Le Deal du moment : -54%
Colle Pattex « Ni clou ni vis » ...
Voir le deal
2.95 €

Partagez
 

 [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg

Aller en bas 
AuteurMessage
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeLun 16 Aoû 2021 - 12:53


~ Fin Mystraku 919

Dans la salle de classe, se tenant au pupitre, les mains sagement croisées dans son giron, un visage inconnu contemplait avec gravité la petite assemblée. Un joyeux brouhaha résonnait entre les murs, comme les étudiants de tous horizons, venus enrichir leurs savoirs à l’Académie de Lòmëanor, s’interpellaient entre eux. Certains apercevant des connaissances et désireux de les saluer, d’autres, plus nerveux, s’agitant et se dandinant sur leurs sièges. Un poêle à bois, placé entre les deux rangées, diffusait sa douce chaleur, faisant oublier le froid qui régnait à l’extérieur.

Un sourire doux vint marquer les rides au coin de ses yeux, tandis que ses iris noirs passaient de tête en tête, sans mot dire. Aujourd’hui, elle était fière de rejoindre les rangs des Magisters de l’Académie, pour enseigner à ceux qui le souhaiteraient, les arts de la Table et de la Gastronomie, et apporter un éclairage sur les Cultures du Rhaëg. Née sur la côte sud d’Orën, dans une grande ville portuaire à la frontière de la Thálassie, elle avait baigné dès son plus jeune âge dans la tradition du bien-vivre et bien-manger, là où les bons repas étaient presque élevés au rang de religion !
Ses horizons futurs d'alors se limitaient à tenir sa propre maisonnée, épouser un homme que ses parents auraient choisi pour avoir des enfants à son tour, et elle qui avait toujours connu pareil modèle n'aspirait à rien d'autre que cela. C'était ainsi qu'en allait la vie à Gytheion ...

Ceci du moins jusqu’à sa charmante et imprévue rencontre avec un Chevalier du Màr Luimë : suite à un accident d’Interstice au cours de la Grande Guerre des Ordres, lui et son dragon s’étaient échoués dans les terres sauvages aux confins de la cité. Blessés tous les deux, elle avait fait fi de sa peur pour les soigner et les accueillir dans sa demeure le temps qu’ils se remettent. Un rire silencieux la secoua alors qu’elle repensait à son premier face à face avec les majestueux sauriens qui faisaient désormais partie de son quotidien … Et de celui de l’homme qui était devenu son époux, son bien-aimé Galen.

Elle inclina la tête, et lissa le tablier brodé qui ornait ses jupons, puis tapa dans ses mains pour réclamer le silence. Après quelques instants, assurée d’avoir toutes les têtes tournées vers elle, elle s’éclaircit la gorge.

« S’il-vous-plaît, jeunes gens, pourrais-je avoir votre attention ? »

Quand bien même certains la dépassaient en âge – elle approchait après tout seulement d'une honorable quarantaine – elle les considérait tous avec une affection toute maternelle. Elle était comblée à l'idée de pouvoir se tenir devant eux en ce jour brumeux de Mystraku.

« Très chers étudiants, soyez les bienvenus à l’Académie. Je suis la Magister Amadrya Eiríni, mais je vous en prie, ne faites pas de manières, appelez-moi Amadrya. Êtes-vous tous installés confortablement pour écrire ? Avez-vous pensé à tailler vos plumes et à remplir vos encriers ? Oui ?  Bien, bien. Si vous avez besoin de parchemin supplémentaire, n’hésitez surtout pas à me demander. »

D’un signe de tête, elle indiqua à son jeune assistant, le scribe Nieul, de distribuer les feuilles, les bijoux ornant sa gorge et ses cheveux lançant des éclats d’or, baignés par la pâle lumière qui filtrait des fenêtres couvertes de givre. En cette fin d’année 919, ceux qui ne passeraient pas le 1er d’Isashaniku avec leur famille – de cœur ou de sang – le feraient certainement avec leurs amis, et quoi de mieux que de le faire autour d’un bon repas ?

De son écriture ronde et déliée, elle écrivit donc le sujet du jour sur le tableau noir derrière elle.

- Décrivez une recette traditionnelle du Rhaëg -

« Je suis très heureuse de vous accueillir ici pour découvrir les merveilleuses recettes que vous aurez à cœur de nous partager ! N’oubliez pas de préciser de quelle région et continent elle est originaire. Et pour ceux qui possèdent quelque talent en ce domaine, vous pourrez joindre à votre production des illustrations de votre cru. Vous pouvez commencer ! »


{HRP : Concours ouvert jusqu'au 19 septembre ! Vous incarnez ici l'un de vos personnages ou PNJ de votre choix ^^. A vos plumes !}
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Ausra Cristea
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Ausra Cristea


Date d'inscription : 07/03/2021
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 31
RPs : 23
Race : Torhille
Maître : Liâd Malkièl (PNJ)
Fonction : Aspirante
Affiliation : Apolitique
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeSam 21 Aoû 2021 - 22:37

Une recette? Une SEULE recette? Comment serait-il possible de choisir? 

Pendant son enfance à Rezdya, au contact des voyageurs qui s'arrêtaient dans son village, puis plus tard aux côtés de Dasha qui lui avait appris à cuisiner presque tout sur un feu de camp, Ausra avait appris à cuisiner d'innombrables plats. Et c'était sans compter ceux qu'elle avait dégustés au cours de ses propres voyages! Ausra n'était pas la meilleure cuisinière d'Undomë, loin s'en fallait. Cependant, elle était douée pour cuisiner des mets simples, ainsi que pour accommoder facilement tout ce qui se chasse ou se cueille.  De quel plat en particulier allait-elle bien pouvoir parler? Du pain du Vaendark que Dasha faisait cuire sur un tesson de céramique? Des pains de tubercules que cuisinait sa tante Odeta? Pourquoi pas des brochettes de poissons qu'elle avait goûtées à Ys?Mais il fallait faire un choix, et Ausra fit une liste mentale des plats qu'elle préférait. Elle décida de choisir parmi les recettes d'Undomë, car personne ne semblait connaître la cuisine de ses contrées d'origine. L'on louait souvent la gastronomie d'Orën ainsi que les mets exotiques du Ssyl'shar, mais à entendre certaines personnes, on ne mangeait que des tubercules bouillis en Undomë. Il était incontestable que ses compatriotes aimaient cuisiner le tubercule. Mais leur gastronomie ne se résumait pas à cela! Il fallait qu'elle éduque les autres élèves du Magister Ei...d'Amadrya à ce sujet. Autour d'elle, certains grattaient déjà leur parchemin. Sans se laisser impressionner, la jeune femme départagea mentalement les plats de sa liste, et sourit lorsqu'elle trouva le vainqueur. Ce n'était pas un plat de saison. Mais qu'importe! C'était un de ceux qui représentait ses meilleurs souvenirs d'enfance.

Ausra trempa sa plume dans son encrier, fit une première tache sur le parchemin qu'elle essuya de son mieux, et commença enfin à écrire en soignant de son mieux son écriture qui resta malgré tout presque aussi chaotique que ses pensées:


-----------------------------------------------------------------------------------------

Les demi-lunes d'Eurilya
(origine: nord d'Undomë, recette spécifique du village de Rezdya)

Ces friandises, comme leur nom l'indique, se mangent pendant les festivités d'Eurilya, aussi bien celles où les enfants sont admis que les autres. Et comme leur nom l'indique également, elles ont la forme d'une demi-Lune. Imaginez donc une demi-lune de pâte fine, farcie avec des myrtilles sucrées et accompagnées de miel et de baies. Imaginez vous à présent un soir de fête, sous le ciel étoilé qui semble plus lumineux que de coutume, tenant dans une main un bol de bois rempli de ces demi-lunes et dans l'autre un gobelet d'hypocras. Si ces images réveillent le souvenir de l'odeur du vin, il est temps d'y ajouter le goût sucré des myrtilles!

En Undomë, l'on consomme des demi-lunes similaires toute l'année, avec des farces sucrées ou salées. Mais celles d'Eurilyaku sont particulières, car leur préparation fait presque l'objet d'une fête. Dans les villages de chasseurs du nord d'Undomë - dont je suis originaire - tout le monde participe à la confection des demi-lunes le premier jours des fêtes d'Eurilya. Seuls les chasseurs partis en expédition, les bébés et les personnes ayant perdu leurs mains ou l'usage de ces dernières sont exemptés de ce travail.

Pour cuisiner les demi-lunes, il faut:

pour la pâte:

  • farine (deux tasses et demi par pâton)
  • un oeuf
  • eau froide (une demi tasse)
  • épices pour colorer en orange (le curcuma fonctionne bien, on peut également utiliser de l'eau dans laquelle on aura fait macérer des pétales de souci)

pour la farce:

  • des myrtilles (on peut aussi utiliser d'autres baies, mais les myrtilles sont de loin les meilleures!)
  • sucre ou miel (suffisamment pour enrober les myrtilles et pour saupoudrer sur les demi-lunes finies)


Tout d'abord, on doit mélanger farine, eau, oeuf battu et épices ou eau de souci. Pour pétrir la pâte à demi-lunes, il faut beaucoup de force dans les bras et dans les mains! C'est pour cela que seuls les adultes s'occupent du pétrissage. Il est important de tout mélanger à la perfection, pour que la pâte soit lisse et uniforme. Quand tout est mélangé, il faut laisser reposer la pâte sous un torchon propre le temps de faire un autre pâton. Si la pâte n'a pas une belle couleur rousse digne d'Eurilya, il ne faut pas hésiter à rajouter des épices pour la colorer.

Quand la pâte a suffisamment reposé, il faut ensuite l'abaisser pour obtenir des feuillets aussi minces que du vélin, puis découper les feuillets en disques du même diamètre que celui d'un petit gobelet. Encore une fois, c'est le travail des adultes. Mais les enfants ne sont pas en reste puisqu'il faut préparer les myrtilles. Les mains des plus jeunes s'affairent donc, pendant que les aînés malmènent la pâte, à trier les myrtilles, puis à les mélanger au sucre ou au miel dans un saladier.

Lorsque les disques de pâte sont prêts, le moment est venu de façonner les demi-lunes. Et ce façonnage est l'étape la plus longue de la préparation de cette recette! C'est pourquoi il est préférable de la réaliser avec un maximum de personnes avec qui bavarder, et de prévoir un stock conséquent d'histoires drôles à raconter et de chansons pour passer le temps.

Pour façonner une demi-lune, il faut:

  • prendre un cercle de pâte-poser quelques myrtilles sucrées en son centre (attention à ne pas les écraser! Les myrtilles doivent rester entières, c'est très important. Certains préfèrent réduire les myrtilles en compotée avant de les farcir dans la pâte à demi-lunes, mais ces personnes -que nous nommeront Alvis Cristea pour l'exemple - ne sont pas dignes de confiance et ne doivent pas être écoutées)
  • replier le cercle en deux en enveloppant les myrtilles


Pour sceller la demi-lune, on peut simplement presser les bords l'un contre l'autre. Mais dans mon village natal, nous avions l'habitude de replier les bords selon la méthode suivante:


  • rabattre le coin de la demi-lune vers l'intérieur
  • replier le bord par-dessus la première pliure sur la longueur d'un pouce
  • continuer sur toute la bordure


Lorsque la pâte est épuisée, il restera probablement des myrtilles. En fait, il reste toujours des myrtilles! C'est le moment de les faire cuire au chaudron pour obtenir le coulis qui garnira les demi-lunes cuites.

La cuisson des demi-lunes est très rapide. On la réalise généralement le soir des festivités, afin de pouvoir les servir lorsqu'elles sortent tout juste du chaudron. Pour cela, il convient de faire chauffer de l'eau légèrement salée et de plonger les demi-lunes. Lorsqu'elles flottent à la surface de l'eau, c'est qu'elles sont prêtes! Il ne reste qu'à les disposer dans un bol et à les recouvrir de coulis de myrtilles puis de sucre.

La dernière étape de la recette est la plus importante. Elle consiste à déguster les demi-lunes et à apprécier le contraste entre le goût légèrement épicé de la pâte et celui, plus sucré, des myrtilles. Quant à la sensation des myrtilles entières craquant sous la dent, elles soulignent l'importance de garder les baies intactes pour la farce ainsi que l'absence totale de compréhension des personnes nommées Alvis Cristea dans le domaine des desserts. Mais heureusement, ces personnes sont douées pour marier les épices dans un bon hypocras qui accompagne à merveille ces demi-lunes. Tout n'est donc pas perdu pour ces drôles d'individus!

---------------------------------------------------------------------

Lorsqu'Ausra reposa sa plume, elle se surprit à avoir hâte d'être en Eurilyaku, mais aussi à regretter que son frère qu'elle avait tant raillé dans sa recette ne puisse pas venir au Kaerl. Elle relut rapidement son parchemin, à la recherche de taches oubliées ou de formulations mêlant les sens entre eux qui risqueraient de perturber quiconque n'avait pas son étrange capacité à percevoir la couleur des sons.

Sa description du plat lui parut convenable. Il ne restait plus qu'à donner le parchemin au Magis...à Amadrya et à espérer que la recette lui plaise!


[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Loïkim Malkièl
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Loïkim Malkièl


Date d'inscription : 26/07/2021
Sexe : Masculin
Présentation : Fiche
Messages : 19
RPs : 16
Race : Torhil-Elfe
Maître : Dušan Bakhtiyar (PNJ)
Affiliation : n/a
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeLun 23 Aoû 2021 - 23:03

Un devoir. Il n'aimait pas les devoirs, lui. Mais quand il entendit le sujet, il hocha la tête. Il ne cuisinait pas souvent. Il n'avait pas besoin, le Kaerl le faisait pour lui et quand ils voulaient manger autre chose, maman cuisinait ou bien ils allaient ailleurs avec Iska. Mais il y avait quelque chose qu'il aimait bien faire. On disait que c'étaient les gâteaux préférés de papa. Et c'était une recette qui venait de la tribut de maman. Le gâteau du totem ça s'appelait parce qu'on pouvait dessiner un totem dessus. Ou des coeurs. C'est plus facile à faire et ça fait plaisir à maman tout pareil. Il avait donc longuement travaillé sa sucrerie. Brûlé plein de casseroles. De fours. Gâché des tas de pâtes. Il essayait depuis ses sept ans, depuis qu'on lui en avait parlé. Quand il les réussissait, il les donnait à sa mère et alors elle était triste mais elle souriait quand même.

Le Gâteau de Papa Boulomiël


Origine : Tribu Torhille, spécifique de la famille de Liâd

Ces gâteaux sont déclinés sous plusieurs parfums selon les baies ou herbes qui sont infusées à l'intérieur mais la base reste la même. Il existe des moules décorés pour les jours de fête et dans ce cas là, une cuisson particulière est demandée - en fin de recette. Il est cependant possible de les faire simplement ou de décorer au couteau ou au pochoir

Ingrédients


  • Sucre 1 tasse
  • miel un peu
  • beurre un demi index
  • sel quand on oublie pas
  • 3 tasses de farine
  • des amandes en morceau
  • de la cannelle rapée
  • des baies séchées (maman elle aime bien les rouges un peu amères bizarres)
  • deux oeufs


Dans une casserole, on met une tasse de sucre (bombée) pis du miel et un demi-index de beurre et un peu de sel mais j'oublie souvent. Pis je fais bien fondre doucement sinon ça devient tout noir et c'est pas bon et ça colle et ensuite on vous gronde.

On attend que ça refroidisse un peu pis on rajoute les oeufs parce que si ça a pas refroidit, ça fait genre de l'omelette dedans et on mélange pas bien. Mais après du coup on peut ajouter la farine. Faut la tamiser il parait mais j'vois pas l'intéret. Pis on tape bien sur la pâte pour qu'elle soit comme il faut genre pas avec des points blancs de farine c'est pas bon.

On fait des boules et des dessins sur les boules pis on met au four pis ensuite on arrose avec du sirop de miel mais pas si on doit les garder longtemps parce que ça colle partout le miel.

Si on veut utiliser les moules traditionnels des totems tout ça, faut faire chauffer le four beaucoup beaucoup, puis tu huiles le moule et tu mets ta boule dedans et ça prend le dessin si tu la retire doucement, pis tu mets sur une plaque mais attention avec le dessin EN HAUT, pis tu fais cuire genre pas beaucoup a très chaud pour que ça fasse comme une croute comme quand tu laisses le pain à l'air libre jusqu'à demain mais que c'est frais quand tu coupes, tu vois, puis tu termines de cuire normal.


[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Aspirant5
Revenir en haut Aller en bas
Lordan Ventaren
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Lordan Ventaren


Date d'inscription : 22/02/2019
Présentation : URL
Messages : 52
RPs : 20
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Bronze Hanelvig
Fonction : Arken de l'Escadron d'Elite
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeMar 31 Aoû 2021 - 18:43



En arrivant au milieu de l'escalier de sortie Loredan se sentait d'excellente humeur : il avait pu enfin consulter "Les plantes rares du Syl'shar" recommandé voici déjà longtemps par Maître Nalesean. Sa lecture avait été profitable et plaisante, un de ces moments où le monde paraît paisible et ordonné sous le regard des dieux bienveillants. Il aimait toujours retrouver l'Académie, ses visiteurs venant y étudier de tous les kaerls et, malgré leurs différends,  partageant leurs connaissances sur un ton général de respect du savoir et d'aimable politesse.  "Politesse aimable"... hmm... il avait quelques souvenirs d'une Foire aux Plantes virant plutôt à la foire d'empoigne....

Il s'arrêta d'un coup. Par Kaziel ! il avait laissé son cahier de notes dans la pièce où on l'avait  installé avec son livre. Il remonta aussitôt. Pourvu que la salle n'ait pas déjà été fermée derrière lui. Il avança rapidement dans la galerie, se souvenant qu'on l'avait introduit dans la troisième salle. Il tourna la poignée qui céda mais sa satisfaction de trouver la porte ouverte s'effaça aussitôt. Il venait de débarquer en plein milieu d'un de ces concours si prisés par l'Académie. Devant lui s'étendaient des rangées de dos de candidats penchés sur leurs copies et, sur l'estrade, une dame inconnue lui faisait signe de vite s'asseoir à une table. puis, en lui montrant le texte écrit au tableau, de se mettre au travail, le tout en silence.

Lordan fut tellement pris de court qu'il s'assit aussitôt à la première table devant lui. Que faire ? Mais il ne voulait pas déranger de nouveau le rituel académique, offenser cette aimable personne en partant sans s'excuser et ainsi, distraire les candidats dont aucun jusqu'ici ne s'était soucié de son arrivée. Il imagina tous les visages se tournant vers lui en l'entendant balbutier quelques excuses idiotes avant de s'éclipser. C'était plus simple– bien que stupide également – de rester et de rendre copie blanche au bout d'un temps raisonnable...mais il vit que le regard vif de la magister se posait de nouveau sur lui et de nouveau l'incitait à se mettre au travail. Elle souriait encore un peu mais on la sentait déterminée à ne pas le lâcher tant qu'elle le verrait ainsi, l'air ahuri, détruisant la belle ordonnance d'une classe où on n'entendait que le crissement des plumes sur le parchemin. Il éprouva un réel soulagement à imiter les candidats et à se faire oublier. Retrouvant les gestes de l'aspirant d'autrefois, il disposa sa feuille et lut avec une attention un peu forcée le libellé du tableau, qui lui fit l'effet immédiat du sujet calamiteux par excellence.

Une recette de cuisine ?? Mais enfin ! il ne fait jamais la cuisine ! Il sait se nourrir quand il se trouve seul dans la nature à court de provisions : soit on grille sur une brochette, soit on fait un bouillon d'herbes et de racines, selon ce qu'il trouve sur place. Et d'ailleurs, depuis qu'il est  chevalier, il n'a plus à griller quoi que ce soit....Hanelvig,  qui chasse et pêche pour son compte, partage toujours son repas et d'un petit jet de flammes bien dosé, sait remarquablement griller une truite. Mais tous ces trucs de coureur des bois ne sont pas des recettes, lesquelles exigent des astuces, des tours de main, un langage spécialisé. Il ne va pas savoir écrire trois lignes de suite. Heureusement il se rappelle à temps qu'il est là par erreur et que ce n'est pas grave s'il sèche aujourd'hui à un concours. Il se sent même un peu amusé soudain en pensant à cette entrée de la Cuisine à l'Académie et au comique involontaire de sa propre présence en ce moment solennel.... Pourquoi pas d'ailleurs l'Art culinaire en ces lieux de savoir ?  En tant qu'ex-apothicaire, il connaît l'importance de la formule quand on prépare une potion. Or ce n'est jamais finalement plus qu'une recette. Mais question cuisine, il est nul et il ne connaît aucune recette digne de ce nom.

Il peut peut-être en inventer une :" Truite grillée à la Hanelvig ? " il pourrait enjoliver un peu avec quelques détails poétiques – aah ! l' odeur de la grillade s'élevant sous les frondaisons, dans le bleu de la nuit, avec le chant du premier rossignol.. Ou bien au contraire, jouer sur la précision scientifique en supputant quels gaz provoquent l'ignition du souffle du dragon et comment on peut parfumer ce feu avec des plantes aux essences puissantes,  thymus  vulgaris ou salvia sclarea. Il n'est pas sûr que ce serait pris au sérieux. Et Hanelvig n'apprécierait pas qu'on tienne à lui faire avaler du thym avant qu'il grille sa proie. Cependant le parfum d'un plat importe parfois autant que le goût.  Cette idée lui remet soudain en mémoire un plat que sa mère lui préparait, là-bas en Orën et dont les effluves le remplissaient de joie dès qu'il tournait le coin de la ruelle en rentrant à la maison. C'est justement une recette de poisson, celle du saumon à la dragonnette. Quelle heureuse rencontre...Il se sent tout attendri, comme si toute son enfance lui tombait dessus, petite pluie rêvée, tiède et chantante, souvenirs heureux. Le voilà évoquant son assiette de faïence ornée de fleurs naïves où repose une belle tranche bien rose, nimbée d'une sauce légère aux reflets luisants, parsemée de minuscules points noirs, verts, pourpres et safranés d'herbes mélangées. La plume semble se placer d'office dans sa main.

Le titre est inscrit avec une certaine emphase,en majuscules avec sérifs. Puis il passe à la rédaction en s'efforçant de bien  conserver l'approche quasi arithmétique de toute recette qui se respecte – malgré quelques auteurs favorisant le "soupçon "de piment , la "pincée "de sel ou "un peu" de vin blanc. Il ignore évidemment tout des proportions utilisées par sa mère et il n'est sûr que d'une certaine partie des ingrédients. Mais il sait équilibrer un sirop antitussif  aux sept plantes pour qu'il soit aussi efficace qu' agréable au goût. Il va donc procéder de même en dosant sucré-salé pour un total de sept aromates et condiments. Pour le style, il faut un ton péremptoire, un impératif souverain, transformant le moindre cuistot, la plus modeste ménagère en un démiurge dictant du fond de son temple les lois de la création culinaire. Lordan se sent presque aussi inspiré qu'en rédigeant la Charte de l'Escadron.

Le Filet de Saumon à la Dragonnette


Ce qu'il vous faut :

Un filet entier de saumon pour quatre personnes selon leur appétit. Prendre un saumon royal ou un saumon rouge qui sont les seuls à avoir une chair qui ne se défait pas à la cuisson. Découper le filet en quatre tranches en laissant la peau.



une demi-once d'huile d'olive                     un quart d'once de vinaigre balsamique
4 gousses d'ail émincées                              un quart d'once de moutarde forte
un quart d'once de miel                                un quart d'once de vin blanc sec

                       un quart d'once de dragonnette fraîche finement hachée

Comment procéder :

1 Chauffez l'huile dans une poële à feu moyen et y faire revenir l'ail.

2 Ajoutez tous les produits sauf la dragonnette et laissez cuire trois minutes pour obtenir une sauce dont vous badigeonnerez le saumon avant de le saupoudrer de dragonnette fraîche.

3 Mettre le plat au four, les tranches placées la peau en dessous. Badigeonnez le poisson pendant la cuisson avec le reste de la sauce.  Surveillez la cuisson jusqu'à ce que la sauce réduise sans attacher.
La peau ne se mange pas.

Rappelons que la dragonnette est une plante aromatique du nord ouest d'Orën, dans la région de l'Archipel des Errants et de la petite ville de Westornia sur le continent. Elle ressemble beaucoup à l'origan que l'on connaît plus au sud  et dans certains endroits, on la nomme aussi marjolaine. Les goûts des herbes varient avec les climats et il est très difficile de se procurer de la dragonnette, surtout fraîche, en dehors du terroir où elle pousse de façon spontanée.
Son nom vient de ses petites fleurs vert pâle qui se forment en collerettes hérissées, telles des écailles de dragon miniature.

ooooooooooooooooooo

Lordan se relut, surpris un peu du plaisir éprouvé à reconstituer la délicieuse recette de sa mère. Il avait peut-être oublié ou inventé des détails. Mais tout cela se tenait à peu près et il se promit d'ailleurs, quand il aurait le temps, de vérifier  le résultat. Il n'aurait pas de dragonnette sous la main mais le nom de la marjolaine est bien joli aussi. A cette idée, une vague de nostalgie l'envahit et il se vit, un peu ridicule en maître-dragon cuisinier, en arken gastronome, assis au milieu d'aspirants pour une épreuve visant à les entraîner à l'expression écrite. Déjà certains avaient porté leurs feuilles à la magister après qu'elle eût autorisé les départs. Il en fit autant  et maintenant qu'il avait repris ses esprits, il lui dit en baissant la voix et se sentant désormais à l'aise :

– Je n'ai pas voulu troubler le concours mais je suis entré ici par erreur. Veuillez m'en excuser et ne pas me compter comme inscrit à l'épreuve. J'ai  cependant pris  beaucoup d'intérêt au sujet et grâce à vous, j'ai revécu les bons moments passés à l'Académie et aussi certains souvenirs de mon enfance. Je vous en remercie.

Il s'inclina légèrement, un peu raide, comme il sied à un militaire s'adressant à une autorité civile et se dirigea vers la sortie. La dame lui sourit, plissant les yeux d'un air amusé. Il sut qu'elle comprenait et ne lui en voulait pas.
A peine était-il dans le couloir qu'il se dit d'abord qu'il avait oublié le sel et le poivre et ensuite que l'once d'Orën qu'il utilisait pour ses formules valait le double de l'once commune utilisée dans le Rhaeg. Décidément, on ne s'improvise pas cuisinier.


[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Br10
Revenir en haut Aller en bas
Arjuna Tlaloc
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Arjuna Tlaloc


Date d'inscription : 08/08/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 124
Race : Torhil
Âme-Soeur : Le Bronze Athebyn
Fonction : Forgeron
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeMer 15 Sep 2021 - 16:36

Lorsqu’il avait rencontré le Maître Thelrand pour la première fois, Arjuna lui avait assuré qu’il suivrait toutes les leçons que celui-ci jugerait utiles, sans rechigner. Et, effectivement, il avait subi les entraînements aux armes sans se plaindre – bon, il fallait reconnaître que Peddyr n’avait rien d’un tyran – tout comme les séances d’études aux Archives ou les visites de Tol Orëa et du Rhaëg. La leçon d’aujourd’hui, à l’Académie de Lòmëanor ne faisait pas exception, même si le torhil devait reconnaître que c’était assez étrange de se retrouver assis à un bureau, comme lorsqu’il suivait encore les cours d’un précepteur chez ses parents. Enfin, comme… La différence, c’était que la salle de classe, là, était clairement destinée à recevoir un nombre élevé d’étudiants alors que, chez lui, il était seul face à son professeur puisque son frère et sa sœur n’étaient plus en âge d’y assister.

À l’heure dite, Aru alla donc s’asseoir à une place libre, jetant un regard curieux autour de lui. Il ne connaissait pas grand-monde parmi ses voisins et il se demanda s’il s’agissait d’aspirants d’autres Kaerls, d’étudiants de l’Académie ou de gens venant d’ailleurs. Il n’eut toutefois pas le temps de s’interroger plus avant ou de songer à aller faire connaissance que la femme au pupitre réclamait le silence. Le torhil reporta son attention sur la Magister… mais ne put s’empêcher de hausser un sourcil à la lecture du sujet.

Une recette de cuisine ?

À Itzahuacán, chez ses parents, il y avait des domestiques et, à T’Shallah, c’était les femmes qui cuisinaient. Il n’avait strictement aucune idée de ce qu’il pouvait bien écrire… À moins que… pendant les quelques semaines qu’il avait passées chez Asim, il avait essayé quelques trucs. Et il se rappelait d’un plat qu’avait cuisiné son ami. Ça n’avait pas l’air très compliqué, il devrait réussir à le décrire…

Citation :
Les roulés de Gaïa


Origine : Qahra, les Plaines Estentines.

Les quantités indiquées correspondent à peu près à 6 convives. Les épices et aromates sont donnés à titre indicatif car chaque famille voire chaque cuisinier adapte la recette à ses goûts.

Pour la viande et la sauce :
- 6 filets de poulet (mais on peut utiliser une autre viande) ;
- 2 poivrons rouges ;
- 3 livres de petites tomates en grappe ;
- 2 oignons rouges ou jaunes ;
- de l’huile de tournesol (ou de l’huile d’olive, mais la plupart des habitants de Qahra ne l’utilise pas puisqu’elle est importée du sud d’Orën et donc plus chère, idem pour le beurre) ;
- de l’ail, des herbes aromatiques et des épices en fonction du goût de chacun (souvent du piment plus ou moins fort, parfois du laurier, …).

Pour les roulés :
- 12 galettes de Solyae (ça ressemble aux crêpes de Tol Orëa, mais elles sont composées de farine de maïs, d’eau, d’huile de tournesol et de sel) ;
- de la sauce de Gaïa (chaque famille a sa propre recette, à base d’avocats écrasés, d’oignons, de tomates, de jus de citron et d’épices) ;
- de la crème fraîche ;
- du fromage râpé ;
- de la salade.

Avant toute chose, il convient de préparer la viande et la sauce.

1. Éplucher et couper les oignons en lamelles ou en petits dés. Les faire revenir au fond d’une cocotte, avec un filet d’huile, l’ail en chemise, les herbes aromatiques et les épices.

2. Couper les tomates en petits morceaux. Les ajouter lorsque les oignons ont bien sué et sont devenus dorés. Ajouter un peu d’huile, puis couvrir et laisser cuire à feu doux jusqu’à ce que les tomates compotent.

3. Rectifier l’assaisonnement au besoin : sel ou jus de citron si les tomates sont fades, un peu de sucre si elles sont trop acides, …

4. Ajouter les poivrons coupés en petits morceaux et, éventuellement, le laurier.

5. Couper la viande en lamelles ou en petits dés, en général de la même façon que les oignons. La faire revenir dans une poêle avec du beurre (ou de l’huile) et, éventuellement, les mêmes épices que dans la sauce, puis laisser cuire jusqu’à ce que la viande soit bien rosée.

6. Ajouter la viande dans la cocotte avec la sauce, bien mélanger. Laisser cuire à feu doux le temps que la viande finisse de cuire, en général quelques minutes suffisent.

On dresse ensuite les roulés : chaque convive prend une galette de Solyae sur laquelle il dépose de la sauce de Gaïa, de la viande, de la salade, du fromage, de la crème. La quantité et l’agencement dépend des goûts de chacun. On replit ensuite la galette, d’abord un côté puis les deux côtés adjacents, afin de pouvoir la tenir dans sa main.

L’avantage de cette recette est qu’elle n’a pas besoin d’être mangée à table. Beaucoup de fermiers ou d’agriculteurs mangent ainsi leurs roulés aux champs, c’est peut-être de là que vient leur nom… à moins que ce ne soit dû à la sauce de Gaïa qu’on met souvent dedans.

Aru reposa sa plume et relit son texte avec attention, afin d’en éliminer les fautes et de s’assurer de la compréhension globale. Ça lui semblait correct. Asim aurait sans doute trouvé à y redire, Dakarai aussi… ou n’importe quel habitant d’Itzahuacán capable de cuisiner, mais il ne voyait pas quoi ajouter. Il se leva donc pour apporter sa feuille à la Magister. Il avait hâte de rentrer au Kaerl, à présent… Dak pourrait-elle leur trouver des roulés de Gaïa lors d’une prochaine expédition en dehors de Tol Orëa ?


[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Logo_bronze_athebyn_2
☼ Carnet de route ☼
Alter ego : doubles comptes et PNJs
Avatar : Ryan Kinkade, par Buffshiro, modifié par Rūna Sălv
Revenir en haut Aller en bas
Tristan Gwened
Chevalier Dragon
Chevalier Dragon
Tristan Gwened


Date d'inscription : 24/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : feu & glace
Messages : 152
RPs : 88
Race : Neishaan
Âme-Soeur : Aldibaïn (bronze)
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Chaotique Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeVen 17 Sep 2021 - 18:48

Lorsque Tristan apprit que l'académie de Lomëanor ouvrait un nouveau concours, il tendit aussitôt l'oreille : la pratique, dont il avait entendu parler, semblait tombée dans l'oubli depuis qu'il avait posé le pied sur Tol Orëa. Cela ne l'avait pas empêché d'offrir sa contribution à un ancien concours, mais une initiative nouvelle, bien plus vivante que les quelques lignes défraîchies des anciens sujets, se devait selon lui d'être encouragée. Et, en tant que membre du Mar Menel, il viendrait aussi défendre, par la plume et l'encre, les couleurs de son kaerl, ce malgré le peu d'affinités qu'il possédait avec le sujet - la gastronomie. Peu gourmand ou gourmet, le neishaan gardait néanmoins confiance pour trouver matière à répondre à l'exercice.

Le jour dit, dans la salle indiquée, une nouvelle membre de l'institution lomëanorienne - semblait-il - se présenta à eux avec jovialité, et ne tarda pas à leur révéler le sujet du jour : la recette d'un plat ! Un instant inquiet de n'être pas le plus qualifié en la matière, le fils d'Ablah se rappela néanmoins les matinées aux cuisines, dans sa ville d'origine : comme tous les enfants, il avait participé à la préparation des repas, prenant son tour quand il y était affecté. Il devait bien pouvoir se souvenir de quelque chose... Un mets bien typique était demandé, donc. Et pas trop simple, sinon son devoir tiendrait en cinq lignes, et il manquerait le double objectif de mettre à l'honneur l'île Céleste, et la cité des neiges éternelles. Ah, voilà, il avait trouvé...

Bouchées hivernales au cœur fondant

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Img_5418

Je vais vous présenter une recette originaire des montagnes du Vaendark, et plus précisément, de la cité d'Ablah, dont elle utilise certaines ressources assez caractéristiques du climat rude (le seigle, les noix, le fromage de chèvre) alliées à des touches plus délicates et/ou plus rares. Il s'agit d'une recette de fête, et non d'un plat de tous les jours, ce que la liste des ingrédients vous confirmera.

On la réalise notamment durant les célébrations du cœur de l'hiver, quand la cité est coupée du reste du monde, et qu'on prie Kishi de veiller sur nous, ainsi que de laisser Solyae nous revenir. En ce sens, la présence d'un morceau de fromage fondant, auréolé de miel, sous la croûte de la bouchée, m'a toujours paru comme très symbolique de la manière dont la déesse de la nuit dissimule l'astre du jour sous ses longs cheveux d'obscurité, durant les longues nuits de cette période.

De même, la tiédeur de cet amuse-bouche, qui se déguste bien souvent dès qu'on ne risque plus de se brûler, ainsi que la douceur du fromage fondu alliée à la touche sucrée du miel, apportent un réconfort qui fait écho et souligne les fêtes communautaires au cours desquelles il est dégusté. Finalement, il fait partie de ce resserrement des liens entre les habitants, qui permet de traverser tous ensemble la saison d'isolement et de ténèbres.

Ingrédients pour 4 - 5 personnes (une dizaine de pièces)

  • un petit bol de farine de seigle (si vous préférez une saveur plus douce, vous pouvez la remplacer pour tout ou partie par de la farine de froment)
  • un quart de livre de beurre
  • un œuf
  • une part de yaourt, ou l'équivalent en crème
  • un petit fromage de chèvre
  • une vingtaine à une trentaine de noix (à ajuster selon leur taille, votre goût, et la générosité de la récolte annuelle)
  • un peu de miel
  • sel, poivre, herbes aromatiques à votre convenance (si vous avez les moyens de vous procurer des herbes de Thalassie, elles apportent une touche de soleil particulièrement appréciable)

Préparation

Commencez par casser les noix : extrayez-en les cerneaux, sans vous souciez de garder leur forme, puisque vous allez ensuite les hacher, grossièrement ou plus finement, selon votre goût. C'est un travail un peu long, mais que vous pouvez réaliser en groupe ou en famille, et en vous distrayant, car il ne demande pas une grande concentration. Le seul impératif est d'éviter de mélanger les coquilles aux cerneaux, ce qui gâcherait quelque peu le plaisir de la dégustation. Cette étape terminée, le reste vous semblera plutôt rapide.

Mesurez votre farine et mettez-la dans une grande jatte, puis ajoutez-y l’œuf et commencez à mélanger.
image:
 
Faites fondre le beurre tout doucement, en veillant bien à ne pas le laisser roussir : s'il n'est pas complètement fondu, préférez le retirer du feu plutôt que de risquer de le faire brunir. Ajoutez le yaourt ou la crème, puis le beurre fondu, et mélangez énergiquement jusqu'à obtenir une pâte homogène.
image:
 
Passez maintenant à la garniture. Mettez de côté environ un quart du fromage, et coupez le reste en petits dés (ou en gros morceaux si vous avez choisi un fromage mou). Ajoutez-les à la pâte, ainsi que les noix. Salez et poivrez, goûtez pour rectifier éventuellement l'assaisonnement.
image:
 

Garnissez enfin les moules. On choisira de petits contenants entre 5 et 8 cm de diamètre : plus petits, il est difficile de les garnir correctement, et plus grands, on perdrait l'effet fondant de l'intérieur. Déposez une belle cuillerée de pâte dans chaque moule, de manière à le remplir approximativement à moitié. Divisez le reste de fromage en autant de parts qu'il y a de moules, et ajoutez un dé de fromage au milieu de chacun. Surmontez le fromage d'un filet de miel, puis d'une pincée d'herbes aromatiques.
image:
 
Vous pouvez maintenant terminer le remplissage des moules, en répartissant le restant de pâte au-dessus des dés de fromage, qui devront être entièrement recouverts.
image:
 

Pour la cuisson, l'idéal est de profiter de la chaleur du four à pain une fois que la fournée du jour est terminée, même si cela oblige à bien anticiper la réalisation de la recette. La cuisson est d'autant plus rapide que les moules sont petits, vous pouvez les sortir une fois que la pâte a légèrement bruni, et qu'un couteau en ressort sec.
image:
 
Démoulez et dégustez rapidement, ou faites légèrement réchauffer si vous avez préparé vos bouchées à l'avance.


précisions HJ:
 


[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Br4
Revenir en haut Aller en bas
Peddyr Thelrand
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Peddyr Thelrand


Date d'inscription : 31/08/2013
Présentation : URL
Messages : 157
RPs : 107
Race : Humain
Âme-Soeur : Le Brun Sveargith
Fonction : Ex-Ambassadeur
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitimeSam 18 Sep 2021 - 14:52

[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Altahir
Altahir Nordan

Altahir paraissait être le dernier arrivée dans la salle... On n'entendait le crissement des plumes sur le papier et le tapotement des doigts sur les pupitres, pour celles et ceux qui cherchaient l'inspiration ou encore de se remémorer les détails importants des lignes de recettes à dévoiler sur les fibres de taille infime de leur support qui réceptionnait l'encre de leur écrit... Diantre, pourquoi donc avait-il accepter ce pari débile.... Au début, ca partait d'une petite plaisanterie qui avait été grossi en un défi pour sales gosses. Lui, maître-dragon, venir faire un devoir à l'Acamédie... Peuh ! Mais bon, comme il ne voulait pas perdre pour un jeu aussi enfantin, donc pour garder sa fierté, il s'était donc pointé à l'Académie. Et forcément en retard !

Il essaya de rentrer en douce, mais on ne pouvait guère échapper au regard perçant de la Magister, qui, les sourcils froncés, lui faisait bien savoir par son regard désapprobateur qu'il manquait de perturber la concentration des candidats. Altahir lui avait rendu un sourire contrit, et mima avec ses lèvres un ''pardonnez moi de mon retard''. Bon ! Maintenant, trouver une place... Ah ! il y avait encore un lieu inoccupée... Bon, certes, ce n'était pas un pupitre, mais cela fera l'affaire. Il prit place sur une chaise et se mit à son aise en prenant une autre chaise, qu'il tourna le plus silencieusement possible. Et après y avoir déposé un chiffon trouvé au passage, il posa les talons de ses bottes.... Parfaitement à son aise. Bien entendu, il veilla à ne pas retourner son regard vers la Magister... Bon alors, quelle recette allait-il gribouiller sur le parchemin ? Il passa doucement la plume sous son menton, le temps de chercher. Ah ! il a trouvé. Il commença à griffonner.


Citation :




Poulet d'Oren en croûte de sel
[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Poulet-en-croute-de-sel-Mixture

Ce qu'il vous faut :

- Une marmite en fonte assez grande et profonde pour accueillir un bon
gros poulet

- Un bon gros poulet de 1.5 kg en moyenne (vous en trouverez dans
les fermes environnante de Pré Embrun

- 500 g à un kilo de sel raffiné des falaises de Pré Embrun (sel que les
habitants du coin récupèrent à marée basse dans des petites cavités
séchées par le soleil d'été. Bien veiller à ne pas prendre rien d'autre
que le sel, qui est cristallisé et blanchâtre.

- Un bouquet d'aromates, comme du thym, du laurier, de l'ail, du
romain.


Comment préparer le plat :

- Allumez votre four à bois, en l'alimentant bien pour qu'il soit bien
chaud

- Mettez le bouquet d'aromate dans l'intérieur du poulet. Cela fait, liez
les cuisses pour refermer au maximum l'ouverture.

- Faites un lit de sel de quelques millimètres dans le fond de la marmite
et déposer le poulet au centre

- Versez ce qu'il vous reste de sel pour le verser sur le poulet, jusqu'à
le recouvrir totalement d'une couche de sel de 1 cm. Plus aucune
partie du poulet ne doit être visible.

- Glissez la marmite dans le four bien chaud. Attention à ne pas vous
brûler. Laissez cuire durant une bonne heure et quart

- Retirez le plat du four. Laissez reposer pendant 10 min. Cassez la
croûte de sel.

Voilà, c'est prêt ! Le tout peut être accompagné de pommes de terres ou autres légumes cuits à la vapeur ; ou une salade composée. Savourez !




L'âme s'envole vers les cieux par les ailes des dragons
[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Peddyrsignfin-46ce4af[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Logo_b15
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Empty
MessageSujet: Re: [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg   [CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[CONCOURS - Sciences sociales] La Cuisine du Rhaëg
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [UploadHero ] La Cuisine au beurre [DVDRiP]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Tol Orëa - Reste du Continent :: Lòmëanor :: L'Académie-
Sauter vers: