-11%
Le deal à ne pas rater :
PC Portable – HP Pavilion Gaming – 17,3″ RTX 3050 (via ODR ...
824 € 927 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] L'empreinte d'un mystère

Aller en bas 
AuteurMessage
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMer 20 Jan 2021 - 23:07

25ème jour de Mystraku - Hiver 919
Bordure des massifs montagneux d'Undomë


Le vent soufflait timidement en ce jour de grand soleil. Sous le ventre de la voute céleste, s’étalait à perte de vue une immense forêt de conifères, courant sur le flanc des nombreuses montagnes et glissant au creux des vallons. D’un habituel reflet émeraude obscur, cette dernière s’était vue saupoudré d’une discret manteau de neige lui conférant alors une rassurante clarté. Par moment on pouvait percevoir le bruit d’un tas de neige chutant de sa branche, chassé par le murmure de ce lieu. Il régnait ici une incroyable quiétude, l’illusion d’une parcelle isolée du restant du monde au milieu de laquelle Yarvin se plaisait à se ressourcer.

Il se tenait là, posé sur la pointe d’un imposant roc, le fusain suivant la dance décidé par ses doigts emmitouflés dans leurs gants. Ce n’était guère pratique, sa précision se voyant largement entravée, mais qui valait cependant mieux que ne plus rien sentir du tout. Malgré les intenses échardes ardentes dardant à travers le ciel, Yarvin ne parvenait qu’à sentir la douce caresse du froid tentant par tous les moyens de s’infiltrer sous ses épaisses couches de vêtement. Aussi allait-il devoir se remettre prochainement en route s’il ne souhaitait pas se transformer en bonhomme de neige au poil gelé.

Il lui tenait cependant à cœur de finir son croquis avant de lever le camp. Ses dernières expériences en ville ne s’étaient pas vraiment passées comme il l’espérait, au contraire. Yarvin n’avait croisé que quelques bourgades jusqu’alors, et aucune d’entre elle n’avait su répondre à ses attentes, aussi bien d’un point de vue humain qu’universitaire. A commencer ainsi un long voyage il y avait de quoi être déçu et un peu démoralisé. Alors pour ne pas se laisser aller, afin de garder le gout de toujours aller plus loin, le jeune homme s’était mis en tête d’immortaliser sur un de ses petits cahier le plus de souvenirs, si possible positif ou inspirant, de chacun des lieux qu’il visitait. Ici, la grâce immaculée de l’hiver dans les bras du titan monde.

Les coups de fusain grattant le papier légèrement jauni se firent entendre, accompagnés par quelques timides piaillements pendant encore quelques minutes, Yarvin ne boudant pas son plaisir.  Puis lorsqu’il eut terminé, il tendit le bras comme pour éprouver la fidélité de son œuvre. On n’y retrouvait pas richesse des contrastes certes, le trait était grossier et le style sans fioritures. Yarvin s’avéra malgré tout content, esquissant même un sourire en coin satisfait. Il rangea alors le matériel dans son sac avec soin puis entreprit de reprendre la marche, bâton à la main. Lorsqu’il se leva, son fessier endolori par dureté de la roche le gratifia d’un élan de douleur inattendue, lui arrachant au passage une légère grimace. Il était plus que temps pour lui de filer.

D’un bon pas il reprit son chemin, se lançant sur une voie sauvage cernée par les géants sylvestres ainsi qu’étouffée par un voile blanc la recouvrant dans son entièreté. Il lui restait encore quelques jours de marche jusqu’à sa prochaine destination. Destination qu’il espérait de tout cœur cette fois, digne d’intérêt. Cela faisait déjà quatre mois que Yarvin s’était lancé à l’assaut de l’aventure en quête de savoirs et d’expériences inédites, à la recherche de ces ingrédients qui le feraient grandir en tant qu’homme mais également en tant que guérisseur. Hélas, il n’avait jusqu’alors gouté qu’à de maigres miettes, peu satisfaisantes et surtout bien incapables de faire taire cette soif de connaissance dévorante. Il se devait d’avouer que les quelques bourgades traversées jusqu’ici s’étaient révélée plutôt modeste et leurs habitants, peu accueillant au jugé de Yarvin.

Avec un peu d’honnêteté, il lui fallait aussi reconnaitre quelques avantages à ces haltes. L’herboriste n’avait pas pu laisser passer l’opportunité d’utiliser ses facultés médicales et s’était alors permit d’offrir son aide aux quelques malheureux dans le besoin. Une attention inattendue qui, si elle ne s’était vue rétribuée en pièces sonnantes et trébuchantes, lui avait valu d’obtenir quelques précieux vêtements forts utiles en prévision d’un dur hiver -une écharpe ainsi qu’un manteau miteux mais plutôt épais-. Ainsi que quelques remarques concernant son apparente insouciance. Yarvin n’avait d’ailleurs toujours pas comprit pour quelles raisons.

Le pas lourd entravé par l’épaisse couche de neige, le garçon avançait difficilement, la vue régulièrement gênée par la brume qu’il crachait. Il se força ainsi pendant une bonne heure tirant chaleur et réconfort de cet effort nécessaire. Yarvin aimait profondément le bruit que faisaient ses pas lorsque ceux-ci s’enfonçaient dans ce duvet immaculé. Il aimait se laisser bercer par cette mélodie rythmant sa rude avancée, toujours accompagné par le sifflement du vent courant au creux de la forêt. Il aurait aussi pu, s’il le souhaitait, rester sur le sentier principal reliant les deux étapes de son voyage et profiter d’un sol plus agréable à arpenter. Mais Yarvin n’était pas très friand à l’idée de se déplacer de façon aussi exposée, se sentant alors particulièrement vulnérable.  Et surtout il la savait puissante et facile d’accès par ici, noyée entre les racines entremêlées, cajolée par la terre riche et fertile, cette source d’or coulante loin en dessous de ses pieds.

Il marqua une halte le souffle court. Un rapide coup d’œil dans le ciel lui confirma que la journée était déjà bien avancée. Un petit coup de main n’allait pas être de refus.  

Il mit donc un genou à terre puis entreprit de déblayer la surcouche neigeuse. Il ôta non sans difficulté ses gants après avoir déposé son bâton de marche à ses pieds, pour ensuite apposer ses paumes nues contre sol. Il inspira une grande bouffé d’air frais, ferma les yeux et se mit à faire le vide en lui. Un cri silencieux résonna depuis son cœur jusqu’au entrailles de ce monde lointain. De cet appel survint un lien qui émergeât des profondeurs inconnues venant alors se nouer autour de son être éthéré.

Il était dorénavant connecté à la source d’or.

Par sa simple volonté il puisa dans ce puit d’abondance, de chaleur et de force. De ce sol transi par le froid implacable de l’hiver remontèrent les filaments de puissance telluriques, des stries de force pur courant jusqu’aux creux des mains rêches du garçon qui s’infiltrèrent ensuite jusqu’au cœur de cet enfant de la terre. Il resta ainsi pendant un long moment, laissant le temps à la vague de se déverser avec douceur dans tout son être, d’investir la moindre parcelle de ce corps fatigué par l’effort. Une fois au terme du processus, Yarvin se permit d’expirer profondément. Un souffle nouveau l’habitait dorénavant ainsi qu’un grand sentiment de gratitude.

°Je ne te remercierai jamais assez pour tout ce que tu m’offres.  Que ce présent puisse un jour servir à d’autres, que ta prospérité soit éternelle.°

Mais alors qu’il s’apprêtait à déchirer le lien le maintenant dans cet entre-deux parcellaire, Yarvin fut soudainement frappé par ce qui lui parut comme un souffle brutal ou plutôt une vague de fond. Une onde de force qui lui avait paru venir de si loin et pourtant encore si audible et même tangible, faisant frémir l’entièreté de cet océan rayonnant. Le jeune homme concentra alors toute son intention sur l’origine de cette perturbation les sens alertes, son âme encore toute retournée par le choc de cette confrontation. Attentif, son esprit s’aiguisa et orienta ses sens jusqu’à pouvoir l’entre-apercevoir. La trace de la déformation, imposante et surtout stupéfiante.


Yarvin reprit pieds sans plus attendre tandis que la vision s’étiolait emportant avec elle l’image de ce monde majestueux pour revenir à ce vaste labyrinthe végétal dans lequel il se trouvait véritablement. Puis il observa en direction du signal, tiraillé entre deux émotions très distinctes. D’un côté son esprit animal guidé par la peur qui lui hurlait à la plus grande prudence, de ne pas s’éterniser dans les environs et de prendre le large au plus vite et ce en toute discrétion. Tandis qu’en face, sa nature curieuse nourrit par son intellect et sa soif connaissance lui susurrait langoureusement de s’intéresser un peu de plus à ce curieux phénomène. Il s’agissait après tout d’un évènement inédit pour lequel tout était envisageable, possiblement d’une dangerosité sans nom ou bien inoffensif, nul ne pouvait l’affirmer.

Yarvin resta un instant sans bouger les lèvres figées, le regard portant au loin comme s’il tentait déjà d’apercevoir la nature de ce secret.

° Qu’est-ce qui peu bien avoir causé un tel remous ? Qu’est ce qui peu ainsi autant influencer la mer souterraine ? °

Les secondes flottèrent comme en suspens.

Yarvin toujours quelque peu incertain de son choix repositionna le sac sur son dos, enfila de nouveau ses gants puis se lança en direction du mystère une fois sa canne de nouveau en main. Les questions furent temporairement mises sous silence, l’herboriste décidant qu’il aurait le temps d’y réfléchir en chemin et d’aviser le moment venu.


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10


Dernière édition par Yarvin Lisroc le Jeu 28 Jan 2021 - 23:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMar 26 Jan 2021 - 19:18

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz12
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Peu importait qu’il s’agisse de la première ou de l’énième fois, peu importait qu’elle ait passé plus de temps à partager les rêves d’une créature ailée qu’elle n’en avait passé clouée au sol, la première vision du vaste monde qui s’étalait à perte de vue au sortir de l’Interstice était toujours un incomparable vertige. Peu importait, également, que l’odeur de l’inconnu et de l’aventure lui soit familière, gravée dans son cœur par les souvenirs de ses innombrables escapades de jeunesse ; les respirer provoquait encore en elle une excitation délicieuse, parait ses joues du rose pâle de l’aurore. Les années et les peines, les attentes et le poids du devoir sur ses épaules frêles avaient pu assagir son tempérament, elle n’en restait pas moins une éternelle enfant au caractère fantasque, s’émerveillant de tout et de rien.

Alors, là, perchée sur le dos de sa plus fidèle compagne, elle eut soudain envie d’écarter les bras pour caresser les nuages, de pousser un cri de joie clamant sa liberté – mais elle n’en fit rien, car la seule pensée d’en être capable suffisait à la satisfaire.

En cette saison, il était plus fréquent pour les deux Âmes Sœurs de choisir des destinations aux températures plus clémentes afin d’échapper aux frimas de leur maison. Eníredis en profitait généralement pour rendre visite à ses vieux amis et professeurs de Terre de Liberté, et pour substituer aux encombrantes pelisses le confort de robes légères. Cependant, cette année, Ihintza en avait décidé autrement. Quant à connaître les raisons d’un tel revirement, ni l’une ni l’autre ne s’était réellement posé la question. Eníredis aurait suivi sa Liée au sommet des plus hautes montagnes comme au plus large des terres sans battre des cils car elle faisait confiance à son intuition tout autant qu’à son instinct de créature ancestrale.

Au lieu du sable et du soleil implacable, elles furent accueillies par une infinie mer d’émeraude, dont les vagues parsemées d’écume neigeuse suivaient le relief brut des monts orientaux d’Undòmë, et un vent mordant aux distincts relents de givre, de pierre humide et de résine. Encore trop excitée par les infinies possibilités de leur voyage pour se préoccuper du froid qui s’infiltrait sous ses laines et fourrures, l’Elfe se pencha contre le cou de sa Liée, son sourire mutin et enchanté trouvant le chemin de ses pensées.

° Et où donc nous mènes-tu, ma sœur ? À la chasse au Bugdul ? Si on parvient à mettre la main dessus, je saurai à qui l’offrir. °

Le rire de la Verte fit fredonner sa propre poitrine. ° Il paraît qu’on fait dans la région des armes belles comme des bijoux, et des bijoux aussi dangereux que des armes. L’un comme l’autre devrait convenir à ta fille. °
° Je ne veux pas lui donner une arme. C’est du plus mauvais effet, surtout sur une jeune femme aussi jolie. °
° Tu as passé l’âge de jouer à la poupée. Et elle semble vraiment se croire capable de battre Tybalt au bras de fer, indépendamment du temps qu’elle passe à s’entraîner avec ton neveu. Quelles conclusions en tires-tu ? °

Eníredis soupira, rechigna à reconnaitre la véracité des propos de sa Liée pour la simple raison qu’ils ne lui plaisaient pas. Elle avait laissé l’éducation de Silindiel à une mercenaire et à un guerrier. Même s’ils l’avaient voulu, même pour honorer ses volontés et leur promesse, ils n’auraient pas été en mesure de faire d’elle la délicate princesse qu’elle s’était plu à bercer dans ses songes. Mais elle était sa mère, et quelle mère voulait voir ses enfants prendre les armes ? La Guerre avait pris un à un les enfants de sa sœur, et le deuil lui avait à son tour pris sa sœur. Elle refusait de croire que la paix ne pouvait s’acheter qu’au prix du sang. Aucune fleur n’était assez belle, assez précieuse, pour exiger de n’être abreuvée que de larmes.

° Un bijou, alors. °
° D’accord. °

Laissant là ce sujet qui avait remué bien malgré elle des sentiments désagréables, Ihintza changea de cap. La tranche de ses ailes lacérait les nuages tandis qu’elle effectuait quelques légères acrobaties, louvoyant au gré des vents et courants dans l’espoir de divertir sa Liée, profitant de l’écrin secret que lui offrait la nature pour laisser libre cours à toute sa fantaisie. Et puis, finalement, la Dragonne se percha au sommet d’un piton rocheux. Ses griffes raclèrent la pierre pour mieux s’y accrocher, provoquant un léger éboulement. Bouche bée, Eníredis s’accorda un instant pour contempler la fresque hivernale sous leurs yeux avant de laisser une de ses mains venir caresser le cou de sa Liée.

° Descendons. Avec ce froid, j’ai besoin de me dégourdir les jambes. °

La Verte effectua de larges cercles au-dessus de la forêt jusqu’à enfin repérer une percée entre les sombres cimes. La clairière était juste assez large pour lui permettre de se poser sans trop griffer l’écorce des arbres alentours ; gardiens géants centenaires que même une Enfant de Flarmya ne pouvait se permettre de vexer. D’un mouvement aussi souple que possible considérant l’épaisseur de ses vêtements, l’Elfe se laissa glisser à terre avec un discret soupir d’inconfort. Elle n’était plus habituée à de si longs vols. Le silence régnait ici en maître incontesté et elle songea que ce n’était pas le même ici que celui qui hantait les couloirs de sa maison. Ici, il n’avait pas le poids de l’absence.

Levant la tête vers les plus hauts branchages, battant lentement des cils, éblouie par le vertige, elle tourna sur elle-même sans plus se soucier de rien. Lorsqu’elle eut fini son manège, elle se laissa tomber dans la neige. Le vent qui sifflait entre les branches leur retirait parfois une partie de leurs blancs oripeaux, et la Maîtresse Verte tendait alors la main, paume ouverte, vers les flocons tournoyant avec délicatesse et une lenteur infinie. Du bout de ses pensées, elle sentit qu’Ithintza s’était tendue, ignorant le spectacle pour tourner son museau vers les profondeurs de la sylve. Eníredis se redressa, un coude dans la neige, suivant le regard de sa Liée mais incapable de voir aussi loin que ne lui permettait ses sens de Dragonne.

° Que se passe-t-il ? °
° Quelqu’un vient vers nous. C’est un Doué. Je pensais qu’il se promenait simplement, mais maintenant je suis sûre qu’il avance dans notre direction. Comme si… Il savait que nous étions là. °

Un Doué ! Bien moins méfiante que son Âme Sœur et généralement de bien meilleure disposition, Eníredis sentit immédiatement l’excitation l’envahir. Elle se leva hâtivement, opposant à l’incrédulité de la Verte une mine spontanée et ravie. Elles n’allaient pas rester plantées là à faire comme si de rien n’était s’il y avait un Doué dans les parages ! Il fallait aller à sa rencontre !

° S’il nous a senties, son Lié ne doit pas être loin. Mais je ne parviens pas à… °

Les mains sur les hanches, l’Elfe s’était placée devant la Dragonne, le menton levé en signe de désapprobation. ° On s’en fiche ! C’est peut-être juste le hasard, rien ne te dit qu’il est Lié. ° Elle secoua la tête, faisant onduler ses mèches d’or blanc. ° Va te cacher un peu plus loin, si tu n’as pas confiance. Et dis-moi d’où il vient, que je puisse le trouver. °

Ihintza céda à contrecœur, mais elle savait qu’il était trop souvent inutile d’essayer de raisonner sa Liée pour qui des mots comme "prudence" ou "patience" ne servaient jamais qu’à faire de jolis poèmes. Alors, la Verte prit forme humaine et se laissa happer par les ombres bordant la clairière tandis qu’Eníredis avançait d’un pas dansant vers l’inconnu – ou l’inconnue ! – qui lui-même se rapprochait à chaque seconde. Et comme ils se dirigeaient tous deux dans la même direction, il ne fallut guère longtemps pour que leurs chemins se croisent.

Son éternel sourire ourlant plaisamment ses lèvres, Eníredis prit appui contre un arbre, détaillant sa trouvaille. Chaudement – et confortablement – emmitouflé dans des effets adaptés aux températures locales, le garçon n’était pas grand mais avait une allure solide qui aurait pu n’être qu’une illusion due à l’épaisseur des vêtements que la saison imposait aux voyageurs. Elle-même pensait peser le double de son poids. Au milieu de son visage aux traits encore juvéniles aux yeux de la Maîtresse Verte, ses iris brillaient d’une pâle lueur bleutée et farouche. Était-il surpris de la voir ?

« Bonjour. » le salua-t-elle avec la même aisance que s’ils s’étaient trouvés dans un salon de thé, inclinant calmement la tête, le visage rayonnant. « Quel curieux hasard de rencontrer un autre être vivant, ici, au milieu de nulle part et en plein hiver ! » Ses yeux pétillaient de malice tandis qu’elle se détachait de l’arbre pour faire un pas vers le jeune homme, les mains sagement croisées dans son dos. Elle l’observa encore une seconde puis tendit résolument le bras.

« Je m’appelle Eníredis. Et toi ? »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeJeu 28 Jan 2021 - 23:04


Il marcha ainsi sans discontinuer, chargé de cette nouvelle force fraichement empruntée à la terre coulant dorénavant dans son sang. De cette fougue ardente sa peau se drapait d’un écran de chaleur vigoureux, bien qu’insuffisant pour occulter entièrement la violence des crocs de l’hiver sauvage. Mais qu’importe, il tenait là un objectif captivant, un mystère en l’état insoluble échappant à l’étreinte de sa compréhension qui ne désirait qu’à se faire connaitre. Il en était certain. Au grand jamais il n’avait vu les vagues de l’outre-sol s’incliner face à tant de force pour former ainsi un trou dans sa propre toile.

Tout en veillant à la sureté de ses pas, Yarvin ressassait sa dernière vision. La vue de ce vide béant, une déchirure éclatée dans la tapisserie de cette contrée irréelle qui l’avait tout simplement médusée, à la fois admiratif par sa grandeur ainsi qu’effrayé par ce qu’elle n’avouait qu’à demi-mot. Il avait vu pourtant bien des choses impressionnantes, qu’elles soient lourdes tel un pan de mur complet s’arrachant la paroi de sa mère montagne, nombreuses comme les moutons des pâturages galopant frénétiquement, ou juste majestueux tels les plus vieux et grands arbres de feu son ancienne patelin. Tous à leurs façons avaient communiqué au travers de l’outre-sol, gravant à l’aide de leur sillon la trace de leur existence, marquant de leurs coups de pinceaux la grande oeuvre de la vie. Mais d’aucun n’avait la volonté ou juste la capacité de s’imposer de la sorte, de se désigner comme la citadelle de ce bal séculaire. Yarvin voulait savoir, connaitre l’artiste à l’origine de cette trace.

Il marcha encore. Longues furent les minutes qui suivirent, chacune marquant profondément la conscience du garçon qui ne demandait alors qu’à s’élancer dans une course folle. Une bien dangereuse idée par un climat aussi peu clément. Ses forces étaient plus que précieuses et il le savait pertinemment, sans même compter le risque qu’impliquait d’avancer ainsi sans rien savoir de cette prochaine rencontre. Il s’imagina alors -pour occuper son esprit vagabond- une furtive pensée, le cas échéant de lui croisant la route d’un immense prédateur.

° Pas besoin de me faire un dessin concernant le dénouement. ° conclu t’il tout aussi vite.

Il se rassura donc d’une bien maigre manière, se persuadant que s’il existait terribles créatures, les villageois du dernier hameau visité l’auraient forcément avertie du danger. Tout du moins il l’espérait.

° Pas si sûr pour le coup ° Pesta t’il intérieurement.

Il marcha toujours et encore.

Jusqu’à sa révélation, épilogue d’un pénible périple au travers de ce désert de cristal.
Elle lui apparut enfin et ce le plus simplement du monde, se découpant du pourtour d’un des arbres plantés un peu plus loin pour venir se placer sur son chemin. Yarvin s’arrêta subitement. Il fallut alors bien quelques secondes à ce dernier pour comprendre ce à quoi il faisait face. Une femme d’une pâleur inédite pour ne pas dire cadavérique à la chevelure d’or. Un être gracile à la présence quasi irréelle, évanescente, se fondant presque naturellement dans ce cadre aux nuances laiteuses. Bien que chaudement habillée -ses effets étant au passage d’une toute autre qualité que ceux du jeune homme- celle-ci paraissait comme faisant partie intégrante de ce paysage, un être de neige dont la demeure se trouvait tout autour des deux personnages. Son léger sourire, aussi captivant que naturel, conforta Yarvin sur une désagréable impression. Cette personne s’attendait très clairement à le trouver par ici.

« Bonjour » Lança t’elle comme s’il s’agissait là d’une rencontre tout à fait ordinaire. Un peu comme le faisaient les habitants de son ancien village, la plupart du temps au coin de la rue… Pas au milieu d’une contrée sauvage. Elle se fendit même d’une brève salutation s’inclinant devant lui.

« Quel curieux hasard de croiser un autre être vivant, ici, au milieu de nulle part et en plein hiver ! » Enchaina-t-elle tout en accompagnant ses mots par quelques pas en sa direction.
« Je m’appelle Enirédis. Et toi ? »

Elle n’eut pour toute réponse qu’un regard chargé de défiance suivit d’un vif geste de recul de la part du jeune humain, le bâton qu’il tenait dans sa main droite brandit. Qu’était donc cette créature à la plastique si envoutante et à la démarche aussi insouciante. De toute sa vie, jamais une femme n’eut paru aussi resplendissante aux yeux de Yarvin. Celui-ci d’ailleurs ne répondit pas à cette dernière, préférant la détailler plus longuement d’un regard inquisiteur.  A commencer par son visage d’une beauté déconcertante duquel il ne parvenait à détacher ses yeux. Chacun des aspects de celui-ci semblant comme sculpté par la main d’un maitre orfèvre, animé par une fièvre créatrice et à la recherche d’une perfection infinie. Une pièce maîtresse sertie sur un corps taillé tout en finesse et qui se voyait coiffée d’une chevelure scintillante aux reflets précieux, achevant de la rendre encore plus superbe qu’elle l’était déjà. Seul le détail de son regard se voyait inaccessible, occulté par la distance et la luminosité ambiante.

Si pour cette somptueuse curiosité il avait été choisi les plus délicats ainsi que les plus prestigieux de tous les matériaux, alors Yarvin se devait d’être façonné à l’aide du premier tas de fumier venu, ce fut tout du moins ce qu’il se figurait. Cela étant, aussi incroyable qu’était cette découverte au beau milieu de nulle part elle n’en restait pas moins incongrue, soulevant au passage de nombreuses questions désirants réponses immédiates.

° C’est bizarre mais j’ai comme la désagréable sensation qu’elle me prend pour un jambon. Du hasard ? Ici en plein territoire hostile, loin de toutes formes de civilisation ? Sans paquetage ni armes pour se défendre ? A d’autres ! °

Elle paraissait malgré tout très similaire à une humaine en dépit son aura quasi éthérée. Peut-être que la pointe de ses oreilles laissait trahir une appartenance à une ethnie inconnue du garçon. Yarvin se devait être sûr avant d’agir afin de pas transformer une innocente situation en véritable drame dispensable. Aussi allait-il devoir l’interroger sur ses véritables objectifs et sur ce qui l’avait amené à croiser sa route. Mais avant toute chose, il lui tenait à cœur d’éclaircir un point avant les autres. Sans cesser un instant de la fixer du regard, il mit un genou à terre puis de sa main libre vint épousseter la pellicule glaciale comme fait plus tôt. D’un geste simple et rapide il frappa du bout des doigts une terre pétrifiée par le froid. Il en reçut une image éphémère plus que suffisante qui au passage le frappa de surprise. Soit il avait marché plus vite qu’il ne le pensait, soit la chose qui avait défiguré l’outre-sol avait depuis changé d’emplacement, pas de beaucoup certes. L’objet du mystère ne se cachait dorénavant plus qu’à quelques bons mètres derrière l’inconnue, dissimulé sous les larges bras épais des arbres avoisinants. La déchirure s’était finalement évaporée et en lieu de cela subsistait comme un large tourbillon d’énergie brute gravitant sur un l’axe d’un point précis. Il ne parviendrait pas à obtenir plus d’information.

Résigné il se redressa alors de nouveau, son bras tenant le bâton toujours tendu devant lui en guise d’avertissement. La situation lui déplaisait fortement. Il n’avait en sa possession aucune certitude sur les intentions -quelles soient bonne ou non- de cette femme livide et ne pouvait non plus faire le moindre lien entre cette dernière et l’étrange phénomène situé un peu plus loin derrière elle.

°Est-ce que vraiment je dois être surpris de me voir dans le pétrin ? D’accords je ne sais rien de ce qui peut bien lui passer par la tête, mais je n’ai aucune envie de prendre le risque de jouer aux dés avec une parfaite étrangère alors même que j’ignore si elle est bien humaine ou juste vivante ! °

Deux options vinrent soudainement à l’esprit du garçon. Il n’avait hélas guère plus de temps à allouer à la réflexion, la dame devant lui semblait déjà s’impatienter. Il devait agir, si possible intelligemment.
Il opta alors pour le premier choix, le plus simple : la franchise.

°Observons sa réaction. °
Yarvin, sans baisser sa garde, se raclât la gorge avant de prendre la parole.

« Eníredis hein ? Désolé pour mon attitude déplacée mais vous n’entendrez pas mon nom. Pas avant que vous me révéliez la véritable raison de votre apparition. Voyez-vous j’aime jouer cartes sur tables avec mes interlocuteurs, pouvoir leur faire un tant soit peu confiance. Or cela m’est un peu compliqué dans le cas présent. »

Il dégluti péniblement le fond du gosier quelque peu affligé par le terrible froid courant dans ce désert étincelant.

« D’abord, je ne sais même pas ce que vous êtes. Aucune des personnes que j’ai rencontrées jusqu’à présent ne pouvait se vanter d’une pâleur telle que la vôtre. Etes-vous juste vivante ? Ou bien un esprit désincarné ? Cela pourrait expliquer que vous puissiez vous promener le cœur léger dans ces contrées hostiles sans armes ni bagages. A moins que ce soit la chose cachée derrière vous, dissimulée entre les arbres, qui serve à vous défendre ? » Son ton était dur, probablement plus qu'il ne l’aurait souhaité.

Il marqua une très courte pause avant de conclure :
« Donnez-moi une véritable raison de vous faire confiance et je n’aurai aucun mal à échanger quelques banalités entre voyageurs égarés. »


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMer 3 Fév 2021 - 10:40

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz12
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Toute à sa satisfaction de l’avoir trouvé la première, les paupières à moitié closes sur son regard changeant et le bras toujours tendu en direction du garçon, ce fut avec surprise qu’elle constata son mouvement de recul. Étrange… Ihintza aurait-elle fait fausse route en affirmant qu’il se dirigeait vers elles en connaissance de cause ? Dans un coin de son esprit, elle sentit la Verte se révolter d’une telle idée : il lui arrivait de faire des erreurs, bien sûr, mais elle se gardait de parler des choses qu’elle ne connaissait pas – et elle ne prenait jamais à la légère ce qui concernait de près ou de loin la sécurité de sa Liée. Pourtant, les faits étaient là. Le jeune homme la dévisageait avec un mélange de curiosité et de méfiance, son bâton de marche dressé entre eux pour la dissuader de faire un nouveau pas en avant.

Si la patience n’était pas une qualité que l’Elfe aimait entretenir, il était en revanche très aisé de capturer son intérêt. Alors, la tête légèrement inclinée sur le côté et les yeux ronds, elle observa le déconcertant manège dans lequel s’était lancé le voyageur. Celui-ci posa un genou à terre, puis se mit à gratter le fin tapis de neige, à tapoter du bout des doigts le sol, et quelque chose dans les traits de son visage persuada la Maîtresse Verte qu’elle venait d’assister sans le savoir à un phénomène dont il était familier. Peut-être une forme de Magie ? Elle mourait d’envie de s’agenouiller à son tour et d’observer la terre de plus près, d’interroger le jeune homme sur ce qu’il venait de faire, comment, pourquoi, était-ce conscient ou non – mais elle craignait que son approche amicale ne finisse par le faire détaler à l’autre bout de la forêt.

° Tu sais, tu n’es pas toujours obligée d’agresser les autres avec ton enthousiasme. °
° J’essaie, figure-toi ! °

Finalement, l’étranger se redressa. Depuis leur rencontre, il n’avait pas détourné le regard et Eníredis y voyait moins là une preuve de courage qu’une certaine conscience du danger qu’elle aurait pu représenter. Les lèvres ourlées en un sourire encourageant quand il s’exprima enfin, les paroles du garçon, assez éloignées de ce qu’elle avait espéré, vinrent rapidement refroidir son entrain. Elle croisa les bras et appuya son épaule contre un arbre voisin, le laissant finir sa tirade en l’observant d’un air un peu plus réservé qu’auparavant.

« Le monde est vaste… Tu n’as sans doute pas tout vu. Le peuple Ondin est bien plus pâle que moi. » se défendit-elle avec une moue pas tout à fait boudeuse. Il y avait des sujets plus importants à aborder, mais il venait de la comparer à un spectre et Eníredis ne pouvait pas l’ignorer – tant pis pour l’agacement grandissant dans l’esprit de la Verte. « Je suis vivante, mais je te remercie de t’en soucier. J’allais finir par me transformer en statue de glace avant d’avoir pu deviner si tu étais muet, timide ou autre chose. »

Son ton était peut-être acide, et effectivement une ombre de vexation frémissait dans ses iris, mais Eníredis n’avait pour autant rien perdu de son aura bienveillante. Elle leva les mains devant elle en signe d’apaisement. « Ce n’est pas un hasard si nous nous sommes rencontrés. Tu le sais, et je le sais. Je pensais simplement que tu serais un peu plus… » Ses yeux parcoururent le visage de son vis-à-vis. « Disons, ouvert à la conversation, étant donné que tu es sciemment venu à moi. » Elle glissa un regard par-dessus son épaule, vers les profondeurs du bois, et ajouta après un bref instant : « À nous. »

Qu’il ait évoqué Ihintza – la chose, ah, ça risquait de lui rester ! – la rassurait en partie. Il ne cherchait pas à leur dissimuler cette information, et cela conforta Eníredis dans son opinion qu’elles n’avaient pas affaire à un Lié. Il avait été capable de percevoir la présence de la Dragonne, mais, à présent, il semblait tout ignorer de sa véritable nature. S’il n’avait jamais vu ni Elfes ni Dragons, il y avait fort à parier qu’il n’avait jamais mis les pieds sur Tol Orëa. Ihintza pouvait donc s’apaiser. La Maîtresse Verte enroula une mèche blonde autour de son index, comme elle le faisait souvent lorsqu’elle réfléchissait, échangeant avec son Âme Sœur quelques pensées harmonieuses.

Toutes deux étaient d’accord pour révéler au garçon l’existence de la Verte – qui n’était de toute évidence plus pour lui que la moitié d’un mystère – mais aussi pour continuer à le questionner avant d’engager les véritables présentations. La Dragonne était un argument de taille mais l’une comme l’autre savait que crocs et griffes étaient loin d’être gage de confiance dans l’esprit de n’importe quel être vivant normalement constitué, et il n’était pas dans leur nature d’intimider pour se faire entendre. Le nez toujours tourné dans la direction où elle avait laissé sa Liée, Eníredis reprit alors d’une voix douce :

« La chose cachée dans les arbres s’appelle Ihintza. Elle n’est pas cachée pour te jouer un mauvais tour, mais simplement pour éviter d’effrayer tous les habitants de la forêt – en particulier les voyageurs comme toi. Quoique si tu la voyais maintenant, tu ne comprendrais certainement pas pourquoi une telle précaution était nécessaire… »

Ses sourcils se froncèrent imperceptiblement tandis qu’elle se mordait la lèvre, semblant se perdre en réflexions avant de reporter son attention sur le jeune homme. « Enfin, ça dépend. Puisque tu l’as sentie, serais-tu aussi capable de me dire ce qu’elle est ? »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMar 9 Fév 2021 - 19:22


Quand bien même l’idée lui paraissait folle il n’avait aucun problème à accepter cette vérité, d’imaginer une espèce encore plus blafarde, capable de faire passer un mourant pour quelqu’un de bien portant. A y regarder de plus près le monde lui-même pouvait paraître fou. S’il était une chose pour laquelle Yarvin n'avait aucun doute c’était bien l’étendue vertigineuse de son ignorance, probablement la chose sur laquelle il était le plus conscient.

Si elle pouvait le deviner aussi facilement ne pouvait elle comprendre la raison de sa méfiance ? En tout cas le ton de sa voix se voyait dorénavant marqué d’une pointe d’agacement subtile et ce n’était clairement pas une bonne chose pour le jeune herboriste, qui dans l’immédiat, se voyait tel un petit lapin égaré aux prises avec une hermine blanche un peu trop intéressée. Il l’écouta tout alerte, le chant de sa parole trahissant un calme parfait combler l’espace les séparant. Il détailla également ses gestes faisant alors preuve d’une légèreté toute similaire. Eníredis avait accepté de tenir la distance certes, mais certainement pas par craintes. De ce qu’il lisait dans son comportement il aurait pu la menacer d’un gland que cela n’aurait pas changé grand-chose.

Malgré cela le jeune torihl se voyait posséder par un sentiment insidieux de malaise ainsi que de culpabilité, accablé de devoir se montrer aussi hostile face à une personne en apparence si accueillante. Il aurait souhaité qu’il en soit autrement, encore aurait-il fallu qu’elle n’ait pas à justifier une présence si proche d’un phénomène aussi surprenant. Yarvin était curieux, désireux de voir sa réaction, d’entendre les arguments avec lesquelles elle comptait se justifier. Chose qu’elle n’hésita pas alors à faire. Sans prendre de détours, Eníredis avoua les soi-disant raisons de sa présence et plus encore, allant jusqu’à avouer de bon cœur sa filiation avec l’autre curiosité dissimulé plus loin derrière elle. Yarvin en resta bouche bée et ne s’en cacha pas, son menton s’effondrant légèrement.

°Aussi facilement ? ° Pensa t’il de prime abords, se sentant prit à son propre jeu. Ou comment le faire passer pour un rustre menaçant une délicate demoiselle sans défenses et aux attentions les plus douces du monde.

Hélas d'autres questions vinrent cependant fuser dans l’esprit du jeune qui ne savait plus tellement quoi penser face à ce cas inédit, chacune venant se heurter les unes aux autres. Sans vraiment sans rendre compte Yarvin affichait dorénavant les marques de ses troubles intérieures sur son visage tandis que ses doigts blanchissaient à la suite de sa poigne grandissante sur son arme de voyage. Il lui fallait commencer par l’essentiel. Une fois de plus il reprit un grande bouffé d’air afin de retrouver -si seulement- un semblant d’esprit clair.

« Je … Je ne sais pas »
lança-t-il le regard tourné vers les ombres dansantes sous les jupes épineuses des arbres.
« Je ne vois pas directement ce qui se cache là-bas. Je ne peux au mieux qu’en deviner l’influence, je vois l’empreinte de son passage, lourde et imposante. »

La voix du jeune herboriste avait rapidement perdu en prestance laissant place à un doute non dissimulé, tiraillé entre l’envie de parler à cœur ouvert et celle de filer sans plus tarder. Il était évident que depuis le début cette dame tentait par tous les moyens de ne pas le rudoyer, de noyer sa crainte par une approche délicate auréolée de mots se voulant rassurants. Mais les plus belles paroles ne pouvaient dissimuler les plus grosses coquilles nichées dans ses propos. Son regard se posa de nouveau sur la silhouette reposante contre l’épais tronc d’un arbre.

« Ce n’est pas que je ne suis pas ouvert à la discussion, reconnaissez plutôt que c’est plutôt très louche ! Pour commencer je ne savais pas vers quoi j’avançais, tout ce que j’ai sentis c’est l’immense onde libérée par votre amie. C’était le but d’ailleurs, découvrir la nature de cet évènement. J’imagine que c’est à cause d’elle que je ne vous ai pas senti arriver. »

Il plissa les yeux forçant un air inquisiteur.
« De vous à moi comment voulez vous que je ne montre pas méfiant lorsqu’une inconnue déclare la bouche en cœur qu’il s’agit d’un parfait hasard, d’une rencontre fortuite -surtout ici-, pour ensuite affirmer nonchalamment le contraire ? Vous souhaitez vraiment apaiser mes doutes ? Présentez-moi donc cette Ihintsa ... Tza ? Tsha ? Votre compagnon. Je veux pouvoir l’observer et enfin me faire un véritable avis ce à quoi j’ai à faire, quitte à mourir de trouille s’il le faut mais je souhaite savoir. »

Yarvin pria intérieurement le peu de chance qu’il lui restait de se manifester.


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeVen 5 Mar 2021 - 18:50

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz11
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Eníredis avait un certain nombre de défauts. Parmi ceux-là se trouvait une flagrante volonté de toujours avoir le dernier mot – non pas parce que cela lui importait véritablement, mais parce qu’elle s’amusait volontiers de mener ses interlocuteurs par le bout du nez. Cette fois, cependant, elle préféra se faire violence et se taire, jugeant qu’il lui serait sans doute guère profitable de jouer sur les mots pour le simple plaisir de voir le jeune homme s’empêtrer un peu plus dans ses arguments. Le pauvre n’était pas encore au bout de ses surprises ; il valait mieux le ménager. Elle laissa donc de côté son innocente malice, et seule la lueur rusée qui faisait scintiller son regard changeant trahissait encore sa satisfaction toute féline face à une plaisanterie connue d’elle seule tandis qu’elle haussait vaguement une épaule en guise d’approbation.

« Si cela suffit à te rassurer, je n’y vois pas d’inconvénient. » déclara l’Elfe avec un sourire dont la courbe se perdait en fossettes espiègles. La sensation de neige crissant sous des bottes qui n’étaient pas les siennes lui indiqua que la Dragonne s’était déjà mise en route pour venir à leur rencontre. En attendant…

« Qu’entends-tu par "l’empreinte de son passage" ? » reprit la Maîtresse Verte sans laisser au silence le temps de s’installer. Comme à l’accoutumée, la réponse apportée à sa première interrogation n’avait fait qu’attiser sa curiosité au lieu de la contenter. Elle cala plus confortablement son dos contre l’arbre qui lui servait d’appui, l’épaisseur de son manteau lui permettant d’ignorer la dureté de l’écorce. « Tout à l’heure, tu t’es agenouillé pour toucher la terre. Est-ce que c’est lié ? Est-ce ainsi que tu peux voir son empreinte ? »

Les questions fusèrent avec légèreté. Quelque chose dans son ton laissait entendre que le voyageur n’avait aucune obligation d’y répondre – pour le moment, du moins – et qu’elle ne lui en tiendrait pas rigueur s’il choisissait de garder le silence. À mesure que les minutes s’écoulaient, elle se trouva soudain dérangée par le froid qui s’était peu à peu insinué dans ses veines et, presque inconsciemment, la magie des Chantevent vint doucement réchauffer l’air autour d’elle.

« Voici Ihintza. » annonça fièrement l’Elfe, juste avant qu’une frêle silhouette enveloppée de noir ne se détache de l’ombre, s’approchant d’eux à pas mesurés. La Verte s’arrêta au côté de son Âme Sœur et leva un menton suffisant en direction du jeune homme, intelligence et méfiance brillant au fond de ses vifs iris d’émeraude. Eníredis aurait pu poser son coude sur le haut du crâne de la Dragonne tant sa forme humaine était de petite taille – pour autant, elle rayonnait d’une puissance qui contrastait avec son apparence chétive.

« Alors c’est toi qui m’as sentie. » La Dragonne plissa les yeux et renifla discrètement. Il n’était pas évident de savoir si cela était simplement dû au froid ou si c’était plutôt là l’expression d’une forme de moquerie. « Tu n’as pas l’air d’être un puissant magicien… » poursuivit-elle d’une voix qui ne laissait désormais plus de doute sur ses intentions. Eníredis lui glissa une œillade réprobatrice qu’elle ignora avec aisance, pointant du doigt le bâton de marche, laissant un sourire aiguisé trancher l’albâtre de ses joues. « Tu comptais combattre ma Liée avec ça ? »

° Il a demandé à te voir pour apaiser ses doutes. Tu pourrais éventuellement te montrer agréable. ° Ihintza ne paraissait pas disposée à se montrer sous un jour différent. Si ce bipède devait les suivre sur Tol Orëa, alors elle avait toutes les raisons de l’habituer à son caractère.
° Il a aussi dit qu’il était prêt à mourir de peur, tout ça pour satisfaire sa curiosité. J’en déduis qu’il est fou à lier. Vous feriez la paire. ° Eníredis ne put retenir le rictus crâneur qui étira ses lèvres, incapable de prendre le reproche – au demeurant coutumier – pour autre chose qu’un compliment. Cette distraction momentanée offrit à la Verte l’opportunité de s’écarter, cherchant entre les arbres un espace suffisant pour accueillir sa véritable forme.

« Eníredis semble penser qu’on peut te faire confiance. » commenta-t-elle sans s’adresser à personne en particulier, le nez tourné vers les branchages. « Tu voulais savoir à quoi tu avais affaire. » Faisant de nouveau face aux deux bipèdes, elle croisa les bras et bascula son poids sur une jambe, pensive. « Quitte à mourir de trouille, hein ? »

Sans trop fournir d’efforts, la Verte avait le sens du spectacle. L’écho de son impertinence se fraya un chemin jusque dans l’esprit des spectateurs alors qu’une lumière irisée, de plus en plus brûlante, transperçait sa peau et grandissait, recouvrant toute sa silhouette avant d’en estomper les contours. Troublés par la scène, un couple de corneilles prit la fuite dans un concert de claquements d’ailes et de cris affolés. Un instant plus tard, Eníredis battait des cils pour en déloger les derniers lambeaux étincelants et, encore à moitié aveuglée, elle posa les yeux sur les courbes familières de sa Liée. Le ventre plaqué au sol, les ailes sagement repliées contre ses flancs et le bout de sa queue disparaissant dans les ombres de la forêt, celle-ci semblait particulièrement attentive aux dégâts potentiels de sa métamorphose.

Quand elle fut assurée qu’aucun arbre n’avait été blessé au cours de sa transformation, ses larges orbes nacrés roulèrent dans leur écrin de jade jusqu’à s’arrêter sur le jeune homme.

° Je suis Ihintza, fille de Tanit. Si tu m’entends, c’est que de toute évidence tu n’es pas encore mort. °


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeVen 26 Mar 2021 - 22:36


Cette dame allait finir par le rendre dingue ! Peut importe ce qu’ils pouvaient s’échanger, rien ne semblait pouvoir la défaire de ce flegme insolant. Lui tendu comme un piquet planté bien droit dans le sol, les nerfs rudement mis à vif par tant de non-sens, la voir ainsi se laisser couler sur le flanc de son arbre ne savait que lui rappeler la menace qu’il n’était pas à ses yeux. Etait-ce peut-être la raison pour laquelle elle acceptait sa requête, de l’introduire auprès de sa compagne jusqu’à présent à l’affut.

Il ne savait pas trop bien. Elle lui signifia bien son accord, pour autant Eníredis ne fit même pas mine d’appeler son amie et préféra au lieu de cela de le questionner sur ses actes précédents. Plus précisément, elle porta son intérêt sur ce geste que Yarvin s’était empressé de faire au début de leur rencontre, ce que lui nommait « son de cloche ». Fatigué de tenir ainsi la pose le jeune homme baissa son bras tenant son bâton, la tournure que prenait cette rencontre improbable laissait malgré tout pour ce dernier espérer une issue plus rassurante que de primes abords.  Elle tenant la distance et accédant à ses exigences il se devait d’être moins agressif, de ne point donner de raisons à un éventuel conflit qu’il devinait en sa défaveur.

Ses oreilles alors caressées par le chant de cette timide brise courant dans ces vastes étendus d’albâtres captèrent un son. Glissé entre deux murmures comme un bruissement inopportun, fausse note subtile dans cette douce mélopé, il devinait le signe d’une personne marchant jusqu’à eux.  Etait-ce donc cette mystérieuse Ihintza ? Les avait-elle entendu parler d’aussi loin et comprit les intentions de sa camarade ? Les choses avançaient et Yarvin savait quelque peu s’en réjouir (ou s’en inquiéter), il allait prochainement voir de ses propres yeux cette personne capable d’ainsi marquer la terre.

Le temps que cette dernière parvienne jusqu’à eux, le jeune herboriste estima de bon ton de répondre au moins à la dernière question posée par son interlocutrice. L’ambiance lui pesait suffisamment sur le moral et un long silence à se regarder en chien de faillance n’allait nullement l’aider à mieux supporter la chose. Il se frotta alors pensivement le bouc, jaugeant avec précaution la pertinence de révéler la nature son pouvoir, faculté jusqu’alors connu de personne d’autre que lui. Il vint cependant rapidement à la conclusion que de toute évidence il n’avait pas à faire à n’importe qui et qu’aucun profane ne se serait soucié à de tel détail. La seule nature de son amie laissait deviner chez elle une certaine connaissance dans le domaine de l’invraisemblable.

« Entre autres oui. Mais pour ce qui est de la « première empreinte », celle qui m’a fait prendre conscience de votre présence je n’en n’ai pas eu besoin. C’était un peu comme une immense vague, un souffle puissant capable de tout ébranler. Difficile de passer à côté. » Yarvin ne jugea pas bon de préciser que majoritairement ce don nécessitait un contact direct avec le sol et que dans le cas présent ses chaussures et la l’épaisse couche de neige faisaient office de frein à sa vision. « Je dis empreinte car c’est comme ça que je l’ai perçu. C’est apparu comme un coup soudain, une fois l’onde passée il n’était pas bien difficile de voir le reliquat de votre passage. Pas même la foudre ne sait faire tel trace. »

Ces mots dit la belle Eníredis se murât dans un silence songeur le regard se perdant dans le vide. Yarvin ne savait ce qu’il devait en déduire. Bonne ou mauvaise chose ? Anxieux et toujours peu confiant il n’insista préférant tout compte fait accepter le poids du silence. Et tandis que les minutes défilèrent à une vitesse bien trop folle, le son de la neige crissant sous le poids d’une personne se fit de plus en plus évident. Et ce, jusqu’à que surgisse d’entre les épaisses branches épineuses de ces landes ce qui lui parut au premier regard comme une innocente petite fille, comme esseulée et à la recherche d’un hypothétique parent perdu.

Superbe enfant à la peau de porcelaine coiffée d’une chevelure de jais, petite créature aux yeux émeraudes dont les mèches se laissaient porter par la délicate brise glaciale de l’hiver, elle se présenta au jeune homme qui ne parvenait à croire que se tenait la devant lui la source du mystère. Certainement témoin du trouble de ce dernier, Eníredis confirma cette invraisemblable réalité au-delà de ses songes les plus fous. Troubles qui ne firent que croitre lorsque leurs regards se croisèrent, le sien et celui de cette fameuse Ihintza. Alors que son apparence laissait deviner un ange venu tout droit d’un autre monde céleste, son regard acerbe et son ton condescendant eux lui rappelèrent bien plus de sombres moqueries entendues autrefois dans son village. Les morceaux de cette fresques illusoire brisée resonnèrent avec violence dans son esprit, frappé par un tel décalage, heurté par le marteau que fut cette voix lorsqu’elle commença à le désigner avec ce que Yarvin sentit comme du mépris.

Le jeune homme ne savait quoi répondre et celle-ci ne paraissait pas intéresser à l'idée de lui laisser le temps pour reprendre sa contenance. Tantôt nommé d’un titre qu’il n’avait connu -magicien- puis aussitôt accusé à tord de sur ses intentions le doigt de la jeune enfant désignant sa canne. Marchant avec la même légèreté avec laquelle elle avait balayé le peu de confiance du garçon, Ihintza glissait sur le manteau de neige le regard furetant sur les alentours, comme jaugeant la disposition des arbres les encerclant. Petit manège qui ne dura guère longtemps, petite ellipse fugace avant une dernière remarque, mise en demeure avant un grand spectacle en perspective.

Une dernière annonce avant le déluge. A peine les mots eurent franchi ses lèvres qu’une onde transcenda l’espace, pulsation de force suivit presque aussitôt d’une nouvelle lumière ardente. Plus agressive que les lances iridescentes du soleil poursuivant sa course céleste, Yarvin se fit largement éblouir ne faisant barrière de sa main que trop tard et le poussant alors à s’étaler de tout son long par terre. Ainsi il ne put réprimer un court cri de frayeur. Ses bras repliés autour de son visage et les larmes perlant aux coins de ses globes meurtris il resta ainsi couché sur le sol, le flanc droit enfoui dans cette poudreuse tout en maugréant contre cette inconvenant cécité.

« Mais qu’est-ce qu’il s’est passé ? »  Se questionna t’il avant qu’une force ne vint ébranler son esprit vacillant.

° Je suis Ihintza, fille de Tanit. Si tu m’entends, c’est que de toute évidence tu n’es pas encore mort. °

Le corps tout entier de l‘herboriste se rigidifia d’un seul bloc ce qui n’était en aucun cas du au froid ambiant. Une voix forte et profonde surgissant de nulle part venait de résonner au creux de son esprit. Le domaine qu’il n’aurait jamais cru souillé par la présence d’un autre, ce lieu que nul ne pouvait lui ravir venait de se voir profaner. Pétrifié face à cette simple idée, la vue renaissante du jeune homme glissa maladroitement entre ses doigts placés en façade devant son visage marqué par la stupeur. Il allait enfin pouvoir discerner cette vérité tant désiré, raison de de cette mascarade.
Il ne fut pas déçu.

En lieu d’une gamine aux traits angéliques se tenait là un mastodonte d’écailles et de muscles le toisant tel un misérable morpion de toute sa démesure. Chose invraisemblable dont il ignorait le nom. Entité aussi abominable que d'une beauté majestueuse, affichant une superbe robe verte malachite aux reflets étincelants. La grâce ainsi que la puissance de cette bête se laissaient apprécier du bout de la queue jusqu'au sommet de sa couronne d'os, ses cornes lui conférant alors une subtile touche menaçante qui ne laissa pas l'herboriste indifférent .

Les limites dépassées et son seuil de tolérance ayant été piétiné sans ménagement, Yarvin sentit les fondations de son esprit se rompre. Tandis que sa tête chutait mollement sur le tapis poudreux et que ses yeux se révulsaient, une dernière pensée parvint à resonner avant l’arrivé soudaine du terrible rideau noir.

°Revient me dire ça après que tu m’ais croqué°


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMar 6 Avr 2021 - 20:26

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz12
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Contrairement à ce qu’aurait attendu Eníredis de la part d’une personne qui ne lui faisait vraisemblablement aucune confiance et qui n’avait toujours pas accepté de lui révéler son nom, le jeune homme eut moins de peine à partager avec elle les quelques notions qu’il possédait de son pouvoir. Cependant, en dépit de son aisance à expliquer le phénomène, il n’évoqua pas une fois le terme « magie ». Le choix de ses mots semblait plus tenir de la vérité personnelle que du discours issu d’un traité théorique et l’Elfe décida simplement d’y voir le résultat d’une vie vécue dans un lieu isolé du reste du monde.

À défaut de le questionner plus encore, elle se contenta de le remercier d’un léger hochement de tête, le gratifiant d’un sourire encourageant et reconnaissant. Cela pouvait bien attendre. Il lui en avait assez dit pour qu’elle tire ses propres conclusions – amplement suffisantes, pour le moment. La perspective de guider les pas d’un apprenti marqué par Mystra était rafraichissante ; les enseignements conventionnels ennuyaient Eníredis. Tandis que son regard glissait de l’ombre du sous-bois à la terne lumière d’hiver soulignant le profil du voyageur, elle songea qu’elle n’avait plus pris d’Aspirant depuis longtemps, trop occupée par ses devoirs de Dirigeante. Mais maintenant que Silindiel et Éphialtès étaient revenus à la maison, peut-être pouvait-elle se permettre un inoffensif caprice ?

Ihintza surgit de l’ombre des sapins et Eníredis observa son manège, les lèvres plissées en une fine ligne de désapprobation. La Dragonne n’avait jamais eu les mêmes velléités pédagogiques. Elle trouvait les bipèdes trop difficiles, trop exigeants, trop fragiles. Elle voyait dans le plus doux des hommes une menace potentielle, un monstre prêt à montrer les crocs, et dans la pire crevure les vestiges d’un cœur brisé, un enfant en mal d’amour. Elle ne comprenait pas, et cela la mettait en colère. Alors, face au garçon esseulé qui n’avait pas commis d’autre erreur que celle de posséder un don différent des autres, elle préférait frapper la première, sa langue acerbe à peine retenue par les émotions plus sereines émanant de son Âme Sœur.

Pour autant, par le Lien, Eníredis était capable de percevoir l’excitation sous-jacente qui frémissait dans les veines de la Verte. Elle n’était pas du genre à laisser passer une opportunité de se donner en spectacle et crevait d’envie d’impressionner le jeune homme. Si son intention était de le surprendre ou de faire en sorte qu’il n’oublierait jamais leur première rencontre…

Avec une exclamation haut perchée, la Maîtresse Verte se précipita auprès du vagabond étendu dans la neige, s’agenouillant puis se penchant à moitié au-dessus de sa forme immobile, claquant vainement des doigts devant ses paupières closes. Elle tourna un visage qui ne cachait pas son mécontentement vers la Verte, les sourcils élégamment froncés. Lorsqu’elle lui transmit les dernières paroles – ou plutôt, les dernières pensées – du jeune homme, Eníredis frappa une fois du poing dans la poudreuse.

° Tu n’es pas croyable ! ° Immédiatement, la Dragonne se renfrogna, vint poser son museau sur ses antérieures et regarda ailleurs. Son attitude fit naître chez Eníredis une hilarité inopportune qui ne fit qu’irriter un peu plus Ihintza dont la queue soudainement agitée s’était mise à creuser dans l’étendue blanche de larges cicatrices. ° Ahah, fais pas la tête ! Tu lui demanderas si c’est ta beauté qu’il n’a pas su supporter ou tes incontestables talents d’actrice. °

Un grondement loin d’être amusé répondit aux hoquets difficilement contenus de l’Elfe.

° Moque-toi donc. En attendant, maintenant, nous avons la certitude qu’il n’avait jamais vu de Dragon auparavant. °

° … Ah, je vois, toutes mes excuses. Par Flarmya, merci de ton intervention ! ° Avec emphase, la Maîtresse Verte posa une main sur son cœur, feignant le soulagement avant de retrouver son air pincé. ° Et maintenant que tu as mis ce féroce malandrin hors d’état de nuire, quelle est la prochaine étape de ton plan ? °

° On attend qu’il se réveille ? Je ne sais pas, c’est toi la bipède, non ? °

Gonflant les joues, Eníredis reporta son attention sur la figure toujours inerte à ses côtés. Du bout des doigts, délicatement, elle desserra le col de son manteau et dégagea son cou du mieux qu’elle pouvait avant de poser sa tête sur ses genoux. Si elle pouvait éviter qu’il n’attrape la mort… Elle croyait se souvenir que son mari avait du travail, entre deux parties de belote, et elle préférait que l’Infirmerie ne devienne pas un point de passage obligatoire pour les Aspirants du Kaerl. Il y avait des endroits bien plus jolis à voir. Elle se pencha un peu plus, jusqu’à sentir son souffle sur ses joues, puis posa ses mains de chaque côté de son visage, laissant son pouvoir réchauffer ses paumes.

Eníredis patienta quelques secondes ainsi, jetant de temps à autres de brefs coups d’œil sans équivoque en direction de sa Liée qui boudait toujours, avant de finalement demander : « Est-ce que tu m’entends ? »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeDim 11 Avr 2021 - 16:03


Il errait dans les tréfonds d’un océan à l’obscurité abyssale, son corps flottant dans cet univers tel un radeau à l’abandon. Il observait avec -ce qu’il pensait- un œil absent l’invisible, en quête d’un début et d’une fin. Yarvin ignorait tout du motif de sa présence dans ce non-lieu, se demandant même où se il trouvait précédemment pour ainsi s’égarer. Sans corps et donc sans voix il appela à travers ce brouillard opaque ne sachant quoi espérer sans même se douter à quoi s’attendre. Isolé et sans frontière distincte, sans aspérité ou variation quelconque, rien ne parvenait à trahir le passage du temps dans ce domaine obscur. Il ne pouvait qu’attendre le cœur chargé d’espoir, condamner à se figurer les minutes ou peut-être même les heures couler au travers de ce miasme aux reflets d’onyx. Attendre et ne rien voir, espérer sans ressentir. Jusqu’à ce que résonne une note, tintement subtile à l’écho cristallin qui -avec la force d’un ouragan- ébrécha la monotonie de cette pâle réalité.

Ce fut avec une lenteur semblable à celle d’un soleil émergeant de l’horizon que les couleurs s’installèrent et que les sens du jeune herboriste reprirent vie. D’une noirceur sans fond il bascula dans la pénombre de ses paupières et d’un froid absent il ressentit une douce chaleur s’inviter au fond de son cœur. Enfin d’une âme égarée il redevint homme à part entière. Yarvin commença alors à se souvenir, les briques de sa mémoire reformant partiellement la fresque des évènements précédant sa perte de conscience.

Il arpentait de vastes plaines enneigées, seul et confiant. Jusqu’à ne survienne un choc puissant et terrifiant. Guidé par sa curiosité au détriment de sa sécurité il se lança en quête de vérité pour finalement se faire surprendre par celle-ci. Il se la rappelait surprenante, élégante mais également étrange. Qu’en était-il réellement ? Tout restait tellement flou dans son esprit tourmenté qu’il ne parvenait à cerner les contours de la situation actuelle malgré sa volonté à faire ressurgir les raisons de cette dernière. Le corps fatigué et l’esprit largement embrumé, Yarvin ne pouvait que se contenter d’un maigre plaisir, celui de sentir de nouveau le bout de ses doigts glisser sur l’épaisse poudreuse lui servant de matelas de fortune.

Alors que de timides notes rauque s’échappèrent des lèvres du jeune homme, manifestant une faiblesse encore bien réelle, celui-ci porta mollement la main droite à son front. A son grand étonnement il sentit ses doigts engourdis, marqués par le froid, rencontrer une peau curieusement chaude. Même ainsi amoindrit et ses idées peu ordonnées, il ne put ignorer ce doute le taraudant : comment pouvait-il avoir ne serait-ce qu’un peu chaud alors qu’il se trouvait ainsi allongé par terre au beau milieux de plaine enneigées. Incertain et soupçonnant ses sens de le tourner en bourrique Yarvin poursuivit son inspection, faisant descendre sa main jusqu’à sa joue pour finalement découvrir au lieu de sa chair le doux contact d’une peau étrangère. Une pointe d’anxiété se glissa alors immédiatement dans les pensées du garçon qui commençait enfin à prendre conscience de la qui personne se tenait à ses côtés.

Timidement et lentement, il se força à ouvrir de nouveaux ses paupières encore bien lourdes.

La vue trouble de primes abords, il fallut quelques instants aux yeux du jeune garçon pour ainsi faire la mise au point de ce qui se tenait au-dessus de lui, aussi proche de son visage. Sans se presser, les traits se dessinèrent et les nuances de ton s’affinèrent. Yarvin pu alors contempler avec détail ce regard hypnotique qui l’étudiait avec bienveillance de ses deux joyaux turquois, si proche qu'il pouvait en sentir le souffle de sa respiration traverser ses fines lèvres roses. S’il la devinait déjà incroyablement belle de loin, la beauté angélique de Eníredis faisait encore moins débat pour ce garçon qui commençait à se souvenir, comprenant lentement enfin l’entièreté de la scène.
Que sous sa main il tenait en réalité celle de cette dame céleste tandis que sa tête à lui reposait sur les cuisses de cette dernière. Si ses trais jusqu’alors détendus se virent figés soudainement frappés par la stupeur, son cœur lui se retrouva poussé à battre la chamade et son souffle coupa court. Yarvin terriblement gêné afficha presque aussitôt une rougeur écarlate sur l’entièreté de son faciès habituellement d’une blancheur blafarde.

Sa main, comme si elle venait d’éprouver la brulure d’une flamme, s’écarta rapidement. Un geste simple qui rappela cependant au jeune homme sa propre condition, ses jambes étendues dans la neige ne parvenant également à se débarrasser de cette désagréable sensation de lourdeur. Yarvin comprit bien vite qu’il ne servirait à rien pour lui de se démener, de chercher à fuir cette douce présence féline là ou lui était devenu un petit poussin inoffensif.

°Calme toi, Yar. Calme-toi. Tu n’es finalement pas mort comme tu le pensais plus tôt alors reprends ton souffle et réfléchis sereinement ! ° Hurla t-il en son fond intérieur.

Oui, il se devait de garder la maîtrise de soi et de ne pas laisser les choses plus déraper. Dans sa tête, tandis que qu’il contemplait encore agar ce visage d’ange auréolé d’un ciel azur vierge de tout nuage, les choses se mirent en ordre. Un peu comme si un village tout entier se démenait dans sa petite tête pour ranger le désordre laissé par une récente tempête. Il repensait à leur rencontre puis à ces quelques mots échangés. Suivit de cette attente courte et paraissant pourtant si longue pour enfin apercevoir une jeune enfant, petit chaton esseulé répondant à l’appel de sa mère. Puis était survenu ce flash insolite et puissant, Yarvin se rappelant même qu’il en était  tombé sur le cul de surprise. Une image survint alors : le monstre d’émeraude ! Il se remémorait et comprenait enfin la raison de sa brutale syncope. La présumée gamine s’était révélé être en vérité une créature titanesque dont les mots étaient par horreur parvenu à s’infiltrer dans son esprit.

Le poing de Yarvin se ferma sur sa poitrine celle-ci serrée lorsqu’il se rappela cet instant, cette intrusion dans ce domaine auquel personne n’avait le droit de regard. Cette bête, ou était-elle dorénavant ? Depuis cette position allongée il ne possédait guère une grande liberté de mouvement pour correctement observer les alentours. Il promena son regard maladroitement, penchant très légèrement sa tête à l’opposé d’Eníredis essayant de la repérer mais en vain. Seuls s’offraient à sa vue un infinie tapis de neige aux reflets cristallins parsemé d’épais conifères les jugeant lui et sa voisine toute leur hauteur. Yarvin redirigea alors son attention sur cette femme qui le toisait depuis son réveille et qui ne semblait vouloir se départager de ce regard profondément chaleureux.

Toujours troublé de se retrouver ainsi à profiter de sa personne, Yarvin ne ressentait dans l’immédiat plus la même crainte à son encontre. Il doutait cependant toujours  et ne pouvait totalement étouffer ce sentiment d’insécurité suscité par tant d’éléments improbables. Il désirait obtenir encore beaucoup de réponses à ses questions mais avant cela il devait se rendre à l’évidence de son méprit. Il avait réagi comme un sot, ou plutôt comme une pauvre brebis croyant voir un loup s’approcher de l’enclot et s’était laissé aller à une panique, non sans raison. Si son teint cramoisie ne semblait toujours pas disposé à disparaitre de son visage, son souffle retrouva lui un semblant de calme, plus doux et surtout plus profond. Yarvin inspira longuement puis prit enfin la parole d’une voix enrouée.

« Je ne comprends toujours presque rien à ce qu’il se passe. » Il marqua une pose, son cerveau cherchant minutieusement les mots les plus à même d’exprimer le fond de sa pensé.  « Mais vous avez tenu vôtre promesse. Je me dois alors d’en faire de même. »

Alors qu’il allait finir de s’exprimer, son regard se perdit une fois de plus en contemplations, se noyant dans la douceur des yeux de Eníredis, perdu entres ces longues mèches d’or ondulantes. La voix sereine du garçon vacilla et se mua en de timides balbutiements révélateurs.

« Je... Je m’appel Ya-Yarvin. Yarin Lisroc. » lâchât-il du bout des lèvres légèrement tremblantes. « Est-ce que vous pouvez m’aider à me redresser ? »



[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeDim 2 Mai 2021 - 18:31

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz12
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Remarquablement silencieuse, immobile à l’exception de ses mains qui délivraient avec prévenance leur tiède magie, Eníredis écoutait la respiration de l’évanoui, attentive à ses variations, y guettant un signe qui aurait pu l’avertir que le jeune homme revenait enfin à lui. Le calme qui était tombé sur la forêt était sans doute dû à l’apparition d’une Dragonne au milieu des pins, mais elle préférait voir là l’indication que la nature même s’était tue pour ne pas troubler le garçon étendu sur ses genoux. L’idée était bien plus romantique.

À ses côtés, Ihintza s’était tassée comme si, en se rendant plus petite, elle avait espéré effacer sa présence et les conséquences de celle-ci. Suivant le grand cycle des choses, sa colère avait laissé place à une amère vexation, qui elle-même avait fini par s’estomper face à une inquiétude grandissante, teintée de perplexité. Eníredis accepta son incursion inquisitrice dans ses pensées, tant qu’elle ne venait pas troubler la concentration nécessaire à la diffusion de son pouvoir, et la Verte dut se contenter du maigre réconfort de savoir le vagabond entre de bonnes mains.  

Finalement, au bout d’un temps incertain, le jeune homme se mit à remuer, ses lèvres s’ouvrant sur quelques râles rauques et incohérents. Délicatement, la Maîtresse Verte accentua la pression de ses caresses, l’invitant à reprendre conscience de ses sens. Si elle avait connu son nom, elle aurait pu l’appeler, le guider par ces sonorités familières, mais il n’avait pas voulu le lui donner et elle ne put donc que lui murmurer des paroles encourageantes.  

Il ouvrit les yeux et, de pâle comme la mort, quand il comprit sa situation, son visage passa à une franche teinte cramoisie que l’Elfe aurait pu trouver amusante si elle n’avait pas été en priorité préoccupée par l’état du garçon. Sans le presser, elle lui laissa tout le temps dont il avait besoin pour renouer avec les alentours, attendant qu’il trouve et la force et le besoin de s’exprimer. Elle retira docilement ses mains et les fit disparaître sous les bordures en fourrure de ses manches car elle ne désirait pas le perturber davantage.  

« Ce n’est rien, prends ton temps. » souffla-t-elle doucement lorsque le jeune homme communiqua sa confusion à haute voix, quoiqu’elle ne fût pas tout à fait sûre que les mots lui étaient adressés en particulier. Les yeux de l’Elfe s’arrondirent à la mention d’une promesse dont elle avait déjà probablement oublié l’existence, puis s’adoucirent en l’entendant prononcer – ou plutôt balbutier – son nom et elle tapota joyeusement la neige du plat de la main à défaut de se permettre une trop grande familiarité envers le garçon pour en faire de même sur son épaule.

« Ravie de faire ta connaissance, Yarvin. » répondit donc Eníredis avec un sourire satisfait avant de hocher la tête à sa requête. « Allez, debout ! » La Maîtresse Verte se dégagea avec précaution et attendit qu’il lui indique de quelle façon procéder.  

Eníredis n’était pas une demoiselle sans défense, mais il était toutefois évident qu’elle avait passé plus de temps à perfectionner ses sourires qu’elle n’en avait perdu à soulever de lourdes charges. Ihintza ne pouvait pas se métamorphoser à chaque fois qu’elle le souhaitait et, de toute manière, l’Elfe doutait que la Dragonne eût été d’une grande aide sous sa forme humaine de frêle infante maladive. Quand enfin Yarvin fut remis sur pied, elle se trouvait un peu essoufflée – c’est qu’il pesait son poids, le souriceau ! – et il était difficile de savoir si elle gardait une main autour de son bras pour le retenir au cas où il perdrait l’équilibre ou pour se reposer elle-même.  

« Je suis vraiment désolée pour ce qu’il s’est passé ! » déclara franchement la Maîtresse Verte, ses yeux cherchant toujours à accrocher ceux de son vis-à-vis. « Je peux essayer de t’expliquer, mais tu auras sans doute plus de questions que de réponses, au final. »

Désormais certaine que Yarvin pouvait tenir debout sans son aide, elle le lâcha et recula de quelques pas, guettant sur son visage un signe d’approbation avant de se lancer.  

« Je m’appelle Eníredis Chantevent, et là d’où je viens, je suis une Maîtresse Dragon. Maîtresse parce que je suis un professeur, en quelque sorte, et Dragon parce que… » Elle se tourna vers Ihintza qui observait la scène en silence, la tête sagement posée sur ses antérieures. « Eh bien, Ihintza est une Dragonne. Les Dragons communiquent par la pensée. Plus précisément, il faut avoir un don particulier pour les entendre. Donc, si tout à l’heure tu as entendu la voix d’Ihintza dans ta tête, c’est que tu fais partie des gens qui ont ce don – comme moi. »

Elle se tut un instant, croisant les larges globes irisés de la Dragonne. Sans échanger aucune pensée, les deux Âmes Sœur se livrèrent une bataille silencieuse dont le but était de définir qui avait eu raison dès le début – ce qui n’était pas chose aisée, d’une part car aucune ne voulait véritablement admettre qu’elle avait eu tort, mais surtout parce qu’aucune n’appréciait l’idée de heurter la sensibilité de l'autre. L’absence d’une issue favorable en tout point écourta la lutte et l’Elfe en revint à Yarvin.  

« Nous venons d’une terre à l’orient de Rhaëg qu’on appelle Tol Orëa, la Terre de l’Aube, ou encore l’île aux Dragons dans certaines légendes. Je te laisse imaginer pourquoi. » conclut-elle avec un geste vague vers la Verte.  

« Et il y a encore plein de choses à dire, cependant je ne veux pas prendre le risque de te voir tourner de l’œil à nouveau. » Elle ponctua cette déclaration d’un clin d’œil complice, au cas où le seul ton de sa voix n’aurait pas suffi à transmettre la plaisanterie. « Avant tout, il me semble que je ne suis pas la seule ici à te devoir des excuses. »

Les bras résolument croisés, Eníredis arqua un sourcil en direction de sa Liée, son regard insistant laissant bien peu de doute sur ce qui attendait la Verte s’il lui prenait l’envie de ne pas exaucer le souhait de l’Elfe. Alors, avec toute la délicatesse dont elle était capable, la Verte projeta son esprit à la rencontre de celui du jeune homme, l’effleurant sans plus de force qu’un soupir.  

° Mon intention n’était pas de te faire peur, ni de te faire mal. Excuse-moi. °


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMar 25 Mai 2021 - 22:54


Yarvin le sentit, ce battement de cœur manqué lorsque s’offra à lui le charmant sourire éclatant de cette fée des neiges à la voix si légère. Terrible était la situation dans laquelle le garçon se voyait jeté, lui qui, quelques minutes plus tôt traçait son chemin sans douter de rien. Tandis que son corps tremblait de faiblesse, ses joues elles paraissaient dorénavant bruler d’un feu ardent, la faute au sort de l’elfe ainsi combiné aux effets de sa gêne grandissante. Lui qui croyait rôtir sous les coups d’un timide soleil hivernal. Aidé par une main de porcelaine placé dans le dos, il se redressa tant bien que mal son bras à lui menaçant de faire défaut. Il pouvait alors sentir couler sous ses doigts engourdis l’eau de la neige fondue à leur contact. Il posa donc ces derniers contre son visage, l’esprit embrumé désirant l’aide de la morsure glaciale pour s’extraire de cette honteuse torpeur.

°Ha ! Du frais.° Exulta-t-il sentant le trouble fuir ce toucher frigorifié.

L’esprit un peu plus éveillé le garçon se leva d’un geste lent, les appuis sur les jambes assurés pour ne plus s’effondrer. Puis une fois bien debout il se tourna vers ses deux voisines, l’une arborant dorénavant un air plus grave tandis l’immense créature ne semblait vouloir bouger de sa position, ce que Yarvin apprécia dans l’immédiat. Confronté aux excuses de Eníredis, le jeune herboriste ne sut réprimer pour sa part une pointe de culpabilité, l’esprit coupable d’avoir ainsi faillit à faire taire cette crainte qui toujours le possédait dans les pires instants. Mais il ne pipa mots à ce propos acceptant pour le coup le cadre exceptionnel de la situation. Il préféra ainsi incliner machinalement la tête levant les mains, gêné des conséquences de sa couardise.

« Ne vous en faite pas. Je vous assure que je vais très bien. Je ne suis pas bien vaillant de base de toute façon. » Son regard fureta en direction de la dragonne se reposant tel un immense matou un peu trop fier °Ou stupide au point de pas être conscient du danger, cela peut dépendre du point de vue. °

Il lui fallait cependant reconnaître l’honnêteté de l’elfe qui ne lui avait pas mentit sur les risques d’être confronté à cette « vérité ». Aussi Yarvin préféra lui faire confiance pour la suite quant à ses doutes futurs. En effet une journée n’allait pas être suffisant pour assécher le torrent de questions qui se déversait dans son esprit encore un peu secoué.

Il l’écouta donc les lèvres scellées se présenter de nouveau en bonne et due forme. Interdit il l’entendit lui révéler les fonctions qu’elle occupait parmi les siens sans réellement en comprendre le sens avant d’en apprendre plus sur cette fameuse dragonne et sur un « don » particulier dont il semblait être propriétaire. Yarvin observait cette grande dame toisant quelque seconde sa camarade, se demandant alors si elles communiquaient par le biais de cette fameuse méthode en ce moment même. Elle n’en fit pas cas et continua plutôt de donner un peu de contexte à leur duo. Mais alors qu’elle paraissait en avoir fini de sa présentation laissant alors le champ aux questions de son interlocuteur, une parole au timbre féminin laissant croire à un murmure aux échos timides résonna aux frontières de son esprit.
S’il ne s’était écoulé aussi peu de temps il aurait pu ne pas reconnaitre la propriétaire de cette voix tant sa dernière manifestation était aux antipodes de cette nouvelle tentatives. La dragonne, cette bête majestueuse qu’il avait cru vouloir le dévorer quelques instants plus tôt s’excusait ainsi platement devant lui le frêle humain qu’il était.

Tout penaud et déconcerté par une telle métamorphose dans son attitude ainsi que par la douceur de ce geste, Yarvin n’eut même pas le réflexe de dresser les barrières naturelles de sa pensée.  Au lieu de cela il lui répondit inconsciemment d’une façon un peu hagarde :

°Je ne comprends pas bien là. Quand tu es une petite fille tu me parles avec plus de fureur qu’un troll toisant son repas de midi et quand tu es… Ainsi, tes paroles sont plus douces que le pelage d’un lapereau. °

Son regard bleuté sautant d’une dame à l’autre il ne se rendit même pas compte de son geste lorsque sa main vint se perdre dans sa tignasse rousse. Chez Yarvin, ce langage corporel en disait long sur lui.

« Ecoutez… »Commença t’il en balbutiant toujours, à la recherche des mots adéquats pouvant traduire au mieux la situation. « J’ai bien compris que je me suis totalement fourvoyé. Je l’admets et j’en suis également désolé. Mais tout le reste je n’ai juste rien comprit. » Il accompagna ses mots de gestes, en plaçant ses mains de part et d’autre de ses tempes, les paumes ouvertes comme s’il essayait de mimer deux oreilles grandes ouvertes un peu comme pour ses yeux.

« Ça fait beaucoup trop de choses nouvelles pour moi tout ce que vous me racontez. Vous savez je ne suis qu’un simple herboriste vagabond. Je n’ai jamais eu vraiment le loisir ni même la volonté de m’intéresser aux légendes et aux contes. Seul ma formation comptait à mes yeux. Donc me parler ainsi de dragons ou de don ne me fait pas pour autant comprendre ce que cela peut impliquer. »

Yarvin marqua une brève pause avant de désigner Ihintza du plat de la paume.

« Tout ce que j’ai vu en te voyant te dévoiler sous cette forme, au-delà de cette incroyable capacité d’altération de ton corps, c’était un puissant prédateur. Non une créature mythique. Et puis cette voix dans ma tête… Cela paraissait si irréel. Je me suis sentit comme possédé. » Son regard revint ensuite vers Eníredis.« J’étais bien loin de m’attendre à cela lorsque j’ai décidé d’investiguer sur l’empreinte que vous avez laissé dans l’outre-sol. ».

Il soupira enfin satisfait d’avoir peu verbaliser toute cette angoisse qui l’étouffait jusqu’alors. Les traces de sa craintes s'étaient également effacé des trais de son visage.

« Et maintenant ? » demanda-t-il bien curieux de savoir ce que ces deux personnes allaient décider de faire maintenant que les choses se voyaient mises à plat. « La course de Solyae ne s’est pas interrompue dans le ciel et il me reste encore pas mal de temps de marche jusqu’au prochain hameau. Des questions vous concernant j’en ai plein la tête certes, mais pas le temps pour profiter des réponses. Je dois reprendre ma route au plus vite. »

Yarvin brulait d’envie de faire un croquis de cette somptueuse et mortelle créature qu’était la dragonne mais il n’en n’avait le luxe.

« Et vous ? »


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMer 28 Juil 2021 - 13:45

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz12
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Rares étaient les fois où Eníredis et Ihintza avaient pris un Aspirant sous leur aile. Plus rares encore étaient les occurrences où celui-ci n’avait pas été un enfant du Kaerl. Elle-même était née parmi les Dragons et, plus jeune, avait été incapable d’imaginer un monde où ceux-là ne partageaient pas la vie des humains – avait plaint, même, les gamins qui levaient le nez vers un ciel que seuls parcouraient les oiseaux.  Puis, en grandissant, son esprit romantique lui avait fait imaginer maintes fables dans lesquelles un bel inconnu venu des nuages sur le dos d’un Dragon l’emportait avec lui vers une vie nouvelle... Et alors, quelle chance cela devait être pour les élus ! La peur n’était jamais venue ternir les belles images de ses récits imaginaires. Cela l’avait donc attristée de la lire dans les yeux du jeune homme et elle n’avait maintenant à cœur que de lui inspirer de meilleurs sentiments.

Tout comme sa Liée, elle manquait d’entraînement quand il s’agissait d’aborder le sujet de sa terre de naissance, si familière, avec qui n’avait même pas eu le temps de lire quelque légende.

Ihintza capta les pensées éparpillées de Yarvin, assez impressionnée, quand bien même elle ne l’admettrait sûrement jamais de vive voix, qu’il ait déjà compris de quelle manière il lui était possible de communiquer avec un Dragon. À moins que ce ne fut rien de plus qu’un hasard, ce dont il était permis de douter, à en juger par le contenu de ses phrases. Piquée dans sa fierté car il osait pointer du doigt ses contradictions et l’incohérence de son comportement, la Verte souffla des fumerolles nacrées par les naseaux.

° Je souhaitais simplement m’assurer que tu ne représentais pas un danger pour Eníredis. Je ne vois pas ce qu’il y a de si difficile à comprendre. ° énonça-t-elle avec la certitude d’être dans le vrai, d’un ton qui aurait tout aussi bien pu dire que c’était le garçon qui était bête s’il ne parvenait pas à concevoir une telle chose. Elle s’était excusée, pourtant ! Que cherchait-il à la ridiculiser ainsi ?

Un gloussement échappa à l’Elfe qui lui attira une œillade incendiaire de la part de sa moitié d’âme. Sans s’en émouvoir, la Maîtresse Verte se pencha vers Yarvin pour lui glisser, sur le ton de la confidence : « Les humeurs draconiques sont un large champ d’études, assurément. "Si vous pensiez qu’une femme changeait souvent d’avis, attendez donc de rencontrer une Verte" … »

° Les bipèdes ont le Lié qu’ils méritent. ° siffla la Dragonne avec une pointe de satisfaction mesquine.

Eníredis ouvrit la bouche comme elle s’apprêtait à répliquer, les poings sur les hanches, mais nota du coin de l’œil que leur nouveau compagnon semblait sur le point de s’arracher les cheveux et se ravisa donc. Elle fronça le nez en direction de la Dragonne avant de reporter son attention sur Yarvin. Son visage retrouva sa douceur habituelle, une faible lueur de compassion scintillant au fond de son regard tandis qu’elle l’écoutait tenter de s’excuser, de se justifier, de comprendre – tout cela à la fois.

« C’est bien normal. Ce que je viens de te dire, ce ne sont pas des choses qu’on entend tous les jours... Tu n’es pas prêt d’oublier votre première rencontre, alors. » glissa-t-elle, un rire discret au bout des lèvres. Yarvin s’adressait à Ihintza comme il aurait conversé avec un être humain à deux jambes et deux bras, et la Maîtresse Verte y voyait là un bon présage. « Et ce ne sera pas la dernière de tes surprises, si tu acceptes de venir avec nous. »

Après avoir révélé ce qu’il avait sur le cœur, Yarvin paraissait nettement plus disposé à converser. Eníredis inclina la tête tandis qu’il les questionnait sur leur destination avant d’échanger un regard dubitatif avec la Dragonne. Ni l’une ni l’autre n’avait véritablement réfléchi à l’après. Si elles s’étaient à l’origine accordées pour trouver de quoi faire plaisir à Silindiel, elles n’y voyaient aucune obligation. Eníredis trouvait ses occupations sur place, se laissant guider par ses envies. Leurs voyages n’étaient jamais totalement délibérés. Une fois encore, la réponse d’Eníredis tinta d’une honnêteté presque enfantine.

« Nous ? Nous étions simplement de passage dans la région, pour changer d’air. Je cherchais un cadeau pour ma fille, ou un souvenir à ramener. » Elle haussa une épaule, comme pour signifier que cela n’avait pas de réelle importance à ses yeux. « Où se situe ce hameau ? Si on y trouve de quoi se restaurer, nous pouvons nous y rendre ensemble. Ainsi, tu auras le temps de poser toutes les questions que tu souhaites. »

Fidèle à elle-même, l’Elfe accompagna sa proposition d’un sourire radieux, les pommettes rosies par le froid et la perspective d’une longue conversation.

« Nous pouvons marcher. Ou bien… »

Elle laissa sa phrase se perdre dans le silence, tournant sur ses talons pour faire face à sa Liée.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeJeu 26 Aoû 2021 - 18:08


Lorsque Eníredis répondit à Yarvin, celui-ci put deviner au travers du regard échangé par les deux dames le doute alors soulevé, comme s'il s'agissait d'une moindre banalité. Une preuve de plus pour le jeune homme que ces « créatures » fantastiques n'évoluaient décidément pas dans le même univers, lui qui devait à contrario prendre très au sérieux la venue de des deux sœur jumelles dans le ciel, accompagnées du voile de la pénombre. Il s'étonnait cependant de leur attitude nonchalante, se rappelant que de mémoire les terres enneigées sur lesquelles soufflait le vent meurtrier de l'hiver s'étendaient sur d'insondables et vastes lieux dont même les oiseaux -disait-on- ne pouvaient en voir le bout.

Au jugé Yarvin estimait qu'il était impossible pour  la frêle demoiselle de s'en sortir vivante sans poser  le pied dans un endroit chaud à même de la restaurer elle et sa bête. Concernant sa « sœur » il ne savait quoi en penser. Peut être s'étaient-elles posées pour la nuit la veille dans un auberge aux alentours ?
Il se demandait aussi quel genre de cadeau espéraient-elles trouver dans ce genre de contrées inhospitalières isolées des plus grands carrefours commerciaux, là ou s'échangeaient pour le coups nombres de denrées alimentaire et biens manufacturés par les artisans locaux.

Yarvin balaya ces considérations de son esprit, le moment étant mal choisit pour s'appesantir sur ce genre de détails qui pouvaient aussi bien attendre  la nuit pour être débattues autour d'un repas chaud... Ou froid. Il observa Solyae au loin, décliner pour caresser des ses rayons ardents les courbes acérées de Gaïa se profilant à l'horizon . Ils leur restaient au bas mot selon les estimations du garçon trois heures avant que le ciel ne se drape de sa robe carmin crépusculaire, pour finalement disparaître encore un peu plus tard dans un écrin de ténèbres. Celui-ci retourna son attention vers ses voisines enfin décidé.

« Mon objectif se nomme Dismindar et se situe au Nord-Ouest de notre position. » Dit-il, pointant de l'index la direction à suivre. « De ce qu'on m'a dit il s'agirait là d'un carrefour économique assez important. La ville n'est pas immense mais elle servirait de point de relais pour les nombreuses caravanes commerciales destinées à approvisionner les hameaux situés plus en profondeur dans les terres gelées. Si l'on presse le pas on devrait pouvoir y être en même temps que la nuit et y trouver ce qu'il faut pour se reposer. » Il s'adressa ensuite à l'intéressée. « Ihintza, comme je n'ai jamais croisé de créature telle que toi je ne sais pas bien. Est ce que toi et les tiens vous vous déplacez vite ? »

Aussitôt eu t-il posé sa question qu'il cru apercevoir dans le renâclement de la dragonne -exprimé par un panache de condensation expulsé de ses naseaux-  une forme de dédains. A ses coté Eníredis arborait un bien fier sourire en coin. Yarvin se demanda alors ce que cela pouvait bien signifier.


***

Fatiguée et cédant sa place aux deux jumelles, Solyae se laissait s'endormir paisiblement au loin, coulant avec paresse derrière la cime des monts d'Undòmë celles-ci s'étalant plus au loin à l'Ouest. De sa présence s'effaçant avec douceur s'échappaient encore une superbe crinière écarlate de rayons ardents à la timide chaleur.  Cette dernière s'étendait encore sur la majorité de la voûte céleste et ce malgré la course bien entamée du voile de la nuit profonde, lui qui avait déjà commencé à dévorer la pointe de ses mèches depuis l'Est. Ainsi allait l'inaltérable course des astres -passation du trône céleste- et ce depuis des éons.

Yarvin l'avait observé de nombreuse fois, charmé par  la divine toile qui se dessinait à chaque soir sous ses yeux rêveurs. Encore cette fois-ci il désirait la contempler avec passion et en même temps pouvoir griffonner la scène à main levée sur son cahier de dessin, hélas il n'avait pas assez de ses deux bras pour s'acquitter de cette tache. Ceux-ci se voyaient déjà bien trop occupés à tenir fermement la taille de l'Elfe, le pauvre jeune homme étant si effrayé à la simple idée de tomber du dos de l'incroyable Ihintza. Eníredis et Yarvin alors installé derrière elle, voguaient au travers de la voûte céleste de Rhaëg tout deux sur le dos de la dragonne Ihintza, celle-ci comme à son habitude maîtresse de son domaine. Par à-coups les yeux du garçon acceptaient par moment de laisser le champs libre à sa curiosité, avant que celle-ci ne se voit soudainement refrénée par une odieuse sensation de vertige, son visage retournant se cacher contre les omoplates du maître-chevalier. Jamais Yarvin n'aurait cru possible pour une telle créature aussi massive de parcourir aussi fièrement le ciel, de se laisser glisser entre les nuages poussé par le souffle d'Ouranos, quand bien même il avait été époustouflé par les dimensions folles de ses ailes une fois déployées. Sous son ventre ainsi que leurs pieds défilaient les vastes étendues enneigées d'Undòmë, les arbres et collines alors si ridicules en taille de leur point de vue qu'ils lui apparaissaient comme des jouets pouvant tenir dans le creux de sa main. Le vent quand à lui sifflait violemment dans ses oreilles tandis que le froid charrié par ce dernier venait lui lacérer le visage ainsi que ses lèvres déjà en piteuses état. Son équipement n'était pas prévue pour ce genre d'escapade.

Puis vint soudainement une bourrasque qui secoua le trio, frappant la dragonne depuis le flanc gauche. En réponse elle se laissa aller dans une embardée gracieuse, ne cherchant point à lutter les éléments mais tirant plutôt de ceux ci la force pour s'élever encore plus haut, plus proche des constellation émergentes. Surpris malgré lui, Yarvin laissa s'échapper un juron typique de sa région natale.

«  Skyate ! Ce n'était vraiment ce à quoi je m'attendais » hurla t-il en tentant difficilement de surpasser la violente litanie du vent. « Vous aviez promis que ce ne serait pas mouvementé ! » Le vol l'était-il réellement ou bien il s'agissait-il là d'une fantaisie du jeune garçon ? Qu'importe la vérité, dans la mesure ou ce dernier n'avait envisagé pareille direction pour sa modeste vie et ne pouvait que serrer les dents d'effroi en voyant de quelle façon cette dernière semblait s'égarer vers d’insondables horizons.


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 149
RPs : 143
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMar 14 Sep 2021 - 11:47

[RP] L'empreinte d'un mystère Erined11 & [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz12 [RP] L'empreinte d'un mystère Ihintz11
Maîtresse Eníredis Chantevent, Liée à la Verte Ihintza

Une prégnante odeur de neige accompagnait les rafales venues des hauts sommets orientaux. Les larges ailes d’Ihintza avalaient les lieues tandis qu’elle filait, tentant de rattraper la fuite de Solyae, toujours plus loin vers l’ouest. À nouveau, Eníredis aurait voulu étendre les bras et imiter le vol de sa Liée, mais la présence de Yarvin dans son dos la poussait à garder un ferme contrôle sur ses lubies. Le jeune homme se cramponnait à elle comme à l’espoir de sortir vivant de cette escapade aérienne. Assez peu émue par la crainte naturelle qui étreignait le cœur du voyageur, de toute évidence habitué à garder les pieds sur terre, la Dragonne Verte se livrait à quelques extravagances sans toutefois prendre de risques inutiles. Elle n’avait pas à prouver son agilité dans les airs et la confiance de son Âme Sœur suffisait à contenir son envie de faire payer à ses passagers le prix de leurs offenses – pour le moment.

C’était le premier vol de Yarvin, et même elle n’était pas assez mesquine pour lui en gâcher le souvenir.

En réponse aux exclamations du Demi-Sang, Eníredis éclata d’un rire cristallin, rapidement emporté au loin par les bourrasques. « J’ai promis ! » s’écria-t-elle gaiement. Sa main vint se poser sur celle de Yarvin qui reposait sur sa taille, le temps d’une brève pression de réconfort, puis elle la retira aussitôt, secouant la tête. « Mais pas elle. »

° Je n’ai pas de leçon à recevoir de votre part. Je ne vous dis pas comment marcher, alors ne me dites pas comment voler ! °

Et avec cela, la Dragonne effectua un nouveau bond dans les airs, offrant son flanc clair à la morsure du vent avant de se laisser tomber de plusieurs pieds. La silhouette du bourg se découpait en contrebas. Elle avait déjà bien assez allongé leur voyage. Il était temps pour elle d’amorcer sa lente descente, décrivant de larges cercles qui s’étrécissaient à mesure qu’elle approchait de la cime des arbres. La Dragonne se posa à distance respectable de l’entrée de la cité, sous le couvert de la sombre forêt undòméenne, où la nuit avait déjà établi son empire. Là, elle pourrait revêtir sa forme humaine sans craindre d’attirer l’attention.

Eníredis aida Yarvin à descendre du dos de la Verte, gardant une paume prévenante sur son épaule tandis qu’elle lui adressait un sourire rayonnant dans la pénombre. « Tu as bien mérité un bon repas chaud. » déclara-t-elle avec une douceur qui peinait à dissimuler son excitation. « Allons fêter ton premier vol à dos de Dragon ! » À ses côtés, Ihintza fronça le nez d’un air vaguement moqueur, hocha néanmoins la tête pour approuver les propos de sa Liée et prit les devants en direction de la ville.

Il leur fallut quelques minutes de marche avant d’atteindre les abords de Dismindar, suivant la route principale qui traversait fermes et bergeries, pendant lesquelles la Maîtresse Chantevent surveilla attentivement l’allure de leur compagnon au cas où il serait pris d’un nouvel accès de fatigue émotionnelle – selon les termes de l’Elfe, car sa Dragonne rancunière aurait sans doute choisi d’y voir une certaine forme de fragilité. Entre le crépuscule qui s’assombrissait, l’accoutrement raffiné des deux dames ainsi que le charme presque surnaturel flottant autour d’Eníredis, on les laissa pénétrer dans la ville sans poser de questions.

Dismindar ressemblait aux paysages qui l’avaient vue naître. Le gris de ses pierres se reflétait sur le visage de ses habitants. La froideur de ses rues soufflait dans leurs yeux. Insensible à l’austérité environnante, Eníredis avançait à vive allure à la recherche d’une devanture capable de piquer son intérêt. Elle jeta finalement son dévolu sur un établissement aux planches enduites d’une peinture vert d’eau qui s’écaillait, révélant le brun noirci du bois en-dessous. Des escaliers couverts conduisaient aux chambres à l’étage, mais pour le moment, ce n’était pas ce qui intéressait les voyageurs. Par une fenêtre ouverte s’écoulaient des odeurs de jus de viande, de fumée et la rumeur de conversations étouffées. L’Elfe poussa la porte.

La clientèle déjà présente n’accorda que peu d’attention à l’arrivée de nouveaux visiteurs. Ihintza choisit une table libre au plus proche de l’âtre ; les effluves de nourriture humaine l’indisposaient mais elle souhaitait que les joues de Yarvin retrouvent leur couleur tout autant que sa Liée. Dès qu’ils furent convenablement installés, un Humain au visage mangé par une imposante barbe blonde apparut devant eux, la hanche nonchalamment appuyée contre leur table. Son regard bleu pâle semblait ne pas les voir, perdu dans les brumes de l’hiver et de l’alcool, et sa voix sonnait comme un soupir.

« Qu’est-ce qui leur ferait plaisir ?
— Trois assiettes de votre spécialité et un pichet de bière. Oh, et du pain, aussi ! »

L’homme fit claquer sa langue, ce qui devait être sa manière d’opiner, et se dirigea d’un pas paresseux vers les cuisines.

« Alors ? » Entremêlant ses doigts, Eníredis se pencha au-dessus de la table, comme si elle s’apprêtait à partager quelque confidence. Ses iris pétillaient de curiosité. À ses côtés, les lèvres pincées, Ihintza feignait l’indifférence mais elle pouvait sentir pulser son impatience, son inquiétude, le plus infime doute étouffé sous une montagne de crânerie et de prétention. « Comment c’était ? »


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP] L'empreinte d'un mystère Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitimeMar 12 Oct 2021 - 22:35


Si le rire du maître naissait d'une émotion sincère et légère, pour Yarvin, il raisonna comme un aveu grave et lourd de sens. À elle se joignit sa sœur d'écaille qui, sans prendre de gant, remit les espoirs du jeune voyageur à leur place. Le ciel était son domaine et elle comptait bien y régner sans partage, sans égard pour les misérables jérémiades du jeune humain.  Yarvin sera de plus fort les dents, affichant une triste mine tandis qu'un haut-le-cœur venait le saisir, tandis que l'équipé se voyait emportée par les courants célestes. Il allait devoir endurer les caprices d'une dragonne aux humeurs rancunières ainsi que prier les dieux de ne pas rendre son modeste déjeuner sur ses voisines. Il ne souhaitait pas rajouter à ses malheurs le courroux d'une bête mythique, au motif d'avoir souillé sa somptueuse carapace aux reflets d'aventurine.

De longues et douloureuses minutes plus tard, ils approchèrent enfin de la bourgade répondant  au nom de Dismindar, celle-ci encore caressée par les faibles rayons de lumières somnolant de Solyae. Alors qu'il allait soulever la question de la discrétion, les dragons ne devant pas être des légions à venir se poser par ici,  Ihintza se laissa soudainement chuter sur le côté, les amenant ensuite à planer pour finalement atterrir à bonne distance du village. Pour cette dernière manœuvre, Yarvin ne hurla point à la fois trop fatigué et commençant presque s'accoutumer à ces cabrioles infernales. Les quatre pattes de la dragonne enfin au contact du plancher des vaches, l'elfe se fit glisser avec élégance le long du flanc de son amie puis toucha terre avec légèreté. Transît par le froid et les membres endolorit à être constamment tendue comme la corde d'un arc, Yarvin n'osa se précipiter à sa suite et préféra plutôt recevoir l'aide du chevalier pour mieux se réceptionner à la descente. Le regard perdu et affligé par ce qu'il venait de vivre, il sentit les muscles de ses jambes se détendre lorsque sous ses pieds raisonna le crissement de l'épaisse poudreuse. Le garçon expira de soulagement heureux d'éprouver à nouveau le contacte solidité de la terre meuble. Il était fait pour cet univers et non un autre.

Une fois la dragonne de nouveau sous son apparence de jeune demoiselle, le trio se mit en marche pour rejoindre le cœur du village en quête d'un lieu où souper, se reposer et surtout se réchauffer. Les puissants courants aériens avaient finalement eux raison de l'équipement du garçon ainsi que de sa robustesse innée. Par chance, la marche ne fut plus courte que redoutée, mais elle n'en fut pas moins difficile, Eníredis avançant d'un bon pas, suivit de près par sa sœur d'âme, et ce malgré ses petites jambes. Tandis que derrières elles, le garçon se sentait lutter contre la poudreuse, les panaches blanchâtres ponctuant chaque levé de pieds.  Très vite, le groupe s'engagea dans ce qui semblait être l'artère centrale du village, cette dernière étant délimité sur toute sa longueur par deux murets grossièrement façonnés, des pierres du coin.

L'ambiance dégagé par le hameau n'était pas là pour réchauffer le cœur secoué du jeune Yarvin, les regards mornes et suspicieux étant monnaie courante sur les quelques visages rencontrés. Il ne s'en souciais guère, il savait le caractère des gens du pays aussi dur et froid que le climat, la méfiance brandit fermement au nez de ceux d'ailleurs. Tout du moins pour la plupart. Il devait en effet être plutôt rare pour ces gens de croiser ainsi la route d'un tel groupe. Si l'herboriste ne dénotait guère de ce à quoi ils étaient coutumier, on ne pouvait en dire autant concernant la dragonne et l'elfe, dénuées de tout nécessaire de voyage requit pour la région. Rien à voir vis à vis des caravanes marchandes passant à l'accoutumé dans le coin.

Pendant la marche, le garçon se permit d'observer plus attentivement les battisses, sa curiosité survivant tant bien que mal à sa pesante fatigue. Si la construction à l'aide de pierres ne semblait ne pas être leur spécialité, les chaumières, granges et commerces assemblés dans le bois des contrées paraissaient conçues avec bien plus de soin et de maîtrise. Et il était dans leur intérêt que cela soit le cas, si les habitants ne souhaitaient voir les épaisses couvertures de neige avoir raison de leurs toitures.

Yarvin se laissait guider par les deux demoiselles, s'avouant que depuis leur rencontre, il ne se croyait plus vraiment maître de la direction de ses pas. Il se savait certes en train de dramatiser pour rien, Dismindar était après tout l'un de ses objectifs depuis le début. Mais comment ne pas sentir perdu après une telle expérience ? Il peinait encore à concevoir qu'à seulement quelques centimètres de  lui et glissé sous les trais mensonger d'une innocente petite fille, se tenait une immense bête féroce aux yeux de braise et à la peau de roc. Il était émotionnellement éprouvé par toutes ces nouveautés et ressentait un réel besoin de se reposer pour remettre de l'ordre dans son esprit dorénavant sens dessus dessous.

Le regard hagard mais toujours vif, essayant de décrypter au mieux ce nouveau lieu, Yarvin releva le panonceau au-devant d'un large édifice duquel il croyait sentir d'agréables odeurs, celles de nourriture. Il devinait là un auberge probablement prévue pour les voyageurs et commençant. Voyant ses camarades s'y diriger, il en fit de même plutôt satisfaits d'entrevoir la fin de cette dure journée.  Il fut en revanche bien moins enchanté de découvrir qu'à l'intérieur les attendaient en nombres d'autres gens. La nature timide du garçon tenta bien de le dissuader de poursuivre son élan, mais il ne se s'imaginait pas se séparer de Enirédis et de sa dragonne pour aller affronter seul l'étreinte douloureuse et glaciale de l'hiver. À plus forte raison lorsque vint caresser les narines du garçons, un délicieux fumet en provenance d'une cuisine en pleine activité.

°fait-toi violence garçon.°

Il suivit finalement de près ses voisines qui semblaient savoir où vouloir se poser. La salle principale, celle où ils étaient arrivés en entrant, proposait de nombreuses tables dont la bonne moitié étaient déjà occupées. Certaines placées au centre s'étalaient en longueur tandis que d'autres, plus petites et rondes, étaient disposées dans les recoins de la pièce ainsi que juste à coté de l'âtre. Ce fut justement sur l'une de celles-ci que Ihintza jeta son dévolu, invitant -sans vraiment leur demander- ses deux compagnons à la rejoindre. Yarvin ne se fit nullement prier, peu regardant sur le choix, tant qu'il pouvait enfin se poser. En fin de compte, il se voyait déjà en partie soulagé par l'ambiance chaleureuse ainsi que vivante du lieu, duquel il ne sentait aucune tension quelconque émaner. Tous les gens présents savouraient à l'unisson les biens faits d'avoir un toit pour se protéger du vent vorace rugissant au dehors. Un véritable havre pour se requinquer.  Ereinté et peut-être aussi un peu timide, il laissa volontiers Eníredis se charger de la commande auprès du tenancier venu à leur rencontre. S'il se faisait une joie de prochainement déguster un vrai repas et non une triste tranche de viande séchée, il ne put se retenir de pester à l'évocation de la bière.  il devait lui rester fort heureusement suffisamment d'eau dans sa gourde.

Alors qu'il s’apprêtait à s'étaler sur la table, les bras croisés sous sa tête en guise de cousin de fortune, il entendit la voix cristalline de l'elfe résonner dans sa direction. Relevant le nez un peu déçu de ne pouvoir se laisser au repos, il découvrit braqué sur lui un regard pétillant brillant d'un éclat de curiosité dévorante. À ses côtés, la dragonne semblait observer ailleurs comme plus intéressé par les jeux des autres humains.
Ainsi pris au dépourvu, Yarvin se mit à chercher avec difficultés les mots adéquats, inspectant à tâtons dans le bazar insondable qu'était son esprit les souvenirs de la journée alors sur le point de s'achever.  Il devinait très bien ce à quoi elle faisait allusion ; le vol  sur le dos de sa terrible amie.
Ses yeux fuirent les siens, troublé qu'il était par leur intensité et par son incapacité à nommer des émotions aussi puissantes qu'elles furent. Il ne savait pas même s'il avait aimé ou détesté la chose. Un silence relatif -les autres occupants de la pièce ne cherchant pas à être discret plus que de raison- plana quelques longues secondes au-dessus de leur table, avant qu'enfin de fébriles mots ne daignent rompre celui-ci.

« C'est... Comment dire ? C'était intense. Hm... Oui intense. » Il était facile pour l'elfe de constater que Yarvin n'était réellement satisfait de ses paroles. « Je vous suis très reconnaissant de m'avoir fait découvrir une expérience que je n'aurais jamais imaginé vivre, même dans mes rêves les plus insensés. » Il était  parfaitement honnête, et ce malgré les cris de terreur braillé plus tôt entre les nuages. « Malgré tout, je ne sais pas si j'ai envie d'expérimenter cela de nouveau aussi tôt. Non ! c'est faux, je sais que je ne veux pas y retourner, pas de suite en tout cas. Ma place est sur terre et non à nager dans les cieux. Là-haut je n'entends rien hormis un hurlement incessant et assourdissant. À côté, le sol meuble des forêts est chantant et chaleureux à mes oreilles. Quand je lui parle, il me répond et me montre le chemin. Il se dévoile à moi sans aucune pudeur. Dans le ciel en revanche, je me suis senti comme un poisson échoué sur le rivage, comme privé de toute liberté de mouvement. J'ai trouvé cette absence de contrôle absolument terrifiante.» Un air d'étonnement vin soudain éclairer les traits alors peinés de son visage. « Je n’ai pas contre été très surpris. Je n'ai pas du tout eu le vertige. Moi qui à l'habitude, n'apprécie pas du tout être à flanc de falaise, surtout près de ceux donnant accès à un profond ravin. Je suis malgré tout désolé de ne pas pouvoir vous dire que j'ai aimé plus que ça. C'était au moins mémorable.»

Une partie au fond de lui se sentait gênée tandis qu'une autre se félicitait de ne pas avoir tu la vérité sur ses sentiments. Yarvin était parfois comme ça au contact des gens, plein de contradictions et pourtant toujours fidèle à ses convictions et ce qu'importe le prix.

« Je me posais cependant la question, qu'est-ce que la terre de l'aube ? Vous aviez dit en venir, or je n'ai jamais entendu qui que ce soit faire allusion à une telle région . Et encore moins parler de dragons. Est-ce si loin ? » Yarvin s’humecta les lèvres, ces dernières toujours endolories par le froid de la journée.« En plus, vous avez fait mention de légendes. Mais si les dragons sont bien réels, ils n'ont aucune raison d'être considérés comme tels, non ? »

Ceci n'était en vérité que l'infime fragment émergé d'un plus imposant iceberg, monticule de questions qui pour leur part, attendaient bien patiemment l'occasion pour s'exprimer.


[RP] L'empreinte d'un mystère Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[RP] L'empreinte d'un mystère Empty
MessageSujet: Re: [RP] L'empreinte d'un mystère   [RP] L'empreinte d'un mystère Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] L'empreinte d'un mystère
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Les Continents Extérieurs :: Undòmë-
Sauter vers: