Tol Orëa, la Terre de l'Aube

Le Ciel est notre Empire ... pour Vaincre ... ou pour Mourir !
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:47

Posté par Maevann

Accompagnant Crylith dans son initiative, Maëvann entreprit d'observer les bas-reliefs décorant les colonnades magistrales , les frontons , les murs de la ville désertée. Elles étaient étonnamment bien conservées, comme préservées par leur sommeil sous le sable. Un étrange motif gravé sur le frontispice d'un bâtiment visiblement voué au culte attira son attention :


Maëvann caressa l'étrange ellipse des doigts comme pour en ressentir l'essence et remarqua dans la foulée que le motif apparaissait régulièrement sur les façades de pierre, souvent mis en valeur par des enluminures ou une exposition à la lumière. Elle s'accorda un sourire et une tendre pensée en songeant que ce mystère aurait d'ores et déjà titillé la passion de son aimé, se souvenant avec tendresse quelle fougue l'animait quant aux vestiges de l'Histoire et des Légendes...

- Comme tu me manques mon amour... Puisses-tu rester sain et sauf jusqu'à nos retrouvailles...Nous viendrons à bout de tout cela , nous nous retrouverons. Si tu nous as vu avec nos enfants alors... ce destin se réalisera ! Je le sens au plus profond de mon cœur.

C'est alors qu'elle effleurait le bijou d'ambre qu'il lui avait confié aux Spires, lors de leur dernière nuit d'amour, qu'un éclair traversa son esprit. Se penchant plus avant sur les bas-reliefs ornant les façades, elle examina les scènes dans leurs ensemble. L'ellipse apparaissait ca et là , portée par une foule en liesse, vénérée par des Prêtres ...et au détour d'un angle de rue...

- Là ! Venez voir ! s'écria-t-elle à l'intention de ses comparses, pointant une clé de voûte richement décorée. C'est une tête de Dragon Quadricephale !

Ainsi les créatures ailées de Flarmya n'étaient pas inconnues à l'antique civilisation enfouie sous les sables ! L'ellipse ornée de flammes apparaissait de part et d'autres de la mythique créature, comme pour souligner un lien.

- Cette forme, cette taille...L'éclat souligné par ces étranges motifs et la vénération des Sâfhars pour cette étrange ellipse...marmonna Maë , le cou tendu , ses prunelles vertes brillant d'une intense réflexion. Ce pourrait-il que ce soit...

Les Quatre têtes du Dragon de pierre étaient tournées dans la même direction. Les yeux de la demi-sang suivirent les regards de leurs orbites vides, embrassant une interminable volée de larges marches encadrées de sublimes colonnes torsadées, et au sommet....Une immense porte de Bronze cloutée, surmonté d'un fronton où l'on avait gravé l'ellipse enflammée encore une fois...mais d'une façon nettement moins sommaire, plus esthétique. Plus aucun doute n'était possible.

- Isiliel, Crylith... Je crois que ce bâtiment là-haut...abrite l'Ambre. Cet étrange symbole représenterait la pierre et si nous nous fions à ce que nous avons pu voir sur les bas-reliefs, elle à été mise à l'abri dans une Salle Sacrée. L'éclat de ses yeux se fit plus vif. Derrière cette porte , il y a surement pléthore de pièges destinés à protéger l'Ambre, il nous faudra être de la plus grande prudence ! Si vous avez quelque compétence en matière de désamorçage ou de detection , c'est le moment ou jamais de les mobiliser...

Invitant ses comparses a la suivre d'un signe de tête, elle grimpa les premières marches sans quitter l'immense porte du regard

- Draveÿn et Kyalith, partez en éclaireurs et observez l'entrée et ses environs ! Au cas ou nous aurions un accueil ...chaleureux.


[HRP : Désolée , c'est pas fameux... j'essaierai de me rattraper avec le RP de l'Oracle. Isi , si tu n'as pas pris trop d'avance sur ton post , tu es libre de décrire ce qui se trouve derrière cette porte et les premiers pas de notre parcours. Je m'adapterai ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:47

Posté par Isiliel
La nuit avait été si rude. Des rêves l’avaient envahie, eux qui l’avaient délaissée depuis si longtemps. Leur simple présence en son esprit la dérangeait… Son corps allongé voulait à nouveau sombrer et le sable l’entourant, si fine caresse pour son être, lui demandait de faire de même. Mais l’eau lui refusa ce plaisir.
Assise dans le bassin, Isiliel ouvrit les yeux et les leva vers le ciel de sable. Elle pouvait voir un pied qui glissait, puis un corps qui la suivait… La chute de sa première comparse s’était déroulée comme au ralenti et c’est avec un plaisir certain que la semi-elfe observait les traits de l’ondine qui tombait à coté d’elle. Plaisir bien moins présent lorsque l’eau, sous le choc, lui revint au visage pour l’éveiller de sa contemplation d’une froide gifle.

Les deux dragons étaient déjà là, l’ondine venait faire trempette également ; le sable ne pouvait dévorer désormais que la femelle de Istvan l’humain, la liée de Draveÿn le noir. Isiliel, par preuve d’un reste de mécontentement face à la découverte de sa liaison, se leva et s’éloigna du bassin : ainsi, elle n’attendrait point que la femme arrive auprès d’eux.
Ses vêtements étaient mouillés, et ils la dérangeaient ainsi énormément. Son amie lui avait dit de ne pas se dénuder lorsque des gens pouvaient la voir, ainsi, Isiliel s’évertua à sécher sa robe sans la retirer.

« Maëvann, Isiliel vous allez bien ? »

Isiliel observa d’un coin de l’œil l’ondine et lui montra la robe, murmurant de mécontentement :

Elle va alourdir mes pas. Mais je ne peux pas la retirer, je n’ai pas le droit…

Sans plus rajouter de paroles, comme si Crylith s’était inquiétée de sa tenue, elle continua de tenter de se sécher. Puis, prise d’une certaine envie, elle s’arrêta, estimant que l’eau finirait bien par se lasser de sa présence.
L’endroit était grand, très grand et heureusement : les pauvres dragons n’auraient pu s’y sentir à l’aise en le cas contraire. Un léger coup d’œil sur la blanche, cependant, la fit penser qu’au vu de sa petite taille, elle n’aurait été dérangée. Isiliel n’avait vu qu’une blanche jusque là, et elle avait un caractère très étrange. La semi-elfe se demandait si c’était le cas de toutes les blanches, ou Dragonne était elle très atypique ? La question cependant n’était point très importante, et elle décida alors de se concentrer sur quelque chose d’aussi important qu’un écailleux : le lieu où elles se trouvaient.

L’odeur lui rappelait les grottes où les roches avaient fait naitre les belles pierres. Mais après tout, n’étaient-elles point venues chercher des cailloux pour leur cheffe ?
Isiliel fit quelques pas, se balançant légèrement au rythme du vent, puis se tourna vers ses quatre compagnons.

Et maintenant ? Où allons-nous ?

L’écho lui répondit sa question et cela, sans la faire sourire, l’interpella. Elle appréciait l’écho sans l’aimer pour autant. Etrange manière d’être, elle sortit de ses pensées quand Crylith répondit quand à elle.

« Commençons par explorer les lieux. Nous trouverons peut être des indices sur les pierres d’Ambre du dragon quadricéphale. »

L’aimée de l’humain acquiesça et Isiliel suivit les deux femmes sans trop réfléchir. Non, elle était bien trop occupée à regarder les murs, les tissus laissés à l’abandon et autres restes de l’ancienne civilisation.
Un instant, son regard se posa sur l’ondine qui semblait si soucieuse de trouver derrière une porte un humain qui l’aurait attaquée. Au contraire, l’aimée de l’humain, elle, s’amusait à faire comme elle : elle observait. Mais alors qu’un élan de bienveillance traversa la naïve semi-elfe, voila que Maëvann se mit à hurler.

Là ! Venez voir ! C'est une tête de Dragon Quadricephale !

Isiliel ne s’avança que peu, estimant préférer attendre que la crise momentanée de la femme lui soit passée. Car elle l’inquiéta surtout par sa seconde démarche : après les cris vinrent des murmures assez forts pour être repris par l’écho, mais trop faible pour être compréhensibles.
Son mur semblait très beau car elle restait devant, alors, la semi-elfe la rejoint pour regarder le dessin qui, à son gout, n’était des plus charmants. Mais voila que déjà, elle semblait être reprise d’une crise de possession : elle montrait une grande porte de la couleur de Svarog en s’écriant :

Isiliel, Crylith... Je crois que ce bâtiment là-haut...abrite l'Ambre. Cet étrange symbole représenterait la pierre et si nous nous fions à ce que nous avons pu voir sur les bas-reliefs, elle à été mise à l'abri dans une Salle Sacrée. Derrière cette porte, il y a surement pléthore de pièges destinés à protéger l'Ambre, il nous faudra être de la plus grande prudence ! Si vous avez quelque compétence en matière de désamorçage ou de detection , c'est le moment ou jamais de les mobiliser...

La semi-elfe ne savait trop que répondre, alors elle ne disait rien et regardait ce qu’on lui montrait, froide. Non pas qu’elle était mécontente, mais elle ne comprenait pas totalement ce qui se passait. Bien sûr, puisque Maëvann était celle qui voulait ces pierres, il n’y avait aucun doute à avoir : elle seule devait savoir où se trouvaient les deux ambres. Celle-ci commençait d’ailleurs déjà à les guider vers la porte, grimpant sur les hautes marches.

Draveÿn et Kyalith, partez en éclaireurs et observez l'entrée et ses environs ! Au cas ou nous aurions un accueil ...chaleureux.
-Pourquoi devrions nous nous inquiéter, si l’on vient nous chercher avec joie ?

Isiliel interrompit sa marche. Elle ne comprenait dès lors pas la logique de Maëvann tout simplement parce qu’elle ne comprenait pas le problème avec le fait d’avoir une personne chaleureuse en face d’elle.

Il n’y a pas beaucoup de signes de vie, il est peu probable qu’ils rencontrent quelqu’un… ou alors, ce doit être un monstre. D’ailleurs, tu as dit qu’il y avait des pièges donc ils feraient mieux de rester derrière nous sinon, ils pourraient être blessés.

C’était là la première fois qu’elle se montrait contre l’idée d’une de ses deux comparses. Bien sûr, il ne lui était d’aucune importance qu’un dragon soit plus puissant qu’un bipède car là, Maëvann les envoyait selon elle au devant d’un danger, et un dragon était bien trop important pour être mis en position où une blessure aurait pu les toucher.
La semi-elfe, sans plus parler, continua cependant son escalade : Maëvann était sa cheffe –non humaine- et on devait obéir à la cheffe quels que soient ses propos.

Les portes étaient larges, très larges, et elles refusaient de s’ouvrir sous la seule force de la semi-elfe. Finalement, et non pas seulement grâce à elle, les portes s’ouvrirent laissant place à une immensité noire. La lumière n’y pénétrait et le vent lui-même semblait y être dévoré par la froide ambiance.
Prenant un caillou, Isiliel le jeta à l’intérieur, écoutant le bruit du lancer. A n’en point douter, il avait rebondit sur un sol dallé. Isiliel se tourna alors vers Maëvann et Crylith qui échangeaient sur la manière future de procéder, et leur déclara sans la moindre méchanceté en la voix :

Mon maitre m’a enseigné une technique de désamorçage… vous avez un humain ?

Désignant l’intérieur de la salle, il était dès lors clair que la technique en question était de jeter la personne à l’intérieur et de voir si elle survivait. Cependant, ni Maëvann ni Crylith ne semblaient avoir telle personne sous la main, alors la semi-elfe se leva. Il n’était pas anormal qu’aucune lumière soit présente, bien au contraire : un bâtiment sans vie n’avait pas besoin d’être éclairé.
Isiliel regarda le sol et déclara avec joie :

Une araignée, nous n’avons rien à craindre !!!

Si l’on suivait son doigt, on pouvait remarquer qu’une arachnide d’une certaine taille se dépêchait à sortir du lieu. A sa vue, un grand sourire s’était saisi des traits d’Isiliel qui, déjà, s’avançait sans la moindre peur dans le lieu.

Là où vit le monde des insectes, nous pouvons vivre… Nous n’avons rien à craindre !

Mais alors qu’on ne pouvait plus l’apercevoir, on entendit le bruit de sa voix qui s’écriait avec mécontentement une douleur certaine. Lorsque Maëvann et Crylith entrèrent, avec elles la lumière, elles purent remarquer qu'elles se trouvaient dans une salle ronde sans aucune autre porte et qui contenait de nombreuses colonnes travaillées dont l’une engloutie sous une légère cascade perpétuelle. Non loin de celle-ci, elles pouvaient également voir la semi-elfe qui s’étaient hissée sur une poutre et leur montrait le roc qu’elle avait lancé auparavant.

Il m’a blessé volontairement !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:47

L’immense porte de bronze s’ouvrit en grinçant sous la pression conjuguée tous, Dragons y compris, exercèrent sur les battants centraux. Aussitôt une bourrasque d’air singulièrement fraîche, embaumée de cette sempiternelle senteur âcre et poussiéreuse les accueillit, alors que se dévoilait un long couloir sombre soutenu de colonnades troglodytes richement sculptées.
A l’instar du reste de la cité, le Temple était d’un silence oppressant. La lumière tamisée par le sable volatile laissait entrevoir un sol dallé fendillé de toute parts, s’ouvrant sur le désert comme si celui cherchait à reprendre ses droits. Des bas-reliefs dessinant des volutes complexes détaillent encore des parcelles d’Histoire de ce peuple souterrain… Aussi loin que la lumière pouvait porter, on distinguait un peuple en liesse portant l’Ambre vers la chambre sacrée, les motifs progressant vers l’ombre du corridor comme pour indiquer la direction à suivre.

Les trois femmes tinrent un bref conciliabule puis ce fut la demi-elfe qui prit les devants, tintinnabulant d’étranges propos sur les insectes et le désamorçage des pièges. Alors qu’elle s’avançait sans crainte avec l’air d’un enfant qui découvre une nouvelle cachette secrète, ses compagnes la suivirent d’un pas mesuré et méfiant, précédées de leur Liés dont le bruit des griffes sur la pierre oubliée semblait être le seul à troubler les lieux. Lorsque la pénombre se fit trop épaisse, Draveÿn cracha une gerbe de flammes sur les torches que Maëvann avait sorti de son sac. Au terme de longues minutes de marche, le contact du sable sous leurs chausses s’estompa et tous débouchèrent dans une pièce circulaire. Tandis qu’Isiliel pestait contre un caillou, les deux Chevalières découvraient avec stupeur une petite cascade ruisselant sur les parois calcaire grêlées par l’érosion… Ainsi la fraîcheur et l’étrange humidité de l’air venaient-elles de là ? L’Eau , source de vie…en plein désert …en ce lieu mort et oublié depuis des siècles… Les ingénieux Sâfhars avaient du drainer une poche souterraine jusqu’au Temple.

L’ondine, ravie de retrouver son élément, s’agenouilla devant le petit bassin naturel au pied de la chute et s’y rafraîchit tandis que Maëvann et Isiliel observaient le lieu qui avait tout d’un cul de sac. La Maîtresse Noire parcourait les bas-reliefs du bout des doigts, les sourcils froncés…Ceux-ci se faisaient de moins en moins précis et détaillés, comme sculptés plus grossièrement, à la hâte. Une scène récurrente représentant trois personnes en vénération autour de l’Ambre, portant les signes distinctifs de prêtres, intrigua la jeune femme… L’auteur avait tracé d’un burin fébrile des arabesques liant les êtres à la pierre, comme des volutes d’énergies, marquant plus profondément les sillons symbolisant la brillance de l’Ambre à chaque nouvelle apparition. La demi-sang suivit les motifs jusqu'à la cascade et sentit alors un étrange frisson hérisser sa peau… Sur ce dernier bas-relief à moitié érodé par l’eau, seul un prêtre demeurait encore près de l’Ambre, les deux autres n’étant réduits qu’à un crâne posé sur les marches de l’autel sacré.

- Quelque chose les as…tués…mais quoi ?

- Maëvann , Isiliel ! Regardez cela !

Crylith désignait une plaque de pierre sculptée ornant le fond du bassin. Les trois femmes se penchèrent et reconnurent l’ovale symbolisant la pierre sacrée à travers les remous de l’eau. Elles se regardèrent, intriguées…puis l’ondine immergea le bras dans l’eau pour tâter le fond solide. Il y eut un déclic et la plaque de pierre se scinda en deux alors que l’eau du bassin se creusait dans un vortex.

- On dirait les soubassements du Temple, je vois la silhouette de piliers porteurs à travers l’eau. Tout est noyé. Va-t-on nager ? demanda Isiliel à ses comparses.

La question, naïve de prime abord, s’imposait pourtant comme une évidence : aucune issue n’était visible aux alentours. Seulement, plonger dans l’espoir de trouver une percée un peu plus loin représentait un risque conséquent, la Triade ignorait tout de l’architecture de l’endroit et tous pouvaient se noyer en cherchant en vain une autre issue.

- ° Il est hors de question que je vous laisse vous risquer à cela ! ° tempêta Draveÿn, sortant soudain de son mutisme ° Si vous ne mourrez noyées, nous risquons à tout moment l’effondrement ! °

- Que faire alors ?! Tout les signes laissent à penser que l’Ambre se trouve ici…et tu vois comme nous qu’il n’y a pas d’autre moyen d’aller plus avant dans le Temple ! Nous ne pouvons plus rebrousser chemin.

- ° Je vais partir en éclaireur ° annonça le Dragon après un moment de silence pensif.

- Mais…tu n’entres pas dans ce boyau, c’est bien trop étroit …argua Maëvann alors que ses prunelles vertes se teintaient d’inquiétude. Draveÿn je ne veux pas non plus que tu prennes des risques inutiles, je…

Mais un halo doré engloutissait déjà la silhouette massive du grand Noir, révélant bientôt la silhouette altière et longiligne de sa forme humanoïde…nue comme au premier jour. Ignorant le regard effaré de Cryl, Maë et l'étrange impassibilité d'Isiliel, le Dragon se dirigea à grandes enjambées vers le bassin , les mèches de sa longue chevelure noire battant contre sa peau, imprimant encore d’étranges motifs écailleux , puis s’immergea dans l’eau.

- ° Draveÿn ! Attends … Je viens avec toi ! ° s’écria Kyalith dont la taille menue ne nécessitait pas de transformation pour se faufiler dans le boyau. ° Tu auras bien besoin d’une nageuse plus rapide, ce ne doit pas être facile de se mouvoir avec tout ces appendices et ces cheveux ! ° gloussa-t-elle en sautant le rejoindre.

Les Chevalières et leurs Liés s’adressèrent un étrange regard, chargé d’inquiétude mutuelle et de bravoure, puis les deux Dragons disparurent sous la surface. De longues et angoissantes minutes passèrent dans le silence avant que Draveÿn ne ressurgisse, le visage voilé par le dais noir de ses cheveux.

- ° Il y a une ouverture plus loin. On débouche sur une vaste salle ressemblant à une crypte. Kyalith nous y attend. °

Les aventurières harnachèrent solidement leur paquetage et leurs armes puis se défirent de leurs bottes pour ne pas alourdir leur nage. L’eau fraîche leur fit le plus grand bien après l’ardente chaleur du désert , mais les souterrains engloutis avaient quelque chose d’oppressant par leur pénombre , les quelques rais de lumière filtrant du sol au dessus de leur tête ne suffisant pas à éclairer les titanesques ombres des piliers porteurs. Les aventurières en apnée suivirent la silhouette humanoïde de Draveÿn et le sillage filandreux de sa chevelure, trop angoissées pour tourner en dérision sa natation désynchronisée, entre celle du chien et de l’otarie.

A l’arrière de la file, Isiliel fatiguait, sa frêle silhouette peinant à supporter le poids de son attirail. Sentant que le poids l’entraînait vers le fond, elle se débattit et s’accrocha à l’excroissance étrange d’un mur proche… Aussitôt les parois des soubassements se mirent à vibrer dans un grondement qui fit frémir l’onde et les os, alors que d’immenses herses surgissaient de l’ombre dans un raclement métallique et un nuage de sable gonflé par l’eau.

- ° VITE ! ° hurla la voix du Grand Noir dans leurs esprits. ° L’ouverture est à une vingtaine de mètres ! Nagez ! … Si ces herses nous barrent le passage nous sommes condamnés à la noyade ! °

L’adrénaline pulsant dans leurs veines, le groupe d’aventuriers nagea à toute allure vers la colonne de lumière, les herses se dressant dans leur sillage, manquant de les embrocher. Ils surgirent enfin, perçant la surface dans un cri, happant l’air en hoquetant…puis se hissèrent en hâte alors que le sol vibrait encore du choc meurtrier des herses englouties.

- Isiliel …Ou est Isiliel ?!

A peine avait-ils eu le temps de réaliser la situation que Draveÿn plongeait de nouveau. Une détonation suivit d’une lumière vive fit frémir la surface de l’eau, indiquant qu’il avait reprit sa forme draconique. Se propulsant en fouettant l’eau de sa longue queue, sa silhouette fuselée facilitant la vitesse de nage, le Grand Noir jeta des regards affolés dans l’ombre des souterrains à la recherche de la jeune femme. Il la trouva se débattant faiblement, a demi-inconsciente, pour libérer son sac et une partie de sa tunique épinglés au plafond par une pointe de herse. Accrochant ses pattes arrières à la grille monumentale, Draveÿn déchira les entraves de sa gueule puissante et, plaquant le frêle corps contre son poitrail de ses pattes avant, prit appui sur la herse pour se propulser le plus vite possible vers la surface.

Lorsqu’il creva l’eau en poussant un rugissement de rage, déposant Isiliel inanimée sur le dallage, Crylith, Maëvann et Kyalith échangèrent un regard affolé.

- ° Allez…Respire…Respire par Flarmya ! ° gronda Draveÿn en la poussant de son museau pour la renverser sur le flanc. ° Respire Isiliel !! °

L’Ardente hoqueta et fut prise d’une quinte de toux laborieuse, happant de nouveau l’air alors que son teint retrouvait quelque couleur. La Triade s’accorda une heure de repos pour permettre tant à Isiliel qu’au reste de la troupe de se remettre de leurs émotions, se restaurer, et panser leurs blessures. Maëvann avait écopé d’une entaille au mollet droit, sa jambe échappant de peu à une pointe de herse, mais l’ondine était indemne, sauvée par sa nage rapide et souple.
Lorsqu’Isiliel assura s’être remise, la Triade s’ébranla et se remit en route malgré sa lassitude, bien déterminée à mener à bien sa mission.

~ ~ ~ ~

- Nous l’avons enfin trouvée…

Etait-ce possible… ? Après tant d’épreuves, après avoir frôlé la mort tant de fois…l’Ambre était là, devant eux. Une petite heure de marche et une trajectoire rectiligne avaient suffit pour découvrir cette immense Antichambre dont le sol recouvert de sable brûlant était traversé par un unique chemin de dalles d’un noir d’onyx luisant…et au bout de cet ultime sentier, tout au fond de la Chambre Sacrée…L’Ambre brillait de mille feux, posée sur un délicat piédestal ouvragé d’argent et d’or.

- Ce …ce ne peut pas être aussi facile…Cette pierre est sacrée, il y a forcément un piège…

- Comme c'est joli !

Comme ébahies, attirées par la lumière délicieuse, si douce de la pierre de sève, elles s’avancèrent à petits pas sur les dalles d’onyx …quand soudain, un cri d’alerte conjugué des Dragons leur hérissa la peau :

- ° ATTENTION.. !! °

Il y eu un frémissement, une vibration sourde, un grondement assourdissant émanant du sable qui les entourait …et dans une gerbe phénoménale, une monstrueuse créature jaillit dans l’Antichambre, répandant dans l’air la senteur piquante et acide de l’électricité. Les trois femmes reculèrent et s’armèrent dans un même geste alors que l’air s’emplissait de poussière sablonneuse et que leur peau humide se mettait à piquer désagréablement.


- Othmane … Le Serpent à Couronne de Foudre …Le Gardien de l’Ambre …haleta Maëvann, les yeux arrondis par la terreur. Notre Ultime combat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:47

Posté para Crylith

Crylith observait les murs autour d’elle et comme Maëvann au même moment, elle remarqua un symbole qui revenait régulièrement. Se pourrait-il que ce soit si simple ? Elle continua son chemin, cherchant sur les façades où le symbole revenait et remarqua qu’il convergeait tous d’un côté. Elle suivit donc la route qui semblait se tracer sous ses yeux mais la chevallière Céleste les interpella du fond de la salle.

Dragons et jeunes femmes se retrouvèrent à grimper les marches qui menaient à une immense porte à deux battants, fait de bronze et épais qui ne semblait pas avoir souffert de l’usure du temps. Isiliel était déjà devant la porte et la poussait de toutes ses forces pour l’ouvrir sans grand résultat vu sa frêle constitution. Ils poussèrent alors tous la porte qui laissa échapper un vent glacial qui les fit frissonner.

« C’est sombre, on y voit rien. On peut comme tu l’as suggéré envoyer nos dragons en éclaireurs… »


L’ondine n’eut pas le temps de finir sa phrase qu’un bruit mat résonnait derrière elle. L’elfe la surprenait par son attitude et ses paroles naïves. Pour autant, c’était une aspirante du Kaerl Ardent, il ne fallait pas l’oublier.

« Nous n’avons malheureusement pas d’humains sous la main, mais je pense que même si ça avait été le cas on s’en serait passé. Il y a d’autres méthodes moins barbares. »

Et maintenant elle s’avançait sans crainte dans la salle nouvellement découverte sous prétexte que si une araignée y survivait, alors ils pouvaient tous s’avancer sans crainte. Crylith haussa un sourcil perplexe mais ne la retint pas. Elle n’était pas responsable de l’inconséquence de l’ardente et lorsqu’elle entendit cette dernière s’écrier, elle ne put se retenir de lever les yeux au ciel. Elle lança un regard à Maëvann et elles suivirent l’elfe à l’intérieur.

On n’y voyait pas grand-chose et le noir aida la Céleste à enflammer des torches afin de percer la pénombre environnante. Un bruit attira l’ondine et enchanta ses sens. De l’eau ! Il y avait une fontaine au milieu de la salle et elle s’y précipita pour s’y rafraichir. Le climat de Ssyl’Shar malmenait sa peau si délicate et pas faite pour des conditions si arides. Elle commença par humidifier sa nuque et la capuche qui lui recouvrait la tête. Elle ressentit une douce fraicheur l’envahir et un soupire de contentement s’échappa de ses lèvres sèches.

Ses yeux se rouvrirent et elle fronça les sourcils. Il y avait quelque chose au fond du bassin. Elle entra plus avant et appela ses compagnes.

« Maëvann, Isiliel ! Regardez cela ! »

Tandis qu’elles la rejoignaient, elle s’approcha et effleura la plaque sculptée de la pierre sacrée. Aussitôt un petit bruit se fit entendre et le plaque s’ouvrit en deux. L’eau ne disparut pas dans l’ouverture. Ainsi donc comme le faisait justement remarquer Isiliel, il allait falloir nager. Mais dans quelle direction ? Elle était une ondine mais pas un poisson, elle pouvait certes nager plus longtemps que les autres races mais pas respirer sous l’eau. Elle allait se proposer pour partir en éclaireur étant la plus apte à remplir cette tâche mais un éclat doré attira son regard et elle écarquilla les yeux de surprise en voyant Draveÿn se métamorphoser sous ses yeux et apparaître dans son plus simple appareil. A n’en point douter il était plutôt bel homme sous sa forme humanoïde mais saurait-il trouver le chemin qui les conduirait jusqu’à l’Ambre ?

° Draveÿn ! Attends… Je viens avec toi. Tu auras bien besoin d’une nageuse plus rapide, ce ne doit pas être facile de se mouvoir avec tous ses appendices et ces cheveux. °

° Fais attention Kya. °


Les deux dragons émergèrent rapidement dans une vaste pièce et le noir fit demi tour pour aller chercher les jeunes femmes tandis que la blanche faisait une rapide inspection des lieux. Elle n’avait pas bougé, se contentant de balayer la salle du regard et très rapidement elle repéra l’ambre.

° Ma Lilith, nous l’avons trouvé, elle est là, dépêche toi. °

Crylith était déjà en train d’ôter sa longue tunique et ses chaussures. Son caleçon noir à même la peau et son corset n’entraverait pas sa nage. Elle boucla son sac et l’harnacha solidement dans son dos, puis elle plongea à la suite de Draveÿn. Elle ne pouvait pas avancer aussi vite qu’elle l’aurait voulu, étant obligée de suivre le dragon mais malgré des mouvements chaotiques et désordonnés, il progressait assez vite.

Soudain un grondement sourd se fit entendre et l’ondine sentit des vibrations de mauvais augure. En levant les yeux, elle fut presque aveuglée par des tourbillons de sables qui ne parvenaient pas à masquer une grille qui surgissait pour leur barrer la route. Elle redoubla d’ardeur pour nager jusqu’à la lumière et bientôt elle put reprendre une grande goulée d’air.

° Tu vas bien ma Lilith ? °


° Oui oui t’en fais pas, ce n’est pas une petite herse qui va venir à bout de moi. Ceci dit j’espère qu’il y a une autre sortie, je doute que nous puissions repartir par là… °


Elle n’eut guère le temps de continuer sa phrase qu’un cri de la torhille la fit sursauter et se retournant elle vit l’absence de l’elfe.

« Oh non pas encore. »

Bien qu’elle ne partageait rien avec l’ardente et qu’elle n’appréciait pas sa compagnie, une autre mort dans la Triade aurait été insupportable. Visiblement son Lié était du même avis qu’elle car sans attendre il replongea sous l’eau. Les secondes leur parurent des heures alors qu’elles scrutaient avec anxiété la surface de l’eau. Enfin Draveÿn qui avait repris sa forme draconnique reparut et déposa Isiliel sur le sol où bien vite elle revint à elle.

L’ondine s’effondra sur le sol, vaincue par l’émotion de ses dernières minutes et eut de la reconnaissance envers Maëvann qui les obligea à prendre un peu de repos avant de continuer.

~~~~~~~

« Nous l’avons enfin trouvé… »

Crylith regardait l’Ambre qui se trouvait au fond de la salle brillant d’un éclat magnifique.

° Lilith, qu’est-ce qui se passe ? Je sens comme une gêne… °

° Oui je sais, c’est Eihwaz qui me picote. Un danger nous guette Kya, mais rien d’étonnant, nous sommes si proche de l’Ambre que je doute que nous puissions la prendre sans rencontrer de soucis. °

° Préviens les autres. °


« Ce… ce ne peut pas être aussi facile… Cette pierre est sacrée, il y a forcément un piège… »


« Oui Maëvann, à n’en point douter il y a un piège, je ressens un picotement en bas de mon dos là ou j’ai Eihwaz tatoué, elle me prévient des dangers et nous le sommes, soyons prudentes. »

L’ondine dégaina ses dagues et avança prudemment sur les dalles d’onyx qui menait à la Pierre Sacrée, quand un cri résonna dans son esprit avec force.

° ATTENTION.. !! °


La jeune femme vit surgir des sables un monstrueux serpent hérissé de foudre. Ses yeux s’écarquillèrent d’horreur tandis sa peau s’électrisait de peur. Ainsi donc elles devraient vaincre ce monstre. S’armant de courage, elle s’avança vers la créature monstrueuse. Pour le moment il lui fallait rester en vie pour découvrir ses points faibles.

° Lilith fais attention… °


° Attire son attention, je dois voir si ces écailles sont fragiles ou non. °

La petite blanche courut dans la direction opposée à sa Liée, attirant le regard d’Othmane et l’ondine en profita pour se jeter sur son corps et poussa aussitôt un hurlement de douleur. Non seulement elles étaient plus que solides mais en plus elles étaient aussi conductrices d’électricité.

« Faites attention tout son corps est électrique. »

° Kya, éloigne toi, retourne près du point d’eau et ne te fais plus remarquer. °

° Non hors de ques… °


° Fais ce que je te dis Kya, rugit l’ondine. Je refuse que tu te fasses tuer. °

Tandis que le serpent s’attaquait à Maëvann, la petite blanche retourna à leur point de départ et se cacha derrière un petit pilier pour échapper à la vue du Gardien. Elle tremblait d’effroi en voyant sa Liée esquiver ses attaques incessantes. Il pouvait aussi bien attaquer avec sa tête qu’avec sa queue, mettant à mal même des guerrières pourtant pas novices. Elle ressentait néanmoins toutes les brûlures qu’il lui infligeait et trépignait d’angoisse.

Crylith échappa une fois de plus à la gueule béante qui souhaitait l’engloutir en roulant sur le côté et se releva prestement. Elle eut tout juste le temps de se jeter de nouveau sur le sable et esquiva un jet de foudre.

« Par Flarmya, il jette aussi des éclairs de foudre… »

Le combat se compliquait sérieusement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:47

Posté par isiliel

Le caillou l’avait blessée : son pied la faisait souffrir. Bien sûr, quelques secondes après, la douleur s’était estompée laissant un souvenir vague qui bientôt aurait disparu de la mémoire de la semi-elfe. Isiliel se laissa glisser au sol tandis que Maëvann observait les bas reliefs, comme elle l’avait déjà fait précédemment. La femme semblait particulièrement aimer l’art des murs du temple car elle ne cillait pas, avançant son visage si proche de la pierre qu’on aurait pu croire qu’elle s’y fondrait. De son coté, l’ondine s’était jetée contre l’eau. A l’observer, elle était bien différente de son amie… plus ronde aussi. Elle semblait plus aimer l’eau comme si le désert l’avait tuée et qu’à ce moment même, elle renaissait au contact de son élément favori. Les dragons étaient chacun du coté de leur liés : l’amitié ne semblait réellement exister entre les deux groupes, sans doutes se subissaient ils malgré tout.


Quelque chose les as…tués…mais quoi ?

Maëvann parla plus à elle-même qu’à quelqu’un d’autre. Isiliel ne bougea point et laissa les deux autres réfléchir. Peut être les quatre créatures étaient elles à l’aise mais à elle, la verdure lui manquait, tout comme la compréhension de ce qui l’entourait. Cependant, le calme de la cité morte lui plaisait, surement bien plus que lorsqu’elle avait été en vie.

Maëvann , Isiliel ! Regardez cela !

L’ondine parlait enfin et leur montrait un objet sur le sol : une dalle étrange au fond du bassin. L’ondine était vraiment douée avec l’eau, car à peine avait elle mit la main dans l’eau que la dalle disparu et laissa place à un dédale. Les deux femmes ne parlaient pas, mais une chose surement leur venait à l’esprit à toutes deux. Ainsi, elle leur déclara ce qu’elle pensait être absolument naturel à l’esprit :

On dirait les soubassements du Temple, je vois la silhouette de piliers porteurs à travers l’eau. Tout est noyé. Va-t-on nager ?

A peine ceci fut prononcé que les gens semblèrent commencer à doucement, sombrer vers la panique. Panique telle, aux yeux de la semi-elfe, que finalement, le dragon noir décida de partir de lui-même à l’intérieur quitte à être soumis au danger. Bien sûr, Isiliel fit une moue mécontente à l’entente de cela : savoir que le bel écailleux risquait sa vie était une idée qui ne pouvait que la déplaire. Mais, malgré sa désapprobation, elle resta impassible à la situation, décidant surement que ce n’était pas à elle de faire ces choix.
Finalement, le dragon prit sa forme humaine. Elle ne fut pas surprise car il l’avait prise longuement lorsqu’ils étaient dans le village des humains du désert. Finalement, la folie fut telle que la petite dragonne blanche, elle aussi, allait nager dans le corridor aquatique.

Le temps que le dragon revienne, Isiliel observa l’ondine avec une nette lueur mécontente, elle aurait été, clairement, selon la semi-elfe la meilleure à faire cette mission. Heureusement, le grand dragon noir réapparut… enfin, le grand humanoïde aux longs cheveux noirs plutôt.

° Il y a une ouverture plus loin. On débouche sur une vaste salle ressemblant à une crypte. Kyalith nous y attend. °

Isiliel baissa les yeux vers l’eau puis hésita. Ses poisons ne risqueraient rien, mais il faudrait faire attention à ce que les fioles soient bien closes. Après les avoir toutes vérifiées, elle attacha mieux la bourse, sortant ceux qui était glissés à sa ceinture et les plaçant avec les autres. C’était là ses biens précieux ; le reste de ses affaires étant son vêtement.

L’eau… elle n’avait jamais été souvent dans l’eau pour nager… Ses souvenirs de prouesses aquatiques dataient de l’époque où elle était encore dans son village. Alors qu’elle avançait avec difficulté, l’engourdissement prit ses membres et sa tête commençait à tourner. Un instant, une image lui vint et elle se jura de demander à son maitre des cours de nages lorsqu’elle rentrerait au kaerl. Si seulement, pensa-t-elle, si seulement il avait fallu se glisser au travers d’une jungle luxurieuse enfuie sous le désert aride. Le sable lui manquait et paraissait doux, même lorsque le vent soufflait pour l’aider, face à la force de l’eau qui tentait de l’empêcher de passer.

° VITE ! L’ouverture est à une vingtaine de mètres ! Nagez ! … Si ces herses nous barrent le passage nous sommes condamnés à la noyade ! °

Elle continuait ses efforts pour avancer, mais vraiment, elle avait l’impression de marcher sur un lac glacé. Mais, alors qu’elle avait réellement l’impression d’arriver au bout de son calvaire, l’eau voulu lui voler ses précieuses fioles. Voulant grogner la herse, elle perdit alors tout l’air qu’elle avait conservé sans pour autant arrêter de tirer sur celui-ci. Jamais elle ne le laisserait ici ! Peu à peu, l’impression que la nuit l’enveloppait la prenait, son corps réclamait de l’air mais l’environnement le lui refusait.


Lorsqu’elle ouvrit à nouveau ses yeux, elle sentit son poitrail qui lui hurlait de relâcher l’eau qu’elle avait avalé. Après plusieurs hoquets, son corps semblait bien plus heureux. Une inquiétude la prit mais un sourire rassuré se calqua sur son visage car ses yeux se posèrent sur son valeureux sac, encore remplit. Elle tourna la tête et remarqua le grand dragon noir : c’était lui qui avait sauvé ses fioles ! Maëvann déclara alors qu’elles prenaient une heure pour se reposer.
Isiliel fut très heureuse de cela : son corps tremblait, il avait besoin de repos. Glissant son sac contre elle, elle se lova contre les pattes du dragon noir, satisfaite. Lorsqu’elle s’éveilla, son corps s’était remis. Le noir de son sommeil était le plus réparateur qu’il existait. Bien sûr, elle sentait des douleurs au niveau de son dos et sa respiration restait un peu faible, mais ce ne serait pas dérangeant. Sourire aux lèvres, elle leva la tête vers ses compagnons et leur déclara :

C’est bon, nous pouvons partir !!

Les quatre créatures se mirent finalement en route et, au bout d’une heure environ, elles arrivèrent enfin jusqu’à l’ambre.

Nous l’avons enfin trouvée…

Ce fut uniquement grâce à cette phrase qu’Isiliel en déduit leur arrivée : elle n’aurait pu le savoir toute seule. Elles s’approchèrent d’un piédestal où brillait une étrange pierre aux reflets irisés. Etrangement, car elle n’en avait pas l’habitude, la semi-elfe trouva cet objet magnifique. Alors, en s’avançant, elle exprima le fond de sa pensée alors que Maëvann, elle, ne pensait qu’inquiétudes injustifiées :

Ce …ce ne peut pas être aussi facile…Cette pierre est sacrée, il y a forcément un piège…
- Comme c'est joli !

Isiliel ne réfléchissait point, elle avançait, suivie par ses deux compagnonnes, dans la vaste salle vers le caillou. Elle songeait qu’il était étrange de la part de Maëvann de vouloir le briser pour en faire de simples bijoux, idée qu’elle avait gardée en son esprit depuis les explications d’Istvan sur le devoir de leur quête. Mais alors qu’elle réfléchissait à cela, les dragons hurlèrent en même temps :

° ATTENTION.. !! °

**

Se situer en hauteur était un reflexe : dès qu’un problème semblait être réellement dangereux, le calme des hauteurs était nécessaire à la semi-elfe pour réfléchir à l’aise. Son regard flamboyant se glissait d’un protagoniste à l’autre. L’être devant elles était un serpent. Ses deux acolytes se distinguaient comme deux agresseurs, voulant sans pensée autre l’abattre. Le serpent voulait surement la même chose car il assena une attaque que Kyalith évita, tandis que Crylith elle fonçait sur l’animal. Elle sembla bien mal en point et hurla alors que le reptile était foudroyant sur tous les points. Les pupilles du serpent croisèrent les siennes et elle se laissa tomber au sol pour éviter sa queue.

Elle soupira, main sur la hanche. Alors qu’elle réfléchissait inutilement, les combats continuaient, la créature étant particulièrement attirée par les deux autres membres de la triade. Autant dire que ses camarades étaient d’ailleurs bien seule, alors que la semi-elfe, elle, se contentait d’éviter le serpent lorsqu’il l’attaquait et de ainsi se déplacer à différents endroits pour penser et observer.
Un instant, elle songea que ce ne devait être facile d’être ainsi enfermé, seul dans ce temple. Elle tenta une approche spirituelle mais le serpent était intouchable : la moindre de ses questions restait en son unique esprit –ou du moins n’était partagée avec le gardien de l’ambre. A moitié attristée, convaincue de la bonne foi de l’écailleux, elle demande à son assemblée :

Et s’il avait faim ? Les loups aussi sont agressifs le ventre vide !

Mais ses compagnonnes semblaient bien trop occupées pour bien lui répondre. Une tache blanche attira son regard et elle se baissa légèrement : Kyalith s’était cachée à cet endroit. La petite dragonne tremblait, s’inquiétant sans doute pour sa liée. Un instant, elle se surprit à prendre en pitié la petite créature et à vouloir l’aider, mais le monstre interrompit sa pensée en décidant de s’attaquer à nouveau à elle.
Dire qu’Isiliel était chanceuse était une réalité, l’instinct qui guidait toujours ses pas avait fait réagir son corps suffisamment vite pour qu’elle évite un choc avec les foudres de l’écailleux. Cependant, si son instinct avait été assez rapide pour éviter le pire, son esprit lui n’avait pris le relai assez vite : le choc contre le sol la blessa.

La créature semblait ne pas vouloir la laisser respirer pour autant, se tournant vers elle. Glissant au sol, elle réussit encore à éviter ses salves avant de se cacher derrière un pilier. Celui-ci était trop peu solide pour être une réelle protection, mais il lui était évident qu’elle devait reprendre son souffle. Isiliel n’était pas une habituée des combats contre une telle créature. Elle s’était bien entrainée avec son maitre et quelques autres aspirants, mais ils étaient loin d’avoir la taille du gardien. La semi-elfe essaya d’imaginer ce que ferait maitre Ohiro à sa place mais seule l’image d’une tête aux cheveux argentés fonçant sur l’écailleux en riant bruyamment lui vint à l’esprit ; et ce n’était pas là la bonne marche à suivre à n’en point douter.

Alors qu’il reportait son attention sur un autre, Isiliel glissa une main dans un gant composé de griffes métalliques empoisonnées et murmura à elle-même autant qu’au grand serpent.

Je prie pour que ton âme soit liée à un humain…

Alors que la queue de l’animal brisa le pilier juste à coté de celui derrière lequel elle se cachait, elle tenta de lancer un objet tranchant au sol contre celle-ci : l’arme ne sembla pas même blesser l’écailleux. Ses armes ne seraient que peu efficaces à moins de trouver un endroit où le gardien n’était protégé de sa cuirasse naturelle. Son regard se posa alors sur l’entrée et le souvenir de l’eau lui revint à l’esprit. Sa noyade la fit déglutir : elle espérait que son arme ne se soit faite abimée. Puis, lui vint une idée ; cherchant ce qu’elle avait lu sur les anguilles, elle tenta de s’adresser au dragon noir :

*S’il est mouillé, ne risquerait il pas de se blesser en voulant utiliser les éclairs ?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:48

Posté par Maevann

[ Je n’ai pas PNJisé le Gardien cette fois-ci parce que je n’en voyais pas l’utilité. Trop peu d’actions ont été menées contre lui jusqu’à présent. Aussi, j’enchaîne directement avec Maë mais l’ordre reste inchangé : Cryl, tu prends toujours la suite ^^ ]





La bête, après avoir manqué la souple ondine encore une fois, se tourna vers la demi-sang et fit claquer sa mâchoire hérissée de milliers de petites dents tranchantes, comme autant d’épines saillantes. Sur son crâne serpentin, la couronne de foudre crépita, lançant des étincelles dans l’air.

- Grands Dieux, voilà qui va nous compliquer la tâche. grommela Maëvann en observant sa peau de hérisser sous l’électricité ambiante. Toutes nos armes sont en métal et si j’en crois le coup que Crylith lui a porté, se sont ses écailles qui véhiculent la foudre…

Avant qu’elle n’ait eu le temps de réfléchir à une stratégie alternative, le Serpent agita sa lourde tête en frémissements frénétiques et dans un craquement, une longue lance de lumière fusa de la couronne crépitante. Maëvann poussa un grognement et plongea sur le côté alors que l’éclair éclatait contre une colonne en une gerbe d’arcs électriques. Beaucoup s’évanouirent dans le sable ou la pierre mais certains s’accrochèrent aux lames de la Chevalière, crispant ses muscles dans une douloureuse tétanie.

- Peste !! s’exclama-t-elle en relachant son bâton dans une grimace de souffrance. Nos armes sont vraiment inefficaces contre cette bestiole, il va falloir trouver autre chose.

- ° Maë ! ° s’exclama Draveÿn en glissant son museau dans son dos ° Tu n’es pas blessée ?°

- Cela ne saurait tarder, nous n’allons pas pouvoir fuir ses éclairs indéfiniment … Et nous n’avons aucun moyen de l’atteindre.

- ° On dirait qu’il utilise sa foudre à distance pour ne pas s’approcher de nous ° souffla le Grand Noir en glissant un regard aigu sur le Gardien ° C’est donc qu’il a quelque faiblesse à cacher, mais lesquelles ? °

- Difficile à savoir, mais il va falloir trouver vite ! s’écria Maëvann, se redressant et attrapant son arme dans un même élan.

Le monstre avait repéré l’Ardente et fondu sur elle en poussant un sifflement semblable aux éclairs crépitant sur sa tête. Fort heureusement, après un temps d’hésitation incongru, Isiliel s’était précipité à l’abri de décombres, usant de sa fine silhouette pour se faufiler dans l’amas de colonnes et de bas-reliefs effondrés. L’immense serpent ondulait à présent en furieuses allées et venues, lançant de temps à autre un éclair farouche qui faisait voler la vieille pierre de l’abri de fortune en éclats.
Maëvann traversa l’étendue de sable doré au pas de course et sans réfléchir un instant de plus, lança son bâton à lames sur la créature. L’arme longiligne siffla, décrivant une courbe puissante dans la poussière sablonneuse de l’air, puis vit se figer entre deux écailles rivetées de son cou.

- Touché !

Le Gardien émit un chuintement suraigu alors que le métal des lames faisait fuser l’électricité de son corps en tout sens, déliant des arcs électriques ronronnants. Après moult contorsions, il saisit l’arme entre ses dents et l’arracha, faisant sauter deux de ses écailles bleutées au passage, avant de la lancer au loin d’un furieux mouvement de tête.

- Ah c’est malin, maintenant je suis désarmée…Comment vais-je f…

Mais Maëvann n’eut pas le temps de s’interroger plus avant. La queue serpentine de l’animal fouetta le sable et dans un coup virulent accrocha violemment le flanc de la jeune femme, l’envoyant valser contre une colonne. Les yeux écarquillés, le visage blême, elle pressa la plaie béante qui s’ouvrait sous son sein droit, dévalant ses côtes jusqu'à ses hanches dans une cascade de sang.

- Oh non…

Elle chut lourdement dans le sable, hoquetant dans une convulsion de souffrance. Serrant la mâchoire, elle puisa dans ses dernières forces pour invoquer sa magie : de faibles volutes laiteuses se délièrent de ses doigts et s’étendirent sur la plaie, s’arquèrent, se fondirent à la chair blessée, s’évaporant parfois, clignotant d’une lumière faiblissante…mais réussirent tout juste à endiguer l’hémorragie.

- Trop faible…je …n’arrive pas… Elle poussa un gémissement alors qu’un flot de larmes s’échappait inondait ses joues salies de poussière et de sang. Ooh Istvan mon amour …Mon ange …Pardon, pardon…je n’ai pas réussi, je ne pourrais pas donner la vie à notre fils …je… t’aimerai toujours…Sois fort…


- ° Maëvann ?! Maë !! °

La Demi-sang esquissa un faible sourire alors que son esprit cotonneux absorbait les cris de son Lié. Le vert fiévreux de son regard cherchant la silhouette du Dragon dans le maëlstrom flou, elle tendit la main pour toucher son museau, souriant au contact des écailles d’onyx, si lisses, si belles.

- Dravy. Protège les…La mission…Je ne pourrai pas…

- ° Tais toi ! Tais toi ! ° gémit le Grand Noir, lapant sa blessure en désespoir de cause ° Ma Liée, reste avec moi, je t’en prie …Tu m’entends ?! …Non, reste éveillée MaëMAEVANN !! °

Un rugissement caverneux et épouvantable fit vibrer les antiques soutènements de l’Antichambre, couvrant un instant les sifflements électriques du Gardien. Dressé sur ses pattes arrières, les ailes étendues, les yeux rougeoyant comme la braise, la gueule béante…la silhouette impressionnante du Grand Noir éclipsa un instant la présence du monstre de sa superbe, tissée de cette aura écrasante, effrayante.

D’une impulsion, d’un battement d’aile, il fut sur le Serpent.

Ses puissantes pattes arrière accrochèrent le corps riveté d’écailles, le lacérant, alors que la gueule puissante se refermait sur la tête difforme de la créature, ses dents en couperet ripant sur les cornes, les diverses excroissances nimbées de foudre. Les deux créatures luttèrent dans un fracas de cris gutturaux, de crissements de griffes sur les armures écaillées, de claquements d’aile secs et de bourdonnement électriques. L’immense corps serpentin du gardien frémissait de fureur, ondulait en tout sens pour se débarrasser de l’emprise des griffes et des dents du Dragon puis…il y eut détonation et le Grand Noir fut projeté contre la herse d’entrée de l’Antichambre par un souffle crépitant de foudre.

Draveÿn poussa un long cri de douleur alors que les arcs électriques courant encore sur ses écailles d’onyx tétanisaient son corps, galvanisés par le contact du métal…puis une idée germa dans son esprit. Faisant fi des filets de fumée s’élevant de ses ailes, dégageant une nauséabonde odeur de chair grillée, il saisit la herse dans sa gueule puissante et en arracha une portion, puis d’un souple et puissant mouvement de cou la projeta vers le Gardien.
La grille métallique fit une volte dans les airs avant de retomber sur la terrible créature, s’accrochant aux cornes de sa couronne de foudre.
Aussitôt les arcs électriques volèrent en tout sens, se cabrèrent en formes incongrues, se déployant comme une toile lumineuse dans l’Antichambre. Le corps serpentin du Gardien se mit à luire et à fumer sous la puissance de la conduction alors que la créature tentait de se débarrasser de la herse en secouant furieusement la tête. Dénuée de bras pour ce faire, elle fit surgir sa queue des sables pour tenter de l’ôter.

- ° Mauvais choix.° gronda Draveÿn , un rictus fendant sa gueule alors qu’un flash aveuglant engloutissait l’Antichambre.

Court-circuitées, les cornes porteuses de foudre volèrent en éclat, soufflant la couronne lumineuse comme s’il eut s’agit d’une vulgaire chandelle. Affaiblie et consciente d’être désormais en position de faiblesse, la créature serpentine cracha furieusement et disparu dans le sable, laissant aux aventuriers un répit provisoire.
Draveÿn se traîna jusqu'à sa Liée inconsciente et poussa sa tête de son museau, laissant sourdre une plainte de son poitrail haletant. Il coucha ses flancs fumants contre le sable et couvrit le corps de Maëvann de son aile au bord noirci, fermant les yeux , implorant Flarmya, mère de son Sang , de la garder en vie.

[HRP : Voila ce sera ma dernière intervention du combat. A vous de trouver comment achever la bestiole , mouhahaha ! Merci à mon chiwi, Istvan Sarkanys, pour la brillante idée du court-circuit]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:48

Posté par Maevann

Crylith commençait sérieusement à paniquer intérieurement. Elle ne voyait pas de possibilités d’atteindre le monstre. Bien qu’agile, ses coups ne servaient à rien, si ce n’est qu’à bruler ses paumes. Heureusement que les manches de ses dagues étaient en cuir, ce qui lui avait évité l’électrocution jusque là, cependant, il n’empêchait pas la chaleur de se propager et de roussir ses mains. Si cela continuait, le cuir allait fondre et s’incruster dans ses chairs. Elle avait tenté plusieurs approches, dès que le serpent était occupé sur une de ses compagnes mais elle n’avait vu aucune faille dans sa carapace d’écailles.

Kyalith tenta une sortie pour attirer l’attention du reptile et manqua de peu de se faire occire. Le jet de foudres passa si près d’elle que ses écailles si immaculées, se noircirent en un battement de cils.

« KYA… éloigne-toi de là, va te cacher… »


L’ondine avait hurlé en voyant l’éclair frôlé la petite dragonne. Elle ne pouvait pas défendre sa vie et aussi celle de sa Liée, elle n’en était pas capable. Kyalith était bien trop jeune, elle ne crachait pas le feu, voletait à peine et peut être qu’elle ne pouvait croquer une biche ou un daim en une fois, mais surement pas espérer mordiller Othmane. Elle tentait de réfléchir à toute allure mais il fallait qu’elle se concentre pour rester en vie et si sa dragonne la perturbait, elle risquait de ne jamais revoir l’homme qu’elle aimait et de mettre au monde les enfants qu’elle portait en son sein.

° Pardon ma Lilith, je m’éloigne je ne bouge plus, mais je t’en conjure, reste en vie, pour moi… °


Soulagée, Crylith se tourna de nouveau vers le combat et vit voler la chevalière céleste dans les airs. Une tache de sang se formait déjà sur sa tenue, colorant le sable de rouge carmin. Comme abasourdie, elle vit que les doigts de la torhille se nimber d’une faible lueur, elle devait sans doute essayer de se guérir mais cela serait-il suffisamment.

Un rugissement ébranla alors les colonnes et Draveÿn se jeta sur le gardien de la Pierre. L’ondine se précipita vers Maëvann qui semblait s’être évanouie. Elle fut rassurée de la voir encore en vie et la tira à l’abri puis elle se précipita de nouveau vers le serpent. La torhille avait ouvert une brèche en réussissant à arracher des écailles, il fallait s’y engouffrer vite, d’autant que le noir n’était pas en reste et s’attaquait férocement au Gardien.

Impossible de les approcher pour le moment, malgré les tentatives de l’ondine, ils bougeaient trop et elle risquait de se faire tuer par un mouvement intempestif. Elle cria de rage et d’impuissance, même si le noir arrivait à lui arrachait une à une ses écailles, il véhiculerait toujours l’électricité et ce n’était pas avec ses pauvres dagues qui parviendraient à le mettre à mort. Le bruit du combat était assourdissant, des fracas, des chocs résonnaient sous la voute et faisaient trembler les fondations. Il ne manquerait plus que le plafond leur tombe sur la tête.

Cette fois ce fut Draveÿn qui fut projeté dans les airs, comme une vulgaire marionnette. Il était vraiment mal en point mais avec il se battait toujours, mettant à mal la défense d’Othmane. Il était temps que la jeune femme entre en scène. Malheureusement grâce à un coup de génie du dragon, il avait perdu ses cornes et s’était enfui sous les sables. Mais il n’allait pas y rester longtemps, il protégeait la Pierre.

° L’eau, l’eau peut lui faire du mal. Si tu arrives à créer un autre court-circuit comme l’a fait Draveÿn et ensuite lui jeter de l’eau, il sera blessé. °

° Kya, il faudrait des quantités énormes d’eau pour le blesser sérieusement… °

° Ecoute je n’ai pas de meilleures idées pour le moment, ça peut nous laisser du temps pour trouver une autre solution. Les célestes sont trop blessés pour nous aider, nous devons faire face toutes les trois. °


« Isiliel, passe-moi ta gourde d’eau. Non Kya, laisse celle de Maëvann, nous en aurons besoin si nous survivons. »

L’elfe la regarda avec des yeux ronds, comme si elle avait du mal à comprendre, puis elle lança la gourde. Crylith accrocha les deux gourdes à son cou et réfléchit rapidement. Elle sentait les ondulations de sables, preuve que le serpent n’était pas loin et surgirait probablement non loin. Et soudain il émergea. En un instant l’ondine se précipita sur elle, lança ses dagues l’une après l’autre. L’une rebondit sur les écailles du reptile mais la deuxième ne l’effleura même pas. L’ondine jura grossièrement et tournant autour de lui, réussit à les récupérer assez rapidement. Elle aurait du demander à Talyon de l’entrainer à tirer sur des cibles, elle aurait au moins eu les bases. Elle ne pouvait cependant pas baisser les bras, la Triade ne pouvait échouer.

Tandis que le serpent se focalisait sur Isiliel, l’ondine se concentra tant bien que mal et projeta de nouveau sa première dague qui passa au dessus du serpent encore une fois. Il était presqu’impossible d’atteindre cette cible mouvante, mais elle devait persévérer, elle respira profondément et lança la deuxième. Cette fois, elle alla se ficher entre deux écailles, elle émit aussitôt une lueur bleutée et sans perdre un instant, elle tint fermement la gourde en peau et jeta l’eau en direction de la dague crépitante. Aussitôt le serpent se tortilla sur le sol en rugissant. Malgré le peu d’eau qu’elle avait jeté, l’électricité ne se contentait plus de courir le long de son corps, elle le traversait de part en part. Pourtant cela ne le tuerait pas, il fallait faire quelque chose et vite, il ne lui restait qu’une gourde d’eau pour le mettre hors d’état de nuire un court moment. Elle se tourna vers Isiliel et la supplia du regard.

« AIDE MOI FAIS QUELQUE CHOSE… »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:48

Posté par Isiliel

Il se muait avec élégance, elles sautaient en tous les sens. Mais à force de tester la vigilance et les défenses de l’animal, Maëvann se faisait projeter par la queue aux solides écailles du serpent, bientôt rejointe par son lié pour offrir un spectacle touchant où celle-ci demandait malgré un sacrifice personnel de protéger les siens, sa triade et ainsi l’ambre recelant à elle seule l’avenir de son aimé. Isiliel comprit ces paroles car elle s’était rapprochée du lieu où elle était allongée pour voir l’état de la femme, elle qui était trop loin lors du coup pour remarquer à quel point la blessure était en réalité grave. Bien sûr, vue après que Maëvann se fut soignée, elle n’en paraissait que peu blessée : la douleur semblait être plus grande que les réels dégâts.

Son lié gronda et se jeta sur le serpent. Le combat entre les deux écailleux fut aussi succinct que violent et les deux furent blessés à même titre. Pendant ce laps de temps, Crylith s’était avancée, elle aussi, en direction de Maëvann et l’observa, l’œil inquiet. Un instant, Isiliel pensa notamment que dans l’une de ses fioles stagnait un liquide de soin qui permettait de calmer les douleurs. Mais cette lotion enfermée en son récipient de cristal pouvait il être offert à une être qui s’était volontairement donnée à un humain ? C’est au moment où cette pensée la traversait que Draveÿn revint, coupant net ses réflexions, pour pousser sa liée un peu à l’écart. Il semblait blessé lui également alors la semi-elfe s’avança, le serpent étant enfui sous les sables, vers eux et fit glisser la fiole sous la noire aile du dragon qui recouvrait Maëvann

Partagez vous ça… ça vous fera du bien. Je garde les meilleures pour la fin s’il y en a des plus blessés…

Ne faisant attention au fait qu’elle affirmait à ce moment là qu’elle considérait les blessures que les deux créatures avaient subites comme insuffisantes pour leur offrir ses meilleures lotions de soin, elle s’éloigna du duo. Elle n’eut besoin de leur jeter un regard : s’ils voulaient s’injecter le liquide, ils le feraient ; le cas contraire n’aurait été de sa faute vu que leurs actions ne dépendaient que de leur unique volonté.
Alors qu’elle s’était enfin retournée non loin du sable, la voix de sa seconde comparse se fit entendre : elle s’adressait clairement à elle.

« Isiliel, passe-moi ta gourde d’eau. Non Kya, laisse celle de Maëvann, nous en aurons besoin si nous survivons. »

Isiliel l’observa, les yeux ronds, la détaillant entièrement. Elle qui était une ondine désirait elle se rapprocher de son élément à ce même instant ? Elle semblait par ailleurs blessée également : ses gestes étaient peu à peu devenu moins sûrs, des blessures couvraient son corps à de nombreux endroits et sa respiration était soutenue. La peur semblait guider ses pensées car souvent, ses yeux parcouraient le sable à la recherche du serpent, inter-changeant ensuite ses pensées pour se tourner vers sa liée et vérifier qu’elle restait loin du danger. Cette manière d’agir en protégeant son dragon plaisait à Isiliel, mais même si elle n’avait point agis ainsi, la semi-elfe n’aurait pensé à lui désobéir. Elle lui lança finalement sa gourde, encore emplie grâce à leur traversée récente aquatique et l’ondine se concentra sur le serpent qui ressurgit encore.

Rapidement, la Isiliel s’éloigna à nouveau en direction des hauteurs : l’écailleux avait beau avoir été blessé qu’il restait un dangereux prédateur. Celui-ci d’ailleurs se focalisait sur elle, pensant surement devoir être équitable et donc attaquer tout le monde à la même enseigne, la semi-elfe ne songeait point à le combattre juste à l’éviter. Sauter, s’agripper, se laisser pendre, se laisser tomber pour finalement se redresser. Au final, on aurait presque pu dire qu’elle s’amusait bien à esquiver le reptile. Mais il s’arrêta et commença à se mouvoir étrangement, comme s’il convulsait où que ses muscles n’aient commencé à agir par leur propre volonté. De là où elle se trouvait, elle se laissa à moitié pendre, tête en bas, pour regarder de ses yeux pétillants ce qui se passait. Mais encore une fois, on lui somma de faire autre chose que son plan originel :

« AIDE MOI FAIS QUELQUE CHOSE… »

Crylith avait hurlé et Isiliel agit un peu contre sa propre volonté. Se laissant choir, elle retomba avec agilité sur ses membres, ne se plaignant de la douleur provoquée –surement parce que la masse de son corps n’était que peu élevée et ainsi ne faisait qu’un maigre coup sur ses fins jambes. Elle ne chercha pas à réfléchir : elle devait aider l’ondine, celle-ci le lui avait demandé. Faire quelque chose, quoi ? Elle se jeta sur le serpent et se prit un étrange choc électrique qui lui vola un instant ses sens. Le corps du serpent continuait de se tortiller en tous les sens et il en vint à l’écraser un instant. Alors qu’il se déplaça encore, laissant entrevoir l’endroit où se trouvait précédemment la semi-elfe, aucun corps ne s’y plaçait.

Non, la semi-elfe reprenait ses esprits, la main gantée de griffes empoisonnées engouffrée en même la chair du reptile. Par chance, c’était là l’endroit même où les écailles du serpent s’en avaient été arrachées, endroit où désormais elle était fixée par son arme, le corps pendant. Il lui fallut quelques secondes pour qu’elle utilise sa souplesse pour se hisser jusqu’à sa main et, poussant à cet endroit grâce à ses pieds, tombe au sol le membre couvert du sang du reptile.

Elle s’empressa alors de vérifier si le poison –un paralysant- s’y trouvait encore et c’est bien mécontente qu’elle remarqua qu’il s’était déversé dans l’animal. Elle se tourna alors vers Crylith, inquiète :

Le poison ! Il est en lui !! Mais si j’utilise le soin pour lui, on ne pourra pas l’utiliser pour nous ! Que dois je faire ? Lui administrer quand même ?

Crylith lui hurla de l’empoisonner d’avantage. Ce n’était pas là la réponse qu’Isiliel attendait : ne devaient elles donc pas, toutes, aider le pauvre reptile ? Mais la femme avait été sure d’elle et Isiliel avait été emmenée pour les aider, alors peut être devait elle s’exécuter. Un regard sur la petite blanche et un autre sur le grand noir blessé la rassura sur l’obligation de son acte et elle s’élança fouilla en direction d’autres fioles et emplit chaque doigt d’un nouveau liquide. Le serpent étant à nouveau immobilisé par Crylith, la semi-elfe put tenter de s’agripper –et réussir avec cette fois plus de volonté que de chance- à la chair lancinante et s’y plonger. Ne réfléchissant pas trop, elle actionna les poisons à se répandre dans l’animal quand l’idée que celui-ci était peut être trop grand lui vint. Peut être parce qu’aucune action des précédents se montrait, elle empoigna une seringue et vida le contenu de plusieurs de ses poisons en ce lui ci. Autant le dire : il continuait de bouger et au final, elle se sentit étrangement suspendue. Baissant la tête, elle remarqua la gueule ouverte du serpent, juste en dessous d’elle : malgré que le blessure soit au niveau de son cou, il avait put se contorsionner pour tenter de la dévorer. Tandis qu’il planta ses propres crocs en son corps, tentant de récupérer la semi-elfe en sa gueule refermée, il arracha sa propre chair. Il se contorsionna encore un quelques secondes, mouvant sa tête en tous les sens et finalement, la semi-elfe réapparut projetée contre un mur : s’étant accrochée au palais de l’animal.

Elle ouvrit lentement les yeux tandis qu’aucun bruit ne lui parvenait plus. Sa tête lui tournait et ses yeux voyaient les actions comme au ralentit. Puis, ce fut comme si on avait pressé le bouton on et tout se déclencha vite : les douleurs au travers de son corps, son cœur qui battait si vite, son instinct qui lui demanda de bouger et le brouhaha du monde. Elle roula au sol jusqu’à être capable de se relever et grogna : elle avait utilisé de nombreuses fioles, les injectant à l’animal et il ne réagissait pas.

Il attaqua Crylith puis se tourna vers Maëvann et Draveÿn, mais alors qu’il dirigeait le bout de sa queue vers eux, il loupa son coup et attaqua au mauvais endroit. Etrangement, un sourire lui vint et la semi-elfe s’assit, rassurée, et soupira : enfin, enfin, son cher cocktail agissait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:49


[hide=Activer le bouton "Lecture Automatique" pour éviter la coupure brutale de la musique][/hide]


Aussi vif que les ondes électriques auquel il était habitué, le poison fusait en lui, pulsait dans son sang, paralysant son long corps serpentin en de douloureux spasmes. La bête s’arqua en poussant un long cri strident, faisant frémir ses écailles de douleur alors qu’un long filet de salive s’écoulait entre les couperets de ses dents.
Elle tenta une dernière fois de mobiliser sa foudre mais n’obtint que de maigres éclairs qui éclatèrent de façon sonore sitôt apparus. Dans l’odeur piquante de l’électricité et celle, plus âcre, du sang qui ruisselait à présent de sa gueule, Othmane le Serpent à Couronne de Foudre, le Gardien de l’Ambre, réalisa qu’il était vaincu.

Vaincu par un groupe de trois femelles, de faibles créatures…et pourtant si tenaces ! Petits êtres, si vains, si vulnérables à sa foudre…Comment avaient-ils pu le vaincre aussi facilement ?! Il pensait avoir ruiné leurs derniers efforts en mettant leur chef à bas, mais cela ne les avait rendu que plus acharnées encore. Le Serpent n’avait pas compris comment son cousin ailé avait pu ainsi affaiblir sa foudre et comment le goût amer que le bipède aux yeux de sang avait glissé dans sa bouche pouvait maintenant faire tomber ses écailles, troubler sa vue, rendre sa respiration si difficile.
Dodelinant, haletant en un affreux gargouillis, Othmane cracha sur les bipèdes un souffle haineux, les marbrant d’un mélange de sang et de salive avant de s’effondrer dans une immense gerbe de sable. Sentant ses dernières forces le quitter, il leva sa lourde tête serpentine vers les vastes plafonds du temple perdus dans l’ombre, et poussa une longue plainte.

La créature n’avait pas rempli sa mission Sacrée, ce pour quoi il avait été appelé des Limbes au prix de l’âme des Trois de Sa'rh-el-Neghbal, la Cité qui Dort sous le Sable. A présent, elle implorait pardon à ses géniteurs, ceux qui lui avaient donné une raison d’exister et de vivre.
Alors que son cri résonnait encore, une étrange brise chaude se leva, levant un léger tourbillon de sables dans l’Antichambre. Au travers du dais rutilant d’ocre, trois visages se dessinèrent bientôt, portraits vivants se découpant en transparence sur l’or du sable :

Tout trois avaient la peau hâlée et tannée par les vents du désert et la finesse de leurs traits, le jais de leurs cheveux, de leur yeux, n’étaient pas sans rappeler le profil des Sâfhars. Une jeune femme à la crinière flottante, au regard aussi franc que félin. Un vieillard enturbanné et placide à la peau tavelée, sa barbe broussailleuse sertie d’anneaux. Un jeune éphèbe aux longs cils, au profil soigné marqué d’arabesques tatouées à l’encre bleue…


Il émanait de ces étranges apparitions une noblesse, une aura fait de calme et de mélancolie ... Un étrange frisson parcouru l’échine de Crylith et d’Isiliel alors qu’ils tournaient sur elles leur regard intemporel, aussi profond qu’une nuit sans fin. Dans un même élan, leurs lèvres s’entrouvrirent et d’une voix qui rappelait le murmure de la brise nocturne sur les dunes, ils prononcèrent la prophétie qui avait guidé la Triade jusqu’ici.

- Quand la larme perlera sur la pâle joue de Mu'âd'ibbîn
Et que sa soeur en recueillera l'eau sacrée
Et que son frère sera englouti par la gueule de pierre
Alors les portes de Sa'rh-el-Neghbal , la Cité Qui Dort Sous Le Sable, s'ouvriront
Mais seul celui qui vaincra Othmane, le Serpent à la Couronne de Foudre
Pourra en passer les portes

Alors, les deux femmes sursautèrent. C’était maintenant une certitude, elles connaissaient cette sensation étrange, l’impression d’être en contact avec quelque chose d’auguste et d’intangible à la fois, cette étrange voix d’outre-temps…Mais avant qu’elles n’aient pu dire quoique ce soit, les apparitions sourirent.

- Nous sommes les Trois de Sa'rh-el-Neghbal. murmura alors le jeune prince tatoué. La Loi, le Sacré et le Sang, le Soleil, la Lune et le Vent. Nous régnions autrefois sur le peuple des Sâfhars et la Cité qui Dort sous le Sable et l’Ambre sacrée nous fut confiée pour être protégée des conflits qui déchirait les Hommes en surface. Sève de vie des générations futures, pérennité, mémoire des Anciens…Nous avions reçu l’ordre de la préserver à tout prix jusqu’à ce que reviennent le temps de Paix. Je suis le Prince Rydan Mazarat’h

- Mais nous avons failli à notre mission. reprit alors la jeune femme derrière lui. Nous sommes les Enfants du Soleil, sculptés aux Sables et Quatre Vents et nous pensions que l’impartialité qui fait loi dans notre peuple depuis les lunes millénaires suffirait à nous épargner de la guerre contre les Valherus…Mais ils convoitaient l’Ambre et l’Antique Magique qui bats en elle. Notre cité demeurant introuvable, ils empoisonnèrent nos sources d’eau douce …Et beaucoup des nôtres périrent. Je suis la Princesse Nadya El’Ouni

- Les Sâfhars survivants quittèrent Sa'rh-el-Neghbal et se fractionnèrent en tribus nomades dans le désert du Ssyl Shar. continua le vieillard au turban jaune. Notre sang, notre héritage se perdirent bientôt dans les métissages et le temps. Nous demeurâmes ici pour veiller sur l’Ambre mais bientôt la maladie appela la Mort à nous. Usant de notre ultime énergie, nous fîmes naître Othmane en sacrifiant nos âmes aux Limbes, afin qu’il veille à jamais sur la Pierre Sacrée. Je suis le khalife Isman Ibn’al Rahoui

- Et Bedjââli est notre enveloppe terrienne, notre Voix et notre Corps auprès des Mortels. dirent-ils en choeur. L'enfant était mort, piqué par le Scorpion Noir, nos âmes ont donné une seconde vie à son corps.

Les trois entités inclinèrent la tête et, portées par un voile dorée de sables, se réunirent autour du serpent agonisant.

- Othmane , Gardien de l’Ambre, Serpent à la Couronne de Foudre, ta tâche est accomplie. Tu as veillé sur l’Ambre des siècles durant mais elle devait être prise un jour. Telle est sa destinée : donner une seconde chance à la Vie. Les Temps de Paix reviendront. Tu peux partir serein.

Ils posèrent leurs mains translucides sur le front de la créature qui ferma les yeux et expira dans un ultime grognement. Aussitôt le corps serpentin se disloqua en une poussière sablonneuse qui s’envola et se dispersa dans les airs. La Trinité se tourna ensuite vers le corps inerte de Maëvann qui gisait sous l’aile de Draveÿn, le visage pâle et congestionné par la douleur. Les esprits échangèrent un regard puis le khalife se détacha de l’étrange halo pour se matérialiser de sur le sol de l’Antichambre, dans un étrange sillage de sable qui donnait l’impression que sa silhouette se désagrégeait et se reconstituait perpétuellement.

- Saïd Dragon, est-ce ta Liée ? demanda Isman Ibn’al Rahoui en s’accroupissant à ses côté.

Draveÿn ouvrit faiblement les yeux, son regard vacillant imprimant des teintes de gris et d’or.

- ° Elle se meurt. La vie la quitte peu à peu …et je ne peux rien faire.° gémit-il faiblement, fouissant la chevelure brune de son museau ° Je suis le seul coupable. Je savais qu’elle risquerait sa vie dans cette mission, je n’aurais jamais du la laisser partir…°

- La Vie est ainsi faite, Saïd Dragon, le sacrifice d’une âme en sauvegarde des milliers. Ta Liée savait parfaitement à quoi elle s’engageait. Elle a voulu donner une chance à la Vie, au nom de tous ses semblables, au nom de l’Espoir. Pour ses frères, mais aussi pour elle. murmura l’apparition en désignant le ventre de Maëvann. Son sacrifice est sans doute le plus beau qu’il soit.

- ° Je vous en supplie, ô Esprits Sacrés du Désert, aidez là …aidez nous …° supplia Draveÿn , se redressa faiblement pour incliner son long cou dans une révérence, ailes étendues au sol comme deux grandes voiles noires. ° Elle porte le fruit de son amour avec un homme en elle, sa vie ne doit pas s’achever ici … Au nom de Flarmya , j’implore votre mansuétude…° Une longue plainte s’éleva du poitrail du saurien ° Je …Les bipèdes m’exaspèrent tant par leur vanité… Ce sont des créatures si éphémères, qui ne consacrent leur courte existence qu’à guerroyer et nourrir leur propres intérêts…Mais Maëvann n’est pas de ceux-là, elle…Même les deux autres femmes présentes luttent à leur façon pour sauver ce monde en perdition. L’une au nom de la Vie et de l’Amour, l’autre guidée par une perception de la réalité décalée, un monde de rêves et d’illusions … Mais elles luttent, elles aussi sont parvenues ici au prix de leur vie. Je vous en prie, ne rendez pas leur combat pour le Rhaëg vain, ne laissez pas la Mort me prendre ma Liée au nom du sacrifice pour une juste cause !...° Le Dragon darda un regard aussi rageur que désespéré sur la Trinité ° En laissant s’enfuir la vie de Maëvann, vous tuerez celle de son enfant et détruirez le cœur de l’homme qui l’aime… Si la Vie est sacrée, pourquoi laisser naître tant de souffrance ?! °

Le khalife sembla réfléchir, son visage de sable troublé par une onde soucieuse. Il se tourna vers les deux autres personnages qui esquissèrent un sourire à la fois triste et compatissant.

- Deux vies en une. La Force d’un amour. Un rôle à jouer dans son Clan. susurra Nadya en regardant Crylith.

- Une âme marquée par le Feu. Un pouvoir sous-jacent. Une révélation à venir. répondit Rydan en considérant Isiliel.

- Nous appartenons au Passé, notre rôle en ce monde est maintenant révolu…Mais la Mémoire elle, demeurera tant que vivront les générations futures. Il faut laisser une chance aux nouvelles âmes, même si elles sont faillibles. C’est écrit ainsi. La disparition d’un Âge pour un autre. conclut Isman

Les Trois de Sa'rh-el-Neghbal hochèrent la tête et le khalife se pencha sur Maëvann. Il exhala un soupir chaud sur son visage, ample et profond comme la respiration de la Terre. La peau de la demi-sang retrouva doucement de ses couleurs alors que ses yeux s’agitaient sous ses paupières. Le Grand Noir saisit fébrilement son bliaud entre ses dents et le releva sur son flanc blessé, seules demeuraient des traces de sang séché et une fraîche cicatrice qui survivrait au temps. Il perçut le léger frémissement en l’onde irisée de l’âme de Maëvann et poussa un grondement de bonheur et de soulagement…l’enfant vivait, et sa mère aussi.

- ° Flarmya vous bénisse … ° murmura-t-il, fermant les yeux en posant son front écailleux contre le dallage. ° Je n’oublierai pas votre Don °

- Triade, nous vous confions l’Ambre Sacrée et laissons maintenant libre cours au Destin du Monde, tel qu’il soit. clamèrent les entités d’une seule et même voix. Le Choix est vôtre désormais. Vivez et mourrez, mais n’oubliez jamais.

Les visages s’estompèrent alors que le sable les composant se mettait à tourbillonner, de plus en plus vite, de plus en plus fort, pour n’être plus qu’un vortex sifflant. Estomaquées, Crylith et Isiliel virent le dais sablonneux se condenser en une masse compacte et grésillante…puis se durcir et se mettre à luire comme si un foyer naissait au cœur du sable. Bientôt, une pierre ovale et scintillante tomba à leurs pieds dans un tintement :


Un autre grondement s’ensuivit bientôt, alors qu’une dalle du mur s’ouvrait, dévoilant l’escalier étroit qui les mènerait à la surface. Draveÿn prit de nouveau sa forme humanoïde, afin de pouvoir se faufiler dans l’escalier sans difficulté, et chargea sa Liée inconsciente sur son dos. Il adressa un regard grave à sa jeune sœur blanche.

- ° Kyalith, prends l’Ambre dans ta gueule. Sous cette forme je suis plus vulnérable, Crylith et Isiliel sont épuisées et Maëvann est inconsciente…alors écoute moi bien. Si jamais il nous arrive quelque chose durant le retour, mets toi en sûreté et contacte Svarog ou Meilan par le Lien de l’Esprit. Quoiqu’il arrive, et ne lâche jamais l’Ambre, Kya , jamais… tu es notre ultime bastion…Si une pierre manque à l’appel, le Rhaëg est perdu °

Sans attendre de réponse, il s’engouffra dans le corridor et entama la longue ascension qui les reconduirait au désert, suivi du reste de la Triade. Ils avaient déjà gravit quelques mètre quand un grondement assourdissant fit vibrer les murs alentours avec tant de puissance qu’ils crurent à un éboulement. Un nuage de sable remonta des profondeurs et leur gifla le visage, les faisant suffoquer…puis le silence retomba, plus étouffant que jamais.

Sa'rh-el-Neghbal, l’Antique Cité des Gardiens de l’Ambre était désormais engloutie dans les sables du Temps et de l’Oubli.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:49

Posté par Crylith

Le temps sembla se suspendre. Des volutes de poussières masquaient parfois la vue des protagonistes qui s’agitaient sur le sable mais en cet instant plus rien ne bougeait. On aurait pu croire à l’intervention d’une force supérieure qui avait décidé d’appuyer sur le bouton pause de la vie mais c’était juste un de ses moments où même le temps semblait retenir son souffle. Mais bien vite la vie reprit ses droits. Un cri déchira le silence presque palpable quelques instants plutôt et un râle rauque s’échappa. D’où venait le cri, le râle, les autres bruits ? Difficile de le dire, le chaos qui régnait de nouveau ne permettait pas de déterminer l’origine des sons qui de nouveau couvraient la salle.

Crylith regardait désespérément Isiliel qui ne semblait pas prendre la mesure du pétrin dans lequel elles étaient. Les Liés célestes étaient hors d’état de nuire, Kyalith ne pouvait pas se défendre et elle ne pourrait tenir longtemps en vie à ce rythme. Le sang coulait de nombreuses blessures, pas encore graves pour l’empêcher de se battre mais suffisamment inquiétante pour ne pas les ignorer. Même la rage de survie, la vie qu’elle abritait en son sein, l’amour qu’elle éprouvait pour Peddyr et l’envie de voir grandir son âme sœur, Kyalith, ne pourraient la sauver, les sauver.

Enfin l’ardente sembla se muer et sauta sur le sable. L’ondine ne la vit plus, cachée par les ondulations du corps du serpent et lorsqu’enfin elle put de nouveau voir l’endroit où elle se tenait elle avait disparu.

« ISILIEL… »

Affolée, la jeune femme tourna la tête en tout sens pour l’apercevoir, craignant que l’innocente elfe ne fut déjà morte. La peur avait envahi tout son corps et elle transpirait de terreur. Une multitude de question se bousculaient dans son cerveau et la principale était de savoir comment survivre, comment sauver le monde. Elle ne voulait pas porter sur les épaules le poids de l’échec, le poids de la fin de tout. Vaillamment elle redressa la tête et fit face au monstre.

Un profond soupir de soulagement jaillit lorsqu’elle entendit la voix d’Isiliel plus loin sur sa droite, accompagné d’un froncement de sourcils spontanés.

« UTILISE TOUS TES POISONS BON SANG… TU VEUX MOURIR OU QUOI ? »

Pendant les quelques secondes d’indécisions de l’aspirante, elle arma son bras et de nouveau visa les morceaux de chair à vif de la bête. Elle inspira profondément et tira, faisant mouche du premier coup. Elle remarqua tout de même que la dague était très peu enfoncée et qu’elle menaçait de tomber avec les mouvements d’Othmane, elle se précipita pour lancer l’eau de la seconde gourde juste au moment où l’arme se détacha. Le court-circuit eut tout de même lieu mais bien moins important que le premier, mais il fut suffisant pour permettre à sa jeune acolyte de planter son étrange gant dans les flancs de la bête.

Le gardien continua de se contorsionner et de les attaquer avant de finalement s’effondrer dans un long râle de rage et de désespoir qui trouva un écho dans l’esprit de l’ondine. Elle eut pitié de lui, qui ne faisait que protéger ce qu’on lui avait confié. Qu’aurait-il pu faire d’autres ? Il allait mourir pour ça. Une larme solitaire coula sur sa joue d’albâtre, mais la survie du Rhaeg était en jeu, impossible de faire du sentiment, Meldryn Calaren avait déjà succombé, Maëvann et Draveÿn étaient grièvement blessés et elle-même n’était pas indemne. Ses jambes flageolèrent et elle s’effondra comme une poupée de chiffon sur le sable. Elle posa ses mains pour ne pas tomber plus en avant et ferma les yeux cherchant sa respiration. Elle ne vit pas les volutes de sable faisant apparaître trois personnages du peuple Safhars.

Un frisson totalement inattendu et particulier lui fit redresser la tête et elle fut happée par les regards insondables des trois nouveaux venus, restant coite. Elle avala péniblement sa salive et se releva bien vite. Une sorte de respect mêlée de touche d’effroi s’empara de l’ondine et son visage habituellement impassible, reflétait sans ambigüité ses sentiments. Elle s’inclina avec révérence et les écouta attentivement. Un intense soupir de soulagement s’échappa de sa gorge lorsqu’ils renvoyèrent Othmane, le Gardien avec beaucoup de compassion, le rassurant sur la réussite de sa mission.

Crylith ne comprit pas trop ce qu’il se passa ensuite, elle était trop hébétée et épuisée. Elle était en plus persuadée que la chevalière céleste n’était qu’assommée et non pas entre la vie et la mort. Elle l’avait vu se guérir comment pouvait-elle se douter que la vie quittait peu à peu son corps. L’attitude de Draveÿn pourtant lui sembla étrange.

Nadya El’Ouni se tourna vers elle énonçant ce que la jeune femme savait depuis à peine quelques jours. Elle posa instinctivement sa main sur son ventre et la vision de ses jumeaux avec Peddyr emplit son esprit. Un doux sourire qui cachait mal son épuisement naquit sur ses lèvres et elle hocha la tête. Elle ne fit que peu attention à la suite, toujours plongée dans la vision de sa future famille.

Un grondement sourd et des volutes de sables tourbillonnantes la ramenèrent à la réalité, tandis que Kyalith la poussait du museau, l’incitant à avancer vers ses compagnons non loin.

° On doit sortir d’ici et vite ma Lilith, ce n’est plus le moment de rêvasser. °


L’ondine secoua la tête et se dirigea vers l’escalier qui venait d’apparaître. La petite blanche quant à elle venait de prendre l’Ambre dans sa gueule, comme le lui avait demandé le grand noir. Elle hocha la tête à son attention, n’ajoutant pas un mot. Elle avait parfaitement compris l’importance de sa mission et plutôt que de se rengorger, elle fit preuve d’une humilité et d’un sérieux très surprenant pour son âge.

Tous gravirent les marches et bientôt la Cité disparue à jamais. Un silence recueilli s’installa, tandis qu’ils observaient les sables qui recouvraient maintenant la Ville gardienne de l’Ambre et une voix retentit dans leur dos.

« Vous êtes tous à présents marqués par cette épreuve que vous avez réussi. Venez vous reposer avant de repartir vers votre Destinée. »

Crylith n’entendit pas la fin de la phrase, elle s’effondra sur le sol. Elle était exténuée, sa peau pourtant pâle, l’était plus encore, marquée de cernes d’un violet intense presque noir. Ses membres tremblaient malgré son évanouissement.

° LILITH ? °

« Ne t’inquiètes pas jeune dragonne, ta Liée ne fait que subir le contrecoup de vos aventures. »


Bedjââli fit un signe de la main et des Safhars surgirent de derrière les dunes pour les conduire au campement. L’un d’eux souleva l’ondine sans difficultés et la déposa sur la couche qu’elle avait occupé il y a peu. Des jeunes femmes vinrent s’occuper d’elle, lui passant un linge humide sur le front, surveillant qu’elle ne développe pas une fièvre quelconque pouvant mettre en danger la vie de ses enfants et la réhydratant régulièrement. Kyalith se tenait près d’elle, communiquant avec Draveÿn pour s’enquérir de leurs santés. Les jeunes femmes semblaient se remettre doucement, mais ils ne pouvaient rester trop longtemps exposés aux multiples dangers. Il fallait ramener la Pierre au plus vite à Meilan.

La petite dragonne au bout de quelques heures alla trouver le dragon céleste.

° Draveÿn, si tu es en état, tu pourrais peut être me ramener par l’Interstice avec l’Ambre, pour que Meilan puisse la mettre en sûreté. J’y resterai avec lui, même si ça me répugne de laisser Crylith derrière moi. Tu les ramèneras aussi vite que possible au Manoir d’Ael Afirin. Elles sont presque en état de voyager. °


Kyalith plongea son regard améthyste dans celui sombre de son comparse et attendit, la gueule toujours refermée sur la Pierre dont elle avait la garde.

[HRP] Pour ma part dernier post, vous pouvez me pnjiser pour le retour au Manoir, merci pour cette partie d'aventure avec vous [HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:49

Posté par Isiliel

La tristesse résonna en écho lointain aux battements de son cœur. Aucune victoire ne se lisait sur les traits d’Isiliel alors que toute personne se serait satisfaite d’avoir survécu au combat et d’ainsi voir le serpent se mouvoir dans un élan de douleur. La semi-elfe se leva douloureusement, sensation qui bientôt aurait quitté son corps oubliant ses ressentis avec une vitesse qui en aurait étonné plus d’un, et s’approcha du grand serpent. De ce geste purement amical envers celui qui était en train de mourir, elle ne reçu en échange que du sang craché avec dédain. Isiliel, d’un simple geste de la main, retira le liquide qui collait ses paupières qui avaient encore une fois prouvé leur efficacité de par la vitesse à laquelle elles s’étaient refermées, protégeant ainsi les yeux de sang de la semi-elfe. Mais, elle n’en prit outrage tout comme elle semblait se moquer ouvertement de son apparence : couverte de sang séchée sur lequel se baladait parfois du sable doré, elle ressemblait à une démone des autres temps.

Ses mouvements se faisaient incertains tandis qu’il respirait au sol. La semi-elfe regarda un instant d’étranges êtres apparaître, son instinct lui soufflant sa présence –pourquoi aurait elle frissonné autrement ?- et ils parlèrent au serpent. Sans doute fut ce là la raison qui fit qu’elle ne prit attention à leur apparence clairement humaine, ils étaient comme le Jeune-Humain-Aux-Yeux-Etranges qui les avait quitté auparavant. Mais la semi-elfe n’écouta leurs paroles qu’à moitié, elle avait posé sa tête sur le corps du serpent, s’agenouillant auprès de lui, écoutant la dernière vie qui résonnait en son corps. Les individus s’approchèrent et posèrent leur main sur le serpent qui devant sable qui s’échappa, dansant avec le vent la liberté retrouvée. Elle glissa une main dans le sable qui était encore au niveau du sol et puis… rien. Elle songeait, elle songeait comme elle le faisait encore enfermée. Elle avait vu depuis son arrivée au kaerl de nombreuses morts, mais aucune n’avait été aussi triste que celle-ci.

Parce qu’elle était dans cet état, elle en fit que peu attention au manège qui se déroula derrière elle entre la trinité et Draveÿn. Lorsqu’elle reprit connaissance, si on peut appeler son élan de conscience ainsi, Dravaÿn s’inclinait devant les trois figures qui leur confiaient l’ambre. A parler ainsi, lors de leur disparition, ils ressemblaient à un lion dont l’âme s’échappait dans le ciel s’adressant à son enfant. Le noir prit sa liée sur son dos tandis qu’il s’engouffra dans l'accès que les têtes volantes avaient ouvert, bientôt suivi par Isiliel. Elle glissa un coup d’œil en arrière et fut rassurée : la petite blanche et l’ondine les suivait.

Les marches étaient longues et elle se sentait fatiguer, alors elle se saisit d’une fiole qu’elle avait gardée auprès d’elle. Elle aurait pu sauver le serpent avec celles-ci car, son amie et elle l’ayant testée, le liquide qu’elle contenait était le plus puissant soin que jamais elle n’avait vu. Cependant, elle aurait infligé par la même occasion une douleur au reptile. Isiliel fit pénétrer du liquide en elle, s’affaissant ainsi tout d’un coup sur les marches : ses muscles l’avaient un instant abandonné. Parce qu’elle était couverte de sang, personne ne remarqua que son corps guérissait si rapidement de ses blessures et, malgré l’inquiétude courte qu’elle provoqua chez ses compagnons, elle se releva sans un mot et continua la marche.

En haut se trouvait des humains et puis lui, le Jeune-Humain-Aux-Yeux-Etranges qui s’adressa à elles.

« Vous êtes tous à présents marqués par cette épreuve que vous avez réussi. Venez vous reposer avant de repartir vers votre Destinée. »

L’ondine, qui avait l’air particulièrement mal en point, tomba au sol et sa liée sembla paniquer, se mouvant rapidement jusqu’à elle. Isiliel se tint droite et, contrairement à toutes ses alliés –Maëvann restant évanouie sur le dos du noir- ne semblait plus souffrir d’aucune douleur ; pourtant, la fatigue elle, demeurait : seule les blessures disparaissait emportant avec elle quelques secondes de joie.

« Ne t’inquiètes pas jeune dragonne, ta Liée ne fait que subir le contrecoup de vos aventures. »

Couverte de sang, les humains évitèrent de trop l’approcher, autant parce qu’elle s’éloignait volontairement d’eux dès qu’ils tentèrent, que par les regards qu’elle leur lançait : il était clair qu’elle n’hésiterait pas à les meurtrir car en elle-même résonnait toujours le rugissement du pauvre serpent. Ils avancèrent lentement jusqu’au village où elle se plaça seule dans une tente, le dos reposant dans le sable, s’abandonnant au luxe d’un repos. Un sommeil noir sans rêve l’enveloppa jusqu’à son réveil porté par un battement de cœur étrange. Elle posa sa main sur le sien, l’écoutant : elle se sentait étrange, très étrange, persuadée d’avoir rêvé une voix qui l’appelait insinuant qu’ils se rencontraient enfin. Sa tête commençait à lui bruler quand son instinct lui disait de s’éloigner de ce village, de ces humains dont la proximité la faisait endurer des peines car elle sentait son corps entier souffrir bien plus que lors du voyage retour.
La semi-elfe sortit de sa tente et fut accueillie par ses comparses, enfin assez en forme pour voyager qui la regardèrent quelque peu étrangement : toujours recouverte presque entièrement, elle n’avait pas pris la peine de se débarrasser du sang séché. Mais, la semi-elfe, elle, s’en moquait éperdument, tout ce qui lui venait à l’esprit est qu’elle ne pouvait pas suivre et se voyait forcer d’avoir son mal de tête grandissant aux cotés de ses camarades d’infortunes.



[hrp : c’est court mais Isi n’avait pas grand-chose à faire]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Oracle Tol Orëanéen
Eminence Grise
Eminence Grise
avatar

Messages : 824
RPs : 879
Date d'inscription : 30/08/2013
Localisation : Mont Gerikor

MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   Sam 7 Sep 2013 - 16:49

[ La suite au Manoir ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tol-orea.xooit.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel   

Revenir en haut Aller en bas
 
V1 - [RP Officiel-Quête des Deux Lunes] Sous les feux du Ciel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Ce soir, deux nouvelles étoiles brilleront dans le ciel. [Mort de Sanka' & Echos]
» Deux lunes et un moineau [pv: Kurasa]
» Deux chevaus sous le soleil brûlant
» Deux Hagsmons sous le soleil (PV Corone)
» La solitude c'est mieux à deux ( pv Tom )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Rhaëg - Ensemble du Monde :: Ssyl'Shar - Continent Sud-Ouest-
Sauter vers: