Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [LIEU] Qahra - Continent Ouest

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: [LIEU] Qahra - Continent Ouest   Dim 1 Sep 2013 - 17:05

~¤~ Qahra ~¤~




Citation :


Géographie :
La principale caractéristique du continent de Qahra est sa végétation dense, couvrant presque l’intégralité de son territoire. Les plantes luxuriantes y prospèrent à une vitesse folle, enfouissant sous leurs racines les vestiges de civilisations multiples qui, à l’instar des fleurs des marais bourgeonnent, s’épanouissent et meurent à une vitesse folle. Les premiers géographes ont choisi de distinguer les différentes zones du continent plutôt que de tracer les frontières de royaumes qui se modifient à chaque lune.

Les Marais Brumeux :
Tout le tiers ouest du continent est occupé par une forêt dense tropicale, enracinée sur des marais particulièrement dangereux tant ils sont instables. Même dans les zones les plus sèches on retrouve ruisseaux et étangs à moustiques à chaque détour de sentier. Les côtes rocheuses sont entourées de rochers à fleur d’eau ce qui rends l’endroit quasiment inaccessible pour un bateau de commerce. Les Marais Brumeux sont coupés en leur centre par un fleuve, le résultat des milliers d’infimes affluents. La saison des pluies laisse la forêt complètement détrempée, et alors il est presque impossible de s’y mouvoir à pied. Les indigènes qui vivent dans cette zone utilisent des barges à fond plat et des montures à grandes pattes.
La richesse du marais se résume à sa flore exceptionnelle, sa faune exotique et à une huile noire utile pour entretenir les flammes. On trouve également nombre de grottes et de galeries, qui, paraîtrait-il regorgent de minerais précieux, mais même les géographes les plus courageux se sont pour l’heure contentés de visiter la surface.


Parmi les étranges bêtes que l’on peut y trouver : Le fouisseur, la guélyquette des marécages.

Le Delta Salin :
Séparant les Marais Brumeux des vallées du Mont Vigie, le delta fait suite au plus grand lac d’eau douce de Qahra. La végétation et le climat y sont moins hostiles, et on y retrouve les premiers ports de commerce. Cette région est celle des chercheurs d’or, des aventuriers qui partent ou reviennent de missions dans les marais, où bien d’indigènes marchands. A l’est du Delta Salin se trouvent de superbes plages de sable blanc, bordées de cocotiers. L’endroit pourrait paraître paradisiaque, mais là encore, la faune est particulièrement agressive, à l’image des colonies de crabes géants carnivores.


Le Mont Vigie :
Ancien volcan réputé éteint, le Mont Vigie correspond en réalité à une petite chaine montagneuse. En arrivant du Delta, le paysage se vallonne, les contreforts s’éclaircissent par endroit, au sommet des vallées. Les terres sont fertiles, grâce aux anciennes coulées de lave. Le versant ouest du Mont Vigie est toujours mangé par la forêt, mais son versant est est de plus en plus domestiqué, on y pratique notamment la culture en terrasse.
Toujours plus à l’Est, le Mont Vigie descend jusqu’au Golf des Baleines. Cette langue de mer divise en deux le continent, laissant au Nord le Pic au tigre sous l’emprise de la forêt, tandis qu’au Sud, les plaines Estentines offrent enfin une terre habitable aux habitants de Qahra.


Le Pic aux tigres :
Nommé ainsi par un géographe judicieux, le Pic au Tigre est un prolongement – plus sec – de l’immense forêt des marais. La végétation y est moins dense, mais recouvre une masse de civilisations qui se sont superposées les unes aux autres ! Si les Marais ont véritablement digéré les cultures de tous les autochtones, le Pic aux Tigres s’est contenté de recouvrir d’antiques temples d’une mousse verte, respectant l’architecture des lieux. Cet endroit est un véritable paradis pour les archéologues de tout poil, les amateurs de civilisations disparues, mais également bien sûr… des chercheurs de trésors et des pilleurs de tombe !
Le Pic aux tigres est le terrain de chasse idéal pour les félins de tout poil, et notamment le célèbre Bah’Lir.


Les Plaines Estentines :
Enfin une zone que le climat et la végétation ont épargnée ! C’est ici que la population est la plus dense. Les chasseurs-cueilleurs des marais se sont sédentarisés ici, vivant de culture, de pêche, mais aussi de travail des métaux et notamment de l’or. Vaste étendue herbeuse, piquetée de petits bois, les Plaines sont balayées en permanence par un vent fort, qui offre une météo particulièrement changeante, mais toujours douce. Ici, point d’insectes nuisibles, point de prédateurs affamé, c’est le territoire des hommes.




Peuples :
Les Marais :
Des tribus indigènes vivant dans les marais, seules quelques esquisses ont été proposées et il y a une telle variabilité entre les différents groupes que nous ne proposeront pas de morphologie type. Hommes et femmes se rassemblent par groupes de trente à cent ou deux cent individus, leur mode de vie est très dissemblable mais est resté relativement primitif du fait de l’hostilité de leur environnement. Il s’agit essentiellement de chasseurs-cueilleurs. On dit que certaines tribus sont minuscules, les hommes les plus grands dépassant à peine les quatre pieds de haut, ou encore que d’autres construisent leurs villes dans les arbres… Bref, les contes les plus étranges courent sur ces autochtones !

Le Delta :
Le delta étant la porte des Marais, on y trouve chercheurs d’or et aventuriers en tous genres. Là encore, difficile de dresser un portrait robot de ces vadrouilleurs qui arrivent de tous les continents, attirés par la richesse de Qahra. La population cosmopolite est également composée d’autochtones qui ont quitté le marais et se sont lancés dans le commerce. Le Delta Salin est riche, très riche, et malgré la gadoue des rues, les bazars étalent des richesses extraordinaires qui se vendent souvent pour une bouchée de pain. Il faut rappeler que la plupart de ces merveilles sont extraites de temples anciens, pillés par des aventuriers sans scrupules.





Le Pic aux Tigres :
La nature moins hostile a permis ici l’organisation des populations humaines. Le secteur est découpé en territoires, baronnies et autre comptés, mais seuls les dirigeants et leurs voisins en connaissent véritablement les frontières mouvantes. Dans cette pointe du continent, les hommes comme les femmes ont une peau d’ébène lustrée et les cheveux d’un noir de jais. Grands, minces et gracieux ils sont discrets et souvent silencieux. On peut les croire hautains tant leur caractère sobre contraste avec leurs précieux atours. Certaines femmes du Pic aux Tigres sont connues dans tout le Raëgh, car elles ont exporté dans les prestigieuses maisons closes d’Ys tous leurs talents en matière de relation charnelle.
Les populations du Pic aux Tigres vivent essentiellement de commerce, de chasse et de pêche et d’exploitation des vers à soie qu’ils travaillent pour former des étoffes exceptionnelles.



Les Plaines Estentines :
Les Estentins ont quitté la forêt pour les plaines, leur teint sombre c’est éclairci au fil des générations. Ils n’ont pas de goût pour les vêtements luxueux de leurs voisins du Nord, et préfèrent les habits pratiques de coton, qui les préservent de la chaleur et permettent les amples mouvements que demandent le travail aux champs. Plus petits, plus nerveux, ils sont un peuple accueillant qui se montre gaillard des que les travaux quotidiens de la journée sont terminés. Leurs maisons, souvent remplies d’enfants joyeux, sont ouvertes aux voyageurs avec qui ils partagent traditionnellement le pain et le sel.




Comment s'y rendre?
La partie ouest du continent est complètement inaccessible par voie maritime, du fait des violentes tempêtes et des récifs qui affleurent, sans rien pour guider les navires depuis la côte. Néanmoins, comme la façade est est la seule sur les voie commerciales avec Ys notamment, cela ne pose pas tellement de soucis, les marins voulant s'approvisionner en marchandises issues des Marais Brumeux pouvant faire escale sans soucis dans les ports du Delta. Le Golf des Baleines, particulièrement protégé est idéal pour le stationnement des bateaux.


Texte by Dinjelaï Al'Ysiria

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
 
[LIEU] Qahra - Continent Ouest
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Faut-il se passer des scrutins sur le continent noir? Est-ce l'image d'Haiti?
» kiwi bichon frisé male de 2 ans ( sud ouest)
» Conflit Est-Ouest au cœur du Caucase
» Installation d'un comite de gestion des risques pour l'Ouest

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Qahra - Continent Ouest-
Sauter vers: