Le deal à ne pas rater :
LEGO® Ideas 21320 – Les fossiles de dinosaures
49.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [RP] Pages à pages

Aller en bas 
AuteurMessage
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Pages à pages Empty
MessageSujet: [RP] Pages à pages   [RP] Pages à pages Icon_minitimeJeu 19 Aoû 2021 - 20:36


4ième jour de Isashaniku, Année 920

Dans ce lieu solennel vibrait l'aura de la tranquillité commune aux temples et sanctuaires vénérés. Seul chantait le murmure du vent courant entre les innombrables étagères de la bibliothèques, se glissant malicieusement entre les reliures épaisses et marqués des fabuleux ouvrages ici protégés. Le calme reposant de cette atmosphère à demie endormie enchantait de ses bienfaits ceux qui acceptaient de siéger en son sein en quête éternelle de la connaissance, victimes du démon de la curiosité. Sur les longues tables disposées au cœur de l'édifice, sillonnant dans les allées principales délimitées par les imposantes armoires, se dessinait la lueur de Solyae inondant de ses échardes matinales les entrailles de ce dernier. Sous son regard se précisaient les aspérités et défauts d'un bois ancien longuement sollicité dont le sombre éclat boisé contrastait avec le reflet  scintillant de son vernie. A sa lumière se déversant par l'encadrement des nombreuses fenêtres se devinait la poussière, jusqu'alors oubliée sur d'anciens ouvrages que trop peu compulsés, qui alors retombait mollement au sol lorsque ce ceux ci se voyaient enfin remués, comme s'il s'agissait là de la neige des mémoires de ceux ayant rédigé ces derniers.

Au 4ième jour de  Isashaniku, alors que l'astre diurne ne rayonnait que depuis quelques heures, la vie ne grouillait pas vraiment entre les nombreux meubles encombrés du savoir du royaume. Rares étaient ceux pouvant aussi vite se détacher de la douce caresse d'un oreiller moelleux pour lui préférer le grain épais des vielles pages agrémentées d'un subtil parfum de vieux. Mais qu'ils soient peu ne signifiait aucunement que cela n'arrivait jamais, comme en ce jour ou par le feulement de pages animées se manifestait enfin un semblant de vie.
Un écho capricieux à la régularité plutôt relative résonnait entre les murs, tantôt marquant les secondes avant de s'absenter de longues minutes puis de se relancer frénétique. Il fallait admettre aussi que l'artiste en charge avait parfois le plus grand mal pour déchiffrer sa partition. Il se tenait posé sur l'un des épais banc de bois posé au centre de l'immense pièce, caché entre les armoires, penché au dessus de la table et accoudé à celle ci. Autour de lui s'arrangeait une petite muraille d'ouvrages que Yarvin avait lui même soigneusement dressé. Sur sa droite montait une petite pile,en face de lui reposait un grimoire les pages à nue tandis qu'un se tenait adossé à autre lui aussi grand ouvert également.

L'index battant le rythme nonchalamment tandis que de sa main gauche il parcourait les secrets d'un épais livre , Yarvin laissait son œil glisser  lascivement sur le papier un sourcil levé frustré face à tant de difficulté. Il en était alors à son premier jour passé entres ces trésors de connaissances, enfin libéré de ces sempiternelles rencontres mondaines ou protocolaires. Depuis qu'il avait posé le pieds sur cette citadelle trônant dans les cieux , son cœur n'avait eu de cesse de réclamer qu'il le guide dans ce sanctuaire de rêve. Lui qui n'avait concéder suivre cette étrange demoiselle d’albâtre et son monstre d'émeraude uniquement sous la promesse faite d'avoir accès au savoir quasi infini du Kaerl, se voyait aujourd'hui enfin récompensé mais de quelle drôle de façon.

Aux premières lueurs, il s'en était allé prestement impatient de pouvoir explorer cet incroyable dédale de pages qu'il n'avait qu'entre aperçus quelques jours plutôt en présence de son nouveau maître. Elle ne leur avait fait faire alors qu'un succin tour du propriétaire. Le charme avait, malgré cela et sans grande surprise, immédiatement opéré chez lui qui se rêvait alors déjà trouver ici plus qu'il n'aurait jamais souhaité. Pour preuve de son impatience la faim de son ventre s'était vu surclassée par son appétit intellectuel, ceci expliquant les quelques bruits d’estomac gargouillant qui résonnaient parfois entre deux paragraphes au sens abscons.

Ainsi pressé de débarquer et de dévaliser les étagères de leurs secrets il n'en fut cependant que plus rapidement déboussolé face à cette résistance qu'il n'avait pas su prévoir. Yarvin mue par l'excitation et de stresse n'avait certainement pas envisagé la complexité de certains traités ou juste imaginer une barrière lié au vocabulaire employé, qui par moment ne correspondait nullement à ce qu'il avait déjà rencontré et appris dans les livres de son ancien mentor. La joie s'était quelque peu estompée pour finalement laisser apparaître une maigre déception bien que celle ci ne se voyait qu'être une goutte d'eau sur le feu de son désir d'apprendre toujours intact. Un peu comme s'il sentait une perle froide glisser le long de son dos épais, déplaisant mais en rien insurmontable.

L'oeil buttant sur le nom imprononçable d'une variété d'herbacées dont il jurait reconnaître les différent effets, Yarvin soupira avant de se tourner au dessus du second ouvrage calé sur sa gauche, en quête d’éclaircissement. De ses lèvres gercées s’échappa une fine volute de vapeur, la présence de Solyae ne suffisant pas à chasser l’étau glacial de l'hiver pesant sur la citadelle des cieux par ce petit matin de début d'année. En bon garçon réfléchis Yarvin avait heureusement anticipé ce désagrément et d'une main engourdie, réajusta l'épais manteau qu'il portait sur ses larges épaules. Il ne lui manquait finalement pas grand chose pour être parfaitement à son aise. Éventuellement un petit bol de lait de chèvre agrémenté de miel bien chaud aurait été parfait, il n'était hélas pas envisageable pour Yarvin de boire ainsi entouré de livres aussi fragiles et précieux. L'idée une fois planté dans son esprit poussa malgré tout son estomac à gronder une fois de plus, mécontent d'être autant négligé au profit du cerveau qui lui ne savait plus que faire face à tant de nouvelles connaissances.

Cette mâtiné allait être dédiée pour lui à se préparer pour ses prochaines explorations littéraires, identifier les futurs défis qui allaient se dresser sur le chemin de sa quête et s'il le pouvait se dégoter les outils adéquats pour les surmonter. Le temps lui était compté car après cela sa journée se voyait déjà réservée en grande partit, son après midi se voyant déjà accaparé par son nouveau cursus d'aspirant. Il n'avait pas le luxe de chômer.


[RP] Pages à pages Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Pages à pages Empty
MessageSujet: Re: [RP] Pages à pages   [RP] Pages à pages Icon_minitimeMar 24 Aoû 2021 - 19:37

[RP] Pages à pages Kissar11_&_[RP] Pages à pages Mayuri10
Kissare Amarsin & la Verte Mâyuri
Archiviste du Màr Menel


Theme Song :
Raise The Sky - Andreas M. Resch & Dominik A. Hecker

En cette heure matinale, il régnait entre les épais rayonnages des Archives une atmosphère de calme, ouatée et feutrée, à peine troublée par les chuchotis des quelques rares personnes présentes. Si l’on tendait l’oreille, on pouvait aisément s’imaginer percevoir le soupir des pages tournées, le bruissement des doigts le long des couvertures ornées, et le battement discret des pas sur le sol de marbre blanc. Les bras chargés, Kissare se dirigeait tranquillement vers l’alcôve dédiée aux plantes médicinales. Tous ces livres avaient été empruntés par Selcot, mais ce dernier, rappelé à l’Infirmerie  pour une urgence qualifiée de ‘’vitale’’ (à savoir un jeune Chevalier paniqué parce son dragon s’était cassé une griffe et saignait abondamment), n’avait pu s’attarder pour discuter.

Le Torhil roula des yeux mi amusés, mi agacés en se remémorant la sortie de son ami, qui se plaisait toujours à insister sur le fait que « il ne faudrait pas qu’on croit que je fais bien mon travail ! », mais était le premier à intervenir en cas de besoin. Il ne lui en tenait pas rigueur. Le Chevalier Vert était ainsi fait et cela ne le dérangeait pas de lui rendre ce service. Les Archives étaient quasi désertes pour le moment, que ce soit parce que tous n’avaient pas encore déserté la chaleur de leurs appartements ou parce que beaucoup jouissaient encore de congés bien mérités auprès de leur famille. Lui-même avait fêté le 1er d’Isashaniku en bonne compagnie, avec ses parents, ses ‘‘tantes’’ Semperya et Tesni et bien sûr Selcot, qui avait fait un bref passage pour rendre honneur à sa cuisine saluer tout le monde avant d’aller rejoindre les siens au Màr Luimë. Kissare préférait de loin ce genre d’occasion plus intimes aux débordements festifs habituels de la Fête des Fous.

Cela avait été également l’occasion de célébrer dignement la venue au monde des petits de Niàllan, après une éclosion particulièrement mouvementée et riche en émotion. Tous avaient finalement pu trouver leur Lié sur les sables ce jour là, et Flarmya les avaient même gratifiés de la naissance exceptionnelle de deux jumeaux Bronze. Quel soulagement cela avait été ! Un pincement au cœur résiduel vint lui rappeler, néanmoins, qu’il n’avait toujours pas trouvé – ou pas pris – le temps de revoir Neithan depuis, et il se maudit silencieusement pour son manque de courage.

Le rire carillonnant et affectueux de Mâyuri traversa son esprit, et il sentit la chaleur de sa Liée l’entourer, apaisant sa soudaine mélancolie. Elle et sa sœur Beith s’était données comme mission prioritaire de s’occuper du Blanc Cyngar, qui bien qu’il ait largement passé l’âge d’être materné, ne semblait pas savoir comment repousser poliment les attentions des deux Vertes. Fallait-il le plaindre ou bien l’envier ? Les avis divergeaient, surtout si l’on interrogeait bipèdes ou dragons sur le sujet. Un mince sourire étira ses lèvres et c’est sur ces pensées plus légères qu’il posa le pied sur la dernière marche menant à l’alcôve.

Avisant alors l’amoncellement de grimoires superposés en équilibre parfois précaire sur l’une des tables d’étude, le jeune Torhil eut un soupir contrit. Tous au Màr Menel ne partageaient pas les exactes et mêmes notions de respect et d’ordre, et il était fréquent qu’il retrouve des livres rangés sur la mauvaise étagère, ou pire, dans le mauvais rayonnage. De tels chantiers étaient heureusement rares, sans quoi sa patience légendaire aurait certainement été mise à rude épreuve. Faisant contre mauvaise fortune bon cœur – il était préférable que cela soit lui qui s’en occupe plutôt que le Maître Archiviste qui en aurait fait une affaire personnelle, voire une attaque directement dirigée contre lui – Kissare secoua la tête avant de glisser à leur juste place les trois volumes ramenés par Selcot.

Par où commencer maintenant ? Il grimaça. Il supposait que trier les livres au moins par sujet lui épargnerait un temps précieux. Il avait déjà avancé la main pour se saisir du grimoire le plus proche, tâchant de déchiffrer sa couverture lorsqu’un gargouillement sonore troua le silence qui régnait dans la petite pièce. Entrouvrant la bouche d’un air surpris, son regard croisa celui d’un jeune homme, auparavant masqué par la muraille d’ouvrages botaniques. Confus de ne pas l’avoir remarqué avant, il fit un pas en arrière, lui adressant un signe de tête poli.

« Oh, pardonnez-moi, je ne voulais pas vous déranger. Si je peux vous être utile, n’hésitez pas à me faire signe. »

Une vague d’excitation accompagna son rapide examen de la mine froissée et fatiguée de son vis à vis ... Affamé, donc. Mâyuri, évidemment, avait sans doute une bonne idée son identité, elle qui était toujours au courant des moindres potins du Kaerl.

**Mais bien sûr ! C’est le nouvel Aspirant ramené par Ihintza ! Cela ne fait que quelques jours qu’il est arrivé, il doit être tout perdu le pauvre petit, et il parait que les dragons l'impressionnent beaucoup. C’est une très bonne chose que tu sois tombé sur lui, mon chéri.**

Ainsi, il se trouvait sous la tutelle de la vénérable Maison Chantevent. Et pas si perdu que ça, s’il avait pu trouver le chemin des Archives pour se lancer dans de véritables fouilles archéologiques dans ces anciens manuscrits.

« Vous cherchez quelque chose en particulier ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Yarvin Lisroc
Aspirant(e)
Aspirant(e)
Yarvin Lisroc


Date d'inscription : 13/11/2020
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 24
RPs : 20
Race : Humain-Torhil
Maître : Eníredis Chantevent (PNJ)
Fonction : Herboriste
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Pages à pages Empty
MessageSujet: Re: [RP] Pages à pages   [RP] Pages à pages Icon_minitimeMar 21 Sep 2021 - 21:43


Aspiré par ses tortueuses réflexions et l'esprit charmé par le mystère entourant les nombreuses lignes étalées sous son regard, il fallut quelques généreuses secondes au garçon avant de constater l'expression coite de l'épais torhil, dépassant de loin en taille son édifice d'ouvrages. Tous deux partagèrent un instant de stupéfaction, bien que plus bref pour le nouvel arrivant qui reprit bien vite contenance, puis s'empressa de se fendre d'une légère salutation.
Yarvin ne sut en retour que bégayer de tristes onomatopées, ne s'attendant absolument pas à se faire ainsi surprendre de la sorte. Il observait le monticule de livres alors amoncelés tout autour de lui, un peu désordonné, honteux qu'il était d'avoir autant pris ses aises. Les vieux réflexes revinrent aussitôt à la charge.

« Toutes mes excuses pour le bazar. Je pensais être seul. »

Encore une piètre phrase lancée sous le coup de la panique pour laquelle il se serait bien giflé. L'homme en face de lui ne le lui en avait pourtant nullement tenu rigueur, et avait bien au contraire préféré lui exprimer son soutient si besoin. Yarvin, la mine penaude et le teint rougeoyant, se pencha au-dessus du livre qu'il compulsait jusqu'alors comme pour se cacher de sa propre honte. Il espérait de tout cœur la venue du jour, où il cesserait de se comporter telle une jouvencelle en détresse. Il redressa heureusement bien vite son regard, curieux d'observer ce nouveau personnage qui s'offrait alors à lui, au physique pour le moins incongru selon l'herboriste. En effet, une brève inspection de l'individu suffit à Yarvin pour — en partie — expliquer sa panique soudaine.
Pour la première fois de courte vie, il contemplait un homme dont la couleur de peau s'apparentait sommairement aux charbons utilisés pour la réalisation de ses dessins. De sa haute carrure, encore plus épaisse que la sienne, il arborait une stupéfiante crinière aux incroyables reflets verdoyants. Associant ces informations dans son esprit bousculé, une idée s'imposa au jeune garçon qui ne put réprimer alors l'envie brûlante de l'exprimer.

« Êtes-vous un homme taillé dans le bois ? »

La question se voulait parfaitement innocente, tout comme lors de sa rencontre avec son mentor dont la pâleur, au jugé, macabre par le garçon avait interloqué celui-ci et pour laquelle et il s'était exprimé plutôt franchement. En somme, Yarvin avait bien conscience que les mois à venir allaient être essentiellement ponctués de ce genre de découvertes, tantôt fabuleuses, tantôt saugrenues. Il se savait ignare sur bien des choses et l'inverse aurait été étonnant au regard de ses origines, il n'était pas dupe. Mais il ne pouvait ou ignorait étouffer cette folle surprise qui cessait de s'exprimer devant chacune de ses trouvailles, tel l'enfant qu'il était encore un peu au fond de lui.

Tandis qu'il appréciait la hauteur de cet homme, Yarvin se vit frapper d'une réflexion : et si celui-ci était en vérité un représentant torhil ? Depuis qu'il avait atteint l'âge adulte, aucune personne ne l'avait battu sur ce domaine, que ce soit en taille ou bien en carrure. Il devait d'ailleurs bien cela à la nature, sans quoi certains enfants de son village, en proie à l'ennui, ne se seraient pas contentés de l'invectiver. Or cet homme qui se présentait à lui — il le devinait — le dépassait facilement d'une bonne tête. Cette solution envisagée il revit alors en mémoire Eníredis, lui expliquer les caractéristiques des nombreuses races peuplant le kaerl et comment les distinguer. Il se souvint également de cette information lancée et, de prime abord, plutôt d'importance relative sur les différentes couleurs de peaux. Il n'était probablement pas dans les ambitions de la maîtresse Chantevent de laisser son nouvel élève, fraîchement recruté, qualifier tout ses semblables de morts-vivants.

Elle, qui avait pourtant pris soin de préparer le jeune étudiant afin que celui-ci ne récidive pas dans ses erreurs, avait de quoi être déçue. Les réponses se construisant petit à petit dans son esprit, l'apprenti prenait enfin et doucement conscience de l'impertinence de ses mots. Et peut-être aussi de sa sombre bêtise.

°Il me propose de l'aide et je lui lance ça à la figure ?! Je veux disparaître.°


[RP] Pages à pages Logo_a10
Revenir en haut Aller en bas
Heryn Amlug
Dame du Kaerl Céleste
Dame du Kaerl Céleste
Heryn Amlug


Date d'inscription : 08/02/2014
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 254
RPs : 44
Race : Demi-Fëalocë
Âme-Soeur : La Dorée Rintrah
Fonction : Dirigeante
Affiliation : Maison Dalneÿs
Alignement : Neutre Bon (Kaerl Céleste)
Ordre Draconique : Ordre Draconique de Lumière (Kaerl Céleste)

[RP] Pages à pages Empty
MessageSujet: Re: [RP] Pages à pages   [RP] Pages à pages Icon_minitimeDim 26 Sep 2021 - 18:02

[RP] Pages à pages Kissar11_&_[RP] Pages à pages Mayuri10
Kissare Amarsin & la Verte Mâyuri
Archiviste du Màr Menel


Theme Song :
Light Dance - Akira Kosemura

En dépit de ses prévenantes salutations, et du ton paisible – absolument dénué de tout reproche – sur lequel Kissare s’était adressé au jeune homme, soucieux de ne pas troubler plus avant sa concentration, le rouquin s’était figé, l’air effaré. Quelques bredouillements incompréhensibles plus tard, après avoir contemplé la muraille de livres devant lui, ce dernier lui offrait des excuses contrites auquel le Torhil répondit alors d’un geste vague de la main, se fendant d’un sourire bienveillant.

Ce n’était pas comme si le nouveau venu était parti en laissant sur place un tel chaos, après tout. Il était encore en train d’étudier le contenu de ces grimoires, et avait donc logiquement besoin d’eux à proximité immédiate. Même si en sortir autant à la fois … L’Archiviste contint une grimace malavisée, qui aurait risqué d’être mal interprétée par son interlocuteur.

« Et moi également. »

Patiemment, il le laissa le dévisager, attendant une réponse à sa précédente question. S’il pouvait l’aiguiller dans ses recherches et lui sortir les bons ouvrages, ce serait autant de temps de gagné et de désordre évité pour lui. Le garçon en face lui paraissait réservé, pour ne pas dire timide, et n’était, certainement, pas encore vraiment habitué aux règles de cette micro-société que formaient les habitants du Kaerl. Inutile de le brusquer.
Devant le silence du sang-mêlé – il y avait certainement du sang Torhil en lui, mais il lui paraissait bien pâle pour ne pas porter en lui l’ascendance d’une autre race – le Chevalier Vert ouvrit la bouche, s’apprêtant à prendre congé tout en lui indiquant qu’il restait à sa disposition s’il avait besoin d’un quelconque renseignement … Mais la soudaine déclaration du rouquin le désarçonna, et il le fixa, confusément, clignant des yeux et la bouche toujours entr’ouverte.

Un homme … taillé dans le bois ? Ses sourcils se froncèrent spontanément sur lui, ombrageant ses iris fauves, lui donnant un air probablement bien plus impressionnant et inaccessible qu’il ne l’aurait réellement voulu. De quoi parlait-il ?

Il fallut à Kissare quelques secondes supplémentaires avant de saisir à quoi il faisait référence, et il porta le bout de ses doigts à son visage, tandis qu’en lui Mâyuri explosait littéralement de rire. Il imaginait déjà la Verte essuyer des larmes d’hilarité à ses yeux, s’accrochant à l’épaule de Beith et lui répétant la question du garçon. Un homme taillé dans le bois ! Merveilleux, absolument merveilleux ! D’une désarmante et adorable naïveté.

**Oooh, Kiss, je crois que je l’aime déjà ! Je veux ab-so-lu-ment le rencontrer !**
*Il en faut toujours bien peu avec toi, ma chérie.*

Il n’y avait pas plus qu’une once d’affectueuse réprimande en lui. Sa Liée était ainsi, tout à la fois dragonne, mère, sœur, confidente et amie, toujours à s’enticher des ‘‘vilains petits canards’’ égarés et cherchant à les prendre sous son aile chaleureuse. Des effluves à la senteur de jasmin et de sauge, auréolées d’une certaine curiosité, vinrent ainsi caresser l’esprit de l’Aspirant, se faisant à peine plus insistantes que le baiser d’un vent printanier. Effleurant les contours de son âme, elles y déposèrent l’image d’une Verte aux écailles couleur de malachite, les prunelles tourbillonnantes d’un bleu turquoise paisible rappelant les lagons des mers d’Ys.

Esquissant un sourire qu’il espéra pas trop embarrassé, le Torhil secoua alors lentement la tête.

« Je suis fait de chair et d’os, tout comme vous. Mon père est originaire du Shinsad, une ile au sud-ouest du Ssyl’Shar, et ma mère de la Thàlassie, au bord de la mer, sur les côtes sud d’Orën. Il sont Torhils tous les deux. Mais je suis né ici, au Màr Menel. »

De ce fait, ayant toujours vécu au sein de la citadelle céleste, il lui arrivait fréquemment d’oublier que les villes et villages de par le Rhaëg étaient bien moins cosmopolites et ouverts d’esprit qu’ici au Kaerl. Peut-être n’avait-il jamais vu d’homme à la peau sombre, là d’où il venait … Et au vu de son teint quasi blafard, il était même fortement probable que ce soit le cas. Il se morigéna intérieurement de ne être parvenu avant à cette évidente conclusion.

D’une légère inclinaison du buste, poliment, le Chevalier Vert salua donc le garçon, jugeant utile de se présenter avant de retourner à ses tâches du jour, pour ne pas laisser se prolonger plus avant le malaise.

« Je suis le Chevalier Kissare Amarsin, Lié de la Verte Mâyuri. Je travaille ici aux Archives. Si vous avez besoin de moi, n’hésitez pas à venir me demander, je serai en bas. L’herboristerie n’est pas mon domaine de prédilection, mais je devrais pouvoir vous aider à trouver ce dont vous avez besoin. Je vous laisse à votre étude. »

Et sur ces mots, lui adressant un sourire aimable, il tourna les talons, ignorant les protestations outrées de Mâyuri qui avait suivi avidement la scène.

**Mais, mais, mais ! Tu ne peux pas le laisser comme ça, enfin !**
*Je ne veux pas lui imposer ma présence si elle lui est indésirable, et il n’est certainement pas venu ici pour discuter avec le premier venu.*
**Il va croire qu’il t’a vexé et que tu ne l’aimes pas !**
*Eh bien ce n’est pas le cas, sinon je ne lui aurais pas proposé mon assistance.*
**Kissare !**

Son nom résonnant comme un clairon de guerre dans son esprit, le Torhil se figea dans son mouvement, soupirant tout bas devant l'insistance de la dragonne.
Revenir en haut Aller en bas
http://tol-orea.xooit.org/index.php
Contenu sponsorisé



[RP] Pages à pages Empty
MessageSujet: Re: [RP] Pages à pages   [RP] Pages à pages Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP] Pages à pages
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Menel, le Kaerl Céleste :: Les Archives-
Sauter vers: