaire et chercha un interlocuteur qu’il trouva en la personne d’Henry qu’il avait déjà plusieurs fois côtoyé.

-Vous déposez le tout sur le quai et nos gens comptent et vous paient. En attendant... Il se tourna vers les hommes qui descendaient de l’embarcation et proclama sur un ton plus sonore mais monotone comme une consigne mille fois répétée.
-Bienvenue au Delta du Cenedril. Vous trouverez ici de quoi vous divertir et vous reposer un peu. Il désigna par dessus son épaule, la rue pavée derrière lui qui conduisait à quelques baraques et échoppes animées. Si vous avez quartier libre au port selon le temps concédé par votre Capitaine, vous n’avez pas accès à la forteresse ni ne pourrez franchir les limites de la ville.

L’homme, un torhil fort habitué à l’intendance des cales, remarqua le regard de l’ondin tout près de lui : celui d’un homme qui découvrait un tout nouvel horizon. Il se demanda un instant si ce gaillard avait bien été avisé par son équipage mais leva un sourcil pour faire taire ses méninges avant de retourner à ses comptes, plus attractifs.

Le quai était bruyant et nombreux étaient les hommes qui satisfaits de poser un pied à terre, s’engageaient dans la rue principale, pour goûter aux différentes cuvées que l’on proposait. Parmi les passants, on croisait des anonymes des terres alentours et quelques notables facilement remarquables à leur tenue raffinée. L’endroit était un carrefour commercial mais la vie semblait poursuivre à l’écart de ce quartier. Au Nord, une allée pentue montait au pied du château. Là, une lourde porte gardée aiguisait toute curiosité. A l’Est, au bout de la route bordée des commerces installés de la bourgade, on pouvait deviner dans le sillage d’une carriole chargée, la fameuse limite que les étrangers n’avaient semblait-il pas le droit de franchir.


Erhali et Sobeêk s’étaient envolés en direction du Delta lorsque le Sénateur avait reçu une requête peu commune. La Forteresse qui était une terre d’échanges entre Kaerl nécessitait ses conseils et son expérience pour la vérification de traités commerciaux d’ordres communs. Suite à l’accusation d’un intendant ardent d’une partialité des agents du ports quant à la distribution équitable des denrées, de nouvelles consignes devaient être étudiées pour consolider la paix. Ainsi, on demanda à plusieurs érudits du continent d’intervenir et le Kaerl Englouti répondit en envoyant un de ses plus illustres homme de Loi.

*Ce faisait un moment que nous n’étions pas venus par ici.*

Erhali ferma les yeux pour respirer l’air marin qui lui caressait le visage. Le Maître et son lié avaient préféré la voie des airs pour ce rendre à la Forteresse et profiter de la fraîcheur automnale. Le Brun se posa près de l’arène d’entrainement au coeur de la citadelle avec maîtrise et puissance. Ses pattes s’enfonçant violemment dans la terre friable tandis que son corps amortit la moindre secousse afin que son cavalier n’en soit en rien malmené. Erhali restait un homme agile. Un ondin qui aimait glisser sur l’aile de son lié. Une fois au sol, le Sénateur passa une main dans ses cheveux pour les ordonner un peu, ajusta sa cape de velours bleu doublée de laine.

*A plus tard...*

Erhali se présenta à l’entrée de la bâtisse et après qu’on l’ait respectueusement salué, on le conduisit à la salle de travail.

Sobeêk observa les quelques recrues qui tentaient d’imposer leur art dans l’arène et poussa un petit rugissement de sorte à les faire frémir afin que le combat s’intensifie. Là, le spectacle commençait à lui plaire. Le Brun prit une grande inspiration, s’imprégna des saveurs de peurs et d’excitations. Comme les bipèdes étaient riches d’odeurs colorées et d’émotions acides… Le dragon sentit un fourmillement le parcourir et telle la caresse d’une pleine lune, il sentit une fraicheur onirique s’emparer de lui. Son corps devenait fragile et plus vivant sous bien des aspects pour lui. En une fraction de seconde le saurien avait abandonné sa toute grandeur pour l’apparence d’un ondin au charme magnétique surnaturel et aux yeux préoccupants. Il portait une toilette de velours pourpre semblable à l’une de son lié. Après tout, cela faisait longtemps qu’ils étaient unis et Sobeêk s’était largement laissé séduire par les goûts de sa moitié.

Le Brun, sentit le regard de quelques aspirants qui n’avaient pas encore l’habitude de ces transformations et leur sourit avec amusement. Alors qu’il hésitait à prendre une épée et à demander qu’on l’affronte également pour le plaisir, un battement de coeur retentit dans sa poitrine. Ce n’était pas le sien ni celui d’Erhali. Celui-ce était jeune et insouciant. S’en suivit un tintement mystique qu’il n’avait perçu que deux fois auparavant…

*Sobeêk??! Que se passe-t-il ?* Erhali sentit la surprise de son lié, une surprise suffisamment importante pour que le Maître s’en inquiète.

*Je dois chercher...* Sobeêk, ferma alors son esprit à son ondin le temps de comprendre…

*Je te sens… Où es-tu… ?* Son esprit s’envola dans l’air et parcourut les pavés en destination d’un étranger.

Le Brun s’approcha de la porte de la Forteresse, dépassa les gardiens et tentait de suivre le coeur qui s’était connecté au sien.


Dernière édition par Elke On Nïksé le Lun 25 Nov 2019 - 23:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMar 12 Nov 2019 - 18:42

Il entendait dans son dos Henry qui continuait à égrener les contes de ses plus jeunes années, mais Ta’imiti ne bougeait pas. Il savait que touchait à sa fin le ballet de matelots déchargeant les marchandises que le capitaine désignait, mais Ta’imiti ne bougeait pas non plus. Il ne bougea pas plus lorsqu’il entendit une voix nouvelle perturber la ritournelle du pilote, participant à cette foule familière de bruits, de cris et d’échos qui peuple tous les ports du monde. Non, Ta’imiti ne bougeait pas, cette agitation lui était familière et il savait qu’elle serait toujours bien présente lorsque s’achèverait sa rêverie.
Depuis ses premiers pas en haute mer, le jeune ondin avait pris cette habitude, comme un rituel qui n’appartenait qu’à lui, l’un de ces moments d’étrangeté qui lui valurent son sobriquet. Lorsqu’ils débarquaient après de longues journées sur l’onde, il prenait ainsi quelques instants pour laisser son esprit s’envoler et planer avec douceur dans la mélopée qu’il était seul à entendre. Son esprit tout entier s’ouvrait avec délectation au chant du vent de mer qui se brisait sur la pierre, au chant de l’océan qui s’adoucissait au contact des terres, au chant inconnu de cette terre nouvelle au ciel étranger. Lorsqu’il accostait, en particulier sur de nouveaux rivages, il saluait ainsi les éléments de ce pays qui l’accueillait, il présentait ses hommages à ce nouveau monde et humait ce vent autochtone. Mais plus qu’étrangers, les éléments de Tol Orëa lui paraissaient étranges.
Et dans la mélodie, dans la musique et dans le chant, une voix se détacha soudain, une voix qui ne chantait pas.

*Je te sens… Où es-tu… ?*

Lorsque la mélodie de l’océan était d’abord venue à lui, Ta’imiti ne l’avait remarquée que bien tard, tant sa venue avait été douce. Ses premières notes avaient été imperceptibles, et les eaux chantaient depuis bien des mois lorsqu’il fut enfin conscient de ce qu’il entendait. Ce n’était d’ailleurs la plupart du temps qu’un sifflement mélodieux qui ne se distinguait du son véritable du vent que par quelques intonations à nulles autres pareilles. Parfois, lorsque le vent forcissait ou quand ils étaient si loin en mer que le monde entier n’était plus que bleu, des voix se faisaient entendre, chœur discret et lointain dans lequel il devinait les changements à venir. Jamais auparavant n’avait-il perçu dans la mélodie paroles si distinctes, jamais variation n’avait été si brusque. Si ce n’était pour cet écho surnaturel, il aurait pu croire que ces mots lui avaient été à haute voix adressés.
Et, plus troublant encore, pour la première fois il lui semblait être en mesure de répondre…

- Eh, La Mouette ! Quand tu auras fini de planer, tu apporteras ça au capitaine ?

La voix d’Henry tira le timonier de sa rêverie et de sa surprise tout à la fois. L’homme lui tendait un parchemin soigneusement roulé qu’il savait être l’une des copies du manifeste de bord, le sésame qui prouvait l’identité de l’armateur dans l’éventualité où un capitaine de port ferait du zèle. Un seul regard au précieux document lui suffit pour comprendre qu’il s’agissait là d’un ordre et non plus d’une demande courtoise.

- Prends tes affaires et va profiter un peu du port avec les autres, tant qu’à faire ! On ne va pas sûrement pas rester à quai bien longtemps, alors profites-en. Je vous rejoins plus tard. lui lança le vieux marin avant de lui céder le rouleau.

Avec un dernier regard pour ce ciel qu’il avait stupidement cru doué de parole, Ta’imiti s’en saisit et se dirigea vers le pont. Il passa sans un mot devant ce torhil en livrée qui inspectait les caisses amassées sur le quai et ses registres, ne jetant qu’occasionnellement un coup d’œil discret à ces marins impatients qui se hâtaient vers la rue animée. Homme de mer par son port et son regard, homme de terre par sa tenue, c’était l’un de ces professionnels des ports qui connaît tout des équipages sans jamais avoir lui-même appareillé, de ces vigilants qui s’assurent que rats et mauvaises habitudes ne débarque point avec les hommes dans son port. Il eut un sourire amusé. Sur la terre de l’aube comme ailleurs, on retrouvait au mouillage les mêmes visages.
Il passa tout aussi silencieusement devant ses compagnons qui négociaient ou tiraient au sort celui qui devrait rester à bord pendant que les autres profitaient du port. Il était heureusement exempt de ce jeu, car c’était l’un de ses avantages de timonier, ayant barré pour les amener à bon port, que d’avoir droit à la première tournée à terre. Ainsi Ta’imiti se dirigea droit vers l’entrepont où se trouvait certainement encore le capitaine et sa dernière corvée à bord avant de pouvoir profiter de son temps-libre.

~~~

S’il est vrai que les marins lorsqu’ils sont au port ne sont pas les derniers à fréquenter les troquets, ravis de se rincer le gosier de meilleurs breuvages que la bière rance et tiède qui accompagnait leur traversée, ce n’est pas nécessairement leur première destination. Nombreux se hâtent plutôt vers le marché, trop contents de pouvoir se rassasier de lard fumant et de fruits frais, denrées qu’ils n’avaient plus vu depuis leur première semaine de navigation. D’autres, il faut bien se l’avouer, préféraient trouver bien vite la compagnie et la couche d’une dame -plus rare encore en mer- pour réchauffer leurs âmes solitaires. D’autres encore ne rêvaient guère que d’une chambre silencieuse et d’un matelas confortable pour enfin dormir loin des ronflements et du roulis. Enfin certains, paraît-il, allaient demander un baquet d’eau à la première taverne décente pour s’y laver. Ces derniers étaient rares et on leur riait souvent au nez, il est vrai…
Ravi de disposer de quelque solitude après ces longues semaines partagées dans le navire étriqué, Ta’imiti était de ceux-là qui parcouraient les échoppes à la recherche de quelque nourriture plus savoureuse que leurs biscuits de mer humides. Mâchonnant distraitement une épaisse brioche fourrée à la viande, il observait avec curiosité l’animation de cette rue richement pavée et pourtant si modestement pourvue. Le Delta du Cenedril était le seul port du continent, lui avait-on dit, et il s’était attendu à une cité plus riche que la simple bourgade qui s’étendait sous ses yeux. Sans doute n’était-ce là qu’une simple extension sans prétention de l’activité réelle du lieu, cachée derrière ces murs de pierre. Mais pourquoi donc faire planer tant de mystère sur ces lourdes portes alors même que ceux qui avaient posé le pied ici bas avaient déjà été mis dans le secret de la légende ?
Ta’imiti promenait ainsi son regard sur les murs de la forteresse lorsqu’il ressenti le même élan qu’auparavant. Il n’avait pas tendu son esprit vers l’océan, il n’avait pas laissé ses pensées planer dans le vent, mais pourtant il sentait en lui les éléments s’agiter plus sûrement qu’au cœur de la tourmente. Plus qu’une mélodie, c’était une présence qui semblait hanter ses sens. Plus qu’un chant, c’était un appel qui résonnait dans tout son être. Instinctivement, il se retourna vivement vers l’océan. Mais personne ne l’y épiait et les eaux du delta étaient calmes.


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeVen 15 Nov 2019 - 20:07

Sobeêk le sentait. C’était un battement franc et régulier. Celui d’une âme assez vigoureuse. Le dragon laissa échapper un petit rictus carnassier à cette réjouissante nouvelle. Le Brun descendit l’allée en direction des bateaux dont les coques chantaient entre l’eau et le quai. La brise s’engouffra dans son manteau et la sensibilité de cette peau ondine le fit frissonner. L’excitation grimpait et à la vue des visages qu’il croisait, Sobeêk prit la sage décision de s’appuyer contre un muret un temps, de calmer sa vigueur et de fermer les yeux pour que ses iris reprennent un aspect commun.

Les rires et les discordes bordaient ce quartier de la ville et même si le saurien n’avaient pas d’attrait particulier pour les lieux bruyants, il savait apprécier la vie qui débordait. Hormis sa toilette, il n’avait pas l’air d’un homme aussi sophistiqué que son lié. Ses cheveux tombaient avec simplicité sur ses oreilles et sa démarche souple ne dévoilait pas plus qu’un agile ondin que l’âge n’avait pas encore engourdi. De belle stature, il ressemblait à un homme de terrain ; bien loin de l’idée que l’on puisse se faire d’un amoureux des livres. A quelques mètres de l’eau, Sobeêk scruta les embarcations une par une. Son pas ralentissaient à mesure que les perceptions venaient le trouver et lui en dire plus sur sa jeune proie. Enfin, il décela l’odeur, l’identité floue et hasardeuse de celui ou de celle qu’il cherchait. Il arrêta sa marche et pencha sa tête légèrement sur le côté fixant avec une inquiétante concentration l’embarcadère de la Fiancée des vagues.

Le vieux marin qui s’affairait sur le pont finit par remarquer l’étranger du quai. Il se raidit brusquement. Lui, qui balançait un flot continu de palabres depuis plusieurs minutes, s’était trouvé un instant interloqué. Sentant la crainte poindre, Sobeêk lui accorda un sourire léger, poli et modéra l’intensité de son regard avant de reprendre son chemin. Cet homme avait côtoyé le mystérieux individu... Ainsi il devait s’agir d’un marin. A présent tourné vers les miettes de sa présence, le dragon s’éloigna du rivage en direction des petits étals. Enfin, il l’aperçut. Nul doute. A cet instant Sobeêk se perdit entre le désir de chasse et l’envie de se présenter. Sa mâchoire se crispa et il décida de poursuivre son observation. Le jeune ondin semblait rêveur, curieux et intrigué…

Alors qu’il s’apprêtait à approcher afin de le déchiffrer davantage, l’aura brulante d’un frère s’invita. Le Brun tourna lentement la tête en sa direction et aperçut un englouti sous la forme d’un humain, un écailleux blanc, qui avait également perçut le don de cet aspirant à venir et s’était lancé à sa rencontre. Sobeêk était un sage, un brave et si son visage peu expressif se durcit rigoureusement, ce ne fut rien face à la vague de puissance silencieuse qu’il déploya face à son adversaire. Le Blanc tressaillit. Il posa un regard vorace sur le vieil ondin avant de le reconnaître. Il n’insista pas un instant, baissa la tête et quitta les lieux. Le marin se captivait d’un tout d’un rien, peut-être que c’était la magie qui résonnait en lui ?

*Et si tu étais enfin près de chez toi ?*

Des allégations avec lesquelles tous les voyageurs flirtaient. Une marchande tendit un collier de perles au nouvel arrivant.

-C’est pour les gorges généreuses ça ! Du bois des forêts enchantées de là derrière ! Vous en voulez pas pour charmer une p’tite dame ?

*Plutôt du bois flottés...*

Ainsi Sobeêk s’invita en l’esprit de celui que Flarmya avait mis sur son chemin. Lorsqu’il en fut certain et serein, il retrouva l’enveloppe chaleureuse de l’esprit de son lié.

*Nous avons un aspirant.*

Erhali était en train de discuter fermement d’un point qu’il estimait non négligeable quand le saurien intervint. Il en perdit la fin de son argumentation et dut renoncer à sa position.

*Mais qu’est-ce que tu dis ?*

Erhali se perdit en ses pensées. Une teinte de nostalgie pointa jusqu’à atteindre quelques touches de tristesse. Son fils lui manquait et c’était l’aspirant qu’il aurait aimé former. Le sénateur se reprit, empoignant les accoudoirs de son siège et se levant pour reprendre la main dans cette fâcheuse réunion. Le Brun lui offrit alors les images d’un jeune ondin fringant et plein de belles promesses.


Dernière édition par Elke On Nïksé le Lun 25 Nov 2019 - 23:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeLun 18 Nov 2019 - 0:50

Alors qu’il fixait les eaux paisibles du Delta, et de l’océan au-delà, Ta’imiti sentait une véritable tempête se déchaîner en lui. La mélodie des éléments était tout autant à l’accalmie que le paysage, mais il lui semblait que son âme était prise dans la tourmente, secouée par des vents contraires. Désorienté par cet assaut soudain, manquant tituber, il prit une profonde inspiration afin d’éclaircir son esprit et de faire taire ces sensations indésirables. Il balayait du regard les badauds qui s’agitaient dans la ruelle aux commerces, espérant, vainement sans doute, repérer la source de son désordre intérieur.
Un homme lui parut sortir du lot, un pâle neishaan aux yeux ardents qui le dévisageait avec insistance. Mais à peine le jeune marin l’avait-il aperçu que celui-ci s’était détourné, le visage fuyant, après un étrange coup d’œil dans son dos. Et avec son départ se calma peu à peu la tempête… L’attention de Ta’imiti demeura cependant sur cette mystérieuse silhouette qui s’échappait : il lui avait semblé que ses yeux brillaient de l’éclat orangé d’un grenat, deux yeux couleur de flammes tels qu’il n’en avait jamais aperçu chez quiconque auparavant. Mais l’inconnu disparaissait dans la foule, et à nouveau dans le chant de l’océan retentit cette voix, plus distincte encore, qu’il avait perçue plus tôt.

*Et si tu étais enfin près de chez toi ?*

La mélodie du vent marin se faisait désormais plus ténue car son esprit s’écartait des flots, et les mots se découpaient au-dessus d’elle, l’occultant totalement ainsi que tous les sons du marché. Pendant un instant fugace, il n’y avait plus eu que lui et cette voix, seuls au milieu de la foule, en tête à tête sans se voir...

-C’est pour les gorges généreuses ça ! Du bois des forêts enchantées de là derrière ! Vous en voulez pas pour charmer une p’tite dame ? lança une femme qu’il n’avait pas vue approcher, lui donnant à regarder de plus près un bijou fait de perles grossières. L’œil de l’ondin balaya prestement l’étal derrière elle, croulant sous de nombreux colifichet du même acabit et dont elle se serait sans doute empressée de vanter quelques valeurs mystiques s’il lui en laissait l’occasion.

- Plutôt du bois flotté...

Ta’imiti sursauta au son de sa propre voix. Il avait répondu sans vraiment l’avoir voulu : ces paroles, ces pensées même, n’avaient pas été les siennes, elles s’étaient imposées à lui et s’étaient invitées sans ménagement dans sa bouche. Honteux et surpris, il s’éloigna sans plus attendre de l’échoppe et de la commerçante interloquée, ne laissant pas le temps à cette dernière de répondre. S’il était de lui-même arrivé à une proche conclusion concernant la qualité des marchandises proposées, jamais ne se serait-il permis telle remarque...

Dans cette fuite maladroite, il nota cependant l’éclat froid de deux topazes qui le dévisageaient, dans la direction qu’avait observé le neishaan plus tôt avant de s’éclipser. Était-ce là le regard de celui qui semblait vouloir pénétrer son esprit avec tant d’insistance ? Ce robuste ondin était-il l’écho physique de la présence qu’il ressentait depuis qu’il avait posé pied à terre ? Suspicieux, il glissa entre les passants sans un coup d’œil en arrière et se laissa porter par le courant de cette foule qui coulait en rivière au milieu des étals, feignant n’avoir rien remarqué. La vision avait été fugitive et sans doute l’étranger à qui appartenaient ces yeux étincelants - il s’interrogeait d’ailleurs sur cette étrange magie qui dotait les locaux de ces regards de gemmes - ne s’était pas aperçu qu’il avait été remarqué. À moins, bien sûr, qu’il ne puisse pénétrer ses pensées, doute qui commençait fortement à s’imposer à lui... Après tout, il ne savait rien de cette contrée et des capacités qu’avaient pu développer ces hommes et ces femmes qui avaient su dissimuler un continent entier au monde. Pour vérifier cette hypothèse improbable ou pour répondre à l'interrogation rhétorique, il se surprit à ancrer profondément une pensée en lui, comme s’il avait voulu la lancer avec force et conviction à un interlocuteur imaginaire…

*Ma demeure est la mer, et c’est bien la seule que je laisse pénétrer mon esprit.*

Il s’était laissé dériver à travers le torrent de badauds jusqu’à un tournant de l’allée, à quelques encablures. Là, caché à la vue de cet hypothétique poursuivant, Ta’imiti s’engouffra dans l’étal lourdement pourvu d’un marchand d’étoffes. Il y adopta en un instant la posture droite de l’homme sûr de ses finances et l’œil expert du négociant, attitude qu’il avait maintes fois observée chez ceux-là qui débarquaient à Ys pour y faire commerce. D’un geste de main, il fit taire le boniment du commerçant et fit mine d’évaluer, de l’œil et du doigt, les draps décorés et les fins brocarts. Son regard se portait en réalité vers le défilement de passants qui continuait de l’autre côté des tentures, à l’affût de l’ondin aux yeux de topaze.


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeDim 24 Nov 2019 - 21:40

Sobeêk entendit ses propres mots s’échapper de la bouche du jeune ondin. La cocasse situation lui fit articuler un petit rire. Comme les hommes étaient maléables, frêles... Aussitôt à l’écho de cette pensée, le Brun sentit de nouveau l’attraction animale et magique réveiller ses instincts. Sa proie avait changer de traits, il s’agissait à présent d’un nouveau né qu’il fallait protéger. Si le dragon n’avait jamais eu de petits, il avait imprégné l’instinct paternel de sa moitié et sentait que ce coeur orphelin était destiné à l’un des siens…

Le jeune homme était agité. Saisit de stupeur et de maladresse, il cherchait à fuir. Son regard balaya les badauds d’un air interrogatif sans savoir quelle question formuler. Furtivement, ses prunelles d’azur se posèrent sur Sobeêk mais ne s’arrêtèrent pas. Le Brun sentit la crainte s’éveiller dans l’esprit de celui qu’il observait s’éloigner. L’ondin joua d’agilité entre les passants pour se frayer un chemin en toute discrétion. Le Brun hésita.

*Il a peur…*

Erhali sentit la dualité de son lié dans sa poitrine et prit un instant pour se détacher de ses conversations. Le sénateur sentit les bribes âcres d’excitation du chasseur et la chaleureuse tendresse du père. Il se servit une coupe d’Hypocras pour se recentrer sur son être entier.

*Il n’y a pas beaucoup de façon pour qu’un renard approche un lapin… Il suffit d’être le lapin.*

Sobeêk sentit la paix de son confident l’envahir aussi sûrement que s’il avait posé une main fraternelle sur son épaule. Le vieil homme parvenait toujours à surprendre celui avec qui il partageait ses secrets. Le Brun baissa un instant les yeux sur le sol. Les pavés brunirent et il comprit que le ciel s’apprêtait à chanter l’automne. Les gouttes effleurèrent les hauteurs avant de s’écraser, lourdes et froides sur la ville.

*Ma demeure est la mer, et c’est bien la seule que je laisse pénétrer mon esprit.*

Sa voix était claire, distincte. Ainsi son esprit avait naturellement trouvé celui qui s’était indiscrètement immiscé. Ses propos étaient ceux d’un marin, s’il pensait que la mer lui parlait, croyait-il que Sobeêk était l’esprit du continent ? Le dragon s’engagea sur la route qu’avait prit son futur aspirant, plutôt décidé à se présenter. Pourtant, la robuste silhouette dépassa la porte de la boutique afin de s’installer aux abords de sa vitrine, s’appuyant sur son épaisse épaule sans égard pour le temps qui se déversait.

*La lourde porte de la Forteresse, présente-toi sur ordre de Sednereï pour entrer.*

Le saurien patienta quelques instants avant de poursuivre sur un ton mystérieux.

*Rares sont ceux qui souhaitent repartir une fois qu’ils y sont rentrés mais tu devras choisir...*

Sobeêk ne voulait pas de confrontation directe. Le lapin préféra attiser le renard afin qu’il fasse ses choix et soit maître de son nouveau destin. Le Maître se redressa, feignit de regarder les tissus proposés derrière la vitre du commerce et prit la route perpendiculaire, celle qui montait à l’impériale forteresse. Les gardes ne bougèrent pas d’un pouce pour le laisser passer. Dans la basse-cour, le sol s’était maculé de boue argileuse mais les entrainements de la petite arène continuaient. Le Brun se questionnait… Se laisserait-il inviter, deviendrait-il le chasseur de cette silencieuse traque? Est-ce que le jeune homme écouterait le chant de son coeur, celui que Flarmya avait promis au Màr Luimë ?
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeSam 30 Nov 2019 - 12:32

Le soleil aurait dû être haut encore dans ce ciel d’entre les saisons et sa lumière aurait dû inonder les pavés, sinon les réchauffer. Mais dans la forêt de tentures où le matelot avait trouvé refuge déjà s’annonçait l’obscurité du chagrin des éthers. Tout occupé par ses pensées parasites, tout à se maintenir debout dans la tempête intérieure qui l’avait agité, il n’avait pas entendu l’ondée s’annoncer, discrète, dans la mélodie du ciel d’automne. A présent, séparé du chant par la vitre irrégulière de l’échoppe, il ne le distinguait qu’à peine, étouffé.
L’étranger, en revanche, Ta’imiti le distingua pleinement lorsqu’il traversa la rue d’un pas sûr malgré la pluie, se détachant parmi les badauds qui déjà cherchaient quelques auvents salvateurs. C’était un ondin de belle stature, dont la robustesse n’enlevait rien à la noblesse de son port. Ses yeux toujours semblaient étranges, topazes enchâssés dans un visage pâle, mais ils n’avaient plus la brillance d’outre-monde qu’il lui avait semblé saisir plus tôt. La présence même de l’inconnu dans ces rues empestant la marée pouvait interroger, quoique Ta’imiti seul semblait s’en étonner. Le velours d’améthyste qui le parait était trop riche et fragile pour que quelconque mathurin, fusse-t-il capitaine de marine, ne s’en habille. Son pas était fier, le regard haut d’un homme qui a toujours marché ainsi, plutôt que la maladroite démarche du marchand bouffi d’orgueil qui tout récemment encore se voutait en révérences. Et si tant est qu’un aristocrate se serait aventuré dans ses bas quartiers - en cette terre étrange il ne pouvait que supposer des us de la noblesse, Ta’imiti n’en avait jamais aperçu qui puisse se vanter de cette sèche musculature du guerrier. Il supposa avoir affaire à un soldat, un homme confortablement placé dans la chaîne de commandement de façon qu’il ait tant à la fois l’autorité des armes et du nom. Quant à savoir quelle était sa nature exacte, lui qui semblait empli d’une étrange magie - le jeune homme n’avait jamais encore vu de mages que dans les contes d’enfants et d’ivrognes, ou pour quelle raison il le cherchait avec tant d’insistance, le mystère demeurait. La Mouette n’avait rien fait depuis son arrivée qui eut pu attirer l’attention sinon déambuler parmi les étals et il doutait avoir quelque réputation ayant pu le précéder. Et certainement pas aussi loin de son port d’attache…
Le grand ondin continua son chemin, dépassant sans la voir la vitrine aux tissus. Mais la voix à nouveau résonna parmi ses pensées, qui confirmait les craintes que Ta’imiti énonçait pour lui-même.

*La lourde porte de la Forteresse, présente-toi sur ordre de Sednereï pour entrer.*

Ainsi donc, le mage pouvait exercer son art sur lui sans même le voir. Quelles étaient les limites de ce pouvoir ? Pouvait-il de même s’insinuer en lui jusqu’à épier ses pensées informulées ? Il semblait pouvoir s’adresser à lui à travers distance, murs et toute autre barrière mentale ou physique que le matelot tenterait de lui opposer, le traquant par la pensée plus efficacement encore qu’il ne le faisait du regard.

*Rares sont ceux qui souhaitent repartir une fois qu’ils y sont rentrés mais tu devras choisir...* ajouta la voix après une pause, agitant à l’intention de sa curiosité un appât grossier, promesses de mystères et d’un libre-arbitre que ne laissait pas présager la chasse qu’il lui menait. Soupçonneux, craignant être toujours épié et qu’on ne fonde sur lui à sa sortie de l’échoppe, le jeune homme privilégia prudence et patience. Au détriment de ses économies, malheureusement.
Comme il ne pouvait observer éternellement les marchandises exposées, il ouvrit à contrecœur - quoique portant grand soin de conserver sur son visage le masque d’orgueil qu’il y avait peint - les cordons de sa bourse. Lui cédant trois belles pièces d’argent, drachmes en circulation à Ys et qui représentaient une part non négligeable de sa paie, il désigna au tailleur un rouleau d’élégant velours de laine et lui commanda d’y tailler une cape à ses mesures. Quelques paroles de négoce, coups de ciseaux et cabrioles d’aiguilles plus tard, Ta’imiti s'enveloppait dans son nouveau vêtement, sa confection lui offrant quelques précieux instants qui devraient venir à bout de l’endurance d’un poursuivant aux aguets. Courte mais large, à la façon des bergers et des voyageurs, l’épaisse pelisse permettait de se prémunir efficacement du gros temps mais aussi, plus intéressant pour le temps présent, de dissimuler entièrement sous la verte étoffe la chaleur voyante de son blond manteau. Le tissu, couleur de feuillage, était plus riche que ne l’aurait voulu Ta’imiti, de discrets motifs céladon venant garnir la toile, mais il demeurait d’une relative sobriété et cela restait un habit des plus pratiques. Au moins n’était-il pas paré des broderies chatoyantes des autres étoffes dont s’habillait l’échoppe.
Ainsi enveloppé, profitant que d’autres clients venaient de pénétrer la boutique encombrée pour brouiller un peu plus les pistes, il s’engouffra sous la pluie battante et se laissa porter par le vent d’automne à travers le dédale du marché portuaire, s’éloignant de la ruelle où il avait aperçu s'engouffrer son poursuivant. S’éloignant, par là même, que celle des lourdes portes et des promesses murmurées.

~~~~~

Lorsqu’un équipage à terre se déverse et se disperse à travers les maisons closes et échoppes du port, il arrive toujours un moment où les frères de pont se retrouvent par chapelets dans quelques estaminets sombres et odorants - sans doute pour éviter trop grand dépaysement d’avec leur couchette de l’entrepont. Alors ils trinquent à la pause bienvenue dans leur voyage, à quelques nuits de répit loin du roulis et à une meilleure pitance, enfin ! Alors ils mangent et boivent, rient et jouent, chantent et content. Et éclats et ritournelles attirent à leur tour plus de leurs compagnons de mer.
Quoique pensif et troublé par sa récente rencontre, mentale plus que physique, Ta’imiti ne tarda pas à repérer les échos joyeux des voix de sa famille. Et c’était bien là ce dont il avait besoin : l’ilot réconfortant de visages aux yeux ternes et de voix dénuées de magie. Les sons provenaient d’un établissement modeste mais somme toute de bien belle allure, le verre clair des fenêtres et le torchis propre indiquant quelque confort - il n’avait pas échappé au matelot que la ville était de fort riche allure pour un port si peu fréquenté par les négociants étrangers. Il hâta le pas pour parcourir les derniers mètres qui le séparait de la chaleur amicale et d’un abri contre la pluie qui tombait drue. Passant la porte, il s’ébroua pour se débarrasser de cette seconde cape d’eau dont l’automne lui avait si gracieusement fait cadeau puis chercha du regard ceux qu’il avait entendu. Henry et les autres le virent les premiers.

Eh bah La Mouette, pas mal la cape ! Elle va plaire aux dames ! Allez viens boire avec nous.” l’apostropha un marin, caressant le menton d’une demoiselle logée sur ses genoux, comme pour illustrer sa boutade. Un autre, d’un geste de la main, commanda d’autres godets à la taulière et, bientôt, Ta’imiti se retrouvait avec eux attablé, chope et bol devant le nez, mêlé à leur riante conversation. Jamais n’avait-il été compté parmi les bavards en pareilles réunions, mais il les appréciait néanmoins, écoutant avec attention, souriant à leurs badinages et offrant parfois à l’assemblée un bon mot qui, par surprise et par justesse, provoquaient inévitablement rires et tintements de verres.

Mais, aujourd’hui, même cette gaieté ne parvenait à l’arracher à ses pensées, car son esprit volait dans l’épais brouillard de la confusion. La curiosité n’était pas chez lui cette bête rampante qui ronge l’esprit, ampute les nuits de leur sommeil et vole jalousement les autres pensées, et les secrets de la forteresse prophétisés par l’inconnu ne l’intéressaient pas outre mesure. Ta’imiti était marin, et marin il espérait demeurer. Quel besoin avait-il d’être dans la confidence des recoins et chuchotements d’un port étranger qu’il quitterait bientôt, pour ne plus y reparaître avant des mois à tout le moins ?
Ce n’étaient pas tant ces promesses d’une nouvelle vie qui le plongeaient dans si intense réflexion mais bien celui qui les lui avait adressées. Quel était ce don qu’il avait manifesté, ce don par lequel il avait pu murmurer ses paroles dans le vent jusqu’à l’oreille et l’esprit de Ta’imiti ? Ce talent avait-il quel qu’origine commune avec sa propre capacité, unique pensait-il, à entendre chanter l’océan ? Car ces murmures semblaient si proches de la mélodie qui berçait ses jours, magiques et réels tout à la fois. Il en avait toujours ignoré l’origine, notant vite être le seul à bord à entendre autre chose que les vagues et les oiseaux, et si c’était là un don qu’il portait en son sang, les siens avaient disparus avant qu’il ne puisse les interroger. Il s’était questionné, quelques fois, sur l’origine de cette particularité qu’il portait et rapprochait parfois plus des oiseaux marins que de ses congénères. Se pouvait-il que cet ondin qui n’en était pas un ait pour lui quelques réponses sur l’énigme de sa vie ? Après tout, à quoi s’attendre d’un homme aux yeux impossibles vivant sur une île qui n’existait pas ?

Ca va, gamin ?

Le coup de coude d’Henry tira son jeune protégé de sa torpeur en un sursaut vite maîtrisé. Un bref regard au niveau de boisson dans le gobelet de son camarade suffit au timonier qu’il avait erré ainsi dans ces rêveries plus longuement qu’il ne l’aurait cru.

Oui…Oui, ça va. J’ai juste l’esprit occupé.

Rien que de bien habituel, donc. Mais là, tu sembles plus préoccupé qu’occupé. Un truc qui te chagrine ? Tu t’attendais à autre chose de la part de la “terre de l’aube” ?

Je ne m’attendais à rien, je doutais même qu’elle existe. J’ai bien failli croire que vous me faisiez une blague, avoua-t-il en buvant une longue rasade de bière tiède. Tu sais quand on doit reprendre la mer ?

C’est la nuit des illusions, demain, lui avait répondu Henry après un instant, triturant sans élégance sa moustache broussailleuse tandis qu’il réfléchissait. Il ne fait pas bon être trop proche des côtes à ce moment-là… Donc on appareille dans deux jours. Peut-être un peu plus.” Les superstitions en effet sont légions en mer, et rares étaient les marins qui osaient les braver, car c’était chaque fois sa propre vie et celle de l’équipage tout entier que l’on mettait en cause, car l’océan n’accorde aucun pardon à qui s’est cru par orgueil au-dessus de ses lois.
Les réparations ne seront pas finies avant demain soir, de toute manière, et rien ne justifie de traverser le delta de nuit. Et c’est tant mieux, ça nous donnera l’occasion de profiter un peu des festivités !” ajouta-t-il joyeusement, bien décidé à profiter de ce repos bienvenu.

Ta’imiti resta silencieux quelques longs instants encore, pesant ces informations en sirotant distraitement le fond de son godet. Une nouvelle idée se formait dans son esprit, qui enfla tant qu’il prit bientôt congé, promettant à ses camarades curieux qu’il serait de retour ici même avant le lendemain. Et, enveloppé dans son nouvel habit vert, il partit sans un mot.

~~~~~

La pluie s’était apaisée mais la lumière n’était point reparue et, en cette fin d’après-midi, c’était la nuit galopante plutôt que les nuées qui en était à blâmer. A l’issue de sa silencieuse escalade de l’avenue, enfin Ta’imiti se tenait devant les grandes portes qui hantaient son esprit depuis le matin. Les gardes s’avancèrent à sa rencontre, lui barrant le chemin sans ménagement aucun. C’était là deux torhils massifs, hommes imposants dont la carrure seule aurait découragé le plus téméraire, sans renfort de leur rutilant attirail.

Je suis attendu, il me semble, lança-t-il d’un ton égal. Sur l’ordre de Sednereï.

Ta’imiti n’était pas bien sûr de ce qu’il faisait, et il n’avait certainement aucune envie de rester sur ce continent dont il ignorait tout. Mais c’était une terre de mystère et de légendes que Tol Orëa. Un mystère, seul, l’intriguait. Concernant les légendes, en revanche… Dans l’amicale chaleur de la taverne, le doux visage d’Iva Moena s’était rappelé à sa mémoire, reproche silencieux de se mémoire pour laisser s’échapper les rêves de son amie. Que n’aurait-elle point donné, à sa place aujourd’hui, pour explorer les terres de l’aube ? Il n’avait jamais fait grand cas des mythes et de leurs créatures, enfant, mais c’était devenu son hommage secret envers cette amie perdue que d’y accorder quelque curiosité désormais.
Ainsi se tenait-il à la porte et le sort était jeté.


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeSam 30 Nov 2019 - 16:14

[RP] Accoster en terre de légendes 1569501329-erhaliava  [RP] Accoster en terre de légendes 1573412121-sobeek [RP] Accoster en terre de légendes 1573411925-sobeekhum
Erhali Sednereï                Le Brun Sobeêk
#9B9B62                      #ffffcc

-Je déplore que vos réticences ne nous permettent d’aboutir sur grand-chose. Erhali s’enfonça dans son siège et tapota nerveusement l’accoudoir.

Les célestes ne voulaient pas concéder plus d’ardents aux contrôles portuaires et voilà que le serpent se mordait la queue. Si préjudice il y avait eu, le Màr Taralöm ne semblait pas chercher réparation. C’était de bonne augure mais relativement douteux. A l’inverse, le Màr Menel se sentait visé quant à une quelconque accusation d’abus de pouvoir et ne voulait pas fléchir sur un système « qui fonctionnait depuis des lustres» sur simples « doutes » de leurs ennemis jurés. Il était clair que les célestes ne souhaitaient pas consentir aux caprices de leurs ennemis de toujours mais il était avisé de noter que la gestion n’était pas parfaitement transparente ni équitable.

- Puisque l’effectif actuel ne convient plus car le premier intendant est d’allégeance aux bannières dorées, serait-il envisageable que chaque Kaerl propose un chambellan afin qu’ils effectuent un mandat chacun, successivement ? Pour ma part, je dois reconnaître que je n’ai eu aucun retours défavorables quant au travail de l’actuel intéressé mais je trouve pertinent que ce poste clef puisse également être proposé à d’autres valeureux pouvant faire croître l’économie de notre Continent et ce, quelque soit leur affiliation…

L’elfe céleste se braqua et jeta un oeillade pleine de défi au vieil ondin avant de tourner la tête et de tomber sur le petit sourire narquois de son homologue des terres du Nord. Il ne pouvait pas clamer ouvertement que c’était un piège des ardents et il était difficile de sous entendre à un homme comme Erhali qu’il ne mesurait pas la situation. La main sur le menton, celui-ci s’éloigna du tournoi d’orgueil qui se jouait pour retrouver son lié. Sobeêk s’était accoudé sur une barrière d’arène et regardait les jeunes combattants, téméraires sur ce sol collant.

- Te serais-tu montré trop exulté pour que ton renard n’arrive à te suivre ?
- J’ai été prudent… Il me faudra sans doute être patient… Et croire en ce sage d’Ys qui prétend que vos coeurs se sont trop éloignés de l’instinct primordial et que même si le noir vous fait peur, vous finirez par clore vos paupières pour avancer plutôt que de vous sentir ployer sous son épais manteau.
- Est-ce preuve de soumission ou de courage ?
- Je suis partagé. S’imposer sa propre obscurité ne serait-ce pas une illusion ayant prit racine dans vos plus naïves années ? Si c’est bien cela, la parade n’a rien de très sophistiqué.. Une résilience somme toute animale mais basé sur l’imagination je dois l’admettre.
- Ce n’est peut-être que la peur qui est moteur et non ce qu’on en fait.
- J’espère alors que la peur se sera immiscée en notre candidat et qu’il se présentera…

Les heures filèrent et le Brun décida de se hisser jusqu’aux beaux appartements du troisième niveau de la Forteresse pour s’installer avec un ouvrage de compatibilité du Ssyl'Shar. Les chiffres prenaient presque une orientation poétique avec ces gens-là. Enfin, les dignitaires des trois Kaerls sortirent de leur réunion, chacun avec des parchemins à examiner. Erhali s’installa non loin de son lié, près d’une cheminée confortable.

-Je ne compte pas dîner ici tu sais.

A cet instant, la vibration de sa jeune âme tinta dans l'esprit du dragon.

-Il arrive…

Le bruit des lourdes bottes d’un garde retentissait dans l’escalier principal. D’autres pas, plus légers le suivaient. Enfin, le garde lui intima de se rendre au premier salon sur la droite, là où Sobeêk et le Sénateur s’était retrouvés. Les deux Maîtres aux traits forts familiers, échangèrent un regard bien heureux. Le dragon ferma son livre et coinça l'ouvrage contre lui avant de se redresser et de faire face à l’entrée. Il serait le premier visage que l’ondin reconnaitrait. Le Brun tenta d’adoucir ses traits pour paraître plus chaleureux à l’image de son lié habitué au langage du corps.

- Bienvenue… Je su.. Nous sommes heureux que tu aies pu nous rejoindre.

Erhali s’avança prudemment, engagea un généreux sourire et tendit une main franche.

- Bonsoir jeune homme. Je suis Erhali Sednereï. C’est sur notre invitation que vous vous trouvez ici. Il désigna les fauteuils près de la cheminée. Avez-vous quelques instants pour un verre d'hypocras ?
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMer 4 Déc 2019 - 16:18

Les deux gardes restèrent un instant silencieux, jaugeant d’un œil prudent le simple matelot qui se présentait devant eux. Le nom délivré n’avait évoqué aucun changement dans leur attitude. Puis, après l’avoir étudié de bas en haut, l’un des torhils frappa à la porte et murmura à un invisible collègue quelques mots dans une langue inconnue de Ta’imiti - fait rare pour qui a grandi dans un port de commerce.

« Attendez ici un instant. » le toisa son collègue.

Prenant son mal en patience, le jeune ondin patienta sans broncher, profitant de cette attente pour détailler ses interlocuteurs, des colosses qui le dépassaient largement en taille. Contrairement à ce qu’il avait d’abord cru, ils ne portaient guère qu’une simple armure de cuir durci, protection bon marché quoique généralement suffisante, mais le vêtement qui la recouvrait les faisait paraître harnachés de métal : ils étaient tous deux parés d’un large tabard or et blanc que l’observateur distant pouvait confondre avec la rutilement d’une armure soigneusement polie. A leur flanc pendait une simple épée, mais chacun s’appuyait sur une longue hallebarde qui donnait une idée assez imagée de la distance à laquelle le passant devait se tenir de la porte. Les deux gardes avaient d’ailleurs le visage dur quoique vide de colère de ceux qui sont lassés de refouler des étrangers trop curieux.
Bientôt, du bruit se fit entendre de l’autre côté de la porte massive, qui s’ouvrit dans un grincement pour laisser passer un homme pareillement vêtu. Le nouveau venu, un humain aux cheveux de jais, salua Ta’imiti avec des égards qu’il n’attendait pas et lui demanda avec déférence de bien vouloir le suivre. Sans un mot, l’ondin lui emboîta le pas, s’interrogeant sur l’identité et la qualité du mystérieux observateur de la matinée : suffisamment important pour que le nom ait suffi à le faire passer d’étranger indésirable à invité de marque, mais pas assez pour qu’ils n’aient eu besoin d’en vérifier la véracité au préalable.

La basse-cour de la forteresse débordait de vie et d’activité, mais son atmosphère changeait radicalement de celle du marché. Le matelot n’avait encore jamais pénétré un ouvrage militaire, mais celui-ci semblait plus richement ouvragé qu’il ne s’y était attendu. Alors que la façade extérieure était totalement dénudée, la muraille était ici parée d’oriflammes d’or. Au centre de la cour, un grand cercle de terre battue était dessiné dans le pavement qui, tout autour, l’entourait d’un motif incandescent. Les boniments des marchands et les bavardages des chalands laissaient la place aux cris de rage des combattants de tous sexes, races et origines qui s’affrontaient dans la poussière. Un homme habillé des tuniques colorées portées par les riches de Qahra ferraillait ardemment contre à une elfe dont le regard sévère seul se distinguait à travers la lourde armure. Quelques pas plus loin, un fealocë faisait montre de son talent à la lance en parant les coups de quatre jeunes gens armés d’épées. En périphérie, des espaces plus réduits de terre ou de pierre semblaient dédiés à l’entraînement, des maîtres d’armes au regard sévère faisant répéter inlassablement les mêmes gestes à leurs élèves. Archers, escrimeurs, lutteurs, tous s’exerçaient ici parmi les armes et la sueur, domaine de la rage du guerrier. Ta’imiti, peu coutumier des institutions martiales, se trouva quelque peu décontenancé face à ces démonstrations, aussi ne s’attarda-t-il point lorsque son guide l’amena vers le pont et la partie supérieure de la forteresse.
L’ondin comprit que la cour basse n’était en réalité qu’un fortin défensif avant de pouvoir accéder à la structure elle-même, perchée sur un promontoire rocheux dont le pont de pierre semblait être le seul accès. Il menait, après une volée de marche, à une seconde porte plus imposante encore, aussi richement décorée que la première était sobre. Il s’agissait d’un large portail paré de boiseries et de gravures que les années et l’air humide n’avait point entamés. Le montant droit était orné d’un homme aux traits impériaux, paré d’un lourd manteau et dont le regard sévère semblait juger les visiteurs. Sur le pilier opposé s’appuyait la sculpture d’une créature reptilienne à la face terrible, monstre majestueux aux crocs sauvages. Un dragon, tels qu’ils sont décrits dans les contes d’enfants. Quelle était donc l’histoire de cet endroit ? Qui était cette paire dont la colère avait été immortalisée dans le bois pour semer ainsi le doute dans l’esprit des assaillants et des visiteurs ? Le guide passa sans un regard pour les figures sculptées.

Arrivé dans la cours haute, Ta’imiti ne trouva guère de réponse. Les guerriers avaient cédé la place ici aux porteurs qui allaient et venaient vers les larges entrepôts fermant la place à droite, tandis que les maître d’armes étaient devenus des intendants en livrée qui griffonnaient de lourds volumes ou dirigeaient les hommes du doigt et de la voix. Il retrouvait enfin l’agitation familière des comptoirs marchands, les murmures des négociants comptant et recomptant, la sueur calme des dockers et les odeurs entremêlées d’épices, de peaux, de vins et de mille autres trésors. De loin, il lui sembla reconnaître l’intendant qui avait accueilli la Fiancée des vagues au port dans la matinée, tout affairé à dénombrer les contenants que l’on accumulait devant lui. L’ondin nota que les marchandises avaient été reconditionnées dans ces larges caisses griffées de marquages colorés, étrangement dotées de poignées démesurées, trop larges et trop hautes pour qu’un homme puisse les manœuvrer. La topographie du continent était-elle si dangereuse, comme le laissaient penser les falaises qu’il avait aperçu ces derniers jours, pour qu’il leur faille user d’un système de grue à quelque étape du trajet, raison possible de ces anneaux de métal ?
Sur sa gauche, de plus humbles bâtiments se tenaient tassées contre les murs épais de l’enceinte, comme pour laisser libre le passage au ballet de marchandises qui transitaient ici. Il ne s’agissait plus là d’entrepôts et la concentration alentours d’hommes de lettres aux bras encombrés de parchemins laissaient deviner qu’il s’agissait là du repaire de ces intendants. Bien que de structure classique, l’architecture paraissait étrange plus qu’étrangère à Ta’imiti, comme issue d’un temps révolu. La place était close d’une muraille plus fortifiée encore que celle qui entourait la cour basse, comme si les bâtisseurs craignaient plutôt l’attaque de leurs concitoyens que d’envahisseurs maritimes. Les portes massives surmontées de tours trapues qui perçaient l’enceinte de part et d’autre étaient maintenues largement ouvertes, laissant entrevoir des routes pavées qui s’engouffraient vers l’intérieur des terres.

Enfin, le soldat conduisit son invité jusqu’à la dernière structure qui, du haut de ses escaliers, toisait l’ensemble de la forteresse. Sans doute aurait-on pu considérer qu’il s’agissait là du donjon si la structure n’avait pas ainsi substitué aux valeurs défensives quelques attraits esthétiques. Elle était en effet richement décorée de sculptures et de dorures, et de longues bannières d’or et d’ivoire se déroulaient sur ses murs, habillant la roche des armoiries de la famille ou faction possédant ces lieux. Les mêmes figures y paraissaient que celles brodées sur les tabards des gardiens de la porte. L’ondin se rappela alors, avec curiosité, qu’il n’avait vu nulles armoiries parer les tenues des combattants de l’arène. S’était-il agit d’une zone d’entraînement plutôt que d’une caserne ? Peut-être n’y avait-il en réalité qu’une armée de métier d’effectif restreint, complétée par des mercenaires ou des conscrits - le second paraissant guère probable au vu des démonstrations d’expertise martiale qu’il avait aperçues. Un autre élément attira l’attention de Ta’imiti : de part et d’autre de la large bâtisse, de courtes ailes étaient dépourvues des larges bannières lumineuses. Pendaient à leur place au-dessus des portes, dérisoires fanions en comparaison, des armes plus colorées : d’un côté, les teintes de l’océan rehaussées d’argent, de l’autre des reflets de flammes et de ténèbres. Plusieurs maisons semblaient se partager les lieux, ou du moins s’entendre sur leur administration.
Ta’imiti fut à nouveau pris dans la tourmente inattendue d’une tempête intérieure alors qu’il s’apprêtait à franchir la grande porte du château, le forçant à s’arrêter pour reprendre son souffle. Devant lui, l’homme en uniforme avait fait de même et avait dégagé le passage devant deux silhouettes fières à qui il jeta un regard mauvais. Le premier, un elfe au regard sombre vêtu d’une longue et élégante livrée grenat qui n’était pas sans rappeler l’homme du portail, passa devant le marin sans lui adresser un regard, le bousculant presque de sa démarche fière. Il eut un geste hautain du menton à la vue du soldat. Le second était un petit homme enfermé dans une lourde armure de sombre acier. Sa chevelure de feu se répandait en torrents sur ses épaules et son port était aussi bestial que celui de son compagnon était noble. Ignorant le soldat, il dévisageait l’ondin avec appétit, comme s’il aurait pu sur place le dévorer. Il avait dans les yeux, pensa Ta’imiti en soutenant son regard, la colère et l’impatience d’une bête sauvage. Ainsi qu’une brillance qui n’était pas sans rappeler certaines pierres précieuses… Encore l’un de ces hommes ! Mais les deux passèrent sans guère s’attarder, la tourmente se dissipa et le soldat reprit sa marche, guidant son invité vers les étages.

« Je vous en prie, Messire Sednereï vous attend dans le salon bleu, sur votre droite. »

Sans un mot de plus, il s’inclina devant Ta’imiti et fit volte-face, disparaissant dans les escaliers, seul demeurant son pas lourd sur la pierre. Le matelot prit une profonde inspiration puis s’engagea dans le couleur. Lorsqu’il poussa la porte qu’on lui avait indiqué, il retrouva l’homme qui l’avait suivi dans la basse ville, se tenant debout comme s’il l’avait ainsi attendu depuis le matin, quoique le lourd tome sous son bras démentait pareille discipline. Il n’avait pas pu observer le grand ondin plus en détail lorsqu’il l’avait croisé plus tôt sur le marché. Il avait l’allure élégante malgré des épaules et une mâchoire carrée. Son visage, aux traits moins abrupts que ne l’aurait cru le jeune homme, était encadré d’une chevelure blanche et d’une barbe bien entretenue. Cela, avec l’état admirable de sa toilette pourpre qui semblait sortie à l’instant de l’atelier du tailleur, laissait transparaître qu’il était un homme de goût, qui portait du soin à son apparence. Pour autant, et bien que ses yeux n’avaient plus entièrement les reflets de magie qu’il avait surpris dans la matinée - ils lui semblaient aussi avoir changé de teinte - il y avait dans cette face sans âge une perfection malaisante que ne dissimulait pas tout à fait son charisme.

« Bienvenue… Je su.. Nous sommes heureux que tu aies pu nous rejoindre.

- Bonsoir jeune homme. Je suis Erhali Sednereï. C’est sur notre invitation que vous vous trouvez ici. » dit un second homme en s’avançant hors de son confortable recoin de cheminée, tendant une main polie comme pour pardonner la maladresse de son compagnon.
Celui-ci, un ondin lui aussi - Ta’imiti en venait à se demander s’il s’apprêtait à recevoir quelques révélations sur le sang du peuple des eaux - était au moins aussi élégamment vêtu que son comparse. Ses épaules étaient solides mais portaient le poids des années, sa cape était soigneusement entretenue mais portait des traces d’usure, ses mains étaient propres mais déformées par le maniement de la plume et des armes, ses cheveux étaient ajustés avec goût mais des mèches s’échappaient, ses yeux étaient intelligents mais dépourvus de cette étrange magie. Et ces imperfections le rendaient moins étrange, plus digne de confiance. A tort, peut-être se disait Ta’imiti, car il savait ne pas se fier à l’aspect de l’innocence. Celui-ci, en particulier, avait l’air d’un homme de lettres et de paroles : son port altier mais dénué de la fantaisie des mondains laissait présager qu’il était coutumier des hauts cercles marchands, sinon politiques - le garde l’avait désigné sans employer le moindre titre de noblesse. Le jeune marin comprenait mieux les égards que l’on avait eus pour lui, en la qualité d’invité de cet homme.
Il comprit aussi que l’inconnu du marché n’était qu’un émissaire aux ordres de ce seigneur Sednereï. La situation devenait plus complexe, car il n’était plus question ici d’un simple mage solitaire, mais bien d’un homme capable de s’attacher les services de l’être de magie. Il se remémora le petit homme en armure qu’il avait vu plus tôt : s’était-il là encore agi du mage de compagnie de l’elfe en robe rouge ? Une part de lui le poussait à la prudence, mais le doux visage d’Iva Moea flottait toujours dans son esprit, apaisant ces élans.
Erhali désigna les confortables fauteuils disposés auprès de la cheminée et compléta :

« Avez-vous quelques instants pour un verre d'hypocras ?
- Pardon, messire, mais je n’ai pas vraiment laissé les miens pour venir boire avec vous… L’invitation que vous m’avez adressée a été quelque peu inhabituelle. Et intrusive... lâcha Ta’imiti, offrant à l’ondin anonyme un regard entendu. « C’est d’ailleurs pour parler du fond plutôt que de la forme que je l’ai finalement acceptée. Je pense que vous pourriez, en contrepartie de votre insistance, me fournir quelques explications…
Il fit un pas en direction du mage et lui demanda sans ambages :
« Comment avez-vous fait cela ? »


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeVen 6 Déc 2019 - 23:14

Le jeune homme se tenait solide et droit. Vêtu convenablement, sa cape était d’un beau tissage, ainsi il devait être de ses marins méritant qui pouvait parfois se permettre quelques plaisirs. On devinait d’autres vêtements lumineux ayant moins bien supporté son récent voyage mais il dégageait de lui une élégance propre au peuple des eaux.

La promesse de Sobeêk n’était en rien exagérée. Méfiant mais sage, l’invité ne cacha pas sa réserve et laissa émaner de lui un brin de colère que le dragon huma avec discrétion. Le jeune homme ignora la main tendue du Sénateur mais n’afficha pas de mépris. Sa position était ferme mais plutôt respectueuse. Son vis-à vis n’insista donc pas et garda son plaisant sourire en récupérant ce qui était pour lui gage de leurs aventures à venir. C’était encore bien trop tôt et il avait sans doute du sommeil à rattraper. À l’invitation d’un échange auprès de la cheminée, le prometteur aspirant offrit enfin sa vision des choses.

Erhali prit le temps d’écouter ses dires mais lorsque l’attention de l’interlocuteur se porta sur le Maître Dragon, il en profita pour se détourner légèrement en direction d’un guéridon sur lequel une carafe d’un verre parfaitement translucide promettait un nectar délicieux venu d’Orën. L’Ondin proposa silencieusement le premier verre à son ami qui le déclina d’un signe de la main et s’avança sereinement vers le fauteuil qu’il avait convoité plus tôt. Sobeêk ne buvait pas de vin mais c’était là une courtoisie que le bipède aimait cultiver et un témoignage d’estime pour son précieux acolyte.

La tension entre Le Brun et l’invité était monté d’un cran et le jeune homme l’accusait à raison de s’être un peu trop immiscé jusqu’à lui. Le vieil homme prit le temps de poser son regard sur le beau manteau de cheminée où de vieux symboles méconnus étaient sculptés. Le salon était aux couleurs du Kaerl englouti et d’autres salles homologues étaient à la disposition des gens des autres factions. C’était un espace accueillant, propice aux rencontres discrètes…

Sobeêk sentit un vague chaleureuse l’envahir lentement et il intima à son corps de paraître plus calme. Il se calqua sur le tempérament de son lié. Douceur et bienveillance. Ainsi, même si son visage trop lisse ne reflétait pas les émotions humaines avec autant de précision, il espérait ne pas paraître aussi froid qu’un ondin sans âge.

- C’est qu’il y a des conversations qui méritent parfois qu’on prenne le temps de les mener. Je suis Sobeêk Le Brun, finit-il par articuler.

Le Brun fit un pas en arrière et s’installa à son tour sur le fauteuil libre qu'il avait occupé plusieurs heures mais ne quitta pas l’homme des yeux. D'un geste ample et maîtrisé, il déposa son livre sur la petite table qui touchait son accoudoir. Comme si le rythme de leurs pensées étaient synchronisé, Erhali se détacha alors de ses contemplations pour revenir sur le candidat et poursuivit sur le même ton que son prédécesseur.

- Nous sommes sur une île bien éloignée du monde. Ici le temps et la magie ont fait leur chemin. Les Dieux ont marqué la terre et les chairs… Le Sénateur trempa ses lèvres dans son verre d’argent. Vous avez raison... le Maître Sobeêk...  n’est pas tout à fait de même nature que nous. Mais…

- Mais si tu m’as entendu… C’est que tu n’es pas non plus dépourvu de cette magie.

- Vous avez pourtant dû voir du paysage ou entendre légendes et fantaisies mais je pense que vous sentez qu’ici il n’est pas question de fables…
Il laissa le son de sa voix s'éteindre avant d'ajouter discrètement.
- Monsieur.. ?

Sobeêk baissa un instant son regard pour ne pas être tenté d'aller chercher l'information à la source et manquer de tact. Il apprécia la délicatesse de sa moitié.
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMar 10 Déc 2019 - 15:45

Impassible, Ta’imiti observait attentivement le comportement des deux ondins, épiant leurs regards échangés et les expressions de leurs visages. Ils ne portaient que rarement les yeux l’un vers l’autre et, pourtant, il lui semblait que leurs gestes et leurs paroles s’accordaient tel un ballet maintes fois répété. Tous deux semblaient posés, maîtres de leurs mots et parfaitement à l’aise avec cette conversation qui s’annonçait à pas feutrés. Erhali, en particulier, semblait faire preuve pour la discussion comme pour son vin de la même délectation, bien décidé à les savourer tous deux. Il apparaissait au matelot que ses interlocuteurs en savaient beaucoup mais ne comptaient guère distiller leurs connaissances plus, ou du moins plus hâtivement, que nécessaire et que leur entrevue risquait de traîner en longueur.
Il avait vu bien des négociants et bonimenteurs agir de la sorte, conscients qu’ils étaient que le premier à se lasser de la joute verbale en serait le perdant. Il avait vu des détrousseurs agir de la sorte pour laisser le temps à un comparse de soulager de sa bourse la victime perdue dans les limbes du dialogue. Il avait vu des politiciens, plus rarement, agir de la sorte afin que la foule ne se remémore de leur apparition que les applaudissements la concluant et point leur discours inintelligible. Mais il doutait que de telles motivations poussaient ces ondins-ci, qui semblaient plus vraisemblablement ingénument ravis de pouvoir se prêter à ce jeu. Soit, Ta’imiti avait élevé son oreille dans un port et sa patience dans la tempête, l’exercice ne l’inquiétait guère. Il resta solidement campé sur place, n’esquissant guère un geste vers les fauteuils quand bien même Sobeêk alla s’y installer à la suite de son comparse.

« Nous sommes sur une île bien éloignée du monde. Ici le temps et la magie ont fait leur chemin. Les Dieux ont marqué la terre et les chairs… Le Sénateur trempa ses lèvres dans son verre d’argent. Vous avez raison... le Maître Sobeêk...  N’est pas tout à fait de même nature que nous. Mais… »

Ainsi donc, le sire Erhali considérait que Sobeêk était le seul être d’une “nature” différente, venant conforter la supposition qu’il avait formé : il semblait bien s’agir d’un mage s’étant placé au service d’un aristocrate, et point d’un concile de sorciers. Voilà qui pouvait rassurer leur interlocuteur, un seul des deux hommes étant à même de déployer quelque force surnaturelle à son encontre. Pour autant, leur relation semblait plus fraternelle que hiérarchique, à en juger par leurs postures et regards, notamment lorsqu’Erhali servit le vin. Des parents, sans doute. A moins qu’ils ne soient seulement compagnons d’armes, tous deux ayant dans leur démarche une droiture toute militaire et la cohésion dont ils faisaient preuve dans leur discours.
Une autre remarque traversa l’esprit de Ta’imiti. Quels étaient ces noms ? Erhali. Sednereï. Sobeêk. Ces sonorités n’évoquaient nulle langue ou origine qu’il eût entendu auparavant. Il en allait de même de la langue dans laquelle s’étaient exprimés les gardes de la première enceinte. Pourtant, il y avait dans ces mots une mélodie comparable à l’ancien parler des elfes qu’il avait parfois entendu dans les chants antiques que fredonnait parfois son amie d’enfance. Mais jamais n’avait-il entendu dire qu’elle fut utilisée à l’échelle d’un pays tout entier, il ne s’agissait guère plus que d’une langue des chansons et des légendes, une langue des bardes transmise de parents à enfants.

« Mais si tu m’as entendu… C’est que tu n’es pas non plus dépourvu de cette magie, glissa celui qui se faisait appeler Le Brun - les sobriquets sont parfois chose étrange -, confirmant sans le savoir les suppositions du jeune homme.

Vous avez pourtant dû voir du paysage ou entendre légendes et fantaisies mais je pense que vous sentez qu’ici il n’est pas question de fables… compléta Erhali, avant de reprendre, à voix plus basse. Monsieur.. ?

Vous ignorez mon nom, dites-vous ? demanda-t-il en haussant un sourcil, lui qui était pourtant resté jusqu’ici impassible. J’imagine que cela me rassure un peu, j’étais étonné qu’il soit arrivé ici avant moi. Je m’appelle Ta’imiti Roimata’toa, confia-t-il, accompagné d’une légère révérence de la tête. Mais je m’interroge, donc. Qu’est-ce donc qui vous a conduit à me contacter ainsi, si vous ignorez tout de moi ? » les questionna-t-il. Etait-ce donc, ainsi qu’il le suspectait, sa capacité à entendre le chant de l’océan qui les avait amenés à lui ? En ce moment même, la complainte de la mer se glissait, étouffée et distordue, à travers la cheminée, musique enveloppante et compagne réconfortante.

« Cette “magie”, dit-il en insistant sur le mot, doit avoir un nom et un visage différent pour vous et pour moi… Quant aux légendes, je crois que je n’ai pas eu le temps de toutes les entendre... »

Laissant passer un silence, il ajouta, réprimant un sourire amusé :

« Mais je vous en prie, éclairez-moi. »


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5


Dernière édition par Ta’imiti Roimata’toa le Mer 18 Déc 2019 - 17:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMer 18 Déc 2019 - 16:17

Le temps s’installa enfin. Le crépitement de la cheminée réchauffant l’âme du Sénateur et calmant ses quelques doutes. Le jeune homme était plus téméraire qu’il ne le pensait. Sa force de caractère le séduisit davantage. L’ignorance permettait souvent des prouesses quand l’expérience gonflait les craintes. Sobeêk détournait parfois la tête de l’invité pour humer en toute discrétion les vapeurs de son sang et confiait à sa moitié comme l’ondin maîtrisait ses émotions. Celui-ci écoutait, scrutait sans jugement, s’abreuvant de tout renseignement qui le garderait à bonne distance de ses hôtes car une chose été claire pour le Brun, à défaut d’être offensif, il était néanmoins sur la défensive.

Imposant le cadre de la conversation comme il le pouvait, le matelot resta sur ses jambes comme sur le qui-vive. Il sembla prendre un ton plus léger bien qu’un tantinet sarcastique avant de décliner son nom. Erhali lui répondit d’un signe respectueux de tête pour le saluer sans trop en rajouter. Sobeêk ne bougea pas. Le candidat redoutait-il, à défaut de le deviner, que les deux compères puissent trouver quelques informations rudimentaires en son esprit non lié ?

Le Sénateur lui laissa le loisir de s’exprimer sans l’interrompre. L’aventurier avait relevé les mots qui résonneraient bientôt d’une nouvelle façon face à l’avenir qui se dressait devant lui. Il ne fallait pas aller trop vite. Ta’imiti ne sembla pas si surpris de posséder un don mais savait-il de quelle nature était-il seulement? Enfin, mettant presque au défi de le surprendre ou de l’intimider, il convia les deux Maîtres à dévoiler leurs cartes.

Le vieil ondin tapota du doigt le pied de son verre, réfléchissant tranquillement à la voie la mieux adaptée pour lever le voile de la vérité. Après tout, il n’avait pas eu beaucoup d’aspirants et à chaque fois, ils avaient déjà été éclairés sur la nature du monde qui les entourait. L’érudit hésitait.
Sobeêk plus intrépide et amusé par la situation, se lança.

- C’est ta magie qui s’est révélée à moi et qui m’a poussé à venir jusqu’à toi. C’est un don qui ne vibre que lorsqu’il rencontre la voie de sa destinée.

Il laissa planer le son de sa voix de sorte que l’annonce soit plus authentique. Il baissa enfin les yeux, un peu contrarié et reprit.

- J’ai senti que tu avais… Le dragon se permit de grimacer pour exprimer comme il cherchait le bon terme. Il y a du vent en toi. Je ne sais pas l’expliquer mais il me parvient en partie.

Erhali leva un sourcil intéressé.

- Du vent ? Il reprit la conversation de son lié. J’ignore tout de votre magie du vent Monsieur. Vous n’êtes ici que grâce à ce don qui vous a connecté à Sobeêk mais sachez que je connais sur notre Terre des gens pouvant vous éclairer, si vous souhaitez connaître l’étendu de votre magie intime. Enfin… Ce n’est pas tellement le propos de cette fin d’après-midi je crois.

Le Sénateur but une nouvelle gorgée de son épais nectar, se donnant un peu de courage.

- Je vais vous conter une histoire. J’essaierai d’être bref, je vous le garantis.

Il l’observa de haut en bas, signifiant qu’il avait bien noté que l’invité ne souhaitait pas encore rester.

-Par delà les Humains, les Elfes, les Ondins, les Torhils, les Neishaans et les Fëalocës, il y avait les Anciens… C’était un temps où le monde était bercé par l’influence des Dieux, où les créatures les plus formidables vivaient sur le Rhaëg. Des dragons, des phœnix… mais les fléaux grandissaient et certaines espèces mourraient. Le Maître se leva pour prendre appui sur le manteau de cheminée. Créatrice d’une des plus puissantes forme de vie sur le monde, la Déesse Flarmya pleurait ses dragons comme une mère pleure ses petits. Prête à tout pour les sauver, elle chercha une solution pour contrer le mal qui sévissait dans ses couvées et finit par la trouver chez les Anciens. Un homme au grand pouvoir fut secrètement choisi…

L’ondin regarda autour de lui, les quelques tapisseries qui retraçaient certaines parties de leur histoire commune.

- Cet homme possédait en lui un don, une magie capable d’atteindre le mal d’un dragon. En tout cas, c’est ce que la Déesse pensait. Flarmya le fit alors assister à la naissance d’un dragon faible et fragile mais alors que l’homme vit l'éclosion et la créature qui s'extirpait de l'oeuf, il croisa le regard du saurien… Erhali prit le temps de ralentir, rajoutant de ses souvenirs à cet instant. Leur esprit s’amadouèrent… s’entremêlant dans une étreinte spirituelle invisible. Les deux âmes flottaient à l’unisson. Les énergies se partageaient et la Déesse perçut le salut. Galvanisée par l’émoi de son petit qui reprenait vie, Flarmya enchaîna alors par la magie et l’amour ceux qu’on appellerait désormais des liés.

Le vieil homme avait quitté le masque chaleureux de l’hôte pour celui de l’ondin plus intimiste qu’il était, les rides plus lisses qu’à l’accoutumée, il respira les vapeurs de son verre avant de poursuivre.

- Maître Sobeêk et moi sommes liés.

Le Brun sursauta très légèrement face à cette annonce décousue et terriblement audacieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeVen 20 Déc 2019 - 10:42

Face à lui, les deux hommes demeurèrent un instant silencieux à son invitation. Un long moment passa, le temps comme suspendu alors que seuls demeuraient audibles les craquements du feu et du cuir des fauteuils. Soupesant sa coupe comme si elle fut la clé d’une énigme, Erhali semblait l’étudier du regard, une once d'hésitation se dessinant dans la moue infime que dessinaient ses lèvres. Non loin, son compagnon semblait absorbé par des perceptions qu’ils ne partageaient pas, recourant sans doute à quelque sens magique comme lui-même usait de l’ouïe ou de l’odorat.
Le jeune homme s’interrogea. Avait-il laissé échapper à travers les vagues mots qu’il avait concédé quelques détails d’importance, que les deux hommes jaugeaient en ce moment même ? Ou bien était-ce que, comme lui, ils étaient réticents à révéler trop rapidement leur jeu. Alors Ta’imiti avait-il fait mouche en les incitant à abattre leur carte pour prolonger la partie, sans se dévoiler lui-même. Mais les deux ondins semblaient des joueurs experts, le maître tout particulièrement, et semblaient désormais soupeser leurs options avec attention, adaptant leur stratégie à la sienne. Et ils avaient maintes fois joué ce jeu, bien plus que lui-même, s’il interprétait correctement l’absence d’échange entre eux, de regards comme de paroles : les deux hommes semblaient se connaître si parfaitement que cela leur était inutile. La partie était loin d’être terminée...
Enfin, Sobeêk le premier osa abattre une carte.

« C’est ta magie qui s’est révélée à moi et qui m’a poussé à venir jusqu’à toi. C’est un don qui ne vibre que lorsqu’il rencontre la voie de sa destinée, révéla-t-il avec amusement et assurance, avant qu’une hésitation embarrassée ne vienne les chasser et déformer ses traits trop lisses. J’ai senti que tu avais… Il y a du vent en toi. Je ne sais pas l’expliquer mais il me parvient en partie, avoua-t-il.

Du vent ? réagit Erhali, un questionnement dans la voix qui disait toute son ignorance.

Du vent ? C’est là tout ce que vous savez ? » Un sourire narquois, vaguement désabusé, habilla furtivement le visage de Ta’imiti. Il avait cru que cette “magie intime”, comme la qualifiait Erhali, était justement la motivation de cette rencontre. Il avait espéré que les deux ondins aient pu lui révéler qu’il n’était pas le seul à entendre ce chant de l’océan, qu’ils aient pu lui en enseigner l’origine. Qu’ils parlent de simple “vent” révélait comme il s’était fourvoyé. La douce chaleur d’un discret espoir avait cédé la place à une froide déception dans son estomac. Pourquoi le mage s’était-il introduit dans ses pensées, à lui spécifiquement, et qu’attendaient-ils de cette entrevue, s’ils ignoraient et son nom, et son don ? Il ne le savait, mais Ta’imiti ne désirait plus particulièrement l’apprendre, la seule hypothèse qui avait valu à ses yeux la peine qu’il s’y intéresse venait d’être démentie et la curiosité avec elle s’était évanouie. Il était encore las du voyage et ne s’était décidé à venir à leur rencontre que parce qu’il avait entrevu l’éventualité de quelques réponses sur la voix qui l’accompagnait jour et nuit. Sans révélations en ce sens, il ne se sentait point demeurer plus longtemps et il lui tardait de quitter cette mascarade pour rejoindre la simplicité des siens.

« Je crois que je me suis trompé en venant ici, si c’est tout ce que vous avez à m’en dire. La voie de ma destinée, je l’ai rencontrée en prenant la mer. J’y retourne de ce pas… Bonne soirée messieurs.

Sur ces mots, Ta’imiti leur adressa un bref salut de la tête et volta en direction de la porte par laquelle il était arrivé. Dans son dos, le vieil ondin abattait à son tour ses cartes, ayant visiblement trouvé dans sa coupe quelques cartes à abattre. Il avait entamé, sans doute dans le but de capturer l’attention de l’ystalan, la contée de quelque antique histoire sur les temps anciens. Le matelot ne se sentait pas l’envie d’écouter ces légendes sans intérêt déjà il s’éloignait sans plus y prêter attention. Mais, alors que sa main se posaient sur le bois de la porte, il se figea. Des dragons ? Des phénix ? Au fond de lui, une douleur le rappela à la promesse qu’il s’était faite sur une colline baignée de soleil et d’embruns, à ce rêve dont il avait hérité. Sans mot dire, sans un mouvement, il écoutait cette histoire que son cœur lui interdisait de négliger. Ses yeux était clos et derrière eux le visage d’un jeune elfe se dessinait, que les années brouillaient déjà. Une larme solitaire perla alors que dans son dos contait Erhali, mais elle avait déjà séché lorsque l’ondin assena finalement :

« Maître Sobeêk et moi sommes liés. »

Ta’imiti rouvrit les yeux. Les décorations de la forteresse défilaient mentalement devant lui : œufs de pierre, bas-reliefs à l’effigie de sauriens, la créature du portail de bois, les étranges armes des bannières flottant sur les flancs de la bâtisse. Les tapisseries même du salon prenaient une autre signification, de simples ornements elles devenaient romans. Ces lieux avaient les enfants de Flarmya pour histoire, à n’en point douter. Pourtant, les Anciens n’étaient plus de ce monde, punis disait les légendes pour avoir bravé les plus grands interdits. Pouvaient-ils avoir survécu ? Pourtant, Ta’imiti reconnaissait bien en Erhali un ondin, et non quelque race antique, et ses traits ne témoignaient pas de la même magie que son compagnon. Le jeune homme se retourna pour poser, sans mot dire, son regard sur le dragon toujours confortablement assis. Il le détailla, synthétisant mentalement chacune des dissonances qui l’avaient mis en garde au cours de leurs rencontres.
Demeurant toujours silencieux, Ta'imiti traversa enfin le salon, remplit à mi-hauteur l’une des coupes de verre fin et s’installa dans l'un des fauteuils faisant face à la cheminée et à ses interlocuteurs. Il ne semblait ni étonné, ni préoccupé. L’amusement et l’exaspération, le nuage de peine même, toute expression avait reflué sur son visage, désormais totalement fermé.

Tenant le verre à la main sans oser encore le porter à ses lèvres, ne quittant pas Sobeêk du regard, il s’adressa enfin à Erhali :

« Je vous écoute. »


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeJeu 2 Jan 2020 - 15:58

Sobeêk sentit les variations les plus infimes que la poitrine du jeune ondin révélait. Sa suspicion s’était dégradée en agacement et les couleurs de la désillusion flottait tout autour de lui. Le dragon crut comprendre qu’il était las et voilà que l’homme annonça qu’il partait. Sobeêk eut envie d’intervenir mais cela aurait été malvenu. L’énergie d’Erhali montait en flèche et il lui laissa le champs libre. Le Sénateur entendit la résolution de celui qu’il aurait aimé avoir en tant que protégé mais cela ne troubla pas son élan. Ce qu’il avait à révéler était pour lui plus important que le fait de préserver un exigeant baroudeur un tantinet capricieux.

L’ondin s’était tourné vers la porte, son corps animé par l’envie de s’éloigner et pourtant, son âme le  stoppa. Entendait-il la grandeur de la vérité dans ce qui aurait pu paraître pour un conte enfantin ? Ses émotions s’emballèrent et Sobeêk en fut touché. Celui qu’il avait trouvé était certainement en train de comprendre. Le brun ne perturba pas le récit de son lié avec les tourments de Ta’imiti. Mais lorsqu’il entendit la brusque révélation du Maître Ondin, Sobeêk retourna toute sa surprise sur ce dernier. Le Sage connaissait-il à ce point les attentes du jeune homme alors qu’il n’avait en rien accès à ses subtilités ? L’admiration du dragon pour son lié le gonfla d’un léger orgueil. À ce même instant, il sentit le regard du matelot, pesant.

L’aspirant était peut-être encore sceptique mais il affichait une nouvelle aspiration. La flamme de la curiosité s’était immiscée entre eux et il semblait ne plus penser à fuir. Il scrutait les lieux autrement et comprit l’importance de se servir une coupe de vin avant de rejoindre la chaleur de la cheminée. S’il acceptait enfin cette conversation délicate pour tous, il s’assura de retrouver ses moyens derrière un masque effacé de toutes affections. Néanmoins, son regard vibrait d’une nouvelle force intrépide. Sobeêk avait suivi ses déplacements dans la pièce et si quelques émois avait surgi suite à la chute de l’histoire d’Erhali, le dragon savait que l’heure était importante. Aussi, il prit soin de contrôler ses propres sentiments afin que ses iris ne reflètent trop clairement la profondeur de sa nature.

Le Sénateur sentit que le temps était enfin au partage. Le voyageur avait accepté de s’engager dans la voie primordiale dont il ignorait tout pourtant. Le Maître s’installa à son tour, face au jeune homme et reprit cet air moins froid - mais non moins naturel - pour cet ondin à l’expérience diplomatique.  Il embrassa instinctivement les discrètes rides chaleureuses qu’ils portaient depuis quelques longues années déjà et prit une posture droite mais détendue. L’invité n’avait d’yeux que pour Sobeêk peut-être était-ce à lui de poursuivre. Le brun s’efforça d’ajuster sa position pour feindre un quelconque inconfort et paraître avisé des questions silencieuses du futur aspirant. Il pensa à ciller afin que rien ne paraisse trop surnaturel et inspira comme pour prendre du courage alors qu’il n’en avait pas besoin.

- Je peux te faire voir beaucoup de choses et te montrer qui je suis.

Ses yeux se parèrent d’une nuée de couleurs qui gommait l’iris, la pupille et la blanche conjonctive en une vague d’encre magique. Cet homme n'aimait pas que l'on se pavanne trop longtemps autour des détails, alors il irait au front, comme Erhali avait osé le faire.

- Je suis Sobeêk le Brun, né de la Reine Argentée Nyptiseh, fils de Flarmya et lié au Sénateur Erhali Sednereï. Nos coeurs se sont liés sous les auspices d’une terre magique et sacrée celle du Màr Luimë. Si j’ai entendu ton don Ta’imiti Roimata’toa c’est parce que l’univers voit pour toi un avenir unique auprès des nôtres. Il y a plusieurs terres consacrée sur Tol Orëa, trois pour être précis  et pendant des décennies, nous fûmes en guerre. Chacun défendant ses valeurs, son pouvoir et sa position. Aujourd’hui, les tensions existent toujours mais les relations s’améliorent.

Il se permit d’approcher son esprit de celui du jeune homme. De sorte à ne pas s’imposer mais de sorte à ce que sa voix pourtant articulée dans la pièce résonne légèrement dans sa tête.

- Si ton coeur avait été celui d’un homme de paix et généreux, un de mes frères du Màr Menel t’aurait trouvé. Si tu n’avais été que puissance et volonté tu aurais entendu la parole d’un fidèle du Màr Taralöm. Nous sommes les gardiens de l’équilibre, ceux qui préfèrent la logique à la passion, ceux qui agissent prudemment mais qui n’oublient rien.

Cette dernière phrase aurait pu se teinter de menace mais c’était plutôt l’excitation du dragon qui transparut et son oeillade se nerva d'ondes rubis.

- Me laisserais-tu te montrer ?

Sobeêk avait comprit que l’homme n’aimait pas qu’on s’invite en son crâne aussi, il préféra lui demander l’autorisation avant de lui transmettre les visions de certaines nouvelles réalités. La posture du dragon n'avait pas beaucoup oscillé durant son discours alors qu'Erhali avait bu quelques gorgées de vin et passait en revue tout ce que leur invité pourrait laisser paraître.

* S’il accepte, ne lui montre que ce que mes yeux perçoivent lorsque je te vois. Nous verrons alors s’il pourra côtoyer un dragon. *
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMar 21 Jan 2020 - 16:25

L’ondin aux yeux d’outre-monde s’agita un instant, comme si l’insistance du regarde de Ta’imiti avait éveillé en lui quelque malaise. Pour autant, le marin ne lui épargna nullement cette investigation silencieuse, épiant chaque geste, chaque mouvement qui put être involontaire et trahir réelles nature et intentions. Mais ses clignements de paupières et autres soupirs semblaient toujours calculés, se lovant dans les creux du discours comme si c’était effort trop inhabituel pour ce corps d’afficher paroles et émotions simultanément. Ainsi le regard inquisiteur du jeune homme demeura posé, lourd et impassible, sur le visage et les explications du dragon. Du coin de l’œil, il distinguait Erhali qui, s’étant laissé aller confortablement dans son large fauteuil, écoutait en sirotant le nectar pourpre.
Ta’imiti tâcha de rester impassible aux explications de Sobêek, empêchant ses émotions de se traduire avec au moins autant d’attention que son interlocuteur en déployait à les feindre sur ses traits. Il ne put cependant retenir la lueur d’intérêt qui brilla dans ses yeux lorsque ceux du dragon se teintèrent des mêmes lumières étranges qu’il avait aperçues plus tôt, et plus encore. Il tacha réprimer aussi le grimacement instinctif qui déforma un instant sa face lorsque le mage s’invita à nouveau dans son esprit, violant une fois encore son intimité de ce pouvoir dont il ignorait la nature et la portée.

« Me laisserais-tu te montrer ? finit-il par questionner, mettant fin au monologue.

Alors le jeune homme, désireux de ne point se laisser complètement entraîner par cette dyade oratrice, marque une pause, portant ses lèvres à sa coupe dont il but lentement. Il était pensif. Les informations se bousculaient, et pas nécessairement dans l’ordre qu’il l’aurait souhaité.

« Un instant, laissez-moi résumer... commença-t-il après cet interlude silencieux. Si je comprends bien, Maître Sobêek ici présent est un dragon - ce qui justifie l’étrangeté de ses yeux, je suppose... »

Puis, reportant son attention vers Erhali, il compléta :
« Et vous, messire Sednereï êtes son… Lié, c’est bien le mot que vous avez utilisé ? Vous êtes un ondin comme vous le paraissez, ou êtes-vous l’un de ces Anciens dont vous avez parlé ? »

L’ensemble lui sembla plus étrange encore une fois qu’il l’eût lui-même formulé… Les mythes abordant les dragons étaient toujours obscurs, et s’il était entendu qu’ils aient pu posséder un grand pouvoir, la nature exacte de leur magie restait floue. Ils pouvaient voler et cracher le feu, ceci était assez communément cité pour que l’on puisse supposer quelque vérité. Encore que, ici, Sobêek semblait trahir l’apparence saurienne qu’on leur attribuait. Était-ce là déformation de la réalité au fil des siècles, ou était-il simplement doué de métamorphose ? Quels autres talents la réalité lui réservait-elle encore ?

« Je croyais votre espèce plus semblable aux lézards des légendes… Et à ceux qui décorent cette forteresse, ajouta-t-il à l’intention du prétendu dragon, jaugeant sa réaction face à ces paroles blessantes et néanmoins énoncées sans animosité aucune, à dessein. Est-ce que je dois en déduire qu’en plus de pouvoir infiltrer les pensées des gens, vous êtes capable de changer d’apparence ? Ce sont des choses courantes chez les dragons ? »

Ta’imiti semblait n’avoir que faire des relations politiques que Sobêek avait suggéré entre ces différentes “terres consacrées”, mais ce n’était pas tout à fait vérité. En arrivant dans les eaux de Tol Orëa, le capitaine leur avait mentionné le continent, sans faire mention de nation, et le fait qu’un unique port en permettait l’accès. Il en avait déduit que la terre de l’aube toute entière était sous la domination d’une seule autorité, fait rare pour un continent mais qui n’était pas impossible, d’autant que la superficie totale de cette terre était inconnue. Il semblait en être tout autre, et cette information lui serait précieuse s’il devait s’enfoncer plus loin que cette forteresse. Et plus précieuse encore s’il reprenait la mer, car il convient de savoir quels ennemis son partenaire commercial aurait, pour éviter qu’ils ne deviennent ses propres ennemis - ou au contraire pour faire monter les enchères…
Quant à la description de ces nations… Peut-être était-ce ainsi que le disait Sobêek, mais les élites ont bien trop souvent cette fâcheuse tendance à dépeindre leur patrie selon leur imagination bien plus que d’après sa réalité.

Ainsi le jeune homme avait-il une vague idée désormais de l’articulation de cette terre. Sa magie, néanmoins, restait nébuleuse, et la place que les hommes le voulaient voir occuper plus encore. C’était là le point à éclaircir en priorité pour Ta’imiti, et de préférence avant d’accepter de les suivre plus loin et de risquer perdre plus encore le contrôle de leur échange.

« Peut-être pouvez-vous m’expliquer cela plus en détail ce lien d’âme, avant d’aller voir ailleurs ce que vous désirez me montrer. Ou bien encore m’expliquer ce qu’est ce don que vous prétendez entendre en moi. » demanda-t-il, tant à Erhali qu’à Sobêek, ne sachant qui de l’érudit ou du mage serait le plus à même de lui expliquer leurs légendes et sortilèges.

Puis, il ajouta pour le dragon, un brin d’amertume dans la voix :
« Expliquer à voix haute, d’ailleurs, si cela ne vous dérange pas... »


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeLun 23 Mar 2020 - 17:18

Le jeune homme faisait preuve d’une grande maîtrise de lui mais son besoin de contrôle le conduisit à reprendre le dessus de la conversation. Son esprit avait besoin de raison. Il reprenait les points du discours et les confrontait à ses observations. Sobêek, puis Erhali, de nouveau le dragon… Le marin était un être visiblement très mesuré et qui, face à l’inexplicable, avait cette manière d’organiser la vérité afin de mieux la goûter. Néanmoins, le temps du récit était achevé. Il n’y avait plus à confronter l’imagination du jeune homme avec l’impossible. Erhali s’imagina un instant à la place de Ta’imiti. Comment aurait-il pu concevoir tout cela ? L’aurait-il fait aussi scrupuleusement que lui ?

Le Sénateur se leva. Il ajusta sa tunique et posa son verre sur un guéridon. Il s’approcha d’un porte manteau où sa cape de velours bleue l’attendait. Il s’en saisit et la jeta sur une de ses épaules.

- Sire Roimata’toa, je préfère vous répondre sur tout à la fois. Venez avec moi.

L’Ondin ouvrit la porte. Le dragon afficha une expression de tendresse pour son lié avant de sentir le défi poindre et stimuler ses ardeurs. Il passa une langue amusée sur ses lèvres et sourit au voyageur.

- Il a raison et je suis bien à l’étroit par ici.

Sobêek se redressa, fit un signe de tête à Erhali avant de le dépasser et de sortir en direction de l’esplanade. Ses pas résonnaient sur la pierre avec ce cliquetis rigide d’un homme de guerre. Erhali porta une main jusqu’à son estomac.

- De plus, je commence à avoir faim, ne tardons plus par ici, leur mijoté de bœuf est vraiment très fade.

Ne demandant pas son reste, le vieil ondin entraîna le jeune sur la voie de l’esplanade. Le Maître reprit une bribe de conversation.

- Un de mes ancêtres étaient un ancien. C’est pour cela que j’ai hérité du don et… si vous avez le don, vous avez également un ancêtre semblable au mien. Hormis cela, je suis tout aussi ondin que vous et ma femme également.

La nuit s’était à présent bien installée. Dans l’air humide et frais on devinait avec plaisir la direction des cuisines. Au détour de plusieurs couloirs, le duo déboucha sur la place réservée aux plus éminents des lieux. Dans la pénombre, les formes n’étaient pas très dessinées mais quelques grondements accaparaient les plus bas instincts d’un homme pour lui confier de fuir. Erhali n’avança pas davantage et désigna une ombre du menton.

- Mon homologue ardent ne s’est pas encore retiré. Je pensais qu’il n’y aurait que nous.

La masse sombre s’approcha d’un pas lourd et menaçant. Les contours de sa silhouette étaient terrifiants et la bête se dévoila à hauteur de leurs yeux. Un dragon mythique qui se dressait face à eux et dont le chant guttural n’assurait rien de bon.

- Maître Ordel, seriez-vous… d’humeur plaisante ? Erhali s’adressa au saurien sans le moindre égard pour la menace qu’il représentait.

L’écailleux tendit son cou en direction de l’aspirant. Le sénateur leva un doigt comme une menace discrète mais vindicative et le Brun ardent recula en soufflant bruyamment. Les pas agités de Sobeêk se firent alors entendre derrière les deux hommes. Le lié tendit un torchon rempli de pain à sa moitié et bouscula Ta’imiti à cause de son empressement. À distance appréciée, l’ondin joua de magie avec la lumière et l’espace. Son corps se modela avec souplesse et fluidité. La chair devint rigide, le teint de nacre devint sombre. Les bras n’étaient plus, les jambes non plus. L’homme était devenu un archange magnifique. Il claqua sa puissance mâchoire dans l’air pour prévenir l’Ardent. Sa queue frappa les pierres et la créature du Màr Taralöm s’envola brutalement.

Sobêek calma ses colères animales et se tourna enfin vers ses deux bipèdes.

- Ordel n’est pas courageux… Mais il aime beaucoup trop les aspirants.

Il s'agissait de la même voix que celle qu'il utilisait plus tôt mais là, il n'y avait plus de lèvres pour articuler le moindre mot. Sa profondeur était néanmoins différente, plus animale, plus cruelle peut-être.
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMar 21 Avr 2020 - 4:29

Le silence flotta un temps dans le salon, si ce n’était pour le craquement chaleureux de l’âtre. Le jeune homme n’avait eu de cesse, depuis ces premières paroles saisies dans le vent, de se méfier de son interlocuteur, et la présence de l’orateur exercé qu’était Erhali ne calmait en ses inquiétudes. Il ne savait que trop bien comme les ports étaient des lieux dangereux où se tramaient de sombres commerces et que les disparitions y étaient monnaie courante, aussi testait-il les limites de l’histoire que ces hommes avaient échafaudée, tentant de les pousser à en trahir le mensonge. Et pourtant, une part de lui souhaitait y accorder quelque crédit. Il avait en lui cet élan que la logique ne parvenait à expliquer, ce cœur qui entendait la mer et défiait toute logique, il le pousser à donner foi à la fable des deux ondins…
Aussi, lorsqu’Erhali se leva pour récupérer sa cape, Ta’imiti renonça encore une fois à la prudence et la raison pour suivre un instinct qu’il ne comprenait pas. Il porta à ses lèvres le verre ouvragé et en tira une dernière longue gorgée de l’onctueux breuvage, puis le reposa tout à côté de celui que son hôte. Puis, sans mot dire, il lui emboîta le pas, non sans noter d’un haussement discret de sourcil les paroles du mage.

Ils parcoururent en sens inverse les couloirs et escaliers que le marin avait traversé plus tôt en compagnie du garde, et le plus loquace et noble de port des deux hommes répondit enfin à quelques-unes des interrogations qu’il leur avait adressées.

« Si vous avez le don, vous avez également un ancêtre semblable au mien... »

Mentalement, Ta’imiti passa en revue l’ensemble du savoir, secret ou non, qu’il avait pu assembler sur les siens, sur la lignée dont il était issu. Il étendit sa réflexion à l’ensemble des ondins qu’il connaissait à Ys, s’interrogeant quant à ce potentiel héritage commun. Il savait son patronyme transmis depuis quelque illustre ancêtre qui avait eu un pouvoir sur les siens, par le sang, les larmes ou le verbe. Mais l’antériorité tout comme l’importance historique des personnages légendaires auxquels le seigneur Sednereï avait fait allusion semblait sans commune mesure avec cette histoire familiale.

« Ces anciens dont vous parlez… Étaient-ils nombreux ? Et leurs descendants ne se retrouvent que parmi les ondins ou... »

Le marin s’interrompit brusquement. Leurs pas déjà les avaient conduits dans l’air froid de la nuit. Le chant de l’océan se fit à nouveau plus présent, plus doux aux oreilles du jeune homme, mais toute sa caresse ne dissimulait pas les grondements d’une bête puissante de l’autre côté de la place. Un frisson lui parcourut l’échine en devinant une ombre imposante dans le noir de la nuit, une terreur primale de prédateur face au chasseur qu’il n’avait jamais ressentie auparavant. La raison le poussa à s’interroger sur les habitudes étranges de ce peuple qui employaient bêtes de somme si menaçantes et son regard chercha à percer l’obscurité afin de mieux distinguer cette créature qu’il espérait solidement harnachée.
Mais la chose avança, révélant sa cotte écailleuse et ses lames acérés, et le regard brûlant qui se posa sur les trois ondins était celui d’une créature qui n’aurait plus dû exister que dans les contes d’enfants. Tétanisé tant par la force sauvage de la créature que par l’effondrement soudain de toutes ses certitudes et de ses raisonnements soignés, Ta’imiti ne savait plus guère quoi penser. Emergeant de l’obscurité, la bête dardait sur lui ses yeux brillant de cette même lueur magique qu’il avait aperçue chez Sobêek, leur couleur de braise révélant les écailles couleur de roche qui recouvraient son crâne en un heaume imprenable. Cette armure lamellaire s’étendait le long du cou épineux du saurien, les plaques s’élargissant et s’épaississant pour donner au monstre des allures de montagne impénétrable au cœur de laquelle rougeoyait la colère du volcan. L’ardent, comme l’avait désigné Erhali, semblait porter son attention sur le jeune homme qui n’avait guère plus de réponse disponible tant son esprit se retrouvait débordé. Tant de détails troublants se bousculaient dans l’esprit de Ta’imiti, tant d’observations méthodiques sur la forme du museau caractéristique du prédateur ou sur l’angle des membres postérieurs et leurs potentiels angles morts, tant de pensées simultanées qui, si elles étaient indépendamment pertinentes, formaient désormais une cacophonie incontrôlable prévenant toute réflexion sensée. Une phrase, seule, parvint à conserver suffisamment de consistance pour qu’il puisse s’y raccrocher, une phrase terrifiante et fascinante qui lui semblait hier encore digne de la plus absurde des fables.

« Les dragons existent... »

Pis encore, voilà que son hôte vint à provoquer la bête par le geste et par le verbe. Son mage de comparse alors s’avança au-devant de son ardent homologue, dégageant de sa route le marin d’un geste qui transpirait une colère maîtrisée. Alors la magie s’étendit depuis celui faisant office d’ondin et ses contours se firent indistinct alors qu’il le disputait à l’espace même. Une lueur sembla émaner de son être alors que sa forme se distordait, se dilatant sans plus vouloir cesser, se mutant de dérangeante façon. Puis la silhouette nouvelle sembla prendre sens, si tant est que cela fut possible, et la peau claire de l’homme des mers laisse place au cuir armuré du dragon des mythes anciens. Devant le jeune homme, en lieu et place du vieil ondin qui l’avait épié dans le marché, se dressait le brun Sobêek, majestueux et terrible, dont le claquement de la puissante mâchoire résonna dans chaque os de celui qu’il protégeait aussi sûrement que l’aurait fait la morsure de son opposant.
Un instant plus tard, la voix profonde et intrusive du lié d’Erhali brisa enfin la léthargie du jeune homme, après un instant, alors qu’il retournait sur eux son regard opalescent. Le même regard qui avait semblé étrange sur le visage peu expressif du mage paraissait désormais tout à fait opportun...

« D’accord… Je… Je vois. Pardon de ne pas vous avoir cru plus tôt… »

Puis, tentant à grand peine de reformer le masque de son visage, il poursuivit après un long silence :

« Donc, j’ai un don, c’est bien ça ? Mais encore ? »

Ta’imiti semblait enfin disposé à prêter une oreille attentive. Le chant marin lui paraissait soudain plus clair cette nuit qu’aucune autre auparavant.


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeVen 2 Oct 2020 - 16:22

[RP] Accoster en terre de légendes 1569501329-erhaliava  [RP] Accoster en terre de légendes 1573412121-sobeek [RP] Accoster en terre de légendes 1573411925-sobeekhum
Erhali Sednereï                Le Brun Sobeêk
#9B9B62                      #ffffcc


Les paroles songées du magnifique saurien pourraient être bien étranges, captées de la sorte, demeurant dans un fin voile de mystère. Que sous-entendait Sobêek quand à son homologue de race qui appréciait que trop les Aspirants ? Etait-ce pour le prendre sous son aile et permettre au Màr Taralom d'acquérir un futur chevalier-dragon dans ses rangs, ou visait-il un autre dessein ? Un dessein plus dramatique, plus sombre ? Un accident arrivait des fois un peu trop vite, parfois.

Quelques furent les raisons véritables du Brun Ardent, Sobêek sut le faire fuir par une prestation d'autorité primitive et prédatrice. Le comportement était peut être dénuée de toute civilité, mais elle avait le mérite d'être simple et surtout, efficace. Puis, une fois que la présence de l'autre écailleux se soit effacé autant visiblement qu'olfactivement, le Brun Neutre posa son regard opalescent sur le jeune marin. Il prit le temps de patienter, avant d'introduire son esprit dans le sien, pour laisser le temps au potentiel Aspirant de se remettre du choc d'avoir pu poser ses yeux sur un véritable dragon. En très peu de temps, il avait non pas un mais deux créatures de légendes sous ses yeux. Quelques fortes émotions avaient été halenés par le Brun, qui poussaient à attendre un tout peu à une nouvelle communication mentale

°Une partie de tes attentes a trouvé son éclaircissement. Et ne t'excuses pas d'avoir la prudence à l'esprit.°

Le Sénateur demeurait toujours serein. La brève altercation entre les deux dragons ne l'avait perturbé, comme totalement habitué à ce type de confrontation saurienne. Il avait porté ses mains ses deux mains sur le torchon confié par son lié tantôt, prenant une posture d'un maître enseignant son savoir à un apprenant assoiffé par la curiosité.

"Oui, vous avez le don, hérité de ces anciens. Pour répondre à vos interrogations de l'instant, votre lignée, comme la vôtre, remonte  si loin dans les temps immémoriaux que nous n'avons depuis longtemps les traits de ces ancêtres. Ou du moins, en reste-t-il très peu. Ils occupaient l’entièreté du Rhäeg.  Des circonstances assez dramatiques ont poussé à leur extinction, mais une partie de leur pouvoir coule dans votre sang, tout comme dans le mien. Il coule également dans les autres races. "

Erhali apportait les réponses guettées par Ta'imiti, en veillant à ne pas rentrer dans les détails. Le jeune Ondin était indécis, à juste titre, et pourrait très bie décidé de pas accepter de rester sur les Terres de l'Aube pour suivre la destinée qui se présentait à lui. Moins en savait-il, mieux cela saurait pour lui. Car, même si l'intervention de Sobêek pour lui retirer les souvenirs de ce qu'il avait pu apprendre sur les Dragons et leurs liés, il demeurait toujours le risque qu'une infime trace demeure dans la mémoire, qui pourrait se refléter dans un rêve, ou un bref éclat de souvenir. Il fallait donc épargner à l'Ondin marin de subir les conséquences d'un acquis de connaissance persistant, qui pourrait miner le reste de son existence.

"Le Don, le lien d'âme comme vous l'avez nommé, noue l'âme, le coeur, l'esprit... d'un homme ou d'une femme, à un dragon dès qu'il brise l'enveloppe calcaire de son oeuf. Le nouveau-né cherche l'individu qui sera son âme-soeur, pour que tous deux se complètent, ne forme plus qu'un. Une fois le lien crée, il persiste jusqu'à la vie des deux unis. Si l'un vient à finir son existence, quelque que soit les raisons, l'autre l'accompagne dans son dernier voyage. "


Le vieil Ondin observa après coup le jouvenceau. Comment réagira-t-il à cette information ? la crainte de la mort était quelque chose de naturelle à tout être vivant, et était plus forte pour ceux dotés d'intelligence et de raison.

"J'espère que l'apparition du congénère ardent de Sobêek ne vous a pas coupé votre appétit, car le malheureux repas céréalier que je tiens là, au sein de ce torchon, n'attend qu'à être dévoré joyeusement. Terminons de quérir quelque chose pour en faire un parfait et succulent accompagnement, sauf si des affaires plus urgences vous appellent''


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Accoster en terre de légendes Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Accoster en terre de légendes Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeJeu 31 Déc 2020 - 18:12

L’obscur saurien retourné à la nuit, Ta’imiti resta seul dans la cour avec, non plus un seigneur et son mage mais un chevalier et sa monstrueuse moitié. Revenu de sa stupeur initiale, il garda longuement son regard figé sur Sobêek qui le toisait, étudiant chaque détail de ce qui n’était encore qu’une légende quelques heures auparavant. Une armure sombre couvrait son corps, les torches éparses révélant occasionnellement les teintes boisées de ce harnois que Flamrya avait si finement ajusté au corps de ses enfants. Si le Brun était moins massif que son homologue fuyant, il n’en demeurait plus grand, semblable à l’épineuse forêt couvrant étendue telle que l’ombre du volcan ne saurait la couvrir. Car d’épines acérées était couvert son corps, telles des branches nues, qui conférait à son allure une aura de menace qui tranchait avec le calme maintenu dans cette voix que l’aspirant entendait malgré le silence pesant. Les opales fixées étaient fixées sur lui et l’ondin redevenu de marbre soutenait ce regard d’outre-monde, comme pour en comprendre les motifs.

A ses côtés, le sénateur poursuivait déjà la leçon d’histoire entamée à l’étage, répondant prudemment aux interrogations de Ta’imiti, et celui-ci d’acquiescer, intégrant les réponses sans piper mot. Que des “doués” soient ainsi éparpillés, dans tout le Rhaëg et tous ses sangs, ne manqua pas de le surprendre, bien qu’il tâchât de ne pas le laisser paraître. Qu’un secret aussi vaste puisse traverser les siècles sans être éventé tenait du miracle. Mais qu’était donc un petit miracle face aux légendes, se souvint-il ? Ses pensées se portèrent ainsi sur ses propres origines, et le flot de sa réflexion parcourait celui de ces vagues discrètes qui ornaient sa peau. Ses tatouages avaient été transmis par tradition familiale et dans ces méandres pâles se cachent les traces de son lignage jusqu’au lointain guerrier triste qui avait fait à ses enfants le don de son nom. Était-ce là que se cachait les secrets de son don, ou l’héritage était-il plus lointain encore ? L’ondin n’était pas sans savoir que tous les peuples ne conservaient pas telle mémoire familiale, laissant les mystères se perdre plus vite encore.
L’ondin prenait calmement le temps d’assimiler ces détails, dessinant dans son esprit les prémices de la toile complexe qui les liaient, identifiant les vides dont on lui cachait encore le motif. Mais surtout, il cherchait à deviner la place que le dragon et son lié semblaient vouloir lui donner dans cette tapisserie. Car l’origine de ce don n’était que détail du passé face aux révélations qui restaient à venir sur la nature du lien qui devait l’unir, d’après ses hôtes, à un enfant de Flamrya.

« Le nouveau-né cherche l'individu qui sera son âme-sœur, pour que tous deux se complètent, ne forme plus qu'un. Une fois le lien créé, expliqua Erhali avec prudence, il persiste jusqu'à la vie des deux unis. Si l'un vient à finir son existence, quelque que soit les raisons, l'autre l'accompagne dans son dernier voyage.

Vous voulez-dire, interrogea Ta’imiti en adressant un regard dubitatif au sénateur et détournant enfin son attention du brun, qu’il y a quelque part sur les mers une créature qui est destinée à se “lier” à moi ? Quelles sont les chances de se rencontrer dans un si large espace ? Et qu’est-ce qu’il se passe si l’on ne se trouve jamais ?»

La perspective du destin partagé n’était guère ce qui troublait le jeune homme, lui qui avait depuis longtemps embrassé la dure réalité des navires, comme l’équipage entier partageait un même destin, œuvrant de concert à travers la tourmente à protéger sa propre vie comme celle de son voisin de pont. Mais tel sort pouvait-il lier deux êtres sans qu’ils forment une équipe ? Si Erhali et Sobêek semblaient agir en harmonie, tous les couples de liés se connaissaient-ils seulement ? Ta’imiti s’inquiétait d’apprendre soudain qu’il était un dragon égaré quelque part, tout aussi ignorant de l’existence de l’ondin que lui-même l’était de la créature, dont le sort était lié au sien sans que ne leur soit laissé la possibilité de s’entendre en tant qu'équipée.

« J'espère que l'apparition du congénère ardent de Sobêek ne vous a pas coupé votre appétit, car le malheureux repas céréalier que je tiens là, au sein de ce torchon, n'attend qu'à être dévoré joyeusement. Terminons de quérir quelque chose pour en faire un parfait et succulent accompagnement, sauf si des affaires plus urgences vous appellent. »

Ce ne fut qu’alors que l’ondin se rendit compte de la faim qui lui tordait le ventre. Il n’avait rien avalé depuis la brioche de la matinée, trop préoccupé par ses pensées pour partager le repas de ses compagnons d’équipage lorsqu’il les avait rejoints.

« Un repas ne serait pas de refus, oui. Il y a des tavernes plein le port, dit-il, prêt à lui emboîter le pas, et je crois que vous avez encore des choses à me dire. Vous m’avez raconté tout ça, donc je suppose que vous attendez quelque chose de moi maintenant, non ? »


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeLun 29 Mar 2021 - 16:33

[RP] Accoster en terre de légendes 1569501329-erhaliava  [RP] Accoster en terre de légendes 1573412121-sobeek [RP] Accoster en terre de légendes 1573411925-sobeekhum
Erhali Sednereï                Le Brun Sobeêk
#9B9B62                      #ffffcc

Si le vieil ondin demeurait mi mystérieux dans les propos qu'il énonçait pour répondre au jeune homme, ce n'était pas sans raison. Il voulait étudier comment ce possible aspirant réfléchissait et qu'il prenne bien conscience de ce qui l'attendait s'il venait à accepter. Il n'était pas encore arriver à cette phase pour le moment ; ce qui ne saurait tarder. Puis, pendant qu'il tenta de faire un très léger sourire quand à la premier réponse qui tournait plus comme une interrogation dans la bouche de Ta’imiti, ses lèvres se pinçaient discrètement.

''Il y a effectivement une âme draconique qui sera amenée à se lier à la vôtre. Vous n'aurez pas besoin de parcourir le monde entier, en sillonnant mers et océans pour la trouver pour la trouver... ou qu'elle vous trouve. Vous avez déjà un pied sur son sol natal. ''

L'idée d'une quête pour trouver son âme soeur à travers le monde n'était pas si farfelue que cela en soi. Bien des chansons ou des contes narraient ce style de recherche, qui poussait l'être à se dépasser, à chercher quelque chose qui lui donnerait l'illumination, ou quelque chose d'assimilé. Mais pour trouver sa moitié draconique, nul besoin de cela. La chance ou bien encore le Destin, par la volonté des Dieux, pouvait amener un descendant lointain des Valherus à se retrouver sur le chemin de son mentor. Mais avant de pouvoir chevaucher les airs sur le dos d'un Enfant de Flarmya, il y avait le parcours riche et rude de la voie d'Aspiranat.

''Si les cieux vous sont favorables, et avec une solide instruction pour vous aider à vous préparer à ce moment unique, il vous suffira juste de vous présenter devant une couvée, et d'attendre qu'à l'Eclosion, un jeune saurien, avide de trouver sa moitié, vous choisisse, si vous êtes celui qui lui correspondra pour le restant de son existence. ''

L'échec demeurait possible, et le vieux sénateur n'allait pas cacher ce détail.

''Il peut arriver que le possible lié ne corresponde pas aux dragons fraîchement éclos. Mais cela ne demeure pas un échec définitif en soi. La détermination est un facteur clé qui a son importance dans la balance. ''

A moins d'être un individu maudit pour l'éternité, il ne se rappelait pas qu'un Aspirant ait pu échoué à chaque Eclosion à laquelle il aurait pu se présenter. Quelques uns avaient su se présenter combien.... deux voir trois fois ? Cela demeurait des cas rares. Peut être dans les autres Kaerls qui sait. Une petite étude ne serait pas inintéressante, mais sera l'objet d'une attention future. Pour l'instant, sa priorité était ce jeune ondin.

Il fixa un bref instant son dragon. Celui-ci lâcha un léger grondement sourd. Un échange muet s'était effectué entre eux deux. Etait-ce un simple échange de regard où y avait-il quelque chose de plus profond ? Le puissant brun prit le temps de s'asseoir correctement, gardant un air vigilant vers les hauteurs, comme pour prévoir le retour de l'autre saurien de tantôt.

A l'idée de partager le pain avec le marin, l'aîné ressentit lui aussi la faim lui tenailler l'estomac.

''Et vous supposez bien. Je ne vous ai pas tout dévoiler, histoire d'égayer votre curiosité. Pardonnez d'avance le vieil homme que je suis d'avoir abordé la conversation de la sorte. Je vous propose d'aller à la taverne situé juste à côté de la capitainerie, au port. Bien qu'elle soit majoritairement fréquentée par des officiers des navires de brefs passages, nous y serons en paix. Et nous aurons de quoi généreusement ce pain, croyez moi. ''


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Accoster en terre de légendes Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Accoster en terre de légendes Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMar 1 Juin 2021 - 22:43

Les réponses du sénateur étaient encore et toujours lacunaires mais, si elles se voulaient énigmatiques, le vieil homme se faisait peu à peu plus direct et chaque nouvelle phrase était un peu moins hermétique que la précédente. Alors donc, il semblait avouer que toute la race des dragons vivait à Tol Orëa, exclusivement. Y avait-il quelques limitations pour eux à traverser l’océan ?
Comme il s’étaient mis en route et parcouraient désormais à rebours le chemin que le jeune homme avait emprunté avec moult étonnement quelques heures auparavant, les signes de la présence des sauriens géants lui apparaissaient, plus clairs encore désormais. Les larges places, propices à leurs masses imposantes, portaient sur le dallage les stigmates infligés par des griffes puissantes. Les entrepôts arboraient des portes immenses, plus larges et plus hautes que ne l’aurait nécessité le passage de simples chariots. Les défenses même de la forteresse semblaient orientées vers les cieux tout autant que vers la mer en contrebas. Si nombreux étaient les détails de l’architecture qui semblaient avoir été pensés pour ces créatures de légendes, laissant présager que les dragons était sur ces terres choses communes.

« J’avoue ignorer jusqu’à la taille de ce continent, avoua Ta’imiti alors qu’ils passaient la grande porte. Je sais de Tol Orëa ce qu’en disent les légendes et les quelques rumeurs que l’on peut glaner dans ces rues. A quoi ressemble la vie, au-delà de ces murs ? J’ai rencontré bien des voyageurs, mais j’ignore tout des coutumes de ce côté de l’océan...»

Les deux hommes déambulaient côte à côte parmi les badauds ignorants pour beaucoup des mystères de cette terre qu’ils foulaient. Sobeêk, dans leur sillage, avait revêtu son habit d’ondin. La nuit était tombée et, avec la fraîcheur de l’hiver qui approchait, les ruelles s’étaient vidées de la foule diurne, désormais réfugié dans les estaminets de la petite cité. Il ne leur fallut que peu de temps pour en traverser l’étendue jusqu’à la bâtisse forte qu’était la capitainerie, et à la taverne attenante.
Comme l’avait évoqué Erhali sans s’y attardé, celle était bien plus cossue que celles habituellement fréquentées par les jeunes marins (ou même leurs compères plus âgés) : les tables étaient propres, des chaises tapissées d’étoffes remplaçaient les habituels tabourets branlants, le vin était servi dans des carafes de verre et des chandelles pendues à des lustres de fer éclairaient l’endroit. Le lieux était plus calme, également, car il était fréquenté par des hommes en livrée et des capitaines au manteaux brodés, devisant à voix mesurée, bien loin de la cacophonie et des chants qui accompagnent les marins. Alors qu’il suivait le sénateur à une table isolée, il sembla à Ta’imiti reconnaître la chevelure de jais du capitaine Rémille dans la salle attenante, qui jouait aux cartes avec deux hommes et un troisième qu’il devinait de sang torhil.

« Bien, commença le jeune marin lorsqu’ils eurent passé commande de boisson et de victuailles, qu’est-ce donc que vous attendez de moi ?»

S’il était habituellement prudent dans ses mots, la journée avait été plus que chargée en émotions et, de fatigue, le matelot commençait à se lasser de ce jeu de dupes… Sans doute, également, que de se retrouver dans ce territoire plus neutre, à mi-chemin des tavernes populaires et du salon luxueux de tantôt, déliait sa langue et apaisait sa retenue.


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeMar 22 Juin 2021 - 18:53

[RP] Accoster en terre de légendes 1569501329-erhaliava  [RP] Accoster en terre de légendes 1573412121-sobeek [RP] Accoster en terre de légendes 1573411925-sobeekhum
Erhali Sednereï                Le Brun Sobeêk
#9B9B62                      #ffffcc

Le sénateur n’agissait pas de manière involontaire pour ce qui était d’apporter des éléments de réponses. Certes, il en apportait, mais il demeurait à la surface des éléments qu’il apportait aux oreilles curieuses du jeune marin. Il cherchait peut être à aiguiser plus l’intérêt de celui-ci, ou alors attendait-il les bonnes interrogations ? Certains vieux Maîtres se plaisaient à jouer de la sorte, histoire d’apporter un peu d’égayement à leur vie déjà bien accomplie ; même s’il restait de belles années encore à faire. Mais quand on avait déjà mené bien des expériences de la vie, vu et fait bien des choses normales comme extraordinaires, que pouvait-il rester de nouveau à découvrir ou entreprendre pour continuer sur la voie de l’existence ? Rassurez-vous, le vieux Maître n’en était pas au stade de s’enfoncer dans la morosité d’une vie de plusieurs décennies. Loin de là.

Il remarqua que le potentiel Aspirant regardait tout autour de lui, comme s’il découvrait les lieux pour la première fois. Faisait-il le lien entre le gigantisme des structures bâties avec la taille des Dragons qui venaient régulièrement en ces lieux ? Possible. Après tout, dans certaines contrées extérieurs, on construisait de manière abusé pour impressionner les dirigeants voisins, ou impressionner l’ennemi.  Construire un ensemble dans  une taille impressionnante sans aucune autre véritable utilité était du gaspillage de ressources. Pour ce qui était du matelot, couvant les lieux pour mieux comprendre les vraies raisons des dimensions conséquentes de la forteresse, le politicien demeurait silencieux, laissait l’Ondin à ses observations et ses découvertes. Peut être qu’il découvrait que maintenant,  le véritable premier bout de terre de Tol Orea, le voyant et le foulant de ses pieds sous un autre angle. Au moins, cela l’aidera à mûrir son esprit quand viendra sa question de ce qui l’attendait vraiment et de pourquoi un vieil homme comme Erhali portait un certain intérêt sur sa personne.
Ils avancèrent toujours sereinement, jusqu’à passer la grande porte. Bien entendu, l'Ondin reprit la parole

’’La Terre de l'Aube est très vaste. Pas autant que les autres continents que vous sont familiers, mais suffisamment pour passer une existence entière à la visiter et à s'émerveiller à chacun de ses recoins. Il n'est guère étonnant que le savoir sur son étendu et ses contours soient incomplets. Vous naviguez, vous connaissez les superstitions qui rôdent autour. Tempêtes, forts courants, navires qui disparaissent corps et âme''

La réputation de ces terres était un avantage, pour repousser les individus trop curieux ou qui seraient avides de tenter de coloniser une terre sauvage et dangereuse ; et qui ne l'était pas, une fois qu'on découvrait la réalité de ce qu'elle était.

''Elle pourrait vous paraître familière, très familière, si on rajoute la présence des Dragons. Si vous avez déjà eu l'occasion de visiter quelques villages pacifiques des bords de mer d'Orën, ou les puissantes cités états de Ssyl'Shar, vous y retrouverez des similitudes. Pour ce qui est de la partie politique et tout ce qui s'y rapproche de près ou de loin, j'aborderai cela à un autre moment. Ce serait dommage de briser votre émerveillement par un sujet lassant et qui peut fâcher à vos jeunes oreilles. ''

Il se permit un petit sourire espiègle, qui ne dura guère sur son visage ridé. La politique... il faudrait plusieurs jours pour tout raconter, même en résumer. Le malheureux risquerait de prendre la fuite à la nage.

Une fois à l'intérieur de la taverne visée, le vieux sénateur se rendit à une table vide de clients, un peu à l'écart, comme si elle n'attendait que lui. Il s'y rendit comme un parfait habitué des lieux. Après tout, il était amené à se retrouver dans la région régulièrement, il pouvait donc très bien avoir ses aises dans ce genre d'établissement, fréquentés par les officiers des équipages en transit dans le Delta.... tant que les secret de la Terre de l'Aubre n'étaient pas éventés....

Un serveur jeune d'apparence se présenta, demanda ce que que le vieil ondin si c'était comme d'ordinaire, avant de demander au plus jeune ce qu'il désirait. La commande passée, le marin posa la question tant attendue... celle de ce qu'on voulait de lui...

''C'est très simple, mon cher... Vous savez entendre les Dragons. Vous avez donc le Don. J'attends de vous que vous acceptiez d'être des nôtres, de devenir un Aspirant, d'être instruit en conséquent, pour un jour prochain, vous lier à votre tour à un dragon, comme je le suis avec Sobeêk. Je vous propose une nouvelle aventure, une nouvelle existence, faite de défis et de nouveauté. Vous êtes libres de me poser toutes les questions possibles, avant d'accepter ou de refuser cette perspective qui s'oubre à vous. ''


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Accoster en terre de légendes Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Accoster en terre de légendes Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeJeu 29 Juil 2021 - 22:41

Un long moment, Ta’imiti resta parfaitement silencieux, impassible. C’était bien là les mots qu’il s’était attendu à entendre depuis plusieurs instants. Ces paroles étaient plus enjolivées encore que les précédentes, plus prudentes, mais c’était bien le message au cœur de cette entrevue, et la réserve du sénateur trahissait comme ils touchaient au but.
Mais si l’ondin était rassuré d’avoir vu juste dans la direction que prenait l’échange, il n’en était pas moins troublé par l’ampleur de ce que cela signifiait. Le regard errant, dirigé vers Erhali mais semblait contempler quelque mystère à travers celui-ci, il considérait tout ce qu’il avait pu entendre sur le mystérieux continent et ses habitants, tâchant de réexaminer chaque détail de ces dires à l’aulne des révélations de la nuit. Les légendes sont choses étranges, qui prennent chaque fois plus d’ampleur à mesure qu’elles sont racontées, et pourtant, dans le cas présent, la réalité révélait le potentiel d’être plus incroyable encore que les histoires du coin du feu. Le vieil homme avait-il, à son tour, embelli ces dires pour appâter sa proie ?

« Je connais les superstitions. Et je constate l’ampleur du secret, dit enfin Ta’imiti qui avait décidé que son interlocuteur avait dévoilé la chose avec trop de réticence pour chercher à l’idéaliser, puisqu’en plus de cacher un continent entier, vous cachez une légende de taille.

Il marqua une courte pause, comme si l’hésitation à cet instant l’avait saisi. Puis, poussant une profonde expiration, l’ondin darda le bleu de ses yeux sur son aîné, et ce furent comme des vagues de tempêtes qui y dansèrent lorsqu’il reprit, accusateur :

« Ce que je ne comprends pas, par contre, c’est pourquoi. Est-ce que vous y répondrez, à cette question-là ?
» Car si je résume bien ce que vous proposez… Vous voulez que j’abandonne ma vie, du jour au lendemain, pour vivre dans un lieu dont j’ignore tout sauf le nom. Et dont vous ne voulez pas m’en dire plus, ou à contrecœur. Tout ça sous prétexte que le destin doit m’enchaîner à une de ces créatures ? »

La tourmente dans son regard s’apaisa, comme si l’incongruité ainsi résumée avait suffi à calmer ses reproches.

« Eh bah, vous êtes un vrai meneur d’hommes, vous... »

Néanmoins, ses doigts glissèrent le long d’un galet clair qui pendait parmi quelques breloques autour de son cou, et ses pensées tout à fait adoucies glissèrent le long d’un rêve en forme de griffe de dragon. Si son amie ne vivait pas sur ces terres, son souvenir en revanche ne saurait y être plus présent. Par une fenêtre ouverte, un courant d’air s’engouffrait, et dans son sillage une mélodie résonnait, comme pour appuyer cette pensée. “Elle pourrait vous paraître familière” avait déclaré Erhali, sans savoir la portée que pouvait avoir ces mots, car Tol Orëa déjà semblait ancrer dans l’âme du jeune homme les griffes possessives du destin. Toutes les peines des années passées n’auraient-elles été placées sur sa route par quelques dieux pernicieux que pour l’amener à cet instant ?
Le passé en mémoire, le présent en question et le futur en espoir, il poussa un profond soupir. La voix emplie de mélancolie, il demanda :

« Bon… Si je décide d’accepter, il se passe quoi ? Quand ? Et je serai bien libre de quitter cet endroit ? Plus facilement que ça ne l’est d’y entrer, je veux dire. »

Le jeune ondin semblait presque se résigner face à un sacrifice nécessaire. Inconsciemment, son regard dériva vers la salle voisine et la silhouette dans laquelle il avait reconnu son capitaine. Comment parviendrait-il à expliquer quoi que ce soit de cette situation ?


[RP] Accoster en terre de légendes Wave                                                                             [RP] Accoster en terre de légendes Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitimeDim 1 Aoû 2021 - 12:25

[RP] Accoster en terre de légendes 1569501329-erhaliava  [RP] Accoster en terre de légendes 1573412121-sobeek [RP] Accoster en terre de légendes 1573411925-sobeekhum
Erhali Sednereï                Le Brun Sobeêk
#9B9B62                      #ffffcc

Il est vrai que la situation aurait été plus rapidement éclaircie si le vieux sénateur avait été directement au fond des choses, au lieu de doucement tourner autour du point central des intentions qu'il venait désormais de dévoiler. Enfin, presque tout dévoilée. Bien que le jeune marin connaissait les légendes, les récits dramatiques qui tournaient autour du continent jugé comme maudit, il mettait encore le doigt sur l'absence d'une révélation de taille : le nom de ces terres, qu'il avait décrite comme immenses.

Une fine odeur savoureuse de ragoût montait des cuisines. Le sénateur huma un instant ces effluves appétissantes. C'était peut être un plat ordinaire, mais il y percevait quelques épices qui relevaient le plat à juste dose, pour transformer quelque chose de commun en un délice sans nom, qui invitait l'estomac à grogner d'appétit et à faire saliver à l'idée de goûter mille et une saveurs exquises. Bon, heureusement, le vieux maître n'affichait pas pas le futur plaisir de se régaler avec ce qui se préparait dans les marmites. Il faudrait encore un peu de patience avant de sentir l'explosion de goût contre sa langue et son palais de ce futur repas. Il y avait déjà encore les quelques parts de mystères non encore dévoilés au jeune Ondin. Le vieux sénateur le faisait à bon escient, pour voir jusqu'où se porteraient sa détermination et sa curiosité. Mais il devait veiller à ne pas le lasser non plus. D'ailleurs, Ta'imiti dévoila des signes d'impatience dans ses mots. C'était compréhensible.

''Quand il est décidé de garder un immense secret aux yeux du monde, ce n'est pas sans raison. Comment réagiraient les peuples du Rhäeg entier s'ils venaient à découvrir l'existence des Dragons ? Bien des mythes narrent des passés troublés, avec des dieux ou des démons chevauchant des monstres cracheurs de feu, dominant tout être du genre ondin, humain, neishaan....maintenant en esclavage toutes les races ? Ne pensez-vous pas que l'existence d'un nouveau continent, doté de sa propre civilisation, n'attirerait pas convoitise, jalousie et crainte ? ...''

Il sentit la présence de son lié, qui désapprouvait quelque peu cet apport avancé sur le savoir de la Terre de l'Aube. Le vieil homme le rassura. De toute manière, avait-il vraiment le choix, s'il souhaitait voir le jeune marin prendre une véritable décision ? Il était difficile de faire un juste choix si la base de connaissance pour se décider ou non était incomplète

Le Neishaan le fixait toujours, avec ses yeux qui revêtaient la couleur d'une tempête marine naissante. Le Sénateur comprenait quelque peu sa frustration. Ah, la fougue de la jeunesse...Peut être qu'il était réellement tant d'être plus direct, pour ne pas perdre ce potentiel Aspirant. Outre d'être patient, ce jeune homme arrivait à ne pas s'emporter, gardant en main son insatisfaction. Et face à ce qu'on pourrait prendre pour une douce ironie, Erhali s'était contenté d'afficher qu'un petit sourire aux commissures de ses lèvres, accentuant les rides qui marquaient le début du crépuscule de son existence. Puis à nouveau, le jeune Ondin apporta une nouvelle interrogation, dévoilant l'avancée d'un pas incertain sur le choix à prendre pour son avenir. Le sénateur entendit les pas légers de la serveuse qui apportait déjà les boissons. L'odeur du ragout se faisait délicieusement plus intense. ce sera bientôt prêt.

Les verres furent déposés devant chacun des deux hommes. Le temps que la serveuse s'en retourne à ses autres tâches, Ta’imiti avait porté un bien étrange regard vers un des autres clients profitant du confort des lieux. L'ancien n'eut pas besoin de voir la personne visée. Au vue de la question, il devait regarder un des membres de l'équipage qu'il accompagnait. Le croisement où il se trouvait lui imposait presque de décider de quelle voie à suivre, sans pouvoir faire demi-tour.

''Si vous décidez d'accepter,''dit simplement le vieux Sénateur, ''je pourrai vous accorder le temps nécessaire pour récupérer vos effets personnelles et pour expliquer les raisons de votre départ à votre capitaine. Je sais que ce ne sera pas évident pour vous...

Un équipage était le plus souvent une grande famille pour un marin, voguant dans le calme des mers que dans leur furie, faisant face ensemble à l'adversité.

''Ensuite, je vous prendrai sous mon aile. Vous deviendrez mon Aspirant, mon apprenti si vous préférez. Je vous formerai à tout ce qu'il vous faut savoir pour devenir un genre un membre lié à un Dragon. L'Histoire, les sciences... Bien des domaines de connaissances que vous pourriez adorer d'ailleurs. Vous ne serez pas seul dans notre cité ''Englouti''. Il y a bon nombre de jeunes de votre âge qui suivent également la formation que vous aurez très prochainement. Pour ce qui est de la liberté de quitter ces terres....''

Sobeêk fit sentir à nouveau sa présence. Une fois encore, le sentiment de désapprobation fit de nouveau présence, mais plus intense cette fois. Dévoiler ce qui s'en suivrait si le jeune homme prenait la décision de rembarquer sur le navire qui l'avait amené ici n'était pas forcément une bonne idée. Cela pourrait l'effrayer. Erhali était confiant. Il rassénéra son lié de ce fait.

''Vous aurez la liberté de le quitter si vous estimez que vous n'y avez pas votre place. Si vous acceptez, votre formation sera tellement énergivore en terme de temps que vous pourriez point y songer. Mais des sorties seront possible, en demeurant en la compagnie proche de mon lié si c'est pour des excursions hors de la Terre de l'aube, cela va de soit. Si vous refusez, ce que je pourrai comprendre, personne ne vous empêchera de remonter à bord de votre vaisseau. Mais vous repartirez avec pour seuls souvenirs, d'être arrivé à la forteresse, d'avoir débarqué avec vos congénères, le temps que les affaires se fassent, avant de repartir vers de nouvelles aventures maritimes. Car si l'existence des dragons a pu être si longuement maintenant dans le néant, c'est que nos âmes sœurs savent "effacer'' ce que vous avez pu voir ou entendre, en rapport avec Tol Orëa, l'existence de leur espèce, de notre lien avec et d'autres menus détails. C'est comme si vous vous réveillez d'un rêve incongru, qui se sera déjà étiolé juste avant que vos yeux ne s'ouvrent. ''

Il porta doucement sa main ridée et marqué par le temps vers son verre, le glissant doucement vers lui. Le jeune marin voulait moins de mystère, voulait plus de réponses directes. Maintenant qu'il avait été servi, tous les dés du Destin étaient dans les mains de l'Ondin. et il avait toujours son léger sourire aux coins de ses lèvres


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Accoster en terre de légendes Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Accoster en terre de légendes Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Accoster en terre de légendes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Accoster en terre de légendes   [RP] Accoster en terre de légendes Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Accoster en terre de légendes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Voyage au centre de la Terre 2 [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Delta du Cenedril-
Sauter vers: