Le Deal du moment :
Légendes Pokémon: Arceus Nintendo Switch ...
Voir le deal
49.99 €

Partagez
 

 [RP] Au tournant de l'existence

Aller en bas 
AuteurMessage
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeDim 20 Sep 2020 - 15:25

FLASHBACK - Fin Eurilyaku 907

[RP] Au tournant de l'existence  Altahir[RP] Au tournant de l'existence  Norlot12[RP] Au tournant de l'existence  Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth

La guerre...c'était quelque chose d'horrible, même si elle servait à défendre une cause ou des personnes. Ce n'était ni plus ni moins qu'un massacre pour tenter de prendre le dessus sur les autres, en réduisant leurs forces, et le moral de leurs combattants. Dans le Rhaëg, il en arrivait de temps à autre, avec sa violence. Mais jamais elles n'auraient l'égale de celle qui se déroulait sur la Terre de l'Aube, se déployant dans les cieux, avec dragons et leurs liés. Le souffle ardent des seigneurs des cieux se déversaient entre frères et sœurs de la même espèce, voyant leur propre sang et celle des bipèdes qui les chevauchaient goutter sur la terre, silencieuse spectatrice des combats quand les parties adverses se croisaient. Et quand venait la pluie, les perles d'eau étaient comme les larmes de Flarmya, voyant ses Enfants s'entredéchirer pour suivre les désirs de vengeance et de guerre de leurs âmes sœurs. Impuissante, elle aussi ne pouvait que contempler, non sans tristesse et horreur sans doute.

A l'aube du dernier jour de Eurilyaku, une patrouille draconique terminaient les préparatifs de départ. Elle était composé de six chevaliers dragons. Quelques uns étaient aussi maussades que le matin naissant, au ciel chargé de nuages gris. A coup sûr, la pluie serait de la partie, ce qui ne serait guère idéal pour déceler de possibles activités ardentes aux abords de la région que les Célestes protégeaient, pour éviter toute intrusion Ardente  ; ça et de marquer une présence régulière dans les airs pour prévenir toute intrusion des ennemis par la voie des airs.

Altahir vérifiait une dernière fois si les sangles étaient serrées et toutes serrées. Le moindre oubli d'une boucle mal fermée ou d'un maintien en cuir trop lâche pouvait devenir un risque fatal au moment d'un rude combat. Visiblement satisfait, il porta la main sur une plaque métallique terne qui couvrait l'épaule de son dragon.

°Je sens que tu n'as aucune envie de partir en mission, Altahir, mais il en va de notre devoir. °
°Non, comment as-tu deviné....  ? Ce conflit dure depuis trop longtemps.... Et j'en ai assez de devoir me demander si nous allons revenir entier encore une fois...°
°Je comprends ta lassitude et tu n'es pas le seul dans le cas. Pour l'instant, il faut profiter de la baisse d'activités des Ardents, tout en demeurant vigilant, nous reposer moralement. °
°Facile à dire alors que le départ en patrouille est proche! °

Le jeune Brun ne répondit rien, se contentant de balancer sa tête à droite et à gauche pour observer l'armure qui était attachée à son corps. Une plaque de métal mat de poitrail couvrait son large torse écailleux. Deux épaulières, elles aussi en métal, protégeaient l'articulation associée, Une barde de plaques se chevauchaient, quand à elles, parsemaient le dessus de l'encolure brune du dragon. D'autres protections, en cuir épais et ignifugées, couvraient les flancs, les cuisses, le bas des antérieurs ; en somme, des parties stratégiques trop souvent exposées lors d'un combat à distance, quand le souffle d'un saurien ennemi laissant la cuirasse naturelle de Norloth.

Jusqu'ici, le jeune Brun n'avait pas eu à déplorer de grosses blessures ou de brûlures conséquentes, tout comme son lié. La chance de Flarmya était de leurs côtés, semblait-il. Mais elle n'avait pas été présente pour d'autres compagnons de combats, ou même des amis des deux Célestes. Altahir en avait le cœur serré à chaque fois qu'il y songeait. Un jour ou l'autre, la chance tournerait, il en était sûr.

°Excuse moi, Norloth. Je n'avais pas à prendre ce ton là avec toi. °
°Tu ne m'as pas froissé. Je sens le désarroi en toi. Et comme dit, tu n'es pas le seul. Allons, mon lié, allons accomplir cette mission. S'il vient à pleuvoir, les Ardents, frileux qu'ils sont, demeureront chez eux. °

Si seulement cela avait pu être vrai ce jour là.

L'escadrille avait pris son envol, pour monter haut en altitude et se mettre en surveillance à la limite de la frontière nuageuse, celle de la couche inférieure. Ainsi, elle serait moins visible. Altahir avait l'impression de voler dans un monde irréel, la vision régulièrement aveuglée par les pans de nuages grisâtres qui se trouvaient à leur altitude. Le choix du chef de vol de voler à cette hauteur était autant calculé que risqué. Calculé, car les Célestes étaient à demi masqués par les épaisseurs nuageuses et que ce serait un bon moment de repli pour se camoufler en leur sein. Risqué car ils pourraient louper l'arrivée des Ardents, et la pluie si elles venaient à tomber seraient une entrave certaine à la vision de chaque chevalier-dragon. De toute manière, la vigilance était de mise. Et les six dragons et leurs liés poursuivaient leur mission, jusqu'à ce que le soleil, dissimulé par les épais nuages commence à arriver à son zénith.

Le lié à Norloth passa une main gantée sur ses lunettes de vol. De minuscules gouttelettes lui bouchaient la vue. L'air frais pourrait en plus les geler et devenir une autre gêne.

°Brr ! Vivement qu'on rentre. Un bon bain chaud et une journée complète de sommeil sera nécessaire pour réchauffer mes os°
°Peut être que tu aurais dû opter pour ta tenue plus fourrée, que celle que tu portes°

Altahir ne put s'empêcher de baisser la tête pour voir sa veste de vol luisante d'humidité. Même la fourrure qui enserrait son cou pour le protéger des températures basses de la haute altitude comme des morsures glaciales de l'interstice commençait à être détrempée.

°J'aurai du prendre une cape huilée surtout. Diantre, je pensais pas qu'on volerait aussi longtemps dans ses conditions. Ou mieux, la prochaine fois, je demanderai à Lathos les détails complets de la mission la veille°
°Euh... il l'avait dit. Peut être que tu dormais... ou que tu continuais de penser à une certaine forme voluptueuse de la semaine dernière...°
°Oh, la bar....... !°
°ARDENTS A MIDI ! °

Le cri mental venait du dragon du chef d'escadrille. Et en effet, droit devant eux, des dragons volaient vivement vers eux, terminant leur ascension, dans leur direction.

°Diantre, mais d'où ils débarquent eux ! °

L'ordre fut donné de passer à l'attaque, avec des formations précises pour essayer de dissoudre le vol serré des ennemis. Ils étaient au nombre de quatre, alors que les Célestes étaient six, et loin d'être néophytes dans cette guerre. Mais cette fois, le nombre ne l'emporterait pas.

Les quatre Ardents usèrent soudainement de l'Interstice, pour apparaître au dessus des Célestes. Altahir écarquilla les yeux devant cette arrivée à une telle proximité. Norloth s'était déjà laissé ''chuter'', pour éviter un coup de griffe d'un des dragons adverses. La formation d'attaque céleste était déjà brisée avant même d'avoir pu agir. Des sauriens volants poussaient des cris de dépit et de défi.

Norloth vira soudainement sur l'aile, avant de remonter. Sans attendre, Altahir reprit ses esprits et regarda un Ardent, sur son dragon blanc, qui venait d'assaillir un des membres de l'escadrille céleste. Des gouttes de sang s'étalèrent sur les verres de ses lunettes.

°Norloth ! °

Le Brun ouvrit sa gueule et libéra un jet de flamme. Le Blanc Ardent claironna un cri de rage avant de soudainement disparaître. Altahir cherchait déjà sa sortie autour de lui. En même temps, il voyait ses compagnons de combats en proie avec les autres Ardents. Moins nombreux, ils étaient plus efficaces qu'eux. Le Blanc réapparut brutalement devant eux, toutes griffes en avant pour éperonner Norloth. Ce dernier eut le réflexe d'ouvrir sa gueule pour lâcher un autre jet de flamme, le repoussant de justesse. L'Ardent avait basculé sur l'aide pour limiter les dégâts.

°Bon sang, mais il est suicidaire de franchir l'interstice comme cela ! °

Suicidaire, vraiment ? Altahir eut un poids de peur dans les tripes. Et si c'était une nouvelle manière de se battre ? Lathos, leur chef d'escadrille, avait eu le même songe, car ses ordres fusèrent avec l'aide mentale de son dragon : il fallait les anéantir ! Aucun survivant ! Dit comme cela, cela paraissait tellement facile....

A peine les ordres avaient-ils été données que le Blanc Ardent surgit de l'Interstice, à la droite de Norloth. Althahir avait tourné la tête à cette nouvelle apparition, croisant le regard à la haine illimité d'un homme chauve et taillé pour le combat. Le lié du Brun ne put réprimer un frisson. Même si un dragon blanc était plus petit que son Brun, le premier compensait sa petitesse par une agilité et réactivité plus conséquente...

°Vous êtes tous les deux morts, pour avoir osé nous brûler....°
°Norloth ! Dans les nuages!

Celui-ci réagit juste à temps, échappant au souffle vengeur du dragon Ardent. Altahir crut entendre son lié lancer des insultes.

°Continue de monter, ils vont nous suivre et on va les avoir quand ils se fatigueront avant nous°
°Tu ne vas pas pouvoir respirer si on vole trop haut°
°Fais ce que je te dis. Ce Blanc n'a pas ton endurance et son lié encore moins, vu la montagne de muscles qu'il est. Il a trop de masse à oxygéner pour tenir la cadence °

Le Brun n'hésita pas à battre avec vigueur ses ailes vers les hauteurs. L'opacité des nuages s'amplifiait au fur et à mesure que le dragon montait. Le vent ne tarda pas à entrer dans la partie, mugissant aux oreilles du Céleste qui avait mis son bras devant son visage pour ne pas se faire agresser le visage par la pluie glaciale qui leur tombait dessus. Derrière, on entendait le rugissement de la colère et de la haine. Etait-ce l'Ardent ? Le cri des autres dragons de l'escadrille ?

Norloth montait toujours, soufflant au rythme de ses battements d'ailes effrénés. Le ciel bleu leur apparut enfin. Altahir, sentant l'air devenir plus rare et plus froid, se retourna pour voir derrière eux. Le Blanc venait d'apparaître à son tour hors des nuages. Ce n'était pas possible ! Avait-il usé de l'interstice pour les rattraper aussi vite malgré leur ascension ? Non, il se serait épuisé pour rien. La poursuite ne pouvait pas s'éterniser de toute façon. Et malgré le peu de ''coups'' qu'il avait échangé avec lui, Altahir ne doutait pas de sa supériorité en terme de combat.

°Veux tu qu'on aille chercher du soutien ? °
°On ne sait pas la situation là-dessus. Non... faudra l'abattre...°

Il eut une idée... Une idée folle.

°C'est de la....°
°De la folie, je sais. Mais quitte à user de stratégies innovantes, autant le faire non ? Je te fais confiance Norloth. Et puis, tu as de la marge non ? °
°Je ne te laissera pas tomber, si c'est cela que tu voulais entendre. De toute façon, toi et moi, n'avons pas le choix, n'est ce pas ? °

Altahir acquiesça, serra les dents et suivit le mouvement de son dragon qui cessa son vol ascensionnel pour se retourner et piquer vers le Blanc. Leurs ennemis se rapprochaient d'eux et se préparaient à un affrontement de dragon contre dragon... Sauf que ce ne fut pas ce genre de choc qui eut lieu.

Altahir avait défait les sangles de sa selle aux derniers moments, pour se laisser tomber dans les airs, dague à la main, pendant que Norloth avait déployé ses ailes pour freiner au maximum sa vitesse. Et le Céleste percuta l'Ardent, découvrant le géant qu'était son adversaire était plus massif qu'au premier coup d'oeil. Mais, il n'en démordait pas en tentant de le planter dans la poitrine. Le bipède Ardent avait paré le coup, ne récoltant qu'une estafilade au visage, déformé par la rage d'avoir été touché par un ennemi. Et sans attendre une réponse armée vengeresse, Altahir s'était jeté sur le côté, tentant de planter sa courte lame dans le cuir blanc du dragon ardent. Ratant en partie le cuir alaire délicat, la tranchant à peine de quelques centimètres , il se retint in extremis à la sangle ventrale du Blanc, juste à l'instant où celui-ci franchit l’Interstice.

*Par Flarmya, ils veulent me jeter dans le néant ! *

Et c'était bien là l'objectif. Et une fois retournée la seconde suivante dans les cieux bleus, qui étaient d'apparence si cléments, Altahir comprit la bêtise qu'il avait eu d'agir comme cela, tout seul face à un dragon et son lié. Il lâcha la sangle, tombant à nouveau dans l'air libre, avant de se faire engloutir par les nuages. Là, il sentit la peur s'écouler dans ses veines. Norloth ne saura pas le retrouver dans cette purée de poix grise !

L'air sifflait à ses oreilles et le froid, qui avait commencé à l'engourdir avant son idée folle, le mordait plus intensément encore. Et quand le sol fut de nouveau visible, Altahir ne vit pas Norloth. Diantre, mais où était-il !

°Je suis là. Accroche toi ! °

Le chevalier sentit la prise griffue de son lié, qui l'aida par la suite à se remettre en selle. Et à peine l'humain fouillait-il déjà derrière lui pour chercher son ennemi qu'il le vit sortir, encore, de l'Interstice, l'antérieur tendu en vue de l'empaler entre ses serres grises. Et là, la vie parut s'écouler au ralenti. Norloth poussa un rugissement pendant qu'il tentait d'esquiver, sans faire chuter son lié non attaché. Le dragon Ardent rapprocha ses griffes meurtrières avec pour seul désir que de tuer. Un rire parut retentir, horrifiant.

Altahir écarquilla les yeux en voyant les pointes mortelles se rapprocher de lui. Fuir était la seule chose à faire. Et au moment où il crut se jeter dans les airs une énième fois, il sentit son dos se faire lacérer, comme si on le déchirait de toute part. Une souffrance sans pareille le prit, lui arrachant un cri comme jamais il n'avait pu en émettre de toute sa vie. Puis, il se sentit tomber. Le cri de son lié emplit ses oreilles et son esprit, pendant que ce dernier était en train de doucement plonger dans les ténèbres. Etait-ce cela qu'on ressentait quand la mort venait ? Etait-ce cela mourir ? Sans plus rien ressentir de son propre corps ?

°Altahir ! °

Il perdit connaissance.

Une intense torture glaçante lui imposa à reprendre conscience. Son dragon venait de franchir l'Interstice. Le froid  intense au contact des blessures à vif sur son dos avait été très mordant.

°Tiens bon Altahir, on arrive chez nous ! °

Pour y mourir sans aucun doute....

°Cesse de penser comme cela ! Tu vas t'en sortir, tu m'entends ! °

Les pensées de son dragon étaient désespérées. Il le sentait à travers le lien qui l'unissait à Norloth. Il devait être dans un sale état pour que le Brun songe de la sorte. Il ne sentait même plus ses membres et ses forces déclinaient. Un choc le secoua. Son dragon venait de se poser en trombe, pendant qu'il poussait un claironnement de détresse. Ils étaient revenus au Kaerl Céleste. Au moins, mourra-t-il chez eux..,à l'abri, loin de la guerre, des combats. Il n'eut qu'un regret... Norloth le suivrait, alors que le dragon aurait pu vivre tellement d'années. Puis, lentement, une étrange torpeur le prit et il n'offrit que peu de résistance... Il s'y abandonna, sombrant dans l'inconscience.

Spoiler:
 


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Au tournant de l'existence  Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Au tournant de l'existence  Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeMer 30 Sep 2020 - 11:45

[
La guerre, c’était mal. Pas mauvais, hein, mal. Mauvais, c’était comme les Ardents, qu’on disait fourbes, égoïstes et passionnés. Mais la guerre, c’était mal. Comme mal. Le contraire de bien. Le contraire d’utile, agréable, intéressant. La guerre, c’était un gâchis énorme. De temps, de ressources, de gens, de dragons. Ça n’apportait que douleurs, pertes et chagrins.

*On pourrait y aller ! Je sais me battre maintenant ! Je suis vive et rapide !*
*Non, Bêtise. J’ai des gens à soigner ici.*
*Je m’appelle Beith ! Et, justement, il faut se battre ! Pour leur faire payer ce qu’ils ont fait aux blessés !*

Ah non, c’était vrai. La guerre, ça apportait aussi de la colère, du ressentiment et des envies de vengeances. Et, du coup, ça n’en finissait jamais.

*Ça finira quand tous les Ardents seront morts !*
*Et combien de Célestes doivent mourir pour ça ?*
*Je me suis entraînée ! On est tous entraînés ! Ils ne nous auront pas !*

Selcot soupira sans répondre, préférant se concentrer sur le bandage d’un des chevaliers alités. Heureusement, son patient était inconscient et il ne pouvait pas voir son visage. Le pli soucieux entre ses sourcils, la fatigue due à l’enchaînement de longues heures de soins et la lassitude provoquée par les récriminations incessantes de sa dragonne formaient un tableau qu’il n’avait pas l’habitude d’offrir au regard des autres. Il était insouciant, frivole, volage et fêtard. Voilà. Les blessés et les malades n’avaient pas besoin de voir des visages épuisés et inquiets, ça ne les aidait pas à guérir.

*Norloth ! Norloth arrive ! Son Lié est blessé !* trompetta soudain Beith dans son esprit, avec un brin de panique.

Le chevalier vert termina rapidement de nouer le bandage et se redressa. Un rapide coup d’œil alentours lui apprit que les autres guérisseurs étaient tous occupés et non disponibles.

*Il est conscient ?*
*Non !*

Le claironnement de détresse qui accompagna la réponse de la dragonne traduisait mieux que des mots le désespoir du brun et l’état critique de son Lié. Norloth et Altahir n’étaient pas des novices, le dragon ne s’affolerait pas pour une fracture ou une petite brûlure. Et personne n’était là pour l’aider à porter un blessé.

*Et merde !*

C’était pas avec son petit gabarit qu’il pourrait soulever Altahir et le porter sur un brancard.

*C’est un blanc ! rugit la verte dans son esprit. Un salaud de blanc qui l’a attaqué ! Je vais le brûler, le…*
*Le rien du tout ! Ramène tes fesses, j’ai besoin de ton aide !*

L’elfe ignora résolument la stupéfaction outrée de Beith, coupée dans son élan. Mais quand il débarqua en courant à l’entrée de l’infirmerie, un brancard à la main, une grande guerrière torhile était déjà près de Norloth pour réceptionner le chevalier blessé. Elle aida Selcot à l’allonger sur le brancard et à le porter à l’intérieur du bâtiment où ils le déposèrent sur une table de soins. La veste d’Altahir était pleine de sang et complètement déchiquetée dans le dos, ce qui donnait une bonne idée de la localisation du problème. Mais surtout, le chevalier était plongé dans l’inconscience, ce qui ne plaisait pas du tout au guérisseur. Il y avait peut-être plus que la douleur et l’état de choc… et il aurait bien aimé que Maître Nalesean puisse venir jeter un œil pour au moins stabiliser le blessé, mais ce n’était pas possible. Il allait devoir se débrouiller seul et sans magie.

*Tu n’es pas seul.*

Le guérisseur envoya une bouffée d’affection et de reconnaissance à la verte par le Lien qui les unissait, sans cesser son examen. Il ne semblait pas y avoir d’autres blessures ailleurs. Bon. Il attrapa donc une paire de ciseaux et entreprit de découper la veste et la chemise d’Altahir, découvrant l’étendue des dégâts.

« Par le Premier Œuf ! »

Il sentit la colère et la révolte de Beith quelque part au fond de son esprit – sans doute promettait-elle des tortures éternelles au blanc responsable – mais n’y accorda aucune attention. Il y avait plus urgent. Réparer les dégâts causés par… les griffes, sans doute, du dragon ardent et tâcher de prévenir l’infection qui ne manquerait pas de s’installer si le chevalier brun survivait. Le sauver aujourd'hui, si c’était pour le voir rongé à petit feu par la maladie, c’était pas la peine, hein… Aussi Selcot attrapa-t-il un flacon contenant un mélange d’alcool et d’huiles essentielles antiseptiques pour tâcher de nettoyer la peau autour des plaies et, légèrement, les plaies elles mêmes. Sans connaître leur profondeur et leur degré de gravité, il ne pouvait pas être trop téméraire. Sur son injonction, la dragonne l’observa avec attention et prit le relais le temps qu’il aille se laver les mains avec soin et chercher ce dont il avait besoin : un assortiment de flacon contenant différents liquides, une boîte en métal contenant plusieurs instruments passés à l’alcool puis à l’eau bouillante, et une bobine de fil dont les non-initiés n’avaient pas envie de connaître la provenance mais qui faisait merveille pour réparer les tissus vivants.

Beith s’écarta lorsqu’il revint, lui laissant la place de travailler, attentive, même si sa colère grondait toujours. Elle prit le temps d’envoyer une pensée rassurante à Norloth.

*Selcot s’en occupe.*

Avec précaution, le guérisseur entreprit de sonder les blessures afin d’évaluer leurs profondeurs et les dégâts sous-jacents. Il grogna en sentant les os crisser à la palpation – côtes fracturées, ô joie – mais se rassura en songeant qu’Altahir ne crachait pas son sang. Peu de chances qu’elles aient perforé un poumon. Il s’en tirerait pour des douleurs pendant deux bons mois. Si le reste le lui permettait, c’est-à-dire. Les plaies semblaient relativement peu profondes à droite, les griffes – il supposait – du dragon ardent n’ayant déchiré que la peau et les muscles dorsaux. Rien que quelques points et un peu de ciste ne pouvaient résoudre. En revanche, à gauche… L’elfe grimaça en constatant que l’ouverture allait jusqu’à l’os… et son cœur manqua un battement quand son exploration provoqua un appel d’air sous ses doigts et un effort inspiratoire important de son patient inconscient.

« Merde ! »

La plèvre était touchée. Sans doute le poumon en-dessous aussi. Bonjour l’infection à venir… et surtout les difficultés – voire l’arrêt – respiratoires s’il refermait pas ce fichu trou au plus vite.

*Merde, merde, merde !*

Il se dépêcha d’écarter les bords de la plaie pour jeter un œil au poumon : il semblait abîmé à l’endroit de la perforation mais le reste du tissu semblait à peu près normal… et il n’avait aucun moyen de réparer ça, de toute façon. Soit le chevalier-brun s’en remettrait, soit il garderait une séquelle, mais il fallait parer au plus presser. Aiguille. Fil. Les dents serrées, le guérisseur s’efforça de refermer l’ouverture de la façon la plus étanche possible.

*Ouvre moi le flacon pour les plaies profondes,* demanda-t-il à Beith.

En silence, elle souleva quelques-uns des flacons que son Lié avait apporté avant de trouver le bon. Elle le déboucha et, sur les indications de son chevalier, en versa quelques gouttes dans la plaie. Tandis qu’il finissait sa suture, elle referma le contenant et détailla plus attentivement l’étiquette. Elle reconnut l’écriture de son elfe… pas étonnant, il passait beaucoup (trop) de temps à cueillir des plantes et préparer les remèdes. Du moins quand il n’y avait pas d’urgence à gérer. Et il faisait les choses bien. L’indication « Plaies profondes » était écrite en gros, mais il y avait le détail en petit en-dessous : arbre à thé, lavande, basilic. Avec les concentrations. Un rapide coup d’œil aux autres flacons lui apprit qu’il y avait aussi « Désinfection » (le produit qu’elle avait appliqué en premier), « Plaie en cours de cicatrisation » et « Plaies infectées » (arbre à thé, lavande, clou de girofle). C’est d’ailleurs celui-ci que lui demanda soudain Selcot. Elle en versa quelques gouttes dans la plaie, notant au passage qu’il semblait un peu moins crispé.

*Ça va ?*
*J’espère. C’est refermé. Si les dieux ne sont pas contre lui, ça devrait aller.*

Avec un soupir, le chevalier vert reprit ses soins, plus habituels à présent, malgré la taille des blessures. Désinfecter, stopper au mieux les saignements, suturer. C’était long, fastidieux, mais pas compliqué.

Enfin, Selcot se redressa.

*Voilà. Pommade, pansement, et ce sera bon.*

Beith balaya les alentours du regard mais personne ne semblait disponible.

*Je vais t’aider. Mais pas longtemps, il faut que je sorte vite.*

Sa forme bipède commençait clairement à lui peser. Mais elle n’allait pas laisser son Lié en plan.

À eux deux, et surtout grâce à la force de la dragonne qui ne semblait pas peiner à soulever le chevalier brun, ils finirent de débarrasser Altahir de ses restes de tunique et lui firent un bandage propre, avant de le remettre sur le brancard et de le conduire à un lit libre. Dès que le blessé trouva sa place, Beith bondit hors de l’infirmerie. Elle reprit sa forme draconique à l’instant où elle se retrouva à l’air libre.

*Il est au lit, annonça-t-elle à Norloth. Selcot veille.*

Enfin, là, tout de suite, ledit Selcot tâchait de ranger un peu son matériel de soins. Et s’approchait de son collègue qui avait l’air le moins occupé pour lui demander de prévenir Nalesean : si le Maître pouvait envisager de jeter un oeil à son patient quand il aurait cinq minutes, ce serait chouette. Et constatait qu’il n’y avait plus de malade ou de blessé en salle d’attente. Bon. Il s’écroula dans un fauteuil à côté du lit d’Altahir. Si on avait besoin de lui, on viendrait le chercher – ou on l’appellerait par Bêtise (*Je m’appelle Beith.*) interposée.

Quelques minutes plus tard, le maître guérisseur s’approcha du lit du chevalier-brun. Il paraissait stable. Et il repartit donc, sans un bruit, pour ne pas réveiller l’elfe qui dormait dans son fauteuil, le menton sur le torse.


[RP] Au tournant de l'existence  Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 18:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeSam 3 Oct 2020 - 15:20

[RP] Au tournant de l'existence  Altahir[RP] Au tournant de l'existence  Norlot12[RP] Au tournant de l'existence  Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth

Son appel n'était pas demeuré longtemps sans réaction. En ces temps difficiles de conflits, les guérisseurs, leurs liés et leurs acolytes ne chômaient guère. Beith avait senti la présence du Brun, dès qu'il avait franchi l'interstice, apprenant immédiatement la situation. Elle était donc déjà présente, sous sa forme humanoïde, aidant le Brun à récupérer son lié, quand Selcot arriva avec le brancard. Tous deux allongèrent l'inconscient et l'évacuèrent dans l'urgence. Norloth se retrouva seul à l'extérieur, trop inquiet pour prendre sa forme d'humain. Il tremblait même.

Il s'allongea pour essayer de contenir au mieux une peur qu'il n'avait jamais ressenti depuis qu'il avait vu la lumière du jour hors de sa coquille. Cette peur, c'était celle de sentir la main froide la mort se poser sur son lié. Mais tant qu'il respirait, l'espoir était là. Tant qu'elle brillait, Altahir pourrait réchapper à la gravité de ses blessures. Mais, ne sentir que les ténèbres dans l'esprit inconscient de l'humain provoqua un nouveau frisson chez le saurien. Ses narines écailleuses frémissaient à l'odeur du sang du chevalier, qui tiédissait sur lui. Jamais encore il n'avait été aussi gravement blessé. Oh il avait toujours été casse coup et il avait toujours eu de la chance jusqu'ici. Mais si les Dieux avaient décidé d'inverser la balance ? Le Brun ne préférait pas y penser, demeurant concentré pour sentir la présence de son lié quand il ressortira des limbes. L'opalescence de ses yeux brillaient de la lueur inquiète, dirigée vers l'entrée de l'infirmerie. Il ne pouvait qu'attendre...

Pour Selcot, le temps était long en effet. Il en avait sans doute conscience, vu que c'était justement contre le temps qu'il bataillait pour tenter de maximiser les chances du blessé de s'en sortir au mieux, de limiter les conséquences des deux entailles sérieuses qui labouraient son dos. Bien qu'il s'était inquiété de l'inconscience du chevalier-dragon, qui était plutôt mauvais d'ordinaire au vue de l'étendue des blessures, c'était aussi, de manière un peu malencontreuse, un bon moyen de pas avoir un patient agité ou qui hurlait durant l'intervention de Selcot. Ainsi, le chevalier vert pouvait entièrement accomplir son travail dans les meilleures conditions, sans avoir à se battre avec un agité.

Et le temps s'écoulait dans le sablier. Et quand enfin Selcot eut terminé, que Beith eut rassuré Norloth, Altahir était sans connaissance. En même temps, pouvait-il réellement percevoir ce qui s'était déroulé autour de lui ?

Il était dans les ténèbres, plongé dans un Interstice sans fin et seul. Pas de lumière, pas de chaleur, pas de vie. Tout n'était que vide et néant, avec cette sensation de froid qui s'insinue doucement. Etait ce cela la mort ? Etait-ce cela la fin d'une existence écourtée, juste bonne à se perdre dans l'abîme total ? Peut-être qu'il fallait juste se bouger pour chercher la lumière, la sortie à cette brume froide... cela paraissait difficile, voir impossible. Mais rendre les armes pour rester dans cette inexistence....C'était comme de se battre contre un ennemi qui cherchait à le détruire, le croyant faible et juste bon à éradiquer. Se rendre...Un éclat lumineux repoussa le voile de noirceur. C'était flou, comme un temps déjà vécu. Le cri des dragons. L'assaut du vent à ses oreilles. Une tornade blanche qui surgissait au dessus de lui, puis le déchirement des chairs, la souffrance qui le traversait avant de tomber... Altahir poussa un gémissement de douleur. devait-il revivre cet épisode, telle une épreuve avant d'espérer trouver le repos auprès d'Isashani ? Cela semblait l'être, car à la suite du coup trancheur reçu par le dragon Ardent, il sentait encore le sang couler sur son dos, moite, poisseux, la chaleur se glaçant, telle la vie le quittant. Il peinait à respirer. Il chutait à nouveau, dans le vide...il sentait ses forces l'abandonner, la souffrance le prendre à chaque respiration. Cesser la lutte serait si simple, il n'aurait plus subir ce supplice. Mais il n'était pas un lâche....Enfin, pas vraiment. Il savait juste au plus profond de lui qu'il n'était pas tout seul....

Norloth était demeuré devant l'Infirmerie. Plus d'un jour s'était écoulé. On lui avait bien suggéré de se reposer aux Spires. Mais il avait refusé. L'aube d'un nouveau jour se levait, et son lié n'avait toujours pas repris conscience. La fièvre l'avait gagné la veille vers la fin de l'après midi. Elle n'avait pas été intense, mais aurait pu être dangereuse au vue de l'état de l'humain. Même si le Don offrait une constitution plus forte à un mortel, la maladie demeurait toujours un risque. Altahir s'était agité durant la nuit, montrant parfois des difficultés à respirer. Mais heureusement, et avec soulagement, les soins de Selcot, les premiers comme les suivants avaient contrecarré les effets néfastes. Et aux premiers signe d'un matin naissant, tout était devenu plus serein pour tout le monde. Le moment critique paraissait être désormais écarté. Mais tant qu'Altahir n'aurait pas repris conscience, il serait difficile de confirmer qu'il s'en tirerait. Etait-ce le calme avant la fin ?

Le soleil montait doucement dans les cieux bleutés avec des nuages blancs éparses. Altahir était en train de rêver, en toute quiétude. Il était tellement plongé dedans, que lorsqu'il crut sentir une personne tendant de lui porter de l'eau à ses lèvres, il eut un bien étrange sourire. Et d'un murmure, il souffla :

''Après je boirai au nectar de tes lèvres, ma belle...''
°Bon, tu te réveilles ! °

Cette voix fut comme un choc. Il ouvrit soudainement les yeux, avant de les fermer tout aussi subitement, agressé par la lumière du jour. Cette fois, il avait bien repris conscience. Il ne put s'empêcher de grimacer en découvrant que tout son dos pulsait de souffrance, lui coupant un instant le souffle. Même respirer paraissait douloureux.

''Diantre.... pourquoi j'ai aussi mal que cela....''

Il réussit à voir dans le flou qui devenait de plus en plus net un visage qu'il connaissait. Selcot ? Où était-il bon sang ?

°A l'infirmerie. Et on s'est inquiété pour toi. Qu'est ce que je suis heureux de voir que tu es revenu °
°Revenu ? Mais de quoi....°

... il parlait. Et quand il se rappela l'attaque, il ne manqua pas de se décomposer, blêmissant même.


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Au tournant de l'existence  Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Au tournant de l'existence  Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeMar 17 Nov 2020 - 23:23


Lorsqu’on le réveilla, quelques heures plus tard, Selcot avait l’impression qu’il venait de fermer l’œil. Mais le confrère qui lui secouait doucement l’épaule pour le rappeler du domaine d’Aran’Rhiod avait l’air d’avoir encore plus besoin de dormir que lui, pour dire. Avec un soupir, le chevalier-vert s’était donc levé – en découvrant avec joie et bonheur (ou pas) qu’il avait des muscles réfractaires – et, après avoir jeté un œil à son patient endormi, était allé s’occuper de ceux qui réclamaient des soins plus urgents. Entre deux séances de couture et de bandages, il passa régulièrement surveiller Altahir et constata que la respiration du chevalier-brun restait stable et régulière. C’était tout ce qu’il pouvait souhaiter. En revanche, il n’avait toujours pas repris conscience et ça, plus les heures passaient et moins ça lui plaisait. Mais il ne pouvait rien faire de plus pour l’instant, à part recommander le Lié de Norloth à Flarmya, ce qu’il fit. Avant de retourner aux autres blessés.

Pendant ce temps, le dragon brun ne bougeait pas. À peine se décalait-il un peu quand il y avait besoin de la place devant l’entrée de l’infirmerie et Beith qui, lorsqu’elle ne s’entraînait pas, ne traînait jamais bien loin de son Lié, n’avait pas pu le manquer. D’ordinaire, elle ne s’intéressait guère aux autres dragons, sauf pour discuter de tout et de rien. En temps normal, les mâles n’avaient d’intérêt à ses yeux que pour voler – à l’entraînement… et plus si affinités. Mais là, il y avait autre chose. Peut-être était-ce le fait que Norloth ait été attaqué par un Ardent et qu’elle brûlait de le venger ? À moins que l’inquiétude de son elfe pour le chevalier- brun ne la contamine par leur Lien ? Ou bien encore était-ce simplement le souci qu’elle commençait à se faire pour Selcot qu’elle sentait tirer sur la corde, à force de manger et de dormir quand il avait le temps, qui ne la rende plus réceptive à l’angoisse de son congénère ? Peut-être était-ce un peu tout ça à la fois. Toujours était-il qu’à force de voir le dragon immobile, Beith finit par se décider. Le temps d’un aller-retour par l’Interstice et elle déposait un mouton tout juste abattu sous le nez de Norloth.

*Tiens, j’ai trouvé ça en route.*

Et, au cas où il lui viendrait à l’idée de refuser son offrande – ce qui serait franchement gonflé, parce qu’elle ne chassait pas pour les autres d’habitude, hein ! – elle ajouta, un peu sèchement :

*Ça n’aidera pas ton Lié à se remettre si tu te laisses mourir de faim.*

Et, d’ailleurs, ça ne l’aiderait pas non plus si son crétin de Lié à elle ne faisait pas un peu plus attention aussi. Il n’avait pas dormi depuis les quelques heures qu’il avait grapillées après les soins d’Altahir et il n’avait avalé qu’une tasse de thé et deux biscuits depuis son réveil. Est-ce que c’était un truc de mâle, ça, de croire qu’ils pouvaient tenir juste par leur volonté, hein ?

*Ça va, Bêtise, je n’ai pas faim et je suis occupé.*
*Menteur. Et je m’appelle Beith.*
*Je ne mens pas, je suis vraiment occupé.*

À refaire un pansement, en l’occurrence, après avoir nettoyé une plaie qui ne demandait qu’à s’infecter. C’était le problème des brûlures. Elles étaient douloureuses, longues à guérir et très sujettes aux infections.

*Tu AS faim. Comme si tu pouvais me le cacher !*
*Alors va manger, Bêtise, et laisse-moi travailler.*

Agacée, la verte reporta son attention sur son congénère pour s’assurer que lui, au moins, allait manger son repas.

Pendant ce temps, Selcot continuait ses allées et venues entre le lit d’Altahir et ses autres patients. En fin d’après-midi, toutefois, le flot de nouveaux arrivants sembla se tarir un peu, et l’elfe en profita pour manger un peu à nouveau, prêt à reprendre quelques heures de repos. Mais, alors qu’il jetait un dernier coup d’œil au chevalier-brun, il put constater que celui-ci semblait plus agité qu’auparavant. Et, hélas, ce n’était pas parce qu’il revenait à lu. Le front couvert de sueur, les membres agités de tremblements… Il avait de la fièvre.

*Et merde.*

Abandonnant totalement l’idée de dormir, le chevalier-vert alla chercher l’écorce de saule, souveraine pour faire baisser la fièvre… mais surtout bien inutile lorsque le patient n’était pas capable d’avaler quoi que ce soit. Qu’importe. Le guérisseur ne s’avoua pas vaincu. Il fit tout de même infuser son remède et s’efforça de faire boire un peu de tisane à son patient inconscient, par petites doses, en veillant à ne pas outrepasser son réflexe de déglutition. Et, surtout, il fit de son mieux pour rafraîchir le corps du blessé. Il vérifia également l’aspect des plaies, mais celles-ci n’étaient pas en cause. L’infection était sans doute plus profonde, comme il l’avait craint, comme le suggéraient les difficultés respiratoires de l’homme.

Toute la nuit, Selcot veilla sur le blessé, succombant parfois à l’appel d’Aran’Rhiod pour se réveiller en sursaut dès que le chevalier-brun s’agitait un peu. Au petit matin, toutefois, il lui sembla que son patient était plus calme. Inquiet, il posa sa paume sur le front d’Altahir pour constater que la fièvre semblait avoir baissé. Deux doigts sur son poignet lui apprirent quant à eux que le pouls du Lié de Norloth était régulier et bien frappé, même s’il était plus faible qu’en temps normal, et un examen attentif lui permit d’observer que la respiration de l’homme était quasiment normale, elle aussi. Soulagé, l’elfe remit un peu d’écorce de saule à infuser – en même temps qu’il se fit chauffer une tasse de thé – et s’en félicita lorsque le blessé commença à s’agiter. Cette fois, ce n’était pas dû à la fièvre !

Lentement, le chevalier-vert porta un peu d’infusion de saule aux lèvres d’Altahir et fut récompensé par un sourire et une phrase presque logique.

« Entendu et attesté ! Mais pour ça, il va falloir que tu récupères encore un peu donc bois déjà ça ! »

Le ton joyeux de Selcot masquait, du moins l’espérait-il, la lassitude qu’il ressentait vraiment. Il offrit un sourire malicieux au chevalier-brun qui ouvrait les yeux – et les refermait aussitôt – sans pour autant renoncer à le faire boire. De toute façon, Altahir était trop mal en point pour noter les cernes qui soulignaient ses yeux et le pli qui s’invitait entre ses sourcils, n’est-ce pas ?

« Ça ? répondit l’elfe quand son patient demanda pourquoi il avait mal. Ça c’est ce qui arrive quand on joue les acrobates dans les airs. La prochaine fois que tu veux t’entraîner pour ta reconversion dans un cirque, choisis un lieu plus sécurisé, sans public clandestin. »

Malgré les bêtises qu’il racontait, le guérisseur ne manqua pas de remarquer qu’Altahir blêmissait. La fièvre ? La douleur ? La peur ? Cette dernière ne l’inquiétait pas, la seconde était normale, mais il espérait de tout cœur que ce ne soit pas la première. Deux doigts légers se posèrent donc sur le front du chevalier-brun et, non, ça avait l’air bon.

« Allez, bois tout. Et si tu es sage, je t’amènerai même du bouillon après ! »


[RP] Au tournant de l'existence  Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeSam 16 Jan 2021 - 10:01

[RP] Au tournant de l'existence  Altahir[RP] Au tournant de l'existence  Norlot12[RP] Au tournant de l'existence  Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth

Norloth attendait non sans une certaine angoisse luisante à son regard, la suite des soins apportés par Selcot à son lié. Un apprenti avait terminé de défaire ses sangles et s’était retenu de proposer au jeune Brun quelques menus soins pour les traces de suie et les légères entailles qui demeuraient visibles sur sa cuirasse. Comme le saurien n’avait pas répondu, gardant sa tête dans la direction de l’Infirmerie, ce dernier s’était donc éclipsé. Même si le Brun n'était pas connu pour être d'un sale caractère de nature, il valait mieux se montrer prudent, car un lié plus qu'inquiété de l'état critique de son âme soeur pouvait malgré tout, avoir des réactions inattendues. Donc, la prudence était de mise....

Pourtant, ce n'était pas cela qui empêcha Beith de lui apporter son soutien, à sa manière. Norloth sursauta quand une carcasse toute fraîche d'un mouton lui tomba sous le nez, le tirant brièvement de sa profonde anxiété. Il cligna des yeux, le temps de comprendre d'où venait cet ovin apparu presque en génération spontanée. En voyant la présence de la Verte, il sut que c'était de son fait. Se préparant à poliment refusé, en digne lié d'Altahir qu'il était, Beith le devança. Norloth avait en même temps que son injonction de se nourrir au lieu de se morfondre, tendu son antérieur dans le but premier et gentillet de repousser la bête tuée pour lui. Un arrêt musculaire de quelques secondes trahirent ce qu'il avait eu en tête face au cadeau, avant de poser finalement ses griffes sur le repas tout frais tué. Dans un sens, la dragonne avait raison. Ce n'était pas ayant l'estomac vide qu'il pourrait aider son lié. Il manquerait de provoquer de l'angoisse inutile chez l'humain en sentant son Brun affamé s'il venait à se réveiller. Et comme Altahir devra se reposer au lieu de se soucier d'un dragon buté....

Norloth amena donc le mouton vers lui et s'y attaqua sans grand appétit. Cela ne l'empêcha pas d'user de toute la puissance des muscles maxillaires et de ses crocs acérés pour venir à bout des tendons et des os récalcitrants à son besoin de se nourrir.

°Merci...et ne t'inquiète pas, je vais le manger jusqu'au bout....°

C'était un peu dans le sens que Beith ne devait pas se sentir obligée de le couver comme une mère poule. Au moins avec un mouton, le saurien aurait de quoi tenir une bonne journée sans avoir un estomac grognant d'être vide.

Ce fut au lendemain matin que le Brun sentit son lié doucement émerger... Forcément, en sortant d'un rêve assez...Le jeune saurien préféra ne pas chercher plus loin et n'avait pas perdu de temps pour le secouer mentalement. L'effet désiré fut au rendez vous.

Altahir avait donc émergé, sortant du monde des rêves pour se retrouver dans la réalité. Les souvenirs récents du combat contre les Ardents le rattrapaient déjà, malgré la jovialité de Selcot qui était autant là pour dissimuler la fatigue qui marquait ses traits elfiques que pour essayer d'orienter son patient à un réveil moins secouant.

Il avait blêmi en commençant à se remémorer ce qui s'était passé. C'était fragmenté, mais le puzzle de la bataille se remettait en place. Lentement, mais sûrement. Cela avait donc laisser du temps à Selcot de s'assurer que le pâlissement n'était pas là à une cause physique.

Altahir n'avait pas protester pour boire le reste de l'infusion tendue par son ami...Un tremblement avait saisi brièvement tout son être, quand à certaines de ses actions qui lui revenaient désormais en mémoire. Et Selcot qui avait tenu à faire une pointe d'humour dessus.... Cela partait d'une bonne intention, mais qui n'avait pas été saisi par le blessé. Il revoyait les serres mortelles se rapprocher de lui, pour transpercer son corps de part et d'autres. Il avait observé leur approche funeste sur lui et son lié. Et là, il se rappelait d'avoir tenté de fuir, en sautant dans les airs, avant de tombant dans le néant... Fuir, laissant Norloth seul avec l'ennemi..Etait-il.... ?

''Norloth ! ''

Il avait réagi à ce souvenir, où il avait bondi du dos écailleux de son lié. La réaction fut telle qu'il tenta de se redresser, tout en appelant son dragon, pris dans le désarroi et l'angoisse de l'avoir abandonné aux griffes ardentes. Et forcément, quand on a un dos méchamment lacéré, avec tous les dégâts interne qui avaient engendré par le coup reçu, et à peine recousu, les conséquences d'un mouvement habituellement simple et naturelles ne purent qu'apporter son lourd rappel à l'ordre.

Le chevalier ne s'était pas attendu à se crisper douloureusement. Reprendre son souffle le temps de subir la souffrance qui lui vrillait le dos et le bras parut être une éternité, luttant pour repousser l'étau qui comprimait en même temps sa poitrine. Son coeur avait même fait un bond dans ses battements.

°Tu ne devrais pas bouger. °
°Norloth ? Je pensais que....°
°Tu penses trop, au point que tu n'arrivais même pas à sentir ma présence. Reposes toi d'abord. Quand cela ira mieux, nous parlerons. °

Altahir frémissait. Norloth avait raison... Mais pourquoi se sentait-il mal malgré l'assurance que son dragon allait bien ? Pourquoi souffrait-il le martyr dès qu'il avait cherché à se redresser ? Etait-il si atteint que cela ? Il ne savait plus où il en était. Son esprit se retrouvait dans la tourment de bien d'émotions, de doutes et maintenant de questionnements. Norloth lui avait pourtant dit de se contenter de se reposer. L'humain commençait à se sentir nauséeux.

Et puis il y avait Selcot, qui était là, au chevet de son lit.

"Nous sommes à l'infirmerie n'est ce pas ? Dis moi.... Dis moi la vérité..."

La vérité sur quoi d'ailleurs ? Pourquoi est ce qui lui demandait cela ? Il avait une partie de la  réponse au fond de lui : jamais il n'avait été aussi gravement blessé.  

"Dis moi pourquoi je ne peux me lever...."

Il n'avait pas tenter de se lever à nouveau. Par contre, il avait profité de la proximité de son ami pour lui attraper le poignet et essayer de le tenir, comme un naufragé s'accrocherait à une bouée pour ne pas sombrer dans les abîmes du noir océan.


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Au tournant de l'existence  Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Au tournant de l'existence  Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeJeu 4 Fév 2021 - 23:33


Le premier mouvement de Norloth, de repousser le repas qu’elle venait de lui amener, n’échappa pas à Beith, qui retroussa légèrement ses babines, découvrant ses crocs, dans l’équivalent dragonnique d’un froncement de sourcil. Il n’allait tout de même pas oser refuser ce qu’elle lui offrait ?! Non. Que ce soient ses mimiques ou ses paroles, le brun réprimait son premier élan et finissait par planter griffes et crocs dans sa proie. Bien. Et il la remerciait – ce qui était la moindre des choses, après tout – tout en lui assurant qu’il allait finir sa proie.

*Il vaudrait mieux,* répliqua la verte, sans préciser quel était le sens réel de ses mots.

Il valait mieux, pour son Lié, qu’il mange tout et soit en forme pour l’aider à récupérer… mais il valait sans doute mieux pour lui aussi qu’il ne chipote pas son repas. Beith n’était qu’une verte et elle n’avait aucune chance de rivaliser avec le brun par la taille ou la force, mais elle le surpassait sans doute en obstination et en vigueur. Elle n’était pas fatiguée puisqu’elle ne revenait pas d’un combat sanglant contre les Ardents, elle n’était pas abattue car son chevalier n’était pas en train de lutter contre la mort, mais elle était sacrément agacée et remontée. Ne pas pouvoir aller se battre pour participer à la défense du Kaerl et renvoyer les Ardents dans leur volcan – ou auprès d’Isashani – lui mettait les nerfs en pelote, et l’état de Selcot, qui faisait taire sa faim et sa fatigue pour se concentrer sur ses patients, ne faisait rien pour arranger les choses. En bref, Norloth n’avait aucune chance de lui échapper et elle n’aurait pas hésiter à faire appel à une Reine s’il avait dédaigné son repas.

Heureusement ce ne fut pas le cas, et la dragonne se contenta de se coucher non loin de son congénère, à la fois pour surveiller qu’il tenait bien parole et pour veiller sur son crétin d’elfe de son mieux. C’est-à-dire, hélas, sans pouvoir faire grand-chose. Son sentiment d’inutilité ne faisait qu’ajouter à son irritation et elle laissa un silence maussade s’établir autour d’elle. Elle ne pouvait rien faire pour aider son chevalier et elle ne pouvait rien dire pour rassurer Norloth. Elle ne pouvait qu’attendre.

Selcot, lui, ne se contentait pas d’attendre, mais il se sentait presque aussi inutile que sa Bêtise adorée. Pendant toute la nuit qu’il passa à veiller sur Altahir, le guérisseur eut l’impression que ses efforts et ses soins étaient impuissants à repousser la fièvre. Jusqu’au petit matin où, enfin, le chevalier-brun sembla s’apaiser. Avant de se réveiller. Enfin !

Sa boutade sur les acrobaties aériennes était visiblement passée à la trappe, mais l’elfe ne s’en formalisa pas. Altahir n’avait plus de fièvre et avalait son infusion d’écorce de saule, c’était le plus important. Sa répartie humoristique avait surtout pour but de masquer sa propre fatigue – mais le blessé n’était sans doute pas en état de s’en rendre compte – et de le distraire de ses idées noires… ce qui était visiblement un échec, vu l’appel soudain à Norloth. Au mouvement brusque de son patient, Selcot faillit échapper sa tasse qui, heureusement, était vide à présent. Le guérisseur se contenta donc de poser une main sur l’épaule indemne du chevalier-brun, comme pour le dissuader de faire un autre effort violent. Mais, vues la crispation douloureuse de tout son corps et sa respiration laborieuse, ce n’était pas au programme. Tant mieux. Enfin, pas pour la douleur, hein, mais pour l’immobilité. Les tissus malmenés d’Altahir n’avaient pas besoin de sollicitations supplémentaires… et l’elfe espérait que ses points n’avaient pas cédé.

Néanmoins, il tâcha de garder ses inquiétudes pour lui. Il offrit donc un visage serein et un sourire léger à son patient et ami, quand celui-ci reporta son attention sur lui.

« La vérité ? répéta-t-il, feignant la surprise. Oh là, je ne savais pas que dormir pouvait faire naître de telles questions métaphysiques dans ton esprit ! La Vérité ! C’est grand, c’est vaste, ça ! Je ne suis qu’un petit guérisseur, moi, pas un érudit ! »

Il ne fit rien pour échapper à la prise d’Altahir quand celui-ci lui attrapa le poignet.

« Parce que tu es à l’infirmerie, comme tu l’as dit, répondit l’elfe quand il fut question de ce qui l’empêchait de se lever. Qu’est-ce que tu crois ? On ne laisse pas nos patients se sauver comme ça. »

Mais le chevalier brun avait visiblement besoin d’être rassuré et Selcot savait qu’il ne pouvait pas se contenter d’esquiver les questions. Au bout d’un moment, ça risquait d’être plus anxiogène qu’autre chose. Sans compter que, contrairement à d’habitude, il n’était pas sûr que le Lié de Norloth soit très réceptif à l’humour.

« La vérité, c’est que tu ne t’es pas raté ce coup-ci, reprit donc le chevalier-vert avec un brin plus de sérieux, mais en conservant un ton résolument léger. J’ai bien peur que tu ne doives me supporter quelques temps parce que, au cas où tu ne le saurais pas, la peau de ton dos n’est pas faite pour encaisser des coups de griffes de dragon. Enfin… je suppose que c’était des griffes… »

Il offrit à Altahir un sourire qui se voulait confiant et joyeux – et qui l’était peut-être bien si on ne faisait pas attention à la fatigue.

« Mais t’en fais pas, les lits sont pas mal confortables ! Et la nourriture est pas si mauvaise ! Bon, pour aujourd’hui, j’ai bien peur que tu doives te contenter de bouillon et de lait de pavot, mais tu vas voir, c’est pas si mal. Si tu me lâches, je vais t’en préparer de suite, même. »

Maintenant que le chevalier brun était conscient, il allait pouvoir lui faire avaler les remèdes nécessaires. L’infusion d’écorce de saule contre la fièvre, c’était bien, mais ça n’avait aucun effet pour lutter contre les infections ou la douleur.

« Et ne t’inquiètes pas pour ton petit dragonneau, Bêtise*Je m’appelle Beith !*a veillé à ce qu’il se remplisse un peu l’estomac. Et sans trop le martyriser, en plus. »

*Je ne martyrise pas les nôtres.*
*Avoue que tu n’aurais pas hésité, s’il n’avait pas voulu de ton mouton.*
*Comment tu sais que c’était un mouton ?*
*Comme si je pouvais ignorer ce que tu fais.*
*…*

Surprise qu’il se soit quand même préoccupé d’elle malgré tous les soins qui avaient requis son attention, la verte en resta silencieuse quelques secondes. Quelques.

*En tout cas, maintenant qu’il va mieux, tu vas manger aussi.*
*Bientôt, Bêtise, bientôt.*
*Je m’appelle Beith.*


[RP] Au tournant de l'existence  Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeLun 29 Mar 2021 - 16:40

FLASHBACK - Fin Eurilyaku 907

[RP] Au tournant de l'existence  Altahir[RP] Au tournant de l'existence  Norlot12[RP] Au tournant de l'existence  Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth

Norloth n'avait pas relevé les dernières paroles de Beith. Dans son était d'esprit actuel, il n'avait aucune envie de répliquer. Dans une autre situation, il se serait montrer joyeusement enquiquinant. Mais pas là, pas avec son lié qui venait à peine de reprendre conscience et qui aurait une très longue convalescence à supporter. Et au vue de sa toute récente réaction, en ne réussissant pas à se relever, faute  aux graves lacérations qui parcouraient son dos, le Brun s'attendait déjà à des réactions contraires au repos qu'il lui faudra. En même temps, comment ne pas se sentir affolé de pas pouvoir bouger comme d'ordinaire. Se sentir réduit physiquement, incapable de bouger... Le lié écailleux le percevait en même temps que le chevalier-dragon, et avait de quoi frémir en imaginant avec peine comme lui, aurait réagi. Et déjà Altahir qui s'inquiétait de plus pouvoir se tenir debout un jour.

Selcot faisait tout son possible pour rester ''neutre'' quand à l'inquiétude de son ami et patient. Il n'était qu'un petit guérisseur comme il l'affirmait, mais il avait malgré tout l'expérience et l'érudition d'un guérisseur, quoiqu'il en dise. Bon, ce n'était pas la pensée d'Altahir, mais quand même. Malgré cela, il était bien trop tôt pour déterminer si le chevalier-dragon aurait des séquelles ou non ; et à condition que celui-ci ne fasse pas l'imbécile. Au vue des blessures reçues par le coup de griffe, peut être qu'il y en aurait... ou peut être pas... Comme dit, il était difficile de donner des pronostics sur le long terme. Et comme en plus Altahir était encore sous le coup du choc de l'attaque....

Norloth termina de croquer les dernières bouts de la carcasse amenée par Beith. Tout en passant un coup de langue sur ses crocs pour retirer les derniers lambeaux de chairs qui y étaient lovées, il prit un peu les devants quand à son lié, sentant qu'il n'était pas totalement convaincu des paroles de Selcot.

°Ecoute les paroles de Selcot. D'abord, tu te reposes, tu aviseras des choses par après, quand tu seras plus en forme. N'oublie pas que tu viens juste de reprendre conscience. Si tu cesses de remuer comme tu le fais, tu auras moins mal. °

Enoncées comme telles, on pourrait croire que le Dragon était trop fatigué pour penser de manière complexe. En réalité, Norloth essayait de ménager l'humain blessé, autant pour l'encourager à ne plus trop réfléchir que pour se fier à Selcot, malgré ses questionnements au vue de son état et de ce qu'il en résulterait. Et heureusement, cela marcha. Altahir, épuisé, ne tenta, ni de réfléchir plus ni de refaire une nouvelle tentative pour quitter le lit. Il lâcha même le poignet de l'elfe, tout en fermant les yeux, le temps de reprendre son souffle, déjà écourté à cause de ses blessures. Heureusement, cela ne fut que bref, pas de quoi inquiéter Selcot, normalement... Il essaya de se détendre un peu, malgré le ressassement de ses souvenirs qui louvoyaient encore dans son esprit, tout en se mêlant à la palpitation douloureuse des balafres qui lui labouraient le dos.

''La vérité...''

Allait-il refaire le même refrain que précédemment, pour accabler le pauvre Selcot qui essayait de l'orienter vers une voie plus joyeuse que de ressasser l'attaque ?

''La vérité est surtout que j'aurai préféré un bon verre alcoolisée que de boire une chose... liquide qu'on appelle bouillon''[
Clairement, sur le coup, l'idée de se soûler pour plonger dans un festif coma éthylique n'aurait pas été mal, pour fuir ses douleurs et ce qui lui harassait l'esprit... D'ailleurs... il avait été blessé. Et les autres ?

°Il n'y a pas eu de blessés dans l'escadrille. Une aile un peu déchirée et quelques blessés parmi les liés, mais tous s'en sont sortis. A toi de poursuivre sur cette voie pour qu'on puisse revoler quand tu iras mieux...°

Altahir avait bein d'autres questions qui le torturaient.

°Tu te reposes, et on en parlera plus tard... J'ai un mouton à digérer. Dormir toi et même ne pourra que nous être profitables°

Le ton mental insistant du dragon dictait bien ce que l'humain devait faire. Cesser de faire tourner son esprit en boucle, penser à autre chose. Le chevalier-dragon lâcha un faible soupir.

''Mon dragonneau, comme tu dis, a surtout de la chance d'être surveillé par ta Verte. ca te dit pas d'aller chercher une guérisseuse, non ? ''

Il essaya de rire, le remède à bien des maux à ce qu'il parait. Mais c'était difficile en vue de son état physique. La douleur demeurait bien présente et pernicieuse quand il tentait de bouger la moindre fibre de son corps. Ca n'aidait en rien du tout. Ne pouvant guère se réfugier dans l'alcool et encore moins dans la plaisanterie sans grimacer, il ne pouvait que s'en remettre à Selcot. N'avait-il pas proposer du lait de pavot ? Au moins si cela pouvait taire son calvaire le temps d'un bon endormissement.

''Bon, va pour ton bouillon... je n'ai pas d'autres choix hein...''


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Au tournant de l'existence  Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Au tournant de l'existence  Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeJeu 29 Avr 2021 - 22:54


Et voilà. Le chevalier brun n’essayait plus de bouger. La douleur des blessures le pouvoir des guérisseurs le clouait au lit, il n’avait donc pas d’autre choix que de se reposer rester tranquille ! D’ailleurs, il fermait les yeux comme s’il luttait contre la douleur obéissait enfin aux recommandations de Selcot. Selcot qui ne put s’empêcher de froncer les sourcils, inquiet à l’idée que son patient ait perdu connaissance ou peine à respirer. Heureusement, la respiration d’Altahir retrouva rapidement sa régularité le blessé ne pouvait voir son air soucieux, et l’elfe se composa à nouveau un visage serein avant que le chevalier brun ne rouvre les paupières. Il se paya même le luxe de lever ostensiblement les yeux au ciel lorsqu’il fut de nouveau question de la vérité…

… qui, de question métaphysique, se transformait en affirmation très terre à terre.

En réponse, le chevalier vert gloussa sans retenue. Si Alta-chou commençait à se plaindre et pensait à boire de l’alcool, c’est qu’il était sur la bonne voie ! Du moins l’espérait-il.

« Je suis désolé de te décevoir mais, tu sais, ici, les règles sont très strictes. Tu n’imagines pas quels tyrans sont mes collègues. Je n’ose penser aux sanctions que j’encours si j’essaie de les contourner ! À l’infirmerie, l’alcool, c’est fait pour désinfecter. Et je t’assure que le boire ne désinfectera pas tes plaies ! »

Inconscient des questions que pouvait se poser l’humain – et pas du tout décidé à lui changer les idées au maximum, non non – Selcot lui offrit un petit sourire satisfait et continua sur sa lancée :

« Du coup, tu n’as pas le choix. Si tu veux boire de l’alcool, va falloir boire ton bouillon et être très sage pour vite retourner dehors ! »

Le guérisseur n’imaginait évidemment pas l’inquiétude que pouvait ressentir Alta-chou pour ses frères d’armes ou son dragon – ce n’était pas du tout son genre de se préoccuper de ce genre de choses, tout le Kaerl savait qu’il était bien trop frivole et superficiel pour réfléchir si loin – et, s’il orienta la conversation vers Norloth, ce n’était donc pas du tout pour rassurer le chevalier brun. Après tout, c’était tout naturel qu’une discussion entre deux Liés finisse par aborder le sujet des dragons, non ? Même si la répartie de l’humain était complètement absurde !

« De la chance ? répéta Selcot en n’exagérant pas du tout – ce n’était pas du tout son genre – sa surprise.D’être surveillé par Bêtise ? »

*Je m’appelle Beith !*

« Ça se voit que tu ne sais pas de quoi tu parles ! continua l’elfe comme s’il n’y avait jamais eu d’interruption. Bêtise est plus têtue qu’une mule*Tu peux parler !*et plus féroce qu’un bah’lir ! S’il n’avait pas mangé son mouton de son plein gré, elle aurait été capable de le gaver ! »

*Ce qu’il ne faut pas entendre…*
*Avoue que je n’ai pas complètement tort.
*Norloth est intelligent. Il a vite compris où était son intérêt… Pas comme toi.*
*Ça va venir, ça va venir.*

La verte émit un grognement peu convaincu, mais n’ajouta rien. Tant que le chevalier de Norloth aurait besoin de la présence de Selcot, elle ne dirait rien… Mais après, s’il le fallait, elle irait le chercher par la peau des fesses pour le traîner devant un repas consistant !

Satisfait d’avoir obtenu gain de cause auprès de sa dragonne – au moins pour un temps – l’elfe sourit à nouveau lorsqu’Altahir rendit les armes. Parfaaait.

« Et non. T’as pas le choix, pauvre de toi ! » répliqua-t-il en s’éloignant le temps d’aller chercher un bol du précieux breuvage.

Si si, précieux. Il allait permettre à Alta-chou de se réhydrater et de reprendre un peu de force en attendant de pouvoir manger quelque chose de plus consistant. Ah. Et, accessoirement, de lutter contre l’infection parce qu’on pouvait y ajouter quelques gouttes de traitement. Mais c’était du détail, ça.

Quelques instants plus tard, le guérisseur était de retour au chevet du chevalier brun avec le bol de bouillon dans une main et une tasse dans l’autre. Il déposa son chargement sur la desserte la plus proche et s’approcha d’Altahir.

« On va essayer de te redresser un peu, si tu ne veux pas baver partout comme un bébé. »

Et si tu ne veux pas t’étouffer avec ton repas. Le plus délicatement possible, Selcot tâcha de redresser un peu son patient, s’arrêtant dès qu’Altahir manifesta des signes de douleur plus marquée. De toute façon, la position lui semblait suffisante pour éviter une fausse déglutition et c’était tout ce qui comptait. Il lui présenta le bol de bouillon, sans se départir de son sourire.

« Et voilà. Bois tout et ensuite tu auras le droit à la petite tasse. Avec du lait de pavot. Tu vas voir, tu vas a-do-rer ! »

Plus l’effet – moins de douleur et plus de sommeil – que le goût mais bon… C’était un détail, ça aussi, hein ?


[RP] Au tournant de l'existence  Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 18:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeSam 26 Juin 2021 - 9:13


[RP] Au tournant de l'existence  Altahir[RP] Au tournant de l'existence  Norlot12[RP] Au tournant de l'existence  Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth

Au moins, la conversation qu'entretenait Altahir avec son ami, malgré sa fatigue et ses blessures avaient le mérite de lui faire oublier toutes les angoisses qui avaient manqué de dominer son esprit quelques instants précédemment. Norloth le sentait bien et espérait qu'il n'y aurait pas un retour de flamme. C'était la première fois de sa vie que son lié était aussi gravement blessé, et que lui-même ne savait pas comment il récupérait dans les semaines à venir. Altahir, comme bien des hommes habitués à être totalement autonome physiquement se prenaient une sacrée gifle de réalité quand ils réalisaient ce que la perdre signifiait... Mais il était encore trop tôt pour savoir comment les choses évolueront une fois les entailles profondes -et recousues avec soin par Selcot- seront totalement cicatrisées. Mais Norloth, avec Selcot et Beith, veillera à ce que son âme-soeur ne sombre pas dans la dépression. Car, il savait que les bipèdes pouvaient connaître cela après un rude choc physique comme mental ; par exemple à la perte de leur lié draconique, quand cela ne les appelait pas à en finir pour rejoindre l'âme du dragon. Bon, certes, ce qu'avait vécu Altahir n'était pas comparable, mais quand même....

Altahir, n'avait pas manqué d'être dépité... même pas une liqueur donc... Les règles étaient les règles. S'il avait été capable de se lever, ils les contourner ses règles.

°C'est ça, avec moi qui aurais anticipé ces idées... Crois moi que si tu tentes ce genre d'action plus tard, je préviens Selcot. Il se fera alors un plaisir de te ligoter°

Là, le chevalier fit une moue plus dépitée encore... Fichu dragon. Il soupira silencieusement.

''L'alcool pour désinfecter... rien qu'à l'odeur, cela te dégoûte assez pour ne pas en boire....''

Il affirmait cela pour faire taire l'inquiétude de devoir rester des semaines alité. De toute façon, il se doutait que de ne serait pas en quelques jours qu'il pourrait gambader à l'extérieur, malgré les dires de l'elfe. Demeurer sage pour vite sortir hors de l'infirmerie.... Il rejeta à nouveau ce qui le minait pour revenir sur les dragons. Vu la réaction de Selcot, continuer de parler de leurs liés était un bon moyen de converser de sujets plus amusants que celui de son état actuel.

''C'est ta liée après tout, tu la connais bien que moi. Et t'es aussi aussi têtu quand tu t'y mets.'' dit-il en essayant de retenir un petit rire. ''Et puis, n'oublie pas que Norloth est un Brun. Il est capable de jouer le paon pour faire plaisir à une Verte. ''
°N'importe quoi...°

Altahir percevait presque la levée vers les cieux des yeux de son lié...Puis Selcot alla préparer le bouillon promis. Il revient aussitôt, avec une tasse en complément ; la suite des remèdes. Puis, une fois les deux récipients posés non loin du convalescent, l'Elfe expliqua brièvement la suite des opérations. L'humain appréhendait déjà les douleurs qui s'en suivraient. Il n'avait pas le choix de toute façon.

Selcot procéda en douceur, faisant des haltes pour éviter au chevalier de subir trop longtemps et trop durement les douleurs provoquer par un mouvement simple. Mais avec un dos lourdement lacéré, ces mêmes entailles minutieusement suturées, le moindre geste pour se relever était une torture. Altahir devait veiller à se laisser faire, à ne pas tenter de se redresser de lui-même. Au moins, en sentant les protestations douloureuses de son dos et de son épaule, il put se rassurer d'un bête détail : il y avait encore de la sensibilité là-dessus, sous ses chairs....

Une fois le bol de bouillon présenté à portée de lèvres, Altahir réussit à boire à petites gorgées sans s'étrangler. Selcot avait veillé à ce que le liquide ne soit pas trop chaud pour être bu. Dès la première gorgée avalée, il se rendit compte à quel point il était affamé. Même si le goût du bouillon était basique, il le trouva exquis. En même temps, comme cela faisait plus d'un jour qu'il n'avait rien mangé...le bouillon terminé, son ami lui présenta le lait de pavot, qui fut ingéré à son tour.

Allongé par la suite ; non sans douleur, forcément, l'humain se demandait comment serait la journée de demain...Une fois de plus, il chassa ce genre de pensées.

''Tu devrais aller manger toi aussi...Je ne sais pas depuis combien d'heures tu veilles à mon chevet, mais ne vas pas mourir de faim à cause de moi....C'est promis, je ne vais pas me sauver. ''

Il ne pourrait guère de toute façon, vu l'enfer que cela avait été pour tout juste se redresser.


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Au tournant de l'existence  Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Au tournant de l'existence  Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeSam 31 Juil 2021 - 7:53


Le sourire de Selcot s’élargit devant la moue dépitée du chevalier brun. Et oui, l’alcool à désinfecter était infect – même si, il fallait le reconnaître, une eau de vie bien riche aurait sans doute pu le remplacer – et l’elfe s’amusait beaucoup du soupir de son patient. Et il n’était pas du tout satisfait d’avoir détourné son attention vers un sujet de discussion beaucoup plus léger et futile que la gravité de ses blessures, non non. Ce n’était pas du tout son genre. Et puis, d’abord, l’alcool n’était pas un sujet futile ; c’était au contraire très très sérieux. Et pas parce que certains utilisateurs finissaient à l’infirmerie dans un état peu recommandable. Le chevalier vert aurait pu discourir pendant des heures sur l’intérêt d’un bon verre pour accompagner un moment entre amis – voire plus si affinités – ou une soirée belote, débattre de la boisson la mieux adaptée à chaque occupation ou moment de la journée ou comparer les goûts et les couleurs de tous les fournisseurs du Kaerl et au-delà. Mais Alta n’était pas en état de supporter ce genre de grande discussion philosophique. Aussi l’elfe se contenta-t-il d’une simple phrase, énoncée sur le ton de l’évidence :

« Comment crois-tu que les grands tyrans de l’infirmerie font pour garder leurs pauvres subordonnés sobres en service, hein ? On a que ça à disposition… »

Il assortit cette constatation d’un petit regard de chiot battu et abandonné dans une ruelle humide et sale, avant que la conversation ne dévie sur Bêtise et Norloth. Haha ! Ça, c’était un bon sujet de discussion ! Quoi de mieux que les dragons pour fixer l’attention d’un chevalier loin des trucs qui fâchaient ? Tant qu’Alta-chou s’inquiétait de Norloth, il ne pensait pas à ses propres blessures… et vu que l’état du brun n’avait rien de préoccupant, malgré le fait que Bêtise ait décidé de veiller sur lui – le malheureux ! – c’était un très bon moyen de faire diversion.

*C’est toi qui vas être malheureux si tu continues.*
*Malheureux ? Moi ? Alors que tu es toujours dans ma tête ? Impossible !*

Beith soupira ostensiblement, mais son chevalier se contenta de lui envoyer une vague d’amour inconditionnel avant de revenir à son patient. Il était évident que Norloth avait d’autres choses en tête que de parader devant une verte – même si sa sienne merveilleuse était la plus belle des vertes – mais Selcot ne se fit pas prier pour abonder dans le sens de son interlocuteur.

« Têtu, moi ? Je vois pas ce que tu veux dire ! riposta-t-il en prenant un air offusqué, avant de faire une moue songeuse. Mais je comprends mieux pourquoi Bêtise*Je m’appelle Beith !*a pris la peine d’aller chasser… pour un beau brun comme lui !

*N’importe quoi !*
*Tu n’as pas été chasser pour lui peut-être ?*
*Il avait besoin de manger. Et toi aussi !*
*Mais oui, mais oui. Et Alta aussi.*

Ignorant le mécontentement de sa Liée, l’elfe entreprit donc de nourrir son patient. C’était fou comme quelque chose d’évident devenait compliqué quand on était blessé. Mais, après de longues minutes d’effort – et de probables souffrances du côté du chevalier brun, hélas – Altahir put avaler son bol de bouillon et sa tasse de remède. Au moins, il ne faisait pas de difficulté pour boire, c’était plutôt bon signe. Les patients qui refusaient de s’alimenter – voire qui refusaient les traitements – ce n’était jamais bon signe.

Selcot aida ensuite son ami à se recoucher, le plus doucement possible, avant de sourire à sa réplique.

« C’est ce que tu dis ! Mais je te connais ! Dès que j’aurais le dos tourné, hop, tu iras visiter une taverne ou pire ! »

Il valait mieux attendre que le lait de pavot fasse effet et qu’il s’endorme, c’était plus sûr ! Aussi le guérisseur continua-t-il à déblatérer des sornettes – en ignorant l’impatience de Beith dans son esprit – jusqu’à ce que les paupières de son patient ne s’alourdissent puis se ferment. Alors seulement, il quitta son fauteuil et, après avoir rangé sa vaisselle, fit un tour rapide de l’infirmerie. Le lieu était un peu plus calme et il signifia à un de ses collègues qu’il prenait une pause avant de se diriger vers la sortie. De toute façon, il était toujours joignable, grâce à Bêtise.

*Je m’appelle Beith !*

À peine était-il sorti de l’infirmerie que la dragonne fondit sur lui.

*Tu vas manger cette fois où je t’y traîne de force ?*
*C’est bon, Bêtise, c’est bon, je rends les armes.*

La verte gronda, pas dupe pour un sou, mais ne dit rien et se contenta de suivre son Lié jusqu’à la taverne la plus proche. Elle prit forme bipède pour l’accompagner à l’intérieur, ce qui lui attira une remarque narquoise.

*Tu veux me donner la becquée, aussi ?*
*Tu ne le mérites pas.*
*Ah voilà ! Tu amènes un mouton tout frais à Norloth et à moi rien !*
*Norloth a mangé tout seul… Mais si tu veux un mouton tout frais, on peut s’arranger.*
*Non non, ça ira.*

Un sourire satisfait étira brièvement les lèvres de la torhile mais il fut bien vite remplacé par un froncement de sourcil inquiet lorsque Selcot s’assit lourdement sur la première place libre qu’il trouva. Maintenant qu’il n’avait plus de public patient à rassurer, la fatigue le rattrapait et il se sentait prêt à s’endormir sur place. Enfin, après avoir mangé un peu, puisqu’il y avait une certaine dragonne qui en avait décidé ainsi. Et elle avait un accès direct à son esprit, en plus !

Une fois sa commande passée, servie et avalée, le guérisseur était prêt à retourner à l’infirmerie mais Beith ne l’entendit pas de cette oreille. En échange de la promesse de le prévenir si quelqu’un la contactait, elle réussit à le convaincre de rejoindre son lit et, quelques instants plus tard, Selcot dormait dans son appartement des Spires. Ce ne fut que quelques heures plus tard, après un sommeil presqu’assez long, un petit déjeuner express et une toilette de chat, qu’il reprit le chemin de l’infirmerie. Il fit le tour des différents patients dont il avait la charge, seconda un collègue pour ses soins et revint près d’Altahir qui commençait à s’agiter dans son sommeil. Le temps de préparer un peu de bouillon et de pain, du lait de pavot et des bandages propres, le chevalier brun semblait prêt à émerger.

Et il aurait la chance –ou pas – de trouver à son chevet, un elfe presque frais et dispo, souriant et un bol de bouillon à la main.


[RP] Au tournant de l'existence  Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeVen 20 Aoû 2021 - 15:50

[RP] Au tournant de l'existence  Altahir[RP] Au tournant de l'existence  Norlot12[RP] Au tournant de l'existence  Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth

Le lait de pavot avait fini par apporter ses doux effets et poussa Altahir à sombrer dans un sommeil réparateur. Il ne pouvait faire que cela, pour l'instant. Il était incapable de rien d'autres. Et une fois que son esprit se plongeait doucement vers Tel'Aran'Rhiod, Norloth, qui digérait le mouton si généreusement offert par Beith, veilla à ce que son lié ne vienne pas à se réveiller trop brutalement. Si l'humain venait encore à revivre en rêve sa confrontation avec l'ennemi -chose qui se produira sans nul doute-, le Brun sera présent mentalement pour le rassurer. Altahir avait beau être un chevalier qui arrivait à être jovial à ses heures malgré l'horreur de la guerre, il n'en demeurait pas moins que l'expérience qu'il avait vécu n'était pas à négliger. Plus encore qu'il était perturbé de pas savoir comment il sera une fois ses blessures totalement guéries. Mais pour le moment, Altahir dormait et son dragon veillait sur lui. Au moins Beith allait pouvoir s'occuper de son elfe et de le forcer à se reposer. Est ce qu'elle allait lui tirer les oreilles ? a cette idée, il gloussa. Elle en était capable.


Altahir avait dormi à poings fermés, avec l'aide des remèdes administrés par Selcot. Mais même le lait de pavot ne pouvait empêché un esprit marqué par les récents événements de les ressasser, non sans remettre en avant des éléments détaillés comme douloureux. Extérieurement, Altahir ne s'était pas agité, pas cette fois. Mais son souffle s'était accéléré aux moments qu'il revivait. Heureusement, cela s'apaisa dans l'heure qui se poursuivit et il put se reposer un peu mieux, avant de nouveau remuer, mais cette fois, pour se réveiller. Les odeurs de pain frais et de bouillon de légumes étaient une belle invitation à revenir à la réalité, pendant que les brumes de son précédent songe s'effaçait déjà de son bref repos.

Quand ses paupières s'ouvrirent, le chevalier brun avait eu pendant quelques secondes un moment de doute de où il se retrouvait, se remémorant vaguement d'avoir rêvé, et que le tiraillement de ses blessures lui rappelle les faits. Il avait grimacé alors qu'il tentait de se montrer plus revigoré.

''Salutations, Selcot. On dirait que tu as repris du poil de la bête. T'as meilleur mine que la veille...''

Selcot pourra constater que son ami avait repris lui aussi quelques couleurs, et qu'il paraissait moins épuisé que la veille. Malgré ses blessures, il s'exprimait un poil mieux. Même si le souffle était encore court, l'Elfe guérisseur ne pourra que se sentir soulagé de voir que les choses s'amélioraient. Une fois encore, Selcot dut procéder délicatement pour aider Altahir à boire son bouillon. Quand il fut question de changer les bandages, le chevalier brun avait mordu sur sa chique. Les plaies, bien que recousues, étaient très sensibles. Normal en même temps, quelques jours s'étaient à peine écoulés et au vue de leur gravité, il faudrait encore beaucoup de temps pour qu'elles cicatrisent. Le temps que Selcot vérifie leur état, les soigne et les rebande, Altahir avait pu sentir l'étendue des dégâts et en avait serré les dents à se faire mal aux muscles maxillaires. Quelles séquelles aura-t-il à la fin de sa convalescence ? Norloth qui était présent par leur lien percevait cette angoisse et s'inquiétait de la sentir monter. L'état d'esprit du chevalier avait des hauts et des bas, qui était un peu conséquent de ce qu'il avait vécu. Mais heureusement, pour les jours qui suivraient, avec Selcot, il veillerait à faire garder un certain d'esprit au blessé.

Une semaine s'écoula. La morosité gagnait un peu à chaque fois l'esprit de l'humain malgré toutes les bonnes attentions de son ami et de son dragon. Bien que les douleurs étaient devenues supportables et un peu moins persistantes, Altahir peinait à patienter quand à son état. Avait-il pu néanmoins retrouver un peu de mouvement pour son bras gauche. Et quand il tentait de le mouvoir comme il en avait d'ordinaire l'habitude, ses muscles touchés par le coup de griffes lui firent comprendre rapidement leurs limites. A cela, un engourdissement avait commencé à prendre tout le membre, jusqu'à sentir des fourmillements désagréables jusqu'au bout des doigts. Par moment, quand il fermait sa main gauche, il perdait un peu de sensibilité. Était-ce parce que ses blessures, en se cicatrisant, faisait pression sur certains points de son haut du dos ? Ou était-ce une conséquence qui serait définitive ?

°Arrête de penser à cela ! Tu ne le sens peut être pas, mais cela te dévore l'esprit et tu vas finir par en déprimer°
°Je n'ai pas envie de devenir un poids mort alors que nous sommes en conflit avec ces enfoirés ! Je.... °
°Tu sortiras quand Selcot et les autres guérisseurs détermineront que tu auras suffisamment récupéré. En attendant, c'est trop tôt ! Et je sens ton désappointement quand à l'absence de nos compagnons d'escadrille, qui ne viennent pas prendre de tes nouvelles. Sache que j'ai demandé à ce qu'ils ne viennent pas pour le moment, mais je les informe chaque jour de ton état. °
°Pourquoi fais-tu cela ? Pourquoi ne m'as-tu pas prévenu de ton initiative ? °
°Parce que tu as beau jouer sur les apparences, ton esprit ne peut me mentir ! Tu arrives à garder le sourire malgré ce qui te dévore. Ce faux semblant n'est pas une solution et tu vas te prendre un méchant revers si tu ne te reprends pas. A te miner comme tu le fais, tu n'arriveras pas à surmonter ce que tu vis ! °

Altahir s'était renfrogné. Norloth regretta de l'avoir sermonné de la sorte. Mais il s'inquiéta pour lui et bien entendu, il avait prévenu Selcot de son état d'esprit. Il ne pouvait pas le cacher. Et l'Elfe connaissait assez son lié pour avoir découvert et compris comment le moral du blessé vacillait lentement.

Quelques jours s'écoulèrent encore et Altahir tentait de demeurer positif. Sauf une nuit, où il se réveilla en sursaut, venant de refaire un songe sur l'attaque qui l'avait meurtrie. Le cœur battant, en sueur, il passa sa main droite sur son visage. Un bref instant, il pensa à héler quelqu'un, voir même son lié. Son dragon dormait profondément à ce qu'il percevait et personne ne trainait dans les environs ; du moins en apparence peut être. Essayant de calmer sa respiration, il ferma les paupières pour se rendormir... Il rouvrit les yeux. Non, cette nuit, il n'arrivera plus à retrouver le sommeil. La vision de son cauchemar le hantait. Il devait penser à autre chose....il devait faire autre chose, se changer les idées. Il devait prendre l'air !

Ne pouvant se redresser, il devait trouver une autre solution. Lentement, très lentement, il se tourna pour se mettre sur le ventre. Pour se relever, il usera de ses bras. La manœuvre était fastidieuse, car les points de suture qui tenaient les bords de ses profondes entailles, tiraient fortement. Le but n'était pas de déchirer la frêle peau qui avait pu renaître de la longue cicatrisation. Serrant les poings, Altahir inspira un bon coup avant d'exiger à ses bras de le pousser vers le haut. Les muscles du bras gauches tremblaient sous l'effort demandé. Serrant les dents pour taire la difficulté qu'il exigeait à son propre corps, Altahir ferma les yeux comme pour se concentrer sur ce qu'il voulait faire. Un geste si simple pourtant, qui était une torture limite soutenable à effectuer. Il se maudit et après quelques minutes de galère, réussit à être assez droit pour presque s'asseoir sur son lit. La posture était précaire, vu que son dos raide le tiraillait. Il peinait à se mouvoir vu qu'il n'avait plus du tout de souplesse. La cause ? oh il le savait, ses blessures qui rendait infirme une part essentiel de son physique. A cela, le fait qu'il ne respirait plus comme avant. Il n'y avait pas que ses côtes abîmées.

En sueur et haletant, il prenait le temps de récupérer un peu. Il eut un frisson qui lui parcourut toute la colonne vertébrale en découvrant comment il était réduit physiquement. Il chassa cette étape et fut dans l'idée de faire un acte plus qu'improbable en l'état actuel des choses : se mettre debout.

Norloth s'était réveillé en sentant les émotions et les crispations douloureuses de son lié. Sans attendre, il sut à qui s'adresser.

°Selcot ! Altahir cherche à se lever. Je vais arriver ! °

Pendant ce temps, Altahir serrait les poings tellement ils tremblaient. Se mettre debout....C'était quelque chose qu'il désirait et qu'il redoutait désormais... Trop tôt peut être, comme lui avait soufflé Selcot ? ou son lié ? Ou alors lui cachait-on le fait qu'il ne sera plus jamais le même ? Il enfonça plus encore ses ongles dans la chair de ses paumes, un rictus de rage naquit à ses lèvres.

''Bon sang ! '', cracha-t-il d'une voix tremblante....

Il ne pouvait même pas s'affaisser pour essayer d'alléger le poids de désespoir qui s'alourdissait sur ses épaules....



L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP] Au tournant de l'existence  Peddyrsignfin-46ce4af[RP] Au tournant de l'existence  Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitimeLun 4 Oct 2021 - 0:40


Ah, ça y était ! Le chevalier brun se réveillait. Sa grimace fugace n’échappa pas à Selcot, mais le chevalier vert ne dit rien, se contentant d’en prendre mentalement note. Ça ne risquait rien, ça, personne d’autre que Bêtise – *Je m’appelle Beith* – ne savait qu’il guettait les moindres indices, les consignait et les confrontait sans cesse aux autres signes et symptômes pour évaluer la gravité de l’état de son patient et ajuster chacune de ses réactions et chacun de ses traitements. Était-ce le fait de se réveiller à l’infirmerie – ou de le voir à son chevet – qui déplaisait tant à Altahir ? Était-ce une manifestation de douleur ? En l’état actuel des choses, il ne pouvait pas conclure, mais il allait le surveiller. Sans en avoir l’air, bien sûr, puisqu’il accueillit les paroles du blessé avec un grand sourire moqueur.

« Meilleure mine ? Moi ? N’importe quoi ! J’ai toujours bonne mine, c’est toi qui n’avais pas les yeux en face des trous hier, » répliqua l’elfe sans aucune hésitation.

*Menteur.*

Selcot envoya une bouffée d’amour à sa sienne merveilleuse mais ne lui répondit pas. Fondamentalement, la dragonne avait raison. Il mentait. Les combats faisaient rage entre les trois Kaerls, les blessés ne cessaient d’affluer à l’infirmerie et les guérisseurs ne chômaient pas. Mais il n’était pas à plaindre. Il n’était pas plus sollicité que ses confrères – et même moins que certains : ceux qui avaient reçu les faveurs de Mystra, Maître Nalesean en tête, ne s’arrêtaient que rarement – et il était en sécurité. Malgré l’envie de sa Liée de se joindre aux combattants, il était pour le moment plus utile à soigner les blessés qu’à en envoyer aux guérisseurs des autres Kaerls. Et c’était tant mieux. S’il n’était pas enthousiaste à l’idée de se faire trouer la peau, il n’arrivait pas à s’imaginer trouer celle des autres. Fussent-ils des ennemis.

Cependant, pour le moment, l’esprit de l’elfe était bien loin de toutes ces considérations. Il était concentré sur Altahir. Et, s’il avait dormi presqu’une nuit complète et présentait effectivement une meilleure mine que la veille, il n’avait pas encore rattrapé suffisamment de son retard de sommeil pour pouvoir laisser ses pensées dériver et traiter plusieurs sujets en même temps. Aussi se contenta-t-il de raconter des bêtises à son patient, tout en l’aidant à avaler son bouillon. Et il fut heureux de constater que le chevalier brun avait de l’appétit. Il buvait sans se faire prier et dévorait les petits pains. Tout n’était pas gagné, loin de là, mais c’était déjà bon signe. Ça signifiait que, pour le moment, l’infection était maîtrisée et que le moral du blessé n’était pas mauvais. Trois jours après l’accident, c’était tout ce qu’on pouvait espérer. L’évaluation des séquelles éventuelles se ferait plus tard.

~*~

Et hélas, c’étaient la question de ces séquelles qui minait peu à peu le moral d’Altahir. Pourtant la guérison avançait bien. Quelques poussées de fièvre au cours des premiers jours avaient inquiété Selcot malgré son air confiant, mais les traitements et le système immunitaire du chevalier brun avaient visiblement permis de juguler l’infection. Était-ce son Lien avec un enfant de Flarmya qui le dotait d’une résistance particulière ou bien possédait-il originellement une constitution exceptionnelle ? L’elfe n’en savait rien et, même si la question titillait sa curiosité naturelle, il n’avait pas vraiment le temps de chercher à l’élucider. La Guerre ne connaissait pas de répit et les blessés arrivaient toujours à l’infirmerie, laissant peu de temps aux guérisseurs pour penser à autre chose. Les plaies d’Altahir cicatrisaient lentement mais régulièrement et, il avait beau tâcher de distraire son ami autant que possible, le chevalier vert ne pouvait pas se permettre de passer ses journées à son chevet.

Néanmoins, il se doutait bien que quelque chose clochait et les inquiétudes de Norloth l’avait conforté dans son idée. Il s’appliquait donc, lorsque son emploi du temps le lui permettait, à rendre visite au chevalier blessé pour lui transmettre les derniers potins du Kaerl. Du moins ceux qui ne concernaient pas les conséquences des combats. Mais les hautes sphères du Màr Menel ne se laissaient pas arrêter par un conflit, fût-il interkaerlique, et il y avait bien quelques fiançailles, mariages et autres absurdités propres aux grandes familles à raconter.

~*~

Ça faisait une petite quinzaine de jours qu’Altahir était à l’Infirmerie, et Selcot profitait d’une nuit presque complète dans ses propres fourrures, lorsqu’une voix retentit soudain sous son crâne. Réveillé en sursaut, l’elfe eut besoin de quelques secondes pour comprendre ce qui se passait. Un instant il cueillait des herbes étranges, aux pétales colorés et aux fragrances entêtantes, en compagnie d’un neishaan de belle allure – ce qui ne gâchait rien – et l’instant suivant il était allongé dans son lit, le cœur battant, l’esprit déchiré entre un sentiment d’urgence et un mécontentement à peine voilé. Ce dernier venait de Bêtise, comprit-il rapidement.

*Même en pleine nuit, je suis capable de transmettre les messages à Selcot,* gronda celle-ci à l’intention de Norloth.

La dragonne n’appréciait guère qu’un de ses congénères s’adresse directement à l’esprit de son Lié, mais le guérisseur ne prit pas la peine de calmer l’agacement de moitié d’âme. Il y avait plus urgent. Il sauta de son lit – et manqua s’étaler par terre en se prenant les pieds dans ses draps –, enfila les premiers vêtements qu’il attrapa – et qui n’allaient pas du tout ensemble, par Khaziel ! – et ses chaussures avant de se diriger vers la porte de son appartement.

*On peut faire plus vite que de descendre les escaliers,* émit Beith.

L’elfe adressa une pensée reconnaissante à la verte et obliqua donc vers la porte-fenêtre, le balcon et sa sienne qui, bien que vexée, maussade et mal réveillée, n’en restait pas moins merveilleuse. Il bondit sur son cou et, quelques secondes plus tard, la dragonne se posait devant l’Infirmerie. Il ne fallut que quelques instants de plus à Selcot pour atteindre la chambre d’Altahir et constater que le brun n’avait pas exagéré. Le chevalier était assis sur le lit et tremblait de tout son corps. De fièvre ? De douleur ? D’abattement ?

« Ah ben voilà ! Tu profites que j’aie le dos tourné pour te faire la malle ! J’aurais dû m’en douter ! »

Il offrit un grand sourire – même pas ensommeillé, non non – à son patient et ami, comme s’il n’y avait rien de plus normal que de se trouver là au milieu de la nuit, les chausses vertes jurant avec la chemise rouge, elle-même lacée de travers, et les cheveux tout emmêlés. (Ouais, ceux qui disent que les elfes ont les cheveux lisses et soyeux n’ont pas tort, mais ça demande quand même un coup de brosse au réveil).

« Je vais être obligé de faire installer un lit à côté du tien pour te surveiller si tu continues ! menaça le chevalier vert, avant d’ouvrir grand les yeux et la bouche comme s’il avait eu une illumination. Oooh ! Mais c’est ça ! Je viens de comprendre ! Tu ne peux pas te passer de moi, en fait ! Mais tu sais, tu pouvais simplement demander si tu voulais que je dorme avec toi. »

Et, tout en débitant ses bêtises, le guérisseur s’approcha du lit pour poser sa main sur l’épaule d’Altahir. La peau de l’humain ne semblait pas plus chaude que la normale, il pouvait donc exclure la fièvre. Restait la douleur et l’abattement. Les deux étaient possibles et même probables. En soi, c’était plutôt bon signe qu’il ait pu se redresser et s’asseoir tout seul, malgré ses blessures, ses côtes cassées et ses lésions pulmonaires et l’amyotrophie engendrée par le repos forcé. Selcot espérait juste qu’il n’avait pas déchiré les tissus fragiles qui comblaient peu à peu les plaies causées par les griffes du dragon ardent.

« Solyae n’est pas encore levé, tu sais. C’est un peu tôt pour une balade matinale, tu ferais mieux de te recoucher. »


[RP] Au tournant de l'existence  Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] Au tournant de l'existence  Empty
MessageSujet: Re: [RP] Au tournant de l'existence    [RP] Au tournant de l'existence  Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Au tournant de l'existence
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Menel, le Kaerl Céleste :: Les Thermes de Naira-
Sauter vers: