Le deal à ne pas rater :
Où trouver My Hero Academia Tome 31 collector en édition limitée ?
13.50 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeDim 30 Mai 2021 - 0:26

L’enthousiasme de l’homme aux cheveux blancs fit naître un léger sourire en miroir sur les lèvres d’Arjuna. Son interlocuteur paraissait soulagé de ne pas être source de discorde entre sa compagne et lui, et le torhil estimait qu’il était sincère. C’était étrange de ne pas en être tout à fait sûr, de ne pas ressentir les émotions de son vis-à-vis et de devoir deviner ce qu’il pouvait bien penser ou éprouver, mais le forgeron raffermit ses barrières mentales au lieu de céder à la tentation de les abaisser. Il n’allait pas réduire à néant ses efforts des derniers jours – et ceux de la Dame qui avait pris le temps de lui enseigner – à cause de cette sensation inhabituelle. Il avait l’impression d’être privé d’un sens, comme s’il était soudain devenu sourd ou aveugle, mais s’il ne s’efforçait pas à garder son empathie sous contrôle, il ne s’y habituerait jamais. Et rien dans la situation ne justifiait qu’il y renonce pour le moment.

« C’était notre objectif aussi, répondit donc Aru lorsque son interlocuteur déclara qu’il se contentait de profiter de la fête. Et on a encore toute la nuit pour ça. »

Il n’était pas dit qu’il ne passerait pas la Fête des Fous avec sa sienne. Maintenant qu’ils étaient réunis et mariés, ils n’avaient plus besoin de profiter de l’anonymat que leur conféraient les masques pour se retrouver, mais ce jour-là gardait une saveur spéciale. Il n’y avait pas grand-chose capable de l’altérer… et certainement pas la présentation du Maître Dragon Ardent. Quels que soient les griefs que certains Célestes pouvaient avoir à l’encontre du Màr Tàralöm et de ses habitants, Arjuna n’avait rien à leur reprocher et l’homme qui lui faisait face semblait parfaitement civilisé. Du moins, si on excluait son petit excès d’enthousiasme précédent, dont le tavernier avait fait les frais. Et encore, on ne pouvait guère lui en tenir rigueur, puisqu’il tentait de réparer.

« Je trouve aussi, » sourit le torhil lorsque le maître bronze déclara que forgeron était un beau métier.

Il aurait pu enchaîner en lui demandait quel était sa fonction au sein de son Kaerl puisque, s’il ne se trompait pas, « Maître » était plus un rang qu’un métier à part entière, mais il préféra s’intéresser au dragon qui restait à l’écart de la conversation et dont les mains, cachées dans son poncho, restaient vides de toute boisson. Néanmoins il ne s’offusqua pas du refus du bronze. Son excuse était tout à fait valable et il n’avait aucune intention de forcer qui que ce soit à participer à la discussion. Discussion qui revint à la Fête des Fous et à Lòmëanor. Et l’hypothèse du Maître Akachi provoqua un léger rire chez Arjuna.

« Ce n’est pas parce que je découvre que je suis forcément Aspirant, répliqua le forgeron – après tout, il aurait suivi Dak n’importe où, Don ou pas – mais vous avez raison. Quant à bien travailler… Ce serait idiot de reprendre un apprentissage pour ne pas le suivre correctement, non ? »

Même s’il se sentait un peu idiot de ne pas avoir signalé son empathie à Maître Thelrand plus tôt. Par exemple, avant qu’il ne la découvre par lui-même. Mais bon. Il ne devait pas être si mauvais que ça, puisque le maître brun l’avait jugé apte à se présenter sur les Sables à la prochaine Éclosion. Qui ne devrait plus trop tarder.

Il hocha la tête aux explications de son interlocuteur, tout en reprenant une gorgée de son vin chaud, et tâcha de comparer les cités qu’ils connaissaient – à savoir Itzahuacán et Arsuh – et Lòmëanor. Effectivement, cette dernière semblait à part. Mais la question sur ses origines le ramena au temps présent et l’incita à formuler clairement ces différences.

« De Qahra. Une cité portuaire. J’y ai croisé des marchands de tout Rhaëg mais ils ne se mêlaient pas aux autres. »

La faute aux Conseillers et à leurs traditions idiotes et dépassées.

« Et vous ? Vous avez beaucoup voyagé pour pouvoir comparer ? »

D’après Peddyr, une fois qu’il serait Lié et que son dragon serait assez grand pour voyager, il serait libre de visiter la Rhaëg. On l’y inciterait même. Les coutumes étaient-elles identiques dans les autres Kaerls ?


Diling. Diling.

Les grelots accrochés à la coiffe de Selcot tintinnabulaient à chaque mouvement, avec d’autant plus d’enthousiasme que le guérisseur exagérait chaque acquiescement, chaque dénégation, chaque hochement de tête, pour le plaisir d’entendre la petite musique qu’ils provoquaient.

Diling. Diling.

Ses mains n’étaient pas en reste – comme s’il avait besoin d’encouragement pour les agiter – histoire de souligner chacun de ses mots… et d’ajouter une ligne de polyphonie au concerto des grelots. Les clochettes de ses manches n’avaient pas tout à fait la même tonalité que celle de sa coiffe, de sa ceinture ou de ses genoux. Que de variétés !

Diling. Diling.

Mais le fou feu et or ne paraissait pas très sensible au chant des grelots. En réalité, il ressemblait beaucoup à certains Célestes prudes et coincés qu’on pouvait parfois croiser au Màr Menel. Il avait le même air blasé et la même voix traînante que les représentants des grandes Maisons du Kaerl, comme si le reste du Rhaëg n’étaient que des insectes insignifiants à ses yeux. Pourtant, Selcot n’était pas capable de l’identifier… Sans doute venait-il d’ailleurs.  Les Màrs Luimë et Tàralöm possédaient certainement le même genre d’individus… En fait, c’était même sûr pour le Kaerl Englouti, il se souvenait très bien de quelques érudits particulièrement hautains. Mais il en fallait beaucoup plus pour décourager le chevalier vert ! Inconscient d’avoir été en bonne partie percé à jour par son interlocuteur, l’elfe lui répondit avec un enthousiasme inaltérable et indifférent aux piques narquoises.

« Mon élocution ne risque rien, ce pauvre verre n’a aucune chance de m’enivrer à lui seul ! rétorqua-t-il joyeusement comme s’il n’avait pas noté le sarcasme de l’autre fou masqué. Mais c’est très aimable à toi de t’en préoccuper ! »

Il jeta un regard désolé sur la chope dédaignée. Pauvre petite ! Malgré les festivités, elle n’était pas appréciée à sa juste valeur ! Condamnée à rester pleine pendant toute la soirée au lieu de remplir son rôle premier. Elle était faite pour désaltérer les gosiers assoiffés et apporter un peu de douceur et de joie dans ce monde cruel et non pour se promener à travers la foule comme un simple accessoire de costume. Son propriétaire n’avait-il pas de cœur pour lui imposer une telle peine ?

*De pire en pire, soupira Beith dans son esprit. Comment fais-tu pour inventer tant de bêtises sans même avoir bu une goutte ?*
*C’est pour toi, ma Bêtise. Tu t’ennuierais sinon.*

Et puis c’était le Jour de Kaziel, la Fête des Fous, la Nuit du Chaos. Si ce n’était pas le temps de dire (et penser) des idioties, quand alors ? Tout comme pour l’ivresse, c’était le moment ou jamais de se laisser aller… Bien que Selcot n’ait pas besoin d’occasion particulière pour ça.

« J’ai bien envie de te dire que ce n’est pas un soir à garder les idées claires, reprit donc l’elfe, avec toujours autant d’entrain, mais je respecte ton choix. Et ça ne t’empêche pas de boire quand même, tu sais ! Il y a de magnifiques cocktails sans alcool, presqu’aussi colorés que celui-ci, ajouta-t-il en levant un peu son verre – et en agitant un peu sa manche – Diling. Diling. Tu devrais essayer. Sinon tu vas avoir la gorge toute sèche à force et tu ne pourras plus faire profiter le monde de tes avis éclairés. »

Et sarcastiques et dédaigneux. Ce serait dommage quand même, hein ?

Pendant ce temps, Beith, mi-amusée mi-blasée par son incorrigible Lié, se désintéressait de la conversation pour observer les alentours. L’interlocuteur de Selcot ne semblait pas armé si on excluait sa langue acérée et ne représentait donc pas une menace. Mais ça ne voulait pas dire que les autres badauds n’étaient pas dangereux. Gare à celui qui s’approcherait avec de mauvaises intentions !


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Sam 31 Juil 2021 - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeLun 14 Juin 2021 - 18:57

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Altahir[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Norlot12[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth


Norloth avait veillé à rester à une assez bonne distance, autant que pour agir très rapidement en cas de dérapage par un tiers ou par la jeune montagnarde que pour écouter tout ce qui se disait. Jorgga qui avait été réticente à venir aux Festivités commençait à se lâcher. Au moins, elle se lâchait un peu. C’était bien, car elle pourra se sentir un peu mieux intégrée dans le monde des dragons et de leurs liés, nageant et s’égayant un peu avec d’autres habitants des deux autres Kaerls. Malgré le seul bémol, qu’était la présence des Ardents, cette soirée était destinée à l’éclatement général. Le Brun, toujours déguisé en Homme-Crocodile se demandait qui serait le plus malade du Maître ou de l’Aspirante. Il en gloussait déjà. Les deux à la fois, ce serait drôle. Mais avant, il voulait savoir si la jeune femme allait réellement affronter au bras de fer la Verte. Et s’il veillait à provoquer un peu les hostilité ? Gentiment bien sûr. Altahir serait capable de se ramener en chevalier servant pour empêcher ce genre de joute… Hum quoique… Il était trop accaparé. Le Brun lâcha cette fois un petit rire. Au moins, il ne fera pas jaser en venant ‘’sauver’’ Jorgga.

Bon, s’il passait à l’action ? Ajustant sa drôle de coiffe crocodilienne, histoire de dissimiler la moitié supérieur de son visage d’humain, il s’approcha donc, juste après que Nymeria ait proposé d’aller danser après la petite épreuve de force. Il porta un bras nu autour des épaules de l’Aspirante.

’’Oh oh, Cousine Sauvage, vous allez affrontez cette donzelle dans une joute de force ? Je veux bien faire cela, tout en pariant sur vous ! ‘’

Norloth s’amusa à secouer sa fausse tête de gros reptile marécageux.

’’Et quelle dragonne ou dragon a déjà affronté une forte et hardie montagnarde ? Méfie toi, guerrière sauvage ! Elle pourrait te surprendre ‘’

Il ricana joyeusement.

’’Allez, on prend les paris ! Je mise quelques pièces sur la Fille-Ourse !  Après, ce sera la danse !!!’’

Norloth qui pariait… On aurait tout vu. Bon ! il ne le faisait jamais d’ordinaire. Mais la Fête des Fous était là pour faire des écarts non ? Et puis, il suffirait de faire comme son lié, qui avait un peu l’habitude de faire ce genre de chose… ohoh, fallait espérer que Jorgga ne perde pas. Bah, au pire, c'est Altahir qui paiera !



Entretemps, parmi les costumés et les déguisés en tout genre, allant de la simplicité à l'extravagance,  une femme élancée à la longue natte dorée fendait la foule, s'invitant de temps à autre à danser ici et là. Son masque émeraude était composé d'un savant tressage de fibres végétales vertes, ne laissant que l'ouverture nécessaire pour les yeux. Des yeux étincelants de malice ; elle savait ce qu'elle voulait faire. Sa robe, qui s'arrêtait juste au dessus des genoux pour laisser une belle visibilité sur le bas de ses jambes galbées, était étrange. Elle paraissait faite entièrement de fines bandes, comme taillées à même de longues feuilles. Les épaules étaient d'un vert pâle pastel, ce qui entourait le haut de la poitrine ; non sans laisser un généreux décolleté ouvert, était de couleur laiteux...et plus on descendait, plus l'émeraude s'imposait. De fins filaments blancs étaient enroulés dans les cheveux et la longue terre... Une femme tout à fait végétal en somme. Et ce n'était pas fini. Deux longues tresses, végétales elles aussi, s'enroulaient autour de ses bras nues... Elle dansait, sautillait, cherchant une proie à qui offrir ses deux nattes. Et elle sourit. Elle venait de trouver, non pas une cible, mais deux.

Alors, un bouffon tout feu tout or et un autre, qui était plus sonore avec ses grelots et qui pourrait se vanter de s'être baigné dans un arc en ciel. Elle bouffa de rire. C'était parfait pour faire don de ses cadeaux. Elle arriva à point nommé.

''Et quel plaisir de tomber sur deux individus débordant de folie enjouée ! ''

Elle se permit de caracoler un peu autour d'eux, riant avec un timbre cristallin. En même temps, elle déroula sa première natte verte, pour la passer délicatement autour du cou du premier bouffon, avant de recommencer son petit numéro... La seconde natte fut offerte à l'autre engrelotté, qui eut droit à être un peu plus ficelé que son comparse de soirée.

''Acceptez ces modestes gages, pour plaire à Kaziel. Avec ces deux fines écharpes en poireau véritable, vous ne pourrez que réussir à le berner. ''

Elle adressa à chacun des deux hommes un clin d'oeil aguicheur comme elle savait bien les faire avant de s'en retourner en dansant et tournoyant vers la foule de danseurs.



Le Pseudo Voyageur à tête de renard argenté émit un léger rire. Oui, effectivement, la soirée débutait à peine, mais il tenait, comme d’autres convives, à en profiter, et pleinement. Tant pis pour la gueule de bois. Ce sera l'occasion de faire farniente toute la journée et de donner un jour de liberté ; si elle même n'était pas trop éméchée au lendemain des festivités.

"Ce sera à considérer comme une prolongation des hommages à rendre à Kaziel de ce fait. Je ne m'inquiète pas de l'état dans lequel je serai demain matin. Je verrai bien. Si je me pose déjà la question, je ne vais plus pouvoir boire et fêter cette soirée dignement ! Avouez que ce serait dommage, n'est ce pas ? "

Il but à sa chope. Ahhh, ca faisait du bien là où ca passait. Doucement, cela lui montait à la tête. Il avait beau tenir l'alcool, les effets faisaient toujours le même début d'effets chez lui.

''Ah ? D'accord. ''

Sa compagne de beuverie ne dansait donc pas ? Etonnant ? Peut être qu'elle ne savait pas danser et qu'elle ne voulait pas apparaître ridicule... Ou alors était-ce quelque chose d'autres ? Son esprit essayait mille et une réponse, mais entre le début douceâtre de l'alcool qui s'écoulait dans ses veines et le silence qui ne dura guère de temps, la jeune féline déguisée posa une question qui manqua d'arracher un très large sourire au Renard Argenté. Exceptionnellement, ce genre d'interrogation ne se posait guère. Elle parut par ailleurs ennuyée de sa question récemment posée.

''Peut être, ou peut être pas. La réponse vous demeurera inconnue, ma très chère Dame. Après tout, vous êtes ce soir une féline entourée d'une aura de mystère, à l'apparence redoutable avec une once de fragilité qui vous offre un charme indéniable. De ce que vous avez à savoir de moi est je suis le temps de cette nuitée festive, qu'un Humble Voyageur des plaines et des mots enneigés, qui se plait à boire pour réchauffer son gosier.''

Il sourit à travers sa barbe grisée et but une nouvelle gorgée. A lui aussi, cette femme lui rappelait quelque chose, quelqu'un même... Mais devait-il se torturer les méninges ? Il l'apprendrait bien à un moment ; mais pas ce soir

''Ne vous morfondez pas pour votre curiosité ma dame. Après tout, tout est possible non ? Tout comme pour la folie. ''

Il finit le reste de son breuvage et secoua, l'air peiné, sa chope vide. Hum... et s'il en buvait une nouvelle ? Mais il fallait justifier cela par une bonne raison. Et il tenait à jouer le filou jusqu'au bout.

''Par Kaziel, j'ai fini ma boisson... Notre souverain divin ne va pas être content si nous nous éclations pas comme des dingues. Et il faut une occasion de se rincer le gosier. Allez Dame Féline, buvez d'une traite ce qu'il vous reste....''

Cela fait, ou pas, il attendit un bref instant et attrape le poignet de la donzelle, l'invitant comme l'incitant à le suivre.

''Ah vous ne dansez pas... mais on peut courir tout autour des danseurs, qu'en dites vous ? ''

Et il l'obligea à la suivre, en douceur bien entendu, guettant la moindre réaction négative de la part de la dame déguisée en chat

''Ou alors je vous kidnappe, vous mettant en travers de mes épaules et je danserai pour vous !  ''

Et pourquoi attendre sa réponse ? Il lâcha un rire de fou joyeux et s'activa à attraper la jeune femme de telle manière à ce qu'elle se retrouve non pas sur ses épaules, mais dans ses bras et il commença à tournoyer une ou deux fois sur lui-même. Bon certes, ce n'était pas danser, mais c'était pour participer à l'ambiance générale !

''Je puis vous porter où vous le souhaitez Dame des Chats. Le petit canidé polaire que je suis pourrait même vous mener à Kaziel en personne si vous l'ordonnez. ''

Et il se mit encore à rire comme un sale gosse, tournoyant encore deux fois sur lui-même.


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Peddyrsignfin-46ce4af[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Albiréo Varpelis
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Albiréo Varpelis


Date d'inscription : 15/08/2020
Présentation : URL
Messages : 33
RPs : 20
Race : Neishaane
Maître : Rūna Sălv
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeMar 15 Juin 2021 - 16:17

[HRP : Rūna s'exprime bien sûr en rouge et Albiréo en rose. Si quelqu'un - ou quelques-uns soyons fous ! - a/ont envie d'interagir avec Albi n'hésitez pas, ce sera avec grand grand plaisir !
Rūna n'hésite pas à me le dire si tu souhaites modifier quoi que ce soit !]

Arriver à une fête en l'honneur du Chaos à l'heure ? En y réfléchissant bien, ne serait-ce pas mal honorer Kaziel ! Non, non, à tout bien réfléchir, c'était une merveilleuse occasion de se faire désirer. Et il allait de soi que Rūna Sălv, Chevalière Incarnate issue d'une très haute naissance, sang pur de son état, maîtresse en titre du Seigneur Iskuvar, ne manquait pas une si belle occasion de se faire désirer. D'autant que sa présence, aussi espérée soit-elle, n'était probablement pas attendue. Rūna n'aimait pas se mêler à la lie et il allait de soi que le peuple même de Lòmëanor lui inspirait un certain dégoût. Ces renégats du Don, tout juste bons à remplir les greniers des Kaerls n'avaient pas d'autre utilité que celle de naître, vivre et mourir en paysans. Leur offrir la grâce de sa présence était pour tout dire, parfaitement inouï. Non, ce qui aiguillait la fille du feu vers Lòmëanor était tout autre. Quand bien même on l'aurait accueillie dans les honneurs, elle n'aurait eu pour ces crapauds qu'un mépris plus prononcé encore, indignes qu'ils étaient à poser les yeux sur elle. Sur elle et sur son tout nouveau joyau. L'Aspiranat, l'avait propulsée d'office au rang insigne de Maîtresse Incarnate, réhaussant d'autant – si tant est que cela fut possible ! - l'orgueil de cette magnifique créature, qui portait sa fierté comme le plus éblouissant des diadèmes. Cela l'aurait rendue laide si elle n'avait pas été si belle, mais tous étaient bien forcés d'admettre qu'elle portait l'orgueil à merveille. Rūna était tout simplement éblouissante, embrasée qu'elle était par ce statut. Aucun soleil n'était depuis ce jour en mesure de rivaliser avec son éclat, et elle ne manquait pas d'ailleurs de le faire savoir en se montrant à chaque heure plus savoureusement et vénéneusement impériale.
*
La Fête des Fous était donc apparue comme l'occasion idéale d'opérer un coup double, peut-être même triple ! Il ne s'agissait pas d'impressionner le petite peuple fangeux de Lòmëanor, mais bien d'imprimer les mémoires des trois Kaerls et ce, d'une seule frappe ! Si, sans aucun doute, son nom avait été murmuré dans les couloirs des mornes ambassades du Màr Luimë et du Màr Menel – inutile de dire qu'il brûlait les langues du Màr Taralom depuis longtemps déjà- sans doute avait-il ricoché jusqu'aux oreilles des hautes sphères mais cela ne s'arrêterait pas en si bon chemin...Rūna escomptait bien que, suite à cet événement réunissant non seulement l'ensemble des Kaerls mais aussi toutes les strates sociales confondues, absolument toutes les oreilles résonneraient de son nom, de celui de sa somptueuse Incarnate, et de la présence de sa précieuse et mystérieuse protégée... Celle-la même qui l'avait hissée au rang convoité de Maîtresse. Le message serait clair et net : son ascension pour être fulgurante promettait d'être mémorable, et toutes celles et ceux qui avaient été assez imbéciles pour en détourner le regard allaient amèrement le regretter.
*
D'autre part, il était grand temps de rendre le Màr Taralöm à sa juste réputation ; il était et serait toujours le siège d'un cœur battant avec férocité : le Kaerl Ardent. L'occasion était trop belle pour que cette éminente princesse et fine stratège ne la laisse passer. Enfin, pour ne pas être particulièrement pieuse, la princesse du Ssyl'Shar éprouvait une sympathie certaine pour Kaziel l'imprévisible. Loin d'elle l'idée de se cacher aux yeux des hommes...ni des dieux ! Si ce ramassis de pleutres cherchaient à détourner l'attention du Chaos par leurs vaines pitreries, Rūna estimait elle, qu'elle méritait tout à fait d'être remarquée de lui. Et, pour ce faire, rien ne valait mieux que d'ébranler sérieusement cet insipide bal masqué.
*
Elle avait orchestré depuis les premières lueurs du jour un curieux ballet au sein du Weyr, transformant une succursale quelconque en immense atelier où des dizaines de domestiques charriaient une quantité scandaleuse de tissus, tous plus riches les uns que les autres. Le maître tailleur avait été sollicité dès l'aube – certainement pas pour donner son avis ! - afin de donner corps aux moindres désirs de la fëalocë. Rūna, scrupuleuse, inspectait chaque tissu, dénichait la moindre imperfection, rechignait face à l'inexactitude d'un coloris, l'impureté d'une texture, la négligence d'un fil, bref, rien n'échappait à son expertise. Et quand elle eut enfin épuisé les possibilités et effectué son choix, offrant une illusion de répit, ce fut au tour des joailleries, puis des poudres, et pour finir des parfums, n'offrant absolument aucun souffle aux servants et servantes qui circulèrent dans tout le Kaerl et bourdonnèrent à l'entrée du Weyr du matin au soir, pour ceux qui ne fondirent pas en larmes avant et furent renvoyés illico – ou dévorés par Sărzeghnet (mais ceci n'est sans doute qu'un bruit de couloir...).
*
Et, contrairement à ce à quoi on aurait pu s'attendre suite à un tel chambardement, le résultat ne fut pas extravagant, loin s'en faut. Rūna, quoi qu'on en dise, était dotée d'un extrême bon goût. Elle avait mit tout son talent au service de choix exquis qui prenaient en compte l'occasion, leurs morphologies à chacune et le comble de tout, deux tenues à la fois dissemblables et parfaitement assorties. Le tailleur lui-même dut reconnaître qu'il n'aurait pas mieux fait et courut presque lorsqu'il fut remercié, rasant le mur qui longeait l'immense Incarnate.
*
Albiréo, abasourdie, accueillit le calme avec soulagement tandis que Rūna tournait autour d'elle, le pas lent, les mains jointes et l'œil scrutateur. Elle ne respira cependant que lorsqu'un sourire rayonnant éclaira le visage de sa Maîtresse, visiblement conquise par sa propre création.
*
« Parfait ! C'est absolument parfait ! »
*
Et de l'inviter prestement à se regarder devant le grand miroir ovale qui leur faisait face. Toutes deux portaient un ensemble d'apparence fluide et fort simple, n'étaient la qualité des tissus et leur grande élégance qui les distinguaient très visiblement. Albiréo portait une tunique de satin au bleu très précisément myosotis (Rūna avait investigué chaque recoin du Kaerl pour trouver la teinte de ses yeux !), à manches ¾ bouffantes et fendues sur les épaules. Rūna quant à elle portait une tunique en tous points semblables, dont le noir particulièrement intense réhaussait la blancheur de sa peau ainsi que le carmin de ses lèvres et de sa chevelure. La Maîtresse portait une toge aux riches reflets de bronze, l'aspirante une toge pourpre, toutes deux réhaussées de pampilles d'or. Sur le front de chacune brillait une tiare, étoilée pour la neishaane, d'abeille pour la fëalocë, dont la symbolique régalienne n'échapperait à personne. Leurs cheveux relevés en un élégant chignon au relâché parfaitement maîtrisé, ainsi que la ligne droite de leur tunique s'échouant sur leurs épaules favorisaient agréablement la courbe délicate de leurs gorges. Le khôl et l'ombre à paupière rendait Runa plus irréelle encore, tandis qu'une poudre délicate soulignait le teint de fleur d'Albiréo. La beauté de chacune était ainsi savamment soulignée, sans emphase, avec juste ce qu'il fallait de réhauts pour parachever avec noblesse ce que la nature avait déjà placé en elles. Albiréo n'aurait jamais soupçonné qu'une telle simplicité nécessitât tant de moyens !
*
« C'est époustouflant Rūna ! 
- N'est-ce pas ? S'exclama-t-elle, rayonnante.
- Sommes-nous prêtes ?
- Nous sommes prêtes ! »
*
Au dehors, les étoiles s'allumaient déjà tranquillement dans un ciel bleu de nuit ce qui conforta la belle purpurine dans sa satisfaction. Sărzeghnet se déroula tel un chat à l'instinct chatouillé par l'appel de la sorgue. Elle ne semblait pas plus émue par cette longue journée aux considérations vestimentaires que si elle s'était assoupie cinq minutes. Albiréo songea, entre admiration et étonnement, que les dragons considéraient certainement le temps de manière très relative.
*
Bien sûr, ce fut Rūna qui grimpa la première sur l'épaule de Sărzeghnet, invitant la neishaane à prendre place devant elle. Albiréo avait attendu ce moment avec la plus vive impatience, peut-être plus encore que la Fête des Fous et la découverte de la cité de Lòmëanor. Le Màr Taralöm rescellait suffisamment de secrets et de merveilles pour endiguer ses velléités de conquêtes du ciel, néanmoins Albiréo passait chaque jour un long moment à contempler ces splendides créatures arpenter l'azur avec un indéfinissable sentiment de nostalgie. Elle rongeait son frein en observant scrupuleusement chaque dragon qu'elle croisait et, si le temps le lui permettait, elle criblait son carnet de notes et de croquis d'observations naturalistes. Ils étaient tous absolument uniques et si elle avait pu dégager quelques grandes caractéristiques relatives à leurs robes d'écailles, il n'y en avait pas deux qui fussent parfaitement semblables. Il était plus difficile d'admirer une Incarnate néanmoins Albiréo avait la quasi-certitude que Sărzeghnet était non seulement colossale à côté de ses congénères, mais notablement plus massive que ses sœurs aux écailles rubis. Elle ne l'en admirait que davantage, allant même jusqu'à ressentir une émotion tout à fait indéfinissable pour la plus draconique de toute cette formidable espèce. Pour toutes ces raisons, elle se sentait incomparablement chanceuse d'avoir l'honneur de voler avec elle. Albiréo avait également pu observer que personne en dehors de Rūna, pas même le Seigneur Iskuvar, ne pouvait approcher la Reine Incarnate. Elle-même n'osait pas, encore, se risquer à toucher la magnifique créature en dehors des moments où cela s'avérait nécessaire mais, contrairement au reste du Kaerl, ce n'était pas tant par crainte que par respect pour son caractère sauvage. Et, pour dire vrai, elle ne l'en aimait que davantage.
*
Albiréo posa donc une main chargée de toutes ces émotions sur les écailles au sombre rubis tandis que Rūna l'aidait à se hisser de l'autre. La Maîtresse Incarnate passa ses bras autour de son aspirante, attrapant les pointes de leur majestueuse monture et invitant Albiréo à faire de même.
*
« Nous allons voler en direction du Sud, histoire de nous délasser un peu. Voler en pleine nuit est une expérience dont tu te souviendras ! Ensuite nous passerons l'Interstice afin de rejoindre Lòmëanor en temps voulu. Prête ?
- Prête ! »
*
Enfin, « prête » c'était vite dit ! Non seulement la neishaane n'en était qu'au second vol à son actif mais elle n'avait pas pris en compte un détail d'importance : le balcon sur lequel elles se situaient surplombait la face extérieure du volcan , se perdant en une vertigineuse falaise...Elle levait donc naïvement le nez vers le ciel toute prête à embrasser les étoiles, quand la massive créature après avoir tranquillement hissé ses antérieures sur la balustrade plongea comme une pierre, la projetant en arrière, toutes voiles dans la figure, hurlant à gorge déployée. Sărzeghnet étendit lentement les ailes, parfaitement parallèle à la surface rocheuse. Le vent s'engouffra dans le cuir rouge sang et l'Incarnate en relevant la tête obliqua tout naturellement pour planer face à l'horizon, grondant avec satisfaction – et peut-être même un « sourire » amusé - en goûtant à la nuit parsemée d'étoiles. Rūna quant à elle, retenait mal son hilarité alors qu'elle découvrait le visage pétrifié de son aspirante.
*
« Je pense que tout le Weyr a profité de tes vocalises petite neishaane ! » gloussa-t-elle en s'essuyant le coin des yeux. « Est-ce que tout va bien ? »
*
Il va sans dire qu'Albiréo avait eu la trouille de sa vie et qu'elle n'était pas habituée à être prise au dépourvu. Elle qui mettait un point d'honneur à ne pas déborder, conformément à toute prêtresse d'Iolya, et surtout dans sa qualité de Seconde ! Se déshonorer de la sorte, surtout en présence de Rūna la décontenançait totalement.
*
« Oui...je n'avais pas réalisé que...c'était si.. !! » Elle toussa dans son poing tâchant de dissimuler le feu qui lui montait aux joues.« Finalement je...n'étais pas prête. »
*
L'adorable bouderie de son aspirante ne fit qu'augmenter la tendresse de Rūna et son irrépressible envie de rire, aussi rit-elle de bon cœur en glissant sa joue par dessus l'épaule raidie d'Albiréo.
*
« Tu as été prise par surprise, c'est parfaitement normal ! Tu t'y habitueras à mesure que nous volerons ensemble. Détends-toi et regarde ! »
*
Joignant le geste à la parole, Rūna déploya son bras vers la voûte céleste qui s'étendait à perte de vue, toute endiamentée d'étoiles. Sărzeghnet tournoyait lentement autour du volcan et profita d'un courant ascendant pour immédiatement s'élever au dessus de la cité ardente. Les weyrs illuminés révélaient en ombres chinoises leur véritable dentelle de pierre aux courbes arabesques, s'enroulant autour de la montagne tel un élégant serre-cou victorien à l'exquise dentelle noire. Le volcan, à la faveur de la nuit, se révélait tel un papillon monarque aux courbes légères, tout de respirantes lumières orangées. Plus haut encore, et à la faveur de leur vol circulaire, le cœur du Kaerl semblait un immense luminaire spiralant, rutilant d'orbes aux couleurs chaudes et cristallines. La nuit révélait l'incroyable transparence de cette cité qui de jour, pour n'être pas moins splendide, semblait s'élever telle une armure taillée toute de roche et de métal. D'armure le jour, papillonneuse la nuit, la cité se déployait telle une ténébreuse Shéhérazaad : un magnifique et farouche piège d'amour.
*
Albiréo oublia instantanément ses soucis d'étiquette, émerveillée de découvrir la cité qui était sienne sous un prisme nouveau. Elle pointait du doigt les weyrs qu'elle pensait reconnaître, de-ci le temple, de-là l'observatoire, vérifiant ses connaissances auprès de Rūna avec un enthousiasme pétillant. Babillant ensemble autour du trésor qui se révélait sous leurs yeux en joyaux nimbés d'ombres bleutés et rouges, elles quittèrent la vision de leur Màr avec la hâte de le retrouver chevillée au cœur. Sărzeghnet poussa un cri guttural qui résonna jusqu'à faire trembler les lumières du Kaerl. Et l'espace d'instant, elles semblèrent redoubler d'éclat en réponse à la Reine Incarnate. Mais déjà celle-ci changeait de cap, quittant la merveilleuse cité pour bifurquer vers le Sud et s'enfoncer dans l'opacité de la nuit. Profitant un bon moment de la fraîcheur qui survole l'épaisse sylve de Norui, l'Incarnate prépara sa Liée et son aspirante à basculer dans l'Interstice, les avertissant d'un grognement sourd.
*
« Nous allons franchir l'Interstice ?
- Oui, surtout cramponne-toi bien et couche-toi aussi près de Sărzeghnet que tu le peux. »
*
Rūna déploya sa toge autour de sa tête et la noua autour d'elle de manière à les recouvrir toutes deux.
*
« Allons-y. »
*
*
***
*
*
Une déflagration semblable à une déchirure d'air produisit un flash lumineux d'une demie seconde. Une ombre titanesque engloutit en un instant toutes les étoiles. Un grondement sourd et ô combien plus inquiétant que le roulement du tonnerre résonna dans les ruelles de Lòmëanor, transformant l'euphorie en éclats de stupeur. La titanesque Incarnate planait si bas qu'il s'en fallut de peut qu'elle ne renverse une ou deux cheminées, offrant l'éclat de ses rutilantes écailles aux torches flambantes. Mais Sărzeghnet louvoyait au dessus des toits avec une miraculeuse aisance en dépit de sa formidable taille. Deux coups d'ailes qui produisirent d'inattendus mistrals tourbillonnants la redressèrent légèrement tandis qu'elle posait ses postérieures sur le toits craquant d'une taverne et déposait ses imposantes pattes avant sur les ardoises d'une tourelle ronde dressée de l'autre côté de la rue. Ceux qui étaient encore à l'intérieur se ruèrent au dehors, découvrant le spectacle du gigantesque animal qui marchait sur leurs toits aux charpentes incertaines avec sidération. Ses ailes immenses aux sanglant éclat recouvraient totalement la vision des passants qui la cernaient, donnant au ciel des aspects d'enfers membraneux. Il était probable que la plupart des bipèdes n'avaient jamais vu d'Incarnate de leurs yeux. Il était certain qu'aucun n'en avait jamais rencontré de cette taille.
*
S'en souciant comme d'une guigne, Sărzeghnet cherchait à pas lents un équilibre relativement confortable entre deux toitures. Elle se déplaçait au dessus des passants avec une aisance féline tandis qu'ils regardaient médusés son corps interminable glisser dans le couloir du ciel. Elle trouva son bonheur entre deux rues d'une « placette » - à ses yeux la cité commerçante était d'une promiscuité ridicule. Toujours perchée sur les toits, faute de mieux, elle pencha son énorme tête triangulaire vers une fontaine à l'effigie des trois Kaerls, ignorant somptueusement les passants qui fuyaient en couinant. Aucun ne trouva mieux à faire que de se coller contre les murs alors que la puissante créature plongeait sa gueule meurtrière dans l'eau claire et la relevait, dégoulinante, pour se désaltérer, aspergeant quelques riverains au passage.
*
Albiréo, légèrement chahutée, redressait sa tiare et semblait aussi étonnée de la panique générale que la foule l'était de sa présence. Rūna, quant à elle, un sourire outrancier aux lèvres semblait extrêmement satisfaite de son effet. Elle claqua dans ses mains offrant un sourire radieux à l'assemblée et murmura un « Que la fête commence ! » débordant d'excitation.


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 173
RPs : 82
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeLun 28 Juin 2021 - 23:34

* Zakerielku 919, environ un mois avant la fête

La fëalocë s'efforçait de ne pas attiser la méfiance de sa Liée, lovée tout près à la faveur de leur weyr. Malgré toute son illustre inexpressivité à l'épreuve du pire, la Reine à la glaciale humeur dissimulait bien mal la vigilance de son esprit à la critique si mordante. Entre deux soupirs quasi-fulminants bien lourds de sens - une réserve plutôt rare pour cette créature à la franchise douloureuse -, sa langue fourchue persiffla comme pour mieux goûter le poids de la tension grandissante entre les deux âmes-soeurs. Ce simulacre de silence dura peut-être deux ou trois minutes, jusqu'à ce qu'il en fut trop pour la fëalocë supporter.

« Cesse. Dis clairement ce que tu en penses. »

Jouant peut-être volontiers avec les nerfs de sa bipède, l'Incarnate prit tout le temps de se redresser, telle une lionne jaugeant de loin les proies en train de paître en toute quiétude. Passant d'une attitude nonchalante à demi couchée sur le flanc pour se tenir droite telle un sphinx, exacerbant le sérieux de sa pensée, elle se décida enfin à parler.  

** N'est-il pas imprudent d'exposer ce si rare diamant de l'Univers au vu et au su des plus cupides et avares pillards qui dépèceraient la veuve et l'enfant afin de s'en emparer  ? **

Rūna ne put que soupirer en levant les bras au ciel. « Elle doit voir le Monde et être vue de lui pour s'en approprier les roueries et les secrets ! Cette enfant doit vivre, prendre goût à cette lie nouvelle... Pour en devenir ivre et aspirer à la posséder avec ardeur. »

Bien qu'entendant et comprenant l'avis de sa soeur, Sărzeghnet maugréa. Si cela ne tenait réellement qu'à elle, leur aspirante demeurerait cloîtrée dans la plus profonde geôle de la Terre jusqu'à l'ultime instant où sa Liée naîtrait. A ses yeux, sa frêle étoile  qui renfermait un brûlant soleil requérait bien mieux que les regards  immérites de la fange de Lòmëanor. Il en était évidemment de même selon la fëalocë, mais cette dernière avait goût à faire daguer les chiens affamés en se pavanant avec la plus juteuse des pâtures.
Acceptant sans reproche la réflexion de sa dragonne, Rūna s'en retourna examiner avec minutie les différents échantillons de tissus que lui laissèrent les couturières afin de confectionner les tenues de la Maîtresse et son Aspirante pour le Bal à venir. Tandis que la pulpe experte de ses doigts effleurait le grammage et la qualité des soieries richement ouvragés, son esprit restait prisonnier des griffes de sa Liée. Il en était toujours ainsi avec Sărzeghnet : elle ne supportait pas les conversations inachevées entre elle et sa bipède.
Alors, lâchant les étoffes tenues entre ses mains, la fëalocë poursuivit, un tantinet agacée mais tout en faisant montrance de compréhension.

« Nahlehzaneen*, honorons notre Père Kaziel en lui dévoilant le visage de l'une de ses filles cachées lors de la seule nuit de l'année où il peut pleinement admirer le monde des mortels. N'es-tu pas fière d'avoir pris sous ton aile le dernier espoir d'une dynastie tapie dans le reste de son propre squelette, une dynastie qui attend notre seul aval pour renaître ? Ne t'es-tu pas enorgueillie de porter sur ton front ce joyau que les divins languissent de posséder ? » (*Ma bienaimée)
** La flatterie ne connaît aucune escale dans mon coeur, ma Soeur. Cette gemme devrait être mise au coffre en attendant de sertir l'épée qui la rendra intouchable. **
« Tes griffes et mes bras sont le plus sûr des écrins. »

L'Incarnate maugréa, articulant sa rogne par un grondement rauque, étouffé dans sa gorge. L'expression de son désaccord fut accentué d'un retroussement bref de la babine et le froncement des arêtes qui surplombaient ses yeux. Il sembla même à la fëalocë que les opales laiteuses de sa Liée se teintèrent d'un fugace litham de gris perle, nuage qui assombrissait les humeurs de la Reine. Ni l'une ni l'autre n'avait tort, mais l'évidence allait selon elle à sa propre opinion radicalement factuelle, à l'opposition de la mer de sentiments qui s'agitaient dans l'esprit de la Ssyl'Sharienne. Il lui était plus que difficile d'obtenir le dernier mot concernant leur aspirante tant Rūna portait cette dernière sur un piédestal. Mais la Reine le lui cédait bien volontiers, après le tumulte de l'année écoulée...
Albiréo comblait un vide que même la dragonne admettait être incapable de combler. Outrepassant la seule providence de la destinée, la neishaane fut amenée dans le sillage des deux furies écarlates par de plus obscures puissances que celles des Moires. Et peut-être y fut-elle aussi guidée par la main d'un esprit innocent, depuis le voile de l'Autre-Monde...

Cette conversation eut lieu bien des Lunes auparavant, en amont des préparatifs de la grande bacchanale organisée en nom du Père du Chaos. Depuis, la Maîtresse Incarnate avait dépensé des fortunes - épars grains de poussière lunaire dans l'immensité du cosmos - pour la confection de ce qui eut évidemment été les plus resplendissantes tenues de cette soirée.

***

Les semaines passant, malgré l'encore récente arrivée de la neishaane, le lien unissant la triade alla croissant avec une terrifiante facilité. Comme une évidence, Albiréo se voyait traitée avec les faveurs réservées aux princesses, et l'enthousiasme de la fëalocë se tissa à son profond attachement à cette soeur perdue qui ne lui ressemblait en rien. Peu à peu, celle qu'elle nommait affectueusement son petit perce-neige avait revêtu les atours d'une rose aux pétales d'un velours blanc immaculé. Enfin le long des tiges d'un vert nouveau naquirent les ondulations annonciatrices de la percée d'épines redoutables. Alors, tâchant de concilier la réserve de sa dragonne à son assurance, Rūna convint d'un marché où toutes deux s'entendirent : Albiréo allait fleurir en plein jour à l'appréciation de tous, sans demeurer prisonnière d'un refuge où rien ne saurait l'atteindre... Mais Sărzeghnet veilla à la séquestrer sous une épaisse cloche de verre, une vitrine infranchissable modelée par sa présence intrusive autour de la jeune fille. Après tout, entre la Reine et son aspirante régnaient des secrets encore inconnus de la fëalocë, des secrets que Kaziel pouvait bien mettre en lumière cette nuit mon y trouver son sinistre plaisir à chambouler l'ordre de toute chose.


Entre la réticence de l'Incarnate à se montrer aux regards de la fange de Lòmëanor et l'insolence de sa bipède à faire ses propres lois en terme de ponctualité et de protocole, la triade arriva bien tard aux festivités.

« Il faut savoir se faire attendre et désirer lorsque l'on a de la valeur. Le vin de piètre qualité sert à griser les ivrognes insatiables mais les grands crus se dégustent par palais de connaisseurs qui en méritent la saveur complexe et en apprécient les tanins. » Avait ainsi ordonné Rūna avec une ruisselante arrogance, tout en réajustant les pans et plis de la tenue de la neishaane.

Épinglant çà et là des breloques d'or dans la chevelure de nacre de son aspirante, comparant tantôt une broche sertie de saphir à une autre agrémentée de rubis pour accrocher une pièce d'étoffe à une autre, Rūna tourbillonnait autour de sa petite fleur tel un colibri. Ayant à coeur de ne pas dénaturer la discrétion de cette enfant lunaire, la Ssyl'Sharienne ne l'affubla en rien de la vulgarité d'une robe au tapage superficiel. Avec l'art d'une fleuriste composant un bouquet, la princesse du désert s'arrêta pour l'observer sous tous les angles et toutes les lueurs, ayant à coeur que tel ou tel détail put accrocher le halo des astres ou des lanternes du bourg. Remettant en place une mèche de cheveux piquée dans la tiare dont elle laissa le choix de la forme à sa pupille, gommant l'imperfection d'un trop-déposé de poudre de coquillage qui irisait son teint ocré, la fëalocë recula lentement pour mieux effeuiller du regard celle qui était devenue un splendide bouton de rose.

« Parfait ! C'est absolument parfait ! » S'exclama-t-elle avec expertise.

Albiréo ne le remarquerait peut-être pas, et à vrai dire la fëalocë s'efforçait de ne pas être des plus démonstratives en la matière, mais une ardente fierté crépitait le long de ses orbes d'or en ébullition lorsqu'elle posait le regard sur sa protégée. Oh il y eut bien, aux prémices de leurs interactions, une sorte de manie perverse pour la princesse-née à dominer et instruire sa candide naïade aux obscurs arts des mondanités... Mais cette affection malsaine fut bien vite balayée par un attachement sincère et inexplicable au coeur de pierre de la vipère Ssyl'Sharienne. Jour après jour, la fillette peureuse avait mué. La souris se fit couleuvre et chouette à la fois, le faon revêtait désormais le pelage d'un lynx, le frêle gardon se révélait murène... Au grand bonheur de la Maîtresse Incarnate qui l'eut senti à la seconde où ses iris prédatrices se posèrent sur elle.
Considérant encore un instant cette victoire, elle fut extirpée de sa pensée par les bougonneries de sa Liée, qui s'impatientait. Plus tôt elles partaient, plus tôt elles regagnaient leur Màr.
La fëalocë glissa plusieurs effets dans un sac assorti au reste de sa tenue puis escalada le garrot de la dragonne, suivie de près par Albiréo.
Puis Sărzeghnet pris son envol et... Rūna éclata de rire. Ah prête, elle l'était pour vadrouiller au Bal ! Mais pas pour le saut de l'ange que leur offrit la Reine, ni plus que le vol parfait qu'elle exécuta afin de gravir l'Interstice qui fendit les cieux devant elles trois. Le hurlement à la fois hilare et terrifié de l'aspirante résonna contre les flancs du volcan et des différents édifices du Kaerl Ardent, non sans faire prêter à sourire ceux qui perçurent la petite silhouette couronnée de nacre agrippée à la colossale démone peinte de sang qui ascensionnait les paliers de l'éther... Ou faire se ruer aux fenêtres les quelques badauds effrayés d'entendre pareil rugissement au beau milieu de la nuit.
Hilare à en avoir mal au ventre, Rūna accueillit avec grand bonheur ce brin de légèreté dans cette lourdeur de solennité. Une main affectueuse s'égara à tapoter l'avant-bras d'Albiréo qui enserrait sa taille tandis qu'elle retrouvait son sérieux. Enfin, elles franchirent les ténèbres de l'Interstice pour mieux apparaître au coeur de Lòmëanor.

L'ombre sanglante de l'Incarnate se mêla à l'encre du ciel, ne laissant fuser l'éclat rubescent de ses écailles qu'à la faveur d'un braséro ou un autre avec le sinistre d'un mauvais présage planant au dessus de la plèbe. Son dégoût à poser terre en ces contrées de bâtards sans Don n'en fut qu'exacerbé par le manque d'une place assez grande pour l'accueillir, comme si la cité toute entière eut conspiré à vouloir détourner la Reine d'approcher. Sărzeghnet fut contrainte d'emprunter la vision de sa bipède pour amorcer sa descente, aussi dût-elle tourner plusieurs fois pour faire son choix. Il était absolument inenvisageable pour elle d'aller se poser en dehors de la bourgade tels que le feraient des parias !
Sans guère hésiter plus longtemps, le fiel au bord des babines et l'orgueil gonflant ses immenses ailes, l'Incarnate se laissa choir en s'agrippant de toutes griffes aux tourelles et aux murs des premiers bâtiments qui bordaient la place centrale. Le torchis crissa et s'effrita sous ses serres ô combien acérées, tout autant que l'ardoise des toits. La membrane de ses ailes produisit un bruit de voilure de frégate en désenflant une fois l'air chassé de leur égide, faisant soulever violemment les guirlandes de lampions non sans rappeler les bourrasques annonciatrices de l'orage. N'ayant bien cure d'abîmer quoi que ce soit ni plus que des regards tantôt outrés tantôt médusés, la dragonne prit le temps de se caler pour permettre à ses soeurs de descendre sans encombre. S'abreuvant avec offense à la fontaine qui trônait sur la place, son feulement lugubre fit frémir les habitants plus aisément impressionnables comme ceux coutumiers à la vie après de dragons. L'effet de surprise avait été tonitruant, semblait-il, sans même que Sărzeghnet ne chercha pareille entrée.
Une fois ses cavalières déposées, une brume noirâtre parut émaner de sous son cuir, comme si la dragonne toute entière s'évaporait dans l'atmosphère, disparaissant peu à peu dans cet épais nuage anthracite. La fumée se dissipa tout aussitôt, laissant apparaître la Reine sous sa forme humanoïde.

Rūna, quant à elle, un sourire outrancier aux lèvres semblait extrêmement satisfaite de son effet. Une certaine excitation pulsait alors que tous les regards se braquèrent sur elles trois.
Epoussetant sa tenue puis remettant cette dernière en ordre, elle en fit de même pour sa protégée alors qu'elle rabattit un pan d'étoffe puis une petite mèche rebelle balayée par ce vol des plus mouvementés.

« Que voilà une arrivée digne du dieu honoré ce soir ! S'exclama-t-elle en farfouillant dans son sac pour en sortir un masque peint d'albâtre et rehaussé de poudre d'or. Sans prévenir, elle le posa sur le visage de son aspirante et se glissa dans son dos pour en nouer le ruban autour de la tête de la jeune fille. Jouons un peu avec Kaziel, ce soir, tout comme il se plait à asticoter les mortels. Le masque sert normalement à le repousser et effrayer ses sbires infernaux, mais j'aimerais plutôt qu'il salive d'envie à l'idée de nous l'ôter... Tu auras tout loisir de révéler ton charmant minois lorsque l'envie t'en prendra. »

Tout en laçant le galon qui vint épouser l'arrière du crâne d'Albiréo, la fëalocë ricanait presque avec malice. Elle vint se tenir à nouveau face à la neishaane et ajusta la façon dont le masque tombait sur ses joues avant de l'affranchir d'un hochement de tête ravi.
Puis, à son tour, elle sortit son propre masque. Le sien lui voilait entièrement le visage et ne cherchait en rien à répugner les démons du dieu du chaos, bien au contraire. A la surface du bois finement peint d'or régnait une rumeur de séduction qui viendrait trouver son aboutissement plus tard dans la nuit... Sous celui-ci demeurait la tiare où reposait une abeille-mère, symbole savamment choisi par son aspirante. Il lui tardait de le révéler à qui de droit.
Rūna passa son bras dessus-dessous de celui de sa chère protégée, fière d'exhiber ce joyau qui était sien et qui brillait bien plus que les pierres précieuses répandues tout le long de sa tenue et ses bijoux.

« Arpentons les ruelles de la cité à la recherche de quelque chose à boire ou d'une étonnante compagnie. J'entends le brouhaha des danseries et des théâtres de marionnettes ! Que te plairait-il de faire, ma douce ? Une fois que tu auras trouvé attrayante occupation, je t'abandonnerai une partie de la nuit mais Sărzeghnet veillera sur toi, évidemment. »  

Où était passée la dragonne, d'ailleurs ? Tel un spectre chassé par la clarté du petit matin, l'Incarnate avait tout bonnement disparu et s'était retranchée dans d'impalpables ténèbres. Pourtant, la neishaane pourrait sentir tout le poids de sa présence psychique, lourde comme l'étouffante humidité d'une cave. Dans la silhouette des deux femmes projetée en ombres sur le sol, l'Incarnate était tapie et se tenait prête à bondir aux gorges de ceux et celles trop vaillants d'approcher de ses humaines.
Tout autour s'agitaient bipèdes et dragons dans un enfiévré charivari...



[HRP/ Partie Scylla à venir]


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sarzlogo2[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 173
RPs : 82
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeMar 29 Juin 2021 - 22:53

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Scyla.[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Selasphorath[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Selasphorathfh1
Scylla "Stygia" Lòkë & la Noire Selasphorath
Chevalière du Màr Tàralöm

.GOËTIA. - Dance of the damned

Le défi brûlant ses lèvres arquées avec la précision d'une lame courbe, Selasphorath se délectait de voir la gêne asticoter les humeurs de son frère de couvée. La balance peinait à s'équilibrer entre le poids de son attachement sincère à ce dernier et celui tout aussi lourd de son profond désir à appuyer là où la douleur était la plus vivace. Un peu à l'image d'une sangsue qui flairait l'odeur du sang ou d'un vautour avisait une charogne, la Noire, elle, salivait en détectant les effluves du conflit. Toujours observatrice, ne prenant jamais parti, sa redoutable capacité à seulement compter les points ou remonter les adversaires entre eux avait de quoi la rendre purement et simplement détestable. Une vraie peste, cette fichue dragonne...

« Mais enfin, je ne te parle pas de t'enivrer ! Juste d'adoucir ton esprit avec une frivolité et une ou deux gorgées de vin miellé pour alléger ton palais. Et, tout en appuyant sa joue contre l'épaule du jeune homme : Allez, suis-moi, que j'apaise ton fiel ! Il serait dommage que tu gâches une soirée de plus en t'époumonant sur ton bipède. La mienne l'embêtera bien assez pour la nuit. »

En deçà de sa grossière - mais charmante - tentative à séparer ces deux molosses qui n'avaient de cesse de s'aboyer au nez, une sincère jovialité étreignait le coeur de la dragonne. Se plaisant à baigner dans ce marasme de petites jalousies et conflits de rivalités en huit-clos, Selasphorath avait à coeur de battre le pavé au bras de celui qu'elle appelait secrètement son minet.    
Scylla, de son côté, laissa bien sa soeur se débrouiller avec son propre bousin. L'ondine avait déjà fort à gérer sans s'encombrer de leurs foutaises. Là, maintenant, tout de suite, elle bénissait le teint de lait inhérent à sa race qui masquait sans grand soucis le rouge qui lui montait aux joues lorsque le grand bourru du Vaendark la complimenta.
Comme pour noyer le poisson, Scylla se hâta de balbutier.

« Oui, bon, quand t'auras fini de deviser des âneries, on pourra p'tet aller se les geler ailleurs que sur la place principale comme des foutus gamins qui vont à leur première sauterie pour aller se faire déniaiser ? »

Scrutant les lieux tel un faucon, avisant tantôt un spectacle de caricatures ou des danseries où corps et esprits s'échauffaient, l'ondine remarqua que les convives s'agglutinaient vers une même taverne où les boissons avaient la rumeur d'être de plutôt bonne qualité.
Spontanément, elle s'exclama :

« Allons là où personne ne va, et amuse moi, depuis le temps que tu m'as bassinée pour que je vienne. »

Y rechignant un long moment, Scylla finit par lui tendre le bras tout en faisant une petite mou de sauvageonne. Les yeux baissés, presque intimidée, la jeune fille au regard d'abysses marines parut plus marmonner que véritablement parler.

« Si t'as envie, on peut faire semblant d'aimer ce genre de broutilles. Fais ça vite avant que l'autre grand con de Viddar le remarque. »

***

A peine chamboulée par une jeune fille qui semblait se tenir là comme un chiot au milieu d'un champ de bataille, Selasphorath n'eut guère grand peine à retrouver ses esprits après la collision dont elle fut victime. Loin d'en prendre ombrage, ses yeux ronds et brillants parurent étinceler davantage en détaillant la somptueuse chevelure céruléenne de sa cousine. En véritable truffière des âmes plus faibles, Selasphorath se redressa doucement et adressa à la jouvencelle un sourire des plus carnassiers.

« Ne sois pas désolée, joli saphir. Il peut arriver de faire de faux-pas. Fort heureusement, c'est moi et non mon acolyte que tu as bousculé ! Lui n'aurait pas eu la pitié du pardon... Je te le présente, d'ailleurs ! Voici Jahangir, bougon de son état. »

La Noire pinça affectueusement la joue du cavalier qu'elle s'eût choisi avant de promptement resserrer l'emprise de ses bras autour de celui de son beau brun, possessive à en mordre, un sourire toujours perché à ses lèvres assassines. Un instant distraite par les cracheurs de feu qui arpentaient les rues - **Quelle ironie ! des bipèdes qui se prennent pour des dragons...** -, son frère de couvée parut en profiter pour, bien malgré lui, entamer la conversation. A la fois émerveillée de le voir sortir de sa coquille mais aussi amère de constater qu'une autre qu'elle avait son attention, Selasphorath serra les dents sans se départir de son rictus de tigresse. Il lui préférait une petite souris ? Le goujat...
Peu à peu, croissante, une petite étincelle s'en alla crépiter dans ses yeux prédateurs. Elle entendait la fragile Bleue palabrer des absurdités qui ne trouveraient répit dans l'esprit du Noir, mais s'efforçait de faire bonne figure et de ne pas déclencher un incident diplomatique. Ô elle savait bien que cette petite larve issue d'un autre Kaerl n'avait aux yeux de Jahangir aucune valeur, mais c'était plus fort qu'elle. Doucement, ses ongles s'enfoncèrent dans la tunique puis la peau du dragon sous forme humanoïde.  Au même instant, il lui répondit avec la sécheresse du Grand désert, et Selasphorath jubila intérieurement de le voir asseoir pareillement son opinion à l'égard de leur lointaine cousine d'un Màr moins glorieux. La fraiche candeur de leur interlocutrice venait s'échouer en clapotis sans vague contre une digue du plus rude granit...
N'y tenant plus, la Noire reprit les rênes avec une fermeté dissimulée sous un amoncèlement de propos mielleux mais volontiers menaçants.

« Les bipèdes ont la faiblesse de se laisser déborder par bonne pitance et agréable compagnie, choses qui ne sauraient infléchir un dragon digne de ce nom. D'ailleurs, tu es fort mignonne, petite naïade. Belle à croquer... D'ailleurs, prends garde, les loups sont de sortie ce soir. Après tout, il faut honorer ce bon Kaziel ! Ne tarde pas trop longtemps toute seule dans ces ruelles, loin de ton Màr et ton âme-soeur, qui sait ce qui t'attend ou ce que les nervis du Père du Chaos te réservent... »

Gloussant d'un petit rire faussement innocent, désireuse de semer le malaise dans l'esprit de la Bleue toute apeurée, Selasphorath leva le menton, un brin dédaigneuse.
Ses petites dents blanches prirent volontiers des allures de terribles canines dans la pénombre de la sorgue alors qu'elle l'affubla d'un sourire plus grand, une menace appuyée par les billes opalescentes qui luisaient depuis les meurtrières que formaient ses yeux de chat.  

« Jahangir, mon chou, que dirais-tu de l'inviter à déguster une coupe dans un coin plus tranquille ? Ou, comme elle le propose, allons jouer quelques tours à des convives bien choisis ? »


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sarzlogo2[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeMer 14 Juil 2021 - 12:34

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Kasim-adrikan-solaufein-2-tol-orea__[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Jahangir-Dragon-Noir-Tol-Orea
Kasim "Solaufein" Adrikan & le Noir Jahangir
--[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Vidarr-Askr-vava-tolorea__[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Ia-ros-human-dragon-brun-tolorea
Víðarr Askr & le Brun Iaïros
Spectres des Cendres du Màr Tàralöm



Sous ses airs de petite ingénue et de brebis égarée, il semblait se glisser dans ses paroles et dans son sourire mutin, des nuances d’une moquerie subtilement déguisée. Grinçant ouvertement des dents, Jahangir sentit monter en lui de violents élans d’aigreur, et l’éclat de ses prunelles dorées, posées sur la fée céruléene, se fit plus dévorant encore.
A ses côtés, après sa présentation, Selaphorath persistait dans son silence, mais il pouvait sentir vibrer au fond de son âme l’appétit grandissant de sa sœur de couvée. Ses ongles s’enfonçant dans sa chair, comme pour marquer sa possession envers lui, elle dardait maintenant sur la Bleue un regard propre à prédateur face à sa proie. Un chat se jouant avec délectation d’une souris piégée entre ses griffes n’aurait eu autre expression. L’orage grondait sous l’opale de ses iris, et s’abattrait bientôt sur l’infortunée.

Ramenant son attention sur la dragonne au costume de fée, le jeune mâle esquissa un rictus incisif, ressentant l’envie pressante de venir lui arracher son masque, de souiller son visage lunaire et de voir les larmes remplir ses yeux. Que pouvait-elle prétendre connaître aux raisons qui l’avait poussé à venir se ridiculiser ici ce soir ? De ce lien qui l’enchaînait, bon gré mal gré, à la moitié de son âme qui n’aurait pas pu être plus différente de lui ? De ce feu, de ces désirs noirs qui bouillonnaient en lui, prêts à être déversés ?

Nul autre que cet imbécile de Solaufein ne méritait qu’il s’abaisse à lui accorder son temps, n’est-ce pas ?

Un demi-pas en avant le rapprocha de la Bleue, mais il fut retenu par le bras de Selasphorath fermement accroché au sien, lui rappelant son existence comme un rocher inamovible au milieu de la mer déchaînée de son âme, et l’influence incompréhensible qu’elle exerçait dans sa vie. La surplombant de toute sa hauteur, détaillant l’Engloutie sans plus d’aménité qu’une pièce de viande, il se contenta de susurrer tout bas, en un murmure râpeux et dérangeant :

« Devrait-on selon toi laisser passer une telle ignorance sans chercher à la corriger ? »

Son souffle rageur s’étouffa dans sa gorge alors que sa sœur de couvée se décidait enfin d’agir à l’encontre de la misérable créature qui leur faisait face. Sans doute s’était-elle lassée d’observer leur petite joute verbale, et désirait à présent goûter elle-même aux saveurs iodées si naïvement promises par l’autre dragonne. Ce qu’il n’attendait pas en revanche, fut le rire carillonnant qui accompagna ses propos, étirant ses lèvres fines sur des dents blanches, aussi aiguisées que des crocs … Et le qualificatif ridicule dont elle l’affubla à la suite.

Sentant son estomac se révulser et ses entrailles se contracter, il tourna un regard aussi assombri qu’incrédule sur Selasphorath, rendu muet par la consternation. Les humeurs de cette dernière étaient aussi versatiles que les nuages hantant les Pics de Cendre, et il n’avait jamais été capable de prédire lorsque ses caresses menaçaient de se changer en humiliation. Ses iris étrécis sous son masque démoniaque, Jahangir détourna la tête, une moue de dédain méprisante ciselant son expression, incapable comme souvent, de trouver quelque réplique que ce soit. Sa sœur estimait probablement qu’il l’avait amplement mérité, même si la seule chose qu’il avait pu faire pour lui déplaire avait été de s’intéresser d’un peu trop près à la Bleue. Foutaises. Comme s’il se devait de ménager sa susceptibilité !

Pour Selasphorath, elle seule était en droit de dicter la musique sur laquelle ils danseraient ce soir, c’était ainsi. Et elle était aux yeux du Noir tout comme les tempêtes ou les volcans, de ces forces de la nature contre lesquelles on ne pouvait rien : il avait depuis longtemps cessé de lutter contre ce lien spécial qu’elle entretenait avec lui.

« L’unique raison pour laquelle je suis venu est de garder mon crétin de Lié à l’œil, encore une fois, tu le sais très bien. Me mêler à ces bipèdes vagissants ? Répugnant. »

Et il n’avait aucune intention de le laisser filer en douce, comme il savait si bien le faire.

***

Il était difficile pour Kasim de prétendre le contraire, l’Ondine vêtue de nuit était un véritable plaisir pour les yeux, flattant son goût pour l’esthétique tout autant que son ego. Il était fier et heureux que sa comparse, d’ordinaire si stoïque et réservée, se soit laissée aller à s’apprêter dignement pour la soirée. Le costume Ssyl’Shari lui seyait si parfaitement bien que c’en était saisissant ! Il avait tellement insisté et elle s’était tellement fait désirer, que de ne pas la voir ce soir aurait été une indubitable déception pour lui.
Il n’était donc pas étonnant de voir ses iris pourpres briller d’un agrément sincère, nuancé d’un imperceptible amusement, face à la gêne subie par Scylla sous son examen détaillé … Et le compliment, brut de décoffrage comme il fallait s’y attendre, de Víðarr, lui qui goûtait peu aux circonvolutions verbales et autres ronds de jambes.

Un large sourire fendant son visage de part en part, l’Humain avait abattu sa lourde paluche sur les épaules de son frère d’armes, ses yeux pétillant à l’idée des festivités qui s’annonçaient. Il n’était pas comme ce gamin de sang-mêlé à prétendre et feindre, quand ce qu’il voyait lui plaisait, il ne manquait pas de l’annoncer à haute et intelligible voix. C’est comme ça qu’on séduisait les femmes, par Ouranos, en faisant remarquer leurs efforts ! Elles aimaient qu’on vante leur beauté, ça oui !

Laissant le freluquet – dont la propre taille concurrençait toutefois aisément la sienne – se dégager pour aller minauder devant sa belle, le géant blond fronça les sourcils sur les deux dragons qui s’éloignaient déjà en direction des ruelles bondées de monde, cette peste de Selasphorath pendue au bras de Jahangir. Bon débarras ! Ils avaient encore frôlé l’incident cette fois-là … Si la Noire était apte à dérider son frère, il lui en serait bien reconnaissant. Le Lié de Kasim avait un caractère parfaitement exécrable, et il remerciait Flarmya que sa propre moitié d’âme soit plus conciliante.
Un coup d’oeil sur Iaïros lui apprit qu’il observait lui aussi les deux sauriens, d’un air froidement contemplatif, les mains rentrées dans les larges manches de son habit de prêtre. Bon, il voulait bien admettre qu’il y avait des moments où les réflexions de son Brun le dépassaient largement.

Víðarr soupira, se frottant le front avant d’aller claquer sans ménagement le dos de son compère pour toute réponse à son invitation à se mettre en route. Assez palabré et en avant marche !

« Oui, bon, quand t'auras fini de deviser des âneries, on pourra p'tet aller se les geler ailleurs que sur la place principale comme des foutus gamins qui vont à leur première sauterie pour aller se faire déniaiser ? »

La verte réplique de Scylla, aux propos si peu ... édulcorés, poussa Kasim à s’esclaffer, rajustant son masque sur son visage.

« Eh bien, puisque ce n’est le cas d’aucun de nous trois – il engloba d’un regard plein de malice la jeune femme et le géant blond – allons découvrir quels frissons interdits la ville pourra nous offrir ce soir ! »

Avec un sourire gouailleur, parfaitement à son aise dans ce rôle, il s’empara du bras que sa compagne lui tendait pour le glisser sur le sien, recouvrant sa main, un instant de plus qu’il ne l’aurait fallu, sans réellement sembler en avoir conscience. Il choisit de ne pas répondre à ses marmonnements intimidés – bien trop inhabituels chez elle – pour poursuivre plutôt sur le ton de l’humour.

« Je suis fort aise que mon insistance ait fini par avoir gain de cause, ma dame démone. »

Kasim inclina la tête, ravi, son visage plongé dans l’ombre de son ample capuchon et lui chuchota :

« Et pour ce qui est des divertissements, tu peux compter sur moi. »

Puis reprenant à voix haute :

« Bien sûr, Iaïros, tu es le bienvenu si tu veux nous accompagner, sauf si tu préfères rester avec les tiens. »

Joignant le geste à la parole, le Moredhel entraîna ses deux comparses à la suite de leurs Liés, gardant une poigne ferme mais délicate sur Scylla pour lui éviter d’être séparée de lui. Avec sa petite taille et sa frêle stature, l’Ondine aurait tôt fait d’être emportée par la foule, quoi qu’il n’avait aucun doute sur sa capacité à survivre et retrouver son chemin, dusse-t-elle pour cela tailler dans le vif.

Il marqua un bref arrêt à un carrefour, balayant du regard les environs. Autour d’eux se pressaient des centaines de personnes aux atours chatoyants, motifs et couleurs se mêlant en un étourdissant ballet, sous la timide lumière projetée par les lampions éclairant la rue. Ça et là résonnaient des instruments jouant une musique décousue, à demi étouffée par le brouhaha ambiant, agressant délicieusement ses sens par trop aiguisés.
Un peu plus loin, Selasphorath et Jahangir avaient été rejoint par une jouvencelle aux cheveux bleus, et Kasim haussa un sourcil dubitatif. Dragonne, sans aucun doute. Il était rare de le voir se mêler à ses pairs, et encore plus de le voir échanger avec eux. Il pinça les lèvres en constatant l’emprise évidente que sa sœur de couvée maintenait sur lui. La petite Bleue avait-elle piqué son intérêt ? Non, autant dire plutôt celui de l’autre femelle. Bah ! Ce que son Lié ferait de sa soirée ne le concernait pas, et il bénit mentalement la Noire de détourner ainsi son attention.

Son sourire en coin s’élargit, et il adressa un clin d’oeil à ses camarades de décurie.

« Les meilleurs débits de boisson ne se dévoilent pas au premier paysan venu, ils doivent se mériter. Seuls les initiés savent où les trouver ... »

« Quand t’auras fini avec tes grands airs, gamin, tu pourras ptètre nous dire c’que t’as en tête. J’sais pas c’que Stygia en pense, mais moi j’me rafraîchirais bien l’gosier. Et après tout ça, t’as intérêt à nous en trouver d’la bonne. »

Prenant une posture faussement indignée, le sang-mêlé secoua la tête en soupirant.

« Ne t’ai-je pas déjà dit, mon ami, que l’attente rendait encore meilleure le passage à l’acte ? »

Se tapotant le bout du nez – enfin, du masque – d’un air grandiloquent et mystérieux, il jeta un dernier coup d’oeil à Jahangir et Selasphorath avant de disparaître de leur vue dans une rue attenante, menant Scylla et Víðarr d’un bon pas. Où allaient-ils exactement ? Il n’en avait aucune idée, mais il était bien certain que lorsqu’il apercevrait leur objectif, il le saurait au fond de lui. C’était ce qu’il faisait de mieux : se laisser porter par son instinct.

Apercevant au bout de la rue une petite place un peu moins peuplée, son regard tomba sur deux hommes en tenue de bouffon tintinnabulante et il se mordit la lèvre pour contenir son excitation soudaine. Le Chat voulait qu’il l’amuse ? Elle allait être servie.

« Alors allons-y. » murmura-t-il en un chuchotement rauque avant de se présenter aux deux Fous, ignorant le roulement d’yeux significatif que le géant blond lui adressait. Le sang-mêlé n’était pas inquiet, en cas d’ennuis, les poings épais du nordique seraient suffisants à en dissuader plus d’un.

« Bien le bonsoir messires. Il me paraît évident à vous voir que vous êtes des connaisseurs et que vous pourrez me renseigner. Mes compagnons et moi-même cherchons à apaiser notre soif avec les plus fameuses boissons que Lòmëanor a à nous offrir ce soir. »

Il désigna du menton les verres entre leurs mains, l’expression parfaitement innocente.

« Auriez-vous quelque conseil à nous donner ? »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Jorgga Vadrak
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Jorgga Vadrak


Date d'inscription : 16/04/2020
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 60
RPs : 38
Race : Humaine
Maître : Altahir Nordan (PNJ)
Fonction : Aspirante
Affiliation : Aucune
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeJeu 22 Juil 2021 - 2:05


Inconsciemment, Jorgga se calma sous la tendresse du geste de son ami. Le vent naissant qui soulevait ses longs cheveux bruns et portait au loin dans les cieux son accent rustre du nord s’arrêta de souffler pour ne devenir qu’une légère brise rafraîchissante et apaisante. Le ciel s’illumina de nouveau d’étoiles, de plus en plus brillantes et nombreuses, comme une forme d’écho aux centaines de lanternes et de flambeaux qui éclairaient les ruelles animées de la ville de Lòmëanor.

Peu à peu gagnée par l’ivresse et l’euphorie engendrées par les festivités données en l’honneur de Kazièl, la divinité du Chaos et de la Discorde, la jeune aspirante céleste ne ressentait à présent plus aucune tension et avait la sensation d’être devenue une femme complètement différente de celle qui était arrivée au Màr Menel à la fin de l’automne. Comme possédée, elle parlait, chantait, braillait, mangeait et buvait avec un entrain ineffable, sans paraître se soucier le moins du monde de l’image qu’elle donnait d’elle-même aux autres noctambules. Pas un instant elle ne songea qu’elle était sérieusement soûl, pas même lorsqu’elle proposa à ses deux compagnons de soirée un audacieux et improbable duel au bras de fer, avec pour seul enjeu une danse aux côtés de l’un des hommes les plus mystérieux et dangereux présents ce soir à Lòmëanor. Un homme dont Jorgga semblait s’être réellement amourachée, tant les effluves de l’alcool lui faisaient perdre toute conscience, et le discernement entre ce qu’il était bon et mauvais de proposer à un parfait inconnu.

Mais la jeune femme ne retrouva pas l’écho de son enthousiasme chez Ta’imiti, qui refusa son offre en prétextant tout connaître de sa force. Vaguement déçue, Jorgga soupira longuement, se laissa tomber contre le dossier d’une imposante chaise en rondins de bois, puis leva les yeux vers le ciel, comme pour y rechercher quelques lointains souvenirs. Il était vrai que depuis leur première rencontre sur les quais du Delta du Cenedril, Ta’imiti avait plus d’une fois fait les frais de ses démonstrations de force. Sa jolie peau laiteuse et nacrée en gardait d’ailleurs toujours quelques stigmates. Un élan de frustration la submergeant, Jorgga jeta un regard chargé de reproches à son ami avant de se lever d’un bond en agrippant fermement une énième pinte de bière.

« - T’es vraiment pas drôle toi ! » cracha-t’elle en pointant vers l’ondin sa choppe dont elle renversa maladroitement une partie du contenu au sol. « Avoue qu’t’as juste peur de t’faire laminer par un p’tit bout d’femme comme moi ! » ajouta-t-elle d’une voix plus criarde qu’à l’accoutumée, une lueur de défi animant le ciel de ses yeux.  

Jorgga fixa son tendre ami dans les yeux, à seulement quelques centimètres de son visage. Les sourcils froncés, la tête relevée, le menton fièrement pointé et le torse bombé, elle continua de le défier ainsi du regard pendant de longues et interminables secondes, jusqu’à ce que Nymeria ne manifeste finalement son intérêt pour le petit défi qui venait de lui être lancé précédemment. Détachant ses yeux de l’homme qui lui faisait toujours face - décidément, il ne mouftait jamais avec elle celui-là ! -, la jeune aspirante céleste se tourna vivement vers sa nouvelle et imposante adversaire, une lueur déterminée brillant dans son regard pâmé.

Cette femme - ou plutôt cette dragonne, comme elle venait de le leur confier quelques instants plus tôt -, semblait être aussi redoutable que belle. De haute taille, de belle prestance et de forte carrure, sa démarche rappelait celle d’un loup des montagnes, gracieuse et puissante. Ses muscles se dessinaient nettement sous la peau tannée de ses épaules et de ses bras, plus menaçants que jamais. Jorgga n’avait pas à faire à une jeune et délicate princesse que l’on pouvait aisément soumettre lors d’un duel physique ; mais bien à une rude et solide guerrière, qui avait sans doute connu de nombreuses batailles au cours de sa vie. En tout cas, certainement bien plus qu’elle n’en connaîtra jamais. Mais la jeune aspirante céleste ne se démonta pas pour autant, bien au contraire : sa rage de vaincre n’en fût que décuplée.

« - Crois pas m’battre si facilement, dragonne ! » répliqua la jeune femme en dévoilant un sourire carnassier. « J’ai foutu une belle raclée à plu...plusieurs hommes d’mon village ! Y a pas qu’la force qui compte ! C’est aussi la technique ! Alors c’pas une nénette aux gros bras comme toi qui va m’faire peur ! » ajouta-t-elle avant de hurler de surprise, lorsque le bras nu de Norloth entoura fermement ses épaules.
« Par tous l’dieux du Rhaëg, Norloth ! T’m’as fait peur ! Qu’est-ce t’fous ici ? »

Jorgga libéra sèchement ses épaules de son bras et darda son regard sombre sur le Brun, les paupières plissées. Norloth avait toujours eu le don d’apparaître sans ne le voie jamais venir. C’était d’ailleurs un peu de cette manière qu’il était entré dans sa vie, il y a trois mois de cela : sans prévenir. Sentant l’agacement monter en elle, la jeune femme se pinça les lèvres, bascula le poids de son corps d’une jambe sur l’autre puis saisit Norloth par le col pour le forcer à se détourner de la jolie Nymeria :

« - J’vais gagner, alors t’as intérêt à miser du lourd mon vieux ! » cracha-t-elle avant de poser le coude avec fracas sur la table, main ouverte, en défi de bras de fer.  « Allez viens ma jolie ! Et t’inquiète, j’t’casserai pas l’bras ! »
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 173
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeVen 23 Juil 2021 - 17:06

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sassthelstan_blue_tolorea-570ed74 & [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Blue_moon_by_bao_pham-56251b5
Athelstan Thrawnen & la Bleue Lhassa
Sénateur, Màr Luimë


Le spécimen qui tintinnabulait et se trémoussait sous les yeux d’Athelstan se montrait pour le moindre divertissant. Encombrant, mais divertissant. L’individu prétendait être un reflet inversé, tant de couleurs que d’attitude. Ses dents, ses yeux, ses clochettes brillaient comme autant de comètes au tracé volatile. Athelstan n’aurait su dire à quel Màr son cœur se vouait. Et ce n’était pas la dragonne sous l’apparence d’une barbare revêche qui allait l’aiguiller sur le sujet. Mais il reconnaissait là une bien belle folie, de celle que possédaient nombre d’Engloutis capables de s’allier autant aux mécréants qu’aux paladins – sans savoir qui était qui.

L’héritier des Thrawnen n’ignorait pas les jugements hâtifs à son égard. Ils étaient justifiés le plus souvent. Il donnait raison à ses détracteurs et entretenait volontiers le mythe de son insupportable intellect supérieur. Ce n’était que justice pour couvrir d’un voile pudique, presque humble, l’idéal de la perfection qu’il visait.
La répartie de l’inconnu lui prouvait encore une fois que personne n’était à l’abri de la bêtise. Pire : cet énergumène-là semblait la cultiver en toute conscience. Ce constat lui arracha un rictus onctueux, suintant le dédain autant que la raillerie. Ses yeux d’or à l’éclat morne ne trahissaient pas davantage d’émotion que son sourire ne le faisait déjà.

- Je prends bonne note de votre conseil, glissa-t-il, sans se départir de son habituel ton ennuyé ni de son accent traînant – deux choses qui avaient le don d’horripiler la majorité de ses interlocuteurs et pouvaient heureusement les faire fuir. Prenez donc ma chope, elle vous sera plus utile qu’à moi. Votre gorge doit être très irritée au rythme où vos mots s’envolent… Quant à moi, il vaut mieux que je me taise. Je ne suis pas certain que le public de ces lieux se prête à un échange philosophique qui démontrerait mon raisonnement parfait. Et je n’aime guère bercer autrui d’illusion en lui disant exactement ce qu’il veut entendre.

Le Maître Bleu se pencha légèrement en avant, comme s’il s’apprêtait à faire une confidence.

- Le silence est d’or pour les sages.

Ce fut l’instant choisi par une créature mi-femme mi-végétale pour apparaître. Si son aspect pouvait enchanter n’importe quel regard, Athelstan resta néanmoins de marbre. Il ne la reconnut pas à son physique, même s’il paraissait plus évident après la première analyse, mais à sa voix et ses gestes. Par réflexe, il classa dans son esprit cette image aux ors et verts outranciers dans la case correspondante. Cette Maîtresse Verte ne savait pas passer inaperçue.

L’ondin loucha sur la natte en poireau enroulée autour de son cou comme s’il s’agissait d’un animal mort : avec le regard froid mais chagriné du chercheur déçu par son expérience. Il aurait volontiers jeté cette chose absurde à la face de la fëalocë, mais elle s’éloignait déjà. Il se sentait offensé, sans qu’il comprenne pourquoi, d’avoir été l’objet de cette farce somme toute innocente. Ou peut-être était-ce parce qu’on avait cru le séduire et que ce n’était pas le cas qu’il sentait le ridicule empuantir soudain l’atmosphère.

- Oh, diantre, des amateurs de la panacée alcoolisée, soupira Athelstan en se retenant de lever les yeux au ciel comme d’autres énergumènes entraient dans la danse. Demandez-le-lui, plutôt ! Ce pittoresque malandrin connait le secret des hanaps et de la sagesse du vin plus que quiconque ici…

Il agita vaguement la main vers l’elfe en costume bariolé. Lui-même mourait d’envie de se débarrasser de sa chope. La situation allait de mal en pis.

¤¤¤


Lhassa se tenait en équilibre sur un fil d’argent et de mercure, suspendue au-dessus de l’inconnu. D’un instant à l’autre, la situation pouvait basculer aussi facilement qu’elle tomberait dans le vide. Elle avait peur, mais ne s’en inquiétait pas outre mesure. Quand n’avait-elle pas vécu sans la peur au ventre ? Elle ne concevait pas sans existence sans cette fidèle et perverse amie. Le réconfort de la peur la gardait en vie aussi sûrement que son lien avec Athelstan.

Les deux dragons noirs la contemplaient comme si elle était la proie, une pauvre petite souris égarée sur le territoire des tigres. Elle sut qu’elle les avait contrariés à l’instant où ses mots avaient pris corps dans la réalité. Elle n’avait pas pensé à mal – elle ne savait pas très bien l’identifier par ailleurs. Mais par son manque de jugement, elle risquait de perdre la protection que lui offraient ces dragons étrangers.

Elle frissonna. Elle aurait voulu reprendre sa forme normale, s’envoler et laisser le chaos ruisseler sur ses écailles avec la trompeuse assurance que lui conférait Flarmya. Sous cette apparence chétive et diaphane, elle donnait hélas raison à son Lié qui la détestait ainsi : elle paraissait plus faible et sotte que jamais. Elle qui s’en moquait d’ordinaire se sentait soudain électrisée par un sursaut d’amour-propre.

La Bleue fronça ses délicats sourcils en croissants de lune, les yeux teint d’un orange doucereux où se mêlait le vert maladif du bronze vieilli. Le mâle lui inspirait presque de la sympathie. Elle comprenait son attitude, la comparant volontiers avec celle de son propre Lié envers elle. La femelle, en revanche, lui inspirait davantage de crainte. Elle ressemblait trop à sa sœur de couvée, à ces dragonnes impérieuses qui refusaient de partager leur ciel avec quiconque ne le méritait pas à leurs yeux. Contre la Noire, Lhassa savait qu’elle devrait finir par se battre, même si elle voulait retarder cet instant - jusqu’au matin s’il le fallait. Il n’avait jamais été dans son intention de prétendre empiéter sur les prérogatives de la dragonne.

- Le chaos nous réserve à tous des surprises ce soir, non-parents. Il n’est jamais que le grain de sable qui peut faire basculer un empire ou engendrer des merveilles. Sans le chaos, le monde ne serait pas. N’est-ce pas ?

La fille d’Argentée haussa les épaules. Un sourire tremblant écarta ses fines lèvres. Ses glandes à venin la démangeaient.

- Je vous suis ! Je suis certaine que nous allons passer une agréable soirée.

Le fil ne s’était pas encore rompu, mais il était maintenant enduit de poison.

¤¤¤

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Semperya_de_Galastden & [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Vsso
Semperya de Galastden & la Verte Nymeria
Dirigeante de la Maison Galastden, Màr Menel


Les prunelles de Nymeria brillaient telles des étoiles, aussi vertes que ses écailles, aussi joyeuses qu’un brasier. Elle ne refusait jamais un défi et mettait un point d’honneur à relever le gant – comme disaient les bipèdes – en toutes circonstances. Ce jeu-là n’avait rien à voir avec une réputation à tenir ni un honneur particulièrement encombrant à entretenir. Elle adorait les jeux pour l’amusement, l’ivresse de la victoire, la joie simple de découvrir de nouveaux adversaires, qu’ils pouvaient lui procurer. Maintenant que le défi du bras de fer avait été lancé, elle ne laisserait personne la détourner de son objectif. Elle était pareille à une louve qui traquait son gibiers blessé sur des lieues, infatigable et patiente.

Ses yeux étincelèrent comme un Brun de sa connaissance s’invitait dans la danse. Un sourire gentiment moqueur incurva ses lèvres et elle resta ainsi, dans une position nonchalante, les bras croisés en faisant saillir ses muscles puissants, face à lui. Il la provoquait délibérément. La Verte n’irait pas s’en offusquer. Au contraire, elle trouvait son attitude plutôt attendrissante.

- Je te laisse prendre les paris, faux frère, ronronna Nymeria en secouant sa généreuse chevelure andrinople. Je vois que tu as déjà fait ton choix. Et tu refuses ton soutien à l’une de tes semblables ? Kaziel t’as inspiré trop de malice, petit frère.

Elle accorda à Norloth une œillade brûlante dont elle avait le secret puis reporta son attention sur l’Aspirante. Malgré sa joie à la perspective d’un bon défi, elle conservait encore assez de sang-froid pour deviner que la jeune fille face à elle était déjà dans un état d’ébriété fort avancé. Il ne fallait pas être un expert des sans-écailles pour le comprendre. Était-ce bien juste, dans ce cas ? L’Aspirante n’était visiblement pas en possession de toutes ses capacités. Avec une moue dubitative, Nymeria s’avança néanmoins, le bras armé – si on pouvait dire.

Nymeria mettait toujours du cœur à l’ouvrage. Entière et sans concessions, telle sa Liée, elle jetait toutes ses forces, toute son intelligence dans chaque épreuve, dans chaque étape de sa vie. Mais cela valait-il la peine de blesser une jeune fille si prometteuse ? Elle ne doutait pas de la force de cette montagnarde, mais redoutait plutôt la sienne. Flarmya – et les combats – l’avait bénie d’une certaine puissance. Elle craignait de briser les os de cette fille, quand bien même cela n’aurait-il été qu’une conséquence logique du bras de fer. D’ordinaire, elle laissait chacun assumer le résultat de ses actes. Mais elle savait que Semperya ne lui pardonnerait pas d’avoir fait du mal à une probable apprentie du Màr Menel, alors trop ivre pour être complètement consciente de ce qu’elle faisait.

Devait-elle la laisser gagner ? Sans se départir de sa posture provocatrice, ses pensées filèrent vers sa Liée, subitement anxieuse de son sort.

¤¤¤


Elle le connaissait, elle en était maintenant certaine. Mais les lèvres de Semperya demeurèrent closes sur ce secret. Elle aurait dû s’abstenir de chercher des réponses en cette nuit où les questions étaient reines. Elle devrait dompter son esprit sans cesse sur le qui-vive, accepter de rester dans l’ignorance, peut-être même en jouer. Ce serait pourtant renier sa nature. Si elle acceptait de ne pas avoir de réponses en toutes circonstances, elle détestait que la situation lui échappe. Elle voyait le monde comme un gigantesque labyrinthe, où le moindre détour pouvait s’avérer être un piège mortel. Les secrets des gens étaient un poison qui rongeait leur âme et pouvait même, dans le pire des cas, apporter le malheur à une société.

Semperya était douée pour se taire, pas pour l’inaction. Et encore moins pour laisser un secret en suspens. Elle trouverait qui était ce fanfaron au masque de goupil, elle s’en fit la promesse.

La fëalocë s’agita, plus mal à l’aise qu’elle ne voulait le paraître. L’inconnu essayait de la charmer et ses mots, loin de la ravir, lui renvoyaient l’écho d’un passé trop aimé pour que sa perte n’en soit que plus douloureuse. Un seul homme l’avait véritablement courtisée – avec succès. D’autres avaient tenté de l’imiter, mais ni elle ni eux n’avaient réellement compris quel en était l’enjeu. La Dirigeante Galastden ne faisait pas partie des veuves adulées du Kaerl, quand bien même l’attrait du pouvoir pouvait métamorphoser toute laideur en joliesse.

- Ne perdez pas votre temps en ma compagnie, répondit-elle abruptement, peu désireuse d’entretenir les espoirs illusoires de son interlocuteur. Je vous épargne les peines de mon absence de courtoisie ce soir. Je ne suis pas une dame de bonne compagnie, vous vous en rendrez compte bien assez tôt. Je vous libère, messire.

Elle s’apprêtait à se détourner de lui, plus sévère et froide que véritablement blessée. C’était à elle de défendre l’amour-propre des inconnus éméchés, maintenant ? Elle tombait bien bas, la Louve Rouge. Mais elle avait à cœur de ménager les espoirs de cette mystérieuse connaissance pour lui épargner beaucoup de désillusion. Il fallait briser cet élan avant qu’il n’aille trop loin.

Voilà qu’on lui ordonnait de boire comme si elle était une simple fille de salle ! Cela faisait si longtemps que personne ne s’était permis une telle familiarité avec elle ! Semperya manqua s’étrangler de rire, avant de disparaître derrière sa chope pour en finir le contenu, comme on le lui avait si galamment ordonné.

La suite, en revanche, ne lui plut guère.

- C’est vous, souffla-t-elle, écarlate et échevelée, que je mènerai volontiers à Kaziel.

Elle dardait sur son cavalier un regard furieux et s’affolait de ne pouvoir échapper à son étreinte. Elle aurait pu lui briser tous les doigts et ne craignait pas tant le scandale. Une autre peur la retenait de fuir à toutes jambes. Un rappel lointain de cette jeunesse, pas si insouciante, où une petite fille dansait au son du tambour d’un de ses oncles. Entourée de sa famille, à l’époque étrange où les dragons n’étaient qu’un rêve effrayant. Elle redevenait cette petite fille. Un sursaut d’angoisse la saisit comme elle se rappelait soudain, avec netteté, l’époque où elle s’amusait sans songer aux périls assujettis à la gloire d’être un chevalier-dragon.

Elle sentit la présence de Nymeria dans son esprit, s’accrocha à elle pour mieux endiguer ce mirage. Elle lui demanda pardon d’avoir osé raviver ce souvenir où elle n’existait pas encore, comme s’il s’agissait d’une époque bénie. La Verte s’enroula autour de sa conscience telle une écharpe douce et moelleuse, riant gentiment des égarements de sa Liée. Il n’y avait nulle offense, nul pardon à accorder. Tout le monde avait le droit de rêver.

Semperya décrispa ses muscles, tout en essayant de suivre le pas chaotique de son danseur. Elle lui marcha sur les pieds à quelques reprises, mais ne s’excusa pas. C’était lui qui avait voulu cette danse absurde, il en assumerait les conséquences. Avisant un étal de gâteaux et de petits pâtés, elle le lui indiqua d’un revers du menton.

- Vous avez besoin d’éponger l’alcool, messire !

Dans ses yeux pers brillait la complicité et la gourmandise. Elle souriait, plus légère qu’une plume, presque au bord de la joie sincère de participer à la fête, quand une ombre vint obscurcir son cœur. Elle leva les yeux à l’instant où la gigantesque silhouette d’une dragonne survolait les toits. Un tiraillement dans son âme l’avertit du danger. Nymeria l’enveloppait toujours, plus étroitement que jamais, attentive à lui apporter tout le soutien nécessaire et à calmer ses ardeurs. Le sillage de cette reine étrangère peuplait les ombres de cauchemars et de souffrances d’une autre époque, celle-ci bien trop proche encore, dont son corps et son esprit portaient la marque.

Semperya regarda disparaître l’Incarnate, les mâchoires serrées, les muscles bandés et l’œil plus dur que le diamant. Elle se figea dans les bras de son partenaire. Pour elle, la fête était gâchée.


/!\ Ama et moi avons échangé notre tour 😉
Revenir en haut Aller en bas
Nagendra Tuncay
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Nagendra Tuncay


Date d'inscription : 15/05/2020
Présentation : URL
Messages : 12
RPs : 9
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Llyr
Fonction : Verseur de Sang
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeVen 30 Juil 2021 - 13:05

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Nerieh11 [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Tamrat12
Maître Neriah Akachi & le Bronze Tamrat
Décurion Incandescent

Dans les rues aux alentours, sur les places, l’effervescence était de plus en plus palpable. Le Maître Bronze était bien heureux d’avoir jeté son dévolu sur ce Torhil, qui semblait apprécier les vertus d’une conversation mesurée. Il était probable que cette pensée ne soit due qu’à une forme de mimétisme inconscient, lequel guidait les choix de Neriah plus souvent qu’il ne l’aurait cru, et qu’à proximité d’un autre, une différente facette de sa personnalité aurait pris le dessus. En attendant, il était intimement persuadé de savourer sincèrement la discussion.

« Idiot, je n’sais pas trop. Tous ne sont pas forcément venus là par choix. » Perdu dans sa réflexion, le Sang-Mêlé attrapa une mèche blanche et la roula négligemment entre ses doigts. « Enfin, ce que je veux dire, c’est que quand on sait que y’a peut-être un Dragon qui verra jamais le jour si on refuse de faire ce qu’on nous demande, c’est presque plus un choix. C’est une forme de devoir. Certains le subissent. »

Lui, n’avait jamais été du genre à prendre ses responsabilités à la légère. On le prenait souvent pour un illuminé, un brin frivole et fantasque, pas tout à fait la personnalité qu’on aurait attendu d’un Décurion, mais en réalité, sa morale était d’une rigidité à faire blêmir le plus rigoureux des moines. Il n’y avait pas une simple ligne entre ce qui était bon et ce qui ne l’était pas ; plutôt une muraille de roche et de fer. Pour complexe qu’il puisse paraître aux yeux des autres, témoins de son comportement changeant et de ses incompréhensibles manies, Neriah vivait dans un monde à la simplicité aussi déconcertante que cruelle.

Ainsi, son ton n’était pas celui de l’orateur prêt à engager le débat. L’évidence de ses paroles lui paraissait telle qu’il n’envisageait évidemment pas qu’un être comme Arjuna, avec son air tout à fait respectable, chercherait à les contredire. Et l’instant suivant, Neriah babillait déjà avec excitation à propos des coutumes bigarrées de Lòmëanor et de comment les autres cités pâlissaient en comparaison, suspendu au bras de son Lié qui restait insensible à la joie communicative du Sang-Mêlé. Néanmoins, ses prunelles d’or restaient fixées sur le Torhil, prédatrices et attentives au moindre mouvement, au moindre souffle, cherchant la faille.

« À force de compter leur or, ils en oublient la véritable valeur des choses et des hommes. C’est une triste vie qu’ils mènent. »

Derrière son masque, l'expression de Neriah s’était quelque peu assombrie sous l’ombre de vieux démons, et si la courbure de ses lèvres évoquait toujours le même sourire paisible, il devenait plus aisé d’en saisir l’étrange fixité. Une seconde plus tard, un battement de cils venait effacer toute trace de ces sinistres réminiscences sur le visage du Sang-Mêlé qui noya les derniers résidus d’aigreur à l’aide d’une bonne gorgée de bière.

Des récits de voyage, il aurait pu en conter par dizaines – mais ce qu’il avait vécu avec la seule compagnie de son Lié, selon lui, ne devait jamais dépasser les frontières de l’espace partagé de leurs âmes. Tamrat n’aimait pas qu’on parle de lui. Et, inévitablement, à chaque fois que Neriah ouvrait la bouche, il prenait le risque de divulguer une partie des mystères du Bronze. Alors, il s’efforçait de ne pas trop en dire, préférait se taire parfois plutôt que de sentir le désespoir du Dragon qui assistait, impuissant, à cette exhibition non consentie. Les bavardages de Neriah étaient éphémères, soigneusement travaillés pour qu’il n’en reste rien, l’instant d’après, qu’un souvenir un peu flou.

« De-ci de-là, oui. » déclara-t-il finalement, le ton volontairement nébuleux mais l’amusement qui scintillait dans ses iris d’améthyste témoignait du plaisir qu’il prenait à jouer avec son interlocuteur. Si Arjuna désirait des réponses plus précises, il lui faudrait poser les questions adéquates. « Avec les ailes d’un Dragon, on va plus ou moins où on veut. »

Et comme pour souligner ses dires, ce fut l’instant que choisit une Dragonne pour sa matérialiser au-dessus de Lòmëanor. Neriah observa avec un pincement au cœur l’ombre incarnate qui recouvrit le bourg en fête – pas le sien, de cœur.

Un calme lourd et plat accueillit l’arrivée de Sărzeghnet, uniquement troublé par le cliquetis des lanternes agitées par la bourrasque soufrée dans son sillage et par l’écho de ses griffes éventrant tuiles et ardoises. Tamrat s’était raidi, les doigts de sa main gauche serrés autour de son poignet. Il était un Bronze du Màr Tàralöm et les émotions qui le traversèrent à l’apparition de l’Incarnate, mélange de convoitise et d’effroi, étaient naturelles. Neriah le savait, mais s’en étonnait toujours car Tamrat n’avait jamais Volé – et ce pour des raisons qu’il était parfaitement content d’ignorer. Leur Lien était fort, fusionnel sur bien des aspects, mais l’un comme l’autre préférait le silence et le secret qui entouraient leurs émois. Jalousie, doute et rancœur bouillonnaient dans ce lieu, jaillissant d’un abîme à la profondeur insondable. Il n’était pas encore temps pour eux d’affronter ses ténèbres.

D’un même mouvement, Dragon et bipède se retournèrent vers Arjuna. Le premier les ongles plantés dans sa chair pour calmer les palpitations de son cœur, et le second avec une mine sincère, faisant tournoyer le contenu de sa chope bientôt vide. Neriah reprit, ignorant l’imposante distraction dans son dos.

« Quel est le premier endroit que vous irez voir, lorsque vous serez Lié ? Moi, c’était le Vaendark. »


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sign_n10
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_l10
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeMer 11 Aoû 2021 - 1:00

Occupé à discuter avec le maître bronze, Arjuna ne prêtait guère attention à ce qui se passait autour de lui. Le brouhaha de la foule créait une sorte de fond sonore qui, paradoxalement, noyait tous les bruits alentour, tandis que l’effort qu’il faisait pour appliquer les conseils de Dame Heryn et contrôler son empathie le coupait des émotions de ses éventuels voisins. Malgré le nombre de personnes qui se pressaient dans la ville, il ne percevait pas de joie flamboyante, de colère furieuse ou de gêne palpable. C’était à la fois reposant et déroutant. Et plus simple pour converser avec son interlocuteur, qui avait des réflexions intéressantes.

« Ce n’est pas faux, concéda le torhil, je n’avais pas vu les choses sous cet angle. Mais je persiste à penser que bâcler son apprentissage est contre-productif. »

Devoir ou pas, choisi ou pas, ça ne l’avancerait pas de ne pas suivre son aspiranat de son mieux. Certains adolescents traînaient les pieds pour les leçons qui leur déplaisaient mais Aru avait laissé son adolescence derrière lui… et même alors il avait tâché de réaliser ce qu’on attendait de lui. Même si, clairement, il manquait d’enthousiasme pour les cours de maniement des armes que lui dispensait Vipul à l’époque.

Mais les leçons de son frère étaient bien loin à présent, tout comme son père ou Itzhuacán en général. Comme le disait le Maître Akachi, Lòmëanor était une cité particulière, bien différente de toutes les autres, avec un brassage de population, de coutumes et de races qu’on ne voyait pas ailleurs sur le Rhaëg. Itzahuacán, ses Conseillers et ses marchands n’étaient clairement pas aussi ouverts.

« Ils aiment mettre les gens dans des cases en fonction de leurs races ou de leurs familles, ajouta Arjuna au commentaire de l’Ardent. C’est triste, oui, dans un certain sens. »

Entre ses barrières mentales relevées et le masque qui cachait la moitié du visage de son interlocuteur, l’aspirant ne put percevoir l’ombre qui survola l’humeur de son interlocuteur. Tout au plus eut-il l’impression fugace que son regard se faisait plus dur, mais ça ne dura qu’un instant, au point qu’Aru se demanda si ce n’était pas un jeu de lumière dû aux lampions ou aux masques. À moins que ce ne soit un reflet de ses propres sentiments. Il en voulait toujours aux habitants d’Itzahuacán – et à ses parents – de leur étroitesse d’esprit et de leur racisme qu’ils justifiaient par une tradition dépassée. Au moins, sur Tol Orëa, la race n’était pas un critère de discrimation.

Le forgeron n’avait cependant aucune envie de s’étendre sur la question, ni en paroles ni en pensées. Mieux valait envisager l’avenir et les découvertes à venir que le passé et ses limites. Même si l’Ardent ne semblait pas disposé à décrire ses voyages. Aru se demanda un instant s’il était vraiment réticent à en parler ou si c’était une façon de le faire languir. Sans son empathie, il avait du mal à cerner les sentiments qui animaient son interlocuteur. Mais il n’eut de toute façon pas le temps d’y réfléchir plus avant qu’un cataclysme s’abattait sur la ville. Ou plutôt un dragon. Une dragonne même, vu sa taille et sa couleur. Les lampions multicolores émettaient une lumière tamisée mais éclairaient tout de même suffisamment pour qu’il n’y ait pas de doute possible sur la couleur des écailles du grand saurien. Rouges.

Une Reine Incarnate, donc.

Une Ardente.

D’aucuns, au Màr Menel, auraient sans doute dû que ce n’était pas étonnant qu’un dragon à ce point sans-gêne et destructeur soit du Màr Tàralöm – ce n’étaient pas les grandes places et les rues larges, adaptées aux enfants de Flarmya, qui manquaient en ville –, mais Aru ne pensa pas si loin. Il se contenta de serrer les dents et froncer les sourcils en entendant le crissement des griffes de la Reine sur les toits. Pourvu que les maisons ne soient pas trop abîmées. Si ce n’était que de la couverture encore, mais les habitations de Lòmëanor n’étaient sans doute pas faites pour supporter le poids d’une telle créature.

Le torhil allait ouvrir la bouche pour partager son inquiétude avec le Maître Akachi, mais celui-ci reprenait la conversation comme si de rien n’était. Surpris, Arjuna détailla une seconde l’expression distante de l’Ardent et le visage du bronze. C’était lui ou Tamrat semblait s’être crispé ? Indécis, Aru résista à la tentation de laisser libre cours à son empathie pour connaître les sentiments de ses interlocuteurs. Étaient-ils gênés par le comportement d’une de leurs Reines ? Ou, au contraire, le trouvait-il normal ? Il jeta un dernier regard à l’ombre écarlate puis reporta son attention sur les deux Liés qui lui faisaient face.

« Je pense que je commencerai par retourner à Qahra, répondit le forgeron, pour donner des nouvelles à ma famille. Mais, malgré mon costume, je ne suis pas pressé d’aller visiter le Vaendark, j’ai déjà du mal avec l’hiver d’ici. »

Pour illustrer ses propos, il indiqua sa veste en laine brodée.

« Quel coin du Rhaëg préférez-vous ? »

Il jeta un regard vers les toits mais la dragonne avait disparu. En revanche, il ne semblait pas y avoir foule autour de l’étal du tavernier, malgré leur discussion.

« Les visiteurs ne semblent pas trop attirés par notre conversation, fit remarquer Aru. Auriez-vous une idée plus attractive ? »


L’elfe au costume bariolé s’amusait comme un fou. Un Fou, même. En cette soirée dédiée à Kaziel, le Dieu du Chaos, il se sentait dans son élément. Une tenue extravagante – avec des petits grelots musicaux – sur le dos, un verre d’alcool coloré à la main, sa Bêtise merveilleuse à deux pas et un tourbillon de lumière, de couleurs et de rires… tout était parfait ! Même le dédain affiché par son interlocuteur participait à la plénitude du moment. Il ne savait pas d’où venait le fou au costume feu et or, mais ça n’avait que peu d’importance. Il portait les couleurs du Mar Taralöm, se comportaient comme certains érudits du Màr Luimë et se montrait aussi hautain que les grands pontes du Màr Menel. Hautain, pour ne pas dire méprisant et moqueur… Exactement le genre de personnalité que Selcot aimait taquiner, tourmenter, chahuter. Il était prêt à parier que son si digne interlocuteur n’aimait guère se voir ridiculiser, même s’il ne se gênait pas pour railler les autres…

Oh, que ça allait être une bonne soirée !

Ignorant le soupir mental de Beith, le chevalier vert offrit un grand sourire à l’ondin qui lui proposait sa chope, sans cesser d’agiter ses mains et sa tête en tous sens pour bien faire tintinnabuler ses grelots – Diling. Diling.

« Oh, que c’est gentil à toi ! s’exclama Selcot. Je ne te pensais pas si généreux, j’y ferais honneur avec plaisir, mais j’ai encore mon propre verre à vider ! Ta pauvre chope serait tellement triste de passer en second, je crains qu’il ne faille te sacrifier pour elle ! »

Et, joignant le geste à la parole, il prit une gorgée de son cocktail. En réalité, la bière n’était pas sa boisson préférée – c’était plutôt l’affaire de Tyb et de Jojo, – et il évitait de mélanger les alcools dans une même soirée. Sans compter qu’il ne pouvait décemment pas se noyer dans la boisson alors que son interlocuteur lui faisait la grâce de quelques paroles un brin méprisantes très intelligentes et inspirées, n’est-ce pas ?

« C’est formidable ! pouffa l’elfe quand l’ondin déclara que le silence était d’or pour les sages. Je n’ai jamais prétendu être sage ! Ce serait bien trop ennuyeux ! Et, cette nuit, c’est la Fête des Fous, tu n’as donc aucune raison de garder le silence ! »

Ses lèvres s’étirèrent dans un sourire joyeux et un tantinet victorieux, comme s’il avait énoncé un argument irréfutable et que son interlocuteur n’avait plus qu’à se dérider et à faire la fête correctement. Sans doute aurait-il ajouté quelque chose ou aurait-il trouvé un moyen d’entraîner son camarade fou vers les échoppes de boissons malgré ses deux mains prises, si une femme poireau n’avait pas débarqué à cet instant-là. Alors ça, c’était du costume ! Selcot était insensible aux charmes féminins mais il pouvait reconnaître sans mal que la nouvelle venue était une belle plante. Au propre et au figuré. Et le chevalier vert ne put qu’éclater de rire à ses salutations.

« Le plaisir est partagé, Belle Pousse ! » répondit-il en retour, avant de se faire entortiller dans une natte de poireaux.

Il se laissa faire de bonne grâce et pouffa de nouveau au commentaire de la fëalocë.

« C’est une charmante attention, nous en prendrons grand soin ! »

Il desserra tout de même un peu l’écharpe végétale, histoire de pouvoir respirer continuer à déblatérer des sornettes… et s’esclaffa de plus belle en notant l’air pincé de l’ondin. Ô Dieux ! Qu’il ressemblait à la Douairière Chantevent avec cette moue sous son masque !

Il n’eut toutefois pas le temps d’en rajouter une couche de dire quelque chose qu’il sentit Beith se raidir dans son dos. Il pivota sur lui-même juste à temps pour voir approcher un trio hétéroclite. Une petite ondine si petite qu’on se demandait comment elle n’était pas entraînée par la foule, un grand elfe à la peau sombre et un humain blond et costaud. Quelle charmante compagnie ! Surtout que l’elfe – à moins qu’il ne soit de sang-mêlé ? – demandait conseil pour la boisson. Ça c’était des gens civilisés ! C’était important de se désaltérer, même si l’ondin au costume de fou lui renvoyait la balle comme s’il n’était pas concerné.

Haha. S’il croyait qu’il se débarrasserait de lui si aisément, il se mettait le doigt dans l’œil jusqu’au coude !

« Mon compagnon a raison ! clama Selcot en levant son verre coloré sous le nez des trois nouveaux venus. Enfin, raison… Je ne suis certainement pas un expert dans les secrets du vin, mais je sais où on peut trouver les cocktails les plus colorés de Lòmëanor ! Avec même des préparations spéciales, exclusives pour cette nuit ! »

Sans lui demander son avis, il glissa son bras libre sous celui de son camarade de costume, bien décidé à l’entraîner avec lui – après tout, s’il avait vraiment voulu bouder dans son coin, il aurait pu rester chez lui, hein ! – avant de tapoter le bras de l’homme costaud avec le pied de son verre. Il n’allait pas trop embêter le (demi ?)elfe, il avait déjà le bras pris par la main de l’ondine.

« Allez venez, je vous y conduis ! Plus on est de Fous, plus on rit ! »

Il sentit la réticence de Beith presque comme si elle était palpable mais ne lui adressa même pas un regard. Il n’avait pas besoin de la voir pour savoir qu’elle s’apprêtait à saisir son poignard caché contre sa cuisse.

*Paix, Bêtise.*
*Ils ne me plaisent pas. Je suis sûre que ce sont des Ardents.*

Le dragon sous la forme d’un homme à la peau noire ne laissait aucune place au doute.

*Ce sont des Fous. Comme tout le monde ce soir.*

La verte grogna, de façon audible, mais ne dit rien et emboîta le pas à son Lié, non sans jeter un regard hostile à l’autre dragon.

[HJ – Puisque ni Athelstan, ni Scylla, ni Kasim n’ont mentionné l’arrivée de Sărzeghnet, je considère qu’ils sont dans un autre quartier de la ville ;)]


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv


Dernière édition par Arjuna Tlaloc le Ven 8 Oct 2021 - 10:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeVen 13 Aoû 2021 - 19:26

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Altahir[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Norlot12[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth



La belle plante en forme de poireau avait eu un large sourire ravi, même s'il était étiré de manière assez évocatrice... Elle était là pour s'amuser, dans tous les sens du terme et n'avait pas de visée particulière pour avoir un homme dans son lit au soir. Cette fête était tellement l'occasion d'être quelqu'un d'autres et de faire tourner bien plus de têtes. Ce n'était que pure délice de voir les visages masculins sourire à sa venir et tomber presque en pamoison devant elle. Mais ce soir, elle était là pour enjouer son âme et danser. Donc, à la réaction amicale de l'Elfe, elle lui offrit un sourire charmeur  et un clin d'oeil aguicheur à son comparse.

''J'envie déjà mon propre présent, si vous allez en prendre grand soin, avec douceur. Peut être reviendrai-je pour prendre sa place...''susurra-t-elle avec une nouvelle œillade accompagnée d'un clin d'oeil très envoûteur avant de rejoindre la troupe des danseurs.

Elle suivrait le rythme de la musique avant de se trouver une nouvelle ''victime'' à faire tourner la tête. Après tout, la Fête était faite pour être fou non ? Tout était permis ou presque. Puis, elle sentit une sorte de tension dans le don qu'elle partageait avec sa Verte, qui s'était installé un peu plus loin des festivités, guère désireuse de se trémousser comme une folle déguisée dans la foule endiablée. Une Incarnate venait de faire son entrée en scène et pas des moindres. la demoiselle poireau entraperçut la silhouette qui était imposante non par sa taille, mais la prestation qu'elle dégageait. Même si elle était Incarnate, elle demeurait une Reine, une Dragonne fille de Flarmya. Même devant l'aura qui émanait d'elle, elle n'impressionnait pas la jeune femme aux cheveux nattés de végétaux. Il lui en faudrait bien plus. D'ailleurs, peut être que de rendre chèvre sa passagère serait amusant. Après tout, ne devait-on pas rendre Gloire à Kaziel.



Mais revenons à Norloth, qui gloussait joyeusement à la réaction de l'Aspirante de son lié. Pour rajouter à son rire, il secouait la tête de sa fausse tête de crocodilien pour faire remuer les mâchoires de haut en bas.

''Comme toi, ma chère, comme toi... Je profite de la Fête pour m'éclater. Mais je vois que tu es déjà dans le mouvement de la fête hein.''

Il libéra un bon gros rire quand la montagnarde se défit non sans douceur de son bras.

''Pour sûr que je vais miser sur toi, mais je vais parier aussi sur ton adversaire, à part égale. Ce sera plus drôle de cette façon ! ''

Jorgga avait déjà placé son bras, le défi pleinement relevé. Puis, d'un sourire mi-ravi, mi-amusé, il s'était incliné devant la dragonne verte devenue donc la concurrence de la jeune Aspirante.

[/color]''N'est ce pas là le but de ces fêtes, que jouer de malignité, de faux semblants et d'espièglerie ? rassurez vous, Ma Dame, je serai qu'un traître facétieux le temps de cette confrontation osée et cinglée. Et c'est avec plaisir que je me charge des paris ! Mais je n'oublie pas ta présence. Vois mon soutien adapté pour faire honneur à Kaziel ''[/color]

Il gloussa à nouveau, rendant un sourire un peu plus sérieux à sa compagne de race.

°Ne lui pète pas un os, sinon, je risque d'avoir Beith qui va me reprocher de pas veiller convenablement sur l'Aspirante de mon lié. Déjà qu'elle est bien imbibée uhuh. Promis, je te soutiendrai pour un autre défi si tu le désires °

''Allez gentes damoiselles et gentes damoiseaux, qui parie sur quelle force de la nature ? Nous en avons deux en lice, prête à se confronter. La Puissante Montagne inébranlable contre la Grande Reine des Vents Guerriers. Décidez vous vite, car elles sont déjà prêtes à faire jouer de leurs muscles pour confronter leurs forces ! ''



Un peu plus loin, loin de se douter que son Aspirante déjà bien enivrée s'en donnait à coeur joie et se préparait à un joyeux duel avec une Verte, Altahir n'était pas en reste de son côté. Enfin, façon de le dire bien entendu. Malgré le côté revêche de sa partenaire de cette soirée un peu foldingue, il n'en démordait pas et gardait toujours son sourire. Elle aurait beau essayer de casser un peu l'ambiance, il était bien décidé à demeurer avec elle pour essayer de la dérider un peu. N'y voyez pas là une tentative classique d'un homme aventureux d'une nuit avec la compagnie d'une belle dame, même si la Féline avec son fort caractère avait de quoi inviter à la séduire avec plus de sérieux. Mais comme le lié de Norloth se doutait de la connaître, il veillerait à ne pas s'embarquer trop loin pour éviter de la blesser en abordant une pente glissante. Un rien suffisait à pourrir des liens pour longtemps, même si on était en plein dans la Fête des Fous.

Donc, en tentant de lui faire prendre part à un peu plus d'enthousiasme festive, il avait bien senti sa crispation le temps bref qu'elle s'était retrouvé dans ses bras, puis quand il avait commencé à la mener dans un début de danse. Peut être que le début de la pente commençait à déraper un peu.. Mais avant qu'il eut à songer de trouver un terrain moins dérapant, la danseuse réussit à trouver une solution idéale pour sa situation, pour doucement se venger.... en lui marchant sur les pieds. Altahir, vaillant à vouloir garder le sourire en toutes circonstances, ne put empêcher d'avoir un rictus légèrement douloureux à ses lèvres. Ah la maligne ! Diantre, il allait regretter d'avoir pris cette paire de bottes au cuir trop fin pour épargner ses orteils d'un tel châtiment. Mais n'était-ce pas là un juste retour des choses alors qu'il s'était un peu imposé à la Femme Chat ? Et forcément, avec le coup de l'alcool, ca n'aidait d'aucun à danser correctement, lui qui était de base un danseur assez moyen, alors pour guider avec prestance sa cavalière. D'ailleurs, elle avait lorgné son regard vers un étalage des plus gourmands : de petits douceurs en tout genre, salées comme sucrées, paraissaient les appeler de leur finesse savoureuse. Certains étaient petits mais richement décorés de fleurs et de petits animaux en pâtes d'amandes, s'accoquinant avec des roulés de viandes aux motifs d'arabesque décimés sur leur croûte dorés et à l'allure appétissants. Comment résister.... Au moins, sa cavalière qui avait commencé à devenir une tigresse vengeresse paraissait avisé de remplir un peu l'estomac d'une petite collation savoureuse.

''C'est une excellente idée. Je vous épargnerai ma mauvaise conduite de danseur. J'espère que je ne vous ai point écrasé le bout de vos délicats pieds...''

Ah, comment se montrer courtois en toute circonstance, même s'il sentait la pulsation douloureuse de ses orteils malmenés. Pourtant, sa comparse de cette soirée de folie était légère. Donc, elle s'était vengée à sa manière. Kaziel devait être ravi tiens !

'' Ainsi, je pourrai vous inviter à aller boire un petit vin pétillant à vous faire tomber par terre pour mieux poursuivre la soirée ...''

Puis soudain, tout comme la déguisée félidée, il se figea en apercevant une grande forme draconique passer au dessus d'eux. Il n'y avait guère besoin de lumière pour savoir qu'il s'agissait d'une incarnate, encore jeune, mais parfaitement identifiable. Sa partenaire de danse s'était figée, presque paralysée tellement ses muscles s'étaient tendus à la venue d'Ardents à la Fête. Lui-même s'était immobilisé, son masque de renard levé pour regarder la silhouette draconique s'éloigner. Les Ardents avaient le droit comme n'importe qui de participer à la Fête des Fous, mais approcher d'aussi prêt était volontaire... comme pour dominer les fêtards comme des.... moindres....Il serra les dents et ressentit comme une douleur fantôme piquante qui descendait le long des cicatrices de son épaule et de son dos. Pourtant, comme une courte bravade, il tendit son esprit vers cette saurienne qu'il connaissait, ainsi que sa liée ; malheureusement. Il ne s'était pas du tout attendu à les voir débarqué dans une Fête de ce genre, au vue de leur arrogance. Comme quoi, tout pouvait encore arriver et surprendre  

°Salutations jeune Incarnate... Je vois que mes bottes dévorées dans ta prime jeunesse t'ont été plus que bénéfiques, au vue de ce que tu es devenue. Que Kaziel soit heureux de ta venue ! °

Il avait cru retrouver un poil d'espièglerie, mais sa tentative avait avorté dans l'oeuf. Faut dire que leur rencontre, avec sa liée en prime, avait été assez.... mémorable ! .

L'incarnate disparue, il porta son attention sur sa cavalière, qui ne cessait de fixer le ciel vidé de la présence de la Reine Rouge, comme si elle cherchait à la retrouver plus loin. Et son regard...Elle aussi avait eu une mauvaise expérience avec les Ardents... une très mauvaise. Il serra les dents et au vue de ce qu'il avait perçu comme sensation de présence précédemment, n'arrivant pas à mettre un nom sur la jeune femme. Maintenant, il savait qui était immobilisée d'une certaine haine sourde dans ses bras.

Il s'écarta juste un peu d'elle pour la laisser un peu respirer, gardant juste une main droite gantée dans celle de son hôte de danse, qui était définitivement terminée. Nul besoin non plus de lui demander si elle tenait toujours à se régaler des douceurs toujours présentes, qui les appelaient par la vue et par l'odorat, car on sentait un peu leurs effluves appétissants. Mais au vue de qui venait de se produire.

Norloth s'était manifesté, inquiet de ce qui venait de se passer. Le Maître Brun l'avait rassuré d'une simple pensée, démontrait qu'il gérait la situation.  

''Venez... si vous le souhaitez, éloignons nous de toute cette agitation. Je pense que comme moi, ce n'est pas d'un vin doucereux qu'il faudrait maintenant, mais d'une liqueur bien piquante pour se rincer le gosier...''avait-il soufflé doucement, le ton de l'amusement totalement effacé.

Il avait fait un léger pas en avant, attendant de voir si elle allait la suivre ou pas. Le regard qu'il affichait désormais, n'était pas durci par une colère sourde, mais par un ressenti différent, qui paraissait mêlé une souffrance ancienne et rancunière, quelque peu affaibli par le temps mais qui se réveillait quand des Ardents étaient trop présents ou trop proche. Dans l'ombre de son masque, on arrivait à voir un éclat terni, démontrant que lui aussi avait eu à faire farouchement et douloureusement à des Ardents à la croisée des chemins. Doucement, en attendant la réponse de la jeune femme, il avait serré sa main gantée pour affermir non pas sa prise, mais sa présence, comme pour la rasséréner, comme dans un certain passé qui avait rude et bouleversant pour elle. S'en souviendrait-elle ?


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Peddyrsignfin-46ce4af[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Ta’imiti Roimata’toa
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ta’imiti Roimata’toa


Date d'inscription : 04/11/2019
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Carnet de route
Messages : 46
RPs : 40
Race : Ondin
Maître : Erhali Sednereï (PNJ)
Alignement : Neutre Strict (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeDim 15 Aoû 2021 - 6:09

« Puis nous irons danser, toi et moi »

Un frisson parcourut l’échine de Ta’imiti au sourire que lui adressa la Verte. Même sous cette forme humaine, la dragonne avait dans le regard l’étincelle du fauve, sauvagerie que ne masquait pas tout à fait la sympathie qu’elle leur témoignait. Cela n’empêcha pas le jeune homme de lui adresser un discret regard noir tandis qu’elle poussait ainsi son amie dans son vice. Enfin était-ce là son intention, car l’aspirante s’était levée en trombe pour clore la distance entre eux, agitant sa boisson à tout va. Preste, il accompagna ce mouvement soudain, tant pour lui éviter d’être emportée par son élan que pour lui subtiliser agilement la chope déjà à moitié vidée. Alors ils furent campés face l’un à l’autre, et ses yeux répondaient par de calmes nuages aux tempêtes de défi qui grondaient dans le regard de Jorgga.

« T’es vraiment pas drôle toi ! Avoue qu’t’as juste peur de t’faire laminer par un p’tit bout d’femme comme moi !
- Je n’ai pas ton esprit de compétition, c’est tout. Et est-ce que tu m’as déjà entendu parler de toi comme d’un “bout de femme” ? Tu n’as rien à me prouver, tu sais. »

Une émotion se trahissait faiblement dans sa voix car, bien qu’il devinait l’alcool responsable, il était blessé qu’elle pu croire qu’il la voyait ainsi. Pourtant, il ne céda point de terrain et resta stoïque face à elle, soutenant son air de défi. Toute emplie de cette rage de vaincre, majestueuse de colère, elle lui évoqua quelque figure guerrière d’une antique légende de son enfance. Ce n’était plus seulement son Don qui appelait la tempête mais tout son être qui lui semblait en cet instant façonné de la matière des orages.
Les cieux contraires de leurs regards se mêlèrent lors de cette interminable seconde de défi, ainsi que leurs souffles dans cette soudaine proximité. Alors seulement l’ondin, dont l’esprit n’était pourtant point encore embrumé par la boisson, réalisa l’ambiguë situation. Leurs visages se frôlaient presque. Sa main était posée sur les hanches de la demoiselle, comme en la dépossédant de sa chope il l’avait sans y prêter gare saisie par la taille. Ainsi se tenaient-ils tous deux, presque enlacés, les regards embrassés, au milieu de la foule. Prestement mais sans mot dire, Ta’imiti se détourna au même moment où Jorgga se retourna vers son adversaire, et l’étrange instant fut rompu.
Il ne sut si c’était là le fait de ce brusque recul ou du mutisme des vents qui lui pesait de plus en plus, mais l’ondin sentit soudain ses jambes se dérober. Malgré la musique ambiante, il avait à chaque instant le sentiment croissant d’être plongé dans un silence assourdissant. Parfois seulement, celui-ci était percé des envolées lyriques que laissait échapper l’âme de Jorgga, et l’avidité avec laquelle son Don se cramponnait à ces quelques notes le mettait mal à l’aise. Tout autant que ces sentiments bouleversés qui lui avaient à l’instant empourpré les joues. Furtivement, il vint prendre appui de sa main sur le dossier de la chaise récemment abandonné par Jorgga, reprenant son équilibre afin que passe inaperçu ce vertige. Lomeanor ne lui réussissait pas…

Face à lui, le monde semblait se mouvoir plus vite encore, et les demoiselles avaient été rejointes par un homme, également paré tel un animal - s’étaient-ils tous passé le mot ? - qui semblait les connaître toutes deux. Le pari gagnait en ampleur avec ce nouvel arrivant qui haranguait maintenant la foule, et une table fut vite préparée pour accueillir le duel. La jeune femme semblait plus hardie que jamais, le surcroit d’attention la poussant à plus encore de vantardise, tandis que de ses paroles le nouveau venu aiguillonait l’orgueil de la louve féroce. L’ondin commençait à s’inquiéter que le jeu ne prenne une tournure malheureuse, car il ne savait rien de la force véritable de la dragonne sous cette forme. Et si elle était telle qu’il le redoutait, il doutait que son amie ait encore le sang-froid de céder avant d’être blessée. Il porta une main à son visage, mordant le flanc de son index afin que la piqûre le rappelle à la réalité et que ne se dissipe tout à fait le malaise.

Lorsque Norloth invita les badauds à placer quelques pièces dans l’événement, une flamme se manifesta dans l’estomac de l’aspirant, née des années de fréquentations de tavernes. Il l’étouffa pourtant sans ménagement. Si l’envie de parier était là, la raison l’appelait à miser sur la Verte. Et la même raison devinait que Jorgga ne pardonnerait pas de sitôt une telle trahison. Il ignora donc les incitations du saurien et se permit de remplir de la même bière claire le godet de Nymeria. Ayant retrouvé tout son calme habituel, il le lui tendit en raisonnant :
« Mon amie a un verre d’avance sur vous, si j’ai bien compté. Je ne suis pas sûr que cela change grand chose, mais il serait plus honnête de rétablir la balance, vous ne pensez pas ? »
D’un ton égal, il ajouta :
« Au moins pour être sûre que personne ne cherche à contester le résultat »

La chope déposée, il ramena son bras sous les étoffes de son costume. À l’abri des regards, il essuya de son pouce les quelques gouttes de sang ondin qui coulaient le long de son index. Jamais encore n’avait-il fait usage de cette secrète propriété du sang ondin…


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Wave                                                                             [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Rūna Sălv
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Rūna Sălv


Date d'inscription : 07/06/2014
Sexe : Féminin
Présentation : X
Messages : 173
RPs : 82
Race : Fëalocë de sang pur
Âme-Soeur : L'Incarnate Sărzeghnet
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeVen 3 Sep 2021 - 21:47

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Scyla.[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Selasphorath[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Selasphorathfh1
Scylla "Stygia" Lòkë & la Noire Selasphorath

Nox Arcana - Calliope

S'efforçant de ne pas avoir l'inélégance d'un garçon de ferme tout juste sorti de l'étable avant de se voir enrubanné d'atours trop délicats pour son cuir tanné de suif, Scylla n'en demeurait pas moins ridiculeusement amusante, engoncée là dans cette soutane de velours qui la démangeait. L'espace d'une seconde, la Chevalière Noire adressa une oeillade assassine à son acolyte dans l'espoir de lui faire avouer que ses mains farceuses eurent roulé sa tenue dans des poils d'églantier. Mais il n'en n'était rien, pour une fois ! La vérité absolue résidait en une seule et unique chose : un encombrant malaise dans l'affront des mondanités. Edifiant comme l'ondine souffrait moins de trancher une gorge plutôt que faire des ronds de jambe devant un nobliard du Kaerl...
Gratouillant tantôt un pli de coude tantôt son cou, elle pestait intérieurement et maudissait de bon coeur sa chère et tendre Liée, tout autant que le fripon qui semblait clairement s'esclaffer d'une joie moqueuse et absolument indissimulée. Pourtant, un petit éclat moins lourd qu'à l'accoutumée allumait une étoile dans la nuit d'encre de son regard, tandis que Kasim l'entraînait plus avant vers les festivités. Etait-ce seulement ça où le temps qu'il appliqua consciemment - ou non - à poser sa main sur la sienne ?

** Hiiiii ! ** Couina Selasphorath, toujours dans l'ombre de sa petite teigne de bipède.
Une comédie à laquelle l'ondine tâcha de ne pas répondre, quand bien même son esprit bafouillait à son égard des insultes maladroites et brouillonnes. En silence, elle bénit son masque aux airs sévères de dissimuler un visage effaré par autant de suppositions.
Scylla, loin d'être stupide, demeurait par dessus-tout aveugle à ses affects de manière générale, surtout ceux de cet acabit... Alors, comme à chaque fois qu'elle se sentait acculée par l'immaîtrisable, le Chat changeait de sujet.

« Je dois reconnaître que les costumes valent le détour, même celui de Viðarr. » Marmonna-t-elle dans son menton, coupant court aux muettes élucubrations précédentes.

Toujours arquée sur la défensive, même en compagnie d'amis - surtout ceux-là, d'ailleurs, Scylla changea le cap de ses pensées pour mieux leur éviter de fuir et se promener dans sa tête. Alors qu'elle marqua un point d'arrêt magistral à ne plus regarder pour un temps ses compagnons de la soirée, son attention se reporta tout naturellement sur les tissus aux motifs criards qui faisaient la célébrité de cette soirée de tous les diables. Il était plus que certain que Kaziel se rincerait allègrement l'oeil, entre les tenues provocatrices par leur formes et couleurs et celles peu disposées à faire marcher l'imagination en raison de leur légèreté !
Tandis que leurs pas les menaient au croisement principal du bourg, le brouhaha s'éleva et les enveloppa comme la fumée d'un bois de chauffe, aussi durent-ils commencer à élever un peu la voix pour se faire entendre les uns des autres. Enfin, le débit n'était guère plus élevé que d'ordinaire concernant le grand gaillard qui dominait le groupe par la taille !

« Je suis bien d'accord avec toi, l'Ours, ce soir, je bois ! Et quitte à faire raquer son or à notre nabot de compagnie, autant que ça lui coûte la peau des bourses. Hein, t'es pas d'accord ? » Son coude s'en alla rencontrer les flancs de Kasim, tandis qu'elle posa sa question, cette fois pétrie d'un sourire démoniaque pleinement assumé qui agit comme un pansement sur sa décontenance face à l'ampleur de ce joyeux bazar.

« Ne t’ai-je pas déjà dit, mon ami, que l’attente rendait encore meilleure le passage à l’acte ? »

« C'est le genre de truc que dit un paysan grossier qui se persuade que la princesse en veut à son répugnant petit appendice rabougri qui n'a jamais vu le loup... Tu te trahis tout seul, le farfadet. »  

Minaudant un peu, Scylla évita soigneusement de croiser le regard purpurin de son compagnon de guilde tandis que ses lèvres trahissaient un rictus narquois, mais de bon aloi, conférant davantage de diabolisme à son masque. Leurs sempiternelles chamailleries, quasi-fraternelles, faisaient leur réputation, après tout !
Sans avoir plus le temps d'en rajouter, Scylla se fit embarquer vers une place à la foule moins dense, droit dans le sillage de deux bouffons aux costumes extraordinaires. L'un se démarquait notamment par une chevelure d'un bleu rare et époustouflant qui la rendit peut-être un tout petit tantinet de rien du tout jalouse, avant d'asséner sèchement à son envie la fatalité d'un tel détail si voyant incompatible avec sa "profession." Si le physique de celui-ci apparût de prime abord des plus exubérants, un quelque chose de malaisant se dégageait dans son ombre. Son comparse en revanche, semblait être au moins aussi pénible que Kasim... Ce qui n'était pas tellement une bonne nouvelle.
Toute à la fois piquée par l'excitation et ses instincts de bestiole hargneuse et sauvage, elle n'eut guère le temps d'envisager une fuite tant ils furent immédiatement tous trois invités à suivre le drôle d'elfe-turlupin-extraverti. Mais bons dieux que les gens sont sociables, c'est terrifiant..., pensa-t-elle si fort que ses mots suaient à travers son regard de lapin qui aurait croisé un renard. Alors que, bon, le renard, en réalité, c'était plutôt elle... Il apparut néanmoins que l'ondine resserra son étreinte autour du bras de Kasim, tandis que le trublion leur ouvrait la voie de l'ivresse.

Alors, comme à chaque fois que les vieux cadavres de sa timidité reprenaient le dessus, elle ne put s'empêcher de parler pour ne pas paraître décontenancée.

« Menez nous à votre plus illustre aubergiste, celui-là a à coeur de nous offrir le meilleur du meilleur, il vous paiera même un autre verre ! »

Tout bon Chat qu'elle était, au delà des apparences, Scylla scrutait la moindre gouttière susceptible de lui servir d'échelle ou le moindre renfoncement où se dérober. Ses instincts de chasseuse en alerte, elle jeta un oeil par dessus son épaule pour veiller à ce qu'on ne les suivît pas. Et tout bon Chat qu'elle était, le tintement des grelots cousus à la coiffe de l'elfe la courrouça d'une manière inexplicable, alors qu'ils brouillaient tout simplement ses sens.
Scylla voulait rentrer au Kaerl, poursuivre la fête certes ! mais seulement en compagnie des siens. Il était certain qu'un bon petit breuvage bien chargé de derrière les fagots l'aiderait à se décrisper un peu...

Sa Liée en revanche, se délectait royalement des petites tensions suspendues entre elle, le Noir bougon et la candide Bleue. Alors qu'elle lova une oeillade vipérine sur leur consoeur issue d'un autre Màr, Selasphorath passa une main calme dans la chevelure de la belle jeune fille couronnée d'azur.

« Sois en sûre, ma jolie, nous allons nous amuser ! Et allons, tu n'as rien à craindre de nous, je sens ta peur, qui hume comme le jasmin au crépuscule... La diplomatie nous interdit tout acte mal avisé à ton égard. Je vais t'offrir une boisson à la couleur de ta chevelure et nous allons toutes deux tâcher de changer les humeurs de mon frère adoré. Son ton entier se fit soudainement mielleux. Jahangir chéri, il convient aux hommes d'inviter les dames à aller boire un verre, d'ordinaire. Qu'en penses-tu ? Rapprochons nous d'une taverne, s'il te plaaaaît ! »

La Noire, sous ses atours d'elfette nocturne, trépignait d'un air véritablement enjoué, révélant l'éclat de ses dents dans un sourire suppliant rehaussé de la courbe féline de ses yeux à qui il était pénible de dire non. Son petit air mutin suspendu au visage, elle papillonnait des cils en pressant sa joue contre le buste de son dragon favori, plus que certaine de soit le prendre à son piège soit le rendre encore plus amer... Le pari était lancé !


.:: Qu'ils nous haïssent pourvu qu'ils nous craignent ::.
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sarzlogo2[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Final
. ○ • ☾ Nous aimons nous repaître de ceux qui veulent nous soumettre ☽ • ○ .

- Carnet de route -
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeMer 15 Sep 2021 - 20:48

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Kasim-adrikan-solaufein-2-tol-orea__[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Jahangir-Dragon-Noir-Tol-Orea
Kasim "Solaufein" Adrikan & le Noir Jahangir
--[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Vidarr-Askr-vava-tolorea__[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Ia-ros-human-dragon-brun-tolorea
Víðarr Askr & le Brun Iaïros
Spectres des Cendres du Màr Tàralöm



Tout en cheminant à ses côtés, sa petite main reposant toujours sur son bras, Scylla se tortillait de manière tout à fait amusante, contrastant entre son expression sérieuse et ses mimiques d’inconfort. Il laissa son regard assassin glisser sur lui sans s’en émouvoir, ni sans en montrer un quelconque remord. Le jeu en valait clairement la chandelle ! Il se contenta d’esquisser un sourire en coin, gardant son regard fixé sur la ruelle brillamment éclairée, Viðarr sur leurs talons.

Une fois n’est pas coutume, il ne poussa pas plus loin ses taquineries habituelles, laissant l’Ondine ruminer dans son coin, attendant de sa part une répartie digne de sa langue acérée … Qui ne vint finalement pas. Bougonnant à demi, elle lâcha ce qui pouvait passer pour un compliment sur leurs costumes. Rien n’aurait pu lui faire plus plaisir ! Il avait mis grand soin à dénicher sa tenue du soir, et avait pris le temps de conseiller le colosse blond et son Brun sur ce qui leur siérait le plus. Ainsi Viðarr était-il vêtu comme ces marins pirates des mers d’Ys, la chemise ouverte comme pour démontrer qu’il ne craignait pas le froid, un tricorne crânement enfoncé sur la tête et un simple loup draconique en guise de masque ; quant à Iaïros, il pouvait passer pour un parfait petit prêtre Céleste, dans sa soutane blanche bordée d’or, son masque ailé en accentuant parfaitement l’effet.

« C'est qu'il fallait bien au moins ça pour rendre convenablement hommage au Dieu du Chaos ! » Il se fendit d’un sourire fanfaron et insolent, agitant exagérément un doigt pour souligner ses dires. « Je te remercie donc de l’avoir fait remarquer. »

Un croisement, puis un autre, et la voie se rétrécissant, la population sembla se faire un peu plus dense, forçant Scylla à se rapprocher de lui. Sa haute taille lui permettant de fendre aisément la foule, et le nordique veillant sur leurs arrières, il ne s’en formalisa pas, entièrement focalisé sur son but. Il ne remarqua donc pas que Iaïros s’était désolidarisé de leur petit groupe, que ce soit de sa propre volonté – le Brun ayant jugé que de tenir compagnie à trois futurs ivrognes ne promettait pas grande stimulation intellectuelle – ou non – malgré son vif intérêt pour les bipèdes, il n’était malheureusement pas très doué pour se repérer en ville.
Un coup d’oeil jeté par dessus son épaule signala néanmoins au blond l’absence de son Lié, et Viðarr plissa brièvement le front, soucieux de ce qu’allait devenir le dragon au milieu de cette marée humaine. Mais, bah ! Iaïros était tout à fait apte à survivre tout seul, et il n’était pas là pour le materner. Peut-être avait-il décidé d’aller rejoindre Selasphorath, Jahangir et leur joujou désigné pour la soirée, après tout.

A la déclaration de Kasim sur les meilleurs tripots de la ville, il répliqua donc avec sa bonhomie habituelle, éclatant d’un grand rire ravi lorsque Stygia se joignit à la partie pour abonder en son sens. Le Chat, l’Ours et le Farfadet, voilà qui sonnait comme un bien étrange conte pour enfants ! Il était rassuré de voir qu’elle ne perdait pas le nord. L’expression outragée de l’Elfe Noir était tout aussi savoureuse à voir, et le colosse asséna une grande claque approbatrice dans le dos de la demoiselle, une grimace contrite s’affichant toutefois sur ses lèvres en la voyant trébucher. Démoniaque, assurément, elle l’était, mais il oubliait trop souvent qu’elle n’était pas aussi résistante qu’eux.

Enfin qu’importait, car déjà le gamin l’assaisonnait d’une réponse de son cru, et l’Humain contempla les deux avec une affection non feinte. Si dissemblables qu’ils étaient, le nordique les considérait comme sa famille de coeur, et il serait bien heureux lorsque Kasim et Stygia officialiseraient enfin leur relation. Quoi qu’elle crevait les yeux à qui que ce soit doué d’un minimum de bon sens, mais visiblement ils préféraient s’en tenir à se tourner autour et à minauder comme deux puceaux. Chacun ses goûts.

« Devrais-je m’inquiéter que tu veuilles soudain t’en prendre à ma noble virilité ? Je ne sais pas ce qui est le pire, que tu l’insultes ou que tu lui souhaites malheur ! » Son sourire en coin familier apparut furtivement, et le Moredhel fit peser une œillade lourde de signification sur sa compagne. « Rassure-toi cependant, elle est, aux dernières nouvelles, en parfait état de fonctionnement et régulièrement entretenue, ainsi qu’il se doit. »

« Ptètre ben qu’elle voudra vérifier par elle-même après ça, ha ! Tu d’vrais t’méfier, gamin ! » Et le voilà qui poussait du coude alternativement l’Elfe et l’Ondine, comme pour mieux appuyer le sous-entendu. Si le sourire moqueur de Kasim ne perdit pas en intensité, le blond ne manqua pas de noter l’ombre d’une hésitation qui vint obscurcir momentanément ses iris purpurins. Idiots, l’une tout autant que l’autre, pour ne pas saisir l’évidence, que c’en devenait hilarant, vraiment !

Ils n’eurent pas le temps de déflorer (!) plus avant le sujet, car ils venaient de s’arrêter face à un duo de bouffons vêtus de couleurs criardes, que même un homme tel que Viðarr, doté de peu de goût en matière vestimentaire, trouvait agressif pour les yeux. Mais s’il fallait en passer par là pour accéder aux boissons tant vantées …  Il faisait confiance à l’instinct du Moredhel pour ça. D’autant que l’un des deux hommes avait l’air tout à fait sympathique, accompagnant ses gestes amples de grelots tintinnabulants. Quant à l’autre bleuet … Le blond pinça les lèvres. En dépit de son costume de fou, il avait tout l’air d’être de ces personnages rasoirs trop plein de leur propre importance.

Un peu plus loin, trouant le ciel nocturne et attirant les regards, une ombre sanglante, massive et familière, s’abattit alors sur les toits de la ville, faisant momentanément taire les conversations. Ses muscles se raidissant par pur instinct, l’Elfe se crispa, percevant sans le voir le monstre à la vêture incarnate, sentant au creux de son esprit, d’un même mouvement, Jahangir resserrer possessivement sa prise sur lui. Le Noir avait aperçu sa soeur et aussitôt une crainte atavique, chargée de méfiance, l’avait saisi, transpirant à travers leurs âmes liées. Il se dégageait de la jeune Reine une aura dérangeante, quiconque croisait ses prunelles aveugles pouvait en convenir.

Une soudaine gravité frangeant son regard, Kasim se força à sourire, écartant la dragonne de ses pensées. Les rumeurs allaient bon train sur l’allégeance de sa Liée et il existait autant d’avis différents que de personnes sur la nature exacte de ses relations avec Iskuvar, mais lui n’avait pas oublié sa prise de position lorsque Martel avait officiellement défié le Seigneur après ses multiples absences. Elle représentait une variable inconnue et par conséquent, un danger, pour lui, et surtout pour son maître.

Chassant les frissons que l’apparition avait provoqué, il lâcha un rire franchement amusé face aux soupirs du sang-mêlé aux cheveux bleus. Glissant sans égard envers lui un bras autour de ses épaules, le Moredhel siffla tout bas, une expression ravie illuminant son visage.

« Allons, allons, messire Bleuet, qui donc viendrait à Lòmëanor la nuit de la Fête des Fous en prétendant ne pas être là pour s’amuser ? Joignez-vous à moi et mes compagnons, et je vous promets une soirée inoubliable ! »

Maintenant le contact avec lui juste assez longtemps pour venir érafler et irriter cette impassible façade, il se tourna vers le Fou aux Grelots, venant reprendre sa place auprès de Scylla, toujours auréolé d’un naturel désarmant, couvrant une nouvelle fois sa petite main de la sienne, comme pour l’empêcher de prendre la fuite. Il voyait dans son regard tout son désamour pour la foule, et encore plus envers les gens bien trop sociables pour leur propre bien, tel que leur vis à vis.

« Parfait dans ce cas, nous nous en remettons à vous. J’ai dès le départ senti que vous étiez un homme de confiance. » Il se mordit la lèvre pour garder son sérieux, avant de poursuivre, jetant un bref coup d’oeil à Viðarr derrière lui. « L’anonymat est certes de raison ce soir, mais permettez-moi de nous présenter. Vous pouvez nous appeler le Chat, l’Ours, et ... le Farfadet. »

Il haussa un sourcil piquant d’une subtile dérision sur la femme courtement vêtue qui les observait avec une visible animosité. Il n’était pas sûr pour l’homme bleu, en revanche, concernant le bouffon, il soupçonnait une probable affiliation Céleste. Cela lui importait peu, il n’était pas là en mission pour le Kaerl, mais il ne comptait pas laisser passer une occasion de les asticoter.

« Allez venez, je vous y conduis ! Plus on est de Fous, plus on rit ! »

Se détendant visiblement, Viðarr qui s’était déjà fendu d’un large sourire à la sympathique proposition du petit bonhomme aux oreilles pointues – ce dernier lui rappelant irrésistiblement leur propre original à eux – ne manqua pas de venir manifester plus avant son approbation, en claquant sa grosse paluche sur l’épaule engrelottée.

« Aaah, en v’là un qui sait comment m’parler ! T’as foutrement l’flair pour ça, Kas … Le Farfadet ! »

Et tandis que Scylla donnait elle aussi son accord, le Moredhel offrait au regard admiratif – ou pas – de son public, une élégante révérence, emboîtant sans attendre le pas au bouffon à travers les ruelles adjacentes.

« Donc, messire Bouffon, quelle boisson merveilleuse et enivrante auriez-vous en tête de nous faire découvrir ? »

***

A quelques rues de là, Jahangir, son attention détournée par la silhouette ensanglantée de sa jeune sœur Incarnate, en ressentait encore la tension dans le creux de sa gorge, quoi qu’elle ait désormais disparu de sa vue. Ses péchés à elle, la profondeur des abysses obscurs dans lesquels elle se baignait, allaient bien, bien au-delà de ses petits vices à lui, si malsains soient-ils.

De tous les dragons partageant le sang honni de son géniteur, elle était celle qu’il haïssait le plus. Trop puissante, trop royale, trop pleine de fureur, la simple couleur des ses écailles criait à tous qu’elle était l’héritière des vénérées Reines du Màr Tàralöm. Il la craignait en vérité. Il ne pouvait prétendre lutter contre elle, lui qui n’était guère plus qu’un misérable insecte dans son ombre. L’Incarnate pouvait décider de l’écraser par simple lubie, s’il manifestait le moindre signe d’opposition à sa souveraineté.

Convulsivement, il enveloppa la présence de Solaufein en lui de ses ailes invisibles, marquant un peu plus son emprise sur son âme, et se rapprocha sensiblement de Selasphorath. Il n’était pas et ne serait jamais l’égal de Sărzeghnet, qu’importait combien ce prégnant sentiment d’infériorité l’écœurait au plus profond de lui-même, mais il entendait bien régner sur ce qu’il considérait comme son propre royaume, si petit soit-il.

L’éclat de ses prunelles d’or liquide se faisant plus intense, tendu vers les toits obscurs, ses lèvres vinrent découvrir une nouvelle fois ses canines, en une mimique sauvage et impatiente. Il sentait d’ors et déjà la migraine poindre, et il regrettait déjà d’avoir autorisé Solaufein à se rendre à cet étalage de débauches ridicules.

Mais sa compagne ne l’entendait pas de cette oreille, et il retint un grondement d’exaspération, son regard malgré lui attiré par la mine - se voulant attendrissante - que lui adressait Selasphorath. A Kazièl la diplomatie ! Son sang bouillait de fureur contenue, et il lui était difficile de contenir sa violente envie d’effacer le sourire enduit de poison que persistait à arborer la petite Bleue. Il n’était pas d’humeur à prétendre discuter philosophie ou à badiner insoucieusement comme le faisait l’autre Ardente, et la fée céruléenne le découvrirait très bientôt, si elle continuait son petit manège de sainte nitouche.

Sa prise se durcit sur le bras de sa sœur Noire – que Jahangir le veuille ou non, elle seule était capable de l’apaiser dans ces situations-là – et il abaissa les yeux sur elle, pressée maintenant tout contre son torse, l’expression faussement suppliante. Elle possédait ce pouvoir sur lui, et elle le savait, mais il refusait, encore et toujours, de le lui céder. Leurs regards s’affrontèrent, dans un silencieux duel de volonté, pendant ce qui lui sembla une éternité, avant que le dragon ne se détourne finalement, grinçant d’une voix âpre :

« Comme il te plaira. »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Nagendra Tuncay
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Nagendra Tuncay


Date d'inscription : 15/05/2020
Présentation : URL
Messages : 12
RPs : 9
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Llyr
Fonction : Verseur de Sang
Affiliation : Clan Dominant
Alignement : Loyal Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeJeu 23 Sep 2021 - 23:32

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Nerieh11 [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Tamrat12
Maître Neriah Akachi & le Bronze Tamrat
Décurion Incandescent

Neriah reposa sa chope vide sur la table. Du bout de la langue, il vint chasser les dernières gouttes amères sur ses lèvres. En toutes choses, il aimait toujours chercher et ne retenir que le meilleur ; il était pourtant bien obligé de l’admettre : le breuvage servi par le patron ne justifiait pas à lui seul qu’on vienne s’échouer à son comptoir et encore moins qu’on s’y attarde. Mais le Sang-Mêlé était un homme de parole et il n’irait pas confier au gérant que le manque de clientèle avait plus à voir avec la piètre qualité de ses boissons et moins avec la démonstration d’enthousiasme de celui qui n’était, au final, qu’un Fou parmi les autres.

Arjuna, comme tous, avait levé les yeux pour observer l’arrivée de la Dragonne Incarnate. Peut-être était-ce la première fois qu’il voyait l’un de ces démons aux ailes d’incendie ? C’était comme être le témoin d’un cataclysme – mais les forces de la nature, aussi aberrantes et cruelles qu’elles puissent paraître, avaient leur place dans l’ordre des choses. Il avait tenté, au début, de se rebeller contre un tel concept jusqu’à y trouver ce qu’il considérait désormais de plus beau dans la vie : son inhérente cruauté.
D’une pensée un rien railleuse, Tamrat souffla dans sa mémoire les paroles farouches de la petite demoiselle aux boucles d’or qui accompagnait le Torhil et sa compagne Fëalocë. Peu importait leur livrée, les Reines restaient Reines… Et comme il préférait ne pas s’appesantir sur les dégâts causés par la Reine en question, incertain du sentiment que cet étalage de puissance avait pu provoquer chez son interlocuteur, gageant toutefois de sa nature, le Sang-Mêlé enchaîna sans lui laisser le temps de commenter la scène.

Parler d’escapades lointaines, d’un avenir plus ou moins proche où sa vie serait Liée à celle d’un Dragon – voilà qui était nettement plus réjouissant !

« Ah, oui, je comprends ! J’ai eu du mal à m’acclimater moi aussi, quand je suis arrivé. Et encore, j’ai de la chance. Les températures sont plus clémentes quand on vit à l’intérieur d’un volcan. » glissa-t-il avec un fin sourire en songeant, amusé, à la froideur que devaient déployer les nuits au plus près des étoiles. Neriah n’affectionnait pas particulièrement les frimas du Vaendark mais il avait grandi aux portes d’un désert de sable et l’idée d’une même étendue, recouverte celle-ci de neige et de glace, lui avait alors semblé fascinante. Le Nord avait été sa première destination à défaut d’avoir été sa favorite – et pour ce qui était de décider quel était son lieu de prédilection…

« Je n’sais pas trop. » Il fit pianoter ses doigts sur la table tandis que défilaient distraitement derrière ses paupières les images de ses nombreux voyages. Les jungles de Qahra habitaient un peu trop de dangers à son goût. Le Ssyl’Shar ne lui évoquait que des mauvais souvenirs. Quant au reste, il se trouvait facilement désarmé devant les paysages trop vastes et trop solitaires. « J’aime beaucoup les îles d’Ys, on y trouve jamais ce qu’on était venu y chercher à la base, mais on en revient toujours les poches et la tête pleines de trésors. »

Près de lui, Tamrat émit un son qui ressemblait indistinctement à un soupir rêveur et le Sang-Mêlé tourna un instant la tête pour lui adresser une œillade emplie de tendresse. Le visage de Neriah hantait sûrement les bas-fonds de Karasdorg en compagnie des âmes qu’il y avait fauchées – mais à cette époque, Tamrat n’existait pas encore et tout cela était derrière lui désormais. Homme et Dragon s’étaient véritablement trouvés sur ces rivages aux mille tempêtes, et pour cette raison, Neriah savait que les Dieux lui avaient pardonné ses errances passées.

À la remarque d’Arjuna, Neriah rompit le contact avec son Lié et embrassa les environs du regard. La fête battait son plein mais ne souhaitait pas, de toute évidence, se joindre à eux.

« Les visiteurs ont un bon instinct collectif. Ils ont senti la supercherie. » déclara le Maître Bronze d’un air de défaite, secouant la tête et haussant vaguement les épaules. « Je suppose que mon plan était voué à l’échec dès le départ. Mes idées sonnent toujours mieux dans ma tête. »

° C’est faux. Je suis dans ta tête et si tu t’entendais… °

Neriah chassa le mauvais esprit du Dragon d’un mouvement de poignet à la nonchalance étudiée. Il y avait forcément une autre solution ! Il cala son dos contre la table et prit appui sur ses coudes afin de mieux regarder les passants, laissant les sens surnaturels de Tamrat l’orienter inconsciemment de silhouette en silhouette. Ils pouvaient prétendre autant qu’ils le souhaitaient, jouer avec la crédulité, l’innocence ou simplement la bonne disposition de ceux qui croisaient leur route, ils restaient tous deux des prédateurs – l’un par sa nature même, l’autre par la déviance de ses instincts. C’étaient en tant que tels, et rien d’autre, que leurs yeux scrutaient le défilé de costumes et de masques.

Déjà ivre. Sûrement trop timide. Mains baladeuses. Parle trop. Armée jusqu’aux dents.

« Je sais exactement ce qu’il nous manque. Arjuna, je vous charge de commander la prochaine tournée ! » conclut finalement le Sang-Mêlé d’une voix étrangement plus grave avant de s’élancer dans la foule avec toute la rapidité de l’oiseau de proie dont le crâne blanchi ornait désormais son front.

La Neishaane avançait seule, d’un pas à la mesure éthérée. Tamrat n’avait pas su effleurer les légers secrets qui affleuraient toujours les bords d’un esprit lorsqu’il avait tenté de questionner le sien. Il n’y avait pas plus de réponses aux innocentes sollicitations mentales du Bronze autour d’elle que d’expression sur son masque lisse ou de ridule à la surface d’un lac gelé. Ce qu’il pouvait affirmer, en revanche, était que l’ombre de la demoiselle avait des crocs et des griffes et qu’il flottait dans son sillage une prégnante odeur de soufre et de sang. Assez pour faire se tordre d’appréhension les perceptions les plus subtiles du Dragon – Neriah, lui, ne reconnut que l’ambivalence de sa présence et ne se laissa pas impressionné par l’émoi de son Âme Sœur.

Il se porta à la hauteur de la jeune femme en quelques larges enjambées, toujours ce sourire chaleureux et si facile posé sur ses lèvres. « Rien n’est plus aisé que de se fondre dans une foule, pourtant il semblerait que la solitude ne soit jamais plus remarquable qu’au milieu des autres. » Le Sang-Mêlé éclata d’un rire carillonnant avant de secouer la tête, agitant les breloques et les chaînettes accrochées à sa coiffe.
Calquant son pas sur celui de la Neishaane, il reprit :
« Il faut bien que la fête commence quelque part… Laissez-moi vous offrir un verre. » Il esquissa une moue gênée, baissant à peine le ton. « En vérité, j’ai fait une promesse à un tavernier et je ne veux pas heurter ses sentiments. Vous seriez la deuxième personne que j’arrive à convaincre de s’arrêter à son échoppe. » Il marqua une pause, le menton tourné vers Arjuna et Tamrat. Le Dragon avait l’air prêt à s’enfuir sans demander son reste, ses yeux d'or écarquillés braqués sur le Torhil comme s’il venait de lui pousser une tête supplémentaire. « Troisième, si je compte mon Lié, mais je crains qu’on considère cela comme de la triche. Qu’en dites-vous ? »

Et alors même qu’il posait la question, le Sang-Mêlé les avait déjà fait dévier en direction des tables, presque imperceptiblement.


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sign_n10
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_l10
Revenir en haut Aller en bas
Persée Garaldhorf
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Persée Garaldhorf


Date d'inscription : 31/08/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 173
RPs : 58
Race : Elfe-Fëalocë
Âme-Soeur : La Bleue Vraël
Fonction : Ex-Ancalikon
Affiliation : (Maison Amberle)
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeJeu 30 Sep 2021 - 15:58

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Sassthelstan_blue_tolorea-570ed74 & [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Blue_moon_by_bao_pham-56251b5
Athelstan Thrawnen & la Bleue Lhassa
Sénateur, Màr Luimë


Evidemment qu’il ne pourrait pas être un simple spectateur cette nuit, qu’il serait pris à parti de quelque fou aviné ou à l’esprit tortueux – ou les deux. Evidemment que seul un énergumène béni par Kaziel lui-même, ou son rejeton Osmaël, pouvait l’entraîner dans la ronde de balivernes de cette fête, sans lui laisser d’échappatoire qui ne nuirait pas à son entreprise. Evidemment qu’il fallait que cet elfe loquace serait extrêmement difficile à écarter de sa voie.
Evidemment. Le Grand Tricheur devait rire à gorge déployée devant le désarroi d’Athelstan Thrawnen.

L’intellect en constante activité du Maître Bleu piétinait dans le sable, incapable d’avancer de manière fluide et régulière. Si l’ennui n’était pas au rendez-vous – les dieux l’en préservent, il ne trouvait pas pour autant d’intérêt à cet échange proprement ubuesque. S’il n’y avait eu cet Aspirant dont le sénateur Sednereï lui avait donné la charge, il se serait volontiers éclipsé plus tôt. A la vérité, il pouvait très bien récupérer d’autorité l’apprenti et rentrer au Màr. Il se moquait éperdument que celui-ci s’amuse ou non. Il ne s’inquiétait pas non plus outre mesure pour sa Liée. Ses maigres moyens de défense n’en faisaient pas une proie intéressante pour les prédateurs rôdant à la Fête des Fous.

Le lutin elfique s’emparait de son bras, entraînait la troupe hétéroclite devant de nouveaux débits de boisson, et dans cette danse inexorable vers l’inconnu, Athelstan se surprit à se laisser porter par le mouvement. Telle une barque qui se perdait au large avec la marée montante. La pantalonnade de son confrère à la verve habile en faisait un parfait chef de file pour une énième frasque où s’enjaillaient la bêtise et les excès. Ce qui n’aurait dû être qu’une farce, fugace et déjà oubliée, attisait curieusement son intérêt.

« Qui donc viendrait à Lòmëanor la nuit de la Fête des Fous en prétendant ne pas être là pour s’amuser ? »
- Moi.

Un mot froid et dur, sans émotions, pareil à une pierre lâchée dans une mare. Athelstan plissa les yeux en dévisageant sans retenue son interlocuteur. Le contact physique lui déplaisait, mais ne lui hérissa pas le poil. La superbe machinerie de son esprit venait de dénicher un sujet d’études qui le fascinait de minutes en minutes. Ces inconnus bigarrés au profil de prédateurs, il les devinait Ardents. Des trois compères qui étaient apparus au détour de cette rue, le Farfadet titillait le plus son intellect. Un elfe à la peau sombre et aux yeux rougeoyants, une petite créature au sourire vipérin, un géant trompeusement jovial : la compagnie hétéroclite s’engageait vers le meilleur débit de boisson – avis subjectif s’il en est – de la ville. S’il n’y avait eu l’acariâtre dragonne sous forme bipède du premier bouffon pour leur rappeler le danger de mélanger les allégeances, nul n’aurait su deviner qu’il y avait peu d’amitiés dans cette cohorte.

Les lèvres minces de l’ondin s’incurvèrent en un sourire sans chaleur, où affleurait l’appétit vorace d’un collectionneur de savoirs, tandis que son esprit traçait mille et unes théories autour de ces énergumènes.

… Kas’ ? Intéressant.

¤¤¤

Des tensions délétères se cristallisaient dans le sillage de ces trois dragons déambulant dans les rues animées de Lòmëanor. La Noire semblait être celle qui jouissait le plus de cette situation. Elle caracolait, belle telle une fleur vénéneuse, et la brûlure de son regard, comme ses paroles, resserrait des cordes invisibles autour de ses acolytes. Elle attisait les flammes de la discorde et de la malice, en digne feu follet du chaos, semblant saliver d’avance à la perspective de quelque facétie ignominieuse.

Elle avait reniflé la peur suintant de Lhassa. Comment aurait-il pu en être autrement ? Si le Noir la couvait d’un regard clairement hostile, où elle devinait presque un éclat de jalousie bien qu’elle n’en comprenne pas la raison, la factice fée bleue craignait davantage la femelle. Car il était clair que c’était elle qui maîtrisait la situation. Elle paradait sur la scène, avec une écrasante et insidieuse domination, et menait la barque des trois dragons là où son caprice la guidait. Rien ne paraissait pouvoir l’arrêter.

- Vous êtes plus cruels que moi, non-parents. Il est naturel d’avoir peur.

Elle craignit soudain que ses mots aient dépassé sa pensée, qu’ils puissent affecter le relatif statu quo entre les deux étrangers et elle. La Bleue se perdait en conjectures, incapable de formuler correctement une stratégie qui lui permettrait de résister à l’attrait des ténèbres.

Une béance obscure, emplie d’une terreur atavique, menaçait d’avaler Lhassa. Ses jambes tremblaient sous le tissu. Elle connaissait bien ce sentiment et y céderait volontiers le moment venu. Ses tortionnaires excitaient ses instincts, la poussant à se montrer soumise et apeurée, car tel était son rôle : celui de la proie. Mais elle était aussi Enfant de Flarmya, fille du Màr-sous-les-eaux, seconde face d’un être dual autant façonné par les flots languides que par les abysses glacés. Le chaos était roi ce soir. Il suffirait d’une note dissonante dans ce simulacre d’harmonie pour faire basculer la scène. Lhassa savait déjà qu’elle céderait à cet appel, parce que la nature le lui commandait, tout autant qu’elle fuirait si l’occasion se présentait. Elle possédait trop peu d’honneur ou d’amour-propre pour s’embarrasser des on-dit sur sa personne.

- Certains alcools ont parfois un effet inattendu sur notre espèce. Mon Lié en a étudié plusieurs. Je sais quelles boissons pétillent sur la langue, lesquelles colorent le monde en illusions, ou celles qui vous enflamment le sang. Je peux vous conseiller !

Le sourire peint sur le doux visage de Lhassa s’avérait indéfinissable. Sa main verserait-elle le poison, ou la panacée, qu’elle arborerait la même expression lointaine, comme si ces problèmes terrestres ne la concernaient pas.

¤¤¤

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Semperya_de_Galastden & [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Vsso
Semperya de Galastden & la Verte Nymeria
Dirigeante de la Maison Galastden, Màr Menel


Indifférente au froid de la saison, Nymeria frissonnait pour de toutes autres raisons. La perspective de jouer et de danser s’effaçait devant l’inquiétante croissante qu’elle ressentait pour sa Liée. Tous ses sens en alerte, elle se détourna un instant de la conversation, le regard braqué dans la direction d’où elle sentait pulser son lien, tel un second cœur, avec la fëalocë. Semperya restait silencieuse. La Verte n'ignorait pas ce que cela signifiait. Elles n’avaient pas besoin de mots ou de pensées pour se comprendre. Un cauchemar vivant venait de s’incarner au-dessus de la cité. Semperya n’était pas en danger, ou la dragonne l’aurait immédiatement su. Mais celle-ci attendait une réponse, sans quoi elle volerait arracher sa sœur à ces périls fantômes.

Après un temps infini d’attente, Nymeria perçut une vague de chaleur, hésitante puis tendre, et elle décrispa lentement ses muscles. Elle ne put retenir un soupir de soulagement. Semperya faisait face. Elle saurait se débrouiller, sa confiance en elle ne s’était jamais essoufflée. Si elle estimait n’avoir pas besoin de son aide, la Verte pouvait raisonnablement se détendre.

° Me crois-cru réellement capable de faire intentionnellement du mal à une Aspirante du Màr Menel ? Elle a choisi ce duel et doit en assumer les conséquences, alors seulement elle apprendra de ses erreurs… °

Un regard de la grande rousse aux canines aiguisées vers l’Aspirante en question suffit à rappeler aux forces en présence que la balance penchait un peu trop en sa défaveur. Nymeria haussa les épaules, sans se départir de son sourire provocateur.

° Hélas, elle n’est clairement pas en état. Ni notre sœur Beith ni toi n’apprécieraient qu’elle soit abîmée pour rien, n’est-ce pas ? Peut-être l’oisillon devrait-il regagner le nid, avant qu’il ne fasse une grosse bêtise. °

Tandis que Norloth haranguait les foules ave enthousiasme, le seul Aspirant encore sobre l’aborda avec une nouvelle chope. Elle salua sa sollicitude, de même que son souci d’impartialité. L’ayant remercié d’une œillade taquine, elle leva son godet en l’honneur des fous présents cette nuit, puis la vida à grandes gorgées. Aussitôt, le goût lui parut étrange. Une saveur douce-amère glissait sur sa langue et s’attardait sur son palais. Elle n’en devinait pas la cause, mais ne put manquer de songer aux conséquences. Si cette bière de mauvaise qualité était sans doute sans danger pour un dragon, elle pouvait tout de même compter sur de probables aigreurs d’estomac.

- Pouah ! Immonde ! Cette bière est frelatée !

Des grimaces écœurées agitaient le minois de la Verte, qui se demanda comment l’alchimie d’un alcool pouvait à se point se tordre. Retroussant le nez comme si cela pouvait lui permettre d’oublier le goût affreux de la boisson, son odorat exacerbé capta alors une fragrance étrangère. Celle-ci tournait autour du faux torhil, tel un nuage diffus et invisible, qui rappelait le venin de certains serpents d’eau douce. Les yeux de Nymeria s’étrécirent, alors qu’elle reconnaissait l’odeur du poison et du sang, sans toutefois comprendre pourquoi celle-ci se faisait plus précise autour de l’Aspirant. Il était peut-être ondin, après tout. Eprouvait-il des difficultés à maîtriser ses émotions et, par conséquent, les toxines de son espèce ?

- Ce bras de fer me paraît inégal, déclara-t-elle en dardant des yeux inquisiteurs sur le supposé ondin. Très, très inégal ! Votre amie tient à peine debout. Le jeu n’a donc aucune valeur… Alors, danserez-vous avec moi ?

Elle chercha un instant à sonder son regard, soupçonnant quelque duperie sans parvenir à mettre la griffe dessus. Avec un haussement d’épaules, elle pivota vers Norloth, cherchant à capter l’attention du Brun, et lui offrit son plus magnifique sourire carnassier, son opulente chevelure formant une couronne de grenat autour de son masque.

- Ou ce sera toi, petit frère ! Tu ne laisserais pas une dame seule cette nuit, n’est-ce pas ?

¤¤¤

Semperya aurait dû s’empresser de rassurer sa Liée, tendue et anxieuse, qui attendait patiemment une réponse de sa part. Au lieu de cela, elle s’était appuyée sur sa présence, chaude et forte, rassurante tel un roc au milieu de la fournaise, se servant d’elle comme d’une béquille pour ne pas céder aux miasmes de ses cauchemars. De vieux démons s’agitaient dans son âme cette nuit. Des souvenirs qu’elle avait enterrés, acceptés et qui, galvanisés par la fantaisie de cette fête absconse, osaient à nouveau braver sa mémoire. L’époque où elle laissait la peur la dominer était révolue. Elle avait fait la paix avec son passé.

Quand bien même ne regrettait-elle aucun de ses actes. Quand bien même ne voyait-elle toujours en les Ardents que des rivaux malmenant l’ordre idéal qui pourrait permettre à Tol Orëa de prospérer en paix. Quand bien même n’avait-elle jamais pardonné, ni à elle-même ni à ses geôliers, les souffrances qui marquaient encore aujourd’hui, de manière indélébile, sa chair et son âme.

Passé l’instant de stupeur, où elle avait contemplé le vol narquois et arrogant de cette figure de cauchemar, où toute sa haine s’était avivée en une fraction de seconde, elle s’empressa d’assurer à Nymeria qu’elle allait bien. Elle pouvait gérer ses démons. Que sa Liée s’amuse ! Elle ne risquait rien qu’elle ne puisse regretter au réveil le lendemain. La Verte en convint de bonne grâce, laissant sa Liée assumer les conséquences de ses actes. La fëalocë put alors prendre toute la mesure de l’attitude de l’inconnu au faciès de renard envers elle.

- J’ai faim, messire, annonça-t-elle sans ambages, ayant retrouvé tout l’aplomb de sa superbe. Je propose de prendre tout ce que nous pouvons sur cet étal et de trouver un endroit tranquille où nous faire oublier. Vous devez connaître des liqueurs qui brûlent le ventre et qui fouettent les sens, non ? Ce me semble raisonnable de les goûter maintenant…

Elle ne choisissait pas de se vautrer dans le stupre et la luxure. Un cœur d’acier comme le sien ne s’abreuvait pas jusqu’à la lie avec la lâche intention d’oublier ses soucis. Elle ne fuyait pas. Elle voulait affronter le chaos, en le provoquant, en lui signifiant qu’elle pouvait goûter à ses tentations, mais que jamais elle ne plierait face à lui. Son regard tomba sur la main que son interlocuteur étreignait doucement. Il resserrait son étreinte, comme s’il tentait de lui communiquer un réconfort. Elle fut bien en peine de lui répondre. Un nom émergea de sa mémoire, et elle sut enfin qui il était. Le Renard et elle partageaient une histoire commune, courte, sanglante. Certains se rapprochaient après avoir vécu de tells événements. C’était mal connaître Semperya Lanthis de Galastden.

Elle aurait pu se défaire de son étreinte avec dignité. Elle n’en fit rien. Elle resserra imperceptiblement ses doigts sur les siens, consciente qu’ils partageaient un souvenir désagréable dont ni l’un ni l’autre n’avait à rougir. Une dette de sang les liait, de laquelle Semperya n’avait pas eu l’occasion de s’acquitter. S’il fallait sacrifier un peu de son temps pour une cause juste, elle laverait peut-être enfin ses dettes cette nuit, sans rechigner à la tâche.

¤¤¤

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 S0yl & [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_n13
Âqen Doigts-de-cendres & la Noire Nout
Colporteur & Cartomancien, sans Kaerl


Sur une petite place, installé sous des lanternes de papier, un stand n’attirait pas les foules. Au milieu de la cohue chamarrée et bruyante des joyeux fêtards, quelques badauds s’approchaient de l’étranger qui siégeait sur un tabouret de fortune, le rire aux lèvres et des questions pleins la tête. L’inconnu contemplait la fête avec des yeux tranquilles, le visage camouflé sous un masque de faucon aux plumes turquoise. Sa silhouette longiligne s’étirait, gracieuse et diaphane, sous de multiples couches de tissus vert et or, assemblées de manière inextricable et sans forme définie. De gestes mesurés, avec un sourire énigmatique mais bienveillant, il proposait aux passants de lire leur avenir dans les cartes, de leur conter des histoires venues d’antiques civilisations, ou de leur narrer les dernières nouvelles du monde. Saltimbanque itinérant, voyageur sans attaches, il répondait aux demandes avec diligence, arrachant des hoquets de rire ou de stupeur à l’assistance, tandis que ses mots dépeignaient des contrées merveilleuses.

De temps à autres, quand on daignait lui poser la question, il donnait son nom. Âqen Doigts-de-cendres. Mais personne ne le connaissait. Cet ermite qui ne se réclamait d’aucun Màr affirmait qu’il avait quitté la Terre de l’Aube depuis longtemps déjà. Il ne s’étonnait donc pas que son nom ne ravive aucun souvenir. Ses longs cheveux argentés desquels dépassaient des oreilles effilées, alliés à ses maigres mains aux doigts de musicien ne suffisaient pas à lui donner un âge. Observer la dragonne qui feignait de sommeiller derrière lui n’aidait pas davantage.

Nout la Noire avait couché son corps racé dans le dos de son Lié. Ses écailles luisaient de délicats reflets métalliques sous la lumière des lunes. Malgré sa posture au repos, les ailes sagement repliées contre ses flancs, ses yeux roulaient, sagaces et vigilants, pour embrasser le décor et la moindre âme qui s’approchait de l’étal. Plus haute que les petits dragons noirs, mais pas assez pour égaler la taille adulte optimale d’une Impératrice, il était difficile de lui donner un âge, ou même une allégeance. Elle veillait, gargouille peinte aux couleurs de la nuit, dans un parfait silence.

- Mesdames, messires, souhaitez-vous prendre un siège ? s’enquerrait poliment l’elfe, d’une voix douce, aux curieux qui s’approchaient.
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeLun 11 Oct 2021 - 10:45

Cette fois, Aru n’avait pas besoin de son empathie pour comprendre que son interlocuteur n’avait aucune envie de parler de la grande créature incarnate qui fragilisait les maisons de Lòmëanor dans leur dos. Malgré une impression diffuse de malaise – dont il était certain d’être l’unique source puisque ses boucliers mentaux étaient bien en place – le forgeron mit donc de côté ses interrogations pour se concentrer sur la conversation. Ce n’était pas très difficile, il était plutôt curieux de connaître les opinions du maître bronze sur les différentes contrées du Rhaëg. Lui-même ne connaissait que le climat tropical de Qahra – et encore, les Plaines Estentines et Itzahuacán étaient relativement clémentes – et le désert de sable du Ssyl’Shar, et Dakarai n’avait pas eu l’occasion de visiter d’autres continents et de les lui raconter.

« Je ne connais pas du tout, mais je note, répondit le torhil à propos des Îles. Et je crois qu’une amie d’enfance est partie y vivre après son mariage, ça pourrait être l’occasion d’aller la voir, en premier voyage. Ou deuxième du coup. »

Voire avant. S’il obtenait l’autorisation de Peddyr, rien ne les empêchait, Dak et lui d’aller visiter l’Archipel d’Ys en compagnie de Chishongo. Ça ferait du bien à sa Furie de se changer les idées. Elle avait avoué elle-même qu’elle n’avait pas fait grand-chose d’autre que de se concentrer sur son aspiranat pour conférer l’Empreinte au plus vite afin de pouvoir venir le chercher… et, depuis, qu’il avait rejoint le Màr Menel, elle se donnait beaucoup de mal pour « être digne de sa Reine ». Ce qui était idiot, Flarmya ne les aurait pas Liées si elle ne l’était pas déjà. Non vraiment, un changement d’air ne pouvait être qu’une bonne idée.

Heureux de son projet, Arjuna laissa son regard errer à travers la foule qui se pressait autour de l’étal, comme s’il cherchait sa sienne et sa Reine, mais elles n’étaient évidemment visibles nulle part. C’était plutôt bon signe, ça signifiait qu’elles avaient trouvé un autre centre d’intérêt dans la ville. Il avait hâte de les retrouver, mais il tiendrait parole avant. Malheureusement, l’étal du tavernier ne semblait pas très attractif. Le forgeron haussa un sourcil lorsque le Maître Akachi parla de supercherie ; lui ne trouvait pas le vin chaud mauvais mais il devait reconnaître qu’il avait peu de points de comparaison puisqu’il avait découvert cette boisson le mois précédent lors de sa rencontre avec Poisson.

« Ça ne paraissait pas idiot, émit Aru. Le vin chaud n’est pas mauvais. »

Mais son interlocuteur avait visiblement une autre idée en tête, et le forgeron n’eut pas le temps de réagir qu’il était déjà parti vers une jeune fille qui marchait seule. Une neishaane, apparemment.

« Il agit toujours aussi vite ? » s’enquit le forgeron auprès du dragon qui était resté à côté de lui.

Le maître bronze n’était pas aussi vif que Dakarai ou Chishongo, mais il était quand même rapide.

« Vous connaissez cette dame ? »

De là où il se trouvait, Arjuna n’entendait pas les paroles échangées entre le sang-mêlé et la neishaane, mais il avait le pressentiment que non. La jeune fille était sans doute, comme lui, passée au bon endroit au bon moment. Il remarqua toutefois que la trajectoire de l’inconnue s’infléchissait dans la direction du stand, que ce soit voulu ou non, et fit donc signe au tavernier, histoire d’accéder à la requête de Neriah et de commander de quoi accueillir la nouvelle venue – si tant est qu’elle suivait bien le Décurion.

« Souhaitez-vous quelque chose ? proposa-t-il au dragon. À manger, peut-être, si vous n’aimez pas les boissons proposées ? »

Habitué à fréquenter Chishongo et, dans une moindre mesure, Sveargith, Aru n’avait aucune hésitation pour adresser la parole à Tamrat. Ses barrières mentales ne lui permettaient pas de percevoir l’état d’esprit du bronze mais il espérait que celui-ci se détendrait au fur et à mesure de la soirée. Après tout, la Fête des Fous existait pour s’amuser. Et, en attendant la venue éventuelle de Maître Akachi et de son invitée, le torhil commanda deux nouveaux verres de vin chaud – le sien n’étant pas fini – ainsi que ce que le bronze pouvait avoir désiré.


Même les meilleurs avaient des défauts… et Selcot n’avait jamais prétendu faire parti des meilleurs. Quoique ce terme puisse vouloir signifier. Il n’avait donc aucun scrupule à se montrer bavard et un tantinet envahissant auprès du fou aux cheveux bleu, et d’autant plus que celui-ci ne semblait pas ravi d’être la cible de son attention. L’air pincé de l’ondin réveillait son esprit de contradiction et l’incitait à donner le meilleur de lui-même – tout comme, au Kaerl, il prenait un malin plaisir à se montrer particulièrement expansif lorsque son comportement pouvait remonter aux oreilles de certaines personnalités coincées telles que les douairières Chantevent ou de Leysse. Et puis, ce n’était pas comme s’il tenait son interlocuteur en otage, hein. S’il le souhaitait, le bouffon au costume feu et or pouvait très bien lui fausser compagnie… s’il ne le faisait pas, c’était bien que ça lui plaisait au fond !

Et les nouveaux venus semblaient du même avis que lui puisque le (demi-)elfe passait un bras autour des épaules du fou coincé pour le confronter. L’air froid et pincé de l’ondin accentua le sourire de Selcot qui laissa même échapper un éclat de rire malgré la réserve hostile qu’il pouvait percevoir venant de Beith. Les yeux pétillants derrière son masque, le guérisseur offrit une révérence outrancière soulignée par le tintement des grelots au probable sang-mêlé à la peau sombre qui reprenait sa place près de la petite ondine en présentant sa petite troupe. L’Ours, le Chat et le Farfadet. Ma foi, c’étaient des noms tout à fait acceptables pour une soirée en l’honneur de Kaziel !

« Enchanté ! s’exclama le chevalier-vert d’un ton ampoulé parfaitement exagéré. Je vous avoue que mon compagnon ici présent ne s’est pas présenté, mais Bleuet lui va magnifiquement bien. Quant à moi, je ne suis qu’un Bouffon... »

En se redressant, il glissa un regard en coin vers sa sienne merveilleuse dont le masque ne suffisait pas à cacher la moue désapprobatrice.

*N’y songe même pas !*

« … Et voici Arlequine la Magnifique ! » termina Selcot en ignorant royalement la mise en garde de sa dragonne.

Une fois les présentations terminées, il n’y avait plus de raisons de retarder l’Expédition vers les Cocktails Colorés en Édition Limitée, et l’elfe s’empressa donc de passer son bras sous celui de Messire Bleuet – que ce nom lui allait bien, surtout avec le titre pompeux ! – et d’entraîner la petite troupe vers l’entrée de la ville. Il n’avait pas prévu, toutefois que l’Ours lui assènerait une claque amicale capable de lui démettre l’épaule.

« Ouch ! » lâcha-t-il en faisant un pas en avant pour retrouver son équilibre dans une protestation de grelots.

*Non, Bêtise !*
*Il t’attaque et … !*
*Mais non, tout va bien.*

Selcot offrit un sourire amusé à l’Ours brutasse :

« Tu fais honneur à ton nom, l’ami ! »

Et, sans lâcher le bras de Messire Bleuet – il ne faudrait pas qu’il leur fausse compagnie ! – il s’inclina à nouveau, mais pour la petite ondine, cette fois.

« Ta générosité – comment ça, c’était surtout celle du Farfadet dont il était question ? Détail que cela ! – me donne des ailes, Dame Féline ! »

Il prit la direction de l’auberge qu’il avait vu en arrivant, tout en répondant à l’elfe à la peau sombre.

« Je vous emmène découvrir les cocktails de Kaziel ! Il ne faut pas ignorer une telle merveille ! Surtout ce soir ! s’exclama le céleste, avant de baisser la voix pour mimer un ton de confidence… même s’il restait parfaitement audible par tous les membres de leur groupe. Bon, il faut reconnaître que ça ne vaut pas ceux de mon fournisseur habituel, mais il est inaccessible ce soir et puis ceux-là sont très bons quand même ! »

Il agita son verre sous le nez de ses interlocuteurs, faisant chanter les grelots de ses manches tout en révélant les multiples nuances de sa boisson.

« Regardez ce magnifique mélange de couleurs ! On se croirait sur la place centrale de Lòmëanor avec tous les lampions ! D’ailleurs, il s’appelle Les Lampions de Kaziel ! Y a aussi Les Visages et Les Costumes ! Et plein d’autres ! Et puis du vin et de la bière évidemment mais c’est quand même moins drôle… »

*Tu sais, Bêtise, tu n’es pas obligé de me suivre. Pourquoi tu ne vas pas retrouver Mâyuri ou Norloth ?*
*Et te laisser tout seul avec ces Ardents ? T’as même pas un couteau avec toi.*
*Il n’y en a pas besoin. On est tous des Fous ce soir.*
*Ah ça, c’est sûr. *

Selcot camoufla son soupir sous un nouveau sourire tout en se faufilant à travers la foule comme si celle-ci ne le dérangeait pas. C’était peut-être à des moments comme celui-ci qu’il semblait vraiment faire montre de la grâce supposée des elfes et de son lien de parenté avec la danseuse Naevys. Enfin, il s’arrêta enfin devant l’échoppe qu’il visait.

« Et voilà ! Le Repaire des Cocktails Colorés ! indiqua le guérisseur d’un grand geste du bras qui agita à nouveau ses grelots – et fit fuir quelques gouttes de sa boisson. Alors ? Ça vous convient ? »

Une pancarte devant l’étal faisait la liste des cocktails spéciaux pour la nuit. Elle était suffisamment longue pour que chacun y trouve son bonheur… Même le Messire Bleuet puisqu’il y en avait deux ou trois sans alcool.


[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitimeLun 18 Oct 2021 - 16:06

[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Altahir[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Norlot12[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Norlot13
Altahir Nordan & le Brun Norloth


Norloth, qui s'amusait à essayer de lever quelques paris, tout en s'amusant à secouer sa fausse gueule de crocodile pour paraître plus drôle encore et attirer l'envie de parier sur le duel à venir, tenait à l'oeil la situation. Même si la Fête poussait à l'autodérision et bien d'autres traits de caractères qui méritaient de s'exprimer dignement pour Kaziel, il n'en demeurait pas moins que ferait un peu tâche de devoir ramener la montagnarde à Selcot en cas de dérapage malencontreux. Autant il se ferait sévèrement disputé par Beith, mais Altahir se ferait sermonné par son ami elfique, alors qu'ils étaient passé au dispensaire y a encore pas si longtemps que cela après leur retour du pays natal de Jorgga. Si jamais cela devait se présenter, nul doute que son lié préférerait s'échapper à l'autre bout du monde. Mais pour l'instant, l'humain était tendu, après le passage de l'Incarnate. Bon ! Au moins, à ce que le Brun sentait, il ne perdait pas pied et veillait à demeurer dans le sillage de Semperya.

Le dragon sous son déguisement d'homme-crocodile ricaneur harangua une nouvelle fois la foule pour essayer de rajouter quelques piécettes à son maigre butin. Les gens étaient plus à même d'être des spectateurs que des joueurs. Ah, les vils gredins, ils redoutaient de perdre ? Ou parce qu'ils savaient à qui ils avaient à faire pour ce qui était de confier quelques monnaies à un dragon tel que Norloth ? Intérieurement, le lié d'Altahir était déjà tout sourire. il avait déjà la bonne excuse pour confier la somme éventuellement gagnée à qui de droit....Brièvement, il tourna un peu la tête, pour regarder en coin Nymeria, avec un rictus un peu amusé à ses lèvres.

°Un petit mouvement incontrôlée de ton bras de bipède pourrait suffire à faire un peu mal....Il est vrai qu'elle a choisi ce petit jeu de force physique, mais tu avoueras que c'est un peu facile de dire oui, quand on est un poil éméché et qu'on ne sait pas à qui on se mesure. °

Il se permit un petit gloussement, qui fit tressauter ses épaules et en même temps la gueule béante de son casque crocodilien, qui rajoutait du ridicule rieur à la situation.

°est ce parce que tu redoutes la colère de Beith ? Je termine ma petite récolte sonnante et trébuchante et je vais la ramasser, avant qu'elle ne se fasse mal toute seule.°

Et il relança l'appel aux paris. Là, clairement, il jouait de filouterie ! Puis, quand il entendit la Verte s'exclamer en raison d'une petite gorgée prise d'une bière tantôt par un ondin tout proche, il ne manqua pas cette fois d'éclater de rire et de se retourner vers elle.

''Ben alors, brave guerrière, on ne sait pas boire une boisson d'homme ? ''

Il gloussa à nouveau, manquant de se plier un peu en deux de rire. Il ne manqua pas de s'essuyer une larme qui naissait au coin de l'oeil, tellement il riait. Il souffla pour essayer de reprendre un peu de sérieux, tout en l'observant houspiller gentiment le généreux donneur de bière. Par contre, il marqua un temps de stupéfaction devant la possible proposition de danser avec Nymeria...

''Ben euh... ''

Il paraissait pris au dépourvu... avant de sourire fièrement.

''Je ramène l'oisillon montagnard à son nid, et je reviens. Tu peux ouvrir la danse avec ce jeune homme si serviable. N'est ce pas, jeune homme, qu'on ne refuse pas une danse à une si belle dame qu'elle ? ''Dit-il en s'adressant à l'Ondin.

Puis, avant d'aller attraper Jorgga qui protestait ouvertement, il regarda ses pièces.... Il prit la main de Ta’imiti pour y déposer le fruit raté des paris.

''Pour payer à boire à tout le monde ! Allez l'Ourse, viens ici ! ''

Il attrape la montagnarde pour la placer sur son épaule, comme un chasseur ramenant une jeune biche en trophée. On entendit vociférer l'aspirante jusqu'à la sortie des lieux festifs.


***

Altahir s'était attendu à ce que la main qu'il tenait en toute douceur se serait vivement retiré sans ménagement. Au lieu de cela, elle était demeurée dans le creux de sa main gantée. Etait-ce volontaire ou parce que par la jeune femme ne s'était pas encore rendu compte de où se retrouvait celle-ci ? Accaparée par le passage de l'Incarnate, son esprit devait être en prise avec ses souvenirs de souffrance. Quand l'esprit se retrouvait pris dans un maelström de souvenirs, d'émotions marquantes et plus encore, les sensations physiques devenaient imperceptibles, devenant de simples fantômes le temps d'un instant. Le céleste ne pouvait que comprendre qu'en surface ce qu'était en train de vivre la Maîtresse Verte. Il n'avait pas subi ce qu'elle, elle avait affronté. A moins de circonstances tragiques ou voir même la guerre, jamais il n'aura à vivre l'horreur, la privation et la torture. Enfin... normalement.

L'instant de tension et de rappel à des souvenirs remontés à la surface par la simple présence volante d'une Reine Ardent passa vivement. Comme pour passer à autre chose le plus rapidement possible, la Féalocé énonça vivement le désir de se restaurer. Ce fut tellement soudain comme revirement que ce fut au tour de l'Humain d'être pris de stupeur. Avoir faim après un moment pareil ? En fait, quoi de plus normal non ? C'était un bon moyen de se changer les idées et d'inonder l'esprit de d'autres sensations autre que la vue, pour aider à penser à autre chose. Soit, même s'il s'avouait prévoir plus de boire que de manger sur le coup. D'ailleurs, elle aussi, à ce qu'il entendit sur l'instant. Quelque chose qui aurait de quoi remuer les boyaux.... Il lorgna déjà l'étal tout proche d'eux pour voir ce qu'il pourrait chiper d'assez brûlant pour la gorge et les tripes. Puis, il sentit la main de la jeune femme qui se fermait doucement dans la sienne, acceptant son soutien silencieux à ce qu'elle avait revécu par le passage imposant de la Reine Incarnate. Au moins, pourra-t-il se sentir presque ''utile'' alors que les festivités battaient leur plein pour satisfaire Kaziel. Pour ce soir, le Divin devra se passer de deux de ses convives. Car, manger et surtout boire, était quelque chose de primordial non ?

Il essaya d'esquisser un sourire ravi à l'invitation de combler leur estomac respectif de nourritures et de boissons.

''Cela tombe bien, j'ai repéré une boisson qui répond parfaitement aux critères exigés.''

Sur le coup, il hésita à retirer sa main de la sienne, craignant un peu que par ce simple retrait, elle ne se sente délaissée. Ce n'était qu'une main dans une autre, me diriez vous... Il resserra doucement ses doigts contre les siens, tout en la regardant en silence. Il hocha doucement de la tête, comme pour libérer un message muet qu'il n'allait pas s'esquiver sans rien dire. Puis, calant son bâton dans son dos, il libéra sa prise doucereuse de la main de Semperya.

Il se rapprocha de l'étal, attrapa deux verres en étain qu'il fourra dans une poche de sa large tunique, prit au passage une bouteille en verre cristallin à la forme un peu serpentine qui contenait encore pour plus de les trois quart de son volume un liquide à la teinte rosée tellement légère qu'on se demandait si ce n'était pas une illusion d'optique. De son autre main, il prit un plateau qui contenant deux pains moyens, ronds et pourvus d'un couvercle brun et croustillant ; c'étaient des pains surprises, contenant de plus petits pains fourrés à bien des recettes. Si avec tout cela, les deux déguisés n'avaient pas assez à boire et à manger.....

Altahir prit les devants, invitant d'un mouvement de la tête, sa compagne à le suivre pour s'éloigner un peu des festivités. Une ruelle vide de monde, mais illuminée par par quelques lampions colorés, se présenta à eux après quelques instants de recherche. Altahir s'y rendit, profitant de l'absence de convives, posant ses acquisitions alimentaires -et les deux verres, sur une caisse heureusement présente. Puis sans attendre, il remplit les deux contenants piqués à l'étal. Il tendit celui de son ''invitée''.

''Vous désiriez une liqueur à en tordre les intestins ? Je suis certain que celle-là va répondre à vos attentes....''

La dernière fois qu'il avait bu une gorgée de ce truc ? C'était lors d'une ''virée'' à Ssyl'Shar. Il avait cru avoir bu un volcan dans un verre. Il appréciait de boire bien des boissons, mais c'était plus celles qui avaient des saveurs douceâtres, mielleuses ou fruitées... pas celle qui vous faisait sentir l'ardeur du soleil en plein midi sur les dunes de sable.

Il prit le verre, tout comme son courage. Il leva son verre vers la Fëalocé

''A la vôtre''

Et il but le contenu d'une trait..... avant de tousser un bon coup, sentant le feu passer dans sa gorge et dans son estomac....


***

La Dame toute vêtue de végétaux venait de sortir dont on ne sait où une nouvelle écharpe fait avec des parties de poireaux. Sans doute que cela venait de dessous sa robe. Elle avait repéré une nouvelle ''victime'' après avoir entre-aperçu un défi de bras de fer qui avait vite cessé après une déclaration par forfait, emportée comme un sac à patates sur l'épaule d'un homme-crocodile. Doucement, presque en dansant, elle s'approcha de l'Ondin qui avait hérité bien malgré lui des quelques pièces qui aurait dû ''normalement'' servir à parier sur la gagnante du bras de fer.

''Si vous payez à boire, je ne saurai refuser un élan de générosité de votre part, bel Ondin''susurra-elle après s'être mis face à lui et lui offrant sa petite écharpe de poireau en lui entourant son cou avec.....


L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Peddyrsignfin-46ce4af[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous   [RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous - Page 2 Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP Officiel] Chimères & Extravagances ~ Fête des Fous
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lòmëanor-
Sauter vers: