Le Deal du moment :
LEGO® Ideas 21320 – Les fossiles de ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez
 

 [RP] Échappée

Aller en bas 
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeMer 25 Déc 2019 - 18:55



[RP] Échappée  Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Échappée  Kyren-vava-dragonbronze-tolorea
Dušan Bakhtiyar & le Bronze Kÿreñ

Theme Song :
The Rain Song & Roundelays – Dzivia

Début Néharaku 919

Au Màr Luimë, Kishi avait étendu sa chevelure de nuit sur la ville depuis longtemps. Tout était calme, dans le palais Englouti, et les passants étaient absents dans les ruelles du Kaerl, les températures s’étant faites frisquettes en ce début d’automne. Sauf au cœur de l’Allée des Idoles, qui bruissait toujours d’activité quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit, les gens dormaient paisiblement, du sommeil du juste après une journée de labeur. Roulée en boule dans le creux d’un tronc, en hauteur, une petite Lézarde Verte, tout juste adulte, dormait également, plongée dans un rêve agité où elle poursuivait un chat tigré, qui lui échappait sans cesse, encore et encore. Son maître l’avait envoyée porter un message en fin d’après-midi, mais en dépit de ses efforts, elle n’avait pu trouver son destinataire …
Fatiguée, elle s’était perchée sur un auvent de l’Agora pour se reposer quelques instants, mais les arômes irrésistibles qui émanaient du marché avaient tôt fait de la détourner de sa tâche. Chapardant une saucisse, elle s’était ensuite enfuie à tire d’aile pour dévorer son butin. Puis des enfants étaient arrivés, joyeux et bruyants, s’amusant à se poursuivre tout en s’envoyant une balle de cuir, et elle s’était invitée dans leur jeu, jusqu’à ce que leurs parents ne viennent les interrompre pour les ramener sagement à la maison. Restée seule, le message accroché autour de son cou bien éloigné de sa mémoire et de ses préoccupations, elle avait alors décidé de faire une sieste pour se remettre de toutes ces émotions.

Cela jusqu’à ce que son repos ne soit troublé par des sanglots bruyants et une petite furie rousse qui s’était blottie juste au pied de son arbre. Les paupières encore lourdes de sommeil, observant l’intruse, la Lézarde avait émis un roucoulement interrogateur. Pourquoi était-elle triste ? Peut-être avait-elle perdu le chemin de son nid ? Cela lui était arrivé plusieurs fois, au début, à elle aussi, et elle avait été très paniquée, errant à travers le Kaerl, jusqu’à ce que son maître ne la retrouve enfin. Peut-être pourrait-elle la réconforter et l’aider à retourner chez elle ? Satisfaite par sa décision, la Verte se laissa planer doucement jusqu’à l’adolescente, atterrissant avec légèreté sur son épaule et frottant son museau contre sa joue avant de se glisser entre ses bras. Il y faisait bon et chaud, et là, ses vêtements portaient une odeur familière de dragon, une odeur qui ne lui était pas inconnue. Pauvre petite ! Elle était certainement encore Incomplète, et elle pleurait probablement sa Moitié qu’elle n’avait pas encore rencontré. Croisant son regard, elle émit un ronronnement doux et apaisant, lui envoyant par la pensée la vision de sa main grattouillant l’arrière de ses minuscules cornes.

***

Les battements de cœur s’étaient étirés, aussi longs et péniblement vides que d’habitude dans l’obscurité dévorante de l’Interstice. Puis enfin, le poids qui entravait leur souffle s’était envolé, et ils avaient repris pied dans la réalité, apercevant au dessous d’eux le dessin stylisé à la dragonne d’argent du motif de téléportation. L’Agora était quasi déserte, en dehors des quelques gardes habituels qui surveillaient attentivement les arrivées et les départs. Laissant échapper un rugissement bref pour décliner son identité aux sentinelles, Kÿreñ avait été surpris d’entendre Poisson pousser un cri rauque, irradiant d’une peur panique, tout en se collant désespérément à lui. Inquiété par une telle réaction, il avait tenté de la contacter pour la rassurer, sentant que Dušan faisait de même à voix basse, mais rien n’y faisait, la jeune fille était restée aussi muette que sourde à leurs appels. Instantanément, la culpabilité de ne lui avoir rien expliqué au préalable avait balayé le Bronze, et il s’était empressé de rejoindre le sol, aussi vite que cela lui était possible.

Aussi blanche qu’un linge, Poisson avait lentement glissé du haut de son dos, vacillante sur ses jambes, et son regard avait croisé le sien sans sembler le voir. Ses prunelles chavirées d’argent, anxieux, il avait délicatement avancé sa lourde tête pour l’effleurer et tenter de l’apaiser, mais elle s’était déjà détournée vers son Lié, un instant seulement avant d’exploser littéralement. Hurlant et pleurant tout à la fois, ses petits poings étaient allés frapper sa poitrine, sans que grand mal n’en résulte, et, ses iris hivernaux agrandit par la stupéfaction, Dušan n’avait pu que la regarder sans réagir. Le temps qu’il tende sa main vers son épaule pour la saisir, dans l’intention manifeste de lui intimer de se calmer, aussi vive qu’un animal effarouché, elle avait déjà tourné les talons, s’élançant dans une nouvelle fuite éperdue sous le regard amusé des gardes alentours. Nul doute que ce genre de scène devait être relativement courante pour eux avec les nouveaux arrivants.

Le demi-sang resta quelques secondes sans bouger, ébahi, profondément irrité, sentant la lassitude de la journée s’abattre lourdement sur lui, portant ses doigts à ses tempes pour tenter de garder l’esprit clair. Enfin, il soupira, d’un souffle profond qui creusa ses côtes et apporta quelques ombres inévitables dans son regard. Elle avait fuit. Encore. Combien de fois devraient-ils encore courir après elle pour la ramener à la raison ? Au moins était-elle en sécurité cette fois, rien de bien grave ne pouvant lui arriver au sein du Màr Luimë. Une nuit passée à la belle étoile lui remettrait peut-être les idées en place et l’aiderait à réfléchir sur les conséquences de ses actes. Pour ce qui le concernait, il n’aspirait plus qu’à s’allonger, fermer les yeux, et dormir jusqu’au lendemain matin. On était ici au beau milieu de la nuit, et il savait que son repos serait de courte durée. Il serait toujours temps de remettre la main sur leur Aspirante lorsque le soleil serait levé.

**Et si elle s’égare et en voulant chercher de l’aide, tombe sur le marché noir ? Certains ici n’ont guère de scrupules ...**

Le bout de sa queue balayant les dalles de marbre avec humeur, le dragon fixait un regard peu amène sur son frère d’âme, qui haussa les épaules, mâchoires contractées, pour toute réponse.

**Essaye un peu de la comprendre, arrachée ainsi à sa famille – même si elle a fait le choix de les quitter – loin de tout ce qu’elle a connu, venant de faire l’expérience de ce qui a du lui donner l’impression d’un véritable passage dans le Royaume d’Isashani … Après tout ce qu’elle a appris aujourd’hui, sur qui elle est réellement. Elle doit se sentir perdue. Mets-toi à sa place. Tu es le seul visage qu’elle connaît ici. Elle a besoin de toi, et nous avons besoin d'elle.**

Haussant un sourcil incrédule, Dušan secoua fortement la tête, faisant voltiger autour de lui quelques mèches blondes éparses.

« Tu sais aussi bien que moi que mon entrée au Kaerl Englouti n’a absolument rien en commun avec la sienne. Je n’ai pas eu droit au discours glorieux et emphatique sur l’avenir qui m’attendrait ici, si je faisais le choix de tout abandonner derrière moi pour embrasser ma destinée. Je n’ai même pas eu ce choix ! Si Aydarkhan n’avait pas été là, si ce Chevalier n’avait pas accepté de l’aider, je serai mort à l’heure qu’il est. Mon enfance n’a rien eu à voir avec celle d’une adolescente pourrie gâtée qui n’en fait qu’à sa tête. Ne me parle pas de similitude entre nous ! »

C’est presque en criant qu’il avait achevé sa tirade vindicative, et en voyant flamboyer une brève colère, miroir de la sienne, dans les prunelles de Kÿreñ, il vint enlacer son cou, posant son front sur les fraîches écailles de son Lié. Il avait bien conscience de s’être laissé emporter, et à ses yeux, son Bronze ne méritait pas d’être la victime d’une amertume qui ne lui était pas destinée.

« Pardonne-moi, mon frère. »

**Vous vous ressemblez plus que tu ne le crois, Dušan.**

Un claquement de langue peu convaincu accompagna la remarque du dragon, et le demi-sang s’écarta en soupirant à nouveau, flattant du plat de la main les muscles solides qui roulaient sous sa peau épaisse.

« Très bien, tu as gagné. Allons la chercher. » Il s’interrompit le temps de pointer un doigt faussement menaçant sur Kÿreñ. « Mais saches que si je le fais, c’est uniquement pour toi. »

**Et je t’en suis reconnaissant.** Le Bronze bailla largement, clignant de l’oeil d’un air soudain machiavélique. **Je m’en donc remets à toi pour retrouver notre Aspirante, je te fais confiance. Tu sauras trouver les bons mots. Pour ma part, je m’en vais goûter à un sommeil bien mérité. Oh, et puisqu’on en parle, as-tu déjà une idée de où elle va dormir ? L’Intendance n’est pas encore ouverte … Et que ce soit dans ta chambre ou au Cìrban Telemna avec moi, les gens risqueraient de jaser ...**

Bouche ouverte sur une réponse qui ne vint pas, sourcils froncés, le Maître Dragon ne put que regarder, impuissant, son dragon prendre son envol pour s’éloigner paresseusement, tandis que son rire, à l’image de celui d’un enfant satisfait, résonnait dans son esprit. Dušan pressentit alors que les lunes à venir seraient loin d’être de tout repos, et qu’entre Perlina et son Lié, il n’y en aurait bien souvent pas un pour rattraper l’autre.

***

Il avait erré au hasard dans les ruelles pendant une bonne dizaine de minutes, sans réellement se presser, laissant son instinct, hérité de sa lignée maternelle, le guider pour choisir la bonne direction. En vérité, au fond de lui, il doutait de pouvoir retrouver la Douée. Même si elle n’avait pas pu aller bien loin, le Kaerl était grand, et regorgeait d’endroits improbables où se cacher. Alors essayait-il, comme l’avait suggéré Kÿreñ, de se mettre à sa place, d’adopter son mode de pensée, de se reconnecter à l’enfant qu’il était encore il n’y avait pas si longtemps. Dans l’état où elle se trouvait, il n’était pas convaincu, cependant, qu’il y ait eu la moindre logique à sa course. Elle s’était certainement arrêtée là où sa fatigue avait eu raison d’elle. La pénombre de la nuit, à peine éclairée par la douce lueur émanant des Tours Joyaux, n’aidait en rien. Son Lié comprendrait. Il aurait réellement fait tout son possible pour mettre la main sur leur Aspirante fugueuse.

Et c’est plongé dans ses sombres réflexions qu’il dépassa un arbre parmi tant d’autres, au pied duquel une petite silhouette, repliée sur elle-même, s’était recroquevillée, presque invisible dans l’obscurité. Il l’aurait certainement manquée si une petite tête verte, les iris brillants et les naseaux palpitants, n’avait pas pointé le bout de son nez, s’extirpant de l’étreinte de la jeune Douée pour se précipiter joyeusement sur le demi-sang. Une trille aigüe le salua, et il l’attrapa au vol par pur réflexe, la serrant précautionneusement entre ses mains tandis qu'elle lui transmettait en pépiant des images de sa ''nouvelle amie''.

[RP] Échappée  Tiny-erdeni-vava-tolorea
La Verte Erdeni
Lézarde de Feu et Messagère

« Erdeni ! »

Il reconnaissait là la Lézarde de Feu de son demi-frère, Aydarkhan, ce qui signifiait certainement que le message qu’elle transportait était pour lui. Que pouvait donc lui vouloir son aîné ? Le souvenir poignant de ce bûcher funéraire sur le lac le traversa, et il pinça les lèvres. S’il avait appris pour la mort de Signý … Il n'avait aucune envie d'en parler, et encore moins avec lui.
Repoussant à plus tard ces préoccupations familiales en avisant la jeune fille assise sous l'arbre, il cala la petite Verte sur son épaule et alla s’accroupir devant l’Aspirante, à distance respectueuse afin de ne pas la brusquer. Qu'il l'ait retrouvée sur un pur coup de chance n'empêcherait pas qu'il tienne la parole qu'il avait donné à son Bronze.

« Perlina … Kÿreñ s’est fait beaucoup de soucis pour toi. »

Il l’étudia pensivement, l'expression indéchiffrable en notant ses yeux rougis et les sillons plus clairs que ses larmes avaient tracé sur ses joues.

« Je ne peux pas te ramener chez toi. Pas maintenant. Il y a … quelque chose que je ne t’ai pas dit. Si tu renonces à ta place ici, à ton avenir avec les dragons, tu pourras rentrer certes, mais en échange, tu perdras tout souvenir de notre rencontre, de moi, de Kÿreñ, de ton … potentiel. De ce que tu aurais pu être. Tu te languiras de ce qui te manque sans jamais savoir pourquoi. En acceptant de te laisser partir, je prends le risque de laisser mourir un jour un bébé dragon. Car … tu as été choisie par les Dieux, marquée par Flarmya. Il y en a un qui t’attend, peut-être d’ors et déjà endormi dans sa coquille. Et si tu n’es pas là pour lui lorsqu’il la brisera, alors … Alors il se laissera mourir. Et tu seras responsable. »

Bien que sa voix fut douce, ses propos eux, étaient impitoyables, il le savait. Il n’avait jamais été particulièrement à l’aise pour convaincre les gens, aussi se contentait-il de lui exposer la vérité brute.

« C’est une lourde responsabilité qui repose sur tes épaules, j’en ai bien conscience. Quel que soit ton choix, je le respecterai, mais il était indispensable qu’il soit fait en toute connaissance de cause. Si tu acceptes de rester, alors, Kÿreñ et moi, nous serons là pour t’aider, te guider, t’apprendre tout ce que tu dois savoir. Ce sera certainement difficile, et il y aura des moments où tu voudras renoncer. Nous serons là pour toi, du début à la fin, jusqu’à ce que tu trouves ta moitié d’âme sur les sables d’argent … A condition que tu nous fasses confiance. »

Il lui tendit alors une main, paume vers le haut et doigts légèrement repliés, en attente de sa décision, en attente de savoir si elle la saisirait, tandis que sur son épaule, Erdeni roucoulait avec insouciance, jouant avec l’anneau d’or qui attachait ses cheveux.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Échappée  Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeJeu 26 Déc 2019 - 15:44

Je me sens... épuisée. Vidée. Toute cette eau qui coule le long de mes joues achève de faire de moi une coquille vide. Chaque fois que je repense à cet instant de néant le froid se fait plus présent en moi. Combien de temps me faudra t'il pour rentrer à la maison ? Dušan avait parlé d'un autre continent. Combien de mers et de terres ? Ou alors me faudra t'il accepter de recourir de nouveau à cette sorcellerie qui plie l'espace mais vous offre un instant d'éternité glacée. Les pensées tourbillonnent sans que j'arrive à en saisir une pour m'y accrocher. Toute la journée défile en désordre. Je n'arrive plus à me rappeller toutes les paroles et pourtant parfois certaines me reviennent mais je ne suis pas sure de leur véracité. Je ferme les yeux mais ça me rappelle le vide.

Un poids se pose sur mon épaule me faisant sursauter. Mes yeux croisent ceux, bien qu'en version miniature, ceux d'un dragon. Le petit dragon ne me laisse pas me remettre de ma surprise qu'il est déjà dans mon giron. Ses yeux verts ressemblent trop à ceux de Kÿreñ pour me laisser indifférente et déjà sous la pression d'une image mentale ma main s'en vient grattouiller la petite tête triangulaire. Cette nouveauté chasse, comme le vent les nuages, mes sombres pensées.

"Mais qui es-tu toi ?"

Le mini-dragon ondule et ronronne sous mes caresses. Sans répondre. Je me mets en tailleur pour nous offrir à tous les deux une position plus confortable. J'examine, non sans émerveillement, la créature blottie contre moi. Pas de doute c'est un dragon. Vu sa taille je me demande un instant si c'est un bébé mais je n'y retrouve pas les caractéristiques typiques des très jeunes animaux. Ma main découvre le collier et la capsule de message. Dans un murmure je m'adresse encore à la miniature.

"C'est quoi ça ? Il y a ton nom ?"

La dragonne verte m'envoie deux images. L'une me fait broncher puisqu'il s'agit du visage de Dušan accompagné de l'image de la capsule de message. L'autre est celle d'un homme inconnu. Plutôt une scène d'ailleurs. L'homme est en train de refermer le collier autour du cou du mini-dragon. Il existe, sans que je puisse mettre le doigt dessus, des ressemblances subtiles entre l'inconnu et Dušan. Mais à la maigre lumière qui émane de je ne sais où je ne découvre pas le nom de la créature. Par contre, comme un chat, son ronron et sa confiance m'apaise.

Du moins jusqu'à l'arrivée de Dušan. Avec une rapidité qui me laisse les bras vides, le mini s'élance vers le jeune homme. Je ramène mes genoux vers ma poitrine et les enlace de mes bras. On rejoue la même scène. Un pas en avant, un pas en arrière. Pourquoi c'est pas Kÿreñ ? Ou est le grand dragon ? Les premiers mots du demi-sang ne me tirent qu'un silence buté. *Kÿreñ s'inquiète mais pas toi hein !* Cela et l'utilisation de mon prénom au lieu de mon surnom, ne fait que me confirmer qu'il ne m'aime pas. Il ne voit sûrement en moi qu'un mal nécessaire à je ne sais quel dessein. Seul mon don l'intéresse. Ce que confirme le début de son discours. *Comment ça m'ôter ma mémoire ?!* Mon indignation gonfle et enfle comme une tempête. Je me me laisserai pas faire ! Mais quand il en vient à parler de la mort d'un bébé dragon par ma faute je me redresse et si j'en avais eu le pouvoir je l'aurais tué sur place. Comment moi je pourrais vouloir la mort de l'une de ces merveilleuses créatures ?! Je me relève lentement. M'appuyant à l'arbre de mes membres lourds et fatigués.

N'en ayant cure il continue sur sa lancée. Revenant à un 'nous' qui me laisse froide. Je refuse sa main avec indifférence. Mais j'ouvre mes bras et appelle le mini-dragon d'un ton doux.

"Erdeni."

La verte quitte obligeamment l'épaule du grand blond pour venir se blottir dans mes bras. Je caresse cette petite chose magique tout en réfléchissant. Laissant le silence meubler le temps comme il peut. Il était absolument hors de question que je me laisse détruire la mémoire pour retrouver ma vie étriquée de fille de ferme. Il valait mieux que je fasse semblant d'accepter et que je fuis à la première occasion. Oui mais dans ce cas-là. Même en réussissant je ne verrais plus Kÿreñ. Ni de dragon quel qu'il soit, grand ou mini. Et un bébé en mourrait. Enfin ça c'est si j'accepte de croire et de faire confiance aux paroles de Dušan. Erdeni roucoule doucement comme pour me tirer de nouveau de mes réflexions peu agréable. Je souris à la verte. Je ne pourrais plus jamais me passer de ces créatures.

Calant Erdeni contre mon torse, sa petite tête triangulaire contre ma joue, je me décolle de mon arbre et m'approche d'un pas lourd de Dušan.

"Où est Kÿreñ ?" Ma voix est rauque de fatigue et de lassitude. "Je reste."

J'apprendrais ce qu'il y aura à apprendre. Je recueillerai un bébé dragon quand il le faudra. Il sera... ou plutôt nous serons quelque chose que je n'appréhende pas encore bien. Mais plus que la somme de nos deux êtres. Je ne sais ce qu'il en sera de la confiance entre le duo et moi-même. Mais je sais que je dois prendre tout ce que je peux de leur expérience. Papouillant le mini-dragon contre moi je finis par demander.

"Et lui ? C'est quelle sorte de dragon ?"
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeMar 31 Déc 2019 - 20:28

[RP] Échappée  Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Échappée  Tiny-erdeni-vava-tolorea
Dušan Bakhtiyar & la Lézarde Verte Erdeni

Theme Song :
Óðinn – Danheim & Gealdýr

Sa colère et son indignation face à ses paroles, il les avait bien perçues, alors qu’il lui déroulait calmement son argumentation. Il ne pouvait pas prétendre le contraire, mais avait délibérément choisi de les ignorer. Qu’elle s’agace – encore une fois ! – si elle le souhaitait, du moment qu’elle l’écoutait. Il était las de chercher à préserver sa sensibilité, et comptait bien lui exposer la vérité sans fard à présent, quand bien même cela ne lui plairait pas. Il n’avait pour autant eu aucune intention de la culpabiliser, simplement, il était important pour lui, pour elle, pour son avenir potentiel au Màr Luimë, qu’elle comprenne de quels enjeux il s’agissait. Il n’y avait pas qu’elle dans la balance. La loi, les règles, le regard des autres, le jugement du Conseil s’il leur apprenait qu’il avait laissé disparaître dans la nature une Douée, Dušan n’en avait cure. Il aurait respecté son libre-arbitre, respecté l'équilibre naturel des forces, et elle aurait fait son choix en son âme et conscience … Ce serait la responsabilité de Perlina, et non la sienne. Même si la pensée d’avoir peut-être mené à la mort un bébé dragon ne la tourmenterait plus longtemps, une fois sa mémoire effacée. Si cela advenait, si terrible que ce soit, c’était qu’il s’agissait là d’une volonté supérieure qui les dépassaient, du grand dessein des Dieux.

Alors, lorsqu’elle se redressa lentement, le toisant avec un regard assassin, avant de refuser sa main tendue comme une offrande de paix, il ne bougea pas, se contentant de l’observer en silence, sans que son expression ne révèle quoi que ce soit de ses pensées. Elle n’était rien pour lui, ou du moins était-ce ce dont il tentait de se convaincre. Il n’éprouvait pour elle ni haine, ni attachement particulier. Lorsqu’elle ouvrit les bras, incitant d’une voix douce Erdeni à venir se blottir dans ses bras, il ne tenta pas de l’empêcher. La Lézarde ne lui appartenait pas, et même si cela avait été le cas, elle aussi aurait été libre de décider vers qui elle avait envie d’aller. Si elle se sentait suffisamment en confiance, blottie bien au chaud entre les bras de Perlina, il n’avait aucune raison de le lui interdire. Quant au message qui pendait encore à son cou, il serait bien temps de s’en occuper, plus tard. Il n’avait pour l’heure pas envie de le lire, de parcourir l’écriture élégante et cultivée de son frère aîné.
La journée avait été longue, et le demi-sang était bien trop fatigué pour encore chercher à comprendre les raisons, l’hypersensibilité qui poussait la jeune fille à réagir comme elle le faisait. En vérité, privé de l’éclairage de son Lié, il n’avait aucune idée de ce qui pouvait bien faire rage sous son crâne têtu et obstiné. Il attendit simplement, ses iris bleus hivernaux levés sur elle avec une patience, à peine teintée d’irritation, qu’il ignorait encore posséder en réserve. Il lui avait exposé tout ce qu’il avait à lui dire. La suite reposait entre ses mains, quelle qu’elle soit.

Enfin, caressant la petite Verte comme un enfant serrerait entre ses bras un doudou rassurant, la Douée fit un pas, puis un autre, dans sa direction, et la voix rauque, l’interpella à propos de Kÿreñ. Ah. Objectivement, il évalua le positif qui ressortait d’une telle question. Ainsi donc son Lié avait-il suffisamment d’intérêt à ses yeux pour qu’elle s’en préoccupe. C’était une bonne chose, de la même façon que son affinité évidente avec la Lézarde. Il ne pouvait pas nier que Perlina faisait preuve d’un potentiel évident, éveillant un vague intérêt en lui, dont il ne parvenait pas à définir s’il lui était propre ou inconsciemment soufflé par son Bronze.
Dans un bruissement d’étoffes et de fourrures, Dušan se leva, reprenant par là même un peu de hauteur sur la situation, une lueur satisfaite naissant dans le bleu glacé de ses yeux lorsqu’elle lui annonça son intention de rester, tandis qu’un imperceptible sourire soulagé effleurait ses lèvres. Annoncer à Kÿreñ une toute autre réponse, lui faire comprendre qu’il serait obligé de manipuler l’esprit de la jeune fille pour lui faire tout oublier, aurait été bien trop cruel.

« Il est rentré se reposer. Il dort, en ce moment, dans un endroit du Màr Luimë – c’est le nom de la ville où nous nous trouvons – qui est dédié aux dragons. » Il marqua une pause songeuse, puis s’adressa à mi voix à la Lézarde : « Erdeni, peux-tu lui montrer le Cìrban Telemna ? »

Dans un roucoulement affirmatif, la petite Verte projeta dans l’esprit de sa jeune compagne les images impressionnantes de ce que les premiers habitants du Kaerl avaient nommé Cìrban Telemna, autrement dit, le ‘‘Havre d’Argent’’. Ses cascades puissantes et indomptées, en masquant l’entrée protégée, les grottes obscures du Nogrod Nie Sereg, les ‘‘Cavernes des Larmes de Sang’’, la beauté lumineuse et douce de la vallée des Combes de l’Aube, sanctuaire privilégié uniquement troublé par les terrains d’entraînement que les bipèdes avaient jugé bon d’y installer. Là-bas, dans l’un de ses innombrables refuges, allongé sur l’herbe perpétuellement verte, bercé par le ruissellement de l’eau, le Bronze était certainement assoupi, paisible et confiant. Il avait remis le sort de leur Aspirante entre les mains de son frère d’âme, l’être qui lui était sur cette terre le plus précieux, présent de Flarmya apaisant leurs coeurs meurtris et autrement scindés. Duals, et ne formant pourtant qu’un. Dans un élan de réconfort de son cru, Erdeni lui souffla doucement que c’était ce qui s’offrirait un jour à elle, qu’elle n’était pour l’heure qu’une Humaine encore Incomplète, mais que bientôt, dans un avenir proche ou lointain, encore indistinct, elle rencontrerait l’amour, total, ineffable, de ce miroir d’elle-même.

Laissant la vision s’éteindre, lui apportant plus que ce que de simples mots auraient pu transmettre, la Lézarde planta ses petites griffes dans la tunique de la jeune fille, ronronnant tout bas contre sa joue, bienheureuse entre ses bras. Son maître était un homme occupé, et quoi qu’elle l’aimait beaucoup, il ne prenait pas toujours le temps de la câliner ou de jouer avec elle autant qu’elle le voudrait. Alors pour elle, cette adolescente rouquine, qui portait sur elle l’odeur agréable du beau Bronze lié au frère de son maître, était une aubaine tombée du ciel.

Une fois certain d’avoir récupéré l’attention de son Aspirante, le Maître Bronze s’obligea à se détendre avant de poursuivre ses explications. Il était temps qu’il s’imprègne de son futur rôle … Mais insidieusement, la perspective de proposer à Perlina de poursuivre son apprentissage ailleurs vint rôder en marge de son esprit. La Douée ne l’aimait guère, visiblement, et il fallait bien avouer qu’il ne faisait rien pour l’inciter à changer d’avis. Peut-être qu’une autre Triade lui conviendrait mieux. Il décida néanmoins, ce qui lui parut le plus sage sur le moment, de remettre ce choix à demain, lorsqu’ils auraient tous deux eu droit à un sommeil bien mérité.

« Erdeni est un Lézard de Feu, une race cousine des dragons. Elle, comme toutes les Vertes que tu croiseras ici, est une femelle. »

Dušan sourit fugitivement, l’ombre d’un amusement apaisant quelques instants son visage sérieux, tout en contemplant la petite Verte. Erdeni, ''joyaux précieux", en langue Akitaas. Encore une manifestation de la foutue poésie de son frère.

« Ils jouent pour nous le rôle de compagnons et de messagers, et peuvent être liés par une sorte d’Empreinte, tout comme leurs grands cousins, même si on peut aussi les trouver à l’état sauvage. Le mot Empreinte désigne ce moment, à la naissance d’un dragon, où une paire, un couple d’âmes sœurs est formé. »

Sentant en lui poindre un malaise diffus et incompréhensible, le demi-sang scruta une nouvelle fois la jeune fille, et, certain que d’autres questions ne tarderaient pas à fuser, leva une main pour l’arrêter dans son élan. Qu’allait-il faire d'elle à présent ? Car comme l’avait sous-entendu Kÿreñ, il n’était pas envisageable de loger Perlina au Cìrban Telemna, pas plus que dans sa chambre aux Tours Joyaux.

« Il se fait tard et nous avons tous deux besoin de dormir. Continuons à discuter en marchant, si tu le veux bien. »

S’assurant de son accord d’un bref coup d’oeil, il se détourna pour reprendre le chemin de l’Agora. Ils cheminèrent un moment en silence, lui plongé dans ses réflexions et elle câlinant toujours la petite Lézarde. Peut-être pourrait-il contacter Alkhytis Doréhor, liée de la Verte Belareth, qui avait été la Maîtresse Dragon d’Aydarkhan … Mais il n’était pas convaincu que les habitudes de vie de la plantureuse Fëalocë soient adaptées à la jeune fille. La probabilité qu’elle soit en bonne compagnie était par ailleurs non négligeable, et il ne souhaitait pas la déranger. La solution que représentait Nealyan et le havre de paix de sa demeure lui apparut ainsi comme la plus viable. La vieille Guérisseuse saurait certainement comment amadouer ce chat sauvage qu’il avait récupéré sur les routes d’Orën.

Se passant une main lasse sur le visage, il soupira lourdement, et soudain, une fois n'est pas coutume, les mots quittèrent ses lèvres avant qu’il ne puisse les retenir.

« Tu as été effrayée tout à l’heure, après notre passage dans l’Interstice, c’est compréhensible et très courant lors des premières fois. J’aimerais que tu sois convaincue que nous ne te voulons aucun mal. » Il s’arrêta là, vaguement confus, ne sachant plus quoi dire, avant de reprendre, maladroitement. « Il semblerait que nous ayons pris un mauvais départ tous les deux.  Mais je peux encore convaincre le Conseil de te trouver un autre Maître Dragon, si nécessaire. Je … Kÿren et moi n’avons encore jamais eu d’Aspirant, avant toi. »

Il tourna la tête dans sa direction, les sourcils froncés, la dévisageant franchement par dessus son épaule. Il ne s’excuserait pas inutilement pour son attitude – il n’avait rien fait de répréhensible ou qui n’ait été dicté par un besoin raisonnable – mais cependant, quoi qu’il s’était efforcé de garder un ton parfaitement neutre, dans sa voix se percevait nettement la gêne et la réserve qu’il ressentait à exposer ce qu’il avait sur le cœur.

***

Quelques minutes de marche plus tard, et ils s’engageaient déjà dans une avenue secondaire, longeant les Bains Céruléens – qui constituaient certainement l’un des plus beaux bâtiments du Kaerl, excepté peut-être le Castel Dolen. Ils ne tardèrent pas à déboucher devant une petite maison coquette, à la fenêtre de laquelle brillait encore faiblement la lumière d’un quelconque lumignon. Ainsi qu’il s’en était douté, Nealyan n’était pas encore couchée, en dépit de l’heure tardive ... Dušan se tourna alors vers l’Aspirante, l’expression grave.

« La personne que tu vas rencontrer est la Maîtresse Guérisseuse du Màr Luimë, Nealyan Shamar. Sa liée, Amser, est une dragonne Bleue. Nealyan est … une personne que je respecte énormément, et pour laquelle j’ai beaucoup d’affection. En attendant de te trouver une chambre, demain matin, j’espère qu’elle acceptera que tu passes la nuit chez elle. »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Échappée  Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeDim 5 Jan 2020 - 16:33

Alors comme ça le dragon est parti se coucher. J'ai presque envie de lui en vouloir. Erdeni ne m'en laisse pas le temps. Je suis percutée de pleins fouets par les images, les sons, les sensations transmisent par le mini-dragon. Beauté des images, douceur d'arôme, musicalité des sons… Erdeni me brosse mieux qu'un tableau ou une simple description du Màr Luimë. Cela m'enivre. Mes conversations avec Kýreñ étaient déjà fantastiques, passées les premières surprises. Mais cet échange-là me semble plus prégnant encore. Il tambourine contre ma fibre artistique. Je connais sans connaître. A travers les sensations d'une petite créature à peine plus grosse qu'un chat, je peux vivre autre chose. Sans compter cette étrange imprégnation dont il se fait le messager. Avec une confiance dont je ne suis pas très sûre d'être la bonne personne. Au moins c'est legerement rassurant. D'autant qu'on ne me demande pas de devenir cet être dual homme/dragon tout de suite. Quoique je sois prête à adopter immediatement cette petite chose verte et affectueuse.

Petite chose que j'apprend être un lézard de feu. Je demande à mi-voix à la dragonette verte. "Tu craches du feu ?" La lézarde me fait la meilleure des réponses en lançant une flammèche dans les airs. Ce qui me tire un rire. Grands ou petits les dragons semblent aimer montrer leurs talents. Je suis Dušan dans les rues d'un pas un peu plus alerte. Puisque l'homme blond semble peu enclin à la discussion je continue tout bas avec la petite verte. Tentant de voir si je ne peux pas la soudoyer pour qu'elle vienne vivre avec moi. Peine perdue. Le lien qui l'uni à son maître est plus puissant que mes cajoleries.

La reprise de parole de Dušan est surprenante et je lève les yeux vers son visage qui pour une fois exprime autant que ses mots. Un bref instant une vague d'inquiétude manque de revenir à la charge. Si l'homme qui se dit prêt à me former doute, comment ne pas douter moi aussi ? Mais c'est l'inverse qui se produit. Je souris simplement aux yeux bleus en répondant d'une voix calme.

"Et je n'ai jamais eu de maître, de dragon, de lézard de feu, de course poursuite dans les rues, de vol de nuit, ni tout ça... Je ne sais plus si je dois etre terrifiée ou fascinée. Alors je suppose qu'il faudra que l'on s'adapte."

Qu'est-ce que je me trouve généreuse et magnanime à rassurer ainsi le grand blond. Je hausse les épaules cloturant là le sujet. Même si je garde dans un coin de ma tête l'idée que l'on peut demander à changer de maître au besoin. Si Dušan se montre incompétent. Je peux pardonner la maladresse après tout. Et puis je sais que je ne suis pas toujours facile à vivre. Mais pas tout de suite.

L'arrivée à la maisonnette de la guérisseuse se fait pour ma part dans un silence méditatif. Je n'ai qu'une moue dubitative en apprenant qui en est la propriétaire. Surtout que je sens que Dušan est nerveux étant donné la façon dont il la présente. Il a peur que je fasse mauvaise impression à la Maîtresse ou quoi ? Pas impossible. Je frotte mon nez contre les douces écailles d'Erdeni.

"Je peux trouver une soupente ou un coin d'entrepot où dormir au besoin. Et pourquoi on va pas tout simplement chez toi ?"

Dans la plupart des cas les apprentis dont la famille est loin dorment chez leur maître. Du moins par chez nous. Tout ce que je ne connais pas de ces gens devient plus vertigineux à  chaque étape. C'est à ce demander à quelle sorcière je vais avoir à faire avec cette Nealyan.
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeJeu 9 Jan 2020 - 20:20

[RP] Échappée  Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Échappée  Tiny-erdeni-vava-tolorea
Dušan Bakhtiyar & la Lézarde Verte Erdeni

Theme Song :
The Wolf’s Path – The Witcher OST

Un instant, sa question avait flotté entre eux, tandis que Dušan observait Perlina. Honnête proposition pour trouver une solution qui leur convienne à tous les deux, même s’il savait pertinemment que son dénouement risquerait très certainement de déplaire à Kÿreñ. Son Lié s’était d’ors et déjà attaché à la Douée, et songer à laisser à quelqu’un d’autre ce ‘‘trésor’’, ainsi qu’il la considérait, ce trésor qu’ils avaient longuement cherché, parcourant sans fin les routes du pays de Niwl … Le Bronze ne l’accepterait que difficilement, et peut-être même lui en voudrait-il de l’avoir laissée filer de cette façon. Un instant, une vague d’inquiétude avait flotté sur le visage honnête de la jeune fille, un instant, il avait cru que cette dernière saisirait au vol cette opportunité de se débarrasser de lui … Et lui d’elle, songea-t-il sombrement. Il y avait visiblement moins d’altruisme dans cette idée qu’il ne voulait bien se le faire croire.

Et pourtant … Non.

Sur un haussement d’épaules, son regard dans le sien, elle refusa calmement. Sa réplique, pleine de bon sens et d’une pointe de dérision, chassant sa gêne, ne put qu’arracher au demi-sang un sourire franc et sincère, le premier depuis leur rencontre. Un rire clair lui échappa enfin, illuminant sa mine sauvage de la chaleur spontanée propre aux Fëalocës. En dépit de son tempérament solitaire, Dušan savait apprécier l’humour à sa juste valeur, tout autant que l’intelligence de la remarque de sa protégée. Un soulagement diffus, qu’il n’aurait pas cru possible, vint dénouer une grande partie de ses tensions et il hocha simplement la tête en remerciement. Peut-être finiraient-ils par apprendre à fonctionner tous ensemble, comme une véritable Triade. Le chemin serait long, mais peut-être ...

« Tu finiras par t’habituer. D’ici une lune au plus tard, tout ceci te paraîtra de l’histoire ancienne, et tu riras de toi en y repensant. Quant à choisir entre l’effroi et la fascination ... »

Il marqua une courte pause, un sourcil haussé dans sa direction, désignant Erdeni, toujours lovée dans ses bras, d’un mouvement du menton.

« Aucun des deux n’est nécessaire. Garde la tête froide autant que possible … Mais n’abandonne pas pour autant ton émerveillement et ta soif d’apprendre. Les valeurs fondatrices de notre Ordre sont la Logique, l’Éloquence, et l'Adresse. Ne les oublie jamais. »

Le demi-sang lui sourit une nouvelle fois, presque amicalement, reprenant son chemin d’un pas vif, sans pour autant se soucier que l’Aspirante soit obligée de produire de plus grandes enjambées pour parvenir à le suivre.

***

Le silence n’avait finalement été brisé que par les trop brèves explications du Maître Bronze à l’attention de la Douée, dont l’expression s’était soudain faite dubitative, avant qu’elle ne déclare pouvoir tout aussi bien dormir à la belle étoile … Et s’interrogeant sur la possibilité de loger chez lui. Il la considéra quelques secondes d’un air passablement surpris – il aurait pensé que là d’où elle venait, les jeunes filles faisaient preuve d’un peu plus de réserve à l’égard des hommes – puis, se reprenant, secoua négativement la tête. Où était soudain passée sa méfiance de tout à l’heure ?

« Au Màr Luimë personne ne dort dehors. Ceci parce que tout le monde a un toit. Et nul n’est obligé de mendier son repas. Il ne serait pas correct de ma part de te laisser te débrouiller de cette façon. Quant à dormir chez moi ... En tant que Chevalier ... »

Il soupira légèrement, détournant le regard pour fixer la voûte magique au dessus d’eux, tâchant d’imaginer les flots ondoyants qui les surplombaient. Il n’avait pas encore pris le temps d’emménager dans ses nouveaux appartements, qui lui avaient été alloués en même temps que sa promotion au rang supérieur dans la hiérarchie du Kaerl. Il n’était pas sûr d’en avoir envie, de vouloir tirer un trait sur cette vie d’errance qui lui avait si longtemps convenue. Il reporta son attention sur son Aspirante avec un vague regard d’excuse.

« Même en tant que Maître Dragon, je ne possède pas ma propre maison, comme celle de Nealyan par exemple. Je suis logé dans un appartement des Tours Joyaux, les deux, eh bien, tours brillantes que tu aperçois là-bas. » Il indiqua d'un geste une zone loin derrière eux, en direction de la lueur paisible qui illuminait l'obscurité. La nuit étant bien avancée, la Tour de Saphir avait cédé le pas à sa soeur de Diamant, une fois ses douze heures écoulées. « Mais ne t’inquiète pas, Nealyan est une personne très accueillante. »

Ses iris bleus hivernaux cherchèrent ceux, à la teinte noisette, de Perlina, tentant de sonder les pensées qui pouvaient bien courir derrière cette petite tête obstinée. Que pouvait-il dire qui la convainque et la rassure ? La vérité sans doute. Une fois encore, ainsi qu'il se l'était promis. Il était peut-être temps qu'elle en apprenne un peu plus sur lui.

« Elle a déjà vu passer des dizaines et des dizaines d’Aspirants. Plus que je ne saurais compter. » Il eut un sourire douloureux en se remémorant cette période de sa vie, qui lui paraissait si lointaine à présent. « C’est elle qui a été ma Maîtresse Dragon. Je lui dois également la vie, car je suis arrivé au Màr Luimë peu de temps après une chute dans un lac glacé … » Il haussa cette fois les épaules, non sans une pointe d’amertume sous-jacente. « J'avais à peu près ton âge, je pense. Elle m’a soigné, et m’a éduqué, avec beaucoup plus de patience et de bonté que je n’en méritais. Comme tu l’as sans doute compris, je lui suis éternellement redevable. J’ai toute confiance en elle, et c’est pourquoi je veux te remettre entre ses mains, pour cette première nuit au Kaerl. »

Au moins s’assurerait-elle que son Aspirante fugueuse ne disparaisse pas une nouvelle fois en s’attirant des ennuis qui auraient pu être aisément évités. Il posa une main ferme sur l’épaule de la jeune Humaine, la serrant entre ses doigts sans dureté, simplement pour tenter de lui transmettre toute la sincérité de ses paroles.

« Allons-y à présent. »

Respectueusement, il toqua à la porte avant d’entrer, s’efforçant de minimiser au maximum le bruit de ses pas sur le plancher ciré, afin de ne pas troubler la paix ambiante. Une douce chaleur vint aussitôt lui caresser le visage, et une plaisante odeur d’herbes aromatiques semblait planer, indéfinie, comme incrustée dans les murs même de la coquette demeure. Il ne fallut que quelques instants pour qu’une femme de haute taille ne paraisse, capable de toiser le demi-sang sans peine, les yeux dans les yeux.

[RP] Échappée  Naelyan_Shamar__[RP] Échappée  Amser-bleue-humaine-tolorea
Nealyan Shamar & la Bleue Amser
Maitresse Guérisseuse du Màr Luimë

Au coeur de son altier visage, seules quelques rides d'expression apparaissaient ici et là, marquant délicatement le coin de ses paupières et de ses lèvres, rappelant qu'il s'agissait d'une enveloppe - quoi que magique - de chair mortelle, usée par le passage des ans. Et, les poings sur les hanches, son regard s’attarda longuement sur Dušan, qu’elle détailla de la tête aux pieds, avant de se plisser sévèrement, l’air inquisiteur, sur la jeune Douée. Prenant les devants, le Maître Bronze inclina la tête, son expression appelant muettement à l’indulgence.

« Bonsoir Amser. Pardonne-moi cette intrusion à une heure si tardive. Je voudrais voir Nealyan. Est-elle encore debout ? »

La dragonne Bleue, car c’est ce qu’elle était, eut un claquement de langue réprobateur, croisant fermement les bras sur sa poitrine.

« Tu disparais dans la nature pendant des semaines sans donner la moindre nouvelle, et soudain tu te présentes au beau milieu de la nuit, prétendant avoir la légitimité pour une telle visite ? » Elle pointa un doigt féroce dans la poitrine du demi-sang, ponctuant sa déclaration, avant de s’adoucir nettement en se tournant vers Perlina, un petit éclat satisfait brillant dans ses yeux sombres en avisant la Lézarde roucoulant entre ses bras. « Ton Aspirante ? »

Puis, sans vraiment leur laisser le temps d’ouvrir la bouche, elle leva les bras au ciel d’un air consterné, et fit volte-face, leur lançant par dessus son épaule :

« Ma Liée devrait déjà être au lit depuis longtemps, ainsi que je ne cesse de lui répéter, mais heureusement pour vous, ce n’est pas le cas. Venez, Nealyan va vous recevoir. »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Échappée  Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeVen 10 Jan 2020 - 22:17

Un pas en avant et cette fois ci aucun en arrière. Le rire de Dušan est surprenant. Mais bienvenu. Je ne peux me résoudre à y joindre le mien pourtant. Seulement un léger sourire. Né de ma propre satisfaction face à ma décision. Nous sommes en train de regler notre... actuelle incapacité à communiquer, de façon adulte et responsable. Du moins c'est ce que je tente de me dire en négligeant la petite voix puérile en arrière plan qui se serait bien passée des conseils du grand blond. Celle-là aurait bien envie de bouder en chouinant qu'elle veut bien laisser derrière effroi et fascination si seulement elle pouvait souffler un peu. Reprendre les choses une par une, sans se précipiter. Une part de moi sais que de toute manière je me precipiterais alors à quoi bon l'écouter ?

Tout de même alors que nous discutons devant la maison je trouve que Dušan est un poil trop optimiste.
Tout le monde a un toit ? Vraiment ? De plus en plus dubitative je suis. Et comment ne pas l'être ? Certes au village même personne ne reste dehors. Les miséreux ne font en général que passer. Restant parfois quelques jours pour un travail avant de repartir. Sachant très bien que rester s'était s'attirer les foudres de tout un chacun. Quelle sorte de ville pouvait supporter le poids de tant de gens à nourrir et loger ? En vérité je doute de tant de générosité. A mon avis il faudra payer un prix à un moment ou un autre. En travail si ce n'est en monnaie. Et je subodore que ceux qui ne le souhaite ou ne le font pas se font chasser de la cité tout simplement.

Durant mes réflexion comme un mimétisme je lève les yeux vers le ciel. Pas de lune ou d'étoile. Pas même cette lueur particulière issue des nuages. Seulement une lueur irisé qui courre sur un noir d'encre. Dans quel monde ai-je atterri ? Je baisse rapidement les yeux avant que le malaise ne se fasse trop présent. Alimentant mon réservoir de question. Trop lasse pour avoir encore envie de les poser.

Dušan cherche un instant mon regard. Mon silence le met peut-être mal à l'aise. Encore cette Nealyan qui revient. Il a vraiment peur que je la prenne en grippe ou quoi ? Je ne suis pas une enfant capricieuse. Je vais pour lever la main et de râler mais sa confession me coupe dans mon élan. Un froid m'envahit. Fille de l'océan j'ai entendu nombre de récit de marins tombés en mer. Le froid, l'obscurité, la peur... Tant d'émotion que je suis capable de comprendre. L'eau qui se glisse dans les poumons. Cet air qui refuse obstinément de rentrer pour vous apporter la vie. Ma main se porte à ma gorge. Cette même obscurité, ce froid, cette implacable main qui vous empeche de respirer je l'ai ressenti il y a peu, si peu de temps. Le parallèle me frappe, me faisant vaciller un instant. Alors lorsque sa main se pose sur mon épaule je n'ai pas de geste de recul. Bien au contraire. Afin de le réconforter je l'enlace rapidement d'un bras, posant ma tête contre sa poitrine. Erdeni coincée entre nous deux couine légèrement. Une seconde et je m'éloigne déjà. Erdeni grimpe sur mon épaule. Me faisant comprendre qu'elle n'a pas apprécier l'expérience même si elle aime mes câlins. Je gratouille sa petite tête pour me faire pardonner, me détournant ostensiblement de mon maître alors qu'il toque à la porte.

A l'intérieur il fait bon. Mon nez me chatouille d'odeur d'herbe et de feu de bois. Erdeni, elle baille et pose sa tête sur mon épaule. Ses yeux se ferment. La chaleur la rend languide. Une qui ne l'est pas c'est la grande - Olala ! C'est une géante ! - femme qui se présente rapidement devant nous. Son air de maturité et d'assurance me fait me sentir toute toute petite. Mais dès l'instant où Dušan prono'ce son nom je ne peux plus en détacher les yeux. La détaillant avec avidité et curiosité. La dragonne bleue. Bleue, verte, brun... ce détail de la couleur semble important pour Dušan maintenant que j'y pense. Une autre question pour plus tard. Et en meme temps je suis bien contente que ce soit Dusan qui se fasse remonter les bretelles. Je ne me laisse pas démontée par son regard et comprenant que le mot "aspirante" me désigne comme l'apprentie du demi-sang je hoche la tête.

Et pendant ce temps Erdeni, après avoir roucoulé vers la dragonne-humaine se fait de plus en plus lourde dans mes bras. Ses siestes de la journée ne lui ont pas redonné toute son énergie. Je murmure à la petite verte pendant que la bleue se détourne et nous montre le chemin lui expliquant qu'elle peut remettre le message à Dušan et ensuite rentrer chez elle dormir. Elle sait désormais ou me trouver demain matin si elle le veut. La mini-dragon accepte et en quelques coups d'ailes s'en vient se poser sur l'épaule de Dušan, insistant pour qu'il prenne la capsule.

Alors que nous entrons dans le salon ou la guérisseuse est en train de lire, je détaille la vieille femme. Les traits usés mais les yeux encore vifs. Je passe une main dans mon dos tentant de me tenir droite tandis que l'autre agrippe la anse de mon sac. Un rien d'inquietude teinté de respect. Un bon guerrisseur est un cadeau precieux pour un village. L'un d'entre eux a un jour soigné mon grand-père. Sans cela je ne serais pas ici.

Délestée de sa capsule Erdeni pépie à la guérisseuse et à sa liée quelques mots-images avant de disparaître via l'Interstice. Sous le choc je pousse un léger cri et lève la main pour toucher l'air ou se trouvait il y a une seconde la petite verte. J'ai encore l'impression qu'il y a à cet endroit sa forme... qui n'existe plus que dans mon imagination. Disparaître ici... apparaître là-bas. C'est ce qui m'est arrivé sur le dos de Kýreñ. Je baisse la main, rougissante de la tête aux pieds. C'est fou comme ce parquet est bien ciré...
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitimeMer 22 Jan 2020 - 21:31

[RP] Échappée  Dusan-bakhtiyar-tolorea__[RP] Échappée  Tiny-erdeni-vava-tolorea
Dušan Bakhtiyar & la Lézarde Verte Erdeni
--[RP] Échappée  Nealyan-shamar-v2-bleue-tolorea__[RP] Échappée  Amser-bleue-humaine-tolorea
Nealyan Shamar & la Bleue Amser
Maitresse Guérisseuse du Màr Luimë



Pressentant peut-être le doute qui habitait son Aspirante, Dušan avait jugé sage de ne pas éterniser la discussion devant la maisonnette de Nealyan, d’autant que l’heure avançant et la pression se relâchant, la fatigue commençait à peser lourdement sur ses épaules. Il imaginait qu’il devait en être de même avec la jeune Douée, qui avait eu son comptant d’émotion pour la journée, visiblement. Elle avait encore beaucoup à découvrir sur son nouveau foyer ! Pour autant, l’élan avec lequel elle l’avait soudain étreint l’avait quelque peu déconcerté, et il lui avait jeté un regard surpris. Définitivement, elle ne semblait pas avoir été éduquée dans l’optique d’une certaine circonspection à l’égard de la gente masculine … Quant aux raisons de cette manifestation de compassion – ou d’affection, il ne savait pas trop -  il lui était difficile d’en juger, elle qui quelques minutes encore auparavant avait dédaigneusement refusé sa main tendue. Avait-elle hérité de la versatilité des Fëalocës en plus de présenter la chevelure aux teintes cuivrées communes à cette race ? Peut-être en avait-elle sans le savoir des traces dans sa lignée, quelques ancêtres lointains et inconnus. Il ne s’appesantit cependant pas sur la question, la laissant se détourner et murmurer tout bas des excuses à Erdeni qui avait bruyamment manifesté son mécontentement. Masquant une petite moue mi amusée, mi désabusée, il avait raffermit sa résolution, se préparant à ce qui suivrait inévitablement.

Pénétrant dans la demeure, ils avaient été aussitôt accueillis par la présence impressionnante de la Liée de Nealyan, Amser. Face à ses remontrances, il s’était fendu d’un sourire désolé, bien conscient du culot de sa demande, mais ne parvenant pas à faire taire en lui une pointe de culpabilité probablement méritée. A ses côtés, Perlina était restée muette, sans doute intimidée par l’expression d’autorité transparaissant sur les traits mâtures de la dragonne, tout en conservant toutefois la tête haute sous son regard acéré. Toute ensommeillée, Erdeni roucoulait faiblement entre ses bras, et ne se fit pas prier lorsque la jeune fille lui annonça qu’elle pouvait rentrer chez elle. Elle veillerait à ce que le grand blond récupère le message de son maître et irait retrouver son nid douillet.

Tandis que Dušan détachait délicatement la capsule du cou de la Lézarde, la Bleue poursuivait son examen attentif de sa protégée. Elle laissa son regard peser sur elle encore quelques instants avant de les inviter d’un mouvement de tête à les suivre, apparemment rassurée par ce qu’elle avait vu. Sa remarque désapprobatrice concernant la veillée de son âme-sœur inspira au demi-sang un haussement de sourcils compatissant et soucieux. Il ne pouvait pas dire que la dragonne avait tort. De grandes responsabilités reposaient sur Nealyan, en tant que Maîtresse Guérisseuse du Màr Luimë, et en ces heures les plus obscures de la nuit, les habitudes de vie jugées saines voulaient que les gens soient depuis bien longtemps blottis sous leurs couvertures. La vieille dame souffrait-elle encore de ses habituelles insomnies ?

Glissant le parchemin roulé dans sa poche sans le lire, c’est sur ces pensées qu’ils quittèrent l’étroit couloir pour déboucher dans un salon confortablement meublé, éclairé par des chandelles dont la cire parfumait l’ensemble de la pièce. Relevant les yeux à leur approche, alertée par le cri aigu de Perlina, Nealyan délaissa l’épais grimoire qu’elle s’efforçait de déchiffrer à la lueur des flammes, et son visage ridé comme une vieille pomme s’illumina lorsqu’elle reconnut Dušan, comprenant la nature de l’adolescente rougissante qui l’accompagnait.

« Oh, Amser ! » souffla-t-elle dans un murmure étouffé, avant de se lever et de venir serrer avec force le demi-sang entre ses bras frêles, sans lui laisser le temps de protester.

« Je suis fière de toi, mon garçon. »

Ignorant l’audible reniflement et le regard moqueur de la Bleue – il était évident qu’elle considérait que leur ancien Aspirant méritait de se faire rappeler les bonnes manières, et que sa Liée se montrait selon elle bien trop tendre avec lui – le jeune homme rendit son étreinte à Nealyan, brièvement, avant de s’écarter, vaguement mal à l’aise.

« Je suis désolé ... »

Il ne put finir sa phrase que la Guérisseuse levait une main pour l’interrompre, lui signifiant que le sujet était clos : il y avait pour l’heure, plus urgent à faire. Un sourire doux et bienveillant étira alors ses lèvres, faisant briller ses incroyables yeux d’un bleu céruléen lorsqu’elle se tourna vers la Douée.

« Et voici donc ta première Aspirante ! Sois la bienvenue au Kaerl Englouti, jeune fille. Le Màr Luimë est heureux de t’accueillir en son sein. Je suis Nealyan Shamar, et tu as déjà fait connaissance avec mon âme-sœur, la Bleue Amser. Eh bien, comment doit-on t’appeler ? »

Une fugace grimace contractant son visage, le Maître Bronze ouvrit la bouche pour prendre la parole, mais décida finalement de garder le silence, laissant la Douée répondre en son nom propre. Il ne serait après tout pas toujours derrière son dos pour veiller à ce qu’elle ne commette pas d’impair auprès des gens importants de ce Kaerl. Le mouvement n’échappa pas à l’attention de la vieille femme, dont le sourire s’agrandit imperceptiblement, étirant les petites rides au coin de ses yeux.

« Mais j’en oublie les bonnes manières ! Entrez vous réchauffer. Vous devez être épuisés. Que diriez-vous d’une bonne tasse de tisane ? J’ai préparé une infusion de tilleul et de mélisse, idéale pour délasser les esprits fatigués. »

Confiant non sans un certain soulagement la direction des opérations aux mains expérimentées de son ancienne Maîtresse, Dušan hocha silencieusement la tête en guise de remerciement. Se trouver ici, au Kaerl, après toutes ces lunes passées sur la route avait quelque chose de terriblement familier et il se sentait invariablement projeté dans la peau de l’Aspirant qu’il avait été à chaque fois qu’il y revenait. Ici, entre les murs de cette demeure, il pouvait se détendre et baisser sa garde, ne serait-ce qu'un peu.

Une main sur la joue, semblant perdue dans ses réflexions, la Maîtresse Bleue indiqua finalement d’un geste du menton leurs tenues de voyage froissées et poussiéreuses, secouant la tête d’un air consterné.

« Et je suis sûre que notre jeune amie ne rêve que d’un bain bien chaud pour se remettre de toutes ces péripéties. Je me trompe ? »

Nealyan émit un petit rire indulgent avant de se tourner vers sa Liée, qui s’était appuyée contre le mur derrière eux.

« Amser, pourrais-tu t’en occuper ? Et aussi, tâcher de lui trouver des vêtements propres et à sa taille. »

Enfin, laissant la Douée à sa dragonne, elle désigna un fauteuil moelleux en face de celui qu’elle occupait à leur arrivée. Son Aspirante sous bonne garde, elle pressentait que Dušan ne tarderait pas, s’excusant platement et prétextant mille et une choses à faire pour ne pas avoir à se confronter à elle. La vieille Guérisseuse n’était pas dupe : il évitait le sujet de son voyage sur ses terres natales depuis trop longtemps maintenant, et il était temps pour lui qu’il vide ce qu’il avait sur le cœur. Et pour autant qu’elle pouvait en constater, elle n’était sans doute pas la seule à se faire du soucis pour lui, comme en témoignait la présence, quoi qu’inopinée, d’Erdeni entre les bras de la jeune fille. Le demi-sang pouvait se montrer si secret et obstiné parfois ... Comme s'il ne pouvait compter que sur lui-même, et ne dépendre de personne. N'avait-il donc rien appris ?

« Alors, raconte-moi. Orën. Comment était-ce ? »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Échappée  Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Contenu sponsorisé



[RP] Échappée  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Échappée    [RP] Échappée  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Échappée
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Luimë, le Kaerl Englouti :: L'Agora-
Sauter vers: