Le Deal du moment :
Antivirus NORTON 360 Deluxe – 3 Appareils ...
Voir le deal
4.99 €

Partagez
 

 [RP Officiel] La Promesse des étoiles

Aller en bas 
AuteurMessage
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeLun 22 Juil 2019 - 14:51

[RP Officiel] La Promesse des étoiles La_Blanche_Rakesh_Tol_Orea_VAVA
La Blanche Rakesh


13 Eurilyaku 919,
Soirée.

L’excitation était à son comble, en ce jour dédié à Osmaël et au déluge lumineux des astres, se tenait sur les sables noirs une chose rarement vue. Offrandes avaient été déposées par des aspirants alors que la voûte céleste était animée de traits d’un blanc éclatant. Rappelant non sans mal le nacre des écailles de celle qui couvait avec patience, une Blanche sur les sables, certes loin s’en fallait d’obtenir la même attention qu’une Incarnate et sa myriade d’oeufs. Mais le spectacle était bien assez rare et le jour trop plein d’espoir pour que personne ne se présente dans les gradins immenses de la caverne principale.
Là où aurait dû se tenir l’immensité rougeoyante couvait une petite chose dont la couleur détonnait sur les sables l’entourant. C’était sa place et personne ne l’en délogerait. Elle était tout aussi digne d’occuper la caverne principale que l’une de ces grandes Incarnates et les autres dragonnes l’avaient rapidement comprises.

Alors que la pluie d'étoiles filantes se poursuivait, que les fêtes battaient leur plein, des esprits plein d’espoirs d’enfin rejoindre officiellement l’Ordre s’étaient dirigés en hâte vers les sables d’obsidienne. Si la Grandeur n’était pas au rendez-vous, le côté presque prophétique de la nuit d’Osmaël avait attiré quelques curieux, le silence pesait dans la chaleur des cavernes Flamboyantes, les regards étaient posés sur les cristaux de jais scintillant sous la lumière des étranges lichens alors que volutes de vapeur provenant des sources chaudes couvraient le tour du monticule de sable.
La Dragonne couvait jalousement ses deux globes qui renvoyaient à la couleur de ses écailles : d’une pureté à faire pâlir, luisantes telles des miroirs la lumière qui l’entourait et faisant jouer reflets irisés à sa surface, elle savait que l’heure était proche et là où ses yeux d’alors étaient d’un Vert joyeux, ils passèrent rapidement à une teinte se rapprochant du rouge.

Elles n’étaient pas connues pour donner naissance, moins encore que les discrètes Noires, les Blanches avaient toujours été une forme de synonyme de stérilité dans le mythe populaire. Continuant de tomber, encore et encore, de traits d’argent venant même percer la couche de nuages de cendres, les comètes défilaient sous les yeux adorateurs de ceux qui prenaient le chemin des cavernes : Flarmya et Osmaël étaient d’accord, cette nuit était exceptionnelle. Si le faste d’une Empreinte Majeure n’était pas présent, les robes étaient de sortie : d’un blanc rayonnant comme si la cendre elle-même ne pouvait tâcher les tenues cérémonielles, d’un blanc rappelant la pluie d’étoiles, d’un blanc perlé rappelant les écailles de Rakesh et la nacre de ses œufs.

Les Maîtres s’étaient d’abord avancés, prenant place après quelques mots ou non à leurs aspirants, et enfin vint leur tour : à ces esprits impatients, bouillonnants sous l’excitation qui furent accueillis par la méfiance d’une mère resserant sa queue autour de ses biens les plus précieux. Étaient-ils ne serait-ce que dignes de se Lier avec ce que Flarmya lui avait offert ? Il ne s’en était pas fallu du beaucoup, certes, une brève chasse dans les Pics de Cendre qui s’était transformée en une cour glorieuse, en compliments et puis en une danse amoureuse entre deux membres de la belle espèce. Un secret jalousement gardé jusqu’à ce qu’il ne soit trop tard et que tout ne s’ébruite.

Rakesh avait donné des œufs, deux œufs, ses biens les plus précieux.

Les candidats étaient bien plus nombreux, une dizaine au moins et beaucoup se lançaient des regards de défi et d'orgueil : certains d’être plus digne que les autres. Ils avaient posés leurs offrandes, avaient prié, fait nombre de serments d’un soir qu’ils ne tiendraient sans doutes point. Mais là où la Blanche aurait pu les tuer sur l’instant, elle se contentait de les observer d'un air provocateur, ses yeux indiquant toujours que nul ne l’approcherait pour l’instant. Un grabuge soudain éclata au loin, dans l’un des tunnels adjacents, tandis qu’un aspirant, sans doute ivre, se voyait refuser l’accès et Rakesh gronda sourdement, menaçante. Un soir de fête, une journée plein d’espoir telle que celle-ci donnait souvent lieu à des débordements, mais que ce genre de choses arrive maintenant, si près de sa ponte ... Cela lui était intolérable.

L’ambiance mêlait à la fois agressivité et sacré.

Qui serait gratifié par les Dieux, ce soir ? Qui repartirait serrant dans ses bras son âme soeur ? Tous s'entre-regardaient, méfiants, mais pleins d'un espoir proche de la folie. Après tout, Osmaël avait béni cette journée et continuait de le faire alors que les traits célestes s’accéléraient pour la plus belle nuit du 13 Eurilyaku depuis bien des décades, Flarmya elle même y ayant consenti.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Marek d'Ardiénor
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Marek d'Ardiénor


Date d'inscription : 25/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 29
RPs : 22
Race : Ondin
Âme-Soeur : Le Brun Asaleith
Fonction : Prêtre de Flarmya
Affiliation : n/a
Alignement : Loyal Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeLun 29 Juil 2019 - 20:16

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Kasim-adrikan-solaufein-2-tol-orea__[RP Officiel] La Promesse des étoiles Jahangir-Forme-Dragon-Tol-Orea
Kasim "Solaufein" Adrikan & le Noir Jahangir
Spectre des Cendres


Theme Song :
Revelations - Eternal Eclipse

Entièrement vêtu de noir, jusqu’à ses mains gantées, son chèche reposant librement sur ses épaules, il n’y avait guère que la chevelure blanche du Spectre des Cendres pour attirer l’oeil dans la pénombre des corridors du Màr Tàralöm. Un lueur résolue vacillante en ses iris pourpres, les poings inconsciemment contractés, il avançait néanmoins d’un pas prudent. Ce ne serait guère sa première mission du genre, pourtant, il ne pouvait empêcher son coeur de battre un peu trop vite, saisi par une excitation mêlée d’une sourde appréhension qu’il n’avait pas ressentie depuis bien des années. Des semaines que l’Elfe ressassait ce savoir brûlant inscrit en lui, sans parvenir à s’en débarrasser, caressant l’idée de mener à bien cet acte – pouvait-on réellement parler de trahison ? – qui était apparu comme inévitable.

***

Tout avait débuté lorsqu’il avait surpris, pas tout à fait malgré lui, une conversation secrète entre Melkor et son mentor, Martel Dehlekna. Quelques jours à peine s’étaient écoulés après la déplorable rencontre entre Martel et le Valherien Yong’Wu Zenghwei, ayant eu pour conséquence un pacte d’allégeance dont la portée avait été bien lourde à digérer. De manière bien légitime, le grand Bronze en était encore particulièrement agité, furieux d’avoir été ainsi manipulé. C’est au cours d’un échange houleux entre le Moredhel et son Lié que l’information avait filtré : le sang des Sui’Aerl vivait au Màr Tàralöm. Martel avait un fils. Ici. Au Kaerl Ardent. Voilà ce que lui avait été confié par le Blanc Nushi, dans une évidente tentative de déstabilisation parmi tant d’autres.
Sous la surprise, ses yeux s’étaient clos, tandis que dans la pièce derrière lui, un silence lourd s’était abattu. Il avait fallu pourtant bien peu de temps au Maître Bronze pour se reprendre, et asséner, quoi qu’un peu trop vivement, que le devenir d’une éventuelle descendance ne le concernait que peu, pour autant qu’elle ne contrecarrait pas ses projets. Si ses ennemis comptaient se servir d’elle contre lui, grand bien leur fasse. Il ne leur offrirait pas ce plaisir.

Un bien étrange sentiment enflant en lui, incompréhensible, Solaufein s’était esquivé discrètement, ses pas rageurs le menant instinctivement à la Fosse où il avait passé le reste de la journée à combattre, dans un déferlement de violence à peine contenue. Le soir venu, son esprit encore embrouillé, il avait rejoint à contrecoeur son weyr, où Jahangir l’attendait. Sans aucune douceur ni subtilité, le jeune Noir était parvenu à déterrer des profondeurs de son esprit ce qui tourmentait tant son Lié. Et c’est avec une satisfaction tout aussi écœurante que cinglante que son dragon l’avait obligé à faire face à sa propre obscurité, tant redoutée.
Jaloux. Il était jaloux de ce fils, cet héritier inconnu, jaloux de cette place auprès de Martel qu’il pourrait lui arracher. Il ne lui avait pas fallu plus longtemps pour conclure que ce garçon, qui qu’il soit, représentait un danger pour son ancien maître. Aussi, ignorant le rire sarcastique de Jahangir qui n’avait pas manqué de juger son ‘‘aveuglement terriblement affligeant’’, s’était-il décidé à découvrir son identité, quoi qu’il lui en coûte. Il le surveillerait, l’évaluerait, et s’assurerait, à terme, qu’il ne devienne pas une nuisance, d’une manière … Ou d’une autre.

Les jours s’étaient écoulés, emplies de frustration, avec la même régularité implacable que des grains de sable dans un sablier, tandis que son enquête piétinait. Et pas une seule fois le ''fils caché'' ne fut évoqué, ou du moins, jamais face à lui. Ignorant tout des recherches de son homme lige, Martel avait continué à préparer ses prochains mouvements sur l'échiquier, imperturbable, évaluant froidement ses adversaires en vue d’une future confrontation.
Le Màr Tàralöm était si vaste et tenter de mettre la main sur une personne dont il ne connaissait ni le nom ni l’apparence lui avait fait l’effet de chercher une aiguille dans une botte de foin. Pourtant, petit à petit, à force de contacts chèrement monnayés, Solaufein avait fini par réduire ses recherches aux seuls Aspirants. Il était persuadé qu’un Chevalier Dragon, mis sur le devant de la scène lors d’une Empreinte, n’aurait pas manqué d’attirer l’attention.

Et, alors qu’il avait presque renoncé, le Spectre des Cendres l’avait finalement rencontré par hasard un matin de Solyaeku, lors de l’entraînement journalier de sa Décurie. Il lui avait fallu plusieurs minutes avant de reconnaître les traits de Martel dans ce visage carré et boudeur, environné d’une étonnante chevelure couleur de jais. Les iris écarquillés par la surprise et l’incrédulité, il n’avait pu empêcher une expression saisissante de mépris de s’afficher sur son visage sombre, devant l’absence totale de capacités martiales qu’affichait l’Aspirant. Comment une lignée aussi prestigieuse que celle des Sui’Aerl avait-elle pu dégénérer à ce point ? Un sourire moqueur plaqué sur ses lèvres, l’un de ses frères d’armes lui avait tapé sur l’épaule, indiquant l’autre Elfe d’un mouvement dédaigneux du menton. ‘‘On ne peut guère attendre mieux de la part de l’apprenti de la Folle du Désert’’. Sa cible était donc intégrée à la Triade du Blanc Ashtad, de sinistre réputation, Lié de l’Elfe et Maîtresse Dragon Ansehelm.

Remerciant d’une pensée les esprits de ses ancêtres pour la chance qu’ils lui offraient, Kasim s’était efforcé de graver dans sa mémoire la figure de l’Aspirant, reprenant son entraînement sans plus lui accorder d’attention. Ainsi les semaines suivantes avaient-elles été consacrées à recueillir un maximum d’informations sur le fils de Martel, obscur orphelin du Vaendark qui se faisait ici appeler Alwin Ingialdr. Et tandis qu’il l’observait, silencieux mais non moins hostile, sous le couvert des ombres, en lui croissait l’effroyable certitude, que seule la mort de cet autre saurait répondre à cette folie croissante, qui l’enserrait dans ses anneaux étouffants.

Pourtant, encore et encore, il n’avait fait que repousser l’échéance, se voilant ouvertement la face, raisonnant en se disant qu’il ne faisait qu’attendre le bon moment. Jusqu’au jour où il était devenu clair qu’il ne pourrait plus reculer : s’étant vu écarté de la couvée de l’Incarnate Veovis, Alwin serait néanmoins présenté à l’Empreinte Mineure qui serait issue des œufs de la Blanche Rakesh. Deux œufs reposaient actuellement sur les sables, sous la surveillance de leur redoutable et improbable mère, et une dizaine de Candidats y tenteraient leur chance. Kasim savait qu’il risquerait bien plus gros en s’en prenant à un Chevalier, même tout fraîchement Lié, provoquant par là-même la mort d’un dragonneau innocent. En cas de jugement, la peine invoquée par le Concile pourrait tout aussi bien provoquer sa perte que son exil.

Réveillé par un bien étrange pressentiment ce matin là, alors que les astres se mettaient lentement en place pour honorer le Dieu Osmaël, il avait ouvert les yeux sur le regard rougeoyant, silencieusement évaluateur, de Jahangir. Lui aussi l’avait senti. L’éclosion était proche, toute proche. Il devrait agir aujourd’hui. Une fois n’est pas coutume, son Lié s’était muré dans un silence chargé d’expectative, bouillonnant de fièvre sous la surface, savourant le spectacle des tourments de son Elfe sans mot dire. Incapable de retrouver le sommeil, les heures s’étaient écoulées lentement. Assis, la tête entre les mains, yeux clos, ses doigts entremêlés dans ses cheveux, il avait senti sur sa peau, plus qu’il n’avait réellement observé, le soleil se lever sur le Màr Tàralöm.
Son plan d’action était établi, et sa seule certitude était que nul, et encore moins Martel, ne devrait apprendre sa responsabilité dans cette affaire. La possible réaction de son seigneur et maître s’il venait à prendre connaissance de ses actes l’effrayait inconsciemment, et bien plus qu’il n’était en capacité de l’admettre.
Jahangir quant à lui savourait l’ironie risible de la situation dans laquelle son Lié s’était volontairement empêtré. Tuer de sang-froid un aspirant, son propre cousin de surcroît, afin de protéger sa place … Et la risquant ainsi tout autant. Tout était bon pour le faire grandir et mûrir, mais le dragon était tout aussi certain qu’il vendrait chèrement sa peau si quiconque se mettait en tête de toucher à Solaufein. Le jeune Moredhel lui appartenait. Exclusivement, et en toutes choses.

***

Alors que le Spectre des Cendres s’approchait des Cavernes Flamboyantes, l’obscurité se faisait plus prégnante encore, et le chemin plus chaotique. Uniquement éclairé par d’immenses braseros creusés dans ses parois, le corridor de marbre taillé laissait ça et là apparaître de massives stalagmites, de plus en plus nombreuses, comme autant de crocs menaçants saillant d’une bouche de pierre. Les passants se faisaient absents ici, car nul ne se rendait sur les sables d’éclosion du Màr, territoire privilégié des Reines Incarnates, sans raison valable. Au loin lui parvenait maintenant l’éclat étouffé de conversations passablement tendues, certainement symptomatiques des échanges entre les Candidats, qui réalisaient bien tardivement, avec un effarement parfois feint, que la grande majorité d’entre eux repartiraient bredouilles ce soir. Les ayant abandonnés à leur triste sort, leurs Maîtres avaient d’ors et déjà pris place sur les gradins, attendant que le signal soit donné et que leurs Aspirants pénètrent sur les sables pour faire face à la Blanche. Rabattant son foulard autour de sa tête pour camoufler sa chevelure de neige, l’Elfe Noir puisa dans son pouvoir, se confondant ainsi parfaitement, après quelques instants, avec la pénombre environnante. Et, c’est d’une démarche souple et assurée, l’esprit entièrement focalisé sur la tâche macabre qui l’attendait, qu’il pénétra dans la petite caverne, à l’atmosphère étouffante.

Il lui fallait agir vite et avec la plus grande précision. Une dague qui ne lui appartenait pas en main, consciencieusement enduite d’une toxine ondine lui ayant coûté une bonne partie de sa fortune, Solaufein retint par le bras l’Aspirant alors qu’il s’apprêtait à emboîter le pas aux autres, qui s’éloignaient déjà. Une main gantée de cuir sombre plaquée sur sa bouche pour l’empêcher de crier, il se colla à son dos, et perça sa chair offerte à hauteur de reins, une corolle de rubis fleurissant délicatement sur le tissus immaculé. Et, amenant sa bouche près de son oreille, c’est la gorge inexplicablement serrée que les mots, inattendus et imprévus, se déversèrent de ses lèvres.

« Je suis venu t’offrir la réponse que tu as toujours désiré, la vérité sur ton identité, qui est aussi celle à qui tu dois ta misérable situation ici bas. Aujourd’hui, cousin, tu vas mourir. Tu vas mourir, Awenydd Dehlekna Sui’Aerl, pour le nom que tu aurais pu porter, et le sang, si précieux, que charrient tes veines. Je ne te laisserai pas mettre en péril l’avenir glorieux de notre lignée. Regarde-toi, incapable de te battre, incapable de lutter contre ce poison qui va t’engourdir lentement, contre cette blessure honteuse qui vole peu à peu ton souffle vital. Tu n’étais pas digne de vivre. Puisses-tu faire au moins honneur à ton géniteur à travers la mort. »

Alors, s’écartant lentement, il lui impulsa un léger mouvement vers l’avant, le regardant s’éloigner, titubant, yeux exorbités et une main serrée autour de son cou, en direction de l’entrée de la Caverne Principale. Il ne tarderait pas à s’effondrer, à genoux dans le sable noir, le poignard d’un autre Candidat planté dans le dos.

« Que les ancêtres accueillent ton âme sous leur garde. »

C’est sur cet ultime murmure, la tête lui tournant désagréablement, que Solaufein fit volte-face, reprenant hâtivement le chemin qu’il avait parcouru en sens inverse, fuyant le jugement que le lourd regard inquisiteur des dragons de marbre semblait porter sur lui.


[RP Officiel] La Promesse des étoiles Marek_and_asaleith_sign_final[RP Officiel] La Promesse des étoiles Logo_a14
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeMer 31 Juil 2019 - 18:57

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Avatar_zevradhavan_tolorea & [RP Officiel] La Promesse des étoiles La_Blanche_Rakesh_Tol_Orea_VAVA____________ [RP Officiel] La Promesse des étoiles Anceli10                  
Adhâvan Ilaiyaraja & La Blanche Rakesh________________Ancelin Kidyac'h del Hendrake
______________Verseur de Sang______________________________  Candidat à l'Empreinte            

Theme Song :
Aura’s Theme – hack.// Game Music OST

Assis un rang au dessus de son maître, une main distraite posée sur son épée, c’est le regard douloureux qu’il contemplait les sables noirs qui verraient bientôt naître la descendance conjointe de Llyr et Rakesh. Quels que soient ses sentiments actuels à son égard, il ne pouvait s’empêcher, bien malgré lui, de reconnaître la beauté de sa Liée, majestueuse et fière, ses écailles nacrées nimbées d’or ruisselant à la lueur des torches. Et s’il aurait préféré entre toutes choses, ne pas avoir à se trouver ici, et à affronter le regard des Maîtres Dragons assemblés tout autant que de leurs Candidats, l’Elfe ne parvenait pas à regretter de pouvoir assister à l’éclosion à venir. Mettant fin à ses tergiversations, Aodren del Hendrake avait décidé de présenter son héritier et Aspirant, Ancelin, face à la couvée de Rakesh, pour sa première Empreinte officielle … Et sa présence dans les gradins n’avait été qu’une conséquence logique de ce choix, par ordre du noble Fëalocë, qui avait voulu s’assurer qu’il serait bien gardé. Comme si la compagnie de Torak, véritable colosse d’obsidienne, bien que sous sa forme humanoïde, ne suffisait pas à assurer sa sécurité. Une fois encore, le Haut Représentant s’était assuré de le plier à ses petits jeux d’influence, sans en présenter le moindre scrupule.

Ses poings se serrèrent brièvement et il relâcha un soupir muet, trop longtemps contenu. Il aurait aimé avoir la possibilité d’en parler avec Nagendra, de discuter … de tout ceci, de tout ce que cette couvée allait mettre en lumière, sur le statut exact de leur relation. Si, au matin de l’une de leurs discrètes rencontres, l’Humain n’avait pas lâché avec un humour négligent ses ‘‘félicitations à l’égard de la maternité de Rakesh’’, Adhâvan n’aurait même pas été certain qu’il eut été mis au courant par son propre Lié et père de la couvée, le Bronze Llyr. Ses hautes pommettes empourprées par l’embarras et la bouche ouverte sur une réponse qui n’était jamais venue, il avait laissé passer l’occasion, qui ne s’était finalement jamais représentée. Les yeux baissés, il s’était contenté d’acquiescer, vainement. La nouvelle avait représenté un tel bouleversement pour lui – Rakesh ayant choisi l’ultime dernière minute pour l’en informer, près de quatre lunes auparavant – qu’il n’avait osé soulever une nouvelle fois le sujet … Ce qui avait semblé parfaitement convenir à son amant, dans une évidente fuite en avant de leurs problèmes, dont lui-même s’était alors fait le complice pas totalement involontaire.

Puis, Nagendra, sous l’influence d’Aodren, ayant reçu une promotion, s’était vu intégré à une nouvelle Décurie. Leurs rendez-vous s’étaient fait cruellement plus rares, leurs responsabilités et missions se chargeant de les rattraper, le Fëalocë ne leur laissant aucun répit. De Rakesh, il n’y avait rien eu à attendre, totalement centrée sur la vie qui grandissait dans ces précieux écrins calcaires, trônant vaniteusement en lieu et place des habituelles Incarnates, au su et au vu de tous. Curieusement, loin d’en ressentir une forme de libération, tandis que la Blanche prenait ses distances, il n’y avait eu qu’un cruel sentiment de solitude s’installant en lui, à peine troublé par d’occasionnelles – mais régulières – bouffées d’orgueil draconique lorsque Llyr venait déposer aux pieds de sa reine quelques offrandes de son choix.
Les jours passant, inévitablement, la rumeur avait crû, pour se propager de bouches en oreilles, essentiellement au travers des milieux qu’il fréquentait … Et notamment au sein des Verseurs de Sang de sa propre Décurie. Rien de trop franc ni de trop marqué d’abord, rien de plus que de vagues coups d’œil insistants ou de sourires torves un peu trop appuyés, qui s’étaient bien vite taris devant son absence de réaction. D’Aodren, quant à lui, il n’y avait eu aucun signe ouvertement exprimé, ce qui n’avait pas manqué d’instiller en lui une profonde angoisse. Et ce faisant ... L'Elfe s'interrogeait. De là à voir un dessein volontaire du Haut Représentant pour éloigner Nagendra du Màr, en le poussant à accumuler les missions, il n'y aurait eu qu'un pas.

Puis, lorsque de la nouvelle Maître d’Armes, Kahina El’Fahim, ayant succédé à ce poste à son ancienne Maîtresse Dragon, était venu l’ordre d’un entraînement général et commun de l’ensemble des Verseurs de Sang, il avait réalisé. Tôt ou tard il serait amené à lui faire face, une nouvelle fois, et dans le cadre officiel, sur les sables de la Fosse. Il n'était pas sûr de ce que cette situation lui inspirait. L’un et l’autre étaient pourtant devenus tellement habitués à garder une apparente neutralité cordiale que cela n’aurait pas du poser le moindre problème …
Le jour dit, l’une de ses sœurs d’armes, Sighildr, avait posé un long regard songeur sur Nagendra, engagé dans son propre duel un peu plus loin, avant de se fendre d’un large sourire mi moqueur mi appréciateur. ‘‘Ne laisse pas le jugement de qui que ce soit te dicter ta conduite, Blondinet.’’
Sous la surprise, il n’avait réalisé que la Torhille se rapprochait que lorsqu’il avait senti son poing s’abattre sur son plexus solaire, l’envoyant instantanément à terre, sonné, bras en croix et le souffle coupé. Roulant des épaules, son insupportable sourire railleur accroché aux lèvres, elle s’était penchée pour le redresser sans effort, lui énonçant affablement que c’était ‘‘ce qui arrivait lorsque l’on baillait aux corneilles’’, sans s’émouvoir de l’œillade assassine qu’il lui avait adressé en retour.

Un brouhaha indistinct à l’entrée de la Caverne Principale le ramena au présent, le poussant à réaliser ce vide dévorant qu’il ressentait au creux de son ventre, et ancrant en lui la résolution de confronter Nagendra sur qu’il désirait qu’il advienne d’eux. Lui-même peinait tant à mettre des mots sur ces émotions qui tourbillonnaient follement sous son crâne, brouillant son jugement et avivant un désir sincère qu’il ne pensait pas pouvoir exister. Mais, accroché à son espoir comme un noyé à sa planche, il songeait que, peut-être, à eux deux seraient-ils capables de le comprendre ...
Et d’un même mouvement, sans même en savoir conscience, l’Elfe et la dragonne levèrent la tête pour accueillir les Candidats, en nombre bien supérieur aux deux œufs qui reposaient sous sa garde. Auréolés d’une bien fausse pureté dans leur tunique blanche, méfiants, ils avaient pris place, chacun leur tour, en un demi cercle plus ou moins régulier autour de Rakesh et ses œufs, tandis que dans le ciel au dessus d’eux, la pluie d’étoiles se poursuivait inlassablement.

Un court moment s’écoula avant qu’un lointain chahut n’éclate à l’entrée, et que, titubant, le visage d’une pâleur mortelle, un Aspirant – non, l’un des Candidats ? – ne vienne s’écrouler face dans le sable, et le manche d’une dague richement ornée dépassant de son dos. Ancelin, reconnaissable à sa tunique brodée d’or, dont le regard n’avait cessé jusque là de papillonner anxieusement tout autour de lui, fut le premier à le remarquer, et ses iris d’ambre parurent soudain lui sortir de la tête. Son attitude criait bien trop sa culpabilité pour ne pas attirer l’attention, et il fit un pas maladroit en arrière, face au regard rougeoyant de Rakesh … Qui en vérité, quoi que contrariée par une telle souillure de son moment de gloire, se montrait bien plus affligée par telle bêtise : la Blanche, évidemment, n’avait jamais porté le jeune Fëalocë dans son coeur et son mépris à son égard n’avait fait que croître lunes après lunes.
Si la conclusion de cette histoire lui paraissait plutôt valable – que les faibles périssent, et que les forts se lient à ses enfants – elle considérait le moment comme particulièrement mal choisi ; énième faute de goût à inscrire sur l’ardoise du pathétique adolescent. Un grondement menaçant s’échappa de sa gorge, et sur un bafouillement inaudible, Ancelin se tourna vers les gradins, cherchant à capter l’attention de son Maître, le désespoir et l’incrédulité gravé sur ses traits, appel à l'aide silencieux.

Les regards convergèrent alors vers Aodren, tandis que la Maîtresse de la malheureuse victime se redressait lentement, son beau visage ciselé par une expression indéchiffrable. Levant les yeux vers Ansehelm pour l’accueillir, extérieurement impassible mais des braises couvant dans ses iris de cendre, ses lèvres ne se desserrèrent pas un seul instant. Torak, quant à lui, bras croisés sur son imposante poitrine, paraissait visiblement soucieux du devenir du garçon sur les sables, lequel semblait prêt à défaillir sur le champ, pour autant que pouvait en juger Adhâvan.
Se détournant du jeune Aspirant, l'Elfe se leva finalement à contre-coeur, maintenant son épée au fourreau, descendant d’une marche pour se poster dans le dos de son seigneur. Et, non sans amertume, comme cela lui était arrivé bien trop souvent dernièrement, il se demanda dans quelle mesure Aodren avait prévu ce qui allait se passer ce soir.


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Amaélis Eleicúran
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Amaélis Eleicúran


Date d'inscription : 01/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 123
RPs : 63
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Airain Ithildin
Affiliation : Apolitique
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeMer 31 Juil 2019 - 21:43

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Maitre-ardent-51abea4 & [RP Officiel] La Promesse des étoiles Ashtad-2-51f9a98
Maître Ansehelm, Lié au Blanc Ashtad

Pour l’occasion, et peut-être encore plus qu’à l’ordinaire, Ansehelm semblait s’être vêtu d’un véritable incendie. Il portait une cuirasse d’apparat, toute de cuivre doré, finement ouvragée et sertie d’une myriade de perles de jade ; son opulente chevelure auburn était attachée en une queue-de-cheval haute, révélant les chainettes d’or qui pendait à ses oreilles effilées. Une corolle de jupes de soie aux teintes ardentes battait ses jambes à chacun de ses pas déterminés tandis qu’il parcourait les couloirs en direction des Cavernes, un masque de pure haine imprimé sur ses traits.  Ses grands yeux d’ambre, soulignés d’un trait de khôl, étincelaient de hargne. Derrière lui, le Blanc Ashtad se mouvait en silence.

Il était temps de Lier leur Aspirant ; ils n’avaient que trop attendu. Et, devant les Dieux, l’Elfe aurait tué chaque Candidat de ses propres mains si cela avait pu assurer la réussite d’Alwin – et la sienne, par conséquent. Il n’avait pu compter que sur Ashtad pour réfréner ses pulsions. Ansehelm était virulent par nature, et d’autant plus s’il se sentait menacé. Or, depuis que le chiot bâtard à qui il avait sauvé la vie s’était enfui du Kaerl sans demander son reste, et même si sa disparition avait dû passer inaperçue tant il était insignifiant, le Maître devait faire face au poids désagréable et assez peu connu de la honte. De plus, Alwin n’avait pas été convié à l’Éclosion de l’Incarnate Veovis et alors, Ansehelm avait développé une forme de rancœur envers l’inénarrable Thémos – car il était évident que l’Elfe s’attendait à voir son Aspirant prodige se Lier à un enfant de son ancien Maître. En raison de tous ces évènements malheureux, il n’avait pas eu d’autre choix que d’attendre, et surtout de taire sa frustration.

Lorsqu’il avait appris que la Blanche Rakesh avait élu domicile sur les Sables, il avait tout d’abord fait mine d’ignorer la nouvelle ; Alwin méritait bien mieux qu’une Empreinte Mineure, et un bien meilleur lignage que celui d’une capricieuse princesse d’albâtre qui se croyait Reine. Mais Ansehelm n’avait pas pu empêcher les rumeurs qui s’épanchaient toujours si aisément des murs de la Forteresse Ardente d’atteindre ses oreilles, aussi s’était-il renseigné un peu plus sur la personne de Nagendra Tuncay dont le Bronze, pourtant jeune, avait réussi l’exploit de s’attirer les faveurs de la Dragonne. Ancien Aspirant de feue Dorcha Elerinna, le jeune Humain avait fait parler de lui au sein des Spectres des Cendres, et, de manière assez rapprochée pour ne pas s’y méprendre, s’était vu offrir le rang de Verseur de Sang peu de temps après avoir rejoint le coffre à jouets d’Aodren del Hendrake. Quant à son Lié, on le disait irréfléchi et féroce, et il faisait bien souvent l’objet de moqueries de la part de ses confrères.

Était-ce vraiment là ce qu’il souhaitait pour Alwin, cet élève si précieux ? Le fruit d’un Bronze stupide et d’une cruelle perle blanche ?

Ce soir-là, les étoiles pleuvaient, et sans doute, l’ancienne Némésis y avait vu un présage. Ansehelm s’installa dans les gradins, et les flammes dans son regard découragèrent les curieux de venir prendre place trop près de lui. Ashtad s’était ensuite enroulé autour son Lié à la manière d’une étrange ombre pâle et serpentine, ses yeux de braise fixés sur la silhouette de Rakesh. Petit à petit, les Candidats s’approchèrent, leur tunique immaculée offrant un contraste saisissant avec la noirceur des sables – et ils étaient bien trop nombreux pour les deux gemmes nacrées qui trônaient sous l’aile jalouse et protectrice de leur mère. Ansehelm se crispa, sentant monter en lui la fièvre et l’envie dévorante d’écarter quelques-uns de ces misérables adversaires. Et puis, ses sourcils se froncèrent face à un constat qui ne fit qu’aggraver ses émois : où était donc Alwin ? Où était donc encore passée cette sombre mascarade d’Elfe qui se croyait au-dessus de tout et de tous ?

° Paix, ma belle. ° fit la voix d’Ashtad dans son esprit tandis que les anneaux opalins se resserraient autour de ses jambes. ° Il ne tardera plus, maintenant. °
° Ah, ne me mens pas si ton but est de me calmer ! °

Ansehelm concentrait toute son attention sur l’entrée de la Caverne, ses doigts fins malmenant inlassablement le riche tissu de ses jupes, priant les Dieux d’enfin lui accorder la vision de son Aspirant. Et par le passé, souvent, ceux-là l’avaient écouté et pris en pitié, certainement, car ils lui étaient venu en aide de maintes façons depuis son plus jeune âge. Aujourd’hui encore, les Dieux exauçaient sa prière ; mais le spectacle qui se dessinait devant ses yeux n’était nullement celui qu’il avait appelé de ses vœux. Car l’obscurité cracha enfin le dernier des Candidats qui, d’une démarche titubante comme celle d’un ivrogne, s’avança alors sur les sables noirs. L’espace d’un battement de cœur, Ansehelm crut tout d’abord qu’il s’agissait d’une nouvelle de ses lubies – ou que, n’ayant pas supporté la pression, il avait préféré s’alcooliser avant de se présenter devant Flarmya. Le Maître tenta d’accrocher le regard de son élève, mais celui-ci s’était effondré, révélant le poignard planté entre ses reins et la fleur cramoisie qui s’épandait à travers les fibres blanches de son habit cérémoniel.

Immédiatement, Ansehelm se leva, ses mouvements rendus lents par la décharge d’émotions qui le traversait de part en part, tandis que la forme d’Ashtad se déployait dans son dos, les yeux teintés d’un rouge sanglant. Comment ce chien d’Aodren osait-il même les regarder ? Comme au ralenti, la tête haute, ramenant ses jupes d’une main tremblante, le Maître descendit doucement des gradins jusqu’à rejoindre les Sables. Là, il se pencha pour déloger le poignard de son morbide fourreau de chair, effleura distraitement le crâne de son Aspirant, et tourna un visage sillonné de larmes vers le pauvre Fëalocë qui semblait au bord de l'évanouissement. Pathétique. Un sourire poli déchirant le vernis de ses joues lisses, l'Elfe pencha agréablement la tête vers lui :

« Cet objet t’appartient-il, petit ? » Puis, tenant l’arme souillée à plat dans ses deux mains, il la leva en direction d’Aodren. « Seigneur del Hendrake, cet objet appartient-il à votre Aspirant ? Peut-être s’agit-il d’un présent de votre noble famille ? »

D’un geste rageur, le Maître jeta le poignard au loin et haussa le ton, accompagné par le rugissement furieux d'Ashtad dont les ailes soulevaient des tourbillons de sable noir :

« J’exige des explications ! Qui profane l’antre sacrée des Enfants de Flarmya en ce jour saint ?! Quel lâche ternit la réputation de notre Kaerl entier par cet acte… répugnant ?!  Et pour quelles raisons ? Je le jure sur tout ce que j’ai de plus précieux et sur mon honneur de Maître du Màr Tàralöm, celui-là ne quittera pas ces lieux impuni ! »

~°~

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Nagendra-50b0629 & [RP Officiel] La Promesse des étoiles Llyr_test-52ea84b
Chevalier Nagendra Tuncay, Verseur de Sang, Lié au Bronze Llyr

Aux pieds des gradins, enveloppé dans une longue cape brune qui dissimulait son visage et ses traits fatigués par la mission dont il revenait tout juste, le Chevalier Nagendra Tuncay se tenait, droit et immobile, soulagé d’être rentré à temps pour assister à cette Éclosion particulière. Tapi dans les sables noirs, à distance respectable de la Reine d’un soir qui y siégeait pour ne pas lui faire d’ombre, le Bronze Llyr promenait son regard ambré, féroce et curieux, sur les Candidats qui étaient venus prétendre à sa descendance. Par le Lien qui les unissait, l’Humain sentait sa poitrine se gonfler d’un sentiment qui n’avait rien d’ambigu. Il percevait toute la fierté de son Âme Sœur, s’en emplissait et s’en rengorgeait car, de sa vie, il n’avait jamais expérimenté une émotion aussi douce. Les bras croisés, il se mit à sourire sans pouvoir s’en empêcher, ses iris croisant pendant quelques secondes les deux fanaux d’or qui brûlaient comme l’aube au milieu des écailles sanglantes du Dragon.

Certains diraient, sans doute, que Llyr était trop jeune pour offrir une lignée légitime et digne du Màr Tàralöm. D’autres moqueraient peut-être les enfants d’une Blanche. Nagendra se fichait de l’avis de tous ceux-là ; au fond de lui, il savait que les Dragons à naître auraient en eux le pouvoir d’accomplir les choses plus folles.  

En pénétrant dans la caverne, il avait noté la présence d’Aodren del Hendrake, dont il avait rapidement remarqué l’Aspirant auprès de Rakesh, tout tremblant dans sa tunique blanche. Et bien évidemment, posté dans le dos de son maître, se trouvait encore et toujours Adhâvan. Nagendra n’était pas venu ici pour se montrer, et, même si l’envie d’aller rejoindre son frère d’armes et amant le tenaillait, il imaginait que l’Elfe n’était pas non plus ici de son plein gré. Il n’avait pas envie de l’embarrasser sous les yeux d’Aodren ; ne voulait certainement pas donner cette satisfaction au Fëalocë. Son mépris à l’égard de cet intriguant n’avait fait qu’augmenter, lune après lune – même si Aodren lui avait offert la promotion qu’il désirait depuis tant d’années, même si Llyr et lui avaient parcouru Rhaëg plus de fois ces derniers mois, semblait-il, que durant toute la durée de son service en tant que Spectre des Cendres. Ses appartements, peu à peu, s’étaient remplis des trophées qu’il aimait rapporter de ses missions ; le plus souvent des armes, parfois une étoffe ou un bel objet ayant attisé sa curiosité.

Mais à chaque fois qu’il était revenu, on ne lui avait guère laissé l’opportunité de s’occuper de ses affaires personnelles. Et s’il était tout à fait capable de prendre son mal en patience, ce n’était pas le cas du Bronze qui partageait son âme – et encore moins quand la Reine de celui-ci trônait seule sur les sables, protégeant leur progéniture. Le Dragon avait ainsi développé une rancune tenace envers le Décurion de Nagendra, puis envers Aodren, puis envers chaque membre du Màr. Il supportait très mal la frustration. Le Chevalier, quant à lui, avait souffert en silence de cette distance imposée, laissant la violence de son Âme Sœur canaliser sa propre colère, et s’abîmant entièrement dans son travail. Et ce soir, il était heureux d’être là, car les Dieux seuls savaient de quoi Llyr aurait été capable s’il avait été écarté de l’Éclosion de ses enfants.

Et puis, tandis que Rakesh grondait doucement, appelant les Candidats à s’avancer ou bien les enjoignant à garder leurs distances, une espèce d’intuition incompréhensible saisit Nagendra à la gorge. Son esprit s’élança vers celui de Llyr, tout entier absorbé dans la contemplation de sa belle.

° Llyr… J’ai un mauvais pressentiment. Reste sur tes gardes. °
° Allons, fillette, reprends-toi. Tu n’as pas le droit d’être plus anxieux qu’un père. °

Agacé par la réplique de son Lié, Nagendra fit claquer sa langue contre ses dents et porta une main à son côté, comme pour vérifier que sa lame s’y trouvait toujours. Un Candidat retardataire se détacha de l’ombre, titubant quelques instants avant de s’effondrer, l’éclat brillant d’une dague planté dans son dos. Le silence tomba en même temps que se levait la Maîtresse de l’Aspirant mort, rapidement déchiré par la Blanche Rakesh, dont le regard de rubis s’était fixé sur l’élève d’Aodren. Avisant qu’Ansehelm se rendait sur les sables en compagnie de son Lié, l’Humain fit également un pas en avant pour venir défendre l’Aspirant de son Seigneur, la main toujours positionnée au-dessus de son arme. Mais elle ne semblait pas bouleversée au point d’en avoir perdu la raison et se contenta de ramasser le poignard pour l’exhiber aux yeux de l’assemblée, s’adressant d’abord à Aodren par l’intermédiaire d’Ancelin avant de confronter directement le Haut-Représentant.  

La riche dague atterrit quasiment aux pieds de Nagendra, qui se baissa alors pour la ramasser délicatement de ses mains gantées. Il observa le manche riche et élégant, puis le sang épais qui en souillait le fil. Son regard d’ambre passa d’Ancelin à Aodren. Excité par l’odeur de la mort, l’esprit de Llyr, tapi comme un démon dans un coin de ses pensées, lui intimait de trancher la gorge du jeune Fëalocë et d’abreuver encore un peu plus les Sables sacrés pour sceller dans le sang la naissance de ses enfants. Nagendra était trop habitué à ses accès de violence pour s’en émouvoir, et il demeurait immobile, le visage aussi inexpressif que celui d’une statue.


Dernière édition par Amaélis Eleicúran le Dim 25 Aoû 2019 - 17:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Eléderkan Garaldhorf


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 31
RPs : 21
Race : Elfe
Âme-Soeur : Le Bronze Thémos
Fonction : Inquisiteur Suprême
Affiliation : Clan Introverti
Alignement : Neutre Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeJeu 22 Aoû 2019 - 13:49

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Amy-wilkins-saint-1-13-19-563c552 [RP Officiel] La Promesse des étoiles Game_o10
Akane Hùriand d'Adalmëra & Kuan-Yin

Progeny - Hans Zimmer (Gladiator OST)


Du haut des gradins, sise en une place de choix, l’Héritière de la Maison Hùriand contemplait un spectacle peu commun. La pluie d’étoiles filantes attirait bien plus son regard que la traditionnelle cérémonie d’Empreinte qui se déroulait en contrebas, quand bien même fut-elle exceptionnelle. On n'avait encore jamais vu une Blanche pondre ni même mener à terme sa couvaison. Beaucoup de conjectures fusaient ces dernières semaines, tandis que la rumeur enflait qu’une dragonne d’improbable nacre avait pris possession d’une alcôve des Cavernes Flamboyantes. L’avenir des petits de cette créature demeurait plus qu’incertain, alors que l’éclosion approchait à grands pas. Pour autant, Akane Hùriand d’Adalmëra ne s’y intéressait que peu. Toute entière tournée vers le ciel, au-dessus de leurs têtes, elle voyait dans ces comètes à la queue enflammée, fils d’argent dans un manteau de nuit, un reflet de sa propre existence.

Elle ne se détacha de sa contemplation que lorsque le brouhaha ambiant devint insoutenable. Baissant ses yeux mi-clos, d’un bleu si profond qu’ils en paraissaient noirs entre ses longs cils, vers les sables, elle coula un regard vers le cadavre frais d’un Candidat à la blancheur de tunique autant que d’âme virginale maculée de sang. La scène parut ralentir, tandis que les dragons grondaient, que les langues se déliaient et que les cœurs bondissaient de délice autant que de rage. Elle continua le lent chemin entre la victime et les autres acteurs, reconnaissant alors une Maîtresse Blanche du Clan Introverti. Ce fut en entendant ses mots que survint la tempête.

Assise dignement en position du sphinx dans les gradins près d’Akane, la princesse de rubis poussa un cri aigu et strident, tandis que sa collerette dorsale se hérissait de toutes ses pointes. Si Akane faisait preuve d’un flegme frôlant l’absence d’émotions et prenait plaisir à contempler cette mascarade avec une curiosité passive, la future reine qui partageait son âme se révoltait de voir le sang couler sur les sables sans que quiconque n’ait pu empêcher pareil sacrilège. Elle maudit silencieusement Rakesh, comme s’il s’agissait d’une faute bien plus ignominieuse que celle de pondre sur le territoire des Incarnates, car la jeune mère n’avait pas eu la présence d’esprit de verser le premier sang avant que quelqu’un d’autre ne le fasse. Kuan-Yin enflammait l’eau tranquille et glacée, tel une giclée de feu grégeois, qui constituait la psyché de sa Liée.

° Ne fais pas d’esclandre, ma reine. Tu en as déjà fait par ta simple existence. °

Kuan-Yin renâcla pareil à un cheval rétif. Elle ne se souvenait que trop bien du départ de sa mère du Kaerl. L’Incarnate qui lui avait donné le jour était tombée en disgrâce et son héritière, encore confuse face à cet état de fait, luttait pour ne pas accentuer l’opprobre dont elle était victime depuis. Le sens aigu de l’honneur chez son Âme Sœur l’importunait toujours, bien qu’il l’intrigua, d’autant plus qu’il ne s’agissait que d’une façade, d’un instrument qui devait servir leurs ambitions à toutes deux. La main, pâle et gantée, de celle-ci vint se poser sur sa tête et la petite reine feula doucement avant de darder un regard rougeoyant sur les nouveaux acteurs. La fille de Veovis et Thémos ne pourrait pas être contenue très longtemps.

° Je ne vois pas l’Inquisiteur Suprême. Peux-tu joindre ton géniteur, ma nymphéa royale ?
Je le peux. Mais le ferai-je ? Son Lié aurait dû empêcher cela avant même que la pensée d’un crime n’effleure les esprits !
Ne sois pas si mauvaise joueuse. Si Maître del Hendrake est bien le coupable, il a très mal choisi son pion et il ne doit s’en prendre qu’à lui-même. Nul besoin de blâmer Maître Garaldhorf pour la bêtise des autres.
Et si cet Aodren n’est pas l’instigateur de cette farce ? °

Les lèvres peintes tels des boutons de rose de la Chevalière Incarnate s’incurvèrent un demi-sourire ironique, sans chaleur, sans couleurs. Kuan-Yin sentit une bouffée d’admiration et d’amour – extrêmement malvenue – l’envahir à la pensée d’être liée à pareille créature. Leurs âmes résonnaient du même chant des abysses.

° Alors cela n’en sera que plus drôle. °

Kuan-Yin se plia de mauvaise grâce, ou plutôt décida qu’il lui revenait de droit de prévenir le Bronze de l’Inquisiteur Suprême - car il s’agissait bien de son idée -, ce à quoi répondit Akane par une surprenante chaleur bienfaisante qui se répandit dans les veines de la dragonnelle.
Thémos fut plus prompte à réagir qu’elle ne l’espérait. Humanoïde et dragonne suivirent alors du regard la même direction. Dans des gradins éloignés, comme voulant se faire plus discrets que cela n’était possible pour des figures aussi importantes du Màr, elles trouvèrent Eléderkan Garaldhorf et son Lié en grande conversation avec d’autres éminents personnages. Ils durent sentir l’attention s’accroître sur eux ou peut-être furent-ils alertés par le message mental de Kuan-Yin : toujours est-il que leurs regards se trouvèrent.

.~¤°*°¤~.

Quelques heures plus tard…

Une lettre scellée par un cachet de cire écarlate, portant l’emblème des Garaldhorf, attendait dans les appartements de Maître Ansehelm. Elégamment tracée bien que brève, elle relatait ceci :

Citation :
A mon confrère Ansehelm,

J’ai retrouvé trace de votre deuxième Aspirant, le déserteur. Il erre sous d’autres cieux que ceux du Màr Tàralöm et échappe à notre justice. Vous avez toute liberté d’agir comme vous l’entendez. Cette information est vôtre et vous appartient à vous seul désormais.

Toutes mes condoléances pour le décès de votre autre Aspirant.

Que Flarmya guide vos ailes,

Eléderkan Garaldhorf

Ce que la lettre taisait, c’était les soupçons délétères et intrigants qui planaient sur la réelle identité de cet Aspirant dissident, et même sur celui qui venait de mourir sur les sables noirs. Après tout, l’enquête n’étant pas encore close, seuls les dieux savaient que le paria Martel Dehlekna risquait de perdre sa descendance à jamais…
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeMar 27 Aoû 2019 - 21:55

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Bleys_aodren_del_hendrake_tolorea & [RP Officiel] La Promesse des étoiles Avatar_torak_humain_tolorea____________ [RP Officiel] La Promesse des étoiles Anceli10                  
Aodren del Hendrake & Le Noir Torak___________________Ancelin Kidyac'h del Hendrake
____Haut Représentant du Clan Dominant_______________________Candidat à l'Empreinte            

Theme Song :
Finis – Audiomachine

Que ce fut dans la petite caverne où les Candidats, anxieux et suspicieux, avaient été entassés dans l’attente de l’autorisation pour pénétrer sur les sables, ou bien une fois répartis face à la dragonne, Ancelin avait préféré rester seul. Il refusait de se mêler au bas peuple, ignorant volontairement tous ceux dont le rang n’était pas au moins égal au sien, son regard fièrement dirigé vers son but. En apparence déterminé … Mais intérieurement terrorisé.
En vérité, le fait que son Maître, qui se trouvait être un parent éloigné de son propre père, ait jugé qu’il ne méritait guère mieux qu’une Empreinte Mineure, froissait son orgueil et l’emplissait d’angoisse. Et s’il échouait ? Ils n’étaient pas moins de dix candidats face à deux malheureux œufs, dont on n’était même pas sûrs qu’ils écloraient. Aurait-il le droit de se présenter à une nouvelle éclosion ou bien Aodren, déçu une fois de plus, se débarrasserait-il de lui ? Serait-il renvoyé sur Orën, promis à une vie morne et sans richesse ? Ou bien peut-être le noble Seigneur s’assurerait-il qu’il ne voie pas se lever le prochain jour, abandonnant son cadavre exsangüe aux créatures monstrueuses qui hantaient les Pics des Cendres … Son statut d’héritier de la famille del Hendrake, il savait qu’il ne le devait qu’à un simple coup de chance : il avait le Don, pour la première fois depuis plusieurs générations, voilà tout. Et s’il ne parvenait pas à enfin faire ses preuves … La bouche sèche, il avait emboîté le pas aux autres sans mot dire, petite silhouette vaguement tremblante dans sa tunique blanche richement brodée d’or.

Le jeune Fëalocë n’était pas idiot au point d’ignorer que Aodren ne l’appréciait pas, et qu’il ne correspondait de toute évidence pas à ses attentes. Aussi gardait-il ses doutes pour lui, s’efforçant de ne pas montrer à quel point la situation lui était inconfortable. Seuls ses iris ambrés, un peu trop brillants, sans cesse en mouvement, reflétaient l’ampleur de son malaise. Au fond de lui, il brûlait d’enfin voir reconnue sa valeur aux yeux de tous, de prouver qu’il était digne d’appartenir au Màr Tàralöm, qu’ici et nulle part ailleurs était sa place. Hélas pour lui, vulgaire dragonne Blanche ou pas, la mère de la couvée lui apparaissait soudain tout aussi impressionnante que Torak, l’Empereur Noir d’Aodren, dont la calme impassibilité rajoutait aisément à l’aura sinistre qui entourait le colosse d’obsidienne. Rien que d’imaginer les combats qu’il avait pu mener pour récolter cette balafre atroce qui lui avait coûté un œil …

Soudain, une agitation soudaine à l’entrée de la caverne principale attira tous les regards, tandis qu’un Candidat retardataire, reconnaissable à sa tunique cérémonielle, titubait en pénétrant sur les sables. Inévitablement, lorsqu’il s’écroula au sol, le regard d’Ancelin fut attiré par un couteau, au manche somptueusement ouvragé, reconnaissable entre tous … Et planté dans son dos. Toute couleur se retirant du visage du jeune héritier, il s’humecta nerveusement les lèvres, tâchant de ne rien laisser paraître, ses yeux effectuant néanmoins un ballet éperdu entre son Maître, assis dans les gradins, et cet impossible macchabée qui criait à tous sa culpabilité.

Et lorsque dans un camaïeu de couleurs incendiaires, la Maîtresse Blanche Ansehelm se redressa, son expression ciselée par une vertueuse indignation et une rage contenue, le visage lisse de l’adolescent perdit encore quelques teintes. Oh par tous les Dieux ... Que Kazièl et Osmaël réunis aient pitié de lui ! L’Aspirant défunt avait été membre de la Triade d’Ashtad ! Sa cote de survie à cette journée lui paraissait se réduire d’heure en heure à peau de chagrin. Ses entrailles se figèrent alors, au moment précis où il réalisa qu’au lieu de s’en prendre à Aodren, comme il l’avait d’abord cru, elle descendait sur les sables à sa rencontre. Refusant de céder à la panique au vu et au su des autres Candidats, de son Maître et des hauts personnages rassemblés pour assister à l’éclosion, il ne se sentait pas moins écorché vif par les regards furieux et conjoints des deux dragons Blancs. Rakesh face à sa supposée bêtise, et Ashtad semblant hésiter à lui arracher la tête.

S’abaissant pour ramasser l’arme du crime et caresser une dernière fois la tête de son protégé, l’Elfe se pencha ensuite vers le garçon, et brandissant son couteau sous son nez, elle l’apostropha presque amicalement. Le reste de ses paroles, adressées à Aodren, il ne les entendit même pas réellement, bafouillant des explications inintelligibles, saisi par une migraine soudaine. Son Maître était-il responsable de sa désastreuse situation ?
Car là-haut, ce dernier, lèvres scellées et visage imperturbable en intrigant expérimenté, sa sentinelle postée dans son dos, ne manifestait toujours aucune intention de vouloir lui venir en aide. A ses côtés, bras fermement croisés sur son torse, le Noir Torak le maintenait sous le feu de son regard, son œil unique brasillant d’une lueur violente quoi qu’indéfinissable. L’Empereur doutait franchement que le garçon soit l’instigateur de ce meurtre, et il savait pertinemment que son Lié n’était pas en cause. Aodren était bien plus retors et aurait fait preuve de plus de finesse dans ses choix. Néanmoins …

**Aodren ...**
*Quel imbécile … J’aurais du le laisser loger aux dortoirs du Weyr pour lui apprendre la vie …*
**Aodren !**
*N’est-ce pas l’occasion rêvée pour lui de nous prouver qu’il est capable de s’en sortir seul ?*
**AODREN !**

Relâchant un soupir bien trop évident pour ne pas être volontairement exposé, le noble Fëalocë haussa un sourcil en direction de Torak. Il pouvait sentir la nette irritation de son Lié. Le Noir avait en horreur de perdre son temps, et former un Aspirant pour le voir échouer en prison, exilé ou même mort, était la définition même d’un pur gâchis.

**C’est ton héritier, tu es responsable.**

Une bouffée de colère et d’amertume dirigée contre les machinations politiques de sa vénérable mère l’envahit brièvement, le poussant à contracter les mâchoires tandis que son regard gris de cendre tombait sur Ancelin. L’adolescent semblait tout de même avoir trouvé une once de courage en lui, et le menton levé en une arrogance aussi peu crédible que malvenue, faisait face à Ansehelm.

« Sauf votre respect, Maîtresse, il faudrait être franchement idiot pour tuer quelqu’un le jour de sa propre Empreinte et avec sa propre arme … En laissant en plus le cadavre au grand jour de cette façon ! »

Le poignard, lui, oublié, avait glissé sur le sable pour finir entre les mains d’un homme, un soldat même, ce qui n’avait fait qu’accroître la frayeur du garçon, ainsi que la pression qui lui broyait impitoyablement ses tempes. Ancelin avait mis quelques instants à le reconnaître, mais il avait fini par associer son visage au Lié du Bronze à l’origine de la couvée … Dont il sentait peser sur lui le regard flamboyant et ensanglanté, menaçant. Il déglutit, tentant de se rassurer. Ce Verseur de Sang était au service de son Maître, il ne prendrait assurément pas parti contre lui, après tout ? Quant à la Maîtresse Blanche, de quel droit s’adressait-elle à lui de cette façon, elle aussi ? Il était l’héritier de la noble famille del Hendrake, l’Aspirant du Seigneur Aodren del Hendrake, Haut Représentant du Clan Dominant. Il était … Il était … !


[RP Officiel] La Promesse des étoiles Riagal12

Perdant le fil de ses pensées alors que sa migraine s’accentuait brutalement, il cilla en posant les yeux sur une petite tête écailleuse brune, appuyée contre sa jambe, dont le regard brillait d’une intelligence contenue. Il était difficile pour le garçon d’en juger avec son peu d’expérience, mais le dragonneau semblait attendre quelque chose de lui.

**Prends-moi dans tes bras.**
*Qu-quoi ? Pourquoi ?*
**Fais ce que je te dis, vite.**

Alors que toute l’attention était tournée vers le malheureux adolescent et le cadavre fautif, ce au grand déplaisir de sa mère qui ne tolérait pas qu’on lui vole si odieusement la vedette, le jeune Brun s’était faufilé hors de sa coquille devenue trop étroite. Quelques instants seulement lui avaient été nécessaires pour saisir la situation ridicule dans laquelle Ancelin – son futur Lié, hélas, mais avait-il seulement le choix en la matière ? – se trouvait. Après avoir adressé ses salutations respectueuses à sa mère, il avait quitté le nid pour venir se glisser discrètement entre les bipèdes présents, réfléchissant déjà à sa nécessaire intervention.
Rakesh quant à elle, s’était vue partagée entre la joie de voir enfin éclore son enfant et une vive contrariété face au désintérêt à présent quasi total de l’assemblée. Elle avait aussitôt découvert ses crocs, ouvertement hostile, en direction de Kuan-Yin, lorsque celle-ci avait laissé échappé un long cri aigu et révolté. De quoi se mêlait donc cette petite dinde rouge ? Etait-elle donc stupide au point de ne pas savoir quand il était bon de faire profil bas, à savoir quand sa propre génitrice, en disgrâce, avait disparu - encore une fois ! - et quitté le kaerl ? Pourtant, une fois n'est pas coutume, la Blanche avait tenu sa langue, toute entière concentrée sur son deuxième oeuf, qui tardait toujours à libérer son précieux contenu.

Enfin, un léger soupir mental de contentement accompagna le mouvement du jeune Fëalocë, lorsqu’il souleva le dragonneau, qui lui paraissait bien chétif, ainsi lové dans le creux de ses bras. Portant un regard d’un vert tranquille et méditatif sur l’Elfe liée à son frère Blanc, le jeune Brun reposa délicatement sa tête, satisfait de ne pas avoir à se dévisser le cou pour pouvoir regarder les autres protagonistes dans les yeux.

**Dis mon nom.**
*Ton nom … Oh !*

La bouche ouverte sur une syllabe d’étonnement, ses iris ambrés agrandis par l’incrédulité, le jeune Fëalocë paru sur le point de se mettre à pleurer, serrant de toutes ses forces le petit dragon contre lui. L’Empreinte était faite, à présent inaltérable.

*Ri … Riagal !*
**Bien. A haute et intelligible voix maintenant.**

« Je … Mon Lié … Riagal ! »

Le dragonneau gronda doucement à l’énoncé de son nom, sentant la douce chaleur de l’approbation maternelle le parcourir. Riagal, ‘‘Roi Valeureux’’. Fils de reine il était, et roi il serait donc. Il sentait au fond de lui que sa soeur Kalani, qu'il savait Bleue des ‘‘Cieux Souverains’’, ne tarderait pas à le rejoindre sur le devant de la scène. Aussi projeta-t-il, rassuré, ses pensées dans l’esprit des bipèdes et dragons présents, du ton posé des orateurs habitués à argumenter et débattre.

**Veuillez me pardonner, bien que je reconnaisse que mon Lié ne brille pas par son intelligence, je me vois dans l’obligation de contredire la conclusion la plus évidente qui s’offre à vous. Ancelin n’aurait jamais eu la force nécessaire pour assassiner quelqu’un. Je crains, de toute évidence, qu’il ne s’agisse d’un complot pour le discréditer, mon Lié faisant, je l’avoue, une victime tout à fait idéale pour ce genre de coup monté.**

Incapable de contenir un rictus amusé et ironique, tant devant le discours improbable de ce dragonneau à peine sorti de l’oeuf, que devant la rougeur honteuse qui avait envahi les pommettes d’Ancelin, Aodren se mit à applaudir nonchalamment. Bon nombre de vautours avaient fait le choix d'être présents et d'assister à l'éclosion, rôdant dans l'ombre, mus par une curiosité avide et un intérêt tout relatif envers le réel sujet du jour … Et si cela l'avait tout d'abord contrarié, il en saisissait maintenant tous les avantages. Premier d’entre eux et non des moindres, l’Inquisiteur Suprême, Eléderkan Garaldhorf, semblait actuellement en grande conversation de son côté. Voilà qui arrangerait ses affaires.

« Le Brun Riagal a bien parlé. Pour stupide que soit mon jeune héritier, je ne l’aurais jamais formé s’il était à ce point dépourvu d’intelligence qu’il laisse traîner des preuves aussi évidentes. Maîtresse Ansehelm, je vous adresse mes condoléances pour la mort de votre protégé, mais je me dois de plaider mon innocence dans cette affaire. Je ne vois là qu’une grossière tentative de me faire accuser d’un meurtre dont je ne suis pas responsable. Il ne me paraît pas hasardeux de dire que les potentiels coupables sont présents sur les sables aujourd’hui. Leur mobile ne fait hélas aucun doute. »

D’imperceptibles braises s’allumant dans ses iris de cendre, il inclina respectueusement la tête et se tourna vers Eléderkan, l’image même de la bonne foi gravée sur ses traits.

« Maître Garaldhorf, puisque vous nous faites l’insigne honneur de votre auguste présence à une si modeste couvée, je m’en remets entre vos mains pour démêler le vrai du faux dans cette triste affaire. Je ne doute pas que mon Aspirant, ou plutôt, le Chevalier Kidyac’h, en fera de même et se tiendra à votre disposition pour tout éclaircissement qui vous semblera nécessaire. »

Que le Garaldhorf fouille à loisir dans ses dossiers personnels. Il n’avait rien à lui cacher qu’il soit en mesure de découvrir. Qui que soit celui à l’origine de cette mascarade, il allait le payer très cher.

Dans son dos, Adhâvan relâcha prudemment un souffle qu’il n’avait pas eu conscience de retenir, de petites étincelles venant obscurcir sa vue tandis qu’il desserrait son emprise sur son épée. Entre l’éclosion des œufs de Rakesh et l’Empreinte inattendue d’Ancelin, malgré un démarrage particulièrement malencontreux, les Lunes ne se coucheraient finalement peut-être pas sur les conséquences d’un bain de sang.
Une joie féroce et sans limite parcourant ses veines, quelque peu étrangère pour lui et mêlant l’orgueil d’une mère à la chaleur d’un amant, son regard avait alors brièvement capté celui de Nagendra. En dépit de la présence de Llyr sur les sables aux côtés de la reine qu’il avait élue, il était resté persuadé que son frère d’armes ne viendrait pas. Comment lui en vouloir, alors que lui-même avait lâchement souhaité pouvoir éviter de s’y afficher ? Et pourtant, sans qu’il puisse s’en empêcher, il avait été heureux de le savoir là, sa simple vue rendant les choses à la fois beaucoup plus faciles, et éminemment plus difficiles. Et dans le silence de son esprit, le rire narquois de sa Liée y résonnant en écho, sous la pluie d’étoiles filantes qui se poursuivait sans discontinuer, l’Elfe formula le vœu qu’ils puissent s’accorder au moins quelques instants, quelques heures, au terme de cette cérémonie.

**Reconcentre-toi. Tout n’est pas encore terminé.**

L’admonestation, sèche bien que sans agressivité, était venue de Torak, qui l’étudiait, son oeil borgne pensivement posé sur lui. Fermant les paupières face à cette réprimande méritée, il inclina imperceptiblement la tête et repris sa garde. Il n’était pas judicieux pour lui, pour eux, de s'exposer ainsi … Et outre ses désirs personnels auxquels il ne tenait en aucun cas à mêler Aodren plus qu’il ne l’était déjà, ainsi que l’avait énoncé Torak, tout pouvait encore basculer dans une folie pure. Il devait rester vigilant, car il suffirait d’un seul geste ...


L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Amaélis Eleicúran
Chevalier Errant
Chevalier Errant
Amaélis Eleicúran


Date d'inscription : 01/09/2013
Sexe : Féminin
Présentation : URL
Messages : 123
RPs : 63
Race : Neishaane
Âme-Soeur : L'Airain Ithildin
Affiliation : Apolitique
Alignement : Chaotique Neutre (Kaerl Englouti)
Ordre Draconique : Ordre Draconique Neutre (Kaerl Englouti)

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeJeu 19 Sep 2019 - 15:35

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Maitre-ardent-51abea4 & [RP Officiel] La Promesse des étoiles Ashtad-2-51f9a98
Maître Ansehelm, Lié au Blanc Ashtad

Ce minable chiot avait redressé le menton vers lui, avec un dédain qui ne lui allait guère et qui contrastait avec la panique encore lisible dans ses yeux aux vagues reflets de cuivre. La colère que l’Elfe ressentait quand il posait son regard sur le jeune Fëalocë transperçait sa poitrine comme un millier de piques ardentes, et les flammes qui dansaient follement dans ses larges iris d’ambre faisaient écho au chaos infernal ayant élu domicile dans ceux de son Lié. Ashtad grondait toujours dans son dos, sa tête rasant les sables noirs, gueule ouverte sur une rangée de crocs acérés, prête à fondre sur sa proie. La mâchoire d’Ansehelm se serra tandis que l’Aspirant se permettait de lui répondre.

« Sauf votre respect, Maîtresse, il faudrait être franchement idiot pour tuer quelqu’un le jour de sa propre Empreinte et avec sa propre arme … En laissant en plus le cadavre au grand jour de cette façon ! »

En quelques pas, le Maître Blanc fut sur lui pour l’agripper par les cheveux comme on l’aurait fait avec un gamin particulièrement récalcitrant, tirant et tordant pour lui faire baisser la tête. Immédiatement, Nagendra s’interposa et saisit les poignets de l’Elfe, les bloquant derrière son dos afin de l’immobiliser.

« Je t’ai posé une seule question, et tu n’es même pas capable d’y répondre correctement ! Tu me prends pour une idiote ? » tempêtait le Maître, essayant vainement de se débattre contre le Verseur de Sang. Les griffes d’Ashtad pétrissaient le sol, mais il ne fit rien pour venir en aide à son Lié – en particulier car il était assez intelligent pour comprendre que le Bronze Llyr n’attendait que ça pour enfin laisser libre cours à ses pulsions. Il n’avait aucune envie de lui offrir cette chance.

« Tant qu’on ne m’aura pas apporté la preuve que vous êtes innocents, tout vous désigne coupables. » cracha l’Elfe, les yeux parcourus d’éclats de braises, dans un dernier sursaut d’agressivité.

Nagendra recula avec lui, imposant une distance respectable entre le protégé de son Seigneur et le Maître Blanc, et quand il fut assuré que celui-ci n’avait pas l’intention de tenter quoique ce soit de plus, il lui rendit sa liberté. Au même moment, l’apparition d’un petit Brun au milieu des trois protagonistes scella la fin du scandale initié par Ansehelm. Ils n’avaient même pas remarqué son éclosion… Chaviré par une émotion qu’il n’avait encore jamais ressentie, Nagendra dut lutter pour rester maître de lui-même, tandis que des vagues de chaleur émanant autant de son Lié que de Rakesh saturaient son esprit. Alors, instinctivement, ses yeux brillants de fierté et d’amour se levèrent vers les gradins à la recherche d’Adhâvan, poussé par le besoin viscéral de partager ce moment avec lui. Il aurait d’ailleurs souhaité qu’il n’y ait plus personne autour ; il aurait voulu faire disparaître chaque chose qui n’avait pas sa place ici, en cet instant. Enfin, il aurait voulu abandonner son poste et gravir les marches pour aller enlacer son amant. Rien de tout cela n’était possible, malheureusement.

Son regard brûlant se reporta sur la petite créature, blottie dans les bras de son nouveau Lié, et un frisson le traversa lorsqu’il l’entendit s’exprimer. Ashtad s’était mis à gronder de plus belle, comme une menace jamais totalement levée. De l’autre côté de la caverne, Llyr fouettait l’air de sa queue avec impatience, incapable d’attendre plus longtemps que le Blanc se décide à outrepasser les règles tacites qui régissaient la société des Dragons. Nagendra aurait été bien mal avisé de tenter de l’apaiser. Ce moment appartenait au Bronze avant tout, et ce qui se passait là était hors de portée de la compréhension, de l’intelligence purement humaine. Le Chevalier fixa plutôt Ansehelm, détaillant ses traits et la manière dont ils se déformaient à mesure que les paroles du Brun s’imprimaient sous son crâne. L’Elfe avait tout d’un volcan, mais l’Humain savait qu’il n’était ni stupide, ni dangereux – en tout cas, pas dans l’immédiat.

Dans les tribunes, les applaudissements d’Aodren, bien que très ironiques aux oreilles de Nagendra, furent bientôt couverts par le reste du public, qui salua évidemment l’Empreinte du jeune Ancelin. Quand les félicitations se furent taries, le Haut Représentant prit enfin la parole et le son de sa voix, qui portait d’un bout à l’autre des Sables, fit se tordre les lèvres du Chevalier en un rictus désapprobateur. Sa courtoisie, ruisselante de fausseté et d’indifférence, n’avait aucune valeur aux yeux du Maître Blanc Ansehelm, qui retint un hoquet étranglé en recevant les condoléances du Fëalocë. Avec un sens de la théâtralité assumé, l’Elfe se prit le visage dans les mains, puis essuya les larmes qui perlaient à ses cils avant de ramasser ses jupes et de planter ses iris d’ambre dans ceux d’Aodren.

« Seigneur del Hendrake, je me souviendrai de votre implication dans la résolution de cette désastreuse affaire. » siffla-t-il entre ses dents, les pommettes encore empourprées par la colère. « Soyez également assuré que je mettrai tout en œuvre pour retrouver le meurtrier ainsi que l’instigateur de ce crime, et qu’on les verra tous deux danser au bout d’une corde. Que l’on dispose du corps de mon élève, je ne peux pas supporter sa vue plus longtemps. »

Avant de quitter les Sables, Ansehelm jeta un regard trouble en direction du Maître Garaldhorf, humilié, peut-être, par la perspective de s’en remettre encore une fois au bon plaisir de son ancien mentor, comme un enfant viendrait se réfugier dans les jupes de sa mère.
Nagendra s’approcha d’Ancelin et lui empoigna l’épaule avec autant de délicatesse que possible pour ne pas risquer de le voir défaillir :

« Chevalier Kidyac’h, laissez-moi vous mener en des lieux où vous et votre jeune Lié serez moins exposés aux regards des charognards. » lui glissa-t-il d’une voix égale, préssentant que le jeune homme avait eu sa dose d’émotions pour les semaines à venir. « Ou souhaitez-vous retourner auprès de votre cousin ? »
Revenir en haut Aller en bas
Eléderkan Garaldhorf
Maitre Dragon
Maitre Dragon
Eléderkan Garaldhorf


Date d'inscription : 20/02/2019
Sexe : Masculin
Présentation : URL
Messages : 31
RPs : 21
Race : Elfe
Âme-Soeur : Le Bronze Thémos
Fonction : Inquisiteur Suprême
Affiliation : Clan Introverti
Alignement : Neutre Mauvais (Kaerl Ardent)
Ordre Draconique : Ordre Draconique d'Ombre (Kaerl Ardent)

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeMer 13 Nov 2019 - 15:53



Le scandale suintait de toute l’alcôve et menaçait d’embourber l’entièreté des Cavernes Flamboyantes. Ce spectacle avait de quoi ravir les esprits les plus dérangés et les espoirs les plus noirs. Du haut des gradins, hors de portée des belligérants, les commérages auraient pourtant tôt fait d’ajouter à la longue liste des contemplateurs la jeune Héritière de la Maison Hùriand et sa Liée indisciplinée. Petite figure pâle auréolée de sa chevelure de nuit, ses tatouages colorés scintillant de concert avec la course des comètes, elle demeurait silencieuse, posant de grands yeux pensifs sur la scène sans perdre une miette de ce théâtre rocambolesque. Nul n’aurait pu prédire ses réflexions au-delà du masque impavide dont elle se parait. Près d’elle, la dragonnelle au corps hérissé de multiples pointes, serpentine jusque dans son cri, roulait des yeux pareils à de gros rubis. L’Incarnate possédait bien moins de retenue. Reflet inversé de sa moitié d’âme, beaucoup plus lisible et expressive que cette dernière, il était aisé de constater sa fureur. L’épineuse rose rouge vint se percher d’un bond sur le bord du balcon, queue battant l’air et ailes déployées pour se maintenir en équilibre, les yeux rivés en contrebas.

Ces sables lui en rappelaient d’autres. Elle avait brisé son œuf trois mois plus tôt dans la plus grande des cavernes, face à une assemblée de bipèdes et de dragons qu’elle avait appris à identifier comme son Màr. L’instant aurait dû être glorieux, alors qu’elle surgissait d’entre les pattes de sa royale génitrice et se taillait une place de choix, dans l’Histoire comme dans le nid, en tournoyant avec ses ailes trop grandes pour écarter ses sœurs et frères de son passage. Elle avait été la plus belle et la plus prestigieuse des dragonnes à naître ce jour-là mais elle n’avait pas la vanité de croire qu’elle incarnait la meilleure des Reines Dragons. Même si son cœur se tordait d’envie à cette idée.
L’âme affaiblie, incomplète, qu’on lui présentait ce jour-là, aurait suffi à ravir n’importe quel dragonneau cherchant à fuir la mort et l’oubli. Elle s’était présentée, en blanc comme le voulait la coutume ; néanmoins la simplicité du vêtement n’était qu’illusoire : d’innombrables broderies ornaient cette robe, seulement visibles à courte distance. L’orgueil d’une telle vêture ne pouvait venir que d’une parvenue, indigne de croiser son essence avec celle d’une princesse du Màr Tàralöm. Cependant, leurs regards s'étaient croisés. La lactescence lunaire, la mer de ténèbres, souple et calme, qui façonnaient cette sans-écaille, avaient soudain fait écho aux abysses insondables d’une psyché déjà noire, avide, gouvernée par l’ire, qui se muait sous son enveloppe de chairs et d’os. Elle était parfaite. Elle lui était semblable.

« Je ne t’appartiens pas. Je ne serai pas ton esclave, avait clamé l’ondine à voix haute, faisant fi des regards désapprobateurs ou outrés qui pleuvaient sur elles deux. Je ne suis pas une souveraine et tu n’es pas l’enfant des dieux. »

Elle avait feulé, de rage et d’indignation. Comment cette bipède insignifiante pouvait-elle se permettre de la défier en public, à cet instant des plus sacrés, en toute impunité ? Elle s’était jurée de la faire payer au centuple son insolence. Elle deviendrait la seule lumière de son existence, car elle s’écharnerait à détruire toutes ses espérances, à lui faire regretter la brièveté d’une existence sans lien avec un dragon.
Kuan-Yin n’avait pas compris qu’à la seconde où leurs âmes s’étaient reconnues, elles ne faisaient déjà plus qu’un. Pas plus adversaires qu’étrangères l’une pour l’autre, il n’avait dès lors plus été question de savoir qui appartenait à qui. Par ses mots sibyllins, avec la fausse semblance de l’irrespect et du mépris, Akane Hùriand d’Adalmëra scellait leur alliance. Elles n’étaient pas encore reines, certes mais elles allaient le devenir. Elles seraient les plus grandes de toutes.

Kuan-Yin poussa un sifflement perçant, se dandina sur la balustrade pour se rapprocher de sa Liée. Elle acceptait la fascination étrange, voire morbide, qu’Akane entretenait à l’égard des aberrations de de la nature. Sans doute aidée par son éducation – si ce n’était aussi à cause de la souillure de son propre corps -, l’ondine éprouvait une forme de compassion, voire de bienveillance, envers tout ce qui paraissait sortir de la norme. Une Blanche qui menait à terme sa couvaison et voyait ses petits réussir à vivre plus de quelques minutes était une rareté qu’elle n’aurait manqué pour rien au monde. L’Incarnate entendait cette capricieuse curiosité, sans pour autant la partager. Rakesh représentait une parvenue ignominieuse. Il lui tardait d’achever sa croissance pour faire ravaler son feu à cette péronnelle.

Le regard d’Akane dérivait vers le nouveau Chevalier Brun, qui se défendait mollement et baissait avec soumission les yeux sur son Lié, ainsi que vers la maîtresse de la tragédie, la dame Ansehelm. L’attitude de la Maîtresse Blanche pouvait faire pâlir d’envie les meilleurs comédiens de Lòmëanor. L’agitation gagnait les rangs les plus éloignés des gradins tandis que d’autres acteurs entraient en scène. Bronze et Blanc se jetaient des regards furieux en pétrissant le sable sous leurs pattes meurtrières. Directement pris à parti, le Haut-Représentant du Clan Dominant vint étaler sa bonne foi, au vu et au su de tous, tendant même la main à l’Inquisiteur Suprême, celui dont tous les Ardents avec un tant soit peu de jugeote évitaient de provoquer l’intérêt.

La stratégie politique de Sire del Hendrake n’intéressait guère la jeune Chevalière Hùriand. Elle n’y voyait là que le manège habile des lions et des loups : ce serait à qui mordrait le premier, ou à qui réussirait à se faire le mieux passer pour un agneau. Après délibérations intérieures, elle se contenta de se sentir satisfaite de voir qu’aucun dragonneau n’avait été délaissé en ce jour. Cela signifiait donc que l’Aspirant malencontreusement assassiné n’était pas destiné à cette couvée. Les dieux avaient parlé.

Elle s’épargna un regard en direction de sa Liée, laquelle la couvait d’un œil moqueur pour son regain de piété très arrangeant et préféra glisser son attention jusqu’aux bas gradins, là où la scène se distordait et implosait. Aprés avoir accordé un regard à son mentor, Maîtresse Ansehelm fuyait une vaine lutte. Akane jugea son mouvement avisé, compte tenu des circonstances. Elle se pencha davantage en avant, ses prunelles luisant d’avide curiosité. Une intensité inhabituelle flottait dans l’air. L’atmosphère sentait l’orage prêt à crever l’espace. Entre le Maître Noir de la Maison del Hendrake et le Maître Bronze dont le dragon était le père de sa propre Liée s’étirait dangereusement une toile inextricable de faux semblants et de mensonges. Le visage impassible d’Eléderkan Garaldhorf ne présageait pas d’une tempête imminente mais plutôt d’un cataclysme en lente maturation.

Dans l’acquiescement de l’elfe à la requête d’Aodren del Hendrake, elle lut la raideur du diplomate, les prémices d’une guerre silencieuse et un frisson d’excitation parcourut son corps. Il y avait plus de noirceur dans ces interactions qu’au plus profond des Limbes. Une main posée sur l’encolure de Kuan-Yin, Akane sourit. Le délicieux parfum de la discorde promettait l'ouverture de nouvelles opportunités très bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Oracle Tol Orëanéen
Maitre du Jeu
Maitre du Jeu
Oracle Tol Orëanéen


Date d'inscription : 16/02/2019
Présentation : Voir PNJs
Messages : 99
RPs : 93
Race : Dragon Primordial
Fonction : Compte PNJs

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitimeDim 17 Nov 2019 - 17:42

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Anceli10  [RP Officiel] La Promesse des étoiles Riagal10
Ancelin Kidyac'h del Hendrake & le Brun Riagal
Héritier del Hendrake            

Theme Song :
Licht und Schatten I - Yutaka Yamada

Tout … Tout s’était enchaîné si vite. Leur entrée sur les sables, la révélation du mort – tué avec SON poignard !, l’intervention désastreuse de la furie Blanche, les dragons se disputant sa vie comme ils l’auraient fait d’une vulgaire bout de viande, et enfin l’intervention, providentielle, quasi divine, de Riagal. Il avait réussi son empreinte. Riagal. Son Lié. Par Flarmya !

Les jambes tremblantes, légèrement étourdi, Ancelin passa furtivement sa langue sur ses lèvres sèches, resserrant son étreinte sur le petit corps écailleux du dragonneau Brun, comme pour le protéger. Ridicule ! Quand avait-il seulement été en mesure de protéger quoi que ce soit ? Même son lié nouveau-né s’accordait avec Aodren pour dire qu’il était un crétin. Il ravala ses larmes, amères de frustration. Lorsque la Maîtresse Ansehelm l’avait agrippé, un peu plus tôt, il avait bien cru sa dernière heure arrivée … Après tout, il y avait déjà eu un mort ! Au sein de ce Kaerl sans foi ni loi, qu’est-ce qui l’aurait empêchée de faire couler son sang en guise de réparation ? Heureusement pour lui, il avait eu visiblement encore assez de valeur pour son Maître, car le Verseur de Sang était finalement intervenu en sa faveur, écartant de lui l’Elfe avant qu’elle ne puisse à nouveau le frapper. Puis, suffisamment rabaissée par la situation – du moins était-ce ainsi que le jeune Fëalocë analysait son attitude – la Maîtresse Blanche avait quitté les lieux, non sans cracher quelque ultime menace à propos de sa présumée culpabilité. Il en était persuadé, il n’avait pas fini d’entendre parler d’elle, quand bien même le Seigneur del Hendrake s’en remettait aux mains expertes de l’Inquisiteur Suprême pour régler cette affaire. Satanés Elfes ! Il n’y avait pas de juste milieu avec eux, entre les flammes et la glace, on ne savait jamais à quoi s’attendre !

Là haut, plongé dans une évidente et âpre conversation mentale avec son Lié, le Noir Torak le dévisagea un instant,  son œil unique luisant d’une satisfaction modérée. Leur protégé s’était lié, et qu’importait la couleur de son âme-sœur, Flarmya ne faisait jamais les choses au hasard. Puis des serviteurs empressés, le visage humblement baissé, se précipitèrent pour enlever le corps qui souillait encore les sables et dérangeait la vue de la noble assemblée.
L’adolescent soupira, baissant les yeux sur son Lié qui émettait à présent un ronronnement sourd, son regard scrutant les sables autour d’eux avec une royale distanciation. Un regard bien trop sagace, bien trop perçant pour une créature si jeune. Il y avait dans les calmes prunelles du Brun une menace voilée, adressée à quiconque prétendrait porter la main sur son frère d’âme. Aussi leva-t-il la tête, inquisiteur, en direction du soldat qui revenait à présent vers lui, perçant de ses griffes le mince tissus de la tunique d’Ancelin en guise d’alerte. Son Lié devait apprendre à qui il pouvait ou non faire confiance, à qui confier la garde de ses pensées : à savoir, en dehors de lui, personne d’autre. Il était le seul à qui il pourrait se livrer pleinement … Au moins tant qu’il n’aurait pas un tant soit peu mûri.

Pourtant, l’homme, qui encore peu auparavant, avait arboré un rictus peu amène, quoi que cela puisse signifier de ses pensées à l’égard de toute cette mascarade, lui empoigna l’épaule avec plus de sollicitude qu’il n’aurait pu en attendre. Ancelin sursauta à demi, ses iris ambrés voltigeant tout autour de lui dans une évidente confusion, sa réponse s’étranglant dans sa gorge. Que désirait-il, en réalité ? Où devait-il aller ? Il était Chevalier à présent, il pouvait prétendre obtenir ses propres appartements … Ses entrailles se tordirent d’une crainte glacée, tout autant paralysé par l’idée de retourner sous la garde de son mentor, que par celle de réclamer son indépendance. L’une comme l’autre, chacune de ces options comportait une part de risque entre lesquelles il ne parvenait pas à choisir.

Et, lorsqu’il avisa soudain distraitement le Bronze dressé derrière le Verseur de Sang, Lié de ce dernier et accessoirement PÈRE de la couvée, son regard fit en une fraction de seconde l’aller retour entre l’Humain, et l’Elfe qui protégeait son Maître. Le Lié de la Blanche. Rakesh. La MÈRE de la couvée. Ses lèvres s’arrondirent en un « oh » de surprise confuse, bien vite réprimé par la morsure légère des dents de Riagal, enfoncées dans le creux de son pouce.

**Idiot.**

Adoucissant la sécheresse de la réplique, les pensées du petit Brun étaient teintées d’un indubitable amusement affectueux.

**J’ai faim, et j’ai froid.** rajouta-t-il avec simplicité, s’étirant comme un chat pour venir prendre place à son aise sur les épaules de son Lié. **Rentrons maintenant.**

Alors seulement, Ancelin acquiesça, masquant son embarras grandissant derrière sa morgue habituelle, toisant même le soldat avec une pointe d’arrogance et de condescendance. Il était peut-être son aîné, mais le noble qu’il était lui restait supérieur en rang.

***

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Avatar_zevradhavan_tolorea  [RP Officiel] La Promesse des étoiles La_Blanche_Rakesh_Tol_Orea_VAVA
Adhâvan Ilaiyaraja & La Blanche Rakesh
Verseur de Sang

Lentement, trop lentement à son goût, ses doigts s’étaient relâchés sur la poignée de son épée. Alors qu’il avait craint que le sang ne soit une nouvelle fois versé, la présence assurée de Nagendra, là-bas, sur les sables, avait empêché tout débordement. Son héritier et ex aspirant lié et en relative sécurité, Aodren n’avait pas détourné son attention d’Eléderkan Garaldhorf, scrutant son visage, épiant la moindre de ses réactions, une écœurante satisfaction couvant dans ses iris de cendre. Un pari dangereux, d’inviter l’Inquisiteur Suprême à mettre le nez dans ses dossiers secrets, dont beaucoup auraient préféré s’abstenir. Mais le Haut Représentant du Clan Dominant n’était pas de ceux là. Il était purement et simplement bien trop avide de pouvoir pour ça. Pas de celui, fallacieux, qui se cachait derrière les titres ronflants – être à la tête d’un Clan et Sang du Concile le satisfaisait pleinement – mais du véritable pouvoir, celui qu’offrait le contrôle et l’asservissement d’autres êtres.

Résolument, Adhâvan, le visage impassible en dehors du feu allumé dans ses yeux par la vaniteuse gloire qu’exsudait Rakesh, se contenta de suivre la progression de Nagendra, qui, escortant Ancelin et Riagal, gravissait les escaliers dans leur direction. Sous couvert de vigilance, accompagné par les battements lourds de son cœur, il emplissait son esprit de la vision de son amant, occultant toute autre forme de pensée. Car, après tout ce temps, séparés l'un de l'autre, quand auraient-il de nouveau l’occasion de se voir ? Et lorsque le Chevalier Bronze s’arrêta devant leur Seigneur et Maître, et que ses iris d’ambre croisèrent les siens, il en soutint un instant toute la flamboyance, avant de détourner, presque pudiquement, le regard, le reportant ostensiblement sur Aodren. Il comprendrait. Il n’avait pas le choix.

« Seigneur del Hendrake, je requiers votre permission pour rejoindre ma Liée, à présent que l’éclosion est terminée. »

Assortissant sa doléance d’un salut respectueux à l’égard du Haut Représentant, il perçut plus qu’il ne vit son acquiescement, négligent sans doute qu'en apparence seulement. C’était une demande raisonnable et parfaitement logique. Rien qui ne suscite trop d’intérêt. Le noble Fëalocë le rappellerait certainement d’ici le lendemain, lorsqu’il aurait décidé de sa prochaine mission … En attendant, se trouver là, fiévreux, en présence de Nagendra, et sentir peser sur eux l’attention rapace d’Aodren, il n’était pas certain de pouvoir le supporter. Ainsi, sur un nouveau salut martial, poing serré contre son cœur, il fit volte-face, effleurant à peine son amant sur son passage, ses doigts crispés à en être douloureux, alors qu’il aurait voulu les étendre pour saisir sa main. Une par une, les marches défilèrent sous ses pas, tandis qu’il laissait glisser sur lui le poids des murmures de la foule qui quittait les lieux, puis, enfin, ses pieds s’enfoncèrent mollement dans les fins cristaux d’obsidienne qui avaient accueilli les œufs.
Comme il lui paraissait étrange de fouler à nouveau les sables noirs des Cavernes Flamboyantes, près de sept ans après son Empreinte avec Rakesh ... Et pourtant, aujourd'hui comme au jour de leur rencontre, il ne pouvait s'empêcher de constater sa beauté, sculptée par l'éclat adamantin de ses écailles, éclaboussées d'or par la lumière des torches.

**Kishan ...**

Allongeant le cou pour se rapprocher de son Lié, son souffle chaud faisant voleter autour de son visage quelques mèches fugitives d’or blanc, la Blanche bailla largement, affichant une feinte langueur et dévoilant quelques crocs acérés. Sa longue veille était terminée. Riagal. Kalani. Ses petits, sa fierté, le fruit de son union triomphante avec Llyr, avaient éclos et avaient tous deux trouvé leur âmes-sœurs.  Elle avait prouvé au Màr et à l’ensemble de ses Incarnates trop fières de leurs prérogatives, qu’elle aussi pouvait prétendre aux mêmes privilèges. Quelle délicieuse humiliation leur avait-elle ainsi infligé ! Ses prunelles, brûlantes de rubis et de topaze, pailletées de l’émeraude de son orgueil, se posèrent sur son Elfe, qui leva les yeux en retour, sans ciller, fermement dressé face à elle. Sa prochaine victoire demanderait-elle un peu plus d’application encore ?

**Si Aodren ne t’avait pas obligé à être présent, m’aurais-tu réellement abandonnée en ce moment si précieux ? Qui aurait été là pour apaiser ma peine, si ma progéniture n’avait pas eu la force de vivre, ô mon aimé ?**

L’intonation subtilement menaçante, la dragonne inclina la tête, dardant une langue bifide, goûtant les émotions vives et tranchantes qui émanaient de son pitoyable Lié. Il était perdu, elle pouvait le percevoir, ne sachant que conclure de toutes ces sensations incontrôlables qui lui martelaient l’âme et le corps, et pourtant, là, tout au fond de lui, la fragile étincelle d’espoir qui s’y était allumée ne vacillait pas.

*Tu n’as besoin de personne pour te soutenir, Rakesh. Tout ce que tu désirais, c’est pouvoir être admirée.*

**Oooh, j'en suis mortifiée.** Ses yeux s’étrécirent et elle rajouta, doucereuse, comme si la remarque n’avait pas de réelle importance. **Nagendra est bien venu, lui.**

Et, comme elle l’avait attendu, elle le vit détourner brièvement le regard, son expression ciselée par une affliction indescriptible. Une fois encore, Adhâvan préféra garder le silence, garder lèvres closes, pourtant, elle le sentait, petit à petit, il était bien près du bord du gouffre, proche de perdre sa contenance. Les mots étaient inutiles, elle lisait dans son esprit étroitement mêlé avec le sien tout ce qu’elle avait besoin de savoir, tout ce que lui-même ne s’avouerait pas.

**Tu ne représentes qu’une simple passade pour lui. Il finira par t’abandonner, à son tour, tôt ou tard.**

Il lui suffirait de le pousser un peu, rien qu’un peu, pour qu’il bascule … Il devait prendre conscience de ses limites et de tout ce qu’elles impliquaient, pour pouvoir renaître enfin tel qu’elle le souhaitait, tel que devait en être digne son âme-sœur. Pourtant, elle ne put réprimer un frémissement de surprise lorsqu’il lui fit face à nouveau, levant une main caressante pour venir la déposer sur son front, un sourire profondément triste fleurissant sur ses lèvres, une expression presque implorante gravée sur son visage anguleux.

« Et Llyr ? » l’interrogea-t-il d’une voix atone, bien trop calme au rapport de la tempête qui faisait rage dans son coeur. Sans s’émouvoir de la foudre fulminante qu’il percevait indistinctement, auréolant l’esprit de Rakesh, il poursuivit sur sa lancée. « Il te plaît. Il te considère comme sa Reine, et tu l’as autorisé à te couvrir, tu as crié à la face entière du Màr Tàralöm que tu l’avais élu, lui, plutôt qu’un autre. »

Vive et cinglante de dédain, sa réponse éclata aussitôt comme un coup de fouet, accompagné d’un grondement d’avertissement.

**Llyr ? Ce n’est qu’un vulgaire mâle aisément manipulable ...**

Et, avant qu’elle ne puisse réagir, l’Elfe s'était avancé d’un demi pas, chuchotant, pressant son front orné de lignes élégantes contre les tièdes écailles de sa Blanche Liée.

« Mensonges. » A ce simple mot, quoi que durement prononcé, la vie sembla enfin revenir dans ses iris mordorés, y allumant alors une lueur dansante, hésitant entre résignation et colère. Qu’ils le veuillent ou non, qu’ils l’acceptent ou non, si différents l’un de l’autre qu’ils soient, si douloureux que ce soit, aujourd’hui plus encore qu’avant, ils formaient les deux faces de la même pièce. Il ne pouvait pas lutter contre ça. « Lorsque nos âmes ne font qu’une, tout ce que tu éprouves vient teinter mes pensées. Mais l’inverse … As-tu déjà réalisé ? Ce que je ressens … Et ce que toi, tu ressens ? »

Un instant, l’espace fugitif de quelques battements de cœur, elle envisagea de le repousser, de le prendre et le secouer, pour le voir chanceler, tomber à genoux, et effacer cet air misérable qu’il arborait encore. Un instant, il se toisèrent, le Chevalier ne tressaillant pas face à l’ire terrible qui émanait de la dragonne, là où tout autre aurait craint pour sa vie. Mais finalement la Blanche céda, attirant son âme-sœur tout contre elle, dans l’étreinte musquée de ses ailes, le protégeant des regards inquisiteurs d’un voile de diamant diaphane. Il avait raison bien sûr. Il était sien, autant qu’elle était sienne. Mais elle n’était pas prête de l’admettre. Pas maintenant. Peut-être ne l’admettrait-elle même sans doute jamais. Ce serait le laisser prendre bien trop de pouvoir et d’ascendant et elle s’y refusait.

**Tu as bien mérité une récompense, après tous tes efforts, qu’en penses-tu ?**

Sans lui laisser le temps de répondre ni la possibilité de se dégager, Rakesh lança son esprit à la rencontre du Bronze qui avait su gagner ses faveurs, une trille cristalline et un rien moqueuse résonnant dans l’espace entre leurs deux âmes.

**Llyr.**

Légère comme une plume, la pensée effleura le jeune mâle, lui suggérant une chasse nocturne pour fêter leurs retrouvailles, veillée par le regard impassible de la divine Kishi aux innombrables joyaux. Saturant volontairement ses sens, il y avait là le plaisir du vent sous leurs ailes, toutes les saveurs et parfums capiteux de la Sylve, du sang chaud sur leurs langues, et la vision grisante de l’immensité du ciel piqueté d’étoiles dansantes. Tout cela, oui, et bien plus encore, s’offrirait à eux, eux qui ne seraient rien de moins que les seigneurs de la terre et des cieux.

Et si par le plus grand des hasards leurs Liés respectifs se retrouvaient également, alors …

*Rakesh !*

Une vaine angoisse émanant de son Elfe, elle se contenta de rire une nouvelle fois, laissant Adhâvan abasourdi, se mordant les lèvres, incapable de résister à une soudaine vague de chaleur, à ce désir dévorant, face à l’image persistante de lui et de son amant enlacés. Il ne voulait pas qu'elle s'en mêle. Elle pas plus qu'Aodren. Mais comment pouvait-on combattre sa propre ombre ?

**Rassure-toi Kishan. Nous n’avons plus qu’à le rendre si totalement épris de toi, si entièrement dépendant de ta présence, que ne serait-ce qu’envisager de te rejeter représenterait pour lui la plus pure des souffrances.**


-- FIN --




L'on rencontre souvent sa Destinée
Par les chemins que l'on prend
Pour l'éviter
***

[RP Officiel] La Promesse des étoiles Sign_oracle_tol_oreaneen
Revenir en haut Aller en bas
https://tol-orea.forumactif.org/t202-pnjs-liste-non-exhaustive
Contenu sponsorisé



[RP Officiel] La Promesse des étoiles Empty
MessageSujet: Re: [RP Officiel] La Promesse des étoiles   [RP Officiel] La Promesse des étoiles Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
[RP Officiel] La Promesse des étoiles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tol Orëa, la Terre de l'Aube :: [RPG] Màr Tàralöm, le Kaerl Ardent :: Les Cavernes Flamboyantes-
Sauter vers: