-25%
Le deal à ne pas rater :
Nike Waffle Trainer 2
74.97 € 99.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] Mise en avant ou remise en question ?

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 13:58

Eurilyaku 919

Estenir ne dormait que d'un oeil. Depuis une heure déjà, il avait essayé de s'endormir profondément, pour parfaitement digéré l'énorme thon qu'il avait été pêché en personne non loin de l'Archipel des Tempêtes ; là où il le trouve meilleur en terme de chair ferme et relevée, sans doute parce l'espèce se battait plus avec les courants lors de ses phases migratoires, sans doute. Donc, le saurien cendré, aussi grisé que les cendres du  volcan qui était le coeur palpitant du Màr Taralom, essayait de faire une sieste digestive, empêché par les coups bruyants et répétitifs de son lié. En effet, l'humain à la crinière aussi blanches que des neiges éternelles de Vaendark se battait avec sa sombre lame contre un mannequin d'entraînement.

Alauwyr avait ordonné qu'on installe cela dans la salle principale qui composait son luxueux weyr. Ce mannequin d'entraînement au combat était le genre disposant d'une sournoise ingénierie, qui réagissait au coups qu'on lui donnait. Vous savez, le genre à ce qu'on frappe son ''bras'' pour qu'il face une réaction inverse et cherche à vous frappez en sens inverse, avec quelques petits gadgets rajoutés pour faire travailler le corps entier. Cela ne valait pas un véritable adversaire rôdé dans le maniement des armes, mais pour travailler ses réflexes et tonifier le corps, il n'y avait rien de tel. Donc, si on décomptait les phases d'échauffement, l'Ardent s'échinait sur le mannequin depuis une bonne demi-heure. Il avait bien senti l'agacement grandissant de son lié, quand à l'empêcher de dormir, mais il n'en avait cure. Ce sera là aussi un bel entraînement à renforcer le lien qui les unissait quand à supporter les activités de l'un et de l'autres. Car quelques mésaventures s'étaient produits, mettant un peu à mal la profondeur de leur lien. Mais heureusement, le soutien mutuel qu'ils possédaient tous les deux, depuis bien des années, leur permettait d'affronter la dureté des épreuves récentes et difficiles.

Le haut du corps luisant de sueur -oui, il était torse nu-, Alauwyr frappait encore le malheureux mannequin. Sa lame frappait, parait, il esquivait. Un étrange sourire aux lèvres dévoilait une étrange satisfaction à se battre, même si ce n'était que l'entraînement. Chaque mouvement, chaque action faisait réagir ses muscles, apportant une fluidité dangereuse quand à l'art qu'il avait à manier son épée. Cette arme qu'il possédait depuis des années, qui avait fait bien bien du sang. Sa lame noire le rendait unique, affichant la signature martiale du Seigneur Ardent qui la tenait. et de voir les enchaînements vifs et précis qu'il apportait contre sa cible de bois, d'engrenages et de cordes, on sentait qu'il était vétéran dans son art à manier l'épée. A cela se rajouter les cicatrices anciennes comme récente qui balafraient par endroit son torse dénudé. Et qui n'entravaient aucunement le déploiement des muscles qui dévoilaient la carrure large et puissante d'un dangereux guerrier.

Puis après un ultime coup, Alauwyr recula d'un pas, sourire satisfait aux lèvres, contemplant les entailles faites sur le mannequin. là où on retrouvait le plus de coups et d'entailles étaient des endroits stratégiques pour soit blesser, handicaper ou tuer un adversaire. Soufflant puissamment de son long exercice, Alauwyr se dirigea vers une petite table rond ouvragée pour se servir un verre d'eau issu d'une carafe en cristal.

°Ah enfin, tu as terminé. Je vais pouvoir dormir un peu°
°T'es devenu paresseux mon cher lié. Tu aurais pu te rendre sur les Corniches et te reposer de tout ton soûl là-bas°
°Quand il n'y a personne, c'est parfait. Mais il n'y a pas mal d'aller et venus et je n'ai guère envie qu'on me déranger, sous prétexte d'une salutation ou d'une sollicitation. Après tout, je fais comme toi, je profite -enfin, j'essaie- de nos appartements pour qu'on ne vienne pas nous importuner. Après tout, c'est toi le paresseux. Tu aurais pu aller t'entraîner dans la fosse. °

Le Maître Noir ne put s'empêcher de laisser un léger ricanement, après avoir savouré une douce gorgée d'eau.

°Tu n'as pas tort. Mais dans mon cas, je n'avais guère envie qu'on me voie à l'ouvrage vois tu.... Tu sais très bien que ma position n'est guère stable...°
°Parce que tu l'as un peu cherché en même temps....°
°Laisse cette moralité à Seregon. J'ai eu la leçon de sa part, que te faut-il de plus ? °
°T'y tenir....°
°Et ne le fais-je déjà pas ? C'est une des raisons que je me dévoile pas en train de m'entraîner. Avant, je le faisais pour impressionner les possibles ennemis, espérant décrypter ma manière de combattre. L'affrontement avec Martel n'a fait que rabaisser ma valeur combative aux yeux de ceux ou celles qui m'attendent au tournant. Si on n'apprend pas que j'ai retrouvé une grande partie de ma force, j'aurai de quoi surprendre. Et oui je sais, ce n'est rien en comparaison du long travail qui m'attends °
°Et pas qu'un peu. La guerre contre Drazahir a laissé une longue entaille dans le flanc du Kaerl. Il est temps de la cicatriser une bonne fois pour toutes et de la renforcer pour plus qu'elle ne s'ouvre plus. °
°Tout à fait mon cher lié... et pour cela, j'ai bien quelques idées. Mais je ne pourrai pas le faire seul °

Estenir ne pouvait qu'approuver. Son lié avait progressé avec cette angle de pensées. Il n'y avait pas si longtemps que cela, il préférait agir seul. Uniquement seul.


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeVen 22 Mai 2020 - 21:45


L'Incarnate se posa sur le vaste balcon du weyr attitré de sa liée, amortissant un atterrissage presque parfait malgré sa cécité et les inconvénients inhérents à cette affection. La Reine commençait enfin à connaître par coeur la moindre aspérité de la roche sous ses griffes, et évaluait par avance la hauteur des alcôves en faisant appel à la prudence mais aussi aux souvenirs que commençait à lui transmettre sa mémoire ancestrale.
Le développement de ses autres sens, difficiles à expliquer et faire ressentir à autrui, lui conférait des avantages insoupçonnés pour parer aux difficulté imposées par son infirmité congénitale. Elle pouvait évaluer des distances ou la présence d'objets et d'êtres par leur seule odeur, leurs vibrations donnaient elles plus d'informations que l'expression d'un visage, et leurs émotions faisaient fatidiquement varier le parfum de leur aura. Sărzeghnet usait de sens depuis longtemps oubliés de ses pairs, des instincts primitifs abandonnés par la modernité du monde qui évoluait à toute allure et dont la surprenante adaptabilité des dragons s'en voyait lésée.
Ses écailles trempées de pluie faisaient luire davantage le grenat qui les teintait, comme si l'Incarnate sortait d'un bain de sang frais. Elle s'ébroua vaguement mais pesta d'un grondement bref, agacée par la sensation peu agréable des gouttes tièdes qui souillaient son cuir idéal et qui, du coup, préjudiciait en plus à l'un de ses outils de perception. Sans rien dire, juste par une pensée partagée, elle s'assura que sa liée n'avait plus besoin d'elle avant de s'envoler quérir soleil et chaleur des cieux plus cléments du Màr Tàralöm au sommet des Dôl Nàrë. Elle espérait y être admirée et crainte mais avait aussi à coeur de ne pas être importunée, un peu échauffée par la verve de sa bipède.

En effet, toutes deux rentraient d'une courte escale à Lòmëanor, de prime abord afin que la jeune femme puisse quérir diverses plantes et ingrédients pour ses rituels, mais surtout de quoi stopper une nouvelle grossesse, si cela devait arriver. Quelques mois plus tôt, elle avait perdu son premier enfant à la naissance, et la douleur était dissimulée mais bien présente.
Malencontreusement, Rūna était aussi tombée nez-à-nez avec une très vieille connaissance qu'elle pensait morte depuis longtemps : Peddyr Thelrand, apparemment devenu membre du Màr Menel. Si leur échange avait commencé de façon courtoise, il s'était... un peu moins bien terminé. Et Rūna bouillait encore, enfiévrée à la simple idée de lui briser la nuque pour enfin renvoyer au passé ce qui appartenait au passé.
Elle rangea sommairement le contenu de son sac et se défit de son manteau trempé pour enfiler une houppelande plus légère et sèche. La fëalocë avait besoin de changer d'air et de réponses à ses questions, et une seule et même personne pouvait l'aider à résoudre ces deux problématiques.

Si peu de temps après son retour elle n'avait pas manqué de surveiller les heures de pointe au Weyr afin de ne pas trop être vue aux alentours des appartements de celui qui fut son Maître, Rūna n'en n'avait plus le moins du monde cure. Les rumeurs prirent bien vite chair, et sa relation avec le Seigneur Ardent n'était plus vraiment un secret, bien que non officielle.
Habituée à la voir et dans la confidence de leur couple, la Garde la laissa passer sans problème une fois qu'elle montra patte blanche néanmoins. La fëalocë pénétra le weyr d'Alauwyr, sans chercher à arriver à pas de loup ni chérir une entrée fracassante.
Elle avança, le bruit de ses pas décidés masqué par les chocs d'une lame contre le bois. Les sourcils froncés, après avoir aperçu la silhouette massive d'un Estenir à demi assoupi, elle fut contrainte de découvrir un spectacle qui était loin de lui déplaire...
Son homme, le torse nu et luisant de sueur sous le courroux de l'effort, s'entraînait en "secret" contre un mannequin articulé. Vu le piteux état de l'objet, il n'avait vraisemblablement pas perdu de ce qu'il avait durement acquis au cours de sa vie et des combats que cette dernière lui contraignit à mener.
Le brasier qui l'animait quelques instants plus tôt changea soudainement sous la bourrasque d'un vent qui fit cap à un point totalement opposé. Aussi soudainement que le soleil réapparaissait après l'orage, Rūna ne put s'empêcher de sourire devant tel spectacle. Elle croisa les bras sur sa poitrine renfermant un coeur aux battements vifs, semblant prendre une pause pour mieux admirer les performances de son soupirant. Lorsqu'il s'arrêta pour constater l'ampleur de ses dégâts, le souffle court sous l'intensité de ses prouesses, elle s'en trouva presque déçue que cela n'eut duré plus longtemps.

- Continue... Couina-t-elle avec autant de sérieux que le jappement d'un chiot.

Il était certain qu'elle ne le surprendrait pas malgré sa concentration, Estenir l'avait probablement averti de sa venue et de toutes façons les instincts de l'humain étaient assez aiguisés pour l'empêcher d'être pris au dépourvu, même par elle.
Elle lovait sur lui un regard nimbé d'adoration et de tendresse malgré la fureur de ses iris d'ambre, n'ayant de cesse de s'abandonner à la poésie de leur sérénade avec autant de passion qu'un amour naissant. Par les dieux qu'elle était ivre de lui !, plus que la veille et moins que le lendemain.
Malgré son assurance maladive, elle se sentait aussi candide qu'une adolescente courtisée par un chevalier prisé de toutes les princesses du royaume. Etait-ce le rose qui lui montait aux joues ? Possible, oui...
Rūna s'approcha de lui et ne put s'empêcher de toucher du bout des doigts son épaule aux muscles galbés et souillés de cicatrices avant de les laisser glisser jusqu'à la propre main d'Alauwyr, comme un rêveur s'assurerait de bien se trouver dans la réalité et non plus sur les terres d'Aran'Rhiod.

- Tu as beaucoup récupéré depuis ton combat contre Martel. Tu pourras bientôt prouver à tout le Kaerl combien il est dangereux de te défier dans la Fosse, plus encore qu'avant...

Elle lui adressa un sourire tranchant de détermination pour alourdir ses encouragements, mais vibrant d'une certaine béatitude que nul autre que lui n'avait entrevue.
Pour s'aider à redevenir maîtresse d'elle-même malgré la vue étalée sous ses yeux d'or, elle vola à Alauwyr une gorgée d'eau dans son verre avant de poursuivre, moins dissipée.

- Je venais chercher un peu d'apaisement pour réfréner mes ardeurs et soulager mes vives interrogations, mais tu ne m'aides pas, mon adoré. Ceci dit, la vue de tes exploits calmerait certainement la fougue de celui qui vient de gâcher ma matinée. J'aurais dû l'amener avec moi pour qu'il puisse voir ça et exacerber la crainte qu'il nourrit à ton égard.

Evidemment, elle cherchait à piquer sa curiosité ! Même en la compagnie de l'homme qu'elle aimait, la Chevalière Incarnate restait fidèle à elle même...


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeDim 24 Mai 2020 - 11:42

Il ne l'avait pas vraiment entendu venir. Pourtant, il n'était nullement surpris de sa présence, quand il se retourna avoir avoir capté une complainte presque aux frontières d'un certain extase à la vision qu'il avait apporté à la fin de ses derniers gestes offensives. Aucune surprise ne se lisait dans ses yeux à la noirceur abyssale, d'où on pouvait d'ordinaire y lire une froideur à faire frémir les plus téméraires. Si elle avait pu entrer, c'était que la Garde qui veillait à la porte de son Weyr avait accepté de la laisser passer, vu qu'elle n'était pas une menace. Elle l'était autrefois, et elle était devenue l'opposé. Puis, il y avait la présence de l'Empereur Cendré, qui somnolait ; ou presque. Le lien qu'il partageait avec l'humain lui avait transmis l'arrivée douceâtre de la Fëalocë : une approche subtile, à peine perceptible à l'oreille, mais le vent de l'extérieur qui pénétrait dans la place diffusait bien des effluves. Estenir percevait le senteur du désert chaud et à l'été implacable éternel, de l'air sec et vide de toute humidité en dehors de son propre souffle. Alauwyr percevait en complément un léger piquant de bois de cèdre, plus frais, plus vivifiant, avec des touches florales qu'on ne trouvait qu'à Ssyl'Shar.

Il s'était donc retourné, un sourire empreint d'une certaine dangerosité mais qui se masquait dans sa majorité devant le plaisir et la satisfaction de voir ce coucher de soleil rouge sang apparaître devant lui, qui suivait un vent boisé apaisant à son propre coeur, encore battant de l'effort qui s'était infligé. Un sourire de satisfaction, réellement ? Non, celui d'un sentiment plus grand, plus puissant. Il était ravi de voir cette femme qui avait su briser la glace de mort qu'il avait été durant toutes ces années, quand bien même elle avait pu chercher à le tuer. Mais quand deux âmes fières et dangereuses arrivent à trouver l'équilibre pour que l'amour trouve une place inébranlable.

Elle s'était approchée de lui, il n'avait pas bougé, appréciant la fluidité et la beauté de chaque mouvement qu'elle exécutait pour venir à lui. Elle était telle une tigresse à la fourrure rubis qui se moulait à chaque tressautement de sa peau pour chaque pas qu'elle faisait pour réduire la distance qui les séparait. Prédatrice et chaotique, un rien pourrait transformer cette mortelle félidé de perfection de lui sauter à la gorge pour y planter ses crocs de tempête et de colère. Elle était capable de cela. Et pourtant, il lui accordait une confiance aveugle, tout comme celle qu'il entretenait avec Estenir. Personne d'autres n'avait su la posséder.

Quand elle fut face à lui, elle porta un doigt frais sur sa peau encore couverte de sueur chaude. Il frémit à ce doux contact, ne pouvant que sourire d'avantage encore. Il sentit une très agréable tension naître en son coeur. Un éclat de passion passa sur ses yeux obsidienne.

''Tu as très bien deviné la raison de ce petit... entraînement, ma chère. Que nos adversaires continuent de penser que je me suis affaibli et que je le suis toujours. La surprise n'en sera que plus délectable...''

Il l'avait laissé glissa sa main vers la sienne, pour qu'elle puisse lever son bras musclé, dans le but de porter son verre d'eau à ses lèvres, lui piquant ainsi un peu de son eau. Personne, à part elle, n'aurait osé faire cela. Et pourtant, elle le faisait. Audace ? Témérité ? Ou bien provocation ? Non, c'était la passion qu'elle éprouvait pour cet homme. Et quand elle poursuivit, il avait leva son autre main pour la porter dans sa chevelure écarlate, pour la touche, prendre plaisir à percevoir sur la pulpe de ses doigts cette douceur qui les faisait glisser sans la moindre résistance. Ils étaient lisses, d'une tiédeur attirante.

''Je peux devenir très rapidement ton apaisement, si tu ressens le besoin de trouver sérénité et plaisir ma chère Runa. Ce n'est qu'une question d'un petit temps de préparation... ''

Son sourire en disait long bien entendu sur le sens caché de ses mots. Il but le reste de son eau, toujours en regardant la femme qui avait su piégé son coeur. En même temps, dans son coin, Estenir avait ouvert ses yeux, fixant le duo de bipèdes. Doucement, il humait l'air qui lui parvenait, sentant bien des choses que jamais un être humain ne pourra percevoir de sa vie. Outre certaines  substances qui en disait long sur l'état de son lié, très réactif à la présence de Runa, il sentait quelque chose qu'il n'avait pas senti depuis longtemps. Ses narines s'ouvrirent plus encore, pour inspirer plus d'odeurs. Et en reconnut une.

''A t'entendre, ce n'est pas n'importe quel impudent n'est ce pas ? Aurait-il cherché à m'atteindre en voulant d'humilier ? ''

Le ton donnait l'impression qu'il prenait cela à la légère.

''Mais peut-être que nous pourrions d'abord t'apporter le réconfort nécessaire à ton esprit pour que tu aies l'apaisement recherché''dit-il en portant le dos de sa main à sa joue.
°Elle a croisé Peddyr Thelrand, tout récemment°

Alauwyr tourna vivement la tête vers son lié, le regard devenu glacial et dur quand à l'évocation de ce nom.

°Es-tu certain ? Si c'est une farce de ta part pour briser ce doux moment, crois moi.... °
°Ce n'est pas une plaisanterie. Elle a rencontré le Céleste. Suffisamment longtemps pour ce qui reste d'infime soit encore perceptible à mon odorat°

Une flamme noire commença à naître dans la main qui tenait son verre vide. Il fit vivement un pas en arrière et lança le malheureux objet en verre en direction du mannequin d'entraînement à moitié délabrée. L'envoi fut puissant, montrant toute la colère qu'il y mit pour exprimer physiquement un ressenti de violence. Le verre se retrouva dès sa libération de sa main une boule de feu noir qui s'étala sur le mannequin quand l'objet éclata en plusieurs morceaux de verre.

''Thelrand ! Par Flarmya, il n'aurait jamais dû sortir de l'Instertice ! Dis moi ce qu'il a osé commettre comme vilenie envers toi. Car s'il a tenté d’exécuter l'irréparable.... ''

On sentait la fureur qui était sienne, que Runa connaissait que trop bien. Mais elle pourra voir qu'il se contenait, du moins qu'il essayait et cette colère n'était pas tourner vers elle, mais à l'encontre du Céleste.[/color]


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeLun 25 Mai 2020 - 0:03


Par leur verbe commun et par leurs gestes affectueux, la tendresse se liait en harmonie à des désirs plus mûrs et dénués de honte. Ils s'aimaient, tantôt badins comme deux adolescents aux premières adorations révélées de timides baisers, tantôt comme un couple uni depuis des décennies qui connaissait les désirs de l'autre par coeur. Leur longue séparation forcée n'avait fait qu'unir davantage les différents fils qui peu à peu se lièrent en une solide corde tissée par les mains expertes des Moires. Avaient-ils été rassemblés par la Destinée ou le sort du hasard ? Rūna, elle, était certaine que la responsabilité seule ne pouvait revenir à la bonne fortune.
Hier pétris d'une profonde rivalité résultant sur une fausse haine pour se protéger du pire - la peur de perdre son alter-ego -, aujourd'hui éperdus l'un de l'autre. Alauwyr et Rūna s'offraient mutuellement une complicité salvatrice dans l'intimité des weyrs. Si loin de leur image publique, si loin du masque qu'ils imposaient à la face de Rhaëg entier.
Rūna ferma les yeux au contact du dos de la main du Seigneur contre sa joue, ravie et apaisée par ce bref et affectueux geste ganté du derme chaud de l'humain. Son sourire béat se fit plus mutin lorsqu'elle comprit les intentions de son amant.

Ses sourcils s'arquèrent, plongeant son minois dans une aura plus espiègle et l'animant de traits rieurs. Ce n'était pas vraiment ce qu'elle avait en tête en suggérant de faire taire la foudre qui tonnait en sa poitrine, mais après tout... Autant joindre l'utile à l'agréable.
Elle l'observa manœuvrer sa parade non sans un amusement teinté d'excitation, dévoilant dans son sourire le lustre de ses dents qui laissèrent passer quelques éclats de rire francs. Bien que trempé de sueur, elle l'enlaça doucement, irrémédiablement charmée par cette audace enjôleuse qui le rendait détestable aux yeux de certains. A vrai dire, elle-même avait exécré ça au début, mais finalement...
Mais aussi soudainement qu'il entama sa sérénade, elle le vit changer immédiatement de regard en tournant la tête vers Estenir. Ce maudit dragon aurait-il une fois de plus prononcé une pensée peu élogieuse à son encontre ?
Rūna observa l'Empereur Noir vêtue d'une expression bien plus sérieuse que les instants auparavant. Elle ressentit l'inspection que le dragon mena sur elle et dans son esprit, pas vraiment comme s'il avait cherché à lire son âme comme il le fit parfois, mais il s'était tout même introduit dans sa sphère intime, d'une certaine façon. Alors qu'elle tenait toujours la taille de son amant entre ses bras, elle sentit la tension de ses muscles remonter d'une vive crispation. Juste un instant avant qu'il n'éclate.

Figée dans sa position, la fëalocë eut à peine le temps de remarquer les flammes noires laper la main d'Alauwyr avant de ne jeter le verre qui y résidait, le faisant se briser en une poussière cristalline en atteignant le mannequin articulé auquel elle faisait face. La magie du Maître Ardent n'épargna pas non plus le pantin d'entraînement qui se désarticula sous la violence du sort.
La jeune femme ne cilla même pas, la fureur de l'humain ayant fusé en un battement de paupières. Elle était habituée à subir en personne ce même retournement de comportement, que ce fusse par les humeurs volubiles de sa Liée ou ses propres impulsions, bien que raréfiées dernièrement. Malgré tout, et bien que n'ayant pas le moins du monde peur de son compagnon, son coeur s'emballa légèrement, à la fois sous le coup de ses interrogations mais aussi de cette soudaine et inattendue tempête.
Le connaissant plutôt bien désormais, elle nota que les pierres noires desquelles ses yeux étaient taillés semblaient plus opaques qu'à l'instant précédant, voilés de cette significative ombre que l'humain abritait en son âme, mais étincelantes de fiel.

Rūna déglutit lentement. Elle dardait sur lui une mine perplexe mais intriguée, analysant à toute allure la situation. Alauwyr fulminait d'une colère surprenante, à milles lieues de ses précédentes paroles.
Autrefois, cette dernière était axée contre les provocations de celle qui fut son aspirante. Autant dire que la Chevalière Incarnate l'avait bien des fois vu dans cet effrayant état, mais fort heureusement cette fois ci ce ne lui était plus destiné. Et il fallait bien avouer que si elle ne le craignait pas, elle espérait ne plus en être la victime. Sous ses airs plutôt avenants malgré son titre et sa puissance, le Seigneur Ardent restait un homme assez abordable en deçà de sa haute estime de lui-même, mais ses colères restaient véritablement glaçantes...
Lorsqu'il évoqua le nom de Peddyr Thelrand, l'homme avec lequel elle avait justement partagé une brève et houleuse discussion, elle comprit qu'Estenir avait lu en elle. Un soupir exaspéré mais discret franchit les narines de son nez, appréciant peu le manque de convenance de l'Empereur sculpté dans les cendres.
Elle ne savait par où commencer. Son timbre doux et chaud détonna radicalement avec le verbe haut, rauque et viril d'Alauwyr.

- Non, non ! Il ne m'a rien fait, ne crains rien...

Rūna posa sur lui un regard inquiet mais reconnaissant, encore peu habituée à ce qu'on désire la protéger. Depuis son départ du palais Sălv pour devenir Sultane, elle n'avait été qu'une victime seule face à l'adversité. Cette attention la touchait plus qu'elle ne le manifestait.

- Sărzeghnet était avec moi, ou tout près de moi, et nous étions en plein coeur de la ville, donc il n'aurait rien pu me faire. Pas sans en subir les conséquences du moins, qu'importent les pactes de paix.

Le Seigneur avait les épaules relevées et le cou tendu, comme un loup se faisant plus imposant pour impressionner un adversaire, se tenant prêt à attaquer sans faire cas de pitié. Il exaltait sa furie tout en tentant de la contenir devant la fëalocë, vraisemblablement irresponsable de son coup de sang. Rūna le voyait trembler, prêt à remuer le continent entier pour mettre la main sur l'humain. Incertaine de ses réactions à venir, par prudence, elle ne changea pas de position.

- J'ai connu cet homme à mes quinze ans. Il était l'une des personnes en charge de ma caravane lorsque j'ai tenté de fuir Arsuh pour éviter mon mariage. Nous avons eu... quelques différends, et je le pensais mort depuis cette époque. Je l'ai croisé par hasard à Lòmëanor, nous avons simplement bu un thé en évoquant le passé.

Elle haussa les épaules, comme pour souligner la banalité de cette rencontre fortuite.

- J'ai découvert que lui aussi avait atteint Tol Orëa par sa possession du Don, mais qu'il appartenait de toute évidence à un autre Kaerl, le Màr Menel.
Il a été assez curieux à mon égard, mais surtout vis à vis de toi, en fait. Je ne lui ai bien-sûr rien dit sur la nature de notre lien, même s'il s'est montré quelque peu insistant.
Il a vaguement évoqué des griefs vous opposant sans m'en donner les raisons, et m'a conseillé de te questionner directement si je souhaitais en savoir plus. C'est pour ça que je venais, en premier lieu.


La jeune femme marqua une pause, sondant les ténèbres dans le regard d'Alauwyr, cherchant presque sa validation pour poursuivre.

- Il semblait étrangement s'enquérir de tes états d'âme et tes projets, ce à quoi je n'ai rien répondu qui n'est pas déjà public et avéré.
Il s'est
- elle hésita - ...inquiété pour moi, à la seule idée que je te fréquente encore et du danger que j'encourrais à rester dans ton sillage. Il y avait de la peur dans ses mots. Il te craint. Pas dans le sens où tu le terrorises, plus dans celui de jauger un ennemi avéré pour anticiper ses actions. Il m'a dit qu'il redoutait ta folie
Il s'est attaché à tester les limites de ma loyauté. Il s'inquiète de potentielles actions ardentes envers son Kaerl. Je crois que c'est à peu près tout...


Sa langue claqua dans son palais, le goût de l'amertume de retour dans sa bouche en se remémorant les mots que lui infligea le Maître Brun.

- Il s'est affairé à vouloir me faire la leçon sur les volontés de ma Liée et mon comportement en général. Elle leva les yeux au ciel et agita vaguement les bras en signe de protestation.

D'un naturel déjà peu enclin à se laisser dominer par celui qui fut son Maître, les propos d'un Céleste lui furent insultants.

- Pour le reste, malgré ses tentatives pour me déstabiliser, il est resté plutôt courtois sur certains points, et même assez chevaleresque. D'autres mots m'ont bien moins plus, mais rien qui ne nécessite procès en grande pompe. Conclut-elle.

La fëalocë posa à nouveau les yeux sur lui sans se départir de sa volonté de comprendre l'inexpliquée poussée d'adrénaline d'Alauwyr. Dans une tentative de l'aider à retrouver son calme, elle daigna saisir une de ses larges mains dans la sienne, de moitié plus petite. Elle savait comment l'apaiser, mais cette fois il parut être lourdement remonté. Puis elle tiqua subitement, fronçant les sourcils.

- Attends. Tu dis qu'il aurait dû rester dans l'interstice ? Comment ça ?
Quels torts vous opposent ? Que t'a t-il fait ?


Rūna se sentit profondément concernée. Il était évident que s'il y avait eu blâme envers son cher et tendre, il serait plus à même de trouver par lui-même la voie de la vengeance. En revanche, elle perdait pied quand on touchait à ce qui lui était cher, et son incapacité à tenir une épée dans une joute légiférée ne l'empêcherait pas de réclamer la tête d'un détracteur.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMer 3 Juin 2020 - 19:27

Il était tel un cyclone qu'on retenait de force dans un écrin de fureur, pour tenter de limiter les désastres mortels qu'il pourrait provoquer. Et bien qu'il contenait au mieux qu'il pouvait,  toute cette colère et ce ressenti néfaste à l'égard d'un seul homme, il ne pouvait cacher les effets que cela impactait sur son visage et son corps. Ses yeux, d'ordinaire si froids, si abyssaux, bouillonnaient d'un ressenti encore indéfini, mais que la jeune Chevalière Incarnate pourrait sans mal décrypter. Ses muscles tendus le poussaient à se mettre sur le qui-vive, comme à la veille d'un ultime et terrible affrontement. Sa respiration était plus profonde, plus rapide, pour alimenter en oxygène une machinerie experte dans le maniement de l'épée. Même son coeur avait doublé de rythme, pour pomper toute cette rage et la dispenser à travers tout de un être qui ne rêvait que d'une chose sur l'instant : tuer.

Devant une telle furie à la limite d'exploser, Runa aurait pu s'écarter voir s'éloigner plus loin encore du Maître Noir. Mais elle ne l'avait pas fait. Elle le connaissait, elle avait déjà connu âprement ses réactions violentes liées à une colère soudaine. Mais aujourd'hui, ce n'était pas dirigé contre elle. Et elle l'avait bien saisi. Elle avait encourue le danger en se rapprochant de lui, osant le toucher en prenant sa main dans la sienne pour essayer de canaliser toute cette rancoeur qui palpitait en lui. Elle l'avait connu d'avant et elle le connaissait de maintenant, deux facettes différentes, mais qui se complémentaient. Alauwyr avait changé, mais il demeurait toujours un homme dangereusement mortel.

Alauwyr n'avait rien objecté quand à ce simple geste de contact, gardant un regard noir et empli d'effroyables émotions dardé sur la femme qui avait réussi à percer son coeur pour le faire sien. Bien entendu, son ressenti n'était pas contre elle, mais contre l'homme qu'elle avait croisé tantôt. D'ailleurs, elle commença à narrer sa rencontre, pour répondre à l'attente tendue d'Alauwyr. Si jamais le Céleste avait manqué de lui faire quelque chose....

Pendant ce temps, Estenir, le lié cendré d'Iskuvar, était en contact avec les tensions émotionnelles de son lié. Il était assez satisfait de sentir que l'humain cherchait à se contrôler. C'était un signe qu'il se reprenait, qu'il doutait moins de ses propres capacités. Mais il restait encore un peu de chemin à parcourir pour qu'il soit totalement confiant en lui-même. Par le Don qu'ils partageaient, il ressentait lui aussi les désagréments que la simple évocation du nom de Peddyr Thelrand provoquait chez lui. Cette aversion à l'égard d'un tel humain se comprenait, mais lui qui était un dragon, il n'en était pas à exprimer une haine farouche comme Alauwyr... Par contre, il avait froncé des sourcils écailleux en sentant en surface les pensées de la jeune liée à Sărzeghnet. Ainsi, Runa pourrait sentir les pensées de l'Empereur couleur cendrée frôler son esprit.

°Je n'ai pas eu besoin de sonder ton esprit, liée de Sărzeghnet. Tu sens l'odeur de cet humain par tous tes pores, signe que tu as été dans son sillage. Oh je te rassure, tu ne sens pas assez fort pour que je songe à d'autres faits. °

Ce seraient là ses seules pensées pour le moment. Que Runa les prenne comme elle voulait, tant qu'elle ne cherchait pas à tenter de le remettre à sa place, alors qu'il était le dragon du Seigneur.

Une fois que la femme qu'il aimait par dessus tout eut fini de narrer sa rencontre avec Peddyr Thelrand, Alauwyr avait toujours sa main prise dans celle de sa bien aimée, veillant à ne pas y mettre sa rage dans cette douceur chaleureuse qui cherchait à éteindre les braises vengeresses qui étreignaient son coeur, le poussant encore à battre dans sa puissante poitrine dénudée et à peine séchée de la sueur de la séance d'entraînement.

''Heureusement pour sa vie qu'il n'ait pas attenté à la tienne. Je ne doute pas que ta liée aurait agi en conséquent, mais malgré tout....''

Sa mâchoire se crispa. Rien que d'évoquer encore ce Céleste n'aidait pas à atteindre la braise haineuse qui couvait dans son regard implacable.

''Par Flarmya, le Destin se joue de nous ! Il a voulu que tu croises sa route au Ssyl'Shar, et plus tard la mienne, avant que toi et moi n'entremêlons nos existence. Autrefois, je ne croyais pas aux coïncidences, mais au vu de ce que tu viens de m'apprendre, je vais finir par croire que nous avons une voie qui nous est tous destinée.''

Alauwyr n'avait guère cru au fait que la vie pouvait avoir une ligne tracée. Mais au vue des circonstances évoquées, de ce qui s'était passé, que pouvait-il en être autrement ?

''Je ne suis guère étonné qu'il ait cherché à avoir des renseignements sur moi à travers toi. D'une part, c'est un Céleste et d'autre part, Thelrand est un homme intelligent. Trop ou pas assez pour évoquer ma folie''.

Il libéra un bref ricanement sarcastique avant de porter la main légère et chaude de Runa à ses lèvres, pour y déposer un tendre baiser. Mais il était toujours aussi tendu, sur la défensive.

''Nous nous sommes battus et j'ai manqué de réussir à le tuer. Car vois-tu, et je pense que tu l'avais deviné en croisant pour la première fois ma route, je tuais tout adversaire susceptible de représenter une menace à à mon existence. Et lui, a réchappé à cela... Il doit redouter de m'affronter un jour prochain et il a cherché à m'évaluer à travers toi. La folie... Quel doux mot derrière lequel se cacher pour taire une haine et une peur viscérale entremêlées. De l'autre côté, il a cherché à évaluer la menace que je représente, en tant que Seigneur Ardent. Thelrand est loyal envers son Kaerl. Il doit craindre bien plus que sa propre vie... ''

Son sourire se fit un peu détendu, malgré le rictus carnassier qui se dévoilait à ses commissures, gardant ses dents blanches visibles, le rendant encore effrayant. C'était le sourire d'un homme qui savait ce qu'il voulait et en même temps, qui était ravi de savoir que Runa, l'intrépide Fëalocë, ne s'en serait pas laissé compter. Plus encore qu'elle lui vouait sa loyauté ; n'avait-elle pas narré sans peur qu'elle avait déjà croisé son ennemi par le passé ? Autrefois, peut être qu'il l'aurait mal pris. Mais aujourd'hui, il ne doutait plus des paroles de la Chevalière au sang pur.

''Ce qui m'oppose à lui ? C'est difficile à expliquer, mais il est mon contraire, mon opposé. Un adversaire qui représente toujours une menace. En combat, il est presque mon égal et cela pourrait nous porter des torts... Mais avec la guerre contre l'Ombremage, la donne a un peu changé.

Il lui résuma les grandes lignes de la guerre contre Drazahir et de son implication secondaire dans cette affaire... narrant la présence de Thelrand et ce qu'il avait pu faire pour détruire à tout jamais Drazahir.

''Drazahir était un être d'une puissance colossale. Le seul moyen de s'en défaire pour l'éternité fut de le perdre dans l'Interstice. Par l'usage d'un antique sortilège Valheru, il fut permis d'ouvrir une sorte de brèche au sein même de l'Interstice. Et pour y plonger Drazahir, Peddyr se fit volontairement posséder par le Mage et se jeta dans l'Interstice, sans aucun retour possible. Un aller simple pour l'éternité glaciale et ténébreuse.

Son regard se durcit à nouveau, tout en fronçant ses sourcils.

''Et il en est ressorti, par je ne sais quel miracle ! Et c'est là qu'il devient une menace plus conséquente encore....Et cela, il le sait... la folie qu'avait-il dit...''

Cette fois, il ricana plus fortement encore.

''Il sait ce qu'il est depuis qu'il a réchappé à l'Interstice. Drazahir n'est plus en lui... mais il peut très bien avoir eu quelques brides de l'incroyable esprit de ce mage, qui a eu entre ses mains la magie même des Valherus. Il a peur de cela. Il a peur que j'y porte intérêt si je venais à le soupçonner. Il est devenu un avantage certain pour les Célestes. ''

Il porta la main de sa douce à nouveau vers ses lèvres, mais ne l'embrassa pas de suite. Son souffle l'effleura, comme pour simuler le vent chaud du désert qui les avait vu naître tous les deux.

''Ma chère Runa, je vais juste regretter que tu n'aies pas eu à percer son coeur. Tu aurais eu grand plaisir à le pourfendre que cela aurait contribué à me satisfaire. Mais le Destin en a voulu autrement. Peut être devrais-je songer à ne pas chercher à tuer Thelrand... mais veiller que ce qu'il pourrait représenter ou servir notre Kaerl....''


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeDim 7 Juin 2020 - 22:37


Malgré les propos d'Estenir, qui en temps normal auraient dû la mettre plus ou moins en colère - la seule présence du dragon avait d'ordinaire cet effet -, Rūna ne put s'empêcher d'avoir un sourire en coin. L'Empereur Noir était digne de son Lié, s'évertuant à le protéger avec hargne et vice, parfois même de la plus maladroite des façons. Il venait de prouver la loyauté du lien qui les unissait tous deux, loin du chaos et des conflits qu'ils affrontèrent depuis l'arrivée de la fëalocë en tant qu'aspirante.
Si l'idée ne lui traversa même pas l'esprit étant donné l'absence de raison en ce sens, il était à noter que l'Empereur, sans rien dire, veillait ardemment sur son bipède, même de la simple et sournoise façon que de sentir ceux qui approchaient de près la moitié de son âme. Rien ne saurait être caché à sa minutieuse inspection, quand bien même Rūna n'avait rien à masquer aux yeux du Seigneur et son Lié. Même si la fëalocë n'aimait pas vraiment être doublée, elle lui reconnut un respect enseveli depuis qu'il avait effacé une partie de sa mémoire, longtemps auparavant. Elle hésita un instant avant de s'adresser à lui, sans hypocrisie ni manipulation. Même si elle était bien trop fière de l'avouer, Rūna souhaitait enterrer la hache de guerre entre elle et le dragon.

** Je sais que tu me jalouses et me méprises, mais le lien qui m'unit à ton lié est à mille lieues de celui qui vous lie, et je ne saurais dérober la place qui t'appartient de droit. Je n'ai rien à lui cacher, ni plus qu'à toi. Mais je te... remercie... pour ta prévenance à son égard, il en a cruellement besoin mais ne le dira jamais. Toi et moi sommes unis, d'une certaine façon, par lui et pour lui. Cessons nos querelles... Si un jour tu souhaites que nous en discutions, tu sauras me trouver. **

Remercier. Rūna venait de le R-E-M-E-R-C-I-E-R. Pourvu qu'Estenir remarqua l'effort surhumain qu'elle venait d'amarrer dans une perspective de respect courtois, bien qu'il fut certain que la méfiance règnerait ad vitam eternam entre eux deux. Mais l'heure n'était pas à la réconciliation entre deux vieux "ennemis", aussi se reconcentra-t-elle sur les propos d'Alauwyr.  
Un air déterminé mais énigmatique embruma le visage de la Chevalière Incarnate avec autant d'ésotérisme qu'une sorcière constatant l'étendue de son sort, bien que dans le cas présent et pour cette fois, il n'en n'était rien. Alauwyr Iskuvar, Seigneur du Màr Tàralöm, commençait à croire en la Destinée, lui qui avait avoué y être pleinement réfractaire aux prémices de leur rencontre. Il commençait alors à croire en des choses plus grandes et plus majestueuses que le simple fruit d'un hasard grossier. Le vent avait tourné dans le bon sens, inversant la mesure : trop longtemps et malgré lui le Seigneur Ardent avait laissé l'air charrier son odeur de prédateur vers ses proies, faisant fuir le gibier. Cette fois, il était à espérer qu'il saurait se faire plus patient et ne plus se contenter de menus lapins alors que devant lui s'étendait une harde de prises plus nobles et savoureuses.
La perspective de l'imaginer plus sûr dans son rôle de souverain ne fit qu'alourdir l'amour qu'elle avait pour lui, mêlant une aveugle passion à la perversion de s'être choisi un véritable dominant qui faisait peu cas d'écraser les plus faibles que lui.

Bien qu'il donnait une image peu sérieuse et impliquée de lui-même, Alauwyr détenait de véritables capacités à diriger le Màr, malgré le chaos qui courrait dans ses veines par son sang chaud. Il était aisé de l'accuser du pire, nul n'avait pris la peine de pleinement le seconder à cette tâche. Désormais, elle était là pour ça. Rūna n'avait jamais eu peur de lui, mais n'avais jamais dévalué la profondeur de ses compétences, hélas dissimulées sous un laxisme qui lui fit défaut.

Ces pensées furent balayées par le baiser inattendu qu'il déposa sur sa main. Ce geste avait des airs d'une plume atterrissant tout près d'un ardent brasier, si fragile, au bord des affres de l'enfer. Car malgré la sincérité de sa tendresse, Rūna ressentait toujours le gouffre de rage au bord duquel il se tenait maladroitement en équilibre, lutant contre sa nature qui le poussait à répondre à l'appel à sombrer.
La fëalocë sonda les ténébreuses abysses qui avaient élu domicile dans les yeux d'obsidienne de l'humain, levant vers lui un visage à la fois doux et sécurisant, s'efforçant d'être d'une certaine manière pour lui un refuge auquel se raccrocher. Elle était foncièrement touchée d'avoir autant d'importance pour lui, de le voir s'inquiéter immédiatement de ce qui avait pu advenir lors de cette rencontre avec Peddyr. Bien qu'elle ne sous-estimait que rarement un adversaire par sa simple allure, la jeune femme osa lui confier une boutade pour tenter de l'aider à relâcher la pression.

- S'il est ton égal, alors je ne craignais pas grand chose. Après tout, je t'ai battu, car tu es mien, *iza athzhilar... Un air mutin passa furtivement sur son minois, sans s'attarder, aussi fugace qu'une libellule chassant au dessus de l'onde.
Mais je comprends mieux pourquoi tu as pris ombrage. Il fait pourtant bien plus âgé que toi en comparaison, et s'il a pu être d'un bâti plus impressionnant par le passé, je ne le trouve pas aujourd'hui aussi imposant que toi. Je m'efforce pourtant de ne pas avoir un avis biaisé... Mais comme tu le dis, il est intelligent. Il sait manier ses propos avec aisance pour glaner quelque information lâchée par erreur, même si pour cette fois il avait une adversaire de taille dans ce genre de joute. Je n'ai rien dit, il sait seulement que j'ai été ton aspirante, point. (*Mon Amour, en Ssyl'Sharien)

En voyant Alauwyr se détendre peu à peu, affichant cet éternel rictus digne d'un loup avisant un faon, elle comprit qu'il revenait sur la terre ferme et s'éloignait du vide qui l'appelait pourtant avec rage. Mais soudainement, ce fut Rūna qu'il héla...
Elle décortiqua la moindre information donnée par son soupirant avec autant de précision qu'un médecin pratiquant une dissection, son regard d'or pétillant mutant vers un bouillonnement plus sombre, plus lointain.

- Alors je ne m'étais pas trompée sur un point...

Elle prit malgré elle cette aura propre aux mages capables de voir par delà les limites du monde des mortels, se faisant subitement plus sérieuse, presque sinistre, comme si la luminosité de la pièce avait baissé pour passer de l'aube au crépuscule à la manière des ombres qui changèrent sur son visage.
Celle qui découvrait ses pouvoirs liés à la magie Valherue avait bien senti cette odeur propre à ce qui avait vécu mais n'était plus. Peddyr avait été touché par un archimage Valheru, faisant de lui un magnifique sujet d'étude.
La main de la fëalocë se crispa légèrement sur celle d'Alauwyr, malgré le souffle chaud et enivrant qu'il offrit à celle-ci. Il sentirait ses phalanges se resserrer doucement sur les siennes à mesure qu'elle fronça les sourcils, l'intérêt piqué à vif avec autant de violence qu'une vipère affamée repérant une souris affaiblie.


- Si j'avais su tout cela, il serait déjà dans nos geôles... Elle soupira, agacée contre elle-même d'avoir manqué pareille occasion.

Rūna détourna le visage, à la fois submergée par ses pensées et ses réflexions, mais aussi en quête de la meilleure façon pour formuler ses propos. Elle sembla hésiter longuement, rattrapée par son passé qui lui avait appris à ne faire confiance en strictement personne. Pourtant, Alauwyr lui avait révélé bien des visages qu'il censurait au reste de la plèbe... Alors, peut-être que...
Après une lourde pause, elle lâcha sans mesure ni retenue, le fixant droit dans les yeux :

- Je sais que tu abhorres la magie en général et que tu la délaisses au profit du fil de ton épée. Mais au vu de ce que je viens de voir... Elle désigna le mannequin qui n'avait pas survécu au sort de l'humain... Et de ce que je t'ai demandé de faire pour Lokath, je dois te dire quelque chose. Elle prit une profonde inspiration.
Je suis issue d'une longue lignée de fëalocës de sang pur fondatrice et originelle de Rhaesh Môrnahkrin, une cité masquée du reste du Ssyl'Shar. Je ne suis pas certaine que toi-même tu la connaisses malgré le fait que tu aies tant arpenté le continent, c'est un secret rageusement gardé par ses autochtones, et elle n'apparait qu'à ceux qui y sont nés ou liés d'une quelconque façon.
Cette cité a été fondée par les premiers descendants des Valherus. Elle y abrite un savoir inestimable sur leur magie, mais surtout ses membres sont porteurs du sang le plus proche de leurs ancêtres.
Nous sommes les derniers à utiliser les pouvoirs des Valherus, avec tout ce que cela peut impliquer.
Quand je t'ai demandé de tuer Lokath, ton fils et mon demi-frère, c'est parce que cela était nécessaire. Ma mère t'avait choisi pour donner vie à ce sacrifice né de votre union, parce qu'elle avait senti la puissance de ton Don et la pureté de ta lignée. Les choses ne se sont pas passées de la façon dont elle l'avait espéré...


Une dure tristesse assombrit son regard un instant, mais elle poursuivit.

- J'ai découvert tout ça seulement lors de mon exil.
Mais j'ai terminé son rituel. Par le parricide et l'offrande de l'âme de Lokath à mon ancêtre, j'ai créé un artefact qui lie ta lignée à la mienne. Je ne saurais dire à quoi il servira exactement, je sais seulement la puissance qu'il renferme... Et je sais que je suis la seule à pouvoir m'en servir, par ce sang si pur qui boue en moi. Je sais que cela pourra servir le Kaerl, nous permettre de rendre sa force au Màr.


Une profonde détermination s'était élevée tant par les traits de son visage de marbre lisse que par le ton de sa voix. D'une certaine façon, la noblesse de son statut déchu de Sultane du Ssyl'Shar revint la porter avec autant de fierté que le jour où elle se fit couronner.

- Là où je veux en venir, c'est que si Peddyr a été touché par un être maniant la magie Valherue, c'est qu'il est forcément porteur de savoirs que son esprit a occulté pour lui éviter de sombrer dans la folie. Et s'il a survécu à cela, s'il a survécu à l'Interstice, c'est qu'il est bien plus puissant que tu ne l'imagines, et qu'il ne l'imagine lui-même. Il ne doit pas mourir, pas avant que nous ayons mis la main dessus, que nous l'ayons étudié. Il est peut-être une clef vers un inestimable trésor, veillons à ne pas l'égarer.
S'il y avait un moyen de pénétrer son âme, de récupérer ces données, nous pourrions être plus puissants encore...


Rūna serra la main d'Alauwyr dans la sienne, comme emportée par ses rêves de grandeur. Un éclat perfide luisait dans ses iris d'or à la danse digne des flammes, pourtant le reste de son expression ne se constituait que d'un effrayant sérieux, rappelant celui de sa Liée.
Son fiel persiffla alors qu'elle continua, sans avoir honte de son indécence à ordonner au Seigneur Ardent quoi que ce soit :

- Tu ne dois en parler à personne, pas pour le moment. Il s'agit de mon plus grand secret. Je ne suis pas assez forte pour l'assumer devant de potentielles menaces. Bientôt, je l'espère, j'apporterai mon savoir à la pérennité du Màr, et à ta domination.
Ils me voient incapable de tenir une épée, incapable de survivre au milieu d'un champ de bataille, mais je leur prouverai que l'arme la plus terrible repose sous la chair et non dans un fourreau.


Son coeur, emballé par son annonce et la découverte des mystères liés à Peddyr, ralentit peu à peu alors qu'elle s'efforçait de retrouver son sang froid. Malgré ses efforts pour taire son impulsivité, Rūna n'en demeurait pas moins animée de la hargne de sa race mêlée à sa personnalité "borderline." Elle parut presque essoufflée par cet enivrement qui lui faisait perdre pied, et elle se raccrocha au visage de son amour pour retrouver la raison.
Sa main libre passa lentement dans la chevelure de neige d'Alauwyr, rabattant quelques mèches derrière l'oreille de celui-ci. La jeune femme vibra de cet acte, sentant un frisson lui parcourir le dos avec électricité.

- Pour toi, pour nous, je vais partir en quête pour récupérer tous les objets chargés de magie que les Valherus ont laissé derrière eux au Kaerl. Je suis certaine que tu renfermes un pouvoir bien plus grand que celui qui t'anime jusqu'alors.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMar 9 Juin 2020 - 21:24

Les grands yeux n'avaient pas cligné une seule  fois, le temps de la transmission mentale de la chevalière liée à Sărzeghnet. Et pas une seule fois, il ne lui avait coupé la parole, la laissant presque... se confesser. Bon, certes, ce n'était pas à prendre dans ce sens là. Mais la voie prise par la jeune femme était différente de celles qu'elle avait l'habitude de prendre avec le saurien cendré. Cette fois, elle voulait arrondir la situation, faire cesser l'hostilité qui avait été quasi-permanente entre elle et lui ; et à juste titre. N'avait-elle pas cherché à le tuer par le passé ? Mais heureusement, la page de l'existence s'était tournée pour aborder un nouveau chapitre. Et bien qu'il venait que de commencer, l'Empereur couleur cendre demeurait prudent. Après tout, son lié lui avait laissé le choix de vivre ou de mourir, lors de leur premier rencontre dans le Désert. C'était à prendre comme une seconde chance... Mais, Estenir pouvait-il se permettre de faire la même chose avec elle ?

Son regard rayonnait de vert, signe qu'il était serein, sans aucune once d'agressivité. Il avait bien perçu la sincérité des pensées de la jeune femme. Si elle avait cherché à viser la tromper, à vouloir le duper, elle n'aurait jamais pris sur elle un acte que d'ordinaire elle ne faisait jamais. Elle était fière, arrogante... mais là... Elle avait remercié. C'était un fait tout à fait inattendu qu'il nota profondément dans son esprit.

°Là où tu vois jalousie, je suis méfiance... Là où il y a du mépris, je vois de la prudence. Tu as mûri Chevalière, tout comme mon lié. C'est une bonne chose. Et je ne peux cacher que de la surprise de ton remerciement. A moi de te remercier de prendre la bonne voie, pour l'égard que tu as envers Alauwyr et pour toi même. Cela ne pourra qu'être bénéfice pour Sărzeghnet et le lien que tu as avec elle. °

Il n'alla pas plus loin, c'était suffisant. Lui aussi avait été sincère dans ses propos et s'était retenu d'évoquer une chose : le fait de ne rien cacher à Alauwyr... Les bipèdes étaient tous les mêmes. Même Alauwyr avait ses secrets. Ce sera à eux deux de faire la part des choses maintenant.

Alauwyr, de son côté, savourait la présence de Runa, se perdant dans la contemplation de son visage à la moindre courbe parfaite, qui chacune allait se perdre dans sa chevelure enflammée, si enflammée que même le plus magnifique coucher de soleil du SSyl'Shar ne pourrait rivaliser. Il ne manqua pas d'avoir lui aussi un air presque provocateur quand à la révélation d'avoir été battu par sa belle. Il sur le maintenir, gardant son sourire prédateur quand à la conclusion narrée par Runa de ce qu'était Peddyr à ses yeux.

''Tu m'as vaincu dans un domaine que Thelrand ne pourra jamais maîtriser, *Almalika"" (ma chère aimée)
''Et il aura beau paraître plus ''vieux'' que moi, ce n'est pas l'âge qui fait l'expérience. Tu sembles l'avoir parfaitement cerné. Mais demeure prudente vis à vis de lui...Ne crois pas que ses connaissances demeurent limitées avec ce que tu as pu lui révéler. Il peut déduire bien plus de choses que tu ne pourrais l'imaginer. Mais peut être qu'à l'inverse, il ne se doute pas de ce que nous savons sur lui....''

Sa belle Fealocë avait ensuite détourné le regard, comme prise par la honte de pas avoir su plus tôt pour ce que représentait le Céleste. Mais en réalité, il n'en était rien. Après un long silence qui laissait deviner une certaine hésitation, elle replongea ses yeux ambrées dans les abîmes du regard du Seigneur Ardent, libérant tout un secret assez conséquent qui lui pesait sur le coeur. Enfin peser... Elle avait eu sans doute crainte de révéler ses secrets à un homme qui tenait plus du mortel guerrier que du dirigeant raisonnable et compréhensif. Pourtant, elle aborda cela en toute confiance.

Estenir, toujours enroulé sur lui-même, écoutait l'échange, tout en surveillant le flot d'émotions de son lié. Alauwyr ne cherchait guère à les dissimuler pour le moment et c'était une bonne chose. De la sorte, le dragon cendré sentait la concentration de son lié, qui écoutait avec minutie tout ce que lui révélait la femme qu'il aimait par dessus tout. Les choses paraissaient se compliquer, maintenant que la chevalière incarnate avait dévoilé une part cachée d'elle-même ; autre preuve qu'elle accordait une confiance sans borne à Alauwyr.

La main de l'ancienne sultane enflammée enserra un peu plus la main du redoutable et dangereux guerrier qu'était Alauwyr, guettant la moindre de ses réactions quand à toutes ces révélations. L'humain y répondit en la serrant légèrement.

''Tu te confies à moi avec beaucoup de faits dangereux ma chère, mais non dénués d'intérêts pour l'avenir qu'il nous faut offrir au Kaerl. Donc, à t'entendre, j'ai bien senti que Peddyr avait plus de valeur vivant que mort. Mais avec ce que tu me dévoiles, il deviendrait la clé de voûte pour rendre toute la gloire et puissance passées de notre Màr. Et à cela, tu joues d'injonction à mon égard ? ''

Il libéra un rire grave, qui était plus amusé et plaisant que défiant et glacial, comme il avait l'habitude de l'avoir.

''Une jeune chevalière qui donne des ordres au Seigneur en personne... C'est douceâtre de danger pour toi ma chère.  ''

Il lui embrassa le dos de la paume. Elle était si chaude, si douce, que cela termina de calmer la rage qui terminait d'agonir dans son coeur.

''Je peux comprendre que tu aies besoin de pas te retrouver seule face à un grand pouvoir. Et bien que la magie ne vaudra jamais une bonne épée et la compétence martiale à mes yeux, je ne néglige pas son importance stratégique. Je saurai garder ton secret... Tu ne sais pas manier l'épée, moi si. Je ne possède pas un grand savoir magique, toi oui. Nous nous complétons, une fois encore... Et en parlant de secrets et de magie....  ''

Il l'invita à le suivre, toujours en lui tenant la main, pour rejoindre son bureau. Là, il n'eut qu'à sortir d'un tiroir un simple coffret en ébène. Et toujours de sa main libre, il l'ouvrit, pour dévoiler une pierre parfaitement ovale, comme taillée dans le plus pur des améthystes. Elle paraissait luisante, alors qu'elle reposait dans son écrin de velours noir.

''Cette pierre ne parait pas si anodine. Je l'ai acquis par une missions que j'avais confié à des Ardents, il y a quelques années, quand à trouver des points d'intérêts pour notre Kaerl. Ils ramenèrent trois pierres, dont celles-ci. Toutes recelaient un pouvoir. Les deux autres furent perdues par la disparition ou la défection de ceux à qui j'avais confié cette tâche... Qui sait ce qu'elles sont devenues... J'ai découvert la magie de ce petit orbe. Un pouvoir intéressant, et qui pourrait être un ancien artefact Valheru.  ''

S'il n'avait pas rechigné si longtemps à s'intéresser à la magie, peut être que les choses auraient été différentes à l'heure actuelle. Mais on n'était pas maître de la voie qu'imposait le Destin. De plus, il s'était montré réticent à bien des égard à la magie des Valherues, vu sa mésaventure avec un de leurs objets antiques.

''Cette pierre permet de se projeter d'une certaine façon vers une personne qu'on visualise par la pensée... Notre image lui apparaît. Je l'ai testé, et j'ai pu avoir une conversation très intéressante avec la Dame Céleste en personne. Tu aurais savourer l'air stupéfait de me voir, là, en face d'elle... Bien entendu, une image n'est qu'une image et tu ne verras que la personne que tu as visé, le reste est nimbé de brume obscure. L'effort magique demandée est conséquent mais cela marche... oh et pour te rassurer... j'ai juste testé la petite Céleste... en réclamant justice d'un vieux préjudice que j'ai avec Peddyr... Rien de plus.  ''

Il garda quelques instants le silence, tout en fixant cette pierre qui détenait un pouvoir peut être plus conséquent encore qu'une simple projection.

''Fais attention quand à ta quête des objets du passé de nos Aieux. Certains sont redoutables. Certains ressemblent à des colliers d'esclaves, qui permettent à celui qui en a la clé de te contrôler, tout en t'isolant du Don...Quand à la puissance de Thelrand.... Peut être qu'elle est conséquente, mais sache ceci : il n'a pas su ressortir tout seul de l'Interstice, on l'a aidé. Qui ou quoi, le mystère demeure. Mais d'avoir été marqué du symbole noir de Drazahir n'est pas à négliger. Peut être que j'ai exagéré sa possible possession par l'Ombremage, lorsqu'il a bondi avec dans l'Interstice, mais il n'est pas puissant au point de revenir en vie du néant même, même avec l'aide de son dragon... ''

Il lâcha par la suite un sombre petit ricanement.

[color:7be0=##cc3333]''Mais il ne m'effraie pas... Lui, tout comme la Dame Céleste, est effrayé des perspectives qui se dévoilent déjà pour le Màr Taralom. ''


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeJeu 11 Juin 2020 - 1:03


- ... Je suis grandement rassurée de savoir que je ne rivalise pas avec un homme dans la place qu'est ton coeur, déjà, mais surtout pas celle d'un brave héros appartenant à un ordre rival.

Elle rit franchement, le sourire étranglé par une grimace imitant le dégoût, un peu à la manière exacerbée d'un enfant goûtant quelque chose d'amer. La fëalocë n'avait plus vécu ça depuis son enfance, ce relâchement sincère, cet amusement adolescent. Assez étonnamment, le Seigneur Ardent l'avait de prime abord asphyxiée par le poids de son absolu désir de la dominer, mais aujourd'hui il était devenu une véritable bouffée d'oxygène dans cet océan d'ombres et de drames aux miasmes putrides laissés par le sillage de la Mort.
Elle retrouva son sérieux après cette brève incartade, s'efforçant de ne pas trop se dissiper dans son analyse de la situation. Des plans s'annonçaient, grandioses ou radicalement inutiles, flairant bon gré mal gré le danger mais surtout une prise de position risquée. La Chevalière Incarnate sembla réfléchir à voix haute, l'air foncièrement pensif.

- Il ne serait tout au plus que l'instrument de fond d'un orchestre, un pion sur le damier... A noter que cette pièce est l'âme d'un échiquier malgré sa faiblesse apparente, car c'est par son sacrifice que le jeu se remporte ou se perd. Peddyr n'est pas que la clef du coffre, il en est toute la serrure, et il nous faudra user d'instruments précis et de délicatesse pour en forcer l'ouverture. Je trouve cette perspective bien plus amusante et stratège. Crocheter le mécanisme m'importe plus que de simplement y glisser la clef pour y découvrir un dû gagné sans difficultés. Le trésor n'en sera que plus précieux.

Elle marqua une pause en soupirant à moitié, l'index levé de sa main libre comme pour l'aider à diriger le choeur de ses propos.

- Comme déjà dit, ta place a été fragilisée par tes absences répétées et ton manque d'investissement dans la vie du Kaerl, en revanche tu as de nouveau prouvé ta légitimité en battant Martel dans la Fosse. Mais cela ne suffira pas... J'imagine également que la plupart des Introvertis ne verront pas d'un bon oeil la capture d'un Céleste, même pour servir les intérêts du Màr, mais les Dominants et les Valheriens s'en trouveront certainement grisés. La tâche la plus ardue sera donc de convaincre les premiers cités.
Mh...


Elle agita la main, chassant l'air près de son visage comme si ce dernier s'était alourdi par ses réflexions. Ses pensées fusèrent avec le brouhaha d'une ruche à l'arrivée du printemps, chaotique par sa foule mais d'une extrême organisation par sa hiérarchie. Il était certain que Rūna prendrait le temps d'analyser toutes les opportunités avant de saisir celle qui lui paraîtrait être la meilleure. Experte dans ces manoeuvres d'avancée et de retrait, la fëalocë n'était en rien effrayée par le schéma qui se dessinait peu à peu sur la frise de l'avenir. Cette danse lui était familière depuis l'adolescence, et si elle avait certes commis nombres de faux pas, la faisant chanceler et chuter, elle avait désormais assez de recul et d'expérience pour mener le ballet grâce à la sûreté de ses pieds. Moins impulsive et bien plus prudente, la valse s'en annonçait plus belle encore. En revanche, elle ne savait se départir de son audace ni de sa fierté à oser défier les dieux et au-delà, alors jouer avec le Seigneur Ardent ne l'effrayait pas vraiment...
Par mimétisme, elle adopta l'un des mêmes rictus que lui offrait chaque jour son cher et tendre, se montrant sans gêne un brin provocatrice.

- Allons, allons mon adoré, tous ici t'obéissent au doigt et à l'oeil, et nous savons tous les deux que cela te délecte autant que t'ennuie. Si je ne venais pas régulièrement ébranler les fondations de ta puissance, tu t'endormirais pour que les jours passent plus vite ! Et je te rappelle qu'étant liée à une Reine Incarnate, dans la société matriarcale qui est celle de tout le continent, tu me dois théoriquement ta servitude.

Aux vues des attraits de l'humain pour les femmes de caractère, il était incontestable qu'il était en perpétuelle quête d'une sorte de dualité érotique avec ses partenaires. Mais aussi et surtout, il en avait besoin. Depuis qu'il était en âge de porter une épée, il n'avait connu que le combat et la soumission ou le trépas de ses ennemis. Au fond de lui, il devait aimer qu'on lui résiste.. Preuve étant que son aspirante la plus récalcitrante était devenue plus que sa simple amante.
Un air ravi relâcha les traits arrogants de son visage à l'instant où il embrassa le dos de sa main. Alauwyr semblait avoir recouvré tout son calme, de ce qu'elle pouvait ressentir.
Penchant la tête sur le côté non sans une pointe de malice, le ton enjôleur légèrement moqueur de la fëalocë ne manquait pourtant pas de sincérité à son annonce.

- Je ne suis que votre humble conseillère ô mon Seigneur, et si j'aime gouverner en pleine lumière au vu et au su de tous, il me plaît aussi de régner dans votre ombre pour peu que je sois la seule souveraine à votre coeur de pierre. Elle mima une révérence exagérée d'une parfaite soumission parodiée, avant de se redresser fièrement, comme à l'accoutumée.

Puis à son tour, elle tira vers ses lèvres la main d'Alauwyr, ne faisant qu'en effleurer le derme par la caresse de sa bouche pulpeuse et lisse.
Même s'ils n'en n'avaient jamais réellement parlé, la fëalocë aspirait évidemment à plus qu'une place officieuse de Dame consort obtenue par la mise en avant d'une tierce personne. Elle avait trop souffert par le passé de n'être que la putain d'un homme de pouvoir alors même qu'elle possédait toutes les capacités nécessaires à s'élever par elle-même. Il n'était plus question de défausser à Alauwyr son titre qu'il n'aurait guère eu de mal à reprendre dans la Fosse, beaucoup de choses avaient changé depuis ses premiers mois sur Tol Orëa pour qu'elle abandonne tout naturellement l'idée de s'approprier de force le titre de Dame. Honnêtement, elle n'en voulait même pas, elle n'en voulait même plus, pas maintenant, plus maintenant. Rūna aspirait désormais à des choses qu'elle estimait plus grandes, sur et en dehors de Tol Orëa, pour et par le Màr Tàralöm. Pour l'heure, la situation lui semblait précaire et instable, mais elle n'avait pas la moindre honte d'être la compagne du Seigneur Ardent. Cela faisait parler le peuple ? Bien, il n'était de toute façon plus bon qu'à se repaître de ragots  à en devenir obèse et répandre le venin inoffensif de ses rumeurs faute de plus hautes ambitions.

Intriguée par l'évocation de ses derniers mots, elle se laissa ensuite entraîner par Alauwyr vers une autre pièce du weyr, donnant sur le bureau du Seigneur. En le laissant chercher la raison de sa mystérieuse intervention précédente, elle observa vaguement l'endroit où elle avait vu une étrange lettre plus d'un an auparavant, signée de feue Limna On Niksé. Rūna n'oubliait jamais rien, mais elle avait passé outre le fait d'en parler avec l'humain. Un jour, en temps voulu, elle oserait peut-être aborder le sujet.
Sans rien dire et animée de tout son calme, les bras croisés sous la poitrine, la jeune femme le vit sortir tout d'abord un petit coffret de bois à essence sombre, puis de ce dernier une pierre violine parfaitement taillée d'une forme ovoïdale. Avant même qu'il ne dise de quoi il s'agissait, la fëalocë ressentit une sorte de vibration émaner de l'objet. La pierre puait la magie Valherue.
L'éclat luisant à sa surface lisse semblait se refléter dans les pupilles de la fëalocë, écoutant d'une oreille les explications d'Alauwyr mais pleinement absorbée par la découverte de l'artefact qu'elle prit dans sa main studieuse. Mais au moment où il évoqua la Dame du Kaerl Céleste, ses doigts se refermèrent sur l'objet comme les serres d'un aigle sur un lapereau.
Bien qu'ayant parfaitement compris et entendu les mots de l'humain, la jeune femme releva lentement les yeux vers lui, le foudroyant d'une aura inquisitrice mais aussi béante d'interrogations.

- Alors... Pendant que je découvrais l'ampleur de mes pouvoirs, que je vengeais ma famille, que je portais notre enfant - Puisse Flarmya veiller sur elle - et que je souffrais de notre séparation... Toi tu t'amusais avec cette pierre en te révélant à la plus haute sphère ennemie ? Une femme, de surcroit Dame du Màr Menel ?

Volontairement, elle prit un air pétri d'une profonde sévérité, laissant planer la possibilité d'une virulente dispute à l'explosion imminente. Ses iris d'ambre parurent s'assombrir l'espace d'une seconde ou deux, dominant une moue aux lèvres pincées pour témoigner de sa désapprobation, semblant à la fois blessée et en colère.
Puis, sans crier gare, elle dévoila ses dents dans un sourire carnassier et d'une franchise à réchauffer le coeur du plus aigri des vieillards.

- Tu te révèles, toi aussi, plein de surprises, Chevaucheur de Démon, Prince de la Nuit couronné d'argent...

Après une oeillade féline à son égard, elle suivit des yeux sa main où reposait la pierre magique, reposant celle-ci dans son écrin avec délicatesse.
D'une certaine façon, Rūna éprouvait une secrète satisfaction à le voir justifier ses actes. Craignait-il la furie des colères de sa compagne pour préciser qu'il n'y avait rien eu de plus qu'une "courtoise" discussion entre lui et son interlocutrice ? Leurs disputes étaient d'une étrange rareté, mais il se murmurait que les dégâts causés à la vaisselle du Seigneur Ardent donnaient lieu à des dépenses indécentes... Il s'agissait certainement d'un racontar grossi par chaque bouche s'employant à le diffuser, même s'il résidait le plus souvent une grande part de vérité dans ces derniers.
La Chevalière Incarnate n'avait plus lieu de faire démonstration de jalousie, contrairement à un passé plus ou moins récent où elle s'y employait avec une rage possessive, alors même qu'ils ne s'étaient pas encore dévoilés leurs affects mutuels. Même si Alauwyr lui avait volontiers avoué être jadis d'une nature volage et sans attaches, et bien que ne pouvant empêcher sa nature de se montrer méfiante, Rūna lui faisait confiance.  Enfin, elle ne pouvait décemment pas l'imaginer fricoter avec pareille personne, en dépit de son amour apparent pour le Chaos...

- D'une certaine façon, tu as fait démonstration de ta force en te servant de cette pierre pour te révéler à la dirigeante Céleste. Comment pourrais-je t'en vouloir ? Je suis même très agréablement surprise par cette initiative que je ne saurais que féliciter.
La Magie t'aime plus que tu ne l'aimes. Tu es courageux de ne pas céder aux chants des sirènes, mais vois les chances qu'elle t'offre d'asseoir ta suprématie : Par une simple gemme, tu as montré à tes ennemis qu'il t'était possible d'apparaître dans leur intimité sans y avoir été invité. Cela ne fera qu'attiser leur crainte à l'égard du Màr Tàralöm, ou distiller leur méfiance à ton égard.


Elle l'écouta avec attention, tenant parfaitement compte de ses avertissements. Bien qu'en apparence sûre d'elle, Rūna avait entièrement conscience de la dangerosité de la magie, de quelque nature qu'elle fusse. Même la magie blanche réclamait rétribution ! Alors celle dont ils parlaient...

- Je vais à mon tour te mettre en garde contre la magie Valherue. Tout pouvoir implique une contrepartie, mais ce domaine demande un véritable sacrifice. S'il n'apparaît pas immédiatement, il sera réclamé plus tard, au moment où tu t'y attendras le moins. Cette pierre fonctionne à un dixième de sa capacité, c'est sans doute la raison pour laquelle elle ne t'a pas trop affecté lorsque tu t'en es servie. Imagine ce que nous pourrions en faire si je découvrais comment la restaurer ? Mais seulement en temps voulu, et avec les connaissances nécessaires.
Je ne sais que trop bien le prix que coûte ces pouvoirs.


La fëalocë marqua une longue pause, énigmatique, scrutant le weyr seigneurial richement décoré autour d'elle, revenant lentement se perdre dans les glaciales abysses du regard fuligineux d'Alauwyr.

- Je sais que tu ne crains rien, ni personne. C'est ce qui te fera devenir toujours plus puissant, mais aussi ce qui te perdra... Ne mésestime pas tes ennemis, ni ce que la frayeur peut nourrir en leur ventre. Céleste ou Ardent, Doué ou non, la peur de perdre un être cher saurait faire d'un grain de poussière une montagne rugissante de perpétuels séismes, prête à se briser pour redevenir néant pour peu que la moindre de ses aspérités ne lapide la chair de son opposant. En ne redoutant plus rien, on s'expose au danger.

Elle détourna à nouveau le visage avant de poursuivre, le timbre dur pour masquer le relief marqué de ses sentiments enfouis sous ses mots. Elle avait l'art d'avouer les choses en évoquant l'apocalypse.

- Par ce fait, je risquerais de te perdre, et je ne le supporterais pas. Je détruirais Rhaëg entier pour te ramener, je sacrifierais la moindre vie de ce monde pour les échanger contre ton âme, je brûlerais les continents brin d'herbe par brin d'herbe pour ça, ce n'est pas le propos... Mais nous pouvons aussi agir plus sagement, afin d'éviter que je n'en n'arrive là.
Tu l'as dit toi même, nous sommes complémentaires, ça l'a toujours été. Je t'écouterai, je te suivrai jusqu'au seuil de la demeure d'Isashani si nécessaire, mais laisse moi aussi t'apporter mes conseils. Je suivrai ton expérience, plus longue mais différente de la mienne, et je t'apporterai ce qui peut manquer à ton râtelier.
 

La fëalocë revint se mettre face à lui, puis appuya ses mains sur le torse de l'humain, rendant le lien qui les unissait plus palpable. Elle ferma un instant les paupières, s'égarant avec une ombre de mélancolie dans ce contact, presque hypnotisée par les odeurs de sueur du guerrier devant elle se mêlant à son propre parfum rappelant le bois de santal.
Rūna se rappela leur exode forcée à Qahra puis au Ssyl'Shar par la blessure qu'Alauwyr avait subie. Là-bas, ils n'étaient redevenus que deux mortels loin des intrigues du Concile, loin des tensions de Tol Orëa, leur permettant de se dévoiler mutuellement. Premiers baisers, première étreinte, sans regards pour les juger. Malgré la dureté de cette épreuve, Runa en gardait un intense souvenir. Parfois, elle souhaitait qu'ils ne furent jamais revenus, avant de se rappeler qu'ils pouvaient encore tenter de belles choses au Màr Tàralöm.
Rouvrant les paupières, dévoilant un regard étonnamment calme et serein, elle parla doucement.

- Faisons de toi un Seigneur qui ne sera pas oublié. Par ta lame et mon sang, j'ose prétendre que nous saurons rendre sa gloire au Kaerl.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMar 30 Juin 2020 - 17:41

Alauwyr avait lâché un lourd ricanement.

''Thelrand, un héros ? Je ne crois pas qu'on en ait fait l'éloge au sein de notre Màr. Les circonstances ont été telles qu'il avait accepté de sacrifier sa vie, car il n'avait en réalité plus rien à perdre. Voilà les faits. Peut-on parler qu'un homme puisse être un héros alors qu'il savait la mort proche de son sillage ? ''

On pourrait penser à un élan de jalousie. Mais le Maître Noir n'état pas connu pour avoir ce genre d'émotion. Il n'exposait qu'un fait. On narrait souvent les prouesses d'un homme ou d'une femme qui sacrifiait sa vie pour le bien de tous. Mais la réalité déchantait rapidement des chants des ménestrels et des histoires. Un héros capable de sacrifier sa vie savait qu'il n'avait plus rien à perdre, qu'il n'avait plus d'avenir pour sa vie propre. On trouvait l'image inverse, celle d'un autre héros qui se battrait jusqu'au bout, gardant dans son esprit le désir de vivre, malgré les risques encourus de la perdre.

''Et il n'aurait pas été là, crois moi, le destin aurait trouvé une autre voie pour faire chuter Drazahir. Jamais les Dieux n'auraient permis le retour d'un être dans le genre de Drazahir. Sa puissance et sa foi étaient trop proches de nos Aïeux quand leur ère était décadente.  ''

Si ce n'était pas là une autre preuve qu'Alauwyr se fiait un peu plus à la destinée...Par contre, il n'avait pu s'empêcher de sourciller au rappel de Runa quand à sa position fragilisée par ses nombreuses absences du Màr, laissant place vacante au Concile et toute autonomie aux Sangs, qu'ils soient ou non partisans de sa position en temps que Seigneur. Il avait l'impression d'entendre la morale de Seregon. Mais dans un sens, tous avaient raison. Il s'était absenté trop longtemps de la place qui était la sienne. Seregon l'avait prévenu, à deux reprises déjà. La parole d'un Gardien n'était pas à prendre à la légère. Par deux fois, il lui avait sauvé la mise. Et Alauwyr n l'oubliait pas.

''Je le sais que trop bien. Seregon m'a déjà mis en garde et plutôt deux fois qu'une. Mais je lui montre déjà que je tiens à respecter ma place de Seigneur. Notre Gardien s'est déjà investi pour que je reste à la dirigeance de notre Kaerl. A moi de tenir ma part du ''marché'', pour le bien du Kaerl. Quand aux Introvertis, ils se plieront à la majorité, quand ils comprendront ce qui est en jeu. La capture de Thelrand pourrait être une source de tensions, mais il faut voir la position des Célestes et des Neutres si nous arrivons à mettre la main dessus.  ''

La guerre Interkaerlique était encore les mémoires. Alauwyr n'y avait pas participé mais il s'était instruit à ce sujet. Si le Mar Taralom devait en subir une seconde, chose certaine était que les Ardents bénéficieraient d'une expérience de guerre extérieur. Car le Seigneur en place, même s'il n'avait pas connu le conflit interkaerlique précédent, avait une expérience de mercenaire. Et il avait accompli bien des choses avec Estenir, bien assez pour savoir comment se battre et se défendre contre un adversaire doté de dragon. Mais l'heure de la guerre n'avait pas encore sonnée. C'était trop tôt. Beaucoup trop tôt...

Quand l'imitation de son propre sourire naquit sur le visage à la peau lisse et chaude de Runa, Alauwyr ne put s'empêcher de plus l'admirer encore. Elle paraissait chercher à devenir son reflet, son image inversé dans le miroir des genre, pour mieux se compléter avec ce que lui était.

''Crois tu que tous m'obéissent ? Certains le font par crainte ou par hypocrisie...Toi même ne parais pas faire preuve de docilité à mon égard''


Il jouait à son tour avec elle ; ce jeu qui les opposaient, les mettant en duel. Mais ce n'était pas comme autrefois, là où il y avait eu une tentative de prise de domination de l'un sur l'autre. Là, c'était une forme d'opposition qui perdurait, avec un point d'équilibre solide et parfait. En résumé, ils se retrouvaient tous les deux et avaient réussi à affronter et à surmonter les conséquences de deux forts caractères.

"Il est vrai que tu as mis une certaine...perturbation dans le fil de mon existence et j'y ai pris goût... Toi aussi, tu peux l'avouer, Ma Chère Chevalière Incarnate au caractère indomptable. Et tu n'es pas que mon humble conseillère, tu es bien plus... et tu le sais. ''

Cela ne pourrait que conforter le coeur de la Fealocé, et on voyait dans sa mimique de révérence docile qu'elle adorait également jouer avec le Seigneur Ardent. Et malgré cela, leur coeur partageait la même passion. Et au contacts des lèvres de sa belle, Alauwyr sentit que la chaleur caressante de ces dernières, comme un appel. Un doux et envoûtant appel...

Devant la pierre et les explications, quand il eut terminé de la mener à son bureau pour lui dévoiler un de ses ''secrets'', il avait guetté les réactions possibles de la chevalière incarnate face aux révélations qu'elle entendrait. La connaissant, il se préparait déjà à une exclamation digne d'un ravage sans nom provoqué par une nuée ardente, ayant pris naissance au sommet d'un volcan à la puissance décuplée par une jalousie et une colère sans nom. Et le début d'une possible explosion commençait à poindre dans les premiers mots de sa belle chevalière.

Il guettait la vague à braver et à briser, observant le magnifique visage de Runa afficher bien des émotions lisibles à sa surface. Alauwyr était déjà prêt à affronter la tempête. Après tout, il était rôdé des précédentes qu'elle lui avait déjà offertes ; même celle qui avait manqué de le tuer. Et quelle ne fut pas la surprise de voir que la tourmente ne vint pas. Puis, il s'abreuva de chacun des mots qui sortirent de ses lèvres pulpeuses, comprenant qu'il venait de mettre un pied dans un domaine qu'il avait longtemps négligé, tout en mesurant les possibilités et les inconvénients qu'apportaient de vouloir maîtriser son artefact. La magie.... il y avait toujours un prix à payer. Et en même temps, il comprenait l’inquiétude qu'il percevait à travers le discours de sa bien aimée.

Elle avait posé entretemps ses mains sur son torse nu, tout en portant ses craintes et ses espoirs quand à leur avenir. Rien que d'avoir dévoilé cette pierre d'un autre temps, avait provoqué bien des révélations. Il posa une de ses mais sur une de celles qui reposaient sur son torse

"Aide moi alors à comprendre cette magie. Apprends moi. Je suis l'épée là où tu es la magie. Apprends moi à comprendre ce qui nous sera primordial pour rendre la toute puissance à notre Kaerl. ''

Il passa délicatement sa main droite sur la joue de sa bien aimée.

"Tes conseils seront l'épée que je tiendrais de mes mains. Que suggères tu que je dévoiles aux Sangs pour leur donner de quoi s'occuper ? Pour rendre la gloire aux Ardents, il faut donner de quoi grignoter à leurs détracteurs. Je ne peux leur dévoiler la capacité de ma Pierre et ils apprendront tôt ou tard ce que nous savons pour Thelrand. Il nous faut les devancer.  '

Son aversion pour Peddyr Thelrand était connu. S'il prenait de cours le Concile, il serait en position de force. Mais avant de réunir le Concile, il tenait à profiter des judicieux conseils de son opposée, de son équilibre.

"Aarshadni Ta hubibi, Audna 'Iilaa almjd min ajl Kaerl''(Guide moi mon aimée, mène nous vers la gloire, pour notre Kaerl)

Et là, il l'embrassa, avec une passion plus qu'ardente.


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeLun 6 Juil 2020 - 0:24

- Là est bien le problème, les Introvertis ne plieront pas sous une simple menace, c'est même contraire à leurs valeurs. Les plus silencieux sont les plus dangereux, et tu noteras qu'on ne les entend jamais mais qu'ils conservent une place majeure au Concile... Il faudra les convaincre et non les soumettre aveuglément. Réfléchit-elle, à voix haute, l'air sérieux. Puis ses traits se muèrent en quelque chose de bien plus provocateur et piquant, mêlant une part certaine de vérité au fond de son sarcasme. Tu es une parfaite image dirigeante mais un piètre politicien... Ponctua-t-elle d'un clin d'oeil malicieux, comme une rédemption à sa critique.

La Chevalière Incarnate ne pouvait pas vraiment lui en vouloir pour ce fait. Alauwyr était né pour n'être qu'un orphelin balloté dans les bourrasques d'une enfance cruelle ponctuée de la mort et la famine, loin de la noblesse des cours Ssyl'Shariennes et de leurs sournoises intrigues. Il ne pouvait offrir que ce qu'il avait connu : la rudesse d'une vie chargée de combats et de la lutte pour survivre, par la loi du plus fort. En cela, le Seigneur Ardent excellait. Il avait réussi à battre à la Fosse, malgré son affaiblissement notoire, le puissant elfe Martel présent au Kaerl depuis bien plus longtemps que l'humain.
Alauwyr Iskuvar était l'archétype du dominateur, qualité qui effaçait aisément ses défauts de souverain réputé absent et peu investi dans la vie de son peuple. Là était peut-être la raison qui le maintenait à sa place, où aisément un autre aurait été assassiné au détour d'une sombre alcôve. Bien qu'il semblait bénéficier d'une étonnante chance ou du favoritisme de certains, la prudence restait de mise. Certes le Maître Dehlekna avait échoué dans son entreprise, mais sa tentative pour renverser l'ordre en place pouvait très bien insuffler l'idée à d'autres, moins évidents mais tout aussi dangereux.
A son tour piquant, la remarque de son soupirant la sortit de ses pensées.

- Mon chéri... Malgré tout ce que je peux te porter comme affects, je répugne à me soumettre à qui que ce soit, tu le sais bien. J'obéis aux lois et aux traditions bien volontiers, par conséquent je te reconnais donc comme mon Seigneur avant toute chose... Mais je ne réponds certainement pas aux Hommes. Elle vint poser le bout de son index sous le menton du Seigneur Ardent tout en le fixant dans les yeux, sérieuse mais souriante. Et le jour où je te serai docile, tu détourneras le regard pour une autre... Alors ne compte pas trop là dessus.  

Il avait tout de même, malgré lui, brisé certaines convictions dans le caractère impétueux de la fëalocë. Là où jadis elle n'aurait répondu à personne, absolument personne, il avait su - par les dieux qu'elle détestait dire ça - la dompter en partie. Elle acceptait mieux la chose car celle-ci était réciproque, et non unilatérale comme elle l'avait précédemment vécu, de plus contre son gré.
Ce constat se confortait davantage par les propos de l'humain. Car oui, il avait détruit quelques reliefs de son existence pour mieux en modeler d'autres, radicalement différents mais tout aussi beaux. Et oui, elle y avait pris goût... Plus qu'elle n'acceptait de l'admettre.
Rūna était certainement condamnée à une vie étincelante mais brève avant sa salvatrice rencontre avec le Maître Noir. D'autres perspectives s'annonçaient, pas moins grandioses mais plus éloignées de celles auxquelles elle aspirait depuis qu'elle avait brûlé la moitié du palais du Sultan, plus de deux ans auparavant.

A la fois attendrie et rassérénée par les paroles d'Alauwyr, son excitation pour leurs plans visant à redorer le nom du Kaerl Ardent changea pour plus de douceur au fond de ses orbes d'ambre brûlantes.
Un an plus tôt, elle lui portait secours alors qu'il était mourant et perdu à Qahra. Un an plus tôt, ils s'étaient mutuellement abandonnés aux bras l'un de l'autre, après tant de disputes à l'issue quasi-fatale. Depuis, beaucoup de choses étaient arrivées, autant de victoires que de drames, mais les sentiments de la jeune femme n'avaient fait que s'affirmer en silence. L'adage "pour vivre heureux, vivons cachés" s'était révélé d'une franche exactitude, car bien qu'en partie désireuse de devenir officiellement sa compagne, ce rythme secret leur correspondait plutôt bien. Elle trouvait même un plaisir presque vicieux à laisser la plèbe bavasser sur qui chauffait les draps de l'autre, ils perdaient alors du temps sur des sujets sans intérêt pour mieux laisser avancer les deux amants sur leurs projets.
Rūna ne s'était jamais cachée de ses désirs d'élévation, elle le faisait néanmoins avec plus de discrétion désormais. Ses faux pas pouvaient hélas déstabiliser la place d'Alauwyr en dépit de leur officieuse relation. Sans un mot, lentement, elle coula un regard lointain sur la plaie cicatrisée au flanc de l'humain, celle par laquelle Isashani manqua de peu de l'emporter vers le Néant. Une marque de plus, parmi tant d'autres... Mais par Flarmya qu'elle maudissait celle-ci, celle qu'elle avait vu saigner et puruler de ses propres yeux. Une brève poussière de colère parut souiller ses yeux d'or alors qu'elle repensait à la damnée cousine qui lui avait infligé pareille blessure, une haine passagère qui disparut presque aussi vite qu'elle vint, par un battement de cils exagéré pour mieux chasser les mauvais souvenirs.

Puis, avec douceur à son tour, elle vint déposer sa main sur celle du Seigneur Ardent par laquelle il effleurait son visage, les joues arrondies par la candeur de son sourire chaleureux, que seul lui connaissait.

- Je t'apprendrai tout ce que je sais, iza athzhilar.  

La fëalocë céda à son baiser comme s'il s'agissait du premier, les paupières closes et le ventre animé d'irrépressibles frissons. Ses épaules s'arquèrent alors qu'elle se tint sur la pointe des pieds afin que leurs lèvres ne se rencontrèrent pleinement. Maudite Llefelys ! Quand il parlait leur langue natale, Rhaëg entier pouvait bien s'effondrer qu'elle n'en n'aurait eu cure. Elle détestait ce miel qui noyait son coeur, autant qu'elle l'embrassait avec délectation.
L'instant dura peut-être seulement quelques secondes, mais la jeune femme le vécut comme une agréable éternité. Rūna enlaça la taille du Maître Noir, une mine béate dissimulée sous les traits de son jeune minois. Un peu à regrets, elle relâcha lentement son emprise tout en soupirant doucement, puis laissa s'élever sa voix pour rompre le silence.

- Il vaut mieux en effet que tu ne révèles pas le pouvoir de ta pierre, mais peut-être qu'elle a des choses à nous apprendre...

Rūna pivota pour reprendre au creux de sa main l'artefact Valheru qui reposait dans son écrin. A nouveau, elle ressentit une étrange vibration couverte d'un insidieux et lointain appel, comme une litanie répétitive formulée par son créateur, sans structure précise cependant.
Instantanément, la fëalocë manqua un battement de coeur et sa vue se troubla, occultant la présence d'Alauwyr et le reste du weyr Seigneurial. Le temps parut se figer, comme sa respiration, comme la toile autour d'elle. Un détestable flou brouilla sa vision, l'empêchant de distinguer quoi que ce soit de prime abord, mais chose était certaine qu'il ne s'agissait pas des lieux où elle se tenait dans la réalité. Il s'agissait du Màr Tàralöm, c'était là tout ce qu'elle put ressentir, tant par ce que lui dictait son fort intérieur que son instinct.
Puis soudainement, au milieu de ces images aux formes incertaines, se distingua une silhouette pensive assise dans un large fauteuil. Le buste penché en avant, les coudes appuyés sur les cuisses et les doigts entrelacés, ce qui semblait être un homme ne laissait pas aisément voir son visage à la chevelure lunaire. Jusqu'au moment où il sembla brutalement relever le menton, laissant paraître la froide dureté de ses iris de glace, comme pour faire face à Rūna. La fëalocë manqua de chanceler en lâchant la pierre ! Celle-ci lui glissa des doigts mais elle la rattrapa, à temps pour la jeter plus que la poser sur le bureau face à elle, retenant une onomatopée stupéfaite.
Rūna fit un pas en arrière, les yeux écarquillés, cherchant du regard quelque chose de réel auquel se raccrocher puis elle sentit la présence de Sărzeghnet, bien plus proche qu'à l'accoutumée, pour la convaincre qu'elle n'avait pas vraiment rêvé...

Plus perturbée encore que si elle avait entraperçu un spectre, la jeune femme leva les yeux vers Alauwyr, mêlant l'incrédulité à l'alerte. Ses lèvres entrouvertes cherchèrent une façon de formuler ce qu'elle venait de voir, hésitante.

** Oui, tu as bien vu qui tu sais... **

Lentement, la fëalocë se tourna pour faire face au Seigneur Ardent, d'un sérieux effrayant. Elle parut sonder le regard d'obsidienne de Maître Noir, appréhendant par avance sa réaction. Elle se tint à distance de lui, craignant plus l'impulsivité de sa colère que pour sa propre intégrité.

- Il est ici... Elle baissa d'un ton, de peur qu'un garde ou un servant n'interceptât ses mots. Martel est au Màr Tàralöm !

S'ils cherchaient une exclusivité à annoncer pour susciter la curiosité du Concile, c'était chose faite...


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeJeu 23 Juil 2020 - 18:49

ce fut avec un plaisir sans nom qu'il ressentit la jeune femme céder à son baiser, la sentant monter sur la pointe de ses pieds pour essayer de se mettre le plus à sa hauteur, pour mieux apprécier le contact de ses lèvres contre les siennes. S'il y avait une chose que Runa n'avait pas à jalouser des autres femmes était le goût incomparable de ce contact qu'elle possédait. Tout le désert s'exprimait en elle. La chaleur sèche et douce à la fois, le léger goût salée qu'apportait le vent après avoir balayé les entrailles du Désert Profond... unique ! Personne ne pourrait lui ravir cela. Personne ne pourrait l'imiter. Aucune femme ne saurait l'égaler. Même si la Fëalocë avait un esprit libre, indépendant, refusant d'être brisée par un Homme, elle s'offrait à Alauwyr... Mais pas totalement. Elle tenait à garder ce qui faisait justement, elle, une personne complète.

Alauwyr était comme cela aussi, refusant toute contrainte à se soumettre. Tuer ou être tué avait été une de ces devises ; et l'était toujours, quitte à tuer autrefois une femme qui aurait menacé sa vie. Cela n'avait pas manqué de le devenir avec la jeune femme. Mais quelque chose s'était brisée de lui-même au fond d'un coeur glacial et qui n'avait que l'habitude de tuer sans vergogne non sans y trouver un certain plaisir. Mais maintenant, pourrait-il tuer Runa, si les circonstances venaient à changer, vu qu'il savait ce qu'il ressentait réellement pour elle, que c'était sincère, sans nulle autre pareille sur le Rhaëg ? La question ne se posait pas... mais aux tréfonds de son âme, il savait qu'il ne pourrait plus le faire. Le Destin s'était amusé à les confronter tous les deux, ce n'était pas pour les pousser à s'affronter une nouvelle fois alors qu'il les avait réunis après quelques durs épreuves pour chacun d'eux, liés compris. Ils étaient devenus indissociables quand à l'avenir du Kaerl ; et le leur. Mais il restait encore à le construire, sur les bases qui commençaient seulement à être posées.

Le baiser ne dura guère, mais pour les sensations qu'il procurait au Maître Noir, cela paraissait demeurer plus longtemps, bien plus longtemps que quelques malheureuses secondes. Ce fut Runa qui se détacha de lui, presque à regrets, avant de revenir sur des points importants. Après tout, il lui avait demandé de l'aider comprendre la magie et sa puissance qu'il avait commencé à frôler avec l'obtention de cette pierre. Et en parfaite professeur, elle entreprit de voir ce qu'elle pourrait déjà apprendre sur cet artefact, vu qu'elle était expérimenté en magie valherue. Elle cala l'objet dans le creux de sa main. Soudain, elle se figea, comme frappée par la foudre.

Alauwyr voulut la secouer en l'attrapant par les épaules, mais une voix draconique intervint dans son esprit.

°Elle subit comme toi les effets de la pierre. N'interviens pas. °

Le saurien avait lui aussi perçu les vibrations de la pierre avant que cette dernière n'agisse comme elle l'avait faite avec son lié. Estenir veillait à la prudence quand à cet artefact. Qui sait quelle réaction pourrait avoir sa magie sur deux personnes en contact avec elle.

Le saisissement figé de la jeune chevalière incarnate cessa aussi vite qu'il avait commencé. Elle manqua de lâcher la pierre en revenant à la réalité, comme stupéfaite et apeurée parce qu'elle avait pour discerner. Sans doute sous le choc, elle s'était reculée d'Alauwyr, ce dernier retenu par Estenir, qui lui murmurait d'attendre. Puis quand enfin, Runa, remise de ses émotions, quelque peu prise  par une étrange frayeur, se retourna vers le Seigneur.

''Qu'as tu vu ? '',lui demanda-t-il.

La Fëalocë avait presque murmuré la réponse, comme par peur qu'on évoque un nom maudit.

Le nom de Martel parvint à ses oreilles. Alauwyr sourcilla, une fureur naissante dans la profondeur noire de ses yeux. Il venait de fermer ses poings, si fort qu'ils en tremblaient. Déjà, de nouvelles flammes ténébreuses naquirent d'entre ses doigts serrés à l'extrême, attendant d'avoir une cible à brûler. Elles léchaient la peau de leur invocateur, mais sans le brûler. Et elles pulsaient vivement, se calquant sur le coeur battant d'un homme qui n'avait qu'une envie en tête sur l'instant même : celle de tuer l'être nommé.

''Comment peut-il se trouver au Kaerl ! ''

Personne, même pas le dragon cendré ne pourrait répondre à cette rage exprimée. Les flammes dansant toujours dans ses points serrés, Alauwyr se retourna pour faire face à un des murs de son weyr. C'était la direction qui était à prendre en compte, une direction choisie non sans raison. Elle donnait vers le Concile même. A croire que dans sa rage, Alauwyr voyait au delà des murs.

''Seregon ! Je sais que tu m'entends ! Tu passes outre tes propres paroles ! J'espère que ton choix s'est porté pour le bien du Kaerl ! ''

Il hurlait ses mots, tout en levant ses poings levés. Allait-il libérer la flamme de sa colère ? Le feu magique se réduisit lentement, s'éteignant au bout de quelques secondes. L'humain haletait de la rage qui palpitait encore en lui que de la libération de sa propre magie qu'il avait manqué de lancer our défouler sa frustration.

''Par le Sang ! J'espère qu'il sait ce qu'il fait ! ''

Il n'oubliait pas qu'il devait sa place de Seigneur à Seregon, et que ce dernier attendait à ce que l'humain tienne sa place et agisse comme tel. Jamais Martel n'aurait pu revenir au sein du Màr Taralom sans que le Gardien ne l'y autorise. Mais dans quel but ? La respiration encore sifflante par la soudaine colère qu'il avait exprimé, il se retourna vers Runa. La malheureuse devait encore avoir reculé sous son accès soudain de rage.

''Tu n'es en rien fautive. La magie de cette pierre a joué de hasard en sentant ta puissance... Du peu que j'en sais, il faut penser à la personne qu'on désire voir, mais  avec toi, elle a réagi différemment dirait-on. ''
°Le crois-tu ? °
°Emettrais-tu un doute, Estenir ? Nous ne savons rien de cette pierre. Qui sait si elle n'a pas la capacité de sonder les esprits pour apporter l'image d'un être qu'on redoute, qu'on craint ou qu'on espère ne plus revoir ? °
°C'est plausible, mais il n'y a aucune certitude. Mais chose sur laquelle je suis d'accord est que tu dois faire preuve de prudence avec cet artefact, même avec l'aide de Runa...°

Le Maître Noir se frotta les yeux, agacé comme las de ne rien savoir maîtriser. Comme l'avait souligné sa bien aimée juste avant ; il était un piètre politicien. S'il avait été expert en la matière, il aurait sans doute appris le retour de ce fichu Martel.

''Avec pareille nouvelle, il y a plus qu'à prier que le restant du Concile est lui-même ignorant de cette information, hormis ceux ou celles qui l'hébergent secrètement...''

Il s'était rapproché de Runa, juste de quelques pas, tout en essayant de calmer la fulmineuse colère qui coulait encore dans ses veines.

''... et peut être l'Inquisiteur Garaldhorf. ''

Il n'alla pas plus loin dans ses pensées. Le Concile pourra attendre, pour le moment.  Il avait posé ses deux larges mains sur les épaules graciles de sa bien aimée, les laissant doucement glisser pour aller à la rencontre de la texture souple et ferme de ces dernières. Ces mains tremblaient encore, mais se montraient douces, là où on aurait pu s'attendre à un reste de brutalité.

''Un bain chaud terminera de purifier le reste de cette morosité coléreuse qui persiste encore en moi. Je comprendrai que tu veuilles...réfléchir posément à tout ce qui vient de se passer et de ce que nous avons appris...''

Il parut quelque peu se détendre. Un étrange et petit sourire trouva une place à la commissure de ses lèvres encore raides de sa fureur récente.

''L'eau de notre Màr ne vaut pas la fraîcheur revigorante du Désert. Et ma salle d'eau est bien assez grande pour offrir assez d'espace à un dragon âgé d'un mois....''

Était-ce une invitation ?


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMer 29 Juil 2020 - 22:47


La respiration suspendue, le corps tout entier crispé par un réflexe mêlant la peur à la prudence, Rūna se figea dans cette étrange position mue par de profonds instincts d'autodéfense. Il lui sembla même saisir cette significative saveur qui rendait son palais amer lorsqu'un ennemi était proche par le sixième sens inné à ceux de sa race. Mais ce goût était amplement dilué, étant donné que celui qui avait éveillé ce don émanait d'une personne de confiance... Du moins, fallait-il le souhaiter.

Elle n'avait jamais vraiment eu peur d'Alauwyr, sauf aux premières secondes où son regard se posa sur lui, à la lueur des braséros du crépuscule Ssyl'Sharien où ils se rencontrèrent pour la première fois, près de deux ans plus tôt. Cette appréhension avait d'ailleurs davantage relevé de celle d'une simple femme blessée et sans défense se retrouvant confrontée à l'impressionnante présence d'un homme puissant et aux intentions encore non identifiables, situation hélas trop fréquente dans ce Monde dénué de pitié. Étrangement, Rūna repensa à cet instant précis, revoyant la scène comme si cette dernière avait eu lieu la veille. Cette saveur âcre avait alors été exactement la même.
Ces sentiments et ces parfums se mêlèrent d'un même accord, d'une même note, flottant là autour d'elle avec la lourdeur d'un temps d'orage où l'air saturait déjà de la pluie à venir. Puis, aussi subrepticement qu'il s'installa, ce nuage impalpable d'une foudre sans tonnerre sembla s'évanouir dans une bourrasque de vent. Aussitôt, instinctivement, la fëalocë recula d'un pas afin de s'éloigner du sillage du Seigneur Ardent tumultueux.

La Chevalière Incarnate sentit alors sa Liée s'approcher soudainement, tant d'esprit que de corps, prête à se poser sur le balcon du weyr qui n'était pas le sien. La Reine fut stoppée nette par une pensée rassurante envoyée de l'âme de sa bipède. Rapidement, Rūna comprit bien qu'elle ne risquait rien en tant que tel car même si les colères de l'humain aveuglaient parfois ce dernier, jamais il n'aurait levé la main sur sa concubine. Pas sans que ce geste ne soit mérité, ou en réponse à une menace immédiate sur sa personne. Feulant intérieurement, l'Incarnate maintint un vol concentrique au dessus du Weyr le temps de s'assurer que Rūna n'était pas en danger, puis elle s'éloigna sans pour autant se détacher des tensions qui animaient l'appartement seigneurial.
 
La fëalocë n'avait pu voir qu'avec évidence les prunelles noires de l'humain s'obscurcir plus encore. Elle était certainement l'une des seules à connaître les multiples et diverses nuances d'ébène qui pouvaient y teinter dans ses yeux, miroirs d'une âme tellement plus complexe que l'ombre qu'elle offrait au monde. Là où quelques étoiles régnaient parfois dans la nuit de ses iris d'obsidienne, un ciel d'encre dénué d'astres y régna brutalement, comme assombris davantage par les nuages d'un indicible ouragan s'imposant dans la sorgue avant de ne frapper la Terre de toute sa rage.
A l'instar de l'air chargé de tension qui annonçait l'arrivée de l'orage, la jeune femme l'avait senti se crisper et se raidir, de la même façon qu'il l'avait fait un peu plus tôt lorsque le nom de Peddyr lui vint aux oreilles. Comment, par Kaziel, avait-elle fait pour rencontrer - plutôt voir, pour le second -  deux ennemis de son soupirant dans la même demi-journée ?

Comme par mimétisme à son regard, les flammes noires inhérentes à son pouvoir se révélèrent en lapant son poing fermé et tremblant de fureur. Celles ci disparurent peu à peu, alors qu'il se fit visiblement violence pour ne pas éclater à nouveau. Rūna le vit se tourner vers le centre du Kaerl alors qu'il s'adressa ouvertement au Gardien, scandant une colère qui ne sut être retenue.
Elle, ne cilla pas. Encore une fois, elle n'avait pas réellement peur d'Alauwyr. Elle craignait surtout de le voir frapper aveuglément la première cible de son malencontreux sillage, mais plus encore elle était trop bien placée pour savoir que le pire des combustibles à jeter en pâture au brasier d'un sanguin en colère était "Calme-toi." Alors, patiemment, la princesse Ssyl'Sharienne lui laissa le temps de retrouver une once de calme. Elle fut assurée de ce fait lorsqu'il s'adressa à elle avec une certaine douceur malgré la haine qui dansait sur ses mots sécurisants à son encontre.
 
Doucement, les épaules de la jeune femme retombèrent, s'affaissant pour retrouver la courbe d'une personne plus détendue. Elle redevint alors plus humaine, quittant le carcan imposé de la statue dans laquelle elle s'était figée, une statue de chat gonflant le dos face à un adversaire pour mieux dissimuler sa méfiance.
Elle le laissa s'approcher sans ne plus rien craindre de lui, peut-être secrètement un peu émue face aux flots d'émotions qui noyaient son bien-aimé. Il était évident que la nouvelle serait plus que difficile à avaler pour lui, mais il faisait également face à sa faiblesse politique et la potentielle trahison d'alliés et membres de son gouvernement. Si sa fierté et son ego s'en virent troublés, Rūna comprit surtout qu'il s'agissait pour lui de surmonter une énième épreuve.
A son tour, elle dû récuser la bourrasque provoquée par la violence de ses pensées, formulant à la fois mentalement ses réponses à Alauwyr mais aussi ses propres annonces. Les iris d'ambre et d'or de la fëalocë se voilèrent sous cette tempête mentale, laissant fixe son regard énigmatique dans un vide impalpable, jusqu'au moment où le Seigneur Ardent ne vint poser ses mains sur ses épaules. Rūna secoua brièvement la tête, reposant à nouveau son attention sur lui, avant de laisser s'élever sa voix douce mais hésitante.
 
- Je ne pense pas sincèrement que le Concile soit au courant... Peut-être qu'une ou deux personnes ont connaissance de sa présence... Une machination de la part d'un d'entre eux est également envisageable, mais Martel ne saurait te battre là où il a déjà perdu il y a un an à la Fosse... Alors, pourquoi ? Dans quel but ? S'il avait simplement voulu te tuer, ce serait déjà fait. Et il n'a légitimement plus le moindre droit de te défier pour prendre ta place. Réfléchit-elle à voix haute, les sourcils froncés pour mieux appuyer ses paroles.
 
Une petite partie d'elle-même enfilait déjà sa plus belle armure afin de s'en aller occire le traitre renégat, tandis que l'autre cherchait les meilleures réponses pour frapper intelligemment et avec arguments de poids. La fëalocë se mordit l'intérieur de la joue, étudiant toutes les possibilités en les exprimant de vive voix.
 
- Je crois que tu ne devrais rien entreprendre pour le moment. Il a perdu son effet de surprise, la meilleure des armes. A priori, il n'y a que toi et moi qui avons connaissance de son retour en secret, hormis ceux qui le protègent évidemment. Laissons les croire qu'ils sont en position de puissance... Tu peux commencer à la chercher discrètement par toi-même ou avec l'aide de mon frère, ton Décurion Flamboyant. Thaddeus et ses gardes te seront fidèles jusqu'à la mort, rien ne les autorisera jamais à déroger à leur Serment à l'encontre du Seigneur.
 
Elle marqua une pause. Les traits studieux de son visage se firent alors plus durs, presque sournois, mais profondément déterminés.
 
- Je suis une ennemie moins évidente que toi pour leur cause. Aux yeux du Kaerl je ne suis encore qu'une jeune Chevalière écervelée et impulsive, trop fougueuse pour avoir une approche étudiée et calculée.
Je peux m'infiltrer, je peux le débusquer, sonder les raisons de son exil ajourné. Il se méfiera, bien sûr, il n'est pas assez stupide pour le cas contraire... Mais il sera aussi attiré par mon apparition, parce qu'il sait que je suis ta compagne, la compagne de son ennemi. Et justement, l'Inquisiteur Suprême nous aidera dans cette tâche, ne doute pas de ses intentions à ton égard.

 
Rūna laissa planer plus qu'un doute sur la nature de possibles relations politiques entre elle et Eléderkan Garaldhorf. Elle n'avait, bien-sûr, pas d'intérêt à cacher ces faits au Seigneur, mais il valait mieux ménager l'étalage d'informations pour le moment.
Alauwyr sembla se dérober à sa fureur, laissant glisser ses épaisses mains le long des bras de la jeune femme. Lorsqu'il évoqua un bain, ponctuant sa proposition d'un sourire qui trahissait ses véritables intentions, celle qui fut son aspirante ne put retenir un petit soupir amusé et - avouons-le bien - attendri. L'imitant avec un brin plus de sérieux, elle lui offrit l'ombre d'un rictus carnassier pour conclure sur ses propos précédents.
 
- Nous allons les prendre à leur propre jeu.

 
Puis, son sourire se fit plus adolescent, plus badin. Une lueur amusée aiguisa son regard de flammes, et elle entra dans le jeu que venait de lancer l'humain afin de l'encourager dans son désir d'abandonner une légitime mais vaine colère. Elle ne rechigna pas à son invitation, loin s'en fallait. Les bains avaient pour eux deux une signification... particulière, intime. Il s'agissait de leur jardin secret, un jardin que eux seuls pouvaient arprenter.
 
- Qu'importe la fraicheur de l'eau, je sais bien qu'en ta compagnie elle ne saurait le rester... J'espère seulement que tu sauras être assez calme pour ne pas qu'elle s'évapore sous ta tension !
Et viens-tu de me comparer à une dragonnelle juvénile ? Ne crois-tu pas que je sois déjà assez vexée de ma taille comparée à la tienne ? Tss.


Bien qu'elle mima la contrition de sa vexation, le large sourire qui étirait ses lèvres mentait bien mal pour elle. Un air à la fois mutin et tendre flottait sur son minois de poupée alors qu'elle le prit par la main et le devança vers la salle de bain. Sans un mot, elle l'entraîna vers le lieu de sa proposition, embrassant avec soulagement et apaisement les apparats plus chaleureux et doux de cette aire de détente, loin de l'électricité qui régnait dans le reste du weyr par leurs discussions et révélations. Des effluves plus douces, plus saines, se révélèrent peu à peu sans pour autant avoir d'odeur propre.
Rūna l'amena jusqu'au bord de la grande vasque creusée dans la roche qui servait de baignoire, où une onde pure et cristalline reposait sans mouvement sous quelques volutes de vapeur.
La fëalocë déboutonna le devant de sa robe pour laisser le col de cette dernière glisser le long de ses épaules et son dos nus, la laissant doucement tomber à ses chevilles. Elle se baissa pour se déchausser, puis enjamba sa tenue étalée au sol avant de n'aller se glisser dans l'eau chaude avec la délicatesse d'une nymphe. Un soupir d'aise franchit le cap de ses lèvres alors qu'elle trouva une position confortable, s'adossant à l'un des rebords du creuset.
Rûna lui sourit alors à nouveau avec douceur, l'invitant à la rejoindre d'un bref hochement du menton.
 
- Promis, je ne te noierai pas... Pour le reste, je ne promets rien, mon Seigneur.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMer 12 Aoû 2020 - 10:04

Alauwyr avait de grandes faiblesses en politique et il commençait seulement à le découvrir. Il y avait de quoi devenir plus que dangereusement explosif quand on savait qu'il détestait la faiblesse en général. Et pourtant, hormis la malheureuse vaisselle qui avait fait les frais de sa première crise enragée, il paraissait mieux maîtriser la situation. Et pourtant, c'était tellement le contraire.

Intérieurement, il bouillonnait. Son âme se tortillait de pas avoir suivi ses prêcéptes d'autant, à savoir de tuer les faibles quand ces derniers se mettaient en travers de sa route, peu importait les conséquences, puisqu'il avait toujours su y faire face ! Même pour le peu de fois où il s'était retrouvé mêlé à quelques trames politiques au sein du Ssyl'shar, quand il n'était que le terrifiant Chevaucheur de Démons, cet être implacable qui tuait sans vergogne. Mais c'était d'un autre temps, d'une autre vie... et pourtant si proche en terme d'existence pour un lié humain comme lui. Et depuis qu'il avait réussi à devenir Seigneur, il avait découvert bien des choses que jamais en temps que mercenaire, il n'aurait fait ou pensé. S'était-il affaibli pour autant. Peut être... mais derrière cette pensée, il y avait une nouvelle prêche qui prenait naissance dans son esprit. Son dragon cendré le sentait. Bien entendu, il ne l'évoquait pas -ou pas encore, avec son lié. Cette ''nouveauté'' était : ce qui ne tue pas rend plus fort...Et il semblerait que l'humain suivait sans en avoir conscience cette voie. Runa le percevait, Estenir le sentait. Ne restait plus qu'à Alauwyr de le comprendre et de totalement l'accepter.

La Feälocë qui était désormais sa raison de vivre aidait beaucoup, beaucoup plus qu'elle ne pouvait l'imaginer. Alauwyr avait un but, clair et précis, pour le Màr Taralom, elle était comme son phare dans la nuit la plus ténébreuse, dans le coeur même des tempêtes émotionnelles. Et Alauwyr s'y raccrochait, réussissant à se calmer plus encore. Et puis, ne voulait-elle pas le conseiller, être à ses côtés ? Être son ombre dans son rôle de Seigneur ?

Toujours ses mains posées sur les épaules gracile de sa bien-aimé, qui démontrait d'un sang froid extraordinaire face au maëlstrom qu'était devenu précédemment Alauwyr, il écoutait ses paroles, les analysant mot pour mot. Elle avait largement plus d'expérience que lui pour les intrigues politiques et elle était avec lui. Ne pas tenir compte de ses conseils serait risqué pour sa position. Déjà qu'il acceptait, non sans grincer des dents, le sale petit jeu de Seregon vis à vis de Martel, il acceptait de se ''plier'' au conseil de sa moitié d'âme non draconique.

''Il ne peut prétendre en effet à un énième combat dans la Fosse. S'il est assez fou pour réclamer cela, nul doute que le Gardien ne le protégera pas. Mais Martel est trop intelligent pour se risquer à une autre défaite, qui lui serait fatale cette fois, car même si Seregon venait encore à le défendre, je ne laisserai pas l'occasion s'échapper. S'il lance un autre défi, son sang abreuvera une bonne fois pour toutes le sable de la Fosse. Et j'ordonnerai qu'on en laisse trace pendant des mois. ''


Histoire de rappeler visuellement qu'on en se moquait pas de lui éperdument. Mais avant d'en arriver là, il fallait que son ennemi joue de folie. Et il ne le fera pas. Sauf s'il était réellement suicidaire.

''S'il a pu revenir au Kaerl sans en subir les conséquences, il sait qu'il a eu l'accord silencieux de Seregon. Il va tenter une ultime chance de rédemption, faire amende honorable. ''


Il retira une main des épaules de Runa, pour lui épargner le serrage de son poing à l'idée que Martel tenterait encore de le mettre à mal quand à sa position de Seigneur.

''Qu'il essaie de se croire en position de force. D'apprendre que je sais son retour au sein du Kaerl suffira à le mettre en mauvaise posture, malgré le soutien de ses alliés. Car oui, il a su trouver des alliés, c'est indéniable et probablement parmi les Introvertis. Sauf s'il apprends que nous savons...Quand à ton idée d'user de ton propre frère, un homme de valeur, il serait regrettable que nous venons à le perdre dans l'entreprise que tu proposes. Non, ce serait trop évident, un membre de ton propre sang, qui fouillerait pour retrouver ce fichu Elfe noir. ''

Il parut réfléchir un bref instant. Il ne lui semblait pas que Runa lui avait fait part d'avoir un membre de sa famille au sein des forces armées ardentes. Mais même si elle ne lui avait jamais fait mention, chose certaine était que ce ne serait pas un fou qui avait manqué de mener une vendetta personnelle contre son propre père et sa demi-soeur. Heureusement, il n'était plus. Et si jamais Alauwyr venait à croiser un autre aliéné de ses bâtards, pour peu qu'il y en avait dans le monde, il le tuerait sans aucune once de pitié. Donc, il ne lui reprocha pas ce manque de partage d'informations.

''Je ne remets pas en doute le soutien de l'Inquisiteur. Mais derrière, il attend comme Seregon que je reprenne réellement les rênes du Kaerl. Il ne s'investit jamais pour rien. Son soutien doit apporter ses fruits, sinon, ce n'est qu'une perte de temps. ''

Il ne se posait aucune question quand à l'évocation d'Elerdarkan. Cet homme était capable d'apprendre bien des informations par son immense réseau. Runa devait en avoir conscience, vu qu'elle avait l’expérience des intrigues et des complots de cour royale. Par contre, il sourcilla quand à la proposition de Runa de s'impliquer d'elle-même.

''Martel est loin d'être un idiot. Je ne suis guère enthousiaste à l'idée de tu t'exposes de la sorte. ''

Pourtant, elle était prête à participer à la grandeur du Màr. Fugacement, il sentit la présence de son lié. Estenir venait d'entrer dans la conversation.

° Martel est loin d'être un bipède stupide, mais il a été absent un certain moment. Il est possible qu'il ne dispose que de quelques ragots à votre égard. Alauwyr, on sait très bien que tu as toujours privilégié la force à la faiblesse. La moindre once sentimentale envers une personne était classée de cette manière, n'est ce pas ? Pourquoi ça changerait pour cet Elfe ? Et toi Runa. On sait que tu viens d'une famille ambitieuse, voué à jouer de complots et de sang pour parvenir à tes fins. On te sait en effet impulsive, cherchant à faire ta place dans le Màr....En somme, sans que je rentre dans les détails, elle a toutes ces chances de réussir...°

Ses yeux draconiques s'étaient figés sur la Chevalière Incarnate.

°Tu as déjà fait preuve de ton caractère orageux à plusieurs reprises, pourquoi cela changerait-il si radicalement aux yeux des autres ? °

C'était une affirmation sous forme interrogative qui ne pouvait que conforter le souhait de Runa de s'impliquer dans la machinerie du complot. Son lié demeurait encore sceptique. Mais Runa était plus experte que lui en la matière et comme elle l'avait souligné, elle ne représentait guère une menace pour bon nombre de personnes ambitieuses et avides de pouvoir. Il finit par accepter.

''Soit. Mais demeure prudente, pour ne pas que tu ne deviennes un pion dans leur jeu. S'ils venaient à découvrir ton stratagème, ils pourraient tenter de m'atteindre à travers toi. ''

Et si cela venait à arriver, il mettra Seregon au pied du mur, Gardien ou pas Gardien ! Les Ardents n'étaient pas des jouets qu'on pouvait manipuler de la sorte, surtout quand il en venait de l'avenir du Kaerl. Si jamais Runa venait à devenir une cible pour tenter d'influencer le Seigneur, Alauwyr devra veiller à ne pas provoquer de guerres en interne...Le jeu de Runa était dangereux, mais pouvait apporter quantité d'informations d'importance. Puis il céda au sourire presque de jouvencelle de Runa.

Il ne put s'empêcher d'afficher un sourire amusée devant la fausse vexation de la jeune femme. Puis, il se laissa guider vers la salle d'eau. Une fois arrivés dans un environnement largement différent, qu'étaient les appartements du Seigneur, l'apaisement se faisait déjà sentir. La Fëalocë avait commencé à déboutonner sa robe. L'humain l'observait, guettant la moindre délicatesse de sa gestuelle. Sa robe glissa tel un voile de pudeur le long de sa peau, libérant enfin la vision de la perfection féminine qu'elle représentait. Une fois totalement dévêtue, elle pénétra dans les eaux cristallines, bien que chaude. L'onde que provoqua son entrée dans l'eau paraissait presque féérique, comme si elle n'avait attendu que sa venue. Puis elle l'invita à le rejoindre, lui qui n'avait fait que la contempler avec plaisir. Il lui répondit d'abord avec un sourire provocateur.

''Comme si je redoutais que tu me fasses boire la tasse, dans mes propres bains. ''

Il ne lui fallut guère de temps pour retirer son pantalon et ses bottes, avant d'arriver dans les eaux réchauffées par leur coeur même du volcan qui leur servait de Kaerl. Cela eut le mérite d'apaiser ses muscles tendus par la tension qu'il persistait encore dans ses venins. Il libéra un bref soupir avant de se placer au centre du bain. L'eau lui arrivait à la taille, la vapeur venant se coller à la sueur encore présente sur sa peau nue.

Il prit une éponge véritable de l'Archipel d'Ys, pour la gorger d'eau et il se rapprocha de Runa, s'enfonçant dans l'eau pour être à sa hauteur de regard. Nul besoin de réellement s'asseoir pour faire face à la nymphe qu'était sa dulcinée. Doucement, il porta l'éponge sur son épaule droite, pour doucement l'humidifier. L'eau qui s'échappait des pores absorbants de l'éponge s'écoulait le long de sa poitrine, suivant le galbe de ses monts parfaits.

''Alors Esprit des Eaux, quel sort me réserves-tu ? ''


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeDim 23 Aoû 2020 - 23:16


Malgré les heurts et le chaos immédiat qui avait régné à l'instant même de leur première rencontre, Rūna sentait que quelque chose avait changé dans la quintessence de sa relation avec Estenir. Elle ne pouvait pas lui en vouloir d'être resté si longtemps méfiant. Rien de plus naturel en raison de toutes ses... inactions et gestes malavisés - dans le sens plus maladroits que vils - à l'encontre de son Lié. Un Empereur Noir, plus que toutes les autres robes de Dragons, était un Gardien, un fervent protecteur et défenseur de son bipède. Et Estenir était intelligent, même sage à ses heures perdues. Plus sage que l'homme à qui il était uni par l'âme, comme si Alauwyr avait hérité des traits draconiques de son frère et que ce dernier s'était imprégné de son humanité, peaufinant l'évidence de leur lien et leur sombre mais équilibrée harmonie.
La Chevalière Incarnate était flattée d'être enfin mieux considérée par l'Empereur Noir, sentiment perçu tant dans sa manière de lui adresser la parole que la couleur des orbes qu'il posait sur elle pour l'observer. L'amour que son bipède portait à la fëalocë l'influençait-il d'une quelconque manière, ou agissait-il pleinement de son propre jugement ? Qui pouvait le dire...
Lorsque ce dernier évoqua la Rūna des premiers mois sur Tol Orëa, répondant favorablement à la proposition de la fëalocë de ne pas encore agir à l'encontre de l'exilé revenu en secret, elle ne lui répondit que d'un rictus vainqueur et fier d'avoir capté la profondeur du Lié de son soupirant. D'un hochement de tête franc, elle acquiesça simplement aux rhétoriques d'Estenir, satisfaite de le savoir de son côté dans cette entreprise.

« Soit. Mais demeure prudente, pour ne pas que tu ne deviennes un pion dans leur jeu. S'ils venaient à découvrir ton stratagème, ils pourraient tenter de m'atteindre à travers toi. »

La jeune femme n'avait pas immédiatement répondu, le devançant alors vers leur bain salvateur. Avant de ne laisser tomber sa robe, elle conclut leur conversation avec sérieux.

« Raison de plus pour feindre l'ignorance, et garder secrète autant que possible notre relation... Si c'est encore possible. Je me doute bien que les ragots tintent à tout vent, avec autant de force que l'appel aux prières lancé par le carillonnement des cloches des temples. Pour le reste, ne t'en fais pas, ils ne pourront pas t'atteindre en me prenant dans leurs rets, je ne leur en laisserai pas l'occasion mais mimerai mon incompétence face à leurs manigances. Mais si cela devait arriver, ne fais rien. Sarzeghnet me sauvera si je n'y parviens pas par moi-même, et ainsi tu ne montreras pas ta faiblesse. Tu es bien placé pour savoir que je suis difficile à effacer de la surface du Monde. » Asséna-t-elle ponctué d'un regard profond, se muant finalement en un clin d'oeil pour alléger ses propos.

***

« Comme si je redoutais que tu me fasses boire la tasse, dans mes propres bains. »
« J'ai fait bien pire dans le reste de ton weyr ! » S'amusa-t-elle d'une vive et irrépressible franchise. En l'occurrence, effectivement, elle avait entre autre essayé de le tuer à coup de poignard, il y avait bien longtemps...

Rūna l'observa se déshabiller à son tour, sans bouger de son point d'observation idéalement placé au fond de la baignoire creusée dans la roche, le dos appuyé contre la paroi polie de cette dernière, assise sur le rebord immergé prévu à cet effet. La mine penchée sur le côté, elle jouait d'une main à caresser l'onde d'eau claire et vaporeuse, balayant lentement, avec délicatesse et presque du bout des doigts la surface cristalline qui la cernait. Elle avait beau connaître quasiment par coeur les contours de son corps d'homme, elle ne restait jamais indifférente à cette contemplation qui lui était réservée. Ses paupières semblèrent battre plus vivement, dissimulant bien mal l'éclat à la fois attisé et admiratif dans ses iris d'ambre pailleté d'or. La fëalocë parcourut du regard les courbes de ses muscles sous le grain épais de sa peau blasphémée de cicatrices, réfrénant d'un raclement de gorge la chaleur qui montait le long de sa propre gorge et qui saupoudrait ses pommettes d'un voile incarnadin.    

« Nous avons aussi fait bien... mieux. » Elle sourit, doucereuse.

Sans rien dire à nouveau, elle le laissa amorcer son approche, notant encore une fois que pour un guerrier assez brutal dans sa manière de vivre au quotidien - malgré un goût prononcé mais discret pour le raffinement -, il avait l'art et la manière de se montrer plus calme et tendre dans l'intimité, en sa compagnie.
La fëalocë accueillit avec plaisir la caresse de l'éponge gorgée d'eau chaude le long de sa peau nue, fermant les yeux avec apaisement, soupirant d'aise au baiser d'eau tiède qui dévalait le haut de son corps. Ses lèvres s'étirèrent avec comble et tranquillité, appréciant l'instant comme on dégustait un millésime de vin, laissant flotter un silence sans gêne et seulement ponctué du chant des gouttes d'eau. Doucement, elle rouvrit les paupières et darda sur le Seigneur Ardent le désir de prendre à son tour soin de lui.
Rūna avisa une fiole d'huile posée non loin, la saisissant délicatement sous son apparente fragilité. Elle enleva le bouchon de verre qui la scellait, posant d'une même façon celui ci sur le rebord du bain, puis fit couler dans le creux de sa paume un filet du liquide épais à l'odeur légère et la robe couleur de miel. Une fois la fiole remise à sa place, elle fit chauffer l'huile entre ses mains tout en contournant Alauwyr, se retrouvant alors dos à lui. Elle apposa alors ses mains sur sa nuque et les fit lentement descendre en même temps le long de ses épaules, revenant au haut de son dos, dévalant le début de sa colonne avec paresse, massant avec pression ses omoplates...
Elle brisa le silence avec autant d'évanescence qu'une sirène s'adressait à un marin.

« Je ne sais pas ce que cet esprit te réserve, pour ma part je t'ai promis de te détendre... Chassons un peu Kaziel et ses tensions de nos vies. »

Les mains toujours appuyées contre le dos du Seigneur Ardent, elle se pencha vers lui afin de pouvoir lui parler à l'oreille, ravivant à peine l'onde par ses mouvements. Il sentirait le buste de la Chevalière Incarnate se presser contre lui, mêlant la sueur du guerrier à la vapeur qui habillait la peau de lait de la fëalocë.

« Pour aujourd'hui, nous avons tous les deux eu notre lot de discorde... Alors essaye d'oublier Martel, Seregon, Peddyr et tous les autres pour le moment. Nous aurons bien tout le temps de réfléchir au sort des uns et des autres. Le plus dur est peut-être derrière toi, ou bien devant, mais tu ne seras pas seul, je serai là. »

Rūna déposa un baiser chaste le long du cou de celui qui détenait les clefs de son coeur, reprenant sa place d'un instant plus tôt et par là même ses massages. Sous le derme de ses mains, elle sentait encore la tension accumulée dans ses muscles depuis des années, faisant rouler la peau sous les gestes habiles de ses doigts. Ses iris de fauve s'attardèrent sur les marques laissées là par divers combats, par les épreuves de son existence révolue sur Rhaëg tout entier.
Il lui arrivait parfois de se demander pourquoi d'entre toutes celles qu'il avait connu, elle avait demeuré l'élue, en dépit de son évidente beauté. Rūna, sous son apparente et maladive assurance, était encore la princesse devenue sultane rejetée de celui qu'elle avait dû épouser et aimer de force. Avec Alauwyr, elle arpentait des sentiers inconnus qui, souvent, l'intriguaient. Elle avait eu connaissance de son idylle avec Darlana, une cousine de la même race elle aussi fort belle. Pourtant, malgré sa possessivité dissimulée, Rūna ne se montrait pas jalouse. Au fond, en revanche, elle craignait qu'il ne se détournât d'elle, comme il l'avait fait avec la Maîtresse Incarnate.
La jeune femme secoua légèrement la tête, rejetant ses obscures pensées pour répondre à l'ordre qu'elle avait intimé à peine plus tôt. S'efforçant d'amener à nouveau des sentiments plus agréables dans son âme, elle brisa à nouveau le silence.

« Je dois avouer que je suis toujours ravie de te voir si aisément à ma merci, toi qui a affronté tant d'hommes et de démons... Abandonné aux mains d'une simple Chevalière... Rien d'étonnant à ce que le peuple ne ragote à t'imaginer sous mon égide ! »

Oh oui, elle avait masqué ses mots avec un soupçon de raillerie, une taquinerie qui l'invitait aisément à rebondir pour mieux chasser les ombres et les spectres d'ennemis avérés et secrets.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMer 26 Aoû 2020 - 13:55

Même si les rumeurs viendraient à enfler quand à la relation qu'avait la Chevalière Incarnate avec le Seigneur en personne, qui pourrait le croire dans son intégralité ? Alauwyr était connu pour ne pas demeurer longtemps avec une partenaire. Darlana en était un parfait exemple. Et Dieux seuls savaient qu'elle était une véritable mante religieuse quand elle le désirait. Ne pas avoir pu demeurer dans la couche du Maître Noir pour répondre à ses appétits féroces comme d'accéder à une certaine partie du haut pouvoir du Kaerl avait du quelque peu... la frustrer. Abandonnée une femme comme elle, avait apporté son lot de potin quand aux désirs d'Alauwyr en terme de gente féminine. N'était-il pas un redoutable guerrier, qui prenait plus de plaisirs dans le combat et la mort de ses adversaires que de viser un avenir tout autre ? S'encombrer d'une femme était d'ordinaire dangereux pour un combattant tel que lui. Plus qu'il n'avait pas montré d'état d'âme à en combattre une, Limna,  sur les sables de la Fosse, quand il avait visé pour la première la place seigneuriale.

Dans un sens, ce que révélait Runa quand à l'image qu'elle donnerait d'elle-même, de son côté, face à leurs adversaires présents et de l'ombre, s'imbriquait parfaitement dans le plan qu'elle avait présenté ; dans le plan qu'ils suivraient tout deux pour rendre la gloire d'antan au Màr Taralom.

Une fois dans le bain, lui faisant face, il n'avait pu s'empêcher de s'abreuver de la beauté de son visage et de la flamme ardente qui luisant dans ses yeux ambrés. Elle-même ne demeurait guère indifférente à son approche -pas du tout même. Bien que sa peau était couturée de cicatrces, traces d'un passé dangereux, de ses allures redoutables d'un être sans émotions, il y avait quelque chose qui émanait de lui, derrière cette dangerosité qui émanait de lui. Cette chose qui avait réussi à briser la frontière de froideur qui avait été sienne durant toutes ces années, qui le rendait bien plus que désirable... Quelque chose qui faisait battre leurs coeurs avec une totale sincérité, une confiance indéfectible.  

L'éponge naturelle qu'il tenait glissait sur la peau de la Chevalière, balayant durant quelques secondes seulement la fine pellicule de goutelettes qui s'étaient posées à sa surface, comme s'il espérait apporter la perfection à une création divine. Il exécutait le geste avec une telle douceur que cela en était surprenant, très surprenant. Lui qui était habitué à la violence, aux gestes brusques... il dévoilait une délicatesse qui demeurera méconnus des autres Ardents. Seule Runa méritait d'avoir cette vision secrète d'un homme qui avait un sillage de morts et de sang. Peut être qu'Alauwyr redoutait de briser l'instant, craignant d'être que dans un rêve.

Non, il ne rêvait pas. Flarmya ou un autre Dieu ne se moquait pas de lui avec l'image d'une femme qu'il n'avait jamais pu espérer aimer de la sorte. A voir les émotions qui nimbaient ce visage façonné en beauté par la nature même, elle était bien réelle. Puis quand Runa rouvrit ses paupières, qu'elle avait fermé pour savourer le contact délicat d'Alauwyr contre sa peau, il était déjà emporté dans les flammes de son regard. Avaient-ils réellement fait aussi bien ? Ou demeurait-il encore quelque chose de plus grandiose encore à accomplir ? Alauwyr était convaincu qu'ils avaient tous deux quelque chose à atteindre, quelque chose de bien plus fabuleux encore.

Donc, au regard d'agate orangé de la jeune femme lui soufflant le désir de s'occuper de lui, il lui répondit avec un sourire avide et la laissa faire. Elle n'avait pas tarder à prendre une petite fiole d'huile. Il l'observait, sentant l'experte en massage se mettre en oeuvre pour être aux petits soins pour lui. Elle vint se placer derrière, apposant ses mains là où le départ était le meilleur à débuter sur son dos et son cou. IL retint à peine un frisson. Bien qu'il s'était déjà fait massé par certaines compagnes d'un soir, là, c'était différent. La pose ferme des mains de Runa exprimait bien autre chose, que le simple souhait de le masser. Il ne manqua pas de rire quand la jeune femme brisa la quiétude vaporeuse de la salle d'eau.

''Je t'évoquais, concernant l'Esprit des Eaux. Je ne peux que m'abandonner à tes bons soins....et puis, ai-je réellement le choix ? ''

On sentait presque le sourire dans le ton de cette réplique.

Et elle avait parfaitement raison de lui souffler de plus rien songer. Il avait déjà commencé à chasser toutes les mauvaises pensées qui s'étaient vrillées dans son esprit et son coeur. Elle s'était même accolée contre lui, sentant sa peau humide contre la sienne. Etait-ce son coeur qu'il percevait dans ce contact qui le fit frémir avec plaisir ? Il sentait sa poitrine, la fermeté et la fraîchie unie de celles-ci contre le haut de son dos, pendant qu'elle lui susurrait à son oreille. Par Flarmya, elle avait quelque chose que d'autres lui envieraient, quand à exprimer la passion chez un homme. Il soupira d'aise tout en sentant avec plaisir la chaleur envahir ses entrailles. , plus encore quand les lèvres de sa bien aimée frôla presque la peau de son cou. Et sous ses conseils avisés, il ne pensait plus à toute l'obscurité nerveuse qui embrumait son esprit, s'en libérant pour s'abandonner à Runa et à ses mains divines.

Quand elle brisa à nouveau le silence, Alauwyr ne songeait plus qu'à la douceur ferme des mains qui roulaient sa peau, pour chasser la tension accumulée à des endroits stratégiques de son propre corps. Doucement, il tourna la tête, un rictus défiant à ses commissures de ses lèvres.

''Peut être que tu es une déesse réincarnée d'un lointain culte oublié et que c'est moi qui te tiens à mon emprise, par mon seul regard. ''

Il s'était retourné pour lui faire face.

''Ou alors as-tu usé d'un ancien sort valheru pour m'avoir à ta merci... ''

Il sourit, tout en gardant ses yeux noirs plongés dans ceux de Runa. La froideur était encore présente, mais timidement. Autre chose la reléguait dans un regard de cette abîme de noirceur. Il s'était rapproché d'elle, portant sa main endurcie par le maniement de sa lame sur la peau fragile de la Chevalière.

''Ou peut être parce que nous sommes tous deux vouer à être en permanente dualité tout en nous retrouvant, pour parfaire un équilibre qui jusqu'ici n'existait pas. ''

Il s'était rapproché, pour frôler ses lèvres contre les siennes, tout en glissant ses mains contre les épaules frêles de la jeune femme, l'attirant à lui.

''Je suis le chaos... et jusqu'ici, personne n'avait réussi à dompter cela... Sauf toi. Toi aussi, tu est le trouble dans l'existence et tu deviens la clarté ardente de nos âmes. ''

Et cette fois, il l'embrassa avec un peu plus de fougue, tout en la serrant tendrement contre lui. Personne, non personne ne pourrait prendre à ravir la place de celle qui avait pris le coeur du Chevaucheur de Dragon


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeLun 21 Sep 2020 - 1:19


« - Peut être que tu es une déesse réincarnée d'un lointain culte oublié et que c'est moi qui te tiens à mon emprise, par mon seul regard. »

Ah comme il avait l'art et la manière de complimenter le méprisable orgueil de la princesse Ssyl'Sharienne... A noter qu'il le faisait de bon coeur, sincèrement, sans chercher à obtenir quoi que ce fut de la part de son amante. Rien qu'il n'avait déjà auparavant obtenu, du moins.
Un sourire pleinement amusé étira le visage entier de la jeune femme. Souvent, elle s'estimait chanceuse de connaître cette facette du Seigneur Ardent, tout en s'indignant en silence mais de bonne grâce face à la faiblesse qui se lisait dans les orbes d'onyx de son soupirant. Qui pouvait se targuer de l'avoir déjà vu tant avoué à l'emprise de quelqu'un ? Son Lié en avait eu peur, à l'instant même où avait point cette étincelle nouvelle, et aujourd'hui encore cette idée le décontenançait plus qu'il ne semblait se l'avouer lui-même.
Un voile bref éclipsa les soleils qui dansaient dans les iris de la fëalocë, le seul temps d'imaginer ce que sa vie aurait pu être si la destinée ne l'avait pas faite croiser Alauwyr au coeur du Grand Désert, près de deux ans auparavant. Rien qu'un furtif battement de cils ne sut trop faire durer.
Soudainement, un air indigné et vexé la dévisagea lorsqu'il évoqua la magie pour justifier leur attachement.

« - Tu me blesses ! Crois-tu que je ne sois pas capable d'obtenir ce que je veux par ma seule volonté ? La Magie est une aide et non un substitut ! »  S'exclama-t-elle avec avanie avant de se voir incapable de réprimer une mine offensée.

La Chevalière avait bien des défauts. D'ordinaire, sous le regard du simple peuple, il ne lui était guère pénible de les ignorer et feindre un masque inattaquable. Mais dans l'intimité et par le verbe de son compagnon, la chose était bien moins aisée...
Elle détourna le regard pour éviter le sien, posé sur elle avec son immuable air provocateur. Sacrebleu ! Il avait fait mouche, pensa-t-elle, le maudissant un peu. Les lèvres de la jeune femme s'arquèrent et se pincèrent en une demi-grimace qui n'enleva rien au charme de son minois sans défaut, cette dernière lui offrait peut-être même un petit quelque chose qui aurait fait craquer un coeur même endurci. Sans quitter son air boudeur, ses flamboyantes orbes fixant bêtement le vide pour ne pas avoir à croiser le visage de son concubin, elle s'efforça de ne pas ciller au contact de la main rugueuse du guerrier sur son derme radicalement plus doux, virginal des affres de la guerre. Alors qu'elle prêtait partiellement attention à ses propos, elle en saisit néanmoins toute la véracité et la tendresse.

Peu à peu, sa mine renfrognée s'allégea du poids de la brimade qui l'eut appesantie, et elle vint lentement relever les yeux pour les plonger dans ceux d'Alauwyr. Bien qu'encore animés d'un brasier cuivré, la tornade qui y rôdait se mua en des flammes à la danse plus calme, plus disciplinée, de celles d'un feu apaisant dans l'âtre d'une cheminée. Rūna se laissa embrasser sans trop répondre, y cherchant probablement là le salut de son impulsivité innée. Etonnamment, depuis les prémices de leur idylle, le Seigneur Ardent avait ce pouvoir propre de l'apaiser, par un regard ou une caresse, par le contact de ses lèvres ou la pulpe de ses mains. Et à chaque fois, elle y cédait...

Tout aussi brutalement que son faciès s'était assombri à la pique facétieuse d'Alauwyr, ce dernier s'arrondit et s'apaisa d'un air langoureux et épris, presque ému. Il était certain que la poésie formulée par une créature aussi noire et à l'âme aussi brisée que celle du Seigneur Ardent ne pouvait être que sincère, loin des boniments régurgités par les hommes adeptes des femmes de petite vertu qui se laissaient abuser par belle parole sans saveur tant elle était offerte à n'importe qui contre la chaleur de leurs cuisses.

« - A quoi bon user de sortilèges alors que tu es fou de moi sans ça ? Le défia-t-elle en levant le menton avec provocation. Puis, plus encline à s'abandonner à la beauté de quelques doux mots, son ton se fit de miel. Tu es l'ombre et le gel dont j'avais besoin pour ne pas brûler trop vite... Je suis les flammes que ton coeur souffrait de ne jamais trouver pour battre enfin. Tout a du relief depuis que tu es entré dans ma vie, iza athzhilar. »

A nouveau, sans un mot, elle le laissa s'approcher et l'embrasser avec plus d'intensité alors qu'il l'étreignit. Alors que leurs lèvres se quittèrent, elle apposa sans réfléchir sa joue contre le torse de l'humain en inspirant profondément. Le plus naturellement du monde, elle l'enlaça en retour, d'abord fugacement puis avec plus d'ardeur, une force qui trahissait son besoin viscéral de le sentir contre elle, sentir la chaleur de son derme et les battements de son coeur, comme pour s'assurer qu'elle ne rêvait pas et qu'il était bel et bien présent en chair et en os. Elle maintint sur lui cet étau de longues secondes, avec pour seule mélodie celle de sa respiration calme accordée au bruissement de l'onde autour d'eux.
Paisiblement, le bout des doigts de la fëalocë vinrent effleurer la joue de l'humain, remontant de son menton vers sa tempe, passant avec lenteur dans la chevelure blanche et humide du Seigneur Ardent. Ses iris d'or et de flammes suivirent le cheminement de sa main, le vague à l'âme, avant de revenir se perdre dans les abysses des orbes de néant d'Alauwyr. Une note de calme et de mélancolie sembla s'emparer des traits poupins de la Chevalière Incarnate avant qu'un sourire doucereux ne précéda le baiser qu'elle lui offrit à son tour.

« - Je t'aime, Alauwyr Iskuvar. Ne l'oublie jamais. »


L'amour brille sous les étoiles ♫:
 

***

Seulement vêtue d'un drap de bain  qui collait à sa peau humide, le souffle encore irrégulier et les joues rosies, la fëalocë se rendit dans la grande salle du weyr pour se servir une coupe d'eau à la fraicheur passée. Il n'était pas difficile de la suivre à la seule présence de l'empreinte de ses pieds mouillés laissées sur le marbre lisse qui habillait le sol.
Sa longue chevelure andrinople aux ondulations trempées épousait les courbes du haut de son buste et quelques mèches furent repoussées de son visage alors qu'elle servit un second verre à l'intention du Seigneur Ardent, tout en vidant le sien d'une traite.
D'un bref coup d'oeil vers le balcon, admirant le ciel et Solyae entamant sa descente timide vers l'horizon, la fëalocë comprit que l'après-midi était désormais plus qu'entamée. Elle fit alors volte-face après avoir reposé sa coupe, tenant toujours celle à destination d'Alauwyr de l'autre main, puis s'exclama tout-haut avant même de ne l'apercevoir, d'un ton taquin et enjôlé.

« - Je serai honnête : une partie de moi regrette d'avoir fait perdre un temps précieux à son souverain. Mais l'autre, en revanche, n'a pas le moindre remord... Je ne sais pas quel devoir t'attendait aujourd'hui mais je crains de l'avoir quelque peu... ébranlé. »


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMar 29 Sep 2020 - 14:38

Voir le feu s'intensifier en elle après l'avoir gentiment asticotée sur l'usage possible de la magie pour le faire céder à ses charmes était quelque chose qu'il était difficile à décrire. L'observer se vexer de la sorte, même si ce n'était qu'à demi-sincère, était plus qu'un spectacle. Il avait l'impression de la découvrir à chaque fois que la flamme ardente bouillante qui habitait son coeur, l'intérieur de son âme s'activait. Il tentait d'imaginer le jeu de danse de cette flamme, en devinant ses mouvements sous la peau couverte de petites gouttelettes d'eau. Elle demeurait indiscernable, secrète, bien qu'elle avait dévoilée ses valeurs, ses désirs, ses rêves. Elle exprimait une volonté qui refuserait toute domination totale. Voilà ce qu'était Runa sur l'instant, sous ses airs à demi vexée ; une femme qui demeurerait à jamais indomptable. Personne, non, personne ne pourrait tenter de la soumettre... elle acceptait seulement de céder qu'au Maître Noir. Même si elle n'était pas une déesse réincarnée, elle en avait pourtant les attribues. Les divinités avaient toujours eu besoin des mortels pour exister, comme les mortels ne savaient guère se passer d'eux.

Voilà ce qu'elle était, finalement cette flamme : l'expression d'une étincelle divine dans un corps parfait qui ne rendrait jamais les armes, mais qui, devenait douce face à la froideur d'un mortel qui n'avait jusqu'ici jamais accepter de rendre les armes sauf devant la Mort... Et pourtant, il avait abaissé sa lame devant Runa. Comme elle le lui avait rappelé avant qu'il ne lui offre un baiser intense digne d'elle, elle était la flamme qui repoussait la glace qui occupait jadis son coeur noir. Lui, était cette glace qui empêchait la flamme de se consumer d'elle même.

Quand leurs lèvres se séparèrent, non sans une promesse de se rencontrer à nouveau prochainement, la chevalière incarnate enlaça Alauwyr, aussi fortement comme elle le pouvait, comme si elle redoutait de le voir s'étioler disparaître telle une brume éphémère. Il lui rendit son enlacement, la protégeant de ses propres doutes. Puis, le bout des doigts de l'Ardente se posèrent sur la peau blême du redoutable guerrier, qui la regardait paisiblement, pendant qu'elle suivait sous la pulpe de ses doigts le relief de son relief. La profondeur des abysses observaient l'approche des deux étoiles étincelantes d'or et de rubis rougeoyant. A son tour, il sourit, un sourire que personne, hormis la chevalière, ne pourra jamais apercevoir de toute son existence. A sa déclaration, il lui répondit :

"Je préfère oublier la lueur d'un soleil désertique couchant que d'oublier ton amour envers moi. Toi aussi, ma chère ''Déesse'', je t'aime. ''

Il s'abandonna au baiser qu'elle lui offrit, répondant à la toute précédente promesse des retrouvailles, avant qu'un second vienne se rajouter et qu'elle parte à sa découverte, frémissante d'une passion qui ne demandait qu'à s'exprimer dans tout son potentiel hardi. Telle une cavalière, elle le menait doucement là où elle le désirait ; il acceptait de se laisser faire, tout en la contemplant. Et quand elle reprit son exploration, comme pour tenter de trouver les moindres secrets sur son corps, tout en lui susurrant quelques mots entendus d'eux seules, ses yeux obsidienne. Sa flamme fit doucement naître un feu intérieur en l'humain, qui acceptait sa présence chaleureuse, répondant petit à petit à ses attentes, tout en veillant à la mener là où il le voulait, avec subtilité, pour la laisser maîtresse de leur union approchante. Bientôt, une tempête de passion allait dépasser la chaleur douceâtre de l'eau et le rythme de leurs coeurs, qui repousseraient tous les doutes, les remords, les craintes.... rien, il n'y avait rien d'autres pour eux d'eux que l'instant présent, mêlés l'un à l'autre...

***

Alauwyr n'avait pas tardé à la rejoindre, le temps de se sécher un peu et de passer un drap de bain autour de sa taille, juste à la hauteur de son bassin, dévoilant toute la force de son torse musclé. Son souffle avait presque repris un rythme normal, étant encore plus profond que d'ordinaire, pour apporter les derniers apaisements à un corps qui avait connu un extase à rendre certaines Ardentes plus que jalouses ou envieuses....Jamais elles ne deviendrait l'égale de la chevalière Ardente.

Quand enfin il la rejoignit, elle était là, admirant le lointain céleste qui se préparait doucement à se teindre des prémices de la fin de journée. Il accueillit avec plaisir le verre qu'elle lui tenait, préparé à son attention, tout en humant au passage l'odeur de sa crinière encore humide, qui suivait sa peau. Même trempée, elle avait toujours cette odeur chaude du Ssyl'Shar. Elle se retourna, lui faisait face. Il ne manqua pas de rire aux dires de sa tendre aimée.

"J'accepte tes regrets, même si j'estime que tu n'as pas à en avoir à mon égard. Quand à mes devoirs seigneuriaux du moment, je devais apporter mon approbation écrite quand à la nomination de nouveaux maîtres-dragons, sur une liste qu'on n'a pas omis de m'apporter ''

Bien des tâches se déroulaient durant une session Du Concile. Mais pour d'autres, cela était laisser à la charge de certains Sangs. Et Seregon devait être derrière certains rôles qui nécessitaient l'approbation du Seigneur en personne, par l'apport d'une acceptation ou d'un refus, confirmé par l'apport de son sceau ou de sa signature, pour que les Archives

''Il y aura juste un peu de retard dans le rendu de mes décisions quand à décerner ces titres ou non....tu as juste ébranlé le temps qu'il me faut pour t'annoncer que tu es officiellement une Maitresse-Dragon, ma chère...''

Il lui offrit un sourire ravi, mêlé d'un peu de son air dangereux. Elle venait d'atteindre le rang de Maitre-Dragon, elle était la première à avoir l'honneur d'être nommée... et par le Seigneur en personne.

''Je dois juste consigner cela par écrit... il y a juste le destinataire de mon parchemin final qui fera une crise cardiaque à attendre l'arrivée de ce dernier... En ce premier jour de votre nomination, par ma Décision et par mes Paroles, es-tu prête à servir le Màr Taralom en tant que Maîtresse Dragonne Incarnate, Maîtresse Sălv, liée à l'Incarnate  Sărzeghnet ? ''


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMar 6 Oct 2020 - 21:03


Qui plus que Rūna était le moins intimidé par la présence d'un homme ? Pourtant, lorsqu'il pencha le visage vers elle, inspirant à pleins poumons la fragrance émanant de la roseraie aux milles pétales qu'incarnait sa chevelure andrinople, ses joues se pâmèrent du voile d'un rose poudré.
Ses paupières plissèrent avec délice, dissimulant un bref instant les flammes de son âme par ses iris reflétées, ponctuant avec sincérité le sourire ravi qui arrondit ses pommettes saillantes. Celle qui n'avait jamais été troublée par la présence du Seigneur Ardent se laissait bien volontiers émouvoir par celui qui détenait le coffret où reposaient ses plus précieux et nobles sentiments.
Leur romance avait surmonté tant d'épreuves, il était bon de pouvoir enfin leur accorder un peu de répit loin des regards opportunistes et inquisiteurs du Màr, bien à l'abri dans cet antre où ils avaient tout loisir de s'éprendre par une faiblesse interdite et létale en public, où ils avaient simplement tout loisir de pouvoir être humains.
Dans ces moments de légèreté, la fëalocë vivait une adolescence qui lui avait été arrachée des mains bien trop tôt. Elle n'en n'avait pas honte, mais craignait secrètement d'en souffrir un jour...

Distraitement, elle démêla entre ses doigts sa chevelure aux pointes trempées, la tête à peine penchée sur le côté avec un air mi-rêveur mi-taquin. La jeune femme avait levé le regard vers son amant avec apaisement et malice mêlés, armée d'un rictus ravageur pour concurrencer celui qui se tenait face à elle. Elle sépara sa crinière en trois épaisses mèches et les tressa minutieusement, attentive aux propos tenus par Alauwyr tout en ayant un certain détachement, toujours plongée dans les nimbes de leur étreinte aux bains qui avait pu laver leur mutuel éclat de colère.
En dépit d'une apparente assurance, Rūna s'efforçait de dissimuler son inquiétude liée  à la nouvelle du retour furtif de Martel Dehlekna. Par Kaziel, pensait-elle, ne pouvaient-ils avoir plus de quelques semaines de paix ? La fëalocë chassa ce moment d'égarement par une profonde inspiration, usant de cette dernière pour revenir au corps des mots qui coulaient de la bouche de l'humain.
La Chevalière Incarnate acquiesça d'un semi-muet mhmh, tant curieuse par le déroulement de cette journée avortée que par une simple volonté de poursuivre leur conversation, à mille lieues de ce qu'il s'apprêtait à lui révéler.
Puis, elle stoppa net. Son visage se braqua immédiatement vers lui, figée dans la réalisation de sa coiffure, les yeux grands ouverts et les lèvres entrebâillées par la violente apparition d'un doute. Avait-elle bien entendu ?

Face au sérieux qu'il lui renvoya - du moins, en sus de cette perpétuelle prédation de loup accrochée inexorablement à son air habituel -, Rūna se redressa immédiatement, debout droite devant lui. Un flot ininterrompu de diverses émotions la submergea comme un océan pris sous la tempête, si bien que quelques brisures de larmes semblèrent lui monter aux yeux sans pour autant se révéler pleinement. Sa cornée brillait, pétillait, étincelait! d'une dévastatrice fierté tandis que ses épaules s'abaissèrent comme alourdies par le poids bienvenu de nouvelles responsabilités. Non préparée face à pareille nouvelle - surtout à la suite d'une journée si rocambolesque -, elle parut éperdue l'espace de quelques secondes, un affolement bien vite terrassé par son immuable capacité à se départir de sa décontenance.
Un peu gênée de lui répondre seulement vêtue de son derme mouillé et d'un drap de lin à l'opacité douteuse, prise sur le fait accompli, elle porta son poing droit à sa poitrine et s'inclina cérémonieusement, laissant s'élever un timbre clair et profond pour formuler sa réponse.

« Par votre décision et votre parole, je m'engage, moi Rūna Sălv et en nom de ma Liée la Reine Incarnate Sărzeghnet, à servir le Màr Tàralöm et porter ses couleurs en tant que Maîtresse Dragon, pour l'Honneur du Kaerl et son Seigneur. »

La jeune femme attendit le temps nécessaire, estimant avec justesse la durée du caractère solennel de ce précieux moment qu'elle vivait. Par tous les dieux, elle était si fière ! Son orgueil suinta de tous les pores de sa peau alors qu'elle se redressa, il anima les lumières et les ombres de son visage pour y modeler l'édifice d'une abyssale hardiesse, comme la chenille devenant splendide papillon, comme l'embryon d'un rapace se faisant majestueuse harpie. Un nouvel air emplissait ses poumons, un air où régnait en tête les notes d'un grand accomplissement, d'une immense satisfaction.
Rūna se tint ainsi devant Alauwyr avec la droiture d'un Décurion et la détermination d'un soldat, il était  d'ailleurs bon de bénir les divins de ne pas l'avoir faite guerrière sans quoi la fëalocë s'en irait déjà asservir Rhaëg tout entier.
Pour achever le protocole auquel elle était viscéralement attachée, dans un respect de la tradition et des lois qui régissaient le Màr, la désormais-Maîtresse Dragon ploya le genou devant son souverain légitime et inclina respectueusement un visage digne. Par delà leur relation, il demeurait son suzerain, et elle releva tout l'honneur qu'il lui fit de l'anoblir à ce nouveau statut en personne.

« Je vous remercie pour votre confiance, Seigneur, et je tâcherai de ne pas trahir votre jugement ni décevoir les ambitions que vous nourrissez à mon égard. »

Rūna avança un pied et se redressa avec noblesse nonobstant sa piètre tenue qui ne se prêtait guère à cette unique occasion. Jugeant que la rigueur du décorum n'était plus nécessaire, elle lui adressa un regard taillé du plus pur des or, des orbes qui luisaient d'un dédain sans présomption et d'une émotion palpable mais rabrouée en silence. Toute sa vie, elle avait dû taire ses sentiments au nom de l'étiquette et du prestige alors qu'elle était l'incarnation même de la Passion. Alors elle sut se contrôler mais son désir d'exploser était plus que difficile à maintenir...
Puis, aussi subitement qu'elle se fit formaliste en réponse à sa nomination surprise, la fëalocë se jeta au cou d'Alauwyr et l'enlaça avec vigueur, lui offrant toute la chaleur de son immense joie en réponse à ce qui était pour elle autant un dû qu'une récompense.

« Je te déteste ! Si j'avais su, je me serais rendue un peu plus présentable ! Et toi aussi tu aurais pu faire un effort, regarde toi ! » Scanda-t-elle, bien qu'enfouissant amoureusement son visage au creux de celui du Maître Noir, lui même piètrement vêtu.  

Elle pensa à tout ce qui allait bientôt advenir, à leurs projets, leurs intrigues, à ses propres ambitions, à point tel qu'elle en aurait eu le tournis. L'officieuse concubine du Seigneur Ardent, tel le phénix, allait pouvoir renaître de ses cendres en devenant Maîtresse, en formant ses propres pupilles. Rūna n'était pas seulement heureuse ou fière pour elle-même, elle l'était aussi pour sa Liée, son âme-soeur si haïe depuis sa naissance. Enfin, ENFIN, elles allaient pouvoir briller et devenir la promesse d'une inoubliable constellation.
Sărzeghnet l'effleura du bout de son âme, l'enveloppa sans prononcer un mot. La Reine, depuis les sommets des Dôl Nàrë, émit un rugissement triomphant et menaçant, faisant tonner et scandant sa légitimité une bonne fois pour toutes.

« Merci, mon adoré, mon démon aux cheveux d'argent. » Merci de croire en moi, merci de t'être acharné malgré nos heurts, merci de m'avoir offert cette vie nouvelle où la précédente ne promettait que le pire, merci de m'avoir rendue meilleure. Mais tout cela, elle ne lui dirait jamais, s'interdisant presque de le penser.

La jeune femme déposa un affectueux baiser sur la joue de l'humain sans se détacher de l'étreinte par laquelle elle le contenait contre elle, pendue à son cou. Les heures purent bien s'étioler ainsi, avec l'improbable innocence qui liait ces deux monstres prêts à détruire le monde entier pour satisfaire une simple impulsion ou se venger d'un regard déplaisant.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeLun 12 Oct 2020 - 16:54

Il était vrai que tant de choses s'étaient déroulés depuis que les Dieux avaient décidé d'interférer dans la cour du Destin, pour voir les effets rétroactifs de deux êtres au fort caractère et qui avaient cru détenir les rênes de leur propre existence. Il n'en était rien. Il a fallu qu'à cette rencontre, cet homme et cette femme subissent bien des épreuves, pour se pousser à les surmonter, resoudant à la perfection les morceaux de leur instant de vie brisée. Mais pouvait-on vraiment parler d'existence éclatée lors de mésaventures qui leur avait dévoilée qu'ils étaient pas tout puissant ? Qu'ils n'étaient que des êtres de chair et de sangs et qu'ils ne pouvaient se défaire totalement des sentiments qui donnaient justement le goût au simple fait de vivre ? Il serait difficile de savoir à quoi songeait réellement le Seigneur Ardent en cet instant. Il en était de même pour la fraîchement promue Maîtresse Incarnate. Dans les tréfonds de leur âme, de leur esprit, seuls leur moitié draconique serait à même de lire les pages de leurs pensées.

C'était le cas d'Estenir, qui était bien présent. Il avait su se faire discret, laissant toute l'intimité aux deux bipèdes ; pouvait-on parler de cela alors que les liés avaient fusionné leurs esprits ? Ayant usé de ses capacités pour se fondre un peu plus dans les ombres de son enclave, il paraissant somnoler. Bien que ses paupières étaient closes, il était bien présent, éveillé et concentré. Pour son lié, il s'assurait que les chamboulements émotionnels antérieurs ne venaient pas provoquer encore un nouveau tumulte. Depuis que son bouclier de froideur s'était brisée, rajouté à cela les exigences du Gardien Seregon quand à ses devoirs de Seigneur, le fils cendré de Flarmya avait redouté un effondrement psychologique de l'humain. Mais ce dernier, bien qu'ayant manqué de périr lors d'une ''mission'', n'avait pas perdu de son mordant à repousser la mort et l'inéluctable. Ce qui ne tuait pas le rendait plus fort. Et les nombreuses batailles intérieures, bien que rudes, avaient été remportés. Alauwyr avait retrouvé une certaine forme de stabilité, autant parce qu'il était toujours capable de s'adapter que maintenant, il avait compris bien des choses. Les bipèdes qui découvraient qu'ils ne cesseraient jamais d'apprendre possédaient les clés de la réussite et de la survie. Mais est ce que cela se maintiendrait ? Le lié d'Estenir demeurait toujours un homme instable, capable de tempêtes coléreuses soudaine, comme la démonstration précédente, donc les morceaux de vaisselles étaient de moult témoins de cette explosion de rage. Rien que d'avoir appris que Martel, était revenu en douce au Kaerl, avait suffi à réveiller la haine et la rage qu'il exprimait envers cet Elfe. Bien que la Fëalocë avait su l'apaiser et porter son attention sur la nature plus appréciable et chaleureuse de sa personne, persistait un doute. Comme l'avenir allait présenter Martel au Kaerl Ardent ? Comment Alauwyr réagirait-il ? En Seigneur Ardent ou en humain avide de pourfendre son ennemi de toujours ?

Si Alauwyr l'avait réellement désiré, il y a longtemps que Martel aurait expiré, baignant dans son propre sang. Ce qui avait retenu ce souhait après le bannissement de l'Elfe était des choses qu'ils partageaient tous les deux. Ils partageaient un secret qui les tenaient l'un à l'autre. Si un tombait pour des raisons obscures, l'autre suivrait sans équivoque. ce savoir partagé était pernicieux, malgré la dualité qui mettait une frontière fragile entre ces deux hommes. L'avenir était presque à redouter. Estenir ne le redoutait pas. Il avait confiance en son lié, confiance à la place de Seigneur qu'il occupait et qu'il commençait ''enfin'' à prendre en main. Le parcours pour réassoir son autorité n'était qu'à ses débuts malheureusement.

Ses paupières cendrées finirent par s'ouvrir, terminant d'assister à la nomination officielle de la chevalière incarnate. Elle était désormais une Maîtresse Ardente, liée à une Reine. Un rugissement en provenance des D^l Nàrë, retentit, tel le puissant clairon de la victoire.

°Félicitations à toi, Grande Sărzeghnet. Plus personne ne pourra contester la souveraineté qui est tienne parmi les nôtres. °

Estenir n'était pas protocolaire, mais pour l'Incarnate de l'aimée de son lié, lui apporter ses félicitations à Sărzeghnet ne pourra que la conforter encore plus dans la légitimité qui lui était dû. Qu'un autre dragon ou une autre Incarnate vienne à remettre en question le jugement du Seigneur Ardent, il ou elle goûtera de ses crocs....

Alauwyr, toujours avec le sourire à la pointe légèrement carnassière, savourait le bref instant du choc subi par Runa à la nouvelle de sa nomination, sortie d'entre ses lèvres. Peu important leur tenue légère, à peine sortis des bains. Il était là, le souverain face à sa sujette, qui portait sa loyauté et sa reconnaissance en portant son poing fermée à son coeur, à la peau encore humide et à son drap qui collait par endroit à sa peau, se dévoilant presque transparente de manière presque.... attirante. Mais cela ne détourna pas le regard noir du souverain ardent, qui guettait le moindre geste et paroles de la nouvelle Maîtresse Incarnate, comme pour s'assurer qu'elle ne perdrait aucune miette de ce moment solennel, bien qu'ils étaient tous les deux sommairement vêtus.

La femme qui hantait son esprit et son coeur ploya un genou devant lui, confirmant l'acceptation de cet honneur et du retour qu'elle lui offrait.

''Flarmya et les Dieux sont témoins de ton engagement envers le Màr et le Seigneur Ardent. ''

Elle s'était redressée avec toute la dignité propre à sa race, renforcée par son éducation, et ce, malgré l'absence de tenue adéquate. Mais qu'importait cela quand on se tenait en personne devant le Seigneur Ardent, qui tenait les titres des chevaliers-dragons entre ses doigts ? Un seul mot et un chevalier-dragon pourrait ne jamais accéder au titre de Maître... Mais qui pouvait-il être devant cette femme, qui pourrait passer pour une divinité ? Peut être même pourrait-elle faire de l'ombre à Flarmya en personne, au vue de sa volonté et sa détermination ? Ou bien, était-elle la jumelle de la Déesse Dragonne ? Qui sait... Cela ne l'empêcherait pas de lui vouer toute cette passion qu'il avait refoulé durant des années, pour ne pas s'affaiblir. Serait-elle la première épine mortelle à son flanc ? Non, elle était son complément. Elle se couplait à sa force. A eux d'eux, la faiblesse était refoulée plus loin encore...

Après l'aspect solennel de son titre mérité, Runa sauta carrément au cou de son aimé, pour exprimer toute la joie qui débordait de son coeur, de son immense contentement à avoir atteint un objectif, pour mieux saisir son but d'existence. Alauwyr ne put retenir un petit rire, plus encore devant le sermon qu'elle lui scandait à ses oreilles. Il la serra plus amoureusement encore dans ses bras, devant cette remontrance.

''Où aurait été le plaisir de voir ton visage parfait se décomposer de surprise et de bonheur sans borde quand à mon annonce ? Peu importe la tenue ma chère. Te voilà désormais Maîtresse-Dragonne et bien des choses te passeront au dessus des épaules. Même Seregon ne viendra pas m'enquiquiner pour nos tenues très ''ouvertes''. et ainsi, je peux mieux savourer le contact de son corps contre le mien, et apprécier la chaleur de la joie qui déborde de toi. ''

Puis il la regarda droit dans les yeux, comme pour la défiant non sans une étrange petite malice marquée aux commissures de ses lèvres.

''Ôte moi d'un doute, ma chère.... Ployer le genou devant moi était pour le Seigneur que je suis, ou tout simplement l'homme que je demeure ? ''

Il ricana, profitant d'avance de la réaction de sa flamboyante aimée devant de cette boutade. Puis une fois le baiser déposé sur sa joue, lui provoquant un doux frisson, il murmura à ses oreilles :

''Maîtresse Incarnate, nous devons désormais nous atteler aux diverses tâches qui m'incombent. Je pense que ton aide me sera utile... Mais avant cela, je propose que nous nous revêtions, pour être plus présentable à tes yeux..."

Car aborder des sujets sérieux concernant le Màr et tout ce qui s'y rattachait demandait une concentration conséquence. Commencer à travailler dessus avec une jeune femme, belle, fougueuse... enveloppée d'un grand voile de lin, à moitié humide collant à sa peau pour la rendre plus désirable qu'un nymphe des légendes... non, cela n'aidait pas à se focaliser sur les affaires kaerlique.

Il ne fallut guère de temps pour Alauwyr pour se rhabiller. Terminant de mettre une chemise de lin blanc et fin, il avait déjà enfilé son pantalon noir, les pieds déjà enfoncés dans les bottes de cuir tout aussi obscures de couleur. Elles lui montaient au trois quart des mollets.

Ne boutonnant finalement pas la chemise, il observait Runa, tout en songeant au retour de Martel. Car nul doute que Seregon était derrière et qu'il accepterait des alliées de ce sale Elfe, qu'il comparaisse devant les autres Sangs pour justifier et légitimiser son retour. Rien que d'y songer, il grinça des dents.

°Tu ne pourras le défier dans la Fosse pour l'occire ou de le tuer dès que tu le verras. °
°Je ne le sais que trop bien ! Et c'est cela qui me rend amer ! °
°Penses-tu que ce n'est que l'unique raison ? °
°Tu lis trop bien dans les méandres de mon esprit... Si jamais il se décide à user de cela contre moi, il s'en repentira°
°Il n'est pas stupide au point de s'en servir contre toi. Même s'il n'avait plus rien à perdre je suppose. Si jamais il use de ça, il perdra tout ce pourquoi il serait revenu au Màr°
°Tu veux dire qu'il est trop imbu de lui même pour jouer sur cette pente mortelle. °
°Vu sous cet angle là...°

Il devra tenir sa propre rage dès qu'il verra le bout du nez de Martel. Et Estenir mettait la griffe sur un point important : il devait agir comme Seigneur et non comme un simple humain. Et Runa l'aidera grandement.

''Dis moi ma chère... Quels seraient les véritables motifs du retour d'un banni au sein de notre Màr, profitant du couvert du Gardien et de quelques alliés pour le cacher et le protéger ? Braver ma sentence est un acte soit de folie, soit mûrement réfléchi.... "


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeLun 19 Oct 2020 - 21:07

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarz
La Reine Incarnate Sărzeghnet

Tommee Profitt x Fleurie - Onward & Upward

La Reine Incarnate planait au dessus du Kaerl avec majesté et lenteur dans une danse minutieuse et terrifiante. Par de rares battements d'ailes précis, par le caractère viscéral de sa mémoire ancestrale auquel dès lors elle accédait, la souveraine aux écailles de rubis arpentait avec une déconcertante facilité en dépit de sa cécité ces sentiers célestes où les siens régnaient.
Allant et venant au fil des courants ascendants, la dragonne peinte de sang habillait le ciel pâle d'automne de sa robe chatoyante et menaçante, rappelant les jeunes feuilles d'érable soufflées par la brise et mordues par la saison annonçant leur trépas imminent. Lorsque l'un de ses congénères osait braver son sillage dans une tentative curieuse ou pacifique, un grognement bestial suffisait à le repousser et avorter sa vaine entreprise.
Fière et orgueilleuse à en donner sa vie, Sărzeghnet prenait tout loisir de dégourdir son corps sans oublier de rappeler qu'elle avait bien regagné le Màr Tàralöm et que rien ne saurait la destituer de son trône d'éther et de cendre.
Désormais Maîtresse, sa Soeur avait enfin elle aussi la possibilité d'asseoir sa conquête des Hautes Sphères... Tout ne faisait que commencer.
A pleins poumons elle humait l'air et savourait son sentiment de toute-puissance, accueilli de bon aloi après la seule épreuve de sa naissance critiquée jusqu'au drame que vécut sa bipède. Prête à affronter légions d'Hommes, de Dragons et même de Dieux, la Reine Incarnate d'ordinaire si froide et secrète semblait sourire de toute sa mortelle gueule. Son rictus s'accentua lorsqu'elle fut importunée par les propos de son aîné, Estenir, l'Empereur Noir lié à celui que son âme-soeur s'était choisi.

** Ceux qui tel que toi le reconnaîtront ne craindront rien, mais je n'aurai aucune pitié pour ceux qui oseront encore en douter ! **  

Fidèle à ses valeurs, Sărzeghnet suivait d'un même accord celles de Rūna : il était grand temps de redorer le blason du Kaerl, mais surtout de rendre aux dragons Ardents leur superbe à priori oubliée ou trop discrète.
Au delà du lien ténu qui unissait la Reine Incarnate à l'Empereur Noir par celui qui enchaînait Rūna et Alauwyr, une distance subsistait entre eux deux. Une distance qui convenait parfaitement à Sărzeghnet, mais elle accepta volontiers ses éloges plus que bienvenues.

** Tu devras toi aussi rappeler ta place dans l'esprit de ceux qui se sont moqués de ton bipède et de toi. Melkor te fait tout autant affront qu'honneur en demeurant caché de ta présence. **

Cherchait-elle à instiller de la colère dans le coeur de son aîné modelé dans les cendres ou seulement à réveiller le monstre tapi sous ses nonchalantes écailles ? Et dans quels buts ? Elle ne craignait aucunement de blesser l'égo du mâle ni plus que provoquer son courroux. Estenir s'était peu à peu écrasé sous les volontés de son Lié, dans la quête perpétuelle de ne pas le décevoir. En son âme et conscience, la Reine Incarnate avait senti briller leur mutuelle arrogance à ne jamais révéler leurs sentiments profonds, pourtant le lien qui les maintenait était puissant. Estenir devait reprendre la position qui était sienne, tout comme Alauwyr, loin des manigances méprisables de Seregon, loin des ragots du peuple Ardent.

*

Le Devoir, l'Affection... Les deux se mêlaient bien dangereusement en sa conscience. Pour l'heure leur savante chimie se révélait encore inoffensive, mais il y avait fort à parier que l'avenir lui prouvât le contraire, car ces deux valeurs étaient le plus souvent ennemies et létales l'une envers l'autre.
La fëalocë en saisissait bien les risques sans s'épandre en mièvres manifestations de ses inquiétudes, elle n'avait guère de temps à perdre en douloureuses spéculations et scénarios à la probabilité incertaine. Elle agirait au moment venu, si un choix devait être fait, même si dans sa tête tout avait déjà une trame précise. Malgré tout l'attachement qu'elle pouvait avoir envers Alauwyr, envers l'homme seul et nu de son titre, il demeurait avant tout son Seigneur. Elle tacherait au mieux d'accepter ses choix et ses décisions sans nécessairement les cautionner ni les suivre aveuglément. La désormais-Maîtresse Incarnate ne pouvait viscéralement pas s'interdire de prendre ses propres décisions, il lui semblait bien plus aisé de tirer en secret les ficelles des marionnettes agitées autour d'elle... La seule exception revenait au Seigneur Ardent, cela dit, quand bien même elle tâchait de modifier sa perception de son rang et du Màr par des arguments bruts et entiers, sans manipulation propre. Certes elle ne nourrissait pas de dégoût à obtenir ce qu'elle désirait par un regard doux ou une belle parole, mais jamais elle n'aurait acheté une opinion favorable à son souverain par la seule monnaie de sa chair et une chaleureuse étreinte. Ces pratiques étaient réservées à d'autres Maîtresses à l'amour propre fané et à l'honneur dissolu.

Aussi brutalement que le souffle du vent ravivait une flamme paresseuse, une bourrasque la fit se raidir lorsqu'elle perçut la pique peu dissimulée dans les propos de l'humain. Rūna se détacha de lui sans pour autant ravaler l'appréciation de leur enlacement, puis se tint face à l'humain en croisant les bras, un air plus dur accolé à son visage de statue.
Les lèvres légèrement pincées, le menton haut et fier, la vipère de grenat persiffla.

« Je m'agenouille pour ton titre et en l'honneur de celles et ceux qui t'y ont précédé, dans le respect d'une lignée bientôt millénaire, tout comme celle de mon nom. Je ne me soumettrai jamais à un simple homme ni plus qu'à un dieu, je ne m'adonne qu'à respecter et estimer une hiérarchie par laquelle je ne peux passer outre en attendant de l'assujettir par ma propre élévation. » Asséna-t-elle, sans menace, seulement avec l'évidence d'un présage indéniable.

Rūna n'avait jamais caché ses aspirations à devenir plus, plus qu'une fëalocë, qu'une princesse, qu'une sultane, qu'une Maîtresse Dragon. Mais contrairement à la majorité de la plèbe Ardente, elle irait là où d'autres craignaient ne serait-ce que de couler un regard. Sa satisfaction ne saurait être tirée en prenant une place abritée de tout danger, sans triomphe et sans révéler l'étendue de sa volonté de fer. Le Concile était une première étape, d'autres mondes oubliés l'attendaient ensuite.
Elle lui offrit un air dur qui se dérida par une petite mimique à peine provocatrice. Il n'était pas déplaisant de rappeler à Alauwyr que si elle acceptait de partager avec lui le repos d'un lien affectueux, elle n'était pas pour autant une ingénue aveuglée par ses sentiments. En elle cohabitaient deux créatures : la Femme et la Sorcière. Toutes deux appréciaient l'humain, mais l'une n'avait aucun scrupule à gravir les échelons face à elle pour atteindre une place au dessus du Maître Noir...  
Même elle n'était pas toujours certaine de la véracité de son esprit, de la sincérité de sa personnalité. Seul son regard, si brûlant et si sombre à la fois, trahissait les desseins de son âme.

Elle se dérida finalement lorsqu'il quémanda son aide, à sa manière. La fëalocë n'y vit pas tant une faiblesse mais plutôt une incommensurable confiance, un sentiment qui pansa la nature de sa précédente interrogation. Un air moqueur harangua Alauwyr alors qu'elle lui répondit avec le plus grand cynisme, couplé au dard de son verbe déjà d'ordinaire mordant.

« Je suis, contrairement aux mâles, pleinement en mesure de réfléchir tout en admirant quelque chose de plaisant. Mais soit... »

Dodelinant des épaules, renfrognant un instant la cloison par ses bras croisés, elle conclut sa phrase par un hochement de tête autant dédaigneux que facétieux. La princesse Ssyl'Sharienne s'éloigna vêtue en coin de son plus beau sourire sarcastique, ne lui jetant qu'un regard sournois par dessus son épaule au moment de quitter la pièce.
Une fois rhabillée et présentable - en tant que Maîtresse envers son Seigneur, et non plus comme concubine envers son amant -, elle revint vers lui, le pas noble et la démarche calme. Elle sourit, notant sa sempiternelle désinvolture par une chemise enfilée à la va-vite mais non fermée, là où elle se présenta à lui avec la dignité d'une reine, la crinière rabattue en un épais chignon tressé et la robe parfaitement positionnée, au millimètre près.
Elle avait l'aisance de quitter le manteau de compagne pour se draper dans celui de conseillère avisée, tâchant de faire abstraction de tous les bons moments passés en la compagnie de celui qu'elle devait guider. D'une certaine façon, le Seigneur Ardent n'avait jamais su saisir à pleines mains les rênes du Màr Tàralöm, trop détaché par un intérêt qu'il ne voulut percevoir, trop attaché à sa liberté d'aller et venir tout en conservant le faste de son statut de souverain. Rūna allait changer ça, elle devait changer ça, pour le bien de tous. Une certaine satisfaction embaumait son squelette entier en voyant qu'il répondait favorablement à ses tentatives de le rendre meilleur en tant que dirigeant, mais aussi en tant qu'homme. Elle aimait autant partager la chaleur de ses bras qu'échanger la quintessence de son savoir en terme de politique contre un peu de connaissances martiales. Certes Rūna n'était pas guerrière ou meneuse sur un champ de bataille, mais elle n'en demeurait pas moins conquérante sur d'autres plans.

La fëalocë vint s'asseoir à la grande table du weyr seigneurial, les mains par ses doigts entrelacés posées sur le genou dominant ses jambes croisées. Tout de go, comme connaissant déjà le sujet par coeur, elle lui répondit sans réfléchir.

« Il veut ce que tu as, ni plus, ni moins. Ses pléthores de tentatives trahissent des ambitions qu'il ne s'est pas caché de révéler, et ce bien avant de te défier dans la Fosse si j'en crois les rumeurs qui m'ont été rapportées.
Selon moi,
marqua-t-elle d'un vague geste de la main pour appuyer le degré de supposition de son idée, bien que ne le connaissant pas encore intimement, il est loin d'être fou, j'en pense même tout le contraire. Mais il s'est trop hâté, c'est là la raison de son échec lors du défi qui l'a opposé à toi. »

Son regard distrait, perdu dans le vide face à lui, se braqua soudainement sur Alauwyr alors qu'elle poursuivit.

« Son exil lui a permis de nourrir davantage de détermination à obtenir ce qu'il désire par dessus tout, tu n'as fait que renforcer sa haine à ton égard en le bannissant. N'aurais-tu pas fait de même, si les rôles avaient été inversés ? S'il t'avait épargné, humilié en te laissant la vie mais en te condamnant à errer loin de ton royaume ? Qui ne se vengerait pas, d'une façon ou d'une autre ? »  

Un silence flotta dans l'air.
Rūna ne cherchait pas à dédouaner les agissements de l'elfe, ni plus qu'à les justifier d'une quelconque façon. Mais la vérité était là : pouvait-on lui en vouloir sur sa façon d'agir ? Martel Dehlekna n'avait fait que respecter le protocole et les codex qui régissaient le Kaerl - faisons abstraction des manigances plus douteuses articulées autour de ses actes -, ouvrant des portes auxquelles tous pouvaient accéder dans une juste mesure, saisissant des opportunités à disposition de tous ceux qui atteignaient le rang de Maître et de Sang.

« Comme je te l'ai dit, il n'est plus en droit de te défier, il obéira donc à ses valeurs en acceptant son sort. Je ne pense pas qu'il cherchera à se venger personnellement de toi, il ne t'abhorre pas en tant qu'homme mais en tant que rival politique, et en agissant ainsi il perdrait probablement sa légitimité auprès de ses adhérents potentiels. Il n'est en revanche pas revenu de façon désintéressée... Cela signifie qu'il a des partisans sur lesquels compter et l'appui de personnes d'importance pour garantir sa sécurité. »

La fëalocë soupira, amère.

« Je hais les traîtres. Mais je ne peux leur en vouloir. Les seuls fautifs sont ceux qui leur laissent libre champ d'agir. »

Rūna pouvait sembler accuser Alauwyr, mais il n'en n'était rien. Elle aurait pu lui en vouloir de s'être cantonné à ses oeillères toutes ces années, mais quel dirigeant pouvait se passer du regard aiguisé d'un conseiller, ce qui lui fit âprement défaut ?
Elle bascula sur son siège, accolée au dossier, puis croisa les bras en soutenant une mine pensive.

« Il mérite l'exécution sans sommation, de fait. Mais si tu agis ainsi, tu ne feras que réveiller la colère du peuple, déjà usé par vos sérénades. Si tu lui laisses la vie, tes adeptes pourront autant te mépriser pour ça en y reconnaissant un acte de faiblesse, autant qu'ils jugeront noble ta capacité à saisir les qualités de ton ennemi.
Martel Dehlekna est un homme d'importance pour le Màr Tàralöm. L'ampleur du défi n'est pas insurmontable, il te suffira de te servir de sa lumière pour donner du relief à ton ombre... »


Un nouveau flopement alourdit l'atmosphère. La fëalocë, les bras toujours croisés, tapotait son biceps de son index, les sourcils froncés, les yeux tantôt rivés sur le plateau de la table tantôt dans ceux de l'humain.

« Je ne suis pas sûre de ce que disent nos lois, mais le procès public me semble des plus adaptés. Mais si des intrigues personnelles vous concernent, elles pourraient se voir révélées au grand jour... J'ose espérer que tu n'as rien à cacher concernant ton ascension au rang de Seigneur, car tout se murmure ici, et il pourrait évidemment saisir tes secrets pour te blesser et renverser la balance. Il te faudra des preuves pour contrattaquer, anticiper ses sabordages, connaître ses échecs. Ce qui vous attend tous les deux est bien pire qu'un combat dans la Fosse. »


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMar 27 Oct 2020 - 19:43

L'Empereur couleur cendre demeurait toujours immobile dans son coin, se contentant de doucement humer l'air qui pénétrait dans les appartements de son lié par la fenêtre grande ouverte. Voletant d'abord par dessus le balcon, il enveloppait d'un bref passage invisible et léger les deux bipèdes avant d'arriver aux narines du grand dragon filiforme, pour lui apporter une myriade d'odeurs, s en tout genre. Estenir percevait bien des choses en ouvrant un peu plus ses orifices nasaux pour capter la moindre parcelle d'effluves et les définir... Outre les émotions et les marques olfactives propres à son lié et de sa bien aimée, la Maîtresse Incarnate fraîchement nommée, il commençait à entrevoir les ressentis de la jeune dragonne qui se perdaient dans son sillage aérien. Bien des choses s'entremêlaient : une fierté sans limite d'appartenir à une race puissance et indétrônable, l'arrogance de la jeune Reine prête à faire ses preuves... non... pas de l'arrogance, un désir profond et déterminé, l'autorité naissante d'une Souveraine des airs...La menace se distillait aussi, bien que plus ténu. C'était la menace qu'elle broyait toute chose vivante qui se dresserait sur sa route. Estenir huma plus longuement l'air. Oui, c'était bien cela et cela le fit frémir de la première écaille du bout de sa gueule à la pointe de sa longue queue. Elle inspirait quelque chose dans les tréfonds de ses souvenirs antiques... Les dragons des temps passés de sa propre lignée avaient déjà connu pareille force royale, loin, très loin dans le passé...Il contint l'envie de pousser un rugissement, pour répondre à ce frémissement l'invitant à prendre les cieux et pousser le cri de la victoire, pour soutenir Sărzeghnet. Il était encore trop tôt pour apporter un soutien digne de ce nom. Il fallait laisser le temps aux bipèdes et à leurs âmes soeur de digérer qu'une Reine prenait désormais sa place légitime et qu'elle entendait la défendre flammes et griffes

Calmant l'ardeur du sang de ses ancêtres qui coulait dans des veines, il réussit à demeurer posé, même devant la vérité que la dragonne lui révélait quand à sa position et du lien qu'il entretenait avec son lié. Il le savait. Elle avait raison. Peut être que la flamme rougeoyante qui avait illuminée la vie froide de son lié était le signe que les choses devaient persister dans leur élan de changement.

°Ceux qui douteront encore connaîtront le déshonneur et la douleur. Quand à ceux et celles qui ont eu l'audace de se moquer de nous, eux aussi connaîtront la repentance. Pour Melkor et son lié, tout vient à point qui sait attendre. Ils demeurent peut être caché, mais ils paieront le prix de leur retour, sur le dos de leur propre fierté, se pliant aux lois du Màr, s'ils veulent demeurer en vie... °

Seregon avait peut être veillé à dissimuler ces deux exilés, en vue de leur accorder un simulacre de pardon ; peut être pour contraindre Alauwyr à ne pas jeter toutes ses cartes pour tenir réellement les rênes du Kaerl...

°L'ombre parait inoffensive, mais quand elle étendra son voile, il sera trop tard...°


***

Runa était telle une vipère des sables... Douce quand elle était satisfaite, mais mortellement dangereuse quand elle avait quelque chose à défendre. Ses crocs oraux s'étaient déjà déployés en signe d'avertissement, face à la réplique semi moqueuse et taquine de l'humain. Elle s'était redressée, montrant de sa superbe. Face à elle, il la dominait. Et dire que durant l'aspiranat de cette indomptable, elle avait déjà tenté de supplanter son autorité. Mais aujourd'hui, la relation avait évoluée. Ils s'affrontaient du regard, représentant deux chaos s'assemblaient sans jamais se mélanger.

''Pourtant, il y a bien quelque chose devant laquelle tu te soumets, bien malgré ta volonté. Ce n'est pas un homme, un dragon et encore moins un dieu. Dans un sens, même Seregon s'y plie... tu te soumets et tu as commencé à la caresser pour te l'approprier, pour essayer d'en percer les secrets en vue de la dominer et servir le Màr Taralöm. ''

Le Maître noir était devenu énigmatique d'un coup, la laissant sur la réflexion de ce qu'il venait de prononcer, tout en méditant sur ce que la jeune femme avait dévoilé. A l'entendre, il paraissait se retrouver, dans ses jeunes années où il se croyait au dessus de tout. Il ne put s'empêcher de sourire, plus dangereusement encore, affrontant la mimique équivalente de sa bien aimée flamboyante. Elle était bien une femme qui rêvait de grandeur et qui était bien déterminée à y parvenir, maintenant qu'elle avait les atouts entre ses mains pour y parvenir. Le rang, son début d'intérêt certain pour la magie Valherue, la présence du Seigneur... Et encore, ce n'était que la surface de ce qu'elle cherchait à avoir entre ses mains pour atteindre les sommets.

Puis, quand la jeune femme s'éloigna de lui pour aller se vêtir plus convenablement, elle lui jeta un regard qui renouvelait une douce provocation. Il ne put s'empêcher de la suivre, jusqu'à ce qu'elle disparaisse hors de sa vue. La vipère des sables s'en était allée un bref instant, avec la démarche d'une lionne souveraine. Jusqu'au bout, elle n'en démordait pas. De quoi faire ricaner l'homme à la crinière blanche.

Quand elle revint à lui, il s'était posté à l'entrée qui s'ouvrait à l'extérieur, donnant accès au balcon, savourant l'air frais qui venait des lointaines contrées, tout en s'imbibant de l'odeur des cendres des environs. Les cendres étaient les témoins d'une mort apportée par le volcan qui dominait la région. Mais les cendres apportaient également la vie, le renouveau, en rendant à la nature ce qu'elle avaient prises. Alauwyr y trouvait indirectement un étrange lien avec lui-même. Allez savoir pourquoi.... Peut être parce que les flammes qui animaient le volcan étaient le moteur de ce cycle. Runa se prêtait presque à cette image. Il la regardait d'ailleurs, se retournant pour l'observer. Elle n'était pas l'amante ou la nouvelle maîtresse dragonne. Elle était la conseillère auprès de son Seigneur. Il était étrange de sentir l'écoulement naturel d'une telle transition.

Il se rapprocha d'elle pendant qu'elle terminait de s'asseoir, demeurant debout. Il était temps de voir ce qu'intriguer signifiait. Il ne manqua pas de sourciller à l'avancement du discours de la Maîtresse Incarnate, essayant pas de prendre pour lui l'ouverture que Martel avait eu en ayant la possibilité de remettre les pieds au Kaerl avec la complicité de ses alliés et l'aide indirecte de Seregon. Ce Gardien vicelard... L'humain serait tenté de quérir sa présence pour avoir une conversation entre quatre yeux... Mais c'était encore trop tôt. Agir de la sorte serait s'affaisser à la tâche qui l'attendait, vis à vis de l'opinion que Seregon pouvait avoir de lui.

Juste avant la conclusion de Runa sur la voie possible à suivre le Maître noir avait croisé ses bras sur sa poitrine, repoussant par ce geste les pans de sa chemise guère boutonnée.

''Je ne doute pas un seul instant qu'il ait pu trouver les faveurs d'alliés de poids. Il avait des partisans parmi les Sangs. Quelques uns peuvent encore le soutenir, malgré sa défaite sur les Sables. Qui sait ce que tout ce petit monde exigerait en échange de leur protection offerte à sa petite personne. Car nous ne sommes pas chez les Célestes ici... Tout a un prix quand à une situation comme celle que vit Martel. Je ne vois pas un Ardent agir dénué de tout intérêt. ''


Un Ardent bon samaritain ? Que ce serait risible...Quand à l'avis de Runa quand à la trahison dans le sens large, il esquivait le sujet. Autant pour éviter de se retrouver à croire que cela le visait que pour réveiller la confrontation avec la jeune femme quand elle n'était encore qu'Aspirante... Autant sa propre trahison que celle de son dragon à ce moment là avait quelque chose de passablement difficile à digérer, même s'il avait accepté les raisons. désormais, La page était tournée.

''Un véritable noeud gordien....Qu'il soit occis ou laissé vie, dans les deux cas, il y aura des insatisfaits. Je pourrai trancher en mettant en avant l'intervention de Seregon. Il n'est pas à omettre dans la balance. Quand à me servir de sa lumière, serais-tu en train de me suggérer d'user de ses conseils ? ''

Ses sourcils s'étaient froncés sérieusement en demandant cela. Martel était quelqu'un d'importance vu qu'il avait demeuré au Màr depuis bien des années, contrairement à Alauwyr, qui était en comparaison, un simple parvenu qui avait eu les faveurs du Gardien.

''Vu l'âge séculaire du Kaerl, je ne doute pas un seul instant que Martel ou un de ses nouveaux ''amies'' aient une vielle loi sous le coude, une de celles qui n'a jamais été abrogée et qui a fini dans l'oubli. Les Archives doivent en contenir quelques dizaines, un peu dans le genre du vote que Seregon a ordonné d'activé quand le combat contre Limna a été tronquée. Cela ne s'était jamais vu... et qui aurait osé remettre en question Seregon en personne ? Notre Gardien est quelqu'un de malin. Il en sait bien plus que n'importe qui de vivant dans notre Màr. ''

Il n'avait pas bronché quand au risque potentiel d'un secret qu'on révélé et aux conséquences néfastes que cela engendrerait. Martel en partageait un avec lui... L'un comme l'autre, ils étaient tous les deux lié à sa fatalité. Le moindre faux pas d'un des deux hommes et ils basculeraient tous les deux dans une chute fatale. Le poids de ce fardeau leur incombait, pour le restant de leur existence.

''Le procès ne pourra qu'être la voie la plus raisonnable aux yeux de tous. Martel aura ses armes fourbies pour se défendre, pour tenter de légitimer son retour sans avoir à en subir les conséquences. Il sera déjà sur ses gardes quand il annoncera publiquement son retour. Je ne baissera pas les miennes quand on se confrontera par la voie des mots... Par contre, je m'attends à ce qu'on m'impose une chose... ''

Il y avait été confronté par Seregon même quand il avait perdu aux votes face à Limna, manquant de peu la victoire par les scores très serrés.

''Qu'on exige que Martel devienne Second pour apporter une meilleure stabilité au Màr...''

A cela, il grinça des dents... Ce serait pire que de faire une concession, ce serait une véritable humiliation ! Cela raviva la rage dans la profondeur obscur de ses yeux. Allait-il exploser comme précédemment ? Ses poings se serrèrent et il ferma les yeux, un rictus grimaçant marqué la colère qui couvait. Quand il rouvrit ses paupières.

''Mais rien n'est joué. Il faut déjà que ce procès se fasse... Quand ce jour sera là, nous aurons déjà une idée de l'identité de ses bienfaiteurs... Du moins certains....''




[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeSam 7 Nov 2020 - 21:37

Sa valse concentrique s'articulait en une boucle possessive au dessus du Màr, apposant çà et là son regard mort qui semblait pourtant transpercer les voiles de l'indicible et de l'immatériel, détaillant silhouettes d'édifices, d'Hommes et de dragons avec la précision d'un rapace en chasse.
En vautour de sinistre augure, la Reine Incarnate répandait allègrement le sang de ses écailles dans son sillage éthéré par son vol lent et sûr, d'un calme froid et terrifiant pour l'incarnation même de la Colère et de l'Orgueil. L'air ne parut pas oser siffler le long de la membrane grenat de ses vastes ailes tandis qu'elle arpentait son royaume. Par sa gueule entrouverte, dévorant la moindre odeur qui atteignait sa langue fourchue, elle se repaissait des âmes qui convolaient tout autour, les âmes des vivants comme celles des morts.
La strige des spectres projetait sur le sol et les murs du Màr son ombre immense qui faisait éhontément ombrage aux rayonnants atours de Solyae. Il était d'ailleurs sinistre de constater que la vive chaleur de l'astre royal se heurtait à ses impénétrables remparts bâtis du plus sévère hiver, ne le laissant volontiers l'effleurer que de quelques caresses solaires pour rappeler la menace de sa robe de monarque.  
Puis de son hostile silence s'éleva un grondement satisfait lorsque lui parvinrent les rétorcades de l'Empereur Noir.

** Alors étend les ténèbres de ton ombre, mon Frère, et éclipse à tes ennemis la lueur d'un soleil qu'ils se sont appropriés en se croyant intouchables. Souviens toi d'où tu viens, de qui tu viens ! **

Sărzeghnet avait désormais pour habitude de faire ombrage aux prédictions du Grand Oracle, comme si elle-même détenait les clefs du passé ou de l'avenir depuis son plein accès à la mémoire ancestrale. Tant d'évènements capitaux eurent lieu alors qu'elle était à peine adulte... Tout, depuis la seconde où elle perça la coquille de son oeuf, la mena à des plans spirituels si élevés, si inatteignables pour ceux qui ne voyaient pas au delà des signes. La Reine Incarnate détenait autant de secrets que d'évidences rabrouées, des vérités que les concernés ne pourraient et n'accepteraient jamais d'entendre. Une chose était certaine : si Alauwyr et Rūna s'étaient liés par le fil que tissaient les Moires, Estenir et elle l'étaient également, depuis des décennies, avant même que l'un ou l'autre ne fut né. Un jour, il saurait. Mais pas encore.

Sărzeghnet amorça un dernier arc de cercle avant de brusquement freiner son vol par un basculement symétrique d'ailes. Sa queue fouetta l'air avant de ne faire office de contrepoids pour mieux diriger son corps à la verticale, la tête dirigée vers la voûte céleste qui n'attendait plus qu'elle. Par de vives propulsions, elle s'élança droite vers les étoiles dissimulées par la robe azuréenne d'un parfait ciel d'une journée d'été dénuée de nuages. Elle irait aussi loin que le permettait sa condition, toujours affamée de dépasser la limite atteinte la fois précédente. Un jour, elle brillerait dans le royaume qui était sien, celui des nébuleuses et des constellations, la Lande des Dieux et de la Destinée.  

*

Rūna sourcilla aux mystères proférés par le Seigneur Ardent, à la fois surprise de le voir s'épandre ainsi en pareilles énigmes, mais aussi ravie. L'humain avait depuis longtemps embrassé sa part d'ombre par l'art de la guerre, mais il n'avait pas encore eu loisir de convoler avec la quintessence de ses propres ténèbres. Elle y vit un compliment dans sa toute nouvelle façon d'agir, comme s'il concédait à lui dévoiler une énième partie secrète de son être, couplé à une possible influence de la part de la fëalocë de qui il partageait désormais la vie.
Elle pencha alors légèrement la tête sur le côté tout en gardant les bras croisés, interrogative, comme cherchant un angle nouveau pour mieux observer ce visage inédit qu'il offrait sans concession.

« Evoquerais-tu le Destin ? Dire qu'aux prémices de notre rencontre, il y a bientôt deux ans, tu y étais pleinement réfractaire... Elle sourit, mutine, un brin provocatrice, avant de reprendre son sérieux. Mais oui, je t'alloue ce constat. Je m'incline face à lui, comme toi, comme nous tous. Je me refuse cependant à m'y tenir aveuglément et suivre un sentier tout tracé, et cette rébellion fait elle-même partie du plan des Parques. Nos choix restent nos choix. Trop longtemps, j'ai lutté contre une tempête mille fois plus puissante que moi, mais aujourd'hui je n'ai plus peur de baller sous l'orage... Et tu y danses avec moi. »

Battant doucement des paupières, apaisée, la jeune femme avait pourtant le regard porté au loin, vers son esprit. Bien que ses opales de feu furent posées sur la silhouette du Seigneur Ardent, elle semblait regarder au delà de son corps, au delà de sa présence. Pourtant, il ne résidait ni difficulté à analyser la situation ni réticence à imaginer Alauwyr et Martel lotis à la même enseigne, là était d'ailleurs la clef de la survie de tous et du Màr entier. Le problème résidait dans sa méconnaissance des agissements et pensées de l'elfe qu'elle ne connaissait pas encore personnellement... Il fallait y remédier au plus vite, tout en gardant une possibilité d'approche stratégique et de recul tactique.
La tête comme appesantie par le poids de ses raisonnements, Rūna baissa le menton et médita tout en observant avec distraction la bague d'or et de rubis en forme de serpent qui entourait son majeur droit.  La jeune femme se devait de révéler à l'humain le secret qu'elle gardait le concernant depuis le début de leur relation Maître-Aspirante. Elle n'avait pas encore idée de la meilleure façon de procéder, pour le moment elle se contenterait de lui répondre le temps de rassembler ses idées.

« Seregon ! Pesta-t-elle. Il accordera à nouveau sa clémence envers Martel, c'est une évidence. Seregon a peut-être fait de toi son favori mais il ne rechigne jamais à t'éprouver, il se repaît de la litanie de vos querelles, il dévore le chaos qui vous lie autant qu'il vous oppose. Mais cette fois, il ne pourra pas ignorer que ton opposant à bafoué toutes les règles en passant outre sa mesure d'exil définitif, bien que le Gardien s'en tienne à son propre code. »

Elle soupira, lassée par cette partie de l'intrigue qui avait de quoi rappeler les petites manigances des favorites du Sultan et leurs puériles messes basses visant à jalouser et salir celles qui étaient tout autant qu'elles prises ad vitam eternam dans les griffes du harem.
La fëalocë remarqua bien le caractère réfractaire qui anima les traits du visage d'Alauwyr, mais ces derniers ne la retinrent en rien de poursuivre avec un accent misé sur l'évidence de ses propos.

« Bien sûr que tu dois user de ses conseils. Tu es un mercenaire, un guerrier ; lui est plus politicien que tu ne l'es. C'est certainement ce qui séduit ses partisans, même si je n'ai jamais eu vent d'un moindre programme de sa part hormis son seul désir de s'asseoir à ta place au Concile et au Mahalma. Il souffre peut-être seulement d'un grand manque d'assurance quand à sa virilité, ce qui peut motiver même le plus couard des hommes et transformer une brebis en loup.  
Pour ce qui est des lois qui peuvent couvrir son retour de façon licite, je me chargerai en personne de parcourir les Archives, je te rapporterai ce que je peux trouver. Et certainement, tel que tu l'imagines du moins, il y en aura une pour le protéger de ton jugement propre, mais il n'y en a aucune qui peut l'exclure d'un procès en bonne et due forme. »
 

Rūna écouta avec attention son interlocuteur, comprenant son amertume à concéder un rang à Martel sans pour autant s'y refuser. La solution était sous leurs yeux, encore fallait-il qu'Alauwyr ne daigna vouloir la voir. Les mots de sa conseillère n'allaient certainement pas lui convenir, mais le rôle de cette dernière n'avait certainement pas pour but de lui offrir ce qu'il désirait seulement entendre.
La désormais-officialisée Maîtresse Incarnate médita un court instant pour juger du moment opportun où révéler ce qu'elle avait à révéler. Ses bras et ses jambes se décroisèrent pour adopter une attitude moins nonchalante et elle joignit les mains au dessus de ses genoux serrés tout en se tenant le dos droit.
Aussi poursuivit-elle sans désir de le ménager, munie de la ferme intention d'ébranler ses acquis et son confort quand bien même elle vit la colère s'insinuer entre les veines et les orbes d'obsidienne de son souverain. Le coeur plus serré qu'elle ne voulait bien l'admettre, Rūna le fixa et s'exprima sans une once d'hésitation dans le timbre sûr de sa voix.

« Je sais. Je sais pour Limna, Martel et toi. Le silence flotta un instant, trainant mais sans lourdeur, telle une note métallique évanescente.
Il y a un an et demi, je suis tombée par hasard sur la missive que Limna t'avait adressée. C'était la même fameuse nuit où tu m'as congédiée de mon statut d'Aspirante et où, désormais, nous savons ce qu'il est advenu en dépit de l'intervention de ton Lié.
La question n'a jamais été de te le cacher mais plutôt de trouver le bon moment de te l'avouer. Il va sans dire que je n'ai jamais évoqué ce fait avec quiconque, sois en assuré.
Maintenant, pourquoi te le dire aujourd'hui... Parce que tu éprouves une haine légitime envers ton ennemi, mais ton profond désir de l'occire te rend aveugle. Si tu le condamnes sans procès, sachant ce que désormais nous savons tous les trois, il exposera votre secret au su de tous pour t'entraîner dans sa chute. Il est bien trop fier pour partir dans la seule dignité de l'acceptation de son sort, son retour n'en n'est que plus vive preuve. »


Rūna marqua une pause, méfiante d'une explosion de colère de sa part, mais ne changea pas le moins du monde de position ou de regard. Sărzeghnet était là, dans un coin de son esprit, prête à intervenir s'il le fallait.

« Pour le moment, Martel Dehlekna n'a absolument rien à perdre, ce qui le rend dix fois plus dangereux que le jour où tu l'as affronté à la Fosse. Il n'a plus ni statut ni rang, ni honneur ni loyauté. Donne lui quelque chose qui en apparence le rendra plus puissant mais qui le condamnera à tenir sa place, une place que cette fois il craindra de se voir démunir.
Tu évoques le rôle de Second ? C'est idéal. Il ne serait que ton ombre sans le moindre de tes droits ni aucun pouvoir propre à diriger les autres Sangs en ta présence. Il sera trop exposé pour agir pleinement de façon clandestine, sous ta surveillance et celle de tes alliés.
Laisse le procès avoir lieu, destitue le de son titre de Maître pour le moment. En temps voulu, tu pourras lui rendre peu à peu ses droits et l'emprisonner en le gardant près de toi par sa nomination à un titre élevé. Tes détracteurs verront en toi une certaine indulgence, nourrissant l'image du souverain leste qu'ils gardent de toi, mais tes alliés n'y trouveront que davantage de noblesse et de tactique. Tuer Martel est inutile, le maintenir piégé et en vie est dangereux mais riche en apprentissage.
Prends de Martel tout ce qu'il peut t'apporter et débarrasse-t-en une fois que tu auras pris tout ce qui était à prendre. Sois comme le serpent et non comme le lion, déguste ta proie. »


Rūna, calmement, se servit à nouveau une timbale d'eau fraiche. Elle but en appréciant le silence qui régna avant la tempête, prête à essuyer la furie du Seigneur Noir qui était tout aussi légitime que sa rancoeur à l'encontre de l'elfe qui certes avait joué un excellent coup mais sans entrevoir que le collet se resserrait déjà autour de son cou.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeDim 8 Nov 2020 - 21:58

Les paroles songées de l'Incarnate apparurent comme énigmatique pour le grand saurien serpentin ; enfin en partie énigmatique. Etendre sa propre ombre sur celles de ses ennemis étaient une chose qu'il avait déjà faite et qui n'attendait que son heure pour l'imposer à ses adversaires et ceux de son lié au sein du Màr. Bientôt, pressentait-il, il imposerait l'obscurité clairsemée de sa silhouette à quiconque viendrait s'en prendre à son lié. La patience et l'attention serait de mise... Mais pour la part mystérieuse des songes énoncées par la jeune dragonne, que sous entendait-elle ? Ses origines ? Il était vrai qu'il ne s'était jamais réellement posé de questions de où il venait. Il se rappelait d'avoir éclos face à Alauwyr, après avoir été ''pris'' par un vieux maître céleste qui s'était exilé ou avait été banni de son Kaerl. Pour le reste, cela devait résider dans la profondeur de la mémoire ancestrale... Et là il plissa les yeux, tout en écoutant la conversation de son lié et de sa ''compagne''. Savoir d'où il venait avait-il son importance sur le coup ? La question était néanmoins intéressante. Il devrait l'étudier, mais plus tard. Même si cela pouvait avoir son importance à titre personnel, l'échange entre Alauwyr et Runa méritait son attention. Les enjeux à venir étaient emplies d'importances. D'ordinaire, les dragons ne s'intéressaient guère aux enjeux politiques et aux enjeux du pouvoir des bipèdes. Mais pas pour Estenir. Même s'il demeurait pour l'instant dans le sillage ténébreux de son lié, il observait, écoutait et mémorisait. Tout venait à point qui savait attendre, tout. Il n'avait pas les appétit de sa jeune consoeur, avide de faire ses preuves et de briller au dessus de ses pairs. Même si elle avait raison dans le fait de s'imposer, la vie d'un dragon était longue. Patienter apportait toujours les fruits du dit labeur de l'attente. C'était comme à la chasse, il fallait faire preuve d'une longue persévérance assidue pour attraper la proie convoitée...

Mais revenons à nos deux mortels bipèdes. Alauwyr avait toujours son regard sombre, abyssal et empli d'un sérieux glacial qui ne lui était encore guère commun posé sur la jeune femme qui portait plusieurs rôles en son sein. Conseillère, femme aimante, Maîtresse Dragonne nouvellement nommée, intriguante, savante politicienne, novice magicienne à la recherche de la magie disparue Valherue...Peut être qu'il en oubliait d'autres, qu'elle gardait profondément en son coeur...Il ne put s'empêcher de sourire à son tour, non sans une once de provocation quand à la réplique de sa tendre pour l'intervention du Destin quand à leur existence.

''En effet, je ne croyais guère au Destin. Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis, n'est ce pas ? Je pensais mener ma propre voie. Mais quand on découvre qu'on se fourvoyait depuis longtemps, cela laisse un arrière goût assez amer, avant qu'on accepte qu'on ne peut totalement s'en défaire. Quand à danser sous l'orage... Je dirai plutôt que nous volons en plein dans son coeur tempétueux, acceptant de ce qui nous arrive dessus sans pour autant courber l'échine. Nous restons et demeurons les maîtres de nos décisions''

et au fond de lui, il contredisait cela... Il n'était pas maître de toutes ces décisions, en tant que Seigneur. Il dépendait de bien des facteurs qui pouvaient bouleverser sa place de Seigneur et l'objectif qui sieait à sa position. Seregon s'était déjà imposé à lui. Il pourrait de nouveeau le faire, vu que le but premier était d'éviter uen guerre interne au sein du Màr... ou alors pour son simple jeu personel pour taire son ennui éternel ? Il était difficile de savoir ce qu'il en était réellement avec le Gardien. D'ailleurs, il ne manqua pas de ricaner devant la réplique cinglante de Runa quand à sa petite personne.

''Il le sait que trop bien, crois moi. Et il sait déjà mon avis quand à son petit jeu. Peut être que cela l'amuse, ou peut être que c'est pour un enjeu d'importance pour l'avenir du Kaerl, que sais-je... Il est difficile de cerner le Gardien. Mais nous verrons tout cela quand viendra le jour où Martel fera sa pathétique réapparition''

Il ne manqua pas de grimacer à l'idée de devoir suivre les conseils d'un paria comme Martel. Cet être, en plus d'être un elfe, était d'une arrogance sans borne, aux yeux de l'humain. Une arrogance qui se liait à des années d'expérience au sein du Màr alors que le Maître Noir était comme un arriviste, qui avait eu la chance et les faveurs du Gardien pour arriver au trône de Seigneur. Et Runa rappelait lourdement qu'il n'était pas un fin penseur politique. Ce point de vérité avait de quoi être agaçant, même si c'était là la stricte vérité. Il était un redoutable combattant, possédant une assez bonne expérience en terme de combat, ou encore de commander à une troupe ; cette expérience n'était pas négligeable au vue de ce qu'il avait déjà commis sous l'appellation du ''Chevaucheur de Démons''. Mais cela était une autre part de l'histoire du Seigneur.

''Si tu arrives à me trouver des lois anciennes qui ont encore une validité actuelle, tu me sauras d'une grande aide. Quand à suivre les conseils de Martel, que Kaziel m'emporte immédiatement si je dois m'y plier alors qu'il n'a fait preuve d'aucun honneur véritable après son bannissement ! ''

Peut être que Martel avait eu de l'honneur par le passé, mais en revenant sous le couvert du GArdien au sein du Kaerl, il avait bafoué son propre bannissement. Comment pouvait-on accepter d'accepter les conseils d'un être qui n'était pas capable de respecter les lois en vigueur ? Il avait déjà la chance de demeurer en vie par la volonté de Seregon en personne. revenir au Kaerl et dans le secret, même avec l'aval de ce filou de Gardien n'était tout simplement pas admissible ! Martel aura un long chemin de repentance à mener avant d'apparaître comme lavé de toute malversation possible contre lui.

Puis, il se dirigea vers son bureau, où se trouvait une carafe d'hydromel en cristal. Il la prit dans sa main gauche, en vue de se servir dans le verre qu'il prit dans sa main droite. Bien que c'était de l'hydromel, il avait besoin de boire quelque chose pour se détendre les nerfs. Savoir qu'il devrait peut être ''collaborer'' avec Martel l'agaçait au plus haut point.

Le verre se remplissant du doux nectar ambré, qu'il appréciait temps pour sa saveur que pour l'apaisement qu'il lui procurait. Et ce fut à cet instant là qu'une vérité qu'il avait reléguée à l'oubli fit surface entre les lèvres de Runa.

Elle revenait, tel un écho d'un souvenir passé, qui résonnait en un soudain fracas douloureux et ébranlant. IL s'était figé, laissant le délicieux breuvage mielleux se répandre sur le bureau, celui là même où il y avait caché la lettre écrite des mêmes de Limna en personne, la précédente dirigeante Ardente.

°Alauwyr ? °

Estenir avait redressé sa tête, prêt à intervenir si son lié venait à avoir une soudaine envie de tuer... Car le saurien cendré connaissait l'importance de l'acte qu'il avait été contrait de mener ce jour funeste... et de savoir ce secret dévoilé, même à Runa... Qui sait les répercussions qui pouvaient arriver, sans prévenir. L'esprit de l'humain s'était mué dans un silence inquiétant.

La carafe et le verre tenus dans ses mains tremblaient. Soudainement, brutalement, ils se brisèrent, sous l'impulsion serrante des doigts qui s'étaient compris jusqu'à provoquer la rupture du cristal. Les bris se répandirent sur le bureau, se mêlant à l'hydromel définitivement perdue. Une teinte écarlate vint se mêler à l'ambre liquide, prenant la dominance écarlate sur le mélange des fluides. Et les mains du Seigneur Ardent tremblaient toujours.

La carafe et le verre en cristal furent lâchés, se brisant en plusieurs morceaux dans le clas d'un son unique d'agonie. Le passé venait de le rattraper. Et comment avait-elle pu....

Runa avait raison de demeurer prudente. Car dans les mains entaillés par le cristal brisé, à travers le sang qui s'en écoulait, des flammes noires naquirent à nouveau au coeur de ses paumes ensanglantées. Hardies par une souffrance refoulée, par une sourde colère, il posa un bref instant un regard à l'abîme noir effrayant sur Runa, avant de déferler tout ce qu'il avait refoulé dans ses flammes noires, les attisant d'émotions qu'il
n'avait jamais acceptées autrefois. Le bureau qui contenait la lettre s'embrasa. Le feu noir de sa propre obscurité d'âme s'exprimait désormais.

Alauwyr recula, contemplant l'embrasement du malheureux meuble qui contenait la preuve du trépas véritable de la Dame Limna. Sa respiration était rapide et sifflante, comme si la colère demandait un apport conséquent d'oygène pour répondre à l'appel d'air d'un brasier de haine et de rage... Le feu noir qui consumait désormais ce qui avait été un bureau dévorait la moindre fibre de bois taillé et sculpté. Même Estenir demeurait subjuguée devant la puissance dévorante de ce feu magique. Jamais encore la magie d'Alauwyr n'avait été aussi destructice.

''Si Martel use de ce secret pour me faire chuter, il mourra ! S'il n'y a plus rien à perdre, alors il sait déjà ce qu'il l'attend s'il vient à user de cette carte contre moi ! ''

Martel n'avait peut être plus rien à perdre, mais il était trop fier pour exposer cette vérité camouflée depuis ces deux dernières années. Il se mettrait lui même en porte à faux, bafouant son propre honneur. Et maintenant que Runa connaissait ce secret, elle pourrait en tirer profit, à son avantage quand à ses désirs de grandeur et de gloire au sein du Màr Taralom.

Ses poings se serrèrent, le poussant à grimacer à la douleur que cela provoquait. Le sang gouttait plus encore à ses pieds. Il avait envie de hurler. Son coeur battait à tout rompre dans sa large poitrine. Le bureau était sur le point de se rompre devant lui, rongé par ses flammes obscure. Alauwyr lui offrit le coup de grâce par l'impulsion d'un nouveau jet de feu ténébreux. Le brasier crépita presque de colère sous ce nouvel apport enflammé.

Dans l'incendie de cette rage de feu, la lettre qui avait été le dernier témoignage de Limna sur les raisons de sa propre orchestrée n'était plus que cendre. Désormais, le secret demeurait vivant dans l'esprit d'Alauwyr, de Martel, de Runa, de leur lié respectif et de Seregon. Une page lourde de conséquence si elle venait à être révélée au reste du Kaerl...

Alauwyr contemplait le feu qui réduisait en cendre la marque d'un passé honni. La rage pulsait dans son coeur et dans son sang. Les poings serrés n'empêchaient pas le sang de goutter toujours sur le sol, immaculant le sol d'un liquide carmin et chaud...Le compromis qu'avait évoqué Runa avant son explosion soudaine tournait encore dans son esprit, mais il n'en avait cure. Demeurait pour l'instant dans son esprit une bataille émotionnelle qu'il avait pensé terminée.





[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeLun 9 Nov 2020 - 21:41

Alors qu'elle gravissait les cieux avec fierté et domination, Sărzeghnet stoppa nette son ascension. Son mimétisme d'omniscience octroyé par le lien qui l'unissait à sa bipède lui hurlait de rebrousser chemin pour venir la défendre d'un danger imminent. Pourtant, la Reine Incarnate n'en fit rien, pour le moment. Du sommet de son royaume de zéphyr, elle daigna cependant ne pas s'élever davantage et se contenta de reprendre sa valse lente et minutieuse, digne d'un vautour patientant après la mort d'une antilope blessée. Bien qu'elle humait l'acidité du risque encouru par sa bipède, en son âme et conscience elle savait pertinemment que cette dernière n'avait rien à craindre, comme si elle eut pu  lire en personne les rouleaux de la Destinée écrits par les Moires.
Mais au moindre faux pas de la part de l'humain, la note serait donnée à un massacre pur et dur, sans la moindre pitié à son égard, Seigneur ou pas.
Sans prononcer la moindre pensée, son âme glaciale entoura celle de sa Soeur par ses ailes immenses, comme les remparts d'une tour d'ivoire.

Rūna écouta attentivement les réponses que lui apportait son suzerain, défaite de toute inquiétude concernant les efforts qu'il aurait à fournir dans un avenir proche pour ne pas céder à sa rage motivée envers l'elfe. La fëalocë allait veiller à ce qu'il ne s'égarât pas dans les méandres de sa furie aveugle, tant pour son propre bien que pour l'intégrité du Màr tout entier. Malgré son ardente appréciation des Hautes Sphères, elle préférait garder Alauwyr en vie quitte à ce qu'il se vit déchu de son titre de Seigneur, qu'importait la part d'Honneur à sacrifier dans cette opération.
Evidemment, il était aisé pour elle de juger de l'impulsivité du Maître Noir quand elle-même en était la vive incarnation bien qu'elle s'enchaîna de son propre chef pour ne plus céder à l'ivresse de cette lie délicieuse pour tous ceux de sa race. Intérieurement elle maugréa contre l'entêtement d'Iskuvar tout en en acceptant les raisons. Après tout, il démontrait une véritable concentration à luter contre ce que lui ordonnaient ses instincts les plus primaires : la loi du plus fort pour sa survie propre et éventuellement, en option, celle des siens.
Rares étaient les guerriers retraités qui arrêtèrent d'eux même leur excitante profession, la plupart connaissait une mort honorable sur le champ de bataille, les autres en revanche souffraient pour l'éternité dans les Limbes par une injuste exécution dans les bauges d'un cachot mortifère, sans la gloire de périr par l'épée de l'ennemi. Alauwyr faisait partie de ceux qu'Isashani attendait en martyr de guerre et tel serait probablement son sort... Rūna pria seulement que son cher et tendre ne fut point trop pressé de répondre à l'appel de la Mort et, plus secrètement, qu'il se déjouerait de toutes les prédictions des tisseuses de la destinée pour mourir en paix, béni d'une longue vie.
Mais elle garda le silence. L'humain venait déjà d'accuser de lourdes réflexions et son égo n'y survivrait peut-être pas.  

La jeune femme le suivit du regard lorsqu'il s'éloigna pour se servir autre chose à boire que l'eau à disposition sur la table autour de laquelle elle était assise. A l'instant où elle paracheva sa révélation, elle remarqua Alauwyr se figer dans son acte, sourcillant à la vue de l'hydromel qui ruisselait le long du verre pour goutter sur le bureau puis le sol. Immédiatement, le sixième sens propre aux fëalocës lui serra la poitrine en étau et sonnait l'alarme, une alerte qui faisait pulser le goût du fer sur son palais, comme annonciateur des lames à même de lui ôter la vie.
Rūna se leva lentement, mue par ses propres réflexes dénués de tout calcul. Son corps agissait à la place de sa conscience car si en son âme elle ne craignait pas les représailles de la part de l'humain, la réalité du danger était tonitruante.
La jeune femme se décala pour venir se placer derrière la chaise sur laquelle elle était encore assise un instant plus tôt, arborant une attitude toute entière dénonciatrice de son saisissement. Son coeur pulsait avec hardiesse, emballé par le venin de son sens inné qui la transformait en simple mécanisme de survie. Les membres de Rūna se raidirent alors que son regard restait fixement attaché à surveiller le moindre soubresaut de l'humain mutique, seulement animé de tremblements qui manifestaient de sa fureur grandissante et dévastatrice.
Son esprit vagabonda à tâtons vers celui d'Estenir qu'elle sentit, lui aussi, prêt à démarrer au quart de tour pour stopper les obscurs agissements de son Lié. Elle recula lentement en direction de l'Empereur Noir, la respiration accélérée par la crainte de voir se réveiller le démon qui sommeillait en Alauwyr Iskuvar.

Un virulent sursaut la fit bondir lorsque le verre éclata entre les mains crispées du Seigneur Ardent et de surprise elle porta les siennes à sa bouche comme pour l'empêcher d'émettre le moindre son qui rappellerait sa présence. Le reste de son corps se paralysa d'un même accord, identique à une gazelle qui tentait de se mêler à la danse des hautes herbes pour échapper à la traque d'un lion tapi tout près.
La robe ambrée de l'hydromel se teinta de vermeil par le sang répandu de l'humain. Ses paumes et ses avant-bras se peignirent d'un rouge épais et brûlant, puis de fumerolles ébènes imitant de menaçantes flammes. Alauwyr se tourna vers elle et harangua toute l'étendue du néant de ses iris d'onyx, ceux dignes d'un être dépourvu d'âme ou d'esprit. La fëalocë en frémit d'effroi quand bien même ce n'était pas la première fois qu'il la regardait ainsi... Elle ressentit toute sa haine, toute sa glaciale colère, transperçant l'atmosphère avec la virulence des carreaux de la plus mortelle arbalète.
Rūna tendit une main protectrice devant elle, s'apprêtant déjà à subir la brûlure de ces flammes venues de l'Enfer, la mine pétrie par une stupeur horrifiée. Un flot ininterrompu d'émotions dévala les tréfonds de son for intérieur : allait-il réellement la frapper de son sort ? Allait-elle périr, aujourd'hui, par la main du seul homme qu'elle fut capable d'aimer ? Où était sa Liée ?!
Alauwyr leva les mains, Rūna se baissa et se protégea par ses bras repliés devant sa tête, mais la seule chose que la furie de l'humain heurta fut le bureau devant lequel il se tenait.

Le bois s'embrasa avec une déconcertante ferveur sous le coup des flammes noires du Seigneur Ardent, car si grande était sa colère que sa magie s'en décupla indubitablement. Jamais, des yeux de la Maîtresse Incarnate, elle ne vit son pouvoir faire monstrance de temps de violence.
Le meuble fut dévoré en a peine plus de temps que ne l'aurait fait le souffle d'un dragon.
Rūna haleta, le coeur battant la chamade dans sa poitrine, puis son corps entier peina à la maintenir debout au relâchement de son insoutenable crispation. D'une oeillade incrédule, ses orbes d'or allèrent du brasier à la silhouette d'Alauwyr, puis d'Alauwyr au brasier, acceptant bien malgré elle que si elle avait été la cible de son sort, elle brûlerait de la même manière que le bureau déjà presque entièrement consumé.
Battant plusieurs fois des paupières, rassemblant ses esprits, elle parvint à garder son calme lorsqu'il hurla ses derniers mots avant de se murer dans le mutisme et une douleur qu'il tâchait de dissimuler.

Puis le silence s'instaura, seulement pollué du crépitement des braises de ce qu'il restait du bureau. L'odeur de la fumée et de la cendre emplissait l'air avec lourdeur, la fëalocë toussa aussi discrètement que ce fut possible tout en avançant lentement, un pas après l'autre. Pendant un moment qui lui parut éternel, elle ne sut quoi faire, quoi dire. S'il avait voulu attenter à la vie de sa concubine, il l'aurait déjà fait, pensait-elle.
Ses orbes se déportèrent alors sur le sang qui tapissait le sol et les pieds de l'humain, et cette fois ci, elle n'écouta que ses affects.
Rūna attrapa une serviette qui reposait au coin de la table et s'approcha d'Alauwyr. Avec une délicatesse incroyable, prudente avant tout, ses doigts effleurèrent l'un des poings tremblants et trempés de grenat du Maître Noir. Elle s'évertua à ne pas le regarder dans les yeux, plus tant effrayée à l'idée de croiser les ténèbres des siens qu'à celle de le provoquer après son coup d'éclat. Elle enveloppa sa main dans le morceau de tissu qui s'imbiba bien vite de carmin, avisant la seconde dans un même état. Après une longue hésitation, sa voix s'éleva doucement.

« Si tu ne veux pas me laisser regarder, permets moi au moins de faire venir le Maître Guérisseur... »

En cet instant avantageusement dominée par la haute taille du Seigneur Ardent, le menton bas, la fëalocë dissimulait l'inquiétude logée dans ses iris de feu. Son palpitant retrouvait peu à peu un rythme plus naturel, de pair à sa respiration, mais une boule grandissait en son sein. Le voir ainsi se meurtrir l'éprouvait plus qu'elle ne se permettait de l'allouer, le voir souffrir d'une manière ou d'une autre lui était devenu intolérable. Son ton se fit plus ferme, presque insolent, lorsqu'elle le supplia.

« S'il te plait, laisse moi m'occuper de te maintenir en vie avant que tu ne t'effondres dans une marre de ton propre sang. Tu auras tout loisir de me répudier lorsque j'en aurai terminé et que je serai sûre que tu es sauf. »

Ses petites mains à leur tour souillées de vermeil semblèrent resserrer leur étreinte sur le poing sommairement enveloppé par ses soins, déterminée à faire entendre son ordre par ses gestes. Sa bouche se pinça d'une même volonté lorsqu'elle releva le menton pour mieux lover un regard à la fois ému et résolu à l'encontre des abyssales opales d'Alauwyr.
Elle aurait pu fuir, depuis plusieurs minutes maintenant. Mais ils affrontèrent pire par le passé sans qu'elle ne se détourna de lui. Rūna voulait lui montrer qu'elle était là, qu'elle le serait en dépit des mauvais moments et qu'il ne serait plus seul pour affronter ses démons.

« Mon amour, laisse moi faire. »

Il pouvait la repousser, la rejeter. Elle ne bougerait pas d'un cil.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Sarzlogo2[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Alauwyr Iskuvar
Seigneur du Kaerl Ardent
Seigneur du Kaerl Ardent
Alauwyr Iskuvar


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : Alauwyr Iskuvar
Messages : 57
RPs : 36
Race : Humain
Âme-Soeur : L'Empereur Noir Estenir
Fonction : Seigneur Ardent
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Chaotique Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitimeMar 10 Nov 2020 - 20:15

°Alauwyr.°

L'appel paraissait lointain, très lointain... Même trop éloigné pour réussir à franchir le flot d'émotions qui tourbillait dans l'esprit l'humain. Le maelstorm était informe, changeant à la moindre second des tourments et des remous provoqués par la colère qui avait trop longtemps refoulé une peine qui avait été cru effacée, détruite à jamais. Pourtant, un lourd secret qui aurait du demeurer dans l'oubli avait fait surface et fait renaître une flamme brisante, destructrice. Cette flamme était intérieure et prenait le pas sur celles qui terminaient de consumer ce qui restait du bureau. Un tas de cendré crépitants de braises agonisantes, voilà ce qu'il en demeurait. Et la preuve des dernières volontés de la Dame Ardente s'était éteinte avec elle. Pourtant, tout ressurgissant du néant, pour l'assaillir le Seigneur et le confronter aux ressentis qu'il avait perçu avant d'arracher la vie de Limna à sa propre demande.

°Alauwyr°

La voix que son âme connaissait n'arrivait toujours pas à franchir la barrière mentale qui se dressait encore sur sa route. Inébranlable, elle s'était dressée pour essayer d'éviter la rupture, un déchirement irréversible. Mais elle n'était la solution, elle apportait tout le contraire. Ce qui s'était passé quand il occupait la place de Seconde ne pouvait plus avoir de prise sur lui. Cela ne pouvait que le faire chuter s'il venait à s'y raccrocher comme une bouée salvatrice.. Qui n'était qu'un mirage pour le faire sombrer. L'éther de son âme, son essence même ne pouvait pas se raccrocher à ce passé révolu. Elle avait évolué, trouvé une voie qu'il avait considérée comme faible, vouée à le mener à la mort. Et pourtant.

°Alauwyr, ressaisis toi ! °

L'humain eut un choc en entendant la voix d'Estenir résonner dans un écho étouffé. La colère avait fait taire la voix de son lié. Au lieu d'en user pour se battre contre lui-même, il s'était muré, se coupant de toi. La faiblesse qu'il avait reléguée à la mort de Limna... il avait tenté de la repousser avec cette rage explosive d'une dague ancienne qui était toujours planté dans son dos, voué à être retiré par la main d'un ennemi, tel Martel par exemple. Là demeurait un de ses points faibles !

Les points serrés, il percevait la chaleur moite de son propre sang qui s'égouttait à travers ses doigts fermés et tremblants. L'obscurité enragée qui brillait encore intensément était toujours fixé sur les cendres du meuble carbonisé. Chaque fibre de son être exprimait visuellement une tension qui ne demandait qu'à répondre, d'exploser à nouveau et de trouver un réceptacle où se déferser, autre qu'un simple verre en cristal.

Sentant cela, Estenir s'était redressé sur ses quatre membres, avançant au point de dominer de toute sa taille draconique la jeune maîtresse Incarnate. La peur émanait d'elle. Même légère, elle était présente en elle. Et elle avait raison d'être apeurée. Bien que le serpent cendré connaissait Alauwyr depuis son éclosion, qu'il lui était destiné par la Volonté de Flarmya, il n'arrivait pas à lire en lui de de comment s'écoulerait le torrent cyclonique qui tourbillonnait intensément dans l'esprit de l'humain.  Le saurien serpentin ne cernait pas la moindre éclaircie d'apaisement. Il ne comprenait plus son lié sur l'instant.  Cela le perturbait intérieurement. Pourtant, sur le qui vive, veillant à avoir Runa sous son torse carapaçonné d'écailles cendreuses pour faire rempart en cas d'éclatement extériosé de l'être humain. Et, sa volonté de jouer les boucliers fut une perte de temps.

Runa avait décidé de braver le brasier émotionnel qu'était Alauwyr. Le temps d'attraper une serviette, elle s'était rapprochée de lui. L'Empereur Cendré avait fait un pas en avant, non sans désapprouver cette approche. Si Alauwyr venait à mal agir à l'encontre de la Fëalocë, Sărzeghnet agira. Le sang qui se répandrait ne serait alors plus que celui de son lié. Il devait éviter ce drame d'arriver.  

°Alauwyr ! réponds moi ! °

L'humain l'entendait, il se sentait, mais celui-ci résidait toujours dans son mutisme, l'esprit auréolé d'un chaos toujours informe et qui n'avait aucun ancrage. Estenir répugnait à devoir agir sur lui, pour éviter plus que le drame. Et il intervint, avec quelque chose d'autres en tête :

°A batailler comme le fait, tu ne vais que conforter ce que tu as toujours eu en horreur. Ce qui a été fait est du passé ! Ne laisse pas cela te dévorer pour t'affaiblir ! Cela n'a plus aucune valeur pour ce que tu es devenu maintenant ! Au lieu de lutter, utilise ce chaos pour le diriger, te diriger. Si tu venais à perdre ce combat....°

Estenir avait durci son propre regard. Son lié avait tourné son visage vers Estenir, avec le désir de lui cracher le tréfonds de ses ressenti, quand à ce défi que son propre dragon lui avait lancé... Et là il aperçut la présence de Runa, terminant d'envelopper une de ses mains sanguinolentes, malgré leurs crispations et le tremblement qui les prenait toujours, qui avait même crû d'ailleurs.

La lumière dans l'obscurité.

Son coeur tambourinait toujours dans sa poitrine, tentant de compenser la perte de sang et la dépense conséquence d'énergie que le corps dévorait pour alimenter l'embrasement émotionnelle. Il ne ralentissait pas, ou peu, restant un rythme effréné. La respiration de l'Ardent était rapide et profonde, calquée sur cette vitesse cardiaque. L'abysse de ses yeux croisa la flamme apeurée et inquiète dans ceux de Runa. Ses muscles réclamaient à rejeter toute sa propre rage en dehors de lui. A user de violence, de briser autre chose.... Et... cela ne se produisit pas.

Ses mains tremblantes de rage finirent par s'ouvrir toutes les deux, libérant un peu plus de gouttes de sang qui s'épandirent au sol.

''Laisse Frâlan là où il demeure...''

Le timbre de sa voix était envahi d'une rancoeur ancienne. Non pas contre Runa, non... mais pour ce qu'il n'avait pu contenir et qui coulait encore à flot dans son esprit et dans son sang.

Baissant son regard obsidienne pour contempler ses propres mains blessés, il contempla celles de Runa, qui s'étaient couvertes de son propre sang en commençant à lui prodiguer les premiers soins. Il plissa ses yeux face à cette scène. Ses mains s'ouvrirent un peu plus, plus détendues. Nul besoin de mot pour faire comprendre ses attentions face à l'attente agoissée de la jeune femme.

''Tu n'aurais pas du apprendre ce secret....''

Il avait murmuré cela, sans la moindre once de reproche. A l'entendre, c'était comme s'il avait souhaité épargné cette histoire passée à la jeune femme. Mais maintenant, les faits étaient là. Elle savait. Puis, l'esprit de son lié pénétra dans le sien.

°J'ai cru que tu allais....°
°Tu m'aurais empêché, n'est ce pas ? °
°Oui, je t'en aurais empêché. Tu te serais perdu face à l'irréparable. Heureusement, tu as repris les rênes...°
°Je t'avais entendu, Estenir. Ne crois pas que je restai totalement sourd à tes appels. Tu m'as aisé. Runa était là aussi...  °

Puis il ferma les yeux et soupira avec une bien étrange légèreté. Autrefois, il pensait avoir le contrôle de ses propres émotions... et aujourd'hui, il découvrait ce qu'être un être humain signifiait de plus en plus. Il découvrait aussi qu'il ne pouvait pas mener sa vie seul avec Alauwyr, même quand son passé de Second le rattrapait par un mauvais jeu du destin, avec cette lettre qu'il avait gardé comme un reliquat à garder pour l'assurance de la continuité de sa propre vie. Pour ne pas l'oublier.... non pour justifier quelque chose qu'il avait toujours réfuté.

Il rouvrit les paupières, gardant le silence et observant les gestes de Runa quand à ses blessures physiques et sanglantes qui marquaient ses mains.


[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Signal10 [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Logo_n13
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Mise en avant ou remise en question ?  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Mise en avant ou remise en question ?    [RP] Mise en avant ou remise en question ?  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Mise en avant ou remise en question ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» mes amies les bêtes [Yaoï ~ Hentaï]
» Une bonne douche bien méritée [PV Lelouch][Hentaï]
» [Solo Valentine Crowblack] La femme avant la bête /!\Hentaï/!\

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Tàralöm, le Kaerl Ardent :: Le Weyr-
Sauter vers: