-55%
Le deal à ne pas rater :
Maillot de football FC Barcelona 2019/20 Vapor Match
63 € 140 €
Voir le deal

Partagez
 

 [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys

Aller en bas 
AuteurMessage
Loneesa Aoibheann
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Loneesa Aoibheann


Date d'inscription : 27/06/2019
Sexe : Féminin
Messages : 2
RPs : 1
Race : Elfe
Âme-Soeur : La Blanche Lhýeraerys
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Empty
MessageSujet: [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys   [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Icon_minitimeVen 15 Mai 2020 - 23:24


Nom : Loneesa Aoibhean.

Surnom : Elle n'a jamais été assez intime avec quiconque pour en recevoir. Son prénom, lui, a une signification complexe qui s'apparente à "distant soleil d'hiver dans un ciel voilé", ce qui la définit suffisamment pour faire office de surnom. Son nom de famille lui a été attribué par les Soeurs de la Maison de l'Aube.

Âge : Aurore, du timide haut de ses 18 ans.

Race : Elfe.

Physique : Loneesa est plutôt jolie, même si à ses yeux elle n'est qu'un monstre.
Ses traits sont marqués et assez durs, presque dignes de ceux d'un homme de sa race plutôt que d'une femme. Cette finesse découpée au couteau se veut par sa minceur aléatoirement proche de la maigreur à certaines périodes de sa vie. Une peau d'un ivoire clair mais chaud habille son squelette droit et haut d'un mètre quatre-vingt. Malgré la rudesse de son visage de porcelaine aux courbes anguleuses et aux joues sillonnées par des pommettes présentes mais peu saillantes, une certaine douceur bienveillante en émane. L'elfe présente un masque apaisant envers autrui, irradiant de conciliation avec autant de réconfort qu'un refuge au cœur d'une forêt peuplée d'ombres et d'ogres. Pourtant pour qui s'attarde, il y plane de vieux démons aux ailes immenses, tournoyant au dessus de son regard avec autant d'appétit que des vautours à la recherche d'une carcasse à dépouiller de sa chair. A travers ce rideau d'ombres fluctuentes, deux pièces en argent s'obstinent à vouloir percer les ténèbres.

Les yeux de Loneesa se résument à deux couronnes d'un cristal rutilé de tourmaline où, cette fois ci, la clarté l'emporte presque. Son regard fuyant et d'étain, plutôt bas qu'audacieux, se révèle expressif au possible, se faisant d'une certaine façon la voix de la jeune fille peu éloquente. Des sourcils assez épais et peu arqués ponctuent les maux prononcés par ses paupières. Des cernent assombrissent l'éclat brillant de ses pupilles, trahissant ses longues nuits sans sommeil peuplées d'angoisses et de cauchemars.
Une moue inquiète et résignée s'attache à essayer d'animer ses expressions trop souvent terrassées par ses névroses. Des lèvres claires plutôt charnues mais peu aptes à dessiner une sincère risette autre que forcée, apportent une touche de carnation sur le marbre tiède de son minois. Il est néanmoins dit que lorsqu'elle sourit avec franchise, c'est la pureté même de son coeur qui palpite au dessus de son menton.

Loneesa, suivant l'image faussée qu'elle garde d'elle-même, ne prend pas vraiment soin de son apparence. Ses si longs cheveux d'un blond de paille sont le plus souvent rassemblés en une tresse peu soignée ou un chignon qui repose au bas de sa nuque. Une cascade d'or pâle suit la courbe de son dos en un flot tantôt raide tantôt ondulé lorsqu'elle prend le temps de les peigner.
Son derme de blonde est le plus souvent brisé par des accoutrements aux teintes sombres, tendant surtout du noir au gris et quelques rares fois au blanc. Loneesa préfère les couleurs douces ou de pastel que celles trop criardes ou chaudes. Pour de rarissimes occasions, il lui arrive d'oser revêtir quelque chose de bleu ou de vert, pour peu qu'elle ne se fasse pas trop remarquer.
Nulle coquetterie ou bijoux, ni parfum ou accessoire : il ne faut pas attirer l'oeil sur elle ! Elle se contente de robes ou tenues en matières simples comme le lin ou la laine, à l'image de sa propre personnalité.

Caractère : Oh... Par où commencer ?
Loneesa est le rejet des nombreux traumatismes d'une enfance sans amour, qui ont hélas laissé des séquelles mais aussi d'un même étonnant accord une candeur louable. Elle est tout bonnement et simplement l'incarnation de l'innocence dénuée de vice, sans la moindre faculté à vouloir le mal ou nuire à la réussite d'autrui. Elle est même ravie de voir les autres s'élever et briller pour pouvoir elle-même mieux rester dans l'ombre et l'impopularité. D'une réserve maladive, elle s'exprime peu et ne donne jamais son opinion sur quoi que ce soit, rendant parfois sa relation aux autres extrêmement complexe.
La jeune elfe abhorre par dessus tout les débats et les disputes, elle n'y prendra jamais part et ne lancera définitivement aucune discussion au contenu trop fragile ou susceptible de heurter la sensibilité de l'un ou l'autre. Ce trait de caractère la rend extrêmement manipulable bien qu'elle ne soit pas pour autant stupide. Sa grande naïveté est avant tout une protection envers la méchanceté portée par le monde qui l'entoure. Elle aura tendance à dire amen à tout du moment que cette prise de position en faveur du meilleur parti met à terme à la querelle.

Loneesa peut évidemment prendre position de telle ou telle cause mais ne divulgue pas cette dernière au public. Prude tant dans ses sentiments que ses convictions, elle se contente de les garder précieusement avec elle, dans la bulle qu'elle s'est construite dans sa tête.
A la manière d'une fillette, elle juge du bien fondé d'une personne sur son apparence et ce que peut retranscrire son regard.
Elle se montre peu sociable en raison de ses expériences passées, mais elle a surtout peur des hommes pour des raisons énumérées dans son histoire. Elle ne supporte pas, par ce fait, d'être seule dans une pièce en compagnie d'un ou plusieurs membres du sexe opposé. A contrario, elle se réfugie aisément auprès des femmes qu'elle identifie - trop - facilement comme des mères de substitution. Cette confusion se ressent jusque dans sa manière de concevoir une relation intime qu'elle ne peut en aucun cas envisager en compagnie d'un homme.

Fuyarde des conflits, son pacifisme s'apparente surtout à un refus catégorique de différends. Loneesa cèdera aisément à tout ou presque pour peu que tout le monde soit satisfait en dépit de son propre avis ou intérêt.
La jeune elfe n'a aucun désir d'ascension sociale ou de s'extirper de sa zone de confort. Parfaitement soumise à la hiérarchie. Elle peut de prime abord s'avérer être un pion de choix pour les esprits les plus mal intentionnés, cependant sa méfiance naturelle envers l'inconnu la protège de ceux qui se plaisent à manipuler les ingénues.  

Elle souffre d'une anxiété sociale notoire tendant sur l'agoraphobie, et prend donc soin de se tenir le plus loin possible de la foule, des grands rassemblements et des mondanités où elle estime ne pas avoir sa place.
Son manque de confiance en elle s'accentue d'un profond défaitisme envers à peu près tout ce qui peut l'effleurer. Il lui arrive quotidiennement de remettre en question la vacuité même de sa seule existence, au point où elle s'est déjà retrouvée à plusieurs reprises à songer sur la meilleure façon de mettre un terme à sa vie, sans jamais avoir eu le courage d'aller jusqu'au bout de ses idées noires.
Loneesa se sent comme un oisillon prisonnier d'une implacable tornade. A l'image d'une petite mésange docile, elle se plait à perpétuellement trouver refuge au même endroit : le petit nid qu'elle s'est construit dans son propre esprit. Pourtant, il y réside aussi la quintessence de ses multiples névroses, depuis peu vaillamment repoussées par la venue au monde de sa toute jeune Liée.

Malgré cette pléthore de syndromes d'infériorité, elle possède des qualités qui ont valeur d'or. Loneesa est beaucoup trop douce et gentille pour ce monde. Il n'y a nulle trace du moindre petit signe d'une colère de sa part, pas même envers ceux qui lui nuisent. Sa grandeur d'âme atteint le sol de la résidence des divins, dénuée de la moindre malveillance envers quiconque. Sa seule peur est qu'on attente à son âme-soeur pour qui elle pourrait remuer ciel et terre.
D'une grande et sincère émotivité, son empathie émeut aisément bien qu'elle rechigne parfois en secret à l'accorder de façon universelle. Elle pleure facilement, tant du malheur d'un autre que de la vision d'une rose coupée qui se fane. Fleur bleue dans l'âme, elle se complait à rêvasser en tout moment de la journée au point d'en oublier parfois des réalités plus importantes. En dépit de sa tête dans les nuages, elle garde les pieds bien au sol. La jeune fille n'est ni étourdie ni dissipée, du moins pas en dehors des murs de sa chambre.
Loyalement partisane de l'altruisme et de la main tendue vers plus faible qu'elle, Loneesa porte en son sein un grand coeur aisément abusable. Cependant, sachez que son courage - certes dissimulé - peut relever du paladin confronté à la détresse de l'orphelin. Pour défendre l'innocent, Loneesa sait braver toutes ses peurs.

Trop souvent blessée par son statut de victime, la chaste elfe sait se montrer moins candide envers ceux qui jouent à meurtrir autrui. Mais que cela ne soit pas dit ! Elle rougit à la seule idée que ce détail soit dévoilé.
Malgré son apparente perdition, elle se révèle assez organisée et peu distraite. Elle calcule ses déplacements pour éviter tel ou tel désagrément. Sa prudence résulte de son passé bien qu'elle renvoie en premier lieu l'image d'un chaton encore barbouillé de lait. Loneesa est attendrissante et suscite un instinct de protection maternelle, comme le plus précieux bibelot d'une fragile collection.
Néanmoins, prenez gare à sa constante introversion. Naturellement incapable de se montrer vile, il reste à noter que les plantes les plus robustes poussent dans les cendres les plus noires. Un jour ou l'autre, sa part d'ombre saura peut-être prendre le dessus. Après tout, elle a déjà commis le pire, poussée à l'extrême de la peur.
Il faudra du temps à Loneesa pour apprendre à exprimer ce qu'elle n'apprécie pas au sujet de ceux qu'elle n'estime pas dignes de compassion. Méfiance envers les enfants brisés à l'attitude trop lisse...

Alignement : Neutre Bon

Clan choisi : Kaerl Céleste

Liée : La Blanche Lhyeraerys, Empreinte ayant eu lieu en Eurilyaku 919.

Résumé de son histoire :
Citation :
Je... Je suis vraiment obligée ? Je n'aime pas parler de moi. Sous le regard avenant mais insistant de sa Maîtresse, Loneesa soupire. Je... dois vraiment tout raconter ? Une voix douce la réconforte en lui répondant que non, mais que la meilleure façon de combattre ses démons est de les nommer.
D'accord... Bon. Et bien, mh, alors... Loneesa entortille ses doigts et fixe ses pieds, assise dans un coin de la pièce. Après un long silence et de profondes inspirations, elle entama le récit de son histoire.
J'ai dix-huit ans. Je suis née en Aran'Rhiodku 901, à l'est d'Undòmë, au bord d'une forêt épaisse où naissent les montagnes, non loin de la plaine. Mon village est beau et simple, et les gens vivent du minerais de fer, du bois et du charbon.
Mon p... père - elle déglutit difficilement -, s'est enrichi par la vente de lingots de fer après avoir découvert une mine en rachetant une parcelle abandonnée. Je ne sais pas qui est ma mère, ma vraie mère, on m'a dit qu'elle était morte en me donnant naissance. L'épouse de mon père m'a toujours rejetée, elle me déteste et je la comprends. Ses yeux brillent de larmes naissantes mais retenues. Il parait que ma vraie mère était une prostituée que mon père a souillé la veille de son mariage. Alors, pour ne pas trop faire jaser, il m'a récupérée mais ne m'a jamais reconnue comme sa fille. Je ne porte pas officiellement leur nom.
Pour eux, je ne suis qu'un fardeau. Une tache. Une tache qu'ils n'ont pas pu effacer pour éviter les problèmes. Avec tout ça, je me dis qu'ils auraient mieux fait de m'étouffer dans mon berceau.

Je n'ai jamais reçu de leur part le moindre signe d'affection. Jamais. On prenait soin de ne pas me nommer, on m'appelait comme un chien et je devais rappliquer au plus vite pour éviter leurs moqueries. A vrai dire, même Nogo notre chien-loup était ameuté par son nom. Mais pas moi.
J'ai encore aujourd'hui le souvenir de ma mère qui me jetait au sol quand je lui tendais les bras ou de ses gifles quand je pleurais. Je n'ai jamais eu de jouets, je n'ai jamais joué à quoi que ce soit ou avec qui que ce soit, quand j'étais petite. J'entendais les coups de père sur mère, je l'entendais dire tellement de mal des femmes autour de lui. Il déteste les femmes, elles ne sont pour lui que des ventres bons à donner naissance à des fils pour perpétuer son nom. Sa tête s'ancre plus profondément dans ses épaules voutées.

J'ai bien vite été définitivement effacée par la naissance des enfants légitimes de mon père. Un frère, puis un second, et enfin un troisième. Je leur ai servie de nounou, je devais absolument faire toutes les corvées, du matin au soir. Mes seuls jours de répit, c'était quand ma mère ne supportait ma seule présence dans la maison et qu'elle me jetait dehors. J'avais parfois le droit d'emmener Nogo avec moi, parce que j'avais onze ans, et que j'avais peur, toute seule dans les rues ou dans les bois.
J'aimais bien me promener dans la forêt, mais tout le monde savait qu'il s'y cachait des choses et des gens peu recommandables pour des enfants. Avec l'habitude, j'allais me planquer au bord de la rivière, dans une cavité au sec, sous les racines d'un vieux chêne qui me rassurait.
Je lisais quand j'avais eu le temps de prendre un livre avant mes coups de pieds dans le dos, sinon j'aimais bien broder, ou jouer de la lyre que m'avait offerte mon oncle. Mon oncle était un homme bon, lui, je l'aimais beaucoup. Il avait compris ce qui passait, il a proposé de m'emmener avec lui, mais mes parents n'ont jamais voulu. Alors je n'ai pas eu le choix de rester.
Je n'ai pas eu d'autre choix que subir la maltraitance de ma mère et mes frères, et l'ignorance totale de mon père face à tout ça. Qu'aurais-je pu faire ? Où fuir ? J'étais si jeune... Loneesa se gratte la nuque, gênée de faire le récit de son existence. Elle garde longuement le silence avant de poursuivre, sous le regard visiblement peiné de sa Maîtresse.

Alors que j'ai eu quinze ans, je crois, ils ont trouvé le meilleur moyen de se débarrasser de moi de façon officielle. Ils ont cherché à me marier.
Mais, et bien, les rumeurs étaient trop fortes sur de qui je tenais vraiment, alors il était hors de question qu'une famille ne veuille se lier à la mienne par la fille bâtarde d'un bourgeois et d'une catin. Père a songé à me vendre au bordel, mais avait trop peur de ce que diraient les gens sur la famille. Il a envoyé des lettres d'un bout à l'autre du continent, et il ne reçut aucune de réponse. Après, tout est devenu pire. De toute façon, il n'avait de cesse de répéter que personne ne voudrait d'un fruit dans lequel on avait déjà mordu, sauf les ivrognes de la taverne. Je n'ai jamais compris de quoi il parlait, mais il riait de façon bizarre, et cette discussion finissait toujours en dispute entre lui et ma mère.
Depuis, je sais pas trop pourquoi mais j'ai peur de m'endormir dans le noir, sans lumière. J'ai toujours peur que de mauvaises choses sortent de son mon lit et viennent sous ma couverture..

Un jour, alors que je rentrais de mon exil forcé pour la journée, mon père et ma mère m'ont battue sur le sol en tommettes de la cuisine. J'était recroquevillée par terre, comme un chiffon, noyée sous une pluie d'insultes et de coups de poings et de pieds, et les gifles pleuvaient. Je pleurais, j'avais si mal, je leur hurlais d'arrêter ! Et tout à coup, je me suis sentie différente : je leur criais NON, PITIE, LAISSEZ MOI, DISPARAISSEZ ! et je les ai vus s'écrouler au sol d'un même coup. Après un long silence, mère me pointa du doigt en m'accusant d'être une sorcière, et que j'étais la raison de tous leurs malheurs. Alors que j'étais toujours par terre et que je tremblais, ils m'ont trainée hors de la maison et mon jetée dans l'eau glacée de la rivière, pour me purifier du mal qu'ils ont dit. Je ne sais pas vraiment combien de temps j'y suis restée. Des secondes ou quelques minutes, mais elles m'ont parues des heures. Je ne me souviens plus très bien du reste, seulement que je suis tombée malade, et que pour ne pas payer un guérisseur, ils m'ont envoyée à la Maison de l'Aube au nord du pays.

Je crois que là bas j'ai été un peu heureuse, au début. Les Soeurs étaient gentilles avec moi, elles ont pris soin de moi, même si la rigueur était de mise. J'ai un peu trouvé des mamans, même si elles ne remplaçaient pas celle qui me manquait. La mienne, la vraie, ma vraie maman.
Ce que j'aimais, c'était le calme du temple, sa sécurité. On était près d'une forêt plus verte que celle de la maison, et une fois que je suis devenue Soeur j'ai eu le droit d'y aller. Je me suis sentie enfin vivante, pour la première fois. Quand les prières et les tâches d'entretien étaient faites, j'allais flâner sous les arbres centenaires. J'avais appris à reconnaître quelques plantes et fleurs comestibles ou médicinales, les champignons et les animaux. Je croyais que ma vie se finirait ici, et c'était tellement bien ! Tellement mieux que... que le début de tout ça. Je ne sais pas trop combien de temps ça a duré, à peu près deux ans, je crois. Pour la première fois, je me sentais en paix, et libre. J'aurais aimé que ça reste comme ça pour toujours. Loneesa sourit du fond du coeur, dardant sa Maîtresse de l'éclat métallique de ses iris d'étain. Mais tout aussitôt, cette chaleur se mua en un climat bien plus triste et froid. Gênée, l'elfe détourna le regard un long moment, s'enlaçant les épaules comme une chenille tentant de regagner sa chrysalide.

Non loin de la Maison de l'Aube, il y avait un Temple de Solyae. Ils étaient gentils, on s'entraidait beaucoup ! Mais ils avaient à leur charge des rejetons de belles familles qui voulaient cacher leur mouton noir.
Parmi eux j'ai entendu que certains avaient commis des choses horribles sans trop chercher à en savoir plus... Et que Solyae les guiderait à redevenir de bonnes personnes. Alors, toujours accompagné d'un prêtre, ils venaient réparer la charpente ou porter des choses trop lourdes pour nous. Comme j'aimais pas trop être près d'eux, je me débrouillais toujours pour être aux cuisines, au dortoir... ou juste loin. J'en profitais pour aller ramasser des noix ou des noisettes. Mais il faut croire que j'avais été repérée.
Plusieurs fois, dans un couloir, il y en a deux qui m'ont coincée pour me demander ce que je faisais là. Je n'aimais pas comme ils me tenaient, serrant leurs mains salies par le travail autour de mes bras, de mes poignets... Ils touchaient mes cheveux et d'autres choses que... Elle rougit, et baisse les yeux, tellement honteuse. Dont je n'ai pas envie de parler.
Quand j'ai osé en parler à la Grande Mère, elle n'a jamais voulu me croire. Elle a dit que ce n'était que ma perversion qui faisait surface et que je devais prier davantage pour contrer mes lubriques envies, sinon Iolya me punirait. Alors j'ai prié, plus, et plus fort. J'ai prié à en tomber d'épuisement, parce que je ne mangeais plus, et que rester sur mes genoux les faisait saigner. Mais ils sont revenus, et on recommencé plusieurs fois. Je criais, mais leurs mains sur ma bouche m'empêchait d'être entendue. Alors j'ai prié, encore, plus et plus fort. Mais toujours, ça recommençait...

Un jour... J'ai pris un couteau aux cuisines. Je l'ai caché dans le revers de mon tablier. Je sais pas trop pourquoi j'ai fait ça, pourquoi j'ai caché ça sur moi, je n'en n'étais pas sûre...
En secret, je suis allée le tremper dans l'Eau de Lune pour que Iolya puisse peut-être le bénir, ou m'arrêter si je devais faire une bêtise. Encore aujourd'hui, je ne sais pas ce qu'elle a vraiment décidé en me voyant ce jour là.

Il n'y eut qu'un garçon qui vint. Il aida son surveillant à remettre des chevilles dans une grande poutre. J'ai voulu m'enfuir, fuir jusqu'au bout du monde pour ne plus qu'il me trouve ! Mais il me trouva avant. Il est entré dans ma chambre, et dans son regard j'ai vu ses intentions. J'ai prié Iolya, encore, qu'elle me vienne en aide ! Mais il approchait, lentement, comme pour me dévorer. J'ai reculé autant que j'ai pu, et quand j'ai senti le mur dans mon dos mon coeur s'est emballé. Mes jambes ont lâché et je suis tombée. Je crois que je me suis mise en boule, que j'ai enroulé mes bras autour de mes genoux. J'ai pleuré, j'ai appelé la déesse. J'ai supplié qu'il s'en aille. Disparais, disparais, disparais... Mais il était toujours là, il allait se jeter sur moi. Et je ne sais pas quelle créature a hurlé en moi... NON ! DISPARAIS, DISPARAIS, DISPARAIS !
Il s'est écroulé au sol, en essayant de parler mais ne le pouvant pas. Et là je... Loneesa pleure, masquant son visage derrière ses mains, pendant de longues minutes. Elle reprend, la voix étranglée. Je me suis levée et... et je l'ai... Elle regarde ses mains, les yeux écarquillés, comme si ces dernières étaient encore tachées du sang du jeune disciple de Solyae. Ses lèvres tremblent, comme le reste de son squelette si frêle. Son regard se perd dans le souvenir de ce jour, et tout défile avec la vitesse d'un faucon plongeant sur sa proie.

Alors je me suis enfuie, j'ai couru, sans me retourner. J'ai couru jusqu'à m'effondrer en plein milieu des bois, j'avais tellement mal au ventre et à la poitrine, je ne pouvais plus respirer, j'avais envie de vomir.
Je suis restée comme ça longtemps, peut-être toute la nuit et le jour d'après. Puis je me suis vue, couverte de... de rouge. J'ai essaye de me laver dans une flaque croupie. J'étais si fatiguée, j'avais tellement mal de ce que j'avais fait, je... Je voulais mourir dans ces bois, j'allais mourir.
J'ai commencé à avoir faim, mais il n'y avait rien à manger. Je n'avais que ma soutane, les nuits étaient si froides. Les loups hurlaient au loin, les ours rôdaient, j'entendais des voix appeler mon nom et les branches craquer sous le poids des bottes de ceux qui me cherchaient. Alors j'ai prié, plus et plus fort, et...

- Et je suis venue te chercher. La voix douce de Semperya de Galastden, Maîtresse Verte du Màr Menel, brisa le cristal du récit de la jeune elfe. Ses yeux couleur de jeunes feuilles lovaient avec détresse le corps tremblant de son aspirante.
Tout ira bien désormais, tu es en sécurité, nul ne te fera de mal. Elle prit Loneesa dans ses bras et la berça, doucement, de toute la chaleur dont cette enfant avait tant manqué.

Elle arriva sur Tol Orëa en Solyaeku 918. Son aspiranat ne débuta pas immédiatement car elle passa beaucoup de temps à l'hospice, tant pour retrouver des forces que pour être en capacité d'affronter une société à nouveau.

Loneesa arriva sur Tol Orëa en Solyaeku 918, deux mois après la chute de Drazahir. Dans ce contexte, elle fut l'un des premiers espoirs du Màr Menel à reprendre le cours d'une vie normale dans la tentative de panser les plaies infligées par l'Ombre-Mage. Elle fut placée dans la triade de Semperya de Galastden et la Verte Nymeria qui accomplirent un travail laborieux mais remarquable, aidant le petit oiseau pris sous leurs ailes à reprendre confiance en lui.
Malgré sa grande fragilité, tant sur le plan physique que psychologique, Semperya ne douta jamais de ses capacités à sortir grandie de son enfer. Ce fut en prenant le temps, en douceur et sans violence, qu'elle parvint à faire sortir l'oisillon de son nid, l'apprivoisant petit à petit pour lui montrer que le monde n'était pas peuplé que de démons, que le Bon y résidait et que c'était seulement l'ombre qui lui donnait davantage de relief.
Loneesa apprit à faire confiance, tout d'abord exclusivement envers sa Maîtresse puis la Liée de celle-ci. La jeune elfe avait fait partie des aspirants quelque peu terrifiés d'apprendre l'existence des dragons, mais à force de les côtoyer dans leur quotidien elle s'habitua peu à peu à leur présence, avant de se lier à son tour et abandonner ses peurs en croisant pour la première fois le regard de Lhyeraerys.
Loneesa dût également réapprendre à vivre en communauté, une communauté où les hommes ne sont pas mal intentionnés. Ses préjugés étaient encore évidemment marqués par ses traumatismes passés, et elle s'attachait à fréquenter le moins d'êtres différents de son sexe possible. Elle arrivait enfin à rester dans la même pièce qu'un homme sans chercher à fuir, même si ce comportement tendait à revenir en présence d'un inconnu...
Il lui arrivait assez fréquemment de passer du temps en compagnie de Semperya, la voyant comme la figure maternelle qui lui avait désespérément fait défaut pendant son enfance, mais Loneesa fut quasiment incapable de se faire des amis, encore trop névrosée pour ça.

Son aspiranat ne fut pas vraiment complexe dans le sens où elle était affamée d'apprendre et découvrir le Màr Menel, mais elle abhorrait la violence et rechigna à suivre son instruction militaire obligatoire. Il n'y eut pas de franc conflit entre elle et sa Maîtresse, et bien qu'effacée Loneesa était butée dans ses refus catégorique. Elle mit bien plus de coeur à ses apprentissages intellectuels que physiques, et Semperya ne put pas vraiment lui en vouloir. Elles se contentèrent de l'essentiel afin qu'elle put valider son aspiranat et être autorisée à passer l'Empreinte.
Elle se lia à la Blanche Lhyeraerys en Eurilyaku 919, née de la Reine Dorée Rintrah. La dragonnelle vint se poser sur son âme meurtrie avec autant d'apaisement qu'on étalait du baume sur une brûlure. Sa liée étant encore toute jeune, Loneesa vivait en vase-clos avec elle et angoissait à la seule idée de la perdre de vue d'une pièce à l'autre de sa chambre aux Spires...

Depuis son arrivée au Màr Menel, Loneesa mènait une vie assez solitaire, loin des mondanités et de la foule dans laquelle elle était encore mal à l'aise. Elle préférait se concentrer sur le bien-être de son âme-soeur, reconnaissante pour tout le bien qu'elle lui procurait par sa seule présence.
Lhyeraerys, en revanche, ne réclamait que à ce que sa petite bipède laissa entrouvrir ses pétales pour accueillir des visages bienveillants dans son entourage. Tout cela était à venir dans son évolution prochaine...

Possessions : Elle ne possède rien d'autre que ses vêtements.

Magie : En plus du Don, Loneesa a la capacité de créer une sorte de champ d'étourdissement autour d'elle lorsqu'elle acculée par un danger imminent. Elle doit pour cela faire preuve d'une immense concentration : son pouvoir s'est toujours déclenché alors qu'elle était repliée sur elle même, les yeux fermés et qu'elle répétait "Non ! Disparais, disparais, disparais !", mais elle ne le maîtrise absolument pas. Son action créé chez la source de son danger (qu'il soit animal ou humain) un sentiment d'ivresse qui l'empêche d'avancer tant il titube. La victime de son pouvoir devient subitement nauséeuse, étourdie et lutte contre son déséquilibre avant de tomber, terrassée par une violente sensation d'ébriété. Loneesa a alors tout le temps de fuir les griffes de son prédateur, laissant ce dernier dans cet état pendant une durée plutôt courte, tout au plus quelques minutes. Ce pouvoir devient pratiquement inoffensif au delà d'un cercle de cinq mètres autour d'elle.
Le contre-coup est identique pour elle : la jeune fille a tout juste le temps de trouver refuge avant de subir le même sort et sur un temps identique.

Divers : DC de Rūna Sălv.


[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Lhyera


Dernière édition par Loneesa Aoibheann le Dim 24 Mai 2020 - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Loneesa Aoibheann
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Loneesa Aoibheann


Date d'inscription : 27/06/2019
Sexe : Féminin
Messages : 2
RPs : 1
Race : Elfe
Âme-Soeur : La Blanche Lhýeraerys
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Empty
MessageSujet: Re: [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys   [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Icon_minitimeDim 24 Mai 2020 - 12:23

[Emplacement dédié à la fiche de Lhyeraerys]

[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Db1lg8e-84c7f01a-85c6-4da6-aede-43f5d656f5be


[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Lhyera


Dernière édition par Loneesa Aoibheann le Mer 3 Juin 2020 - 15:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 136
RPs : 36
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Empty
MessageSujet: Re: [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys   [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Icon_minitimeLun 25 Mai 2020 - 19:40

Et une première validatiooooooooon /o/
Fiche bien écrite et efficace où on découvre bien le personnage ^^ J'ai hâte de le voir en jeu maintenant ! Installe-toi confortablement : tu connais la maison hihi
A très vite Kermit
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 219
RPs : 35
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Empty
MessageSujet: Re: [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys   [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Icon_minitimeMer 8 Juil 2020 - 13:39

Sploup ! Coucou ! Après relecture des différents rajouts et modifications suggéré(e)s par Persée, la fiche me parait complète et tout à fait bonne pour le jeu ! En avant Lolo !

Tu as ma validation donc. ^w^
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 85
RPs : 51
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Empty
MessageSujet: Re: [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys   [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Icon_minitimeJeu 16 Juil 2020 - 16:47

Coucou

Rien à redire pour ta fiche

Validée :)


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Peddyrsignfin-46ce4af[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Empty
MessageSujet: Re: [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys   [Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[Chevalière Blanche] Loneesa Aoibheann & Lhyeraerys
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: Le Registre :: Joueurs Validés-
Sauter vers: