Partagez
 

 [RP] Commérages et Admiration

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeSam 29 Fév 2020 - 23:45

28 Néharaku 919

Dakarai avait passé la journée à faire l'inventaire des réserves en étoffes du Mar. Total, ils ne manquaient pas, mais certains types d'étoffes devraient  être échangés contre d'autres. L'apprentissage auprès de l'intendante était intéressant, pas palpitant, mais intéressant. Et en attendant, elle n'était pas entre les pattes des différents partis politiques du Mar. L'intendance se devait d'être neutre. Elle devait traiter également tout un chacun, quelles que soient ses opinions. C'était peut être un peu cela qui l'avait attiré vers ce métier... Bah, tant qu'elle faisait bien son travail, ce n’était pas une mauvaise raison, non?

Elle sortit des réserves crasseuse et pleine de poussière. Un tour aux Thermes plus tard, elle commença a s'étonner que Chichi ne l'ait pas rejointe a la sortie du travail. C'était ce qu'elle faisait habituellement. Elle était peut être avec Aru?

Un tour a la forge (et un baiser) plus tard, non, elle n'était pas à la Forge. Mais où alors?

Si tu cherches ta Reine, elle est avec mon guérisseur... Aux jardins...

Ah. Ça, c'était Beith. Probablement légèrement agacée de voir Chichi monopoliser son chevalier à elle.

Selcot, ledit chevalier de Beith était un guérisseur, lié depuis des années à sa verte. Il était fantasque, mais excellent guérisseur, d'après Nalesean. Chevalier depuis quinze ans, il n'était pas près de passer Maitre, mais il semblait s'en moquer. Dakarai avait un peu de mal avec lui. Elle le trouvait un peu faux. Pas méchant, mais... Il cachait des choses.

Par contre, Chishongo s'était entiché de lui, depuis quelques semaines. Un attachement fantasque d'adolescente. Elle trouvait le chevalier fascinant. Et elle était toujours prête à passer du temps avec elle. Dakarai aurait du se douter qu'elle serait avec lui.

À l'entrée du jardin, une grande Torhille court vêtue observait deux bonds dans le jardin des simples.

"Beith?"

_________________________________________________

Tout en cueillant délicatement les petits haricots que lui avait indiqués le guérisseur, Chichi ne put s'empêcher d'interroger:

"Et ça sert à quoi, en fait, ces trucs? Tu vas en faire quoi, après?"

Elle aidait le guérisseur à faire sa récolte depuis une ou deux heures, complètement oublieuse des horaires de travail de sa Liée. Elle était fascinée par le bel elfe. Et par tout ce qu'il pouvait lui apprendre.

"Ça existe les dragons guérisseurs?"
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeLun 9 Mar 2020 - 23:24


Chaque métier avait ses avantages et ses inconvénients. L’Intendance, ce n’était pas toujours palpitant, mais la Guérison avait aussi ses corvées. Par exemple, ce n’était un secret pour personne que ce qui attirait Selcot dans son métier, c’était le diagnostic. L’énigme. L’assemblage des différentes pièces formées par les symptômes pour reconstituer le puzzle de la maladie. Les soins, après, c’était parce qu’il était obligé. Tout comme la cueillette des simples et la préparation des remèdes. Il râlait suffisamment quand il devait aller faire le plein des réserves au lieu d’aller vider celles des tavernes pour qu’on sache que ce n’était pas son truc. Manque de bol, il n’était qu’un petit chevalier vert sans prétention. C’était donc forcément lui qui s’y collait. Les maîtres guérisseurs, comme Nalesean de Dalneÿs ou Tybalt de Leysse, n’avaient pas de temps à perdre avec des corvées aussi triviales que le ramassages des plantes médicinales. Quel dommaaage !

*Franchement, je ne sais pas ce que tu leur trouves, à ces plantes,* émit Beith un poil grincheuse, tandis que son âme sœur préparait la liste de récolte avec autant d’entrain intérieur qu’il en mettait à pester à haute voix.

Mais, ni l’occupation de ses mains, ni ses râleries, ne l’empêchaient de répondre en esprit… Il était multi-tâches !

*Tu fais pas d’efforts, Bêtise. Regarde toutes les variétés de couleurs qu’elles ont ! Et de formes. Et quand tu penses que la feuille d’ortie n’a pas du tout les mêmes propriétés que sa racine, c’est quand même fou, non ? C’est la même plante pourtant. Et puis, personne ne l’aime, en plus, cette pauvre plante. Parce qu’elle pique un peu. Alors qu’il suffit de savoir la prendre comme il faut, de la caresser dans le sens du poil, pour pas qu’elle se hérisse. Elle donne des bonnes soupes et pleins de remèdes intéressants, …*

Le soupir de sa dragonne, juste avant qu’elle ne se désintéresse de son babillage, n’échappa pas à son Lié, qui se permit un sourire puisque, le nez dans ses préparatifs, personne ne pouvait le voir. Il savait que Beith ne s’intéressait pas à la Guérison. Elle avait essayé pourtant, aux débuts de leur Empreinte… Mais, même si elle savait que c’était important pour lui le Kaerl, elle n’avait pas accroché. Et puis, à l’époque, c’était la guerre. Elle brûlait d’envie d’aller se battre, pour défendre sa cité, ses valeurs, son Lié. Qui, lui, n’aimait pas trop faire des trous dans les gens. Du coup, ils avaient trouvé un équilibre : pendant qu’il était occupé à l’infirmerie, sa sienne verte s’entraînait. Elle disait sans cesse qu’elle n’était pas aussi souple et agile que les autres dragonnes de sa couleur… et qu’elle voulait aussi apprendre à se battre comme les bipèdes. Et ils mettaient de l’eau dans leur vin lorsqu’il le fallait. Parfois, Selcot devait combattre, lui aussi. Parfois, Beith se retrouvait de corvée de cueillette quand il fallait visiter Rhaëg pour trouver tel ou tel spécimen. Heureusement, ce jour-là, les jardins du Màr Menel étaient censés suffire à la récolte.

*Je vais au Labyrinthe. Fais-moi signe quand tu as fini.*

Amusé, l’elfe hocha la tête et laissa sa moitié aller se défouler tandis qu’il finissait ses préparatifs. Bon. Il avait la liste. Et pleins de pochettes différentes. Il ajoutait un dernier flacon dans son sac, quand il fut rejoint par une jeune fille blonde qu’il connaissait bien. Chishongo. Ravi d’avoir une compagnie intéressée et intéressante – la Reine était sociable, bavarde et toujours de bonne humeur – le chevalier guérisseur accepta sans peine que la dragonne d’or l’accompagne à la cueillette. Il n’avait pas besoin de beaucoup d’encouragement pour discuter de tout et de rien, pour expliquer tel ou tel remède ou dérouler toutes sortes d’anecdotes sur telle ou telle plante… Avant de dériver sur ce qu’elle évoquait par ailleurs.

Il avait perdu la notion du temps quand Beith se manifesta de nouveau, visiblement plus détendue.

*Tu n’as pas encore fini ?*
*Et bien non, tu vois. Mais on avance bien.*
*Qui ça, « on » ?*

La voix de la dragonne s’était soudain teintée de méfiance.

*Chishongo et moi.*
*Parce qu’Elle est encore là ?*
*Elle s’intéresse à la guérison, Bêtise, c’est son droit.*
*C’est une Reine. Elle a d’autres devoirs !*
*Oh, Bêtise, ne fais pas ta bégueule, tu veux ? Ça te va pas du tout.*
*Ma bégueule ?!*

Selcot sut qu’il avait vexé sa sienne merveilleuse lorsqu’elle se coupa de lui avec l’équivalent mental d’un claquement de porte au nez. Bon. Tant pis. Il avait de petites fleurs à ramasser. Et Chishongo posait des questions.

« Ces trucs ?! Mais ces trucs, comme tu dis, sont des graines de fenugrec. C’est trèèès important, le fenugrec. Et ça sert à plein de choses ! Déjà, c’est très riche comme nourriture. Ça permet d’aider les malades à récupérer, les maigres à reprendre du poids… Pour les bipèdes, évidemment. Je pense pas que ça marche sur les dragons… Ou alors il en faudrait des quantités astronomiques. Quoique… Peut-être que ça le ferait si vous les mangiez quand vous êtes dans votre enveloppe bipède. Je sais pas, j’ai jamais essayé. Je suis même pas sûr que quelqu’un ait jamais essayé… Faudrait aller voir ça dans les Archives pour savoir… »

L’elfe fit une mini pause – si, si, ça lui arrivait, la preuve – comme s’il réfléchissait à la probabilité qu’une telle expérience ait déjà été réalisée. Mais il secoua la tête au bout de quelques secondes, pour revenir à la jeune Reine.

« J’en étais où … ? Ah oui, le fenugrec ! Alors, tu vois, en plus de se faire bien manger, ça sert aussi pour les gens qui ont des maladies un peu compliquées où leur organisme est pas capable de gérer correctement tout ce qu’ils mangent. Et puis, ça peut servir en cataplasme aussi. On le fait cuire, ou on réduit les petites graines en farine et ça sert à faire mûrir les abcès ou à guérir les furoncles ! »

Il se serait peut-être étendu encore un peu sur les différentes propriétés du fameux fenugrec ou la façon de préparer les cataplasmes ou… encore autre chose, mais Chishongo avait toujours des questions.

« Ben, y a des dragons forgerons, des dragons guerriers, des dragons érudits, … Je vois pas pourquoi y aurait pas des dragons guérisseurs aussi. J’en ai pas rencontrés, encore, mais tu sais, moi je suis qu’un petit chevalier-vert, hein. J’ai pas visité tous les Kaerls de Tol Orëa – juste deux sur les trois, mais bon – et vous, les dragons, vous êtes capables de faire à peu près tout ce que vous voulez. Je suis pas capable de me transformer en dragon, moi, même si j’essaie de toutes mes forces ! »

~*~

[RP] Commérages et Admiration Beith_dragonne_verte_tolorea[RP] Commérages et Admiration Beith_vava_verte_tolorea
Crédits : Alector Fencer et Age of Heroes
Beith

Bégueule ? Elle, bégueule ?!

Alors ça, c’était la meilleure ! Elle le laissait tranquille dans ses trucs de guérison, elle allait s’entraîner toute seule et, quand elle faisait remarquer que la place d’une Reine n’était pas dans les jardins à ramasser des graines, il la traitait de bégueule ! Nan mais, il ne manquait pas d’air !

Vexée comme un pou, Beith quitta les bains qu’elle avait rejoints après son entraînement pour se rendre en quelques coups d’aile à l’entrée du jardin d’hiver. Là, elle prit sa forme bipède et, les bras croisés, observa une seconde les deux ramasseurs de simples. Elle souffla par le nez pour évacuer sa colère, mais sans grand succès. Et, comme il était hors de question qu’elle s’adresse de nouveau à son Lié, elle dirigea plutôt son esprit vers la Chevalière de Chishongo.

*Si tu cherches ta Reine, elle est avec mon guérisseur… Aux jardins…*

Oui, c’était pas poli de s’adresser directement à un Doué sans passer par son dragon, elle savait, merci. C’était même elle qui avait fini par le signaler à Chishongo parce qu’elle ne cessait de s’inviter dans l’esprit de son chevalier. Une fois, ça passe ; deux fois, à la rigueur ; mais au-delà de trois, ça commençait à faire beaucoup. Sauf que là, la Reine aurait eu beau jeu de s’offusquer de son raccourci, hein. C’était pas comme si elle monopolisait l’attention de Selcot mais si en fait. Au point qu’il l’avait qualifiée, elle, de bégueule !

La dragonne ruminait toujours lorsqu’elle entendit prononcer son nom. Elle pivota sur elle-même et adressa un sourire aimable à la fëalocë qui arrivait.

« C’est moi. »

Autant Chishongo l’agaçait, avec son comportement beaucoup trop léger pour une Reine, autant elle appréciait sa Chevalière. Au moins, Dakarai, faisait honneur à son rang. Elle secondait l’Intendante et elle travaillait avec sérieux pour ce qu’elle avait entendu dire… Et, comme Selcot, elle entendait beaucoup dire sur beaucoup de sujets.

« Tu arrives à temps pour le discours sur les vertus du fenugrec, déclara-t-elle – même fâchée contre son Lié, la verte restait sociable et bavarde. Je ne sais pas depuis combien de temps, ils sont là, mais ça commence à faire… Elle peut garder sa forme humaine pendant combien de temps, Chishongo ? »

La suite de la discussion de l’elfe et de la Reine lui fit toutefois lever les yeux au ciel. Des dragons guérisseurs… Genre. Et bientôt, les blanches allaient se mettre à pondre des œufs pour repeupler les Kaerls aussi ou quoi ?


[RP] Commérages et Admiration Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeMer 18 Mar 2020 - 11:39

« Les… vertus du fenugrec… Ok. Ça a l’air intéressant… »

Ou pas. Dakarai n’avait jamais été intéressée par l’herboristerie. Et la verte ne semblait pas plus motivée que ça par le discours de son chevalier non plus. Ni par la présence de Chichi. Dak se recroquevilla, émettant sa gêne, puis le notant et fermant ses barrières.

« Désolée. Pour les émotions. Combien de temps elle tient… ça dépend. Une a deux heures maximum. Elle aime bien la forme humaine, ça lui permet de se faufiler partout. »

Dak laissa passer un petit blanc avant de dire :

« Je suis désolée que ma reine squatte ainsi ton chevalier. Tu veux que je la surveille plus ? Tu sais, c’est un béguin d’ado, ce n’est rien de sérieux. Je crois qu’elle l’aime bien parce que ça ne peut pas être sérieux. »

Ce n’était pas la première fois que Chishongo venait passer du temps avec Selcot. Et suite à cet engouement inhabituel pour un humain, Dak avait longuement discuté avec sa reine. Il était sorti de cette discussion que la future mère du Kaerl était surtout fascinée par le guérisseur. Dak, qui était tombée amoureuse très jeune n’avait détecté ni dans ses mots ni dans ses émotions un attachement profond pour le guérisseur.

_________________________________________________


Pendant ce temps, Chishongo emmagasinait sagement les informations de Selcot sur le Fenugrec. Et elle profita de la pause dans son flot de paroles pour dire à son tour :

« Faudrait essayer. Sur les dragons. Mais je ne sais pas si ça marcherait. La grosseur de ma taille humaine, je la décide, ce n’est pas une conséquence de mon corps normal. Mon corps humain n’est qu’une illusion, finalement. Alors je ne pense pas que le fenugrec marche dessus, tu comprends ? »

Le fenugrec semblait avoir des effets complexes et miraculeux. La dragonne redoubla d’efforts pour cueillir de son mieux la précieuse plante.

« Tu crois que je pourrais faire une bonne guérisseuse, alors ? Même si Dakarai est pas du tout guérisseuse ? »

Elle réfléchit un moment.

« Ça travaillait Dak de ne pas avoir de métier, mais elle n’a jamais parlé de me trouver un métier à moi. Les dragons ne doivent pas avoir de métier, mais ils peuvent, du coup ? Pourquoi les bipèdes doivent en avoir un, mais pas les dragons ? Je sais que j’ai pour devoir de donner des dragons au Kaerls. Mais enfin, ça ne va pas m’occuper toute l’année non plus. »
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeJeu 19 Mar 2020 - 0:39


La compagnie de Chishongo était agréable, il n’y avait pas à dire. Déjà, la jeune dragonne était indubitablement sympathique, ouverte d’esprit, sociable et bavarde. Quoiqu’en dise et en pense sa Bêtise préférée, ça changeait des Reines guindées qui occupaient bien souvent les hautes sphères du Kaerl. Chishongo était accessible. Alors certes, elle était encore jeune, certes, Selcot ne connaissait pas très bien toutes les Dorées du Màr, mais il était tout de même prêt à parier que sa compagne de cueillette ne finirait pas aussi imbue d’elle-même que d’autres mères du Kaerl. Quoique… en y repensant, c’était surtout les Liées des Reines qui étaient imbues d’elle-même. Elles portaient la fierté d’être Chevalière ou Dame Dorée sur leur visage et dans chacun de leurs gestes. Comme Katell de Leysse, par exemple. La Dame Heryn peut-être un peu moins mais elle était tellement inaccessible que ça ne changeait pas grand-chose au final. Dakarai et Chishongo, en revanche, semblaient normales.

Sauf si l’on considérait que cette dernière écoutait sans flancher les discours sans fin du guérisseur. Parce que, depuis au moins une bonne heure que durait leur cueillette, l’attention de la dragonne n’avait pas faibli. Et c’était suffisamment rare pour être noté. Et pour que Selcot l’apprécie. Chishongo semblait absorber toutes les informations – et les non informations – qu’il délivrait comme une éponge. Elle répondait même à ses réflexions et ses digressions comme si de rien n’était alors que la plupart de ses interlocuteurs, même ceux qui s’accrochaient, finissaient par abandonner !

« Hmm… Je vois ce que tu veux dire. Mais, même si c’est nourrissant, il en faudrait des quantités pour nourrir un dragon ! Même un tout petit blanc. Et puis, en plus, vous avez un régime alimentaire principalement carnivore. Je connais pas grand-chose à part la médecine humaine, c’est d’autres guérisseurs qui s’occupent des dragons mais, si ça se trouve, les protéagineux comme le fénugrec, ça vous servirait à rien du tout. P’t’êt même que vous pourriez même pas les digérer… Ça, ce serait un sacré gâchis de petites graines, t’imagines ? »

Il aurait pu continuer longtemps sur l’anatomie et la physiologie comparée des espèces bipèdes et draconiques. C’était quand même super intéressant… surtout si on ajoutait la magie dans l’étude, avec la capacité des dragons à se transformer en humain ou leurs différents dons, ainsi que les possibilités magiques de certains bipèdes. Mais là, on s’éloignait franchement de la médecine… et des connaissances de Selcot. Lui, contrairement à d’autres, comme Maître Nalesean ou Maître Tybalt, il n’avait pas d’autre magie que le Don ; il était donc plutôt mal placé pour faire des comparaisons et des regroupements. Même s’il avait plus d’une fois consulté des ouvrages sur la question, aussi bien dans la Flèche du Cadastre du Màr Luimë, qu’à l’Académie de Lòmëanor ou aux Archives du Màr Menel, il était loin d’être un expert sur la question. L’herboristerie et la guérison l’attiraient beaucoup plus. Et d’ailleurs, il était plus que temps de revenir à ce formidable fenugrec !

Et après le fenugrec, on repartait sur les dragons. Chishongo était exceptionnelle, elle avait toujours des questions et des sujets de conversation passionnants !

« Les dragons sont bien des êtres à part entière ! Regarde, tu es là, toi, alors que ta Chevalière n’y est pas. Et Beith n’est pas là alors que j’y suis… »

Un regard vers l’extrémité du jardin lui apprit que son affirmation n’était pas tout à fait vraie pour le coup. Non seulement, il y avait une grande guerrière court vêtue, qui avait comme des airs de Bêtise, mais en plus, elle semblait accompagnée d’une petite silhouette à la chevelure flamboyante.

« Enfin… tout à l’heure, elles y étaient pas, en tout cas, rectifia donc l’elfe sans sourciller. Et puis, de toute façon, on peut faire plein de trucs différents ! Toi tu voles et tu passes dans l’Interstice alors que ta Liée en est incapable ! Et Beith est une super guerrière alors que, moi, je suis pas doué du tout pour faire des trous corrects dans les gens ! »

Tout en parlant, il continuait à ramasser les petites fleurs jaunes qui l’intéressaient en veillant à ne surtout pas arracher les racines. Il n’en avait pas besoin et, s’il voulait que les petites jolies repoussent, il fallait faire attention. Mais ce n’était qu’une attention partielle, celle d’un geste machinal, répété maintes et maintes fois… Rien qui ne l’empêchait de discuter en même temps.

« Oh, tu sais, ça peut bien prendre huit mois quand même entre un Vol et une Éclosion – et la mention de l’un et de l’autre ne faisait naître aucune gêne chez le guérisseur – ça doit déjà occuper pas mal. Mais c’est sûr que c’est pas tous les ans. Mais le travail, c’est une notion bien compliquée. Y a bien que les bipèdes pour inventer un truc pareil ! C’est quand même bien tordu. De faire un truc que tu aimes pas pour gagner de l’argent et faire des trucs que tu aimes avec. En plus, des fois, les trucs que tu aimes pas prennent tant de temps que tu peux même plus faire les trucs que tu aimes ! Tout ça, c’est parce qu’on aime les choses compliquées, faut croire. Comme pour manger. Alors que vous, les dragons, vous avez une vie bien plus simple en fait. Vous avez juste besoin de chasser pour vous nourrir et voilà. Vous faites ce qui vous plaît. »

Comment ça, la Guérison, ça lui plaisait, à lui ? N’importe quoi ! Et puis, de toute façon, si les dragons aimaient travailler, qu’est-ce qui les en empêchait ? Simplement, c’était vrai qu’on ne parlait pas vraiment de métier… Un métier c’était vraiment un concept humain. Trop bizarre d’imaginer un noble enfant de Flaryma exercer « un métier » trivial.

~*~

[RP] Commérages et Admiration Beith_dragonne_verte_tolorea[RP] Commérages et Admiration Beith_vava_verte_tolorea
Crédits : Alector Fencer et Age of Heroes
Beith

Le discours de son Lié n’intéressait nullement Beith mais, même fâchée, elle ne pouvait s’empêcher d’y prêter quelques miettes d’attention. Pas question de le laisser bavarder avec Chishongo sans surveiller un minimum ses propos. Les dieux seuls savaient ce qu’il pouvait bien mettre dans la tête de la jeune Reine ! Surtout qu’elle n’avait visiblement pas besoin d’aide pour dévier de son rang et de ses devoirs…

Au moment où la pensée lui traversait l’esprit, la dragonne réalisa, gênée, qu’elle doutait à la fois de son Chevalier et d’une Reine. Mais l’embarras disparut soudain alors que Dakarai – bien plus responsable que Chishongo – s’excusait. À propos des émotions, pas du comportement de sa Liée. Surprise, Beith haussa un sourcil interrogateur. L’embarras venait donc de la fëalocëe ? Elle ne rebondit pas sur le sujet, toutefois, préférant se concentrer sur la réponse que lui apportait la jeune femme.

« Ça fait au moins une heure qu’ils sont là, ça ne devrait plus durer très longtemps, donc. »

Elle comprit que Dakarai était vraiment embarrassée quand elle s’excusa à nouveau. Du comportement de la Reine, cette fois. Et ce fut au tour de la dragonne de se sentir un peu mal à l’aise, sans que les émotions de la Chevalière n’y soient pour quelque chose, cette fois.

« Je sais bien que ça ne peut pas être sérieux, je ne suis pas stupide ! répondit-elle, presque sèchement, avant de se rendre compte que la jeune femme n’y était pour rien – et qu’elle n’avait pas à lui parler comme ça. Désolée… »

Elle souffla par le nez, pour tâcher d’évacuer son agacement.

« Chishongo est une Reine, reprit donc la verte. Tu n’as pas besoin de la surveiller, elle fait ce qu’elle veut. »

Et c’était là tout le problème – et la source de son malaise. C’était une Reine. Elle n’aurait pas dû la critiquer, pas même en pensée. Mais la jeune Dorée ne se comportait pas comme une Reine. Voilà bien qu’elle parlait de métier, maintenant !

« Elle s’intéresse vraiment à la guérison ou c’est une excuse pour être avec Selcot ? s’enquit Beith… avant de préciser : Je ne suis pas jalouse, hein ! »

Bien sûr que non. Selcot était son elfe, son chevalier, à elle. Chishongo ne pouvait pas rivaliser. Et puis, c’était une Reine. On n’était pas jaloux d’une Reine, n’est-ce pas ?


[RP] Commérages et Admiration Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 19:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeJeu 2 Avr 2020 - 11:19

« Oui, ce serait un sacré gâchis. Mais de manière générale, il doit falloir de quantités de remèdes dingues pour les dragons, par rapport aux humains, comment vous faite ? Ou plutôt comment font les guérisseurs de dragons ? Ils travaillent juste avec de la magie ? »

Chishongo aurait pu écouter Selcot parler pendant des heures. D’ailleurs elle ne manqua pas de le relancer :

« La médecine humaine ? Y a de grosses différences entre les médecines humaines, Fealoce, Torhilles, etc ? »

L’elfe repéra leurs liées à l’entrée du jardin. Chichi dégluti. Elle allait se faire gronder par Beith, là, non ?  Elle salua de la main les deux femelles, ferma son esprit pour que Beith ne puisse pas lui parler et se tourna vers Selcot.

« Ben j’ai pas encore Volé, mais il y a déjà 4 mois entre le vol et la ponte. Après la ponte, ok, je serais occupée à couver. Mais avant… Même les bipèdes enceintes ne font pas rien pendant toute leur gestation. »

Elle grimaça.

« J’ai eu quelques fragments de mémoires ancestrales qui me sont venus. La couvaison, ça a l’air mortellement ennuyeux. Je veux m’amuser avant. »

Chishongo eut du mal à suivre le dernier raisonnement de Selcot, mais elle en retint l’essentiel. Le travail, c’est chiant, être un dragon, c’est cool.

« Ouais… Mais j’aime bien être utile. C’est pour ça que je t’aime bien. Tu me laisses aider. Si Dak et toi devez être utiles, si Beith est utile comme guerrière du Kaerl, pourquoi pas moi ? »

_________________________________________________


« Non, ça ne devrait pas tarder. »

Puis Beith explosa à la tête de Dak. Ok. Elle était à cran. Dak se le tint pour dit.

« Dak est une Reine, mais elle est jeune. Si je la laisse faire ce qu’elle veut… ça va être compliqué. »

Est-ce qu’elle s’intéressait vraiment à la guérison ? Dakarai réfléchis quelques instants à comment formuler sa réponse. Hum...

« Je ne sais pas. Un peu les deux sans doute. Ses interrogations sur la nécessité d’avoir un métier, elle m’en a déjà parlé. Elle ne comprend pas bien que je doive en avoir un, mais pas elle. De là, pourquoi ne pas jeter son dévolu sur le métier de son idole ? »

Dak soupira :

« Moi je suis un peu jalouse. De la voir aussi intéressée avec un autre que moi. »
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeVen 24 Avr 2020 - 10:14


Discuter avec Chishongo, c’était reposant. Si si. Pas dans le sens où c’était silencieux, évidemment, mais parce que c’était un vrai échange. La Reine, contrairement à la plupart de ses connaissances, écoutait vraiment ce qu’il disait, suivait chacune de ses digressions et relançait la conversation par ses questions ou ses remarques. Du coup, Selcot n’avait pas besoin de se casser la tête à trouver des bêtises choses à dire ou des anecdotes à raconter pour meubler le silence et occuper l’esprit de son interlocuteur. Pas que ce soit très difficile ou fatigant, de trouver des idioties à raconter, hein. Mais, quand même. C’était dans les situations comme celle présente que l’elfe réalisait que ça lui demandait tout de même un petit effort. Tout petit.

Mais les questions de la dragonne n’étaient pas stupides, loin de là, et demandaient leur part de réflexion.

« Ça pour utiliser la magie, c’est sûr qu’on l’utilise ! Enfin, je dis « on », mais je suis pas dedans, hein. J’ai pas d’autre magie que celle qui me Lie à Beith, pauvre de moi… – comment ça, il n’était pas du tout crédible, dans son numéro d’auto-apitoiement ? – donc faudrait demander à Maître Nalesean parce que lui, il saurait te dire. Ou Tybalt, aussi, il se débrouille pas mal avec ses mains. Pour soigner, je veux dire – pour le reste, il n’avait pas eu la chance de tester. Après, on peut vous soigner sans magie, pour tout ce qui est externe. T’as pas connu la guerre, toi, mais on a eu pas mal de trous à réparer pendant ces années-là. Et, dragon ou bipède, ça fonctionne pareil. Vous êtes juste un peu plus gros… Pour les maladies internes, je ne sais pas. On pourra aller faire un tour aux Archives, si tu veux, pour voir. »

Les Archives, c’était bien. Presqu’autant que de demander directement à ceux qui savaient. C’était moins interactif, certes, mais c’était plus exhaustif. Et, accessoirement, les parchemins vous envoyaient pas bouler quand ils en avaient marre d’être consultés. Même si, il fallait le reconnaître, Selcot n’avait pas trop à se plaindre de ses collègues de ce point de vue là. Ils ne rechignaient pas à partager leur savoir. Et même qu’ils étaient souvent plus concis et précis que lui. Comment ça, c’était pas difficile ?

« J’ai dit « médecine humaine » ? Ah ! Tu vois, c’est perfide, les abus de langage ! À l’Académie, je me serais fait taper sur les doigts ! Tu ne le diras pas, hein ? »

L’elfe releva le nez de ses petites fleurs jaunes pour jeter un regard faussement implorant à la Reine, avant de reprendre, sans vraiment lui laisser le temps de répondre :

« En vrai, j’aurais dû dire « médecine bipède ». Parce que, non, il y a pas trop de différences entre les races. Mais, c’est bien, tu notes les petits détails. C’est important, les petits détails, ça fait toooout ! Et la vérité, c’est qu’il y a beaucoup de choses qu’on sait parce qu’on les a d’abord constaté sur les humains puis ensuite sur les autres races. Les humains, sont plus nombreux et vivent un peu moins longtemps et sont présents partout sur Rhaëg, du coup ils sont en contact avec pleeein de milieux différents et de maladies et tout ça. Après, bien sûr, il y a quelques spécificités. Les elfes vivent plus vieux mais ont pas beaucoup d’enfants. Et ça, on peut rien y faire. Les torhils sont plus costauds, ils se blessent moins. Les neishaans sont pus facilement malades. Enfin, voilà, des petits trucs comme ça, tu vois ? »

Leurs Liées étaient arrivées, mais le guérisseur n’en avait cure. Bêtise était vexée et voulait sans doute s’assurer qu’il n’en faisait pas, de bêtises. Comme si c’était son genre, franchement ! Bon, d’accord, parfois c’était son genre… Mais pas quand il était au travail. Et, même si la cueillette des simples était un plaisir, surtout en discutant avec Chishongo – c’était quand même bien plus sympa que tout seul, il fallait le reconnaître – il était quand même au travail. Et il avançait bien, en plus. La preuve, il commençait à avoir pas mal de petites fleurs jaunes. Suffisamment pour remplir le petit sac qu’il avait dévolu à cet usage. Alors, tandis que la Reine donnait son ressenti et partageait ses inquiétudes sur les Vols et la couvaison, Selcot referma soigneusement la petite poche avant de la glisser dans son sac et d’en prendre une autre. Il lui fallait un peu de menthe. Et pas que parce qu’elle avait bon goût et parce qu’elle permettait d’adoucir la saveur de certains remèdes. Elle avait aussi des propriétés intéressantes par elle-même. Il fallait toujours avoir de la menthe !

« C’est vrai que, dit comme ça, ça a pas l’air très drôle. Mais c’est important. Et sans doute que c’est pas si pire que ça en a l’air. Y a beaucoup de choses qui sont pas si pires qu’elles en ont l’air, tu sais. Peut-être que tu pourrais en parler à d’autres Reines… Au pire, ajouta-t-il en jetant un regard malicieux vers l’entrée des jardins, tu pourras demander à ta Liée de te distraire. Si ça se trouve, tu auras plein d’idées pour t’occuper ! »

Il ne s’inquiétait pas trop pour Chishongo. La dragonne avait l’esprit vif et de la suite dans les idées. Elle trouverait quelque chose pour combattre l’ennui.

La question suivante en était la preuve. Elle était capable de noter toutes les incohérences et imprécisions qui émaillaient son discours. Il y en avait pas tant que ça, évidemment, parce qu’il ne disait (presque) jamais de bêtises, bien sûr. Ce qui ne faisait que mettre en lumière la concentration et la perspicacité de la Reine. Si si.

« Tu sais, je suis jamais sorti de Tol Orëa… Enfin, si, bien sûr que j’en suis sorti avec Beith, mais je veux dire j’ai jamais vraiment vécu ailleurs, hein. Bref. Le truc, c’est que les gens importants et précieux, ils ne travaillent pas. Dans les familles royales, le roi travaille – et encore, je crois qu’il y a des endroits où il ne sert pas à grand-chose et où ce sont les ministres qui bossent – mais la reine et les princesses, elles ne travaillent pas. Pas manuellement, en tout cas. Leur boulot, c’est d’être là, d’avoir des enfants, tout ça. Elles sont super précieuses, tu vois. Le roi qui a la chance d’épouser une princesse, ça lui viendrait pas à l’idée de la faire travailler. »

Et les enfants de Flarmya l’étaient aussi, super précieux. Les Reines plus que tous les autres. Sans doute que les premiers élus de la déesse s’étaient sentis tellement privilégiés et comblés par la rencontre avec leur âme-sœur qu’il ne leur était même pas venu à l’idée de les faire travailler. On ne pouvait pas mettre sur le même pied le cadeau de la déesse et quelque chose d’aussi trivial qu’un métier. Ça ne voulait pas dire que c’était logique. Jusque c’était comme ça. Et du coup… Selcot se demanda s’il n’y aurait pas quelque chose là-dessus dans les Archives. Il y avait bien un philosophe quelconque qui s’était déjà posé la question. Les Célestes aimaient comprendre. Et sinon, il irait rendre visite à sa famille au Màr Luimë. Les Tours Joyaux regorgeaient d’informations. Ou même à l’Académie !

~*~

[RP] Commérages et Admiration Beith_dragonne_verte_tolorea[RP] Commérages et Admiration Beith_vava_verte_tolorea
Crédits : Alector Fencer et Age of Heroes
Beith

À l’entrée du jardin d’hiver, Beith grinça des dents de frustration à la réponse de la fëalocë. Oui, Chishongo était jeune, mais elle était une Reine ! Elle n’aurait pas dû avoir besoin d’être surveillée, parce qu’elle aurait dû se comporter comme telle ! Bien sûr, chaque dorée avait son caractère, mais quand même ! Elle ne se souvenait pas que les autres mères du Màr, même jeunes, étaient si… si… chishonguesques.

Se poser la question d’avoir un métier, par exemple. Quelle Reine se posait ce genre de question, hein ?

« Il y a plein de dragons qui n’ont pas de métier, grinça Beith, agacée. Je veux dire, c’est pas comme si on avait besoin de ça pour vivre. Y en a plein qui passent leurs journées à paresser au Valarëa. »

Et, même si elle, elle préférait s’entraîner, elle ne se serait même pas qualifiée de guerrière au sens où l’entendaient les bipèdes. Elle était assidue dans ses exercices, tant sous forme humaine que dragonique – la guerre n’était pas si loin que ça – mais personne ne l’obligeait à s’y rendre. Si elle ne voulait pas s’entraîner pendant une journée, une semaine, un mois, personne ne lui demanderait des comptes. De toute façon, ils n’avaient qu’à essayer, pour voir.

La dragonne se détourna un instant du couple occupé à la cueillette pour jeter un regard à la Chevalière qui lui tenait compagnie. Et qui avouait être un peu jalouse, elle. Beith n’était pas prête à faire de même. Mais ça ne l’empêchait pas de compatir avec Dakarai.

« Selcot est toujours intéressé par plein de choses. Et de monde, reconnut-elle, avant d’ajouter, presque à contrecœur : Mais ce sont des bipèdes, d’ordinaire, pas des dragons. Et il ne m’envoie pas bouler. »


[RP] Commérages et Admiration Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 19:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
Anonymous



[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeDim 3 Mai 2020 - 13:45

"Donc selon toi, l'externe se règle avec les même techniques que les humains, et l'interne, potentiellement par magie, et faudrait vérifier. On vérifiera ensemble? La prochaine fois?"

La jeune dragonne commençait à sentir sa peau humaine se tendre et se gonfler. Ce n'était pas visible de l'extérieur, ce n'était qu'une impression. Mais cela signait le fait qu'elle atteignait le bout de sa transformation.

"Les humains, en fait, ce sont les modèles, et les autres races les exceptions, c'est ça?"

Le sujet retomba sur les couvaisons et l'ennui. La Reine se renfrogna. Cette future période de sa vie ne lui faisait vraiment, mais alors vraiment pas envie. Elle n’avait aucune hâte d’y être.

"Mais elle aura toujours son fichu métier. Elle ne pourra pas s'absenter quatre mois. Je serais quatre longs mois sur les sables, moi!"

Chichi réfléchi intensément à ce que Selcot disait sur les princesses, et leur préciosité. Elle comprenait le discours. Elle comprenait ce que voulait dire le guérisseur, mais malgré tout… Cela ne la satisfaisait pas. Elle était frustrée d’avance de se voir réduite au rang de mère.

"Je ne veux pas être précieuse. Je veux... Je veux être importante. Je le suis, je le sais. Mais j'ai l'impression que n'être importante que pour mes pontes, c'est ne l'être que par mes futurs enfants. Alors que je veux être précieuse pour moi. Tu comprends?"

_________________________________________________

Beith était agacée, et jalouse, et mal à l'aise. Dak le voyait bien. Mais elle ne pouvait s'empêcher de soutenir l'argumentaire de sa Reine:

"C'est vrai qu'elle n'en a pas besoin. Mais... Je ne vais pas lui reprocher de vouloir se rendre utile. Moi même je ressens ce besoin. C'est sans doute ce qui a déclenché ça chez elle."

Dakarai dévisagea Beith, un peu choquée:

"Il t'a envoyé bouler? Merde, alors!"

La culpabilité remonta chez Dakarai. Elle ne voulait pas être ou que Chichi soit une cause de dispute entre deux vieux amis tels que Selcot et Beith.

"Je parlerais à Chichi. Pour qu’elle demande avant de venir."

_________________________________________________

La peau de Chishongo commençait sérieusement à la démanger. Il était temps de s'éclipser.

"Je dois me retransformer."

Elle lui donna sa récolte et sortit délicatement du jardin de simples.

"Merci, Selcot. Je pourrai revenir te voir?"

Sans attendre la réponse, la jeune fille s'éclipsa et couru vers la sortie. Elle s'arrêta juste au niveau des deux commères pour faire une bise à sa Liée et elle courue dehors.
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 156
RPs : 123
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitimeDim 10 Mai 2020 - 22:00


Les résumés de Chishongo étaient… très résumés, justement. Ah là là, ces jeunes qui recherchaient toujours le raccourci et la simplification ! Même si la Reine suivait ses digressions sans sourciller, elle ne pouvait s’empêcher de tout synthétiser à la fin. On gagnait peut-être en clarté mais qu’était la clarté face aux mots qui s’emmêlaient, se mélangeaient et se répondaient, hein ? Enfin, il ne pouvait décemment pas reprocher son intérêt à sa compagne de cueillette, n’est-ce pas ? Mais, clairement, les explications claires et concises, ce n’était pas son truc ! Maître Nalesean et Tyb faisaient ça bien mieux que lui. Même s’il n’avait rien contre aller vérifier ses intuitions, que ce soit auprès de ses collègues ou dans les Archives. Ou contre le retour de Chishnogo une prochaine fois – quoi que puisse en penser sa Bêtise merveilleuse.

« Pas de problème, on pourra faire ça ! À condition, évidemment, que mes chers confrères ne me refilent pas encore une liste de corvées longue comme le bras. C’est ça d’être un petit guérisseur tout en bas de l’échelle, tu vois… Je ne peux pas choisir mon emploi du temps, soupira-t-il avec ostentation. Au lieu d’aller visiter les vieux parchemins ou de vérifier l’état des réserves d’alcool des tavernes, je suis obligé de refaire les stocks de l’infirmerie. C’est d’une injustice crasse ! Mais ce cher Maître Tybalt ne veut pas comprendre que l’alcool est aussi important pour désinfecter l’intérieur que l’extérieur… »

Concentré sur sa cueillette et sa conversation avec la dragonne, Selcot n’avait pas conscience du temps qui passait autrement que par le remplissage de ses récipients et ne réalisait pas que son interlocutrice atteignait la fin de sa résistance sous forme bipède. Sinon, peut-être aurait-il fait un effort pour écouter ses longs discours. Peut-être. Peut-être pas. Sûrement pas, à la réflexion. Pour une fois que quelqu’un l’écoutait et lui répondait ! Surtout que lesdites réponses étaient à la fois intéressantes et surprenantes ! Au point que le guérisseur ne put s’empêcher d’éclater de rire à l’idée que les différentes races de Rhaëg étaient des exceptions d’Humains.

« On pourrait dire ça, s’esclaffa l’elfe, mais fais attention à qui tu dis une chose pareille ! Certains sont très chatouilleux sur la question de leur importance et je ne pense pas qu’ils aimeraient être considérés comme des exceptions de qui que ce soit. Les elfes sont souvent persuadés d’être les plus nobles et les plus purs descendants des Valherus, tu sais… Ce qui voudrait dire que les anciens Seigneurs dragons avaient tous les oreilles pointues, du coup. Au moins, ça faisait des portraits de famille uniformes, tu crois pas ? »

Tout en cueillant la menthe qu’il lui fallait, Selcot s’amusait beaucoup de ce que devait penser sa sienne merveilleuse de sa discussion avec Chishongo. Elle lui avait fermé son esprit, donc il ne pouvait pas accéder directement à ses émotions, mais il l’imaginait très bien lever les yeux au ciel devant tant de bêtises. Elle qui trouvait que la Reine n’aurait pas dû se préoccuper de choses aussi terre à terre que la Guérison aurait pourtant dû être ravie qu’il fasse des hypothèses sur leurs nobles ancêtres, non ? Les mères du Màr n’étaient-elles pas censées être la mémoire des dragons ? C’était très important de savoir quelle était la forme des oreilles des valeureux Valherus ! Même si, pour le moment, les parcelles de souvenirs ancestraux de Chishongo semblaient lui causer plus d’appréhensions qu’autre chose.

« Il y a des femmes qui doivent passer leur grossesse alitée, tu sais, » indiqua simplement le chevalier-vert à la question des quatre mois de couvaison.

Il aurait sans doute pu ajouter quelques mots rassurants, mais la Reine n’avait pas l’air prête à être rassurée. Ni sérieusement, ni par des bêtises. Et si ses digressions ne détournaient pas son attention, c’était que ce n’était pas le moment.

« Ah mais tu es précieuse ! s’exclama Selcot. Tu fais maintenant partie des rares personnes qui connaissent les secrets du fénugrec… »

Elle l’interrompit en déclarant qu’elle devait retrouver sa forme native et le guérisseur récupéra sa récolte tandis qu’elle s’esquivait déjà vers la sortie.

« Quand tu veux ! clama l’elfe dans son dos. Tu n’imagines pas tout ce qu’il te reste à apprendre sur le fénugrec ! »

~*~

[RP] Commérages et Admiration Beith_dragonne_verte_tolorea[RP] Commérages et Admiration Beith_vava_verte_tolorea
Crédits : Alector Fencer et Age of Heroes
Beith

À l’entrée des jardins, une grande guerrière torhile levait effectivement les yeux au ciel en entendant les âneries que son Lié débitait. D’ordinaire, les bêtises de son chevalier l’amusaient mais là… il ne faisait que conforter Chishongo dans son comportement indigne de son rang et c’était insupportable ! Et non, elle n’était pas jalouse ! Elle n’avait pas de raison d’être jalouse, de toute façon ! Et, malgré ses efforts – qui n’étaient pas très fournis, vu son état d’agacement, certes – elle ne comprenait pas le raisonnement de Dakarai et de sa Reine.

« Mais elle est utile ! C’est une Reine ! »

Est-ce que le Gardien du Kaerl s’inquiétait de trouver un métier pour être utile ? C’était absurde !

Et la réaction de la chevalière était un peu exagérée aussi. Ce n’était pas la première fois qu’elle était en désaccord avec son elfe frivole, après tout. Mais, étrangement, le fait que Dakarai semble considérer la chose sérieusement et semble embarrassée rasséréna un peu la dragonne et elle se détendit. Elle allait répondre qu’une Reine n’avait normalement pas besoin de demander une permission – tout en appréciant la politesse que ça représentait – quand Chishongo décida de quitter les jardins… avec Selcot qui lui criait de revenir quand elle le voulait.

« Elle a demandé, soupira la verte. Mais j’apprécie ton intention, » reconnut-elle.

Elle inclina la tête vers la petite fëalocë pour la saluer, dans un geste qu’elle n’utilisait pas souvent pour signifier à la fois son respect et ses excuses. Si Chishongo l’agaçait, Dakarai, elle, ne méritait pas de subir sa mauvaise humeur.

« Je vais aller rejoindre mon crétin de Lié. Je te souhaite une bonne journée, Dakarai. »

Et elle prit le chemin inverse de celui de la Reine.

*T’as fini tes pitreries pour la journée ?*
*Ah, Bêtise ! Tu tombes bien ! La récolte a été bonne, tu vas pouvoir m’aider à porter tout ça !*

Sans attendre de réponse, le guérisseur colla plusieurs paquets dans les bras de la torhile qui le dépassait d’une tête, avant de lever sa main libre pour saluer d’un geste la chevalière dorée qui allait sans doute rejoindre sa dragonne, puis de revenir à sa liste et à ses herbes.

*Alors ? Tu t’es bien amusée au Labyrinthe ? À qui as-tu mis la pâté ? Il y a bien un beau bronze qui a succombé à ton charme, non ?*

Beith accepta les excuses implicites – Selcot n’était pas un fan de récit de combat – et, pour lui faire bien comprendre ce qu’elle pensait de son comportement, entreprit de lui raconter par le menu tout son entraînement, pendant qu’il finissait sa cueillette.

[HJ - Fini pour moi ^^]


[RP] Commérages et Admiration Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Commérages et Admiration Empty
MessageSujet: Re: [RP] Commérages et Admiration   [RP] Commérages et Admiration Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Commérages et Admiration
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Menel, le Kaerl Céleste :: Le Jardin d'Hiver-
Sauter vers: