Le Deal du moment : -25%
Nike Waffle Trainer 2
Voir le deal
74.97 €

Partagez
 

 [RP] Le trésor sous les dunes

Aller en bas 
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 154
RPs : 148
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeMer 5 Aoû 2020 - 17:45



[RP] Le trésor sous les dunes Kissar11_&_[RP] Le trésor sous les dunes Mayuri10 [RP] Le trésor sous les dunes Mayuri11
Kissare Amarsin & la Verte Mâyuri
Archiviste du Màr Menel


Theme Song :
Yes Tchem Ouzoum Dzeranl – Levon Minassian


~ 15e jour de Llefelysku 919 – Pleine Lune –

Dans le calme de ses appartements aux Spires, à l’instar des rues désertes du Kaerl, tout était silencieux. Incapable de fermer l’oeil de la nuit, l’esprit trop accaparé par le voyage qu’ils allaient finalement entreprendre aujourd’hui, il avait assisté, paisible, au lever du soleil. Saluant le retour de Solyae après son long repos entre les bras de sa bien-aimée Kishi. Peu soucieux des températures encore particulièrement fraîches de ce mois de Llefelysku, il avait laissé les premiers rayons du soleil caresser son visage, les paupières closes. Il savait ses préoccupations bien loin de celles qui avaient animé un grand nombre de personnes la soirée précédente. La Fête de Llefelys, Déesse de l'Amour sous toutes ses formes. Pour quelques heures, quelques jours ou pour la vie, les couples s’étaient faits et défaits, se mêlant joyeusement avant de terminer leur nuit dans un endroit plus en accord avec la tradition romantique.
Sa main suspendant son geste au dessus de ses cheveux, un sourire indéchiffrable marqua ses lèvres tandis qu’il percevait une ombre furtive, puis des bruits de pas légers dans son dos. Dans un tourbillon de malachite, parfumé de sauge et de mélisse, Mâyuri vint lui planter un baiser sonore sur la joue, entourant son cou de ses bras blancs.

« Encore en train de ruminer au lieu de te préparer ? »

Par dessus son épaule, fixant son reflet dans le miroir, deux prunelles verdoyantes pétillaient d’une évidente bonne humeur. Si sa Verte avait largement profité de la fête des Amoureux, flirtant sans vergogne avec tous les mâles qui avaient le malheur de croiser leur chemin, à elle et Beith, elle n’avait pour autant pas cherché à aller plus loin. Lui avait préféré passer la soirée seul, le nez plongé dans un recueil poussiéreux sur les légendes du Ssyl’Shar, volontairement oublieux du monde extérieur et de son agitation.

« Mais tout est déjà prêt depuis longtemps, au cas où tu ne l’aurais pas remarqué. »

Un reniflement et un claquement de langue faussement réprobateur répondit à son aimable réprimande, et elle s’empara du peigne oublié entre ses doigts, s’affairant à démêler l’abondante chevelure brune encore humide de son Lié. Ils restèrent quelques instants ainsi, appréciant simplement la présence de l’autre, tandis que la dragonne tressait habilement les mèches aux subtils reflets de sinople. Une fois sa tâche achevée, contemplant son travail, Mâyuri planta ses poings sur ses hanches, une expression outrageusement satisfaite gravée sur son visage de nymphe Thálassienne.

« Oui ? Quelque chose à ajouter peut-être ? »

« Tu es beau mon Lié. C’est indigne que tu aies eu à passer la Fête de Llefelys tout seul. »

Sentant un vif amusement étirer le coin de ses lèvres, il se contenta de hausser les sourcils, faisant peu de cas de la fierté féroce qui auréolait son âme soeur. Il ne la connaissait que trop bien ; il refusait de se laisser prendre à un piège si évident. Suivant une mécanique bien huilée, il lui jeta un bref coup d’oeil, l’observant sous ses paupières à demi closes.

« Et tu es la plus superbe des dragonnes vertes, assurément. Nul doute qu’Hanelvig n’aura d’yeux que pour ton charme, Mâyuri. »

Et cela, quand bien même s’étaient-ils déjà rencontrés à plusieurs reprises. L’affirmation fit mouche, néanmoins, et rougissant de manière charmante – quoi que de manière tout à fait exagérée – la Verte se détourna, cachant ses joues et minaudant littéralement.

« Tu le penses vraiment ? »

En vérité, il doutait que le jeune Bronze se montre particulièrement sensible aux avances de sa Liée, d’autant plus que la situation pouvait tout à fait se révéler quelque peu gênante pour lui et le Maître Lordan Ventaren. Mais il faisait confiance à Mâyuri pour modérer son badinage. Elle savait se montrer respectueuse de sa volonté et du travail à accomplir. Consciente de leurs devoirs.
Après plusieurs lunes de recherche, d’étude et de fouilles acharnées dans les Archives, qu’une date ait enfin été fixée pour leur voyage au Ssyl’Shar était une conclusion logique. Que le Patriarche d’Amberle l’ait prié de poursuivre sa tâche sur le terrain l’avait en revanche pris à contre-pied. Il n’avait rien d’un aventurier, même s’il savait se débrouiller de manière plus qu’honorable avec une épée. En aucun cas il ne tenait à décevoir la confiance que Reynald avait placé en lui.

« Pour moi, tu es la seule et l’unique, ma belle, tu le sais bien. Allons-y à présent. »

***

Un rien boudeuse, suivant sans mal les grandes enjambées de son Lié sous sa forme draconique, Mâyuri trottait derrière lui, le soleil allumant des éclats d’émeraude sur sa parure écailleuse. Quoi que reconnaissant le côté indispensable du harnais de vol pour leur expédition – leurs fontes étaient pleines à craquer – elle n’aimait pas l’idée de le porter. Cela portait tout simplement atteinte à sa beauté naturelle.

**Hestia était dans tous ses états lorsqu’elle a appris que tu partais au Ssyl’Shar. Comme si je n’étais pas capable de prendre soin de toi.**

Un rire léger secoua Kissare, sans pourtant altérer son pas. L’Impératrice Noire pouvait se montrer parfois excessivement protectrice envers lui, l’unique progéniture de sa Liée, la Maîtresse Dragon Anthéa Laric.

« C’est que nous n’avons pas quitté Tol Orëa depuis … depuis bien longtemps. »

La dernière fois remontait à une dizaine d’années auparavant, alors que Mâyuri était encore toute jeune dragonnelle. Sa mère et Hestia les avaient conduits au Shinsad, dans la bourgade natale de son père, pèlerinage destiné à honorer la mémoire de ses ancêtres.
Peu convaincue, mais choisissant pour une fois de ne pas insister plus avant – elle refusait de laisser Hestia croire qu’elle n’était qu’une petite sotte évaporée – elle sentit un frémissement d’impatience nerveuse traverser son Lié lorsqu’il rejoignirent enfin la Grand’Place. Elle le savait, sous son sourire solaire se cachait une certaine crainte à l’idée de quitter le confort rassurant de ses habitudes, de s’envoler loin du Màr Menel. Gardant un œil vigilant sur lui tandis qu’il vérifiait une dernière fois la liste de leur matériel avec les hommes de l’Intendance, elle laissa les Aspirants de corvée à la zone de décollage et d’atterrissage lui passer son harnais.

**Faites bien attention à serrer toutes les boucles convenablement. Non, non, celle-ci est trop lâche, elle risque de se défaire. Oui, voilà, comme ça, c’est très bien. Bravo ! Vos Maîtres peuvent être fiers de vous.**

D’une voix douce et attentive, elle veillait à encourager les efforts des jeunes gens, qui, au vu de l’heure matinale, n’étaient guère bien vaillants. Puis, l’un après l’autre, Lordan et Tristan arrivèrent, accompagnés par le Bronze Hanelvig. Elle jeta une oeillade veloutée à ce dernier, cherchant malicieusement à attirer son attention.
Elle savait que Kissare appréciait véritablement le Neishaan, originaire d’Ablah, cité du savoir perdue dans l'Andram, et considérait l’Arken de l’Escadron d’Elite avec un respect mêlé de réserve. Les trois hommes s’étaient efficacement répartis les tâches lors de leurs recherches, une coopération consciencieuse qui avait abouti à l’identification inespérée de la zone géographique représentée sur la mystérieuse carte retrouvée dans les cryptes. Confirmant leur piste première, il s’était avéré qu’il s’agissait vraisemblablement d’une région du désert profond du Ssyl’Shar, à une époque bien antérieure à la leur, à laquelle les Valherus régnaient encore sur le Rhaëg. L’idée de commencer leur quête au Màr Litsë était donc devenu de plus en plus prégnante au fur et à mesure des jours. Ils partiraient ainsi sur les traces de l’expédition menée par Saemon Ashriel plus de vingt ans auparavant … A la recherche d’un passé oublié, volontairement rayé des mémoires.

Quant aux artefacts, ils étaient restés tout aussi opaques et incompréhensibles qu’à leur découverte, le Servant de Mystra, Ciryandil, confirmant leur nature magique et potentiellement dangereuse, sans pour autant être capable d’en dire plus. Une seule certitude subsistait suite à l'étude des journaux de l'expédition : un troisième objet, complémentaire aux deux autres, existait. Confinés dans un coffre-fort sécurisé par Reynald, ceux-ci resteraient au Kaerl, dans l'attente d’en savoir plus.
Les iris fauves de Kissare, presque dorés à la lumière du soleil levant, se tournèrent soudain vers elle, et elle soutint son regard, confiante. Quelques minutes plus tard, ils s’envolaient, empruntant le vide absolu et terrifiant de l’Interstice pour réapparaître dans le ciel sans nuage du Ssyl’Shar.

***
[RP] Le trésor sous les dunes Shirin10
Shirin Bachir
Orpheline de Terre de Liberté

Ils planèrent un long moment, muets et admiratifs, voyant se dessiner devant eux les contreforts qui entouraient la si secrète cité des sables, toute auréolée de lumière par les rayons du soleil, qui se détachait lentement des montagnes couleur terre de sienne. Effleurant à travers sa chemise la précieuse lettre de la Dame du Kaerl, adressée à la gardienne Sraoshaï Ter Altansarnannûn et au Conseil des Fondateurs, confirmant leur identité dans cette quête qu’ils souhaitaient entreprendre, Kissare prit une profonde inspiration. Il se sentait curieusement ému par ce paysage inconnu, comme si quelque chose dans son sang, dans sa mémoire profonde y résonnait en écho. Prévenante, Mâyuri l’entoura de son amour, et obliqua avec douceur pour se diriger vers une arche d’entrée quasi invisible pour quiconque ne savait pas quoi chercher.

Là-bas, assise dans l’ombre, le dos à la pierre fraîche, occupée jusque là à jouer avec une ficelle entremêlée à ses doigts, une jeune fille bondit sur ses pieds en apercevant les deux dragons. Sous sa crinière d’un blond argenté, son visage mutin était parsemé de taches de rousseur. Trépignant presque d’allégresse, elle fit volte-face en poussant un hululement strident, ses pieds nus frappant la pierre sur son passage tandis qu’elle s’engouffrait dans les couloirs à toute vitesse. Elle le savait ! Elle avait raison ! Ses rêves avaient toujours raison !

« Seqenënre ! Seqenënre ! »

Sraoshaï étant certainement occupée, elle s’était spontanément lancée à la recherche de la Cendrée. Arrivée quelques mois auparavant à Terre de Liberté, orpheline, gamine des rues, la jeune Torhille s’était aussitôt prise d’affection pour l’Elfe et sa Liée, toujours sur leurs talons à chaque fois que cela lui était autorisé. Bien que dépourvue du Don, incapable d’entendre la voix de la dragonne, cela ne semblait pas la gêner, comme si sa compréhension des pensées de Seqenënrë se situait à un tout autre niveau.

« Seqenënre ! Ils arrivent ! »

Sans ralentir, elle se précipita joyeusement vers la dragonne, enfouissant son visage tout contre elle avant de chuchoter impatiemment :

« Est-ce que tu vas aller les accueillir ? »


[HRP : voilà pour cette introduction, comme ça le cadre est posé, nous voilà directement au Ssyl'Shar ! Vous êtes libres de PNJiser Shirin, elle sera notre "guide" sur les lieux et messagère durant notre séjour - j'ai absolument rien de prévu ni de prédéfini pour elle huhu. Quant à Sraoshaï et Seqenënre, ce sont des PNJs de Runa, qui accueillent généralement à Terre de Liberté les voyageurs égarés en provenance de Tol Orëa, je lui ai proposé de se joindre à nous pour le RP, juste pour dire qu'on la rencontre brièvement à notre arrivée ^^. C'est parti pour l'aventure !]


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Le trésor sous les dunes Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeMer 26 Aoû 2020 - 20:10



Dès le soleil levé Lordan et son dragon rejoignirent le portail d’envol. L’arken n’avait pas eu à faire grands préparatifs. Il avait l’habitude des départs impromptus et tenait prêtes les deux sacoches portées en collier sur l’encolure massive du Bronze. De plus, il avait son habituelle cargaison de menus objets utilitaires dans les poches de sa vareuse et il portait en bandoulière une besace pour les déplacements à pied. Celle-ci était pour lors quasiment vide pour ne pas le gêner en vol. La sortie de l’interstice pouvait réserver des surprises déstabilisantes, en particulier météorologiques. Il portait son habituelle tenue de sortie, d’un indigo délavé et n’avait pour arme qu’un fort couteau de chasse. Il pensait que l’expédition n’aurait rien de guerrier et puis les armes les plus terriblement efficaces n’étaient-elles pas les dragons eux-mêmes ? Cependant, cette expédition s’annonçait encore plus sérieuse qu’il ne l’avait imaginée car il avait reçu la veille du Maître Sable une demande de prendre en charge son aspirant pour la durée de la mission et ceci de manière très officielle. Il avait accepté bien entendu  mais depuis sa rencontre avec Tristan il n’avait jamais envisagé leurs rapports que sur un strict plan d’égalité. Cela l’ennuyait un peu de se sentir officiellement responsable du Neishaan. Il l’avait toujours considéré comme un égal, un compagnon plaisant et avisé. Mais il se dit qu’il pouvait aussi ne rien changer à leurs habitudes et il faudrait vraiment que la situation devienne très préoccupante pour qu’il  impose une conduite à Tristan sans lui demander d’abord son avis.

Pour l’instant, son inquiétude se serait plutôt portée plutôt sur l’Interstice qui les attendait. Ils se dirigeaient vers un endroit inconnu du Ssyl’shar, en bordure des montagnes qui isolent le Désert Profond. Or, pour passer l’interstice, comme chacun sait, il est nécessaire d’avoir mémorisé l’endroit du point de sortie. Et ceci, sous peine de se retrouver n’importe où, au sens large de l’expression : au fond d’un océan, au ceur d’un volcan ou bien au milieu d’une rue étroite et peuplée, avec les effets qu’on imagine. Sans compter les destinations non prévues : sur une autre planète, dans un autre univers et même dans un autre temps. C’était d’ailleurs une tentation dangereuse pour les esprits présomptueux que d’envisager le saut dans le Grand Tout vers un lieu totalement imaginaire, en espérant que quelque part, un endroit à peu près semblable pouvait exister et surtout, qu’on en reviendrait, salué comme le plus grand découvreur de tous les temps. Le seul qui avait approché de l’exploit était Messire Peddyr Thelrand, et encore... Il n’avait été nulle part et en fait, se jetant dans l’interstice avec l’Ombremage,  il avait simplement prolongé, au delà des limites habituelles, la durée de son passage dans le vide de l’espace et du temps. Seule la résistance  exceptionnelle de son dragon Sveagir avait permis in extremis la réapparition sur Rhaëg... et dans quel état !
Il était donc très hasardeux de s’en remettre à la description d’un tiers ayant visité l’endroit. C’était plus sûr entre dragons, lesquels communiquaient en utilisant la part ancestrale de leur mémoire. Rintrah s’était donc chargée de renseigner Hanelvig et Mâyuri. C’était la première fois qu le Bronze utilisait ce moyen sans que le dragon-pilote ne l’accompagne et naturellement Lordan se faisait un peu de souci. Mais son lié affichait une belle assurance et lui dit que la force de la pensée d’une Reine dépassait de loin ce qu’un bipède pouvait imaginer.
Lordan  était donc relativement rassuré mais son caractère inquiet ne le laissait guère en paix quand il entreprenait une mission importante ou inhabituelle. Il lui restait un dernier souci. Hanelvig était encore un jeune dragon et il allait devoir porter deux cavaliers. Lordan était ce qu’on appelle un "faux maigre", tout en longueur, mais ossu et les muscles développés par les entraînements. Tristan ne paraissait pas devoir  peser très lourd  mais il avait peut-être pris un bagage conséquent et le dragon serait mal à l’aise pour un passage d’interstice délicat....Et pas question de demander que ce soit Mäyuri qui se charge de Tristan. Kissare Amarsin était un Torhil d’un format impressionnant et les Vertes sont plus rapides et déliées que vigoureuses. .

Hanelvig; qui suivait sans doute les pensées de son lié; intervint :

*  Moi, je suis un Bronze... On dit aussi que les Bronzes sont très forts et même, plus forts que malins, pour ne pas dire très grands et bêtes, et aussi qu’ils veulent tous être chef à la place du chef...   A propos, est-ce ainsi que tu me vois?*

Lordan sourit. Hanelvig ne cachait pas qu'il aimait les compliments.

* Tu es fort et très malin, très grand et très intelligent. Et tu ne m’as jamais dit que tu voulais devenir un Chef.....Mais ça, ce sont des affaires entre dragons...*

*Merci. Qu’aurais-tu fait d’un lié arrogant et batailleur ? Je t’ai choisi au sortir de l’oeuf parce que j’ai senti qu’avec toi, j’allais apprendre plein de choses passionnantes et que tu serais toujours très gentil avec moi. Je n’aimais déjà pas qu’on me bouscule. Je ne suis pas un dragon fonceur.

*Non, mais tu es toujours là quand j’ai besoin de conseils et de compagnie.

Lordan se sentait ému par ces échanges amicaux pourtant sans surprise. Habituellement, Hanelvig préférait prendre un ton moins sérieux. Celui-ci changea d’ailleurs de sujet :

*A propos, tu sais que Mâyuri étant la sœur de mon géniteur Sarevok, je suis donc, en termes humains, son neveu. En tant que dragon, cela n’a pas d’importance. Mais je sens que sous ma forme humaine, je serai sensible à ce lien de parenté, surtout si elle-même revêt son apparence de belle dame aux cheveux verts. Devrai-je l’appeler ma tante ?*

* Essaie donc.. On dit que les Vertes ont le coup de griffe  facile....Il peut leur en rester des traces sous forme humaine. Et si Mayuri a des petits, tu pourras aussi te faire appeler Tonton*


Hanelvig secoua ses crêtes auriculaires, ce qui était un moyen d’exprimer son amusement.

La pensée de Lordan se reporta  au but de leur voyage : le Màr Litsë.
Si pratiquement tous les Célestes en avaient désormais entendu parler, le lieu demeurait fort mystérieux et l’objet de bien des rumeurs et de mises en doute.
Lui-même avait longtemps refusé de s’intéresser au Màr Litsë et l’appellation de Kaerl des Sables lui paraissait quasiment une usurpation de titre. Les vrais kaerls se situaient sur la terre des Dragons, Tol Orëa, pas au Ssyl’Shar, et ce n’était pas parce que des individus imbus de leurs personnes et mal à l’aise dans leur kaerl, avaient soudain décidé  de fonder un lieu appelé Terre de Liberté, qu’ils avaient le droit de reprendre le titre à leur compte. Dans cette prétention, Lordan sentait comme une critique du système hérité des temps ancestraux et pourquoi pas, une tentative orgueilleuse pour saper l’oeuvre de Flarmya tout en en récupérant le prestige. Car enfin, quand le Maître Maëvann  l’avait contacté sur Orën, elle lui avait proposé  le choix entre trois kaerls et non pas quatre. Quand l’avenir de Tol Orëa et la survie des Dragons avaient été mis en péril, ces trois kaerls avaient combattu selon leurs règles et leurs principes propres mais tous dans un seul et même but : sauver Tol Orëa et  les dragons. Le prétendu Màr Litsë était bien resté au chaud sous ses sables et bien tranquille dans son secret, secret d’ailleurs qui ne cachait peut-être que racontars et poudre de perlimpinpin.
Depuis, certes, la réalité du lieu avait pris de la consistance à travers le retour de la Dame. Il est difficile de garder un endroit secret quand tant de gens y vont et en reviennent. Mais tout restait dans le flou des on-dit.
On parlait d’une charte au contenu contradictoire : C’est la terre de Liberté, soit, tous y sont égaux mais certains le sont moins que les autres et se chargent de rappeler ces autres à l’ordre.  Tout le monde peut y demander asile mais personne ne doit dire où il se trouve. Pratique pour s’y réfugier !... Et si Zackheim de Galastden, proscrit, venait s’y présenter ?  L’accepterait-on au nom de la liberté et du droit à se repentir ? Et  pourquoi se cacher si on n’a que des idéaux nobles et philanthropiques ?
Pour Lordan,  tout cela sentait la secte et le désir de se sentir élitiste, discriminatoire, bien supérieur aux autres au sein d’une organisation tout autant emplie d’interdits que n’importe quelle autre.

Cependant, Heryn Amlug avait pu revenir grâce au Màr Litsë et Lordan avait un peu adouci son jugement sur l’endroit. La possibilité d’aller visiter le lieu – ou de l’approcher-  attisait son intérêt, d’autant qu’il s’agissait d’une mission accomplie pour son kaerl et à la demande de ses supérieurs. Il n’était ni un espion ni un vain curieux. Il pourrait se faire une idée exacte de ce à quoi on s’occupait sur ces terres dites de Liberté.
De toutes façons, au premier plan de la mission,  il y avait le mystère des objets de la crypte et de l’expédition de  Saemon.

On arrivait sur la Grand’Place et Lordan aperçut Kissare et sa verte. Ils avaient eu de bons rapports durant l’épisode de la recherche aux Archives et  leur mission avait été mise au point de concert.
Tristan arrivait et une fois embarqué, ce fut l’interstice.

Pour être impressionné par le décor où se révéla la Cité des Sables, Lordan le fut, et profondément.
L’architecture donnait l’impression d’une citadelle sans ouverture, accroissant l’aura de mystère qui baignait ce lieu de légende. Lordan décida de ne pas se complaire dans cette atmosphère envoûtante. Les entrées en chicanes protégées par un mur plat et nu qui se fond dans l’ocre des murailles, il connaissait. Il suffirait de faire le tour en ouvrant l’oeil pour ne pas se laisser prendre aux jeux d’ombres et lumières. Mais Mâyuri les conduisit immédiatement à l’entrée et on mit pied à terre pour ête aussitôt accueilli par une jeune personne à l’air déluré, laquelle se mit aussitôt à crier en les plantant là et en hurlant un nom étranger que Lordan ne comprit qu’à moitié. Mais il ne s’en inquiéta guère. Pénétrer au Màr Litsë, c'était forcément entrer dans l'insolite. La mission commençait bien.


[RP] Le trésor sous les dunes Br10


Dernière édition par Lordan Ventaren le Mar 27 Oct 2020 - 21:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 155
RPs : 90
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze) #cc3300
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeLun 19 Oct 2020 - 21:53

Depuis que la destination de leurs recherches avait été identifiée, après des investigations dans diverses directions aux archives, en compagnie de Maître Lordan et du Chevalier Kissare, Tristan avait passé la plupart de ses moments de liberté à retourner aux mêmes archives, pour consulter tout ce qui tombait sous sa main au sujet de ce continent désertique. Ce ne serait que sa seconde sortie de Tol Orëa depuis le début de son aspiranat, et il s’efforçait de s’y préparer mieux qu’il ne l’avait été lors de l’expédition à Qhara, laquelle avait bien failli tourner à la catastrophe. Cependant, cette fois, les circonstances seraient sensiblement différentes. D’abord, il serait en mission officielle, et même s’il n’était pas un neishaan enclin à la fierté mal placée, bien au contraire, il se sentait tout de même gonflé d’un sentiment nouveau à l’idée d’agir pour le compte du kaerl Céleste, sur les ordres directs de sa Dame. Cette grande confiance qui avait été placée en lui, signifiait aussi une grande responsabilité, et il craignait tout particulièrement de ne pas se montrer à la hauteur, et de décevoir son illustre commanditaire…

Heureusement, il serait bien accompagné, et c’était là une autre différence majeure avec la précédente occurrence. Non qu’il ait été mal entouré avec Sable et Asra, ni même avec Persée et Vraël, qui s’étaient avérées des alliées de poids. Mais à objectif différent, compagnons différents, et il se trouverait cette fois séparé du reste de la Triade qui veillait habituellement sur lui. Ses maîtresses bipède et dragonne seraient temporairement remplacées par Lordan et Hanelvig, à qui avait naturellement été transférée cette responsabilité du fait de leur grade équivalent à celui de la semi-elfe et sa Liée. Le neishaan s’en réjouissait : il aimait beaucoup les manières de discrète attention déployée par Sable, mais avait aussi appris à apprécier la franchise agrémentée de quelques originalités du maître bronze. Quant au Chevalier Vert qui terminait leur équipée, il avait pu constater, au cours des semaines précédentes à consulter de vieux volumes à demi oubliés, qu’un même goût pour le savoir en général, et celui qui se couchait par écrit en particulier, les réunissait, ce qui formait déjà une bonne base.

Le départ s’annonçait donc sous les meilleurs auspices, et plus la date approchait, moins Tristan parvenait à tenir en place. La veille au soir, il s’étonna de voir autant d’activité sur les places et aux tavernes du kaerl, avant de réaliser brusquement qu’on était le soir de la fête de Llefelys. Il s’éloigna cependant des musiques joyeuses au rythme desquelles tourbillonnaient des couples à la géométrie changeante, ne se sentant absolument pas d’humeur pour ces réjouissances, avec lesquelles il avait de toute manière peu d’affinités. Un petit pincement au cœur s’attardait, malgré tout : peut-être aurait-il dû se pousser pour se joindre aux autres personnes de son âge, faire ce qu’on attendait qu’il fasse et rentrer dans la normalité ? Mais non, il n’aurait pu que détonner dans cette légèreté de papillon, lui dont l’esprit ne résonnait que d’une trop sérieuse liste de noms ssyl’shariens. Il était certes excité, mais pas de la façon qui convenait pour cette soirée.

Après être passé à sa chambre d’aspirant, où il avait achevé ses derniers préparatifs, et tourné un peu en rond sans savoir quoi faire, il s’était décidé à ressortir. Pas question pour autant de retrouver la foule bruyante et colorée du dehors, avec laquelle il se sentait si peu en accord en cet instant, qu’il se demandait s’il ne lui manquait pas quelque chose pour être vraiment complet. Bien sûr, qu’il te manque quelque chose, susurra une petite voix dans son esprit, et il craignit une fois de plus que ce manque ne se trouve jamais comblé. Sans qu’il s’en aperçoive, ses pas l’avaient mené par les couloirs de pierre du kaerl, jusqu’à la grande caverne d’éclosion, là où justement, les aspirants élus se voyaient réunis avec leur âme sœur. Elle était vide, aucune dragonne du Mar Menel ne couvant actuellement, et il osa s’avancer sur les sables comme il ne l’avait encore jamais fait, sentant leur chaleur traverser la semelle de ses chaussures.

Seul dans ces lieux qu’on visitait plus couramment lorsqu’ils étaient bondés, garnis de toute la population du kaerl, ou presque, il erra de l’aire de grains tièdes, jusqu’aux premières marches des gradins de pierre froide, où il s’assit finalement, ses pensées à la dérive. Le temps coula comme, dans le sablier, ce même sable dont sa maîtresse portait le nom. C’est finalement suffisamment tard pour ne pas déshonorer ce jour de fête, qu’il regagna sa chambre afin d'y prendre quelque repos – non sans avoir laissé les rideaux bailler suffisamment, pour être certain que les premiers rayons de Solyae l’éveilleraient : pas question de se présenter en retard au grand départ !



L’astre du jour tint ses promesses, et le neishaan n’eut pas besoin de bien longtemps pour ses derniers préparatifs. Il arriva à la Grand place presque en même temps que Lordan et Hanelvig, qu’il salua joyeusement – parce qu’il les appréciait, et qu’ils seraient ses gardiens pour la mission à venir, et aussi parce que rien ne serait arrivé sans eux. Ensemble, tous trois se dirigèrent vers l’archiviste et sa Liée, déjà en place pour le décollage. Aucun ne semblait disposé à perdre de temps, aussi les politesses d’usage furent vite expédiées, les poids répartis – celui, certes assez négligeable, du neishaan, étant logiquement attribué au grand bronze – et l’Interstice gagné par les deux dragons et leurs passagers.

A chaque fois qu’il empruntait ce passage, certes bien pratique, mais si terriblement inhumain, Tristan se demandait ce qui se passerait si, au bout des trois respirations, on ne débouchait pas dans un nouvel endroit matériel. Et si, malgré son peu d’expérience en la matière, quoique plutôt honorable pour un simple aspirant, on parvenait à s’y habituer un jour. Mais il garda ses interrogations pour lui, et ce d’autant plus que son esprit avait bien autre chose à penser, avec l’étendue désertique toute de courbes faussement douces du Ssyl’shar, qui s’étendait à perte de vue devant ses yeux. Il se redressa entre les crêtes d’Hanelvig, remuant pour en voir le maximum puis, leur but identifié, en détaillant les contours imprenables à mesure qu’ils s’en approchaient.

A la suite de Mâyuri, ils atterrirent au pied d’une arche de pierre aux couleurs chaudes, et Tristan eut du mal à se concentrer sur la descente de dragon, tellement il avait envie de tout regarder alentours. Gagnant tout de même sans encombre le sol rocailleux, il interrogea ses compagnons du regard. Il avait bien remarqué, lui aussi, la petite silhouette qui avait détalé à leur apparition, mais ne savait pas s’ils devaient attendre là un éventuel comité d’accueil. Dans le doute, il se pencha pour ramasser quelques fragments de rocher, considérant les falaises abruptes dont ils provenaient avec un certain respect. De telles teintes… rien à voir avec les sombres roches d’Ablah qui, quand l’hiver étendait son blanc manteau de neige, faisaient penser que toute couleur avait déserté le monde.

HJ:
 


[RP] Le trésor sous les dunes Br4
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 174
RPs : 83
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeMer 11 Nov 2020 - 16:26

[RP] Le trésor sous les dunes 181118112941704724

L'Impératrice Noire Cendrée Seqenënre

° ☼ ~ Synaulia - Magna Mater ~ ☾ °

« Seqenënre ! Seqenënre ! »

Le corps couché de tout son long au détour d'une alcôve creusée dans le flanc de pierre ocre auquel était accolé le Kaerl des Libertés, l'Impératrice Noire tourna à peine son épaisse gueule en direction de la voix enjouée de sa petite acolyte. Sans quitter le confort de sa position, la queue, le ventre et la gorge plaqués contre le sol de pierre lisse et fraiche, les écailles sous sa mâchoire crissèrent brièvement tandis que ses paupières dévoilèrent deux larges orbes d'un jade calme.

« Seqenënre ! Ils arrivent ! »

A l'abri de la chaleur dans son repère caché des yeux méconnaissants de l'existence des dragons, la saurienne releva finalement la tête avec sérénité pour accueillir la venue de cet oisillon débordant de jovialité et de frivolité. Shirin était une petite créature précieuse à son coeur et cette dernière le savait bien. Seqenënre l'accueillit tout naturellement entre ses larges pattes alors qu'elle s'y jeta à bras ouverts, véritablement ravie de porter son message à l'attention de l'Impératrice aux atours de cendre.
Elle parut sourire en étirant le cuir qui ceignait sa bouche sertie de crocs puis étreignit la petite orpheline à la crinière de craie en appuyant légèrement sa gueule contre le dos de la petite. Tout en croisant les pattes pour la retenir davantage contre elle, le sang réchauffé par tout l'amour de la fillette, elle l'écouta en respirant avec grand calme.

« Est-ce que tu vas aller les accueillir ? »

La dragonne souffla vivement une plus grosse bolée d'air tiède par ses naseaux pour seule réponse, un oui adapté à l'incapacité de Shirin de pouvoir, hélas, entendre ses pensées. Seqenënre attendait, tout comme sa bipède, la venue du petit groupe Céleste, l'annonce de la jeune non-Douée ne fut donc guère une surprise.
Lorsque la petite se détacha d'elle après son embrassade appréciablement longue, l'Impératrice Noire frotta délicatement le bout de son museau contre sa joue hâlée et piquetée de taches de rousseurs pour la remercier à sa manière.
Seqenënre se leva sans précipitation, bâilla largement et s'étira et suivit d'une marche presque nonchalante Shirin qui, elle, courrait déjà loin devant.

***

[RP] Le trésor sous les dunes 181118112528238217 [RP] Le trésor sous les dunes Seqenenre
Sraoshaï Ter Altansarnannûn & la Cendrée Seqenënre


° ☼ ~ The Scythian OST - Legend ~ ☾ °

« Madame 'Nûn, madame 'Nûn ! » S'écriait la jeune fille à travers les vastes couloirs du Màr Litsë, sa voix retentissant en un chaleureux écho le long des murs de pierre et d'argile.

Comme une souris dans les méandres de son terrier, la pupille se faufila à travers pléthores de passages dignes d'un labyrinthe pour les néophytes. Les paumes de ses pieds nus frappaient joyeusement le sol en guise de mélodie annonçant son approche, quand bien même ses pépiements de rossignol le firent bien avant ses talons qui jouaient du tambourin à cymbalettes.
Sraoshaï avait, depuis l'instant où ils pénétrèrent l'enceinte du Kaerl des Sables, bien senti l'arrivée du petit groupe composé de trois personnes et deux dragons. Ses pas la menaient déjà vers eux, à la grande salle qui marquait l'entrée vers l'intérieur du Màr et l'écrin de ses secrets et son savoir. Fidèle à elle-même et dans la même lignée que sa Liée, la Gardienne les rejoignit d'une marche calme bien que son esprit ne répondait guère à sa coutumière harmonie.
Sraoshaï et le Conseil du Màr Litsë acceptaient de recevoir les égarés quels qu'ils furent sans faire cas de leur Kaerl d'appartenance. Néanmoins, pour cette fois, il s'agissait d'une mission somme-toute officielle et accordée par la Dame Céleste, Heryn Amlung, qu'elle connut lors de son exil forcé et de la ponte de sa Reine Dorée Rintrah. La demi-sang ne pouvait apprécier pleinement d'aider davantage l'un ou l'autre des Màrs mais elle s'efforcerait de veiller au mieux afin que tout se passât bien. Plus vite ils résolvaient leur énigme, plus vite ils repartaient de son domaine, celui qu'elle s'était jurée de garder de toute perturbation près de trente-cinq années auparavant.

Il y avait plusieurs semaine, depuis ce jour, elle reçut une missive estampillée du sceau du Màr Menel. Le Conseil s'était alors réuni pour adopter la meilleure réponse, et en dépit de son aversion pour les partis pris, Sraoshaï avait favorablement répondu à cette demande. Après un vote à l'unanimité, les missionnaires Célestes reçurent l'autorisation de visite des vestiges du Kaerl des Sables à la seule condition de respecter les lois de leur terre d'accueil et de s'en tenir à leur tâche. Sraoshaï se réservait l'avantage de leur ouvrir ou non certaines parties du Màr ou de leur donner l'accord pour parcourir les ancestraux ouvrages de la structure Valherue perdue au beau milieu du Grand Désert. Ils n'auraient guère besoin de faire leurs preuves, la demi-sang n'aurait qu'à lire leur âme par leurs yeux pour s'assurer de leurs bonnes intentions.

Elle les précéda de bien peu, arrivant la première à cette entrée qu'elle ne connaissait que trop bien, par toutes les âmes perdues et en quête de réponse qu'elle y accueillit.  Bien que midi frappait de plein fouet le Ssyl'Shar de toute l'ardeur de Solyae, l'intérieur de l'édifice se révélait d'une délectable fraîcheur précieusement conservées par ses murs.
Derrière elle s'étendait la Salle des Fondateurs, ancien haut lieu où dominait toujours un trône laissé vide et gardé par une statue représentant un chevalier armé, cinglante définition de l'organisation du Màr Litsë : ni Dame ni Seigneur pour régner.
De grandes colonnes de pierre coraline soutenaient un vaste plafond en rotonde où était représentée l'Histoire du Kaerl, et bien que le temps effaça une partie de ses gravures, on y distinguait clairement les silhouettes de dragons et d'Hommes mêlés en une mélancolique poésie. Entre les piliers transcendait l'éclat des cieux azuréens du continent qui reposaient sur une étendue de dunes peintes d'or. L'air chaud s'y engouffrait avec abondance sans pour autant altérer la douce température de la Grande Salle, et la lumière pénétrait les lieux pour animer les tapisseries aux couleurs chaudes qui recouvraient les murs. Une immense quiétude dominait ici-bas, la même quiétude qui habillait le visage de sa Gardienne.

Seqenënre, revêtue de son enveloppe humanoïde, s'avança depuis derrière elle pour la rejoindre à son côté. Toutes deux se prirent la main dans une caresse sororale, échangeant un regard apaisé. Shirin déboula à son tour, les joues rosies par sa folle course, le souffle écourté par sa cavalcade.

« Ils sont enfin là, ça y est ! Puis-je rester ?! »
« Comment, par tous les Divins de ce Monde, pourrais-je dire non à tes yeux débordants d'étoiles ? Vas donc les chercher et leur montrer le chemin. » Murmura presque la sang mêlé, un sourire maternel aux lèvres.

Shirin bondit de joie et s'en alla entourer Sraoshaï d'une courte étreinte avant de disparaître aussi vite qu'elle apparut à la faveur des couloirs.

« - Je te sens... soucieuse, 'Aosh. »
« - Je me tiens prête à devoir les éconduire s'ils ne se montrent pas dignes de nos dogmes. Je n'apprécie guère les missions officielles, mais tâchons de les conseiller du mieux que nous pouvons. »
« - Comme toujours, ma Soeur, comme toujours. »  
« - Mon esprit est en paix, ne crains rien à ce sujet, ma Soeur. Tout va bien se passer, je le sais. »  

Pendant ce temps, la jeune fille au teint bruni par le soleil arriva aux devants du trio de bipèdes et du duo de dragons. Son visage tout entier étincelait d'excitation à la vue de ces inconnus, tous si beaux, mais surtout de la dragonne à la robe d'émeraude et son frère aux reflets rappelant le bronze et le cuivre. Sa petite mine au nez retroussé s'agita d'un sourire franc et accueillant lorsque sa voix enfantine s'éleva en l'air.

« Soyez tous les bienvenus ! C'est moi qu'on a chargé dans la mission de vous montrer l'entrée ! Scanda-t-elle, le coeur empli d'abondance de fierté. Suivez moi, je vais vous mener à notre Mère, celle qui détient toutes les clefs ! »

Shirin leur tourna le dos pour les devancer, les invitant tous à la suivre d'un franc geste du bras. L'orpheline sautilla joyeusement, rebroussant le chemin emprunté un instant plus tôt.
Tous ensemble traversèrent un long et large corridor, assez du moins afin que les dragons ne puissent maintenir leur forme originelle. Divers bas-reliefs effrités par les affres du temps passé décoraient les pans de murs autour d'eux, tantôt éclairés de flambeaux aux flammes placides. De doux parfums d'encens aux agrumes se mêlaient à celui du sable et de la terre chauffée par les baisers de Solyae à son zénith, effluves apaisantes après leur traversée de la sinistre Interstice.

« Et voilààà ! »

Shirin s'en alla prendre place près de la demi-sang, qui lui caressa la joue d'un revers tendre de le main.
Sraoshaï se tenait là aux côtés de sa Liée sous forme de bipède. Son visage doux, cadré d'une chevelure rappelant l'argent, leur offrait la véracité de son accueil chaleureux, tout comme les cristaux de grège logés dans ses yeux. Doucement, sans emports, sa voix de velours rompit le silence alors qu'elle ouvrit les bras pour appuyer ses propos.

« Emissaires du Màr Menel, Dragons du Kaerl Céleste, je vous souhaite la bienvenue au Màr Litsë. Je me nomme Sraoshaï Ter Altansarnannûn et je suis la représentante du Conseil des Fondateurs, je veille à l'intégrité des valeurs qui sont nôtres lors de la venue de visiteurs en notre enceinte. Je suis là pour répondre à vos questions et vous mener là où attendent leurs réponses dans le cadre de vote mission et pour des interrogations plus personnelles, si vous le désirez. »  

** Bienvenue, petite Soeur ; bienvenue, petit Frère. Bienvenus au Kaerl des Libertés. **

L'Impératrice, comme son âme-soeur, bien que toutes deux peu enclines à juger sur une apparence seule, s'attarda à détailler les présents convives. Des trois hommes, le premier sur lequel elles jetèrent leur regard propre avait des cheveux bruns couronnés d'une lueur d'un vert impérial, probablement marque apposée par sa Liée vêtue de la même étoffe. Son teint trahissait des origines dignes du continent où ils se tenaient, de pair à des iris rappelant ceux des aigles qui parcouraient les cieux dominant les dunes. Sa taille était évidemment celle d'un torhil, un sang appuyé par tout le caractère mêlant assurance et calme qui modelait son plaisant visage.
Le second, d'un âge plus mûr, présentait un visage assez doux encadré d'une chevelure profondément sombre à la dureté ravivée par des yeux d'un bleu profond et mordant. En dépit de la froideur de ses attributs, celui n'avait pas encore donné son nom semblait être plutôt bienveillant et accort.
Enfin apparut à leur jugement silencieux un jeune homme recouvert de flamboyance par une crinière mêlant le feu au sang et dont les citrines suspendues à ses orbites perçaient la pénombre des lieux. Sa peau de neige, fine comme la soie d'une araignée, contrastait à la virulence de ses cheveux évoquant un ardent levé de soleil. Des trois, son apparence était la plus fragile, mais Sraoshaï et Seqenënre ne présumeraient de rien.
Tous trois paraissaient être dépourvus de menace en leur sein, mais tout restait à découvrir de leurs desseins véritables.


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP] Le trésor sous les dunes Sarzlogo2[RP] Le trésor sous les dunes Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 154
RPs : 148
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeDim 29 Nov 2020 - 17:30

[RP] Le trésor sous les dunes Kissar11_&_[RP] Le trésor sous les dunes Mayuri10
Kissare Amarsin & la Verte Mâyuri
Archiviste du Màr Menel


Theme Song :
Ocean – Azam Ali

Alors que les dragons piquaient lentement vers le sol, ondoyant sous les brumes d’air brûlant qui s’échappaient du sable, Kissare n’avait eu besoin que d’un simple coup d’oeil pour lire toute l’admiration qui transparaissait sur le visage de l’Arken. Un mince sourire satisfait étira ses lèvres, et ses larges mains vinrent flatter l’encolure de Mâyuri, qu’il sentit vibrer en réponse, en un son inaudible qui se propagea à travers la pulpe sensible de ses doigts … Plus habitués à manier la plume et manipuler de vieux grimoires qu’à brandir une épée. Il savait Lordan Ventaren quelque peu … réticent à reconnaître au Màr Litsë sa place en tant que véritable Kaerl – ce que la cité antique, perdue au cœur des sables du Ssyl’Shar n’était pas, de toute façon. Avant-poste Valheru, oublié puis redécouvert … Le Torhil se sentait quant à lui appelé, au plus profond de son âme, par ses falaises ocres et terre de sienne, comme un étrange sentiment de familiarité, d’appartenance, alors qu’il n’y avait encore jamais posé le pied.

**Dans ton sang coule équitablement la fertile et changeante Orën tout autant que l’impitoyable et rude Ssyl’Shar. Cela fait partie de qui tu es. Tu ne peux y échapper ou te séparer de l’un des deux, ô mon tendre Lié.**

Avec la malice rafraîchissante d’une brise de printemps, les pensées de sa Verte s’étaient insinuées en lui, aussi caressantes qu’une plume sur son esprit échauffé, en pleine ébullition à la simple vue des contreforts de la cité des sables. Les mystères qu’ils s’apprêtaient à découvrir, changeraient-ils durablement la face de Tol Orëa ? Apporteraient-ils la paix, ou bien de nouveaux conflits ? Le poids incroyable de cette responsabilité qui pesait sur leurs épaules, pâlissait inexorablement devant la perspective coupable d’accéder à ces savoirs ancestraux, n’attendant que leur regard pour être révélés. Le jeune Archiviste était heureux de pouvoir compter sur la force et la sagesse de ses compagnons de voyage pour ne pas s’écarter de la voie de la lumière et de la justice.

*Tu as sans doute raison ...* lui concéda-t-il distraitement. Il lui semblait que la problématique était un peu plus profonde que cette explication superficielle. Son front se marqua d’un pli soucieux tandis qu’il surveillait du coin de l’oeil la progression, parallèle à la leur, du Bronze Hanelvig. Il s’inquiétait de savoir si Tristan, frêle érudit quoi qu’Aspirant désormais expérimenté, se remettait convenablement de leur traversée de l’Interstice. Le choc thermique entre le néant et le désert n’était pas des plus évident à supporter. D’autant plus à présent qu’ils se rapprochaient du sable chauffé à blanc par le soleil, quittant le relatif confort de leur vol d’altitude.

**Comme toujours !**

*Pour cette fois, au moins. Je me réserve le droit d’en juger pour les fois suivantes ! Comment vont Hanelvig et ses passagers ?*

En dépit de la gravité sérieuse de ses paroles, les contours de son âme irradiaient clairement de toute l’affection qu’il portait à sa Liée.

**Tu t’inquiètes trop, mon chéri.**
*Mâyuri ...*

Seul son rire, carillonnant joyeusement, vint ponctuer sa réplique avant qu’elle ne se pose souplement dans l’ombre de la haute arcade de pierre, à l’endroit même où la petite souris à la crinière argentée se tenait auparavant. Une vague d’air chaud et musqué, soufflant sur son passage une multitude de petits grains dorés, leur indiqua que derrière eux, Hanelvig avait également atterrit sans encombre. Un grondement approbateur la parcourant, elle lui adressa un regard velouté. Elle savait qu’il la considérait comme une parente et rien de plus, mais trouvait distrayant de le taquiner.

**Je sens la présence de dragons ici. Au moins un. Proche. Qu’en penses-tu, petit frère ?**

Prudemment, les trois hommes mirent pied à terre, et là où le regard bleu acéré de Lordan commençait déjà à analyser la structure de l’enceinte, Tristan se penchait, l’air curieux, pour examiner un fragment de roche. Le cœur battant, gardant d’une main légère le contact avec le cuir couleur de jade de son âme sœur, Kissare fit face à l’entrée secrète, rassuré quant à l’état de ses camarades. Devaient-ils prendre l’initiative de pénétrer dans le corridor – au risque de se perdre dans le labyrinthe de ses méandres – ou bien était-il préférable pour eux d’attendre ?

Au moment où le Torhil se tournait vers le Maître Ventaren et l’Aspirant Gwened, la bouche entr’ouverte pour les interroger sur la question et partager ses premières impressions sur le Màr Litsë, un bruit de course se fit entendre, et une petite frimousse réjouie émergea de l’ombre. Un sourire mi résigné mi attendri vint allumer des éclats d’or dans ses iris fauve, et il échangea un regard éloquent avec ses compagnons, quêtant leur accord. Si la spontanéité exubérante affichée par la jeune fille était annonciatrice de l’hospitalité qu’ils recevraient ici … Leur voyage démarrerait sous de bonnes augures.

« Nous sommes très honorés par ton accueil, demoiselle. Cette Mère dont tu parles et vers qui tu vas nous guider, qui est-elle ? »

Adoucissant sa voix pour ne pas se montrer trop impressionnant – il surplombait déjà la petite de plusieurs têtes – il la vit se rengorger de plaisir à être qualifiée de ‘‘demoiselle’’ et hocher la tête avec l’air sage de celui qui déteint la connaissance.

« Ben, m’dame Nûn, évidemment ! Sraoshaï Ter Altansarnannûn. » récita-t-elle fièrement, sans trébucher sur les syllabes complexes qui composaient son nom. « C’est elle qui accueille les étrangers ici. Elle et Seqenënre, elles protègent Terre de Liberté contre les méchants ! » Elle se pencha vers les trois hommes d’un air de conspiratrice, rougissant légèrement sous son hâle en croisant le regard du jeune Aspirant. Elle n’avait jamais vu une peau si claire encore ! « C’est la gardienne, vous savez. Et moi, je m’appelle Shirin. J’suis son apprentie. »

Ce n’était pas tout à fait vrai, mais assurément, Sraoshaï ne lui en voudrait pas de ce petit mensonge ? Mais déjà, suivant son pas sautillant et plein de gaîté, leur chemin à travers la pénombre fraîche des corridors - **Voilà bien une cité construite pour accommoder les dragons. C’est agréable de pouvoir avancer ici sous sa véritable apparence.** - les avaient menés à une nouvelle arche, plus ouvragée celle-ci, et débouchant sur ce qui semblait avoir eu vocation d’être une salle du trône. Bouche littéralement bée devant les merveilles qui s’offraient à sa vue, tous ces bas-reliefs sculptés, cette statue austère au visage à peine effacé par les siècles, la majesté de la haute voûte, il se fit violence pour se reprendre et s’incliner respectueusement devant la dame et sa compagne. L’impatience cognant contre ses côtes, il émit le vœu pieu d’avoir l’opportunité et le temps de revenir examiner tout ceci, d’en dessiner des copies peut-être, à ramener au Màr Menel.

Se redressant, il adressa un sourire amical à Shirin en guise de remerciement, captivé par cette sérénité ancestrale qui paraissait auréoler la gardienne – Sraoshaï. Les bras largement ouverts, comme une invitation à venir se perdre dans une étreinte maternelle, elle s’était présentée, reprenant en des termes plus élaborés, les propos de sa jeune pupille. Après un instant d’hésitation, ne sachant s’il devait laisser l’Arken Ventaren prendre les devants en tant que plus haut gradé de leur groupe, ou bien répondre lui-même à ses salutations, il décida de trancher son dilemme en tendant la lettre d’introduction confiée par Heryn Amlug, instigatrice de leur expédition.

« Dame Ter Altansarnannûn, nous vous remercions pour votre accueil. Au nom de Dame Amlug, je vous fais le serment que nous respecterons et nous plierons aux lois en vigueur sur ces terres. Nous ne trahirons pas cette confiance précieuse que vous avez décidé de nous accorder.
Je suis Kissare Amarsin, Chevalier et Archiviste du Màr Menel, et voici mon âme sœur, la Verte Mâyuri. Les hommes qui m’accompagnent sont le Maître Dragon Lordan Ventaren, homme lige de notre Dame, ainsi que l’Aspirant Tristan Gwened, érudit et lettré. Et voici le Bronze Hanelvig. Nous avons bien conscience de la position de neutralité et d’ouverture que vous prônez. Nous n’y dérogerons pas et nous espérons nous en montrer digne. »


Ses iris fauves francs et ouverts, il recula simplement d’un pas, laissant ses compagnons se présenter à leur guise, rejoignant la présence enveloppante de sa Liée, qui souffla doucement sur lui, faisant voltiger quelques mèches aux reflets sinoples.

**Tu as bien parlé, Kissare-chéri. Avec ton cœur, et ton âme. Tu peux être fier de toi, une éloquence digne d'un rat de bibliothèque !**

La Verte gloussa et lui adressa un clin d’oeil plein d’espièglerie, avant de poursuivre :

**La femme qui l’accompagne est sa liée. C’est une dragonne. Il faudra te montrer vigilant … Son aura est celle d’une lignée d’Incarnates.**

Puis, à l’attention de Seqenënre, elle lâcha une pensée prudente mais déférente. Elle n’était pas comme sa sœur Beith à s’enflammer à la moindre mention du Kaerl Ardent. Elle savait qu’au sein du cœur de son tendre Torhil, les cicatrices associées à la Grande Guerre des Ordres étaient encore sensibles.

**Salutations, ma sœur. Nous te remercions humblement, toi et ta liée, de nous accueillir dans votre demeure et de permettre notre quête. Sitôt accomplie, nous repartirons, sans plus déranger votre tranquillité.**


[HRP : Pour ne pas trop empiéter sur vos possibilités de réaction / présentation, je n'ai pas développé le motif de leur venue, j'avais dans l'idée de laisser Lordan expliquer leur mission et ce qu'ils recherchaient, etc. Kissare est aussi conscient du "secret" qui entoure l'artefact inconnu qu'ils recherchent et est potentiellement réticent à l'évoquer à portée d'oreilles indiscrètes, ou d'impliquer Shirin dedans ^^. Les pensées en italique et gras sont entendues de tous, celles en italique simple sont uniquement à destination de Kissare.]


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] Le trésor sous les dunes Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeMar 5 Jan 2021 - 22:08

L’arken suivit avec attention le dialogue que la jeune fille menait avec Kissare qui, se trouvant en tête du groupe, avait tout naturellement répondu en premier à cet accueil joyeux.
Lordan, d’une manière informelle, considérait spontanément l’archiviste comme le chef de leur mission. Celui-ci n’avait pu être choisi par la Dame Heryn et le patriarche d’Amberle qu’en raison de son savoir et de ses qualités humaines. D'ailleurs, c’était à lui que la Dame avait remis leur lettre d’introduction. Il aurait été normal que les autorités confient la totalité de l’expédition à des habitués du désert et à des érudits spécialistes. Lui et Tristan n'étaient que des découvreurs par hasard.

Par ailleurs Lordan était très conscient que, même s’il savait que sa méfiance envers le Màr Litsé n’était fondée que sur des rumeurs, il n’était pas dans les meilleures dispositions d’esprit pour mener une entrevue aussi particulière  Il était donc tout à fait satisfait de laisser les initiatives au chevalier archiviste qui pourrait, beaucoup mieux que lui, juger sereinement des conduites à tenir. Ce qui comptait vraiment, c’était qu’il soit là avec Tristan pour poursuivre l’aventure et il éprouvait beaucoup de gratitude pour le couple princier qui ne les en avait pas écartés.Bien sûr, la nécessité politique de garder l’affaire secrète pouvait aussi avoir joué en leur faveur. Lordan comprenait parfaitement qu'on ait jugé préférable de les écarter du kaerl pour un temps et il était de toutes façons fort satisfait d’échapper à d’éventuelles questions de Célestes plus ou moins bien intentionnés.
En conclusion, quelles que soient les raisons de sa présence ici, il la sentait avant tout comme une faveur qu’il entendait bien justifier et il était à peu près sûr que Tristan partageait ses sentiments. Bien qu’il s’inquiétât de devoir abandonner pour un temps les réformes entreprises dans l’organisation de l’Escadron d’élite, il abordait le début de cette mission avec un contentement certain, décidé à bien servir son Ordre et sa Dame et à former avec ses compagnons, un trio soudé, efficace et chaleureux, sous la protection  des deux dragons.

Lordan savait que leur visite avait été annoncée au Màr Litsë et comme ils étaient envoyés par la Dame elle-même, ils avaient toutes chances d’y être admis très officiellement. Mais fidèle au secret entourant le lieu qui l’avait abritée lors de sa fuite, Heryn Amlug n’avait rien dévoilé de son organisation et Lordan aurait trouvé inconvenant de demander des précisions. Il ne savait donc pas comment fonctionnait ce lieu dit de liberté mais aussi d’interdits et de secrets. L’accueil par une simple enfant le surprit donc agréablement.
L’archiviste se montra très attentionné, traitant la fillette avec une bienveillance qui confirmait la bonne impression que l’arken avait déjà de lui.  Pour ne pas être en reste,  il sourit aimablement à la jeune personne et dès qu’elle s’élança dans l’arche d’entrée, il se mit en marche derrière l’archiviste et sa  Verte, amusé par tant de vivacité et se demandant quel genre de personne allait les recevoir.
Les paroles de la "demoiselle" étaient en effet quelque peu ambiguës. "Mère" pouvait aussi bien désigner l’équivalent de la Dame qu’une simple parente chargée d’accueillir les visiteurs. Détenant "toutes les clés" et gardienne écartant "les méchants", ces termes  traduisaient certes une admiration sincère mais le moindre intendant ou capitaine en service pouvait aussi paraître un être d’une puissance redoutable au regard candide d’ une toute jeune fille. D’ailleurs Kissare ne semblait pas en savoir plus que lui sur l’identité de cette "mère".
En tout cas,  la dite mère avait un nom interminable, du moins pour lui, le natif de l’Orën septentrional, où on n’avait le plus souvent qu’un seul nom de deux ou trois syllabes légères.  Son nom actuel, Lordan Ventaren, lui avait été choisi par son maître, le savant Théogal, quant à seize ans, il avait quitté sa patrie pour découvrir le secret de ses origines d’enfant adopté. Il avait alors trouvé très excitant d’avoir un nom et un prénom, cinq syllabes pleines pour lui tout seul. "Madame Nûn "était certes facile à retenir mais peut-être seule une enfant était-elle autorisée à l’utiliser. Cependant, pour l’instant, à condition de veiller à bien conserver sa place derrière Kissare, il n’avait pas vraiment de souci protocolaire en vue. Et puis, il avait un aide-mémoire couvert d’écailles qui marchait près de lui :

*Hep, Hanelvig ! cette "madame Nûn"...tu peux me répéter son nom ?*

Hanelvig répondit aussitôt :

* Sraoshai Ter Altansarnannûn. C’est à elle que Heryn Amlug vous envoie. Ce n’est ni la concierge ni la capitaine de service. La fille, c’est Shirin.  Elle n’a pas le Don mais elle est habituée aux dragons et elle nous trouve très beaux...Charmante enfant !... Et tu as vu les dimensions de ces corridors?... tous adaptés à notre taille, ce qui indique leur vocation kaerlienne, malgré tes suspiscions.*

Ils avaient en effet  commencé à suivre leur jeune guide dans une suite de vastes couloirs à la fraîcheur étonnante autant qu’agréable. Entre des passages sans fenêtres, des arcades étroites et des percées verticales ponctuaient les murs, dévoilant l’austère mais grandiose paysage des montagnes brûlées de soleil. Les architectes avaient su créer des courants d’air par la disposition de ces ouvertures qui équilibraient l"ardeur lumineuse du désert et l’obscurité froide des hautes voûtes.  
Bien que parfaitement tenu, le lieu était très ancien : les nombreux bas-reliefs étaient souvent fort endommagés. A la manière antique, ils semblaient avoir plus une fonction narrative qu’ornementale. C’était sans doute une de ces sculptures dont le souvenir rapporté par la Dame dorée avait conduit ici leurs pas. Lordan se sentit tout excité, non seulement il visitait un lieu mythique et interdit, mais en plus, il était entouré de vestiges qui allaient peut-être donner un sens au mystère des objets de la crypte et qui, de toutes façons, avaient le fascinant pouvoir de suggestion des œuvres du passé. Tristan devait être ravi, n'était-ce qu'en tant que sculpteur.

La salle où ils entrèrent avait les mêmes proportions majestueuses et la coupole qui la surmontait lui donnait  une dimension quasi religieuse ou royale que confirmait la présence d’un trône inoccupé. Deux femmes se tenaient un peu à l’écart. Ouvrant les bras d’une façon un peu solennelle mais qui s’accordait bien à la théâtralité du lieu, l’une d’elle prononça une brève allocution d’accueil. Lordan apprit ainsi l’existence d’un Conseil des Fondateurs Apparemment un régime collégial, ce qui  n’avait rien d’inusité sur Rhaëg. La dame en était la représentante. Son aspect et sa voix dégageaient une douceur paisible mais ses paroles laissaient entendre qu’elle était capable de fermeté et n’accepterait rien qui ne soit conforme aux "valeurs" respectées par ses pairs. Lordan n’en fut pas choqué. Il était lui-même très attaché au respect des principes et espéra seulement que ces valeurs ne s’opposeraient pas aux siennes.
La compagne de madame Nün se révéla être sa liée sous sa forme humaine, laquelle forme plut beaucoup à Lordan, beauté brune aux traits fins et nobles, dégageant une suavité mystérieuse et un peu hors du monde. C’est la réaction de Hanelvig qui lui révéla sa nature draconique car le Bronze soudain, abaissa sa tête en fléchissant son avant-train, révérence des jeunes mâles devant des dragonnes de haut lignage.
Lordan était impressionné par ce mélange de simplicité et de majesté qui se dégageait tant des lieux que des êtres qui s’y tenaient, sans faste autre que la noblesse de leur prestance. Kissare Amarsin avait tendu la lettre d’introduction et répondu  dignement aux propos de Dame Shraoshaï.  L’arken s’inclina poliment à l’énoncé de ses nom et titre, trop content de n’avoir rien à dire, se sachant toujours un peu emprunté quand il s’agissait de cérémoniel entre autorités.
Mais, ayant parlé, le chevalier archiviste s’écarta en se rapprochant de sa liée et Lordan se trouva soudain au premier rang, face à la Représentante du Conseil et à sa liée qui le fixèrent, attendant visiblement qu’il s’exprime. Il salua de nouveau, le bras droit en diagonale sur la poitrine, le salut de l’Escadron d’élite, et ce qui lui donna le temps de rassembler ses esprits. Il aurait dû préparer cette entrevue avec Kissare. Celui-ci, en lui laissant ainsi la parole après avoir remis sa lettre et accompli les civilités, semblait vouloir lui laisser la partie explicative. Puisque Kissare l’avait déjà présenté nommément, le mieux était de préciser immédiatement et très exactement le but de leur visite. Il se sentait enclin à faire confiance à cette Conseillère puisque c’était à elle que la Dame Céleste les envoyait, mais trop d’inconnu entourait pour lui le Màr Litsé. Le risque pour lui était de présenter leur mission de telle manière qu’il heurterait sans le savoir certains principes locaux. Il n’oubliait pas ses paroles qui contenaient autant de mise en garde que d’amabilité. Plus il serait bref et précis, moins il risquerait de commettre un impair et de mécontenter la représentante.

La pensée affectueuse du grand Bronze l’effleura :

* Allons mon lié,...tu parles très bien quand tu le veux. Et je te soufflerai le nom de Dame Ter Altansarnannûn si tu es amené à le dire  ; finalement, il n’a que six syllabes.*

Lordan comme toujours encouragé par le contact avec son dragon, prit donc la parole

- Afin de résoudre un problème qui s’est posé récemment dans notre kaerl. mes compagnons et moi-même venons chercher l’aide du Màr Litsè.

Il s’arrêta, gêné soudain par la présence de la jeune Shirin qu'il avait oubliée. Elle était sans doute de toute confiance mais elle ne paraissait pas encore très pondérée et pouvait fort bien bavarder tout en croyant bien faire. Il ne voulait pas la froisser, ni déplaire à Madame Nün qui l’avait implicitement autorisée à assister à l’entretien ou qui avait, elle aussi, oublié l'enfant, d'ailleurs fort discrète. Heureusement, Shirin n'avait pas le Don. Utilisant la voix intérieure qui le liait aux dragons et par eux, aux porteurs du Don, il s’adressa donc directement à la Cendrée Seqenënre tout en plongeant de nouveau en un long salut apparemment muet qui pouvait passer pour un signe de déférence envers un ordre dont on demandait humblement l’appui.


-Veuillez me pardonner si je contreviens aux usages, mais il me paraît nécessaire d’utiliser le Don. Il s’agit de la découverte dans une crypte du Màr Menel, d’objets très anciens, potentiellemnt sacrés ou magiques. Un parchemin a ranimé chez Dame Amlug le souvenir d’un mur sculpté, aperçu lors de son séjour ici, et qui pourrait nous éclairer sur la provenance et les propriétés de ces objets.
Ce bas relief semble illustrer un rite lié aux dragons et à trois objets symboliques dont deux pourraient avoir un rapport avec ceux découverts. Parmi ces derniers, un collier porte l’emblème de la Dame Dorée Ancalë-Naira, dernière souveraine Valherue du Màr Menel . Ce qui explique que notre quête doit être entourée d’une extrême prudence et pourquoi je m'exprime ainsi.


Il aimait beaucoup la fluidité et la rapidité du langage intérieur et il trouva, comme toujours, sa voix âpre et saccadée quand il reprit la parole articulée, jugeant qu'un fait aussi banalement présenté n'éveillerait pas la curiosité de la demoiselle. Elle  semblait d'ailleurs plus intéressée par les dragons que par ce visiteur emberlificoté dans une révérence interminable et ne tourna même pas sa tête vers lui quand sa voix se fit de nouveau entendre :

- Nous espérons trouver les traces d'une expédition au Ssyl’shar, au temps du Seigneur Logain, dont le Màr Litsë aurait pu avoir connaissance. Nous vous serions très reconnaissants si vous acceptiez de nous aider en ces lieux qui nous sont inconnus.


[RP] Le trésor sous les dunes Br10
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 155
RPs : 90
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze) #cc3300
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitimeLun 22 Fév 2021 - 22:55

Il n’y eut pas besoin de longtemps avant que la bipède déjà entr’aperçue ne réapparaisse, minuscule et cependant pleine d’énergie, telle une fourmi parmi les majestueuses formations rocheuses. Son accueil enthousiaste alliée à une attitude enfantine pleine de spontanéité ne pouvait que rassurer le neishaan sur ce qui les attendait là, si la présence de ses illustres compagnons n’y suffisait pas : ce mystérieux kaerl caché ne pouvait être foncièrement mauvais, s’il accueillait en son sein pareille innocence. Laissant ses camarades se charger de la parole – il n’oubliait pas qu’il n’était qu’un aspirant, intégré dans ce groupe par un miracle de Flarmya, ou de sa représentante au Mar Menel – il ouvrit néanmoins toutes grandes ses oreilles, et tenta – sans grand succès – de graver le nom complexe et exotique de leur hôtesse dans sa mémoire. « M’dame Nûn » était bien plus simple, assurément. Il fallait juste espérer qu’il n’ait pas besoin de s’adresser à elle.

On se mit en marche, et Tristan n’aurait pas été fâché d’une allure plus lente : non seulement, retrouver l’ombre des murailles était particulièrement appréciable, mais celles-ci se trouvaient également parsemées de gravures, trop nombreuses pour qu’il les regarde toutes, et trop abîmés, pour certaines, pour qu’il en tire quelque chose sans un examen approfondi. Il y avait forcément là des morceaux d’histoire de cet étrange kaerl, des légendes peut-être, des récits qui en avaient fait ce qu’il était aujourd’hui. Bien que n’ayant certainement, pour leur plus grande part, rien à voir avec leur mission, tout cela titillait sa soif de savoir neishaane – et ablahienne. Il n’était cependant pas temps de s’y arrêter, car on les attendait : cette mère détentrice des clés qui, à en croire la manière dont l’avait évoquée la fillette, devait être ce qu’il existait de plus proche à une Dame de kaerl, ici. Ils seraient bientôt fixés…

Le couple qui les accueillit possédait en effet un indéniable caractère maternel, et le rouquin calqua son attitude sur celle de ses compagnons, tout en restant un peu en retrait. Kissare s’en sortait parfaitement avec les salutations, reproduisant presque parfaitement le nom – à moins que ce ne soit un titre – de leur hôtesse. Alors qu’il s’inclinait en signe de respect à l’énoncé de son propre patronyme, l’aspirant sentit ses joues se colorer en entendant le qualificatif dont le gratifiait l’archiviste, et resta en position pliée un peu plus longtemps que prévu. Érudit ? Cela lui semblait surfait, mais il se tut, conscient de la solennité du moment et du peu d’intérêt d’une protestation. Il se prêta ensuite à l’examen dont eux trois furent l’objet, tentant de ne pas rendre la pareille de manière impolie malgré la curiosité qui le dévorait. Finalement, le couple de Liées ne semblait pas si différent des duos qu’on pouvait rencontrer au Mar Menel.

Lordan prit la suite, en partie mentalement, pour aborder les points les plus délicats, et le plus jeune du groupe reconnut volontiers le bien fondé de cette initiative. Il était décidément entouré de personnes avisées, et s’il y en avait un qui risquait la bourde, c’était certainement lui plus que ses compagnons… Malgré son apparence paisible, il ne tenait pas à provoquer l’ire de la gardienne des lieux, sans compter que cela compromettrait grandement leur mission fort officielle, tout en restant hautement confidentielle. D’ailleurs, un point le chiffonnait, sans lien direct avec leur but précis, mais visiblement inhérent à ce lieu particulier. Il mit un instant pour se décider à intervenir, tout en tournant ses mots de manière à présenter sa suggestion le plus délicatement possible.
« Si je puis me permettre, pourriez-vous nous exposer les principales règles au sein de votre… foyer ? Nous serions soulagés de savoir que nous n’allons pas les outrepasser par mégarde. »
Un peu surpris de sa propre audace, Tristan recula d’un pas, disparaissant presque auprès de la silhouette massive, quoique bienveillante, du bronze Hanelvig.


[RP] Le trésor sous les dunes Br4
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Le trésor sous les dunes Empty
MessageSujet: Re: [RP] Le trésor sous les dunes   [RP] Le trésor sous les dunes Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Le trésor sous les dunes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UPTOBOX] Torpilles sous l'Atlantique [DVDRiP]
» Sous un cerisier sans fleur [Hentaï] [PV Gak']
» Baignade nocturne [ Pv Sky ][Hentaï]
» Une nuit qui prend tout son sens [Hentaï PV Kaine] [Terminé]
» [UPTOBOX] Elle voit des nains partout ! [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Les Continents Extérieurs :: Ssyl'Shar :: Màr Litsë, la Cité des Sables-
Sauter vers: