Le Deal du moment : -35%
Pack LEGO Super Mario – La forteresse de la ...
Voir le deal
32.48 €

Partagez
 

 [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé

Aller en bas 
AuteurMessage
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeMer 4 Déc 2019 - 22:03

Automne 919 Néharaku

Il pleut. Il pleut des trombes même. Je regarde la pluie tomber. Tomber à l'envers. Allongée de tout mon long sur l’une des première marche d’un très long escalier. Je vois les gouttes pénétrer la surface de l'eau au dessus de moi et s'effacer ne laissant sur ma rétine qu'une trace fugace. Je regarde la mer comme je ne l'ai jamais vu. La pluie est maintenant magique. Une simple marche sous l'eau est désormais le siège, ou le lit vu ma position, d'un mystère. Le monde a changé de perspective depuis que je suis au Kaerl. La pluie tombe vers moi mais ne m'atteint pas. Je suis sous le niveau des vague et je ne me noie pas. Tempête dessus, calme dessous. Je tends le bras lentement. Mes doigts effleurent la surface de l'eau. Cette surface où tombe la pluie. Encore étonnée de me trouver dessous. Je pourrais me relever. Assise, ma tête sortirait de l'eau. La pluie tomberait sur mon visage. Mais là, sous l'eau. Dans l'eau. L'eau et l'air se confonde. L'escalier magique me permet de respirer à ma guise. De rester allongée là pour l'éternité si je le souhaites. Ma paume se tend vers le ciel. Ciel dont la ligne d'horizon crépite si proche. Je tente de sentir le picotement des gouttes avant qu'elles ne soient dévorées par les vagues. Mes cheveux forment une couronne mouvante autour de ma tête au gré d'un courant que je sens à peine. Étrange cette façon qu'ils ont de se détacher les uns des autres comme si chacun d'eux souhaitait être unique et distinct mais comme ils se coulent en un même mouvement au moindre courant, au moindre geste de ma tête, tel un vol d'étourneaux. Ou de ces banc de poissons argentés qui parfois traversent l'escalier comme s'il n'avait pour eux aucune réalité.

***

Le panier dégueule de maquereau irisés. La pluie leur tombe dessus avec indifférence. Agenouillée je regarde les gouttes glisser sur la peau lisse et écailleuse.
*On dirait qu'ils pleurent.*

« Poisson, ne baille pas aux corneilles et aide-moi à porter les plateaux. »


« Ma’maaaan. On devrait les remettre à la mer. Ils sont tristes. »


« Ils sont aussi crevés que le vieux Crache-queue qu'on a enterré y a pas longtemps. »


Au souvenir du triste jour où on a trouvé le plus vieux chien de la ferme, la gueule béante et des mouches partout sur son vieux poil, les larmes me montent aux yeux. La voix de m’man se fait agacée.

« Fleya ! Arrête avec cette histoire. Poisson, bouge toi un peu. »


Tremblante d'indignation et de tristesse je ramasse les plateaux demandé et la suis vers les cuisines improvisées pour la fête. De toute manière quand m'man prend cette voix pas la peine de discuter. Je me demande bien à quoi ça sert que je fasse ça. Parce qu'à entendre les adultes autours de moi, si la tempête qui se prépare grossie encore faudra l'annuler cette fête.

Au moment où je pose les lourds plateau, une main rêche, grande, chaude et sentant le vieux bois en train de chauffer dans un bon feu, se pose sur ma tête.

« Tu en fais une drôle de tête mon petit poisson. On dirait qu'on vient de te pêcher dans un filet. »


Je lève les yeux vers Grand'pa. Son vieux visage buriné par les éléments me sourit calmement.

« Les poissons sont morts. »


Les yeux du vieil homme se plissent approfondissant les rides qui les cernent. Il me connaît bien mon grand'pa, du haut de mes quatre ans j'ai déjà l'amour des histoires chevillé au corps.

« Sais-tu polissonne poissonne que la mer a un jour passé un contrat avec les hommes ? »


Je secoue la tête vivement attendant la suite. Mon grand-père me prend sous les aisselles et m'emporte dans les airs. Me déposant contre son épaule. J’enserre son cou entre mes bras. Il m’emporte en dehors de la grande tente montée pour l'occasion. Il resserre les pan de ma cape autours de moi. La pluie détrempe en quelques instants tout ce qui n'est pas dessous. Plaquant nos cheveux sur nos fronts. Claudiquant à cause de sa jambes brisée par une bôme il nous entraîne vers le port. Sa voix lutte contre les bourrasques pour arriver jusqu'à mon oreille pourtant toute proche.

Contre les quais ou bien attaché un peu plus loin, barques et navires de pêche dansent vivement avec la mer. La houle grise les malmène tant et si bien qu'on peut craindre de les voir briser leurs amares. La fureur de la tempête nous fascine l'un comme l'autre. J'apprends ainsi comment la mer nous offre ses bienfaits et certains de ses fils poissons et pourquoi nous devons honorer les marins morts en mer qui ont rejoint la Grande Dame.  

Fatigué d'avoir tant parlé il me dépose au sol. Je butte dans un caillou que je ramasse. Lisse, doux. Je le glisse dans la poche de ma robe.


***

La pierre froide est douce. Lisse. Je la caresse d'une main distraite. Une marche de pierre. Mettre mes mains en gisant. Devenir une noyée attendant de prendre sa place aux cotés de la Grande Dame. Laisser passer les heures. Se souvenir que si grand’pa a passé plus de temps sur terre qu'en mer, on l'a immergé pour sa dernière demeure.
Et puis l'eau se trouble. Un être a prit pied sur l'escalier. Est-il venu par la cité engloutie ? Les orbes de lumière s’allumant au fur et à mesure de son avancée avant de laisser les ténèbres se refermer derrière lui. Ou bien a-t-il faillit me marcher dessus en descendant les premières marches depuis la baie ?


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 23
RPs : 20
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeVen 14 Fév 2020 - 17:54

Couleurs des dialogues:
 

Une bulle ! Quel coup du sort l’avait poussé, lui, enfant des embruns, à abandonner le vent marin pour venir s’enfermer à jamais sous une bulle ? Le Màr Luime de la baie d’Eau-claire, c’était pourtant là un nom séduisant. Aurait-il pu deviner que la cité des maîtres dragons la plus liée à l’océan avait décidé en échange de se passer complètement de la mélopée aérienne ?...
Telles étaient, peu ou prou, les pensées qui s’agitaient dans l’esprit de Ta’imiti alors qu’il empruntait le grand escalier.

Cela ne faisait guère plus d’une lune qu’il avait posé le pied sur le continent mythique, une lune qu’il avait découvert le Kaerl Englouti, et son coeur balançait toujours. Avait-il pris la bonne décision ? N’avait-il pas tout sacrifié pour une vieille légende ? Certes, la légende s’était avérée bien plus… palpable qu’il ne l’aurait cru. Mais il avait abandonné pour l’explorer toute une vie d’aventure, la liberté de l’océan et une famille d’adoption comme il doutait en retrouver un jour : des gens de mer, comme lui, un équipage dont les coeurs battaient à l’unisson avec ce navire.
Mais pire encore que ces doutes sur un futur à explorer et de ce passé abandonné, c’était l’atmosphère du Kaerl englouti qui le poussait à fuir ainsi ses nouveaux concitoyens. Si une part de lui s’accordait à cette terre nouvelle plus qu’à aucun autre lieu qu’il ait parcouru, il ne parvenait pas à s’habituer à la sourde mélodie des profondeurs. Sous le dôme, en effet, le chant de la mer résonnait comme jamais auparavant il ne l’avait entendu, la voix basse qu’il saisissait à peine jusqu’alors y déchainait sa pleine mesure. Il y entendait sans peine les changements dans les courants, mais quelle importance cela pouvait-il avoir alors qu’une muraille magique le séparait de l’étendue salée ? Plus encore, c’était l’absence de vent qui lui pesait. Les courants d’air enchantés de l’Agora étaient silencieux, un silence que Ta’imiti ne connaissait plus depuis des années et auquel il ne parvenait pas à s’habituer… Alors tout le Kaerl résonnait à ses seules oreilles de cette symphonie avortée, ce choeur dépossédés de ses voix sinon les plus basses.

Aussi, dès qu’il en avait l’occasion, l’ondin fuyait le dôme azur et, empruntant le long escalier, s’en allait se perdre à la surface, errant des heures durant sur le sable balayé par les vents. Et marche après marche, des notes lui parvenaient des hauteurs, innombrables envolées éphémères faisant écho -il le devinait déjà sans même lever les yeux vers la surface claire- aux perles de pluies qui irriguaient le continent.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Wave                                                                             [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeJeu 9 Avr 2020 - 20:28

Une marche. Puis une autre. L'obscurité se fait lumière avec la présence de mon invité. Elle monte des profondeur tout comme lui. Je ne devine sa progression que légèrement d'abord à la lisière de ma vision. je ne bouge pas. Gisante je suis, gisante je reste. Bientôt le bruit de ses pas fait écho à la lumière. Loin.

Puis il est là. Silhouette à quelques pas. Telle quelque sirène des histoires de mon grand-Pa, j'aimerais poser sur lui des yeux bleu-vert de la mer avec un regard insondable. Mes yeux marrons l'observent se poser à quelques pas. Lui debout, moi allongée, nos yeux sont presque à niveau. L'ondin a, lui, ces yeux bleu d'océan dont je rêves. Je daigne enfin tourner lentement la tête vers le pâle membre du peuple de l'eau. Ni joli, ni laid. Un je ne sais quoi d'assurance. A peine plus vieux que moi, sans doute.

Un fin sourire étire mes lèvres. Languissante je lève mon bras le plus éloigné de lui vers la surface crépitante. Ma main traverse l'onde, soudain giflée par le vent la pluie et les embruns. J'en sens la froideur. Les gouttes glissent jusqu'à mon poignet sans arriver à pénétrer plus avant sous la surface. La magie opère sans un accro. ma voix s'élève enfin, calme, indifférente.

"En ce temps et en cette heure il te faut t'acquitter d'un droit de passage étranger. En échange voici que je vais m’acquitter de ma tache et te révéler ma lecture des vagues..."

Je laisse un silence s'installer entre nous avant de reprendre avant lui.

"En ce temps, en cette heure étranger, tu verras monter et descendre les eaux. Et puis... Tu seras trempé !"

Le dernier mot se termine dans un gloussement. Je me déplace sur le flanc. Ma main redescendue des flots me permet maintenant d'y appuyer ma tête de façon très décontractée. L'autre est posée sur la pierre devant mon ventre. Dans mes yeux se lit la malice.

"Voyons. Pour que tu puisses passer il va falloir m'enjamber ou que je me glisse tel un serpent quelques marches plus bas pour pouvoir me tenir assise ou debout sans me tremper. Ou que je me décide à sortir au dehors.
- Je plisse les yeux en observant mon visiteur, non sans une petite moue amusée. - Quel choix vas-tu me forcer à faire ? Allons j'écoute. - Avant qu'il ne réponde je lève un index tendu à mes lèvres. Je murmure en guise de confidence - Juste une question. Qu'est-ce que tu aimes faire sous la pluie ? -Plus bas encore, l'obligeant à tendre l'oreille. - Moi je danse avec le vent. Mais parfois il me manque un cavalier."

Je darde mon regard marron dans le sien. Menton fier et chevelure ondoyant autour de mes joues, j'attends sa, ses réponse(s).


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 23
RPs : 20
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeDim 3 Mai 2020 - 14:41

Depuis ses premières expéditions vers cette surface où il redevenait enfin entier, le jeune ondin avait développé une habitude, presque un rituel, qu’il savourait autant que son escapade sur le sable elle-même. Dès la remontée entamée et les premières marches passées, il laissait ses yeux se fermer, avançant à tâtons sur ce chemin secret. Très vite, chaque marche du long escalier lui devint familière et il put progresser les yeux clos sans difficulté, tendant tout son être vers la mélodie qui lui faisait défaut.
Dans les profondeurs comme dans le Kaerl, seules lui parvenaient les graves ondulations de l’océan. Puis arrivait un moment enfin où il croyait reconnaître une note lointaine, presqu’inaudible, écho lointain d’un tintement subtil. Dès lors, il le savait, chaque pas le rapprochait de la surface. À chaque marche, les voix plus hautes du chant se faisaient un peu plus présentes. Au bout du chemin, la musique serait enfin complète comme, à l’issue de cette longue et lancinante ouverte, la mer enfin ferait au vent une place sur cette scène à l’unique spectateur.

Ainsi allait Ta’imiti, voyageur aveugle et mélomane, guidé par son seul amour de la musique naturelle vers l’eau du ciel, lorsqu’une voix soudain se mêla, discordante, au grand chant :

« En ce temps et en cette heure il te faut t'acquitter d'un droit de passage étranger. »

Alors il rouvrit les yeux, secoué d’un sursaut, et la surprise le cédait déjà à la colère honteuse de s’être laissé surprendre dans cette intime méditation. Tout absorbé qu’il avait été à goûter ses retrouvailles avec l’air marin, à quelques pas devant lui, il avait oublié partager cet air avec un monde tout entier et ses innombrables habitants. Il leva un œil sans émotion sur l’humaine qui se tenait devant lui, nonchalamment allongée en travers du passage, le dos sur la roche nue. Ses paroles énigmatiques et ses gestes amples réhaussés par l’ondulation de sa chevelure évoquaient une prophétesse —ou tout du moins une prêtresse— mais son jeune âge dissimulait mal l’amusement dans ses mots, le gloussement enfantin d’une farce dont on serait trop fière et que la “prédiction” achèvera de démasquer.
D’abord circonspect, Ta’imiti se relâcha. Il ne s’agissait guère que d’une oisive en recherche d’occupation ou plus vraisemblablement de compagnie, quelqu’un avec qui ou du moins aux dépends de qui rire un instant pour occuper une morne journée. Cette terre étrange et le trop plein d’information qu’il expérimentait au quotidien aura rendu l’ondin tendu, trop prompt à l’inquiétude… Patient, il écouta l’humaine indolente dérouler devant lui son piège, un léger sourire habillant son visage blafard. Elle évoquait les options qui s’offrent à lui, lui laisse apercevoir des possibilités qui toutes le ferait redevable de la demoiselle qui a accepté de céder au voyageur sa tranquillité. L’ondin qui ne se pensait pas d’humeur à la plaisanterie se surprit à ressentir quelque amusement face à ce jeu.
Alors, sans un mot, il effectua un simple pas de côté et, pivotant sur son appui, s’élança dans un tournoiement de sa chemise d’algues, en dehors de l’escalier, dans la mer que nulle magie ne retient plus, et déjà les courants et le baiser du vent l'attirèrent vers les hauteurs et les larmes des cieux qui percent l’ondulant miroir. Sans cesser sa danse tourbillonnante, Ta’imiti creva l’onde et laissa l’éclat enfin complet de la mélodie du large envahir son corps, air et eaux se mêlant en lui.
Quelques brasses et quelques instants plus tard, l’ondin revint à l’orée de l’escalier et s’assit sur ses premières marches, tout proche de la jeune fille toujours allongée, se laissant librement mouvoir par les vagues.

« Celui qui écoute n’a pas besoin qu’on lui lise, celui qui regarde la route n’a pas besoin qu’on lui fasse un chemin, murmura-t-il au ras de l’eau, assez fort pour que ses mots lui parviennent, les yeux rivés sur le large qui l’appelle. Je suis là pour voir la musique et entendre la danse. Ce n’est pas très différent de toi, du coup, sinon que je ne suis pas l’artiste. »

La pluie s’échouait sur ses cheveux, les embruns pleuvaient sur son menton, et dans l’air la mer chantait la danse du vent qui faisait vibrer tel un diapason le don de Ta’imiti et son être en accord.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Wave                                                                             [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5


Dernière édition par Ta’imiti Roimata’toa le Lun 18 Mai 2020 - 1:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeDim 17 Mai 2020 - 22:26

A tient ! En voilà un qui a un peu d'esprit. Il s'est jeté dans la mer pour mieux en sortir. Petit coquin va ! Il a eu raison. Mouillé pour mouillé. C'est un peu agaçant quand même. Une moue est venue défigurer mon visage de sereine sirène. L'homme m'a échappé. Je passe une main alanguie dans mes cheveux vaporeux et revient à la musique de la pluie sous la mer.

Mais une ombre se dessine au dessus de moi. Un visage qui peine à s’esquisser à travers la surface. Je songe un instant à la beauté de cet instant. Deux êtres penchés l'un sur l'autre. Avec cette étrange alchimie de l'eau et de l'air. De magie plutôt. Lui trempé dans l'air. Moi sèche dans l'eau. Lui homme et moi femme. Ses yeux bleus de ciel qui trouvent les miens Terre de Cassel. Mes cheveux goémon qui ondulent au gré d'un courant invisible. Ses mèches blanches nuages martyrisés par les bourrasques.

Ma gorge s'est étreinte d'un étrange sentiment. Lui et moi nous serons à jamais divisibles. Et pourtant quand tout nous oppose j'aspire à ce rapprochement interdit. Tout comme lui. Puisqu'il est là et qu'il me parle. Mais ses mots eux-même tentent de nous séparer. Artiste contre spectateur.

Donc nous serons séparé et nous connaîtrons un destin différent l'un de l'autre. Mais néanmoins parallèle comme cette symétrie inversée bouleversante. Synesthésie des mots, des sens, des réalités. Je m’y noies pour en vivre.

La mélancolie se glisse dans mon cœur, dans mon âme. Un étrange et profond abandon. Je soupire comme pour me prouver que j’existe, que je vis encore. Que le souffle est encore présent en moi.

Avec lenteur je ramène mes genoux vers mon ventre et me redresse. Mes yeux n’ont pas quittés l’ombre des siens. Ils passent la barrière de la surface. Soudain frappés par la pluie. Mon corps aspire à sortir tout entier de l’eau. Ou à sombrer de nouveau. Je me bat contre les vagues pour ne pas brusquer cette fantasque renaissance. Un sourire s’éveille alors que mes yeux se ferment. Mes mains atteignent à leur tour la surface. Je me dresse. Le buste puis les jambes. Les vagues me fouettent, menacent de me renverser de nouveau sous l’eau.

"Alors le vent a intérêt à assurer !"

Je rouvre les yeux et sourit de nouveau à mon spectateur. Je le dévisage un instant. Le priant silencieusement de changer d’avis. Pour cette fois. Juste pour cette fois, pourra t’il quitter son rôle ?

Ma tête se penche. J’écoute le bruit des vagues, le sifflement du vent. Je laisse l’eau, d’où qu’elle provienne, salée ou non, absorber ma chaleur. Mes lèvres pâles se resserrent. Un pas puis un autre. Déjà je me balance, je dodeline, je danse. Je tourbillonne. Ma jupe ne tarde pas à s’alourdir d’eau. Elle claque et frappe. Rendant la danse difficile. Mais peu m’importe. Un doux son passe mes lèvres et se mêle au vent pour disparaître ou s’y fondre. Je me cambre en une danse folle et nonchalante. Le sable et l'eau se mêlent sous mes pieds nus. Le vent et la pluie tiennent tour à tour mes mains pour diriger une nouvelle rythmique.

Est-il venu ? Ou m'a t'il laisser danser jusqu'à l'épuisement ?


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 23
RPs : 20
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeSam 23 Mai 2020 - 18:47

Assis sur l’onde, il n’était qu’algue parmi les vagues, que l’océan dans ses caprices faisait danser à son gré. Son manteau ouvert s’étalait en marée ocre dont il était le pâle cœur, étendant sur l’escalier un rideau agité du vent liquide. Derrière ce voile, à travers l’ondulant écran des eaux, l’ondine demoiselle attirait son regard. Ses traits comme sa chevelure se mouvaient, ondoyante végétation que caressait l’océan. D’humaine malicieuse faite créature de contes, être merveilleux qui furtivement aurait passé les frontières entre les mondes et dans chaque onde manquait disparaître à jamais. Les lacets cristallins de la surface sur son visage dessinaient d’étranges motifs, éternellement changeants, qui se répandaient au-delà des limites de son être. L’envoûtement de ces yeux se faisait celui des flots. Un monde de fantaisies évoluait sous l’étendue, portail vers un repère de magies et de mythes dont la prophétesse de l’escalier avait été l’émissaire, royaume caché des mers qui embrassait le ciel ce jour d’automne. De grises nuées peuplaient l’océan, l’eau habitait l’éther, et la lointaine frontière du ciel et de la mer n’était plus qu’un souvenir indistinct.
Lorsqu’humaine redevint l’ondine, crevant le voile océanique, alors seulement s’éveilla le rêveur de son long envol, comme il planait par-delà les vagues dans le vent du large. Lorsque créature de la terre redevint la sirène, les dessins ondulant de l’argent des vagues quittèrent ses traits mais guère la finesse, le charme enchanteur abandonna son sourire mais point la malice débordante. Lorsque simple femme redevint la prophétesse, prieuse qui était prêtresse, alors s’élança telle une bacchante des eaux, tourbillonnant sans retenue. Terre et mer et cieux sur son passage en furent retournés comme se bousculaient en son sillage sable et écume et pluie.
Dans le doux ballet pluvieux bondit la demoiselle au rythme de sa mélodie fredonnée, et par le geste et par le chant accompagne comme lutte, discorde invisible aux yeux clos, cacophonie inaudible à son don. Et sur la plage esseulé, l’ondin de désespoir exhale un soupir comme se meurt en lui le long espoir qu’enfin s’accorde à la musique des eaux le chant de ses pieds.

« Attends… »

Las, du tapis d’algue enfin s’extirpe-t-il. Sans hâte, sa longue silhouette déploie. Enfin, des vagues s’affranchit pour la demoiselle approcher.

« Tu sais lire, je sais écouter, murmure-t-il au creux de sa main offerte. Laisse-moi te guider… »

Alors d’une simple caresse s’élancent ciel et mer enlacés et dans ses gestes fluides creuse l’espace pour que puisse se lover sa forme légère. Et dans la mélodie s’installe la danse si bien que jamais leur corps contre leur vent ni leurs pieds contre les vagues ne luttent. Car chacun dans ce chant, courant d’air ou d’eau, a voix et le danseur mélomane glisse leurs silhouettes entre les notes et leur valse entre les musiciens sans les perturber. Alors tournoient deux gouttes dans l’ondée, deux vagues dans la marée, deux rafales dans le grand vent.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Wave                                                                             [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeJeu 28 Mai 2020 - 11:51

Une main qui prend la mienne. Je souris à mon cavalier inconnu. Ainsi s'est-il laisser tenter. Qu'est-ce qui l'a décidé ? Cela à t'il même la moindre importance ? Ses mains ne mettent guerre de temps à s'imposer, à imposer le rythme. Je me laisse faire. C'est si plaisant quand le cavalier mène. Quand je peux me laisser aller à la confiance. Et je fais tellement bien. Sous son impulsion mon pied se pose ou la vague vient de se retirer, la bourrasque de vent me soulève presque au lieu de me gêner dans un tourbillon, la pluie cesse de battre contre mon corps pour y glisser. L'eau ne vole pas ma chaleur, elle la sublime. Je crois voler. Je crois me transformer. J’étais si-reine ou Oracle. Il était le mystère. Nous sommes l’âme de la tempête. Deux dieux ayant prit forme pour se mêler, s'entremêler aux éléments. Euphorie et Sublimation. Mon rire est une ponctuation qui ne met pas de fin. Parfois lente, parfois endiablée la danse ne me laisse jamais indifférente. Et si parfois j’échappe à mon cavalier pour quelques pas sauvages et libres ce n'est que pour mieux revenir m'enchaîner à sa magie l'instant d'après. A sa présence.

Je ne sais pas combien de temps nous passons à danser ainsi. Une heures… deux… deux jours… une éternité éphémère… la pluie battante s'est fait languide. Le vent ne tente plus de nous arracher au sol. Le ciel noir nous offre une pénombre plus douce, nappée de lueurs fugaces. La fatigue s'est installée insidieusement. Une bonne fatigue. De celle qui te laisse avec l'esprit clair et ou tu sens que malgré tout ton corps est là, il peut t'offrir encore, puiser dans ses réserves qui semblent infinie.

A l'instar de la tempère qui se calme nous avons ralentis. Dans le dernier élan de la dernière danse je fais un pas de plus et me retrouve contre le corps de mon cavalier. Haletante, j'ai passé mes bras autours de son cou. Mes formes contre les siennes. Ma joue contre la sienne. Le visage levé vers les nuages. Perdus dans une extase sereine. Mon souffle rapide et chaud, nos tempes battantes, sa respiration en harmonie avec la mienne.

« c’était si beau ! » dis-je dans un souffle avant de m’écarter juste assez pour avoir son visage en face du mien.

Une main douce se pose sur sa joue, en retire une mèche mouillée d'une caresse. Passer le dos de ma main sur sa peau en frissonnant. La poser tel le pétale délicat dans le creux de son cou. Me soulever sur la pointe des pieds. Mes lèvres viennent se poser, deux oiseaux timides, sur les siennes. Je ne force pas le baiser. C'est à peine une invitation. Dans mes yeux il peut lire une forme d’abandon. Une joyeuse mélancolie. Un désir né d'une âme passionnée au corps las.

« Fais-moi l'amour. »
demandais-Je en chuchotant presque, vaincue par une timidité tout aussi sensuelle que libre. « Fais-moi l'amour, lentement. Comme si c’était encore une fois ta première fois. Ma première fois. Je veux m’étonner de découvrir ton corps. De te voir découvrir le mien. Laissez-moi lire dans tes yeux nos jouissances mêlées. Je veux être une plage ou la vague calme remonte. Donnons-nous le temps. – un silence et puis - Fais-moi l'amour. »

Je ferme les yeux le laissant à sa décision, le corps frémissant de toute cette énergie coulant comme une lave paresseuse. Répond, répond, répond bourdonne mon cœur impétueux en retour.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 23
RPs : 20
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeSam 6 Juin 2020 - 16:24

Le temps, dans la tourmente, n’est guère que souvenir lointain des jours calmes. Les gestes s’accélèrent au rythme de l’urgence ou des notes, et tempête et danse s'échappent doucement au-delà de l’écoulement des heures. La minute s’étale en éternité alors que s’y glissent innombrables les accidents et les miracles. La pluie un instant se laisse évaluer au vêtement qui s’alourdit, la mélodie au compte des notes se peut mesurer ; puis le thème répété, l’étoffe d’humidité saturée, on perd dans le tourbillon l’ultime repère et au chaos s’abandonne l’imprudent.

Telle n’était pas son habitude, pourtant l’ondin avait-il plongé sans retenue dans cette imprudence. Cela faisait de longs mois qu’il n’avait plus dansé, depuis son départ d’Ys, et jamais encore ne l’avait-t-il ainsi fait au son de l’orchestre invisible, au rythme de l’orage. Comme en transe, les yeux mi-clos par moment, il était tout entier à ce ballet partagé avec sa frêle cavalière et les puissants éléments, communion du mouvement, harmonie de ce qui ne peut rester dormant. Et ses pensées dans le tumulte virevoltaient, et bien loin s’éloignèrent par-delà l’océan, portées par les vents.
Nombreuses étaient les occasions, attendues ou par les embruns déposées, dans son îlot natal pour ensemble virevolter, et Ta’imiti avait développé l’agilité de son corps au gré des danses comme dans le gréement. Les souvenirs lui revenaient de ces après-midis de la fin de l’été, d’un accordéon solitaire qui à lui appelait tous les joyeux. Il se revit, tout jeune enfant, comme sa mère lui montrait comment placer ses pieds ; puis des jours plus sombres où, homme du foyer, il transmettait ce même savoir à sa jeune sœur. Lui revinrent des rires et des chutes, des défis lancés, la jalousie amicale des adolescents, les gloussements des jeunes filles, des regards échangées au sein d’une tornade dorée.
La musique résonnait autour d’eux, rythme endiablé sur lequel se mêlaient cordes et vents, tambours et corps, et ils tournoyaient sans s’arrêter et le monde autour d’eux disparaissait, recouvert par le voile clair du mouvement. Puis, aussi subtilement qu’elle s’était envolée, la mélodie s’apaisa, les musiciens se turent, le tourbillon ralentit, et le calme revint alentours. Seuls restaient les danseurs haletant, épuisés mais heureux. L’un à l’autre pressé, soutenant et soutenu tout à la fois car la tête leur tournait et que leurs être demeuraient encore tout mêlés dans l’instant partagé. Ta'imiti, les yeux fermés pour tenter de recouvrer sa balance et les poumons emplis de la délicate fragrance de la jeune elfe, sentit sur son visage la caresse d'une main féminine. Qu’ils étaient doux, ces instants partagés avec son amie disparue, comme lui manquait son amie d’enfance. Le vent, la musique, la danse et la caresse secouaient son être, ses pensées étaient toutes emplies des nuées des cieux, et sur ses lèvres vint se poser le contact d’un baiser.

Alors l’aspirant ouvrit grand les yeux et Ys était déjà bien loin, comme l’étit Iva Moena vers qui ses songes trompeurs l’avaient porté.
« Fais-moi l'amour, déclara la demoiselle, et soudain Ta’imiti fut soumis au plus terrible vertige. Un geste l'avait sorti de sa transe et ces quelques mots l’avaient précipité vers un nouvel abîme. Car dans un terrible élan le voici qui remontait en esprit le cours du temps, et paroles et gestes échangés tous prenaient depuis l’escalier la teinte malaisante de la séduction. Les questions innombrables se bousculaient dans sa tête, le harcelant pour qu’il évalue de chaque mot la perception que la demoiselle avait pu en avoir, qu’il juge ce qu’elle avait imaginé percevoir dans ses mouvements. La raison encore engourdie par la musique et la danse, les pensées obscurcies par sa timidité, déstabilisé par la situation, il demeura longtemps ainsi immobile, incapable de répondre. Ses pensées demeuraient engluées, ses membres engourdis, ses paroles silencieuses.
Enfin une vague forte vint qui se fit élan d’eau sur ses chevilles et de cuivres à ses oreilles et emporta avec le reflux une part de sa gêne. Alors la parole lui revint, maladroite...

« Je… Il ne s’agissait que d’une danse, avoua-t-il en reculant d’un pas, il n’y a rien de plus. »

Malaise et culpabilité se lisaient aisément dans le bleu de ses yeux. Lui qui visualisait habituellement si aisément la marche à suivre se trouvait perdu dans les nimbes de ses réflexions. Voilà bien tout ce qu’il détestait dans les sentiments amoureux. Car il était alors tout empli de la crainte du moindre mot, peur absolue des répercussions, infinies et si chaotiquement imprévisibles, du moindre de ses gestes. Passion n’amène jamais que catastrophe, tel avait été son mantra sa vie durant, et s’il n'en ressentait point présentement, il craignait celle qui pu habiter le cœur de la demoiselle de l’escalier, tout comme celle brûlante qui naît du rejet. Mal à l’aise, il ne savait plus quelle voie employer...

« Pardon pour la méprise... »

Il s’écarta de quelques pas, le regard plongé dans les vagues sombres qui venaient s’endormir sur la plage dans la nuit tombante. Une profonde lassitude s'empara de lui, prédatrice fatigue du jour qui l’assaillait en cet instant de faiblesse.

« Je te l’ai dit, je suis venu pour la musique. Juste la musique… Il vaut peut-être mieux que je te laisse... »


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Wave                                                                             [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeVen 12 Juin 2020 - 18:11

Le voilà déstabilisé mon beau cavalier aux cheveux blancs. J'ai le désir d'y passer les mains et d'en attraper l'écume. De me l'approprier pour un instant. Mais je sens qu'il n'est pas à l'aise. Qu'il y a une faille. Je le laisse y venir. Je sais déjà que ce sera un non. Je le vois dans ses yeux de brume bleue. Bel ami, j'attends que les mots passent la barrière de tes lèvres. Son refus ne me heurte donc pas. Il n'est que le prolongement de ce que je savais déjà. Il n'est pas pour moi. Le miroir inversé de l'eau me l'avait déjà prédit. Juste une danse, oui. Un instant d'éternité et de magie. Mon sourire s'étire un peu plus. J'accepte volontiers ce rien qui pour moi est pourtant un plus. N'etais-je pas prête à danser seule après tout. Il m'a fait un cadeau en acceptant cette proximité un instant.

Il s'éloigne en me demandant pardon. Je secoue la tête et vais pour répondre à mon tour. Et il aurait mieux fait de s'arrêter là. Nous aurions pu alors rire de nous ou oublier la danse pour un autre spectacle.Tout à coup mes yeux flamboient d'une colère jusque là inconnue. Quelque chose en moi s'insurge. Réclame plus que cela. Les mots sortent âpres et violents.

"Sombre imbécile !"

Je ne sais pas moi-même ce qui me pousse à cette colère. Je le découvre en parlant.

""Juste la musique". Mais quelle musique ? Celle du vent et de la pluie, celle de la tempête... N'y a-t-il eu donc que cela pour toi ? N'as-tu donc pas aussi entendu la musique de nos coeurs, de nos souffles, de nos corps. N'es-tu donc pas capable de sentir aussi la musique de deux corps qui s'accordent ? Et même sans cela, bien au delà de deux âmes qui se découvrent ? Les simples paroles de deux futurs amis qui se racontent des histoires ou des bêtises dans la pénombre, sur une plage désertée, ça aussi c'est de la musique ! Entendre le retour des milles bruits des animaux en partageant un moment ça aussi c'est de la musique ! Et tant d'autres choses. Espèce de petit crétin. Tu es comme un spectateur qui ne s'intéressait qu'au soliste et qui se boucherait les oreilles au moment où l'orchestre se met à jouer."

Je me détourne violement et avec dédain avant de commencer à m'éloigner vers les terres.

"Va t'en donc ! Moi je vais écouter la musique du crépuscule et peut-être même celle de la nuit."


Ayant grimpé à grands pas une petite butte, je me retourne pour lui crier (qu'il soit proche ou loin).

"Et t'es le bienvenu quand même !"
avant de m'asseoir sans plus de cérémonie pour regarder les derniers nuages s'éloigner dans le crépuscule.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 23
RPs : 20
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeSam 1 Aoû 2020 - 1:00

Las, son regard se perdit dans l’océan, sombrant dans son obscurité, l’âme partagée entre l’ivresse de la danse et la honte de sa réponse. N’apprendra-t-il donc jamais à voir se dessiner les signes annonçant désir et amitié lorsqu’ils lui sont adressés ? Lui qui se vantait être fin observateur encore une fois s’était trouvé dépourvu lorsque, alors spectateur, devenait acteur malgré lui.
Las, sa crainte s’était cristallisée sous ses yeux… Et comme de la terre surgit le sang ardent signifiant sa colère, pareille ire des lèvres roses s'échappait, qui un instant auparavant l’embrassait. Et si la pluie s’en est allée, ce sont les mots qui pleuvent désormais, dures paroles d’une demoiselle blessée.

« Tu es comme un spectateur qui ne s'intéressait qu'au soliste et qui se boucherait les oreilles au moment où l'orchestre se met à jouer. »

« Tu ne comprends pas… » murmure-t-il.
* Tu n’entends pas… * veut-il dire.

« Va-t’en donc ! Moi je vais écouter la musique du crépuscule et peut-être même celle de la nuit. Et t'es le bienvenu quand même ! »

Alors l’ondin demeura là, seul sinon pour les vagues qui caressaient ses pieds, plus aventureuses à chaque passage. Et il resta immobile, perdu dans le tourbillon de ses pensées, perdu parmi les mots rageurs qui volaient autour de lui, perdu entre ces choix qui se présentaient à lui. Et il regardait la demoiselle qui se hissait au sommet de la pente rougie par le couchant et ne savait que faire. Y avait-il seulement chose à faire encore ?
Et les minutes coulèrent sur le jour mourant comme la mer sur le sable, et l’eau déjà ses chevilles atteignait lorsque l’aspirant prit le chemin de la dune. Silencieux, il escalada la pente traîtresse qui à chaque pas laissait sur ses pieds humides sa marque granuleuse. Silencieux toujours, ayant atteint les hauteurs, il s’assit aux côtés de la demoiselle boudeuse. Et silencieux, il laissa son regard se perdre dans le chant des vagues en contrebas.

« Tu n’es pas d’ici, je me trompe ? demanda Ta’imiti après un long moment, car il avait l’oreille pour les accents. Est-ce que ça ne te manque jamais, ce que tu faisais avant d’apprendre… Tout ça ? »

Propulsé de vie de mer à vie de terre, la transition avait été aussi soudaine qu’éprouvante pour le jeune homme. En l’espace de quelques semaines, sa vie avait changé du tout au tout sans qu’il n’y soit préparé. Lecteur moyen et plus habitué aux cartes qu’aux romans, il se trouvait désormais plongés dans les ouvrages poussiéreux et les discours à la complexe rhétorique ; rompu au maniement des cordes, on lui confiait désormais de lourdes armes ; lui qui partageait jours et nuits avec la même trentaine d’hommes des semaines durant devait désormais retenir une foule de visages et de noms… Et tout cela loin du ciel qui soufflait sur l’océan, loin du soleil qui se levait sur des eaux lointaines et loin de la mélodie des vagues.

« Je viens de la mer. J’ai toujours vécu dans le vent salé. Dans la pluie, la tempête, le vent même. J’étais venu écouter le ciel et la mer, et l’immensité du monde à travers eux. La liberté, le présent. Parce que sont les musiques que j’ai toujours entendues. Des musiques que, en vivant là dessous, lâcha-t-il en désignant du menton l’escalier qui disparaissait à nouveau sous la marée montante, je n’ai plus vraiment l’occasion d’entendre... »

À nouveau, il laissa le silence s’installer, son regard se posant sur la mer. Il ne savait guère si elle avait encore pour lui de la colère, et ne souhaitait pas scruter son visage à la recherche de quelque signe. Il espérait seulement une nouvelle première rencontre, un départ qui serait animé par le calme souffle du crépuscule plutôt que par le grain tumultueux.

« Tu sais, on remarque mieux les instruments que l’on connaît, dans un orchestre, mais ça ne veut pas dire qu’on n’entend pas les autres. Je pensais vouloir être seul, avoua-t-il, mais je me trompais. Je préfère plus encore une bonne compagnie. »

Et sur ses mots, il leva vers elle un sourire, timide mais sincère. Le premier d’une amitié naissante, espérait-il.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Wave                                                                             [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Perlina Poisson Derer
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Perlina Poisson Derer


Date d'inscription : 02/11/2019
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 48
RPs : 39
Race : Humaine
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitimeLun 3 Aoû 2020 - 21:20

Et que coule un sable rouge et or entre mes doigts. Il rappe, crisse. il n'a pas cette douce lenteur vive du sable sec. Gorgé d'eau de pluie dont il ne reste pourtant qu'une infime pellicule. Des particules s'accrochent à ma peau, m'offrant dans le couchant des mains presque rouges. Perchée en son sommet la dune n'offre aucune protection au vent du soir qui a su patienter toute la tempête pour, à son tour, venir jouer sa musique et voler ma chaleur. Et je tremble. Dans mes vêtements mouillés il n'est que trop présent ce vent. Je finis par relever les genoux et les entourer de mes bras. Plus loin la silhouette de l'ondin s'éternise. Je n'en comprends pas la raison. Il devrait repartir. Ou bien choisir un autre lieu, sa propre dune. S'éloigner de moi. Danse et musique terminée. Il n'a donc plus besoin de moi. La joue posée sur un genou je ne peux pourtant pas en détacher mes yeux. Vas t'en ! Pars. Je sais que j'ai été trop impétueuse. Trop avide sûrement. C'est de ma faute si le lien s'est brisé.

Mes yeux s'arrondissent et je redresse la tête alors qu'il grimpe la dune. As t'il décidé à son tour de me dire mes quatre vérités ? Mais non. Il s'assoit à mes côtés. Un sourire timide se montre avec peine, n'osant trop y croire.

"Est-ce que ça ne te manque jamais, ce que tu faisais avant d’apprendre… Tout ça ?"

Je secoue la tête pour répondre par la négative.

"A quoi ça me servirait ? A part être triste ? Je n'ai pas envie d'être triste. Pas envie de plier et de baisser la tête sous le poids d'un chagrin qui s'éternise. Je sais que certains qui fuient finissent par avoir des regrets. Je les jettes loin de moi les regrets. Le plus loin possible. Les arracher comme de la mauvaise herbe, les brûler. Ma vie serait infâme et misérable que ce serait pareil."

Ma main cherche la sienne. Parce que je ne suis pas qu'un cœur de pierre et que je peux comprendre malgré tout le vide qu'il doit parfois ressentir. Mes doigts s'entrelacent aux siens. Pour partager chaleur et émotion et non pour prendre comme une égoïste cette fois.

"Des musiques que, en vivant là dessous, je n’ai plus vraiment l’occasion d’entendre..."

"Pour l'instant. Il ne faut pas dire 'Tu me manques' mais 'attends-moi j'arrive'. Je suis sure que ton dragon partagera ton amour pour l'océan. Bientôt vous vous envolerez sur ces brises et plus personne ne pourra t’empêcher de t'en enivrer. Je peux comprendre. Mon grand-père était un marin obligé de rester à terre, tu sais. Pourtant il aimait la mer et la liberté plus que tout. Mais il ne s'en ai jamais plaint."

C'est à mon tour de rosir et de faire un sourire timide et embarrassé.

"Et moi j'ai toujours cru que les hommes qui s'intéressaient à moi... enfin tu vois. Je me trompais aussi.
- Je donne un léger coup d'épaule dans la sienne et poursuis en riant - Une bonne compagnie c'est bien. De toute manière t'es mon miroir opposé, ça peut pas marcher. Tu as remarqué ? Tels deux instruments sur scène, séparé par toute la longueur de celle-ci. Nos notes se rejoindrons, se mêlerons souvent mais ce sont nos esprits, nos âmes. Et rien d'autre. Moi tant que la mélodie est jolie..."

...je peux laisser les musiciens jouer très longtemps.


[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé   [RP] Mouiller ou ne pas être mouillé Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Mouiller ou ne pas être mouillé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Baie d'Eau Claire-
Sauter vers: